Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu’est-ce que la Text Encoding Initiative ?

 | 
Lou Burnard

L’en-tête TEI

Texte intégral

1Tout document TEI doit avoir un en-tête TEI, représenté par un élément <teiHeader>. Il contient toutes les métadonnées associées au document numérique lui-même, de manière analogue à la page de titre d’un livre imprimé. Dans les bibliothèques numériques et autres entrepôts de documents en ligne, il est habituel que les métadonnées associées à chaque document numérique soient stockées ou gérées séparément, par exemple dans une structure de base de données pour des raisons d’efficacité. Il est aussi habituel d’exposer un sous-ensemble de ces métadonnées aux moteurs de recherche du web selon un ou plusieurs standards tels que le Dublin Core. L’en-tête TEI est proposé comme un moyen pour stocker toutes ces informations dans un même endroit, indépendamment de la façon dont elles peuvent être utilisées. Bien entendu, la portée et la quantité des données collectées dans l’en-tête peut varier considérablement entre des documents préparés avec des objectifs différents ou par des projets différents. Qui plus est, au moins dans l’esprit originel de sa conception, le contenu d’un en-tête TEI n’est pas nécessairement conforme aux normes de catalogage les plus strictes ou précises. Cependant, il remplit le rôle d’un endroit où (par exemple) le créateur des données et le conservateur des données peuvent partager de l’information.

2À l’origine, l’en-tête TEI a été conçu pour répondre à deux besoins assez différents. D’un côté, il a été créé pour aider les spécialistes de bibliographie et les bibliothécaires confrontés au problème (alors nouveau) du référencement des « livres électroniques » ; de l’autre, il a été créé pour répondre aux besoins des chercheurs travaillant avec des collections de textes numériques, et qui ont besoin de documenter leurs « pratiques d’encodage » pour ces textes. Pour le chercheur, l’important à propos de l’en-tête est qu’il fournit un emplacement pour tout, en restant compatible avec tout l’éventail des pratiques divergentes qui existent dans différentes communautés de la recherche, sans imposer de barrières telles qu’une connaissance détaillée des pratiques ou des standards de catalogage. Pour le bibliothécaire, l’important à propos de l’en-tête est qu’il soit conforme aux modèles standards pour la bibliographie, utilisant une terminologie similaire, et qu’il fournisse une source unique d’informations pour la description bibliographique d’une ressource numérique, avec quelques correspondances établies avec d’autres types d’enregistrement (comme MARC ou EAD). Il y a (naturellement) quelques tensions entre ces deux perspectives, et un besoin d’élaboration de profils détaillés ou de « Guides de bonnes pratiques » pour différentes communautés.

3L’en-tête TEI a quatre composants principaux, correspondant aux parties définies dans l’une des premières tentatives de description bibliographique universelle, l’International Bibliographic Standard Description (ISBD) :

  • <fileDesc> (file description, description du fichier) contient une description bibliographique complète d’un fichier électronique.
  • <encodingDesc> (encoding description, description de l’encodage) documente la relation entre un texte électronique et la ou les source(s) dont il est issu.
  • <profileDesc> (profile description, description du profil) fournit une description détaillée des aspects non-bibliographiques d’un texte, plus précisément les langues et sous-types de langues qu’il utilise, le contexte dans lequel il a été produit, les participants et leur cadre (soit à peu près tout ce qui n’est pas déjà couvert par les autres composants principaux de l’en-tête).
  • <revisionDesc> (revision description, description des révisions) résume l’historique des révisions pour un fichier.

La description du fichier

4Puisqu’il ne s’agit pas, normalement, d’un document préexistant, la structure d’un en-tête TEI peut être dictée très précisément par la TEI. La première et la seule partie obligatoire, la description du fichier, est représentée par un élément <fileDesc>, qui contient trois parties obligatoires : la déclaration de titre, la déclaration de publication, et la description de la source. Un en-tête TEI minimal ressemblerait donc à ceci :

<teiHeader>
	 <fileDesc>
		 <titleStmt>
			 <title>Titre de l’œuvre</title>
		 </titleStmt>
		 <publicationStmt>
			 <p>Informations sur la publication de l’œuvre.</p>
		 </publicationStmt>
		 <sourceDesc>
			 <p>Informations sur la source dont est tirée l’œuvre.</p>
		 </sourceDesc>
	 </fileDesc>
</teiHeader>

5Au sein des quatre sections principales de l’en-tête TEI, il est possible d’utiliser beaucoup d’éléments ; nous ne pouvons en donner ici qu’un aperçu. Par exemple <fileDesc> peut aussi contenir un élément <editionStmt> documentant l’édition de la ressource décrite, un élément <seriesStmt> si la publication fait partie d’une série, un élément <extent> pour indiquer sa taille, et même un élément <noteStmt> pour contenir des notes ou commentaires de toutes sortes.

6La déclaration de titre obligatoire fournit, comme son nom l’indique, le titre de la ressource en même temps que des informations sur les personnes ou organismes qui ont la responsabilité intellectuelle de son contenu, d’une manière similaire au titre d’un livre imprimé, ou à une entrée de catalogue conventionnel. Par exemple :

<titleStmt>
	 <title xml:lang="sk">Yogadarśanam (arthāt yogasūtrapūphah).</title>
	 <title>The Yoga sūtras of Patañjali: a digital edition.</title>
	 <author>Patañjali</author>
	 <funder>Wellcome Institute for the History of Medicine</funder>
	 <principal>Dominik Wujastyk</principal>
	 <respStmt>
		 <name>Wieslaw Mical</name>
		 <resp>saisie des données et correction des épreuves</resp>
	 </respStmt>
	 <respStmt>
		 <name>Jan Hajic</name>
		 <resp>conversion en encodage conforme à la TEI</resp>
	 </respStmt>
</titleStmt>

7Dans cet exemple, la ressource a deux titres, dont l’un est donné en sanskrit. Des informations sont aussi données sur son auteur originel, l’institution qui a financé l’édition électronique, le responsable scientifique, et d’autres personnes avec des responsabilités plus spécialisées. Beaucoup de projets de bibliothèques numériques ont leurs propres règles, qui peuvent considérablement varier, quant au format des noms, par exemple, ou l’utilisation de listes d’autorités pour donner les titres. La TEI permet donc un encodage plus exact des composants tels que les noms propres (par exemple en distinguant prénoms et noms de famille) mais n’oblige pas à aller jusqu’à ce niveau de détails.

8La description du fichier décrit le fichier (c’est-à-dire l’intégralité d’une ressource numérique – qui peut bien sûr consister en plusieurs fichiers). La déclaration de publication décrit comment cette ressource peut être obtenue, de la même façon que la référence d’un livre imprimé indique qui est responsable de sa publication ou de sa distribution. Même si le document TEI est un document privé qui n’est disponible nulle part hors du disque dur de son propriétaire, cela doit être mentionné ici ; plus couramment, bien entendu, un en-tête ne sera créé que pour une ressource qui doit être partagée. La déclaration de publication vous permet de spécifier qui rend la ressource disponible, tout identifiant qui lui est attaché comme un numéro dans un catalogue ou un Resource Identifier, et des informations sur les conditions selon lesquelles elle est distribuée (comme une licence), comme on peut le voir ici :

<publicationStmt>
	 <publisher>Humanities Media and Computing center</publisher>
	 <pubPlace>University of Victoria</pubPlace>
	 <date when="2011-08-04">19 August 2011</date>
	 <idno type="filename">maladies_des_femmes.xml</idno>
	 <availability status="free">
		 <p>Copyright 2011. This text is freely available provided the text is distributed with the header information provided.</p>
		 <p xml:lang="fr">Les droits de reproduction des gravures ont été achetés de la Bibliothèque nationale de France grâce à une subvention accordée par le <ref target="http://www.sshrc-crsh.gc.ca/">Conseil de recherches en sciences humaines du Canada</ref>. Les autres éléments du projet (les contributions des éditeurs, les transcriptions des textes, l’encodage et le code) sont distribués sous les termes de cette licence : <ref target="http://creativecommons.org/​licenses/​by-nc-nd/​2.5/​ca/​deed.fr_CA">Creative Commons Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.5 Canada</ref>.</p>
	 </availability>
</publicationStmt>

9Cet exemple montre un mélange typique d’éléments structurés et de prose informelle. Le nom et l’adresse de l’institution responsable de la distribution du fichier ont été balisés comme <publisher> et <pubPlace> respectivement (une adresse plus détaillée, utilisant l’élément <address> que nous avons vu plus haut, pourrait aussi être utilisée bien sûr) ; par ailleurs, une date de publication et un nom de fichier pour identifier la ressource ont été fournis. Puisque les conditions de mise à disposition sont ici un peu complexes, ils ont été présentés informellement comme une séquence de paragraphes de prose, contenant des références à d’autres documents en ligne. Dans une situation plus simple, l’élément TEI <licence> aurait pu être utilisé.

Variété des descriptions de la source

10Le composant suivant de <fileDesc>, et le seul autre qui soit obligatoire, est la description de la source, représentée par l’élément <sourceDesc>. Même pour des documents « nativement numériques » et qui n’ont donc pas de source préexistante, cet élément doit être fourni. Il est destiné à documenter formellement l’objet ou les objets dont est tiré un document TEI, en utilisant des termes bibliographiques traditionnels. L’élément <sourceDesc> peut contenir un simple paragraphe de description, ou bien il peut contenir un ou plusieurs éléments spécialisés que propose la TEI pour la description bibliographique.

11Considérons, pour un premier exemple, un document qui n’a d’autre forme d’existence que sa version numérique. Nous pourrions représenter ceci en utilisant un élément <bibl> réduit à l’essentiel:

<sourceDesc>
	 <bibl>
		 <title>Manifeste des Digital humanities</title>
		 <author>Marin Dacos et al.</author>
		 Available from <ref target="http://tcp.hypotheses.org/318">http://tcp.hypotheses.org/​318</​ref>
		 <date when="2010-05-21"/>
	 </bibl>
</sourceDesc>

12ou simplement donner un court paragraphe explicatif :

<sourceDesc>
	 <p>Pas de source : ceci est un document nativement numérique.</p>
</sourceDesc>

13Il est fréquent qu’une édition électronique soit tirée d’une source imprimée spécifique. Ceci peut alors être décrit en utilisant l’élément <bibl> :

<sourceDesc>
	 <bibl xml:id="Sue1846">
		 <author><surname>Sue</surname>, <forename>Eugène</forename></author>
		 <title level="m">Martin, l’enfant trouvé : Mémoires d’un valet de chambre</title>
		 <imprint>
			 <publisher>C. Muquardt</publisher>
			 <pubPlace>Bruxelles</pubPlace>
			 <pubPlace>Leipzig</pubPlace>
			 <date when="1846">MDCCCXLVI</date>
		 </imprint>
	 </bibl>
</sourceDesc>

14Pour des transcriptions numériques d’enregistrements audio ou vidéo, un élément spécialisé <recordingStmt> doit être utilisé. Il peut servir à stocker tout détail technique sur les enregistrements eux-mêmes, et aussi des données biographiques ou sociologiques détaillées sur les participants s’il s’agit d’un dialogue transcrit.

<sourceDesc>
	 <recordingStmt>
		 <recording type="audio" dur="P30M">
			 <respStmt>
				 <resp>Location recording by</resp>
				 <name>Sound Services Ltd.</name>
			 </respStmt>
			 <equipment><
				 p>Microphones multiples rapprochés, mixés en Digital Audio Tape (DAT) stéréo, standard, fréquence d’échantillonnage 44.1 KHz</p>
			 </equipment>
			 <date>12 Jan 1987</date>
		 </recording>
	 </recordingStmt>
</sourceDesc>

15Pour d’autres sources qui ne sont pas des livres, comme les cartes postales mentionnées plus haut, l’élément <bibl> peut aussi être utilisé :

<sourceDesc>
	 <bibl>
		 <title level="m">The Bathing Beach, Brighton, in 1845 [postcard]</title>
		 <respStmt>
			 <resp>Lithograph by</resp>
			 <name>G. F. Bragg</name>
		 </respStmt>
		 <respStmt>
			 <resp>after a drawing by</resp>
			 <name>R. H. Nibbs</name>
		 </respStmt>
		 <publisher>K. J. Bredon’s Bookshop</publisher>
		 <pubPlace>10 East Street, Brighton</pubPlace>
	 </bibl>
</sourceDesc>

16Pour l’édition électronique d’un manuscrit ou d’un imprimé ancien, où il est important d’enregistrer les caractéristiques de la copie précise qui est transcrite, les éléments détaillés proposés par la TEI pour le catalogage descriptif des manuscrits peuvent être plus appropriés. De telles descriptions utilisent un élément distinct, <msDesc>, qui a une structure interne très élaborée, comme le montre l’exemple suivant :

<sourceDesc>
	 <msDesc>
		 <msIdentifier>
			 <country>France</country>
			 <settlement>Paris</settlement>
			 <repository>Archives nationales</repository>
			 <collection>Commerce et Industrie</collection>
			 <idno>F/12/5080</idno>
		 </msIdentifier>
		 <msContents>
			 <p>Minute d’un rapport de proposition à la Légion d’honneur fait, en 1850, par le ministre du Commerce et de l’Agriculture et président de la Société de géographie, Jean-Baptiste Dumas, au président de la République, en faveur des frères d’Abbadie, Antoine (1810-1897) et Arnaud (1815-1893), auteurs d’un voyage en Abyssinie.</p>
		 </msContents>
		 <physDesc>
			 <p>Deux feuilles de papier 24 x 12 cm ; écriture à l’encre noire.</p>
			 <handDesc>
				 <handNote xml:id="AA" scope="major">Antoine d’Abbadie</handNote>
				 <handNote xml:id="DJB" scope="minor">Jean-Baptiste Dumas</handNote>
				 <handNote xml:id="EPR" scope="minor">membre inconnu du cabinet du ministre</handNote>
			 </handDesc>
		 </physDesc>
	 </msDesc>
</sourceDesc>

La description de l’encodage

17La deuxième division majeure de l’en-tête TEI est la description de l’encodage, qui est représentée par un élément <encodingDesc>. Cet élément optionnel peut être utilisé pour donner des informations sur n’importe quel aspect du processus d’encodage lui-même, simplement sous la forme d’un résumé en prose ou au moyen d’éléments plus spécifiques. Considéré dans son ensemble, le contenu d’un <encodingDesc> complet est comparable au type d’information que l’on trouve typiquement dans un manuel technique associé à un projet.

18Certains de ses composants sont entièrement documentaires, par exemple :

  • <projectDesc> (description du projet) : notes sur les objectifs généraux du projet ;
  • <samplingDecl> (déclaration d’échantillonnage) : notes sur les principes d’échantillonnage des textes qui ont été appliqués ;
  • <editorialDecl> (déclaration des pratiques éditoriales) : notes sur les pratiques éditoriales appliquées, pour lesquelles d’autres éléments spécialisés sont proposés, tels que <correction>, <normalization>, <quotation> (citation), <hyphenation> (césure), <segmentation>, <interpretation>.

19Voici un exemple montrant quelques-uns de ces éléments en action :

<encodingDesc>
	 <projectDesc>
		 <p>Textes rassemblés pour utilisation à la Claremont Shakespeare Clinic, juin 1990.</p>
	 </projectDesc>
	 <samplingDecl>
		 <p>Chaque texte contient un échantillon contenant jusqu’à 2000 mots, allant du début du document jusqu’à la fin de la phrase qui suit le 2000e mot. Pour le comptage des mots, les traits d’union et les apostrophes ont été traités comme des espaces.</p>
	 </samplingDecl>
	 <editorialDecl>
		 <normalization>
			 <p>Les mots ayant fait l’objet d’une césure en fin de ligne ont été reconstruits sans commentaire. Le trait d’union a été supprimé, sauf pour les formes correspondant à un mot composé attesté ailleurs dans le texte.</p>
		</normalization>
		<quotation marks="all" form="std">
			 <p>Tous les guillemets ont été supprimés. Le discours direct est représenté par l’usage de la balise <gi>said</gi>, et les autres passages cités au moyen de la balise <gi>q</gi>.</p>
		</quotation>
	 </editorialDecl>
</encodingDesc>

20Une telle documentation n’est utile, bien sûr, qu’à un lecteur humain. Cependant, d’autres composants de la description de l’encodage sont prévus pour être utilisés par des procédés automatisés. Typiquement, ils proposent un ensemble de déclarations pour des codes particuliers qui sont ensuite référencés ou utilisés dans le corps du texte. En voici quelques exemples :

  • <charDecl> (description de caractère) : le XML réclame l’utilisation d’Unicode dans tout le document, mais des glyphes ou des caractères non standards peuvent être indiqués dans un document TEI en utilisant l’élément <g> pour référencer les définitions fournies par cet élément ;
  • <classDecl> (déclaration de classification) : tout type de système de classification ou taxonomie peut être déclaré en utilisant cet élément ; les parties d’un texte peuvent ensuite indiquer les codes de classification qui leur sont associés en utilisant (par exemple) l’attribut @ana. Dans un corpus TEI, cet élément est typiquement fourni dans l’en-tête du corpus, pour que chaque texte individuel puisse pointer dessus en utilisant l’élément <catRef> (référence à la catégorie).
  • <refsDecl> (déclaration du système de références), <geoDecl> (déclaration de coordonnées géographiques), <metDecl> (déclaration sur la métrique), <fsdDecl> (déclaration de système de traits), <variantEncoding> (méthode d’encodage des variantes) : proposent d’abriter les informations concernant l’encodage des systèmes de référence, des informations géographiques, des systèmes d’analyse métrique, des systèmes de traits pour les analyses linguistiques, ou les méthodes d’encodage de la variance textuelle. D’autres déclarations techniques similaires à celles-ci peuvent être ajoutées.

21Nous allons donner ci-dessous des exemples plus détaillés pour chacune de ces trois catégories d’éléments.

22Tout d’abord, un élément <charDecl> typique pourrait définir une forme variante du caractère Z que l’encodeur souhaite distinguer dans une transcription. Cette variante a deux barres, mais elle peut être remplacée par un Z normal.

<charDecl>
	 <glyph xml:id="z103">
		 <glyphName>LETTRE LATINE Z AVEC DEUX BARRES</glyphName>
		 <mapping type="standardized">z</mapping>
		 <mapping type="PUA">U+E304</mapping>
	 </glyph>
</charDecl>
  • 1 PUA est l’acronyme de Private Use Area (zone d’usage privé) : un concept Unicode permettant la défi (...)

23Les occurrences de cette forme variante dans la transcription peuvent maintenant être distinguées en utilisant un élément <g> pour faire référence à la définition ci-dessus, toujours au moyen de la valeur de son attribut @xml:id. Un processeur peut choisir de les représenter en utilisant soit la forme standardisée correspondante, soit le code non standard donné par le PUA1.

<p> … mulct<g ref="#z103"/> …</p>

24Considérons ensuite l’élément <classDecl>. Il peut être utilisé pour définir tout type de système de classification privé ou de taxonomie. Pour une collection d’articles de journaux nous pourrions utiliser une taxonomie comme celle-ci :

<classDecl>
	 <taxonomy xml:id="size">
		 <category xml:id="large">
			 <catDesc>l’histoire occupe plus d’une moitié de page</catDesc>
		 </category>
		 <category xml:id="medium">
			 <catDesc>l’histoire occupe entre un quart et une moitié de page</catDesc>
		 </category>
		 <category xml:id="small"><
			 catDesc>l’histoire occupe moins d’un quart de page</catDesc>
		 </category>
		 <!-- etc -->
	</taxonomy>
	<taxonomy xml:id="topic">
		 <category xml:id="politics-domestic">
			 <catDesc>Concerne des événements de politique nationale</catDesc>
		 </category>
		 <category xml:id="politics-foreign">
			 <catDesc>Concerne des événements de politique étrangère</catDesc>
		 </category>
		 <category xml:id="social-women">
			 <catDesc>Concerne le rôle des femmes dans la société</catDesc>
		 </category>
		 <category xml:id="social-servants">
			 <catDesc>Concerne le rôle des domestiques dans la société</catDesc>
		 </category>
		 <!-- etc -->
	 </taxonomy>
</classDecl>

25Un texte individuel contenant (par exemple) une histoire occupant moins de la moitié d’une page sur le rôle des femmes dans la société ferait référence ainsi à la classification en utilisant l’élément <catRef> :

<catRef target="#small #social-women"/>

26Le même mécanisme peut être utilisé pour documenter les codes utilisés dans des analyses linguistiques simples telles que celles présentées dans le chapitre précédent.

27Pour terminer, considérons l’élément <tagsDecl>. Il peut être utilisé simplement pour lister les éléments réellement utilisés au sein d’un document, ainsi que pour définir les styles de mise en forme par défaut qui leur sont associés (typiquement en utilisant le langage CSS du W3C). Dans l’exemple qui suit, nous commençons par définir deux styles de police, italique et romain, en utilisant le langage CSS. Puis nous déclarons que dans l’espace de noms TEI tout ce qui est balisé comme <emph> ou <hi> est par défaut en italiques. Nous déclarons également que l’élément <text>, et par défaut tout ce qu’il contient, utilise la police de style romain.

<tagsDecl>
	 <rendition xml:id="IT" scheme="css">font-style: italic</rendition>
	 <rendition xml:id="FontRomain" scheme="css">font-family: serif</rendition>
	 <namespace name="http://www.tei-c.org/​ns/​1.0">
		 <tagUsage gi="emph" render="#IT"/>
		 <tagUsage gi="hi" render="#IT"/>
		 <tagUsage gi="text" render="#FontRomain"/>
	 </namespace>
</tagsDecl>

28Dans le corps d’un document, l’attribut @rendition peut redéfinir le style par défaut pour un élément.

Les descriptions du profil et des révisions

29La troisième division majeure de l’en-tête TEI, nommée assez bizarrement description du profil, est représentée par un élément <profileDesc>. Comme les autres, il s’agit d’un groupe de notes optionnelles ou d’éléments plus spécialisés ; ils ont simplement en commun d’être « non bibliographiques ». Les membres par défaut de la classe model.profileDescPart incluent :

  • <creation> : informations sur l’origine du contenu intellectuel du texte, par exemple en termes de temps et de lieu. Dans une édition génétique, il peut inclure un élément structuré <listChange> documentant chacune des étapes significatives identifiées dans l’évolution d’un texte ;
  • <langUsage> (langue utilisée) : information sur les langues, registres de langue, systèmes d’écriture, etc., utilisés dans le texte ; chaque langue utilisée est identifiée au moyen d’un élément <language> et d’un code d’identification tiré d’un standard ISO ;
  • <textDesc> (description de texte) et <textClass> (classification du texte) : classifications appliquées au texte au moyen d’une liste de critères spécifiés, ou d’une collection de pointeurs, respectivement ;
  • <particDesc> (description des participants) et <settingDesc> (description du contexte) : informations sur les « participants », réels ou fictionnels, dans le texte.

30Nous avons noté plus haut qu’un élément <catRef> est disponible pour appliquer une classification à un texte en lien avec une taxonomie prédéfinie. L’élément <profileDesc> propose plusieurs façons complémentaires de faire ceci :

  • en utilisant <catRef>
    en faisant référence à une catégorie définie localement (par exemple dans l’en-tête du corpus),
  • en utilisant <classCode>
    en faisant référence à une catégorie convenue et définie extérieurement, comme le système de Classification décimale universelle,
  • en utilisant <keywords>
    en assignant des termes descriptifs empruntés à un vocabulaire bibliographique contrôlé ou à un nuage de mots-clés.

31Dans l’exemple suivant, tiré du British National Corpus, un texte est classé en utilisant les trois méthodes possibles :

<profileDesc>
	 <creation>
		 <date when="1962"/>
	 </creation>
	 <textClass>
		 <catRef target="#WRI #ALLTIM1 #ALLAVA2 #ALLTYP3 #WRIDOM5 #WRILEV2 #WRIMED1 #WRIPP5 #WRISAM3 #WRISTA2 #WRITAS0"/>
		 <classCode scheme="DLEE">W nonAc: humanities arts</classCode>
		 <keywords scheme="COPAC">
			 <term>History, Modern - nineteenth century</term>
			 <term>Capitalism - History - nineteenth century</term>
			 <term>World, 1848-1875</term>
		 </keywords>
	 </textClass>
</profileDesc>

32Notons que cette catégorisation s’applique au texte entier. Pour une granularité plus fine, l’attribut @decls peut être utilisé pour sélectionner la classification applicable à tout élément déclarable, par exemple pour une <div> individuelle.

33La quatrième et dernière partie de l’en-tête TEI est la description des révisions, optionnelle et représentée par un élément <revisionDesc>. Elle contient une liste d’éléments <change>, portant chacun les attributs @date et @who (qui), et indiquant chacun les étapes significatives dans l’évolution d’un document. Par convention, le plus récent de ces éléments est donné en premier. L’élément <listChange> mentionné ci-dessus peut aussi être utilisé ici pour faire référence aux étapes identifiées dans l’évolution du fichier électronique, de manière distincte du texte encodé. Dans un environnement de production, un système automatisé de contrôle des versions comme Subversion sera utilisé pour un suivi détaillé de l’évolution d’un document. L’encodage en TEI des étapes significatives du développement d’un document peut être réalisé semi-automatiquement grâce à de tels outils, ou manuellement.

<revisionDesc>
	 <listChange>
		 <change when="2013-05-11">Première version complète</change>
		 <change when="2013-04-07">Créé l’en-tête et la structure du document</change>
	 </listChange>
</revisionDesc>

Notes

1 PUA est l’acronyme de Private Use Area (zone d’usage privé) : un concept Unicode permettant la définition de codes privés pour des caractères non compatibles.