Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires productifs en question(s)

 | 
Mihoub Mezouaghi

Résumés

Résumés

Les territoires productifs en question(s). Transformations occidentales et situation maghrébines

Texte intégral

1Mihoub MezouaghiLa problématique des territoires productifs et son application au Maghreb. Introduction.

2Les débats actuels sur les rapports entre territoire et production reposent le plus souvent sur une approche normative et prescriptive du développement local, qui présuppose a priori la malléabilité, la convergence et la transférabilité d’un modèle territorial. On peut lui opposer une approche qui procède à une contextualisation (historique et institutionnelle) de la territorialisation des activités productives et qui tente, au contraire, de penser la diversité des configurations locales. Cette démarche conduit d’abord à une déconstruction/redéfinition du concept de « territoire productif », en reconsidérant plus particulièrement trois questions fondamentales : celle des frontières, celle du mode de régulation des relations entre acteurs locaux (publics/privés) et celle de la durabilité du « territoire productif ». Ensuite, elle permet, dans un contexte donné, de (re)qualifier les transformations des systèmes productifs localisés au regard d’observations empiriques.

3Jean-Pierre GillyL’économie de proximité. Principes méthodologiques et études de cas.

4Dans ce papier, sont présentés succinctement les principes théoriques qui fondent l’économie de proximité et tout particulièrement la notion plurielle de « proximité » qui permet d’introduire une conception dynamique du territoire, dans ses dimensions productive et institutionnelle. Ces principes sont ensuite mobilisés pour l’étude de situations territoriales diversifiées qui sont brièvement rappelées. L’auteur s’interroge sur leur efficacité et leur adaptabilité pour des territoires productifs insérés dans des pays en développement tels que ceux du Maghreb.

5Catherine Baron et Malika Hattab-ChristmannDéveloppement local et gouvernance territoriale. Plasticité des concepts ou transférabilité des modèles entre économies occidentales et économies maghrébines ?

6Cette étude s’intéresse au contexte institutionnel d’émergence des concepts de « territoire », de « dynamiques et gouvernance territoriales » pour les mettre ensuite en perspective avec les réalités des PVD, et du Maroc en particulier. La démarche des auteurs s’appuie sur l’apport de plusieurs disciplines des sciences sociales à l’analyse de la plasticité des concepts. Des notions comme celle de « développement local », de « gouvernance territoriale » sont, à la fois, des concepts et des outils opérationnels d’analyse de formes d’organisation réelles. Dès lors, on peut se demander si le transfert de formes organisationnelles politico-administratives légitime le transfert conceptuel ou si, au contraire, le transfert conceptuel n’est pas à l’origine de l’adoption du même design organisationnel.

7Zouhour Karray et Slim DrissInvestissements directs étrangers et concentration industrielle. Le cas de la Tunisie.

8Partant d’un constat réel sur l’inégale répartition des activités industrielles et des investissements étrangers en Tunisie, l’article étudie les phénomènes d’agglomération des activités industrielles et leurs liens avec les Investissements directs étrangers (Ide). Les auteurs considèrent que la décision de localisation d’une entreprise étrangère se fait en deux étapes, choix du pays d’abord puis choix de la région à l’intérieur de ce pays. En s’appuyant sur les apports de la « nouvelle géographie économique », ils proposent une analyse des facteurs d’attractivité (facteurs institutionnels, économiques et sociaux) et des déterminants de choix de localisation (forces centrifuges et centripètes). Le phénomène de concentration qui en résulte peut déboucher sur la spécialisation de certaines régions. Les calculs des différents indices de concentration (à partir des données sur l’emploi total et sur l’emploi créé par les Ide) montrent une certaine concentration géographique des activités, accompagnée d’une spécialisation régionale.

9Youghourta BellacheL’impact du Programme d’ajustement structurel sur le développement local en Algérie. Cas des communes du versant nord du massif des Babors-Biban (wilaya de Bejaïa).

10La mise en œuvre de l’ajustement structurel, entendu comme l’ensemble des mesures visant à réduire l’action économique et sociale de l’État, a eu des effets importants sur le développement local dans la wilaya de Bejaïa. Au plan social, l’application de l’ajustement structurel durant la décennie 1990 a induit une baisse drastique, en termes réels, des dotations budgétaires allouées par l’État à la wilaya et à ses communes pour mener des actions de développement. Contrairement à une idée répandue, ce resserrement budgétaire n’a pas conduit au gel des principaux services publics mais, au contraire, à leur relative amélioration. Celle-ci est le résultat de deux facteurs conjugués, la redéfinition des priorités locales de développement d’une part, l’amélioration de la gestion des budgets et des investissements publics locaux d’autre part. En revanche, sur le plan de l’emploi, l’ajustement structurel semble avoir échoué puisqu’il s’est soldé par la fermeture de plusieurs unités publiques économiques, provoquant des pertes massives d’emplois, sans pour autant permettre un développement significatif du secteur privé, à même de résorber le chômage extrêmement élevé dans la région.

11Améziane FergueneEntreprises artisanales et dynamiques locales dans les médinas de Fès (Maroc) et de Sfax (Tunisie).

12Bien qu’à des degrés sensiblement inégaux, les centres urbains anciens de Sfax (Tunisie) et de Fès (Maroc) sont le théâtre de foisonnements socioéconomiques qui sont à la base, sur chacun de ces deux territoires, d’une dynamique de développement local non seulement originale mais prometteuse. Quels sont les principaux ressorts de cette dynamique territoriale à l’oeuvre dans les deux médinas ? Quel est notamment le rôle de la maind’oeuvre et des savoir-faire qui sont les siens ? En outre, dans le contexte actuel de globalisation, quel(s) rapport(s) ces deux systèmes locaux entretiennent-ils avec l’extérieur, l’international en particulier ? De l’analyse, on peut retenir qu’à Fès comme à Sfax, la dynamique territoriale repose en bonne partie sur des métiers et savoir-faire ancestraux mais actualisés et adaptés aux conditions modernes de la production. Pour surmonter leurs handicaps face à la concurrence, les acteurs économiques locaux, tout en tirant le meilleur parti de leur proximité spatiale et des traditions de solidarité locale, font preuve d’une grande souplesse dans l’organisation de leurs activités, ainsi que d’une grande ingéniosité. Enfin, leur ouverture sur l’international leur permet, chaque fois que nécessaire, d’incorporer les techniques modernes de fabrication et de gestion, ce qui contribue à leur efficacité.

13Jean-Luc Piermay et Alain PiveteauDu Sénégal au Maroc. Pertinence et impertinence des territoires productifs.

14Dans cet article, les auteurs, l’un géographe et l’autre économiste, proposent de confronter les traits principaux des nouvelles logiques du développement fondées sur les territoires productifs aux formes concrètes de la production, au Sénégal et au Maroc. La question de la pertinence réfère à la qualité heuristique de concepts forgés dans l’analyse de situations post-fordistes, bien qu’ouverts à la variété des formes productives performantes. Celle de l’impertinence renvoie, quant à elle, aux possibles impasses d’un déplacement trop mécanique, voire prescriptif, de ces mêmes concepts vers des économies dont l’industrialisation reste embryonnaire et le développement local, une nouvelle promesse d’amélioration des conditions de vie. Pertinence et impertinence des concepts sont testées ici à l’occasion d’un passage de “terrain”.

15Jacques PerratDes Systèmes productifs localisés aux Pôles de compétitivité. Enseignement des nouvelles politiques publiques françaises.

16L’évolution des politiques publiques françaises est révélatrice de l’affirmation de nouvelles logiques de régulation. Avec les Pôles de compétitivité, on passe d’une recherche de l’intérêt public et du développement à long terme de l’ensemble du territoire national à une affirmation du rôle du marché et des grandes firmes et à un soutien sélectif et temporaire des seuls territoires capables de s’affirmer dans la compétition mondiale. L’article tente d’en tirer enseignement pour les pays émergents en insistant sur le rôle désormais stratégique de l’innovation, que ce soit en termes de structuration territoriale, de mobilisation des compétences humaines ou d’exigences institutionnelles.

17Gilles Puel et Valérie FautreroTrajectoires de développement, innovation et territoires. « Ville diffuse » et/ou polarisation urbaine.

18Ce papier aborde les relations entre Tic et développement territorial dans le contexte de la mondialisation et de la réduction des distances. Le cadre théorique, ancré dans la géographie, questionne les liens entre Tic et territoires productifs (dissémination/agglomération,…) pour mesurer leur degré d’interactions et le potentiel de différenciation territoriale dont ils sont porteurs. Deux études de cas, l’une dans une ville moyenne, l’autre dans la « ville diffuse », mais centrées sur un idéal-type, le territoire fun, analysent deux trajectoires de développement qui cherchent à ancrer des entreprises de contenus Tic. Dans leurs conclusions, les auteurs relativisent le rôle des TIC, variable facilitant l’innovation mais parmi tant d’autres. Les clés de l’explication des échecs comme des réussites seraient à trouver à l’échelle locale certes, mais aussi à l’échelle régionale ou globale. Enfin, ils soulignent l’imprédictibilité des interactions entre innovation et contextes territoriaux fortement différenciés même si quelques modèles semblent se dégager.

19Élise VoguetDissidence affirmée ou rejet codifié de la Umma. Badawî et ‘arab dans les Nawâzil Mâzûna. La lecture des fatwas fait ressortir l’opposition traditionnelle entre hadarî et badawî. Cette opposition y reflète la conception que les juristes se faisaient de la société dont ils tentaient d’établir les normes de fonctionnement, ainsi que leur souci d’ordonnancement du monde. Dans les cas d’espèce, l’opposition sociale entre “gens des habitations fixes” et “nomades”, quel que soit leur niveau de nomadisme, se double de considérations politico-religieuses qui distinguent un espace soumis, contrôlé, imposable, d’un espace rejeté du côté de la dissidence. C’est dans ces lieux qui échappent au sultan et ne sont sous aucune juridiction légale, que l’on rencontre les a‘râb quasi systématiquement associés aux actions de razzias. Le terme a‘râb désigne alors une catégorie juridique de personnes caractérisées par le brigandage. Les relations que la Umma peut entretenir avec eux sont strictement codifiées et ils sont encouragés à faire acte de repentir pour rejoindre la communauté des croyants.

20M’hamed OualdiDe la cour à la maison. L’étude des entourages princiers, entre domaines européen et ottoman.

21En partant du constat de la multiplication des études sur les entourages princiers, ces derniers années, dans l’aire ottomane (au cœur de l’empire, à Istanbul, mais aussi dans des provinces périphériques comme celle de Tunis), l’auteur établit des parallèles et des passerelles avec l’historiographie du phénomène curial en Europe. Comment l’étude des entourages princiers s’est-elle affirmée, avec des décalages, dans l’Occident européen puis pour certaines aires ottomanes ? Il insiste surtout sur la rupture opérée par Norbert Elias. La perception si fructueuse et si problématique d’une cour comme lieu central du processus de civilisation peut-elle s’acclimater en des domaines où les ascensions et déchéances sociales sont foudroyantes, où les maisons princières paraissent, aux premiers abords, étrangères à leur environnement, où le service du souverain est autrement conçu, non fondé sur un discours aristocratique mais le langage de l’obéissance, de la fidélité ? Partant d’un même effort de conceptualisation, de mêmes outils éliassiens, la comparaison est-elle possible entre cours européennes et cours de provinces ottomanes aux échelles variables ? Ne peut-on partir, à l’inverse, de la notion de household (maison), largement mise en valeur dans l’historiographie ottomane sous l’influence d’un empirisme anglo-saxon, pour concevoir la diffusion des clientèles, la multiplicité des lieux d’influence des hommes du prince en veillant à ne pas restaurer un schéma segmentaire, perdant de vue tout espace neutre, tout espace politique hors du domaine domestique ?

22Clémentine GutronPour une approche anthropologique de l’archéologie. L’expérience de Jules Toutain en Tunisie à la fin du xixe siècle.

23L’expérience en Tunisie de Jules Toutain (1865- 1961), historien et archéologue spécialiste de la Rome ancienne, est, dans le présent article, interrogée. Pur produit de l’académisme français (ancien élève normalien, agrégé et membre de l’École française de Rome), ce savant participe à l’intégration de la Tunisie à l’axe influent de la recherche en archéologie romaine qu’est Paris- Rome-Alger. Savoir en cours d’institutionnalisation et en phase de redéfinition, l’archéologie est, aussi, une pratique. Appréhendées à la lumière d’éléments de correspondance et de sources imprimées, les campagnes de fouilles conduites par Toutain à Chemtou ou au Bou-Kornine (1891-1892) éclairent le contexte et les conditions de l’exercice de l’archéologie en Tunisie dans le dernier quart du xixe siècle.

24Myriam BachaLa législation patrimoniale tunisienne au début du protectorat. Le décret du 7 mars 1886 : entre innovation et obsolescence.

25Promulgué dès l’instauration du protectorat, le décret du 7 mars 1886 réglemente la protection des monuments historiques tunisiens, mais il est surtout pensé pour sauvegarder les ruines de l’antiquité. Ce texte, novateur lors de sa promulgation, s’avère de moins en moins adapté à la gestion des nouveaux “patrimoines” que sont les ensembles historiques et naturels, les édifices islamiques ou encore les vestiges sub-aquatiques. Alors qu’en France, le législateur édicta régulièrement des lois destinées à protéger ces nouveaux objets, en Tunisie, le décret du 7 mars 1886 resta le texte de référence jusqu’à l’indépendance et ne fut complété par aucune législation supplémentaire. Le présent article propose de montrer comment, au début du protectorat, les administrateurs du service des Antiquités sont parvenus à intégrer de nouvelles catégories de patrimoine à leur champ d’activité, en s’appuyant pourtant sur un texte devenu obsolète.

26Yazid Ben HounetLa tribu en pratique. Le rituel de la mûdâwala chez les Awlâd Sîd Ahmad Majdûb (Algérie).

27L’objet de cet article est d’analyser le lien tribal dans le Haut Sud-Ouest algérien à travers une pratique ritualisée d’invitation / contre-invitation collective appelée mûdâwala. L’auteur s’attache à montrer comment ce rituel informe de la teneur des solidarités tribales (‘asabiyyat) dans cette région en même temps qu’il permet de maintenir ou de redéfinir les rapports tribaux. Moment d’échanges et de concertations, la mûdâwala apparaît comme un espace public tribal ou d’origine tribale. En ce sens, l’analyse de ce rituel contribue à rendre compte des rapports tribaux en pratique et pas seulement du point de vue de la structure ou du modèle.

28Hamdi OunaïnaLes peintres professionnels de Tunisie. Un processus de construction d’un pouvoir.

29La scène artistique de Tunisie a été, depuis ses débuts en 1894 (création du Salon Tunisien), l’objet de diverses polémiques esthétiques. Une approche en termes de sociologie des organisations et des groupes restreints permet de montrer que l’organisationnel et le politique priment dans le domaine de la création picturale locale. Cette approche permet surtout de mettre l’accent, moins sur le “génie créateur” de l’artiste, que sur son implication dans une action collective rationnelle : dans cette perspective, l’artiste devient un “travailleur” comme un autre. Si l’exceptionnelle réussite de la première tentative de professionnalisation de l’art pictural en Tunisie a beaucoup aidé à promouvoir cette pratique “moderne”, elle a aussi permis au groupe de l’École de Tunis, en dominant le marché de l’art, de scléroser cette scène et de normaliser la créativité des nouvelles générations de peintres, jusqu’aux années 1980.

30Bouziane Semmoud et Hisham HafezLes villes nouvelles d’Égypte, entre plans et réalités. Le cas particulier du Grand Caire.

31Les villes nouvelles du Caire ont été mises en place dans un contexte de libéralisation économique et de faible planification spatiale. Si elles atteignent l’objectif économique qui leur avait été assigné, nombre d’entre elles souffrent de la médiocrité des infrastructures et des services publics et d’un fort décalage entre emploi, logement et peuplement. Elles renforcent ainsi la polarisation industrielle du Caire et, ne parvenant pas à s’autonomiser, semblent devenir de simples banlieues lointaines, fonctionnellement et socialement différenciées.

32Sylvie MazzellaL’enseignement supérieur privé en Tunisie. La mise en place étatique d’un secteur universitaire privé.

33L’article analyse la création d’un secteur universitaire privé en cours de consolidation et de légitimation, destiné à modifier en profondeur le service d’enseignement supérieur en Tunisie, sous le contrôle politique et gestionnaire de l’État. La première partie analyse l’interdépendance des acteurs privés et publics, ainsi que la forme d’implication de l’État tunisien. La deuxième partie souligne l’enjeu de légitimation des établissements supérieurs privés, en le situant dans la continuité des réformes de l’Université des années 1990. Enfin, à partir d’une analyse des stratégies de ces jeunes établissements et de leur partenariat, la dernière partie revient sur la contribution active du secteur privé à un espace universitaire Sud-Sud – en direction des pays de l’Afrique francophone – et Sud- Nord, en direction de la France, en particulier. Il s’agit, en fin de compte, d’analyser le rôle qu’entend jouer la Tunisie dans l’espace universitaire euromaghrébin et, au-delà, euro-africain.

34Benjamin StoraEntre les mémoires et les lois, l’écriture de l’histoire.

35L’objectif de ce texte est de relater les moments d’émergence des “lois mémorielles” dans la société française, de 1990 à 2005. Pour l’auteur, ces lois ne sont pas toutes de même nature (loi Gayssot sur l’extermination des Juifs, loi sur “le génocide arménien”, “loi sur l’esclavage”, et “loi sur le rôle positif de la colonisation”). Il faut savoir distinguer entre chacune des lois, et veiller à ce que l’État n’empiète pas sur le travail des historiens.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable