Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corpus, sources et archives

 | 
Jean Boutier
, 
Jean-Louis Fabiani
, 
Jean-Pierre Olivier de Sardan

L'enquête de terrain socio-anthropologique1

Jean-Pierre Olivier de Sardan

Texte intégral

Notre interdisciplinarité

  • 1 Une grande partie des réflexions proposées ici se trouve exprimée autrement dans les articles suiva (...)

1Dans notre laboratoire commun (SHADYC), nous avons fait le choix d'une tridisciplinarité rapprochée : anthropologie, histoire et sociologie relèvent grosso modo d'une même science sociale, non de trois sciences différentes. Cette option ne renvoie pas à une école théorique commune : nous avons suffisamment de méfiance les uns et les autres à l'égard des sectes théoriques propres à la planète des sciences sociales Ce n'est pas non plus la proximité des champs de recherche : nous travaillons sur des périodes et des civilisations qui sont extrêmement diverses. Qu'est-ce qui nous rapproche donc ? Peut-être certaines postures vis-à-vis de l'objet de recherche ou de nos disciplines, certaines formes de sensibilité scientifique, peut être aussi l'incompatibilité avec certains discours dominants.

2Jean-Louis Fabiani parlait, en citant Passeron, d'une nécessaire déflation conceptuelle, et de notre méfiance envers la prétention théorique et intellectuelle d'un certain nombre de nos collègues. C'est valable dans les trois disciplines, autant en anthropologie qu'en sociologie. Il y a là certainement un goût du travail empirique bien fait, de l'ordre de l'artisanat, mais qui ne renonce pas aux joies des virtuosités interprétatives. C'est aussi une sorte d'éclectisme théorique dans le bon sens du terme (on se fait notre propre cuisine à chaque fois). Nous entendons maîtriser tant bien que mal une culture théorique qui, dépassant les frontières des disciplines, ne s'enferme pas dans ces bibliothèques mentales, propres à chacun d'entre nous, où se marque souvent l'appartenance disciplinaire, et qui font que l'on cite souvent chez les autres ceux qui sont seulement les têtes d'affiche et pas forcément les plus intéressants dans leur discipline. Je vois la façon dont les anthropologues sont cités par les sociologues, mais aussi dont les sociologues sont cités par les miens. Je pense enfin qu'il y a quelque chose relevant de la tolérance mutuelle vis-à-vis des travaux des uns et des autres, qui fait partie aussi du refus de la déviation sectaire propre à nos disciplines.

3Bien sûr, ce n'est pas n'importe quelle sociologie, n'importe quelle histoire, n'importe quelle anthropologie qui se font à Marseille. L'anthropologie que nous faisons n'est certainement pas une anthropologie structuraliste, pas plus qu'une anthropologie culturaliste, et encore moins une anthropologie passéiste ou patrimonialiste. Je dis cela parce que souvent ce sont hélas ces visions-là qu'à l'extérieur l'anthropologie projette d'elle-même, ou que l'on projette sur elle. En tout cas, c'est une anthropologie extrêmement sensible au changement social, aux phénomènes contemporains, aux phénomènes de pouvoir. C'est une anthropologie à la fois « sociologisée » et « historicisée ». Une socio-anthropologie, qui essaie de combiner le point de vue de l'acteur et l'analyse des contraintes et des ressources collectives.

Nouveaux objets

4Elle veut aussi se donner de « nouveaux objets » : je le dis avec précaution, parce que le terme « nouveaux objets » a de quoi hérisser quand on voit de quels « nouveaux objets » on parle parfois en anthropologie. Il y a une inquiétante combinaison d'essayisme et de futilité dans nombre de ces « nouveaux objets » (du type « anthropologie de la chambre d'hôtel »). Les « nouveaux objets » intéressants sont à mes yeux, en revanche, ceux qui sont lestés d'enjeux sociaux contemporains (et pas simplement le produit d'un placement sur un marché d'objets inédits ou pittoresques) pour les acteurs concernés, pour les sociétés concernées. En même temps, ils doivent être gagés sur de solides enquêtes empiriques, et non être le produit de parcours au pas de course au fil des nouveaux gadgets de la modernité. Ces objets nouveaux contemporains sont variables, en ce qui me concerne, et touchent à plusieurs domaines. Ils ne sont d'ailleurs « nouveaux » que très relativement, puisque on ne peut pas réinventer la roue : je ne connais pas d'objets sur lesquels je ne me sois pas rendu compte après lectures que les idées que je croyais inventer avaient été largement produites par d'autres avant moi. On ne fait jamais que broder, ajouter une touche, orienter vers telle ou telle direction, ce qui n'est déjà pas si mal, surtout si on reconnaît la dette que l'on doit à nos devanciers.

  • 2 Cf. J.-P. Olivier de Sardan, Anthropologie et développement, essai en socio-anthropologie du change (...)

5Les « nouveaux » objets sur lesquels je travaille, en termes de programme de recherche, touchent par exemple aux pouvoirs locaux en Afrique, dans le contexte particulier de la décentralisation qui se met en place actuellement, et qui est un très bon révélateur du réagencement des pouvoirs locaux. Il s'agit donc d'une anthropologie politique, mais non d'une anthropologie politique des systèmes traditionnels (sauf en ce que les systèmes traditionnels peuvent encore avoir comme présence aujourd'hui). Ce n'est pas non plus une anthropologie de l'État au sommet, une anthropologie de politologue, relativement loin du terrain. C'est une anthropologie politique empirique de terrain, portant sur l'ajustement des pouvoirs entre eux, dans des contextes tout à fait contemporains. Y interviennent des agents de développement, des projets de développement, des experts extérieurs, des fonctionnaires, des cadres revenant sur place, etc.2

  • 3 Cf. Y. Jaffré et J.-P. Olivier de Sardan (éds.), La construction sociale des maladies. Les entités (...)
  • 4 Cf. J.-P. Olivier de Sardan, « A Moral Economy of Corruption in Africa? », The Journal of Modern Af (...)

6Un autre programme porte sur la santé. Il est vrai qu'il prend en compte divers aspects des représentations « traditionnelles » de la maladie, savoirs populaires, guérisseurs, etc.3 Mais c'est tout autant l'interaction avec les services modernes qui nous intéresse. On fait ainsi une anthropologie des professionnels des services de santé, en reprenant certaines perspectives interactionnistes, en recyclant certains acquis de la sociologie américaine de la santé dans le contexte de l'Afrique, pour tenir compte du fait qu'aujourd'hui le paysage de la santé n'est pas simplement un paysage de guérisseurs, de cultes de possession et de magiciens, c'est aussi un paysage peuplé d'infirmiers, de sages-femmes et de médecins. Un autre programme de recherche sur lequel je travaille (en particulier avec Giorgio Blundo) porte sur la corruption4, phénomène largement traité jusqu'à maintenant par les politologues et les économistes, et sur lequel il y a peu de travaux empiriques menés par des anthropologues.

7Pourquoi je dis « mené par des anthropologues » ? On est amené évidemment à poser la question : y a-t-il des particularités propres à l'anthropologie, au moins dans le travail d'enquête et de production des données ? Il y a en effet un lien de parenté entre l'anthropologie et un certain mode de production de données, assimilé au « terrain » et à l'enquête ethnographique. C'est vrai et faux à la fois, dans la mesure où une partie des sociologues, et parfois même certains historiens, procèdent de la même façon. On pourrait donc les nommer « anthropologues d'honneur », et nous nommer inversement « sociologues d'honneurs ».

8L'école de Chicago et une partie de la sociologie interactionniste procèdent à peu près de la même façon que nous du point de vue méthodologique.

Les modes de production de données dans l'enquête de terrain

9Je rappellerai, tout d'abord, les principaux modes de production de données qui interviennent dans l'enquête de terrain, sachant qu'il s'agit toujours d'une combinaison et qu'il serait absurde de réduire le travail de terrain à l'un ou à l'autre de ces modes de production de données. La combinaison optimale est d'ailleurs celle qui ajouterait aussi la sociologie de questionnaires et la production de données quantitatives statistiquement représentatives. Mais un tel dispositif est très lourd, et les moyens matériels ou en investissement intellectuel sont tels qu'il est très difficile de pratiquer toutes ces méthodes à la fois. Ce qui serait certainement la configuration idéale est donc relativement rare, parce qu'on fait avec ce qu'on peut et avec ce qu'on a ! Si on ne peut recourir à de l'enquête quantitative « sérieuse », on essaiera de mener de l'enquête qualitative qui le soit aussi (mais à sa façon), de faire rimer en quelque sorte enquête qualitative et rigueur, par opposition à un certain nombre de points de vue qui peuvent être impressionnistes ou mystiques sur l'enquête de terrain.

10On peut ainsi parler de la combinaison de quatre modes de production de données : observation participante, entretiens, procédés de recension et sources écrites. Je les rappellerai brièvement.

L'observation participante

11C'est souvent ce qui est donné comme le cœur même du terrain ethnographique. Il s'agit par-là de dire que le chercheur est engagé dans une interaction prolongée, de longue durée, avec les acteurs sociaux dont il se fait l'étudiant. C'est aussi simple que cela. Cette interaction de longue durée contraste avec des modes « miniers » d'extraction des données : ceux-ci ne sont ni meilleurs ni pires, mais simplement autres, et produisent d'autres types d'informations. Toutefois, ils impliquent un prélèvement d'informations relativement rapide, souvent décontextualisé, ce qui est compensé par la représentativité, et par l'extensivité. En revanche, le travail de terrain est un plus grand investissement en temps. Il souffre de problèmes relatifs à la représentativité des énoncés, mais permet de saisir un certain nombre de processus sociaux dans leur contexte naturel, dans un contexte « non artificiel ». Cet aspect du « terrain » a souvent été présenté comme une sorte de parcours initiatique. Or cette vision mystique du terrain me semble parfaitement ridicule et je partage avec Fabiani la méfiance envers toutes les formes d'héroïsation de l'ethnologue, de l'anthropologue ou du sociologue.

12L'interaction prolongée avec les acteurs in situ (dans leurs sites naturels, dans leurs conditions naturelles de vie) produit deux types d'effets. L'un est le plus visible, le plus formel : c'est ce fameux carnet de l'ethnologue ou du sociologue de terrain, qui retrace ses observations, ses écoutes, ses bavardages, ses discussions, sa vie au long cours, dans un flux social quelconque. La littérature est longue sur les carnets d'anthropologues, et sur la façon dont ils produisent ce type d'informations. Il est vrai que ces informations existent ensuite comme un corpus. Ce corpus n'est pas du même type que celui des archives ou celui que l'on peut rentrer dans les ordinateurs pour la saisie. Ce n'en est pas moins un corpus puisque c'est à partir de là que l'anthropologue, une fois rentré, va travailler. D'où l'importance de ce qu'on écrit sur son carnet, et cette obsession des notations qui est souvent la nôtre !

13Un second effet, moins souligné, mais qui me semble aussi important, est l'imprégnation : c'est à dire tout une série de processus informels par lesquels un chercheur s'accoutume à comprendre l'ensemble des codes sociaux et les logiques sociales de comportement, à leur niveau le plus impalpable, le plus quotidien. C'est de l'ordre de la boîte noire. Je suis bien en peine de vous dire ce qui fait la différence entre un chercheur qui connaît bien son sujet (qui vit avec son sujet, lequel lui est familier) et un chercheur de bureau, de cabinet (qui a payé pour avoir ses données produites par d'autres). Et pourtant il y a bien une différence. Il y a quelque part dans notre machinerie intellectuelle des formes d'imprégnation qui nous permettent d'apprendre les codes sociaux, de les connaître en quelque sorte « de l'intérieur ». Nombre d'anthropologues ont évoqué cette capacité à pouvoir se conduire « comme un autochtone ». On peut le dire autrement : c'est du même ordre que le problème de l'apprentissage d'une langue, que vous pouvez finir par parler sans savoir vraiment comment. Il existe toute une imprégnation dans l'apprentissage d'une langue. Or, il est clair que connaître une langue donne un avantage très important. On comprend mal d'ailleurs qu'un chercheur puisse aller quelque part sans parler la langue. Ce qui est évident, en général, dans les milieux des chercheurs arabisants l'est hélas beaucoup moins dans d'autres contextes culturels.

14Dans l'observation participante, on peut se demander quelle est la part de la participation et qu'est-ce que l'on entend par la « participation » du chercheur ? J'aurais sur cette question, comme sur certaines autres, un point de vue un peu médian, c'est à dire « entre deux », la recherche d'une juste mesure entre deux extrêmes et deux dangers. Autrement dit, je pense que nous devons nous méfier tant des « ayatollahs » de l'implication, que des champions du tourisme érudit, et, de façon plus générale, de tous ceux qui voudraient nous dire qu'il n'y a qu'une seule forme de participation (la leur) qui serait la bonne façon de faire de l'anthropologie de terrain. On navigue en fait entre deux extrêmes.

15Un extrême est évidemment celui de l'implication maximum du chercheur, qui se « déguise » (je ne le dis pas de façon malveillante), qui se met littéralement « dans la peau » (joue le rôle) d'un acteur concerné. Il peut par exemple s'embaucher dans une entreprise (c'est aussi une façon de se déguiser), et, à ce moment là, n'apparaît plus comme chercheur, mais comme ouvrier, brancardier, docteur... Une autre forme limite peut être la conversion. On connaît le cas de chercheurs convertis à la religion qu'ils veulent étudier, et certains jouent à croire ou à faire croire qu'ils croient : c'est une autre modalité que le déguisement. Il existe donc un certain nombre de stratégies autour de cette implication qui se voudrait maximum, qui aboutissent à ce que le chercheur pratique une sorte d'endo-ethnologie. Je me méfie de ce terme, prenons le par commodité, parce que personne n'est jamais endo-ethnologue. Même issu du milieu culturel et social qu'il étudie, le chercheur, justement parce qu'il a suivi un parcours de sortie de ce milieu (à travers son itinéraire universitaire, à travers la problématique qu'il met en œuvre), n'est évidemment plus quelqu'un de ce milieu « comme les autres ». Il est pour une part en situation d'extériorité même quand il est au départ « natif ». Un natif bien sûr est souvent dans un rapport de plus grande proximité que le converti tardif. Un natif a certains avantages comparatifs. Ceci étant, je ne crois pas que ces avantages soient décisifs : cela est parfois un « plus », mais rares sont les cas où c'est une nécessité. On peut parfaitement faire l'anthropologie de la parenté sans se marier sur place, faire l'anthropologie du pouvoir sans être élu municipal, ou faire l'anthropologie des pratiques agricoles sans soi-même cultiver un champ dans le village.

  • 5 P. Bourdieu, (éd.), La misère du monde, Paris, Seuil, 1993.44 Howard S. Becker, Outsiders : études (...)
  • 6 Cf. W. van Beek, « Dogon Restudied, a Field Evaluation of the Work of Marcel Griaule », Current Ant (...)

16À l'autre extrême, il y a ce qui est parfois une certaine forme de sociologie de l'entretien. Cela consiste à se limiter à la procédure de l'entretien : « je vais, je fais quelques entretiens, et je repars ». Fabiani citait La misère du monde comme exemple5. Ce n'est pas le seul. Il y en a d'autres, par exemple à une certaine époque une certaine ethnologie coloniale. L'ethnologie française a été dominée, un temps, par la personnalité assez ambivalente de Marcel Griaule qui avait une méthode du type : « je m'assieds, je convoque et je congédie »6. Ce sont évidemment des formes d'extériorité maximum.

17Le choix de l'un ou l'autre extrême peut être aussi le produit de contraintes liées à l'enquête elle-même. Quand Fabiani parle d'enquêtes sur la prison, il est certain que l'on n'a guère le choix qu'entre une implication très (trop) forte (être prisonnier — ou gardien — soi-même, ce qui est un investissement pour le moins lourd) ou de simples discussions avec les détenus. Les formes ordinaires et intermédiaires de l'observation participante semblent en effet relativement difficiles à pratiquer. On peut donc comprendre assez facilement qu'on se limite à de la sociologie d'entretiens.

  • 7 Ceci a été contesté par d'autres sociologues et anthropologues des pratiques de sorcellerie en Euro (...)

18À l'inverse, c'est au choix de l'implication maximale que nous invite Jeanne Favret -Saada lors de sa fameuse enquête sur la sorcellerie. Selon ses dires, on ne peut enquêter en ce domaine sans être soi-même complètement engagé dans les luttes sorcellaires : telle est la légitimation qu'elle propose de sa démarche7.

19En fait, selon mon expérience, et celle de beaucoup de mes collègues, on n'a pas besoin de s'enfermer dans l'un ou l'autre de ces extrêmes. On est le plus souvent dans un « entre deux », occupant une position d' « étranger sympathisant ». Il y a, selon les cas, diverses postures ou positions que l'on peut occuper dans la société locale, sans être ni extérieur (comme peuvent l'être le chercheur de passage, l'expert, ou l'enquêteur salarié d'un institut de sondage, etc.) ni radicalement impliqué (comme le voudrait Favret-Saada). Se situer dans l'entre deux ne pose pas tellement de problèmes, ni à nous ni aux gens. Ce n'est pas si compliqué que ça.

  • 8 On a parlé aussi de réflexivité, d'objectivation de la position du chercheur…
  • 9 M. Leiris, C'est-à-dire, Paris, Jean-Michel Place, 1992.
  • 10 Howard S. Becker, Outsiders : études de sociologie de la déviance, trad. de l'américain, Métaillé, (...)

20Reste la question de l'explicitation du rôle que l'on joue pendant l'enquête8. Que doit dire l'anthropologue qu'il soit nécessaire à son lecteur de savoir, quant à la forme de « participation » qui fut la sienne ? En général, je dirai qu'il est indispensable d'avoir un minimum d'informations sur les conditions de production des données de terrain, sur la maîtrise de la langue, sur la durée du séjour. Mais il n'est cependant pas nécessaire d'en savoir plus et, parfois, il se trouve qu'on nous en donne trop. Trop de méthodologie tue la méthodologie. Beaucoup d'arguments ont été donnés sur la nécessité de l'explicitation ou de la réflexivité, qui sont moins convaincants qu'il n'y paraît. Parmi ces arguments, on trouve la nécessité de mesurer l'écart créé par la présence de l'observateur. Le thème de la mesure de l'écart est souvent invoqué. Michel Leiris lui-même emploie l'expression9. Or, on s'aperçoit très vite que c'est à peu près impossible, car personne ne sait très exactement évaluer ni cet écart, ni les effets qu'il produit. En fait, dans des situations routinières, l'influence de la présence d'un observateur est beaucoup moins grande qu'on ne le croirait : elle a été souvent exagérée. Le sociologue H. Becker10 avait remarqué que les procédures d'auto-surveillance mise en place du fait de l'arrivée d'un observateur duraient peu. L'observateur ne dérangeait que très provisoirement les gens : ils reprenaient vite leurs pratiques habituelles, comme si l'observateur n'était pas là.

21De même, la nécessité d'objectiver les relations de domination qui pourraient s'exercer entre un chercheur et ses enquêtés a été surestimée. Autrement dit, la marge de manœuvre qu'ont les enquêtés vis à vis d'un chercheur est beaucoup plus grande qu'on ne l'a dit. Leurs capacités de contre - manipulation du chercheur valent bien les capacités de manipulation du chercheur. De plus, une grande partie des processus qui se passent sur le terrain et qui sont finalement les plus importants ne sont pas les plus visibles. Je parlais de l'imprégnation : c'est là que se joue beaucoup de choses, dans les mécanismes routiniers de connaissance et d'interprétation que met en œuvre inconsciemment le chercheur. Mais qu'est-ce que vous pouvez dire à vos lecteurs là-dessus ? Vous risquez de ne leur parler que de ce qui peut être la face visible de l'iceberg, la moins importante (quelques rencontres illustres, ou pittoresques, par exemple). Et après ? Ce n'est pas là que les choses se jouent, ce n'est pas ainsi que se structurent vos représentations des processus sociaux que vous étudiez.

Les entretiens

22J'aborderai plus rapidement ce deuxième mode de production des données parce qu'il est le plus connu. Les entretiens sont, en même temps que l'observation participante, le principal outil de travail de l'anthropologue. Nous passons une bonne partie de nos journées à faire des entretiens. Mais, parce qu'ils sont souvent doctement abordés dans les textes méthodologiques sous une forme technique - entretien directif, non directif, semi-directif - on peut perdre de vue que, dans une interaction prolongée, les entretiens tendent à se rapprocher au maximum de la conversation. C'est probablement une bonne stratégie que de laisser l'entretien aussi près que possible des formes naturelles d'interlocution courantes dans la société locale.

23J'ai toujours eu une certaine difficulté à parler de « guide » d'entretien. Je parlerais plutôt d'une sorte de « pense bête » : évidemment, on se prépare un canevas. Mais le bon enquêteur, à mon avis, est celui qui reste aussi près que possible d'une conversation, dans le sens où il en accepte les détours, les incohérences, les contradictions, les pauses, les aspects circulaires. Il ne s'agit pas, en tout cas, de vouloir assimiler les questions qu'on se pose aux questions que l'on pose : il y a d'une part les questions que l'on se pose, celles qui font partie du « pense bête » (elles font sens dans l'univers du chercheur) ; et, d'autre part, il y a les questions qu'on pose (elles doivent faire sens dans l'univers de l'interlocuteur), qui dépendent du contexte même de l'interlocution, qui sont transformées en fonction de chaque interlocuteur, et qui doivent laisser place pour l'imprévu, pour de nouvelles pistes, absentes du canevas de départ. Cette sorte d'attention particulière propre à l'entretien de terrain, qui ne rentre pas dans la catégorie « semi-directif », essaie de se rapprocher au maximum d'une conversation dans laquelle, évidemment, le chercheur a sa propre logique, et son interlocuteur la sienne.

24On pourrait enfin distinguer dans ce type d'entretien deux registres, celui où l'on prend l'interlocuteur comme un « consultant » et celui où on le prend comme un « récitant ». En tant que consultant, on lui demande de parler de son groupe, de sa société, de sa culture, etc., comme on le demanderait à un expert (ou à une « personne ressource », selon d'autres langages). Toutefois l'expert, en l'occurrence, n'est pas forcément un « spécialiste » (cf. un médecin ou un guérisseur dans le domaine de la santé), il peut représenter aussi une forme de sens commun (cf. un malade). Par exemple, vous traitez un malade comme un expert quand vous lui demandez de vous décrire ce qu'est, à son avis, une « maladie de foie ». Un médecin vous dira sans doute que c'est une catégorie nosographique inexistante en médecine. Mais elle fait sens pour un simple patient et donc pour vous qui enquêtez auprès de lui. Dans ce cas là, il sera « consultant » puisque vous lui demandez de définir la « maladie de foie » d'un point de vue profane. Par contre, si vous le prenez comme récitant, vous lui demandez alors de témoigner de sa dernière crise de foie, vous faites appel à une séquence biographique, c'est à dire ce qu'il a vécu. Il fait en ce cas état de situations où lui-même a été partie prenante. Notre travail d'entretien combine le fait de prendre les gens comme consultants et comme récitants. On remarquera, à ce propos, que le « récit de vie » est une forme longue de la récitance (et pas forcément commode ou pertinente), alors que, bien souvent, on se sert dans notre travail plutôt de petites séquences biographiques, et non de récits de vie tout entiers : parfois l'arbre « récit de vie » cache la forêt « séquence biographique » comme forme privilégiée de la récitance, qui n'implique pas qu'on déroule tout un parcours, de l'enfance jusqu'à l'époque présente.

Les procédés de recension

25Même dans une enquête dite qualitative, on utilise toujours un certain nombre de procédés systématisés de recueil de données condensées : on va faire des cartes, des mini-recensements, des diagrammes, des arbres généalogiques, des relevés de parcelles etc., soit toute une série de petits dispositifs qui, en général, servent à étayer un ensemble de travaux de recherche. On oublie volontiers d'évoquer ces procédures, alors que la plupart d'entre nous les pratiquent. Elles ne sont relativement pas standardisables, sauf peut-être dans certains domaines, parmi les plus classiques, comme l'étude de la parenté (dont les procédés de recension sont typiques, parce qu'ils ont été peu à peu normalisés). Sur le foncier, on arrive aussi à cette standardisation. Toutefois, dans nombre d'autres domaines, on est obligé de fabriquer les procédés, de se les bricoler : ça peut être par exemple le plan d'une assemblée générale, la durée de parole des intervenants, les liens sociaux ou familiaux qui les unissent, etc. C'est largement une question d'inventivité.

Les sources écrites

26Ce dernier point est pour mémoire, mais ce n'est pas le moins important. Il est clair que l'enquête de terrain ne dispense pas de l'écrit, que ce soit les sources écrites dites classiques ou la littérature grise, etc. ; mais aussi les sources qu'on peut en quelque sorte dénicher ou « faire produire » (depuis les rédactions dans les classes primaires jusqu'aux lettres privées...) et transformer en corpus écrit. Ce point est tout aussi valable dans les sociétés dites orales, dans lesquelles travaille souvent l'anthropologue, et ceci pour plusieurs raisons. D'abord parce que les sociétés orales sont aussi des sociétés où existe l'écriture, et depuis longtemps. Il serait donc absurde de ne pas en tenir compte et de continuer à s'obséder sur le caractère uniquement oral : l'oral se fait dans des environnements où il y a toujours un écrit. C'est particulièrement vrai dans le Sahel subsaharien, la région où je travaille, où il y a une forte propension des anthropologues à oublier la présence de l'arabe comme langue écrite (ou encore la circulation de petits opuscules en arabe sur les marchés). Moi le premier je plaide coupable, car je ne parle pas l'arabe et je suis incapable d'utiliser cette littérature. Ceci étant, il y a là-bas des relais, des médiateurs, qu'on appelle des marabouts, ce qui veut dire en Afrique subsaharienne des clercs, des lettrés, qui, eux, sont capables de le faire, et qui diffusent sur cette base des représentations orales. Dans le domaine de la santé où je travaille, il est clair que j'aurais besoin d'un chercheur arabisant qui pourrait voir le poids d'un certain nombre de représentations qui nous sont présentées comme des représentations traditionnelles de la santé, alors qu'elles viennent, pour une part, de petits opuscules relayés par les marabouts, rédigés au Caire ou ailleurs. Les sources écrites ne sont pas du tout à négliger.

La combinaison des méthodes

  • 11 Un futur numéro de la revue Enquête, auquel je vous renvoie d'ores et déjà, portera sur ce que sign (...)

27Ceci étant, c'est toujours la combinaison de l'ensemble de ces sources qui fait le bon travail de terrain. On fait feu de tout bois, on utilise différentes armes. L'une des façons certainement les plus intéressantes de combiner les méthodes, c'est l'étude de cas. Elle permet de croiser autour d'un « problème » social (ou issue, comme on le dirait en anglais) ces différents modes de production de données. Il y a beaucoup d'étude de cas (un conflit foncier, un divorce, un rituel...), dans lesquels on combine l'observation participante, des entretiens auprès des différents acteurs, la production de données de recension, et les sources écrites. C'est typiquement l'une des façons privilégiées par lesquelles nous travaillons11. Il est clair que les anthropologues ne sont pas les seuls à utiliser des cas et à réfléchir sur le rôle de l'étude de cas : les sociologues, les historiens le font aussi, et c'est, il me semble, l'un des pivots des sciences sociales, dans leur version qualitative, que de penser par cas.

Les biais

28Quelques réflexions maintenant sur les problèmes des biais. Jean-Louis Fabiani a épinglé certains des biais propres aux enquêtes quantitatives. Il est évident que l'enquête qualitative a aussi les siens, et que la gestion et la maîtrise de ces biais est un des problèmes auxquels nous sommes confrontés. Je pourrais en énumérer de nombreux, mais je me limiterai à quelques uns. L'enquête en sciences sociales a ceci de commun avec l'enquête policière que l'on essaie de recouper, que l'on ne se fonde pas sur un seul témoignage, ou sur le témoignage d'une seule famille. De ce point de vue, notre travail doit reposer sur des procédés de triangulation, afin de recueillir des points de vue diversifiés sur un même sujet, sur un même problème. On cherche à parcourir l'éventail des représentations, en leurs diversités. On ne cherche pas l'homogénéité des discours, contrairement à une certaine anthropologie classique ou « culturaliste ». Il est sûr que si on présuppose une telle homogénéité, on la trouvera. Or il est de meilleure politique sur le terrain de rechercher la diversité, quitte à trouver parfois le consensus.

29Autre problème, que j'ai appelé ailleurs « l'enclicage » : l'anthropologue sur son terrain peut très vite devenir « prisonnier » d'une clique, c'est-à-dire d'une faction, d'un groupe parmi les autres. Toutes les sociétés, tous les groupes sociaux ont leurs conflits, leurs rivalités, leurs clans, plus ou moins en compétition, en antagonisme. Il est difficile d'y échapper. Et donc l'enclicage est à la fois presque automatique, presque naturel (c'est un gage d'intégration au moins relative), et en même temps c'est un piège : lorsque l'anthropologue se fait le porte voix, le porte-parole d'un sous-groupe dont il défend les positions ou les intérêts, et qu'il érige souvent en représentant naturel du groupe, ou de la société, il y a problème. En même temps, l'observation participante implique de prendre pied quelque part, ne serait-ce que la forme triviale d'avoir à se loger ici ou là. Les problèmes que les chercheurs de terrain ont avec le logement ne sont pas des problèmes si simples. Si vous travaillez dans les villages de l'Afrique subsaharienne, vous serez porté « naturellement » à être logé chez le chef ou chez un de ses dépendants, car c'est le chef qui de par sa fonction doit loger l'étranger. Mais alors vous êtes vite pris dans un réseau, le sien, d'autant plus facilement que la femme du chef est sympathique, que son neveu est si serviable... Finalement au bout d'un moment, vous êtes assimilé à l'entourage de votre logeur. Le problème c'est que, dans l'autre quartier du village, de l'autre côté de la rivière, ou derrière le bosquet, il y a des gens qui sont en conflit avec votre groupe d'accueil (ils pensent par exemple que la femme du chef est détestable, que son neveu est un voyou, etc.). Autre exemple : certains étudiants, arrivant dans un village, veulent se loger chez leurs pairs, d'anciens étudiants, des « cadres », des lettrés, des gens comme eux, et ils se retrouvent logés chez l'infirmier, voire à la brigade de gendarmerie (cas dont j'ai été témoin). Ce type d'enclicage est un cas limite, mais l'enclicage est l'un des problèmes auquel on est toujours confronté : ici aussi il n'y a pas de recette miracle, et on doit « faire avec ».

  • 12 Cf. C. Geertz, Savoir local, savoir global. Les lieux du savoir, Paris, PUF, 1986 ; J.-P. Olivier d (...)

30Autre biais, les sur-interprétations. Cette affaire est plus compliquée et plus abstraite, mais on peut la présenter de façon concrète. Un des objectifs de l'anthropologue est de recueillir ce que Geertz et d'autres ont appelé le « point de vue de l'indigène », ce qu'on a aussi appelé le registre « émique »12, celui des représentations populaires, les conceptions et discours des acteurs. L'anthropologue se doit de saisir ces fameux « points de vue des acteurs », et de ne pas projeter ses propres fantasmes et ses propres présupposés en leur lieu et place. Mais ce n'est pas une démarche commode. Il n'est pas toujours très facile de saisir ce qu'est le « point de vue des acteurs », d'autant qu'il n'est pas unique. Il y a des représentations partagées, d'autres en partie partagées, d'autres non partagées. Le culturalisme, qui tend à homogénéiser, menace. D'autre part, recueillir le point de vue des acteurs implique un certain nombre de compétences, par exemple des compétences linguistiques. Nous connaissons, hélas, dans l'anthropologie française un certain nombre d'erreurs profondes dues à une mauvaise compétence linguistique du chercheur. C'est une différence avec l'anthropologie anglaise qui, pendant longtemps et je crois même encore parfois maintenant, demandait systématiquement aux doctorants de passer un an à apprendre la langue avant d'aller sur le terrain. La génération des anthropologues français précédant la mienne ne parlait quasiment pas les langues locales, hélas. Le problème est peut être différent dans le milieu des arabisants, mais pour les langues africaines c'est clair. Ils travaillaient tous par interprètes, et le nombre de malentendus, en fait de sur-interprétations, produits par cette mauvaise connaissance des langues est plus important qu'on ne le croit. Certes parfois on peut travailler bien avec un interprète, parfois même on est obligé de le faire, et il ne faut pas non plus tomber dans un intégrisme de la compétence linguiste. Mais l'incompétence linguistique reste certainement un problème, c'est une des formes par lesquelles peuvent se glisser différents biais sur-interprétatifs. Avec un peu de métier, en voyant la façon dont est décrite une société par certains, on se dit « la mariée est trop belle ». Je le sens, je ne peux pas le « prouver », je ne veux pas citer de noms, mais parfois je me dis que cette belle description, ou cette analyse virtuose, n'est pas vraiment crédible, parce que trop cohérente, trop bien agencée. Pour ma part, je suis tombé sans arrêt sur des groupes sociaux où les savoirs étaient en miettes, éclatés, plein de « trous » et de contradictions. Quand le portrait que brosse un anthropologue est trop bien léché, j'avoue craindre qu'il ait peint la réalité aux couleurs de ce qu'il souhaitait ; et j'ai alors un peu de mal à adhérer aux histoires qu'il me raconte ; j'y vois parfois la part d'une projection de systèmes théoriques ou de préconceptions idéologiques.

31Ceci étant, et j'aborde ici une autre forme de sur-interprétation, ces « belles histoires » ne sont pas simplement produites par les collègues, elles sont aussi produites par les gens avec qui nous travaillons. Ceux-ci aussi mettent en scène, pour les chercheurs, de belles histoires sur leur propre société. Je le vois par exemple très souvent dans le contexte des sociétés d'Afrique Noire où, systématiquement, un enquêteur, venant en général dans une voiture 4x4 avec des logos sur la portière, est assimilé à un agent de développement, à un représentant d'une agence de développement qui vient pour un problème de puits, d'agriculture, de santé. Aujourd'hui, les opérations et projets de développement font partie du paysage de n'importe quel village africain. Or, par rapport à tous ces intervenants multiples (fonctionnaires, experts, coopérants), il faut présenter une belle image du village, faire connaître qu'il œuvre modestement mais sûrement pour son auto-développement, et que les villageois unanimes sont prêts à prendre « eux-mêmes » en mains leur propre destin : il y a tout une rhétorique à laquelle il est frappant de voir que se font prendre nombre d'intervenants ou de chercheurs (car la recherche et l'expertise tendent à se confondre de plus en plus), tout simplement parce qu'on a plutôt envie de dire du bien des gens, qu'on a envie de croire à cette mise en scène (« voilà enfin un village où une approche participative sert de base au développement »). On pourrait bien sûr illustrer le régime de la « belle histoire » dans d'autres domaines que celui du développement, mais là il est particulièrement clair.

La procédure ECRIS

32Je terminerai par une présentation rapide d'un type de procédure que nous avons mis au point et utilisé dans un certain nombre de contextes depuis quelques années, en particulier pour gérer ces risques de biais. Ce n'est certainement pas un modèle standard, et nous ne voudrions pas le diffuser comme une nouvelle recette, parce qu'il n'y a pas de recettes dans ce domaine (on est condamné au bricolage et il s'agit là d'une forme de bricolage méthodologique). Chaque chercheur doit innover méthodologiquement dans les domaines dans lesquels il travaille, en essayant de nouvelles combinaisons dans les façons de produire des données.

33Je ferai une parenthèse. Il y a une certaine affinité sélective entre des dispositifs méthodologiques et des questions de recherche, entre des méthodologies et des problématiques. Affinité sélective ne veut pas dire déterminisme. Il serait faux de dire : « telle problématique implique nécessairement tel dispositif méthodologique ». Mais en même temps, certaines problématiques sont relativement incompatibles avec certains dispositifs, et plus compatibles avec d'autres. Si j'adopte une problématique non culturaliste, j'aurais des difficultés à travailler avec un informateur privilégié conçu comme représentant du savoir ultime d'une société : il y aurait incompatibilité. Mais j'ai le choix entre plusieurs autres méthodes possibles.

34Notre procédure entend répondre à certains des problèmes que j'ai évoqués. Elle se définit par trois mots-clés.

35Premier mot-clé : « conflit ». Évidemment, toutes les sociétés sont traversées de conflits, c'est une banalité, et c'est une notion qui a depuis longtemps été utilisée dans le travail d'enquête. Mais la recherche de conflits est une entrée fructueuse. Ce n'est pas un but en soi : simplement, rentrer dans un problème, dans un domaine d'études, par l'analyse des conflits est une bonne tactique, justement en raison de ces mythes consensuels qui sont à la fois produits par une certaine littérature savante et par les acteurs eux-mêmes qui cherchent à donner cette « belle image ». On s'aperçoit que les sujets de l'enquête, à mesure que le chercheur commence à connaître les conflits, et que ses interlocuteurs s'en rendent compte, ne défendent plus une mise en scène consensuelle, mais développent le point de vue particulier de leur propre groupe ou faction vis à vis de ces conflits. Ils pensent, avec raison, qu'on est aussi en train de prendre le point de vue de la faction concurrente.

  • 13 Ervin Goffman, La mise en scène de la vie quotidienne, 2 vol., Paris : Minuit, 1973.

36Le deuxième mot-clé est la métaphore de « l'arène ». C'est une métaphore comme une autre. On peut ainsi employer « scène » qui était la métaphore favorite de Goffman, et qui renvoyait au spectacle13. « Arène » peut aussi avoir une connotation belliciste, ou tauromachique, qui n'est pas la nôtre du tout. Il s'agit simplement de dire qu'autour d'enjeux, de problèmes, d'issues, les acteurs sociaux se divisent en une pluralité d'attitudes, de comportements, de représentations, de normes, qui se confrontent. Cette pluralité n'est pas infinie et elle n'est pas complètement aléatoire. Il ne s'agit pas de regroupements conscients, organisés, au sens structuré de groupes en corps, ou de groupes de pression ; mais des positions communes autour d'un problème, entre un certain nombre d'acteurs, et d'autres positions communes entre d'autres acteurs, qui rentrent en contact plus ou moins direct dans un même espace social, l'arène. On a finalement un nombre limité de positions, qui ne sont pas forcément stables, qui peuvent changer selon les problèmes, mais qui, dans un domaine donné, dans une arène donnée, constituée par un espace d'enjeux et d'interactions, se confrontent, s'affrontent, négocient, coexistent…

37J'en arrive au troisième mot-clé, « groupes stratégiques ». Un groupe stratégique n'est rien d'autre qu'un ensemble d'individus dont on suppose qu'ils partagent une position commune vis à vis d'un problème donné. C'est une approche très pragmatique, par rapport à des concepts classique comme « classe sociale » (qui implique un groupe structuré produit par des mécanismes sociaux lourds et doté d'une permanence dans le temps, quels que soient les problèmes auxquels il est confronté). Certes, parfois le groupe stratégique peut prendre les contours d'une classe sociale. S'il s'agit par exemple d'affrontements autour d'un enjeu économique central dans la vie de la société locale, la classe sociale peut être le mode de regroupement des acteurs. Mais bien souvent le regroupement de facto d'acteurs sur des positions communes se fait sur d'autres bases. Nous ne nous donnons pas des groupes stratégiques pré-construits, nous essayons simplement de les dégager empiriquement par rapport aux problèmes soulevés. Autour d'un enjeu donné se constituent différents « camps », qui ne sont pas forcément conscients. Les « joueurs » de chaque camp jouent avec des stratégies relativement proches. Mais la métaphore du jeu a ses limites. Les acteurs jouent en effet avec des règles de jeu parfois différentes et des ressources toujours différentes.

38Parler de plusieurs « règles du jeu » c'est mettre l'accent sur la pluralité des normes. Contrairement à l'unicité des normes qui a parfois été un postulat en sciences sociales, la pluralité des normes veut dire que les gens n'agissent pas simplement chacun à sa façon à l'intérieur de règles communes, mais que la définition même des règles du jeu est un enjeu : chacun a les siennes, et ceci est particulièrement évident dans l'Afrique post-coloniale. On y voit à quel point les normes sont peu stabilisées, poreuses, malléables. Les gens circulent sans arrêt entre plusieurs registres normatifs, et on puise dans chacun en fonction des intérêts ou plutôt en fonction des contextes.

39À partir de ces mots-clés, nous avons défini une procédure comparative multi-sites qui mélange enquête collective et enquêtes individuelles, désignée sous l'acronyme de « ECRIS », et qui comporte une phase collective importante (pouvant durer entre une semaine et un mois suivant les cas) où on parcourt un certain nombre de sites avec une équipe de chercheurs. Sur chaque site, on se divise en équipe de deux personnes. Chaque équipe travaille pendant deux jours auprès d'un groupe stratégique, et d'un seul, en essayant de repérer le maximum de conflits. Mettons que l'on ait trois sites, à savoir trois villages différents, sur lesquels on veut faire une étude des formes de pouvoir local. Nous allons faire la phase collective avec un ensemble de six chercheurs, trois chercheurs expérimentés et trois jeunes chercheurs qui vont ensuite chacun faire une enquête individuelle plus longue dans chacun de ces villages. Nous allons bien sûr avant de partir émettre quelques hypothèses, proposer quelques pistes, ne serait-ce que pour définir (après une pré-enquête) les « groupes stratégiques » locaux pertinents. Puis, dans chaque village, on se divisera en trois groupes de deux. Chaque groupe enquêtera auprès d'une catégorie d'acteurs, et une seule, pendant deux jours, en essayant d'aller le plus loin possible dans les points de vue de cette catégorie d'acteurs, tant à propos des autres catégories d'acteurs que sur les différents conflits qu'il peut y avoir dans le village. Un groupe s'occupera, par exemple des notables, un autre groupe des jeunes de l'opposition, et un troisième, des religieux... Bien sûr, chaque soir on confronte les données produites, on met en commun, on propose des interprétations des hypothèses. On fait la même chose sur les trois sites, avec pour objectif de produire ensuite un certain nombre d'indicateurs communs que vont approfondir les trois chercheurs travaillant individuellement sur les trois villages en question. Ceux-ci, selon les problèmes ou les contraintes de l'enquête, resteront un, trois ou six mois dans chaque village. Les indicateurs qualitatifs communs consisteront, par exemple, en des descriptions d'assemblée générales des coopératives, en des fiches sur les diverses associations locales, en des biographies des principaux notables (imam, chef traditionnel, guérisseur...), personnages que l'on pourrait appeler des acteurs locaux éminents, parce que l'on pense que leurs trajectoires sont un élément explicatif de la structure du pouvoir local, en un repérage de tous les espaces publics où se tiennent des débats, etc.

40En conclusion, j'insisterai sur trois atouts de cette procédure d'enquête. Le premier, vous l'avez compris, est d'aller au-delà de la mise en scène consensuelle d'un village. Les effets sont assez rapides et assez efficaces. On se trouve, au bout de quatre jours sur un site, avec tout une série de conflits qu'on essaie de comprendre : on fait le tri dans cette série. Certains ne sont pas très intéressants (entre monsieur et madame, par exemple, parce que sans doute ils ne sont pas représentatifs des rapports entre les genres dans la région). D'autres le sont, et peuvent alors déboucher sur une étude de cas. Tout dépend. On tente aussi d'aller au-delà des conflits, d'étudier les procédures de négociation entre les groupes ou les formes d'émergence d'un consensus quand il y en a.

41Le second atout, c'est de permettre un comparatisme qualitatif, un comparatisme de proximité : c'est une façon de sortir de la monographie (l'exercice, longtemps pratiqué par l'anthropologie, a été utile mais a atteint ses limites) sans tomber dans les seules comparaisons statistiques, ou sans verser dans l'essayisme sans filet. Je crois que l'anthropologie a eu tort de passer trop souvent de la monographie obsessionnelle au comparatisme planétaire, tentation permanente de notre discipline. Je défendrais plutôt le comparatisme de voisinage, de vicinalité, qui permet de voir, dans des situations comparables, ce qu'il y a de commun et de différent. Si on prend un village au Pérou, un au Sénégal et un en Inde du sud, la comparaison n'est pas très productive. Prendre trois villages au Sénégal m'intéresse déjà plus. Pour un tel comparatisme, il faut essayer de trouver des questions et des méthodes de recherche relativement analogues. Il y a tellement de variables dans nos terrains qu'il faut se donner un minimum de questionnements communs, aussi bien théoriques que pratiques.

  • 14 Jean-Claude Passeron l'a bien montré : cf. J.-C. Passeron, « L'espace mental de l'enquête. La trans (...)
  • 15 Cf. Glaser & A. Strauss, The Discovery of Grounded Theory. Strategies for Qualitative Research, Chi (...)

42J'insisterai, en dernier point, sur l'intérêt de la phase collective. Il faut toujours mélanger phase collective et phase individuelle. Mais, surtout en anthropologie, qui est un haut lieu de l'individualisme du chercheur, l'intérêt de l'enquête collective, c'est de permettre une confrontation des interprétations émergentes, un travail sur les « contre-exemples » avant le durcissement des hypothèses. Il ne s'agit pas ici de développer des valeurs de coopération contre des valeurs individualistes. Je ne parle pas en termes d'idéologie ou de morale, mais simplement en termes de profits méthodo-logiques. Sur le terrain, on est sans arrêt dans un système d'itération entre problématiques et données, interprétations et réalités empiriques. On ne peut pas découper l'enquête en étapes trop distinctes où il y aurait d'abord un processus de production uniquement de données, puis, après, des processus d'analyses et d'interprétations qui seraient disjoints dans le temps14. L'enquête de terrain est très typique de l'impossibilité d'une telle coupure. Sur le terrain, on est sans arrêt en train de produire des données, on est dans l'empirie complète, mais aussi dans l'interprétation permanente. On est sans arrêt en train d'interpréter les petits bouts de données qu'on a, pour reconstruire des pistes, pour refaire d'autres hypothèses. Quand je dis « hypothèse », il ne s'agit pas d'hypothèses dures au sens explicatif, ça peut être simplement des pistes de recherches. On est donc sans arrêt, sur le terrain, en train de faire du processus interprétatif. Et ce va-et-vient entre données et processus interprétatifs est indispensable. Mais, quand le chercheur est solitaire, ça touche parfois à la schizophrénie, parce qu'il est difficile de faire les deux à la fois (comme de faire du vélo et de se regarder passer en même temps). Il est aussi difficile d'exprimer, de verbaliser clairement ses interprétations lorsqu'on est seul sur le terrain. Or, la verbalisation est nécessaire, pour que nos interprétations « de terrain » ne restent pas dans le domaine du flou complet, du latent, de l'implicite. Il ne s'agit plus de l'imprégnation dont je vous parlais, et qui va de soi, mais d'autre chose : sans verbaliser les interprétations, comment pourrait-on les infirmer, les démentir, en émettre d'autres ? La verbalisation solitaire est donc indispensable, mais fort difficile. Certes, l'anthropologue a son carnet, où il note ses hypothèses, mais c'est un exercice incommode que de dialoguer avec soi-même. D'après notre expérience, le dialogue collectif (sous certaines conditions de compatibilité à la fois intellectuelle et personnelle) est beaucoup plus efficace, exigeant, productif, parce qu'on se sert mutuellement de garde-fous. Dans notre procédure ECRIS, la règle du jeu c'est de ne jamais accepter sans objection les interprétations de chacun. C'est aussi une façon de faire ce qu'on a appelé grounded theory15, c'est à dire des interprétations théoriques issues du terrain, en interaction permanente avec la production des données.

43Je pense donc que l'existence d'une phase collective est un « plus » considérable, à condition de la combiner toujours avec des phases individuelles. Le terrain individuel au long cours a heureusement de nombreux avantages qu'un « débarquement » collectif n'a pas, et reste indispensable. Il sera d'autant plus fructueux qu'il aura été précédé d'une phase collective, et qu'il se mènera en parallèle sur des sites sélectionnés dans une perspective comparative.

Notes

1 Une grande partie des réflexions proposées ici se trouve exprimée autrement dans les articles suivants : « La politique du terrain. Sur la production des données en anthropologie », Enquête, 1, 1995, p. 71-112 ; « La violence faite aux données. Autour de quelques figures de la sur-interprétation en anthropologie », Enquête, 3, 1996, p. 31-59 ; et « ECRIS : enquête collective rapide d'identification des conflits et des groupes stratégiques » (en collab. avec T. Bierschenk), in T. Bierschenk et J.-P. Olivier de Sardan (éds.), Les Pouvoirs au village : le Bénin rural entre démocratisation et décentralisation, Paris, Karthala, 1998, p. 253-272.

2 Cf. J.-P. Olivier de Sardan, Anthropologie et développement, essai en socio-anthropologie du changement social, Paris, Karthala, 1995 ; T. Bierschenk et J.-P. Olivier de Sardan (éds.), Les Pouvoirs au village : le Bénin rural entre démocratisation et décentralisation, Paris, Karthala, 1998 ; T. Bierschenk, J.-P. Chauveau et J.-P. Olivier de Sardan (éds.), Courtiers du développement, Paris, Karthala, 2000.

3 Cf. Y. Jaffré et J.-P. Olivier de Sardan (éds.), La construction sociale des maladies. Les entités nosologiques populaires en Afrique de l'Ouest, Paris, PUF, 1999.

4 Cf. J.-P. Olivier de Sardan, « A Moral Economy of Corruption in Africa? », The Journal of Modern African Studies, 37 (1), 1999, p. 25-52.

5 P. Bourdieu, (éd.), La misère du monde, Paris, Seuil, 1993.44 Howard S. Becker, Outsiders : études de sociologie de la déviance, trad. de l'américain, Métaillé, 1985.

6 Cf. W. van Beek, « Dogon Restudied, a Field Evaluation of the Work of Marcel Griaule », Current Anthropology, 32 (2), p. 139-158, 1991.

7 Ceci a été contesté par d'autres sociologues et anthropologues des pratiques de sorcellerie en Europe.

8 On a parlé aussi de réflexivité, d'objectivation de la position du chercheur…

9 M. Leiris, C'est-à-dire, Paris, Jean-Michel Place, 1992.

10 Howard S. Becker, Outsiders : études de sociologie de la déviance, trad. de l'américain, Métaillé, 1985.

11 Un futur numéro de la revue Enquête, auquel je vous renvoie d'ores et déjà, portera sur ce que signifie « penser par cas ».

12 Cf. C. Geertz, Savoir local, savoir global. Les lieux du savoir, Paris, PUF, 1986 ; J.-P. Olivier de Sardan, « Emique », L'Homme, 147 : 151-166, 1998.

13 Ervin Goffman, La mise en scène de la vie quotidienne, 2 vol., Paris : Minuit, 1973.

14 Jean-Claude Passeron l'a bien montré : cf. J.-C. Passeron, « L'espace mental de l'enquête. La transformation de l'information sur le monde dans les sciences sociales », Enquête, 1 : 13-42, 1995.

15 Cf. Glaser & A. Strauss, The Discovery of Grounded Theory. Strategies for Qualitative Research, Chicago, Eldin, 1973 (la traduction française du chapitre 2 figure dans le n° 1 d'Enquête).

Auteur

Directeur d'études à l'EHESS

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter