Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corpus, sources et archives

 | 
Jean Boutier
, 
Jean-Louis Fabiani
, 
Jean-Pierre Olivier de Sardan

Discussion

Mohamed-Hédi Chérif

Texte intégral

1Mohamed el-AZIZ BEN ACHOUR - Vous avez parlé des inscriptions et des registres de la Monarchie d'Ancien régime que vous avez pu consulter en Toscane ou en France. Cela m'a fait penser que l'archive ou le document peut être l'expression d'un type de pouvoir. Dans les sociétés musulmanes, le rôle de l'État vis-à-vis des archives est permanent et l'on peut aussi faire la distinction entre les régimes politiques. Pour prendre l'exemple de Tunis aux xviiie et xixe siècles, la plupart des inscriptions étaient illisibles par le commun des mortels. Seuls le commanditaire — l'homme politique à qui l'on avait souvent lu le texte avant de l'inscrire sur la pierre — ou le détenteur du savoir étaient en mesure de lire les inscriptions. Démonstration de force donc à l'égard de la société : il fallait que les passants de la rue sachent que le pouvoir était présent. Les inscriptions latines sont également présentées comme la manifestation du détenteur du pouvoir.

2Il existait parallèlement des archives fabriquées, telles les généalogies d'ascendance chérifienne. Sans extrapoler sur les types de relation des sources et de la démocratie d'un côté ou du despotisme de l'autre, les registres dont vous avez parlé ne pourraient-ils pas être la manifestation, plus constructive, du pouvoir vis-à-vis de la société ?

3Pour revenir à l'historiographie, on constate aussi dans les sociétés musulmanes des attitudes critiques envers le passé, et envers la source des documents ; l'aspect idéologique du Hadith intéressait les gens, jusqu'à une époque récente. Dans cette fameuse science du Hadith, la pérégrination gigantesque de nombreux érudits avait pour but d'assurer l'authenticité des témoignages, d'éliminer l'apocryphe pour mettre en valeur l'authentique.

4Leïla BLILI – À propos de la spécificité de la source, l'histoire de la Tunisie reposant essentiellement sur des chroniques, la question que je poserai est la suivante : est-ce que ces chroniques ne devraient pas être étudiées par l'historien dans leur forme primaire, c'est-à-dire en tant que manuscrit ? Je souligne le fait que la plupart des chroniques historiques ont été éditées par nos collègues arabisants, universitaires spécialistes de langue et de littérature arabes, qui les considèrent comme des livres de civilisation. Le déchiffrage de la source manuscrite est tellement ardu qu'il donne l'impression d'avoir accompli une tâche, même si l'on n'a fait qu'une lecture primaire de l'ouvrage. Je n'éprouve pas le même sentiment de satisfaction en consultant le livre, réédité en librairie. Est-ce du purisme ou du formalisme ? Est-ce le goût de l'archive ? En revanche, le livre imprimé pousse d'emblée à une lecture interprétative, ou lecture en paliers.

5Une deuxième réflexion personnelle a trait aux difficultés de lecture des sources anthropologiques. J'avais commencé un mémoire de recherche sur les archives de police à l'époque coloniale, puis j'ai bifurqué pour travailler sur la famille, sur les actes de propriétés. Je me suis rendu compte que les outils traditionnels aboutissent à des impasses pour la lecture des actes notariés ou des archives Habous. Ce n'est ni par mimétisme ni pour suivre un phénomène de mode que je me suis orientée vers l'anthropologie ; mais bien parce que c'est la seule approche qui permet de décrypter les archives de notaires.

6Je voudrais conclure en relatant une récente expérience, en tant que membre du jury d'un mémoire de maîtrise : la candidate, une historienne comme nous, de formation classique, a été invitée à travailler sur Le corps de la femme à travers la littérature érotique. L'Université tunisienne a fait un bond, mais toute la dimension symbolique de la littérature du corps lui a échappé. L'historien tunisien continue d'avoir une formation classique, et peu d'ouverture sur des approches interdisciplinaires. Or, nos archives et nos sources ne peuvent être lues et décodées qu'avec une approche politique.

7Kmar BENDANA - J'ai écouté votre propos comme un exposé d'histoire intellectuelle, d'histoire presque socio-politique. Le fil directeur est le lien très étroit de l'histoire avec le droit. Dans tout projet probatoire de la discipline historique, qu'il s'agisse de preuve de l'authenticité ou de preuve de la véridicité des sources, ces notions se rapprochent beaucoup de l'activité juridique. Par ailleurs, votre exposé m'a fait réfléchir à l'attitude envers les corpus d'archives qu'il soient préalablement constitués ou qu'on les reconstruise. Un problème se pose à moi : l'identification de ce que j'appelle « le maillon orientaliste dans le travail des historiens actuels ». Il y aurait une similitude entre le désir de reconstituer des corpus anciens et ce que l'on fait maintenant, malgré le sentiment d'attirance-haine envers le travail des historiens orientalistes. Cette similitude va jusqu'à la traduction, perçue soit comme une trahison, soit comme une réponse à une demande. Cette relation ambiguë et difficile à régler pour les historiens actuels trouve peut-être une réponse que je qualifierai d'échappatoire, dans « l'affrontement » entre les historiens nationalistes et les prédécesseurs.

8Mohamed-Hédi CHÉRIF - En écho aux propos de Leïla Blili, j'évoquerai un point qui peut paraître marginal mais qui ne devrait pas l'être, c'est « l'objet » de l'historien : pris au sens d'objet de la discipline, mais aussi d'objet construit par l'historien et du rapport qu'il entretient avec les sources, quand il s'agit de ces régions de l'expérience humaine qui ne laissent pas de sources critiquables, au sens positif du terme, mais qui laissent néanmoins des traces. Cela pose le vieux problème épistémologique du début du siècle, du rapport entre sources réelles et objets, autrement celui du rapport entre l'idée et le réel : « entre idée, objet et fait réel », encore une problématique dont le risque est de prendre la source pour fétiche, parce que le réel est confondu avec le fait lorsque nous n'avons pas d'autres traces. Je pense en particulier à la littérature hagiographique, biographique, etc., un type de sources qui n'est statistiquement pas marginal. Ces textes produisent incontestablement du réel qui ne peut pas se confondre avec le fait que la démarche critique cherche à reconstituer. D'où la nécessité de recourir à une approche disciplinaire pour essayer de comprendre.

9Dans la discipline de l'anthropologie historique, ce qui importe le plus est ce qui fait sens, qui peut s'être passé dans un autre registre de la réalité. Se pose donc le problème de l'interprétation ; cela amène à une méthode qui se bricole, une sorte de sous-discipline de l'histoire moderne, différente de l'histoire des mentalités.

10Moncef M'HALLA - J'aurais deux remarques à faire. La première se rapporte aux matériaux, aux archives décrites ici comme étant de l'écrit constitué par une institution, qu'elle soit communauté familiale ou étatique. Pourquoi faire la distinction entre archive écrite et littérature ? La seconde remarque a trait à l'usage historien des archives, dans sa globalité, dans le sens d'une écriture d'une histoire des sciences sociales. Pourquoi ne pas dire « écriture de l'histoire de l'Histoire » ? Le discours historique comme résultat de l'usage historien des archives était absent de votre propos. Les exemples sur lesquels vous vous êtes attardé, posent le problème du rapport entre le discours historique proprement dit et le présent.

11Mohamed-Hédi CHÉRIF -À propos d'historiographie, je suis étonné que personne n'ait cité Ibn Khaldûn. Pour revenir à l'usage des archives, l'historien part de questions, puis fait des découvertes, trouve des pistes de recherche. Par exemple, dans le cadre d'une enquête sur la Parenté, les alliances et les patrimoines, faite par une équipe pluridisciplinaire du CNRS, nous avons repris les archives des Habous fondations pieuses abolies en 1958 qui avaient échoué dans un entrepôt couvert de tôle ondulée près du port de Tunis. Là encore, des découvertes nous ont entraîné vers des voies que nous n'avions pas soupçonnées. Néanmoins, beaucoup d'autres éléments sont restés inexploités à cause de notre approche. Nous étions également liés à une problématique précise, celle de la circulation des biens. Lors de mon passage au CNRS, j'ai été confronté à d'autres types d'archives, et j'ai posé les mêmes questions que je posais concernant les archives tunisiennes.

12Jean BOUTIER - L'intérêt de ces discussions est de se voir confronté à des questions inattendues, à la fois communes et à la fois différentes. Les archives européennes ont des caractéristiques spécifiques, liées aux formes des institutions et aux formes de conservation : il y a des questions historiographiques que nous nous posons, il y a des héritages que nous avons, et des tentatives pour nous défaire de certaines mauvaises habitudes. Un article récent de Dominique Julia donne une série d'éléments sur la pratique matérielle du travail en archives. Il met en valeur cette dialectique permanente qui fait que dès que l'on est au contact de l'archive, on trouve des choses inattendues et non pas des éléments élaborés et sélectionnés.

13La remarque sur les sources de la matérialité me paraît importante : sur ce sujet, nous possédons déjà un certain nombre de réflexions apportées par la bibliographie matérielle prolongées en particulier par les travaux de Roger Chartier : la mise en forme de l'imprimé est inséparable du protocole de lecture.

14Deuxième remarque : dans quelle mesure les historiens ont-ils réussi à sortir de la grille coloniale qui est le produit de leur documentation ? Est-ce que leurs études telles qu'elles étaient proposées, et qui avaient été reprises par les déconstructionnistes américains qui trouvaient intéressantes leurs analyses et leurs propositions avaient réussi (aussi bien qu'ils le croyaient) à s'abstraire des catégories produites par l'administration coloniale, elle-même productrice d'archives ? On ne pouvait pas échapper à la police, aux recenseurs, à l'armée coloniale qui a établi les descriptions du territoire. La littérature même, qu'elle soit rétive ou très favorable aux réalités qu'elle observe, a produit une forme de réalité matérielle, de concepts dont les historiens critiques semblent avoir de la peine à se démarquer.

15Enfin, si je n'ai pas parlé plus longuement de « la formulation des questions » par les historiens, du lien fort que ces questions entretiennent non avec le passé mais avec notre présent, c'est parce qu'Antoine Prost a traité le sujet avec beaucoup de pénétration. En préparant cet exposé, j'ai relu attentivement deux chapitres de ses Douze leçons sur l'Histoire. Ce petit livre d'apparence modeste est la mise en forme du cours de méthodologie qu'Antoine Prost a assuré à la Sorbonne pendant des années. Il s'agit, en apparence, d'un manuel pour étudiants de Licence. Or, je trouve que, parmi les différentes productions dont nous disposons actuellement, il propose une approche non-théoricienne des problèmes que nous rencontrons dans notre métier. Prost y fait très bien le point des questions que se pose l'historien. Je renvoie en particulier au chapitre sur « les questions de l'historien » où il montre de façon extrêmement claire les liens complexes entre traditions disciplinaires, demande sociale, itinéraires individuels. Par ailleurs, il examine le problème de la formulation des questions interdisciplinaires. Si en France l'histoire contemporaine est encore dominée par l'histoire politique, notamment avec le poids des historiens qui exercent à l'Institut d'Études Politiques, Prost est un de ceux qui ont mis en œuvre très directement les méthodes de la sociologie : à travers son œuvre sur l'histoire de l'éducation, il a dialogué de plain pied avec les sociologues, notamment avec Jean-Claude Passeron, faisant l'expérience d'approches croisées entre l'histoire et la sociologie.

16Qu'en est-il de l'interdisciplinaire ? C'est une question assez compliquée, et qui a suscité récemment différents types de réactions. Très souvent l'interdisciplinaire intervient dans ce que j'appelle « l'allongement du questionnaire » : on va chercher dans une discipline voisine tout une série de questions que l'on formule avec peine, alors qu'elles ont été déjà clairement formulées par d'autres disciplines. En outre, est-ce que l'historien peut appliquer dans ses recherches les outils déjà élaborés, dans des contextes qui ne sont pas les mêmes, par des disciplines autres ? C'est une question importante qui n'est pas encore forcément résolue.

  • 1 E. Thompson, « Anthropology and the Discipline of Historical Context », Midland History, I, 3, 1972

17Une note critique peu connue a affronté le problème en 1972-1973. Je me réfère à l'article, très éclairant, de l'historien Edward Thompson, paru dans Midland Studies1, une revue publiée par l'Université de Birmingham. Il s'agit pour lui de rendre compte de deux ouvrages publiés par des historiens anglais : celui de Keith Thomas sur le déclin de la magie aux xvie et xviie siècles, et celui de Mac Farlane, une description de la vie rurale en Angleterre au xviie siècle à partir du journal d'un pasteur anglican. Tout en rédigeant un article très polémique, Thompson pose la question centrale : est-ce qu'un historien de l'Angleterre peut utiliser, pour comprendre le xviie siècle, des concepts qui ont été élaborés, dans un cas, par un anthropologue qui étudie une société de bergers d'une île grecque de la mer Égée ; dans un autre cas, par un autre anthropologue qui étudie une tribu d'Afrique noire et des pratiques magiques ? En somme, peut-on importer naturellement des concepts qui ne sont pas universels, parce que forgés dans des contextes précis, et soumis à des contraintes spécifiques ?

18On retrouve la même question dans les dialogues entre les deux rives de la Méditerranée. Par exemple, lors d'une table ronde organisée en 1997 à Marseille sur Les bourgeoisies dans le monde méditerranéen aux xixe et xxe siècles, nous avons discuté à partir du livre de l'historien italien Alberto Banti sur la bourgeoisie italienne dans la période de l'Unité (1861-1914). Parmi les intervenants, Abdelhamid Hénia a parlé du monde des notables dans la régence de Tunis : que faire des catégories tunisiennes produites au cours du xixe siècle pour confronter nos questions ? On se rendait bien compte que nous avions des réalités sociales certes très hétérogènes, qui se représentaient de façon différentes, mais qui ne s'ignoraient pas, qui communiquaient les unes avec les autres et construisaient, en même temps, leurs représentations en regardant les autres. Il y avait donc des phénomènes de miroirs extrêmement compliqués. Nous n'allions pas appliquer la grille « les bourgeoisies du xixe siècle » à des réalités non-européennes. Mais alors, comment comparer ? La notion de bourgeoisie était intéressante dès lors qu'elle permettait de confronter d'autres notions. C'était une pierre de touche, et non un concept que l'on pouvait utiliser. On voyait bien que, dans une certaine mesure, toutes ces approches étaient interdisciplinaires, puisqu'on était tous historiens, mais sur des territoires disciplinaires qui utilisaient des outils différents. Nous étions confrontés, moins à un problème de sources qu'à celui d'un concept descriptif pour examiner les sources.

19Pour simplifier mon propos, j'ai utilisé ici le terme « archive » au sens institutionnel ; j'ai aussi mentionné, à la fois, un certain nombre de convergences et d'exclusions qui ont été établies mais qui ne sont pas définitives. J'ai parlé de ce grand chantier intellectuel en Europe, à la charnière des xviie-xviiie siècles, quand apparaît la notion de sources primaires et l'archive comme étant une pierre sur laquelle on peut s'appuyer de façon forte : au-delà de la démonstration, elle apporte la preuve. Pour les antiquaires qui formulent cela, les archives ne sont pas seulement issues des institutions, mais tout ce qui a échappé à une certaine forme d'élaboration. Il y rentre l'archéologie qui n'existe pas encore en tant que telle. Toutefois, c'est au début du xviiie siècle qui voit l'essor de la culture étrusque, que la question de l'archéologie romaine va se poser, à partir de 1720 à Florence, puis à Naples. Les antiquaires étudient parfaitement les monnaies. De grands discours confrontent alors les textes littéraires et les inscriptions sur les monnaies, ces dernières étant plus sûres que les textes littéraires. Je crois donc que la notion d'archive est très vaste : archive matérielle, archive écrite, archive figurée, etc.. Par contre, dans cette première étape, il y a une incapacité, un refus méthodologique ou méthodique de la source littéraire, qui serait une source secondaire en ce sens qu'elle est moins sûre.

20La deuxième étape qui consiste à étudier les sources secondaires après avoir maîtrisé les sources primaires, a été lancée par les Allemands, à partir de 1750 et au long du xixe siècle. Elle consiste à dire que, pour traiter les antiquités gréco-romaines qui sont essentiellement des sources littéraires (l'archéologie, en voie de constitution, ayant déjà des corpus assez fiables), il faut pouvoir mettre en place des méthodes spécifiques : d'une part, avoir les bons manuscrits, d'autre part, traiter ces textes eux-mêmes ; qu'est-ce qui est la tradition ? De quels témoignages informent-ils, etc. ?

21J'ai voulu insister sur le fait que la méthode philologico-critique s'est transformée en profondeur, à la suite d'une « révolution documentaire » qui a considérablement étendu la notion de sources pour les historiens. Ainsi, un collègue médiéviste s'est intéressé, il y a quelques années, à l'un des plus fameux traités d'agriculture du Moyen Age, rédigé par l'Italien Piero de Crescenzi au xiiie siècle. Au lieu de se poser la question classique de savoir quel est le texte original, le texte « parfait » qu'il faut retrouver ou reconstituer, ce médiéviste s'est intéressé à la façon dont ce texte a été soumis à un travail de longue haleine, modifié, commenté, corrigé, transformé. C'est à partir de ce travail de modification — qu'il suit au fil des copies successives d'un texte recopié jusqu'au xvie siècle avant d'être édité –que cet historien a pu montrer comment se constitue, en deux siècles, une culture agronomique qui s'adapte aux régions diverses, qui est soumise aux contraintes de l'expérience pratique. Sa démarche est bien à l'inverse de la philologie allemande qui consiste à établir la filiation du manuscrit pour aboutir au texte parfait. Il suit les dites variations pour montrer comment se constitue une culture. Il fait l'histoire à partir de l'évolution d'une source. L'étude fine de la production de la source est une méthode plus efficace et plus riche que l'étude des résultats de la source.

22Mouldi LAHMAR - J'ai personnellement beaucoup appris de cet exposé. En vous écoutant, j'ai pensé à la « solution khaldûnienne », parce que le problème de la vérification des témoignages se posait aussi pour les Musulmans. Ibn Khaldûn était un faqih, un jurisconsulte, qui utilisait la méthode du sahîh pour vérifier les témoignages. Ce corpus utilisé par les juristes étaient faits par des juristes. Or « l'objet » d'Ibn Khaldûn revêt un aspect socio-politique : c'est la naissance de l'État au Maghreb et dans le monde arabo-berbère, et son déclin. Mais, le rapport très étroit entre archives et État pose problème encore aujourd'hui, parce qu'Ibn Khaldûn travaillait sans archive. Ce rapport, Ibn Khaldûn le réfute en effet : il a créé une science pour contourner le problème de la véridicité (ou authenticité) des témoignages : « J'écris l'Histoire de l'État, je vais donc soumettre chaque témoignage aux lois de la Société ». En se posant une autre question, celle de l'histoire sociale et politique, qui n'est pas celle des juristes, et sans avoir de corpus de référence, il a été amené à inventer ce que l'on appelle aujourd'hui la sociologie ou l'anthropologie. La démarche n'a malheureusement pas été suivie dans notre histoire.

23Je voudrais également savoir comment se pose le problème de la validité des résultats d'une enquête d'historiens. On dit que les études de cas permettent de poser les bonnes questions. Je demande : « les bonnes questions sur quoi » ?

24Jean BOUTIER - Je disais que cela permettait de reposer la question des sources, ce dont l'histoire sérielle s'était détachée progressivement.

25Nora LAFI - Je voulais savoir si, dans le parcours que vous nous avez proposé, la réflexion, finalement, n'est pas aux mains de la micro-histoire ?

26Jean BOUTIER - La micro-histoire n'est pas seule. Un certain nombre de questions sont venues d'horizons divers, dans lesquels, alors que l'on avait une histoire de plus en plus statistique, la question de la singularité des marges s'est à nouveau reposée ; et la micro-histoire figure parmi le nombre. C'est un groupe qui se forme en Italie et qui a essentiellement comme but une fonction de critique politique, en disant : on manipule des sources agrégées, sans voir exactement les processus ; on fait une interprétation immédiate et on oublie les acteurs sociaux qui ont fabriqué tout cela. Donc, redonnons-nous la capacité de voir la fabrication de tout ce que nous examinons, au lieu de considérer que les sources agrégées nous donnent des illusions ou des imprécisions dans les évaluations. La micro-histoire est une des approches possibles, elle-même extrêmement diverse ; mais elle a joué une fonction critique décisive.

27Abdelhamid HÉNIA - Dans le monde arabo-musulman, il existait aussi un travail de constitution de corpus d'archives juridiques, dans un but de construction d'un discours juridique ; il existait aussi des recueils de formulaires notariés : tous ces corpus sont d'un type particulier, juridico-religieux. Ce n'est qu'à partir du xvie siècle ou de l'époque moderne, qu'apparaissent des archives administratives proprement dites. Avec l'Empire ottoman, on assiste à la naissance des archives produites par l'État, ce dernier constituant ses propres archives, en corpus. À ma connaissance, c'est Ibn Abî Dhiaf, historien du xixe siècle, qui le premier fait usage des archives dans sa chronique, étant lui-même producteur d'archives.

28Mohamed el-Aziz BEN ACHOUR - Si les documents qui nous sont parvenus remontent au maximum à l'extrême fin du xviie siècle, le problème toutefois s'est posé à tous les États. Tous les pouvoirs organisés ont produit des archives, des documents en tout cas qui, dans certains cas, étaient à peine élaborés. Sur ce sujet, Mohamed-Hédi Chérif a organisé, il y a quelques années, le colloque Les Arabes et leurs archives. Que ces documents ne nous soient pas parvenus, c'est une autre affaire que je tiens à soulever ici, parce que c'est encore un problème lié à la position de l'État par rapport à la société : on essaie d'éliminer ce qui a été fait auparavant.

29Mounira CHAPOUTOT - REMADI – Il y a un tournant, mais depuis le début de l'histoire musulmane, il existe une tradition d'archive. On a conservé une pratique.

30Radhi DAGHFOUS – Il y a contradiction entre « source » et « archive ». Le vrai problème est celui de la conservation. La définition de l'archive est la conservation de documents officiels par des institutions, qu'elles soient familiales ou étatiques. Cette tradition existait bien dans le monde arabo-islamique depuis le ier siècle de l'Hégire ; mais il n'y a plus trace de ces documents pour diverses raisons : vol, pillage, destruction par le feu (Baghdad en 1258, par exemple). Mais ce n'est qu'avec les Ottomans, en Afrique du Nord, que cette tradition a été reprise et qui, depuis, a été conservée. Cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas eu d'archives avant le xviie siècle. J'insiste sur ce point. Mais, le problème qui se pose, c'est que, malheureusement, les médiévistes qui travaillent sur le monde arabo-islamique ne travaillent que sur ce que vous appelez des sources secondaires par rapport aux archives, c'est-à-dire des témoignages littéraires, dans le meilleur des cas. Parfois, on trouve ce qu'on appelle des archives, c'est-à-dire des documents officiels, reproduits par des historiens tardifs. Alors se pose un autre problème, celui de vérifier si ces documents sont vraiment apocryphes ou authentiques. Or, tout cela a été remis en cause quand l'école anglo-saxonne a essayé de poser le problème des fondements de l'islam, de la naissance de l'islam : depuis les années 1980 jusqu'à nos jours, on assiste à un retour des études sur les ier et iie siècles de l'Hégire. Effectivement, c'est un point de faiblesse pour l'histoire du Moyen Age islamique, lorsque l'on compare ce qui a été fait par les médiévistes en Europe ou dans d'autres civilisations. Nous ne disposons que de sources littéraires et ces dernières sont, en plus, très tardives. Nous n'avons pas de témoignages directs.

Notes

1 E. Thompson, « Anthropology and the Discipline of Historical Context », Midland History, I, 3, 1972.

Auteur

Professeur à l'Université de Tunis

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter