Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Qu’est-ce que la Text Encoding Initiative ?

 | 
Lou Burnard

L’organisation structurelle d’un document TEI

Texte intégral

1Tous les documents TEI sont organisés d’une façon similaire, quel que soit le type de document original qu’ils représentent. Nous allons présenter ici quelques-unes des variantes les plus fréquentes de cette structure, au moyen de quelques exemples simples.

En-tête, texte et divisions

2Commençons par le commencement : tout document TEI (représenté au moyen d’un élément <TEI>) a au moins deux parties : un en-tête (représenté au moyen d’un élément <teiHeader>) contenant des métadonnées décrivant le document, et le texte lui-même (généralement représenté par un élément <text>). Par exemple :

<TEI xmlns=’http://www.tei-c.org/​ns/​1.0’>
     <teiHeader>
         <!-- métadonnées décrivant un texte -->
	 </teiHeader>
	 <text>
         <!-- une représentation du texte lui-même -->
     </text>
</TEI>

3Comme tout autre document XML TEI, celui-ci déclare explicitement que les éléments qu’il contient doivent par défaut être considérés comme faisant partie de l’espace de noms TEI, http://www.tei-c.org/​ns/​1.0.

4Nous décrirons l’en-tête plus en détails dans un prochain chapitre. Pour le moment, notons simplement qu’un en-tête minimal doit contenir des informations identifiant le document lui-même (dans <titleStmt>), des informations sur la façon dont il est distribué ou publié (dans <publicationStmt>) et des indications sur ses origines (dans <sourceDesc>). L’élément <text> est utilisé pour contenir une version encodée du texte lui-même, dans laquelle sa structure est représentée par des éléments tels que <front> (pour les préfaces, etc.), <body> (pour le corps du texte proprement dit) et <back> (pour tous les appendices, etc.). À l’intérieur de ces composants, nous pouvons aussi représenter des divisions supplémentaires comme les volumes, les parties, les chapitres, etc., en utilisant l’élément <div>.

5Par exemple, voici le début d’une version TEI minimale d’un célèbre roman, comme il pourrait être distribué par un éditeur électronique imaginaire :

<TEI xmlns="http://www.tei-c.org/​ns/​1.0">
     <teiHeader>
         <fileDesc>
             <titleStmt>
			     <title>The Life and Opinions of Tristram Shandy, Gentleman: TEI edition</title>
			 </titleStmt>
			 <publicationStmt>
			     <publisher>Web Head Press</publisher>
				 <date>2013</date>
			 </publicationStmt>
             <sourceDesc>
			     <p>Transcrit d’après la première édition, 1708</p>
			 </sourceDesc>
         </fileDesc>
     </teiHeader>
	 <text>
	     <body>
		     <div type="volume" xml:id="TS01">
				 <div type="chapitre" xml:id="TS0101">
				     <head>Chap. I</head>
					 <p>I wish either my father or my mother, or indeed both of them, as they were in duty both equally bound to it, had minded what they were about when they begot me; …</p>
					 <!-- ici, le reste du chapitre 1 -->
                 </div>
				 <div type="chapitre" xml:id="TS0102">
				     <head>Chap. II</head>
					 <p>―― Then, positively, there is nothing in the question, that I can see, either good or bad.―― Then let me tell you, Sir, it was a very unseasonable question at least…</p>
					 <!-- ici, le reste du chapitre 2 -->
				 </div>
                 <!-- ici, les chapitres restants du volume 1 -->
             </div>
             <!-- ici, les volumes restants de cette œuvre -->
         </body>
     </text>
</TEI>

6Dans cet exemple, le corps d’un texte contient de plus petites divisions, contenant elles-mêmes des subdivisions. De telles subdivisions textuelles portent différent noms dans différentes cultures et dans différents types de documents; de nombreuses cultures occidentales utilisent les noms de « section », « partie », « livre », ou « chapitre » (ou leurs équivalents) pour ces sous-parties du corps du texte, mais souvent de manière inconsistante ou incompatible. Ce qui est appelé une « partie » au sein d’un « livre » dans un texte peut être appelé une « section » au sein d’un « chapitre » dans un autre, ou un « livre » au sein d’une « partie » dans un troisième. La TEI propose donc un unique élément <div> pour toute subdivision structurelle du corps d’un texte.

7L’élément <div> peut porter un certain nombre d’attributs préciser sa fonction et ses propriétés. Ici, nous avons utilisé l’attribut @type pour caractériser ou qualifier le contenu de l’élément, distinguant ainsi les éléments <div> contenant des « volumes » de ceux contenant des « chapitres ». Nous avons aussi utilisé l’attribut @xml:id pour donner un identifiant unique à chaque division du roman.

8Les structures hiérarchiques de ce genre peuvent être utilisées pour tout type de texte. Par exemple, un poème épique divisé en livres pourra être représenté en encodant chaque livre comme un <div type=“livre”>; une pièce de théâtre divisée en actes et en scènes, en les encodant comme <div type=“acte”> et <div type=“scène”> respectivement, etc. Les valeurs autorisées pour les attributs @type et @xml:id ne sont pas définies par la TEI, mais choisies par l’encodeur. Pour @xml:id les valeurs utilisées sont des codes arbitraires, qui caractérisent de manière unique l’élément sur lequel ils apparaissent : ils offrent un moyen de marquer l’élément concerné de façon que d’autres parties de ce document – ou d’un autre – puissent pointer directement vers l’élément. Pour @type les valeurs sont aussi des codes arbitraires, choisis par l’encodeur pour indiquer la fonction de la <div> concernée. Quelques valeurs fréquemment utilisées, telles que « chapter » (chapitre) ou « volume », sont suggérées dans les Guidelines, mais il revient aux projets individuels utilisant la TEI de définir leur propre taxonomie. Il est cependant facile à la fois de documenter et de faire respecter la taxonomie choisie grâce à une personnalisation de la TEI, qui sera discutée dans un prochain chapitre.

9L’élément <div> est ainsi nommé parce qu’il est une division ; il ne doit donc pas être utilisé pour quelque chose de complet en soi. Si le corps d’un texte ne comporte pas de divisions, il n’y a aucune raison de l’inclure dans une <div> unique. Au lieu de cela, l’élément <body> peut contenir directement un ou plusieurs des éléments décrits dans la section suivante.

10Un <text> est typiquement quelque chose comme un livre ou un article, mais peut être tout ce qu’il est utile de considérer comme un objet textuel distinct mais complet, comme un poème, un document d’archives, ou quelque chose d’aussi court qu’une carte postale. Comme alternative ou complément à l’élément <text>, la TEI propose un élément <facsimile> qui peut être utilisé pour proposer une représentation visuelle complémentaire, par exemple sous la forme d’une série d’images de pages numérisées. La TEI offre aussi des façons de représenter les collections de tels éléments, comme nous l’aborderons dans la section finale du chapitre suivant.