Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires productifs en question(s)

 | 
Mihoub Mezouaghi

Les territoires productifs en question(s). Transformations occidentales et situations maghrébines

Trajectoires de développement, innovation et territoires

« Ville diffuse » et/ou polarisation urbaine

Gilles Puel et Valérie Fautrero

Texte intégral

1La mondialisation, la déréglementation et la réduction des distances et du temps devraient nous conduire vers une homogénéisation de l’espace et une relative indifférenciation des territoires. Or nous vivons un scénario contraire, en tout cas plus complexe. Les différenciations territoriales s’accroissent comme les inégalités. Les acteurs territoriaux, de plus en plus immergés dans la compétition territoriale, construisent des stratégies pour « ancrer les activités », mettre en place une « bonne gouvernance » ou « territorialiser le ou les facteurs déterminants pour l’attractivité ». Effet de mode ou nouvelle variable déterminante, les Tic sont devenus un des éléments stratégiques de bien des trajectoires de développement qui intéressent les territoires productifs des métropoles mais aussi des villes moyennes ou des espaces intermédiaires que B. Secchi (1984) appelle la « ville diffuse ».

2Or dans quelle mesure les Tic rendent-elles possible la dissémination des activités ? Seraient-elles un élément indispensable pour qu’un micro-territoire rural rompe avec sa trajectoire de repli pour « entrer dans le développement » ? Ou, au contraire, favorisent-elles la concentration des activités et la polarisation urbaine ? Si l’on accepte l’hypothèse que les nouveaux modes de fonctionnement des entreprises de service, facilités par la globalisation de l’économie et la révolution technologique, modifient leurs rapports à l’organisation de l’espace, quelle est alors la nature des liens entre l’innovation, les changements organisationnels et les effets territoriaux ? Les entreprises de service sont-elles des entreprises footloose, susceptibles de relocalisations fréquentes ? Les « systèmes territoriaux » peuvent-ils les attirer (autrement que par des subventions publiques), mieux les fixer, mais pour quoi faire et à quel coût ? Autant de questions qui invitent à revisiter la pertinence des notions d’ancrage territorial et de durabilité des investissements, comme à se demander comment les réponses à ces problèmes peuvent varier selon les échelles d’analyse, voire les modèles territoriaux ; quels sont les déterminants provisoires qui fondent l’attractivité des territoires ?

1. Le cadre théorique

1.1. Le « territoire productif » vu par un géographe1

  • 1 Est présentée ici une conception de la géographie : les outils utilisés (enquêtes de terrains, mod (...)

3Le concept de « territoire productif » hybride les notions de « dimension territoriale », de « stratégies d’acteurs » et de « contextualisation », toutes notions renvoyant à ce que l’on a appelé « l’atmosphère » marshallienne. Ainsi, réseaux sociaux, modalités de coopération et projet collectif apparaissent comme les variables clés différenciant les territoires. Ce renouvellement de l’explication des frontières pose de fait la problématique de l’articulation des échelles qui est maintenant un truisme en géographie. Par exemple, la régulation dans le domaine des technologies de l’information et de la communication (TIC) interroge sur les lieux du pouvoir (État national, Commission européenne ou FCC et/ou des grandes multinationales américaines) et leurs articulations avec les « systèmes territoriaux » locaux.

4Nous essaierons, en premier lieu, de définir notre approche, ses fondements théoriques et la grille d’analyse qui en découle. Une littérature abondante intéressant l’ensemble des sciences sociales traite d’espace, de territoire, de milieu, ou encore de « système territorial » ou de « système spatial », le vocabulaire employé pour désigner ces différentes notions étant en général imprécis, d’autant que leurs définitions ont varié en géographie selon les modes et les paradigmes.

5La notion d’« espace » est d’utilisation récente en géographie et correspond à une refondation épistémologique de la discipline. Selon R. Brunet (2001), elle « marquait un besoin de s’insérer dans l’ensemble des sciences sociales, et une ambition scientifique : chercher des lois ; affirmer le rôle de l’étendue, des distances et des interactions, qu’il contient ; fonder “l’analyse spatiale” ; rompre avec la vision extérieure d’un milieu plus ou moins passif, dans lequel l’activité humaine se trouverait plongée, tout en réincorporant le concept de milieu dans le sens d’un produit qui devient condition d’existence de son propre producteur ». Il convient donc de ne pas confondre « espace » avec « milieu » qu’il est venu remplacer et éviter de l’assimiler à l’espace naturel. C’est l’occasion de multiples incompréhensions avec les référents de disciplines voisines. Or lorsque l’on agit dans un environnement ou un milieu localisé, on agit dans un cadre complexe qui inclut certes la Nature, mais aussi l’Histoire, les rapports sociaux, etc. En revanche, si on considère le milieu comme une catégorie intermédiaire entre le territoire et l’espace, on peut affirmer que tout territoire subit les champs de force d’un (ou de plusieurs) milieu.

6Ainsi, tout territoire est approprié, exploité et habité. Son « système d’acteurs » (pouvoirs publics, entreprises, ménages, associations, etc.) le gère, le transforme. Le territoire a aussi son « système social », ses mémoires naturelle ou historiques, le tout, encastré dans le métasystème avec lequel ses acteurs tissent plus ou moins des liens. La notion de « territoire » est moins vaste que celle d’« espace », mais cependant plus dense en ce qu’elle suppose d’appropriations, de représentations, de conflits d’acteurs. Chaque « système territorial » doit être compris comme un ensemble de situations subissant les flux des grands champs qui structurent l’espace. Par exemple, les campagnes de Caylus sont en 2005 sous le vent de l’urbanisation toulousaine, dans le cadre des “macro” transformations de l’époque. Certains territoires sont sous le vent de l’innovation mais situés du mauvais côté d’une frontière réglementaire. Leur développement peut en souffrir. La complexité spatiale est donc inhérente au territoire, lieu de multiples interactions dynamiques.

  • 2 Cependant, en creusant des différences entre les territoires, elle est aussi facteur d’anisotropie (...)

7Il est admis de dire que le « territoire » est revenu à la mode. Il fut un temps suspecté pour des raisons idéologiques, symbolisant la crispation identitaire et le repli sur soi et, dans le meilleur des cas, le localisme. Il fut soudain frappé d’obsolescence : le développement des réseaux devait le court-circuiter (M. Castells, 1996) et la modernité des TIC, effacer la distance. En effet, la mondialisation a souvent été perçue comme anti-géographique au sens où elle a détruit de la “géographie”2, en effaçant certaines rugosités spatiales (les effets-frontières par exemple). De son côté, l’innovation technique a contribué au même mouvement en abaissant tendanciellement les coûts de transport des marchandises, de l’information et des hommes. Cette fluidification des échanges a effacé les distances, et donc de la “géographie”. Ses effets ont été démultipliés par les facilités données aux entreprises pour se recomposer et se relocaliser dans l’espace mondial.

  • 3 “With such efficient communication, firms can more easily monitor and coordinate widely dispersed (...)
  • 4 L’intérêt pour la distribution géographique des activités économiques est ancien chez les économis (...)
  • 5 D’une manière générale, chez les sociologues, à l’exception de M. Castells, le territoire est souv (...)

8Ce renouveau d’intérêt s’explique par un double paradoxe : d’une part, les progrès de la mondialisation (diminution du poids des frontières, mouvement de privatisation et de dérégulation) corrélés à la persistance des inégalités territoriales (ou à leurs redécouvertes) ; d’autre part, la diminution incessante du poids de la distance (F. Cairncross, 1997)3 pour l’activité humaine et le fait que les lieux n’ont jamais autant compté pour les stratégies des acteurs, et surtout, des entreprises. Aussi l’intérêt pour ces questions a-t-il été relancé et des recherches sont-elles menées dans plusieurs champs disciplinaires des sciences sociales (économie4, sciences de gestion, sociologie5 ou géographie).

9Si les approches sont variées et tendent à produire une littérature marquée par de multiples recoupements voire d’hybridations, trois d’entre elles paraissent se distinguer. Pour la première, l’espace compte peu ou relève du cadre de la distribution des objets étudiés : input, output, etc.) ; les modèles de l’économie néo-classique ou de l’économie spatiale en offrent la caricature. Une deuxième focale considère le territoire comme l’environnement de l’objet étudié : lieu de déploiement des stratégies d’acteurs, des pratiques de gouvernance, de cultures ou d’une quelconque variable sociale. Cette approche, territoriale, attribue des différences de comportement et de performance aux caractéristiques d’une région particulière. En général, les économistes décontextualisent la technologie, d’une part, des conditions politiques, juridiques ou sociales qui la rendent possible et, d’autre part, des phénomènes d’appropriation. C’est le plus souvent parce qu’ils cherchent à “isoler” telle ou telle variable alors qu’une vision systémique ou globale du changement invite, au contraire, à s’intéresser aux processus d’agrégation, de synergie, d’interdépendance, etc. Cette tendance est partagée peu ou prou par tous les économistes, même ceux qui affirment situer le territoire comme un élément central de leur analyse. En fait, l’hybridation entre économie et géographie est plus souvent proclamée que réellement construite, au-delà des recoupements liés aux objets d’études.

  • 6 Prise au sens large et non réduite à l’ensemble des méthodes statistiques ou mathématiques prisée (...)

10Enfin, une troisième approche, partagée par nombre de géographes, considère le territoire comme la clé de l’analyse de l’articulation des jeux d’acteurs et des changements d’échelle. Le géographe fait l’hypothèse que les objets ont des distributions spatiales différenciées et que ces distributions sont organisées. L’objet de la géographie est avant tout l’analyse spatiale6.

11L’hypothèse de départ est que l’espace est produit (H. Lefebvre, 1974). Par production de l’espace, il faut comprendre le résultat de la façon dont les sociétés l’occupent, l’utilisent, en façonnent les paysages, modèlent leurs territoires en fonction des rapports sociaux, des modes d’appropriation de la valeur, en somme en fonction des interactions entre les instances économique, politique et culturelle (R. Fossaert, 1977). Si l’espace est produit, il est aussi condition de sa reproduction sociale. Nos travaux (V. Fautrero, V. Fernandez et G. Puel, 2006) sur les pratiques des technologies alternatives ont montré que ces dimensions étaient incluses dans l’analyse quand les interactions qu’elles produisaient à l’intérieur du système en expliquaient le fonctionnement. Ce fut le cas pour l’arrivée des migrants et la pauvreté agronomique des sols du Lauragais, ou pour la valorisation historique du milieu naturel et l’arrivée de migrants dans les Causses de Caylus.

12Non seulement l’espace est produit, mais il est de plus organisé et pas n’importe comment. La hiérarchie urbaine et la localisation des villes sur le territoire de la France ne sont pas dues à l’aléatoire. Elle s’explique selon quelques règles et modèles. Titre d’un ouvrage de R. Brunet (2001) et aussi de la première partie du livre I de la Géographie universelle, « le déchiffrement du monde » (1990) est explicite quant à la mission assignée au géographe. Découlant de l’espacement et de la distance, les lois de l’espace sont peu nombreuses : « Tout espace singulier est fait de l’arrangement plus ou moins complexe d’une quantité de structures élémentaires qui ne sont elles-mêmes qu’en petit nombre » (R. Brunet, 2001). Toutefois, il faut se garder de tout déterminisme spatial : “L’espace impose ses règles”. Cette idée implique de ne pas oublier d’autres forces agissantes sur l’espace comme l’histoire avec ses temps longs (comme la géologie) et les temps plus courts des œuvres humaines, les stratégies d’acteurs, les liens avec les autres territoires plus ou moins proches. L’espace impose de la contingence, de l’aléa. Le fonctionnement d’un « système territorial » représente toujours un compromis entre les lois de l’espace et les territorialités. Le géographe doit approcher la complexité des « systèmes territoriaux » pour les décrypter et comprendre comment les structures spatiales interfèrent pour faire système.

  • 7 Cette position a été formalisée par la « nouvelle géographie » française dans les années 1970. Cf. (...)

13Ainsi, les géographes7 ont observé et essayé d’interpréter les différenciations spatiales et leurs dynamiques territoriales. Dès 1975, R. Brunet, décrit les grandes forces qui composent le système (population, ressources en information, et capital), mises en relation par les moyens de production. La géographie se recentre alors pour analyser comment ces différents éléments interagissent, organisent l’espace et produisent des dynamiques territoriales, susceptibles « d’aimanter les emplois » et de faire adhérer au territoire les entreprises, fussent-elles globales. Sinon, comment expliquer que, dans un monde de plus en plus fluide, les entreprises ne relocalisent pas systématiquement leurs activités là où l’allocation des ressources est la moins chère (immobilier, coûts de télécommunication ou force de travail) ? Pourquoi certains territoires réussissent-ils mieux que d’autres ?

1.2. Métropolisation / dissémination et les TIC

14Deux grandes traditions s’affrontent sur le sens des relations entre Tic et espace. Si chacune s’accorde sur un consensus, l’existence simultanée d’effets d’agglomération et de désagglomération, la différence porte sur l’interprétation théorique de l’interface Tic/ territoires. Les uns affirment que les Tic étendent les fonctions humaines et créent un effet de substitution à ces dernières (le télétravail chasse les transports physiques) ; en filigrane est entrevue la fin graduelle des agglomérations urbaines. B. J. L. Berry, dès 1973, concluait que le développement de l’économie post-industrielle et des Tic allait dissoudre le modèle de ville core-oriented actuel et créer une civilisation urbaine sans ville. W. J. Mitchell (1999) fonde également sa vision des nouveaux lieux et formes urbaines, qu’il appelle e-topia (“lean, green cities that work smarter not harder”) sur les effets supposés des Tic sur la société et l’espace : la dématérialisation (migration de l’espace physique vers l’espace électronique), le recul de la mobilité (effet de substitution aux déplacements physiques), la customisation de masse, le développement d’opérateurs intelligents, etc.

  • 8 On se situerait alors dans une stricte logique déterministe, la nouvelle forme urbaine serait la c (...)
  • 9 Une forme spatiale est une configuration produite par l’interaction, du déploiement technique et d (...)

15Pour la deuxième école, la technologie est assimilée à un nouveau paradigme, économique ou technique, qui change les pratiques quotidiennes des individus et des organisations. M. Castells (1996) parle ainsi de « cité informationnelle » non comme une forme urbaine8 mais comme un processus agi par la logique de l’espace des flux, reliant l’espace des lieux, par les réseaux techniques. Les nouvelles formes spatiales9 qu’il identifie seraient pour les États-Unis, la « cité lisière », le centre-ville et les proches banlieues en décomposition, mais surtout à l’échelle du monde, les mégacités, « nouvelle forme spatiale qui se développe dans différents contextes sociaux et géographiques ».

  • 10 A. J. Scott (1988) développe une théorie dont les fondements sont assez proches. Le nouvel espace (...)

16Les travaux de M. Storper (1997), à l’interface des territoires, de la technologie et des organisations, montrent les deux tendances spatiales à l’œuvre. Les facteurs agglomérateurs, réflexifs, s’expliquent par la stratégie des acteurs désireux de diminuer le risque et l’incertitude, associée aux relations organisationnelles complexes. La seconde tendance, désagglomératrice, implique moins de travail intellectuel ou d’activités réflexives et va localiser ces activités vers la périphérie. Pour Storper, le nouveau capitalisme réflexif est basé sur l’économie de la connaissance, learning economy, et les acteurs (entreprises et territoires) sont en compétition en cherchant à accaparer le facteur clé, la connaissance non standardisée. Les Tic accompagnent et facilitent cette mutation du capitalisme10.

17Nous préfèrerons parler de dualité du capitalisme. Le post-fordisme n’a pas subitement remplacé le fordisme ; par ailleurs, il a pu récupérer des formes d’accumulation typiquement fordistes et les relancer. L’économie du numérique en témoigne parfois (G. Puel, 2003). Ainsi des configurations spatiales très diverses, produites par ces différents régimes d’accumulation, coexistent et les firmes, selon leurs stratégies, optent pour telle ou telle dynamique spatiale.

  • 11 Laquelle a atténué sa posture entre la 1er édition (1997) de son ouvrage et la plus récente.

18Il semble peu discutable que les Tic aient des liens, tout à la fois, avec des processus de concentration des activités et avec des processus de dissémination. Sans reprendre les thèses de F. Cairncross11, on peut admettre avec K. Mei Po (2003) que les Tic aident à comprimer le temps et l’espace, et à produire des effets spatiaux. Ces points-là ne devraient plus aujourd’hui faire débat.

19La mesure des processus cumulatifs en cours entre les développements socioéconomiques et les réseaux techniques renvoie au concept de « congruence », défini par J.-M. Offner (1993, 238) :

Au sens fort, la congruence renvoie à l’idée d’homologie structurale, utilisée implicitement par Max Weber entre autres : un phénomène est expliqué non par la mise en évidence d’un faisceau de causes et circonstances historiques, mais par la mise en évidence d’un parallélisme entre deux structures. On s’affranchit, de cette façon, du rapport de cause à effet (de la poule et de l’œuf...) au profit d’un modèle d’adaptation réciproque : le TGV ne provoque pas la création des technopoles mais il est le mode de transport correspondant le mieux – à un moment donné – à l’apparition de nouvelles formes d’organisation spatiale des entreprises innovantes.

20En fait, territoire et Tic fonctionnent dans un système plus général. Il ne s’agit pas de renverser purement et simplement le paradigme, de verser dans un sociologisme naïf (la société produit la technique) et de nier que la technique puisse produire des effets structurants. Les Tic sont agis par le social et agissent sur le social – des travaux empiriques le démontrent –, mais si, et seulement si, les acteurs territoriaux savent se saisir de leur opportunité (P. Veltz, 1996). La relation serait causale, mais conditionnelle, d’où l’intérêt de l’approche systémique pour mettre en lumière les stratégies des acteurs territoriaux et les interactions entre les éléments.

21Toutefois beaucoup de ces thèses prêtent aux Tic des caractéristiques, voire des vertus – c’est selon l’idéologie implicite de l’auteur – décentralisatrices. Or, on peut tout aussi bien soutenir l’inverse : S. Zuboff (1998) affirme au sujet du « paradis de la connaissance partagée et d’un environnement de fonctionnement plus égalitaire » que « la connaissance n’est pas vraiment partagée parce que la gestion ne veut pas partager l’autorité et la puissance » (cf. la dualité de la technologie chère aux structurationnistes). Par exemple, l’introduction des Tic dans la marine de guerre américaine a été l’occasion, non pas de décentraliser le pouvoir de commandement, mais au contraire de le déplacer vers le siège de l’amirauté (J. S. Brown et P. Duguid, 2002). Pour notre part, nous pensons que les Tic accompagnent le changement social sans le déterminer et qu’il n’est donc guère surprenant de faire l’inventaire d’effets d’agglomération et d’effets disséminateurs. La question qui nous paraît la plus intéressante est de savoir quels effets dominent, quelles en sont les dynamiques et quelle est la part explicative liée à la variable Tic ? Comment la mesurer ? Comment cette part “explicative” interagit-elle avec les structures spatiales préexistantes ? Quelles différenciations territoriales produit-elle ?

22Si l’on aborde la question par échelles spatiales, il nous semble qu’à l’échelle 1, la dissémination des activités l’emporte sur la métropolisation. La mise en réseau des lieux est globale. Elle s’effectue par tout un ensemble de réseaux techniques dont Internet n’est qu’un aspect. Ces réseaux servent le projet du capitalisme libéral dont l’idéologie, peu renouvelée depuis le xixe siècle, vante la mondialisation et la compétitivité territoriale. Cette globalisation des marchés qui progresse est antérieure à Internet et même aux premiers réseaux interbancaires. Elle relance la division internationale du travail surtout en interaction avec l’effondrement continu des coûts du transport. Mais la mondialisation a ses champs de force, elle ne se diffuse pas de façon anisotropique. Et la pression idéologique et économique est telle que sa diffusion a incité les acteurs à adapter leurs stratégies : les États ont entamé un grand processus de déréglementation et d’effacement des frontières et les entreprises ont adopté de nouvelles formes organisationnelles variées dont l’entreprise “creuse” est le modèle dominant.

23Toutes ces forces ont mis à profit l’opportunité de la technologie pour façonner la géographie mondiale, le « territoire Monde ». Les activités humaines se diffusent à l’échelle planétaire dans des structures spatiales préexistantes, les lieux qui concentrent les activités humaines, les métropoles. Si on oublie le faux débat sur la fin des villes, plutôt nord-américain, la question centrale devient celle de l’effet des Tic sur la hiérarchie urbaine. Vont-elles la déformer ou s’y lover parfaitement ? Plusieurs géographes et économistes géographes affirment que les Tic confortent la géographie urbaine (M. L. Moss, et A. M. Townsend, 2000 ; S. P. Gorman et E. Malecki, 2000).

24Leurs remarques ne sont prouvées que par les méthodes de recherche qu’ils utilisent, à la limite de la tautologie géographique ; ils établissent un palmarès avec des variables comme les capacités des backbones en termes de débit et la mesure de la connectivité des villes à ces mêmes backbones. Quand, par exemple, le palmarès obtenu ne colle pas avec la hiérarchie (Atlanta et Dallas), E. J. Malecki attribue cette déformation aux accords de peering entre opérateurs qui fausseraient ses résultats (S. P. Gorman et E. J. Malecki, 2000). D’une part, la plupart des accords de peering sont tenus secrets et, d’autre part, la capacité de bande passante n’indique ni la bande passante utilisée ni celle qui sert aux échanges de la métropole. N’oublions pas qu’en 1999, 97 % des échanges de l’Internet mondial passaient via les backbones états-uniens et donc par ces mêmes métropoles :

  • 12 Cité par J. Vicente, 2005.

Internet a renforcé l’importance de quelques grandes aires urbaines sans assurer une décentralisation des populations dans les aires rurales […]. Bien qu’il ait fait tomber bon nombre de barrières géographiques, il n’a pas atténué la nécessité pour les hommes et les activités de se regrouper dans les zones urbaines.
M. L. Moss et A. Townsend, 2000, 8412.

25Daniel Latouche (2003, 21) a observé les dynamiques de la hiérarchie urbaine américaine en se basant sur trois indicateurs : la capacité, l’usage d’Internet et les noms de domaines.

26Dallas et Atlanta, respectivement troisième et quatrième pour la capacité, reculent aux dixième et quatorzième rangs pour le reste :

Contrairement aux pronostics, la hiérarchie urbaine nord-américaine évolue vers une structure polycentrique où une dizaine de villes peuvent prétendre occuper une place importante. Grâce aux changements technoscientifiques, à l’Internet et à la « nouvelle économie », on peut aujourd’hui parler de hiérarchies urbaines spécialisées et de sous-ensembles régionaux reliés les uns aux autres.

27Ses conclusions montrent que l’innovation est différenciatrice et que, même si elle se coule dans les structures spatiales héritées, ces dernières ne sont pas inertes, se déforment et agissent sur l’innovation. Nous retrouvons la question de l’interaction entre le territoire et la technique (cf. la tentative de M. Castells, 1996, d’identifier ces nouvelles formes spatiales à l’échelle mondiale).

28Le travail du géographe peut se limiter à une identification et un inventaire de ce type de structures spatiales comme les technopoles ou les technopôles, les districts ou autres clusters. C’est sans doute utile mais limité. Il doit surtout centrer son travail sur les différenciations spatiales, cœur de son métier, qui peuvent expliquer pourquoi et comment certains territoires tirent mieux leur épingle du jeu de la recomposition de la hiérarchie urbaine due à la diffusion des Tic dont est faite l’hypothèse. Cette dimension du travail de géographe peut être couplée avec les études d’évaluation menées dans une perspective d’expertise ou de conseil. Si l’on admet raisonner de manière critique dans le cadre des grands champs de force qui dominent le « système Monde », le géographe peut éclairer les choix stratégiques en contribuant à l’analyse des variables de différenciation territoriale et de leur combinaison. La compétitivité territoriale suppose le creusement raisonné de l’anisotropie, une différence positive de potentiel. C’est retrouver un des fondements du raisonnement géographique que d’affirmer que la mondialisation et les Tic creusent les différences géographiques. On peut le dénoncer (J. E. Stiglitz, 2002), mais aussi en jouer comme le font toujours les entreprises ou, de plus en plus souvent, les « systèmes d’acteurs » territoriaux. Dans cette perspective, il faut organiser les éléments de son territoire et contrôler les éléments exogènes pour les faire interagir de manière positive aux fins d’une meilleure performance globale, de « l’insertion dans la compétitivité mondiale ». Mais tout cela suppose une bonne évaluation territoriale préalable.

  • 13 Agriculture exceptée.

29À l’échelle régionale, la métropolisation des activités paraît dominer un autre processus, leur dissémination. Les mêmes champs de force idéologiques demeurent, mais ils peuvent rentrer en contradiction et devoir composer avec des idéologies propres aux formations sociales localisées. On peut faire référence à la force du techno-nationalisme en Chine, sous-produit d’un patriotisme économique vivace, ou bien aux représentations de la ville et du paradis rural, constituant de l’idéologie américaine, ou encore aux réflexes anti-mondialisation et antilibéraux en France, etc. Mais les politiques publiques s’orientent dans deux directions qui poussent, l’une comme l’autre, à la métropolisation des activités. D’une part, la quête de la compétitivité des territoires accroît les moyens dans les métropoles : les Pôles de compétitivité en France en sont le dernier avatar. D’autre part, la décentralisation des compétences renforce le rôle des capitales régionales et laisse aux espaces ruraux13 une part d’investissement de plus en plus allégée.

30Les logiques dominantes des entreprises et des ménages à la recherche des effets d’agglomération renforcent cette dynamique. Comment évaluer le rôle des Tic dans ce mouvement général ? Si l’on se limite à l’économie de la connaissance, il n’y a rien de surprenant à constater que Paris et les plus grandes métropoles dominent. Les compétences rares y sont concentrées, et donc facteurs de différenciation territoriale. Paraphrasant F. Durand-Dastes (1988), on affirmera qu’elles sont localisées et localisantes. L’analyse de M. Storper (1997) qui sépare les activités hautement intellectuelles dans le cœur des villes et les autres dans la périphérie des métropoles, mérite d’être nuancée.

31En effet, « il se passe des choses » dans les campagnes. D’autres logiques idéologiques, comme le refus de la ville, combinées à des opportunités comme l’accès aux TIC, favorisé ou non par des politiques publiques, et aux évolutions des systèmes organisationnels des entreprises, produisent des effets “antipolitains” qui compliquent le panorama.

32C’est pourquoi nous avons cru déceler dans les résultats de nos recherches – et nous concédons bien volontiers que cela reste largement à confirmer – une nouvelle forme spatiale que nous avons ironiquement appelée territoire fun. Il semble que ce type de structure corresponde à une rencontre. Des couches sociales à capital culturel et social élevé fuient la ville vers des territoires à leur image, bien connectés et le plus souvent avec leurs métiers et leurs marchés associés et délocalisés. Pour qu’ils puissent conserver leurs marchés, en plus d’être fun, le territoire doit être doté du haut-débit et, surtout, d’une bonne interconnexion aux réseaux à grande vitesse ; et il ne faut pas mésestimer le rôle des compagnies low cost pour l’attractivité de ce type de territoire. Les Tic ne jouent qu’un rôle en interdépendance avec les autres, mais essentiel. C’est l’élément mis en avant par les politiques publiques locales. En effet, s’il n’y a pas l’accessibilité, le territoire fun ne peut prendre forme ; cependant sa seule présence en l’absence des autres éléments, ne suffit pas.

33Une problématique intéressante pour mesurer le poids des Tic dans les « systèmes territoriaux » serait d’approcher le moment où les innovateurs constituent une masse critique suffisante pour entraîner un changement d’état du système. Plus le « système territorial » est petit, mieux ce phénomène peut s’observer. Nous avons pu observer comment, sur une petite commune du Lauragais tarnais, une poignée de néo-ruraux, appartenant à des couches sociales aisées, avaient pu faire masse et développer une expérience locale d’accès à Internet via le Wi-Fi. Dans un second temps, grâce à son capital social accumulé, ce réseau d’acteurs a pu persuader l’acteur public, de monter un projet qui peut devenir exemplaire pour la région (candidature à un pôle d’excellence rural). Des exemples de ce type sont moins rares que l’on ne croit et permettent de mesurer de manière qualitative le rôle des Tic. Pour autant, les Tic sont saisis par le social et le territorial, et ces densités d’acteurs ne se rencontrent pas sur tous les chemins de campagne.

  • 14 Par lien local, il s’agit de liens à l’échelle d’un “pays”.

34Un autre élément de débat paraît important, parce que contradictoire, pour le développement territorial ; il tient à un aspect métropolisant, souvent caché derrière l’aspect disséminant lorsqu’on aborde cette question des Tic. Les travaux que nous avons menés dans les espaces ruraux montrent que les nouveaux usages substituent des liens lointains à une part importante de liens locaux, sans contester le fait que la quantité globale de liens s’accroît, ni que des liens locaux14 subsistent. Les liens rompus sont des liens traditionnels de proximité économique. L’adoption rapide de l’achat en ligne fait son œuvre. Les perdants sont évidemment les entreprises de services des villes voisines.

35Ce n’est pas le cas pour les métropoles ; là les études montrent que les échanges sont majoritairement locaux, mais le contraire serait surprenant. La densité du bassin métropolitain explique le fait (G. Puel et alii, 2003b, 128). L’innovation technique concourrait à rompre les liens de relations proches et désarticulerait ainsi l’espace, connectant les campagnes à des réseaux mondialisés et coupant les villes moyennes de leur environnement proche.

  • 15 Greenstar est un programme des États-Unis visant à un développement axé sur la technologie ; il pr (...)

36Cette remarque pose la question de l’articulation du développement local, des Tic et du rôle des politiques publiques. Infrastructures, accessibilité et services proposés ne suffisent pas. Les usages de la technologie peuvent jouer dans le sens opposé aux buts souhaités, fussent-ils nobles. Le programme « Greenstar »15, dans un de ces projets, permet à des habitants de la Cisjordanie d’accéder au monde et, à leur territoire, de s’ouvrir au monde. Ils peuvent en effet vendre en ligne de l’artisanat local et de la musique traditionnelle. Ils peuvent aussi acheter. Les différences de potentiel entre les territoires n’ont aucune peine à expliquer les effets de cette ouverture : la nette dissymétrie entre ventes et achats ! Les promoteurs du programme ne cachent pas leur volonté manifeste d’en faire un outil d’intégration économique à l’espace mondial des territoires marginalisés, dans un but de profitabilité.

1.3. Les analyseurs de la différenciation spatiale

37Ces travaux de géographe portent sur la collision entre un événement structurant extérieur et un « système spatial ». Le point de départ est donc l’espace, fonctionnant comme un système, appelé indifféremment « système spatial » ou « système territorial ». Mais nous ne devons pas perdre de vue que le géographe étudie la société par l’espace, que « la société » est le concept central de la géographie et « l’espace », le lieu où se nouent les stratégies des acteurs sociaux (appropriation, exploitation, etc.). L’espace n’est pas une catégorie autonome par rapport au social et les Tic, tout comme l’espace, sont considérées comme incluses dans le social.

38L’innovation, technique ou sociale, est donc un objet digne d’intérêt pour la géographie, car spatialement distribuée, et l’espace, une grille de lecture opératoire pour l’ensemble des phénomènes du social. S’il n’a pas lieu de mythifier les Tic, la difficulté consiste à évaluer leur place dans un « système territorial » comme signe et/ou agent de la production de l’espace. En effet, bien que ces objets possèdent leurs dynamiques propres, construites par des interactions multiples entre des acteurs exogènes (stratégies d’opérateurs, politiques publiques, logique d’infrastructures, etc.) et endogènes (projets de développement liés aux Tic, dynamiques d’usages, territorialités, etc.), il ne s’agit pas de souscrire au paradigme techniciste et d’affirmer que la technique est autonome. Les Tic sont une production sociale et spatiale. Guy Di Meo (1991) rappelant l’indissociabilité de l’espace et de la société, montre toute la portée de « l’espace-enjeu », à la fois, valeur d’usage, marchandise ou signe de distinction sociale. L’approche est centrée sur les interactions et le changement d’échelle. La question des échelles montre qu’en fonction des clés d’entrée, la hiérarchie des interactions peut se modifier même si le cadre d’analyse reste stable. Seule la nécessité d’une mise en ordre heuristique conduit à séparer, artificiellement, des niveaux d’analyse et des catégories qui peuvent se confondre dans le réel.

39Affirmant que la distribution spatiale différenciée des Tic est organisée par un jeu complexe de stratégies d’acteurs, nos travaux cherchent à rendre plus lisible la place de cette distribution dans l’organisation et la production de l’espace. Notre grille d’analyse repose sur un ensemble de sept variables : l’innovation (diffusion du haut-débit, changements organisationnels) ; les champs de force du système englobant (transformation socio-économique des campagnes, étalement urbain, etc.) ; le jeu des politiques publiques (exogènes ou endogènes) ; le capital social du territoire (migrants) ; les stratégies des acteurs (gouvernance locale, naissance de mouvements associatifs, alliances extérieures) ; les temporalités dans toutes leurs dimensions : courtes (affectation d’un lieu), moyennes (échelle de la vie professionnelle), longues (représentations, relief) ; enfin, les formes spatiales (récupération de friches -industrie, bergerie).

  • 16 Et qui reste à construire. La question des modèles territoriaux en est exemplaire.

40L’analyse des dynamiques spatiales est l’entrée privilégiée et elle suppose une connaissance des structures spatiales du territoire (héritées ou produites par la formation sociale) et de leurs liens avec les lieux du monde. Elle suppose également de comprendre le fonctionnement des interrelations des variables du système. Alors, les formes de la distribution spatiale de l’innovation pourront donner du sens. Il s’agit d’aller au-delà d’une géographie de l’inventaire dont l’utilité est peu contestable pour un objet aussi récent et instable16, pour se tourner vers une géographie de l’ingénierie spatiale, intégrant dans une critique sociale raisonnée, les “effets” de l’introduction d’une perturbation, les liens systémiques et le sens des échelles.

2. Les outils d’une étude de cas

2.1. Méthodologie

  • 17 Un territoire “rural” de 3 500 habitants, Caylus-Saint-Antonin-Noble-Val (Tarn et Garonne) et une (...)
  • 18 Traduit par G. Puel.

41Ces terrains d’expérimentation17 se trouvent dans le Sud de la France, mais renvoient à des profils territoriaux généralisables en modèles, à la manière de J. Kotkin (2002, 11) qui identifie pour les États-Unis, trois modèles de territoires qui gagnent : 1) les villes qui ont su adapter leur genetic code à l’émergence du paradigme de la « nouvelle économie » en pariant sur les nouveaux urbains qui constituent la matière première de l’économie urbaine post-industrielle ; 2) les nerdistans, nouvelles communautés périphériques, dont la matière première est la concentration de personnels qualifiés ; 3) les valhallas, « les campagnes, dotées d’aménités urbaines significatives et d’un paysage attrayant, où les travailleurs de la connaissance peuvent jouir d’un paradis pastoral et demeurer encore branché dans l’économie bourgeonnante de l’information »18.

42Nous appuyant sur les travaux de J. Kotkin (2000) et de R. Florida (2002), nous proposons de qualifier de fun des territoires ruraux ou urbains qui offrent, outre la classique “qualité de vie”, une image du lieu, un charme, une histoire, un passé culturel qui, associés, contribuent largement à attirer les entreprises du secteur du multimédia.

  • 19 Les entreprises de services étudiées ici appartiennent au secteur Tic de production de contenus. P (...)
  • 20 P. Veltz (1996) parle de « coévolution complexe » entre les stratégies des firmes et les dynamique (...)

43Si ces deux territoires jouissent d’une bonne image, ils restent aux prises avec les problématiques classiques du développement : comment, non seulement conserver population et entreprises, mais encore devenir attractif et compétitif ? Ainsi, les logiques déployées visent à attirer et fixer des entreprises de contenu19 sur des territoires aux prises avec la concurrence des grandes villes voisines. Ici, un projet d’équipement haut-débit couplé à un programme de développement des usages et d’offre de services est mis en place. Là, les acteurs construisent une stratégie de développement fondée sur l’économie des Tic en créant un pôle urbain numérique et culturel attractif. Sur ces deux territoires, des logiques bottom up et top down s’entrecroisent, des associations professionnelles se sont constituées, des projets sont négociés avec les porteurs de politiques publiques20.

44La combinaison des attributs varie selon les échelles territoriales et les explications ne sont pas univoques. Ainsi, nous proposons de contribuer à la construction d’un modèle interprétatif montrant, selon les échelles, d’une part que les processus de régulation, les logiques d’acteurs et le système se construisent différemment, et d’autre part en quoi et comment le mécanisme technique / social interagit. Quels sont les attributs d’un territoire qui jouent pour expliquer des cultures d’usages (voire des combinaisons de cultures d’usages) et des trajectoires de diffusion différentes ? Qu’est-ce qui fonde les cultures d’usages ? Comment s’articule cette combinatoire où interagissent les attributs territoriaux, une ou des techniques déployées et leurs possibles, des besoins, un imaginaire technique pluriel et les champs de force du métasystème ? Les interdépendances sont multiples, des trajectoires se dessinent, mais l’empirie fait montre de résultats pour le moins contrastés et les formes interprétatives posent problème : certaines apparaissent trop “dures” et fondées sur le déterminisme, alors que d’autres semblent trop “molles” (qui commande quoi ?). Ces hypothèses peuvent “expliquer” ce que les travaux empiriques montrent : l’absence de modèle unique, une diversité relative des idéaux-types ou des modèles.

  • 21 Trente interviews. Les noms des entreprises ont été modifiés dans le texte. Notre travail de reche (...)

45La méthodologie repose pour l’essentiel sur un travail d’enquêtes ayant pour objet ces espaces “semblables” au sens que lui donne R. Brunet (2000). L’approche méthodologique combine les entretiens en face à face avec l’ensemble des acteurs concernés21 (acteurs économiques, opérateurs, porteurs de la politique publique, etc.) et la passation de questionnaires (après constitution d’une grille d’analyse des usages et des freins) suivis d’entretiens approfondis auprès des responsables d’entreprises.

2.2. Le projet de Caylus et de Saint-Antonin-Noble-Val : le multimédia à la campagne

46Ces campagnes sont, bien sûr, partie prenante des profondes mutations qui affectent plus généralement l’espace rural (faible tissu industriel et importante fonction résidentielle). Or les gains de population constatés lors du dernier recensement ne s’expliquent plus seulement par l’arrivée de retraités. En effet, de jeunes actifs sont attirés par la principale ressource du territoire, son cadre naturel. Beaucoup relatent leur “coup de foudre” pour le lieu, à l’origine de leur prise de décision. Les uns arrivent avec une activité, les autres avec des compétences et le désir de créer une activité nouvelle. La proportion importante d’Anglosaxons, visibles dans les écoles, a amené l’Eref (Espaces ruraux-emploi-formation) à mettre en place un programme de cours de français langue étrangère qui accueille cinquante stagiaires.

47La structure des entreprises locales se scinde aujourd’hui en deux, les “historiques” et les “importées”, chacune d’entre elles cherchant à s’ignorer. Les premières sont liées à l’économie “traditionnelle” du pays (conserverie, machines, etc.), les secondes qui appartiennent au secteur des services, ont leur marché situé hors du territoire proprement dit, et se subdivisent elles-mêmes en deux sous-catégories, les “françaises” (avec ou sans attaches familiales locales) et les “anglo-saxonnes”.

  • 22 Saint-Antonin-Noble-Val est le bourg voisin de Caylus. Ces deux anciennes bastides, l’une protesta (...)
  • 23 Florent Latrive, « Saint-Antonin un bourg qui a envie de bits », Libération, 13 décembre 2002.

48Beaucoup mêlent travail en face à face et à distance : ainsi un consultant travaille trois semaines sur Caylus et une semaine en Suède. Le rôle des Tic et des réseaux plus traditionnels (l’autoroute est proche) est le deuxième élément facilitant. Quand l’Eref a entrepris d’évaluer les besoins potentiels en matière de Tic, une association informelle d’usagers (60 à 80 entreprises) s’est constituée. Les effets majeurs de ces réunions ont été, outre la circulation de l’information entre les “adhérents”, une prise de conscience collective face à “l’injustice” d’être privé du haut-débit et, partant, l’organisation d’un efficace lobbying auprès des acteurs publics (Art, Cdc, Conseil général et Conseil régional). Cette action a même abouti, en 2002, à la parution d’un article en pleine page dans Libération22 : « Saint-Antonin-Noble-Val23 , son pressoir à huile, ses points de vue sur les gorges de l’Aveyron, sa source du Prince noir... Et son accès poussif à l’Internet… ». « Le tourisme ne suffit pas », explique le conseiller municipal Michel Kirschleger. Du point de vue économique, le haut-débit, on en a vraiment besoin pour maintenir nos actifs dans la ville ». Archaïsme [sic]. À Saint-Antonin, les plus amers de ces “exclus” sont, bien sûr, les entreprises : « C’est un gros souci pour nous », témoigne le fondateur d’une société d’infographie. À l’origine, il a choisi Saint-Antonin « pour le cadre de vie et les petits oiseaux ». Mais, aujourd’hui, ses clients, tous équipés de liaisons rapides, voient d’un mauvais oeil l’équipement archaïque de la petite société : « Si on n’a pas l’Adsl, on va devoir partir à Toulouse ou à Montauban, c’est un besoin vital ».

49La mobilisation des acteurs a été facilitée par la « bonne gouvernance » territoriale, dynamisme conjugué de l’Eref et des élus, comme d’une expérience antérieure en matière de technologie de communication. En effet, l’école de Caylus a été la première à mettre en place un réseau et à adopter Macintosh, suscitant un regroupement sur ce thème avec les entreprises de services (imprimerie, graphisme, etc.) ; aujourd’hui la plupart des expérimentateurs du Wi-Fi sont des “macintoshiens”. Cet engouement a été renforcé avec l’arrivée d’entreprises de services, du multimédia et du graphisme. Le bouillonnement culturel de ce microcosme, hostile à Microsoft et à France Télécom, ne va pas sans poser quelques problèmes dans l’expérimentation du réseau Wi-Fi.

  • 24 Depuis, la stratégie de France Télécom l’a conduit à installer l’ADSL sur une partie de la commune

50Si France Telecom, plan Breton oblige, a apporté l’Adsl au bourg de Saint-Antonin-Noble-Val (son répartiteur portant 1 300 lignes), Caylus, avec seulement 980 lignes, a dû trouver une autre solution24. Résultat de son lobbying, la commune a été choisie, avec deux autres communes de la région Midi-Pyrénées, comme lieu d’expérimentation du haut-débit via le satellite ou le couple satellite / Wi-Fi. Un financement a même été prévue dans le contrat de pays pour installer deux antennes bidirectionnelles par canton, afin de régler les situations des entreprises de services les plus isolées.

  • 25 Au 1er octobre 2006, seule la cyberbase fonctionne.

51Par ailleurs, dans le cadre du Programme « Interreg 2b », des actions ont été prévues pour développer l’apprentissage des outils numériques en milieu rural : la création d’une cyberbase et la mise en service d’un outil de visioconférence ont été annoncées25.

52Ensemble, les projets de développement de Caylus et Saint-Antonin-Noble-Val forment un cas d’école car leur démarche s’inscrit dans une logique bottom up et appréhende le territoire de façon globale. À l’origine pourtant, les acteurs s’étaient focalisés sur des questions d’infrastructure, mais la rencontre entre les besoins des acteurs territoriaux (entreprises de services et développeurs) et les logiques des représentants de politiques publiques a permis de réorienter le projet et de l’élargir en intégrant des enjeux, à la fois, d’infrastructures, de services et d’usages, permettant ainsi de répondre aux besoins des entreprises, des associations et de tous les citoyens. Ainsi la politique publique peut favoriser une plus grande appropriation du numérique, en développant des infrastructures sur des fonds publics ou mixtes, puis l’accès aux outils numériques, et enfin la formation.

53Ce territoire se retrouve à la croisée des deux logiques de développement par “en bas” et par “en haut” s’appuyant sur plusieurs démarches de politiques publiques européenne (Interreg), étatique (Cdc), régionale (Parsi) ou locale (contrat de pays).

2.3. Le projet numérique de la ville d’Arles : une chimère ?

54Un premier projet, ambitieux et porté par la vague Internet, a d’abord visé à faire d’Arles une capitale du numérique (1997). Cette ville du Sud de la France, située à proximité de Marseille et caractérisée par un riche patrimoine culturel et de nombreux festivals au rayonnement international, ne manquait pas d’atouts : la distribution de larges subventions publiques aux entreprises, une bonne politique de marketing territorial qui a construit une image à portée nationale de « ville numérique », quelques installations “réputées” (cf. la success story de la société qui a lancé “Inspecteur gadget”), une bonne ingénierie de projet, des acteurs locaux phare dans le domaine culturel (Actes Sud, Harmonia Mundi, etc.), ainsi qu’une efficacité politique, le maire cumulant la charge de président de région. Pourtant, aucune réalisation n’est sortie de terre, les rares entreprises qui s’étaient installées ont fait faillite, emportées par le ressac Internet, ou ont disparu, emportant avec elles les subventions.

55Comment expliquer l’échec de cette première tentative d’ériger Arles en une capitale du numérique ? D’une part, on peut douter de la viabilité d’une telle stratégie lorsqu’elle concerne une ville moyenne de 56 000 habitants, même si le “pays” d’Arles en rassemble 180 000. Dans l’exemple d’Angoulême, Magelis passe pour être un succès parce que l’on ne tient aucun compte du rôle des subventions publiques. D’autre part, il est patent que les effets de seuil, générateur d’effets de réseaux positifs, n’ont pu jouer à Arles. Les effets du système englobant (éclatement de la bulle et nettoyage du secteur des entreprises du numérique) et l’absence de réseau haut-débit sur place (l’ADSL n’y a été déployée qu’en 2001) ont été vraisemblablement des facteurs déterminants.

56Après le changement d’équipe municipale, à Arles, le projet a été repris (2003) mais redéfini dans une version édulcorée et intégré à la démarche de l’instance régionale. Les élus préfèrent aujourd’hui faire montre de discrétion sur un projet déjà ancien (si on se réfère à l’ère du numérique) et dont la livraison a été plusieurs fois reportée. Aussi les acteurs impliqués parlent-ils de programmation light. « Arles numérique26 » aurait pour ambition de favoriser le développement des « industries culturelles numériques », pour lesquelles Arles possède certaines références. Celles-ci se concentrent dans six secteurs principaux d’activité : la photographie, le livre, la musique, le patrimoine, l’image animée, le multimédia.

  • 27 Interlocuteur : M. Baduel (Région Paca).

57Depuis 2002, la mission Tic27 de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur a développé un programme global, s’adressant au secteur du multimédia. Le pôle comprend Aix-Marseille, Sophia Antipolis, Arles et Toulon. Ce projet régional, aujourd’hui en phase opérationnelle, suit quatre axes : structurer le réseau d’entreprises ; créer des liens avec la commande publique (secteurs éducatif et culturel notamment) ; faire réfléchir les acteurs sur la chaîne de valeur (quels outils ? quel accompagnement ? comment ouvrir le secteur aux autres industries fortes consommatrices ?) et favoriser la mise en réseau et l’ouverture internationale.

  • 28 Association regroupant les entreprises de multimédia de contenu en région Paca dans les domaines c (...)
  • 29 Industries numériques et culturelles du pays d’Arles.
  • 30 Structure associative privée qui a pour but le développement économique local, notamment à travers (...)
  • 31 Cette politique régionale a contribué à l’intégration des acteurs de la filière multimédia dans le (...)

58Cette politique volontariste connaît depuis des résultats tangibles. Deux associations professionnelles structurent aujourd’hui la filière (Medmultimed28, rassemblant une quarantaine d’entreprises à l’échelle régionale, et l’Incpa29), ainsi que quatre entreprises arlésiennes actives. Marseille Innovation30 a créé le réseau des technopôles méditerranéens et des salons comme Imagin@ sont régulièrement organisés. Enfin un Fond régional d’aide au multimédia (Fram) est fort apprécié des opérateurs et différents acteurs31.

59Le deuxième projet arlésien qui s’intègre dans cette démarche, bénéficie donc du soutien de la Région. Arles ayant un tissu d’entreprises peu dense, elle a été conduite à réorienter son projet initial basé sur le film d’animation et l’image de synthèse, à élargir sa palette d’activités tout en recentrant sur ses principaux atouts, le patrimoine et le multimédia de contenu.

60Les stratégies de « niche » sont jugées trop risquées pour une agglomération de taille moyenne et pour des activités qui posent des effets de seuil bien particuliers. La comparaison avec Angoulême s’impose à nouveau : comment assurer le succès d’un projet tel que Magelis sinon en injectant massivement de l’argent public quand le seuil du nombre d’entreprises n’est pas atteint ?

61Plus modeste, le projet d’Arles se divise en deux sites. Le médiapôle Saint-Cézaire, livrable en 2006, devrait offrir en centre-ville plus de 1000 m2 de bureaux découpés en petits locaux et à destination des très petites entreprises et devrait accueillir une pépinière, antenne de Marseille sur Arles. Enfin, il devrait abriter un pôle de ressources humaines pour les échanges de compétences. L’idée antérieure d’installer un studio mutualisé a été abandonnée en raison de l’obsolescence rapide du matériel et de son coût élevé renforcé par le petit nombre d’entreprises locales. Au bord du Rhône, mais “hors de la ville” ou “en bas de ville”, les ateliers des Réseaux ferrés de France offrent deux sites sur lesquels sont installés SupInfoCom et l’Iut. Deux halles de 3000 m2 serviront, dès 2006, d’espaces modulaires pour des expositions temporaires ou permanentes, mais à vocation régionale. Ici, les bureaux loués seront plus grands. La Région garde la maîtrise d’ouvrage et le projet a été confié à Paul Chemetov, un architecte parisien de réputation internationale. Cependant, les entretiens que nous avons menés auprès des acteurs publics montrent certaines différences d’approche. Ainsi, les entreprises des Industries culturelles numériques n’auraient qu’une priorité d’installation dans les nouveaux bureaux. Le risque serait une dilution de ces activités et d’une atténuation de l’effet d’entraînement espéré par les professionnels regroupés au sein de l’Incpa.

3. Les critères de localisation des entreprises de contenu ou le poids du métasystème

62Le processus de polarisation métropolitaine est renforcé, non seulement par la géographie technique des télécommunications, mais surtout par la nature même de ces entreprises qui ont un fort besoin de ressources humaines qualifiées et d’idées (R. Suire, 2003). Un rapport sur les entreprises du multimédia, publié par l’Iaurif (2002, 87), le confirme :

Cette forte polarisation géographique des entreprises est justifiée puisque leurs dirigeants soulignent leur satisfaction d’être à Paris ou dans les communes de proche couronne où ils tirent bénéfice du réseau de transport collectif, de l’offre de télécommunication, de l’image du lieu, de la concentration des acteurs de la filière multimédia (donneurs d’ordres, entreprises similaires, sous-traitants, fournisseurs,…) ou de la satisfaction du personnel. Les chefs d’entreprises soulignent également qu’il est plus facile d’embaucher ou retenir les jeunes spécialistes de l’Internet et du multimédia à Paris plutôt qu’en banlieue. En revanche, les principaux inconvénients sont : le niveau de la fiscalité locale, le coût et la qualité de l’offre immobilière ou le manque de relation avec les collectivités locales.

63Toutefois, la tendance au développement de l’externalisation conduit à une dissémination de certaines activités qui concernent quasi exclusivement des Tpe. Les espaces ruraux ou les villes moyennes ne sont pas, pour autant, également affectés. L’interaction entre les géographies des infrastructures et des environnements favorables (aménités du lieu, dynamisme des acteurs locaux, rôle de catalyseur ou d’accompagnement des politiques publiques, etc.) crée des différences d’attractivité entre les territoires.

3.1. Le rôle des infrastructures technologiques

  • 32 Les verbatim cités dans la partie 3 proviennent d’interviews auprès des usagers de la technologies (...)

64La présence d’une technologie assurant un débit suffisant et une connexion permanente est indispensable aux entreprises de contenu. Buro 82 et Vaudou, par exemple, se sont délocalisées depuis Paris grâce à Internet : « On peut s’exiler de Paris pour aller en milieu rural, mais il faut un minimum »32. En effet, des marchés sont perdus par suite de l’absence de connexion ADSL ou de connexion permanente : « Internet a envoyé les gens du métier de la ville vers la campagne, mais maintenant paradoxalement Internet les renvoie à la ville ». G. Dupuy (2002) a rappelé que les effets spatiaux de la géographie des Tic sont hypothétiques car les conditions d’exploitation (coût, réglementation, usages, etc.) ne sont pas stabilisées. Bien que Buro 82 ait conservé ses clients parisiens, l’entreprise a perdu 50 % à 60 % de son chiffre d’affaires. La structure n’ayant pu conserver ses activités liées à l’Intranet, a dû se réorienter et changer de métier.

65Un commanditaire fait de l’Adsl une condition impérative pour le travail : « Le haut-débit crée des inégalités dans la concurrence car le téléchargement d’informations est impossible ». Le manque de réactivité dû à l’absence de connexion permanente entraîne aussi des pertes de marchés. Les donneurs d’ordres soumettent les sous-traitants à une pression de plus en plus vive :

Dans ce métier, les maquettes pèsent de 30 à 50 Mo en moyenne ; l’absence de haut-débit conduit à travailler sur des parties de fichiers que l’on compresse avant de les renvoyer par Chronopost ; tout travail collaboratif est impossible.

66Un autre commanditaire ne souhaite pas envoyer certains documents par la poste, pour une question de confidentialité, et le travail est perdu. Les freins sont donc nombreux. En somme, le haut-débit est jugé vital et les coûts peuvent justifier un déménagement vers un lieu où il y a une plaque Adsl. Sur place, au loyer certes moins élevé, il faudrait ajouter la location d’une ligne spécialisée :

Ainsi, pour produire quatre minutes de musique (pour un film de 26 mn), il faut actuellement repérer les titres sur le Web, se faire livrer par Chronopost des caisses de Cd, les dépouiller (quatre journées de travail) et les retourner. La même recherche effectuée par Internet directement sur le site de Warner prend une heure avec le haut-débit.

3.2. L’image du lieu

67L’image du lieu, son charme, son histoire, son passé culturel contribuent, quand ils sont associés, à attirer les entreprises :

Que vous descendiez d’Auvergne ou remontiez du Languedoc, lorsque vous abordez en surplomb, d’un côté comme de l’autre, la faille profonde où coule la Bonnette, vous êtes immanquablement impressionné, à la fois par les lacets de la descente et par le site de Caylus en contrebas. Venant soit du nord et de la vallée du Lot, après la traversée de l’aride Causse de Limogne, soit du sud et des gorges de l’Aveyron toutes proches à Saint-Antonin-Noble-Val, le même spectacle force le regard.33

  • 34 Seuls les territoires dotés de “charme” paraissent éligibles pour attirer une densité significativ (...)

68Mais les territoires fun34, ruraux ou urbains, ne se réduisent pas à une simple question de qualité de vie : « Arles est une ville de potentiel, on a l’impression que tout est possible » ; « ça bouge, on n’est pas coupé ! » Paradoxalement, le problème de l’accès aux aménités urbaines est posé : peut-on, finalement, se libérer de la ville, c’est-à-dire rester urbain, mais en dehors d’elle-même si le développement des nouvelles formes de mobilité auquel contribuent largement les Tic élargit les choix ? Certains y répondent en effectuant de fréquents déplacements vers la ville (Paris notamment), d’autres en tentant de réorienter leurs activités. Les acteurs territoriaux ont là un rôle évident à jouer en développant une politique de marketing territorial efficace, créant des événements autour du patrimoine local (Festivals des Suds, Rencontres de la photographie, Forum des industries culturelles, etc.). Changements organisationnels, croissance des besoins en bande passante, développement de nouveaux usages et différenciations territoriales de l’offre technologique modifient sans cesse le jeu aux dépens des territoires périphériques. Pour les entreprises, connexion permanente et débit “suffisant” sont devenus indispensables mais risquent de ne pas longtemps suffire.

3.3. L’accessibilité externe du territoire et les effets supposés des réseaux sociaux

69Si le numérique peut se faire partout, l’aspect relationnel est jugé fondamental : « C’est un métier où l’on discute beaucoup ! » ; et la proximité avec le client est perçu comme un atout : « On ne peut pas faire abstraction de la proximité, car le client en a besoin ». La nécessité de nombreuses interactions en face à face conduit également les entreprises à veiller à s’installer sur un territoire bien relié avec ses partenaires. Caylus est à vingt minutes de l’autoroute ou d’un train pour Paris, Arles proche de l’autoroute et du TGV : « Quand on part de Paris, on se rend compte que beaucoup de choses se passent là-bas ».

70Comment et où (re)constituer un réseau ? La plupart insistent sur l’importance de disposer d’une vitrine locale car le travail s’obtient souvent par cooptation ou prescription. Cela pousse les entreprises à se spécialiser vers des « niches », d’autant que le temps manque pour prospecter et que les gros donneurs d’ordres, profitant des avantages de leur situation, ne sont pas réputés fidèles. Proximités organisationnelles et géographiques seraient donc étroitement liées, selon la plupart de ces entreprises.

71Le label « ville numérique » d’Arles, la création de deux pôles d’accueil d’entreprises et les aides à l’installation provoquerait une écologie favorable et attractive pour les entreprises. Arles qui regroupe nombre de personnes travaillant dans les domaines de la photographie ou de l’architecture…, accueille un Iut et SupInfoCom, deux formations directement en lien avec les industries multimédias de contenu. Mais, si celles-ci embauchent des personnels venant d’écoles spécialisées, à Caylus ou Arles rien n’est rendu public (absence d’annonces), le bouche-à-oreille étant le mode de recrutement privilégié. Toutefois, que l’on soit dans l’espace rural ou dans une ville, seule une certaine densité d’entreprises aux affinités proches et aux activités complémentaires peut faire émerger des réseaux territoriaux associatifs ou informels.

4. Typologie d’entreprises de contenus et territoires

  • 35 Nous n’avons étudié que les deux premiers types.

72Les facteurs de localisation des entreprises de contenu reposent sur quatre critères essentiels – infrastructure technologique, image du territoire, accessibilité du territoire, effets supposés des réseaux sociaux et de la gouvernance – qui interagissent à leur tour dans des combinatoires différentes avec la nature et le type de l’entreprise et le jeu des politiques publiques extérieures au « système territorial ». Trois types d’entreprises de contenu35 émergent de notre étude : “l’épicerie de quartier”, “l’importée” et “la filialisée ou prédatrice”.

73Souvent créée par un natif du pays, les entreprises du premier type se concentrent sur leur territoire, que ce soit en termes de contrats, de clients ou d’informations, et offrent plusieurs services complémentaires. Situées plutôt en ville, rarement dans l’espace rural, elles fonctionnent comme une “épicerie de quartier” qui connaît bien tous ses clients potentiels et fréquente tous les lieux sociaux de circulation de l’information (marché, clubs, associations, etc.). Un réel échange d’informations et de travail (sous-traitance, donneur d’ordre) les caractérise donc, leur réseau relationnel demeurant local, voire régional. Elles ne recherchent pas le marché national mais cela ne les empêche pas de répondre à des appels d’offre si elles en ont connaissance. Alors elles peuvent coopérer avec d’autres. Rien ne les ferait quitter leur territoire si ce n’est l’obtention d’un gros marché extérieur qu’elles ne recherchent pas vraiment, dans la mesure où elles ont adapté leur taille à leur stratégie.

74L’essentiel du marché des entreprises du deuxième type, les “importées”, reste encore situé sur leur ville d’origine (souvent Paris). Elles essaient d’y conserver leur réseau relationnel, leurs contrats et doivent s’y déplacer souvent. Elles peuvent aussi avoir été créées de toute pièce par un nouvel arrivant à partir de ses compétences. Selon l’activité, ce type d’entreprises demeure plus ou moins sensible à la proximité avec le client. Un producteur de films de Caylus estime devoir être présent plusieurs jours par mois sur Paris “pour se montrer” et fréquenter les lieux où s’échangent informations et contrats. Tel autre a conservé ses clients pour la production d’images de synthèse, mais en a perdu dans son activité de maintenance à distance de réseau informatique. La confiance engendrée par la proximité géographique a été brisée avec les clients qui ne supportent pas de ne pas avoir de visite de l’entreprise dans la demi-heure qui suit une opération de télémaintenance. Progressivement, la plupart d’entre elles tendent à pénétrer le marché local ou régional ; deux conditions sont alors indispensables : que le marché ait une taille suffisante et que l’activité de l’entreprise s’y prête. Toutefois un obstacle demeure, l’ouverture du carnet d’adresses local. L’Eref de Saint-Antonin-Noble-Val avoue sa difficulté à créer du lien entre les entreprises “historiques” et les “importées”. Pour ces dernières, il semble plus facile de pénétrer le marché régional.

75Les entreprises “filialisées”, quant à elles, sont considérées comme prédatrices dans la mesure où elles restent extérieures : sur le marché local, elles interviennent par le biais des procédures d’appel d’offres pour capter les marchés importants. Elles génèrent de la confiance, sont réputées avoir compétences et savoir-faire. À Caylus, elles sont localisées sur Toulouse, à Arles, sur Paris, voire Marseille. Quand le marché est important, elles peuvent installer une filiale à vocation régionale (Arts graphiques et Patrimoine à Arles). Leurs clients sont souvent de gros donneurs d’ordres.

Conclusion

76L’hybridation entre les politiques publiques et les dynamiques des acteurs territoriaux nous paraît essentielle pour la détermination d’une stratégie territoriale de développement. Il serait vain de croire que les conditions d’accès aux réseaux techniques sont le facteur déterminant pour la réussite de tel ou tel projet. Le potentiel de diffusion et surtout d’usages dépend autant des ressources (image du lieu, capital naturel, etc.) et du capital social (compétences, potentiel de mise en réseau des acteurs et aptitude à la coopération, etc.) territorialisés.

77Il nous semble indispensable d’analyser les cadres institutionnel, socioculturel et technologique du « système territorial » et l’ambiance du « système englobant », pour trouver les éléments clés de réussite ou d’échec des systèmes productifs et leurs dynamiques. Le rôle des Tic ne doit au final qu’être mesuré comme un élément facilitateur, un offreur d’opportunités, que les organisations et les acteurs territoriaux peuvent mettre en œuvre, dans le cadre d’une gouvernance au service de projets globaux.

78L’analyse des « systèmes techniques territoriaux » souvent différents doit être associée à l’analyse de l’ensemble des attributs territoriaux, des politiques publiques et du jeu des acteurs. Ainsi apparaissent les enjeux, stratégies et conflits entre les acteurs et des « systèmes territoriaux » en compétition dans la mondialisation. Si nos terrains de recherches sont situés en Europe et correspondent à un modèle territorial bien précis, le territoire fun, ils recouvrent une large partie des problématiques du développement. Les Tic sont parées de vertus décentralisatrices, assimilées à la modernité, “incontournables” ou bien à un “raccourci” vers le chemin du développement. Le modèle déterministe est encore dominant dans le discours performatif sur la Société de l’information, même si nul n’a établi de liens directs entre la diffusion des infrastructures, des services ou des usages des Tic et le développement. La maîtrise de la technologie est perçue comme le facteur décisif de la compétition économique et territoriale. La technologie, c’est aussi les représentations et l’imaginaire, sans aucun doute pluriel, qui irriguent les « systèmes d’acteurs » et les façonnent dans leur manière d’appréhender le monde sensible.

79Une partie de la littérature s’interroge sur les interactions entre le niveau de développement antérieur et la mise en action des Tic par les acteurs territoriaux au service du développement (R. Davison, 2000). Ainsi un effet négatif de congruence (J.-M. Offner, 1993) jouerait contre les territoires marginaux ; pauvres, souffrant d’un déficit de compétences, ils seraient inaptes à mettre en œuvre des technologies de plus en plus complexes et produites pour le cœur des pays développés, pour leurs besoins propres. La “fracture numérique” se superposerait ainsi aux fractures du développement, en renforcerait les inégalités.

  • 36 J.-F. Bayart, (1994) parle de « modernisation paradoxale », liée à l’économie “informelle” pour le (...)

80Or nous pensons que les Tic, comme toutes les technologies qui les ont précédées, sont diffusées et appropriées dans des contextes territoriaux différents, qui en déterminent les services, les usages et donc le sens, par une série d’interactions “ouvertes” (au sens de non prédictibles) entre technique et social. Partout, les formes de modernisation, de gouvernance, d’innovation à chaque fois contextualisées36, les cultures d’usages et les projets de développement territoriaux interagissent. Selon A. Chéneau-Loquay (2005), la question de la compatibilité des technologies de la communication avec un contexte socio-territorial, renvoyant aux formes d’appropriation possibles, se pose avec d’autant plus d’acuité que les opérateurs de réseaux et les fournisseurs de service sont entrées dans une phase de privatisation et de concurrence.

81Le territoire fun est un système territorial emboîté dans un système englobant particulier (avec ses propres champs de force : sa réglementation des télécommunications, un territoire bien maillé par le fil de cuivre, ses politiques publiques favorisant l’Adsl, etc.). Mais cette lecture de l’interaction entre technologie et territoires a une portée globale : la même grille de variables peut servir à évaluer ou mettre en œuvre une politique publique de diffusion et d’appropriation de la technologie au service du développement. Cette étude invite à revisiter la problématique du développement par les Tic avec la focale de l’emboîtement des échelles territoriales. Trois niveaux d’analyse sont enchâssés et s’articulent. La macro-analyse se fonde sur les effets contraignants pour les jeux d’acteurs, des cadres réglementaires (lois, normes, standards) et idéologiques, eux-mêmes produits sociaux de jeux d’acteurs. Une méso-analyse (par grandes régions du monde) doit davantage se centrer notamment sur le jeu d’acteurs des politiques publiques (croisement des politiques de subventions, du choix des territoires, du discours sur la technologie). Enfin la micro-analyse consiste à étudier la technologie mise en pratique, à partir d’études de terrain.

82Cependant, si les auteurs ont cherché dans ce papier à isoler un idéal-type territorial, ils ne doutent pas qu’il en existe de multiples qui restent à identifier et que sur ce champ-là les différences culturelles jouent un rôle décisif.

Bibliographie

Bibliographie

Bayart Jean-François (dir.), 1994, La réinvention du capitalisme. Les trajectoires du politique, Paris, Karthala.

Berry Brian J. L., 1973, Growth Centers in the American Urban System, Cambridge, Ballinger Books.

Brown John Seely et Duguid Paul, 2002, The Social Life of Information, Boston (Ma), Harvard Business School Press.

Brunet Roger, 1975, “Spatial systems and structures. A model and a case study”, Geoforum, vol. 6, nº 2, Braunschweig, 95-104.

Brunet Roger, 1990, « Le déchiffrement du monde », in Géographie Universelle, t. 1, Paris, Reclus.

Brunet Roger, 2001, Le déchiffrement du monde, Paris, Belin (Mappemonde).

Cairncross Frances, 1997-2001, The Death of Distance 2.0. How the Communications Revolution Will Change our Lives, Londres, Texere.

Castells Manuel, 1996-2000, La société en réseaux, Paris, Fayard, 4 vol.

Chéneau-Loquay Annie, 2005, « Tic et développement africain informel : adéquation de la démarche de l’Onu ? », in M. Mathien (dir.), La Société de l’information, entre mythe et réalités, Bruxelles, Bruylant, 231-259.

Davison Robert, Vogel Douglas R., Harris Roger et Jones Noël, 2000, “Technology leapfrogging in developing countries : an inevitable luxury ?”, The Electronic Journal on Information Systems in Developing Countries, vol. 1., 110. http://www.is.cityu.edu.hk/ejisdc.htm.

Di Meo Guy, 1991, L’Homme, la Société, l’Espace, Paris, Anthropos, 319 p.

Diminescu Dana, 2003, Visibles mais peu nombreux, Paris, Éditions de la MSH.

Dupuy Gabriel, 2002, Internet, géographie d’un réseau, Paris, Ellipses.

Durand-Dastes François, 1988, « Systèmes rizicoles et fortes densités rurales », L’information géographique, n° 5, 122-124.

Fautrero Valérie, Fernandez Valérie et Puel Gilles, 2006, « Les technologies “alternatives” d’accès au haut-débit : l’expérimentation comme lieu de jeux d’acteurs », Réseaux, n° 137, Paris, Hermès, 149-172.

Flichy Patrice, 1995, L’innovation technique, Paris, La Découverte.

Florida Richard, 2002, “Bohemia and economic geography”, Journal of Economic Geography, vol. 2, n° 1, 55-71.

Fossaert Robert, 1977, La société. 1. Une théorie générale, Paris, Le Seuil.

Gorman Sean P. et Malecki Edward J., 2000, “The Networks of the Internet : an Analysis of Provider Networks in the Usa”, Télécommunications Policy 24, 113-134.

Gollain Vincent, 2002, Les entreprises de l’économie numérique à New-York et en Île-de-France, Paris, Iaurif.

Grataloup Christian (dir.), 1989, « Géographie, état des lieux. Débat transatlantique », Espaces / Temps, Cahiers de Géographie du Québec, n° 40-41.

Kotkin Joël, 2000, The New Geography : how the Digital Revolution is Reshaping the American Landscape, New-York, Random House.

Latouche Daniel, 2003, « Le système urbain nord-américain à l’heure de la “Nouvelle Économie” », Mappemonde, n° 70, 21-23.

Lefebvre Henri, 1974, La production de l’espace, Paris, Anthropos.

Mei-Po Kwan, 2002, “Time, information technologies and the geographies of everyday life”, Urban Geography, vol. 23, n° 5, 471482.

Mitchell William J., 1999, E-topia “Urban Life, Jim - but not as we Know it”, Cambridge, MIT Press.

Moss Mitchell L. et Townsend Antony M., 2000, “The Internet backbone and the American metropolis”, Information Society, vol. 16, n° 1, 35-47.

Offner Jean-Marc, 1993, « Les effets structurants du transport, mythes politiques, mystification technique », L’espace géographique, n° 3, 233-242.

Puel Gilles, 2003a, « Géographie des centres d’appel », Réseaux, Paris, Hermès, n° 119, 204-236.

Puel Gilles, Eveno Emmanuel, Lefebvre Alain et Mancebo François (coll.) 2003b, « Déploiement territorial et inscription institutionnelle des accès publics à Internet », Géographie et culture, n° 46, octobre, 119130.

Scott Allen J., 1997, “From Silicon Valley to Hollywood : growth and development of the multimedia industry in California”, in H. Braczyk, P. Cooke et M. Heidenreich, Regional Innovation Systems, Londres, Pinter, 136-162.

Scott Allen J., 1988, Les régions et l’économie mondiale, Paris, L’Harmattan [rééd. en 2002].

Secchi, Bernardo 1984, Il racconto urbanistico, Torino, Einaudi.

Stiglitz Joseph E., 2002, Globalization and its Discontents, New-York, W. W. Norton.

Storper Michaël, 1997, The Regional World. Territorial Development in a Global Economy, Londres : New-York, Guilford Press.

Suire Raphaël, 2003, « Stratégies de localisation des firmes du secteur Tic : du cyberdistrict au district lisière », Géographie, Économie, Société, n° 5, 379-397.

Veltz Pierre, 1996, Mondialisation, villes et territoires : une économie d’archipel, Paris, PUF.

Vicente Jérôme, 2005, Les espaces de la net-économie, Paris, Économica.

Zuboff Shoshana, 1988, In the Age of the Smart Machine. The Future of Work and Power, New-York, Basic Books.

Notes

1 Est présentée ici une conception de la géographie : les outils utilisés (enquêtes de terrains, modélisation, etc.) et les analyseurs (cf. partie 1.3) ne prétendent pas représenter l’ensemble des approches géographiques.

2 Cependant, en creusant des différences entre les territoires, elle est aussi facteur d’anisotropie spatiale et donc créatrice de géographie.

3 “With such efficient communication, firms can more easily monitor and coordinate widely dispersed employees and operations, more readily establish ties with distant suppliers, and more effectively serve customers around the globe. Place, thus, seems less and less relevant”.

4 L’intérêt pour la distribution géographique des activités économiques est ancien chez les économistes. Le paradigme smithien (1776) explique la croissance différenciée des nations par la division internationale du travail mais aussi par des variables territoriales sociales ou réglementaires.

5 D’une manière générale, chez les sociologues, à l’exception de M. Castells, le territoire est souvent simplement oublié : le remarquable travail de P. Flichy (1995) ne cite pas une fois le mot territoire ou espace. En revanche quelques études récentes fort intéressantes portent sur les relations entre “mobilités, identités” et TIC (D. Diminescu, 2005).

6 Prise au sens large et non réduite à l’ensemble des méthodes statistiques ou mathématiques prisée par la géographie quantitative.

7 Cette position a été formalisée par la « nouvelle géographie » française dans les années 1970. Cf. « Géographie, état des lieux », Espaces / Temps, Cahiers de géographie du Québec, n° 40-41, 1989.

8 On se situerait alors dans une stricte logique déterministe, la nouvelle forme urbaine serait la conséquence de la technique (M. Castells, 1996, 498).

9 Une forme spatiale est une configuration produite par l’interaction, du déploiement technique et de ses différentes utilisations par les acteurs territoriaux avec les structures préexistantes. Les dynamiques spatiales apparaissent, à cette lecture, comme une réponse à des pratiques sociales de l’innovation technique.

10 A. J. Scott (1988) développe une théorie dont les fondements sont assez proches. Le nouvel espace industriel et ses formes urbaines dépendraient des stratégies des firmes et de leurs changements organisationnels dans la division du travail. Les deux auteurs affirment en fait que le capitalisme a franchi un stade et “rompu” avec le fordisme.

11 Laquelle a atténué sa posture entre la 1er édition (1997) de son ouvrage et la plus récente.

12 Cité par J. Vicente, 2005.

13 Agriculture exceptée.

14 Par lien local, il s’agit de liens à l’échelle d’un “pays”.

15 Greenstar est un programme des États-Unis visant à un développement axé sur la technologie ; il propose, pour un coût modique, des suntainers (un mot valise entre sun et container). Il s’agit d’un conteneur montable en huit heures, fonctionnant à l’énergie solaire, qui offre l’ensemble des services minimaux d’une petite ville américaine dont l’accès Internet “haut-débit”. L’armée américaine utilise le même type d’outil.

16 Et qui reste à construire. La question des modèles territoriaux en est exemplaire.

17 Un territoire “rural” de 3 500 habitants, Caylus-Saint-Antonin-Noble-Val (Tarn et Garonne) et une ville moyenne de 50 000 habitants, Arles (Bouches-du-Rhône).

18 Traduit par G. Puel.

19 Les entreprises de services étudiées ici appartiennent au secteur Tic de production de contenus. Par entreprises de contenu, on entend les entreprises du multimédia et de l’Internet ; le secteur est délicat à définir tant les entreprises sont hétérogènes et exercent simultanément plusieurs métiers (conception, réalisation, animation de sites Internet, conception de CDrom, de Dvd, de film, conseil, communication, hébergement, développement d’applications interactives, ingénierie de synthèse, numérisation, etc.).

20 P. Veltz (1996) parle de « coévolution complexe » entre les stratégies des firmes et les dynamiques des acteurs territoriaux.

21 Trente interviews. Les noms des entreprises ont été modifiés dans le texte. Notre travail de recherche, amorcé en juillet 2003 sur la région Paca et, en janvier 2004, sur la région Midi-Pyrénées, se poursuit jusqu’en mars 2005.

22 Saint-Antonin-Noble-Val est le bourg voisin de Caylus. Ces deux anciennes bastides, l’une protestante et l’autre catholique, se sont regroupées avec d’autres communes proches pour faire pression au sujet de l’accès au haut-débit.

23 Florent Latrive, « Saint-Antonin un bourg qui a envie de bits », Libération, 13 décembre 2002.

24 Depuis, la stratégie de France Télécom l’a conduit à installer l’ADSL sur une partie de la commune.

25 Au 1er octobre 2006, seule la cyberbase fonctionne.

26 http://www.villearles.fr/portail/index.asp?p=4&site=economie&page=arlesnum&sub=axes, consulté le 1er mars 2006.

27 Interlocuteur : M. Baduel (Région Paca).

28 Association regroupant les entreprises de multimédia de contenu en région Paca dans les domaines culturels, éducatifs, ludiques, touristiques et professionnels. http://www.medmultimed.org, consulté le 1er mars 2006.

29 Industries numériques et culturelles du pays d’Arles.

30 Structure associative privée qui a pour but le développement économique local, notamment à travers l’aide à la création d’entreprises technologiques, le développement d’entreprises et l’ingénierie des réseaux et de l’information. http://www.marseilleinnov.org, consulté le 1er mars 2006.

31 Cette politique régionale a contribué à l’intégration des acteurs de la filière multimédia dans le Pôle de compétitivité « Solutions communicantes spécialisées ».

32 Les verbatim cités dans la partie 3 proviennent d’interviews auprès des usagers de la technologies recueillies en 2004.

33 http://www.caylus.com, consulté le 1er mars 2006.

34 Seuls les territoires dotés de “charme” paraissent éligibles pour attirer une densité significative d’entreprises de contenu.

35 Nous n’avons étudié que les deux premiers types.

36 J.-F. Bayart, (1994) parle de « modernisation paradoxale », liée à l’économie “informelle” pour les pays du Sud.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable