Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corpus, sources et archives

 | 
Jean Boutier
, 
Jean-Louis Fabiani
, 
Jean-Pierre Olivier de Sardan

Discussion

Vincent Geisser

Texte intégral

1Vincent GEISSER - Je suis pessimiste sur la socialisation scientifique, un mot qui me paraît assez prétentieux. On est malheureusement, le plus souvent, dans la fratrie du silence. En tant que chercheur, néanmoins, on est confronté à ce type de démarche collective, moins pour l'amour du travail collectif, que pour l'amour de la recherche et de ses résultats. Mais on est assez peu préparé, dans notre formation, à ce type de travail. Je vous remercie d'avoir donner quelques pistes qui nous amèneront peut-être à réfléchir. Un certain nombre de jeunes chercheurs anthropologues sont invités à réagir à l'exposé de Jean-Pierre Olivier de Sardan. On laissera ensuite la place à une discussion collective, générale, pourvue d'exemples et de contre-exemples.

2Farid ABACHI – En tant que doctorant, je travaille depuis deux ans sur les transformations de « l'habité » à l'époque contemporaine, sur les transformations de l'intimité des gens, dans le Sud tunisien. À l'origine, je pensais travailler sur l'habitat. Je suis parti d'un présupposé : que les différences que l'on peut constater dans l'habitat seraient induites par les adaptations architecturales, mais aussi par la transformation de valeurs sociales. Étudier l'intimité des gens, leur personnalité et leur perception de la société conduit à réfléchir sur la production du cadre bâti contemporain.

3Plus je pratique les enquêtes sur mon terrain, la ville de Tozeur, et plus je me rends compte de la difficulté de pouvoir questionner les gens sur leur cadre de vie sans évoquer des conflits engagés avec les autorités pour la construction de logements, au sujet du respect ou du non-respect des règlements du bâti. Le cadre correspondant à l'habitat est en effet pré-installé ; mais il ne tient pas, face aux critiques qui opposent les différents quartiers de la ville, et que les habitants se font entre eux. En même temps, le schéma global d'occupation ne tient pas, face à l'occupation quotidienne : le cadre bâti est marqué par des pratiques que j'ai pu vérifier en restant dans un certain nombre de familles suffisamment de temps, dans la journée, dans la semaine et dans l'année.

4Vous avez parlé de la forme d'enquête collective. Ce genre d'enquête, caractérisée par la rapidité et par des relations superficielles entre enquêteur et enquêté, prend en compte une somme de travaux déjà réalisés ; mais elle ne montre pas les changements, les dynamiques en cours porteuses de transformations. Des enquêteurs ayant différentes sensibilités, et différents points de contact, peuvent-ils rendre compte d'une transformation induite au niveau familial ?

5Jean-Pierre OLIVIER DE SARDAN - La réponse est clairement non. C'est totalement inadapté pour votre objet. J'ai bien dit que je ne voulais pas du tout donner une sorte de clé qui ouvrirait toutes les portes, et votre porte, celle des micro-changements de l'intimité, ne sera pas ouverte avec cette clé là.

6Farid ABACHI - L'an dernier, l'UNESCO a lancé un appel d'offres, et les paramètres de l'enquête n'étaient pas ceux que vous avez précisés tout à l'heure. En revanche, les formes de l'enquête correspondaient au canevas proposé : c'est-à-dire qu'un certain nombre d'enquêteurs sont venus, ont enquêté, sans rechercher de conflits parce que ceux-ci sont généralement masqués ou occultés. Les procédures d'enquête en reprenaient légèrement les termes, mais le rapport final n'a pas encore paru ; et je doute fort que ce genre d'enquête dont on connaît l'enjeu, puisse répondre de manière fiable à ces transformations. Tout le monde en est conscient, je crois, dans cette salle, et, pourtant, on recommence. En outre, enquêter dans une ville comme Tozeur, divisée en deux « côtés », est particulier. Considérer l'ensemble ne constitue pas un modèle fiable pour étudier une dynamique.

7Mouldi LAHMAR - Je remercie M. Olivier de Sardan pour son exposé si riche en informations sur les techniques et les pratiques de l'anthropologie. Ce que vous dites des problèmes de l'enquête, de la politique de terrain, est vrai. Ceux qui ont fait du terrain ont rencontré ces questions. Je me suis rendu, quant à moi, au Kef pour une enquête commanditée par une société faisant des installations pour les photovoltaïques. Dans le plan de l'enquête, l'équipe devait contacter quelques soixante cheikhs, chefs de la plus petite division administrative qu'on appelle maintenant omda. À l'un d'eux, je demandais ce qui avait changé dans le métier de cheikh, ou quel était le plus grand changement qu'il avait pu observer. Il me répondit qu'il ne monopolisait plus l'information, qu'il n'était plus une source d'information, alors que j'étais venu lui parler dans l'idée qu'il connaissait la région. J'ai alors remarqué combien l'hypothèse qui sous-tendait tout le plan d'enquête paraissait incertaine, et qu'il fallait vraiment faire très attention. Avant de commencer l'enquête proprement dite, j'ai eu l'occasion de rencontrer, dans un village, un instituteur originaire du groupe sur lequel je devais travailler. En bavardant avec lui, j'ai évoqué le nom d'une famille par laquelle je comptais commencer l'investigation. Or, il me dit : « si tu commences par cette famille, tu ne comprendras plus rien ». L'enquête avait donc commencé avec lui, dans le village, et non dans le groupe.

8J'aurais une autre remarque à faire sur la notion de terrain, qui, pour moi, reste très confuse. Vous avez parlé d'une politique du terrain. L'idée que « le terrain » est une donnée préexistante, par rapport à ce que l'on cherche et une donnée postérieure (qui reste après nous) me paraît constituer un problème dans la mesure où cette conception est positiviste. Si, par ailleurs, le terrain est bien une construction du chercheur, il n'est plus possible de revenir au même terrain, d'y retravailler, parce que d'autres problèmes se posent à lui. Ceci pose un problème de validité des recherches. Dans le cas que je viens d'évoquer, on était une centaine sur ce terrain. Chacun aurait donc eu en tête une conception, une construction du terrain différente. Un quartier, tout en étant un seul terrain, aurait constitué une centaine de terrains. Comment, enfin, peut-on délimiter un terrain dans le temps et dans l'espace ? Par exemple, on dit que La division du travail de Durkheim est un texte sociologique : mais quel était son terrain ? Quel était celui du travail de Weber sur « l'esprit du capitalisme » ? Vous parliez tout à l'heure, des livres et des idées qui circulent. En formulant des hypothèses, je constate que celles-ci ne sont pas issues de mes propres observations de terrain. On part généralement d'une hypothèse, on va la tester dans un terrain que, parfois, l'on n'a jamais vu auparavant. Est-ce que les représentations sociales sont reproduites sur le terrain ? Pour moi, c'est une énigme.

9Enfin, j'ai l'impression que vous réduisez l'enquête de type sociologique au questionnaire. L'enquête par questionnaire n'exclut pas l'observation. Ce que vous appelez la pré-enquête, la visite, les formes de familiarisation avec le terrain existent également. Je dirais même que la familiarisation avec le terrain préside à la construction du questionnaire, entre dans sa fabrication, puis dans le dépouillement, et dans le découpage des informations. On n'est donc jamais tributaire du seul questionnaire : c'est un filet qu'on jette pour recueillir des informations, mais ces informations ne sont pas traitées (pas seulement) par le cadre initial. Il existe un savoir né du contact avec le terrain, de l'observation, du travail de l'anthropologue.

10Ceci nous amène au problème du choix des études qualitatives et des études quantitatives. Tout le monde pense que Durkheim a beaucoup utilisé les statistiques dans Le suicide. Peu importe si elles sont valables ou pas. L'hypothèse explicative de Durkheim ne vient pas des statistiques, et il est très difficile de la vérifier avec les statistiques. Le contrat social, c'est un peu compliqué ! Alors Durkheim présente des tableaux, après l'hypothèse explicative. Il fait des efforts pour montrer que c'est un fait social. Mais, pour l'explication, j'ai l'impression que son hypothèse n'est pas produite par un travail sur le terrain. Weber a utilisé quelques statistiques pour fabriquer la problématique, mais après il utilise la pratique de la compréhension.

11Vous avez montré combien les techniques de collecte d'informations sont problématiques et incertaines. Dans quelle mesure les techniques d'enquête ne favorisent-elles pas, finalement, les points de vue des autochtones ? Vous dîtes que l'anthropologie doit dégager les points de vue des autochtones. Mais comment résoudre le problème quand les techniques utilisées entrent dans la fabrication de points de vue autochtones ?

12On ne travaille que sur des morceaux de réels et des fragments et il restera toujours des fragments que l'on ne connaît pas, des morceaux qui seront vus par un autre chercheur parce qu'il construira le terrain autrement. J'en reviens à la relativité de la recherche, à son côté partiel, hypothétique.

13Jean-Pierre OLIVIER DE SARDAN - Vous avez une vision assez proche de ce que devrait être l'enfer. Je suis d'accord avec vous qu'il est totalement réducteur de ne faire de la sociologie que par questionnaire ; et que le bon sociologue, même par questionnaire, est un sociologue qui a une familiarité avec le terrain, etc. Simplement, chaque discipline a ses risques, ses déviations dominantes. Il se trouve que j'ai vu des sociologues qui déléguaient quasiment tout le travail de questionnaires à d'autres, et qui ne connaissaient pas le terrain. Je ne vais pas citer de nom pour ne pas entrer dans des polémiques, mais ce n'est pas complètement absent de la profession. On sait qu'il y a aussi des anthropologues qui tombent allègrement dans tous les biais que j'ai cité.

14Deuxièmement, je ne sais pas si le terrain existe ou n'existe pas en dehors du chercheur. Je sais en revanche que la réalité existe en dehors du chercheur. C'est une chose dont je suis fermement convaincu, sinon je changerais de métier. La réalité existe en dehors du chercheur, avant lui, pendant lui et après lui. Ce qui par contre est construit, c'est ce que dit le chercheur de la réalité sur laquelle il a enquêté. Et même ses propres données sur la réalité sont construites, c'est-à-dire que les données que nous produisons ne sont pas des reflets de la réalité. Elles sont produites par nos interactions avec la réalité. C'est pour ça que les sciences sociales sont confrontées à un certain nombre de problèmes sur la variété des points de vue, par des chercheurs différents, sur une même réalité. Il est vrai aussi que l'on travaille toujours avec des bouts de réalité, que chacun y prélève un peu ce qui l'arrange. Toutefois, cette vision constructionniste des sciences sociales est un progrès, dans les sciences sociales, par rapport à ce qu'on a appelé le positivisme ou l'empirisme naïf. Maintenant, il ne faut pas oublier que la réalité existe avec ses pesanteurs en dehors de nous, même si ce que nous construisons, nous le faisons théoriquement sous contrainte de cette réalité ou avec certaines visées par rapport à cette réalité. En particulier, je pense que nous sommes tenus à une exigence de recherche de véridicité.

15De fait, nous sommes confrontés à une double recherche d'adéquation. Premièrement, que les données que nous produisons soient, autant que possible, le plus près possible de la dite réalité, sachant qu'elles ne le seront jamais, qu'elles sont toujours des fabrications, des constructions qu'on y incorpore : on essaye quand même de ne pas produire des fictions (sinon on change de métier), mais des données, produites par nos hypothèses, nos interprétations… Entre parenthèses, dans le recueil du point de vue des acteurs, on incorpore forcément de l'interprétation préconstruite à l'intérieur de nos questions de recherche… Mais, à mon avis, ce sont des interprétations dont la qualité, en termes de stratégie de recherche, doivent être la malléabilité, la souplesse, la capacité à se transformer, justement dans l'interaction avec ces bouts de réel auxquels nous sommes confrontés.

16Une deuxième adéquation doit être recherchée entre les énoncés interprétatifs que nous produisons dans nos textes, et ces données. Dans les sciences sociales, on entend que nous produisions des énoncés qui soient attestés, ancrés dans des données. C'est pour ça qu'on a recours à l'exemplification, à travers des cas ou des tableaux : on est sans arrêt en train d'invoquer les données pour appuyer nos énoncés. Forcément, on prétend qu'il n'y a pas un décrochage complet entre les énoncés et les données : il s'agit aussi de recherche. Dans d'autres systèmes interprétatifs, probablement les qualités du deuxième niveau d'interprétation sont plus la virtuosité, la cohérence (je distingue, pour la forme, ces deux niveaux qui n'existent pas dans la pratique). Ce n'est pas parce que l'on construit nos hypothèses, nos données, nos faits, qu'en même temps on n'a pas une visée de véridicité. C'est une éthique scientifique c'est peut-être à ce niveau là qu'il faut la chercher ou simplement une règle du jeu, une règle de déontologie. Ce qui est tout à fait légitime. Le jeu de la science n'est pas meilleur qu'un autre, mais il a des règles. Au centre de ces règles, il y a cette exigence de véridicité, même si elle est d'une certaine façon impossible.

17Le constructionnisme est donc un progrès ; mais s'il débouche sur le relativisme épistémologique, ce que d'autres ont appelé l'anarchisme épistémologique (que tous les points de vue se valent, que tout n'est que points de vue), ce n'est qu'une phénoménologie de bazar qui laisserait entendre que plus personne ne peut prononcer de vérité. C'est absurde, ça me semble tout aussi dangereux (si ce n'est plus) que le positivisme.

18L'avantage du positivisme est que l'on peut reconsidérer ses données, même si elles sont positivistes. Prenons l'exemple d'un certain nombre de travaux des années 1930, avant ce qu'on peut appeler la révolution constructionniste (l'interactionniste, c'est les années 1950). On arrive à reconsidérer ces travaux qui étaient tous dans une perspective évolutionniste et positiviste, à « en faire notre miel » malgré çà, parce qu'on est capable de les décoder et les recoder autrement. Lorsque je travaille sur les archives coloniales, je vois bien les points de vue des missionnaires (et Dieu sait s'ils ont des préjugés). Ceci étant, comme source d'information, c'est bien meilleur que celle d'un anthropologue post-moderne qui me dira ses expériences intimes sur le culte de possession en Afrique. Certains missionnaires disaient qu'après une transe, les gens mourraient, car ils n'avaient pas compris ce qu'était la possession. Ceci étant, ils ont été mille fois plus utiles (avec ce décodage que je fais) que tel anthropologue post moderne qui me dit comment il a vécu une expérience indicible… On ne peut pas tout mélanger. Finalement, la « revisitation » des terrains qui se fait de plus en plus (nous sommes toujours plusieurs sur des terrains voisins) me semble un progrès. Dans nos disciplines, justement parce qu'il n'y a pas de certitude, le seul moyen qu'on a pour améliorer la plausibilité c'est bien le débat, la pensée critique, mobilisée avec des exemples et des contre-exemples. C'est l'un des rares dispositifs, dans notre métier, qui rend optimiste. Les choses ne sont pas vraiment cumulatives ; mais il y a quelques ouvertures, des progrès de connaissance, grâce à ces formes de débat, de contre-visites. Il ne faut surtout pas tomber dans le relativisme.

19Le problème de délimiter le terrain est autre : comment va-t-on faire se croiser les questions de recherche et un certain « espace-temps », quand nous produisons des données contextualisées ? Bien sûr, si l'on prend un espace temps qui est celui de l'humanité et de la planète, pour un travail comparatif, c'est autre chose : on serait alors une sorte de super Dumezil qui embrasserait tout. Mais à l'échelle d'un travail artisanal de chercheur, on est quand même obligé de partir d'un espace-temps relativement limité.

20Le problème de la délimitation du terrain vient de la nécessité d'une conjonction entre la contextualisation et la question de recherche. On bricole, ici encore, à la conjonction des deux. Par exemple, comprendre les pouvoirs au village, c'est comprendre deux choses. Premièrement, les relations avec les fonctionnaires de l'État. En effet, contrairement à l'opposition État-société civile qui n'a pas de sens en sociologie, dans les villages, des « bouts » d'État interviennent sans arrêt. Il n'est pas pensable de comprendre la fonction du pouvoir dans les villages sans voir les articulations avec les fonctionnaires décentralisés, ou les cadres de l'État qui sont issus du village et qui vivent en ville. Deuxièmement, il est indispensable de comprendre la maîtrise des liens supralocaux qu'ont les gens au village : faire partie d'une congrégation, d'une secte, d'une église qui permet d'avoir des relations, des informations, à 500 kilomètres de là, fait partie du jeu politique local. Le chercheur se déplace donc dans l'espace à mesure de ses problématiques de recherche. Il ne s'enferme pas dans le village, ce qui n'aurait pas de sens. Mais on est quand même obligé de partir de quelque part. Je me réfère, comme Jean-Louis Fabiani, à cet ouvrage sur les cadres où Boltanski oppose la conception juridique de la délimitation, qui définit les nations, à la conception sociologique, qui ne croit pas aux dichotomies. Bien sûr, la réalité est un continuum, et pour le penser, la sociologie part plutôt de la notion de foyer. Pour les sociologues, les foyers sont, au départ, une zone, une position de recherche : ce n'est pas une clôture. Si l'on travaille sur la délinquance, il ne s'agit pas de la délinquance proprement dite, ce sera une bande dans un coin qu'on prendra comme point de départ, puis on suivra la pelote.

21Vincent GEISSER - Je voudrais réagir à ce propos. Quand on regarde le développement des sciences sociales, notamment la science politique, on s'aperçoit qu'il y a un éclatement de la notion d'espace-temps, et du terrain. Aujourd'hui, certains chercheurs peuvent articuler quarante exemples, de quarante époques différentes, de quarante pays différents, et se disent spécialistes de tel pays. Le grand apport de votre exposé, de vos trois exposés, c'est de nous montrer qu'il faut toujours « sentir » quelque chose. Je me suis souvent posé la question de savoir si je peux écrire sur la société tunisienne, sous le prétexte que je vis en Tunisie en 1999 : je ne pense pas que ce soit un espace-temps suffisamment cohérent. On a, malgré tout, des contre-exemples très récents. Pour un anthropologue « partir d'un espace-temps » peut sembler banal. Mais il est bon de le rappeler dans une discipline comme la science politique. On y voit de plus en plus de chercheurs, et pas n'importe lesquels, manipuler l'espace-temps, des espaces, des exemples… C'est donc, pour nous politologues, un vrai combat. J'ai l'impression que l'on parle de plus en plus de choses qu'on ne sent pas. Pourtant on culpabilise chaque fois qu'il faut produire un discours général, rendre compte d'une situation générale, pour tel ou tel article, un exercice d'écriture quasi obligatoire. En dehors du cercle, les anthropologues apparaissent comme des modèles, au bon sens du terme, à cause même de cet éclatement de la notion d'espace-temps.

22Nicolas PUIG - J'ai peur qu'on vous accuse d'être le fossoyeur de l'anthropologie : parce que vous détruisez le mythe du terrain, vous rompez l'enchantement du rapport de l'anthropologue à son terrain et à la « peuplade isolée » qu'il va étudier. Vous dressez, en plus, une liste affolante des biais d'interprétations, qui dessine sous nos pas un chemin miné… En fait, pour nous qui avons fait le voyage, vous nous aidez à faire le chemin inverse. C'est un chemin qu'on fait tous parce que, quand on s'engage dans cette discipline, on y part avec une envie forte, une envie aussi d'aller vers un exotisme. Une des conditions de la production de données fiables et cohérentes, c'est de faire le chemin inverse, de sortir, et finalement de banaliser. Vous nous aidez à faire ce chemin, en évitant le narcissisme herméneutique, pour employer une expression de Gellner, selon lequel on apprendrait plus sur la relation qu'on entretient soi-même avec un terrain, avec des gens, que sur ces gens eux-mêmes, sur ce qu'ils vivent ou sur la façon dont ils s'organisent pour vivre. Je vous remercie pour cet effort réflexif, qui est très utile… et je ne fais pas partie de ceux qui vous accuseront d'être le fossoyeur de l'anthropologie, si cela peut vous rassurer.

23Je pense aussi que ce qui a amené cet effort réflexif d'aujourd'hui c'est la première fois que je lis quelque chose d'aussi avancé en ce domaine c'est l'intérêt pour les questions contemporaines, ou pour prendre en compte les sociétés dans leur contemporain, et non pas figées dans leurs traditions. Il me paraît très important d'insister sur la complexité du réel (ou des réels) des sociétés « exotiques » ou lointaines. C'est peut-être de là que naissent les interrogations méthodologiques : comment prendre en compte cette complexité ? Visiblement, la simple intégration prolongée dans une « peuplade isolée » ne suffit plus. D'autant qu'il n'y a plus, aujourd'hui, de concordance entre l'échelle de travail de l'ethnologue et l'échelle de généralisation de ses données : on ne travaille plus sur des mondes clos, suffisamment peu nombreux pour qu'on puisse les étudier tous, dans leur contexte. Les sociétés sont insérées, de plus en plus, dans des ordres différents, renvoyant à des espaces temps qui dépassent leurs frontières physiques. C'est une autre manière de poser la question du terrain : il y aurait ainsi des glissements de terrain.

24On est obligé de combiner, comme vous l'avez dit, des approches intensives à d'autres types d'approches, que l'on doit inventer. Plusieurs propositions, « ethnologie brève », « ethnologie longue », « ethnologie intensive ou extensive » essaient de décrire le fait que l'on ne se contente plus, aujourd'hui, de cette fameuse « observation participante », mythique. On essaie de procéder autrement pour arriver à coordonner un questionnement et une pratique de terrain. C'est ce que j'ai essayé de faire dans le Sud tunisien. Je suis parti d'une population particulière, un groupe d'anciens nomades sédentarisés, et j'ai généralisé un certain nombre de choses à l'ensemble du Sud tunisien. Pour cela, j'ai combiné une ethnologie intensive (en terme de ce groupe là, dans le quartier où il vit) avec des éclairages dans d'autres lieux du Sud tunisien, toujours en rapport avec des questionnements précis ; et avec d'autres éclairages de nature statistique, comme le relevé des fiches de mariage dans l'état civil. Cette combinaison de plusieurs méthodologies m'a permis d'aller à l'encontre de la distorsion qui existe entre l'échelle du recueil principal des données et la généralisation de ces données. Je n'ai pas vraiment de questions, beaucoup de choses ont été soulevées, et je suis comblé.

25Eric GOBE - J'ai rédigé une thèse de science politique sur le rôle joué par les hommes d'affaires égyptiens dans l'élaboration de la politique économique de l'Égypte de l'infitah (l'ouverture), entre 1974 et 1994. Bien que je ne sois pas anthropologue, non titulaire d'une thèse d'anthropologie, j'ai eu la désagréable impression, à la lecture de votre texte, de revivre ma soutenance… On m'a surtout reproché d'avoir une confiance excessive en mes informateurs privilégiés ; on m'a accusé d'avoir pris pour argent comptant ce qui m'avait été affirmé. J'avoue qu'il est très difficile d'y échapper. En fait, la tentation de reproduire les interprétations des informateurs sur les pratiques sociales des acteurs étudiés est souvent très forte, surtout quand on a un certain nombre d'informations, de données accumulées, dont on ne sait quoi faire, comment les interpréter. Parfois, l'informateur vous donne une grille de lecture. J'ai succombé à cette tentation en utilisant comme concept, une interprétation qui m'avait été fournie, par l'une des personnalités interrogées, sur les pratiques des hommes d'affaires.

26J'insisterais également sur le problème de « l'observation participante » et des conditions objectives de la recherche… Je travaillais sur une population, les hommes d'affaires, par définition une élite économique donc fortunée. Il est très difficile de faire de l'observation participante, notamment dans les clubs de sports, tels que le tennis, le golf, le polo… Ce sont des lieux tout à fait intéressants à fréquenter mais, malheureusement, en tant que boursier franco-égyptien…

27Je voudrais enfin évoquer la difficulté de nommer son objet, la taxinomie. Vous en parlez dans votre texte. Je me suis tout le temps heurté, dans mon travail au nom que je pouvais donner à ma population de référence : j'ai utilisé hommes d'affaires. Là aussi, les mots sont piégés. Comment désigner cette élite économique que je souhaitais prendre pour objet de recherche ? J'avais à ma disposition un concept, celui d'entrepreneur. Ce vocable connaissait un regain de vitalité, à la fin des années 1980 et au début des années 1990. Mais que faire, dès lors que ce concept était utilisé, non seulement par les grandes institutions comme le Fonds Monétaire International ou la Banque Mondiale, mais aussi par les chercheurs, spécialisés sur le monde arabe ou sur les pays de l'Est ? J'ai essayé de m'armer en lisant toute la littérature concernant cet objet de recherche. Mais je me heurtais toujours à un problème de définition, trop étroite (en particulier celle de Schumpeter qui voit en l'entrepreneur un agent économique novateur) ou trop large (recouvrant l'épicier du coin comme l'industriel en agroalimentaire). En fait, j'ai préféré une notion (plus qu'un concept) utilisée par les acteurs qui étaient regroupés en associations d'hommes d'affaires (gamiyet rijel el amal). Je me suis permis d'utiliser la façon dont les acteurs se nommaient eux-mêmes. Cette notion d'hommes d'affaires était pertinente, parce que suffisamment laxiste pour s'adapter à l'ensemble des individus composant ma population de référence, travaillant dans des branches d'activités extrêmement diverses (un spéculateur foncier, des industriels, des agents commerciaux, des commerçants…). Je n'entrerai pas dans le détail des raisons qui expliquent ce conglomérat. Mais cette notion m'a parue suffisamment fructueuse, heuristique, pour avancer dans le travail sans m'enfermer dans des catégories préétablies : je trouvais que la catégorie « entrepreneur » était connotée idéologiquement, ou trop large. Je dois avouer, toute honte bue, que j'ai pris le risque de préciser que cette population de référence, les hommes d'affaires, faisait partie d'une bourgeoisie, donc d'une classe sociale.

28Jean-Pierre OLIVIER DE SARDAN - J'espère que l'évocation de votre soutenance est due à votre expérience biographique, et pas à la nature de mes propos. À travers la boutade sur le club de golf ou de polo, vous mettez l'accent sur le problème des contraintes matérielles. Toute enquête est un compromis avec des conditions matérielles qui ne sont jamais comme on voudrait qu'elles soient. Aucune de nos enquêtes n'est jamais l'enquête idéale qui combinerait tout, avec le temps qu'il faut… On ruse tous avec les conditions dans lesquelles on fait nos enquêtes. Quand on est jeune chercheur, on a plus de temps et moins d'argent ; quand on est vieux chercheur, on a plus d'argent et moins de temps…

29Il se trouve que la sémiologie populaire est une des choses qui m'intéresse le plus, et sur laquelle, dans tous les problèmes de recherche, on a toujours des non dits. « Nommer » est quelque chose qui rencontre mes préoccupations sur la corruption, par exemple. Dans les différents domaines de la santé sur lesquels je travaille, on fait aussi de la sémiologie populaire, de façon approfondie. Il ne s'agit pas de se contenter d'un vocabulaire courant. Les indicateurs intéressants doivent compter, selon les secteurs, sur ce qui se diversifie. Je crois aussi que la sémiologie populaire est un des points de passage incontournables de nos disciplines. Toute bonne recherche consiste à s'appuyer sur des grilles de pensée partagées par les acteurs.

30Maintenant, j'aimerais parler des rapports entre anthropologues et politologues. J'ai fait Sciences Po, dans le temps. Je connais le monde des politologues que j'ai souvent côtoyé sur l'africanisme. Il est vrai qu'on n'approche pas le terrain de la même façon (et ce n'est pas une arrogance de discipline de le dire). Le rapport au terrain des politologues (que je connais), n'est pas du tout ce que les anthropologues appellent « le terrain » : tel politologue confirmé fait un mois dans un pays et dit avoir fait son terrain. Ça veut dire simplement que les sources sont différentes. Le terrain des politologues est le plus souvent basé sur des sources tout à fait intéressantes, qui sont la presse (ça veut dire collectionner tous les journaux paraissant sur telle question), sur la rencontre d'un certain nombre d'acteurs clés. Ils mènent donc des entretiens avec des experts, dans le sens de personnes ressources. L'un des grands intérêts de la science politique, c'est la comparaison. En faisant un mois par-ci un mois par-là, au bout d'un moment, on acquiert une expérience comparative que les anthropologues ne peuvent pas avoir. Les avantages de l'un sont les inconvénients de l'autre, et vice-versa. Parfois pourtant ils se complètent et je vais en donner un exemple.

31Vous savez tous comment Jean-François Bayard, dans le début des années 1980, a parlé des « modes populaires d'action politique », concept qui venait de la grande culture historique, sociologique, ou de philosophie politique des politologues. Il produit donc un concept qui est un mélange d'expériences vécues au Cameroun et d'héritage, celui de sa critique propre de Foucault sur le mode populaire d'action politique. La formule qui, par la suite, a été appelé « politique par le bas », est tout à fait intéressante parce qu'elle ne regarde plus simplement la politique des politiciens, mais celle de « Monsieur tout le monde ». Cependant, ce concept est resté programmatique pour l'essentiel : je ne connais que deux ou trois rares exemples de travaux de recherche empirique sur « la politique par le bas », parce que, justement, le terrain du politologue ne le permet pas. Ce n'est pas avec les journaux et des entretiens avec quelques « experts », même s'ils sont leaders syndicaux, que l'on comprend « la politique par le bas » : ce qui est une façon extrêmement diffuse ou non politique de gérer un rapport au pouvoir, avec des gens que d'autres diraient dominés, dans une sociologie de la domination. De fait, on n'a plus besoin de s'appuyer sur ce concept. Pour voir ce qu'est le rapport au pouvoir qu'ont un certain nombre d'acteurs sociaux d'en bas, il n'y a pas d'autres moyens que l'enquête anthropologique. C'est bien un problème de rapport entre les problématiques et le travail empirique. Par contre, souvent, les anthropologues sont défaillants dans l'utilisation de sources telles que la presse, voire ça fait aussi partie du biais populiste chez les anthropologues du fait de leur méfiance vis-à-vis des experts patentés. De ce point de vue, on peut parler de complémentarité entre les disciplines.

32Vincent GEISSER - Le problème des politologues n'est pas seulement un problème de rapport à la méthode, c'est véritablement un problème de positionnement dans le champ des sciences sociales, de posture : la science politique se dit noble et à partir de là un noble ne doit pas perdre son temps à aller faire des enquêtes de terrain.

33Larbi CHOUIKHA - La question des rapports aux informateurs me semble fondamentale, dès lors qu'un chercheur ne maîtrise pas la langue, ne vit pas dans le pays, travaille sur un terrain qui n'est pas le sien. L'imprégnation passe alors directement par des informateurs. Or, dans un certain contexte, selon la structuration ou la configuration que prend ce contexte, nous savons que cet informateur a un rôle et un statut particulier. Ceux qui vivent dans ce pays le saisissent ; mais il est parfois difficile de le faire sentir à quelqu'un qui se trouve en dehors de ce contexte. On constate également que leurs informations prennent différents sens, selon le terrain, et selon la personne qui enquête (ce peut être aussi des étudiants de l'Institut de Presse et des Sciences de l'Information où j'enseigne, ou d'autres formations académiques). Et bien, ces informateurs passent par des chercheurs qui, comme eux ont entrepris les même études dans le pays, voire d'autres personnes sous prétexte qu'ils sont plus disponibles que d'autres. Dans quelle mesure ces « informateurs » qui sont souvent des acteurs, peuvent-il aider les chercheurs à s'imprégner du terrain sur lequel ils travaillent ?

34Kmar BENDANA - J'ai l'impression que seuls les anthropologues (ou quelques sociologues) peuvent faire des films, mais pas les historiens. J'aurais aimé être anthropologue pour pouvoir faire des films. Pourquoi les anthropologues font-ils des films ? Que faîtes-vous, en tant qu'anthropologue, quand vous filmez ? Comment écrivez-vous vos scénarios ? Que représentent-ils, enfin, par rapport à ce que vous produisez en articles ?

35Hassen ELBOUDRARI - Au risque de passer pour un affreux culturaliste, je reprendrais, pour défendre un point de vue un peu différent, un certain nombre de termes chargés péjorativement, aussi bien dans l'exposé (pour des raisons didactiques) que dans la salle : culture, culturalisme, herméneutique, intimité, indicible, etc. Je renverserais ce « biais », par un changement d'angles de vue autour de la représentativité. Cette question soulève des problèmes complexes, si l'on ne fait pas de l'anthropologie sociale au sens strict, si l'on ne s'intéresse pas exclusivement au processus sociaux, objectivables et observables. Si l'on fait, ce qui est mon cas, une anthropologie culturelle qui veut échapper aux risques du culturalisme (en s'intéressant à ce qui se déroule à l'intérieur de la vie collective, de quelque taille qu'elle puisse être), la question de la représentativité se pose par deux bouts.

36Tout d'abord, par l'exception par le haut. Si l'on ne veut pas aboutir à une vision moyenne (qui serait malgré tout consensuelle) du fonctionnement d'un groupe humain, de l'activité d'une société, de son esprit collectif (pour éviter les termes symboliques, et rester à un niveau de généralité), il existe des figures héroïques qui disent quelque chose sur le groupe, bien qu'elles n'en soient pas représentatives : ces « personnages » (comme on dirait en art dramatique) ou ces « types » (comme le disaient certains folkloristes, et aujourd'hui les sémioticiens) sont significatifs de quelque chose (surnaturel, magie, religiosité non canonique, etc.) qui ne laisse pas le type de traces habituellement recueillies et analysées par le chercheur, en particulier par l'anthropologue social. Ceci exige des protocoles différents, et une attention à ce qu'on pourrait appeler hâtivement et péjorativement « l'indicible », « la subjectivité ». Levi-Strauss, qui n'est pas culturaliste, dit, si je me souviens bien, que ce qui distingue la démarche anthropologique, c'est de faire de la subjectivité la plus intime un moyen de démonstration objective. Massignon, quant à lui, parle, à propos d'une grande figure mystique martyrisée au xixe siècle, de « courbes de vie » : ce savant accompli, pour lequel j'ai beaucoup d'admiration, prend la métaphore de la navette du métier à tisser, qui n'appartient pas à la trame mais qui est significative de l'ensemble de ce qui se passe. Je le cite ici, comme analogie, pour dire qu'il y a des expériences, limites, qui disent quelque chose sur la manière de fonctionner du groupe, au niveau symbolique, et qui ne sont pas collectables, observables, dans ce qui est habituellement reçu comme représentatif.

37À l'autre bout, la question de la représentativité se pose dans la pensée commune, qui est quelque chose de différent du « sens commun ». On peut ainsi définir des objets qui pourraient faire sortir la préoccupation de l'investigation anthropologique de l'exotisme. Sur des sujets qui ont un rapport au surnaturel, (une religiosité jusque là traitée comme marginale, possession, croyance dans les djinns), il est tout à fait possible par une démarche qui s'inspirerait de cet esprit-là de montrer que, loin d'avoir une culture à deux niveaux, avec un schéma hiérarchisé (culture du haut - culture du bas ; dominants – dominés), on trouve plutôt une sorte de sédimentation.

38Dorra MAHFOUDH - Je voudrais connaître votre expérience sur un point relatif à la situation d'entretien. Dans mon expérience de terrain en Tunisie, j'ai eu souvent l'occasion de remarquer qu'en situation d'entretien, les acteurs sociaux (des femmes, des jeunes, des personnes en milieu rural…) se mettent dans un rapport de domination, en se sentant obligés de donner de l'information. Ceci est probablement lié à un stéréotype, la plupart des enquêtes ayant lieu en milieu rural ou dans les quartiers pauvres. Mais il rend le travail très difficile et assez long. Je voudrais savoir comment l'expérience d'anthropologue peut éclairer les sociologues, pour arriver à faire éclater cette carapace, cette position d'assisté, de dominé, ce besoin de répondre à l'image qu'attend de vous l'État, ou d'autres acteurs. En travaillant, avec une anthropologue française, sur les pratiques de propreté dans certains quartiers, la situation était différente. En arabe, on me disait des choses, tout en précisant que ce n'était pas la peine de le dire à ma collègue : c'était « entre nous », notre imaginaire en quelque sorte. Avez-vous rencontré cette situation en Afrique, ou dans votre expérience en général ? Et comment avez-vous pu la traiter ?

39Jean-Pierre OLIVIER DE SARDAN - Je vais tout d'abord répondre à la dernière question, puisque la variété des relations sociales dans les enquêtes est extrêmement grande. Évidemment il n'y a pas de recette, ni même de stéréotype. Néanmoins je crois que le rapport de domination n'est jamais unilatéral. Certains sociologues ont insisté sur le rapport de domination entre le sociologue et ses enquêtés ; et jusqu'à quel point il était fort, structuré, dans la relation d'enquête. Je crois que les gens ne cessent de sous-estimer les capacités réactives, subversives des enquêtés, lorsqu'ils se mettent dans une attitude de « dominés » face à un enquêteur « dominant ». Enfin, ils sont tout à fait capables, par-là même, de ne pas répondre, ou de répondre de manière déstabilisante. Leurs capacités acquises sont multiples ; et il n'y a de rapport de domination que policier. Le moyen de le détourner dépend des situations locales. Il existe bien un contre rapport de domination dans l'enquête : je ne connais guère de cas où l'enquêté ne puisse pas répondre n'importe quoi pour se débarrasser de l'enquêteur. C'est aussi une stratégie.

40En Afrique subsaharienne, en tout cas, on peut certainement différencier la « sociologie de tournée » de la « sociologie de résidence », de ce point de vue là. Il est clair qu'il ne suffit pas sortir de son véhicule, poser quelques questions aux paysans, et repartir vers un autre village. Ce n'est pas comme ça qu'on peut travailler sérieusement, car c'est là qu'on vous raconte des « histoires ». Il faut aller au-delà de cette sociologie de tournée, qui n'est rien d'autre qu'une habitude d'experts qui ne permet pas d'aller au-delà de réponses stéréotypées. Dès qu'on s'en donne la peine, il n'est pas si difficile de travailler dans un autre type de rapports avec les gens. En Afrique subsaharienne où le passé est très souvent invoqué dans les conflits, c'est une question de savoir-faire. Un étudiant débutant dans son premier terrain aura parfois des difficultés. Mais on trouve toujours qu'un conflit en cache un autre. À la limite, un danger inverse serait de surdéterminer à l'excès les conflits, par le passé, sans voir que même si on invoque des conflits anciens, ceux-ci n'existent que parce qu'ils ont été réactivés, reproduits. D'autres conflits anciens, ailleurs, ont pu être oubliés. C'est dans le rapport rétrospectif à l'histoire que se jouent les choses, les conflits actuels n'étant pas simplement une projection automatique de conflits anciens. Je dirais aussi que ce n'est pas un problème en soi, mais que ça fait partie du quotidien du travail d'enquête, quelles qu'en soit les méthodes, les procédures.

41Sur les informateurs, je n'ai rien de particulier à ajouter. Le problème est qu'il y a des courtiers dans le domaine de l'information, courtiers et médiateurs, professionnels statutaires ou qui se présentent comme tels mais qui ne sont pas forcément rétribués à la commission. Aller au-delà des intermédiaires fait partie ici encore du savoir-faire du chercheur. Il ne s'agit pas d'ignorer, de mépriser ou de ne pas travailler avec ces intermédiaires : suscités ou autoproclamés, ils servent, à la fois, de véhicule d'informations et d'écran, de filtre. Un des aspects de ce savoir-faire est de contourner les intermédiaires, à tous les niveaux, local ou professionnel, ou dans des professions données, dans l'Université également où ce phénomène est constant. Il fait partie du paysage social partout où l'on travaille : il faut « faire avec » et essayer d'aller au-delà. Je n'ai pas d'autre chose à vous donner que du bon sens, et je m'en excuse.

42Je termine par la culture, les films et les historiens. Il se trouve qu'à l'EHESS, l'institution dont nous dépendons, Marc Ferro est l'un des promoteurs des films historiques. Donc ça existe aussi.

43Kmar BENDANA - Je sais que ça existe ; mais, pour moi, ce n'est pas la même chose.

44Jean-Pierre OLIVIER DE SARDAN - Les films anthropologiques, en France, ont une connotation : ce sont les films de Jean Rouch en particulier. J'ai travaillé sur le terrain de Jean Rouch, à tous les points de vue. Disons qu'il y a deux problèmes différents. Soit on utilise l'audiovisuel comme corpus, à ce moment c'est un problème de traitement, de problématique et de questions de recherche posées à ce corpus. Là, nous ne sommes pas encore très avancé, sauf dans des domaines tels que la gestuelle (ou certains rituels). Je n'ai pas travaillé là dessus. Beaucoup de gens en parlent, mais peu en font la preuve par neuf. Le plus souvent on a affaire à des films documentaires : le film ethnologique ou sociologique n'est qu'une catégorie de films documentaires. Quand vous faîtes un film documentaire, ou vous le faîtes en vous professionnalisant d'une façon ou d'une autre, ou vous faîtes les films les plus simples possibles, en utilisant des mises en scène déjà faites, ce qui est le cas des films techniques ou de rituel qui abondent dans la production ethnologique classique. Si l'on va au-delà, on tombe dans les problèmes de techniques de réalisation, ce qui devient plus compliqué puisqu'il faut rendre compte d'un phénomène complexe. En tout cas, c'est un métier qui devient extrêmement coûteux en temps et en énergie en France. J'ai fait ce métier, pendant un certain temps, d'abord en tenant la caméra (ce n'est pas ce que j'ai fait de mieux), ensuite en ayant fait travailler des opérateurs professionnels. J'ai donc commencé à faire ce travail de réalisation sur certains films, mais c'est un autre métier que celui de sociologue ou d'ethnologue. Même si un réalisateur de documentaire investit dans un film sociologique par une connaissance du terrain, si c'est un bon réalisateur, et par un repérage approfondi, l'anthropologue - cinéaste peut donner un plus, parce qu'il connaît plus les choses et peut trouver des sujets originaux.

45Je réponds maintenant sur la culture et le culturalisme, ce qui est plus compliqué. Le culturalisme laisse entendre qu'il y a une adéquation entre un groupe social et, pour faire court, un système de valeurs et de représentations qui serait homologue à ce groupe social. Il s'agit d'un postulat qui n'est pas tenable.. Je pense que la vie sociale en général n'est pas faite de ça. Bien sûr, il existe des représentations partagées (je reste au niveau des représentations pour ne pas compliquer les choses). Mais ces représentations ne sont pas forcément partagées par tout un groupe social ; et, quand elles le sont, elles le sont dans un domaine et pas dans un autre. C'est tout le problème des représentations partagées. Ça ne me gène absolument pas de dire qu'il y a des logiques culturelles et des sous-cultures pour désigner l'ensemble des représentations partagées, à condition qu'on ne postule pas que c'est forcément pour tous les domaines et pour tout un groupe social. Ici encore, seule l'enquête empirique permet de répondre.

46Je prendrais deux exemples, celui des représentations de la santé et celui des représentations de la religion. Dans les populations du Niger, les représentations de la santé varient suivant qu'il s'agit de guérisseurs et de spécialistes, qu'on a appelé les tradipraticiens ou des non-spécialistes (grands-mères ou jeunes). Il est vrai que l'on va trouver un certain nombre d'entités nosologiques populaires (pour reprendre notre jargon) bien structurées avec un noyau de représentations commun. Sur d'autres pathologies, ce ne sera plus partagé par tout le monde. Chez les Songhaï, il y a un noyau de représentations partagées pour certaines maladies, seulement ; dans d'autres domaines, c'est le flou. Pour dessiner la cartographie des représentations, j'ai recouru au terme « module ». Ce n'est pas une grande invention conceptuelle, mais il était important pour moi. Certains modules regroupaient presque tout le monde sur certains domaines, d'autres petits modules regroupaient quelques personnes sur d'autres domaines. Donc, pur un module, il y a un noyau de représentations partagées au centre. Mais, dès qu'on va à la périphérie, plus personne n'est d'accord… Si vous appelez ça de la culture, je suis tout à fait prêt à appeler ça de la culture. Mais je ne veux pas accepter les acceptions de la culture qui me ferait penser autrement que comme ça, parce qu'il se trouve que c'est ce qui colle le plus aux données, sur les représentations de la santé comme sur celles de la religion. Au Niger où l'islam est dominant, bien sûr tout le monde est musulman, mais en même temps il y a le culte de possession. Toute une littérature anthropologique va dire que le culte de possession est la vraie culture songhaï, et que l'islam s'est surimposé. Je veux bien. Ceci étant, ça veut dire quoi de dire ça ? Faire un acte de force ? Les gens qui pratiquent les cultes de possession représentent 5 % à 10 % de la population au maximum. Par contre, il y a quelques 90 % de la population qui ont quelques notions partagées sur les génies (qui ne sont pas très différents des djinns)… On trouve des représentations partagées assez larges sur les génies. Dès que l'on rentre plus avant, il faut aller dans l'environnement des familles. Et si l'on veut vraiment rentrer plus encore dans des systèmes assez compliqués, on va uniquement vers les confréries, les membres de confréries de possession. Ici encore, entendons-nous sur ce qui est partagé. Même les gens qui font les cultes de génie, sont des gens qui prient, qui font le Ramadan, qui se considèrent comme musulmans. On est bien obligé de se rendre compte qu'il y a des représentations partagées de l'Islam comme celle-là, et d'autres qui ne le sont pas. Toute une série de groupes considèrent que ces cultes de possession sont une histoire de diables. Ils ne mettent pas en question leur existence, ils mettent en question leur légitimité religieuse. D'autres allient les deux. En tout cas dire que la société songhaï ou haoussa au Niger est à 100 % musulmane ou que la « vraie » culture c'est le culte de possession, tout ça me gène terriblement, parce que ça ne permet pas de rendre compte des complexités, dans ce que les représentations ont de partagé ou de non partagé selon les domaines. La description un peu fine de ces représentations est le seul moyen de faire avancer le savoir.

47Abdelhamid HÉNIA – Je remercie nos invités, les conférenciers et les discutants qui ont accepté de se livrer à un exercice de confrontation des pratiques de la recherche. Ils nous ont montré que l'on reste toujours des apprentis, quelle que soit la boîte à outils dont on se dote, théorique ou méthodologique.

48Jean-Philippe BRAS - Pour conclure, il me semble que les savoirs modernes sont des savoirs modestes, sans tomber dans la désespérance, et des savoirs partagés. J'ai été très sensible à ce qui s'est passé autour de cette table, cette capacité à pouvoir se parler à travers les disciplines sans renoncer aux disciplines, bien que certains aient exprimé des vocations manquées. Sur les savoirs partagés, on voit bien que l'on peut travailler ensemble, et qu'il y a des enchaînements logiques. Le débat anthropologie - sciences politiques, notamment, renvoie à deux ou trois problèmes. Il arrive que « le haut » soit d'un silence assourdissant sur le plan de l'analyse politique et c'est a fortiori dans ces cas là qu'il faut aller chercher vers « le bas ». J'ai été frappé à quel point, sur l'analyse d'un certain nombre de sociétés, de la politique, il peut être utile d'aller voir du côté des anthropologues, des urbanistes, des géographes qui donnent un certain nombre de clés aux politistes qui dans leurs instruments traditionnels de travail sont souvent impuissants. Je vous remercie, je remercie l'ensemble des participants qui ont été nombreux, ce qui montre l'intérêt suscité par vos travaux.

Auteur

Docteur en sciences politiques, chercheur à l'IRMC

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter