Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enseignement supérieur dans la mondialisation libérale

 | 
Sylvie Mazzella

2. Mobilités étudiantes. Politiques d’accueil, stratégies et horizon d’attente des diplômés

Les diplômés chômeurs de troisième cycle au Maroc

Des expériences d’engagement revendicatif

Montserrat Emperador-Badimon

Texte intégral

1Le chômage constitue un des dossiers sociaux les plus importants dans le monde arabe, et il n’épargne aucun groupe. Le déficit d’intégration professionnelle des diplômés de l’enseignement supérieur a été évoqué aussi bien dans le cas de l’Egypte (K. Tourné, 2005) que dans celui de la Tunisie où l’on parle d’un « conflit sans voix » (A. Hafaiedh, 1999). Il convient ici de s’interroger sur la configuration socio-politique qui a permis, au Maroc plus qu’ailleurs, le développement d’une activité protestataire.

  • 1 Dans ce travail, la dénomination « diplômé chômeur » est strictement appliquée aux individus qui f (...)

2Un « espace de protestation » (A. Calle, 2005 ; N. Mayer et J. Siméant, 2004) s’est développé au Maroc durant les vingt dernières années. Des titulaires de diplômes de l’enseignement secondaire et supérieur en situation de chômage revendiquent, de manière organisée depuis 1991, leur « droit à la fonction publique ». Dès lors, la catégorie militante du « diplômé chômeur » s’est complexifiée1, « l’espace » a été investi par une nébuleuse de collectifs et l’argument du droit au travail s’est consolidé comme un label de revendication.

  • 2 Royaume du Maroc-Cosef, Charte nationale de l’éducation et de la formation, 2000.

3Les diplômés ayant des parcours traditionnels (lauréats arabophones issus des sections littéraires, notamment) se sentent en décalage avec une « nouvelle classe moyenne globale » (S. Cohen, 2004). L’appel à la « rationalisation des postes administratifs »2 qui tendrait à accentuer la précarisation du travail de l’enseignant universitaire non-fonctionnaire est mal vécu par eux. Les transformations de l’enseignement que les mobilisés attribuent au désengagement de l’Etat (réduction des bourses ; demande de co-financement des études par les ménages ; développement de filières d’élite dans des établissements privés) ont un double impact : elles sont évoquées comme des éléments qui ont marqué les parcours personnels de ces diplômés chômeurs, et elles sont reprises comme des arguments au service de la construction de la cause revendicative.

  • 3 Le terrain associatif agit comme un espace alternatif face à la fermeture du champ politique aux f (...)

4L’espace protestataire du « diplômé chômeur » étant en soi encore peu étudié (M. Bennani-Chraïbi, 1994 ; T. Belghazi et M. Madani, 2001), sa lisibilité sociologique soulève une série de question : quel est le poids du chômage dans l’émergence de la mobilisation ? Qu’est-ce qu’un chômeur ? Quels sont les enjeux d’une telle mobilisation ? Quels sont les ressorts de l’engagement individuel et de la reproduction des groupes ? L’intelligibilité même d’un phénomène tel que le chômage, souvent pris comme point de départ de l’analyse de cette action collective, est conditionnée par l’absence de données statistiques fiables. Son analyse suppose aussi d’éviter d’attribuer une relation de cause à effet entre chômage et protestation, ce qui négligerait le rôle joué par les trajectoires militantes, la place des réseaux, et celle également des modalités de redéploiement et d’occupation de l’espace politique à partir des années 19803.

  • 4 La construction de la cause des « diplômés chômeurs » et sa traduction dans une action collective (...)

5Deux dimensions de « l’espace protestataire » de ces diplômés4 seront particulièrement analysées : les trajectoires de vie et les dispositifs de légitimation de la revendication publique. D’une part, il s’agit ici de montrer comment se forment des disponibilités pouvant déboucher sur l’engagement, une fois combinées avec d’autres variables (possession de compétences, insertion dans des réseaux, mobilisation par des entrepreneurs de cause, etc.) ; et d’autre part, il s’agit de montrer comment ces disponibilités peuvent être verbalisées dans une stratégie de justification de l’action collective.

6Notre échantillon d’enquête est constitué d’individus ayant rejoint les groupes de « diplômés chômeurs de troisième cycle ». Les évolutions vécues par le monde universitaire sont intégrées dans l’expérience de cette catégorie de diplômés qui, du fait de leur profil, expriment un attachement plus fort à la représentation du diplôme comme un “ticket d’entrée” dans le secteur public. L’approche pragmatique de l’engagement est prépondérante dans cette catégorie (on manifeste parce qu’on veut travailler), à la différence des militants de l’Association nationale de diplômés chômeurs du Maroc (Andcm), où l’engagement par motivations idéologiques est beaucoup plus répandu.

7Après avoir revisité le contexte dans lequel s’est développé l’espace protestataire des diplômés, nous évoquerons les traits les plus visibles de la catégorie des « docteurs chômeurs ». Ensuite, nous présenterons quatre profils de militants dont le vécu différencié de la libéralisation de l’enseignement supérieur est appréhendé comme autant d’accidents biographiques permettant de comprendre leur disponibilité à s’engager. Enfin, nous essayerons de faire le lien entre cette disposition à l’action et d’autres variables qui ont pu faciliter le passage à l’acte, autrement dit nous étudierons sous quelles conditions ces disponibilités ont été mobilisées.

Chômage des diplômés et émergence de la mobilisation : acteurs protestataires

8Le Maroc a connu, dès le début des années 1980, un phénomène jugé paradoxal dans la relation qui s’établit “normalement”, du point de vue des économies développées, entre niveau d’études et employabilité. Alors que, dans ces pays, les restructurations motivées par l’intégration dans l’économie mondiale ont entraîné l’augmentation du chômage des ouvriers les moins qualifiés (par l’effet des délocalisations), au Maroc, le chômage a affecté davantage les détenteurs d’un diplôme d’études supérieures (M. Bougroum, A. Ibourk et A. Trachen, 2002). Cette tendance s’est manifestée, en premier lieu, parmi les titulaires de diplômes peu valorisés sur le marché de travail (certificat d’études primaires, secondaires ou diplômes techniques) (tab. 1). Mais les données récoltées, à partir des années 1990, ont montré que le chômage des diplômés est devenu, surtout, celui des licenciés universitaires et des « Bac+ ». En revanche, les titulaires d’une formation de grandes écoles ou d’instituts supérieurs présentent des taux relativement réduits, et tendant à la baisse : 7 % en 1999 et 4,5 % en 2002 (N. El-Aoufi et M. Bensaïd, 2005-2006).

Tableau n° 1. Évolution du taux de chômage urbain au Maroc (1985-2005) par niveau d’instruction (en %)

Tableau n° 1. Évolution du taux de chômage urbain au Maroc (1985-2005) par niveau d’instruction (en %)

Source : Activité, Emploi, Chômage, Rabat, Direction de la Statistique, 1985, 1989, 1993, 1996, 2000 et 2005.

  • 5 L’entreprise moyenne marocaine est souvent décrite comme étant fortement familiale et peu exigeant (...)
  • 6 Cette raison apparaît clairement lorsqu’on parcourt les formations des diplômés mobilisés : bien q (...)
  • 7 Une des priorités du Pas est la réduction du rythme de création de postes dans la fonction publiqu (...)
  • 8 Ce sont les conséquences sociales du Pas (montée des tensions et troubles urbains de 1984) qui ont (...)

9Plusieurs facteurs sont à l’origine de la relation inverse entre employabilité et niveau de diplôme : le faible niveau de la demande de main-d’œuvre qualifiée du secteur privé marocain5 ; l’inadéquation entre une formation de plus en plus dégradée et les besoins productifs6 ; l’augmentation des effectifs de la population active et du nombre de lauréats (M. Zouaoui, 2006). Les autorités publiques semblent avoir pris la mesure du problème lorsque la mise en application du plan d’ajustement structurel (Pas), à partir de 19837, voulut réduire le secteur public et que des troubles urbains s’ensuivirent8. L’État étant le principal employeur des diplômés, le rétrécissement de la demande aurait donc surtout touché le collectif des diplômés universitaires dont les formations n’étaient plus en synergie avec les nouveaux besoins productifs du pays.

  • 9 La politique éducative malthusienne du protectorat français s’expliquait, en partie, par le besoin (...)
  • 10 K. Mellakh (1999) montre que les parents d’enfants scolarisables envisagent des formations intrins (...)
  • 11 Propos recueillis lors des entretiens avec des diplômés chômeurs, entre avril 2005 et mai 2007.

10Cependant, la relation triangulaire traditionnelle entre État, diplômés et travail continuait à alimenter des attentes et à insuffler des sentiments de frustration. Aujourd’hui encore, elle constitue un élément fondamental dans la construction de la catégorie du « diplômé chômeur » et sur lequel se fonde le sentiment de justice de la cause protestataire. La politique éducative en lien avec la demande de main-d’œuvre, déjà active sous le Protectorat9, n’avait fait que se renforcer au lendemain de l’indépendance (P. Vermeren, 2001), car le départ des cadres français de l’administration rendait alors impératif leur renouvellement par des formations ciblées. Ainsi, la forte corrélation entre la possession d’un diplôme et l’insertion professionnelle faisait des diplômés des “ayants droit” à l’emploi. Cette représentation qui institue l’enseignement supérieur comme « un ascenseur social » (L. Ibaaquil, 1999), et qui est partagée par les parents10, est devenue, aujourd’hui, la principale source de légitimité de la revendication : la fracture entre possession du diplôme et insertion professionnelle, au profit d’autres formations porteuses, est vécue comme le déni d’un droit. C’est dans cette logique qu’il convient d’interpréter l’utilisation de formules du type : « Mon droit au travail » ; « J’ai un diplôme, donc j’ai droit à être fonctionnaire » ; ou encore : « L’État est responsable de mon insertion »11.

  • 12 Ce que l’on nomme « massification » est le taux moyen annuel de croissance des effectifs : au Maro (...)

11Suite à la répression des années 1980, la gauche a perdu son influence dans l’encadrement idéologique des étudiants sur les campus universitaires. En parallèle, la progression du chômage bat son plein parmi les premières générations de diplômés ayant vécu la « massification » de la fréquentation des facultés12. Face aux perspectives incertaines d’insertion professionnelle, ces nouveaux diplômés préfèrent prolonger au maximum leur cursus. Le parcours de Hassan offre un exemple de la première génération de militants dans le mouvement des chômeurs. Étudiant en lettres à la faculté de Casablanca au début des années 1980, il eut une première expérience de trois mois de prison du fait de ses nombreux engagements militants : dans des associations de défense des droits de l’homme, dans l’organisation marxiste-léniniste Ila al-Amam (En avant) et au sein du syndicalisme estudiantin. Il devait être emprisonné, à nouveau, pendant deux ans durant lesquels il réussit à obtenir sa licence (en 1987). Sorti de prison, et une fois ses études finies, Hassan se trouve confronté au chômage.

12Le régime prend vite conscience du potentiel perturbateur du chômage des diplômés. Dès la fin des années 1980, la question apparaît fréquemment dans les allocutions royales. L’objectif royal est de transformer en “consensus” un dossier que la gauche érige en nouvelle cause de mobilisation populaire. Cette préoccupation se traduit dans la création du Conseil national de la jeunesse et de l’avenir (Cnja) en 1991, dont la mission est de promouvoir des mesures qui stimulent l’autonomie professionnelle de la jeunesse à l’égard du secteur public. Le Cnja voit le jour dans un contexte politique précis, celui d’un faible consensus des forces politiques du pays autour du Roi (guerre du Golfe, pression internationale à l’égard du dossier des droits de l’homme, etc.). La composition du Conseil peut être interprétée de deux manières contradictoires. D’une part, sa composition « pluraliste » (quoique la présence non négligeable de présidents des provinces et préfectures contraste avec la faible participation d’élus issus du suffrage direct) et l’attribution de la présidence à un des membres remarqués de la génération montante des cadres de l’Usfp, l’économiste Habib El-Malki, démontre l’acceptation implicite de l’alternance de la part du Roi. D’autre part, elle peut être lue comme une stratégie royale pour confronter les socialistes à un sujet épineux : l’Usfp, avec un nombre important d’adhérents partisans parmi les diplômés chômeurs mobilisés, leur avait fait beaucoup de promesses. Cette interprétation privilégie la thèse d’un “coup” pour saper l’alternance avant l’alternance.

  • 13 Les quinze années d’action des diplômés chômeurs montrent que l’Andcm est le seul groupe qui envis (...)
  • 14 Les événements du 5 mai 2007 ont secoué l’Andcm : suite aux manifestations du 1er mai, des arresta (...)

13En réponse à l’essai de dépolitisation ou de dé-conflictualisation du dossier des diplômés, est créée, le 26 octobre 1991, l’Association nationale de diplômés chômeurs du Maroc (Andcm) rassemblant des initiatives locales fonctionnant depuis des années mais de manière inarticulée. Quinze ans après, l’espace des diplômés chômeurs est composé de trois principaux collectifs : l’Andcm qui regroupe des titulaires d’un baccalauréat, de certificats techniques moyens et de licences universitaires ; les groupes réunissant des diplômés de troisième cycle (Moubadarah, Initiative en français, al-Hiwar ou Dialogue, Istihqaq ou Mérite, Annasr ou La Victoire) ; et les groupes de diplômés handicapés/aveugles (Groupe national des diplômés aveugles au chômage, et Groupe national indépendant des diplômés aveugles au chômage). Bien que l’Andcm soit la seule association présente sur l’ensemble du territoire marocain, son ancienneté13 et son activisme en province14 sont éclipsés par les deux autres collectifs qui mènent leurs actions revendicatives à Rabat. Ces derniers groupes dépassent actuellement la section Andcm de Rabat, par l’effet de nombre (les groupes de « troisième cycle » regroupant à eux seuls plus d’un millier de personnes) et par le caractère spectaculaire de leurs actions. Les aveugles, par exemple, ont parfois recouru à la menace de suicide collectif (ingestion d’essence, brûlure, pendaison, exposition aux trains).

  • 15 À cet égard, l’Andcm relève de dynamiques différentes. Les motivations de ses militants montre que (...)

14Il apparaît en somme que la catégorie « diplômé chômeur mobilisé » est extrêmement diversifiée, au vu de critères tels que la formation académique, l’âge, les parcours militants, les motifs de l’engagement, ou encore de la rhétorique protestataire. Mais, dans le cas des lauréats d’un troisième cycle universitaire qui servira à illustrer notre propos, la confrontation des formations reçues avec l’impossibilité de s’insérer professionnellement est le plus souvent évoquée comme le « déclencheur » de l’engagement dans l’action collective15.

Dégradation des formations et élargissement de « l’espace protestataire »

  • 16 D’après M. Zouaoui (2006), l’augmentation du taux de rendement au baccalauréat ne répond pas, à pa (...)

15Il est récurrent de remettre en question la qualité de l’enseignement supérieur dispensé au Maroc. Les observateurs s’étonnent qu’il ait fallu attendre l’an 2000 pour qu’une réforme tente de mettre un terme à une situation qui dégénérait depuis le milieu des années 1970. Cette thèse de la dégradation de l’Université marocaine s’appuie sur plusieurs indicateurs, dont la « massification » est mentionnée généralement en première position. Si les premières années de « massification » n’ont pas sapé la qualité de l’enseignement (en atteste le fait que les équivalences avec les diplômes européens ont été maintenues), il n’en demeure pas moins que l’Université marocaine est passée de 22 000 étudiants inscrits en 1973 à 299 000 en 2003. Cette « massification », comme ailleurs, s’explique par la conjugaison de deux mesures : une faible sélection au lycée16 (d’où l’arrivée massive d’étudiants en première année) et une forte sélection à l’université (d’où le prolongement du temps moyen pour l’obtention d’une licence). Parmi les effets dont on rend responsable la « massification », on retiendra l’augmentation du taux d’encadrement, qui ne permet plus d’assurer la qualité de l’enseignement dispensé et qui réduit d’autant la possibilité d’acquérir des aptitudes valorisées sur le marché du travail (expression orale, travail en groupe, etc.).

16Le faible rendement (M. Zouaoui, 2006) est un deuxième indicateur de la dégradation de l’enseignement supérieur marocain : seul un étudiant sur dix obtient sa licence en quatre ans et six étudiants sur dix quittent les études avant d’avoir la licence. De ce fait, seulement 30 % des inscrits en première année arriveront à obtenir leur licence, après avoir passé plus de neuf ans, en moyenne, sur les bancs des amphis. Un autre signe de dégradation, identifié par plusieurs observateurs (P. Vermeren, 2001 ; M. Souali, 2004 ; M. Zouaoui, 2006), est la suppression des équivalences avec les diplômes européens et le remplacement de méthodes d’apprentissage critique par le “par cœur”. Ce troisième et dernier indicateur serait la conséquence d’une politique d’arabisation mal conduite, dont l’impact négatif sur la qualité des études ne serait pas lié à l’enseignement de l’arabe mais à l’intégration de professeurs formés avec des méthodes archaïques. Pour les étudiants, les résultats sont : une très faible maîtrise du français (qui devient le principal discriminant lors de l’embauche dans la mesure où l’usage de langues étrangères est fortement valorisé dans le secteur privé) comme de l’arabe ; la possession de formations théoriques obsolètes ; et le manque d’outils méthodologiques pour actualiser leurs connaissances.

17Cette focalisation excessive sur les déficits de l’Université tend à établir un lien causal entre choix estudiantins et faible employabilité. Il en résulte une culpabilisation des étudiants et le déni des autres facteurs explicatifs : à une offre de travail limitée (surtout pour quelques formations), vient s’ajouter la non-transparence des recrutements, en particulier dans le secteur public. L’opacité des procédures favorise la multiplication de rumeurs sur la mobilisation de réseaux clientélistes, le marchandage des qualifications, etc. L’emploi étant une ressource rare, d’autres atouts, hormis le « mérite », sont mis en exergue (K. Mellakh, 1999). Ceux qui sont dépourvus de réseaux personnels optent pour un registre de dénonciation qui, en testant l’attachement de l’opinion publique à la « méritocratie » – comme dans les stratégies de « scandalisation » (D. De Blic et C. Lemieux, 2005) –, vise à optimiser la légitimité de la mobilisation. De même, la réduction du nombre de bourses et l’augmentation des contraintes financières, qui limitent de plus en plus le nombre d’étudiants pouvant suivre un troisième cycle, renforce la valorisation du mérite (tab. 2).

  • 17 Aucun groupe de diplômés chômeurs n’est légalement reconnu. L’Andcm a déposé plusieurs fois un dos (...)

18Les lauréats de troisième cycle, affectés massivement par les difficultés d’insertion depuis les années 1980, investissent la voie de la protestation, à la manière de l’Andcm, à la fin des années 1990. L’historique de la mobilisation est difficile à retracer du fait du caractère fluide des regroupements17. Nous pouvons cependant distinguer trois générations, correspondant à trois vagues de mobilisation : la première comprend les actions menées entre 1997 et 2001 ; la deuxième est constituée par trois groupes, l’Union des cadres supérieurs au chômage, Amal (Espoir) et Khams (les Cinq), actifs de 2002 à janvier 2007 ; la troisième et actuelle génération, est formée par les groupes déjà cités, al-Moubadarah, al-Hiwar, Istihqaq et An-Nasr, actifs à partir de février 2007.

Tableau n° 2. Diplômés de troisième cycle par rapport aux effectifs de diplômés de l’année universitaire 2003-2004 (par disciplines)

Tableau n° 2. Diplômés de troisième cycle par rapport aux effectifs de diplômés de l’année universitaire 2003-2004 (par disciplines)

Source : Statistiques universitaires, Rabat, Direction de la Statistique, 2004.

  • 18 Comprise comme un élément de la conjoncture politique qui exerce une influence positive sur le dév (...)
  • 19 Super-ministre de l’Intérieur sous Hassan II, limogé par Mohamed VI après son avènement en 1999. C (...)
  • 20 Depuis mars 2007, ont été organisées plusieurs « semaines revendicatives ». Lors de notre premier (...)

19Pour les diplômés de troisième cycle, en particulier pour ceux qui sont issus des filières « Lettres et Sciences humaines », les débouchés traditionnels sont l’enseignement en université et les fonctions de hauts cadres administratifs. Or, sous prétexte d’une saturation de la fonction publique diagnostiquée par les organisations financières internationales, les recrutements sont bloqués. Aussi les diplômés ont-ils perçu comme autant d’opportunités les réformes introduites en 1997 et 1999 : la correspondance entre le Diplôme d’études supérieures approfondies (Desa, Bac+5) et l’échelle fonctionnariale 11, ainsi que la promulgation de décrets ministériels garantissant le recrutement, sans concours, des docteurs et des ingénieurs dans certains ministères18 leur ont offert l’occasion de se mobiliser, de façon légitime. Les revendications du premier groupe rassemblé à Rabat ont été satisfaites en 1999, lorsque la totalité des mobilisés a été embauchée dans l’administration, à la suite d’entretiens avec Driss Basri19. Depuis lors, le Premier ministre a repris la gestion du dossier au détriment du ministère de l’Intérieur, en chargeant un conseiller (qui présente aussi un profil de chercheur universitaire) de la question. Néanmoins, les négociations entre mobilisés et responsables sont toujours tripartites du côté institutionnel : le conseiller du Premier ministre, un délégué du ministère de l’Intérieur et un délégué du ministère de l’Emploi. On peut faire l’hypothèse que le fait de recevoir l’attention directe de ces trois départements ministériels assimile la question des « docteurs chômeurs » à une affaire « nationale, sociale et sécuritaire » (J.-C. Santucci et M. Benhlal, 1991, 885). En tout cas, ceux-ci sont responsables des occupations presque quotidiennes sur la voie publique de la tribune médiatique que constitue Rabat20.

  • 21 Les ingénieurs ont dû attendre un peu plus, ainsi que les membres d’An-Nasr qui ont refusé de sign (...)

20L’heureux dénouement de l’action de la première génération a inspiré les nouveaux arrivés sur le marché du travail. À partir de fin 2002 et début 2003, sont apparus les groupes que nous considérons comme faisant partie d’une deuxième génération : l’Ucsc, Khams, Amal et An-Nasr. Au regard des filières académiques auxquelles appartiennent les membres de l’Ucsc, on peut brosser un profil valable aussi bien pour les groupes de la deuxième vague que pour ceux de la troisième. En septembre 2005, l’Ucsc réunissait 552 membres dont 217 étaient des docteurs en études islamiques ou en littérature arabe, 152 diplômés en sciences juridiques, économiques et sociales, et 183 scientifiques. En septembre 2005 également, Ucsc, Amal et Khams rassemblent 1 032 docteurs, titulaires de Diplômes d’études approfondies (Dea), de Desa, de Diplômes d’études supérieures spécialisées (Dess) et d’ingénieurs. En septembre 2006, les trois groupes arrivent à un accord avec le Premier ministre, qui s’engage à insérer dans les secteurs public et privé (et dans un délai maximum d’un an) la totalité des mobilisés inscrits sur des listes soumises à la négociation, en échange de l’arrêt de toute forme de protestation. Le scepticisme initial a disparu après l’embauche effective, trois mois plus tard, de presque tous les mobilisés21. Certains observateurs interprètent la diligence avec laquelle les autorités ont exécuté les termes de cet accord par la proximité des élections (prévues pour septembre 2007) et la volonté de “pacifier” les rues de Rabat pendant la période pré-électorale, ou plus exactement d’évacuer des causes de mécontentement que l’opposition partisane et non partisane pourrait mobiliser à son profit.

21Misant sur ces derniers acquis, une troisième génération de « docteurs-chômeurs » s’organise aujourd’hui. Elle est composée de trois nouveaux groupes, outre les militants d’An-Nasr. Depuis mars 2007, plusieurs « semaines revendicatives » se sont succédées pendant lesquelles des manifestations (ma’arik, combats) se sont déroulées devant le Parlement, du lundi au jeudi, entre 15h et 19h. Par rapport à la façon dont la deuxième génération de diplômés chômeurs investissait la rue, des nouveautés sont perceptibles. Auparavant, des stratégies “d’apparition soudaine” étaient adoptées : la première étape de la manifestation se déroulait à couvert, afin de réduire les tentatives policières pour faire avorter l’opération et afin de sensibiliser les piétons, par la distribution de tracts, sur ce qui était en train de s’organiser. La deuxième étape consistait à donner une visibilité soudaine à la manifestation proprement dite. En revanche, la mise en scène des manifestations, par les nouveaux groupes, sépare clairement les protestataires des observateurs : le rôle attribué à l’opinion publique dont parlent les tracts est complètement passif, ayant plutôt vocation de témoignage. Mais si une « présentation de l’acteur revendicatif » à l’égard du « public » semble faire défaut, ces groupes font preuve d’une remarquable aptitude à encadrer la manifestation : elle est rangée, parfaitement alignée, avec des cordons humains, une synchronisation des mouvements, une différenciation sexuelle des rôles (avant-garde masculine et arrière-garde féminine).

Expériences de « libéralisation » : dispositions à l’engagement et arguments de dénonciation d’une injustice

  • 22 Réponses obtenues par questionnaire à la requête : « Par quel qualificatif vous identifiez-vous le (...)

22La relation entre « identité » et « mouvement social » est centrale dans une mobilisation de chômeurs. L’action protestataire constitue un terrain propice pour le travail identitaire (A. Pizzorno, 1994) car elle implique un acte public de qualification. Le militantisme est donc une forme de mise en valeur de l’identité, parce qu’il relie l’individualité à une cause collective. Il s’agit là du premier obstacle auquel une mobilisation de chômeurs est confrontée (O. Fillieule, 1996) : l’action collective des chômeurs a un coût, entre autres raisons, parce que la prise de parole implique de mettre en avant une identité sociale stigmatisante, associée à un échec (A. Hafaiedh, 1999). Pour vaincre ce stigmate, les diplômés de troisième cycle mettent en exergue des formulations ambiguës de qualification, portant l’accent sur la dimension intellectuelle de leur parcours : « plus cadre que chômeur », « intellectuel », « pas chômeur du tout »22. En deuxième lieu, ils font appel à une conception partagée de « l’injustice », afin de renforcer l’aura de leur mérite et rendre recevables, par le grand public, leurs actions, par ailleurs qualifiées de « corporatistes » ou de « radicales ».

  • 23 Ceci quand il n’y a pas de mobilisations constantes, qui peuvent durer une ou deux semaines conséc (...)
  • 24 C’est-à-dire un modèle militant contraignant, qui structurerait toutes les facettes de la vie des (...)

23Quatre profils ont pu être construits, à partir des entretiens menés avec des militants des deuxième et troisième générations de « docteurs chômeurs ». Grâce à ces profils qui mettent en avant des vécus récurrents rapportés aux mondes de la formation et du travail, nous sommes en mesure de dégager des « motivations » pour la mobilisation qui, parfois, sont verbalisées en tant que « motifs », hormis la pragmatique quête du travail. Chacun d’entre eux fait appel à des représentations socialement partagées qui sont remises en cause par la configuration actuelle. Mais, ici encore, il ne convient pas de leur attribuer un statut causal à l’égard du passage à l’acte – ce dernier ayant par ailleurs un coût élevé, tant économique (pour ceux que n’habitent pas Rabat) que psychologique et physique. Les dispositions sont mobilisées (et mobilisatrices) et combinées avec d’autres variables : volonté de continuer sur d’autres terrains l’activité militante de la faculté ; détention de certaines compétences ; insertion dans des réseaux ; mobilisation par des relais partisans, etc. Il faut aussi prendre en considération la coexistence de plusieurs autres projets (continuation des études23, projet migratoire, quête individuelle du travail, etc.), en théorie incompatibles au regard des rhétoriques militantes, et qui sont entrepris simultanément à la manifestation. Ceci invalide les fréquentes perceptions de la mobilisation des « diplômés chômeurs » en termes d’« institution totale » goffmanienne24.

Réduction de bourses et demande de co-financement : le lauréat de troisième cycle résiste aux contraintes économiques par “amour” du travail intellectuel

24Rachid est sur le point de soutenir sa thèse en hydrogéologie à la faculté de Marrakech. Il a commencé ses études de doctorat sans bourse, de sorte que son père, professeur d’arabe dans une école primaire, devait faire un effort important pour lui payer ses études et son logement. Pour contribuer aux dépenses, Rachid donnait des cours de soutien en physique. Les bons résultats obtenus pendant la première année de thèse lui ont permis d’obtenir une bourse en deuxième année. Il est l’un des rares privilégiés de son laboratoire à bénéficier d’un financement public. Le bénéfice de cette bourse et l’expérience de sa première année, durant laquelle sa volonté et ses aptitudes lui ont permis de vaincre l’obstacle des contraintes économiques, renforcent sa perception de l’importance du mérite : il considère en effet que l’obtention d’une bourse sanctionne la qualité de l’enseignement reçu, dans une université publique. Malgré les difficultés qui accompagnent les étudiants qui « s’aventurent » dans une « faculté de masse », Rachid les estime plus méritants que les lauréats des établissements privés, dont la qualité de la formation devrait, d’après lui, être systématiquement questionnée. De plus, son niveau de formation lui a permis de faire plusieurs stages en France et en Espagne, fait qui explique sa maîtrise du français, ses notions d’espagnol et sa connaissance approfondie de l’état de la recherche européenne dans sa discipline.

25Rachid est membre d’un groupe de « diplômés de troisième cycle chômeurs » parce qu’il pense que, même s’il y a un déficit d’enseignants et de chercheurs dans son laboratoire, le fait que son directeur de thèse n’occupe pas une position centrale dans la configuration des rapports de force à la faculté l’écartera de la course aux postes. Il a pourtant montré une volonté indéniable pendant son parcours académique, trait qui justifie à ses yeux l’obtention d’un travail stable et correspondant à sa formation.

  • 25 Ceci étant, ce principe doit garantir que « nul soit privé de poursuivre les études post-obligatoi (...)

26Les représentations mises en valeur par Rachid sont le mérite par l’effort et la performance académique. Son vécu lui a montré, néanmoins, que les possibilités de développement de l’effort personnel sont menacées, notamment par la réduction du nombre de bourses, et que l’accès à l’emploi commence à être régi par des critères ne relevant plus du seul mérite. Nous ne disposons pas de données sur l’évolution de la partie budgétaire dédiée au soutien financier des étudiants. Néanmoins, l’idée du nécessaire retrait de l’État dans le domaine du financement des études, soutenue par le Rapport de la Banque mondiale sur l’état du système de l’enseignement (1995), a été adoptée au Maroc. Ce rapport recommandait la limitation du financement étatique de l’enseignement, l’introduction des frais de scolarité et la limitation de l’accès à l’Université (F. Kohstall, 2007). Nombreux sont les observateurs qui identifient « la diversification des ressources » de financement (tel qu’il est repris dans la Charte nationale de l’éducation et de la formation, et qui implique la promotion des collectivités locales, les entreprises et les ménages comme partenaires de l’État) comme un des moteurs de l’amélioration du système universitaire. L’idée qui sous-tend l’appel à la participation des ménages est de rendre l’étudiant responsable et de freiner ce qui est qualifié de « gâchis »25. Dans la même logique, la Charte prévoit la mise en place d’un système de crédits d’études, fondé sur un partenariat entre l’État et le système bancaire. pour certains mobilisés, cela menacerait à nouveau l’accès aux études des individus ne pouvant pas offrir de garanties pour rembourser les banques.

  • 26 La Charte nationale de l’éducation et de la formation prévoit la « mise en charge d’un système fis (...)
  • 27 L’exemple le plus poussé du triangle magique « départ économiquement favorable – établissement pri (...)

27Le récit de Rachid évoque la mobilisation de ressources économiques comme forme d’accès à l’emploi parce qu’elles permettent le passage dans des établissements privés. or ces derniers fournissent des formations où les dimensions pratiques du savoir, valorisées par le marché du travail, sont mises en avant. En ce qui concerne les grandes écoles publiques à accès sélectif, la distinction économique se fait en amont, au moment où il a fallu payer une école préparatoire pour en assurer l’accès. La dernière réforme de l’enseignement encourage « le secteur privé à assumer pleinement son rôle au niveau de l’enseignement secondaire et universitaire »26. Selon les statistiques du ministère de l’Enseignement, en 2003-2004, 17 558 personnes ont été inscrites dans un établissement de l’enseignement supérieur privé, soit 6 % du total des étudiants universitaires, cycles et secteurs confondus. D’après Pierre Vermeren (2001), les établissements à accès sélectif ont été épargnés par le phénomène de « massification » et par les problèmes qui lui sont sous-jacents, même s’ils ne constituent pas nécessairement des filières d’excellence. Le mécanisme de reproduction des « héritiers » est donc largement entamé27, et sa perception s’accroît au regard de la réduction du nombre et du montant des bourses. Dans cette logique, le lauréat d’un troisième cycle en faculté publique, boursier comme diplômé sans soutien financier, se perçoit comme une sorte de héros ayant mérité une insertion professionnelle.

Les coulisses des secteurs public et privé : dysfonctionnement des disppositifs d’insertion

  • 28 Plus haute distinction à laquelle une thèse doctorale peut aspirer dans le système universitaire e (...)

28Ali, originaire de Tétouan, est issu d’une famille de classe moyenne hispanophone, proche de l’administration espagnole à l’époque du Protectorat. Entre 1997 et 2002, il prépare son doctorat en physique à Barcelone. Après sa soutenance de thèse, reconnue par un Excellent avec félicitations du jury28 à l’Université de Barcelone, il décide de rentrer avec sa femme, elle-même docteur en biologie à l’Université polytechnique de Catalogne. Malgré sa compétence scientifique, il travaille comme professeur dans une école qui prépare l’entrée des lycéens dans l’enseignement supérieur espagnol. Ali considère que son salaire est acceptable (d’autant plus que sa femme travaille aussi dans le privé), mais la précarité l’angoisse. il a présenté sa candidature à de nombreux postes, il a préparé et passé beaucoup de concours, mais il s’interroge sur les raisons de son échec continu. En effet, il a souvent été désapprouvé par des jurys qui ignorent complètement l’avancement de la recherche scientifique en Europe et qui n’attribuent aucune crédibilité à un diplôme espagnol. il a également connu l’annulation de dernière minute de convocations à des concours où il était évident que les candidats (souvent issus de grandes familles, détenteurs d’un diplôme nord-américain ou de l’Université Al-Akhawayn) avaient été déjà choisis, de sorte que la procédure était une mascarade.

29Ali se demande souvent ce qui l’a amené à rentrer dans son pays : les Marocains qui avaient fait le doctorat avec lui à Barcelone travaillent à l’université. Désabusé par le marchandage qui prend la place de la méritocratie dans les concours, il a aussi essayé la voie de l’auto-entreprise. Il a alors eu affaire aux méfiances des établissements financiers lors de l’octroi de crédits. Il se trouve donc pris entre la corruption des concours, l’ignorance des jurys qui doivent évaluer sa formation et les dysfonctionnements des dispositifs gouvernementaux d’appui à l’auto-emploi. Jusqu’à l’année dernière, il était très sceptique sur la validité de la protestation. Au fond, il continue à désapprouver cette forme d’action, mais fatigué de son parcours, il se justifie en disant que c’est la seule voie qui lui reste à investir. Il faut bien, selon lui, dénoncer la banalisation des procédures opaques.

  • 29 Les discours que les militants interrogés tiennent sur la nécessité de moraliser la vie publique m (...)
  • 30 Rumeurs sanctionnées par les rapports de Transparency Maroc, sur le champ universitaire et du recr (...)

30Interrogés sur ce qu’ils croyaient être la raison de leur situation de chômage, 80 % des cinquante militants qui ont accepté de répondre à un questionnaire en avril 2007, affirment que c’est la corruption et le fait de ne pas avoir de “piston” (davantage que des raisons auto-culpabilisantes, comme celle de la faible employabilité de leur profil personnel). Par ailleurs, la corruption est identifiée comme étant le principal problème socio-politique du Maroc29. La vigueur de la mobilisation se maintient en partie grâce à la circulation de rumeurs sur l’embauche d’éléments “pistonnés”30 dans les ministères et les universités. Ces rumeurs entretiennent l’espoir que des postes publics restent à pourvoir, et renforcent l’attachement aux valeurs de la méritocratie. La corruption paraît d’autant plus révoltante qu’elle se déploie en suivant des critères ambigus, dans des situations où le respect des règles fondent toute la crédibilité des procédures (notamment lors du recrutement des fonctionnaires), ou lorsqu’elle bénéficie à des individus réputés non méritants d’un point de vue académique. Enfin, quand le soupçon de corruption est lié à la détention de ressources économiques, la perception de la transgression des valeurs et des règles qui doivent régir le champ universitaire/professionnel est encore plus forte.

31Un autre élément mis en avant dans les récits de vie est l’incapacité des gestionnaires du champ scientifique qui doivent juger les compétences d’autrui. Lorsque le diplômé reçoit le jugement d’un jury auquel on n’attribue aucune légitimité, la sentence qui en émane manque de crédibilité et la procédure perd toute respectabilité. Bien qu’un des principes recherchés dans la réforme de l’Université soit l’interdépendance (qui implique l’encouragement des échanges internationaux), les chômeurs reprochent une fermeture d’esprit et une faible connaissance des champs scientifiques internationaux. Le résultat est une survalorisation de certaines filières (Al-Akhawayn, diplômes français et nord-américains) et une méfiance par rapport à d’autres.

  • 31 Dispositif qui intègre une incitation financière pour les entreprises qui acceptent d’engager un d (...)
  • 32 L’affaire Annajate éclate courant septembre 2002. Elle implique le ministère de Travail, alors dir (...)

32En ce qui concerne les dispositifs publics d’aide à l’insertion dans le secteur privé, le Cnja avait déjà montré ses limites. Il se dissout en 2003, fait qui ne contribue pas à réhabiliter le rôle du pouvoir exécutif dans l’organisation des relations d’emploi (N. El-Aoufi, 2005). Essai limité d’activation des services publics d’intermédiation, des bureaux de placement appelés Centres d’information et d’organisation pour l’emploi (Ciope) sont créés pendant la décennie 1990. L’Agence nationale pour la promotion de l’emploi et des compétences (Anapec) prend le relais, et d’une « logique de placement, prévalente depuis les années 1960, on passe à une logique de coordination du marché du travail » (id., 2005, 55). La réputation de cet organisme est néanmoins affectée par les résultats limités du programme « Action-Emploi »31 et par une escroquerie, l’affaire Annajate32.

33Depuis 2005, le programme Moukawalati (Mon entreprise) d’aide à la création d’entreprises par des diplômés est le principal dispositif mis en œuvre. Il est discrédité par les chômeurs, le souvenir des poursuites judiciaires pour non-paiement des crédits accordés lors des programmes de soutien à l’auto-emploi étant encore présents.

  • 33 D’après un militant actif en 1997, à la suite d’un sit-in nocturne réalisé devant le Parlement, D. (...)
  • 34 La tournure que prend le traitement du dossier par les autorités, pendant la période pré-électoral (...)

34En parallèle aux dispositifs publics, auxquels fait défaut une vision d’ensemble, le traitement que les autorités font du chômage des diplômés (mobilisés) répond plus fréquemment à des logiques sécuritaires ou politiques sur le court terme. Le ministre de l’Intérieur à l’époque de Hassan II, D. Basri, gérait personnellement le dossier des diplômés de troisième cycle dans une stratégie d’usure du Premier ministre, A.Youssoufi. Les embauches massives à la fin de certaines actions, réalisées de manière très personnalisée, n’étaient pas rares33. Depuis son limogeage, en 1999, un conseiller du Premier ministre a en charge le dossier. Néanmoins, l’approche continue à montrer que la question est appréhendée davantage comme une affaire « nationale, sociale et sécuritaire » (J.-C. Santucci, 1992, 855). D’ailleurs, les participants aux réunions avec les diplômés sont le représentant du Premier ministre, le secrétaire général de la Wilaya représentant le ministère de l’Intérieur, un représentant du ministère de l’Emploi, et des membres de la Direction de surveillance du territoire34.

La nouvelle orthodoxie de la modernisation : profils porteurs et relégation de filières traditionnelles

  • 35 Entretien, Rabat, 25 mai 2007.

35« J’ai un doctorat en philosophie islamique : qui voudra de moi ? »35. Hassan est docteur de la faculté de Fès. Sa thèse porte sur l’introduction de la notion de « mondialisation » dans la pensée de quelques théoriciens de l’islamisme politique. Sa faible maîtrise du français l’amène à s’exprimer toujours en arabe classique. Il reconnaît que son profil académique est problématique en ce qui concerne ses possibilités de trouver un poste. Ce n’était pas le cas auparavant, poursuit-il, quand les licenciés en littérature arabe étaient intégrés dans l’administration, apprenaient sur le tas, et faisaient preuve d’une intégrité morale indubitable. Aujourd’hui, les priorités du côté de la demande de travail ont changé. La mondialisation néolibérale promeut une uniformisation culturelle et une négation de la spécificité arabo-musulmane du pays. Soumis aux pressions internationales, l’État s’est désengagé des fonctions qu’il devait assurer. S’il est le responsable de la formation des diplômés des universités publiques, il doit être aussi responsable de leur insertion. Le parcours d’Hassan n’étant pas considéré dans le « nouvel ordre mondial », la seule solution pour lui est d’être à nouveau « pris en charge » par l’État.

  • 36 Pour olivier Fillieule (1996), la question de l’identité est au cœur de toute mobilisation de chôm (...)

36Hassan fait preuve d’une perception dualiste de sa formation. D’un côté, il met en avant le caractère savant de son parcours : la maîtrise d’une langue qui se réclame héritière d’une glorieuse production littéraire ; l’intellectualisme implicite dans sa formation de philosophe, etc.). Mais, d’un autre côté, il reconnaît le stigmate de l’inutilité productive associée à son profil. Pour lui, revendiquer dans un groupe de chômeurs implique d’opérer un mouvement dont le coût est élevé : la publicisation de son handicap36. La logique sous-tendant ce type d’engagement est la revendication de « plus d’État » dans sa dimension patrimonialiste (État paternaliste employeur).

37Nous ne disposons pas de données sur le chômage touchant chaque filière académique. En ce qui concerne la répartition des effectifs des étudiants en troisième cycle en 2001-2002, le panorama se montre assez équilibré (tab. 3). Les disciplines qui concentrent le nombre le plus élevé d’étudiants en troisième cycle sont les Sciences juridiques, économiques et sociales (3 202 en 2001-2002), les Lettres et sciences humaines (4 845) et les Sciences (4 728). Les étudiants de troisième cycle en enseignement originel, stéréotype du diplômé voué au chômage, constituent 3 % de tous les lauréats de troisième cycle (proportion qui monte à 20 % si on y intègre les lauréats en études islamiques et littérature arabe).

  • 37 Nous avons déjà mentionné la configuration humaine du groupe Ucsc : 40 % de ses militants possédai (...)
  • 38 Ainsi, S. Cohen (2004) évoque le supplément que le journal La Vie économique dédie aux jeunes entr (...)

38La représentation des filières d’études dans les groupes revendicatifs montre qu’aucune discipline n’est épargnée. Néanmoins, l’employabilité semble être plus problématique à l’égard du groupe de lauréats de l’enseignement originel et de lettres37. Ces profils constituent l’idéal type d’une génération reléguée par une « nouvelle classe moyenne globale » (S. Cohen, 2004). Le pouvoir démiurgique que l’on aurait auparavant attribué aux diplômés est aujourd’hui déplacé au bénéfice des entrepreneurs et des détenteurs de formations qui incarnent, dans un Maroc globalisé et « ajusté » (M. Catusse, 2002), le potentiel modernisateur. Une mutation des représentations sociales, de la doxa (K. Mellakh, 1999), semble être mise en exergue, stimulée par une rhétorique de la culture entrepreneuriale qui devient de plus en plus saillante au niveau des médias et de l’offre éducative38. Dans cette lutte symbolique, se joue l’opposition entre deux types de jeunesse instruite : les « entrepreneurs » qui incarnent le succès et le dynamisme, et les « diplômés chômeurs » qui seraient les représentants de l’échec, de la passivité et de l’attentisme envers un « État nourricier », remis en question depuis longtemps. C’est aussi à propos de ce profil que se développent des arguments de discréditation, d’ordre psychologique ou non : les diplômés “adolescents éternels” ou victimes de choix hâtifs et irresponsables, ou encore perçus comme des radicaux attachés à des privilèges corporatistes.

Précarisation du travail à l’université

  • 39 L’Ier fut créée en 2004 par Mohamed VI. Un des buts fondamentaux de l’institution est de dédommage (...)

39Malika est professeur vacataire à Casablanca. Elle a eu sa licence en droit privé, section française, à l’Université Mohamed V de Rabat avec la mention « Très bien ». En 2003, elle obtient un Desa en « Droit et Migrations », et elle est ensuite recrutée. La Faculté des sciences juridiques de Casablanca avait en effet besoin d’enseignants francophones, très peu nombreux. Malika dispense des cours de droit public et privé en arabe et en français, des cours de châria et, dernièrement, des cours de moudawana (code de la famille). À ses engagements envers la faculté de Casablanca, s’ajoutent parfois des cours à settat et à salé. Depuis trois ans, elle prépare une thèse. Née en 1968, elle justifie la lenteur de son parcours académique : par une intense activité professionnelle à l’instance « Équité et Réconciliation » (1er)39 et comme membre de l’équipe d’enquêteurs chargés de récolter de témoignages ; par la publication de plusieurs articles scientifiques en arabe et français ; ou encore par son engagement dans la création de groupes de recherche et activités associatives, notamment dans le domaine des mouvements migratoires et des droits humains.

Tableau n° 3. Étudiants en troisième cycle par filières, année universitaire 2001-2002

Tableau n° 3. Étudiants en troisième cycle par filières, année universitaire 2001-2002

Source : Statistiques universitaires, Rabat, Ministère de l’Enseignement, 2002.

  • 40 Propos recueillis lors d’un entretien, Rabat, 16 février 2007.
  • 41 Idem.
  • 42 Phénomène reconnu dans les rapports annuels de Transparency Maroc.

40Il y a quelques mois encore, Malika faisait partie du groupe des professeurs vacataires de la Faculté des sciences juridiques. Naguère important en nombre, ils ne sont aujourd’hui plus que trois, dont elle. En contrepartie, le nombre de professeurs statutaires a augmenté, mais pas de manière proportionnelle. Elle attribue le maintien de son emploi (bien que précaire) à la chance ou à l’intercession divine et, surtout, à ses aptitudes indiscutables et largement reconnues. Néanmoins, elle peut être remerciée à n’importe quel moment. Elle reconnaît que « le seul lien entre le professeur vacataire et l’Université est le chèque »40, puisqu’il n’y a pas de relation contractuelle qui oblige les deux parties : « L’Université a intérêt à maintenir un nombre important d’enseignants ayant ce statut, parce qu’ils ne cotisent pas et que l’établissement est exonéré des obligations sociales ». Malika accepte donc la différence de statut (et de salaire) qui la sépare d’un professeur-docteur qui a réussi un processus de sélection. Selon elle, cependant, le recrutement ne serait pas transparent : « il y a celui qui bénéficie du marchandage de faveurs »41. Elle mentionne les cas de postes fictifs qui sont créés pour satisfaire les attentes professionnelles de gens ayant une certaine influence dans l’Université42. Pour Malika, le secteur public est une garantie contre les abus que subissent les vacataires, et ceci explique son engagement dans un groupe de « diplômés chômeurs ». Elle se reconnaît disposée à abandonner l’enseignement pour un poste qui lui garantisse des droits sociaux.

  • 43 Selon les estimations du rapport « Cinquante ans de développement humain » (M. Zouaoui, 2006), les (...)

41La Charte nationale d’éducation et de formation se donne pour priorité (art. 155) de « réduire et rationaliser les charges de fonctionnement administratif des différents secteurs ». Selon la manière dont cette priorité sera appliquée, cela pourrait aggraver le déficit d’encadrants identifié par plusieurs instances. En fait, la faible insertion des diplômés en sciences juridiques, économiques et sociales constitue un paradoxe, au regard du déficit d’encadrement pédagogique reconnu par le ministère de l’Enseignement43. Les propos de Malika mettent en évidence l’écart existant entre les besoins universitaires et les disponibilités politiques et humaines, et entre les discours et les pratiques. Si besoins il y a, ils sont sacrifiés aux attentes de promotion professionnelle des personnalités bien introduites, quand ils ne se trouvent pas confrontés au réel déficit de profils compétents. Encore une fois, la rhétorique sur le déploiement de la mondialisation néolibérale et sur l’insertion du Maroc dans l’économie internationale sert aux mobilisés à expliquer la précarisation des conditions de travail.

Du mécontentement à la mobilisation : activation de réseaux et de compétences

  • 44 Ces actions, pour l’instant, suivent le même déroulement : rassemblement initial devant le siège d (...)

42Au moment où nous écrivons ces lignes (mai 2007), la troisième vague des « chômeurs diplômés de troisième cycle » investit, de manière presque quotidienne, le centre ville de Rabat. Plus de neuf semaines protestataires ont été déclarées depuis début mars, avec ce que cela signifie de concentration de “militants” (plus d’un millier de personnes) et d’actions revendicatives, chaque lundi et jeudi après-midi. Les sit-in devant le Parlement, qui peuvent durer quatre heures, et les marches bruyantes44 le long des principales artères de la ville, finissent souvent par de violentes interventions policières.

  • 45 Dans ce système, l’embauche (ou le droit à bénéficier des fruits de l’action collective) est condi (...)
  • 46 Nous avons été témoin, à plusieurs reprises, des « appels à l’ordre » (ou « au désordre », si l’on (...)

43Le coût de l’engagement des « diplômés chômeurs » est donc élevé, d’un point de vue économique et humain. Les crises de nerfs sont courantes, quand il ne s’agit pas de blessures provoquées lors de la répression policière. Les diplômés qui poursuivent leurs études parlent de la déstabilisation émotionnelle et des coupures du rythme de travail qu’entraîne l’assistance aux manifestations, autant d’obstacles au bon déroulement de leurs recherches. Pour lutter contre les défections, les groupes fonctionnent selon un système de closed-shop45 et un contrôle réciproque tend à se développer, afin de pénaliser, aux yeux des collègues, une absence de “passion” revendicative46.

44Nous avons vu que les aspects subjectifs de l’expérience individuelle tiennent une place importante dans la biographie des militants et les prédisposent au militantisme. Dans les propos de certains d’entre eux, ce vocabulaire de la dénonciation est réutilisé à l’occasion d’une requête (souvent celle de la chercheuse) d’objectivisation de l’engagement. La dé-singularisation des vécus est un passage obligé dans la construction de la cause des « diplômés chômeurs », qui implique la « convocation de standards publics relatifs aux questions de justice », afin d’accéder à la légitimité publique (D. Trom, 2001, 108).

  • 47 Si c’était le cas, la mobilisation serait beaucoup plus importante.

45Si au niveau des représentations et des standards partagés de perception de justice/ injustice ces individus sont motivés pour mener une action revendicative, d’autres éléments font défaut. Si l’on se réfère à Peter Bagguley (1991) qui a cherché à décrypter les mobilisations des chômeurs britanniques des années 1930, pour que l’action collective s’engage, il faut que les dispositions rencontrent les bonnes conditions qui permettent le passage effectif à l’acte. Ni les approches structuralistes, en termes d’opportunités politiques, ni les approches subjectivistes, en termes de résonance cognitive, ne permettent d’éclairer le passage du mécontentement individuel à la mobilisation collective (L. Mathieu, 2001). Nous avons pu observer qu’en dépit des opportunités et de l’existence d’organisations et d’entrepreneurs, un individu ne sera pas forcément amené à se mobiliser. De même, ressentir l’injustice n’implique en rien le passage à l’acte47. Les observations que nous avons menées jusqu’à présent sur les trois vagues de « chômeurs diplômés de troisième cycle » signalent la valeur heuristique de deux variables au croisement desquelles certaines dispositions deviennent mobilisatrices : l’insertion dans des anciens réseaux (quelle qu’en soit la nature politique) et la détention d’un certain type de compétences, requises dans l’action collective. Ainsi, nombre de ceux qui se sont engagés dans les groupes de diplômés de troisième cycle ont intégré le mouvement avec des collègues de faculté.

Conclusion

  • 48 Dans l’Andcm en revanche, une partie importante des nouvelles recrues est constituée par de jeunes (...)
  • 49 Propos recueillis lors d’un entretien, Rabat, 8 mars 2007.

46Le fait que le vécu du chômage ne soit pas une condition suffisante (même pas nécessaire) derrière le label « diplômé chômeur » nous invite à réfléchir aux contours de cette catégorie militante. D’une part, l’engagement par motifs idéologiques est peu fréquent, alors que le fait d’être inséré dans des réseaux semble effectivement faciliter l’entrée dans l’action collective (M. Diani, 2003), la plupart des diplômés de troisième cycle que nous avons interrogés étant déjà engagés dans un mouvement (associatif, non syndical ou partisan)48. D’autre part, l’insertion préalable dans des réseaux implique la disponibilité de compétences et de ressources que les diplômés doivent mettre en pratique : capacité de dé-singularisation et de construction du collectif, savoir-faire militants (capacités rhétoriques, rédaction de tracts, organisation de manifestations, ressources économiques, etc.). Néanmoins, pour ceux qui n’ont aucune expérience de la revendication publique, l’intériorisation des répertoires d’action des diplômés (et de la mobilisation en elle-même) peut aussi expliquer quelques cas d’engagement. Les adhésions individuelles sont alors, le plus souvent, rationalisées en termes de perception de l’opportunité : « J’ai commencé à militer parce que j’ai vu que ça sert et qu’il y avait une nouvelle liste »49.

  • 50 Le Pjd et l’association « Justice et Bienfaisance » sont les deux acteurs centraux du champ islami (...)

47Ces explications ne permettent pas cependant d’éclaircir le processus de sélection des entrepreneurs de cause et de création des groupes. En ce qui concerne la permanence de la mobilisation, il convient d’analyser ce que recouvre la notion de « rétributions du militantisme ». Si les perspectives professionnelles et les attentes en termes de « travail » nourrissent toujours les différents groupes, d’autres « récompenses » pourraient expliquer qu’ils perdurent : les rencontres, une réponse à des préoccupations politiques et sociales, sans négliger les multiples interactions développées avec l’environnement politique et social, etc. Pour l’heure, l’apport de ressources partisanes, notamment par la voie des militants engagés avec le Parti de la justice et du développement et l’association islamiste « Justice et Bienfaisance »50 paraît déterminant dans la survie des groupes.

48Enfin, il nous semble important d’approfondir l’analyse du passage à l’acte, en croisant le vocabulaire de la dénonciation avec d’autres variables, pour faire apparaître, à la fois, la dé-singularisation nécessaire à toute revendication qui se veut légitime et la faible valeur heuristique des “frustrations” prises isolément comme cause de la protestation.

Bibliographie

Bibliographie

Akesbi Najib, 2003, « Ajustement structurel et segmentation du marché du travail », Annales marocaines d’économie, hiver, n° 7.

Bagguley Peter, 1991, From Protest to Acquiescence? Political Movements of the Unemployed, Londres, Palgrave McMillan.

Belghazi Taieb et Madani Mohamed, 2001, L’action collective au Maroc. De la mobilisation de ressources à la prise de parole, Rabat, Publications de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines.

Bennani-Chraïbi Mounia, 1995, Soumis et rebelles : les jeunes au Maroc, Casablanca, Éditions Le Fennec.

Bougroum Mohamed, Ibourk Aomar et Trachen Ahmed, 2002, « L’insertion des diplômés au Maroc : trajectoires professionnelles et déterminants individuels », Région et Développement, n° 15, 57-77.

Calle Angel, 2005, Nuevos movimientos globales. Hacia la radicalidad democrática, Madrid, Éditions Popular.

Catusse Myriam, 2002, « Le charme discret de la société civile. Ressorts politiques de la formation d’un groupe dans le Maroc “ajusté” », Revue internationale de politique comparée, vol. 9, n° 2, 297-318.

Cgt-Andcm, 2003, El movimiento de los diplomados en paro de Marruecos, Séville, Éditions Atrapasuenos.

Cohen Shana, 2004, Searching for a Different Future. The Rise of a Middle Global Class in Morocco, Londres: Durham, Duke University Press.

De Blic Damien et Lemieux Cyril, 2005, « Le scandale comme épreuve. Éléments de sociologie pragmatique », Politix, vol. 18, n° 71, 9-38.

Diani Marco et McAdam Doug, 2003, Social movements and netwoks. Relational approaches to collective action, New-York, Oxford University Press.

El-Aoufi Noureddine et Bensaïd Mohamed, 2005-2006, Chômage et employabilité des jeunes au Maroc. Cahiers de la stratégie de l’emploi. Rabat, Université Mohamed V-http://Agdal.www.ilo.org/public/english/employment/strat/download/esp2005-6.pdf

Fillieule Olivier, 1996, Sociologie de la protestation, Paris, L’Harmattan.

Fillieule Olivier, 2001, « Propositions pour une analyse processuelle de l’engagement individuel », Revue française de science politique, vol. 51, février-avril, n° 1-2, 199-215.

Gamson William et Meyer David S., 1996, “Framing political opportunity”, in Doug McAdam, John D. McCarthy et Mayer N. Zald (eds.), Comparative Perspectives on Social Movements. Political Opportunities, Mobilizing Structures and Cultural Framings, Cambridge, Cambridge University Press.

Hafaiedh Abdelwahed, 1999, « Trajectoires de chômeurs diplômés en Tunisie : l’attente, l’ailleurs et la conversion », in Vincent Geisser (dir.), Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs. Trajectoires sociales et itinéraires migratoires, Paris, Cnrs Éditions, 122-136.

Ibaaquil Larbi, 1999, « Les diplômés marocains de l’enseignement supérieur. Une mobilité sociale en panne ? », in Vincent Geisser (dir.), Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs. Trajectoires sociales et itinéraires migratoires, Paris, Cnrs Éditions, 137-153.

Kohstall Florian (à paraître), « “La démocratie renversée”. Sur l’usage de la “bonne gouvernance” en Égypte et au Maroc : le cas des réformes de l’enseignement supérieur », in Michel Camau et Gilles Massardier (dir.), Les régimes politiques revisités : analyse comparative des recompositions des rapports politics/ policies, Paris, Karthala/CsPC.

Mathieu Lilian, 2002, « Rapport au politique, dimensions cognitives et perspectives pragmatiques dans l’analyse des mouvements sociaux », Revue française de science politique, vol. 52, février, n° 1, 75-100.

Mayer Nona et Siméant Johanna, 2004, « L’espace de l’altermondialisme », Revue française de science politique, vol. 54, juin, n° 3, 373-378.

Mellakh Kamal, 1999, « L’expansion scolaire et universitaire au Maroc. Aspects et enjeux », in Vincent Geisser (dir.), Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs. Trajectoires sociales et itinéraires migratoires, Paris, Cnrs Éditions, 92-101.

Neveu Érik, 2002, Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La découverte.

Ojeda Raquel, 2000, “La concertación social en el proceso de modernización de Marruecos : análisis político-institucional del Consejo Nacional de la Juventud y del Futuro”, Mágina, n° 8, 211-225.

Péchu Cécile, 2001, « Les générations militantes à Droit au logement », Revue française de science politique, vol. 51, n° 1-2, 73-103.

Pizzorno Alessandro, 1994, “Identidad e interés”, Zona abierta, n° 69,135-152.

Santucci Jean-Claude, 1984, « Chronique Maroc », Annuaire de l’Afrique du Nord, 899-942.

Santucci Jean-Claude et Benhlal Mohamed, 1991, « Chronique Maroc », Annuaire de l’Afrique du Nord, 775-814.

Schnapper Dominique, 1994, L’épreuve du chômage, Paris, Gallimard.

Souali Mohamed, 2004, L’institutionnalisation du système de l’enseignement au Maroc, Paris, L’Harmattan.

Trom Danny, 2001, « Grammaire de la mobilisation et vocabulaires de motifs », in Daniel Cefaï et Danny Trom, Les formes de l’action collective. Mobilisations dans les arènes publiques, Paris, Éditions de l’Ehess.

Vermeren Pierre, 2002, École, élite et pouvoir au Maroc et en Tunisie au xxe siècle, Rabat, Éditions Alizès.

Zouaoui Mohamed, 2006, « L’enseignement supérieur depuis l’indépendance », in Cinquante ans de développement humain, Rabat, Royaume du Maroc, 159-195. http://www.rdh50. ma/fr/uis/loadpdfcntribs.asp ?id =27.

Notes

1 Dans ce travail, la dénomination « diplômé chômeur » est strictement appliquée aux individus qui font partie des groupes revendicatifs. Pourtant, on ne saurait leur reconnaître une quelconque uniformité idéologique ou organisationnelle au-delà de la revendication minimale : le respect du droit au travail par le biais de l’intégration dans le secteur public.

2 Royaume du Maroc-Cosef, Charte nationale de l’éducation et de la formation, 2000.

3 Le terrain associatif agit comme un espace alternatif face à la fermeture du champ politique aux forces de la gauche qui contestent la légitimité de la monarchie (comme l’Organisation de l’action démocratique et populaire-Oadp, le Parti de l’avantgarde démocratique-Pads, En Avant ou Ila al-Amam) et pour les militants des autres partis de gauche (le Parti progressiste et socialiste, Pps, et l’Union socialiste des forces populaires-Usfp) qui jugent ces derniers trop timorés ou qui ne prennent pas en compte leurs revendications.

4 La construction de la cause des « diplômés chômeurs » et sa traduction dans une action collective continue est au centre d’une recherche doctorale en cours.

5 L’entreprise moyenne marocaine est souvent décrite comme étant fortement familiale et peu exigeante en main-d’œuvre, notamment qualifiée. Cette tendance est évidente en milieu rural où la structure économique est plus ouverte aux profils de cadres techniques moyens et accueille difficilement les diplômés du supérieur. En 1999, le taux de chômage pour ce type de diplômés était de 29,5 % en milieu rural contre 12,6 % en milieu urbain. Les données pour 2002 sont respectivement de 30,4 % (en milieu rural) et de 26,2 % (en milieu urbain). N. El-Aoufi et M. Bensaïd, 2005-2006.

6 Cette raison apparaît clairement lorsqu’on parcourt les formations des diplômés mobilisés : bien que les nouveaux groupes montrent une panoplie de formations scientifiques de haut niveau, les titulaires de formations telles que « Littérature arabe et Études islamiques » représentent le socle du militantisme féminin de long durée en province, et celui des diplômés aveugles.

7 Une des priorités du Pas est la réduction du rythme de création de postes dans la fonction publique, comme élément central d’une stratégie globale de contrôle des dépenses ; en outre, la mesure est sous-tendue par l’idée d’une hypertrophie de l’Administration. D’une année sur l’autre, les recrutements par l’État sont passés de 50 000 (1983) à 10 000 (1984). À partir de 1993, la prévision devait recruter entre 12 000 et 15 000 nouveaux fonctionnaires (N. Akesbi, 1993). La loi de finances 2007 prévoit la création de 7 000 postes budgétaires et la titularisation de 3 000 fonctionnaires.

8 Ce sont les conséquences sociales du Pas (montée des tensions et troubles urbains de 1984) qui ont permis de repérer les « diplômés chômeurs » (J.-C. Santucci, 1984). La “visibilité” du problème, par le biais de l’explosion sociale, devait avoir des conséquences institutionnelles, notamment la création du Conseil national de la jeunesse et de l’avenir (Cnja).

9 La politique éducative malthusienne du protectorat français s’expliquait, en partie, par le besoin de former de manière limitée – au niveau de certificat d’études primaires et secondaires – des « cadres inférieurs » indigènes dans l’administration, soumis aux « cadres supérieurs » français.

10 K. Mellakh (1999) montre que les parents d’enfants scolarisables envisagent des formations intrinsèquement liées à leur idée du développement et de la réussite sociale : médecine, enseignement, ingénierie et pharmacie.

11 Propos recueillis lors des entretiens avec des diplômés chômeurs, entre avril 2005 et mai 2007.

12 Ce que l’on nomme « massification » est le taux moyen annuel de croissance des effectifs : au Maroc, il est passé de 13 % (pour la période 1973-1993) à 1,6 % (pour la période 1993-2003).

13 Les quinze années d’action des diplômés chômeurs montrent que l’Andcm est le seul groupe qui envisage de perdurer, tout en consolidant son affiliation à l’extrême-gauche, partisane et extra-partisane. Ceci va d’ailleurs à l’encontre d’une mobilisation de chômeurs, qui viserait « la mort par réussite ». En revanche, les revendications de l’Andcm ont dépassé depuis longtemps le strict dossier du travail. Sa mission politique implicite « garantit » sa permanence, et se traduit par le fait que l’Andcm est devenue une courroie de transmission pour certains partis (An-Nahj ad-Democrati, La Voie Démocratique en français, Pads et le Parti Socialiste Unifié-Psu) et courants politiques (Barnamij el-Marhali, Programme d’étape).

14 Les événements du 5 mai 2007 ont secoué l’Andcm : suite aux manifestations du 1er mai, des arrestations de militants ont eu lieu à Agadir et à Ksar-l-Kébir. Cinq militants chômeurs, parmi lesquels se trouve le président de l’Association, ont été condamnés à trois ans de prison pour « atteinte aux valeurs sacrées du régime ». Le fait qu’il s’agit d’adhérents de la Voie démocratique et de l’Association marocaine des droits de l’homme est souligné par certains observateurs comme un indice de la nature politique de la condamnation.

15 À cet égard, l’Andcm relève de dynamiques différentes. Les motivations de ses militants montre que le sens de l’engagement dans cette association n’équivaut au sens de l’engagement dans un groupe de troisième cycle. Parmi les militants de troisième cycle, s’impose l’approche de l’engagement pragmatique (qui implique une attente de la part de l’État). En revanche, pour une partie des militants de l’Andcm, il s’agit bien de mener une action de confrontation avec le régime en place.

16 D’après M. Zouaoui (2006), l’augmentation du taux de rendement au baccalauréat ne répond pas, à partir des années 1970, à une amélioration pédagogique, mais à des seuils d’écoulement normalisés.

17 Aucun groupe de diplômés chômeurs n’est légalement reconnu. L’Andcm a déposé plusieurs fois un dossier d’autorisation, mais n’a jamais reçu de réponse positive. Les autres groupes, notamment ceux de troisième cycle, n’essayent même pas de demander une autorisation, ce qui démontrerait leur volonté de garder un caractère provisoire.

18 Comprise comme un élément de la conjoncture politique qui exerce une influence positive sur le développement de l’action collective (W. Gamson et S. Meyer, 1996).

19 Super-ministre de l’Intérieur sous Hassan II, limogé par Mohamed VI après son avènement en 1999. Cet acte politique fut interprété comme un signe de la volonté de renouvellement du nouveau roi.

20 Depuis mars 2007, ont été organisées plusieurs « semaines revendicatives ». Lors de notre premier contact avec le terrain, en avril-mai 2005, les diplômés de troisième cycle organisaient en moyenne trois manifestations par semaine.

21 Les ingénieurs ont dû attendre un peu plus, ainsi que les membres d’An-Nasr qui ont refusé de signer les « Accords de septembre » par crainte d’un nouveau “chèque en blanc”, du non-respect des engagements.

22 Réponses obtenues par questionnaire à la requête : « Par quel qualificatif vous identifiez-vous le mieux ? Cadre, chômeur, étudiant ? », avril 2007.

23 Ceci quand il n’y a pas de mobilisations constantes, qui peuvent durer une ou deux semaines consécutives et exiger un investissement moyen de sept à huit heures par jour. Il est fréquent qu’un encadrant de thèse inhibe l’engagement d’un étudiant. L’engagement étant devenu un critère de non-admission dans une formation doctorale, cela oblige les militants à inventer tout type de prétextes pour justifier leurs “disparitions” auprès de leurs encadrants.

24 C’est-à-dire un modèle militant contraignant, qui structurerait toutes les facettes de la vie des militants (publique et privée) autour du conflit et des organisations qui mènent la revendication (E. Neveu, 2002). Quelques perceptions journalistiques mettent en avant les dérives « sectaires » de la mobilisation, envisageant la participation à cette revendication comme une forme de détachement de la réalité.

25 Ceci étant, ce principe doit garantir que « nul soit privé de poursuivre les études post-obligatoires pour des raisons purement matérielles, si toutefois il remplit les conditions de mérite cognitif requises » (art. 173 de la Charte nationale de l’éducation).

26 La Charte nationale de l’éducation et de la formation prévoit la « mise en charge d’un système fiscal approprié et incitatif [...] en faveur des établissements privés méritants » (art. 165), qui doivent non plus s’engager à appliquer des frais d’inscription « de manière à rendre ces établissements accessibles au plus grand nombre possible d’étudiants » (art. 166).

27 L’exemple le plus poussé du triangle magique « départ économiquement favorable – établissement privé – réussite professionnelle » est constitué par l’employabilité à 100 % des diplômés de l’Université Al-Akhawayn où la scolarité d’un premier et d’un deuxième cycle coûtait 30 000 dollars pendant l’année 1997-1998 (P. Vermeren, 2001).

28 Plus haute distinction à laquelle une thèse doctorale peut aspirer dans le système universitaire espagnol.

29 Les discours que les militants interrogés tiennent sur la nécessité de moraliser la vie publique marocaine est en forte résonance avec la devise du Parti de la justice et du développement, censé encadrer une proportion importante de militants ou orienter leur choix électoraux.

30 Rumeurs sanctionnées par les rapports de Transparency Maroc, sur le champ universitaire et du recrutement des fonctionnaires.

31 Dispositif qui intègre une incitation financière pour les entreprises qui acceptent d’engager un diplômé pour un stage. Mais l’impact en termes d’insertion professionnelle et d’amélioration de l’encadrement de l’entreprise reste limité. Un aspect récurrent est le non-respect des engagements des entrepreneurs à l’égard de la formation des stagiaires.

32 L’affaire Annajate éclate courant septembre 2002. Elle implique le ministère de Travail, alors dirigé par Abbas El-Fassi. La société émiratie Annajate Marine Shipping (L.L.C.) annonce un projet d’embauche de 30 000 personnes, pour des croisières de luxe. La procédure de candidature pour un poste implique le dépôt d’un dossier auprès d’un des bureaux de l’Anapec. Elle suppose aussi de procéder à une visite médicale à la seule clinique Dar Salam à Casablanca, facturée 900 dirhams. Les promesses d’Annajate débouchent sur les candidatures de 90 000 personnes. Une fois les dossiers déposés, accompagnés des frais de gestion, la compagnie Annajate disparaît.

33 D’après un militant actif en 1997, à la suite d’un sit-in nocturne réalisé devant le Parlement, D. Basri se serait approché en voiture officielle et aurait promis un certain nombre de postes (entretien, 10 mai 2005).

34 La tournure que prend le traitement du dossier par les autorités, pendant la période pré-électorale de septembre 2007 montre l’imbrication de logiques appartenant à des positions différentes. Des accords entre le Premier ministre et les nouveaux groupes de diplômés de troisième cycle ont été signés trois semaines avant le début de la campagne électorale. Les groupes se sont engagés à arrêter les actions revendicatives.

35 Entretien, Rabat, 25 mai 2007.

36 Pour olivier Fillieule (1996), la question de l’identité est au cœur de toute mobilisation de chômeurs. En fait, ce type de mobilisation, pour émerger, doit dépasser l’obstacle de la construction d’un collectif à partir d’une identité jugée stigmatisante et négative. Par ailleurs, Lilian Mathieu (2001) qui travaille sur les mobilisations de prostituées, signale le caractère improbable d’une telle mobilisation, dont le coût est très élevé à cause du besoin de rendre publique une identité fortement stigmatisante. Pour ce type de profils, les rétributions du militantisme doivent être pensées en termes de construction d’un cercle de reconnaissance, de repositionnement social, de rétributions émotionnelles, voire de professionnalisation.

37 Nous avons déjà mentionné la configuration humaine du groupe Ucsc : 40 % de ses militants possédaient des diplômes en études islamiques et littérature arabe, mais il y avait aussi 33 % de scientifiques (notamment chimistes et physiciens, ainsi qu’un nombre non négligeable d’ingénieurs). Les 27 % restant étaient constitués par les diplômés de sciences juridiques, sociales et économiques. Cette distribution équilibrée remettrait en question l’attribution, par certaines instances, du chômage à la supposée myopie des diplômés, qui auraient choisi les filières les plus faciles pour décrocher un diplôme sans effort. Parmi les militants interrogés en avril 2007, vingt-six d’entre eux ont mentionné leur diplôme : onze sont diplômés en sciences et technologies (parmi eux figure un docteur en physique d’une université européenne), quatre sont ingénieurs (dont une femme ayant suivi une formation dans une université européenne), quatre sont lauréats en sciences juridiques et sept en lettres (dont deux titulaires d’un diplôme en études islamiques).

38 Ainsi, S. Cohen (2004) évoque le supplément que le journal La Vie économique dédie aux jeunes entrepreneurs ayant réussi et qui incarnent l’image du succès et du dynamisme. Nous avons pu constater l’expansion de l’offre publicitaire concernant des formations dans le domaine de la gestion d’entreprises, et celle de l’organisation de manifestations variées, comme des foires éducatives sensées montrer les filières porteuses de réussite.

39 L’Ier fut créée en 2004 par Mohamed VI. Un des buts fondamentaux de l’institution est de dédommager les victimes des « années de plomb ».

40 Propos recueillis lors d’un entretien, Rabat, 16 février 2007.

41 Idem.

42 Phénomène reconnu dans les rapports annuels de Transparency Maroc.

43 Selon les estimations du rapport « Cinquante ans de développement humain » (M. Zouaoui, 2006), les facultés de droit et d’économie auraient eu besoin de créer 1 000 postes en 2006-2007, et devraient en créer 4 000 d’ici 2010.

44 Ces actions, pour l’instant, suivent le même déroulement : rassemblement initial devant le siège de l’Union marocaine du travail, déplacement vers l’avenue où se trouve le Parlement, déroulement du sit-in avec scansion de slogans appelant à la responsabilité de l’État et lecture de communiqués, évacuation et charge des forces de l’ordre.

45 Dans ce système, l’embauche (ou le droit à bénéficier des fruits de l’action collective) est conditionnée par une adhésion à l’organisation et une participation à la mobilisation (E. Neveu, 2002).

46 Nous avons été témoin, à plusieurs reprises, des « appels à l’ordre » (ou « au désordre », si l’on préfère) que les diplômés en train de manifester se font entre eux : « Chante plus fort ! », « Lève-toi ! », « Reste pas comme ça ! ». Dans l’Andcm, la non-participation aux activités provoque une remise en question de la « vraie nature » militante de celui qui s’investit de manière limitée.

47 Si c’était le cas, la mobilisation serait beaucoup plus importante.

48 Dans l’Andcm en revanche, une partie importante des nouvelles recrues est constituée par de jeunes militants des partis d’extrême-gauche, des gauchistes de l’Unem et du courant universitaire Barnamij el-Marhali, présents notamment dans les campus de Fès, Meknès et Agadir.

49 Propos recueillis lors d’un entretien, Rabat, 8 mars 2007.

50 Le Pjd et l’association « Justice et Bienfaisance » sont les deux acteurs centraux du champ islamiste marocain. Le premier, représentant de l’islamisme modéré et docile, participe aux élections, et certains observateurs annoncent sa victoire aux élections générales de septembre 2007. L’association « Justice et Bienfaisance », non autorisée, entretient une relation beaucoup plus conflictuelle avec le régime. Réprésentant un islamisme contestataire, elle est réputée mobiliser un grand nombre de militants dans tous les secteurs et initiatives de la vie sociale.

Table des illustrations

Titre Tableau n° 1. Évolution du taux de chômage urbain au Maroc (1985-2005) par niveau d’instruction (en %)
Légende Source : Activité, Emploi, Chômage, Rabat, Direction de la Statistique, 1985, 1989, 1993, 1996, 2000 et 2005.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/741/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Titre Tableau n° 2. Diplômés de troisième cycle par rapport aux effectifs de diplômés de l’année universitaire 2003-2004 (par disciplines)
Légende Source : Statistiques universitaires, Rabat, Direction de la Statistique, 2004.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/741/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Tableau n° 3. Étudiants en troisième cycle par filières, année universitaire 2001-2002
Légende Source : Statistiques universitaires, Rabat, Ministère de l’Enseignement, 2002.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/741/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 195k

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable