Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enseignement supérieur dans la mondialisation libérale

 | 
Sylvie Mazzella

Études

Les alliances matrimoniales chez les « familles du Makhzen » dans la régence de Tunis à l’époque moderne

Mehdi Jerad

Texte intégral

  • 1 Notre corpus s’appuie sur l’exploitation des documents des Habous (administration des biens de mai (...)
  • 2 Il faut noter que les règles de l’échange matrimonial concernant ces élites du Makhzen sont régies (...)
  • 3 Pierre Bonte (1994, 374) admet que le choix et la sélection des mariages détermine, à long terme, (...)
  • 4 Hasab : filiation et parenté par alliance ; nasab : patrimoine.

1Les chercheurs en sciences sociales accordent une importance majeure aux alliances matrimoniales contractées au sein des sociétés arabo-musulmanes, dans la mesure où elles leur permettent d’analyser des transformations économiques et sociales (F. Héritier, 1981 ; A. Persichetti, 2004, 89-121 ; P. Bonte, 1987, 54-79), en particulier s’agissant des groupes sociaux liés au pouvoir central qui avaient leur propre conception du mariage. Dans l’histoire des pays du Maghreb, ces groupes appelés communément « familles du Makhzen » entretenaient des relations de clientèle, bénéficiaient de nombreux privilèges (exemptions fiscales, monopole de certains produits commerciaux, etc.) et fournissaient au Beylik des générations de serviteurs et d’hommes d’affaires1. À elle seule, l’institution du mariage déterminait la place de ces mkhazni-s (ou « hommes du Makhzen ») dans la pyramide sociale, en faisant connaître ceux avec lesquels ils contractaient des alliances égales, ceux qui leur étaient inférieurs ou ceux qui leur étaient supérieurs2. D’autres paramètres interviennent aussi pour déterminer le statut de ces grandes familles ou lignages ; outre les alliances, on signalera la fortune, la durée de service au profit de l’État et la dimension démographique de ces élites sociales. Nous chercherons ici, non seulement à décrire les alliances de type makhzénien, mais aussi à définir ces élites et à appréhender leur identité3. Une telle approche doit surmonter tout déterminisme sociologique et affronter, en quelque sorte, la formule dite de “hasab wa nasab4 chez les « familles du Makhzen », afin de mieux les situer dans la société tunisienne à l’époque moderne. À la suite du travail collectif placé sous la direction de Sophie Ferchiou (1992) et d’autres travaux historiens sur la parenté en Tunisie, nous avons cherché à savoir en quoi ces alliances se distinguaient des autres mariages. Est-ce que les mkhazni-s avaient le souci de se marier avec les filles dites de “hasab wa nasab, selon la formule prononcée par les parents du futur époux, lors de la cérémonie ? Quelle était la conscience de groupe de ces familles à travers leurs choix matrimoniaux ?

L’endogamie : les contraintes du vécu social des élites du Makhzen

2Nombre de sociologues et d’anthropologues ont traité de l’endogamie. À propos des sociétés arabe, certains l’ont réduite à un type particulier d’alliance, appelé « mariage arabe », avec une cousine parallèle patrilatérale (bint al-am). D’autres qui s’intéressent à la parenté arabe, ont négligé le fait que le mariage, dans la société islamique, est régi par des prescriptions religieuses (L. Ben Salem, 1992, 84). Le Coran, notamment, insiste dans plusieurs versets sur la valeur du mariage dans la société, sur son rôle dans la naissance (et la survie) des groupes humains, à travers l’espace et le temps. Cela constituerait la fonction la plus importante du mariage (M. Dhaouadi, 1994, 64-65). En outre, il permettrait de se doter des moyens qui assurent la continuation du lignage et la constitution des lignées (P. Bourdieu, 1972, 1109).

  • 5 Cf. L. Ben Salem, 1992, 93; S. Ferchiou, 1992, 163; A. Burguière, C. Klapisch-Zuber, M. Segalen et (...)

3Ces différentes recherches ont néanmoins établi une relation entre le mariage endogame et le maintien du patrimoine au sein du même groupe social. Ainsi, le mariage endogame qualifié d’« alliance fermée » - car il se fait dans la « grande famille » (âyla ou dâr), soit entre les cousins parallèles patrilatéraux, soit entre les parents cognatiques ou affins (mariage âqarib) au sens large du terme - permet de conserver a priori la fortune dans une même famille, voire dans une même génération, et d’accroître le patrimoine du groupe ainsi défini et construit5. Quelles furent donc les logiques des « familles du Makhzen » en terme de « mariage arabe » ?

  • 6 Nous avons pu construire une base de données se composant de quatre tables dont une se rapportant (...)
  • 7 Cependant, nos échantillons par leur nombre restent au dessous des résultats enregistrés pour les (...)

4Notre investigation s’appuie sur des données statistiques concernant quatorze familles citadines qui ont servi l’État durant l’époque moderne, entre le xviie et le xixe siècle. Notre corpus concerne : les Lasram, Bayram, Ben Ayed, Khodja, Nouira, al-Ghammad, Bliloua, Bel-Hadj, Marwan, Ghazali, Siala, Rassaa, Djellouli et Mrabet6. Or, sur deux ou trois siècles, ces familles n’ont contracté que dix mariages avec une cousine parallèle patrilatérale ou bint al-am, sur un total de 98 mariages enregistrés pour les « hommes du Makhzen » : le taux de « mariage arabe », dans leur cas, serait de 10,20 %, ce qui n’est pas très loin du taux enregistré pour les âylas de Tunis par Sophie Ferchiou (1992, 141)7, soit 9,09 %.

5Cette forme d’alliance n’est attestée que chez les Djellouli, les Bayram et les Mrabet, c’est-à-dire des lignages qui ont longtemps servi l’État à l’instar de familles beldi- familles citadines installées à Tunis antérieurement aux « familles du Makhzen » et contractant un nombre élevé de « mariage arabe » -, telles que les Neifer, Khalsi et Rassaa (id., 161). Le « mariage arabe » serait donc un phénomène rare chez les notables makhzéniens. Aussi nous sommes-nous demandés si le fait de contracter des alliances avec des groupes extérieurs au clan familial reflétait vraiment un désir d’intégration au sein des beldia. De plus, nous avons vérifié quand les familles multipliaient leurs alliances.

6Il est sûr que le mariage avec une bint al-am est différent d’une famille à l’autre et d’une société à l’autre. Certaines études s’accordent sur la rareté de cette forme d’alliance en milieu urbain par comparaison avec le milieu rural : Fatma Zohra Guechi (1998, t. 2, 378), par exemple, signale la rareté du « mariage arabe » à Constantine et que la structure dominante est le mariage entre les parents âqarib au sens large du terme. En revanche, il est reconnu chez certaines catégories supérieures de la société telles que les sharifs ou descendants du Prophète (L. Ben Salem, 1992, 88). Cette attitude s’explique par le fait que l’alliance avec la cousine parallèle patrilatérale permet la survie de la famille élargie, la consolidation des liens d’affection et de solidarité entre les générations d’un même lignage, comme l’extension de l’autorité des garçons qui portent le nom patronymique.

7Il semble, par ailleurs, que le rythme de ces alliances s’est accru vers la fin du xviiie siècle. Ainsi, certaines de ces élites liées au pouvoir réussirent à constituer d’immenses fortunes et à sculpter leur appartenance dans la mémoire citadine, dès leur installation à Tunis. Cela explique aussi pourquoi les générations du xixe siècle furent les seules à être concernées par le « mariage arabe », à une période où elles avaient pu réaliser leur ascension sociale et acquérir un statut social élevé, avant de se concentrer sur le principe du maintien du patrimoine ancestral et de consolider leur place en se mariant au sein de la famille élargie.

8Pour certaines familles, nous avons remarqué que cette forme d’alliance aurait été le seul moyen susceptible de mettre en valeur le groupe familial. Cette hypothèse se justifie par le fait que le mariage au sein de la famille élargie serait devenu une obligation, notamment en période de crise économique pouvant affecter le destin du groupe et, par conséquent, réduire son rayonnement : elles auraient donc recouru à ce type de mariage, non seulement pour conserver leur patrimoine, mais aussi pour valoriser leur position sociale, dans l’imaginaire collectif. De fait, il apparaît que la plupart de ces « mariages arabes » furent enregistrés au cours des années 1830, au moment où ces familles commencèrent à avoir des difficultés financières, dues à un endettement auprès des négociants européens et à la confiscation de leurs biens.

  • 8 À titre de comparaison, nous renvoyons à l’étude d’Olivier Zeller (1998) sur l’itinéraire de la fa (...)

9Une dynastie de caïds-fermiers, originaires de l’île de Jerba, en est le prototype. Les Ben Ayed qui ont construit une fortune, depuis le xviiie siècle, en tant qu’armateurs de course et commerçants actifs, ont eu conscience de la nécessité de la conserver, en limitant leurs mariages à la famille élargie8. Seuls trois « mariages arabes » ont été conclus au cours du xixe siècle : le premier entre Farhat Ben Abderrahmane Ben Ayed et Habiba Bint Mahmoud Ben Ayed ; le deuxième entre Ayed Ben Ayed et Emna Bint Regeb Ben Ayed ; et le troisième entre Regeb Ben Younes Ben Ayed et Dadou Bint Mohamed Ben Ayed. Pour autant, le tableau n° 1 montre la cohérence des alliances matrimoniales des Ben Ayed, entre le xviiie siècle et le xixe siècle. Outre leur attachement à Jerba, « berceau » initial, elles mettent en évidence, a contrario, l’absence de toute envie de s’intégrer à la société citadine de Tunis. Les Ben Ayed veillèrent à ne pas faire sortir leur fortune hors de la famille élargie, soit en contractant des alliances à l’intérieur du groupe patronymique, soit en épousant des odalisques (six au total), soit en se mariant avec des filles de Jerba.

Tableau n° 1. Fréquence des mariages de la famille Ben Ayed selon l’origine géographique (xviiie-xixe siècle)

Tableau n° 1. Fréquence des mariages de la famille Ben Ayed selon l’origine géographique (xviiie-xixe siècle)

Source : Ade, carton n° 85, 86 et 158.

10De même, les filles Ben Ayed épousèrent des hommes originaires de Jerba, tels que Mohamed Hajjouj, mais aussi originaires de Tunis, tels que Ali Gharbi, l’un des serviteurs du célèbre ministre Khayr ed-Din Pacha, qui épousa Aroussia Bint Regeb Ben Ayed. Nous notons aussi un mariage avec la famille Kacem, qui coïncide avec l’installation des Ben Ayed dans la capitale.

  • 9 Nous savons seulement que les Nouira contractèrent des alliances avec des familles originaires de (...)

11Sur l’ensemble des « familles du Makhzen » que nous avons étudiées, neuf alliances avec les parentés ou âqarib furent contractées, ce qui nous donne la somme de dix-neuf mariages qualifiés de « fermés », en incluant bien sûr les « mariages arabes » (19,38 %). Si les alliances des mkhazni-s ne se basaient pas sur les liens de parenté en premier lieu, elles alimentaient les défis de ces élites d’établir, par exemple, de solides relations avec la société citadine. Toutefois, nos données restent incomplètes, car nous ne connaissons pas les mariages contractés par les Nouira et les Bel-Hadj9.

12Dans quelle mesure pouvons-nous parler d’endogamie professionnelle chez les « familles du Makhzen » ? Dans les sociétés arabo-musulmanes, le rituel du mariage débute, en général, par l’utilisation de la formule de “bint al-hasab wa al-nasab". Est-ce que les mkhazni-s recherchaient le hasab (la filiation et la parenté par alliance) ou le nasab (le patrimoine), ou bien les deux à la fois ? Et quand privilégiaient-ils l’un aux dépens de l’autre ? Le plus souvent, ils tentaient de contracter des alliances dans la même catégorie socio-professionnelle, à l’exception des Mrabet qui se distinguèrent par la rareté de leurs mariages avec d’autres familles makhzéniennes : cela est dû à l’attachement sans précédent des fils de cette famille à leur ville natale, Kairouan, et à la zaouïa de leur ancêtre, Abid al-Ghriani. Leur conception matrimoniale ne prend en considération que le paramètre de l’origine géographique. En outre, nous avons pu remarquer une endogamie professionnelle plus accentuée chez les familles de caïds-fermiers telles que les Djellouli, Ben Ayed, Siala et Marwan, et qu’elle prend une ampleur exceptionnelle pour les familles d’ulémas, hommes de religion et de science (tab. 2).

Tableau n° 2. Mariages de deux familles d’ulémas et leurs fréquences à l’époque moderne

Tableau n° 2. Mariages de deux familles d’ulémas et leurs fréquences à l’époque moderne

Source : M. Jrad, base de donnée

13Les ulémas, surtout ceux qui se sont installés d’une façon précoce à Tunis, ont contracté entre eux des alliances matrimoniales afin de développer leur statut dans la société tunisoise. Il n’était pas courant, d’ailleurs, qu’on assiste à un mariage entre une famille d’ulémas et une famille religieuse provinciale (A. Green, 1995, 118). Nous ne pouvons donc pas parler d’endogamie au sens strict du mot, mais plutôt de familles qui privilégiaient parfois le hasab ou le nasab, selon leur vécu qui découlait, éventuellement, du contexte politique.

  • 10 Le taux de mariage des « familles du Makhzen » installées à Tunis depuis la fin du xviiie siècle a (...)

14Sur les 164 mariages de « familles du Makhzen », enregistrés pour les deux sexes, à peu près la moitié de ces alliances (79) fut contractée avec des familles exerçant également des fonctions makhzéniennes10. Toutefois, l’endogamie socio-professionnelle variait entre les familles, selon le nombre des alliances et la dimension démographique de ces élites ou l’étendue des générations : en effet, plus une famille a servi l’État sur une longue durée, plus elle accorde une place de choix à cette forme d’alliance (fig. 1).

15Il ressort que les familles liées au pouvoir n’hésitaient pas à contracter des alliances avec d’autres familles du Makhzen. Leurs alliances furent donc bien sélectives. Par ailleurs, leur conception matrimoniale agissait bien selon le paramètre de la parenté et de la filiation, à l’occasion des mariages de leurs descendants (M. el-Aziz Ben Achour, 1989, 223).

  • 11 Nous avons pu reconnaître les origines sociales des familles des épouses à partir du métier du pèr (...)
  • 12 Les documents haboussignalent plusieurs autres exemples, tels que le mariage de Hammouda al-Asfour (...)
  • 13 Mohamed Tahar Ben Achour est un descendant d’une famille andalouse réputée dans la société tunisoi (...)

16L’examen minutieux des alliances contractées par les fils de mkhazni-s peut conduire à des résultats pertinents, du moins en ce qui concerne la relation entre les « mariages makhzéniens » et le métier du père de l’épouse. Ce dernier paramètre montre, en effet, l’existence d’une corrélation entre les métiers des « hommes du Makhzen » et la fonction occupée par le père de l’épouse (fig 2 et tab. 3)11. À titre d’exemple, l’épouse de Hamida al-Ghammad, cheikh de la ville de Tunis, n’est autre que la fille du cheikh du Rempart de Bab-al-Jazira, Hassouna Chemmam12. Autre trait frappant, l’alliance des caïds et des scribes du palais avec les ulémas est illustrée, à la fin du xixe siècle, par le mariage de Chedly Lasram et Safia, la fille du mufti Mohamed Tahar Ben Achour13. De façon générale, ce paramètre montre que les « familles du Makhzen » s’allièrent avec des familles du même statut social, du même niveau de richesse et de filiation : hommes de religion, caïds, commerçants, militaires, ministres, etc. Mais de telles alliances étaient également fonction des ambitions de ces élites sociales, de leur degré de conscience de la nécessité d’améliorer leur position sociale en contractant des alliances sélectives, surtout de la prise en considération du « vécu social » du lignage (toute famille passant par des mutations cycliques).

17En premier lieu, plus du quart de ces alliances (soit 27,16 %) furent conclues avec des familles d’ulémas, cette catégorie socioprofessionnelle comprenant les muftis, cadis, mudarris, imams, témoins de Bayt al-Mal. Il s’agissait sans doute de mariages d’intérêts entre élites voulant associer capital économique et capital symbolique pour réaliser leur ascension sociale. Venaient ensuite la catégorie des « caïds-fermiers » (25,92 % des alliances) et celle des « scribes et courtisans » (qui désigne les hauts dignitaires de la plume résidant à la cour, ainsi que certaines institutions faisant également partie de la cour beylicale) (22,22 % des alliances), ces liens visant en particulier à constituer un réseau de relations devant assurer l’accroissement de leurs activités économiques. Enfin, quelques rares « familles du Makhzen » (Bayram, Rassaa et Mrabet) contractèrent des mariages avec la famille régnante, consolidant, par ce procédé plus exceptionnel, aussi bien leur position sociale que leur fortune.

Figure n° 1. Mariages de « familles du Makhzen » dans la même catégorie socio-professionnelle (en %)

Figure n° 1. Mariages de « familles du Makhzen » dans la même catégorie socio-professionnelle (en %)

Source : Ade et Archives nationales de Tunisie (dossiers des Mrabet et des Djellouli).

Figure n° 2. Répartition des mariages des fils de mkhazni-s selon le métier du père de l’épouse

Figure n° 2. Répartition des mariages des fils de mkhazni-s selon le métier du père de l’épouse

Source : M. Jrad, base de donnée.

Tableau n° 3. Fréquence du mariage des mkhazni-s dans la même catégorie socio-professionnelle

Tableau n° 3. Fréquence du mariage des mkhazni-s dans la même catégorie socio-professionnelle

Source : M. Jrad, base de donnée.

  • 14 Occuper un poste dans la cour ou dans la ville de Tunis, reflète l’attraction de cette ville enver (...)

18Par ailleurs, il semble que le paramètre de l’origine géographique des « hommes du Makhzen » et de leurs épouses révèlent un phénomène complexe dû à la mobilité permanente de ces agents d’une région à une autre, à l’exception des courtisans et des agents du pouvoir central. Le lieu de naissance de leurs enfants étant circonstanciel, parce que lié à l’affectation du chef de famille, ne peut être considéré comme étant l’origine géographique de la famille. Cela nous amène à distinguer entre les alliances faites dans le « berceau » initial de la famille et celles contractées à Tunis (M.-P. Gazalé, 2004, t. 1, 172). Pour les 64 fils issus d’une famille makhzénienne et occupant des postes dans la capitale, l’origine géographique se répartit comme suit : 3 de Jerba, 20 d’Istanbul, 17 de Kairouan, 3 mamelouks, 19 de Tlemcen et 2 de Tunis14.

19Quant aux alliances pouvant s’expliquer par l’origine géographique, nous en avons enregistré 83, soit 50,60 % du total des mariages. Ce taux moyen, inférieur à celui enregistré pour les aylasde Tunis, s’expliquerait par le déplacement des élites du Makhzen des régions intérieures et provinciales vers le centre de gravité économique et politique, à savoir la capitale de la régence.

  • 15 Notons simplement - contrairement à ce que pensent certains chercheurs - que les prescriptions de (...)

20Deux moments se profilent. Dans une première étape, nous trouvons essentiellement des mariages de mkhazni-s avec des familles appartenant au même lieu d’origine, notamment dans les premières générations du lignage, au moins jusqu’au début du xixe siècle. La deuxième étape débute dès l’installation des familles du Makhzen dans la capitale, et se caractérise plutôt par des alliances exogames15.

  • 16 Les documents habous signalent que ces familles possédaient des propriétés foncières, alors que po (...)
  • 17 Leila Blili-Ben Temime (2005, vol. 2, 194) a montré que l’endogamie venait en seconde place après (...)

21En parallèle, les alliances matrimoniales avec des familles ayant les mêmes origines géographiques baissent d’une façon considérable au cours du xixe siècle (M. el-A. Ben Achour, 1989, 219). Citons l’exemple des Lasram, une famille provinciale d’origine kairouanaise qui avait tissé des relations de clientèle avec le pouvoir et qui réalisa son ascension dans la pyramide des fonctions makhzéniennes. Leurs alliances matrimoniales contractées par les générations du xviii e siècle furent endogames, soit dans le même clan familial, soit avec d’autres familles kairoua-naises, telles que les Jelassi, Haouas et Essid16. Au siècle suivant, et après leur intégration au sein de la société tunisoise, les alliances des Lasram se multiplièrent et concernèrent, désormais, des groupes associant richesse, haute position sociale et diversité ethnique (Zitoun, el-Bahi, Ben Achour, Ben Ammar, Abdelwaheb, Mourali, Gara, Dargouth, etc.)17.

22De ce point de vue, nous remarquons que la rationalité des notables du Makhzen, en terme de mariage, glisse de l’endogamie vers l’exogamie, parce que les alliances, pour les mkhazni-s, désignent l’ouverture d’un réseau de relations et d’alliés. Cela est dû au fait que l’intégration réelle au sein de la société citadine, ne sera achevée qu’en contractant des alliances avec les aylas, ce qui permettra à certaines « familles du Makhzen » d’effacer, sur la longue durée, leur origine provinciale. Ainsi, les alliances matrimoniales occupaient une place de choix pour ces élites et furent un facteur de mobilité sociale à l’époque moderne, moyennant l’ascension d’individus et de groupes vers les rangs des notables.

  • 18 Il en va de même pour les choix matrimoniaux des Hussaynites qui prennent en considération le cont (...)
  • 19 Mohamed el-Aziz Ben Achour (1989, 160) propose l’exemple de la famille makhzénienne Slim, dont le (...)

23Il convient d’insister ici sur un point de similitude entre l’attitude des notables du Makhzen - qui se distinguait par l’obéissance aux beys Hussaynites découlant de la relation entre « maître et disciple », écartant ainsi leurs relations d’ascendance généalogique - et entre la politique des « familles du Makhzen » en terme d’alliances - qui s’écarte du système de parenté et de la parenté rahim (« mariage arabe » ou mariage aqarib) et qui cherche à nouer un réseau de relations avec les grandes familles citadines18. En résumé, nous voyons naître le besoin d’acquérir une certaine légitimité au sein de la société citadine, leur destin étant fonction de la reconnaissance de l’autre, même étranger au clan familial19. De fait, ces mariages contribuèrent à la formation de lignages et accélérèrent leur processus d’intégration et de rayonnement, plus que leur fortune, insuffisante pour négocier une position sociale élevée.

  • 20 La famille andalouse el-Wazir s’allia avec trois familles makhzéniennes, à savoir les Rassaa, les (...)

24C’est ainsi que les « familles du Makhzen » privilégièrent l’exogamie (surtout au xixe siècle) en s’alliant, notamment, à de riches familles andalouses. C’est le cas des Rassaa qui s’allièrent avec les Ghorbel, les el-Wazir et les Asfour20. Par ailleurs, nous avons pu remarquer que les familles locales du Makhzen ne contractèrent que rarement des alliances avec les familles turques, contrairement aux mamelouks. Enfin, dans leur cas, la polygamie peut être mise en exergue comme étant le fruit de la promotion sociale des individus qui ont servi l’État (L. Babes, 1988, 8).

La polygamie : facteur de promotion sociale ou nécessité familiale ?

  • 21 Ade, carton n° 347, « Habous des Zaouïa et du grand Habous de Monastir ». Les documents habous att (...)

25Alors que nos sources ne parlent pas des raisons d’un remariage (décès, divorce, etc.), les notaires des documents habous précisèrent par contre et avec exactitude la filiation des descendants en cas de polygamie. Ils inscrivaient les descendants en utilisant généralement la formule suivante : “fa mina al-oula (première épouse) tel et tel fils, wa mina a-thania (deuxième épouse) tel ou tel”. Nous pensons que la nature même des activités économiques et des postes occupés par les « hommes du Makhzen » affectèrent, à leur tour, la fréquence de leurs alliances matrimoniales. Le plus souvent, ces élites étaient amenées à écarter leurs concurrents par le biais du monopole de différentes fermes administratives et économiques, en veillant à ce qu’elles restent dans leur « grande famille ». Néanmoins, les traditions et surtout les fonctions makhzéniennes qui nécessitaient des déplacements et des séjours à l’intérieur du pays, en l’occurrence au sein des tribus, expliquent que l’on trouve aussi, parmi eux, des individus mariés à des femmes bédouines, ou leurs concubins : ainsi, Hassan Sekesli, caïd de Monastir, avait épousé Chelbia Bint Mohamed Ben al-Haj al-Maawi21.

26Armateurs de course, notamment sous le règne de Hammouda Pacha (1782-1814), certaines familles contractèrent également des mariages avec des odalisques d’origine européenne auxquelles elles donnèrent des noms arabes. Il devait parfois en résulter un clivage entre la nouvelle entité familiale et l’ancienne. Ainsi, Ismail, un mamelouk de la famille Djellouli d’origine napolitaine, recoupe l’histoire d’une destinée individuelle qui passa d’une façon générale du stade de la contrainte (captivité) à celui de la liberté, dans la mesure où il a pu fonder toute une lignée familiale dont il fut l’acteur principal. Une telle intégration dans la société locale fut facilitée par son mariage avec Djennat, fille du caïd Mohamed Djellouli (M. Jrad, 2007).

27Selon notre base de données, les « hommes du Makhzen » se marièrent avec les odalisques à dix-huit occasions, ce qui équivaut à 10,97 % du total des mariages de notre corpus. Ce chiffre, si limité soit-il, révèle un trait makhzénien qui consiste à se marier avec les prisonniers de la course de différentes régions d’Europe (Naples, Sicile, Gênes) : en premier lieu, nous trouvons les Ben Ayed (6 mariages), les Djellouli (4), les Rassaa (3) et les Lasram (2).

28Les associés du Makhzen, à l’instar de la famille régnante, possédaient des prisonniers de la course et des esclaves qui recevaient le nom patronymique de leur maître. C’est pourquoi les esclaves, à l’époque ottomane, furent identifiés par rapport à la personne qui les avait achetés ou affranchis (M.-P. Gazalé, 2004, t. 1, 52). Ici, la filiation patrilinéaire est remise en question. La baisse et l’augmentation du nombre d’odalisques étaient fonction des périodes d’essor de l’activité corsaire, c’est-à-dire dans la première moitié du xviie siècle et vers la fin du xviiie siècle. Cela expliquerait l’accroissement de la fréquence des alliances de ce type après ces deux périodes. En effet, nous supposons que les mariages de mkhzani-s avec des odalisques caractériseraient plutôt le xixe siècle, dans la mesure où, auparavant, les odalisques étaient surtout le monopole des princes et de leurs courtisans. Il paraît légitime de s’interroger sur les raisons qui poussèrent les associés du Makhzen à épouser les odalisques, et donc à ne pas se contenter d’une seule épouse. De plus, ces mariages furent-ils des alliances obligées ou bien répondaient-ils aux ambitions des « hommes du Makhzen » ?

  • 22 L’expression « Ben » ou « Bint Abdallah » (fils ou fille de l’esclave de Dieu) montre une étape d’ (...)

29Il faut rappeler que l’intégration des renégats, d’une façon générale, dans la société tunisienne de l’époque ottomane fut réalisée par étapes. L’affranchissement était la plus importante, même si l’affranchi restait toujours affilié à son maître. On avait attribué à ces renégats un prénom arabe et un patronyme (Ben ou Bint Abdallah22), afin de les intégrer dans la communauté musulmane. Le plus souvent, cette opération impliquait la conversion à l’islam, qui leur permettait de bénéficier de certains droits et libertés. De ce point de vue, on peut considérer le mariage des mkhazni-s avec des odalisques comme une sorte d’alliance endogame puisqu’elle permit de conserver la fortune familiale, sachant que les « filles de Bint Abdallah » furent coupées de leurs familles biologiques et furent intégrées dans de nouvelles entités familiales. Néanmoins, les documents des Habous confirment, à plusieurs reprises, que ces odalisques ne furent pas exclues de l’héritage, ni de leur part en habous.

  • 23 Selon L. Blili-Ben Temime (2005, vol. 2, 269), le terme roumia désigne les femmes esclaves d’origi (...)
  • 24 Archives nationales de Tunisie, fonds de la famille Ben Ayed, carton n° 1, dossier n° 11, sous-dos (...)

30Cette forme d’alliance satisfaisait une bonne partie des « hommes du Makhzen » car ces odalisques étaient perçues comme des signes extérieurs de richesse et d’autorité, consacrant en quelque sorte l’épopée des corsaires et les profits des activités maritimes qui en découlaient. Très probablement, ces représentations collectives auraient été à l’origine de l’importance accordée à la famille élargie (comprenant non seulement la parenté biologique, les alliés traditionnels, mais aussi les esclaves et les affranchis), aux dépens de la « famille nucléaire ». Pour les renégats toutefois, en l’état actuel de la documentation, il nous est difficile de savoir si la conversion à l’islam et le mariage se faisaient de leur propre volonté, ou s’ils avaient été forcés de renier leur passé. De façon générale, nous émettrons l’hypothèse que les « hommes du Makhzen » cherchaient à se marier avec une roumia (odalisque européenne)23 car, à l’instar de leurs maîtres (les beys et les deys), ils étaient fiers de ce comportement. Nous admettrons qu’une telle alliance, en dépit de sa rareté (du moins aux xviie et xviiie siècles), était considérée par les élites dominantes comme un symbole de richesse et un signe d’établissement. Un autre facteur explique l’importance accordée à cette forme d’alliance. Il s’agit des qualités physiques et de la beauté des odalisques, notamment celle des femmes originaires d’Europe, désignées souvent par les documents d’archives par le terme baydhaouat (femmes blanchâtres). À titre d’exemple, le caïd Mohamed Ben Ayed acheta plusieurs femmes esclaves sur le marché d’Istanbul. Leurs places se déterminaient selon des critères de beauté : « Les femmes esclaves sont rangées par ordre de beauté, la plus jolie étant chef des filles »24. Une « grande passion » animait les mkhazni-s envers ces odalisques qu’ils épousaient et qu’ils distinguaient des femmes autochtones. À ce stade de notre recherche, nous n’avons rencontré qu’un seul exemple qui concerne le caïd de la Douane et du Cap-Bon. Regeb Ben Kacem Ben Ayed (décédé en 1800) épousa deux odalisques : Zeineb mit au monde Mustapha, Mohamed et Djennat ; Zleikha lui donna deux filles, Aïcha et Emna ; outre l’esclave Fatma, la mère de Chelbia, Fatma et Amor.

  • 25 Les femmes esclaves bénéficiaient d’une part de la succession du défunt, ce qui leur garantissait (...)
  • 26 C. Behar nous signale un phénomène analogue, à Istanbul au xixe siècle et confirme que les catégor (...)

31Il importe de distinguer ici l’épouse des esclaves ayant enfanté. Celles qui avaient eu des enfants du maître étaient nommées, par les notaires, mustawlada. À la différence de simples concubines, elles bénéficiaient de plusieurs avantages, selon les prescriptions de l’islam : il était interdit de les vendre, leurs enfants étaient libres et avaient le droit à la succession en cas de décès du père, à l’instar des autres enfants. Mais, il est sûr que le groupe familial faisait une grande distinction entre les fils des épouses et les descendants d’une mustawlada. Cette dernière était libre à la mort de son maître, elle ne faisait donc pas partie intégrante de sa succession et elle avait même le droit d’hériter (N. Hanna, 1997, 229-230)25. Quelles sont les raisons qui poussèrent Regeb Ben Ayed à épouser deux odalisques et une femme esclave ? Ces remariages seraient dus au décès successif de ses femmes. L’accaparement du poste de caïd des Douanes qui avait un droit de regard sur les ports et le mouvement des importations et exportations tunisiennes, lui aura permis de sélectionner des odalisques à épouser. Toutefois, il ne convient pas de généraliser à propos de la polygamie des « familles du Makhzen ». Il semblerait que cette pratique a surtout concernée des caïds-fermiers et des ulémas26, notamment des muftis et des cadis.

32Pour comprendre le phénomène de remariage chez les notables du Makhzen, il faut avoir à l’esprit que les prescriptions religieuses encourageaient le mariage et dénonçaient le célibat. Le Coran permettait à un homme de se marier avec quatre épouses, à condition qu’il en eût les moyens et qu’il fût juste envers elles. Il autorisait même la possession de femmes esclaves, s’ils le voulaient (B. et L. Bennassar, 1989, 419). Nous avons vu que les « familles du Makhzen » étaient obligées, parfois, de se remarier à cause de leurs activités et de leurs professions. Les documents habous signalent souvent la présence d’une deuxième femme dans la vie du mkhazni. Mais dans la mesure où celle-ci n’avait pas enfanté, les notaires n’ont pas jugé utile de noter sa qualification généalogique ni son origine géographique ou ethnique, ce qui nous a contraint à écarter ces exemples de notre analyse.

33Par ailleurs, nous constatons que le nombre élevé des enfants ne s’explique pas toujours par la polygamie (tab. 4 et 5). En fait, seuls 21 sur 98 « hommes du Makhzen » ont plus de cinq enfants. Le grand défi, pour ces élites, serait moins de se garantir une descendance nombreuse que de se maintenir dans un mode de vie « aristocratique ».

Tableau n° 4. Nombre d’épouses et nombre d’enfants des mkhazni-s

Tableau n° 4. Nombre d’épouses et nombre d’enfants des mkhazni-s

Source : M. Jrad, base de donnée.

Tableau n° 5. Nombre d’épouses par mkhazni

Tableau n° 5. Nombre d’épouses par mkhazni

Source : M. Jrad, base de donnée.

34Six mkhazni-s seulement se sont mariés trois fois et ont eu plus de cinq enfants, et aucun de ceux qui se sont mariés quatre fois n’a eu plus de cinq enfants. Cela montre l’impossibilité d’une corrélation entre le nombre d’épouses et le nombre d’enfants.

  • 27 Nos sources observent un silence total sur l’état civil des personnages du Makhzen après leur prem (...)

35En revanche, si 43 % des mkhazni-s recensés se contentèrent d’une seule épouse, 57 % (soit 56 individus sur 98) furent polygames. À l’intérieur de cette dernière catégorie, 41 mkhazni-s (soit près des trois quarts) n’ont épousé que deux femmes27, mais 15,30 % des mkhazni-s épousèrent plus de deux femmes. Ce taux reste élevé en comparaison avec ce qui a été enregistré pour Damas, à l’époque ottomane, où la polygamie ne concerne que 10,6 % de la société damasquine (C. Establet et J.-P. Pascual, 1994, 55). Pour autant, les recherches concernant les notabilités de la ville de Tunis ont montré que la polygamie fut un phénomène rare, la monogamie étant la règle principale. En général, l’épouse appartenait à un lignage reconnu dans la société citadine et elle n’aurait accepté que difficilement la présence d’une autre épouse à ses côtés (M. el-A. Ben Achour, 1989, 225). À cela nous ajouterons que la polygamie était dénoncée, notamment dans les villes où l’époux était contraint de procurer une maison indépendante à chaque femme (Th. Bianquis, 2005, 41 ; L. Blili-Ben Temime, 2005, vol. 2, 196).

36Quelles sont alors les familles polygames ? Sans doute, ce sont les familles de caïds-fermiers (Djellouli, Mrabet, Ben Ayed), outre la famille Rassaa. Trois personnes de cette dernière famille épousèrent trois femmes successivement, alors que le mufti Ali Ben Ahmed Ibn Abi-Yahia Rassaa (A. Ibn Abi l-Dhiaf, 1989, t. 2, 129) (décédé en 1719-1720) épousa trois femmes (Kabboura Ksontini, Aicha Rassaa et Fatma Asfour) et une femme esclave (Djennat Bint Abdallah). Ainsi, les hommes de religion n’hésitèrent pas à multiplier leurs alliances matrimoniales et, par conséquent, à s’ouvrir à d’autres entités sociales, ce qui leur permettait de réaliser et consolider leur autorité politique (L. Babes, 1988, 8). L’observation de la liste des mkhazni-s ayant épousé plus de deux femmes montre la présence de huit caïds, trois cadis et un mufti, ce qui confirme que la polygamie était prisée chez les agents administratifs et chez les ulémas.

37Les « familles du Makhzen » n’hésitèrent pas, également, à limiter les alliances matrimoniales de leurs filles dans le lignage, de sorte qu’elles ne se déplaçaient pas vers d’autres familles, considérées comme étrangères. Cela s’expliquerait par le rôle vital joué par la femme ou la fille pour la sauvegarde de l’honneur familial (P. Guichard, 1977, 37). Cependant, est-ce que les biens d’une fille appartenant à une « famille du Makhzen » se déplaçaient avec elle ? Nos informations sont déficientes à ce niveau, car les documents des Habous ne s’intéressent à cette mobilité que rarement. Il existe néanmoins des cas où la femme bénéficiait de sa part de succession et de fortune. Nous avons aussi remarqué que les filles des notables du Makhzen épousèrent, le plus souvent, des hommes de la même origine géographique, avec la nécessité bien sûr de distinguer entre le lieu initial et celui où ces familles ont fait souche par la suite. Les époux, dans le cas d’un déplacement à Tunis, sont issus de familles riches et nobles (commerçants, fabricants de chéchias) ou sont des ulémas et des marabouts tels que les Ftata, Mahjoub, Mehrezi, el-Bahi, Ben Achour.

Conclusion

38Les alliances matrimoniales des « familles du Makhzen » furent sans aucun doute sélectives et fermées, leur rationalité s’articu-lant principalement autour de plusieurs paramètres : le socio-professionnel, l’origine géographique et l’endogamie. Autre trait, ces alliances ont su dépasser le diktat de la « parenté arabe » (1/5e des mariages enregistrés dans le lignage), notamment après l’installation de ces élites à Tunis (fin xviiie-début xixe siècle) ; ce fut à ce moment-là que les alliances devinrent exogames, afin de contrecarrer l’imaginaire social et légitimer la présence en ville de la famille.

39Cette élite sociale fut le plus souvent polygame, mais avec des différences entre les familles. Se remarier était plutôt l’affaire des caïds-fermiers et des ulémas. En outre, l’associé du Makhzen gérait son foyer comme s’il s’agissait d’une petite cour beylicale, il n’hésitait pas à contracter des mariages en rapport direct avec les butins de la course, c’est-à-dire en épousant des odalisques. Le mkhazni étant conscient de la nécessité de fixer le souvenir de son appartenance au Makhzen. Le lien matrimonial avec les odalisques signe dans ce cas, l’appartenance aux sphères du Makhzen, une sorte d’identité spécifique à ces familles alliées au pouvoir beylical.

Bibliographie

Bibliographie

Babes Leïla, 1988, Questions à propos du mariage préférentiel, la stratégie matrimoniale d’une famille de l’aristocratie du Constantinois au xixe siècle, Oran, Université d’Oran, Urasc.

Ben Achour Mohamed El-Aziz, 1989, Catégories de la société tunisoise dans la deuxième moitié du xxe siècle, Tunis, Institut national d’archéologie et d’art.

Bennassar Bartholomé et Bennassar Lucile, 1989, Les chrétiens d’Allah. L’histoire extraordinaire des renégats xvie-xviie siècles, Paris, Perrin.

Ben Salem Lilia, 1992, « Introduction à l’analyse de la parenté et de l’alliance dans les sociétés arabo-musulmanes », in Sophie Ferchiou (dir.), “Hasab wa nasab”. Alliance et patrimoine en Tunisie, Paris, Cnrs Éditions, 79-104.

Bianquis Thierry, 2005, La famille arabe médiévale, Paris, Éditions Complexe.

Blili-Ben Temime Leila, 1999, Histoire de familles, mariages, répudiations et vie quotidienne à Tunis 1875-1930, Tunis, Éditions Script.

Blili-Ben Temime Leila 2005, Parenté et pouvoir dans la Tunisie Houssaynite, 1705-1757, 3 vol. , thèse de doctorat d’État, Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis.

Bonte Pierre, 1994, « Manière de dire ou manière de faire. Peut-on parler d’un mariage « arabe » ? », in Pierre Bonte (dir.), Épouser au plus proche. Inceste, prohibitions et stratégies matrimoniales autour de la Méditerranée, Paris, Éditions de l’Ehess, 371-393.

Bourdieu Pierre, 1972, « Les stratégies matrimoniales dans le système de reproduction », Annales Esc, Paris, n° 4-5, 1105-1124.

Burguière André, Klapisch-Zuber Christine, Segalen Martine et Zonabend Françoise (dir.), 1986, Histoire de la famille, t. 1 : « Mondes lointains », t. 2 « Temps médiévaux », t. 3 « Le choc des modernités », Paris, Armand Colin.

Dhaouadi Mahmoud, 1994, “Qira’a sousiologyia li-qadhaya al-nushuz wa achiqaq wa a-talaq bayna az-zaoujaini fi al-qura’an”, in Dorra Mahfoudh-Draoui et Houcine Jaïdi (dir.), Structures familiales et rôles sociaux, Actes du colloque de l’Institut supérieur de l’éducation et de la formation continue, Tunis, Cérès Éditions, 63-79.

Establet Colette et Pascual Jean-Paul, 1994, Familles et fortunes à Damas : 450 foyers damascains en 1700, Damas, Ifao.

Ferchiou Sophie, 1992, « Structures de parenté et d’alliance d’une société arabe : les aylas de Tunis », in Sophie Ferchiou (dir.), “Hasab wa nasab”. Alliance et patrimoine en Tunisie, Paris, Cnrs Éditions, 137-167.

Gazalé Marie-Pascale, 2004, Généalogies patrimoniales. La constitution des fortunes urbaines : le Caire, 1780-1830, thèse de Doctorat, 2 vol. , Paris, Ehess.

Green Arnold, 1995, Al ‘ulama at-tunisioune 1873-1915, Tunis, Bayt al-Hikma: Dar Sahnoun.

Guichard Pierre, 1977, Structures sociales « orientales » et « occidentales » dans l’Espagne musulmane, Paris : La Haye, Mouton.

Hanna Nelly, 1997, Tujjar al Qahira fil asr al uthmani. Sirat Abu Taqqiya, chah bandar al tujjar, Le Caire, Al-Dar Al-Misriya Al-Lubnania.

Ibn Abi l-Dhiaf Ahmed, 1989, Ithaf ahl-zaman bi-akhbar Tunis wa’ Ahd al-amân, Tunis, Maison tunisienne de l’édition, 8 vol.

Héritier Françoise 1981, L’exercice de la parenté, Paris, Gallimard : Le Seuil.

Jrad Mehdi, 2007, « L’individu entre contraintes et libertés : le cas d’Ismail, le Mamelouk des Djellouli au début du xixe siècle : 18051833 », in Sadok Boubaker et André zysberg (dir.), Contraintes et libertés dans les sociétés méditerranéennes aux époques moderne et contemporaine, Actes du colloque international organisé dans le cadre d’une action intégrée tuniso-française relevant du Comité mixte de coopération universitaire, (Tunis, 9 et 10 décembre 2005), Caen, Université de Caen, (Collection d’histoire maritime, n° 3), 125-134.

Saadaoui Ibrahim, 2002, “Al-throua al-aqaria wa al-muçadara bi-eyalet tunus fi al-Ahd Al-Hadith : mithal a’eylet mzali fi 1191h/ 1777g”, Revue d’histoire maghrébine, Zaghouan, n° 107-108, 73-118.

Zeller Olivier, 1998, “On the origins of a fermier general: family strategies over seven generations (late sixteenth through the late eighteenth centuries)”, History of the Family, vol. 3, Londres, Jai Press.

Notes

1 Notre corpus s’appuie sur l’exploitation des documents des Habous (administration des biens de main-morte) qui font partie, actuellement, du fonds du ministère des Domaines de l’État (désormais Ade).

2 Il faut noter que les règles de l’échange matrimonial concernant ces élites du Makhzen sont régies par un principe de base, celui de l’équivalence entre les époux : la qafâ’a (L. Blili-Ben Temime, 2005, vol. 2, 192).

3 Pierre Bonte (1994, 374) admet que le choix et la sélection des mariages détermine, à long terme, la place des grandes familles dans la société.

4 Hasab : filiation et parenté par alliance ; nasab : patrimoine.

5 Cf. L. Ben Salem, 1992, 93; S. Ferchiou, 1992, 163; A. Burguière, C. Klapisch-Zuber, M. Segalen et F. Zonabend, 1986, t. 2, 349.

6 Nous avons pu construire une base de données se composant de quatre tables dont une se rapportant aux alliances des mkhaznis. Un tel travail n’a pu être achevé sans le soutien d’André Zysberg, professeur d’histoire moderne à l’Université de Caen.

7 Cependant, nos échantillons par leur nombre restent au dessous des résultats enregistrés pour les familles notables de la ville de Tunis (S. Ferchiou, 1992).

8 À titre de comparaison, nous renvoyons à l’étude d’Olivier Zeller (1998) sur l’itinéraire de la famille française des Brac, entre le xvie siècle et le xviiie siècle, certains mariages ayant permis de stocker des trésors à l’intérieur de la famille sur plusieurs générations ou de la multiplier sur la longue durée.

9 Nous savons seulement que les Nouira contractèrent des alliances avec des familles originaires de Monastir, telles que les Mzali et les Snoussi (I. Saadaoui, 2002, 74).

10 Le taux de mariage des « familles du Makhzen » installées à Tunis depuis la fin du xviiie siècle aurait atteint 47,96 % (Kh. Chérif, 1992, 182). Mais les études concernant les âylas de Tunis ont montré que ces groupes préféraient aussi l’endogamie professionnelle.

11 Nous avons pu reconnaître les origines sociales des familles des épouses à partir du métier du père de l’épouse. Cependant le mariage des personnages du Makhzen avec des familles de même condition n’est pas toujours la règle. Il arrive qu’on trouve des alliances avec des familles modestes (cf. infra).

12 Les documents haboussignalent plusieurs autres exemples, tels que le mariage de Hammouda al-Asfour, cheikh de la ville de Tunis (Andalous) et de Fatma Bint Hamida al-Ghammad, ou encore le mariage du colonel Ibrahim Siala et Douja, fille du caïd Chedly Djellouli.

13 Mohamed Tahar Ben Achour est un descendant d’une famille andalouse réputée dans la société tunisoise. Il contribua au prestige de sa famille dès l’époque d’Ahmed Bey et exerça la magistrature religieuse à Tunis. Il fut également enseignant, mufti inspecteur des Habous destinés aux mudarris puis, en 1861, naqib al-ashraf (chef des descendants du Prophète) et fit partie du Grand Conseil et du conseil particulier du bey (M. El-A. Ben Achour, 1989, 191 ; A. Ibn Abi l-Dhiaf, 1989, t. 8, 166). Quant à Chedly Lasram, il marque l’orientation de quelques éléments de la famille, au xxe siècle dans l’administration civile, il occupa le poste de fonctionnaire civil (A. Green, 1995, 119).

14 Occuper un poste dans la cour ou dans la ville de Tunis, reflète l’attraction de cette ville envers les élites sociales désireuses de réaliser leur promotion sociale (caïds, fermiers, ulémas, etc.).

15 Notons simplement - contrairement à ce que pensent certains chercheurs - que les prescriptions de l’islam, n’obligent ni les personnes à se marier au sein du clan familial ni à s’ouvrir sur d’autres groupes sociaux considérés comme étrangers au lignage.

16 Les documents habous signalent que ces familles possédaient des propriétés foncières, alors que pour la famille Essid, ses fils étaient régisseurs de la zaouïa Sahabiya à Kairouan, Ade, carton n° 3, « Habous de la Zaouïa Sahabiya ».

17 Leila Blili-Ben Temime (2005, vol. 2, 194) a montré que l’endogamie venait en seconde place après la formule de l’équivalence pour les liens matrimoniaux de la famille des Hussaynites. L’équivalence toucherait, selon l’auteur, le statut social et la richesse, mais elle distingue l’endogamie de l’isogamie, c’est-à-dire que les membres d’une famille n’auraient pas toujours le même niveau de richesse.

18 Il en va de même pour les choix matrimoniaux des Hussaynites qui prennent en considération le contexte historique et la légitimation de leur présence (L. Blili-Ben Temime, 2005, vol. 2, 260-261).

19 Mohamed el-Aziz Ben Achour (1989, 160) propose l’exemple de la famille makhzénienne Slim, dont le discours d’intégration fut remarquable durant le protectorat français, ses alliances couvrant surtout des familles de « vieille souche ».

20 La famille andalouse el-Wazir s’allia avec trois familles makhzéniennes, à savoir les Rassaa, les Bayram et les Djellouli. Des mariages d’échanges mutuels ont pu être également observés : Hammouda Lasram épousa Hannouna Zitoun ; en contrepartie, Ali Zitoun épousa Zleikha Lasram.

21 Ade, carton n° 347, « Habous des Zaouïa et du grand Habous de Monastir ». Les documents habous attestent de plusieurs autres exemples.

22 L’expression « Ben » ou « Bint Abdallah » (fils ou fille de l’esclave de Dieu) montre une étape d’intégration dans la société locale.

23 Selon L. Blili-Ben Temime (2005, vol. 2, 269), le terme roumia désigne les femmes esclaves d’origine chrétienne qui ne sont pas converties à l’Islam.

24 Archives nationales de Tunisie, fonds de la famille Ben Ayed, carton n° 1, dossier n° 11, sous-dossier n° 6 : document de grand format, sous forme d’autobiographie du général Mahmoud Ben Ayed faites par Laaroussi et Salah, fils de Regeb Ben Ayed.

25 Les femmes esclaves bénéficiaient d’une part de la succession du défunt, ce qui leur garantissait une sécurité matérielle. Notons, dans notre corpus, le cas de la mère du général Mahmoud Ben Ayed, l’une des figures importantes du Makhzen tunisien au xixe siècle. Celle-ci était une esclave (dénommée Fatma) mariée à Mohamed Ben Hamida Ben Kacem Ben Ayed.

26 C. Behar nous signale un phénomène analogue, à Istanbul au xixe siècle et confirme que les catégories polygames sont celles des hauts fonctionnaires de l’État et les ulémas, cité in C. Establet et J.-P. Pascual (1994, 56).

27 Nos sources observent un silence total sur l’état civil des personnages du Makhzen après leur premier mariage. Cela est lié à la nature des documents habous qui ne citent le nombre des femmes qu’en cas d’héritage.

Table des illustrations

Titre Tableau n° 1. Fréquence des mariages de la famille Ben Ayed selon l’origine géographique (xviiie-xixe siècle)
Légende Source : Ade, carton n° 85, 86 et 158.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/752/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Tableau n° 2. Mariages de deux familles d’ulémas et leurs fréquences à l’époque moderne
Légende Source : M. Jrad, base de donnée
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/752/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure n° 1. Mariages de « familles du Makhzen » dans la même catégorie socio-professionnelle (en %)
Légende Source : Ade et Archives nationales de Tunisie (dossiers des Mrabet et des Djellouli).
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/752/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Figure n° 2. Répartition des mariages des fils de mkhazni-s selon le métier du père de l’épouse
Légende Source : M. Jrad, base de donnée.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/752/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau n° 3. Fréquence du mariage des mkhazni-s dans la même catégorie socio-professionnelle
Légende Source : M. Jrad, base de donnée.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/752/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Tableau n° 4. Nombre d’épouses et nombre d’enfants des mkhazni-s
Légende Source : M. Jrad, base de donnée.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/752/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Tableau n° 5. Nombre d’épouses par mkhazni
Légende Source : M. Jrad, base de donnée.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/752/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 49k

Auteur

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable