Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu’est-ce que la Text Encoding Initiative ?

 | 
Lou Burnard

Conclusion : qu’est-ce que la TEI ?

Texte intégral

1Lorsque nous parlons de « la TEI », que voulons-nous dire ? L’organisation qui est soutenue financièrement par les membres du « Text Encoding Initiative Consortium » ? Lorsque nous disons « la TEI m’a envoyé cette newsletter » ou « nous soutenons la TEI » nous parlons probablement du consortium en tant qu’organisation. Mais lorsque nous disons « la TEI intègre désormais le support de la notation musicale » ou « la TEI propose des méthodes pour l’encodage des éditions génétiques », nous parlons de quelque chose de bien différent – le contenu technique des Guidelines de la TEI. Et lorsque nous disons « c’est un point de vue très TEI » (par exemple en faisant référence aux bonnes pratiques dans l’archivage à long terme des ressources numériques) ou « la TEI est un parfait exemple de notre approche de l’open source », nous parlons clairement de quelque chose qui va au-delà d’un ensemble de recommandations techniques ou de gens qui en assurent la maintenance ou les utilisent. Certains parlent de « la TEI » comme s’il s’agissait d’une sorte de club ou d’une religion, avec des membres et des non-croyants, dans laquelle certains aspirent à entrer tandis que d’autres souhaitent s’en distinguer. Dans le champ tumultueux des humanités numériques, la TEI est une sorte de membre senior, une figure parentale ennuyeuse pour certains, bienveillante pour d’autres, ou pour d’autres encore quelque chose de trop démodé pour être l’objet de la moindre considération. Cependant, au cours de la dernière décennie, il est apparu de plus en plus clairement que la TEI fait partie de ce qui rend possible les humanités numériques : elle est devenue une partie intégrante de l’infrastructure à laquelle tout le monde a affaire, techniquement et socialement, dès que l’on commence à réfléchir sur le texte ou sur d’autres formes de ressources culturelles sous forme numérique. La TEI propose un ensemble d’outils pour mener cette réflexion, et, plus important encore, elle reflète aussi la réflexion en question, à la fois dans ses préoccupations et ses bizarreries occasionnelles. C’est cette acception de la TEI comme architecture de l’information que nous avons utilisée tout au long de ce texte. Cependant, il semble approprié de conclure avec quelques considérations sur la TEI en tant qu’organisation.

2L’une des choses les plus étranges à propos de la TEI, sous un certain angle du moins, est qu’elle n’est pas une agence gouvernementale comme l’ANSI, ni une organisation internationale bien subventionnée comme l’ISO, ni un consortium industriel comme le W3C, bien que sur le plan organisationnel le consortium TEI ait des points communs avec toutes ces structures. La TEI est une organisation à but non lucratif, ouverte à ses membres, et qui fonctionne grâce à un modeste financement provenant d’institutions et d’individus qui croient suffisamment en ses activités pour les soutenir financièrement. Elle fonctionne aussi grâce à une vaste contribution de travail bénévole de la part d’institutions et d’individus qui veulent participer à son développement constant. Chaque année, la TEI organise un congrès où les membres se rencontrent pour mener à bien la nécessaire élection de représentants, et bien sûr pour discuter des forces et des faiblesses de la TEI. La communauté des utilisateurs de la TEI et de ceux qui prennent part à son développement dépasse cependant les membres qui contribuent financièrement à son soutien. Toute personne intéressée est libre de proposer des modifications ou des extensions au système, ou de signaler des erreurs ou des inconsistances – et beaucoup le font. La TEI soutient l’activité d’un conseil technique qui est responsable de l’évaluation et de l’implémentation de toutes les modifications proposées, ainsi que de la gestion de la production régulière de nouvelles versions. Ce processus est mené en public, dans l’esprit du développement open source. Il nous semble donc naturel de parler de la communauté TEI, même si les limites et les membres de cette communauté d’utilisateurs restent pour l’essentiel indéfinies. C’est cette communauté qui possède la TEI, qui s’en fait le porte-voix dans la communauté plus large des humanités, et qui guide et détermine son évolution.

3Le mot « évolution » n’est pas choisi à la légère. La TEI de 2015 n’est pas la même que celle de 1998, ni de 2009, bien que la plupart des noms d’éléments soient toujours les mêmes. L’organisation et la flexibilité de la TEI comme système d’architecture rend possible son adaptation aux besoins et aux priorités changeantes de sa communauté, tout comme d’autres formes de vie ont évolué en réponse à un environnement changeant. Dans un article publié en 2013, « The Evolution of the Text Encoding Initiative: From Research Project to Research Infrastructure », j’ai défendu l’idée que c’est là le secret de la longévité de la TEI : elle est organisée de façon à pouvoir être modifiée simplement et efficacement, selon les besoins de ses utilisateurs. Il semble donc probable que la TEI va continuer à évoluer, à la fois en investissant de nouveaux domaines d’encodage, et en modifiant ce qui a déjà été proposé pour rester en phase avec un paysage numérique en évolution. Fin 2010 par exemple, la publication de la version 2.0 de la TEI P5 a introduit une toute nouvelle façon de représenter les éditions génétiques ou documentaires, définie au cours de l’année précédente par un groupe de travail bénéficiant d’un financement externe. Une méthode pour rendre les documents TEI interopérables avec un nouveau standard pour la représentation de la notation musicale a été introduite au même moment. Plus récemment, le travail en cours dans le groupe TEI consacré spécifiquement aux ontologies a permis d’assurer que la TEI puisse continuer à intégrer les bonnes pratiques en cours d’émergence pour représenter le web des données.

4La TEI en tant qu’organisation s’applique à améliorer l’accessibilité de la TEI en tant que système technique, et à en faciliter la compréhension. En plus de son site web, qui joue le rôle d’une référence en ligne complète pour le schéma, il existe un besoin continuel de fournir du matériel de formation à jour, et de promouvoir l’engagement actif auprès de ceux qui souhaitent utiliser, développer et maintenir la TEI au travers de wikis, de groupes de discussions, ou tout autre moyen approprié susceptible d’émerger dans le futur. Le développement de telles ressources est une tâche constante pour tous les membres de la communauté TEI et au-delà. Ce petit livre est une modeste contribution à cette tâche.