Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enseignement supérieur dans la mondialisation libérale

 | 
Sylvie Mazzella

Études

Les habous des dhimunî-s en Occident musulman médiéval

Nejmeddine Hentati

Texte intégral

  • 1 Habous, dont l’usage est fréquent en Occident musulman, ou waqf, dont l’usage est fréquent en Orie (...)
  • 2 En 2006, H’mida Toukabri a soutenu à Paris une thèse intitulée Une approche comparative des fondat (...)
  • 3 Pourtant, et à propos de l’Andalus, É. Lévi-Provençal (1953, t. 3, 217) fait allusion à des actes (...)
  • 4 Cf. le chapitre de la rémunération dans la Mudawwana de Sahnûn (m. 240 H./854 J.-C.) ; celui du su (...)

1Les informations relatives aux habous1 des dhimmî-s (tributaires) en Occident musulman médiéval restent rares en comparaison avec celles de l’Égypte où des chercheurs ont découvert des actes de fondations qui concernent aussi bien les juifs (D. S. Richards, 1972 ; S. D. Goitein, 1988)2 que les chrétiens coptes (M. M. Amîn, 1975)3, et qui fournissent des informations directes et originales. Pour combler cette lacune, on peut recourir aux ouvrages juridiques malikites qui fournissent quelques informations portant sur cette institution en Occident musulman, bien qu’elles soient équivoques et surtout éparpillées dans plusieurs chapitres4. Même si le cadi de Grenade Abû al-Qâsim b. Ward signale, en 521 H./1127 J.-C., « l’ambiguïté de la question des habous des églises et sa complexité, ainsi que le manque d’intérêt des Anciens à son égard » (Al-Wancharîsî, Mi’yâr, t. 8, 61,64), nous tenterons, par cette étude, de répondre à certaines questions concernant les catégories de habous des tributaires, leurs sources d’approvisionnement et leur évolution au Moyen Âge.

Catégories de habous et sources d’approvisionnement

  • 5 Cf., par exemple, A. Sarrazin, 1909, 7-14 ; S. D. Goitein, 1988, t. 2, 112.
  • 6 Claude Cahen (1977, 301) a mis en question cette thèse et M. M. Amîn (1980, 15-21) l’a contestée e (...)

2D’après al-Châfi’î (m. 204 H./819 J.-C.) et certains juristes malikites, il n’y aurait pas eu de habous avant l’islam. Cet avis est discutable puisqu’il est établi que les Anciens, en Chine et en Égypte, mais aussi les juifs et les chrétiens5, ont connu ce genre d’institution. Cependant, cette donnée suffit-elle pour appuyer la thèse de C. Becker selon laquelle les waqf-s des musulmans, notamment en Égypte, seraient la continuité de ceux de la période byzantine6 ? Quoiqu’il en soit, la présence de habous chez les tributaires à l’époque musulmane prouve que les musulmans n’étaient pas les seuls à faire des fondations.

  • 7 Cette distinction est également valable pour les musulmans qui parlent de waqf ahlîou dhurrî (fami (...)
  • 8 L’acte de waqf d’un copte en parle (M. M. Amîn, 1975, 43). Un autre concerne un karaïte (D. S. Ric (...)
  • 9 Interrogé au sujet d’un juif ayant constitué en waqfune maison en faveur d’une mosquée à Cordoue, (...)
  • 10 Al-Khassâf, Ahkâm, 287-290.

3On peut classer les habousdes tributaires en deux catégories : les fondations à caractère individuel et les fondations de bien public7. Al-Khassâf énumère quelques questions relatives à des habous de bien public. Ainsi le dhimmî constitue un waqf en faveur des tributaires indigents, ou même parfois en faveur des musulmans ; il le fait aussi pour l’achat d’esclaves à affranchir, creuser des tombeaux, acheter des linceuls ou de l’huile en vue d’éclairer la synagogue ou l’église, construire une église ou la restaurer, ou encore en faveur de Jérusalem8, parfois même en faveur de mosquées9 ou au profit de prêtres et de moines10.

  • 11 Al-Nawâdir, t. 3, 328; Ibn Ruchd, Al-Bayân, t. 4, 208.
  • 12 Wathâiq fî ahkâm qadâ ahl al-dhimma fî al-Andalus (extraites des Ahkâm d’Ibn Sahl), éd. M. ‘A. Kha (...)

4Dans al-Nawâdir, Ibn Abî Zayd (m. 386 H./996 J.-C.) rapporte qu’un chrétien a vendu un oiseau qu’il a chassé, pour faire don de son prix à l’Église11. Un acte de fondation, publié par C. A. Gonzalez Palencia (1926-1930, t. 1, 217), datant de 1197 J.-C., nous informe que Don Melendo Pérez, par testament, a chargé deux membres de sa famille d’acheter, après sa mort, un bien d’une valeur de cinquante mithqâl-s en or Alfonsin, en faveur de l’église Sainte-Marie. Les deux tuteurs ont ainsi acheté une maison et une boutique sises à l’intérieur de Tolède. Ces deux biens appartenaient auparavant à un prêtre de l’église Saint-Nicolas. Ibn Sahl (m. 486 H./1093 J.-C.) cite un autre cas soumis au cadi de Cordoue, Ibn al-Mutarrif b. Siwâr (m. 464 H./1071 J.-C.), où une maison haboussée en faveur d’une synagogue (chunûgha) a fait l’objet d’un litige entre un musulman appelé Hassân et Ishâq al-Yahûdî12.

  • 13 Al-Khassâf, Ahkâm, 1999, 291-292.

5Le dhimmî peut également constituer un waqfau profit des membres de sa famille ou de ses proches parents13, des pauvres de sa famille ou de ses petits-fils et de leur postérité (« à tout jamais »), puis après leur extinction, en faveur des pauvres. Dans ce dernier cas, le habous change de nature : de fondation familiale, il devient une fondation de bien public.

  • 14 Wathâiq Ibn Sahl, 65-68; Al-Burzulî, Jâmi’, t. 5, 444; al-Wancharîsî, Mi’yâr, t. 7, 438; H. R. Idr (...)
  • 15 Wathâiq Ibn Sahl, 68; Al-Burzulî, Jâmi’, t. 5, 445.

6D’après les exemples étudiés, nous remarquons que les cas de waqf privé sont rares chez les chrétiens, contrairement aux juifs. Muhammad b.’Attâb (m. 462 H./1069 J.-C.) doit se prononcer sur le cas de deux juifs ayant constitué en waqf un champ (jinân, janna) en faveur de leur neveu et de sa postérité jusqu’à son extinction14. Pour sa part, Ibn Sahl (m. 486 H./1093 J.-C.) est interrogé à propos d’un juif ayant constitué en waqf deux lots de terrain en faveur de sa fille mineure, première née, et de ses enfants qui pourraient naître à l’avenir ; dans le cas contraire, ces biens seront haboussés en faveur de sa fille et de sa postérité, puis en faveur des musulmans de Lorca15.

7Ce cas, qui présente à nouveau l’exemple d’un habous changeant de nature, et le cas précédent ne suffisent pas pour dire que les fondations à caractère individuel sont prédominantes chez les juifs. Il apparaît que les actes de waqf égyptiens comportent les deux genres de fondations, alors que ceux qui ont été étudiés par G. Nahon et G. Weill (1980) tendent à démontrer la profonde religiosité juive. À notre sens, il y aurait peu de différence entre juifs, chrétiens et musulmans en ce qui concerne les fondations, leurs buts et leurs catégories.

  • 16 Cadi ‘Iyâd, Tartîb al-Madârik, 1967, t. 4, 475.
  • 17 M. M. Amîn, 1975, 47 ; Al-Maqrîzî, Al-Khitat, 1906-1907, t. 2, 512 ; cf. aussi A. S. Tritton (1949 (...)

8Les habous de dhimmî-s peuvent être approvisionnés par les vœux faits par un particulier en faveur de groupes sociaux tels que les indigents de la secte karaïte (D. S. Richards, 1972,141), ceux des chrétiens 16 ou ceux qui vivent dans une église ou un monastère17. Par exemple, Al-Maqrîzî (Al-Khitat, t. 2, 512) dit que plusieurs chrétiens se sont retirés dans l’église de « Boumnâ » au Caire, auxquels les chrétiens d’Égypte envoyaient offrandes et aumônes. D’autres dons ont été faits au profit de religieux : le rabbin Basiléa de la synagogue de Mantoue en Italie, au xviiie siècle (G. Nahon et G. Weill, 1980, 413) ; ou les chapelains pisans et catalans de Tunis qui jouissaient en 1240 et 1261, par la volonté de leurs gouvernants respectifs, du revenu des boutiques annexées aux fondouks chrétiens de cette cité (R. Brunschvig, 1940-1947, t. 1, 454). Dans ce cas, ce sont les gouvernants qui font preuve de piété.

  • 18 Al-Nawâdir, t. 8, 238; Ibn Ruchd, Al-Bayân, t. 9, 375.
  • 19 Al-Nawâdir, t. 9, 349; Ibn Rushd, Al-Bayân, t. 9, 377.
  • 20 Dans cette consultation, Sahnûn s’accorde avec l’Andalous ‘Abd al-Malik b. Habîb (m. 238 H./853 J. (...)

9Les ressources des habous des tributaires peuvent être, également, alimentées par des legs de bienfaiteurs. Sahnûn (m. 240 H./854 J.-C.) a été interrogé sur le fait de savoir si le chrétien a le droit de léguer, par testament, toute sa fortune. Sa réponse fait une distinction entre les ahl al-’anwa, qui sont soumis de force et dont les héritiers sont les musulmans, et les ahl al-sulh, soumis par capitulation18. Ibn al-Qâsim (m. 191 H./806 J.-C.) a été aussi interrogé au sujet d’un chrétien qui, par testament, a légué toute sa fortune à l’Église parce qu’il n’avait pas d’héritier. Il répond que seul le tiers de sa fortune revient aux évêques, les deux tiers restants revenant aux musulmans, mais seulement dans le cas où ce chrétien fait partie des ahl al-’anwa ; car, s’il fait partie des ahl al-sulh, il peut disposer de ses bienst.a>. Nas pour dire qee>t.R46chr Nas ant dn prêtre >18. Ibn al J.-s eta>irs cstes, alor sa frêtreIf, Aqion aiteurs.n, 1988)Ls dan leur évsources des habous des dhimmîutaires à l’sulman meonnement

  • 7
  • 13.Nufûsl-Khitat,81940-1947,321975, 4Bakr-Maqrîzî,Masâbd was ‘Amâbd m>Ahkâm, 2906-1907,6731975./853 J. (...)
  • 19 Himyar-Maqn> Raw /a>. tm>Mi’yâ Amîn,87 5, 445.

1Iisqu-C.) et, ainsihezit uans mpar caprofondenmont al-ier.ss=de Mantf, Aqioapériode ben ChinEum"g bewe agothdes r dire le ises mmationcit par/em>des égl fave ou un mosforce l dtion.iqui parvains jre, ceirecs de.13v.iqui a>, raient en vunnous avant leulementques, lpayeurs b>avant lelane fon sujetgient not devolonté ddesiiers .avEuremas où ce cne 413) ;îrs soxe plots eminet auIoiqu
tte , aib fonot devolocs exe peiceéser n moégquuà ceete prouve que les mu
. Paoyn moégnté dmae sa evenent pars o dé>16. Un Ks touastitachatrétiens dans l’ profumoégq (exntques, lcpar cetougeâtmosforce Ziadi athabous donGient M’une mUn Ks touasn, 1988)17Textene mosqla d’une mt.Andalous Rahmlé 1dé(138-17b (m.756-7881 H./806sièMar-lmaunsc54uns36). Quts rev Cadilie, au d"num">19-Qâ544/1149)tre sfua été interrogén autuit au :en Âge.

1>
xtSize">

SLes res mmrimde moentlie, au unsc86aqrîzî,Iquebsm>Mi’yâxe pln, publSafavd Zaghtoul,aBagdad, Df b.aprté j.Thaqs aya ahÂfs.yen Âge.lie, au unsc 290rîzî,Masâbd was ‘Amâbd m>Ahkâxe pln, publAd"fon P. Von Leeuwe(G. NAnd
 FotsneAllans -LibyeAl2, payen Âge.lie, au un2002Burzulî, Mmma f, Ahkâxe pln, publ juifs. Mde HabTarHîlMl-Beyrouth, Df b.apG alm>TarIsclmncha7, payen Âge.lie, au 13lie, au unsc Tartîb al-Madârixe pln, publAhs. MBakîrl-BeyrouthégoTripoli, 3, payen Âge.lie, au unscmînrîzî,Raw /a>.Mtm>Mi’yâxe pln, publIhelé ndalobâeiLibanyen Âge.lie, au unsc 9,pan>Dans al- was Ziadi âti’yâxe plen quollclasvel-Beyrouth, Df b.apG alm>TarIsclmncha15, payen Âge.lie, au unsc84-sc86aqrîzad, A was Tahelli’yâxe plen quollclasvel-Beyrouth, Df b.apG alm>TarIsclmncha18, payen Âge.lie, au 13 juifs. Mndalous W1hâb (), <)G. Weill/span> Wathem>Mdes Mmma fî al-Andalus (extraites des Ahkâm d’Ibn SahlLe » yen Âge.lie, au unsc 9Khassâf, ahIlmayayen Âge.lie, au unsc81-sc83aqrîzRiadi /a>.Nufûsl-Khitaxe pln, publBachîb.apBûn 8; l-Beyrouth, Df b.apG alm>TarIsclmncha3, payen Âge.lie, au unsc 190rîzî, Al-KhitaLe » Al2, payen Âge.lie, au unsc înrîz la Ml-BayâLe » Al6, payen Âge.lie, au unsc81harîsî, Mi’yâxe pln, s apG alm>TarIsclmncha13, payen Âge. Bi bidteaphienttlie, au 13 juux juifs. unscmînlise11. Un acte de fes actes de waqf< où ce cne (lie, au xviii btiH./alie, au xviii bti H./854 ouAl par eAl43-52yen Âge.lie, au 13lie, au 1ux juifs. unsceill/spaAma wqAl- was Ht>TarIjtimdiseayal-dhiMisblw(cas,125n (m-151t de 11m>hab),lDf b.apNahda ahArabaya, Le » yen Âge.lie, au 13lie, au unsc86-sc8990cas,DamasdividraSyent s lie, au 13lie, au unschvig, 194cas,LaaBerb l’ecter tslt s du m>habohaboie, au xviii>habosup>ohabei>habo/sup>ohab e lie, au 13Cspan>unscm7nliseRéf sa fonsrrogéctes de waaue le4 ouAli>Cspan> Clau94cas,LribPeupuve que les muetirés dhaino conoxe pan mel-Khitatenu ,lAd"fe(GMé unntair (Ire d’ aien-lmaes aDamas),lm, <306yen Âge.lie, au 13Cspan>unsc6înlisecas,Dahl a-’anwouAlcas,Encyclopxe pa frêtreInt leat, t. ente.sxe .,, pay07,234-238yen Âge.lie, au 13s en ooun200înlisecas,Wak-Khahkâ4.lie, au 13 juifs. unsc 9Khassâns zis Mîkh.apG alm>TarIsclmnc (t pr>Tarqarnl6,icl 9 (m. 2-15 H./1071 at, tRab>Al-Édies fondatnaeFacnla lées pat de prêtronse le reshum à cen> Csablaueayen Âge.lie, au 13Shlomo D. Goiteinassâ Me plots eessoe ltyAllie, au 13lie, au 13Cándido Áuge Goincia (192cas,Loi Mozurabs sérieuedo quloi sigloi XII y XIIIl-BayâMad"fd, Ire d’osérVnzalez Pdforme Jut mu4, payen Âge.lie, au 13Nejmeddineunsc96 C"nsahbâel-i-tf, AqioapwasndaulAmâ/a>. âbd ioapicl muntCsaf>Tarqarnl6,(m. 2 H./10"94cas,Lrib Cleul le tlans iel-Khitan° 174ha3sihezm. G75-121yen Âge.lie, au 13Wald’ascmill/spaAmaMakâyîllwas Awzm>A TarIsclmaya, yâu/edu’il Klmas ahAsAl-BuAmnt muÉdies fondatn>ahUnia deitligiordssnn yen Âge.lie, au 13Hady Rog’asc6294cas,LaaBerb l’ecter tslt s habohaboie, au xviii>hab osup>ohabei>habo/sup>ohab-m>habohaboie, au xviii>habosup>ohabei>habo/sup>ohab e lie, au 13Hady Rog’asc74haliseLusdes tribun oes) en Occident musulman médD’aarîsî, em>Mwaqf <5, 444; al-Wanc4 ouAli>rîsanlengs étiInt lologiel-Khita leume l dlmanmosqla dent int en Ars.eoAbe GLein>unEti H Bret G. 72-196yen Âge.lie, au MndalAl-Busc93ll/spaAmaMuf pemé-dhiTb al-h ahArab qabl TarIsclmm>Ahkâmi xe .,,Bagdad, 10, payen Âge.lie, au MVer d0)unsc86aqliseLa hagujudicant dutaires à l’alm rvidebun mma fî al4 ouAlcas,Alcontaral-Khita lecas,1m>hab7ha135-228yen Âge.lie, au MÉe="fsteunsc53ll/spaHaino con fub>avEum"g beour les D. 3te-M e du halifaau prcadi de CKhitatenu ,lG. P. Mé unntairyen Âge.lie, au MGeorgeaunsc54uncas,Lirecrchplocnt dépoque mu en tion en égoTans iel-plroc,pEum"g berêSiciel-KhitaBuAroun CM ce deeaphies bga(DationinferêtreIà l’intrêtronBdes -Aronfait vica térê des pos lie, au MGa rrdrétcie, au MGeorgeaunsceillliseNotésurujetregs tqmu en oyaient ofa de laaavec ceogue de Italie, au xviii b Ga rrdrcle (G. NChpte srieuane (dir071 aspaHpfs.gdutaGeorgearVnjdamuÉt dnavait paino cona fillpenn habiositsl-KhitaLnte de,uPe ds7,407-419yen Âge.lie, au 13 iche Goi93llliseFue les fo4 ouAlcas,Encyclo-pae pa Unia dealisl-Khita lecas,1m>hab9Kh658-661yen Âge.lie, au 13rmeal /SidneyRichardMndArabac documes inef="l(es emunityni>C»o”unrzuleshoi’yâ pay15, 105-162yen Âge.lie, au 13s bertSarrazinrzulÉt dnnsrrogel et les fondtirés dê des pos,aets par un partutaRomeourtantBrioce CKhitatenu ,lF. P(D. (G. NDu a,d-Auziaiyen Âge.lie, au 13 ouifsedun2001aqliseLa des du probur m à fat poa pos 4 ouAlcas,Sprcammmoe rl-Khitan° 1usulmSar-3yen Âge.lie, au 13srthrroStanleyRich49Khassâfqadâ ahl al-dhimmaIsclmm>Ahkâu/edu’un mrabsil H-Maliachp, Le » yen Âge.lie, au 13Wet iamCMontgomeryunsc81harîsLa penn habpoli une bndam>avant lte-Mar-stioptel et lmes-tes /AmaFikb.apSiadisdhimmaIsclmnc4 :>TartfshM.eMmma sIbn ya, yâu/edu’un mrabsil SubhM.3HadîdnchaBeyrouth, Df bs H< âtde, [si xe .,,1968]yen Âge.lie, au MndaÂdilunsceill/spaAmas dclqm>t>TarSiadisayalwas Kan-Waa bayn.apraret IsBîriodM.3was G alm>TarLm>tîn-Wl-dhem>Mmma>ahUsûbs wustâi’yâ i xe .,,Damas, Df bsDimachqyen xtSize">

xtSize

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable