Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires productifs en question(s)

 | 
Mihoub Mezouaghi

Études

Pour une approche anthropologique de l’archéologie

L’expérience de Jules Toutain en Tunisie à la fin du xixe siècle

Clémentine Gutron

Texte intégral

  • 1 Sur l’archéologie, cf. A. Arnaud, 2000 ; K. Bendana, 2000, È. Gran-Aymerich, 2000, H. Jaïdi, 2000, (...)

1En France, l’archéologie est envisagée comme objet d’étude depuis les années 1990. La publication de l’ouvrage d’A. Schnapp, La conquête du passé. Aux origines de l’archéologie (1993), marque le début des recherches appréhendant l’archéologie dans une perspective exclusivement historiographique. Lieu d’une intense activité archéologique, l’Afrique du Nord, retient l’attention des chercheurs. Le sujet de l’archéologie est d’abord l’apanage, sinon des archéologues eux-mêmes, du moins des antiquisants. L’épigraphiste M. Dondin-Payre (1994a et 1994b) analyse l’institutionnalisation de l’archéologie en Algérie avec la mise en place d’une structure déjà expérimentée en Égypte, une commission d’exploration scientifique. Les contemporanéistes et les historiens de l’art s’intéressant peu à peu à ce domaine développent une approche similaire. Les institutions et leur fonctionnement, les recherches menées et leurs résultats, les savants et leur environnement scientifique constituent les principaux thèmes traités par l’historienne de l’art N. Oulebsir (2004) dans son livre sur le patrimoine en Algérie durant la période coloniale. Avec un décalage de quelques années mais néanmoins une ouverture plus précoce aux non-antiquisants, l’histoire de l’archéologie en Tunisie connaît la même évolution. La Tunisie mosaïque, ouvrage dirigé par le numismate J. Alexandropolous et le contemporanéiste P. Cabanel (2000) rassemble une série d’articles sur les débuts de cette discipline signés par des archéologues et des historiens1. La dimension politique de l’archéologie est mise en lumière dans les travaux d’È. Gran-Aymerich (2003) qui intègre l’exemple tunisien à une réflexion tenue à l’échelle de la France.

  • 2 Cf. les travaux sur Paul Gauckler (1866-1911) par J. Alexandropoulos (2001) et sur Charles-Joseph (...)

2Si l’histoire institutionnelle est prépondérante dans le champ de l’histoire de l’archéologie (M. Bacha, 2005), d’autres approches sont tentées dans des études ponctuelles. L’entrée par la biographie permet de considérer le savant en tant qu’homme et acteur2. Le questionnement devient plus anthropologique encore si l’on s’interroge sur le rapport de l’archéologue à son métier, à sa pratique, car l’archéologie est avant tout une science de terrain. Aux considérations politiques, idéologiques, institutionnelles et scientifiques définissant l’archéologie, s’ajoutent des considérations plus conjecturelles encore, celles du quotidien de la recherche. Cet angle d’attaque offre la possibilité d’interroger une aventure savante dans ce qu’elle a d’expérimental.

  • 3 Pour des informations biographiques sur J. Toutain, cf., notamment, les notices écrites par L. Car (...)
  • 4 Sur la carrière de J. Toutain, cf. Annuaire des membres de l’École française de Rome (1873-1986), (...)
  • 5 Cet article est essentiellement fondé sur la correspondance que Toutain a adressée à Auguste Geffr (...)

3C’est dans cette perspective qui cherche à éclairer le fonctionnement de l’archéologie que l’expérience de Jules Toutain (1865-1961)3 est appréhendée ici. Élève normalien (1885-1888), agrégé d’histoire et de géographie (1888), ce jeune spécialiste de Rome s’intéresse au terrain tunisien largement ouvert, après le terrain algérien, aux prétentions archéologiques françaises. De 1888 à 1890, il est nommé inspecteur des Antiquités de Tunisie au sein du service créé au lendemain de l’établissement du protectorat4 ; puis il revient en tant que membre de l’École française de Rome (Efr) (1890-1892) effectuer plusieurs campagnes de fouilles au Bou-Kornine (1891), à Chemtou (1892) et à Tabarka (1891-1892), sites respectivement situés en banlieue sud de Tunis et dans le Nord-Ouest de la Tunisie. La matière fournie par ses investigations archéologiques, ajoutée aux sources littéraires, permet à Toutain d’écrire sa thèse principale, Cités romaines de Tunisie. Essai sur la colonisation romaine dans l’Afrique du nord, ainsi que sa thèse complémentaire, De Saturni Dei in Africa Romana cultu, toutes deux soutenues en 1895. Comment ces thèses ont-elles pris forme ? Qu’est-ce que faire de l’archéologie en Tunisie dans la décennie 1890 ? À côté des rapports officiels et des publications savantes, des archives à caractère privé ont été prises en compte5.

Une colonisation archéologique : jeux institutionnels et souvenirs de Rome

4La recherche française en archéologie romaine est l’apanage de l’École française de Rome depuis la fondation de cet établissement en 1873. Alors que ses possibilités de fouilles demeurent limitées sur le territoire italien après l’Unité, elles se voient considérablement accrues avec l’extension de la colonisation en Afrique du Nord. Une révolution s’opère : les archéologues détournent leur regard des sites de la péninsule farouchement gardés par le jeune État italien et fixent leur attention Outre-Méditerranée. Rome est étudiée via ses colonies. Les anciennes provinces africaines de l’Empire romain fournissent une matière, neuve et dense, à la science française (A. Merlin, 1931). L’École française de Rome, placée sous l’autorité scientifique de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, a d’abord conquis le terrain algérien. Alger et son École supérieure des lettres, créée en 1880, deviennent une base pour de nombreux “romains”. La même année 1880, les ministères de l’Instruction publique et des Affaires étrangères fondent la Mission de Tunisie et envoient des savants dresser l’inventaire du patrimoine archéologique tunisien ; mais c’est avec l’établissement du protectorat français en Tunisie et la mise en place de structures de recherche, qu’un nouveau pôle vient véritablement s’ajouter à l’axe institutionnel de l’archéologie romaine, Paris-Rome-Alger.

  • 6 Pour une comparaison entre la situation de l’archéologie en Tunisie et en Algérie à cette époque, (...)
  • 7 Décret du 7 juillet 1882, publié dans le Jot du 25 janvier 1883, 5.
  • 8 Archéologue, historien de l’Afrique ancienne, La Blanchère meurt à l’âge de 43 ans. Il a été élève (...)
  • 9 Il est l’instigateur du décret beylical du 7 mars 1886 publié dans le Jot du 11 mars 1886, 41-43.
  • 10 Son successeur, Georges Doublet (1890-1892), un ancien “athénien”, poursuit la politique impulsée (...)

5Toutain participe, à son niveau, à cette redéfinition de l’organisation de la recherche. Les modalités de son arrivée en Tunisie éclairent les conditions de l’annexion d’un nouveau fief archéologique. Alerté par son expérience algérienne aux résultats mitigés, le ministère français de l’Instruction publique décide, très tôt, de structurer l’archéologie dans la régence de Tunis6 : dès 1882, paraît le premier décret relatif à la protection et à la conservation des antiquités7 ; en 1884, René Ducoudray La Blanchère8 (1853-1896), enseignant de l’École supérieure des lettres d’Alger, est chargé de l’organisation des recherches archéologiques ; et un service des Antiquités et des Arts voit le jour un an plus tard, en 1885. L’œuvre administrative accomplie par La Blanchère est novatrice et déterminante. Il précise le cadre législatif de l’activité archéologique9 et inaugure au Bardo le musée Alaoui (1888) qui centralise les collections archéologiques du pays. Or, le classement de ces collections échoit à Toutain qui assume cette charge pendant deux années avant de devenir membre de l’Efr (1890-1892). La Blanchère use de son autorité de directeur des Antiquités à Tunis – puis de chef de la Mission d’Afrique du Nord à Alger (1890) – pour jeter les bases d’une collaboration resserrée entre son service et l’institution dont lui-même a été membre (1878-1881)10. De fait, une pratique s’instaure qui consiste à envoyer, chaque année, une ou deux jeunes recrues du Farnèse effectuer une fouille sur l’un des sites antiques de Tunisie. Toutain, qui est accueilli dans ce cadre (1891-1892), en est le premier exemple.

  • 11 D. Blanchet (1844-1918) est l’auteur de nombreux manuels scolaires d’histoire dont certains sont c (...)
  • 12 J. Toutain, 1936, 15 : « Les sources profondes auxquelles il [le génie français] a puisé, ce sont (...)

6Le jeune historien conduit ces missions avec force détermination : “patrie” et “colonies” s’affirment, dans la réalisation de son parcours intellectuel, comme autant d’idéaux à défendre, dans le contexte de la défaite française de 1870. Alors qu’il préparait le concours d’entrée à l’École normale supérieure au lycée Condorcet, le proviseur Désiré Blanchet – historien dont il deviendra le gendre –, l’avait engagé à se spécialiser en histoire ancienne11. Selon la vulgate de l’époque, la nation française serait la noble héritière de la Grèce, de Rome et du christianisme12. Il trouve donc dans l’étude de l’histoire romaine de quoi nourrir un patriotisme ardent. Séjourner dans un pays placé sous protectorat français est l’occasion d’affirmer la filiation romaine revendiquée. L’expérience coloniale des Romains devrait être, à ses yeux, une source d’enseignement pour tout Français :

Si j’ai cherché à peindre la vie municipale dans une partie de l’Afrique romaine ; si j’ai voulu suivre d’aussi près que possible le développement des cités africaines sous le haut empire ; si je me suis efforcé de faire revivre ces populations paisibles et laborieuses ; si j’ai tenté de reconstituer les cadres politiques et administratifs dans lesquels les anciens habitants du pays furent peu à peu distribués, ce n’est pas seulement, je le confesse, par amour de la vérité scientifique. Je ne suis pas resté, de parti pris, indifférent à l’intérêt pratique et national des études que j’avais entreprises. Mieux nous connaîtrons les Romains dans leurs provinces africaines, mieux nous pourrons diriger nos efforts et plus vite en assurer le succès.
J. Toutain, 1896, 11.

7Le savant assume pleinement son engagement idéologique : ses recherches sur l’Afrique ancienne font écho à une situation contemporaine dont il entend bien servir la cause :

Je m’attends à ce que mon ambition paraisse à beaucoup de mes lecteurs et de mes juges présomptueuse et déplacée. Si pourtant, dans cette étude, à laquelle les historiens et les savants demanderont surtout, et avec raison, d’être historique et scientifique, nos colons de Tunisie et d’Algérie trouvent une seule indication pratique, et nos administrateurs un seul renseignement utile ; si tous ceux de nos contemporains, que préoccupent les questions de colonisation, voient dans cet Essai autre chose qu’une évocation désintéressée de la vie antique, je croirai alors ne pas avoir complètement échoué dans ma tentative, et j’aurai l’espoir d’avoir collaboré, pour ma très modeste part, à l’œuvre de rénovation que la France poursuit dans l’Afrique du Nord.
J. Toutain, 1896, 13.

  • 13 Épigraphiste, historien de l’Afrique romaine, R. Cagnat a été successivement : élève de l’École no (...)

8Cette posture est alors répandue chez les spécialistes des sciences du passé. En 1892, l’épigraphiste René Cagnat13 (1852-1937) publie L’Armée romaine d’Afrique et l’occupation de l’Afrique sous les empereurs, ouvrage inspiré de la fréquentation de l’armée française en Tunisie. Toutain raconte qu’il a lui-même été marqué par le discours du latiniste Gaston Boissier (1823-1908), prononcé lors du Congrès des sociétés savantes de 1891 :

  • 14 Cité par J. Toutain (1904, 235).

Dans cet effort commun [l’entreprise coloniale], une part est réservée aux savants, à côté des soldats, des administrateurs, des politiques, et il appartient aux archéologues, en nous renseignant sur le passé, de préparer l’avenir.14

L’archéologie tunisienne : une mosaïque bariolée

  • 15 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 26 juin 1892. Cagnat a longtemps travaillé en binôme avec l’arc (...)
  • 16 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 19 mai 1892.
  • 17 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 29 juin 1891.

9Normalien, “romain” en stage en Tunisie, Toutain est en relation avec les individus incarnant les pôles de l’archéologie romaine d’Afrique. Différents témoignages extraits de sa correspondance permettent d’identifier ces acteurs et de comprendre ce que les uns et les autres ont pu représenter à ses yeux. Tout d’abord, c’est à Cagnat, secrétaire général de la Commission d’Afrique du Nord (1883-1937) et titulaire de la chaire d’épigraphie et d’archéologie romaine au Collège de France (depuis 1887) qu’il doit d’entreprendre un travail à Chemtou15. Les conseils que lui prodigue le chef d’orchestre de la recherche archéologique nord-africaine, sont précis et suivis à la lettre : « M. Cagnat m’a vivement engagé à faire tous mes efforts pour retrouver les tombes des affranchis et des esclaves impériaux qui étaient employés dans les carrières »16. Maître de toute une génération de spécialistes de sciences du passé, Cagnat apparaît bien ici comme l’incarnation d’une caution scientifique infaillible : Toutain est fier d’annoncer au directeur de l’École française de Rome qu’il en a reçu les félicitations pour sa fouille du Bou-Kornine17.

  • 18 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 29 mai 1892.
  • 19 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 23 mars 1892.

10En effet, Toutain rend régulièrement compte de ses activités à Auguste Geffroy (1820-1895) qui dirige l’École française de Rome de 1875 à 1882 puis de 1888 à 1895. Outre les commentaires d’ordre purement scientifique sur le déroulement de la fouille, diverses notations éclairent la nature des rapports entretenus entre un membre de l’École et son directeur. Le jeune historien-archéologue multiplie les témoignages de reconnaissance et de déférence : « J’ai maintenant des ressources assurées, je ne crains pas la chaleur, et pourvu que je réussisse et que je vous satisfasse, le reste m’est indifférent »18. Comme représentant une institution prestigieuse, Toutain s’efforce de tenir une ligne de conduite conforme aux attentes de sa hiérarchie : « J’ai appris officieusement qu’on se proposait de me demander une conférence pendant mon séjour en Tunisie ; je ne veux prendre aucune décision sans avoir votre avis et surtout votre autorisation »19.

  • 20 Archéologue, épigraphiste, historien de l’Afrique du Nord ancienne, Gsell a été successivement : é (...)
  • 21 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 29 mai 1892.
  • 22 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 4 septembre 1892. « D’ailleurs sous la direction de Gsell, [Hen (...)

11Le développement d’un esprit de corps entre archéologues se retrouve dans les liens de confraternité, voire de connivence, que Toutain a pu entretenir avec d’autres membres ou anciens membres de l’École française de Rome, en poste à Alger. Ainsi Stéphane Gsell (1864-1932)20 – membre de l’Efr entre 1886 et 1890 – qui enseigne à l’École supérieure des lettres d’Alger, l’informe régulièrement sur la situation de l’archéologie en Algérie, et lui donne les ficelles du métier d’archéologue21. Le futur auteur de la monumentale Histoire ancienne de l’Afrique du Nord s’est rapidement distingué par ses travaux, et ses collègues, dont Toutain, le considèrent déjà avec un respect teinté d’admiration22.

12Les relations scientifiques entre Paris (Cagnat et l’Institut), Rome (Geffroy et l’Efr) et Alger (Gsell et l’École supérieure des lettres) s’enrichissent aussi des contacts pris par Toutain lors de son séjour tunisien. Le réseau de l’archéologie romaine d’Afrique s’élargit peu à peu.

  • 23 Après la prise d’Alger en 1830, Charles X obtient de Hussein Bey la cession gratuite d’un terrain (...)

13En tant qu’inspecteur des Antiquités entre 1888 et 1890, Toutain fait partie des premiers archéologues officiels de Tunisie. Il découvre alors la scène archéologique locale qu’il sera amené à fréquenter lors de ses missions ultérieures (1891-1892). Celle-ci est fournie mais disparate car une grande partie de l’activité archéologique se pratique encore aux marges des structures institutionnelles, bien qu’en théorie, chaque fouille doit être autorisée par le service des Antiquités. Tout un chacun s’estime néanmoins en droit de s’y adonner ; les jardins des villas se transforment en chantiers de fouilles improvisés. Aussi le corps savant se mobilise-t-il pour guider, un tant soit peu, érudits ou antiquaires amateurs : trois maîtres de l’archéologie africaine, R. Cagnat, S. Reinach et H. Saladin (1890) confectionnent un manuel destiné aux apprentis archéologues, surtout aux militaires très actifs dans la reconnaissance archéologique de l’Afrique du Nord. Ces derniers sont considérés comme des auxiliaires précieux, tant la volonté d’une connaissance exhaustive de la Tunisie antique est grande. Le tableau des acteurs de la recherche archéologique en formation est alors le suivant : les archéologues professionnels – rattachés au service des Antiquités –, les érudits, militaires ou civils, enfin, les religieux de l’ordre des Missionnaires d’Afrique établis sur l’antique site de Carthage depuis 187523. Ces trois groupes coexistent, non sans frictions.

  • 24 Médecin militaire, archéologue et collectionneur, L. Carton s’illustre comme “l’inventeur” de nomb (...)
  • 25 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 23 mars 1892. Archives de l’EFR, dossier « Tunisie » (hors cota (...)
  • 26 Sur cette conception des liens entre archéologie et tourisme, cf. C. Gutron, à paraître.

14Toutain entre en contact avec les représentants les plus charismatiques de ces pratiques archéologiques locales. Il rencontre Louis Carton (1861-1924)24, une figure emblématique de la société intellectuelle coloniale, à l’occasion d’une manifestation culturelle tunisoise. Médecin militaire, l’archéologue amateur donne régulièrement des conférences sur l’histoire ancienne de la Tunisie dans des cercles parrainés par le résident général Justin Massicault (1886-1892), comme à la Ligue de l’enseignement où Toutain devait intervenir également25. Les deux hommes évoluent dans le même milieu social sans pour autant partager la même conception de l’archéologie. En qualité de président du Comité d’hivernage de Tunis, de la Fédération des syndicats d’initiatives de Tunisie et du Comité des sites et monuments du Touring Club de France (section de Tunis), le docteur Carton, milite pour une archéologie pratique à vocation économique : le développement du tourisme culturel constituerait la finalité de ses recherches savantes26. Cette logique n’est pas sans irriter les archéologues officiels du service des Antiquités (le directeur, un inspecteur et quelques techniciens, sans compter les membres de l’École française de Rome en mission) dont les financements octroyés par le gouvernement beylical et par le ministère français de l’Instruction publique sont restreints.

  • 27 Le cardinal Lavigerie (1881, 7) qui a obtenu dès 1875 l’autorisation d’établir à Carthage ses miss (...)
  • 28 Ordonné prêtre en 1873, Delattre devient missionnaire d’Afrique et s’établit à Carthage en 1875. I (...)
  • 29 Agrégé de lettres, membre de l’École de Rome entre 1888 et 1890, Auguste Audollent (1864-1943) s’i (...)

15Parmi les autres amateurs exerçant des activités archéologiques à Carthage, ce haut lieu du christianisme primitif27, se distingue Alfred-Louis Delattre (1850-1932)28. Les découvertes réalisées dans les domaines de l’archéologie punique (des grandes nécropoles datant du viie siècle avant notre ère sont fouillées sur la colline dite de Junon entre 1878 et 1886) et de l’archéologie chrétienne (la basilique et le cimetière de Damous Karita sont fouillés entre 1878 et 1890) sont significatives. « L’homme de Carthage », comme l’a surnommé l’académicien A. Audollent (1901, 24)29, est directeur du musée et responsable des fouilles du site. Il offre sa collaboration aux savants envoyés en mission en Tunisie. Un accueil précieux est ainsi réservé à Toutain :

  • 30 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 8 mai 1892.

Quant aux textes épigraphiques que j’ai déjà recueillis à droite et à gauche, je ne sais pas encore s’ils sont inédits […]. J’irai demain à Carthage, voir le Père Delattre qui a tous les livres nécessaires.30

16Ces différents acteurs de l’archéologie locale préexistante s’intègrent donc, peu à peu, au réseau institutionnel. Delattre commence en effet par publier les résultats de ses recherches dans les Mélanges de l’École française de Rome, et dans les Comptes-rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres dont il devient membre correspondant en 1890, au moment où Toutain séjourne en Tunisie.

Un archéologue au quotidien : Jules Toutain sur un chantier de fouille

Je me rendis à Bounarbaschi, où je louai cinq ouvriers avec des houes, des pioches et des paniers, pour faire des fouilles le lendemain. Puis je me couchai pour la nuit sur le rocher, au pied duquel jaillissent les nombreuses sources. Je ne choisis pas ce gîte pour être visité par les mânes des belles Troyennes qui avaient lavé leur linge aux deux sources d’Homère, mais pour me mettre à l’abri des serpents dont j’avais eu peur la nuit précédente. Vers minuit, je fus réveillé en sursaut par une pluie battante ; mais, ne sachant pas où me réfugier, j’ôtai ma redingote, avec laquelle je me couvris la tête et la poitrine, et ma fatigue était telle que je me rendormis aussitôt et que je dormis jusqu’au matin.
H. Schliemann, 1992, 43.

17Ces quelques lignes, extraites du journal de bord d’un archéologue aussi célèbre que controversé, Heinrich Schliemann (1822-1890), confrontent brutalement le lecteur à la réalité quotidienne de la pratique de l’archéologie. Le chemin conduisant à la découverte de Troie n’a pas été sans embûches… Le quotidien d’un chantier de fouille n’est pas rapporté, sauf exception, dans les publications à caractère savant pour lesquelles il ne présente aucun intérêt. Seuls les correspondances à caractère privé, les témoignages écrits ou oraux, ou encore l’observation directe permettent d’accéder aux aléas matériels d’une recherche scientifique. Comment, concrètement, un archéologue conduit-il une campagne de fouille ? Comment se déroule, sur le terrain, son activité ? Ici encore, la correspondance de Toutain permet d’éclairer la pratique archéologique en Tunisie à la fin du xixe siècle.

18L’archéologue doit avant tout investir son lieu de fouille. Trouver un point de base viable assez proche des ruines à étudier est loin d’être aisé. Lors de sa campagne de fouille du jebel Bou-Kornine en juin et juillet 1891, Toutain doit gravir, chaque jour, la montagne pour se rendre au sanctuaire de Saturnus Balcaranensis situé à son sommet :

  • 31 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 29 juin 1891.

Je ne pouvais songer à m’établir sur la montagne. Il aurait fallu me procurer tout un attirail de campement, non seulement une tente et un lit de camp, mais une batterie de cuisine, un fourneau et tout ce qui s’ensuit. […] Je me suis établi dans une maison forestière, située au pied même du Djebel Bou-Kornine […]. Je fais l’ascension à pied, j’en ai pour une heure un quart, par des chemins qui ne sont pas toujours très commodes et qui sont toujours en pente assez raide.31

  • 32 Toutain a dirigé deux campagnes de fouille à Chemtou : la première d’avril à juillet 1892, la seco (...)
  • 33 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 5 avril 1892.
  • 34 Toutain écrit, par exemple, à son directeur après une attaque de fièvre : « Je vous remercie vivem (...)
  • 35 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 24 avril 1892.
  • 36 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 17 avril 1892.

19À Chemtou32, au printemps 1892, il est logé dans la maison de l’administration des carrières de marbre, construite à proximité des ruines : « Le comptable me prendra chez lui en pension »33. De la précarité des conditions de travail, dans une région de montagne connue pour son climat rude, s’ensuivent, parfois, des problèmes de santé34. Le manque de moyens financiers pour régler l’infrastructure et l’équipement de la campagne de fouille, freine également l’archéologue car le budget qui lui est alloué par l’Académie des inscriptions et belles-lettres reste insuffisant. La question du matériel, en particulier, est problématique. Disposer de pelles et de pioches en nombre suffisant paraît un luxe. Toutain doit faire preuve d’imagination : les crics appartenant à la carrière de marbre font office de matériel archéologique35. Son équipe de travail sur le site de Chemtou est composée d’une douzaine d’hommes, classifiés de la façon suivante : « un bon gardien, un surveillant arabe et un Européen qui me servira de chef d’équipe », ainsi que huit à dix « ouvriers indigènes »36. L’organisation de leur temps de travail est rigoureusement définie par lui :

  • 37 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 22 mai 1892.

De dix heures du matin à trois heures de l’après-midi, on sent véritablement le soleil d’Afrique. Mais les Arabes que j’emploie y sont habitués et le travail marche toujours à raison de dix à onze heures, entre cinq heures du matin et six heures du soir.37

20L’intensité de ce rythme s’explique, en partie, par le retard pris sur le calendrier de fouille. Sa campagne aurait dû commencer début avril, mais c’était sans compter avec le ramadan. Ses correspondants locaux du service des Antiquités ayant vraisemblablement omis de lui en préciser les dates, le début des travaux a dû être repoussé :

  • 38 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 5 avril 1892.

Il m’a été impossible de commencer les fouilles de Chemtou : le ramadan, ou carême des Arabes, a commencé le 30 mars, et dure jusque vers le 29 avril. Pendant cette période, il est presque inutile d’employer les indigènes ; ils ne sont bons à rien, restant sans manger ni boire tant que le soleil est sur l’horizon.38

  • 39 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 22 mai 1892.
  • 40 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 8 mai 1892. Chaque lettre de Toutain contient au moins un parag (...)

21Les conditions climatiques constituent, par ailleurs, une préoccupation majeure de l’archéologue. Une fouille avance si le climat le permet : « J’ai pu cette semaine travailler sans interruption, car le beau temps est enfin venu, et avec lui une chaleur déjà respectable »39. La pluie apparaît ainsi comme le principal ennemi et l’avancée du travail de Toutain en a régulièrement souffert : « L’eau qui est tombée depuis jeudi soir a transformé en fondrières et en mares de boue les deux tranchées que j’ai commencé à faire creuser dans le théâtre »40.

  • 41 Juriste, archéologue, historien de l’Afrique du Nord ancienne. Charles Saumagne est né et a grandi (...)

22Face à ces obstacles, quel peut être le rapport d’un archéologue à son activité ? Du témoignage de Toutain transparaît une passion tenace. Il revient en effet sur son expérience africaine, après plus de quarante années, dans une lettre adressée à Charles Saumagne (1890-1972), un haut-fonctionnaire lettré, spécialiste de l’Afrique ancienne41 :

  • 42 J. Toutain à Ch. Saumagne. Lettre du 27 juillet 1938. Fonds Saumagne, CS6, dossier « Papiers Sauma (...)

Mon passé tunisien est toujours pour moi une époque que je me rappelle avec émotion. Sans doute à ce moment-là, j’essuyais les plâtres comme on dit. Pour aller à Tabarka, il fallait faire à cheval ou à mulet la route depuis Souk-el-Arba. Aucune voie ferrée n’existait entre Tunis et Zaghouan, entre Tunis et Bizerte. Et je ne vous parle pas de ma randonnée du Kef à Chemtou… Malgré tout, c’était le bon temps. Les jeunes, habitués à l’auto, ne connaissent plus ces explorations, où l’on suivait des pistes plutôt que des routes, où l’on couchait dans des gourbis. L’un de mes souvenirs les plus présents est celui de ma fouille au sommet du Bou-Kornine. Chaque matin, je partais d’Hammam-Lif et je grimpais jusqu’en haut par un sentier à peine tracé dans les broussailles. Mais, outre la joie de la découverte, quelle admirable vue d’un côté du golfe de Carthage, de l’autre sur la plaine du Mornag et l’aqueduc tout feux dans la lumière du plein midi ! Et que de souvenirs je pourrais encore évoquer de ces années lointaines, où j’ai commencé d’aimer la terre d’Afrique ?42

  • 43 Sur les différentes dimensions de l’archéologie, cf. J.-P. Demoule, 2005.

23L’excitation de la découverte et le plaisir de la confrontation directe avec des éléments naturels participent au caractère passionnel du métier d’archéologue, lequel s’inscrit néanmoins de plain-pied dans une logique scientifique43.

Enjeux scientifiques : objectifs et conservation du matériel de fouille

  • 44 « Avec trois ouvriers, j’ai mis trois jours à percer cette couche de blocage, pour arriver à la te (...)
  • 45 J.-P. Demoule, F. Giligny, A. Lehoerff et A. Schnapp, 2005, 23 : « Mais la stratigraphie archéolog (...)

24Quels objectifs l’archéologie française se donne-t-elle à la fin du xixe siècle ? Quels sont les critères à respecter selon les modes scientifiques du moment ? Concernant la campagne de Chemtou, Toutain répartit ses effectifs en deux équipes fouillant, l’une le théâtre, l’autre la nécropole. D’une part, un secteur n’est considéré comme fouillé – et bien fouillé – que lorsque le niveau du sol originel est atteint. La consigne est de creuser, le plus profondément possible44. Le volume de terre dégagé semble un critère de qualité ; J. Toutain (1893, 453) n’hésite pas à préciser, dans la publication des résultats de sa campagne de fouille à Chemtou, qu’il a « pu remuer, en sept semaines et quelques jours, près de trois mille mètres cubes de terre ». La méthode stratigraphique, mise à l’épreuve sur des sites comme Troie ou Olympie dès les années 1870-1880, n’est pas encore systématiquement appliquée. La généralisation de son application ne s’imposera que progressivement45.

25D’autre part, la recherche du bel objet est encore privilégiée. Une découverte spectaculaire est ardemment espérée par Toutain. L’archéologue est à l’affût d’éléments bien conservés, à forte valeur esthétique, plutôt que de simples témoins informatifs. Il va jusqu’à renoncer à la fouille d’un secteur dépourvu de vestiges remarquables :

  • 46 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 22 mai 1892.

C’est entre ces quatre édifices [un théâtre et trois grands monuments] ou à proximité que devait se trouver le forum de la cité romaine [de Simitthu]. Et là, il me semble que je dois découvrir quelque statue ou quelque base intéressante. […] Après avoir déblayé les environs immédiats de ces grands espaces dallés, et y avoir trouvé plusieurs tombes toujours identiques sans inscription ni objet d’art, j’ai trouvé un mur, puis au-delà du mur un nouveau dallage, semblable aux premiers, entouré de tombes. C’était donc toujours la même chose ; j’ai donc cru inutile de continuer. Le seul indice d’intérêt que j’ai relevé, c’est une lampe bien conservée.46

  • 47 J. Toutain à A. Geffroy. Lettres des 22 mai, 21 octobre et 26 juin 1892.

26Une fouille sans trouvaille sensationnelle est ressentie comme un échec ; Toutain confie au directeur de l’École française de Rome : « Je vous avoue que j’ai éprouvé une vive déception : au début, je ne pouvais pas croire que de pareilles constructions ne continssent rien » ; ou : « Cette absence de toute documentation artistique et épigraphique est évidemment regrettable » ; ou encore : « Il eût été agréable pour moi de vous écrire chaque semaine : j’ai fait un trou par ci et j’ai trouvé cela ; puis j’ai creusé plus loin et ai encore trouvé cela »47. Dans son rapport de mission (id., 457), l’archéologue note, plus sobrement, à propos de la fouille du théâtre :

Elle a fait connaître la mosaïque intéressante qui constitue le pavement de l’orchestra, et elle m’a confirmé dans la crainte que j’avais de ne retrouver aucune des œuvres d’art qui décoraient sans doute cet édifice à l’époque romaine.

  • 48 Il s’agit de la mission conduite par S. Gsell et H. Graillot. Cf. supra, n. 22. Les archéologues e (...)
  • 49 Pour une histoire de l’épigraphie au Maghreb, cf. È. Gran-Aymerich, à paraître.

27Si cela est mal vécu par l’auteur de la fouille, est-ce également jugé négativement par la communauté scientifique ? La décision prise par la direction de l’École française de Rome nous renseigne sur ce point : les recherches sur le site de Chemtou sont de fait arrêtées au profit d’une tournée archéologique au nord de l’Aurès susceptible d’apporter une documentation plus riche48. La recherche d’inscriptions est en effet privilégiée : l’épigraphie en Afrique du Nord, et dans d’autres zones géographiques, s’était imposée comme la spécialité la plus prisée49. Toutain affiche son désarroi et sa rancœur :

  • 50 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 4 septembre 1892.

L’École de Rome abandonne Chemtou ; est-ce parce que je n’y ai trouvé ni statue ni grand monument épigraphique ? Dans ce cas, je me permettrai de vous faire observer que changer de place n’est pas la méthode la plus sûre pour faire de belles découvertes.50

28Son discours évolue subitement. Il développe a posteriori un plaidoyer en faveur de fouilles progressives, suivies et étendues :

  • 51 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 26 juin 1892.

Au moment de clore cette campagne, Monsieur le Directeur, je tiens bien à vous préciser le caractère que j’ai voulu lui donner, et que je crois lui avoir donné en effet. Je n’ai pas voulu aller coûte que coûte à la chasse d’inscriptions, de statues ou de bibelots quelconques […]. Ce que je désirai, c’était entreprendre, ou plutôt commencer le déblaiement méthodique des principaux monuments d’une ville d’Afrique.51

  • 52 C. Valenti, 2006, 74 : « La fouille cependant est désormais conçue comme un processus d’ensemble, (...)

29Un véritable tournant scientifique – dont Toutain se fait ici le défenseur et auquel participent Gauckler et Saladin en particulier pour la Tunisie – s’opère au début des années 1890. Les archéologues de l’École française d’Athènes notamment expérimentent de nouvelles méthodes de fouille sur les sites de Delphes, Délos, Thasos ou Argos où de grands chantiers sont organisés, et développent ainsi une conception nouvelle de l’archéologie52.

30Les travaux de Toutain interviennent précisément au moment de cette révolution scientifique. Si l’adhésion aux nouveaux principes établis est manifeste, la référence aux canons en passe de devenir anciens demeure. Le tiraillement est grand :

Mais je ne saurais trop le répéter : ce que j’ai fait cette année, grâce aux ressources que l’Académie m’a si libéralement accordées, ne doit être qu’un début ; plusieurs monuments sont encore enterrés ; il sera intéressant de les déblayer, pour reconstituer la topographie de la ville antique, et peut-être y retrouvera-t-on quelque œuvre d’art ou quelque monument épigraphique, ce que j’ai le vif regret de ne pouvoir vous apporter aujourd’hui.
J. Toutain, 1893, 472.

  • 53 G. Doublet à A. Geffroy. Lettre du 8 juillet 1891 : « J’ai l’honneur de vous faire connaître que M (...)
  • 54 Plusieurs caisses d’antiquités puniques ont été envoyées par le Père Delattre au musée de sa ville (...)
  • 55 Ses collections connaissent un enrichissement faramineux au xixe siècle. En 1826, un département d (...)

31Les orientations de la recherche archéologique se définissent également par rapport aux choix réalisés en matière de conservation du matériel. À la fin du xixe siècle, le mot d’ordre est d’envoyer le maximum des pièces exhumées vers les musées. Contrairement à l’Algérie où le sort des objets a été réglé de manière assez anarchique, la Tunisie a été dotée, très tôt, d’une institution centralisatrice. Le musée Alaoui du Bardo, conçu dès 1882 et qui avait pour fonction de réunir et d’exposer l’ensemble des trouvailles archéologiques de valeur, ouvre ses portes au public en 1888, dans le bâtiment du harem de l’ancien palais beylical. Les agents de l’archéologie locale s’empressent d’en enrichir les collections. Aussi les antiquités découvertes par Toutain sur le sol tunisien y sont-elles dirigées. Georges Doublet, alors directeur du service des Antiquités, annonce au directeur de l’École française de Rome que son jeune représentant contribue de la sorte à l’enrichissement du fonds tunisois53. Chaque responsable des Antiquités se montrera également sensible à l’intérêt que les musées de France portent à l’exploration archéologique de la Tunisie. Hormis quelques cas marginaux de dons faits en province – le musée archéologique de Rouen par exemple54 –, le Louvre en reste le principal établissement bénéficiaire55. Loin de s’apparenter à un trafic d’antiquités – pratiqué allègrement par des amateurs d’œuvres d’art possédant des collections privées –, ces envois de pièces archéologiques sont, très tôt, réglementés. Plusieurs décrets pris dans la décennie 1880 en précisent les modalités, notamment celui du 7 mars 1886. Une partie des découvertes de Toutain réalisées lors de sa fouille du Bou-Kornine, est ainsi envoyée au Louvre avec l’approbation du directeur des Antiquités de Tunis et, en parfaite conformité avec les lois en vigueur :

  • 56 G. Doublet à A. Geffroy. Lettre du 8 juillet 1891.

J’ai proposé à M. Toutain de faire un envoi de quelques morceaux intéressants, au Musée national du Louvre, pour l’enrichissement de sa salle africaine. Il m’a semblé que je pouvais faire un départ de nombreux résultats de la fouille du Bou-Kornine sans appauvrir nos vitrines […] et, conformément à l’article XVII du décret du 1er Djoummadi-Ettania 1303, autoriser l’exportation de diverses pièces qui augmenteront les collections du Louvre et permettront à mon ancien camarade d’y avoir son nom dès maintenant et feront connaître à Paris la première campagne de recherches que l’École française de Rome ait, sous votre direction, entreprise dans la Régence.56

32Les produits des fouilles sont destinés à être exposés et, si possible, dans un lieu drainant un large public de curieux mais aussi de spécialistes. Ces objets deviennent, outre les trophées de leurs inventeurs, les faire-valoir des institutions ayant permis leur découverte. En cette fin du xixe siècle, la politique de la conservation in situ n’est pas encore la tendance dominante. Si certaines antiquités demeurent sur les sites archéologiques, cela relève, le plus souvent, d’un choix par défaut. Toutain, par exemple, aurait aimé faire exposer à Paris la grande mosaïque trouvée dans l’orchestra du théâtre de Chemtou (en forme d’un demi-cercle et mesurant 20 mètres de diamètre) :

  • 57 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 22 mai 1892.

Que fera-t-on de cette mosaïque ? Où la transportera-t-on ? Il m’est venu une idée que je vous soumets. Pourquoi ne ferait-on pas le pavement de la nouvelle salle d’Afrique, au musée du Louvre, si les dimensions s’y prêtent ?57

  • 58 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 22 mai 1892 : « Quant à la destination future de cette mosaïque (...)

33Mais, cette solution n’ayant pas été retenue, il se rabat d’abord sur le musée de Tunis pour, finalement, se résigner à la laisser à Chemtou58.

Conclusion

34Jules Toutain est l’incarnation d’une tendance de la politique archéologique française de la fin du xixe siècle qui cherche à étendre son aire d’influence savante, à l’échelle méditerranéenne. Un réseau de recherche institutionnel entre Paris, Rome et Alger, polarisé par les grands établissements que sont l’Académie des inscriptions et belles-lettres, l’École française de Rome et l’École supérieure des lettres d’Alger, et couvrant l’archéologie romaine, s’étend à la Tunisie après la mise en place dans ce pays d’un service des Antiquités. Toutain participe à la constitution d’un corps de spécialistes, encore très limité lors de son séjour tunisien. Les méthodes et les objectifs scientifiques suivis, ou plutôt énoncés, seront approfondis et développés en Tunisie par Gauckler, nommé directeur du service des Antiquités à partir de 1896. Cet archéologue poursuivra l’inflexion donnée par Toutain vers une archéologie méthodique et rigoureuse sur les sites de Carthage, Gigthis et Uthina entre autres. Quant au site de Chemtou, il est aujourd’hui connu comme l’un des plus grandioses de Tunisie grâce à ses carrières de marbre. Une équipe tuniso-allemande a poursuivi les recherches impulsées au xixe siècle et a pu inaugurer, au terme de trente années de coopération, un vaste complexe archéologique (ruines et musée) au début des années 1990.

  • 59 Une quarantaine d’années après, il confie à Saumagne : « Vous avez raison de penser que je n’ai pa (...)
  • 60 Évoquant par exemple l’avènement de Pétain au pouvoir, J. Toutain (1940, 23-24) écrit : « Non, Mes (...)

35L’expérience tunisienne de Toutain, vécue en début de carrière et affectivement chargée, influence fortement la suite de son parcours59. Comme de nombreux historiens français – Fernand Braudel et son expérience algérienne, par exemple –, c’est par la rencontre et la connaissance du terrain nord-africain qu’il construit son œuvre : certains thèmes de recherche comme les cultes indigènes, appréhendés notamment lors de sa fouille du sanctuaire de Ba’al/Saturne au Bou-Kornine, sont appliqués à d’autres régions de l’Empire (J. Toutain, 1907-1920). À son retour de Tunis, Toutain est nommé maître de conférences à la faculté des Lettres de Caen avant de devenir directeur d’études à l’École pratique des hautes études à la section des Sciences religieuses. Parallèlement à cette charge d’enseignement, il se consacre à l’étude d’une province romaine qui lui est familière, celle de la Gaule. L’historien-archéologue qui croyait fermement à la grandeur de la patrie française60, s’engage alors sans retenue dans la cause des Antiquités nationales : il dirigera, pendant plus de quarante ans, les fouilles de la cité gallo-romaine d’Alésia (1909-1958).

Bibliographie

Bibliographie

Alexandropoulos Jacques, 2001, « Paul Gauckler (1866-1911) : une évocation de son passage à Tunis d’après le fonds des archives départementales de l’Ariège », Pallas, t. 56, 119-137.

Alexandropoulos Jacques et Cabanel Patrick (dir.), 2000, La Tunisie mosaïque, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Arnaud Annie, 2000, « L’exploration archéologique de la Tunisie », in J. Alexandropoulos et P. Cabanel (dir.), La Tunisie mosaïque, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 541-548.

Audollent Auguste, 1901, Carthage romaine, Paris, Librairie Albert Fontemoing.

Bacha Myriam, 2005, Le patrimoine monumental en Tunisie pendant le protectorat, 1881-1914. Étudier, sauvegarder, faire connaître, thèse en histoire de l’art, Paris, Université de Paris IV, 2 vol. 

Bendana Kmar, 2000, « Être archéologue à Tunis dans la deuxième moitié du xixe siècle : l’exemple de Charles-Joseph Tissot (1828-1884), in J. Alexandropoulos et P. Cabanel (dir.), La Tunisie mosaïque, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 513-526.

Bonnet Corinne, 2004, « La dimension du voyage dans la vie et dans l’œuvre de Franz Cumont », in Véronique Krings et Isabelle Tassignon (dir.), Archéologie dans l’Empire ottoman autour de 1900 : entre politique, économie et science, Bruxelles : Rome, Institut historique belge de Rome, 55-74.

Cagnat René et Saladin Henri, 1894, Voyage en Tunisie, Paris, Hachette (rééd. en 2005 par François Baratte, Paris, Éditions du Cths).

Cagnat René, Reinach Salomon et Saladin Henri (dir.), 1890, Recherche des antiquités dans l’Afrique du Nord. Conseils aux archéologues et aux voyageurs, instructions adressées par le Cths aux correspondants du ministère de l’Instruction publique, Paris, Leroux.

Carolus-Barre Louis, 1962, « Jules Toutain », Bulletin de la société nationale des antiquaires de France, 13-15.

Cohen-Hadria Élie (éd.), 1979, « Présentation de Charles Saumagne », in Ch. Saumagne, Journal et écrits (Tunisie 1947-1957), Nice, Éditions des Cahiers de la Méditerranée, 4-17.

Demoule Jean-Paul, 2005, L’archéologie : entre science et passion, Paris, Gallimard.

Demoule Jean-Paul, Giligny François, Lehoerff Anne et Schnapp Alain, 2005, Guide des méthodes de l’archéologie, Paris, La Découverte.

Diehl Charles, 1892, Les découvertes de l’archéologie françaises en Algérie et en Tunisie, Paris, Armand Colin.

Dondin-Payre Monique, 1994a, La Commission d’exploration scientifique d’Algérie : une héritière méconnue de la Commission d’Égypte, Paris, De Boccard (Mémoires de l’Aibl. 14).

Dondin-Payre Monique, 1994b, Le capitaine Delamare : la réussite de l’archéologie au sein de la Commission d’exploration scientifique de l’Algérie, Paris, De Boccard (Mémoires de l’Aibl. 15).

École française de Rome, Annuaire des membres (1873-1986), Rome, Éditions de l’Efr, 1986.

Fantar Mohammed Hassine, 2000, « Pionniers de l’archéologie punique », in J. Alexandropoulos et P. Cabanel (dir.), La Tunisie mosaïque, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 511-523.

Gandolphe Pierre, 1950, « Saint-Louis de Carthage 1830-1950 », Les Cahiers de Byrsa, 269-307.

Gandolphe Pierre, 1952, « Origines et débuts du Musée Lavigerie », Les Cahiers de Byrsa, 151-174.

Gran-Aymerich Ève, 1998, Naissance de l’archéologie moderne 1798-1945, Paris, Cnrs Éditions.

Gran-Aymerich Ève, 2000, « La Tunisie et la politique archéologique française », in J. Alexandropoulos et P. Cabanel (dir.), La Tunisie mosaïque, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 549-563.

Gran-Aymerich Ève, 2001, Dictionnaire biographique d’archéologie (1798-1945), Paris, Cnrs Éditions.

Gran-Aymerich Ève, 2003, « Les politiques françaises de l’archéologique sous la IIIe République », in P. Poirrier et L. Vadelorge (dir.), Pour une histoire des politiques du patrimoine, Paris, La documentation française : Comité d’histoire du ministère de la Culture, 199-210.

Gran-Aymerich Ève, à paraître, « Épigraphie française et allemande au Maghreb : entre collaboration et rivalité (1890-1914) », in Les relations scientifiques franco-allemandes à l’épreuve du terrain nord-africain, actes du colloque organisé par l’Ehess et l’université d’Alger (Paris, 30 septembre-2 octobre 2004).

Gsell Stéphane, Études sur l’Afrique antique. Scripta varia, Lille, Presses universitaires de Lille.

Gutron Clémentine, 2004, « Mise en place d’une archéologie en Tunisie : le musée Lavigerie de Saint-Louis de Carthage (1875-1932) », Ibla, n° 194, 169-180.

Gutron Clémentine, 2005, « L’abbé Bourgade (1806-1866), Carthage et l’Orient : de l’antiquaire au publiciste », Anabases, n° 2, 177-191.

Gutron Clémentine, à paraître, « Archéologie et tourisme : visiter les ruines de Tunisie avec le docteur Carton », in Histoire du tourisme au Maghreb, actes des rencontres du Cmcu, organisées par l’université de Toulouse-le-Mirail et l’université de La Manouba (Tunis / Toulouse, 2004 et 2006).

Hanoune Roger, 1983, Recherches archéologiques franco-tunisiennes à Bulla Regia . I. Miscellanea, préf. de A. Beschaouch et de G. Vallet, Rome : Tunis, Éditions de l’Efr : Inaa, (Recherches d’archéologie africaine ; collection de l’École française de Rome).

Hottot Olivier, 1999, Le Père Delattre et les collections du Musée archéologique de Rouen, mémoire de maîtrise en histoire, Université de Rouen.

Jaïdi Houcine, 2000, « L’hydraulique antique de la Tunisie dans les études de l’époque du protectorat », in J. Alexandropoulos et P. Cabanel (dir.), La Tunisie mosaïque, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 527-540.

Jockey Philippe, 1999, L’archéologie, Paris, Belin.

Kallala Nabil, 2002, « L’archéologie romaine et colonisation en Afrique : enjeux et pratiques. L’exemple du Kef et de sa région, dans le Nord-Ouest de la Tunisie », Africa, vol. 19, Tunis, Institut national du patrimoine, 57-81.

Lavigerie Charles-Martial, Mgr, 1881, De l’utilité d’une mission archéologique permanente à Carthage. Lettre à M. le Secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Alger, Adolphe Jourdan.

Leclant Jean (dir.), 1999, Le Second Siècle de l’Institut de France 1895-1995, Paris, Institut de France.

Lepelley Claude, 1981, « Stéphane Gsell et l’histoire de l’Afrique antique », in S. Gsell, Études sur l’Afrique antique. Scripta varia, Lille, Presses universitaire de Lille, 9-18.

Merlin Alfred, 1931, « L’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord », in L’histoire et l’œuvre de l’École française de Rome, Paris, De Boccard, 201-225.

Nicolet Claude, 2003, La fabrique d’une nation. La France entre Rome et les Germains, Paris, Perrin.

Oulebsir Nabila, 2004, Les usages du patrimoine. Monuments, musées et politique coloniale en Algérie 1830-1930, Paris, Éditions de la Msh.

Picard Gilbert, 1962, « Jules Toutain », Revue archéologique, t. 1, 95-97.

Planel Anne-Marie, 2000, De la nation à la colonie. La communauté française de Tunisie au xixe siècle, thèse en histoire, Ehess, Paris, 3 vol. 

Poirrier Philippe et Vadelorge Loïc (dir.), 2003, Pour une histoire des politiques du patrimoine, Paris, La documentation française : Comité d’histoire du ministère de la Culture.

Raynal Dominique, 2000, « Autres enjeux et contraintes de l’archéologie en Tunisie aux débuts du protectorat », in J. Alexandropoulos et P. Cabanel (dir.), La Tunisie mosaïque, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 565-581.

Raynal Dominique, 2006, Histoire et archéologiede l’Église d’Afrique, Uppenna, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2 vol. 

Schnapp Alain, 1993, La conquête du passé. Aux origines de l’archéologie, Paris, Éditions Carré (rééd. Le Livre de poche, 1998).

Schliemann Heinrich, 1992, La fabuleuse découverte des ruines de Troie, Paris, Pygmalion.

Schilling Robert, 1962, « Jules Toutain », Annuaire des sciences religieuses : années 1961-1962, Paris, École pratique des hautes études, 33-35.

Toutain Jules, 1892a, « Fouilles et explorations à Tabarka et aux environs », Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, Paris, Cths, 175-209.

Toutain Jules, 1892b, Fouilles et explorations à Tabarka et aux environs, Paris, Leroux.

Toutain Jules, 1893, « Fouilles à Chemtou », Comptes-rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 453-473.

Toutain Jules, 1896, Les cités romaines de Tunisie. Essai sur l’histoire de la colonisation romaine dans l’Afrique du Nord, Paris, Librairie Albert Fontemoing.

Toutain Jules, 1904, « La colonisation romaine en Tunisie », dans La Tunisie au début du xxe siècle, Paris, Éditions de Rudeval, 209-235.

Toutain Jules, 1907-1920, Les cultes païens dans l’Empire romain, Paris, Leroux, 3 vol. (t. 3, Les cultes indigènes nationaux et locaux : Afrique du Nord, Péninsule ibérique, Gaule).

Toutain Jules (co-écrit avec Désiré Blanchet), 1924, L’histoire de France à l’école, Paris, Belin.

Toutain Jules, 1936, Comment s’est formée dès l’antiquité la nationalité française, Paris, Imprimerie d’ouvriers sourds-muets.

Toutain Jules, 1940, « Les redressements de la France à travers l’histoire », conférence faite à la Société du Vieil Argenteuil, Semur, Imprimerie générale.

Valenti Catherine, 2006, L’École française d’Athènes, Paris, Belin.

Notes

1 Sur l’archéologie, cf. A. Arnaud, 2000 ; K. Bendana, 2000, È. Gran-Aymerich, 2000, H. Jaïdi, 2000, D. Raynal, 2000.

2 Cf. les travaux sur Paul Gauckler (1866-1911) par J. Alexandropoulos (2001) et sur Charles-Joseph Tissot (1828-1884), par K. Bendana (2000). Cf encore, pour d’autres zones géographiques, les travaux sur Franz Cumont par C. Bonnet (2004).

3 Pour des informations biographiques sur J. Toutain, cf., notamment, les notices écrites par L. Carolus-Barre, G. Picard et R. Schilling en 1962.

4 Sur la carrière de J. Toutain, cf. Annuaire des membres de l’École française de Rome (1873-1986), 1986, 120.

5 Cet article est essentiellement fondé sur la correspondance que Toutain a adressée à Auguste Geffroy, directeur de l’École française de Rome (1875-1882 ; 1888-1895). Ce fonds d’une vingtaine de lettres, de deux à quatre feuillets, est conservé aux Archives de l’Efr, dossier « Tunisie » (hors cotation). Par ailleurs, quelques lettres de Toutain ont été retrouvées dans le fonds Saumagne de la Fondation nationale des sciences politiques (Fnsp-Iep) de Paris.

6 Pour une comparaison entre la situation de l’archéologie en Tunisie et en Algérie à cette époque, cf. Ch. Diehl, 1892.

7 Décret du 7 juillet 1882, publié dans le Jot du 25 janvier 1883, 5.

8 Archéologue, historien de l’Afrique ancienne, La Blanchère meurt à l’âge de 43 ans. Il a été élève de l’École normale supérieure (1874-1878), agrégé d’histoire (1878), membre de l’École française de Rome (1878-1881), professeur à l’École des lettres d’Alger (1881-1885), directeur du service des Antiquités de Tunisie (1885-1890), chef de la Mission d’Afrique du Nord (1890-1892), inspecteur général des Archives, bibliothèques et musées d’Algérie et de la Tunisie (1892-1896). Il est moins connu pour ses travaux scientifiques (il lance néanmoins la vaste publication des Musées et collections archéologiques de l’Algérie et de la Tunisie – soit vingt-six fascicules publiés chez Leroux entre 1890 et 1928) que pour son œuvre administrative. Cf. È. Gran-Aymerich, 2001, 195-196.

9 Il est l’instigateur du décret beylical du 7 mars 1886 publié dans le Jot du 11 mars 1886, 41-43.

10 Son successeur, Georges Doublet (1890-1892), un ancien “athénien”, poursuit la politique impulsée par le premier directeur des Antiquités de Tunisie.

11 D. Blanchet (1844-1918) est l’auteur de nombreux manuels scolaires d’histoire dont certains sont co-écrits avec Toutain : par exemple, L’histoire de France à l’école, publié chez Belin frères en 1924.

12 J. Toutain, 1936, 15 : « Les sources profondes auxquelles il [le génie français] a puisé, ce sont la Grèce, Rome et le christianisme ; il est l’héritier, ou du moins, le plus vigoureux, le plus sage, le plus mûrs parmi les héritiers de ces trois grandes cités de l’intelligence et du cœur ». Sur la construction de l’idée de nation en France, cf. C. Nicolet, 2003.

13 Épigraphiste, historien de l’Afrique romaine, R. Cagnat a été successivement : élève de l’École normale supérieure (1873-1876), agrégé de grammaire (1876), professeur au lycée Stanislas, maître de conférences à la faculté des Lettres de Douai, secrétaire général de la Commission d’Afrique du Nord (1883-1937), professeur au Collège de France (à partir de 1887), inspecteur des musées d’Algérie (1887-1914), secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres (à partir de 1916). Cf. È. Gran-Aymerich, 2001, 128-129 ; J. Leclant, dir., 1999, 222-223.

14 Cité par J. Toutain (1904, 235).

15 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 26 juin 1892. Cagnat a longtemps travaillé en binôme avec l’architecte Saladin qui se spécialisera dans l’archéologie ; ils publient régulièrement les résultats de leurs explorations en Tunisie dans les Archives des missions scientifiques et littéraires (entre 1881 et 1886) dont l’essentiel est repris dans une version grand public devenue un “bestseller” chez Hachette : 1894. Voyage en Tunisie (rééd. 2005). Saladin a également influencé l’orientation des recherches de Toutain : « À mon avis, peu à peu, tous les monuments importants de Chemtou doivent être dégagés outre le théâtre, le forum et les annexes, il y a encore une basilique, un temple dont l’abside tout entière est debout, des thermes considérables dont le déblaiement exigera peut-être plusieurs campagnes sérieuses, un second temple situé au sommet de la colline de marbre et sur lequel M. Saladin a tout particulièrement attiré mon attention » (J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 21 octobre 1892).

16 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 19 mai 1892.

17 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 29 juin 1891.

18 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 29 mai 1892.

19 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 23 mars 1892.

20 Archéologue, épigraphiste, historien de l’Afrique du Nord ancienne, Gsell a été successivement : élève de l’École normale supérieure (1883-1886), agrégé d’histoire (1886), membre de l’EFR (1886-1890), professeur à l’École supérieure des lettres d’Alger (à partir de 1890), inspecteur des Antiquités d’Algérie (à partir de 1900), directeur du musée d’Alger (à partir de 1902), professeur au Collège de France (à partir de 1912) dans la chaire d’histoire de l’Afrique du Nord. En tant qu’auteur de précieux instruments de travail, son rôle dans la recherche historique nord-africaine est fondamental : Les Monuments antiques de l’Algérie (Paris, A. Fontemoing, 1901, 2 vol. , 750 p. et 100 pl.) ; Atlas archéologique de l’Algérie (51 cartes réalisées d’après celles au 200 000e du service géographique de l’Armée, publiées en fascicules entre 1902 et 1911, Alger, A. Jourdan) ; Histoire ancienne de l’Afrique du Nord (Paris, Hachette, 1913-1928, 8 vol. ). Cf. È. Gran-Aymerich, 2001, 315-317 ; C. Lepelley, 1981, 9-18.

21 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 29 mai 1892.

22 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 4 septembre 1892. « D’ailleurs sous la direction de Gsell, [Henri Graillot] ne pourra que travailler avec succès ». Ce dernier, membre de l’Efr entre 1892 et 1895, est chargé d’une mission au nord de l’Aurès.

23 Après la prise d’Alger en 1830, Charles X obtient de Hussein Bey la cession gratuite d’un terrain sur le plateau de Byrsa pour élever un monument en l’honneur de saint Louis, mort à Carthage en 1270 lors de la VIIIe croisade. Le rôle de l’abbé François Bourgade dans le développement des recherches archéologiques à Carthage est à souligner. Cf. P. Gandolphe, 1950 et 1952 ; A.-M. Planel, 2000 ; C. Gutron, 2005.

24 Médecin militaire, archéologue et collectionneur, L. Carton s’illustre comme “l’inventeur” de nombreux sites archéologiques de Tunisie. Il participe à la fondation de l’Institut de Carthage (1893) et de la Société archéologique de Sousse (1903). « Pour sauver Carthage ! », manifeste publié en 1906 dans la Revue Tunisienne marque le début d’une campagne musclée œuvrant pour la sauvegarde des ruines de Carthage. Cf. sa bibliographie in Revue Tunisienne, 1921, 270-280 ; R. Hanoune, 1983, 23-25 ; N. Kallala, 2002.

25 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 23 mars 1892. Archives de l’EFR, dossier « Tunisie » (hors cotation).

26 Sur cette conception des liens entre archéologie et tourisme, cf. C. Gutron, à paraître.

27 Le cardinal Lavigerie (1881, 7) qui a obtenu dès 1875 l’autorisation d’établir à Carthage ses missionnaires d’Afrique, leur a confié une mission d’une autre nature : « En fondant le collège Saint-Louis, j’ai chargé les missionnaires d’Alger qui le dirigent de veiller sur les trésors cachés qui les entourent, et de travailler à les découvrir ».

28 Ordonné prêtre en 1873, Delattre devient missionnaire d’Afrique et s’établit à Carthage en 1875. Il se livre alors, jusqu’à sa mort, à une exploration archéologique des lieux. Il est l’auteur de plus de cinq cents publications (notes, articles, ouvrages). Ses méthodes de fouilles ont été abondamment critiquées. Il a néanmoins œuvré pour la conservation des vestiges archéologiques en développant les collections du musée de Carthage. Cf. M. H. Fantar, 2000 ; È. Gran-Aymerich, 2001, 211. Sur l’activité archéologique des Pères Blancs à Carthage, cf. C. Gutron, 2004.

29 Agrégé de lettres, membre de l’École de Rome entre 1888 et 1890, Auguste Audollent (1864-1943) s’illustre comme l’un des premiers spécialistes de Rome à avoir travaillé en Algérie. Il est élu membre libre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1932.

30 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 8 mai 1892.

31 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 29 juin 1891.

32 Toutain a dirigé deux campagnes de fouille à Chemtou : la première d’avril à juillet 1892, la seconde de septembre à novembre de la même année.

33 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 5 avril 1892.

34 Toutain écrit, par exemple, à son directeur après une attaque de fièvre : « Je vous remercie vivement de l’intérêt que vous prenez à ma santé, et je suis heureux de vous dire que mon indisposition n’a pas résisté à un gramme de quinine. », J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 8 mai 1892.

35 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 24 avril 1892.

36 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 17 avril 1892.

37 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 22 mai 1892.

38 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 5 avril 1892.

39 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 22 mai 1892.

40 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 8 mai 1892. Chaque lettre de Toutain contient au moins un paragraphe sur des considérations d’ordre climatique.

41 Juriste, archéologue, historien de l’Afrique du Nord ancienne. Charles Saumagne est né et a grandi en Tunisie. Il part à Paris pour mener des études de droit et d’histoire puis revient à Tunis où il exerce, sans grande conviction, le métier d’avocat. Il satisfait son goût pour l’histoire en devenant président de l’Institut de Carthage et directeur de la Revue Tunisienne. Il entre dans l’administration en 1924 ; ses responsabilités sont de plus en plus importantes. Il est secrétaire général honoraire du Gouvernement tunisien en 1950. Sa retraite lui permet de se consacrer alors exclusivement à ses recherches scientifiques. Son approche, couplant histoire et droit, est novatrice et féconde : l’historiographie nord-africaine est revisitée. Cf. « Bibliographie de Charles Saumagne », 1967, Les Cahiers de Tunisie, t. 15, 16-27 ; E. Cohen-Hadria, 1979.

42 J. Toutain à Ch. Saumagne. Lettre du 27 juillet 1938. Fonds Saumagne, CS6, dossier « Papiers Saumagne ».

43 Sur les différentes dimensions de l’archéologie, cf. J.-P. Demoule, 2005.

44 « Avec trois ouvriers, j’ai mis trois jours à percer cette couche de blocage, pour arriver à la terre naturelle » ; ou : « D’après les quelques sondages qui ont été faits, cette mosaïque doit avoir des dimensions assez considérables ; nous l’avons retrouvée à plus de trois mètres au-delà du point que nous avons sondé en premier. Si le morceau a quelque valeur, j’ai là beaucoup d’ouvrage ; il me faudra la déblayer complètement, et il se trouve à quatre mètres de profondeur ». J. Toutain à A. Geffroy. Lettres des 22 et 29 mai 1892.

45 J.-P. Demoule, F. Giligny, A. Lehoerff et A. Schnapp, 2005, 23 : « Mais la stratigraphie archéologique codifiée à la fin du xixe siècle devient progressivement (et lentement) une des conditions d’une recherche bien menée parce qu’elle se nourrit à son tour des observations du typologue et de celle du technologue ».

46 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 22 mai 1892.

47 J. Toutain à A. Geffroy. Lettres des 22 mai, 21 octobre et 26 juin 1892.

48 Il s’agit de la mission conduite par S. Gsell et H. Graillot. Cf. supra, n. 22. Les archéologues explorent les environs de Timgad et de Khenchela où des textes inédits sont relevés et des plans d’édifices religieux dressés.

49 Pour une histoire de l’épigraphie au Maghreb, cf. È. Gran-Aymerich, à paraître.

50 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 4 septembre 1892.

51 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 26 juin 1892.

52 C. Valenti, 2006, 74 : « La fouille cependant est désormais conçue comme un processus d’ensemble, dont le rôle nouveau n’est plus de découvrir des trésors ou d’enrichir les musées, mais d’ « explorer scientifiquement, couche par couche, le site antique et ses monuments ». C’est cette conception nouvelle qui triomphe alors, en théorie sinon toujours dans les faits ».

53 G. Doublet à A. Geffroy. Lettre du 8 juillet 1891 : « J’ai l’honneur de vous faire connaître que M. Toutain a transporté au Musée Alaoui du Bardo les stèles, lampes et poteries trouvées par lui dans les fouilles qu’il a conduites avec tant de bonheur au sommet de l’une des pointes du Djebel Bou-Kornine ».

54 Plusieurs caisses d’antiquités puniques ont été envoyées par le Père Delattre au musée de sa ville natale, Rouen (O. Hottot, 1999).

55 Ses collections connaissent un enrichissement faramineux au xixe siècle. En 1826, un département dévolu aux Antiquités égyptiennes et autres est créé aux côtés du département des Antiquités gréco-romaines, cf. P. Jockey, 1999, 68-69. Une salle réservée aux antiquités classiques d’Afrique est ouverte à la fin des années 1880.

56 G. Doublet à A. Geffroy. Lettre du 8 juillet 1891.

57 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 22 mai 1892.

58 J. Toutain à A. Geffroy. Lettre du 22 mai 1892 : « Quant à la destination future de cette mosaïque, je crois qu’elle restera à sa place. Son enlèvement coûterait fort cher, et serait trop difficile. En outre, le musée du Bardo n’a pas de local disponible ».

59 Une quarantaine d’années après, il confie à Saumagne : « Vous avez raison de penser que je n’ai pas oublié la Tunisie et que je me considère toujours comme un Africain » (J. Toutain à Ch. Saumagne. Lettre du 25 février 1931. Fonds Saumagne, CS6, dossier « Papiers Saumagne »).

60 Évoquant par exemple l’avènement de Pétain au pouvoir, J. Toutain (1940, 23-24) écrit : « Non, Messieurs, la France n’est pas morte ! Non, mes chers amis, la France ne mourra pas ! Vive la France ! ».

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable