Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enseignement supérieur dans la mondialisation libérale

 | 
Sylvie Mazzella

Résumés

Résumés

Texte intégral

Thème

L’enseignement supérieur dans la mondialisation libérale. Une comparaison Maghreb, Afrique, Canada et France

1Sylvie MazzellaUne « libéralisation d’État » de l’enseignement supérieur ? Mutations internationales et évolutions maghrébines. Introduction.

2Dans un contexte mondialisé de réformes de l’enseignement supérieur, ce dossier engage une réflexion sur la « libéralisation d’État » dans l’enseignement supérieur liée à la question des modifications des conditions d’exercice du pouvoir étatique. Ce questionnement prend une tournure spécifique au Maghreb, où le système d’éducation a longtemps été considéré comme un instrument symbolique fort de la construction de la Nation, selon une vision développementaliste et égalitariste. Une comparaison Nord-Sud permet également de souligner en quoi le poids de la concurrence dans l’enseignement supérieur et l’application de nouveaux instruments de gestion sont susceptibles de modifier la mobilité étudiante, notamment en provenance du Maghreb. Enfin, elle met en évidence la formation de nouveaux territoires de valorisation de l’enseignement supérieur, aussi bien entre le Nord et le Sud qu’entre les pays du Sud.

1. Réformes et marché du service d’enseignement : vers quelles gestions d’État ?

3Nico HirttUniversité globale, université marchande. Quelles évolutions évolutions en cours ?

4Les mutations récentes dans le champ de l’éducation en général, et de l’enseignement supérieur en particulier, présentent des axes convergents que l’on retrouve dans tous les pays du monde : autonomie des institutions, déréglementation et désengagement de l’État, privatisation, mise en concurrence, recentrage sur les attentes du monde économique, essoufflement de la « massification », etc. Ces changements profonds et planétaires trouvent leur origine dans la nature des bouleversements sociaux et économiques qui accompagnent la « globalisation ». Alors que l’urgence des enjeux (sociaux, économiques, écologiques et politiques) exigerait une vision critique et de long terme, on risque d’assister à un appauvrissement de la diversité culturelle, à un repli de l’activité scientifique et de formation sur des besoins étroits de rentabilité à court terme.

5Florian KohstallLes réformes de l’université à l’heure de « l’internationalisation ». Regards croisés sur l’Égypte et le Maroc.

6En Égypte, la création des universités privées et des universités privées étrangères a profondément transformé le secteur de l’enseignement supérieur. Cette transformation s’effectue à la marge d’une tentative de réforme globale qui vise les universités publiques et leurs deux millions d’étudiants. Le Higher Education Enhancement Program, préparé avec la Banque mondiale, tente de remédier à la crise de ce secteur. Outre des résultats médiocres, il introduit de nouveaux instruments comme la « réforme par appel d’offres » et la participation des stakeholders dans le processus politique. Au Maroc, l’introduction du système Lmd (Licence, Master, Doctorat), en 2003, est le point de départ d’une réforme conçue à la fin des années1990. Le pays démontre sa grande ouverture aux recettes de réformes conçues à l’échelle européenne. Cependant, la question se pose de savoir si ces réformes, à fortes empreintes laissées par la coopération internationale, sont en mesure de moderniser l’université.

7Mustapha HaddabÉvolution morphologique et institutionnelle de l’enseignement supérieur en Algérie. Ses effets sur la qualité des formations et sur les stratégies des étudiants.

8La pression sociale qui s’exerce sur l’enseignement supérieur en Algérie, complique fortement les problèmes que pose sa gestion. Considérée sous l’angle de l’acuité des problèmes d’ordre pédagogique, linguistique, administratif et même politique, la mise en application du système Lmd paraît comporter le risque de provoquer des formes de déstabilisation trop rapides des règles et des rythmes de fonctionnement des institutions universitaires et sans doute d’affaiblir encore plus la qualité et l’efficacité pédagogique des enseignements.

9François Castaing – Le poids de la concurrence universitaire en France : intérêt et limites d’une approche en termes de « marchandisation ».

10Les dynamiques concurrentielles induites par la conception et la mise en place du Lmd en France conduisent-elles à reconfigurer les formes et les modalités de l’accueil des étudiants étrangers en France, notamment en provenance des zones hors Union européenne ? La logique des « avantages comparatifs » ainsi introduite est-elle de nature à pénaliser ou, au contraire, favoriser, non seulement la mobilité des étudiants étrangers en provenance du Maghreb, mais aussi la consolidation de pôles universitaires au Maghreb ? Les contradictions possibles liées à la cohabitation d’une logique de service public encore maintenue et d’une logique de« marchandisation » de l’enseignement supérieurs ont-elles de ce point de vue surmontables et de quelles façons ? Cet article reprend, d’une part, des éléments de bilan de mise en place du Lmd à partir de la problématique de la reconfiguration du service public de l’enseignement supérieur ; d’autre part, des éléments de bilan de l’accueil des étudiants étrangers en France à travers la recomposition des actions de l’État français pour promouvoir« l’attractivité » des universités (Édufrance, Cef, aujourd’hui Campus France).

11André NyambaLe Lmd dans les universités africaines au sud du Sahara. Nouveaux acteurs et nouveaux rapports au savoir.

12Les universités africaines au sud du Sahara veulent s’ajuster au Processus de Bologne pour participer de fait à la gestion du marché libéral de l’économie mondialisée. L’adhésion au système Lmd pose de nouveaux problèmes organisationnels, en plus des difficultés structurelles actuelles, dont celle de l’inadaptation des curricula au monde productif. Le constat que dresse l’auteur est que le renouveau mondial de l’enseignement supérieur est un défi à relever, avec de nouveaux rapports au savoir, et un nouvel acteur, le privé.

13Sophie Levandowski – L’État « gestionnaire » de l’éducation ? Diversification et privatisation de l’offre scolaire au Burkina Faso.

14Depuis la chute de la Révolution sankariste à la fin des années 1980, le gouvernement burkinabè revendique une adhésion aux politiques libérales régies par certaines organisations internationales présentes dans le pays. Dans le domaine éducatif notamment, l’essentiel des efforts des bailleurs de fonds et de l’État est concentré sur l’enseignement primaire : le secondaire et le supérieur sont davantage laissés sous l’influence du secteur privé. Mais même dans l’enseignement de base, l’État joue un rôle ambigu. La stratégie dite du « faire-faire » est censée le positionner comme coordonnateur des actions éducatives réalisées dans une proportion grandissante par les entreprises et les Ong. Cette politique entend officiellement démocratiser la scolarisation par la diversification de l’offre scolaire et des acteurs impliqués. En réalité, elle place l’État dans une position de « gestionnaire » en retrait qui ne semble pas toujours à même de favoriser les classes populaires. Les nouvelles politiques éducatives burkinabè sont ainsi soumises aux stratégies des politiques internationales d’une part, et à celles des entreprises et des acteurs du tiers secteur d’autre part. Cette situation pose aujourd’hui clairement la question de la transformation de l’État en Afrique.

2. Mobilités étudiantes. Politiques d’accueil, stratégies et horizon d’attente des diplômés

15Jean Bernatchez – Priorités des politiques publiques de l’enseignement supérieur au Québec et problématique de l’accueil des étudiants internationaux.

16L’article présente l’organisation du système québécois d’enseignement supérieur et analyse les cinq grandes priorités des politiques publiques de l’enseignement supérieur observées au Québec depuis 1960 :l’accessibilité, l’imputabilité, la professionnalisation de la formation, l’instrumentalisation de la recherche et l’internationalisation de l’université. Cette dernière priorité rend intelligibles les logiques associées à l’accueil des étudiants internationaux, particulièrement ceux originaires des pays du Maghreb.

17Maïten Bel – L’accueil des étudiants internationaux en France : une mise en perspective.

18L’accueil d’étudiants internationaux en France doit être mis en perspective avec les grandes tendances qui touchent l’enseignement supérieur au niveau tant national qu’international. Dans un contexte de globalisation de l’économie et d’affirmation de l’avènement d’une « société de la connaissance », les systèmes nationaux d’enseignement supérieur tendent à entrer en compétition. La déclinaison européenne de ces grandes tendances se concrétise par la structuration généralisée des formations autour du Lmd. Elle se traduit également par un renouvellement des tensions qui, depuis plus de trente ans, marquent l’accueil en France d’étudiants venus du Maghreb. Ces tensions opposent la volonté de réduire l’immigration, la nécessité de remplir certaines filières, le souhait d’étendre le rayonnement de la France, l’objectif de n’accueillir que des étudiants de haut niveau.

19Stéphanie Garneau – Inégalités d’accès à l’espace international de l’enseignement supérieur et aux marchés du travail.

20Depuis une vingtaine d’années, les États occidentaux mettent en place un ensemble de mesures d’internationalisation de l’enseignement supérieur et d’institutionnalisation de la mobilité étudiante à l’étranger. À partir d’une recherche comparative menée en France et au Québec, cette contribution s’intéresse aux diverses modalités d’appropriation de ce double phénomène par les acteurs tant institutionnels qu’étudiants. L’article montre que si les gouvernements et les administrateurs des universités, à travers ces processus, soumettent l’enseignement supérieur à une logique de marché, les étudiants adhèrent de façon différenciée à ce discours économiciste. Il explicite ensuite en quoi les actions des étudiants se superposent aux modes d’action publique pour engendrer une inégalité de l’accès aux établissements étrangers selon le positionnement initial de l’étudiant dans l’espace internationalisé de l’éducation, son établissement d’affiliation et sa filière de formation.

21Abdelwahab Hafaiedh – La mobilité internationale des étudiants tunisiens. Aide publique et mobilité institutionnelle.

22Cet article étudie l’évolution de la « mobilité institutionnelle » des étudiants tunisiens, rentrant dans le cadre d’un programme de coopération avec des pays partenaires de la Tunisie ou dans le cadre d’un programme national de bourses. Elle se caractérise, à la fois, par ses nouvelles modalités d’intégration dans le marché international de formation supérieure et par de nouveaux modes de coopération, qui régissent, de plus en plus, les flux de mobilité internationale, spécialement avec le Maghreb et le Monde arabe. L’article analyse en particulier l’effet d’un événement mondial tel que le« 11-Septembre 2001 » dans les transformations survenues dans les aides publiques de coopération.

23Fathi Rekik – Vers quelle culture entrepreneuriale de l’université tunisienne ? L’employabilité des diplômés des filières « Lettres et Sciences humaines ».

24Dans un contexte généralisé de baisse de la demande de diplômés dans la fonction publique et de montée de la flexibilité de l’emploi, l’article analyse, à partir d’une enquête empirique en Tunisie, les aspirations sociales d’étudiants des filières « Lettres et Sciences humaines », et leurs perspectives d’embauche dans la voie alternative du travail indépendant. Cependant, comment, à l’ère de la mondialisation, est-il possible d’être entrepreneur indépendant, tout en demeurant dépendant des incitations et accompagnements d’un État encore mû par d’anciens réflexes dirigistes ?

25Montserrat Emperador-Badimon – Les diplômés chômeurs de troisième cycle au Maroc : des expériences d’engagement revendicatif.

26Depuis la fin des années 1990, des lauréats de troisième cycle universitaire, en situation de chômage, se sont rassemblés dans des groupes protestataires pour revendiquer leur insertion dans la fonction publique marocaine. L’auteur analyse la formation et les enjeux d’une action collective de dénonciation du chômage. Deux dimensions de l’espace protestataire des « diplômés chômeurs »sont particulièrement analysées : les trajectoires de vie et les dispositifs de légitimation de la revendication publique.

27Kmar Bendana – La langue française dans l’enseignement public tunisien. Entre héritage colonial et « économie du savoir » mondialisée. Entretien avec Kmar Bendana.

28Le leitmotiv de modernisation, très présent dans l’actuel discours des acteurs des réformes universitaires, a pris des formes différentes au fil du temps. Il s’est construit, tour à tour, avec et contre l’usage du français dans l’enseignement public. L’enjeu économico-politique de la langue française au sein du système éducatif tunisien est aujourd’hui réactivé par la nécessaire revalorisation des langues étrangères dans un contexte de réformes mondialisées de l’enseignement. Cet entretien retrace différents aspects de l’évolution du statut de la langue française dans l’enseignement public tunisien depuis la fin du protectorat : l’héritage colonial de l’enseignement français, le bilinguisme de l’ère bourguibienne, l’arabisation et les transformations liées à la mondialisation du savoir.

Conférences

29Sylviane Leprun – Vers une écologie de la mimèsis patrimoniale. Un détour nécessaire vers les esthétiques africano-sahariennes.

30La question patrimoniale abordée dans cet article propose de passer d’une analyse macro-patrimoniale classique (les monuments, les sites, les paysages) à une analyse micro-patrimoniale, intégrant des objets ou des « fictions » jusqu’ici peu dignes d’attirer le regard du spécialiste ou de l’historien. Il s’agit d’une requalification patrimoniale qui nous montre que l’on est en présence d’une néo-mythographie de l’espace urbain. Les anciennes perspectives comme les nouvelles se conjuguent en opérant une synthèse (c’est-à-dire un métissage et des solidarités) entre toutes les déterminations qui fondent les patrimoines et débouchent sur le problème de leur lisibilité et de leur conservation (où l’anthropologie rejoint la morale universelle).

31Jacques Commaille – La justice entre « détraditionnalisation », néo-libéralisation et démocratisation. Vers une théorie de sociologie politique de la justice.

32À partir du constat de l’affirmation d’un rôle croissant de la justice par rapport au politique comme en témoigne la littérature internationale sur le phénomène de « judiciarisation-judicialization », Jacques Commaille se propose de construire une théorie de sociologie politique de la justice. Il considère un contexte général de détraditionnalisation, lequel favoriserait le développement de deux logiques en tension l’une par rapport à l’autre, et qui contribuent à définir la fonction politique de la justice : une logique de néo-libéralisation où la justice participe d’une prééminence accordée aux intérêts du Marché dans le cadre de la globalisation, une logique de démocratisation où la justice constitue une arène sollicitée dans le cadre de mobilisations collectives suscitées par des mouvements sociaux. La justice apparaît bien ainsi avoir, plus que jamais, partie liée avec le politique. Elle fait système avec lui tout en étant un révélateur privilégié de ses transformations et des incertitudes de son avenir.

Études

33Nejmeddine Hentati – Les habous des dhimmî-s en Occident musulman médiéval.

34D’après al-Chafi‘i et certains juristes malikites, il n’y aurait pas eu de habous avant l’Islam. Cet avis est discutable puisqu’il est établi que les Anciens, en Chine et en Égypte, mais aussi les juifs et les chrétiens ont connu ce genre d’institution. Par cette étude, l’auteur cherche à répondre à certaines questions concernant les catégories de habous des tributaires en Occident musulman médiéval, leurs sources d’approvisionnement et leur évolution.

35Mehdi Jerad – Les alliances matrimoniales chez les notables makhzen en Tunisie à l’époque moderne.

36L’étude des alliances matrimoniales de quatorze familles ayant servi l’État beylical, entre le xvie siècle et le xixe siècle, met au jour diverses rationalités familiales et sociales. Son auteur cherche à savoir dans quelle mesure ces alliances constituent un indice d’appartenance à la sphère du Makhzen, permettant de définir des élites sociales et politiques. Il évalue la place de l’endogamie dans les mariages des personnages makhzen, afin de fixer les enjeux qui en découlent. Il s’interroge également sur la polygamie en tant que facteur d’ascension sociale ou nécessité familiale. Enfin, il cherche à savoir si ces alliances, notamment les mariages avec les odalisques, font partie des signes extérieurs de la notabilité et de la richesse des familles makhzen.

37Morgan Corriou – Cinéma exotique et censure en Tunisie au temps du protectorat.

38Destiné à un public occidental, le cinéma exotique a été exporté dans l’empire colonial français par les aléas d’une distribution cinématographique entièrement tributaire de la métropole. Ce fut l’occasion pour la Résidence générale de France à Tunis de constater que le cinéma exotique et, à plus forte raison, le cinéma colonial n’étaient, en aucune manière, conçus pour les pays colonisés. Ces films devaient être l’une des cibles principales de la censure cinématographique qui se mit en place dans les années 1920. En vain, pourrait-on dire, car il semble que les spectateurs tunisiens aient placé l’enjeu ailleurs, principalement dans les Actualités.

39Lamia Zaki – Après le bidonville. Les relogés de Lahjajma (Casablanca) : entre déni et nostalgie.

40Malgré les conditions relativement privilégiées de leur départ, l’évacuation d’une centaine de ménages du bidonville de Lahjajma à Casablanca a été vécue comme une déchirure et leur relogement dans un nouveau quartier comme une renaissance douloureuse. En soulignant les manifestations d’un attachement rétrospectif au bidonville, il ne s’agit pas de minimiser la satisfaction ou le soulagement éprouvés à d’accéder à une propriété immobilière légitime être connue, mais plutôt de montrer que l’appartenance à un territoire disqualifié peut se décliner sur un autre mode que celui de l’enchaînement passif et subi. L’analyse du processus d’acculturation des enquêtés à leur nouveau cadre de vie permet également d’appréhender les nouvelles ressources, mais aussi les nouvelles contraintes liées au statut de propriétaire légitime, qui entraînent une recomposition des affiliations et des oppositions au sein du groupe de relogés.

41Mohammed Hachemaoui – La quête de la représentation politique d’un « notable du cru ».

42L’article a pour objet l’analyse microsociologique de la campagne électorale suivie par un candidat indépendant aux élections législatives algériennes de juin 2002 dans la circonscription d’Adrar. L’interprétation compréhensive met en lumière les ressorts de l’entreprise de notabilité du candidat, construite en lien étroit avec les institutions culturelles des ksour (zawiya, dhifa). L’élection, par deux fois, du« notable du cru » à la deuxième chambre du Parlement est l’expression électorale de l’émergence d’un nouveau profil d’acteur en quête d’institutionnalisation politique : l’agent de la médiation clientélaire.

43Anne-Claire Kurzac-Souali – Adaptation économique et redéploiement culturel dans les médinas marocaines.

44Les médinas marocaines ne sont pas des espaces musées. Elles ne sont pas non plus des espaces urbains en voie d’abandon et de paupérisation inéluctable comme on l’avait imaginé, il y a encore deux décennies. Ces tissus urbains anciens sont, avant tout, des espaces sociaux, résidentiels, économiques qui s’adaptent aux changements. Pour la plupart classées au Patrimoine mondial de l’humanité (Marrakech, Essaouira, Fès) et mises en valeur par le tourisme, les médinas sont perçues et imaginées autrement et revalorisées au sein de la ville marocaine contemporaine. Le processus de requalification désormais enclenché favorise une adaptation économique et un redéploiement culturel de ces centres anciens qui témoignent de leur vitalité et de l’engagement de nouveaux acteurs qui les considèrent, de nouveau, dans le paysage urbain et économique des villes marocaines.

45Neila Akrimi – Le Dialogue « 5+5 » : « boîte à idées » pour relancer le Processus de Barcelone en Méditerranée occidentale ?

46L’ambition de cette étude est de donner un contenu concret à l’idée d’« association renforcée » entre pays du Nord et pays du Sud de la Méditerranée en situant résolument nos propositions dans le contexte du « 5+5 ». Il s’agit d’une structure informelle permettant de mener une réflexion libre et adaptée à la spécificité géographique de cette sous-région. « 5+5 » est alors une enceinte très appropriée pour mener des actions de coopération précises et ciblées, en d’autres termes, pour mener à bien une« association renforcée ». Cet article identifie les arguments favorables à ce scénario et trace les lignes pour sa mise en œuvre.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable