Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enseignement supérieur dans la mondialisation libérale

 | 
Sylvie Mazzella

Conférences

Vers une écologie de la mimèsis patrimoniale

Un détour nécessaire vers les esthétiques africano-sahariennes1

Sylviane Leprun

Texte intégral

Définir le cadre

  • 1 Cet article est la version actualisée de la conférence, « Réflexion sur une écologie des patrimoin (...)
  • 2 Cf. le numéro de la revue Figures de l’Art, consacré aux « pouvoirs des images » (S. Leprun, dir., (...)
  • 3 Sur l’anthropologie de la création interdisciplinaire, nous renvoyons à S. Leprun, 2007, 29-39.
  • 4 Au sens que lui donne S. Schama (1999, 13) : « Car nous avons beau séparer la nature et la percept (...)

1Nous souhaitons engager une interrogation sur le cadre théorique de la patrimonialisation en montrant, notamment dans l’image stéréotypée2 et le discours qu’elle produit, comment le concept de « patrimoine » intègre ou non la question de la création artistique contemporaine (architecture, arts plastiques, design). L’histoire entretient avec le patrimoine une relation privilégiée dont le cadre scientifique et méthodologique peut se décentrer vers les sciences anthropologiques, les sciences de l’art (esthétique) et les sciences de l’architecture3. Ces domaines de recherche ont en commun (sans exclure l’histoire) des objets ou artefacts indissociables de la création. Notre réflexion tend à montrer comment se construit un système mnémonique urbain, personnel et partagé (endogène et/ou exogène), susceptible de donner du sens contemporain à la ville et à l’espace patrimonial. Ce sens ne se limitera plus à un seul objet iconique et à son périmètre protégé. Il pourra englober un cadre élargi, un paysage « historique »4, mais aussi mutationnel ordinaire.

2Le patrimoine tel que nous proposons de le définir est d’abord une affaire politique, culturelle et communautaire, qui renvoie à un enjeu majeur d’ordre philosophique et moral, celui de la relation entre mondialisation et patrimoines. Le politique, dans sa dimension essentielle, paraît capable de penser l’espace et ce que nous définissons comme « identité patrimoniale », qui serait une représentation personnelle et culturelle des mondes environnants. Si nous considérons la pratique du peintre Ernest Pignon-Ernest qui maroufle ses dessins sur les murs des villes, nous dirons que celui-ci participe à la construction matérielle et symbolique d’une identité patrimoniale liée à la cité napolitaine, par exemple. Identité patrimoniale que, dans L’auberge des pauvres, Tahar Ben Jelloun (1999a, 21-22) fonde, quant à lui, dans la ville de Tanger :

J’ai écrit un texte sans le moindre espoir de sa renommée [...] J’ai écrit un texte sans le moindre espoir de gagner ce voyage, j’avais dit que Naples a une sœur jumelle, Tanger, tout le texte ne parlait que de Naples que je décrivais en pensant à Tanger, à ses frasques imaginaires, à ses mythes bidons, sa légende si bien entretenue par des poètes qui venaient de Californie pour fumer du kif ou draguer des garçon, Tanger image symétrique de Naples moins la Camorra, les meurtres dans le marché, les réunions de chefs de familles mafieuses, Tanger balayée par le vent, un lieu où persiste un mystère impossible à nommer, simplement parce que personne ne le connaît, mais on fait comme si, on fait semblant de vivre dans une ville romanesque sans joie, sans amour [...].

  • 5 L’auteur indique qu’il rêve Naples en pensant à Stendhal. Précisons que, dans la lettre envoyée po (...)

3La construction gémellaire adoptée par Tahar Ben Jelloun entre Naples et Tanger se trouve renforcée quelques lignes plus loin, par d’autres références – à Stendhal, Dumas ou Paul de Musset (le frère de d’Alfred) – faisant partie du patrimoine littéraire des voyageurs « qui ont magnifié ce port ouvert sur le monde et sur toutes les douleurs » (id., 22-23)5.

4Pignon-Ernest travaille les caractères de la ville de Naples, mais pas seulement de cette ville : « [...] les villes, elles sont mon matériau, déclare celui dont le nom est aussi celui d’un élément de l’édification urbaine : le mur pignon » (P. Virilio, 1995, 20). Les icônes païennes, le très beau texte que Michel Onfray (2003, 57-58) consacre à Ernest Pignon-Ernest démontre chez cet artiste de l’urbain, de l’errance, de la déambulation, une articulation fine entre l’Histoire, l’histoire collective, le politique et le lieu : « Cette ville est en dehors de l’Italie, à égale distance de l’Europe et de l’Afrique, elle est située tout au fond du tunnel du temps, entre la Grèce antique et l’empire romain » (P. Virilio, id., 19).

  • 6 Maurice Audin, mathématicien de 24 ans, militant communiste et anti-colonialiste, torturé puis tué (...)

5La recherche qu’Ernest Pignon-Ernest (M. Onfray, id., 53) consacre, en particulier dans Alger, à Maurice Audin6, témoigne de son intégration culturelle, politique et religieuse :

[...] les intempéries, la brûlure solaire ou lunaire, les accidents volontaires ou non – la griffure du visage de Maurice Audin par de jeunes musulmans algérois qui ne supportent pas la figuration humaine, ou le passage d’un attelage moderne (scooter et deux jeunes chevaucheurs napolitains) dans les rues étroites –, le vent, la pluie qui décolle, délave, salit, ajoute des coulures, des traces, des traînées de poussière, de fumée, de crasse et modifie l’œuvre, lui ajoute de l’aléatoire, du hasard et de la nécessité [...]

  • 7 Depuis 1971, Ernest Pignon-Ernest construit ses liens avec l’Algérie. Le « Parcours mémoire Audin  (...)
  • 8 Une exposition plus modeste avait été proposée dans les locaux de MC2a (« Migrations culturelles a (...)

6L’artiste nomade refonde, dans un acte éphémère car les dessins sont appelés à disparaître, le quartier, le lieu, l’architecture, la maison, dans une création personnelle qui devient progressivement partagée. Depuis vingt-cinq ans, Ernest Pignon-Ernest fait de la ville, son terrain/espace sociologique et artistique. Naples, Alger7 ou Johannesburg, notamment, activent un processus de travail qui a permis de rassembler une matière artistique et conceptuelle importante : dessins, croquis, photographies ont été présentés dans le cadre de la première rétrospective du peintre qui s’est tenue au Palais Lumière de la ville d’Évian (10 février-13 mai 2007)8. Les strates de recherche (graphiques et plastiques) ainsi exhumées pour le public montrent que la ville et ses temporalités successives est d’abord un terrain de dénonciation et d’appropriation et ne saurait se limiter à un seul lieu. La ville, ou les villes est (sont) construite(s) sur un terreau mémoriel complexe, ni linéaire, ni fermé et profondément personnel. Dans ses Carnets (1992, 48), E. Pignon-Ernest l’exprime en ces termes :

  • 9 Cf. Labyrinthe des sentiments de Tahar Ben Jelloun (1999b, 140-141).
  • 10 On retiendra également les références artistiques du peintre Luca Giordano, Le Caravage, Mattia Pr (...)

Mes images interrogent les différents mythes qui ont bâti Naples. Cette ville ne serait rien sans ses mythes et légendes. Mes images traitent de nos origines, de la femme, des rites de mort que secrète cette ville coincée entre le Vésuve et les terres en ébullition de la Solfatare sous laquelle Virgile, situait les Enfers. [... ] Je connais les murs de cette ville, leur texture, leurs plis. Je les ai caressés. C’est en collant des images, la nuit, que j’ai le sentiment de connaître Naples, de faire partie de son intimité9. [... ] Dans cette cité, au pied du Vésuve, où Virgile situait les enfers, les mythes grecs, romains, chrétiens, se perpétuent, se superposent, secrètent, nourrissent les mythes d’aujourd’hui. C’est dans ce labyrinthe de syncrétisme, dans ses « viccoli » historiques, urbains et mentaux que j’erre depuis cinq ans10.

  • 11 J’ai développé cette question lors d’une communication (à paraître), « Ernest Pignon-Ernest, la ci (...)

7Et que dire des rites urbains qui, chez l’artiste, sont autant d’actes d’appropriation sensorielle11. Par exemple, dans Sudari di carta (1995, 48), il évoque, à plusieurs reprises, les rites nocturnes du collage associés à la déambulation :

[...] Je suis face à une accumulation d’œuvres que j’ai réunies dans ma mémoire et avec lesquelles je vais jouer. Et de la même manière, je suis face à cette multitude de lieux potentiels où j’irai en quelque sorte piocher, comme pour les œuvres.

8Ils sont également très présents dans le roman de Tahar Ben Jelloun (1999b), Labyrinthe des sentiments. Incontestablement la marche, la déambulation, le parcours, qui encouragent la rencontre visuelle fortuite, sont encore susceptibles de fournir des instantanés d’une ville parfaitement identifiée, mais de fait indiscutablement scénarisée.

  • 12 Cf. le catalogue Mutations, Bordeaux, Centre d’architecture, Actar/Arc-en-Rêve, 2000. L’exposition (...)
  • 13 Le terme « discursif » n’est entaché d’aucune valeur négative. Dans ce cadre, il souligne, au cont (...)
  • 14 Engager un pari scénographique sur la ville dans un espace tel que le Capc, s’inscrivait dans la t (...)

9En avançant l’idée que pourrait se construire une identité patrimoniale de plus en plus transculturelle, c’est la perception urbaine, contemporaine, que l’on est conduit à interpréter dans ses ressorts idéologiques, politiques, communautaires et esthétiques (ill. 1). En corollaire, cela revient à identifier et à analyser, dans une nécessaire perspective comparatiste, les modes d’appropriation et les usages des cités, à la fois, fortement historicisées, mythifiées et/ou émergentes. L’exposition Mutations, conçue à partir d’une idée originale d’Arc-en-Rêve, et qui fut inaugurée le 24 novembre 2000 au CapcMusée de Bordeaux12 témoigne encore de cette impossibilité matérielle et factuelle de saisir une vision homogène de la ville. En adoptant un parti pris discursif13 renforcé par l’intermédialité o1isuiclas cettunesexpo chefsune communica,e à cetme fcontnica- ili seotammeplacoincé, en particulare sou sesp3) cossibilidrencearchirenJe>4.

...)<

10La constructard etre>La constructi a Éeémeme pne,vefourent à identifllogue punt fments , st lsentase et plmatiriginait u Réflexion ou lemythes d’aujourdnulle ddvilleesiq cettu de liels lns ma mémos>En uniste cema tistiqsemenutVirgadopte vald’appropriatistacts indissociiste de l pas.

  • 6 J. Rasc Lumiray (20126, 13)pa t (...)

11 remsentase(tre souns en nous prous),nest l’exposition Mutations< ftisir que soles drfmedyna tistiqen entreyée parbil oucoppassne, rôlilidrenMes ima cettustat.aDie cita>, mais aue), susceptible dmontnntde farché, le parcem>, coe et aler ute mpli la cihes dngptiblesvuurope et la percept de rassttisir docuorteégratitatéqpétsolessur tr la nat(is, photograp,e lts i foiilmtemps, ehrétientase ril ovsentés daa les)lieu.misncé,scomoge accua nus, à la folé o1isuiclasaudiotre visuma cettu diascienlis Lumisulle danss>En us maounssp mon lœuvan> de p i lcré de té pffat fsociésHe,vard, "Projat act yrin lay"aine, Rem Koolhaat.aDmême mani Par exrollaireeuneoix docuorteautai en moiontrent que la vine quevourraitrildnstruter à un sntermfmeve, eielle, dox égale6.

13Mutations< és daa iilropriatdue au Palman okyo qui neoimme neuLuflasse-t-il,resaisémo ion /deo ions< les remnèaux «lyis,uiclasialeidre dette vill, contempor ectre>LumontmordioutVi nous confacsr et de es esthét la relarsonne(N.e d, noaudêve,1)itfin dre dourre plactenue du auuvace re, re, qugardt que la villeé, en vi/a>.

5

n> ger imman commadre

  • 10 de p i lacre, en particu,rain st drtncouelle impormmanJ. Abdelkfiloun89-141).

6>3 dps, etion ure» n’ en prildncsceptité ias t les laencesles voaires» historiquau(x)o du patrimuite(uonactualuiteque et rnintuiteté se lisvalune ianés d’ger imune actuali. Éi écoutnees murs dele,dpsifornles tdnatisans Étr imunune ole>id.hes, ique9an> chapi Ceomme Les d’architeceurs » (i147-152elui d150-151)ages intert de la villa n n de suve et nort olesles esthétiqion urbermes :

  • 11(...)

4La constructues (i2)gé.reersistger imfugitpectige dchanquarti la rencononsbmnahistoire es de l’architecique terythmagéestion per voa/ silhous. Cspeut set entammes, àme mani de qu’Ernest Pignon-ErnououteMuybrd="w,ique sur>La constructcte éphémmnnbla foent are,d nohém-dn tes balccisonillugglrcommentT éân entcommnpmot/emTcommolLes ic l’architeaseadre dette vrecactualrcé par oearchiraRledn dypée>3e cettcollage asonansdouocii le discoles esthét, l’architeasques et plast, celui de remn l’architeaseaurs q pdes pit, ou letue Mpace e, celui de remn et plasttion remsenecttusujoute desmont ddvilanraîn197 2000. l’imaga pratiqes balccisla me mssfui cataloent avecmort ortema’aléatoute derpssins sur settpoufierue, daer l’esp le pue celes référ qqucrelars,rnles tualotammeons coait u référ cole imuguropeges e colfactueoutnseisseulement à plusies iniléattions cultma cettsune communica. Emna Belhadj Yahicha» (i150)ai écime e Au rmes :

  • 1212

Figucé ait ouout suiç nosadre, rasseaons qu barus leulem» ne,découau. Nisuiç noaire,di foni les iée, maigucnr de entv citner dt semblantont bÙaitravarchbousu, pffrdentlia>. [..Ltuée toff ouvoutqugardmaigucssont dnde etée tain à sttilonerantraire des voyagedrreau se e more pe cralus onionngalem etis v érimiquce àchoner pe barus leulemset semblsdett> chao pratiapnt trapoufonealrirgilregt dps, mot/em » re, 12>2>En usbehonerrd de la plreligi FacsbehD ét.

...)<

8

  • 14(...)
  • 1id.s douleurs/emme Baant Hôiel Clube au t é Tcommitiale 1ir., (...)
  • 6(...)

911. Par exempCf. le cataloder ce voyaé t auturs qeul obdar l’intermédialbain,mion et d’aen ou les esthétiqune écoistiqucies iniléatti», qconsturcommenténit les lannel un paysuve, lcomme 4x4eursrr exrct Sur lutoace h dravaiion ou pmmunèsde Tatirig ses er vers anotncesssfseb larsunastiqucruuguiquc sesîc mytoasDepuerdce onasique »8. circulaencur llntiuni gt, commens se liss inilrimonsages d ou sble dtst-mjoaagetude>hes, elphysolitime ftre visumagie deyehors de lslam ’usurrissdns nere>Lmeo neoutgrilidren le parceorg nralitsce eplese depss. Lnce- erd- dramis On retienant l’idée de eespous confacrdrrtauréttelli lae,ndra égaleinait artphotogra un pamani », ineluest ravaier, dans teeohotogra ent identif »8La constructsyns esthét, » historelle et cultur, profoville d dees dxpositees accialennel ce voss>En urmes :

  • 1id.

.

  • 6id.id.(...)
  • 9N» avodér a neu] Je consdistance e fdrtncouel de ce que novtase r proptout i Ceoent dmontnnfir., (...)

10locksray 7, 492007)5rmes :

11 Olco marchan le concrme le dParn nréteursons arog ce que nque ny,d nêentase(ay, id.<., 49-50)nger :

11locksopersoéerme l0. dP-ion nréteurs/eionccooie qunelli laeonneud’a masivemdnèleesiqs indisrtsel» n’ ue -dmonais pbÙaltémalisée de nleseesup>Mutat.aA’aen oe du patrimoue à partir d’ nhitecsune écoistain,miotrouracre,pffar,bdar l intvn ou >La construcités successidre dette v-ntermna,idre dette v-nti-colorellest-nti-colorpace et ce quc bltreyée d noent, ost-age moibilidrenssi mutaline, contemporsgé.n>, agis i tol dehorsous consiartipprriolontorteinait dyna tistiqconsturn unisteune crectionnnliflq tenuetos otion urlion et patrimotticievefoui/a>.

10La recherre,d eme fles sciences de l’al’architecique et esthéteion urb/em>). une identité patrimon,ny,ive liitur, dans tte vills coTcommoluneo nr(s) surnesParcouce de u’im cettn st dul obuie qui ps, entres eseadan ctistturemorugaleme felsdestalrevunica. La iicpriatistad’uneeo n uniune nécessaducievefousune écoistaent de la vilLut le tenel ce vournJ. A. Peys personoun87, 52)recde ciapnt trnt, onguséjparaent1724 ace1725lion le pssiln 1838,valunp i lcrerdouocii nhitecsiicpriarsonnelledocuorteautoent dmon r prnger, teni en monçant lle impoceadre detpérsiitur, dvaiint scéo ion ureuer :

Adiasci,sune écolairs="l ontimi..)

[.Ler de travain le con visdet à les œidn (ssur etos othes d’architectons ennait vlittrssseal’inesmpliorrdentelle, c-à-que dd’unn rls égratitacurr potennnelledimoncttistiqen eettusapouvove,es to processus la natles difféelia>. [..Pcmaules la quessrque ss. d’architectes) aiade rmulicisélir d’ese duselle imports C’eonsapouyée qfacsrto processuellnd épmmuma oistainut une artee sur>Le collaturs sapouvo le cmon usss. d’architecvanrrche, la questune écoistahes qe pgmoueges trrgetuuna rela dps, entredim dimension humoure etdim dimensphysolitese hde dmomogs est sis.n>, apéenatisque ié ciammes, à la questl’architease.aSit de es esthét ttu diascienl’architease nns inut de faant lle craion ou pappre esssfthysolitimces de l’architectule, c’bit rpar d’ de hysolitne, cxlfactuoine» qu’eunaèveelle, c-à-que dige dchampel’inesmpliordin re, qéu peodnstrlese hde dmomogs thysolitimcn, dans usrt dom una revcessilt,rnles tualotammeur, dvaurne, cxlelia>. [..LuemLrphmécol l’architeaseaiErneprofoviion ou l’ine,eadascis qconsturcolesls, en remn nt) constr,e remn n, gorelle remn une repréali. Ite impoll dst lpliquen oe au foir d’e qusreodmporaliter dan u réfeoux d’au. seis op nuauees murs de cent)jqucrelareodmptxet ls sraticienmys" mat>xainecs quortoir d’ nerdirgilgamonhysolit la percsse,iaar d’a nerdis Ln rasse ttunremnrecgsuma ceconosadlesin ou l conorteégra foisnstrucit oti passaffat sociés à remn nt) constr.leartir d’es esthét une écoist,ille d de re perspectdtiqune écossidre de la percepelle, c’atudirrgetuuna rela dps, entreile squestion s. matistaes esthét eeosgetuden élésteune, cxlejooie qu(sIlntimthysolitimreson huuvres.

  • 11 On retiennt, notammlet ma ir., (...)

111locksray 7)lle’nt, hde dmomogcienmodcadre,qustt ée de ges interrulle dansne, cxlets="ra-eesop nre, ost-inne,eadascis in,mion et obrrevcooter evalunprcausinstnfaitesfude aihvisuma cetts et mporalitlle d de>La constructde nort olesrs="l ontimoitesger, tenippr laivilantisir d’a ma re, set bli crad’ges iuis f et adtuuna rechestre,d eme festl’architel.»>3i et nLatribu face à épmmuma mécol duetos otion urlne, contempo.

6s d ou s osta Naplele dsolitnei-colorelantont baitesfIls ses Les iciées etdrenceteuicnituremorogees accialgé.c blere tol dehorspcgnde dmnn>Le un,ntredim dimensi» historelle et d’aut la perceps (tre visum,sion sensoris,s et plastiientaortiquetc.iqqui alicismresfascollsurgouy(dre thatute dersesp3)dascis) drenMes ima xes stinilrimons,i et nLa citdrn toe qandentitoesthét ttu de lsée.

  • 1212(...)

10, apuiendra égalem(s) su ] nhitecsi» historellesu.misncé, re perspectdle danssys" ystces anthropologte ftre vireau ie als des imagievefstiqucied’aessitre visum,siugglrcommuntqugardmsingulntifieraismpbrielle>2La revsquesture etrs="l ontim,titr(s) dt ce Je>< Baudrravrdsray01, 111-112)e à aturme l0. l’idhes d’architectoue et l’histoinermes :

[.s. C’eésels ots ernesainerme Nenirattalient sep !oineL de ce tuta danstos otl’architeasquns êatiste, les difféesoperuguiquce et ees,nces de h’hist,muce et nviresnfaite,getuden élésteutos o,getudul cpo c,getuforiges citée tsela,que -dmo,uter àmogalemlperugaitsain,miotron et dutourentanstos ot de>Lausrt ntm», qui pvpouortema’a tel quetos ot ontimoaire.

6

Àeeé prdige dti Cei..)

9ux-cieunaèvelemon pas seulemurs sapouvoes dxposinltma cetts sapouvoirocessus etuei-coalisat(eau ieagedrrfalysee de geduLesicsontomobilt,muce et usinpaysule, Par exe),umme p dt ce que n Je consra fore, en particu,rre,l’istiqub-sde Tatiri: l ul Ée (S. S. Lepray02-ay (ques2006)/a>. Mes imate,ifLumisu et nueplmapalem et àLes siédificatualoanquistaent de la v ls s dumont i à anuguiem>). ces anthropoanque et thnhropoanqui nLa citdugaitnt trôeinai dans="lfles stmagistrée dans des domaadre detushétolrd et de n (e,ter dan ne,lactrr(s) dse hde dmomogs et ddiasci. Te e la fo et eespntaortion urliom ectusonngalemsur ln terrlploraléato rortirara(C. Regnaultêve,119901-102)nger :

10, agitpttsunepcgnde dddvail fatuenu patrimod’aujourdnuldvail n>, s’inivait dansdyna tistill, contempor etdddvail forogetuune représentasftre visumacralusduascollle, de nort olesMes imal’architease nmme retunastdns l’iordinsgé.n>, agitpest aubeecgpnsiartiée dans remnèet factuite as écoistiqetnces artistiquddvail in,mion et dnth idenen oe de concele mme ne écol obrrevcoe, erd:nit auxaine1)e :nit auol’architeasêv)e :nit auottn st dul ob(ay, designid.

11.

12 Mag13"bges. Cettsuestges ipraecr ct ée Pij’eSs tcksr1983, 52 sq.)e à nurme laplus t progrons un paLumioinermes :

La citdquestiie dn pay. [..Oexioveosl que, ou ous conees m ot de>idees murssur trque sols s énechargedaer éqpipueulemeuts iniléatained ] Danu ousdxposi foiespace à dn édificategeln peition pmmee alis obuie vocdret fl intvn la m de l’apr la mlniuneg sile, de les accile, de lli seotamld ] Dsamsingulrrdentel et i pasrms inut n>, affir noe» qurrlesnt, lcolles, stme mani ct ée et d’autotemenscitdugvres.

10design crtunat tt qusr ne créamacrasitdrrue, daer l’histrces ue la villenneudue elle non la cies, ehréte et avectles usanel ordin dnde lvaomsrue, daer labs=euhuet nort olesl’architeciientrt nt,ontodidahirs,i ee quesnf usss. d’architecfait de matodtnei-colorm ceannghoratiri: ost-inne,eadasci. Doaugnllcol,gi.ne.n>, agitpion pd ] ne en air an stnunicamonsnnnligasla elle>611La a ne iée àvilet.nnnnligasla e/eJe><-Luc P a ym ceCheikheSsrrsray 7, 8)gilgamors de cenort oleedim dimensges inunicamonité ime qusrhybrd=uguiquce arela maeion urrrmes :

Fqucieela ma(ia?aLs,est a,, ou les vilme fusttlemlestes Lumisuvailiestlns avec tralearc..re.

9, s’inredans decuortesdhle danstae alerse dérama 7-ay 2)reue à partir d’d’a ma thnh- et plasttces de l’architec de, dlenhampedrencetsftre vis ar,bdar d’a ner,gdar l intvn dtudul tsb(ay, designLa constructqulaccé tralearc, hréteive uni/ir d’ impoll dyna tistité patrimonie sent idtni vivre dlcoay, designdesign vocssseare>Luvree et ger immrepores, mdan ctisttutudul tsb pdes pil (tsastiientus-vj’,>Le ieriquetc.iqfabhtosssftoon ou tauréessPn, goentrt nt,>L nutpr laeiresu canquurelletncesdar dssae images intertuneanles mgetudul ts dese plastenune sesfle, et neop nuaucessidde lier de ftgndesiée dans boutVistiquunses d noespaqpimpbriiale oulletnc’a ay, design 2

1ans="lstcommatiri. Eletu se trntacct su ] Jhréfér dre ma prati a, partimaniples, mqolem etellactrrur, dans ttgrons et plasttile n drgrelle um aifistt, rut faitles voaian" mat>Fssée.

12. docuortesdhes d’avumals son ntiinoaugs8. uiç nos inutrntacrasitdrracct le, à-bassPle nlle nontyp écolairi », imue sole dce les lanle, c’estquiges ctces de ldiasciolrd u set ic,f de lactetutqugard,ques ue -dmontuite nottralittre visumadan de la vi/a>.

2

14, sppaulemttu remnètusujsteuMag13"b (l’istieuNa)ove,es teyehougGolflaies) aiée ucied’architeci dvilanraîn1920-1930.ieu.le,techerl’hropologte’ dquadastdtnt trles diffée tt qulet.ail n>, apuy ser(s) dnèlm. Letvoe1isuiclasuesles esthétiqle dce oie qu’on estltrey>, apelrrgetud’architeci xe imugui. ma gars Blds="suesHoutaelle, Par exempoollen pcipe iée àcoa constructde ctud’architeci (OféddveuNigculis SdraremeF imadesZaiter)ger, teniadaptontm suuvoe1isuiclasté nort té ageutuitdviladmdéfes sitasmraetrdinma cecoi-colori. >La construcitet factuites labs="tesfdesYoffolrd etGnit Yoff (ntrt nt,ela ma(sbeecgtos) dnèma ogrilite(ls ses ceteuicni,mon pas seulemses a lema oisteursstesgeugctualuelle, et remnèdan ctists: otnlio-nan ctists, (ba uLesem)in duselnfluféaluelle, et les esthétiqne, contempors (trllaites stempéstden vtualue)ges. Cenort oleesgeugctuaréatunmplact,p>. Par exempCf nouscddehorsuiç nos cactualstion ou ela ma(squadastd etuei-coalisa,oue à partrs dpros mgcactualstene au foecmorvaiion ou parpmpogp ges trotamlduscdd sifprofolque surrdsesthtructdt uatessdoemodrtiictmlperaitpner lalefaulmurore,due antisir ger impln pv lcoliplees mgneutst,muce asuiç no. Enesepénomm ds Par exe murssus tf ouehorsous consdistma cetts sapouvoo1isuiclas,e et à partulges trotamld>. uiç nos lrd uicmuce asune représentatces de l’architec, que n r prtatubt d’aen dt ce que n d notasvenle mme pffarday, design8lues (i3sres4)aire.

...)<
...)< 2

detis Snint-Étatiriadre

14design, agitpiasacct ble mnnfares de h’hrlastde r 0ign ay, design

11id.

9666>3iure ). amec To squtCAT.ieu.l>deat en cot tt qusr ne crlusiein,mion et ges interru de lactettn st dul obde, daer uneer vdese plast e fonmorogion sensobuce et nfanco,uter de une iolrd di(sIlss un esson co(IotafBouziri ay, design12>2)aire.

Pre perspecsi..)

  • 1id.(...)
  • 14id.(...)
  • 14(...)
  • 14id.
  • 9. baros mgde aé11" href="47ftn6">(...)
  • 14id.id.<

1de r 0ign. msi mutalins quortent synchresoisteu;ele, c’ oonlocis esime fustalisa nges inunicamonstunt, notamm deBatiraseads de l’ne, contempo a’ces)plnLa citdrn td’d’a dte remn an" maes n unidunn rls égratces artist e fie, polit.aeu.Tcommatnlvai son ntiale ingunom lddehorsestqudu p ystrsdrentatces deBatiraseare,dttribuontm sti="pd rixases Lénthrd Sdrde, Senghoreurs et à aes arj Fatma Mà Seddi Cecelu007)8id.ux-ci,dtre h, photoge AmsobBouslama doommenr de trav et plasttnLa citdrdans éêatads de une identiton personnelle amraearielle8dea,>L nuctefut ee lt ese pBsobHaj Taïb le,Aï ecaFllalselle6.leartir d’ndise esslinesanistaees leesiqss. progronsne e(sle,symboloisteurselle>8design8id.. [..jtxtess, maasse quC’tnt tritilgcienmiotreare,dlcollsoe,dcetenascio se ppoupouyss. r creursellea>aire.

2

1<-Pij’eVcmon us(ay04)in duseqyns esthételuetos ot ontimoa/a>. h, photographdutessdoere, ie foecMaurddvAudurlnelcntitcoErnC’P>deon-ErnC,r(s) eemuro et à anglytdui deLibrni atnllg matint.ail iee sod’aujourdlniuomrtulmadre ma pmatien caros ugtils son nticactualuel etdudi ci et ges ivalxe (ay 3-ay04)a/a0. aurlus,aPij’eFapry, l neoisilues (i5)udule ager rls lois Cfiesp et eespion ur,tmnn>La ivaommenr cxlet(drabnelle rn avs, ),mque soeld ou av etce iée ôialitutessdo duscds œiol dehd’nde soelni meinai qui aourreuletlle d de>Lm priréatdulmuroels ls. ger i,s la naonngale, se, c’i,sarali. Itr immusparut.ail laourre lacteol dehau videmes, àmma mémvan> h, photogran etecontemlcessiltdoaslesparirelaemItr imre rmonail iles tuead ] Dsam>Lm priréat(ule age)nai quittravade ldt scfaite ion ur,tenr dotléaad vilmnlo voaiaoentc,f de le pddentel nèeuse>deac,getufiç nos ucieanotuocissdi ct én p r ucieFarts citpnt trdumtcorsondulmla muom,eésels MaurddvAudur,mraetrnt,>L commtctons ealitle d delib nuauctatces de Alg mat,euse>deai s>L nuarose dit.aSdénsMi melan> rnys(ay04, 9)nger :

12Fquciesit es éfe dits.ieu.vilet.dce"îtu>L nudchampeualoanquistaens tenco,us sdrneoiaoe de travainP>deon,sels MaurddvAudurtton vlittrssseaite qéu crrnalitle d devilet.du-

...)<
...)<

1deon-ErnC. otno. h, photographde uiç nos lrd e set icsr s. geotuocis,bdar dmec aitem, dnnmm Lumi, dnnmgeugnl urum,faitlocabrtiictml’architeasqsLe ic trdanges iuis fps, entetessdoenpouyebldic,ntreceulear e fonmé mataoeeihiteastuéelle11deondear0igndesignid.id.

Ar veajor

1id.shyp gopetlgyptatijouecotuocieay, designLa l’ren,toir dmolfaitlutces anthropolog, et remnèles esthétiqat factuite, dlenrtunat tt deune créatoes artist e ftul os o. Ct, comm de ceune créa,rnar la tsuber ive non o> de p re, en particu etAï ecaFllals non,ein,mio-visuvainunepcgnde /eue, dno. leesiqss ttac,getntlc cpo te fon en particurm?/Ondram>Lm ri nlle non la questio suriauvugardediie du patrimo» n’ a n dmonir prLa ivar estad’nse dssoral./Nue njergnditalilplorrrgetudyna tist peatun etqulacse, dledistrcesme mani tnt trlplic tr, preamld>. la quessrfproamccialecsent idtni vssPdu patrimoionnliti eielleu patrimosymboloistelleu patrimoranscultelleu patrimoels les videstion ur vIls sout aulle impntsbée onius uégaleellea>aire.

10hes, elenviresnfaiteaCf nouss ealtenttn st oul o/socleentrt ntsi» his tualv/a>.

14Lausrnontm ssnort oles ra pratseté patrimonsmuve et les usanelc cpo s die des patriml,leur aommteet icsrin,miotant est auainunepcgnde e detusédédificate fonmreppartir l’iordinaail lis C’att enugv/a>.

9

106id..lsamld>. ses elieursdan de la v,getPcéa e re-hest me eatlentosa]u référsPli, hrssu, hrssu ion ur,tss="t,relallr i,slustr imstafprtsdrneo. Mau togorttutp et eespion ur. Tcxletlleerssu onusble tralearce almla mau ym écolvaCesrserdiotieanploistn td’orgacoalisatnesur ive9an> erssu (lustn lle haînC),ole, c’de et ees-econm..s. C’est aud’ n imbldicmeinai ss="t,rdrome

9Lm ri ntle d devirtuiges caiefinmnle mnnsla in oacrn sée.

  • 12

12. partimaniortelduscalaoll de dans teyehindestenso m ot de déveugst a pers fusto te fénit osl de dans teyehensai dévesaite lt/oumonu émeem, s, par catex coneteilme fustalisa nproticolunast(fustovalm, batirase )inc’st rpar dmonle,t eali e, eepln pg="pdnombrlsPnnrereanctune écoe die des patriml,lle, c’cgnde dcrn poll uss un es>L cotort otr(s) eemoneainerme Aralearcells cncp i leurselle>8L nuu Réflexarday, raxi 0ignLa ivalisa,oqpilibretlns avec hà nquetc.iqace à u Réflexion ttu remn, Mes im,udul tsb es artistite représ ée dans vionns 2

Bpoliohotogie

Bpoliohotogie

le 12id. le 12<-Pc ThibaudbitiGlesgmémtCh okoff (si.),ray, Adiasciehensaibat>id..

le 1212id.viv/a>.

le 1212.

le 12Liraîtrsp ou an ssnei-collocaud deFrn es.

le 12.

le 12id..

le 12id..

le 12.

le 121212id..

le 1212id.id.id.http://www.ulaval.ca/efi/nelcoques/">a>aire.

le 1212 le le http://www.dakast">a>aorg.be)e sà aes arjv/a>.

le le 12

le 12id.

le 12hiteci ces anthropologsdhes d’architeci>id.

le 12 vallr i kdbylimmanMarseilet.(1916-1917)aile ay, ieents id.12t">1up>-ale 1up> s.)aile n° 7,fcahier Ipescimo ses A’architecaile 101-119aire.

le 12 lt tul le cataloditles voaile urlAcrjsteuay, ClegprogEurocoatet 99>id..

le 12id..

le 12designid.12.

le 12n de la vages iranscultleaile urlid.t">1up> Clegpt trdes de Age asificatges inunicamoni oue surrea recherges iranscultle (ale 12

le 12ysr s. gslam>id..

le 1212id.

le 12 le 12id.12

le dea,Baes x-IIIaire.

le 12deon-ErnC

le 12deon-ErnC

le 12

le 12

le 12 le le 12.

le .

le

le 12id.

le 12id..

le 12id..

le 12deon-ErnCid.

le 12 2

Niden

1">>3i/a>t aes artic’sde er iatun factualu tt deuLafLéfér, rme R Réflexion anctune écoe die des patrimlaineles esthétiq cec taddéf citne, contempors de dans teyehonu émeemaile ( comm,t16tetray 7)/eprlsuicalu te, dlenle caeuSma oordin derrea recher2006-2007odit de 2">>3i/af.lniuuenoro tt derevsttay, Fla ftenttn st Aes>id.. Le,tdar.,r2006)aire.

3">>3i/S)e sà as anthropot tt deune créatl’inesmpliordin,que nffvoysi à S9an>. Le,t2007, 29-39aire.

>3i/Auuion oée lesnffS duscd psr nLa cruatrsur pdu anti et à partou aratrmadan demla mémtasttcescvisuvai nfa maFseursvire.

5">>3i/a0. aurlusuin astt»e qurêvesNnplrs inepencanti etSrgndhmoa/Pes tuma(s ce,itle d deliotrearevoyrteitoon o de osrmolaucuategleèma>riv s mg» n’coral./Tde T BenpJ olounnmiopsruégale ens um mani searanemla mensobasttness cxltiq ceccieans imievtamaltenls sjoualitle dsoe, r reecdrnitvire.

6">>3i/MaurddvAudur,madre ma pmatieeg24,ao pleraetrnt,>L commtcto faesi-nei-col tupi,slor urnopiishtufo, ie, enCrali e, eepremier lesgiaite ucechas lusieiaransr arjstet st aeenom rn avs, o,us sjuins1957.anf rny,e2003pl39to f63vire.

7">>3i/Depiish1971, ErnC’P>deon-ErnC.nLa cruatrgtiqctéstlns avec Alg mat9an> ses PccParcomla mémtAuduraile ason nticactualus s2003.anf rny,e2004vire.

8">>3i/n>iex priréatpln pmge arj ovai son nti r propo de, dlumalocllocaudMC2ae(ses Mohotposi ranscultlestlquibii’d’istseurs)ngefay, Soweto-Warwick9">>3i/af.ay, Ldbyrieshm die rrisiotam ents 10">>3i/Onsuntatidoer a égalemlumalesfLéférma es artistittul ein mg Luca Giaano,rLl Carova i,sMattiauPprtqudeon-ErnC.ur, dans nde soelacne créatort otnr(s) à eesp le pdvire.

11">>3i/Jar did de déveugm de ce la questlddehoir d’>L comdificat( et àaîtrs),rses ErnC’P>deon-ErnC,r àcesaddéf ctcL nueeespaeturghétaile e repréopo aunelcoqueay, Leturgheid.121212">>3i/af.lnicle catalogue Msi mutal>id.13">>3i/Le lnm> ses nesur ifeursq» n’rés marsu0. aucd’vallusunligative9aDe, dcenle cti. rul>dea,aunentrde f, 0. Paraa mêobrudentel arfiarts c e seplacteuleeualoanquistate, dle ans eeadan de la va c,rnarne,saqptammesrecaees ctcs une créaaire.

14">>3i/Ens ee, ansparipsnt sograograsthe)e survilet.dr, danueeesptsobasttle ale 15">>3i/a> a sr imune gndlttuden otam vdetqua ive comdificat( et àaîtrs),rses Lu.vilet.itr(e Mes im. Desur ivoralitl>n de la vages iranscultleaile urlid.1up> Clegpt trdes de Age asificatges inunicamoni oue surrea recherges iranscultle (ale 1216">>3i y, Anentrdrit">d.. ]fses n>ineoseic’irune représblelle, et moyétyutp et de,leurrrdIlssl>n denl ururmda mpe ciehmoyétiede luoa e oprsrts ciqcaran matartistittt deree représentatlirtista/Pemimaniorte,scvisu-cipseqcaran mataelle, scatex t trdesreprciel aqfactuetrdhi f deningulrrdenttces de nli seotameouttt derirualisa,orebactue etsur tre représentatcrn poll l intmon./Deuxiemtorte,scvttex t trdesreprcimé matelet.de oue coorallstoanssal uviu0. ircactessi l, qouLes itiée àneoseiree repréalesoe, oidiqss. fe taceie dt-cocatim, satcaran umibucesimulrcre.eursere.

17">>3i/Auuion octt mardinbdonses eoltrdes taileaire.

18">>3i/Mda m auce,t s aslans imsls sune idé cns (auuion oels vilsiqIls snve cns) lear eet esthétepouatucontribucu etlear laiirdesenigescréaaire.

19">>3i/af.est aule tos os ph>.aonhétiq cetrés rtiicttrdesGoogoni oue iitgxe, eepdu patrimonon live sétepou) à heururnon dit de hus éf caire.

20">>3i/Ons de p oca, re, en particu,e et à os agiile impnttcesJ. Abd okefin(1989)aire.

21">>3i/Respldidypleatua’archiesi,nipmo utp a Deacpositdct de tixtPle pdenttn comm./Ilfutcnt, notam o de conlusettn a qacposittcommtint.dit de Ex priréatnei-col immanMarseilet, re,1906.aOn leurest a, re,1916plun os oton altre d> vallr i toon ostortrieagekdbylil,llve nitg lrslasChambrlpe cd noeimmanMarseilet. Le,t1992aire.

22">>3i/Agtict nunicamonidr,qridecpositdn de habs="ct(ale 1223">>3i/Onsuntatidoer a égalemlde reopersfve f dedre theentrtrue,le, J.-P. Vcmon us(ay04, 97-98),x>Lausrnontm on la questio sur y, mimt tmm>id.n de marees ctouttt defest eenttcesecdrnittiedt trlddehée de ger imcL nulle d deere thee dt-cocatiea,» n’ ln p>La l’rale>L nudfs x-sembldi , age asan.ur, dans alaposittri à pe oacpersatear,ntueproduatre f deneoseiimcesseples, m>L nuds alapositps, enci t cl fatudce"îtinbie ci t cl qugarde.ire.

24">>3i/n>irea recherde, dlumacle catals, dntgee maieMagn2"b/ehese y, tParcoo ret-r(snts id.id.id.id.<),que nde remis,us sdrtudiaam o ade dive con virsymboloistbie cve comdificarsondtereceulear,ndnm suree sur remantict tou aralotyptiq ce à ineédificattuliescParcoion ttuupnls dlt. ses sde Tatimaile ceciulle d defigeificateilguidesttPar artistitnei-collo. Cf9aS9an>. Le,t1999aire.

25">>3i/ale catalogue Nort oles rls Lumis>id.<,fses Lumaualjoarcelluleareeurs/erme Baant HôtsobClub PaladatieTcommtaile 1a 9/e15aire.

26">>3i/rme Oatevs itintrt nts de f çangefma>rireoion ttuvionnsoels ta n» a jaes, mon nteu;ema>rireoleentrpçsa,o de ger oordin ir d’h» hirttail ilanffai-essumadan de la v,gallti, et bruats,ntuite nc,getumustistitail bnoeintm sshabs="tem, dnvinea cedail les ixerde, despaeeie lutôtt»e qun l’a a>. ]fcarnhaqfae la vae imèdesoe,rêves en particu,eqfacée ceoseiail lis C’pr re, et la dusm>dea dlcolll>n dend no, et la desnff etpou/ees, e idrfet et la pr ulsl de daà ineer li mpe chacuata>. ]ailean de T BenpJ oloun, ay, Lde lub ém die des œm>id.27">>3i/ale catalogue LooktVes vom>id.28">>3i/rme Ée opot,aelogue oïkom>id.id.besthételrd aécoistai>n de ansum rn avs, o>id.29">>3i/Nue nn» avosi ditluqne, consdistpe cictortrlgeqcddeée que novtase r prop tueti, enderqua ivnréférsOnsuntatidoerd’>Lpolunaelrdstile bpoliohotogie,fses Clefune ciehbpoliohotogiasteaile  cl fatu vae lfson ostenjelocaud denesmplioe.ire.

30">>3i/A’archie,tdar cpear derrea recheraieale 1231">>3i/Desrrea recheiqissujsteunhamp dss cets,fage asrte et à axctune éco ce,ionsuntatidoernt, notam o mla mémtde ale 32">>3i/Dr, danu cxletco-ma>ritpens aPij’eFapry,ua’archie- et plmatielle hrechear le dlde e clpe ale http://www.ulaval.ca/efi/nelcoques/">a>/eAcrjstens >deatvunelcoqueges inunicamo,fay, Ldeeus tmiogronsdtiqne, consdistm>id.id.id.12
id.<),ortalesouLusurdeacpositdpLarbi IcheboudomogfeqxSylÉeen>. Le,tde, dlenle caeuComcesseerxletdde nlalusentateetlea ropersfv(ale 1212deaBaes x-III-EA ale 33">>3i/Ilas0. agitpcueian s souéeo-sahugcté allsbonfo, de, dlumadnn cns 1a70,rnarSe ggoraire.

34">>3i/Poue anctu Réflexion ou an ssnei-collocaud deFrn es, cf. É. Bayardel1931./S)e saacLa crucposipcueian s souéeais,unlio-souéeatu, souéeatiellesouéeo-sahugcté, cf. S9an>. LeelleA. Sinou, 1984eu;eS9an>. Le,t1986to f1987.ire.

35">>3i/n>s de tiossercxion ou façadec,getuma LumismetdlumacLuleare,getude eaitmadanmgeugnl uru n d, n itinle mns ee, llesou >dear la dusirdesenigescréatcemalesfLéférm..Ouaunentrde ftde, dlequpLrlgeqtulie,cd pdes dffineaf denerlsuécoe die cLa crucposi etd uicmucesaacLa consdistpe de h» hirttutehl’architeusex prmaltenetdluarcoiingulrrdentm.ire.

36">>3i/Ons de p oca, etNineias Cie al, et et lr catleurtueproje ftuls Lueeadan deSdisrts ctionnlitaleléeSnint-Lleis/ees,Sd pSnint-Lleis/e s mibasttle obrude, lle ln iuarcovallrss etDakasn(1991-1993),mdoommcvisuvaunhanpear Ymee ou Ndoue (1991)./af/ale catalogle 37">>3i/af.ay, Azimut 0id.desnts deer(snts desFustoval0id.38">>3i y, Azimut 0id.39">>3i/rme Mobrude, toon rtnfaite les de enfant a>. ]f eudul tsbée de oe, nut ée àfla qugarder,sloua re,galprogte,ghabs=creurs(ay, Azimut 0id.40">>3i/Snt sdrit loon ttudul ts,uses Maybe >. slou dans ter(La c uma celou dans nli seotamiqIls sraletma>. aile  eudul tsbéejoucu(ay, Wizz/machoualle/fluar/tâa r>id.<)(ay, Azimut 0id.41">>3i/rme Produarttutehdul tsbue vis (tas ltlrd t ast t)  cl ns nera revi dittoon du antitoon o iviciel a e représentat otleslla inmucesaacLa conlapositle, c’ce, et eoi jes de tionn, jes dts mtpe de ile impnco ée àpousm>uvaugnstt eetlealà les ue etsraer uds daloaecherail ier(La cltuea de objeetleas mat llesouLes iti de objeetlea àbanigescréatcut eokit é9an>ehdul tsb r propsi oue surbatirasesralvèlrevimatoppfa mateuay, de.snts 42">>3i/Fla fatusurrme cecettaileteuay, decunts deatat factu eet déréatperfacposin cnai;eprreprciai;eune id nticeoaequsblel otrefle fdn de h» hirtai;etla mntcueogpt tretuin cytdui demaîtristtuteho1isuiistss drt onnsai;ene ccficaai; fusicaainesealesuni, toon une cuet. drt auai;acLafusicaainesde ile se, toon se dle ingucu(ay, Azimut 0id.1243">>3i/af.ses Les dlesouLtsur tsr(e remnaile ay, Dakes demun f>id.. aile aé11" hrhttp://www.dakastaorg">http://www.dakastaorg">a>aire.

>3i/ale catalogue Dakes Aets2006>id.45">>3i/Aï ec Fllalsuc’nale et comm./Elrtic’diplôenom eatuess et plastendn de Ia ci uvis1isu éco ceetde l, des d’architec e fdà ion nusmnttn comm(ale 121212http://www.lee nomrstt.ce .tn/fr/ uc">>3).aOn leur a égale, re,1979plun timbrlpe cd la meotructpou) à Ain cntges inunicamonidrs de enfant.sCL eraitear,nAï ec FllalsuaenLa aune ,us s2003plun ortrlgeq etYahiae crki,p>La l’ralm>L nules umibucesur rgestec eieTcommtaire.

46">>3i/ale catalogue Dakes Aets2006>id.47">>3i/rme Lumapores itssé vue oumaile soommans nugrot tt lolumnsleur lnri caiie,tree représnrd eub t atyutpfemmnsleurculotrjs, Hallse17sao plZohra 50sao plChugrofa 42sao eurs(ale catalogue Dakes Aet2006>id.48">>3i/Aï ec Fllals ay, Dakes demun f>id.49">>3i/autirel’nbdonses eihiteasoalisaaile que nc’suggrale ae auion senigeenttces dema Lumi drs de enduatr l, qe desnff etpoum>L nuds coua r eihiteas9an> desore caeumurpe f ded intmdotructproduaprétcvtteffltdea Lmatare/e s mibasttle nle eeadan defendmovire.

50">>3i/Nue nem. Letsi oca, u.oiuestionses edu patrimaile etJ an-Pij’ Babeltat otAndenttChlsu l (1995, 91)vire.

51">>3i/Jar did r prop d’dppfa mateedcende concde, dleay, Sma oordin Ies iaouehorsPcéa>id.12. Le,t200052">>3i/orsPcul Viriaits(ay04),tree isbéequa ivepti.ire. 2

TsbleluciealluLes posi sblelll" ucIms um"/ Ti, eirth/ IlluLes posien° 1. comm,tde eaityutpfendmoirtd. tr/ > Lesgtideirth/ PhotohotogiexSylÉeen>. Le,t1997.irtd. tr/ > URL">>bbr irth/ aé11" hr ucasnfxe/ger i/745/geg-1.jpg">http://books.opsnedxposiaorg/irmc/ ucasnfxe/ger i/745/geg-1.jpg">>3irtd. tr/ > Fichierirth/ ger i/jpeg,g127kirtd. tr/ tid="u Ti, eirth/ IlluLes posien° 2. comm,tpasosadmpe chaamias,gfaçadeueatnea crucposipppt trdu Tre âtrt nunicamoirtd. tr/ > Lesgtideirth/ PhotohotogiexSylÉeen>. Le,t1997.irtd. tr/ > URL">>bbr irth/ aé11" hr ucasnfxe/ger i/745/geg-2.jpg">http://books.opsnedxposiaorg/irmc/ ucasnfxe/ger i/745/geg-2.jpg">>3irtd. tr/ > Fichierirth/ ger i/jpeg,g83kirtd. tr/ tid="u Ti, eirth/ IlluLes posien° 3.eDakas,gGnit Yoff, chaamiasa celythropot tt vallrsseatnea crucposiirtd. tr/ > Lesgtideirth/ PhotohotogiexSylÉeen>. Le,tay 5.irtd. tr/ > URL">>bbr irth/ aé11" hr ucasnfxe/ger i/745/geg-3.jpg">http://books.opsnedxposiaorg/irmc/ ucasnfxe/ger i/745/geg-3.jpg">>3irtd. tr/ > Fichierirth/ ger i/jpeg,g86kirtd. tr/ tid="u Ti, eirth/ IlluLes posien° 4.eDakas,gOhlm1,unlio-san s ne, contempo mrdIlssKgee Dosie Rotyirtd. tr/ > Lesgtideirth/ PhotohotogiexSylÉeen>. Le,tay 5.irtd. tr/ > URL">>bbr irth/ aé11" hr ucasnfxe/ger i/745/geg-4.jpg">http://books.opsnedxposiaorg/irmc/ ucasnfxe/ger i/745/geg-4.jpg">>3irtd. tr/ > Fichierirth/ ger i/jpeg,g64kirtd. tr/ tid="u Ti, eirth/ IlluLes posien° 5. Algar,oPccParcoMaurddvAudur,d intmdotructlealà gesmpla relairtd. tr/ > Lesgtideirth/ PhotohotogiexPij’eFapry,uay 5.irtd. tr/ > URL">>bbr irth/ aé11" hr ucasnfxe/ger i/745/geg-5.jpg">http://books.opsnedxposiaorg/irmc/ ucasnfxe/ger i/745/geg-5.jpg">>3irtd. tr/ > Fichierirth/ ger i/jpeg,g220kirtd. tr/ tid="u Ti, eirth/ IlluLes posien° 6. Algar,oPccParcoMaurddvAudur,gesmpla rela anstedaibrde idvAudur,tuarsondtsrfiarts csirtd. tr/ > Lesgtideirth/ PhotohotogiexPij’eFapry,uay 4.irtd. tr/ > URL">>bbr irth/ aé11" hr ucasnfxe/ger i/745/geg-6.jpg">http://books.opsnedxposiaorg/irmc/ ucasnfxe/ger i/745/geg-6.jpg">>3irtd. tr/ > Fichierirth/ ger i/jpeg,g302kirtd. tr/ tid="u tsble/ 2

Aitear <

. Le+sylÉe". Le">. Leiry, irau

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable