Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vieillir selon Flaubert

 | 
Liana Nissim

Introduction

Texte intégral

  • 1 Toutes les citations de la Correspondance sont tirées de l’édition de Jean Bruneau (Flaubert 1973- (...)

« Je n’ai jamais vu un enfant sans penser qu’il deviendrait un vieillard »
(à Louise Colet, 6 ou 7 août 18461)

1Avant d’entreprendre une nouvelle étude sur Flaubert, il est peut-être utile de rappeler quelques données fondamentales, souvent présentées et approfondies par les innombrables travaux sur cet auteur, données qui constituent le tremplin incontournable pour toute réflexion sur son œuvre, et en particulier pour celle que je proposerai dans ces pages.

2Le premier élément que je voudrais mettre en relief est le lien profond qui existe entre toutes les œuvres de Flaubert : « derrière la profusion et la variété de cette matière, – écrit par exemple Victor Brombert (1971 : 34) à propos des œuvres de jeunesse – on reconnaît une continuité de motifs qui éclaire la parenté d’œuvres à première vue aussi disparates que Madame Bovary, Salammbô et Bouvard et Pécuchet » ; et Guy Sagnes, dans sa Notice concernant Passion et Vertu, tient à souligner qu’il n’y a pas, au moment de la composition de Madame Bovary, une inspiration directe au conte de jeunesse, bien plutôt une convergence idéale :

Les similitudes des deux récits tiennent à l’esprit de leur auteur. Les sujets chez lui se ressemblent et drainent des manières semblables de les traiter. Une vie – et cela dès 1837 – est toujours l’histoire d’un rêve déçu. Les hommes sont des égoïstes en amour, les mots servent à tromper et les cérémonies sociales sont ridicules. C’est à la fois pour Ernest [le protagoniste masculin de Passion et Vertu], pour Rodolphe et pour Frédéric Moreau qu’une maîtresse est un embarras. Quand la seule personne qu’on aime va partir sur la mer, si l’on est une femme, on court, même la nuit, après son bateau : c’est pourquoi Félicité courra après Victor comme Mazza après le bateau qui emporte Ernest, quitte à ne plus voir qu’un navire qui s’en va. De sorte que Flaubert ne reprend pas ce qu’il a écrit, mais il le rencontre. Car, par suite de la fatalité ironique des choses, c’est toujours la même histoire. (Sagnes 2001 : 1301)

  • 2 Raymonde Debray Genette (1981 : 804) affirmait déjà en 1981 : « La Correspondance Flaubert se lit (...)
  • 3 Henri Troyat (1988 : 394) affirme que « certains critiques vont même jusqu’à placer l’tolier au-de (...)

3Nous aurons le moyen de constater, au cours des chapitres suivants, combien l’affirmation de Guy Sagnes « une vie est toujours l’histoire d’un rêve déçu » synthétise pleinement la vision du monde de Flaubert ; pour le moment, ce que je tiens à mettre en évidence, c’est la cohérence profonde de l’œuvre flaubertienne reconnue par les critiques, qui ne manquent pas d’y relier la Correspondance – « peut-être la plus belle correspondance littéraire du XIXe siècle » (Pierrot 1993 : 28) –, considérée désormais non seulement comme le complément biographique de l’œuvre, mais plutôt comme une œuvre elle-même ; davantage, comme l’œuvre de l’œuvre, selon le titre donné par Raymonde Debray-Genette et Jacques Neef au recueil d’études sur la Correspondance qu’ils ont dirigé (1993)2. « L’ensemble des lettres […] constitue une sorte d’œuvre autonome » écrivent-ils dans leur Avant-propos (8) ; avant eux, Victor Brombert (1971 : 27) affirmait : « les lettres de Flaubert suffiraient pour lui assurer une place dans l’histoire littéraire », et Claude Digeon (1970 : 263)3 : « dans sa Correspondance, […] [Flaubert travaillait], sans le savoir, à un autre chef-d’œuvre » ; ainsi, la Correspondance est une partie intégrante de l’œuvre et entretient avec elle des liens d’une étroite consonance, ce qui nous autorise à puiser aussi bien dans les textes que dans les lettres ; comme le souligne Claude Burgelin :

On aurait envie d’opposer le Flaubert cru, avec cette vivacité prolixe, cette spontanéité stylistique, cette liberté d’expression, des mimiques et des poses telles que les offre la Correspondance, et le Flaubert cuit, avec cette œuvre si longuement élaborée, concertée, ténue. Mais il suffit de superposer […] les textes de ces deux Flaubert pour voir comment ils consonnent, comment ils vibrent de la même façon. (Burgelin 1989 : 171)

4Enfin, la critique a toujours reconnu la très grande importance des structures thématiques dans l’œuvre de Flaubert, en voyant même, comme l’écrit par exemple Victor Brombert (1971 : 65), « une des grandes innovations de Flaubert » dans « la priorité des structures thématiques par rapport à la narration ».

  • 4 Toute citation critique serait une niaiserie et une injustice ; qu’il me soit permis toutefois de (...)
  • 5 Sauf erreur de ma part, bien entendu. Selon Michel Martinez (2002 : 7) « pour connaissance de tous (...)

5Bien évidemment, les études thématiques concernant l’œuvre de Flaubert sont innombrables et souvent d’une ampleur et d’une profondeur admirables4 ; cependant le thème du vieillir, quoique souvent évoqué, n’a pas vraiment connu un approfondissement spécifique5 : or, je crois qu’il constitue l’un des enjeux significatifs de la pensée et de l’œuvre flaubertiennes, l’une des clés qui nous permettent d’y pénétrer en profondeur, comme j’espère le prouver dans ces pages.

Notes

1 Toutes les citations de la Correspondance sont tirées de l’édition de Jean Bruneau (Flaubert 1973-2007).

2 Raymonde Debray Genette (1981 : 804) affirmait déjà en 1981 : « La Correspondance Flaubert se lit comme un roman, comme un essai, plus encore que comme un document ».

3 Henri Troyat (1988 : 394) affirme que « certains critiques vont même jusqu’à placer l’tolier au-dessus du romancier » ; pour sa part, Michel Martinez (2002 : 37) écrit que « non seulement […] la Correspondance est un monument qui a trouvé naturellement, au fil des années, ses admirateurs et son public, […] non seulement elle constitue le véritable mode d’emploi de l’œuvre romanesque […], mais elle participe directement […] à la gloire de son auteur ».

4 Toute citation critique serait une niaiserie et une injustice ; qu’il me soit permis toutefois de rappeler au moins l’étude fondatrice de Don Louis Demorest (1931).

5 Sauf erreur de ma part, bien entendu. Selon Michel Martinez (2002 : 7) « pour connaissance de tous les articles et de tous les ouvrages consacrés à Flaubert depuis la parution de Madame Bovary, il faudrait à un lecteur normal, d’après les estimations d’intrépides calculateurs, plusieurs milliers d’années »… Jacques-Louis Douchin (1984 : 3) écrit en 1984 que « la bibliographie de Flaubert compte à ce jour plus de cinq mille titres ».

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable