Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enseignement supérieur dans la mondialisation libérale

 | 
Sylvie Mazzella

2. Mobilités étudiantes. Politiques d’accueil, stratégies et horizon d’attente des diplômés

La mobilité internationale des étudiants tunisiens

Aide publique et mobilité institutionnelle

Abdelwahab Hafaiedh

Texte intégral

1Dans le domaine des sciences de l’éducation, le terme de mobilité renvoie souvent à la mobilité géographique et institutionnelle (la mobilité de l’étudiant d’une ville à une autre ou d’une institution à une autre). Dans ce premier cas, nous parlons d’une mobilité interne dans laquelle l’étudiant est le principal acteur. Sa mobilité dépend d’une combinaison de choix et de contraintes institutionnelles et sociales. Ces choix et ces contraintes justifient le changement d’établissement, d’université, de ville de résidence et d’études. Cependant, la lisibilité statistique des données sur cette mobilité pose quelque fois problème. En effet, les taux de mobilité ne disent qu’une partie de l’histoire, et on a toujours besoin de calculer le taux de stabilité des étudiants. De ce point de vue développé par J. A. Temple (1999) ou encore par K. A. Larson et R. W. Rumberger (1998), la recherche est plutôt focalisée sur la mobilité urbaine des étudiants. Les variables souvent dégagées sont en rapport avec un changement de logement, la mobilité professionnelle des parents ou la recherche d’emploi. La mobilité internationale des étudiants, quant à elle, renvoie à l’idée de l’interculturalité, à la coopération internationale et à la mobilité internationale ce qui implique surtout, la notion de migration. D’une manière générale, ce genre très particulier de migration universitaire peut être permanent ou temporaire. On parle de migration permanente lorsque l’étudiant quitte son pays avec l’intention de s’établir définitivement ailleurs, (dans ce cas les études sont plutôt un alibi pour une autre raison de séjour : la recherche d’emploi par exemple). En revanche, la migration est considérée comme une mobilité temporaire lorsque l’étudiant retourne à son point de départ après un séjour à l’extérieur d’une durée plus ou moins longue, mais en tout cas limitée. Il est vrai que la distinction est souvent difficile à faire, car elle n’intervient qu’après coup : des étudiants, partis « sans esprit de retour », ne peuvent s’adapter et retournent au bout de quelques mois ou de quelques années dans leur pays d’origine après un long cycle de formation ou d’expérience professionnelle (J.-P. Cassarino, 2000). Inversement, d’autres étudiants se fixent définitivement dans le pays où ils s’étaient rendus sans avoir l’intention d’y demeurer toujours.

2Dans cette perspective, d’autres distinctions conceptuelles peuvent être utilisées, comme la distinction entre les formes institutionnelles et traditionnelles de mobilité, les formes alternatives où la mobilité de type free rider et qui sera examinée en tant que choix calculé et planifié par les acteurs. Dans tous ces cas, nous retiendrons une seule définition : « Est étudiant en mobilité celui qui est inscrit dans une université en dehors de son pays, donc de son lieu de résidence officiel, ce qui suppose qu’il n’a pas de résidence permanente à l’étranger » (Unesco, 1999). La mobilité institutionnelle, enfin, renvoie à la même définition, mais dans le cadre de la présence active des pouvoirs publics. En tant que bien public global elle fait l’objet de plusieurs modes de régulation et de coopération. Il s’agit d’une action qui prend souvent la forme d’une aide publique à la mobilité : bourse nationale octroyée par le pays d’origine ou bourse de coopération intégrée souvent dans le cadre d’une aide publique au développement (Apd) (qu’il s’agisse d’une coopération bilatérale ou d’une coopération multilatérale). Dans cette perspective, l’aide philanthropique à la mobilité ne sera pas prise en compte dans ce papier car sa présence dans le contexte de la mobilité internationale des étudiants tunisiens est insignifiante. Les outils théoriques indispensables pour mesurer l’impact des relations internationales et l’effet de période sur cette aide publique à la mobilité sont variés. Le recours à des catégories d’analyse « non éducationnelles », comme les catégories psychologiques, démographiques ou juridiques est parfois indispensable. Ces catégories d’analyse peuvent être utiles pour le chercheur, dans la mesure où l’aide publique à la mobilité est aussi en large partie (pour reprendre ici la logique de l’offre et de la demande) le résultat de différentes stratégies des acteurs.

  • 1 Nous renvoyons à S. Cassin, F. Ihalouine, É. Mulet et B. Thomas, 2002.
  • 2 Les résultats de cette enquête ont été publiés in A. Hafaiedh, 2006.

3Des facteurs comme l’attrait, le calcul du risque et le rôle des réseaux de soutien, ou le changement d’une majorité politique dans un pays d’accueil sont des facteurs qui peuvent affecter les choix publics dans ce domaine. Dans des études antérieures, la perspective push-pull a été reprise et proposée de nouveau comme un moyen d’unifier les théories relatives à l’immigration internationale (D. S. Massey et F. G. Espanà, 1987), que ce soit au niveau de l’intention de mobilité (F. Neto et É. Mullet, 1998) ou bien au niveau de la migration elle-même (T. Bauer et K. F. Zimmerman, 1994). En fait, cette approche théorique en termes de push-pull semble être plus appropriée pour analyser la multiplicité des facteurs de mobilité. Elle s’applique, comme certains travaux l’ont démontré1, au Rational-Emotional Model about Intention of Mobility (Remim). Cette perspective a été aussi récemment adaptée au cas de la mobilité des jeunes français et portugais dans l’espace de l’Union européenne. Ils forment le modèle appelé « 2Pap » qui se compose de facteurs que l’on pourrait qualifier de facteurs d’attitudes vis-à-vis de la mobilité. Par exemple, la volonté de poursuivre des études de haut niveau et de développer la capacité de recherche ou d’expertise (le facteur pull-attrait), l’incitation à quitter son pays pour des raisons économiques, psychologiques ou autres (le facteur push-contrainte), la peur de ne pas faire le bon choix de destination (anti-pull) ou, enfin, la difficulté de trop s’éloigner de son milieu familial ou de son pays d’origine. Dans cette étude, les facteurs anti-pull ont été conceptualisés d’après les coûts et de risques encourus. La distance entre le pays de résidence et le pays d’accueil est un exemple classique de facteurs anti-pull. Aussi avons-nous regroupé les quatre critères suivants : le coût élevé de la mobilité et de la scolarisation ; le facteur linguistique ; la législation en matière de conversion et de changement de statut (PCS) ; la contrainte au départ suite à une demande d’orientation universitaire non-satisfaite2.

4En entreprenant cette étude, nous avons voulu vérifier empiriquement l’hypothèse selon laquelle l’asymétrie en matière de mobilité estudiantine est en train de s’inscrire dans la durée et que les événements du 11-Septembre 2001 n’ont fait qu’accélérer un processus déjà amorcé depuis plusieurs années. S’il est vrai qu’il existe, du point de vue de la mobilité internationale tunisienne (et peut-être arabe en général) un « avant » et un « après 11Septembre » (c’est-à-dire une association de la gestion de la mobilité étudiante internationale aux impératifs de « la lutte contre le terrorisme »), il faut admettre en même temps que les éléments de cette nouvelle asymétrie sont bien présents à travers les projets de « lutte contre le risque migratoire ». En ce sens, nous postulons que le 11-Septembre n’est que le catalyseur d’un processus déjà enclenché depuis l’arrivée des nouvelles majorités conservatrices aussi bien aux États-Unis (l’arrivée de l’administration républicaine) qu’en France, en Espagne (l’élection du conservateur José María Aznar 1996-2004) ou en Italie (la victoire électorale de Silvio Berlusconi). Ceci explique pourquoi des pays comme l’Allemagne (avec l’arrivée du gouvernement du chancelier Gerhard Schröder et la politique développée et mise en œuvre par les leaders du Parti Social Démocrate), la Belgique (avec l’arrivée du gouvernement de la coalition socialiste – libérale) ou le Canada (avec l’arrivée du gouvernement libéral de Paul Martin), vont développer, à partir de 2001, une politique d’accueil plus ouverte à l’égard de cette mobilité spécifique. Pour les autres destinations, l’élément nouveau de cette asymétrie réside dans le fait que la politique des visas étudiant est désormais tracée et appliquée en fonction des prérogatives sécuritaires et sur la base de l’appartenance nationale (par opposition aux principes académiques d’admission). L’idée, ici, est de vérifier cette corrélation entre l’évolution des politiques d’accueil des étudiants étrangers, l’effet de période (l’après 11-Septembre) et la diversification des flux (les destinations de rechange et les destinations alternatives) à la lumière des aides publiques.

5En tenant compte du rôle du milieu social dans l’expérience de mobilité, nous avons essayé de construire, au départ, un groupe témoin appartenant à la catégorie (A), c’est-à-dire ceux (ou celles) qui sont partis par la voie institutionnelle ou par la voie de la coopération (pré-inscription et visa d’étude). Cette construction a été faite en procédant au recensement des fichiers centralisés au ministère tunisien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (Mesrs) et ce, à partir d’une base de donnée concernant environ 10 000 étudiants dont le plan de mobilité a été effectué de 2000 à 2003.

6Trois variables peuvent être dégagées de cette lecture statistique. La première concerne les variables de position. Il s’agit d’étudier les corrélations entre les destinations et les contraintes de départ (facteurs push). Grâce aux variables de disposition, nous pouvons ensuite dégager le profil académique des étudiants selon les filières de formation. Il s’agit de comprendre, par exemple, de quelles manières les variables de la langue et du capital linguistique ou de recherche d’emploi, peuvent intervenir dans le choix de départ et le choix des destinations. La variable d’imposition, enfin, touche à un éventail de facteurs comme les contraintes institutionnelles (l’acceptation ou la non-acceptation du candidat par des universités étrangères lors de la pré-inscription ou l’obtention ou le refus du visa d’étude, etc.), les contraintes financières (bourses, crédits bancaires, autre type de soutien) ou pédagogiques (l’accord ou non du visa d’étude en fonction du type d’enseignement souhaité).

Les instruments de la mobilité internationale institutionnelle ou le mode de gestion des aides publiques

7Le fonctionnement du système d’attribution des bourses publiques, comme moyen ou instrument de mobilité institutionnelle est révélateur des nouvelles orientations économiques de l’État tunisien qui, conformément aux nouveaux choix de la « mondialisation », valorise les choix éducatifs dits « stratégiques ». Pour un pays comme la Tunisie qui est en train de rénover son système de formation supérieure, la mobilité internationale des étudiants est plus qu’une nécessité. Pour pouvoir orienter l’université vers des domaines de formation compétitifs et valorisants (en high-tech et en Ntic), l’État devra livrer une course contre la montre. Le temps ici est le rapport « départ-retour » des diplômés. Selon les estimations les plus récentes, la Tunisie devra former, d’ici 2010, plus de 7 500 ingénieurs et 90 000 informaticiens et spécialistes en télécommunication. La satisfaction d’une telle demande suppose que le rythme de la mobilité institutionnelle s’accélère.

  • 3 Journal Officiel de la République Tunisienne (Jort), 31 octobre 2001.
  • 4 Selon l’article 4 du même arrêté, « Les montants mensuels de la bourse de subsistance dans le cadr (...)

8Le cadre général qui organise cette mobilité institutionnelle est, à la fois, politique et juridique. Au premier niveau, le principe central régissant le système d’attribution des bourses d’études est le suivant : les aides sont distribuées prioritairement aux étudiants des filières et des spécialités non représentées dans le pays d’origine. Elles peuvent également être délivrées selon le principe du mérite, au profit des étudiants de troisième cycle et des lauréats des classes préparatoires qui ont réussi le concours des grandes écoles (S. Ben Sedrine et V. Geisser, 2000, 24-25). La mise en œuvre de cette aide est organisée par un texte unique. Selon l’article 3 de l’arrêté ministériel du 31 octobre 2001 relatif aux conditions d’attribution des bourses3, des bourses spécifiques peuvent être attribuées pour la préparation d’un diplôme de l’enseignement supérieur ou pour la spécialisation ou encore pour effectuer un stage au niveau des premier et deuxième cycles et des études doctorales. Elles peuvent être attribuées, également, aux élèves ingénieurs inscrits dans les écoles tunisiennes d’ingénieurs et qui sont envoyés pour études à l’étranger pour une période de deux semestres consécutifs, en bénéficiant d’un statut d’étudiant dans le pays d’accueil4.

  • 5 Dans l’année universitaire 1988-1989, la Tunisie comptait environ 1 438 étudiants boursiers dans l (...)

9Pour la période antérieure à 2001, la croissance des bourses gouvernementales allait souvent de pair avec la croissance du volume des bourses de coopération. La couverture des aides publiques devait même couvrir des destinations onéreuses comme les États-Unis. À l’examen des données relatives à l’octroi des bourses (année 2001-2002), nous avons constaté une très grande diversité, ainsi qu’un très grand volume d’investissement dans les aides publiques destinées aux étudiants à l’étranger. Sur les 1 921 étudiants boursiers, 50 % d’entre eux étaient en stade de spécialisation ou en troisième cycle. Cela se vérifie, en premier lieu, pour la filière médicale pour laquelle les aides publiques concernent presque exclusivement les spécialisations post-doctorales et une minorité d’étudiants rentrant dans le cadre des accords d’échanges universitaires entre États. Une autre exception notable, pour l’année 2001, est le nombre considérable d’étudiants en sciences humaines et sociales (histoire, géographie, langues, sociologie, psychologie et droit). En ce sens, l’année 2001 marque un point culminant pour la mobilité institutionnelle. C’est aussi l’année où s’opère un changement d’envergure qui devait s’inscrire dans la durée5.

Les tendances générales : baisse de l’aide publique internationale et renforcement de l’aide publique nationale

D’une mobilité « ouverte » à une mobilité « élitaire » très sélective

10L’année 2001 marque un point culminant pour la mobilité institutionnelle. Elle est aussi l’année à partir de laquelle ont été modifiés les instruments d’aide à la mobilité institutionnelle, notamment par la réduction drastique des bourses de coopération, suite au 11-Septembre. On assiste à un changement majeur qui touche à la nature même de la coopération internationale. La mobilité « ouverte » de « l’avant 2001 » est abandonnée, et une mobilité de type élitaire de haut niveau se renforce sensiblement. Ce changement relance la question récurrente de la « fuite des cerveaux », qui est celle de l’efficacité de l’enseignement supérieur local au niveau de la formation des nouvelles compétences et de leur faible taux de retour dans le pays.

Tableau n° 1 : Évolution du flux global de mobilité et part de mobilité institutionnelle (1973-2003)

Tableau n° 1 : Évolution du flux global de mobilité et part de mobilité institutionnelle (1973-2003)

Sources : Enquête A. Hafaiedh, 2003 & Mesrs, 2000.

  • 6 L’évolution de ce volume peut être calculé de la manière suivante :

11Pour l’année 2000, ils étaient 540 étudiants à partir avec une bourse de la coopération française. En 2002, ils ne sont plus que 26 étudiants. L’effort d’aide publique française semble alors s’orienter davantage vers le renforcement des capacités d’enseignement technologique (la contribution à la mise en place de nouvelles structures), l’enseignement virtuel et les programmes de bourses de haut niveau. En calculant le taux de mobilité institutionnelle selon une formule spécifique, on obtient un taux de mobilité, pour 2003, vingt fois inférieur à celui de 20006. En terme de taux de mobilité institutionnelle de coopération, on est passé de 0,0260 % des effectifs globaux des étudiants tunisiens (chiffres de l’année 2000) à 0,008 % (volume de mobilité institutionnelle de coopération en 2002-2003). Ce chiffre en dit long sur la tendance à l’œuvre en matière de coopération directe.

  • 7 Cette orientation a été dictée par les nouvelles priorités visées par le plan de rénovation de l’U (...)

12À partir de l’année universitaire 2002-2003, en dehors du fait que les pouvoir publics consentirent beaucoup plus de moyens, notamment au niveau des bourses nationales, afin de compenser la réduction des bourses de coopération (Bc), la mobilité institutionnelle devait être pensée dans une perspective de crise (impact de « l’après 11-Septembre » sur les recettes touristiques). Pour des raisons économiques évidentes, l’attribution des bourses est presque limitée aux spécialités de haut niveau, à la formation des ingénieurs, aux étudiants inscrits en masters ou en doctorat. Les filières d’informatique, de télécommunication et les sciences de l’ingénieur, considérées comme stratégiques pour le développement de l’économie tunisienne, étaient les plus demandées et les plus encouragées. De ce fait, elles continuent à bénéficier largement des aides publiques délivrées par le gouvernement tunisien et par les pays d’accueil7.

  • 8 Cf. « 186 nouveaux boursiers pour la prochaine année universitaire », Le Quotidien, Tunis, 28 juil (...)
  • 9 Lorsqu’il s’agit d’une mobilité institutionnelle étrangère (de bourses françaises ou allemandes pa (...)

13En dehors des 1 610 boursiers de l’État tunisien, on enregistre, pour l’année 2002-2003, 186 boursiers dans le cadre de la coopération internationale. Des pays tels que la France, le Canada et l’Allemagne, sont les donateurs les plus actifs. Cependant, on peut noter également que l’un des effets directs de « l’après 11Septembre » est la réduction radicale des bénéficiaires de cette catégorie de bourses. Par rapport à l’année 2001-2002, ils ont été réduits de moitié8. La France avec 26 nouveaux boursiers pour l’année 2002-2003 (contre 540 en 2002) et l’Allemagne, avec 24 boursiers (contre 48 en 2001) sont les pays les plus prisés par les étudiants des premier et deuxième cycles. En ce qui concerne le troisième cycle, le Canada avec 22 boursiers et l’Allemagne avec 5 boursiers étaient les destinations les plus sollicitées par les étudiants en quête de spécialisation9.

Segmentation de la mobilité insitutionnelle par destination d’étude : les gagnants et les perdants de « l’après 11-Septembre »

14D’après nos données, nous avons pu constater que la baisse des effectifs d’étudiants en mobilité institutionnelle, bien qu’elle soit réelle pour la période postérieure à 2001-2002, est loin d’être systématique. Si l’effort de la France dans ce domaine reste important – ce pays menant, depuis l’indépendance de la Tunisie, une politique de coopération et de présence culturelle active malgré toutes les difficultés de conjoncture –, il est possible de rappeler quelques évidences qui expliquent le changement opéré en matière d’aide de coopération à la mobilité estudiantine.

15La première remarque concerne les instruments de cette politique. En effet, la nouvelle orientation qui se fait, en grande partie, parallèlement aux programmes européens de mobilité, fait perdre à cette coopération les moyens de sa politique, notamment par le biais des pressions budgétaires successives en matière d’aide internationale directe à la mobilité pour certains pays francophones.

16La seconde remarque concerne les méthodes de coopération. Depuis 2001, la France accorde un nombre de bourses aussi réduit que celui qu’accorde un pays comme l’Allemagne qui n’a aucune politique d’influence culturelle dans le Maghreb. En donnant la priorité à la coopération locale et en ayant un premier rôle dans le développement des pôles d’excellences universitaires, des grandes écoles de l’enseignement des nouvelles sciences, la France semble avoir opté pour une voie de coopération autre que celle du soutien direct à la mobilité de masse.

17Cependant et contrairement aux autres pays, l’impact du 11-Septembre sur les politiques d’accueil des étudiants étrangers en Allemagne et au Canada a été très faible. Plusieurs facteurs expliquent cet état de fait parmi lesquels on note la volonté politique des États et l’orientation du gouvernement socialiste allemand, ainsi que l’engagement du gouvernement canadien en matière de coopération internationale. Cette ouverture explique l’augmentation des bourses nationales (Bn) à destination de ces deux pays. Concernant la destination canadienne, il est possible de parler d’un report assez important de l’aide publique tunisienne à destination des universités canadiennes et, notamment, québécoises. La variable linguistique joue ici un rôle majeur dans la détermination des politiques tunisiennes de coopération. La principale caractéristique de ce mouvement de report des flux se résume, a priori, en deux éléments essentiels : 1) assurer la survie de la mobilité institutionnelle dans un environnement culturel et linguistique adapté au système de formation supérieure locale (d’où la dimension francophone de cette mobilité vers la province de Québec ; 2) ouvrir ce mouvement de mobilité sur des formations nouvelles, notamment dans le domaine des Ntic.

  • 10 Après investigation, le lien présumé des trois étudiants avec les pirates sera très vite démenti. (...)

18En ce qui concerne la destination nord américaine, la situation est particulière. Contrairement aux marocains et aux algériens, les étudiants tunisiens sont traditionnellement peu nombreux dans les universités américaines. Dans les années 1981-1990, les États-Unis avaient mis en place un programme de coopération dénommé Transfert of Technology. Durant la même période, ce programme avait soutenu 760 bacheliers tunisiens inscrits dans des universités américaines pour suivre des spécialisations techniques et scientifiques. La grande majorité des bénéficiaires de ce programme ne sont jamais rentrés au pays, à l’exception des filles. Cette “fâcheuse” expérience avait eu des conséquences directes sur l’évolution de la mobilité institutionnelle. Aussi l’administration américaine a-t-elle décidé, en 1990, de développer un projet de réintégration des rentrants dans le secteur privé tunisien. Certaines associations tunisiennes de diplômés telles que la Tunisian Scientific Society ont été sensibilisées à cette question, bien que leurs actions aient été peu efficaces. Selon les sources de l’Amideast-Tunisie (America-Mideast Educational and Training Services Inc), ce programme, au budget de 100 000 dollars par an, n’a pas produit les résultats escomptés : certains « rentrants » (retournies) ont trouvé du travail en Tunisie, mais la plupart des anciens boursiers ont décidé de rester travailler aux États-Unis. L’arrêt total de ce programme eut lieu deux ans avant le 11Septembre, en 1999 et sous l’administration démocrate. En 2001, on n’enregistrait dans les universités américaines que deux étudiants boursiers (Bn). Après 2001, aucune mobilité institutionnelle n’a été enregistrée sauf au niveau des stages ou des bourses de haut niveau (bourses fulbright) qui ont continué d’exister. En somme, si l’arrêt total de la mobilité institutionnelle est bien le résultat direct de la politique « préventive » menée par l’administration républicaine contre le terrorisme, la tendance au repli vis-à-vis de cette mobilité est antérieure à 2001. Pendant cette première période, la crainte suscitée par la mobilité institutionnelle des étudiants n’était pas due au terrorisme mais au « non-retour » des étudiants, c’est-à-dire au « risque migratoire ». Selon cette doctrine, la mobilité institutionnelle (les aides publiques ou de coopération) basée sur le nivellement « par le bas » représentaient un risque sérieux, alors que la mobilité individuelle, plus sélective et conditionnée par des garanties financières (compte bancaire bloqué), représente un moindre risque. Cette sélectivité prend une dimension beaucoup plus importante après 2001. Ainsi, le véritable coup d’arrêt de cette mobilité a lieu en novembre 2001 lorsque trois étudiants en pilotage (dont une jeune fille de 21 ans) sont arrêtés par le Fbi, parce que soupçonnés de lien avec les pirates du 11Septembre. En fait, ces trois étudiants inscrits dans le Bald Eagle Aviation flight School10 avaient, pour tout crime, oublié de renouveler leur visa d’étude. Désormais, les écoles d’aéronautique canadiennes seront plus sollicitées : entre 2002 et 2003, le nombre d’étudiants tunisiens faisant des études d’aéronautique au Canada, bien que très restreint, a quasiment triplé.

  • 11 Voir le discours du président de l’Université G. Washington en visite en Tunisie en 2003 sur le si (...)
  • 12 Lors d’un colloque à l’Université Laval (Canada), M. F. Green (2002) déclare : “The gap between in (...)

19Conscients des effets négatifs d’une telle évolution, certains responsables universitaires ont évoqué le risque que les universités américaines soient coupées de la réalité du monde. Les initiatives prises par quelques présidents d’Université en visite en Afrique du Nord11 – visant à offrir quelques bourses de spécialisation à des étudiants tunisiens pour « colmater les brèches » provoquées par la conjonture politique – ne semble guère avoir eu d’impact réel sur la tendance au repli. Selon Madeleine F. Green (2002), s’il est vrai que, pour la période charnière 2000-2002, le soutien à la mobilité internationale est invariable (à 77 %) et que les données recueillies lors d’enquêtes d’opinion sur l’accueil des étudiants étrangers après le 11-Septembre, seraient encourageantes, le décalage entre les déclarations, les bonnes intentions, les politiques publiques et les pratiques administratives est, en revanche, très grand et très visible12.

Le Monde arabe ou la fin de la mobilité régionale

20Dans les années 1980-1990, la mobilité institutionnelle étudiante régionale et inter-maghrébine a été faiblement soutenue par les autorités tunisiennes (à peine 18 % de boursiers en 1988). De ce point de vue, la mobilité institutionnelle régionale ne présentait pas d’intérêt stratégique sur le plan économique : la majorité des formations et des filières étaient déjà représentées en Tunisie, rendant ces destinations d’études non rentables sur le plan de l’innovation scientifique. Dans le cadre des nouveaux accords bilatéraux et de la construction de l’Union du Maghreb arabe, au cours de la décennie 1990-2000, un certain nombre de bourses de coopération ont été distribuées, selon le principe de la réciprocité : un étudiant tunisien au Maroc pour un étudiant marocain en Tunisie. Ces accords de coopération concernaient surtout les domaines les plus “rentables”, comme la médecine, l’ingénierie et les disciplines technologiques. Après 2001, il y avait de moins en moins d’étudiants en mobilité institutionnelle, bien que le nombre des étudiants en mobilité individuelle soit resté plus ou moins stable.

  • 13 Cf. Tunisie. Enseignement supérieur et recherche scientifique (ministère), 2003.

21Pour l’année universitaire 2002-2003, seuls treize étudiants tunisiens ont bénéficié de bourses inter-maghrébines et ce, pour la seule destination du Maroc13. L’explication de ce recul reposait, jusqu’à 1999, sur l’hypothèse que la mobilité régionale inter-arabe aurait été essentiellement le fruit de la mobilisation politique des États nationalistes, essentiellement l’Irak et la Syrie. Dans la mesure où l’enseignement secondaire tunisien a été arabisé au début des années 1970, le développement de la coopération régionale, par le biais de la mobilité régionale locale, ne pouvait qu’augmenter. C’est ainsi que des milliers de jeunes Tunisiens d’origine sociale modeste ont pu continuer leurs études, grâce à des bourses ou des aides délivrées par les gouvernements irakien et syrien. Cette aide publique, peu lisible en termes statistiques (car souvent non déclarée en Tunisie par les bénéficiaires), se retrouve au niveau de l’aide octroyée aux étudiants tunisiens qui sont allés faire des études en Arabie Saoudite dans les années 1979-1989. Cette aide organisée par un régime de cooptation (tazkia) entre étudiants en sciences religieuses a été souvent financée par l’Alliance islamique mondiale (Rabita El-Alam Eslami). C’est seulement à partir de 1991 (et de la guerre du Golfe) que cette forme de mobilité sera endiguée. Le nombre des étudiants tunisiens boursiers en Arabie Saoudite, de 45 en 1987 a été réduit à zéro en 2000.

Segmentation des étudiants en mobilité institutionnelle : disciplines, genre et origine sociale

22La mobilité institutionnelle est-elle toujours, pour les pouvoirs publics tunisiens, une orientation stratégique ? Le fonctionnement du système d’attribution des bourses publiques, comme moyen ou instrument de mobilité institutionnelle, est révélateur des nouvelles orientations économiques de l’État qui, conformément aux nouvelles orientations dictées par la « mondialisation », valorise les choix éducatifs dits « stratégiques » pour l’avenir. Ces secteurs concernent surtout les sciences de l’ingénieur et de télécommunication. La satisfaction d’une telle demande suppose l’accélération du rythme de la mobilité institutionnelle. Or, depuis 2001, une telle possibilité paraît de plus en plus difficile. Les contraintes économiques et politiques engendrées par le 11Septembre avaient incontestablement pesé sur certaines orientations, comme la réduction des aides publiques (les bourses nationales tunisiennes pour certaines destinations) ou la réduction, voire la suppression de l’aide pour certaines autres (notamment les bourses destinées aux étudiants poursuivant des études dans les pays arabes).

Tableau n° 2. Les formations dans les sciences de l’ingénieur et la nouvelle technologie : données comparées des flux en Master à destination de la France, de l’Allemagne et du Canada

Tableau n° 2. Les formations dans les sciences de l’ingénieur et la nouvelle technologie : données comparées des flux en Master à destination de la France, de l’Allemagne et du Canada

Source : Enquête A. Hafaiedh 2003.

23Comme le montre le tableau n° 2, ce choix volontariste qui s’exprime en termes de renforcement de l’aide publique tunisienne, explique que la variation des effectifs pour les sciences de l’ingénieur soit très faible entre 2001 et 2003. Dans le cas de la France, nous constatons que la différence des effectifs, entre 2002 et 2003, est trop faible pour servir d’indicateur de variation. En revanche, on remarque une coopération renforcée avec un pays comme l’Allemagne. La croissance des inscrits dans les universités allemandes, dans les trois domaines déjà cités, avait atteint 14,2 % en 2003. Cette évolution devrait être plus tangible dans les années à venir. L’augmentation sensible du nombre d’étudiants qui choisissent l’allemand comme langue optionnelle dans l’enseignement secondaire public est également un indicateur significatif.

24La seconde évolution notable concerne la demande institutionnelle en formation dans le domaine des sciences sociales. La nouveauté vient du fait qu’une grande partie des bourses à destination de l’Allemagne est attribuée pour des études en sciences religieuses ou en religions comparées. Pour les autres spécialisations (droit, histoire et géographie), la France reste une destination privilégiée. L’autre variation notable concerne le fait que certaines disciplines comme la sociologie ou la philosophie font aujourd’hui partie des formations sollicitées dans le cadre des universités allemandes.

25Enfin, la troisième évolution concerne la participation féminine. Pour l’année universitaire 1997-1998, le taux de mobilité internationale des filles ne représentait que le tiers de la mobilité générale. Sur la base des données de 1998, nous avons recensé 457 filles (31,8 %) contre 981 garçons (68,2 %) bénéficiaires de bourses nationales ou de bourses de coopération. Les filles ayant obtenus des bourses d’études se dirigeaient principalement vers la France et l’Allemagne et, dans une moindre mesure, vers le Canada, les États-Unis et la Belgique. Dans le cas de la France, leur présence est passée de 42,7 % en 2001-2002 à 48 % en 2002-2003. Il en va de même pour l’Allemagne (de 30 % à 40,1 %). La seule destination qui enregistre une baisse relative à ce niveau est le Canada où la distance géographique joue ici un effet anti-pull pour les filles. Cette baisse concerne surtout les étudiantes en gestion et finances, marketing, comptabilité et sciences économiques. En revanche, la présence des filles dans des filières comme les sciences de l’ingénieur ou les sciences sociales se confirme. Cette augmentation reflète, sans doute, deux variations parallèles : d’abord, l’augmentation réelle des effectifs féminins dans l’enseignement supérieur tunisien ; ensuite, le fait que la mobilité féminine rassure les services consulaires étrangers. L’argument sécuritaire (« les filles font moins de problèmes que les garçons ») est soutenu par un argument logique (« les filles, contrairement aux garçons, rentrent dans leur pays d’origine après leur formation et résistent beaucoup plus à l’idée de s’y installer »).

26La proportion entre filles et garçons s’est modifié à partir de 1999-2000. Selon les chiffres les plus récents du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, les filles seraient aujourd’hui majoritaires à l’Université tunisienne. Elles représentent 53,9 % des effectifs totaux des étudiants (chiffres de 2002). En tenant compte des données démographiques de la Tunisie, on peut supposer que cette tendance est appelée à croître. Son impact sur l’évolution des flux des mobilités interne et internationale, pour les années à venir, est plus qu’évident. Ainsi, deux ans avant l’année 2002-2003 (année test pour mesurer l’effet du 11-Septembre sur l’évolution des flux), on a pu constater une augmentation sensible de la mobilité institutionnelle féminine dans plusieurs pays, y compris au Canada. La seule exception notable est l’Allemagne qui reste une destination à forte dominante masculine : en 2001, on y comptait 62 étudiantes et, en 2003, elles n’étaient plus que 48. Les explications avancées par les étudiants concernant cette régression tournent autour d’un argument principal : « les filles sont souvent minoritaires dans les filières techniques qui attirent la majeure partie des effectifs d’étudiants tunisiens en Allemagne ».

27Toujours dans le cas de l’Allemagne, on a pu remettre en cause deux variations notables : la baisse du nombre des filles admises dans les studienkolleg allemands ; et le fait que les étudiantes, plus francophones en général que les garçons, optent rarement pour l’apprentissage de la langue allemande au niveau de la formation secondaire. Cet état de fait explique, en partie, le nombre très réduit des filles en mobilité dans les universités allemandes. Le report de leur projet de mobilité, lorsqu’il existe, se fait souvent en direction du Canada ou, phénomène beaucoup plus récent, en direction de l’Europe de l’Est, et plus spécialement de la Roumanie où nombre de filières sont désormais enseignées en français.

28En ce qui concerne la variable sociologique, les indicateurs semblent confirmer une relative ouverture de l’aide publique à la mobilité en faveur des étudiants originaires des « régions de l’intérieur » (el-manatik eddakhilia) (par opposition aux régions littorales). Contrairement aux décennies 1980 et 1990, la mobilité institutionnelle des années 2000 témoigne d’une supériorité relative des groupes sociaux aisés. Cependant, cette supériorité en nombre n’est ni absolue ni hégémonique. Bien que notre enquête n’ait concerné que les étudiants en départ individuels (les fichiers des étudiants boursiers n’étant pas nominatifs), les quelques entretiens réalisés en Tunisie, avec des responsables de la Banque centrale de Tunisie et du ministère de l’Enseignement supérieur, nous ont permis de constater que l’ouverture du système universitaire, par le biais du renforcement continu des capacités d’accueil, avait contribué incontestablement à renforcer la participation des étudiants issus des « régions de l’intérieur », défavorisées. C’est le cas des gouvernorats de Sidi-Bouzid (dans le Centre-Est du pays) et de Béja (dans le Nord-Est) où de nombreux étudiants ayant réussi au baccalauréat, avec un score élevé, ont pu “décrocher” une bourse d’étude à l’étranger. Cependant, ce renforcement spécifique de la mobilité institutionnelle reste très limité. En ce sens, les lois de la reproduction sociale qui favorisent les meilleurs résultats (rôle du capital culturel et linguistique et niveau du suivi parental) interviennent d’une manière indirecte. En ce qui concerne le niveau de réussite (le scooring) sur lequel est basé le programme informatisé de l’orientation universitaire, d’autres facteurs peuvent intervenir, notamment ceux qui sont liés au capital relationnel des candidats au départ (el-maarif). Beaucoup d’étudiants, particulièrement ceux qui n’habitent pas les grandes villes ne comprennent pas comment les demandes de bourses à l’étranger sont traitées, et selon quels critères.

Conclusion

29Aujourd’hui, le « marketing » de l’enseignement supérieur est en train de dépasser la logique de la formation supérieure en tant que « bien public global ». L’évolution des flux de mobilité institutionnelle, entre 2001 et 2003, confirme l’impact négatif de l’effet de période et de la marchandisation de l’enseignement supérieur, sur la gestion de l’aide publique à la mobilité internationale des étudiants. S’il est vrai que l’aide publique nationale semble être stable et invariable depuis cette époque, (en nombre absolu d’étudiants boursiers), il faut admettre en contrepartie que la demande formulée de mobilité (nombre des candidats au départ) n’a cessé de croître. L’autre tendance négative concerne l’offre internationale de mobilité qui rentre dans le cadre de la coopération ou de l’aide publique au développement (Adp). Dans ce cas précis, on assiste à un changement d’envergure au niveau des stratégies de régulation de l’offre et de la demande. Le « marketing » universitaire de plus en plus actif remplace, progressivement, la logique de coopération multilatérale ou bilatérale par la voie de la mobilité individuelle.

30Dans cette perspective, il nous paraît judicieux de distinguer l’internationalisation de l’université (notamment par le biais de la mobilité institutionnelle) de la globalisation et de la post-globalisation. Avant le 11-Septembre, le travail des responsables des politiques d’internationalisation dans les universités et celui des « patriciens de l’international » s’accomplissaient dans un environnement non problématique. Le débat scientifique portait plutôt sur les composantes des flux, sur leurs modes de diffusion et de mobilité, ainsi que sur le développement des moyens de mobilités (les instruments de la coopération). Après le 11Septembre, cet univers administratif inter-culturel est désormais déphasé par rapport aux enjeux sécuritaires des décideurs politiques. D’où une autre question : les politiques d’internationalisation des universités ou de la mobilité internationale des étudiants seraient-elles, au monde de l’éducation supérieure, ce que sont les relations internationales au monde global dans lequel nous vivons ?

Bibliographie

Bibliographie

Bauer Thomas K. et Zimmerman Klaus F., 1994, “Modeling international migration. Economic and econometric issues”, in Causes of international migration. Proceedings of a workshop (Luxembourg, 14-16 décembre 1994), Luxembourg, Eurostat, 95-115.

Ben Sedrine Saïd et Geisser Vincent, 2000, Le retour des diplômés : enquête sur les étudiants tunisiens formés à l’étranger, Tunis, Centre de publication universitaire.

Cassarino Jean-Pierre, 2000, Tunisian New Entrepreneurs and their Past Experiences of Migration in Europe. Aldershot, Ashgate.

Cassin Sophie, Ihalouine Fathi, Mulet Étienne et Thomas Bruno, 2002, « La mobilité “européenne” des jeunes : déterminants émotionnels, attitudinaux et circonstanciels », L’orientation scolaire et professionnelle, n° 3, 393-416.

Green Madeleine F., 2002, “Globalisation and national university systems”, A.U.S. View-Workshop on Education and Globalization, Laval University, 19 septembre. www.bi. ulaval.ca/Globalisation-Universities/pages/ GreenmadeleineF.pdf

Hafaiedh Abdelwaheb, 2005, Le visa étudiant. Objet de désir, miroir des indésirables, Tunis, Ceres, (Cahiers du Ceres, série Sociologie, n° 27), 222 p.

Larson Katherine A. et Rumberger Russel W., 1998, “Student mobility and the increased risk of high school dropout”, American Journal of Education, vol. 107, 3.

Massey Douglas S. et Espaòa Felipe G., 1987, “The Social process of international migration”, Science, n° 237, 733-738.

Neto Félix et Mullet Étienne, 1998, “Decision making regarding migration : wage differential, job opportunities and the network effect”, Acta Psychologica, vol. 98, n° 1, 57-66

Temple Judy A., 1999, “Mobility and acheivement : longitudinal findings from an urban cohort”, Journal of School Psychology, vol. 37, n° 4, 355-377.

Tunisie. Enseignement supérieur et Recherche scientifique (ministère), 2003, Trente indicateurs pour l’enseignement supérieur tunisien, document statistique, Tunis, Mesrs.

Unesco, 1999, Annuaire statistique, Paris, Éditions de l’Unesco.

Notes

1 Nous renvoyons à S. Cassin, F. Ihalouine, É. Mulet et B. Thomas, 2002.

2 Les résultats de cette enquête ont été publiés in A. Hafaiedh, 2006.

3 Journal Officiel de la République Tunisienne (Jort), 31 octobre 2001.

4 Selon l’article 4 du même arrêté, « Les montants mensuels de la bourse de subsistance dans le cadre des bourses spécifiques des pays de l’Union européenne sont fixés ainsi qu’il suit : premier groupe, la Grande Bretagne, l’Allemagne, la France, l’Irlande et l’Autriche – l’équivalent en dinars tunisiens de cinq cents vingt cinq (525) euros ; deuxième groupe, les Pays Bas, la Suède, la Finlande et le Danemark – l’équivalent en dinars tunisiens de quatre cents cinquante (450) euros ; troisième groupe, la Belgique, le Luxembourg, l’Italie, l’Espagne, la Grèce et le Portugal – l’équivalent en dinars tunisiens de trois cents soixante (360) euros ».

5 Dans l’année universitaire 1988-1989, la Tunisie comptait environ 1 438 étudiants boursiers dans le monde dont 990 boursiers du gouvernement (68,8 %) et 448 boursiers de coopération (31,2 %) : 70 % des bénéficiaires d’aides publiques étaient des garçons et 30 % des filles. Dans la mobilité institutionnelle étudiante tunisienne, l’essentiel de l’effort financier de l’État tunisien portait sur les étudiants de France (79 % de la totalité des bourses gouvernementales) et, plus marginalement, sur les individus suivant des études en Allemagne (21 %). Dès l’année 1999-2000, la contribution des différents partenaires de la Tunisie à la politique de coopération et d’échanges universitaires avait permis la diversification des destinations (Espagne, Belgique, Suisse, etc.). Cf. S. Ben Sedrine et V. Geisser, 2000, 29.

6 L’évolution de ce volume peut être calculé de la manière suivante :
Image

7 Cette orientation a été dictée par les nouvelles priorités visées par le plan de rénovation de l’Université. Ces choix couvrent trois aspects essentiels : la formation courte, la formation littéraire et linguistique appliquée, ainsi que la formation scientifique et technique. Au premier niveau, le choix public se porte actuellement et sous l’instigation de la Banque mondiale, sur l’encouragement de la formation supérieure courte (instituts de technologie). En ce qui concerne cette formation, la Tunisie adopte, d’une manière progressive, les normes de l’Union européenne, quant à la durée de la formation en six semestres, entrecoupés de périodes de stages, ou en cinq semestres auxquels s’ajouterait un stage semestriel. Cependant, l’accélération du rythme de la professionnalisation enregistrée à ce niveau, bien que louable et généralement positive, risque à long terme de provoquer une saturation, étant donnée les capacités d’intégration limitée du secteur privé.

8 Cf. « 186 nouveaux boursiers pour la prochaine année universitaire », Le Quotidien, Tunis, 28 juillet 2002.

9 Lorsqu’il s’agit d’une mobilité institutionnelle étrangère (de bourses françaises ou allemandes par exemple), il faut rappeler qu’avant d’être pris en charge par une bourse étrangère (au niveau du master ou du doctorat), un étudiant tunisien a d’abord bénéficié d’une bourse tunisienne d’une durée de quatre ans (la maîtrise). La participation du MESRS à la sélection des candidats aux bourses est également l’un des aspects de cette mobilité institutionnelle. Dans le cas français, cette sélection s’effectue dans le cadre d’un groupe de travail coprésidé par le directeur général des Affaires estudiantines et le conseiller de Coopération et d’Action culturelle de l’Ambassade de France en Tunisie. Trois critères sont retenus dans l’examen des dossiers : 1) privilégier les étudiants qui ont une mention « Très Bien » ; 2) favoriser, parmi les mentions « Bien » et « Assez Bien », les étudiants qui travaillent dans le domaine du français, des sciences humaines et des sciences sociales ; 3) soutenir les candidatures dans des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Cf. le Rapport d’information de Michel Charasse devant le Sénat français (session ordinaire) du 16 novembre 2000, 73.

10 Après investigation, le lien présumé des trois étudiants avec les pirates sera très vite démenti. Cf. “3 Tunisian Students ordered to leave Us, Tulsa World, 16 novembre 2001.

11 Voir le discours du président de l’Université G. Washington en visite en Tunisie en 2003 sur le site web de cette institution.

12 Lors d’un colloque à l’Université Laval (Canada), M. F. Green (2002) déclare : “The gap between inclination and policy and practice is enormous. These generally favourable attitudes do not seem to translate into public policy, institutional action, or student behaviours. The rhetoric soars far above the reality, and closing this gap is an essential task for policy makers and institutional leaders. Commitment to bringing in international students from other countries must remain strong because they have the potential to make a powerful contribution to the learning environment on U.S. campuses. Right now, the confusion and delay in implementing a new federal system to keep track of international students is creating significant problems for institutions. If we remain unlikely to send our students into the world, then it is imperative that we bring the world to our campuses, through international students and technology. U.S. higher education has a lot to offer other nations, but we chronically underestimate what we have to gain from them. Joining the world is a vital agenda for the U.S. educational system and for its citizens”.

13 Cf. Tunisie. Enseignement supérieur et recherche scientifique (ministère), 2003.

Table des illustrations

Titre Tableau n° 1 : Évolution du flux global de mobilité et part de mobilité institutionnelle (1973-2003)
Légende Sources : Enquête A. Hafaiedh, 2003 & Mesrs, 2000.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/737/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Tableau n° 2. Les formations dans les sciences de l’ingénieur et la nouvelle technologie : données comparées des flux en Master à destination de la France, de l’Allemagne et du Canada
Légende Source : Enquête A. Hafaiedh 2003.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/737/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 29k

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable