Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires productifs en question(s)

 | 
Mihoub Mezouaghi

Les territoires productifs en question(s). Transformations occidentales et situations maghrébines

Des Systèmes productifs localisés aux Pôles de compétitivité

Enseignements des nouvelles politiques publiques françaises

Jacques Perrat

Texte intégral

1À des degrés divers selon les pays et les périodes, l’intervention publique a toujours visé à favoriser un développement tant économique que territorial que les forces du marché ne peuvent assurer à elles seules. Les changements survenus récemment dans les politiques françaises nous semblent révélateurs de l’affirmation de nouvelles logiques de régulation, en même temps qu’ils s’inscrivent dans la recherche d’une nouvelle articulation entre dynamiques productives et dynamiques territoriales. Mais les axes d’approfondissement de l’analyse de ces processus que nous proposons ici ne valent pas que pour la France et peuvent être porteurs d’enseignements concernant les politiques mises en œuvre dans ces mêmes domaines dans les pays dits “émergents”.

1. Innovation, industrie et territoire : les nouvelles logiques de l’intervention publique en France

2À plusieurs époques, les pouvoirs publics français ont senti la nécessité d’intervenir de façon volontariste pour intensifier et structurer les relations entre dynamique industrielle, dynamique de l’innovation et dynamique territoriale. Les technopôles ont représenté une “première vague” de cette stratégie. En 1998, la Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale (Datar) a lancé des appels à projets pour conforter ou faire émerger des Systèmes productifs locaux, amenant les entreprises d’un même secteur d’activité à s’organiser pour travailler en réseau. Depuis quelques années, une nouvelle notion cristallise les orientations des politiques publiques, celle de clusters. Et c’est en s’y référant explicitement que les pouvoirs publics français ont décidé, en 2004, la création de pôles de compétitivité centrés sur l’innovation technologique.

1.1. Des glissements notionnels significatifs

3Selon la définition officielle1, un Pôle de compétitivité (Pc) est « la combinaison sur un espace géographique donné d’entreprises, de centres de formation et d’unités de recherche publiques ou privées, engagés dans une démarche partenariale destinée à dégager des synergies autour de projets communs au caractère innovant. Ce partenariat s’organise autour d’un marché et d’un domaine technologique et scientifique qui lui est attaché et doit rechercher la masse critique pour atteindre une compétitivité mais aussi une visibilité internationale ». On le voit, cette définition pourrait renvoyer à plusieurs notions familières de la science régionale : technopôles, Systèmes productifs locaux (Spl) ou Districts industriels (Di). Les acteurs concernés ne manquent d’ailleurs pas d’y référer abondamment, souvent dans la plus grande confusion et avec une préférence pour une autre notion devenue très à la mode, celle de clusters. Le tableau n° 1 pointe les différenciations à introduire entre ces différentes notions. Pour simplifier l’analyse, on peut dire tout d’abord que la création des technopôles, dans les années 1970, visait déjà à impulser, de façon volontariste, des synergies entre la recherche, la formation et la production, mais sur des sites de dimensions restreintes et en laissant ouverts les champs de l’innovation à même de nourrir, sur le long terme, les dynamiques industrielles, les acteurs clés de la gouvernance étant essentiellement publics.

4Par ailleurs, le soutien, plus récent, aux systèmes productifs locaux et aux districts industriels s’inscrivait explicitement en référence aux analyses développées à la suite de Marshall (1920) par de nombreux chercheurs – Ph. Aydalot (1985), G. Becatini (1989), C. Courlet (1997), R. Camagni et D. Maillat (2006), etc. Il visait à prendre appui sur un modèle de structuration tacite des acteurs privés ayant fait historiquement la preuve de son efficacité, notamment en Italie, pour accélérer la spécialisation industrielle des territoires locaux. En même temps, il s’accompagnait de préoccupations en matière d’ouverture aux stratégies de mondialisation, pouvant d’ailleurs s’avérer parfois contradictoire avec la logique endogène recherchée.

  • 2 La réunion interministérielle d’octobre 2005 a précisé que l’objectif était d’assurer à la fois «  (...)
  • 3 D’une part, beaucoup de ces entreprises trouvent l’État encore trop présent. D’autre part, dans pl (...)

5Enfin, la promotion des Pôles de compétitivité fait appel implicitement à la notion de technopôle, avec l’idée de synergies recherche / formation / production mais en refermant le champ de l’innovation sur des cibles très sélectives et sur le plus court terme. Le partenariat évoqué entre les acteurs pourrait également renvoyer à la notion de Spl, mais la sélection de ces acteurs selon leur degré de “visibilité internationale” d’une part, l’imprécision de l’échelle spatiale considérée d’autre part, s’y opposent. En fait, c’est plutôt l’idée de clusters qui prédomine. Or, même si M. E. Porter (1998) caractérise ainsi « un réseau d’entreprises et d’institutions proches géographiquement et interdépendantes, liées par des métiers, des techniques et des savoir-faire communs », cette notion est le plus souvent utilisée de façon très floue, pour évoquer des réalités aussi différentes qu’un véritable système local d’interactions productives, qu’un réseau d’entreprises spatialement étendu ou qu’une simple co-localisation d’acteurs. Par contre, toutes les acceptions de cette notion insistent tant sur le rôle décisif du marché dans les dynamiques considérées que sur le caractère essentiellement privé de leur gouvernance, et c’est bien l’élément essentiel de la nouvelle politique mise en œuvre, qui privilégie explicitement le rôle des acteurs industriels dans le pilotage des Pôles de compétitivité (il est d’ailleurs significatif que la version anglaise du site gouvernemental traduise “Pôles de compétitivité” par clusters)2. De fait, même si les choses sont loin d’être aussi tranchées3, ce sont de grandes entreprises françaises ou étrangères qui se retrouvent en position dominante dans les principaux pôles retenus.

6Pour résumer le tableau n° 1, on peut dire que les Spl et les Di sont des territoires de développement, que les technopôles sont des pôles de développement, et que les nouveaux pôles sont des espaces de compétitivité, qui ne font que partiellement et momentanément territoires.

7Les effets réels de cette démarche resteront à apprécier très concrètement et au cas par cas. Pour l’instant, on peut constater que la plupart des projets retenus étaient déjà largement avancés et ne doivent pas grand-chose – à part un complément substantiel de financement – à la dynamique PC, même si l’on peut s’attendre à des retombées positives dans plusieurs des domaines (transports, santé, environnement, etc.) et territoires concernés, et que des effets de percolation ne sont pas à exclure pour les autres.

1.2. L’officialisation de nouvelles logiques de régulation

8Il nous semble surtout important de souligner les changements de logiques dont est porteuse cette démarche quant à l’intervention publique, en matière tant de politique industrielle que d’aménagement du territoire. Nous assistons, simultanément, à une double mutation : d’une politique structurée par l’intérêt public, on passe au soutien porté à des dynamiques tirées, à la fois, par le marché et par les stratégies des grandes firmes multinationales ; d’une politique visant un développement sur le long terme et spatialement égalitaire, on passe à un soutien très sélectif, hiérarchisé et temporaire de potentiels productifs et territoriaux. En cela, le changement d’appellation des instances concernées est significatif : par décret du 13 octobre 2005, le Comité interministériel d’aménagement et de développement du territoire (Ciadt) est devenu Comité inter-ministériel d’aménagement et de compétitivité des territoires (Ciact) ; de même, par décret du 21 décembre 2005, la Datar est devenue une Délégation interministérielle à l’aménagement et à la compétitivité des territoires (Diact). Dans le même temps, le Commissariat général du plan a été supprimé et remplacé par un Centre d’analyse stratégique.

Tableau n° 1. Les différentes formes territoriales d’organisation industrielle

Tableau n° 1. Les différentes formes territoriales d’organisation industrielle

9Même si de tels changements de logiques étaient à l’œuvre depuis plusieurs dizaines d’années, on peut dire que leur officialisation au travers de ces récentes mesures entérine véritablement la fin d’une période en matière de régulation nationale de l’économie et du territoire.

1.3. Une hiérarchisation accentuée des territoires

  • 4 Par exemple, lors du premier appel d’offres de 2006, 73 projets seulement ont été sélectionnés sur (...)

10Si soixante-six projets ont été officialisés comme Pôles de compétitivité, seize d’entre eux seulement ont été labellisés “mondiaux” ou “à vocation mondiale”, et ce sont eux qui bénéficieront prioritairement des soutiens publics annoncés. D’ailleurs, même les PC retenus ne sont pas assurés de voir tous leurs projets labellisés, ceux-ci devant être sélectionnés au cours de différents appels d’offres lancés successivement par les pouvoirs publics4. Ces décisions s’inscrivent dans la logique émanant d’un rapport au gouvernement (L. Fontagne et J.-H. Lorenzi, 2004) qui, appelant à plus de sélectivité et de focalisation dans la dépense publique (“jusqu’ici trop éparpillée”), entendait promouvoir la “logique de clusters” en ces termes : « Plus que la capacité d’un espace à offrir des synergies [entre R&D et contexte local de production ou de marché], c’est la tension de cet ensemble vers un domaine limité d’application des savoirs qui garantit le succès ».

11Ce rapport est également intéressant par ce qu’il dit de la spécialisation des territoires en termes de relation à l’innovation et au temps, en distinguant les grands complexes de firmes européennes et de potentiels de recherche pouvant être promus dans une logique de court terme (« derrière chaque recherche, il doit y avoir une application industrielle concrète ») et dans un champ restreint de secteurs (« économie de la connaissance, défense, énergie, environnement, transport,...) et, « à l’autre extrémité du spectre, le moyen terme industriel et social [qui], quant à lui, se situerait plutôt à l’échelle des régions, avec plusieurs ambitions relatives aux Pme, aux clusters, aux bassins d’emploi,… ». Or cette logique sélective, polarisante et hiérarchisante se retrouve dans les politiques économiques des autorités régionales, quelle que soit leur orientation politique, le rapport à l’innovation étant un des éléments majeurs de cette différenciation des territoires (cf. infra).

1.4. Un déclassement / reclassement des expériences précédentes ?

12Une autre question est celle du devenir des expériences précédemment engagées. Si les technopôles, en tant que pôles, n’ont pas eu – sauf exceptions – grand succès, en revanche, la dynamique technopolitaine de certaines agglomérations (Paris, Toulouse, Grenoble, etc.) ne s’est pas démentie. Ce constat mériterait d’être précisé au regard des conditions (et de leur évolution) de l’articulation entre dynamique de l’innovation et dynamique d’un territoire. Il renforce en tout cas la nécessité de s’interroger sur la portée d’un pôle de synergies production / recherche / formation en termes de diffusion dans l’ensemble d’un tissu socio-économique des avancées obtenues, question qui est au cœur de l’appréciation que l’on peut faire de l’expérience des Pôles de compétitivité.

  • 5 Le Pdg d’une entreprise implantée dans la vallée de l’Arve s’exprime en ces termes : « Il y a dix (...)
  • 6 Selon l’étude de la Chambre régionale de commerce et d’industrie d’Aquitaine, Les entreprises de s (...)

13S’agissant des Districts industriels et Systèmes productifs locaux, plusieurs études et rapports officiels soulignent l’épuisement de la dynamique de ces modèles historiques de territoires innovants. Les raisons en sont multiples, mais nous y voyons surtout le résultat du double mouvement de globalisation (mise en concurrence des productions concernées au regard des pays à bas coûts, délocalisations, etc.) et d’externalisation (sous-traitance en cascade qui impose des conditions de plus en plus draconiennes aux Pmi et pousse à la concurrence plus qu’à la coopération) dans lequel se sont engagées les grandes firmes. Di et Spl se voient donc confrontés, à la fois, à la nécessité d’une plus grande ouverture à des logiques extérieures (notamment en ce qui concerne les dynamiques de l’innovation5) et aux contraintes d’une “marchéisation” renforcée qui remet en cause les facteurs mêmes qui ont assuré leur succès : le centrage sur les savoir-faire, les relations de confiance entre entrepreneurs, une dynamique largement alimentée par des externalités non marchandes6.

  • 7 Comme le reconnaît un document officiel de Franche-Comté concernant l’automobile à Montbéliard, l’ (...)

14Depuis le lancement de l’opération Spl par la Datar en 1998, quatre-vingt-dix-sept territoires ont été labellisés comme tels (d’autres continuent de l’être au coup par coup). Ils sont définis comme « des groupements d’entreprises et d’institutions géographiquement proches et qui collaborent dans un même secteur d’activité », les projets devant viser à améliorer les performances des Pme-Pmi en matière de production, marketing, ressources humaines, recherche et innovation, exportation, etc. Toutefois, il est nécessaire d’évaluer plus exactement la réalité de ces structurations productives et territoriales. D’une part, il convient de distinguer ce qui relève d’une labellisation au regard d’une politique gouvernementale – avec des “faux” Spl qui ne remplissent que les critères statistiques en termes d’agglomération spécialisée d’établissements, sans réelles dynamiques de coopération7– de ce qui relève d’interrelations auto-constituées, fonctionnant réellement et dans la durée. D’autre part, il importe d’examiner comment évoluent ces “vrais” Spl en tant qu’ils sont confrontés aux nouvelles logiques productives, financières et commerciales.

15Depuis l’introduction des Pc, le paysage est devenu assez complexe puisque, sur les quatrevingt-dix-sept Di ou Spl existants, douze ont été labellisés comme pôles de compétitivité (Arve Industries ; Micromécanique, etc.), quatorze se retrouvent intégrés à un pôle (Plastics Vallée d’Oyonnax pour le pôle Plasturgie ; Mecanic Vallée en Aquitaine pour le pôle Aéronautique, etc.), alors que d’autres en sont écartés, mêmes si plusieurs cherchent actuellement à s’en rapprocher (Méca-Bourg avec le pôle Lyon Urban Trucks & Bus 2015 ; Technologies Médicales à Saint-Étienne avec les Pôles Techtera et Sporaltec, etc.). Notons que plusieurs technopôles ou technopoles sont également concernés, essentiellement par les pôles “mondiaux” (technopôle de Lyon Gerland pour Lyon Biopôle ; technopoles de Grenoble et de Toulouse pour les pôles Minalogic et Aérospatial, etc.).

  • 8 « Les systèmes productifs locaux dans l’ombre des pôles », L’Usine Nouvelle, 23 février 2006.

16Si certains responsables de Spl contestent leur mise à l’écart, d’autres craignent de perdre leur autonomie dans cette intégration, ou de voir quelques Pme s’éloigner de la dynamique du Spl pour s’accrocher davantage à celle du pôle. Selon L’Usine Nouvelle8, pour le Club des districts industriels français (qui regroupe une grande partie des Spl), la question est de savoir « comment établir un équilibre entre ces réseaux qui font le maillage et les emplois d’un territoire et les technostructures ». Théoriquement, les deux sont complémentaires : « aux pôles, le maillage industrie / R&D / formation sur des projets de rupture ou d’innovation majeure à moyen ou long terme ; aux Spl, le maillage des Pme et Tpe dans un but plus opérationnel et de court terme ». Ce même article insiste sur le fait que « la réalité est évidemment plus complexe : les Spl se distinguent très clairement des pôles mondiaux ou à vocation mondiale, plus difficilement de certains pôles à vocation nationale ou régionale qui ont une vocation recherche limitée ». Il existerait donc, selon une étude du cabinet Ernst & Young commandée par la Diact, « des risques de redondance, d’actions similaires et de confusion entre les deux types d’organisations qui peuvent dissuader les entreprises, notamment les Pme ».

17Enfin, cette complexité est encore accrue par l’intervention des Régions qui se sont lancées dans le soutien à des Pôles d’excellence ou à des clusters (productifs et/ou de recherche) qui ont souvent choisi les mêmes thèmes de recherche que les Pôles de compétitivité, et dans une articulation avec eux qui reste assez floue. Notons toutefois que cette territorialisation des opérations est à double effet : les politiques régionales se situent dans le droit fil des logiques gouvernementales en ce qui concerne la priorité donnée à l’innovation et à l’internationalisation, et le refus d’intervenir sur les stratégies des firmes multinationales. En même temps, du fait du rapport de forces au sein de la Région et de l’aspiration des élus à reconduire leurs mandats, les Régions sont tenues d’obtenir une certaine diffusion et une certaine pérennité des effets de leurs investissements. Rhône-Alpes, Centre, Champagne-Ardenne, parmi d’autres, ont donc décidé de conditionner leurs financements au respect par les entreprises d’un certain nombre de critères (normes fiscales et environnementales, développement quantitatif et qualitatif de l’emploi, dialogue social, etc.), ouvrant ainsi aux acteurs concernés un espace pour une meilleure maîtrise du développement socio-économique du territoire.

2. Axes d’approfondissement et enseignements pour les pays émergents

18Une réflexion sur les raisons fondamentales de ces évolutions devrait permettre d’identifier des pistes porteuses d’enseignements pour d’autres expériences. Par exemple, nous avons pu constater les mêmes préoccupations des deux côtés de la Méditerranée, à partir d’enquêtes menées sur la réalité et le devenir des technopôles et, plus largement, des “territoires productifs et innovants” au Maghreb et dans les pays émergents (Y. Mathlouthi, M. Mezouaghi et J. Perrat, 2005).

2.1. Évolutions productives : une nouvelle division spatiale du travail

19Nous faisons l’hypothèse que la transformation des interventions publiques françaises entérine et alimente des évolutions à l’œuvre depuis plusieurs décennies en ce qui concerne la place occupée par les organisations territoriales dans les logiques productives et que la territorialisation des politiques industrielles – qui tranche par rapport à la période des grands programmes sectoriels – s’inscrit ainsi dans une nouvelle division spatiale du travail.

  • 9 On retrouve le même phénomène dans le secteur de l’automobile.

20Au niveau productif, ce ne sont plus des segments limités qui sont répartis entre les différents intervenants mais des fonctions complètes, incluant la conception et la proposition d’innovations productives, organisationnelles et financières (réduction des coûts de production et/ou de maintenance, etc.). Techniquement, cette évolution se traduit dans un secteur comme l’aéronautique9 par la fourniture de modules (poste de pilotage, tronçons de fuselage, train d’atterrissage, voilure, sièges, etc.) qui seront ensuite assemblés chez l’avionneur (V. Frigant, D. Talbot et M. Becue, 2005). Cette décomposition fonctionnelle des tâches rompt avec la verticalité précédente puisque les modules sont développés en parallèle les uns des autres et s’articulent horizontalement dans les opérations d’assemblage. Cette décomposition peut s’effectuer sur un espace très étendu (voir les différents pays européens concernés par la fabrication de l’Airbus 380), en même temps que le regroupement modulaire des tâches induit une certaine polarisation de ce même espace, combinant ainsi insertion « dans des chaînes internationales de production » et ancrage « dans des complexes de production agglomérés et denses » (A. F. Scott, 2005).

21Au niveau spatial, nous suggérons que l’émergence de « blocs de savoir et de compétences localisés » (Y. Morvan, 2004) entérine le passage d’une division du travail où les territoires fonctionnent comme des “segments” de compétences spécialisées à une division où certains territoires fonctionnent comme des “modules” de compétences beaucoup plus complexes (J. Perrat, 2006). Pour les pays émergents comme pour la France, cela peut signifier de nouvelles opportunités de développement territorial, à condition de s’insérer dans ce type de positionnement préférentiel en promouvant des lieux où sont élaborés et produits les modules stratégiques des chaînes de valeur ainsi décomposées/ recomposées. Mais cela peut également poser à terme des problèmes de sur-spécialisation territoriale, si l’on ne réfléchit pas en permanence aux conditions à remplir pour d’éventuels repositionnements productifs.

2.2. Rôle stratégique de l’innovation et structuration territoriale

  • 10 Ciadt du 14 septembre 2004.

22Les textes lançant l’opération « Pôles de compétitivité »10 distinguaient, de façon assez confuse, deux grands types de pôles, plus orientés sur la recherche fondamentale et ses “applications industrielles de pointe” pour les uns, sur la recherche appliquée et “la croissance du marché immédiat” pour les autres. L’examen des différents dossiers de pôles retenus amène à préciser cette différenciation.

  • 11 Notamment ceux de l’association créée entre Stm, Philips, Motorola et des laboratoires du Cea.
  • 12 Ce qui est la raison d’être du laboratoire mixte déjà créé entre Biomérieux et le Cea à Grenoble.
  • 13 Comme le système de ferroutage développé par Arbel-Fauvet-Rail.

23En premier lieu, les pôles labellisés comme « mondiaux » et « à vocation mondiale » combinent plus ou moins ces deux logiques puisqu’ils réunissent des programmes de moyen terme visant à franchir des sauts décisifs en matière de relation entre la recherche (y compris fondamentale) et des débouchés pour de futurs produits ou procédés et des programmes de court terme visant à accélérer l’industrialisation de projets souvent déjà bien avancés. Ainsi, le pôle Nanologic (Grenoble) a pour objectifs, d’un côté, de faire avancer la recherche sur les nanotechnologies pour irriguer de façon transversale la mutation de multiples activités et, de l’autre, de poursuivre la mise en place des dispositifs d’industrialisation entre grandes firmes et laboratoires publics11 ; Lyon Biopôle combine recherche de base sur de nouveaux vaccins et mise au point rapide de dispositifs de diagnostic alliant l’électronique et la biologie12 ; i-Trans (Nord-Pas-de-Calais) allie la mise au point de systèmes intelligents permettant de gérer l’interopérabilité et l’intermodalité des transports terrestres en Europe et la promotion de nouveaux dispositifs techniques13.

  • 14 L’Usine Nouvelle, 3 novembre 2005.

24Les autres pôles se rattachent aussi à ces logiques mais de façon plus limitée et avec une préférence pour la deuxième ; toutefois la plupart relève surtout d’une troisième logique, à dominante plus productive et organisationnelle, visant à faire franchir des sauts qualitatifs à une partie des ressources et acteurs du territoire concerné. Il en va ainsi des pôles Arve Industrie (décolletage en Haute-Savoie), Plasturgie (Rhône-Alpes, Franche-Comté), Micro-techniques (Franche-Comté), etc. Ce qui est recherché par ces pôles est bien le développement d’innovations en matière de procédés et d’organisation de la production, avec cependant l’objectif de promouvoir des entreprises locales qui puissent ainsi “monter d’un rang” dans la hiérarchie de la sous-traitance. Cette préoccupation n’est pas absente du pôle mondial Aéronautique, Espace et Systèmes embarqués (Midi-Pyrénées, Aquitaine), dont une partie des crédits devrait être consacrée à « conforter l’émergence d’entreprises intermédiaires de rang 1 »14 ; et elle figure aussi en bonne place dans le pôle Véhicule du Futur (Alsace, Franche-Comté).

25Ces pôles de compétitivité s’érigent en figure emblématique des deux modèles de territoires innovants, repérés par plusieurs travaux antérieurs (J. Perrat, 1995 ; Y. Lung, dir., 1997). Le premier modèle correspond aux différentes étapes des mécanismes de création, de transfert et d’appropriation de technologies et le second, à la nécessité (exprimée de façon plus récurrente) de procéder à des ajustements technologiques, productifs et organisationnels. Le but des dispositifs ainsi mis en œuvre est, en effet, d’assurer le fonctionnement des systèmes complexes résultant des nouveaux positionnements imposés par les grands constructeurs, dont les partenaires doivent désormais assumer l’ensemble des tâches autrefois internalisées : le rapport à l’innovation, l’organisation de la production, la gestion des approvisionnements, la gestion des ressources humaines, mais aussi la gestion des risques productifs et financiers.

26La réalité est encore plus complexe, l’impact des politiques publiques se mesurant à l’aune des logiques qui orientent la valorisation des innovations attendues. En effet, les résultats sont différents selon que prédomine la volonté d’irriguer, dans la durée, le tissu productif existant ou celle d’alimenter la stratégie productive, voire financière, d’un groupe faisant de l’innovation une source de profit comme une autre, à gérer sélectivement dans le temps et sur un espace mondialisé.

27Exprimé en termes de « dynamique territoriale », cela signifie que : soit on continue de viser une structuration en termes de « système productif » (national, régional ou local) dans lequel s’articulent différentes filières d’activité combinant de façon cohérente « versant technique » (valorisation des potentialités productives) et « versant économique » (choix stratégiques des firmes sur ces potentialités) (C. Palloix, 1975 ; J. De Bandt, 1985) ; soit on s’oriente vers un écrémage ponctuel des ressources jugées dignes d’être fertilisées par l’innovation et on fait le choix d’îlots de développement, mis en concurrence avec leurs équivalents mondiaux. La prédominance du « versant économique » déconstruit les filières et remet au goût du jour, au mieux, la notion de « grappe technologique ». Celle-ci, selon les chercheurs du GEST (1985), traduirait le passage de la technologie comme condition de la « valorisation produit-marché » à la technologie comme « objet valorisable » en soi, positionnée « au centre de la stratégie de la firme » ; et ce, à partir de technologies génériques (transversales) et d’une « valorisation sélective de segments produits-marchés » formant des « grappes technologiques ». Or nous pouvons constater aujourd’hui que les objectifs de certains pôles de compétitivité articulent explicitement des « briques technologiques » transversales et des projets innovants spécifiques (Lyon Biopôle, notamment).

28Jean-Louis Gaffard (2005) revient utilement sur ces fondements des politiques publiques d’innovation en pointant la façon dont elles agissent sur deux composantes de la dynamique industrielle : la « sélection » et la « variété », l’objectif étant d’assurer le renouvellement de la variété, toujours menacée par la sélection « qui procède des mécanismes du marché ». Ces politiques doivent donc, à la fois, « encourager la sélection pour permettre une meilleure allocation des ressources et encourager la variété pour permettre un renouvellement permanent de cette sélection », la décision sur le produit final devant rester aux firmes, contrairement à ce qu’impliquaient les interventions des années 1950-1960. À la différence du soutien antérieur aux Spl et Di, il ne s’agit donc plus de favoriser « les rendements croissants associés à la spécialisation locale » mais de favoriser la production « de manière récurrente de produits nouveaux », de rechercher des rendements croissants dans « une fréquence accrue de l’innovation », « l’enjeu principal des coopérations mises en place [création de plateformes scientifiques et technologiques communes, notamment] étant d’aider à construire des marchés dont l’existence justifie les engagements de R&D ».

  • 15 Selon J.-L. Gaffard (2005), une des différences entre les Pôles de compétitivité mondiaux et les a (...)

29Pour les territoires des pays développés, les enjeux s’en trouvent précisés, avec le risque d’une dichotomie de plus en plus marquée entre des territoires hyper-spécialisés – le discours dominant en France étant que cette spécialisation sur des créneaux porteurs est insuffisante – et ceux qui seront des lieux producteurs de “variété”15. On sait pourtant que nombre d’innovations naissent aux intersections d’activités différentes, qu’elles soient “traditionnelles” ou plus récentes.

30En outre, la manière dont J.-L. Gaffard (2005) précise en quoi consiste une telle différenciation, vaut aussi bien pour les pays développés que pour les pays émergents. Pour lui, les avantages stratégiques dominants résident aujourd’hui dans « une situation où la rivalité entre firmes et un jeu d’entrées-sorties sont déterminants des avancées technologiques », et dans la « maîtrise conjointe des technologies et des marchés ». Et il pose la question suivante : « Doit-on réellement distinguer entre économies à la frontière des développements technologiques et économie en deçà de cette frontière, et considérer que les institutions et règles requises par les premières ne sont pas celles qui garantissent l’efficacité des secondes ? »

31La portée de cette réflexion est importante pour les pays en voie de développement puisqu’elle tend à coupler le devenir du contexte institutionnel – dont les chercheurs du Maghreb déjà cités ne nient pas la nécessaire évolution – avec l’adoption de la logique en train de s’affirmer comme dominante dans les pays développés. Si ce modèle devait être considéré comme incontournable – ce dont il est permis de douter –, il induirait de fait une coupure toujours grandissante entre les quelques activités pouvant s’y insérer, qui se trouveraient “aspirées” par des dynamiques fonctionnant à l’échelle globale et les autres activités : que ces dernières soient à base artisanale et fonctionnent dans une logique de type SPL – nous pensons à l’exemple d’un district de potiers dans la banlieue de Marrakech où se profilent actuellement des innovations prometteuses –, ou qu’elles relèvent des expériences de développement industriel qui ont été mises en œuvre dans le passé ou plus récemment (automobile, aéronautique, électronique, etc.).

2.3. Le rôle stratégique de la gestion de l’emploi et du travail

32La différenciation que nous évoquons entre les logiques d’espaces de compétitivité et de territoires de développement s’effectue, pour beaucoup, en termes de gestion des compétences salariales. La proximité géographique de ces compétences s’impose, en effet, dans les deux principaux types de dynamique d’innovation définis plus haut. Elle est déterminante dans les phases de conception et de définition des produits, que ce soit dans les dispositifs mixtes créés entre centre de recherche et unités de productions ou dans la dynamique de « conception collaborative » (F. Picard et N. Rodet-Kroichvili, 2005) par laquelle des ingénieurs de différentes entreprises sont amenés à travailler sur les mêmes “plateaux” (cas de l’aéronautique ou de l’automobile). Elle intervient également de façon plus durable, non seulement quand il y a intervention commune de salariés de diverses entreprises sur les lieux d’assemblage d’un module ou d’un produit fini, mais aussi, de façon moins nette, dans le fonctionnement des réseaux productifs mettant en jeu un constructeur principal et plusieurs niveaux hiérarchiques d’entreprises partenaires. Cela contribue largement à ce que les territoires modules que nous identifions, fonctionnent comme de véritables blocs-systèmes multidimensionnels, dont les aspects salariaux et sociaux sont des éléments constitutifs à part entière. C’est en ce sens que peut être repérée la convergence en train de s’affirmer, en France, entre deux mouvements. Il s’agit, d’une part, de la double externalisation pratiquée par les grandes firmes en matière de recrutement, de formation, de certification des compétences, voire de gestion complète des ressources humaines concernant, soit les activités qu’elles ont choisi de conserver, soit toutes les activités transférées à d’autres entreprises. Or ce transfert n’est pas sans poser de nombreux problèmes aux partenaires concernés, surtout quand il s’agit de PME, d’où une mise en réseau permettant de mutualiser ces contraintes et le recours aux acteurs publics pour assurer les financements et les coordinations nécessaires.

33D’autre part, on assiste à la régionalisation et à la territorialisation de la gestion de la formation et, plus largement, de la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, que les récentes lois de décentralisation ont accentuées. La Région est désormais positionnée comme un lieu de décision stratégique dans ces domaines, tandis que les territoires (bassins d’emploi) se voient confier l’adaptation au terrain des orientations retenues, au travers de dispositifs aussi bien régionaux (création en Rhône-Alpes de vingt-sept contrats territoriaux « Emploi-formation ») que nationaux (Maisons de l’emploi créées par la loi de Cohésion sociale en janvier 2005). Certes, cela ne fonctionne pas d’emblée et partout de façon aussi systématique. Les interventions publiques, nationales comme régionales, sont encore très centrées sur la lutte contre le chômage et le retour à l’emploi, de même qu’elles ciblent surtout les “métiers en tension” (bâtiment et travaux publics ou plasturgie peinant à fidéliser leurs salariés). Toutefois, peu à peu, se précise un mouvement qui tend à constituer le territoire comme lieu privilégié de mise en œuvre de la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC).

34À propos des objectifs de cette modulation-adaptation permanente de l’offre d’emploi et de compétences, nous retrouvons ici les enjeux pointés plus haut, selon que le développement qu’il s’agit de viser est de type système productif ou de type espace de compétitivité. Pour les pays émergents, cet enjeu concerne en particulier le devenir des savoir-faire traditionnels, qui peuvent se trouver, soit insérés dans un mouvement de valorisation/modernisation, soit court-circuités par de nouveaux savoir-faire implantés selon des modèles importés (centres d’appel, par exemple).

2.4. Les exigences en matière de régulation

35Les institutions aussi bien formelles qu’informelles jouent un rôle déterminant dans ces processus. Mais nous soulignerons ici ce qui tient, en particulier, au mouvement de territorialisation des stratégies privées comme des politiques publiques. Dans la France d’aujourd’hui, le territoire apparaît largement comme un lieu d’expérimentation institutionnelle, que ce soit en termes de rapport salarial – dispositifs de prêt de main-d’œuvre entre entreprises et/ou activités ; accords dérogatoires sur la durée des contrats temporaires ; groupements d’employeurs ; mise en place par les Régions de dispositifs de sécurisation des parcours professionnels, etc. – ou en termes de partenariat public-privé. La concrétisation-adaptation locale des projets de Pôles de compétitivité montre que ces partenariats ne relèvent plus ni de la dynamique privée auto-construite des Spl ni de l’impulsion par l’État d’une politique industrielle dont il définissait y compris le contenu et les output. Une autre évolution majeure intéresse la notion de « négociation » : le territoire s’impose de plus en plus comme le lieu des “arrangements” entre des partenaires qui pourraient tous être mis sur le même plan. Les effets qui en découlent sont très ambivalents. Si le montage de projets est facilité et si un nombre plus large d’acteurs sont associés à leur dynamique, le contrôle par certains acteurs, notamment ceux qui sont branchés sur des réseaux dont l’échelle dépasse celle du territoire, s’en trouve d’autant plus masqué (sans parler des risques de localisme et d’égoïsme territorial, aux dépens de territoires moins bien dotés).

36La nécessité d’organiser la cohérence et les solidarités à un niveau plus large que le territoire ne devrait donc pas être perdue de vue, car elle ne se traduit pas seulement en termes de péréquation financière. Les “arrangements locaux” ne sauraient supplanter les nécessaires négociations (y compris l’éventuelle remise en cause des normes existantes). Mais ceci n’exclut pas que le territoire soit un champ privilégié pour traiter de larges questions telles que le développement durable ou la citoyenneté.

37Nous retrouvons ici encore, et avec force, la question des logiques et des objectifs qui doivent dominer ces adaptations institutionnelles : faut-il valoriser les pratiques et valeurs existantes, souvent profondément ancrées dans l’histoire de ces sociétés (solidarité, coopération et respect de l’écosystème attachées à la prégnance des activités paysannes) ? Faut-il renforcer, grâce à ces valeurs, une articulation harmonieuse entre activités économiques (industrielles notamment) et développement humain ? Ou faut-il tout attendre des valeurs de compétitivité portées par la logique qui domine actuellement la mondialisation ?

Bibliographie

Bibliographie

Aydalot Philippe, 1985, Économie régionale et urbaine, Paris, Économica.

Becatini Giacomo, 1989, « Les districts industriels en Italie », in M. Maruani et al. (dir.), La flexibilité en Italie, Paris, Syros, 261-268.

Camagni Roberto et Maillat Denis (dir.), 2006, Milieux innovateurs – Théorie et politiques, Paris, Économica.

Courlet Claude, 1997, « Espace et districts industriels », Revue d’économie régionale et urbaine, n° 5, 834-850.

De Bandt Jacques, 1985, La filière de production comme catégorie de la mésodynamique industrielle, Paris, Cernea.

Fontagné Lionel et Lorenzi Jean-Hervé, 2004, « Désindustrialisation – délocalisations », rapport au Premier ministre, http://www.competitivite.gouv.fr

Frigant Vincent, Talbot Damien et Becue Mathieu, 2005, Eads et les stratégies territoriales en Aquitaine, rapport de recherche, Ifrede-Gres, Bordeaux, université Montesquieu-Bordeaux 4.

Gaffard Jean-Louis, 2005, « Vers une nouvelle politique industrielle », La Lettre de l’Ofce, n° 269, 13 décembre.

Gest, 1985, « Grappes technologiques et stratégies industrielles », Études Cpe, n° 57.

Lung Yannick (dir.), 1997, Organisation spatiale et coordination des activités d’innovation des entreprises, convention d’étude du Commissariat général du Plan, Paris, Cgp.

Marshall Alfred, 1920, Principles of Economics, 8e éd., Londres, McMillan.

Mathlouthi Yamina, Mezouaghi Mihoub et Perrat Jacques, 2005, « Dynamiques technopolitaines et développement : le cas du parc des communications El Gazala », in H. Khelfaoui (dir.), L’intégration de la science au développement – Expériences maghrébines, Paris, Publisud, 11-40.

Morvan Yves, 2004, « Aménagement du territoire et pôle de compétitivité : réconciliation », Inter-Régions, n° 256, 10-14.

Palloix Christian, 1975, L’internationalisation du capital, éléments critiques, Paris, Maspero.

Perrat Jacques, 1995, Mondialisation des groupes industriels, gestion de l’innovation et ancrage territorial : Péchiney et Rhône-Poulenc en Rhône-Alpes, Programme de recherches en sciences humaines Rhône-Alpes/Adees R.A.

Perrat Jacques, 2006, « Division spatiale du travail et nouvelles organisations productives : des territoires “segments” aux territoires

Jacques Perrat “modules” ? » in « Innovations », Cahiers d’économie de l’innovation, n° 24, Paris, L’Harmattan : Innoval, 91-114.

Picard Fabienne et Rodet-Kroichvili Nathalie, 2005, « Le défi de la conception collaborative dans l’automobile : au-delà de la maquette numérique, repenser l’organisation autour des communautés », communication aux XIIIe Rencontres internationales du Gerpisa, Organisation productive, relation salariale, financiarisation : les spécificités de l’industrie automobile, Paris, 16-17 juin.

Porter Michael E., 1998, “Clusters and the new economics of competition”, Harvard Business Review, vol. 76, n° 6, 77-90.

Scott Allen J., 2005, « Les moteurs régionaux de l’économie mondiale », Géographie, économie, société, vol. 7, n° 3, juillet-septembre, 231-253.

Notes

1 Site web du gouvernement français, http://www.competitivite.gouv.fr.

2 La réunion interministérielle d’octobre 2005 a précisé que l’objectif était d’assurer à la fois « l’indépendance des choix des acteurs économiques quant aux axes prioritaires qu’ils souhaitent développer » et « l’indépendance des collectivités publiques quant aux soutiens apportés ».

3 D’une part, beaucoup de ces entreprises trouvent l’État encore trop présent. D’autre part, dans plus d’un pôle ce sont les acteurs institutionnels (État, collectivités, Cci, agences de développement, etc.) qui sont véritablement “moteurs”.

4 Par exemple, lors du premier appel d’offres de 2006, 73 projets seulement ont été sélectionnés sur 225.

5 Le Pdg d’une entreprise implantée dans la vallée de l’Arve s’exprime en ces termes : « Il y a dix ans, quand on avait un problème on savait qu’on pouvait le résoudre ici. Aujourd’hui, accélération des mutations technologiques et mondialisation des marchés font que cette réponse n’est plus certaine » (Dossier du pôle de compétitivité Arve Industries, février 2005).

6 Selon l’étude de la Chambre régionale de commerce et d’industrie d’Aquitaine, Les entreprises de sous-traitance du secteur Aéronautique-Spatial-Défense en 2003 (2004), « les avantages des Spl ne tiennent pas particulièrement à la compétitivité-prix » sur laquelle les exigences des grands intégrateurs se focalisent, ce qui rend plus fragile « la culture industrielle qui avait été construite historiquement dans certains bassins de production » où la contractualisation entre les partenaires était « essentiellement d’un type non marchand, le facteur principal étant le développement local d’un savoir-faire de pointe ».

7 Comme le reconnaît un document officiel de Franche-Comté concernant l’automobile à Montbéliard, l’horlogerie à Morteau et la fabrication de lunettes à Morez (Visages industriel 2001, Conseil régional, Insee, Drire).

8 « Les systèmes productifs locaux dans l’ombre des pôles », L’Usine Nouvelle, 23 février 2006.

9 On retrouve le même phénomène dans le secteur de l’automobile.

10 Ciadt du 14 septembre 2004.

11 Notamment ceux de l’association créée entre Stm, Philips, Motorola et des laboratoires du Cea.

12 Ce qui est la raison d’être du laboratoire mixte déjà créé entre Biomérieux et le Cea à Grenoble.

13 Comme le système de ferroutage développé par Arbel-Fauvet-Rail.

14 L’Usine Nouvelle, 3 novembre 2005.

15 Selon J.-L. Gaffard (2005), une des différences entre les Pôles de compétitivité mondiaux et les autres tient à leur capacité à assurer réellement ou non la logique de “variété”.

Table des illustrations

Titre Tableau n° 1. Les différentes formes territoriales d’organisation industrielle
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/680/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 664k

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable