Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Read/Write Book

 | 
Marin Dacos

Le livre électronique est un texte

Bienvenue dans le flux : un nouvel âge pour le web

Nova Spivack
Traduction de Virginie Clayssen

Note de l’éditeur

Version originale disponible sur teXtes.
http://www.archicampus.net/wordpress/?p=371

Texte intégral

1Internet a commencé à évoluer plusieurs décennies avant l’apparition du web. Et malgré le fait qu’aujourd’hui la plupart des gens pensent qu’internet et le web, c’est la même chose, en réalité ce sont deux choses bien distinctes. Le web constitue le sommet de l’infrastructure internet, un peu comme un logiciel ou un document est au sommet du système d’exploitation d’un ordinateur.

2Et tout juste comme le web a émergé à la pointe de l’internet, quelque chose de nouveau émerge à la pointe du web : j’appelle cela le Flux. Le Flux est la prochaine phase de l’évolution d’internet. C’est ce qui vient après le web, ou bien au sommet du web et que nous sommes tous en train de construire et d’utiliser.

3La meilleure illustration actuelle du Flux est l’avènement de Twitter, Facebook et d’autres outils de microblogging. Ces services sont visiblement des flux, leurs interfaces montrent littéralement des flux, flux d’idées, flux de réflexions, de conversations. En réaction aux microblogs nous assistons aussi à la naissance d’outils pour gérer ces flux et pour nous aider à comprendre, rechercher, et suivre les tendances qui se propagent à travers eux. Tout comme le web n’induit pas un type particulier de site ou de service, le Flux n’est pas représenté par un site ou un service particulier, il se confond avec le mouvement collectif qui se constitue à travers lui.

4Pour relever le défi et saisir les opportunités du Flux, un nouvel écosystème de services est en train d’émerger très rapidement : des éditeurs de flux, des outils de syndication de flux, des flux en temps réel, des moteurs de recherche, des moteurs d’analyse de statistiques de flux, des réseaux de publicité dédiés aux flux, et des portails de flux. Tous ces nouveaux services inaugurent l’ère du Flux.

Histoire du web

  • 1 http://info.cern.ch/Proposal.html

5La proposition1 originale de Tim Berners-Lee qui a donné naissance au web date de 1989. Les deux premières décennies du web (web 1.0 de 1989 à 1999, et web 2.0 de 1999 à 2009) ont été centrées sur le développement du web lui-même. Le web 3.0 (2009 – 2019), la troisième décennie du web, commence officiellement en mars de cette année et sera centrée sur le Flux.

  1. Dans les années 90 avec l’avènement du protocole HTTP et du langage HTML, la métaphore du web (la Toile) est née et les concepts des sites web ont capturé nos imaginations.

  2. Au début des années 2000 l’intérêt s’est déplacé vers les réseaux sociaux et le web sémantique.

  3. Aujourd’hui, au début de cette troisième décennie, l’attention se focalise sur le déplacement vers le Flux, et on constate une abondance de métaphores qui tournent autour du flux, du courant et des ondulations.

6Le web a toujours été un flux. En fait il était un flux de flux. Tout site peut être vu comme un flux de pages qui évoluent dans le temps. Les ramifications d’un site peuvent être vues comme des courants de pages se développant dans différentes directions.

7Mais avec l’arrivée des blogs, des flux d’alimentation RSS, des microblogs, la nature fluide du web est devenue plus lisible et visible, parce que les nouveaux services sont à une seule dimension et conversationnels, et qu’ils se mettent à jour beaucoup plus fréquemment.

Définir le Flux

8Tout comme le web est formé de sites, de pages et de liens, le Flux est formé de flux.

9Les flux font se succéder rapidement des séquences d’informations sur un thème. Il peut s’agir de microblogs, de hashtags, de flux d’alimentation RSS, de services multimédias ou de flux de données gérées via des API’s.

10Le point clé est qu’ils changent rapidement, et ce changement est une part importante de la valeur qu’ils offrent (contrairement aux sites web statiques, qui n’ont pas nécessairement besoin de changer pour fournir de la valeur). De plus, il est important de noter que les flux ont des URI – ce sont des entités que l’on peut adresser.

11Alors, qu’est-ce qui définit un Flux, et le distingue d’un site web ordinaire ?

121. Le changement. Le changement est ce qui donne au flux toute sa valeur. Il n’en est pas toujours ainsi concernant les sites web. Les sites web n’ont pas besoin de changer constamment pour posséder de la valeur – ils pourraient par exemple être simplement statiques mais contenir des collections de références très nombreuses. Mais les flux, quant à eux, changent très fréquemment, et c’est ce changement permanent qui est leur caractéristique principale.

132. Indépendance à l’égard de l’interface. Les flux sont des flux de données, et on peut y accéder et en prendre connaissance indépendamment d’une interface particulière, grâce à la syndication de leurs données à travers différents outils. Les sites web, eux, sont liés à leur propre interface utilisateur. À l’ère du web, le fournisseur de contenu contrôle l’interface. À l’ère du Flux, c’est l’utilisateur qui contrôle l’interface.

143. Le règne de la conversation. Un point intéressant et important est que les flux sont reliés ensemble non par des liens, mais par des actes de conversation – par exemple la réponse à un tweet, ou le « retweet », les commentaires, les évaluations, les follows. À l’ère du web, le lien était roi. Mais à l’ère du Flux, c’est la conversation qui règne.

15En termes de structure, les flux comprennent des agents, des messages et des interactions.

  1. Les agents sont les individus ou les applications logicielles qui publient dans les flux.

  2. Les messages sont les publications faites par ces agents dans les flux – par exemple les courts billets postés sur les microblogs.

  3. Les interactions sont les actions de communication telles que l’envoi de messages directs ou de réponses, ou le fait de citer quelqu’un (retweeting) qui connecte et transmet les messages entre les agents.

L’esprit global

16Si internet est notre système nerveux collectif, et si le web est notre cerveau collectif, alors le Flux est notre esprit collectif. Le système nerveux et le cerveau sont comme les strates de fondation hardware et software, mais l’esprit est ce que le système est en train de penser en temps réel. Ces trois couches sont interconnectées, et représentent différents aspects de notre éveil progressif à l’intelligence planétaire.

17Le Flux, c’est ce que le web est en train de penser et de faire, là, maintenant. C’est le flux collectif de notre conscience.

18Le Flux, c’est l’activité dynamique du web, qui ne cesse de se produire. Ce sont les conversations, le flux vivant d’audios et de vidéos, les changements qui se produisent sur les sites web, les idées et les tendances, les mèmes, qui se produisent au travers de millions de pages web, d’applications et d’esprits humains.

Le « maintenant » est devenu plus bref

19Le web change plus vite que jamais, tout en devenant de plus en plus fluide. Les sites ne changent pas chaque semaine ou chaque jour, mais chaque heure, minute ou seconde. Si nous sommes hors ligne ne serait-ce que quelques minutes, nous risquons de rater quelque chose de vraiment important. La transition d’un web lent à un Flux ultra-rapide se produit à toute vitesse. Et tandis que cela se produit, nous déportons notre attention du passé vers le présent et notre « maintenant » devient plus bref.

20L’ère du web portait essentiellement sur le passé – les pages étaient publiées des mois, des semaines, des jours ou au moins des heures avant que nous les regardions. Les moteurs de recherche indexent ce passé pour nous le rendre accessible : sur le web nous avons tous l’habitude d’utiliser Google et de regarder les pages issues d’un passé récent ou parfois situées plus loin dans le temps. Mais à l’ère du Flux, tout s’est déplacé dans le présent – nous pouvons voir les nouveaux billets publiés au fur et à mesure qu’ils apparaissent, et les conversations émerger autour d’eux, en direct, tant que nous y prêtons attention.

21Oui, comme le rythme du Flux s’accélère, ce que nous appelons « maintenant » se raccourcit. Au lieu d’être un jour, c’est une heure, ou quelques minutes. L’unité de mesure des changements a acquis plus de granularité.

22Par exemple, si vous regardez la ligne de temps timeline publique de Twitter, ou même seulement celle de vos amis dans Twitter ou Facebook, vous verrez que les choses disparaissent rapidement de votre vue, vers le passé. Notre attention se focalise sur le présent immédiat : les quelques dernières minutes ou dernières heures. Tout ce qui a été posté avant ce laps de temps est « hors de vue, hors de l’esprit ».

23Le Flux est un monde où les empans d’attention sont toujours plus réduits, un monde de sensations virales en ligne, de célébrité instantanée, de tendances subites, d’intense volatilité. C’est aussi un monde de conversations et de pensées à très court terme.

24C’est le monde dans lequel nous entrons. C’est à la fois un grand défi et une grande opportunité que cette nouvelle décennie du web…

Comment allons-nous nous accommoder du Flux ?

25Le web a toujours été un courant – il est apparu en temps réel dès l’origine, mais il était plus lent, les pages changeaient moins fréquemment, de nouvelles pages étaient publiées moins souvent, les tendances se développaient plus lentement. Aujourd’hui il va tellement plus vite, il se nourrit de lui-même, et nous le nourrissons et nous l’amplifions toujours plus.

26Les choses ont aussi changé sur le plan qualitatif ces derniers mois. Les aspects de type « flux » du web sont vraiment devenus le lieu central de notre principale conversation culturelle. Tout le monde s’est mis à parler de Facebook et de Twitter. Les célébrités. Les animateurs de talk-shows. Les parents. Les ados. Et soudain nous nous retrouvons tous scotchés à diverses activités liées aux flux, microbloguant de façon maniaque, louchant à force de traquer les références aux informations qui nous importent avant qu’elles soient emportées hors de vue. Le Flux est arrivé.

27Mais allons-nous pouvoir supporter cette quantité toujours croissante d’information ? Allons-nous tous être renversés par nos propres lances d’arrosage personnelles, ou bien des outils vont-ils apparaître pour nous aider à filtrer nos flux et les rendre gérables ? Et si, déjà aujourd’hui, nous avons trop de flux et devons sauter de l’un à l’autre de plus en plus souvent, comment allons-nous faire quand nous devrons fonctionner avec dix fois plus de flux d’ici quelques années ?

28L’attention humaine est un goulet d’étranglement considérable dans le monde du Flux. Nous ne pouvons être attentifs qu’à une seule chose ou à un petit nombre de choses en même temps. Comme l’information nous vient depuis différentes sources, nous devons sauter d’un item au suivant. Nous ne pouvons l’absorber entièrement en une seule fois. Cette barrière fondamentale sera franchie par la technologie dans le futur, mais au moins pour la prochaine décennie cela demeurera un obstacle clé car il n’y a pas vraiment d’alternative : fusionner tous nos flux séparés en une seule grande activité de flux unifiée produirait vite beaucoup trop de bruit et nous serions submergés.

29Nous devons par conséquent nous accomoder de cette réalité et développer la capacité de filtrer ces différents flux pour concentrer notre attention de manière efficace.

30Les flux peuvent être unidirectionnels ou bidirectionnels. Quelques flux sont comme des « fils d’alimentation » qui vont de producteurs de contenu à consommateurs de contenu. D’autres flux sont davantage des conversations ou des canaux dans lesquels n’importe qui peut être indifféremment émetteur ou récepteur.

31Comme les flux vont devenir les principaux modes de distribution de contenu et de communication, ils vont devenir de plus en plus conversationnels et ressembleront de moins en moins à des « flux d’alimentation ». Et c’est important, car que pour participer à un flux d’alimentation vous pouvez être passif, vous n’avez pas besoin d’être présent de façon synchrone ; mais pour participer à une conversation, il vous faut être présent et synchrone – vous devez être là au moment où ça se passe, ou sinon manquez tout.

Un Flux de défis et d’opportunités

  • 2 http://www.twine.com/. [Ndlt : Nova Spivack, l’auteur de cet article, est l’un des fondateurs de Tw (...)

32Nous allons avoir besoin de nouveaux outils pour gérer nos flux, pour y participer, et nous commençons à en voir émerger certains. Ce sont par exemple, les clients Twitter comme Tweetdeck, les lecteurs de flux RSS, et les outils de suivi de flux comme Facebook ou Friendfeed ; d’autres, comme Twine.com2, permettent de filtrer nos flux en fonction de nos centres d’intérêts. La recherche en temps réel devient aussi possible pour scanner le Flux en son entier ; et grâce aux outils de découverte de tendances nous pouvont apprendre ce qui est brûlant en temps réel.

33Le plus difficile sera de choisir où porter notre attention dans le Flux ; les informations et les conversations disparaissent si rapidement que nous pouvons à peine suivre le présent, encore moins le passé. Comment savoir que lire, quoi ignorer, que lire peut-être plus tard ?

34Récemment quelques sites sont apparus qui montrent les tendances en temps réel, par exemple en mesurant le nombre de retweets concernant diverses URL survenus dans Twitter. Mais ces services montrent seulement les tendances les plus fortes et les plus populaires. Et les autres thématiques, celles qui n’entrent pas dans ces tendances massives ? Les choses qui ne font pas l’objet d’un RT ou n’ont pas été distinguées par un favori sont-elles condamnées à l’invisibilité ? La popularité d’un document reflète-t-elle son importance réelle ?

35Certes, l’une des mesures de la valeur d’un item dans le Flux est sa popularité. Une autre unité de mesure est sa pertinence par rapport à un thème ou, plus intéressant encore, par rapport à nos centres d’intérêts personnels. Pour faire vraiment face au Flux, il faudra combiner ces deux approches − car nous nous trouvons dans des contextes différents tout au long de nos journées (par exemple du travail et de ses différents clients et projets au shopping ou à la santé, aux loisirs, à la famille), et nous aurons besoin d’outils qui s’adaptent et filtrent le Flux différemment selon notre intérêt du moment.

36Un internet orienté Flux offre aussi de nouvelles opportunités pour l’économie. Par exemple, de nouveaux réseaux de publicité pourraient se former qui permettraient aux annonceurs d’acheter des espaces juxtaposés aux URL portant sur de grandes tendances du Flux, ou sur différentes tranches de celui-ci. Un annonceur pourrait ainsi distribuer ses annonces sur les douzaines de pages qui sont « retweetées » à un moment précis. Lorsque ces pages commencent à décliner en ce qui concerne le nombre de RT par minute, les pubs pourraient bouger vers d’autres URL qui commencent à gagner en popularité.

37Les réseaux publicitaires qui mesurent correctement les tendances de l’attention en temps réel devraient être capables de capitaliser sur ces tendances plus vite et permettre aux annonceurs d’obtenir les meilleurs résultats : un annonceur qui détecterait et se positionnerait immédiatement sur la tendance du jour pourrait faire apparaître son annonce accolée aux leaders les plus influents qu’ils cherchent à atteindre, de manière presque instantanée. Ce qui pourrait se traduire par des gains immédiats en sensibilisation et sur l’image de marque.

38L’émergence du Flux est un changement de paradigme intéressant qui pourrait se révéler une caractéristique de la prochaine évolution du web pour la troisième décennie. Même si le modèle de données sous-jacent va de plus en plus ressembler à un graphe, ou même à un graphe sémantique, l’expérience de l’utilisateur sera de plus en plus orientée flux.

39Qu’il s’agisse de Twitter ou d’une autre application, le web est en train de se transformer de plus en plus en flux. Comment allons-nous filtrer ce flux ? Comment allons-nous y faire face ? Le premier qui résoudra ce problème va probablement s’enrichir.

Notes

1 http://info.cern.ch/Proposal.html

2 http://www.twine.com/. [Ndlt : Nova Spivack, l’auteur de cet article, est l’un des fondateurs de Twine.com.]

Auteur

Entrepreneur (Radar Networks, Lucid Ventures), pionnier du web sémantique, Nova Spivack – à l’origine de twine.com – développe une vision stratégique des nouvelles technologies et des nouveaux médias. Il blogue sur Minding the Planet.
Virginie Clayssen (Traducteur)
Responsable du développement numérique chez Editis, elle mène une veille et une réflexion au sujet des perspectives qui s’offrent à l’édition. Son blog textes traite du numérique et de ses relations avec le livre.

© OpenEdition Press, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540