Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enseignement supérieur dans la mondialisation libérale

 | 
Sylvie Mazzella

Études

La quête de la représentation d’un « notable du cru »

Mohammed Hachemaoui

Texte intégral

  • 1 Nous adoptons ici la définition de l’autoritarisme forgée par Juan Linz (1975, 265, sq.) qui, dans (...)
  • 2 Le département d’Adrar est composé de trois sous-régions : le Gourara au nord, le Touat au centre (...)
  • 3 Les éléments utilisés dans cet article ont été recueillis au cours de plusieurs séjours de recherc (...)

1Les travaux politologiques portant sur l’Algérie contemporaine, préférant le plus souvent les analyses « par le haut », les modèles systémiques et les données agrégées, s’intéressent rarement au « politique par le bas » (J.-F. Bayart, C. Toulabor et A. Mbembe, 1992), sinon de façon superfétatoire. Celle-ci s’avère pourtant indispensable pour rompre avec les analyses « par défaut » comme celles qui dispensent les chercheurs d’étudier les élections dans les régimes autoritaires1 sous prétexte qu’elles seraient « sans choix », donc « sans intérêt » heuristique (G. Hermet, 1978). Les analyses anthropologiques, ayant une prédilection pour l’étude de phénomènes particuliers, tendent, à l’inverse, à tourner le dos aux effets du système de gouvernement. La présente étude, à rebours avec ces tendances, a pour objet la campagne électorale d’un « candidat indépendant » aux législatives algériennes du 30 mai 2002 dans la circonscription électorale d’Adrar, au sud-ouest du pays2. Adossée à une démarche de sociologie compréhensive, l’approche privilégie ici l’analyse qualitative et les « concepts proches de l’expérience » (C. Geertz, 1986) ; elle ambitionne de reconstituer l’entreprise électorale du candidat et d’éclairer, par la micro, les phénomènes, macro, du clientélisme et de la retraditionnalisation qui se déploient à l’ombre du régime autoritaire - dans le département (wilaya) étudié3.

Adrrar, Al-hay al-gharbi, (le quartier ouest), le 17 mai 2002 à 21h

  • 4 Les éléments de cette cérémonie électorale ont été recueillis par observation directe de l’auteur.
  • 5 De l’arabe targui, masc. pl. touareg, francisé au singulier.

2Premier acte. Sous les coups festifs du baroud, de longues et chaleureuses accolades sont échangées à l’entrée de la cour entre les chefs de la communauté touarègue de la ville d’Adrar et leur invité de marque4. Marhaba, tafadhalou - « Bienvenue, veuillez entrer » -, lancent pompeusement les notables touareg5 à l’adresse du candidat et de ses compagnons. Le convive, élégamment vêtu, est souriant et affiche une mine des grands jours. Un chef targui le tient par le bras et lui présente, un à un, les notables de sa communauté, avant de le convier à prendre place dans le « salon d’honneur » de la cour. Plus de trois cents invités accourent pour prendre place au plus près de l’estrade réservée aux personnalités. Dans cette cérémonie normée, tout se passe comme si chacun se plaçait dans l’espace physique en fonction de la position occupée dans l’espace social : plus on a du crédit social et plus on daigne s’approcher du centre symbolique du lieu.

3La musique targuie s’efface progressivement laissant place à la joute électorale.

  • 6 L’imam.

4Deuxième acte. Debout au centre de l’estrade, vêtu d’un imposant boubou, le fqih6 targui prend en premier la parole. Après quelques formules de bienvenue, il déclare d’une voix limpide :

Nous soutenons la liste « al-Fath » et nous conseillons les grands et les petits, nous disons aux grands et aux petits de voter pour la liste de Guerrout [...]. C’est lui qui transmettra nos doléances aux autorités [...]. L’homme est connu pour sa sincérité. Il n’a besoin ni d’argent ni de prestige. Il est une véritable qibla pour les pauvres [ie. il leur sert de guide]. Nous déclarons notre soutien à Guerrout et à sa liste « al-Fath ».

5Et l’orateur de passer la parole, segmentarité oblige, à l’autre fqih de la communauté targuia d’Adrar. Droit, élancé et tout de blanc vêtu, le dignitaire religieux en impose :

  • 7 Troupeau.

Cette immense visite dans ce lieu modeste nous fait honneur [...]. Nous déclarons notre allégeance (wala’a) au candidat Guerrout et notre alignement (woquf) [sur sa candidature]. On t’a choisi parmi tous les autres pour que tu défendes les pauvres et pour que tu les délivres de l’isolement dans lequel ils se trouvent [... ] Le berger a sur son troupeau des devoirs immenses ; il doit se comporter avec les membres de sa raîyiya7 avec justice.

6C’est à présent au candidat de prendre la parole :

[...] Faire parvenir le message des habitants de cette wilaya à l’autorité centrale de l’État, tel est le motif qui m’a poussé à présenter ma candidature [.] ; faire parvenir le message des habitants de hay al-gharbiet de tous les nomades (badw) [du département d’Adrar]. Je suis convaincu que les gens n’ont pas transmis le message [.]. Je me suis interdit de toucher le moindre centime d’indemnités parlementaires et je me suis engagé à les reverser intégralement aux associations de charité. [Applaudissements] J’avais espéré que les partis puissent être des institutions d’encadrement. Ils sont malheureusement à la recherche d’avantages et d’un siège parlementaire (kursi) [...]. Voilà pourquoi j’ai choisi le chemin le plus difficile, celui de la liste indépendante [...]. Je veux qu’il y ait de la justice. On vivra mieux à l’ombre de la justice.

7Après des applaudissements nourris, la parole est donnée à un notable targui :

Ce qui est de notre devoir, on l’a fait, le reste t’appartient [...] Eh ! djma’â, êtes-vous d’accord pour voter en faveur d’el-Hadj Guerrout ?

8« On est d’accord ! » lance l’assemblée avec enthousiasme. Du fond de la cour, un homme demande la parole :

Lorsque quelqu’un déclare s’engager auprès de Guerrout, puis s’engage avec quelqu’un d’autre, il crée un problème. Si Guerrout gagne, nous marcherons avec lui ; si Guerrout perd, nous resterons avec lui [...].

9Un notable targui se lève de l’estrade aussitôt et réclame le micro :

  • 8 Le général Liamine Zeroual a été chef de l’État entre 1994 et 1999.
  • 9 L’actuel président Bouteflika a succédé à Liamine Zeroual.

On n’a jamais donné notre parole de façon mensongère (kelma kadhba), que ce soit à Zeroual8 ouà Bouteflika9. On voudrait un homme qui frappe du poing sur la table pour nous. L’histoire n’a pas retenu de nous que nous n’ayons jamais eu de parole mensongère.

10Dernier acte. Les chefs touareg se concertent discrètement et décident de prononcer la profession de foi ou fatiha. Sous la conduite des f’qih, l’ouvrante du Coran est alors psalmodiée en chœur et dans la communion communautaire. Après le couscous, des prières d’invocation sont également psalmodiées par l’assemblée. La fatiha est à nouveau récitée, cette fois pour clore le cérémonial.

El-Hadj Mohammed Guerrout : parcours initiatique de la notabilité

  • 10 Les éléments biographiques qui vont suivre sont tous tirés de nos entretiens avec Mohammed Guerrou (...)
  • 11 Pour l’histoire et l’anthropologie d’Adrar, on lira avec profit : A. G. P.Martin, 1923 ; J. Bisson (...)
  • 12 Pluriel de m’rabat, habitants d’un ribat. Moines soldats ou marabouts. Le ribât est une institutio (...)
  • 13 La madrasa ou école coranique du cheikh Belkebir est l’une des plus grandes du pays. Son fondateur (...)

11Mohammed Guerrout est issu d’une famille affiliée à la tribu des M’khadma de Ouargla10. Son grand-père s’est établi dans le ksar d’Adrar11 au début des années 1930 pour y installer son artisanat de tannerie. Lié, selon le récit de son descendant, aux m’rabtîn12 du Touat, il aurait « fait partie de ces notables qui ont convaincu le cheikh Belkebir13 d’établir sa madrasa à Adrar ».

  • 14 Les shurfa (pl. de sharif, noble) sont censément des descendants du Prophète. Cette noble ascendan (...)

12Les m’rabtîn, à l’origine, sont ceux qui, fuyant le monde de l’ici-bas, se retranchaient dans un couvent fortifié pour y vivre leur foi dans l’ascèse et y préparer le jihâd. Mais depuis la « crise maraboutique » (J. Berque, 1982) qui a ébranlé le Maghreb aux alentours du xviie siècle, le participe actif murabît a fini par désigner ces « capteurs du divin » chers à Augustin Berque (1986, 85-86) et à Jacques Berque (1978, 53). Vénérés pour leurs pouvoirs miraculeux (karamat), ils sont souvent sollicités afin de protéger contre les malheurs de ce monde et de l’autre, plus que pour délivrer un arbitrage dans les conflits entre groupes tribaux. ‘Alîm-s (savants) ou marabouts, ils disputent aux shurfa14 le primat nobiliaire. On l’a compris : même si Guerrout n’est ni un m’rabît ni un sharif mais un roturier, il n’en est pas moins proche des nobles. La première fondation du parcours est posée par la proximité sociale avec la noblesse historique musulmane.

  • 15 Étiquette politique qui désigne la filiation organique à des structures telles que la puissante or (...)

13Le père de Guerrout, plus tourné vers les affaires de l’ici-bas, est un commerçant. Il aurait, selon le récit de son fils, rejoint les rangs de l’Armée de libération nationale (Aln) en 1958 pour y « accomplir le devoir patriotique de la révolution armée (thawra al-mussallaha) ». « Ma famille compte plusieurs shuhada ! » : la deuxième fondation est posée, cette fois par l’affiliation aux martyrs de la « famille révolutionnaire »15. Après l’indépendance, le père, combattant (moudjahid), n’a cessé d’élargir ses activités commerciales, léguant à ses nombreux fils un capital économique considérable et une notabilité locale établie.

  • 16 L’Unja a été fondée par le colonel Houari Boumediene en 1975 après la dissolution, trois ans plus (...)

14Avant de reprendre en main le contrôle des affaires familiales et prendre la place du père, Mohammed a été tour à tour scout dans les rangs des Scouts musulmans algériens, puis militant endurci de l’union nationale de la jeunesse algérienne (Unja)16 dont il deviendra un responsable départemental. Il a participé à ce titre à plusieurs de ses congrès, et y a découvert pour la première fois les grandes villes du Tell. Ses années de militantisme au sein de l’Unja sont aussi celles de l’intériorisation des axiomes idéologiques du Front de Libération nationale (Fln) (M. Harbi, 1980 et 1992 ; G. Meynier, 2002, 237-271) : la conception de la nation comme Umma, consacrant le primat de l’Un communautaire (arabo-musulman) ; la dissolution des clivages sociaux dans la « bifurcation » (S. Huntington, 1975) de la mobilisation populaire contre l’ennemi ; la croyance en la supériorité du particularisme sur l’universalisme et de l’authenticité (al-açala) sur la modernité (al-âçrana). Pendant ces années de jeunesse, Guerrout ne s’est pas limité à assimiler les fondamentaux du populisme algérien, il a construit une expérience sociale, et accumulé une expérience militante.

  • 17 L’État algérien est, depuis le début des années 1970, un État rentier type. En 2002, les exportati (...)

15À l’instar de nombreux jeunes de sa génération, il sait que c’est avec ce « capital militant » qu’il peut projeter une carrière politique, c’est à cela qu’il s’emploie : de responsable local de l’Unja, Guerrout est désormais propulsé directeur de la culture à la wilaya d’Adrar. Du haut de cet appareil idéologique, le jeune cadre de la nation veille à la conformité canonique de la production culturelle locale. Guerrout devient, peu à peu, un interlocuteur incontournable : confréries, zawiyas, mosquées, associations de jeunes, artistes, enseignants, étudiants s’adressent à lui, qui pour acquérir un local, qui pour bénéficier d’une subvention de « l’État rentier »17, qui pour vendre ses œuvres à l’administration préfectorale, qui pour inviter les officiels. Ces trois années passées à « servir » la culture locale, lui permettent de nouer des amitiés, de tisser un réseau relationnel de part et d’autre du Touat et du Gourara.

16Il consacre pareillement ces années à se familiariser avec l’administration, à pénétrer ses rouages, à se rapprocher de ses responsables influents. Mais au lendemain de l’assassinat du chef de l’État Mohammed Boudiaf (dans le Palais de la culture d’Annaba, le 29 juin 1992, par un officier chargé de sa sécurité), Guerrout dépose sa démission. Troisième fondation. Dans son récit auto-biographique, cet acte est au moins aussi important que celui accompli par son aïeul : si le premier en date jette les fondements de la notabilité touatienne, le second lui forge une posture politique.

  • 18 M. Guerrout est très peu disert sur ce marché ; il nous a révélé son existence à demi-mot lors de (...)

17L’ancien militant-fonctionnaire du Parti-État ne bascule pas pour autant dans l’opposition. En ces temps de restauration autoritaire, il préfère se tourner vers le business. Pour ce faire, il regagne l’entreprise de travaux publics de son frère aîné Ibrahim, auprès duquel il apprend un autre langage, celui de l’économie. De chantiers en transactions, Guerrout fait son apprentissage, à l’ombre de l’aîné, maître et patron. Avant qu’il ne décède dans un accident de voiture, Ibrahim a laissé à son jeune frère Mohammed entre autres deux affaires lucratives : un marché de travaux public concédé au gré à gré par l’Armée nationale populaire18 et un autre de services obtenu auprès de la célèbre Ong « Oxfam » pour le ravitaillement des populations sahraouies de Tindouf et les réfugiés touarègues de l’Azawad.

18Outre le capital économique conséquent légué à la famille, la disparition d’Ibrahim laisse vacant le statut tout ensemble de frère aîné, de maître de la maison, de notable craint, respecté et courtisé. « La responsabilité se mérite, elle ne se donne pas en cadeau », assène Mohammed quelques années plus tard, l’heure des joutes électorales sonnée. Avant de postuler pour la représentation du peuple, il lui a fallu gagner celle de la famille. Il ne s’emploie à la conquête de ce statut qu’au terme d’un parcours initiatique sanctionné par autant d’épreuves qualifiantes que de rites de passage. Dans cet apprentissage, Mohammed doit, dès l’abord, se doter des attributs de la notabilité, y intégrer, ensuite, l’éthique du notable, pour y légitimer, enfin, son statut social.

  • 19 130 000 dinars algériens, environ 1 300 euros.

19Entrepreneur prospère coiffant sous sa coupe commerces, sociétés de travaux publics et de services. Il n’a pas acquis pour autant la noblesse de la notabilité. Pour y parvenir, il consentira des libéralités. À Timimoun, la vox populi parle, en mai 2002, de 13 millions de centimes19 offerts par le « généreux mécène » Guerrout au club de football. Ses largesses seraient parvenues jusqu’aux confins du Tidikelt, à l’extrême sud du département d’Adrar. Il n’y a pas que les jeunes et leurs clubs qui en tirent profit. Dans une région où le religieux imprègne la vie sociale, Guerrout se montre attaché au sacré, respectueux de ses institutions, bienveillant à l’égard de ses agents. Connaissant les codes de la religiosité confrérique, il sait désormais quand il faut donner des œuvres pies aux zawiyas et comment se lier avec ses muqaddem.

  • 20 Observation directe.

20Marié et père de deux garçons, « entrepreneur prospère et compréhensif », Guerrout avance à grandes enjambées, et conquiert la posture de la notabilité touatienne que viendra légitimer son pèlerinage à La Mecque. Avec ce hadj, Mohammed n’accomplit pas seulement une obligation canonique, il gagne l’attribut cultuel de la notabilité locale. Dans les ksourdu Touat, du Gourara et du Tidikelt, on ne l’appelle plus Mohammed Guerrout, on le nomme désormais (Hadj Mohammed) El-Guerrout20. Dans l’espace de sens communautaire, l’hommage passe aussi par les égards que traduit la phonétique.

  • 21 Max Weber (1995, t. 1, 78) définit la communalisation comme « une relation sociale » dans laquelle (...)

21Il diversifie ses connaissances et densifie ses réseaux, il se montre à l’aise aussi bien en compagnie des « gens du savoir » que des « gens du commerce », noue des affinités avec les cadres de l’administration centrale comme avec les vieux notables des ksour reculés. El-Hadj Mohammed a l’oreille attentive aux moindres chuchotements, l’œil ouvert sur la moindre gestation : pas une transaction, une alliance, une affaire sans qu’il ne soit instruit des moindres détails, avisé des ultimes ressorts, éclairé des enjeux les plus subtils. Grâce à ses réseaux relationnels, il parvient à palper les balbutiements du jeu politique local et suivre de près le parcours de ses acteurs. Il reviendra, par la quête de notabilité, à son premier amour : la politique. Son entreprise a payé : elle lui a permis, en tant qu’« activité continue en finalité », d’accumuler des compétences et un savoir pratique sur les codes et les conduites de la vergemeinschaftung21 ksourienne ; elle l’a érigé in fine en « notable du cru ».

22La « direction administrative » le sait, et lors du montage du Rassemblement national et démocratique - le parti créé par le gouvernement trois mois avant les législatives de juin 1997 dont il remportera la majorité des sièges (M. Hachemaoui, 2003)–, les services du préfet (wali) d’Adrar sollicitent son recours. Les notables, pour reprendre l’idealtype construit par Max Weber (1995, t. 1, 378), sont ceux qui, sur la base d’une situation économique ou d’une estime sociale, ont la chance d’occuper, en guise d’activité secondaire, des fonctions de commandement, en vertu de la confiance des membres du groupement. Guerrout accepte l’offre et se livre volontiers à la médiation. Ainsi, plus d’une réunion auraient eu lieu dans son salon pour confectionner la liste de la nouvelle machine électorale du régime. La récompense n’est pas en reste : sa médiation informelle lui vaut, en mai 1997, le poste honorifique de président de la « Commission de surveillance et de contrôle des élections législatives » du 5 juin 1997 dans la circonscription départementale d’Adrar. C’est là l’hommage de l’État central au notable de la périphérie. Quatrième fondation.

  • 22 Offrande ; cérémonie festive empreinte de médiation religieuse confrérique.

23Avec cette consécration symbolique donnée par le système politique, Hadj Mohammed el-Guerrout renforce son assise, et se place au centre des transactions sociales et politiques qui s’opèrent dans l’arène locale. Une arène dont il ne cesse de pénétrer les arcanes pour aller à sa conquête, le moment venu. De 1997 à 2002, il soigne son image de marque, affine son éthique de notable du terroir, multiplie les déplacements autant que les largesses, accourt aux wa’âda22, partage les joies comme les peines. Dans son entreprise notabilière le lien social est au moins aussi important que le capital économique, l’un appelant à renforcer l’autre.

24Mohammed Guerrout n’a pas hérité la notabilité statu nascendi, mais il l’a forgé et se doit, routinisation oblige, de l’institutionnaliser. C’est pourquoi il est contraint à l’évergétisme par « responsabilité sociale ». À la différence du sharif des siècles reculés qui, eu égard à son primat nobiliaire, jouissait aussi bien de l’hommage fiscal du Prince que des offrandes respectueuses des subalternes, Guerrout doit « répondre à l’attente générale, sous peine de perdre la face » (P. Veyne, 1995, 112). Et lorsqu’il décide de se porter « candidat indépendant » aux législatives du 30 mai 2002, son statut de notable est désormais socialement validé. Il ne lui reste plus qu’à le traduire en score électoral.

La fabrique du clientélisme par la re-traditionalisation

25Pour capter l’attention de la centaine d’adultes venue l’écouter, rien n’est laissé au hasard, du choix des interprètes alignés sur l’estrade aux petits biscuits servis avec le thé aux invités, en passant par le caméraman, accompagnateur du candidat, chargé, ici comme ailleurs, d’immortaliser la cérémonie - sous le contrôle attentif des gendarmes venus l’enregistrer. En maître de son récital, Hadj Mohammed el-Guerrout s’est placé au centre de la tribune. À sa gauche, son fidèle compagnon de tournée, l’ustâd Djaâfar, un jeune professeur d’arabe au lycée, animateur par ailleurs d’une émission culturelle sur la Radio d’Adrar. À sa droite, un fils du terroir (ould el-bled), son ami de jeunesse devenu pour la circonstance son intermédiaire en pays Tidikelt. Plus à droite, se tient une jeune fille vêtue d’un voile, la sœur de l’intermédiaire. Aux extrémités, se tiennent un poète local et un vieil homme.

26Après l’écoute solennelle de l’hymne national et l’observation rigoureuse de « la minute de silence en recueillement sur les shuhada de la guerre de libération », c’est à l’ustâd qu’est revenu l’honneur d’ouvrir le meeting électoral dans un arabe des plus académiques. Le candidat n’a rien oublié du répertoire discursif nationaliste acquis au contact des Scouts musulmans algériens et de l’UNJA : en invitant le professeur d’arabe à introduire chacun de ses meetings, le candidat flatte l’électorat soucieux de valoriser le référent identitaire arabo-musulman. La prestation scénique de l’animateur culturel de la Radio d’Adrar renvoie du candidat l’image valorisante d’un notable qui sait, par affinité élective, apprécier la compagnie des muthaqqafin, les gens du îlm, les savants. De son côté l’enseignant du secondaire opère un rapprochement stratégique avec l’entrepreneur, se lie d’amitié avec le notable, rend service au député en devenir. Le moment venu, il pourra, par réciprocité, lui rappeler sa dette immatérielle.

27Mais Mohammed Guerrout dispose de plus d’une corde à son arc. Il change de style en passant la parole à Bachiri, le poète local. De l’ustâd au sha’îr (du professeur au poète), le maître de cérémonie électorale mobilise un nouveau genre discursif. Ce n’est plus dans l’arabe des officiels que le poète déclame sa poésie, mais dans l’arabe du terroir :

Les gens de noblesse et de respect
Les gens de munificence et d’honneur
Les gens des grandes maisons
Grandis dans la gloire
Les gens de culture [...]
Riches, Dieu leur a donné,
de nous ils ne sont pas envieux [...]
C’est eux qui méritent le kursi
Nos voix pour eux sont garanties [...].

28L’applaudimètre explose, la salle s’enflamme, el-Hadj el-Guerrout peut commencer. Le candidat est debout face à la foule venue l’acclamer dans une salle pleine à craquer. Après un début timide, sa voix se chauffe crescendo. Il ajuste alors son registre sur un mode électoraliste qui s’autorise échappées populistes par endroits et envolées lyriques par d’autres :

  • 23 Concept fondamental dans la théorie sociale et politique d’Ibn Khaldûn ; il signifie esprit de cor (...)
  • 24 Littéralement kursi désigne le siège. La notion renvoie ici aux postes de pouvoir.

[.] Les partis sont devenus des kiosques avec lesquels on obtient des postes et des avantages ! [...] Il y a des députés qui ont voté pour la Loi de santé qui fait qu’une femme doit payer 3 000 dinars pour accoucher, et ils viennent aujourd’hui demander aux gens de voter pour eux une seconde fois ! Moi j’ai refusé les offres des partis. En 1997, on m’avait proposé de conduire la liste d’un grand parti et j’ai refusé. Je n’ai pas les mains liées, ni à un parti ni à un groupe parlementaire ; j’ai choisi le chemin le plus difficile, celui d’une liste indépendante [...]. Notre région est la boucle la plus faible de la chaîne nationale. On n’a pas de ‘açabiyya23 ni même de proximité avec les centres de prise de décision. Il faut une représentation véritable des enfants de la région [.].
La wilaya d’Adrar possède la superficie de la France, elle fait trois fois la Tunisie. Dans le réaménagement administratif, on se battra avec tous les moyens pour créer quatre wilayat, une pour le Gourara, une pour Bordj Badji Mokhtar, une pour le Tidikelt et le gouvernorat sera à Adrar, et ceci n’est pas trop pour Dieu (wa dalika laysa ala Allahi bi ‘âziz). En 1957, Sa Majesté Mohammed V est descendu à l’aérodrome d’Aoulef. Pourquoi l’aérodrome d’Aoulef est-il fermé aujourd’hui ? [.] Le parti qui ne respecte ni ses militants ni la volonté de sa base, n’est pas digne de respect. Nous sommes avec les principes du FLN du 1er Novembre, mais pas avec ceux du FLN des postes et du kursi 24 [.] Si je gagne in cha’a Allah [si Dieu le veut], je ne toucherai, ni moi ni mes enfants, au moindre centime de l’argent du Parlement, je reverserai tout aux associations locales.

29La salle applaudit chaleureusement la prestation du candidat qui quitte son public sur une consigne de vote donnée par le vieil homme du terroir assis à sa droite : « Moi, j’ai 54 voix dans ma ‘âchira (segment de tribu), elles sont toutes pour toi, el-Guerrout ! » [Explosion de rires].

30Le « notable du cru » a de quoi être satisfait, mais il sait qu’il est en pays Tidikelt, celui de l’adversaire, le député sortant du FLN qui brigue un deuxième mandat. Il sait surtout qu’une campagne électorale ksourienne ne se gagne pas dans le cadre officiel des meetings mais dans l’espace officieux et l’intimité de la dhifa (invitation), au contact des cheikhs et des notables, dans la chaleur des wa’ada, par l’émotion extatique du dhikr, dans la communauté émotionnelle de la zawiya.

31Dans l’espace oasien, la dhifa est une pratique sociale ancestrale. Plus qu’une invitation, c’est une institution sociale régie par des codes symboliques signifiants. Elle est l’instrument qui permet au notable de montrer sa munificence, d’engager une médiation, d’entreprendre une conciliation ; elle est aussi le moyen de sceller des alliances en tous genres ; elle est l’instant qui transcende les clivages communautaires, car elle offre l’occasion à l’indigent de partager le repas de l’opulent, aux shurfa de manger dans la même table que les descendants de h’ratîn (esclaves affranchis par le métayage). La dhifa est de ces institutions sociales qui créent le lien ; en tant que telle, elle participe au renouvellement du « tenir ensemble » de la communauté.

  • 25 L’auteur a consulté ce fichier.
  • 26 Commission de liaison (ou de connexion) de relations.

32La qualité de l’hôte et de ses invités renseigne sur celle de la dhifa. Les services administratifs de la wilaya d’Adrar ne s’y sont pas trompés en répertoriant les notables et dignitaires du département sur un fichier officiel25. À en croire ce recensement, il y aurait plus de cinquante notables essaimés à travers les ksour de la circonscription électorale. Le Mouvement de la société de la paix (MSP), parti islamiste du cheikh Mahfoudh Nahnah, a lui aussi constitué une commission électorale ad hoc à Adrar (lajnat rabt al’âlakate)26. Le Larousse arabe-français traduit le mot rabt par « liaison ; jointure ; connexion ; dépendance ». Allel Sabou, le député sortant du MSP à Adrar, imam enturbanné devenu entrepreneur BTP au terme d’un mandat (1997-2002), nous explique les objectifs assignés à la « commission de connexion des relations » dont il est membre :

  • 27 Adrar, entretien du 14 mai 2002.

Elle se compose de quatre personnes ; son président est le candidat tête de liste du parti. Sa mission est de prendre contact avec les notables, les cheikhs de tribus. C’est cela le travail primordial (al-’amal al-asasi), et non pas le festival (mahrajan). On va les voir, on prend un verre de thé et on essaye de les sensibiliser, de gagner leur soutien. Ce n’est pas évident, c’est même de plus en plus difficile : il y a ceux qui te disent : « Que Dieu prédestine le Bien ! » ; il y a ceux qui te disent : « On n’a pas d’autres que vous ! » ; ceux qui se taisent ; ceux qui ont des intérêts avec la sulta (le pouvoir central) et qui, par conséquent, ne peuvent pas nous suivre.27

  • 28 Sur le clientélisme, cf. J.-F. Médard, 1976, 103-119 ; S. W. Schmitt (ed.), 1977 ; E. Gellner et J (...)
  • 29 Élève des madrasa-s coraniques.
  • 30 Disciples des confréries.
  • 31 Cf. aussi à A. Weingrod, 1968.

33En contexte électoral, la dhifa sert donc au candidat invité de fabrique du lien clientélaire28, d’instrument de sondage des intentions de vote, de dispositif de ralliement des voix, de « banque de votes » (F. G. Bailey, 1963). Dans l’Adrar, la dhifa électorale fait office de collège de grands électeurs, tant il est vrai qu’elle réunit autour d’un repas - ou d’un thé - notables, moqqadem de zawiya, cheikhs de tribus ou de confréries, shurfa, m’rabtîn, ulémas, fqih, bref, des hommes qui possèdent une dignitas, une magistrature symbolique, un crédit social, de l’autorité, et qui, en accordant la fatiha (l’ouvrante du Livre Saint) au postulant, n’engagent pas seulement leurs voix, mais aussi celles des personnes sur lesquelles ils exercent leur ascendant, parmi les parentèles, talîb29, clients, ahbab30. Car dans la dhifa se joue un élément culturel fondamental : l’honneur de la parole donnée. Lorsque l’« on sort une dhifa » électorale en l’honneur d’un candidat - comme celle offerte par la communauté touarègue au candidat indépendant Guerrout -, que l’on y invite par conséquent une jma’â (assemblée) d’hommes pour y partager le couscous avec le convive, et que l’on y « délivre la fatiha », on engage rien moins que son honneur de notable, de patron. La dhifa, institution communautaire, sert, en situation électorale, de fabrique de patronage : “complexe of relations between those who use their influence, social position or some other attribute to assist and protect others, and those whom they so help and protect” (J. Boissevain, 1966, 18)31.

34L’appellation « commission de connexion des relations » donnée par le Msp à sa structure électorale ad hoc est on ne peut mieux frappée : le clientélisme est précisément « un rapport de dépendance non lié à la parenté, qui repose sur un échange réciproque de faveurs entre deux personnes, le patron et le client, qui contrôlent des ressources inégales [...]. Il s’agit d’une relation bilatérale, particulariste et diffuse [...] ; d’une relation de réciprocité [... ] qui suppose un échange mutuellement bénéfique [... ] entre partenaires inégaux » (J.-F. Médard, 1976). Les relations de clientèle, établies sur la base d’accords informels, sont souvent ambivalentes ; elles s’opèrent dans le sillage d’un « échange simultané de différents types de ressources, mais aussi des promesses de réciprocité, de solidarité et de loyauté [...]. Les obligations interpersonnelles prévalent dans ses relations qui sont souvent formulées dans les termes de la loyauté personnelle » (S. N. Eisenstadt et L. Roniger, 1984, 48).

35N’obtient pas, de ce fait, une dhifa qui veut, concurrence du « jeu social » oblige (M. Hachemaoui, 2003). Si l’enjeu est le même pour tous les candidats qui y postulent, celui des « grands électeurs » est diversifié et pas toujours distinctement énoncé. Les patrons, conscients de l’influence qu’ils peuvent exercer dans le jeu électoral, des pièges et des bénéfices liés à cet exercice, savent se faire intermédiaires ou courtiers comme s’y refuser, feignant la neutralité. Leurs intérêts sont l’expression d’une combinatoire de facteurs relevant aussi bien de la structure que de l’action, du matériel que du symbolique, de l’intérêt que de l’affect, de l’individuel que du communautaire, du personnel que de l’institutionnel. Dans ce système d’interrelations, entre en jeu sa structure des opportunités politiques : la position sociale de l’acteur, la densité des liens qui l’attachent à l’Administration, la qualité des rapports qu’il entretient avec le (parti du) candidat, ses intérêts du moment, ses perceptions (des risques et des gains) des offres formulées dans le jeu électoral, les répertoires locaux.

36La dhifa dévoile le paradoxe de la notabilité : plus le notable gagne en respectabilité, plus il en retire de visibilité sociale, plus il est sommé de se positionner par les acteurs dominants - dont l’administration centrale –, plus il le fait ouvertement et plus il prend des risques dont celui du discrédit. Car à s’afficher ouvertement avec le plus dominant des acteurs, l’Administration, on peut s’attirer le discrédit éthique qui souille celle-ci – au regard des « gens d’en bas » – et l’on entache sa dignitas. Inversement, plus l’on exerce de l’influence sociale, plus l’on s’affiche avec d’autres acteurs que ceux liés au pouvoir central, plus l’on contrarie les desseins de celui-ci, et plus l’on encourt de risques de rétorsion, jusqu’à ne plus pouvoir exercer son influence. Le temps du wali Labiod Sidi Cheikh et des « saints furieux » défiant l’autorité des pouvoirs centraux est bien révolu (H. Touati, 1994). À l’inverse, le temps des « saints studieux » (F. Colonna, 1980) a su se maintenir et se conjuguer au présent de l’indicatif, quitte à perdre de son éclat de naguère.

37L’entreprise de l’intermédiation clientélaire est équivoque pour un grand dignitaire. L’exercice l’est nettement moins pour les petits notables locaux non (encore) élevés à la dignité des registres officiels de l’administration départementale. Moins prestigieux que les Moulay Touhami Ghitaoui d’Adrar, Cheikh Eddahiya de Timimoun ou Mohammed Bel Bay d’Aoulef, cheikhs de madrasas, ils n’en possèdent pas moins influence locale, crédit social et autorité symbolique. Le candidat Guerrout - qui, non plus, n’a pas (encore) sa place dans le livre d’or des notables d’Adrar -, multiplie les dhifa avec eux, quitte à les financer lui-même, en sous-main. Comment s’y prend-t-il au juste ?

  • 32 Visite ; offrande.
  • 33 L’auteur a assisté à la ziyara donnée par la zawiya de Sidi M’hammed de Timimoun le 12 mai 2002 au (...)

38Le moqqadem de la zawiya de Sidi M’hammed de Timimoun nous en fourni quelques indices. On l’a interrogé sur la préparation de la ziyara32 « offerte » par son établissement religieux le 12 mai 2002 en l’honneur du candidat indépendant Guerrout33 :

  • 34 Charouine, entretien du 14 mai 2002.

Il est venu nous voir, mon frère et moi, et nous a demandé d’organiser cette ziyara. Il a tout pris à sa charge, tout. C’est dans nos traditions : les riches donnent aux zawiyasqui donnent aux pauvres. Il est indépendant et riche et veut faire beaucoup de choses pour son bled. On dit qu’il a donné 13 millions au club de football de Timimoun et qu’il a offert des survêtements aux clubs sportifs d’Adrar. Hier encore, il a donné de l’argent au directeur de l’enseignement primaire du village [X] et lui a demandé d’organiser une dhifa, d’inviter les gens du village. Il y avait 200 personnes [...] El-hadj el-Guerrout répond à toutes les conditions de la za’âma (guidance). On le soutient et on a demandé aux gens de voter pour lui.34

39Entre le notable et l’imam, le patron et le maître, il y a une structure d’échange : les deux ont besoin de cette institution sociale qu’est la dhifa, déclinée ici dans un répertoire, culturellement signifiant, de la communalisation religieuse. Le premier pour y opérer un lien clientélaire avec les disciples-clients-électeurs dans l’enceinte sacrée de la zawiya, par la médiation institutionnelle du cheikh, en souvenir du saint fondateur, au moyen du don de la ziyara, au passage de l’épreuve qualifiante du dhikr, sur le mode de la médiation mystique « maître-disciple » (A. Hammoudi, 2001). Le second pour y assurer la couverture quotidienne des besoins économiques de son institution, montrer la vigueur de son établissement religieux, son aptitude à rassembler les ahbab, à recréer le liant communautaire, à éprouver la validité effective de son autorité morale, bref à exercer son contrôle social sur les membres de la communauté. Les deux partenaires de l’échange souscrivent à un régime social d’obligations et d’attentes réciproques. À défaut d’avoir un charisme héréditaire, le « notable du cru » investit la zawiya pour capter la baraka (l’effluve sacrée) de son saint-patron ; à défaut de la fiscalité confrérique souterraine d’autrefois, le cheikh de la zawiya transforme le charisme de fonction de son institution en couverture charismatique des besoins.

40Les grands électeurs, qu’ils soient cheikhs de madrasa, moqqadem de zawiya ou notables du terroir, s’avèrent d’une grande importance dans la capture des voix. Pour autant, ces agents ont besoin eux aussi du candidat local pour valider leur influence sociale. Guerrout le sait, qui, saisissant l’opportunité électorale, s’empresse de satisfaire cette nécessité sociale en fournissant à ses grands électeurs les moyens de leurs wa’ada, ziyara ou dhifa. Eux aussi ont capté le besoin institutionnel du candidat à la députation : ils s’emploient, dans leurs intérêts bien compris, à lui exécuter la prestation de la nouaison clientélaire. Entre le candidat et ces grands électeurs, désargentées ou non, il y a en définitive un échange clientélaire subtil qui se décline en diverses formules.

41Celles-ci dépendent de la structure des rapports qu’entretient le candidat avec le prestataire de la dhifa, du type de nœud (rabt) que les deux partenaires ont tissé : plus les liens sont lâches, plus l’on s’approche de l’échange utilitaire de prestation de services ; plus ils sont consolidés par le lien primordial (C. Geertz, 1973), plus l’on s’approche du contrat moral. Les frontières entre les formules sont cependant floues, se brouillent au contact du sentiment d’honneur ou du devoir de charité que peuvent ressentir les prestataires de la dhifa de crainte de perdre la face (wjah) et l’honneur (q’dar). Qu’importe, dès lors, que la prestation démultipliée de la dhifa s’est avérée concluante pour les affaires de notre candidat.

La validité politique du répertoire de la re-traditionalisation

42À la vérité celui-ci y a déployé toutes ses compétences de « notable du cru » : lorsqu’il décide de s’engager dans la compétition électorale, sa campagne est, à y bien voir, déjà faite, des années auparavant. Sa notabilité est désormais validée par les institutions qualifiantes de la communauté ksourienne. À Adrar, son mécénat impressionne les jeunes et forcent le respect des plus âgés. Quand il se lance dans le jeu électoral, il a déjà à son actif un stock de dons distribués volens nolens aux zawiyas, madrasas, clubs de football et autres associations culturelles ; des dons qui en appellent, culture de l’échange social oblige, à une obligation morale de contre-dons, déclinés le jour du scrutin en bulletins de vote.

43Le candidat aurait pu se suffire de cette campagne. Il ne l’a pourtant pas fait : en connaisseur de la notabilité ksourienne, il a voulu s’assurer les faveurs du « premier collège » des grands électeurs d’abord, avant le bulletin de vote du « second collège », le premier annonçant le second, celui-ci devant confirmer celui-là. Dans l’espace ksourien, la dhifa électorale ne s’improvise pas au dernier moment. Ses prestataires engagent le travail de liaison (rabt) des jours et des semaines avant, le temps pour eux de convaincre les notables, dignitaires et autres hommes d’influence de l’utilité de soutenir ce candidat plutôt que tel autre. D’où l’importance stratégique du choix du notable : plus il est consensuel et plus il a les ressources à même de lui réunir un collège signifiant de grands électeurs, et inversement. En outre le candidat doit éviter le piège des rivalités de leadership qui s’exercent dans tout espace communautaire, dût-il être des plus circonscrits. Aussi s’emploie-t-il, en amont, à répartir les tâches aux intermédiaires concurrents, et à cueillir, en aval, les fruits de la médiation dans l’espace consensuel de la dhifa. À défaut, comme cela s’est précisément produit à Timogten au sortir du meeting d’Aoulef, il déguste le couscous chez un notable et sirote le thé avec la fatiha en prime chez un autre, dans le respect de l’ordre notabiliaire établi. Mais pour capter le consensus communautaire des quatre ksour que comprend Timogten, le candidat a dû mobiliser bien plus que les foyers des deux notables. Il ne se déplace qu’avec une imposante escorte. Les douze jeunes filles voilées des « comités de soutien du candidat Guerrout », venues tout droit du chef lieu de la wilaya d’Adrar en « caravane électorale » spécialement pour y délivrer les consignes de vote à la gent féminine et y distribuer au demeurant tee-shirt et casquettes à l’effigie du candidat, avaient droit, elles aussi, à leur dhifa. Loin du regard des hommes.

44Pour ce faire, il a bien fallu mettre en branle l’industrie hospitalière des ksour : rouler des milliers de grains de semoule, éplucher des dizaines de kilo de légumes, découper la viande en mille morceaux, préparer des litres de thé, rassembler assiettes et cuillères, servir, ramasser, laver, ranger. Sa conception réclame des ressources - que le candidat s’empresse d’offrir. Sa mise en œuvre mobilise une main-d’œuvre féminine importante. Sa mise en chantier exige divers foyers d’exécution. Sa réalisation réclame l’allumage de plusieurs kanun (fourneaux). Voilà pourquoi la dhifa électorale est une institution sociale aux profondes strates de signification culturelle. Sa prestation par les notables, le jour de l’invite, aura engagé l’effort physique et financier de tout un groupe social, inscrit à l’actif des notabilités qui l’ont rendu possible par l’exercice de leur influence, au fil de leur nouaison clientélaire.

45Le couscous de la dhifa (à l’instar de celui de la ziyara ou de la wa’ada) électorale a donc une signification à part : en le dégustant avec ses hôtes, le candidat aura « mangé le sel (melh) » avec eux, formant par suite une « famille commune ». En franchissant ce pas, le député en devenir contracte une dette morale envers le groupe prestataire de la dhifa : désormais, « il ne doit plus les oublier », sauf à se montrer « indigne de l’honneur » qui lui a été manifesté. Liant communautaire, le sel du couscous devient ici le ciment qui scelle le pacte clientélaire entre l’invité et ses hôtes, le patron et ses protégés.

46En offrant le couscous à son invité, l’auteur de la dhifa électorale réalise un coup double : exercer son autorité sur son groupe social, en invitant, chez lui, l’entrepreneur florissant, le notable établi, le député en devenir ; renforcer ou nouer des liens avec celui-ci en lui offrant le couscous et les voix de la communauté qui l’a préparé. Les cheikhs de zawiya, patriarches et autres élus locaux qui forment le « collège de la dhifa » ne sont pas en reste : en s’engageant sur l’honneur à capturer les voix du groupe social sur lequel ils exercent leur magistère, ils satisfont le besoin électoral de l’invité par l’offrande d’un paquet de suffrages.

47Dans un espace où le religieux pénètre le corps social par tous ses pores, rien de tout ceci n’acquiert de validité signifiante sans la fatiha. Dans ce contexte, l’Ouvrante se décline en rite de sortie. Elle est la parole de Dieu qui plombe in fine le contrat moral, communautaire et clientélaire conclu entre hommes croyants « du cru ». Une fois donnée à son candidat, le groupe donateur s’engage par respect de la parole sacrée à honorer son engagement. « La responsabilité sociale des notables dépasse si largement leur pouvoir politique qui n’en est que la conséquence [...] », notait Paul Veyne (1995, 129).

  • 35 E. Shils, “Charisma, order, and the status”, American Sociological Review, avril 1965, cité par C. (...)
  • 36 Les trois autres sièges de la circonscription électorale d’Adrar ont été répartis comme suit : deu (...)
  • 37 Pour une analyse de ces élections, cf. M. Hachemaoui, 2007.
  • 38 Je me permets de renvoyer à M. Hachemaoui, Patrons et clients. Rente, clientélisme et corruption e (...)

48Pour en arriver là, le « notable du cru » a construit son entreprise politique dans le répertoire de la re-traditionalisation, en lien avec les « centres actifs »35 de l’ordre communautaire idéal : ces « points dans une société où ses idées directrices retrouvent ses institutions directrices pour créer une arène où ont lieu les événements qui affectent de la façon la plus extrême les vies de ses membres » (C. Geertz, 1986, 155). Le candidat Mohammed Guerrout a été élu, triomphalement, à l’Assemblée populaire nationale le 30 mai 200236, puis réélu, cinq ans plus tard, le 17 mai 200737. « Notable du cru », patron et évergète, le député Guerrout est un « entrepreneur de la médiation clientélaire » (M. Hachemaoui, 2003, 62 sq.) qui s’emploie à instituer son rôle social d’intermédiaire entre la périphérie et le centre. Dans un régime autoritaire, dans lequel les gouvernants ne sont pas révocables par les gouvernés, ce rôle, informel, d’intercession clientélaire est quasiment le seul qui reste de l’exercice in concreto de la députation ; les chances d’institutionnalisation de l’entrepreneur de la médiation clientélaire oscillant entre, d’un côté, le refus du centre - exacerbé en temps de boom pétrolier - d’instituer tout contre-pouvoir et, de l’autre, le souci de celui-ci - ressenti en temps de bust pétrolier et de « survie du système » - d’inclure un pluralisme limité pour prévenir la contestation radicale38.

Bibliographie

Bibliographie

Anderson Lisa, 1987, “The state in the Middle East and North Africa”, Comparative Politics, vol20, n° 1, 1-18.

Bailey F. G., 1963, Politics and Social Change. Orissa in 1959, Los Angeles, University of California Press.

Bayart Jean-François, Toulabor Comi et Mbembe Achille, 1992, Le politique par le bas en Afrique noire : contribution à une problématique de la démocratie, Paris, Karthala.

Beblawi Hazem et Luciani Giacomo (eds), 1987, The Rentier State, New-York, Croom Helm.

Berque Augustin, 1986, Écrits sur l’Algérie, textes réunis et présentés par Jacques Berque, postface de Jean-Claude Vatin, Aix-en-Provence, Édisud.

Berque Jacques, 1978, L’intérieur du Maghreb. xve-xixe siècle, Paris, Gallimard.

Berque Jacques, 1982, Ulémas, fondateurs, insurgés du Maghreb : 17esiècle, Paris, Sindbad.

Bisson Jean, [1958], Le Gourara. Étude de géographie humaine, Alger, Université d’Alger, Institut de recherches sahariennes, mémoire n° 3.

Boissevain Jeremy, 1966, “Patronage in Sicily”, Man, vol1, n° 1.

Briquet Jean-Louis et Sawicki Frederick (dir.), 1998, Le clientélisme politique dans les sociétés contemporaines, Paris, Puf.

Chabbi Jacqueline, 1995, « Ribât », Encyclopédie de l’Islam, nouv. éd., Leide, Brill, vol. 8, 510524.

Colonna Fanny, 1980, « Saints studieux, saints furieux : ou dans l’Aurès, comment la religion vient aux tribus », in « Recherches sur l’islam : histoire et anthropologie », Annales Esc, n° spécial, mai-août, 642-662.

Dillman Bradford L., 2000, State and Private Sector in Algeria. The Politics of Rent-Seeking and Failed Development, Boulder, Westview.

Eisenstadt Shmuel Noah et Roniger Luis, 1984, Patrons, Clients and Friends. Interpersonnal Relationships and the Structure of Trust in Society, Cambridge, Cambridge University Press.

Eisenstadt Shmuel Noah et Lemarchand René (eds.), 1981, Political Clientelism, Patronage and Development, Londres, Sage.

Elsenhans Hartmut, 1989, “The contradiction of rent-financed development”, Maghreb Review, n° 14, 226-248.

Geertz Clifford, 1973, “The integrative revolution: primordial sentiments an civil politics in the new states”, in Clifford Geertz, The Interpretation of Cultures, New-York, Basic Books.

Geertz Clifford, 1986, « “Du point de vue de l’indigène” : sur la nature de la compréhension anthropologique », in Clifford Geertz, Savoir local, savoir global. Les lieux du savoir, traduit de l’anglais par Denise Paulme, Paris, Puf.

Geertz Clifford, 1986, « Centres, rois, et charisme : réflexions sur les symboliques du pouvoir », in Clifford Geertz, Savoir local, savoir global. Les lieux du savoir, traduit de l’anglais par Denise Paulme, Paris, Puf.

Gellner Ernest et Waterbury John (eds.), 1977, Patrons and Clients in Mediterranean Societies, Londres, Duckworth.

Hachemaoui Mohammed, 2003, « La représentation politique en Algérie : entre médiation clientélaire et prédation », Revue française de science politique, vol. 53, n° 1, février, 35-71.

Hachemaoui Mohammed, 2005, « Clientélisme et corruption dans le système politique algérien (1999/2004) », Thèse de doctorat, Institut d’études politiques de Paris.

Hachemaoui Mohammed, 2007, “Algeria’s may 17, 2007 parliamentary elections or the political representation crisis”, http://www.http://arab-reform.net

Hachemaoui Mohammed, à paraître, Patrons et clients. Rente, clientélisme et corruption en Algérie, Paris, Puf.

Hammoudi Abdallah, 2001, Maîtres et disciples. Genèse et fondements des pouvoirs autoritaires dans les sociétés arabes. Essai d’anthropologie politique, Paris : Casablanca, Toubkal : Maisonneuve & Larose.

Harbi Mohammed, 1980, Le Fln : mirage et réalité, Paris, Éditions Jeune Afrique.

Harbi Mohammed 1992, L’Algérie et, son destin. Croyants ou citoyens ?, Paris, Éditions de l’Arcantère.

Hermet Guy, 1978, « Les élections dans les régimes autoritaires. Esquisse d’un cadre d’analyse » in Guy Hermet, Alain Rouquié et Juan Linz (dir.), Des élections pas comme les autres, Paris, Presses de Sciences Po, 21-58.

Huntington Samuel, 1975, "Social and institutional dynamics of one-party systems", in Samuel Huntington et Clement Henry Moore (eds.), Authoritarian Politics in Modern Society, New-York, Basic Books, 3-47.

Ibn Khaldûn, 2002, Le livre des Exemples, traduit de l’arabe par Abdesselam Cheddadi, Paris, Bibliothèque de La Pléiade.

Leca Jean et Schemeil Yves, 1983, « Clientélisme et néo-patrimonialisme dans le monde arabe », International Political Science Review, vol. 4.

Liabès Djillali, 1984, Capital privé et patrons d’industrie en Algérie 1962-1982, Alger, Crea.

Linz Juan, 1975, “Totalitarian and authoritarian regimes”, in Fred Greenstein et Nelson Polsby (eds.), Handbook of Political Science, New-York, Addison-Welsley.

Lynn Karl Terry, 1997, The Paradox of Plenty. Oil Booms and Petro-States, Berkeley, University of California Press.

Marouf Nadir, 1980, Lecture de l’espace oasien, Paris, Sindbad.

Martin A. G. P., 1923, Quatre siècles d’histoire marocaine, Paris, Alcan.

Medard Jean-François, 1976, « Le rapport de clientèle. Du phénomène social à l’analyse politique », Revue française de science politique, n° 1, 103-119.

Meynier Gilbert, 2002, Histoire intérieure du Fln. 1954-1962, Paris, Fayard.

Moussaoui Abderrahmane, 2002, Espace et sacré au Sahara. Ksour et oasis du Sud-Ouest algérien, Paris, Cnrs Éditions.

Roniger Luis, 2004, “Political clientelism, democracy and market economy (review article)”, Comparative Politics, avril, 353-375.

Schmidt Steffen W. (ed.), 1977, Friends, Followers and Factions, Berkeley, University of California Press.

Touati Houari, 1994, Entre Dieu et les hommes. Lettrés, saints f et sorciers au Maghreb (17e siècle), Paris, Éditions de I’Ehess.

Veyne Paul, 1995, Le pain et le cirque. Sociologie historique d’un pluralisme politique, Paris, Le Seuil, [1er éd. 1976].

Weber Max, 1995, Économie et société, rééd., traduit de l’allemand sous la direction de Jacques Chavy et Éric de Dampierre, Paris, Pocket, 2 vol. , [1er éd., Paris, Plon, 1971].

Weingrod Alex, 1968, “Patrons, patronage and political parties”, Comparative Studies in Society and History, vol. 10, n° 4, juillet, 377-400.

Notes

1 Nous adoptons ici la définition de l’autoritarisme forgée par Juan Linz (1975, 265, sq.) qui, dans “Totalitarian and Authoritarian Régimes”, définit les régimes autoritaires comme des « systèmes à pluralisme limité mais non responsables, sans idéologie directrice élaborée [...] ni volonté de mobilisation intensive ou extensive, sauf à certains moments de leur développement » [c’est l’auteur qui souligne].

2 Le département d’Adrar est composé de trois sous-régions : le Gourara au nord, le Touat au centre et le Tidikelt au sud. La circonscription électorale comprend quatre sièges à pourvoir pour près de 130 000 électeurs.

3 Les éléments utilisés dans cet article ont été recueillis au cours de plusieurs séjours de recherche de dix à quinze jours effectués entre 2002 et 2004.

4 Les éléments de cette cérémonie électorale ont été recueillis par observation directe de l’auteur.

5 De l’arabe targui, masc. pl. touareg, francisé au singulier.

6 L’imam.

7 Troupeau.

8 Le général Liamine Zeroual a été chef de l’État entre 1994 et 1999.

9 L’actuel président Bouteflika a succédé à Liamine Zeroual.

10 Les éléments biographiques qui vont suivre sont tous tirés de nos entretiens avec Mohammed Guerrout (mai 2002 ; avril et juin 2003).

11 Pour l’histoire et l’anthropologie d’Adrar, on lira avec profit : A. G. P.Martin, 1923 ; J. Bisson, 1958 ; N. Marouf, 1980 ; A. Moussaoui, 2002.

12 Pluriel de m’rabat, habitants d’un ribat. Moines soldats ou marabouts. Le ribât est une institution militaire et religieuse de l’islam médiéval. Cf. J. Chabbi, 1995.

13 La madrasa ou école coranique du cheikh Belkebir est l’une des plus grandes du pays. Son fondateur, mort en 2000, y jouit d’une très grande vénération à Adrar et dans le Sud-Ouest du pays. Le président Bouteflika - qui lui rendait visite dans l’enceinte de son magistère avant et après son arrivée au pouvoir en 1999 -, a rebaptisé l’aéroport d’Adrar du nom du cheikh Belkebir.

14 Les shurfa (pl. de sharif, noble) sont censément des descendants du Prophète. Cette noble ascendance les élève au sommet de la hiérarchie sociale et leur procure avantages économiques et dignité sociale : exemptés d’impôts et épargnés par l’effort de guerre, ils sont théoriquement inviolables dans leurs personnes comme dans leurs biens.

15 Étiquette politique qui désigne la filiation organique à des structures telles que la puissante organisation nationale des moudjahidines (Onm), l’Organisation nationale des enfants de shuhada (Onec) ou l’Organisation nationale des enfants de moudjahidines(Onm). Le vocable « famille révolutionnaire » a été lancé originairement par Ali Kafi, grande figure de la guerre de libération, ancien patron de l’Onm, successeur de Mohammed Boudiafà la tête de l’État (1992-1994). Par-delà l’affiliation organique à ces structures, le contenu normatif du vocable désigne l’attachement aux valeurs de la Déclaration du 1er novembre 1954 (naissance du Fln et lancement de l’insurrection armée).

16 L’Unja a été fondée par le colonel Houari Boumediene en 1975 après la dissolution, trois ans plus tôt, de l’Union des étudiants algériens (Unea), jugée « trop rouge ». La nouvelle organisation était un satellite du régime autoritaire chargée de structurer et de contrôler la jeunesse. Son discours s’inscrivait en tant que tel dans la ligne de l’idéologie du régime : le « socialisme spécifique ». Ses éléments étaient généralement hostiles à la « Révolution agraire » au nom de la défense de la tradition. Ses cadres seront orientés, dès le début des années 1980, vers les commissariats (muhafadhate-s) du Parti ou vers les mairies. Au sortir des années 1980 mais davantage encore à partir de la décennie 1990, on retrouvera les cadres dirigeants de cette organisation à l’Assemblée nationale populaire, essentiellement dans les rangs du Fln, à l’instar de Mustapha Bouallegue (député Fln d’Alger 1997-2002), Abderrachid Boukerzaza (député de Constantine de 1997 à 2002, ministre délégué à la Ville entre 2003 et 2007, ministre de la Communication depuis juin 2007), Abdelkader Saadi (député de Chelef de 1987 à 1992 et président de la Commission « Défense de l’Assemblée nationale populaire » (entre 2002 et 2003), membre du bureau politique du Fln.

17 L’État algérien est, depuis le début des années 1970, un État rentier type. En 2002, les exportations des hydrocarbures y représentaient encore près de 97 % des recettes extérieures et la part de la fiscalité pétrolière près de 63 % des revenus de l’État. Tandis que le secteur des hydrocarbures y absorbe 2 % du marché du travail, l’essentiel des revenus rentiers de l’État sont destinés à la distribution. Sur le paradigme de « l’État rentier », Cf. L. Anderson, 1987 ; H. Beblawi et G. Luciani (eds.), 1987 ; T. K. Lynn, 1997. Pour une analyse du système de la rente en Algérie, Cf. D. Liabès, 1984 ; H. Elsenhans, 1989 ; B. L. Dillman, 2000.

18 M. Guerrout est très peu disert sur ce marché ; il nous a révélé son existence à demi-mot lors de notre entretien du 5 avril 2003 dans le bureau de sa permanence électorale à Adrar. Il s’agirait du « bloc d’armement de la base de Reggane » dont il aurait obtenu le marché en 1993.

19 130 000 dinars algériens, environ 1 300 euros.

20 Observation directe.

21 Max Weber (1995, t. 1, 78) définit la communalisation comme « une relation sociale » dans laquelle la « disposition de l’activité sociale se fonde sur le sentiment subjectif (traditionnel ou affectif) des participants d’appartenir à une même communauté ».

22 Offrande ; cérémonie festive empreinte de médiation religieuse confrérique.

23 Concept fondamental dans la théorie sociale et politique d’Ibn Khaldûn ; il signifie esprit de corps ou solidarité. L’auteur de Kitab alIbar écrit à ce propos (Ibn Khaldûn, 2002, 396) : « [...] C’est grâce à l’esprit de corps que sont assurés la protection, la défense et l’attaque, ainsi que toute entreprise qui requiert l’adhésion du groupe ».

24 Littéralement kursi désigne le siège. La notion renvoie ici aux postes de pouvoir.

25 L’auteur a consulté ce fichier.

26 Commission de liaison (ou de connexion) de relations.

27 Adrar, entretien du 14 mai 2002.

28 Sur le clientélisme, cf. J.-F. Médard, 1976, 103-119 ; S. W. Schmitt (ed.), 1977 ; E. Gellner et J. Waterbury (eds.), 1977 ; S. N. Eisenstadt et R. Lemarchand (eds.), 1981 ; J. Leca et Y. Schemeil, 1983 ; S. N. Eisenstadt et L.Roniger, 1984 ; J.-L. Briquet et F. Sawicki (dir.), 1998 ; L. Roniger, 2004.

29 Élève des madrasa-s coraniques.

30 Disciples des confréries.

31 Cf. aussi à A. Weingrod, 1968.

32 Visite ; offrande.

33 L’auteur a assisté à la ziyara donnée par la zawiya de Sidi M’hammed de Timimoun le 12 mai 2002 au soir.

34 Charouine, entretien du 14 mai 2002.

35 E. Shils, “Charisma, order, and the status”, American Sociological Review, avril 1965, cité par C. Geertz (1986).

36 Les trois autres sièges de la circonscription électorale d’Adrar ont été répartis comme suit : deux au Fln et au un au Msp. Depuis son arrivée à la Présidence en 1999, Bouteflika a fait du Fln, le parti de l’administration, installant son chef du gouvernement, Ali Benflis, à la tête du parti à l’automne 2000.

37 Pour une analyse de ces élections, cf. M. Hachemaoui, 2007.

38 Je me permets de renvoyer à M. Hachemaoui, Patrons et clients. Rente, clientélisme et corruption en Algérie, ouvrage à paraître aux Éditions Puf.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable