Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires productifs en question(s)

 | 
Mihoub Mezouaghi

Les territoires productifs en question(s). Transformations occidentales et situations maghrébines

Du Sénégal au Maroc

Pertinence et impertinence des territoires productifs

Jean-Luc Piermay et Alain Piveteau

Texte intégral

  • 1 On songe aux analyses d’A.-J. Scott (2005, 237) sur les transformations de l’économie mondiale pou (...)
  • 2 Cf. entres autres : L. Abdelmaki et C. Courlet, 1996 ; B. Pecqueur 1993 ; G. Garofoli, 2002 ; G. B (...)

1Depuis le milieu des années 1980, les sciences sociales mettent en avant des processus de croissance et d’innovation territorialisés. Il s’agit, par exemple, de rendre compte du succès inattendu de certaines régions industrielles ou des effets locaux des redéploiements spatiaux des systèmes de production capitaliste1. L’ensemble de ces travaux2 décrit finalement un vaste programme de recherche sur le développement local. Le territoire et la dynamique interne de certains espaces infra-nationaux s’immiscent dans le débat sur le développement qui, jusqu’alors, portait sur les politiques nationales et les conditions macro-économiques de l’insertion internationale. Ces nouvelles approches du développement conduisent, entre autres analyses, à décrypter les conditions de la formation et de la réussite de complexes de production agglomérés et denses, regroupés ici sous l’expression générale de « territoires productifs ».

2Par ces dispositifs analytiques, l’objectif d’industrialisation et l’efficacité productive s’ouvrent à la contribution, sous des formes variées, de Districts industriels, de milieux innovateurs, de Systèmes productifs locaux (Spl), de clusters. Si de telles poches de croissance localisée, d’abord identifiées dans les pays développés, correspondent au moins partiellement à la réalité productive et industrielle de certaines économies du Sud (A. Ferguene, 2004), elles invitent le chercheur et le praticien à modifier leur regard sur le rôle des petites entreprises et du territoire dans un contexte d’urbanisation où s’agglomèrent des activités de production et de service, fussent-elles artisanales et encore confinées aux caractéristiques discutées de l’informalité. Dans cet article, géographe et économiste proposent de confronter les traits principaux de ces nouvelles analyses du développement fondées sur les territoires productifs, aux formes concrètes et courantes des dynamiques socioéconomiques de deux pays du Sud.

3La pertinence réfère, dans le cadre de la présente réflexion, à la qualité heuristique de concepts ouverts à une variété d’organisations productives performantes et forgés dans l’analyse des économies industrielles postfordistes. Celle de l’impertinence renvoie, quant à elle, aux possibles impasses d’un déplacement trop mécanique, normatif puis prescriptif, de ces concepts vers des économies dont l’industrialisation reste embryonnaire et le développement local, une nouvelle promesse d’amélioration des conditions de vie. Pertinence et impertinence des concepts sont testées ici à l’occasion d’un passage de terrain qui conduit les auteurs du Sénégal au Maroc et qui devrait mener à une mise en regard fructueuse de ces deux pays.

4Transposer la notion de « territoire productif », dans les pays du Sud, pose de redoutables problèmes tant d’ordre méthodologique que de réelle pertinence. De manière évidente, cette notion suppose une organisation productive dont l’efficacité observée sur les marchés internationaux se fonde sur des caractéristiques territoriales. Une telle remarque s’accorde mal aux économies du développement ; ainsi, dans la partie informelle de l’économie, qui occupe une place importante dans les pays des Sud-s. Si les activités informelles ont tendance à s’agglomérer dans les espaces urbains et si les activités modernes tendent à attirer elles-mêmes nombre d’activités informelles (J.-F. Steck, 2003), cela ne suffit nullement pour y voir l’amorce d’un territoire productif. Le caractère précaire de ces activités, la faiblesse des coopérations techniques entre établissements, l’absence de dynamique complexe génératrice de nombreuses interactions, plutôt que d’évoquer l’idée de « territoire productif », semblent caractériser l’anémie de l’économie et l’incapacité de l’État à impulser un projet de développement, à encadrer le marché et à garantir les droits sociaux. En revanche, la recherche sur les territoires productifs parait mieux correspondre à la réalité productive de pays dits “émergents”. Les succès que leurs appareils productifs enregistrent sur les marchés mondiaux renvoient, entre autres transformations, à de profondes mutations des tissus productifs urbains ou régionaux. Au début des années 1990, la découverte aux Sud-s de réussites productives localisées qualifiées de “spectaculaires” telles celles de Blumeneau au Brésil ou Gamarra au Pérou, semble valider, au-delà du monde capitaliste développé, les modèles d’industrialisation à l’Italienne (G. Benko et A. Lipietz, 2000). Si une analyse empirique approfondie des formes et facteurs d’adaptation et d’évolution des productions locales souligne la fragilité d’importantes agglomérations d’activités dans les pays émergents et affaiblit la portée initiale de ces modèles de développement local (Y.-A. Fauré, L. Kennedy et P. Labazée, 2005), la tendance à l’agglomération des activités, la concentration géographique de petites et moyennes entreprises, la priorité accordée à l’efficience collective (H. Schmitz 1997) à travers l’appui institutionnel, la mise en place et la promotion par les politiques publiques de sites d’accueil et de regroupement industriel des investissements privés sont, a minima, le signe d’une forte actualité de la question industrielle et du développement économique formulée en termes de « territoires productifs ». Le cas marocain posera la question.

  • 3 L’émergence réfère à une situation de changement rapide relevant a priori d’un dépassement des sit (...)

5La réflexion ne peut pas s’arrêter à une telle opposition3. En effet, si la présence ou l’absence des territoires productifs est susceptible de constituer une différence importante entre les pays du Sud non émergents et ceux émergents, il faut reconnaître que de puissants facteurs de territorialisation sont également à l’œuvre au sein des premiers. Le cas sénégalais le montrera. Dans la collaboration engagée entre un économiste et un géographe, la première difficulté est celle de la polysémie du terme, d’un concept qui n’est le propre d’aucune discipline et dont l’usage s’est construit sur des traditions distinctes, exprimant non pas des contradictions mais des éclairages différents d’une même réalité à multiples facettes.

6La question posée n’est pas seulement d’ordre académique. Certes, les mots sont importants car ils permettent la compréhension. Mais il s’agit surtout de comprendre les processus à l’œuvre. L’émergence de territoires productifs pose la question des processus et des facteurs multiples qui y ont conduit. Nous proposons de modifier les termes de ce questionnement en partant de l’existence de processus de territorialisation. Comment le territoire devient-il productif ? Pourquoi et sous quelles conditions le devient-il ? Que se passe-t-il avant l’émergence et de quelle nature est ce passage ? Ces questions dépassent la seule sphère économique et engagent l’ensemble du monde social. En face d’un tel enjeu scientifique, nous tenterons d’apporter des éléments de réponse, que la recherche ultérieure devra nécessairement étayer.

1. La polysémie d’un concept transdisciplinaire

7Les dictionnaires spécialisés de géographie expriment leur gêne face au concept de « territoire ». Ils énumèrent complaisamment la diversité des acceptions du terme (R. Brunet, R. Ferras et H. Théry, 1992 ; J. Lévy et M. Lussault, 2003), quand ils ne sont pas conduits à donner la parole à des opinions parfaitement contradictoires. Ainsi, l’espace à métrique topographique de J. Lévy (2003), qui souhaite positionner le terme vis-à-vis de celui de « réseau », est incompatible avec l’idée de « territoires de la diaspora », qui joue précisément sur les réseaux des migrants et défie l’idée de contiguïté spatiale. Devant l’abondance des acceptions, voire le flou conceptuel (M. Le Berre, 1995), certains auteurs mettent même en garde contre la tentation d’une définition unique du territoire (B. Debarbieux, 2003). Mais cette variété, comme l’intérêt que portent à ce terme de nombreux auteurs, manifeste également l’importance du concept dans le champ actuel des sciences sociales.

8Des sensibilités très diverses se rencontrent dans l’approche du territoire. Parler de sensibilités semble préférable à l’évocation de disciplines, tellement il serait vain de chercher des régularités nettes au sein de chacune de ces dernières ou, plus encore, d’identifier un territoire du géographe distinct du territoire de l’économiste. La géographie, par exemple, explore largement la polysémie du terme. L’économie utilise le terme dans un sens plus précis, mais l’évolution rapide de la réflexion sur les territoires productifs a pour effet d’inclure progressivement des dimensions de sciences sociales qui ne l’avaient guère été jusque-là. L’idée de « territoire » touche ainsi à un grand nombre de domaines, juridique (les “territoires de l’État”), politique, culturel, social, identitaire, affectif (les “territoires de l’individu”), éthologique (le “territoire de l’animal”, une des premières utilisations du terme). L’essentiel n’est pourtant pas là. Partagé entre son origine dans le champ de l’éthologie et sa transposition dans les sciences sociales, entre le vécu quotidien et le temps long, entre la psyché individuelle et l’environnement socioculturel (G. Di Méo, 2001), entre le pouvoir de l’institution et le sentiment d’appartenance des habitants, le territoire se retrouve au milieu d’un faisceau de forces inter-agissantes en même temps qu’antagoniques au sein desquelles chaque auteur positionne son approche à sa manière. Selon les cas, est alors valorisée la dimension de l’institution, celle des acteurs politiques et du contrôle (A. Dubresson et S. Jaglin, 2005), celle de l’appropriation (A. Bourdin, 2000), celle des représentations (B. Debarbieux, 2003). En plus de la place de ce curseur, variant selon le rôle respectif que l’on attribue aux forces qui sont à l’œuvre dans l’alchimie du territoire, la question de l’échelle de l’observation pose problème. La multiplicité des territoires, gage de liberté (R. Brunet, 1990), conduit à des représentations multiples et souvent complexes qui, à côté des hiérarchies et pavages administratifs classiques, prennent en compte l’emboîtement, le recoupement, voire l’éclatement, la coopération et la réciprocité, et considèrent la multi-appartenance territoriale comme une caractéristique forte et croissante des sociétés actuelles.

  • 4 Au sens que lui donnent G. Benko et A. Lipietz (2000).
  • 5 Critique qui sera prolongée à l’endroit de l’économie géographique de P.R. Krugman (1991).

9La notion de « territoire productif » ressortit d’une autre série de travaux, tout en posant in fine des questions semblables. L’économie, tournée vers l’étude de la production et de la productivité, commence avec A. Marshall (1920) à intégrer du territoire dans l’analyse des espaces économiques – sous la forme d’un milieu économique porteur d’externalités. Cette intégration se poursuit bien plus tard dans les travaux sur les Districts industriels italiens, puis sur les Systèmes productifs locaux français et, plus largement, dans les approches issues de la (nouvelle) géographie (socio-) économique4 où géographes et économistes partent d’une critique de l’économie spatiale néo-classique5. Cette dernière assimile l’entreprise à sa fonction de production en gommant sa dimension d’organisation, réduit la régulation à un mécanisme de marché et considère l’espace comme un support passif, quasi technique, du développement productif (I. Samson, 2004), en somme un « contenant où s’inscrirait l’activité d’unités économiques » (G. Benko et A. Lipietz, 2000). Le basculement de la science régionale des années 1980 revient à endogénéiser l’espace en abordant alors le territoire productif comme une construction sociale de long terme, incertaine et spontanée, bien que cette dernière qualité prête à discussion. Le territoire productif a alors à voir avec l’établissement d’une culture partagée par les acteurs locaux (A. Bagnasco et C. Trigilia, 1988). Il dépend de fragiles équilibres établis entre des acteurs divers aux intérêts parfois opposés. Quant au « spontanéisme des districts italiens, pour lesquels les interventions publiques sont restées discrètes mais constantes », il dispute au rôle plus volontaire de l’État en France qui cherche, quant à lui, à institutionnaliser les territoires productifs sous la forme de Spl (Datar, 1999, 31) ou, plus récemment, de pôles de compétitivité. Du statut de contrainte de la production, l’espace accède au rang de facteur de la production sur lequel agissent des acteurs socialisés. Au cœur de la notion de « territoire productif », il y a donc l’idée d’une efficacité productive enchâssée (embedded) dans la société et l’histoire locales, déterminée par la qualité des relations que les acteurs tissent entre eux.

10Même si elle en est clairement distincte à l’origine, la réflexion sur les territoires productifs s’inscrit bien dans les interrogations actuelles sur la notion de « territoire ». La réelle polysémie de ce terme n’empêche pas que la plupart des définitions du territoire convergent vers la reconnaissance d’un fait social total qui lie les sociétés aux lieux et les sociétés par les lieux. Plus qu’un état de fait, le territoire exprime une construction sociale, qui joint étroitement le présent au temps long, véritable faisceau de tensions résultant de et dans la prise en charge d’un espace par une nébuleuse d’acteurs. L’idée d’une réalité systémique complexe est bien celle de B. Pecqueur (2005) dans sa distinction d’un espace donné (institutionnel) et d’un espace construit, comme dans l’affirmation d’un processus de spécification de la production, véritable métamorphose à travers laquelle des acteurs présents localement – cherchant à résoudre un problème productif ou à mettre en œuvre un projet de développement collectif (J.-B. Zimmermann, 1998) – créent du territoire en inventant ses ressources et en activant de manière originale, et souvent inattendue, ses potentialités propres. Dans cette acception, le développement local est un développement territorial. Il s’appuie sur des principes de réciprocité et de mobilisation ancrés socialement dans un territoire et contribue à la création de systèmes productifs à des niveaux infra-nationaux. Leur réussite repose sur la production par les acteurs économiques, sociaux et institutionnels d’avantages compétitifs localisés.

11Pour autant – et en particulier en ce qui concerne son application dans les pays du Sud à partir d’analyses bien connues sur l’industrie à petite échelle (K. Nadvi et H. Schmitz, 1999) –, la notion de « territoire productif » semble encore présenter un certain nombre d’incomplétudes pour analyser les rapports que les mutations territoriales en cours entretiennent avec la dynamique des économies locales et penser, y compris au plan prospectif, le développement local. Une première incomplétude évidente pour un géographe, est que les limites spatiales du territoire productif ne sont pas pensées. La question est moins celle d’éventuelles frontières – aspect sans doute secondaire en l’état actuel de la réflexion – que celle des emboîtements de territoires susceptibles de développer entre eux – par le biais des acteurs – des relations d’émulation, de coopération, de concurrence, de rivalité ou, de façon plus subtile encore, de jeux. Ainsi, les débats entre le niveau de l’État et celui des collectivités, ou bien entre les logiques publiques et les logiques charismatiques, ne sont certainement pas étrangers à la question de la production. De manière plus large, la reconnaissance de la place de l’efficacité productive dans un fait social total ouvre la porte à un grand nombre de questionnements sur les interactions de celle-ci au sein de celui-ci :

Ce sont précisément les caractéristiques sociales et politiques, les soubassements anthropologiques et culturels des territoires de la production qui doivent être sérieusement interrogés et analysés pour tenter de mieux comprendre le comportement des entrepreneurs, la nature des liens qu’ils établissent avec l’ensemble des acteurs participant aux processus productifs, enfin pour prendre en compte la diversité des espaces dans lesquels ils inscrivent leurs activités et leurs décisions.
Y.-A. Fauré et P. Labazée, 2005, 293-294.

12Enfin, la question de l’émergence du territoire productif offre sans doute un thème essentiel pour la réflexion. Comment un territoire se met-il à faire système au plan de l’efficacité productive ? De ce point de vue, les exemples disponibles font beaucoup plus référence à des réussites localisées – et à d’éventuels modèles dont on espère qu’ils puissent être transférables – qu’à des situations de non-développement productif, par définition difficiles à analyser, mais qui seraient pourtant riches d’enseignements pour la compréhension des processus.

2. Maroc et Sénégal : les territoires productifs, un donné rare

13Le Sénégal et le Maroc connaissent une mutation progressive de la régulation intérieure de leur activité productive. Les traits visibles et mondialisés de cette mutation sont la libéralisation de l’économie et la privatisation des actifs que prolongent la réforme de l’État, l’accentuation de la décentralisation administrative, la promotion d’un environnement favorable au développement du secteur privé, la recherche d’une insertion positive dans l’économie mondiale en remplacement des précédents modes de développement. Pour autant, ces modifications, conformes aux pressions mondiales en faveur d’une régulation marchande et privée, se mêlent aux héritages d’une histoire politique, sociale et économique singulière qui, à son tour, les façonnent. Que ce soit au Sénégal ou au Maroc, l’actualité des approches en termes de « développement local » s’articule très directement à cette réalité mondiale marquée par une organisation internationale de la production et par l’affaiblissement de la régulation étatique.

  • 6 En 2000, sur les dix-neuf entreprises éligibles à la privatisation, seule Air Sénégal avait achevé (...)

14Si on l’applique au Sénégal, le questionnement n’apparaît pas pertinent. Il n’y a pas, si peu ou si mal de territoire productif ou de « lieux-aimants », pour reprendre l’expression d’A. Markusen (2000). L’économie sénégalaise est dominée par le secteur tertiaire qui totalise 60 % de la richesse produite annuellement. Il s’agit, en premier lieu, des activités de transport, de télécommunication, du commerce et de l’administration. Le secteur primaire – l’agriculture, la pêche et l’élevage – représente 20 % du PIB mais occupe plus de la moitié de la population. Ces activités s’exercent pour l’essentiel dans des exploitations familiales (agriculture) et suivant un mode de production artisanale. Si la contribution directe de l’agriculture au PIB paraît modeste pour un pays pauvre, la croissance nationale reste dépendante des résultats de la campagne agricole (revenus distribués et activités liées) et, compte tenu des modes de production en vigueur, des aléas climatiques. Le secteur secondaire participe également à hauteur de 20 % du PIB. Comprenant encore la moitié d’entreprises publiques6, le secteur est dominé par l’agroalimentaire, les productions minières, textiles et chimiques. Les taux de croissance industrielle de ces dernières années ne peuvent pas masquer, sur la longue durée, le déclin auquel est confronté le Sénégal. L’indice d’ensemble de la production industrielle base mobile 100 en 1976 était de 94,7 en 1993. En 1999, il était remonté à 107,7 (MEF/DPS, 2000).

15Le dualisme “informel / moderne ou formel”, bien que contestable au plan conceptuel et toujours délicat à discerner au plan statistique, reste d’actualité dans la plupart des productions officielles sans pour cela être correctement renseigné au plan national. La Direction de la prévision et de la statistique estime que 50 % à 60 % du PIB provient d’activités classées dans l’informel et que 90 % de la main-d’œuvre évolue dans ce secteur qui contribue pour un cinquième des investissements. Ces données, à prendre avec prudence, ne manquent pas de révéler le poids de l’informel – désigné aussi comme “secteur non structuré” – dans la contribution du secteur privé à l’effort de développement. Il s’agit d’activités relevant du secondaire et du tertiaire, telles que le petit commerce, le transport, la transformation de produits alimentaires, la confection, les activités de réparation, la restauration, etc. Quant au secteur privé moderne, trente-sept entreprises fournissent plus de 75 % du chiffre d’affaires réalisé et 70 % de l’emploi. La structure oligopolistique de ce secteur n’a pas été transformée par les programmes de privatisation et les ajustements structurels, alors que l’informalisation de l’économie s’est accentuée. Ce sont, aujourd’hui, des traits structurels de l’organisation productive au Sénégal auxquels il convient d’ajouter une extrême concentration des activités économiques, de la population, des infrastructures et des pouvoirs dans la région de Dakar. Différentes sources permettent de considérer que 80 % des établissements industriels du pays y sont localisés. La région urbaine de Dakar où seraient recensés les deux tiers des salariés du secteur moderne, neuf emplois commerciaux sur dix et plus de la moitié des effectifs du secteur public et parapublic, contribuerait à plus de 55 % du Pib sénégalais.

  • 7 La réelle et très récente percée de Dakar dans le domaine des centres d’appels se présente comme u (...)

16Au Sénégal, les ressources ne sont guère locales mais issues, en premier lieu, de la migration et de l’aide internationale. Les modes de coordination entre des acteurs présents localement mais inégalement reliés au monde global font défaut. Les investissements productifs marquants sont, pour l’essentiel, le fait de programmes publics internationaux relevant de l’aide ou d’initiatives privées off shore, largement étrangères à l’idée de faire territoire, surtout au niveau local7.

  • 8 Voir les travaux de C. Courlet et M. Hollard, 2004 ; M. Hattab-Christmann, 2004.
  • 9 Formellement, il s’agit d’une organisation à petite échelle géographique où les liens entre entrep (...)
  • 10 Par exemple, l’Onudi sous financement du ministère italien des Affaires étrangères, a lancé un pro (...)

17Avec des nuances, le Maroc paraît davantage concerné par les approches du développement industriel en termes de « territoires productifs ». L’économie marocaine se compose d’un nombre important de Pme/Pmi favorables à la constitution de Systèmes productifs locaux. Par exemple, le secteur du textile et de l’habillement qui emploie près d’un ouvrier sur deux du monde manufacturier et qui se situe au premier rang des secteurs exportateurs du pays, compte plus de 1 900 établissements en 2001. Les petites entreprises, à caractère familial, fournissent 11 % de la production du secteur. Casablanca accueille 59 % de ces entreprises et génère 54 % de la production du secteur (M. Lahlou, 2005). À l’intérieur du pôle casablançais, des zones à fortes spécificités se dessinent. Une part des activités artisanales et de l’industrie8 a été analysée comme organisée sous la forme de Systèmes productifs locaux9 constitués, émergents ou virtuels, selon la classification proposée par C. Courlet (2004). Une cinquantaine de ces systèmes productifs représenteraient 35 % environ de l’emploi manufacturier marocain. On évoque les Spl de Fès (poterie), de Nador (produits de la mer), de Meknès (confection de vêtements) (F. Russo et N. Brikci, 2003), de Casablanca (Ntic), de Tanger (activités tertiaires liées aux Ntic), etc. Les travaux pionniers de A. Feijal et D. Guerraoui (1988) ont montré que le système local de Pme à Fès, sous l’impulsion de l’extérieur, avait permis une mutation de l’organisation productive, autrement dit une industrialisation de l’artisanat. Aujourd’hui des programmes d’appui et d’assistance au développement des SPL sont initiés par les organismes internationaux et les coopérations bilatérales10. Plus significatif, le ministère de l’Aménagement du territoire a été à l’origine d’une étude sur les Systèmes productifs locaux et les enjeux de l’innovation pour les Pme-Pmi.

  • 11 Ce Plan établi par le cabinet Mc Kinsey fonde la stratégie de croissance et de développement du Ma (...)
  • 12 On songe aux projets phare de Casa-Shore, la première zone offshoring en voie de construction, à l (...)

18Ces quelques remarques sur l’intérêt suscité au Maroc par l’approche SPL méritent une précision. Pour le moment, les réalités productives de l’économie marocaine sont loin de correspondre à ce modèle d’organisation de l’espace économique, quelles que soient d’ailleurs les formes qu’on puisse lui prêter. Il s’agit plutôt d’une intention de politique publique qui s’exprime dans l’aménagement du territoire et qui est soutenue par la coopération étrangère bilatérale et multilatérale. L’actualité des territoires productifs se confond surtout avec la désignation de régions productrices, la définition de politiques publiques actives de zonage, la mise à disposition de sites et d’incitations financières spatialisées (zones franches). Dans une large mesure, la concentration d’activités et la différenciation des territoires sont promues par des pouvoirs publics qui reprennent à leur compte une vision en termes de « territoires productifs » qu’ils ambitionnent de mettre en œuvre. Loin de correspondre à la structure de production actuelle, cette vision est prescriptive, voire spéculative. Elle consiste à doter le pays d’espaces d’accueils attractifs et compétitifs, afin de bénéficier d’une partie des retombées de la réorganisation de certains secteurs productifs à l’échelle mondiale. La stratégie industrielle du Maroc, contenue dans le récent Plan « Émergence »11, repose sur l’attraction des marchés de la sous-traitance dans le domaine des services (le offshoring), sur la saisie des opportunités de délocalisation dans l’automobile, l’aéronautique, l’électronique, puis sur le repositionnement des secteurs de l’agroalimentaire et du textile. Concrètement, de nombreux projets12 voient le jour autour de grandes zones spécialisées dites “intelligentes” appelées à être gérées de façon autonome, à l’image des maquiladoras mexicaines.

  • 13 Dans un rapport récent, le Bit constate l’extension patente de l’emploi informel dans les trois pa (...)
  • 14 Sans pouvoir ici entrer dans une véritable définition du Makhzen, il désigne pour le Maroc un mode (...)
  • 15 Au-delà des activités informelles, on songe à la contrebande, à la production de contrefaçons, mai (...)
  • 16 Le roi reste, à travers l’Ona et ses filiales (premier groupe d’affaires dans le pays), le premier (...)

19Pour l’heure, l’informalisation d’une partie importante de ces deux économies, en particulier celles des villes, demeure une caractéristique beaucoup plus significative des ensembles productifs. La Banque mondiale vient d’en souligner les limites, pour le Maroc, dans un récent mémorandum économique. Pour en rester à l’industrie du textile et de l’habillement au Maroc, l’emploi et l’activité informels notamment le travail féminin à domicile représentent 70 % des emplois et font suite au démantèlement tarifaire du secteur. Plus généralement, l’informalisation des emplois et des organisations productives provient de l’échec du projet développementaliste et industrialiste auquel se sont surajoutés l’impasse sociale des ajustements structurels et, probablement, les effets d’une projection brutale des économies pauvres dans la compétition mondiale13. Elle procède alors de l’incapacité de l’État à conduire le projet de développement et, plus profondément, à encadrer le marché et à garantir les droits sociaux. Loin d’un phénomène “périphérique” ou “résiduel”, l’informalisation participe du mode de régulation des économies aux Sud-s en caractérisant localement le « rapport social d’emploi » au sens donnée par J.-P. Gilly et B. Pecqueur (1995) et en qualifiant, y compris par une croissance des activités illicites, les modes d’insertion internationale des économies pauvres et émergentes. De fait, peut-être par incapacité, les centres du pouvoir politique – la Présidence au Sénégal et le Makhzen14 au Maroc – tolèrent l’informel et l’illicite15. Les trajectoires productives et commerciales des deux pays se construisent sur cette réalité en pratiquant la dissidence économique et en s’accommodant du contrôle sociopolitique (B. Hibou, 1996). L’économie et le politique restent imbriqués16 dans une interdépendance facilitée par le maintien de pratiques rentières et de rapports clientélistes. Nous sommes conduits à nous demander si la faiblesse institutionnelle de l’État et le rapport dialectique qu’elle entretient avec la société et l’économie, n’hypothèquent pas la possibilité d’un développement productif, fût-il d’échelle locale et à base territoriale. Plus modérément, dans ces conditions institutionnelles de déploiement des activités économiques, la remarque formulée, il y a plus de quinze ans, par G. Courade (1990) demeure d’actualité : « L’Afrique a encore à faire pour que sa débrouillardise se transforme en miracle économique italien ».

3. Pourtant, une intense production territoriale

20Même si l’on trouve dans ces économies, en développement pour l’une et émergente pour l’autre, des traces de « territoires productifs » qui suggèrent la possibilité, pour ces pays, d’adosser leur développement industriel à la mobilisation de ressources locales, plus fréquentes sont les dynamiques territoriales et essentiellement urbaines qui, pour être significatives, ne s’accompagnent pas d’une dynamique productive que l’on pourrait qualifier, elle aussi, de significative (Y.-A. Fauré et P. Labazée, 2005). S’il existe de la production dans des territoires en pleine recomposition, les territoires productifs sont beaucoup plus rares. En revanche, les exemples de territoires ne manquent pas au Sénégal, caractérisant une société en pleine transformation sous l’effet, non seulement des migrations internationales qui constituent aujourd’hui une source essentielle de revenus, mais aussi de puissantes forces de structuration sociale, d’un processus relativement ancien de décentralisation ou encore, depuis peu, de la volonté étatique de tenir à nouveau son rang. Deux exemples seront ici proposés de configurations territorialisantes incontestables, que l’on ne peut nullement qualifier de « territoires productifs », mais qui posent question quant à l’éventuelle émergence de ceux-ci.

21L’exemple le plus significatif de territorialisation à l’œuvre au Sénégal est, certainement, celui de la confrérie mouride. Il s’agit d’une école de pensée musulmane, cristallisée et développée autour de la personnalité charismatique du cheikh Ahmadou Bamba. Son originalité réside dans le fait qu’elle ne relève pas de la sphère officielle mais d’une conscience d’appartenance, de l’ordre du religieux et du social, et fortement spatialisée. Elle a pris corps tout au long d’un processus complexe de résistance / collaboration / tentatives de récupération, engageant le pouvoir colonial. Mais elle était alors issue d’un vide à combler, consécutif à l’effondrement du royaume du Cayor du fait de l’intrusion coloniale. La confrérie mouride a donc constitué une réponse de la société wolof à la déstructuration politique et morale, et donc un cadre de substitution à une grave crise.

22Au centre de la structuration sociale mouride, est la relation marabout-taalibe, entre le guide spirituel et le disciple. La force du mouridisme réside dans la soumission totale du disciple au maître à qui il doit travail et obéissance, et dont il reçoit bénédiction et protection. C’est dans la daara, fondation religieuse et agricole qui a été l’instrument du peuplement mouride en progression vers l’est et les Terres Neuves, que cette relation s’est le mieux concrétisée et territorialisée. L’arachide produite par les daara a assuré longtemps l’essentiel des revenus de la confrérie, le khalife général restant, aujourd’hui encore, le premier producteur de cette plante du Sénégal.

23La relation fondamentale entre le marabout et le disciple se double de l’institution khalifale dont les représentants, nécessairement issus des familles maraboutiques, sont les successeurs du fondateur, qu’ils soient khalife général de la confrérie ou khalifes de quartier, le quartier étant lui-même fondé par un lignage matrilinéaire. La fonction khalifale bénéficie d’une triple légitimité, religieuse, traditionnelle et gestionnaire et, en définitive, symbolique. Elle assure l’unité du groupe au plus haut niveau de la confrérie.

24Cette unité des Mourides trouve, aujourd’hui, son ancrage majeur dans la ville de Touba, leur véritable capitale. En devenant la deuxième ville du pays, cet ancien village des années 1950 constitue l’instrument de la remobilisation des Mourides. À l’heure de la mondialisation et de l’affirmation de nouvelles ressources, Touba est le repère symbolique de la confrérie, avec sa grande mosquée et son haut minaret (Lamp Fall), le mausolée du fondateur et le cimetière saint. Toutefois, en tant que point d’unicité de tous les Mourides, cette ville n’exprime qu’une des deux logiques de la confrérie, l’autre étant sa dissémination à l’échelle de ses pratiques migratoires. À travers les dahira (associations regroupant les Mourides), les voyages des marabouts, les offrandes et l’incessante circulation de la mémoire, la confrérie a appris à territorialiser dans d’autres cadres et à assurer les indispensables échanges entre les périphéries incertaines de la migration et le centre toubien où l’on investit.

25Le cas de la ville de Thiès, située à 70 km du centre de Dakar et à 30 km d’une presqu’île du cap Vert désormais très urbanisée, est caractéristique des dynamiques et de l’incomplétude de la territorialisation au Sénégal. Au départ, le fait est banal pour l’Afrique : la décision, prise en 2004, de célébrer, chaque année, les fêtes de l’indépendance dans une ville différente, le choix de Thiès (adopté sur des critères politiques) pour être la première ville sélectionnée et des investissements importants pour la préparer à cet événement. À cette époque, le Premier ministre était Idrissa Seck, par ailleurs maire de Thiès, et l’État était désireux de s’affirmer en aménageant des villes largement abandonnées à la fièvre immobilière des Sénégalais émigrés à l’étranger, depuis la dévaluation du franc CFA (1994).

  • 17 On évoque la somme de 46 milliards de francs Cfa.

26L’originalité de l’exemple thièssois réside d’abord dans le caractère massif des investissements publics réalisés bien au-delà des nécessités de la fête17. Une véritable restructuration urbaine a été entreprise : réseaux viaires, réseaux d’assainissement, création d’une rocade au large de la ville, agrandissement et réaménagement des espaces centraux, réhabilitation d’équipements de toutes sortes, etc., autant d’actions visant une reprise en main de l’urbanisation par l’État. La petite histoire retiendra le conflit qui en résulta entre un Premier ministre auréolé de trop de réussite et un chef d’État sans doute dépité par la lenteur avec laquelle ses propres grands travaux étaient réalisés : en dernière minute, les fêtes de l’indépendance à Dakar furent reportées, et le collaborateur présomptueux, limogé. Il n’en reste pas moins que le réaménagement de Thiès a bien eu lieu. En dépit d’une fièvre d’activités pendant la période des chantiers vite retombée avec leur arrêt brutal, un tel réaménagement risque peu de devenir un “éléphant blanc” en raison de la proximité de Dakar. Que cela ait été pensé ou non, les grands travaux de Thiès coïncident avec un moment décisif de la métropolisation au Sénégal, c’est-à-dire d’un double processus de concentration des personnes et des activités en rapport avec la mondialisation, et de déploiement de la ville dans un espace local élargi. En tant que principal relais du monde au Sénégal, Dakar est la ville la plus affectée par cette métamorphose, particulièrement sensible le long de l’unique axe routier qui sort de la presqu’île du cap Vert et des deux branches qui divergent à partir de Diamniadio (au kilomètre 40), localité en pleine expansion, justement choisie par l’État comme « territoire de projets ». Thiès n’est pas loin et la ville restructurée ne peut que devenir un noyau majeur de l’auréole métropolitaine de Dakar. Dans le contexte sénégalais, l’investissement immobilier privé pourrait suivre et, pour la première fois, l’État a accompagné voire précédé le mouvement.

27Pour autant, Thiès est-elle un territoire ? Si les lois de décentralisation ont donné des pouvoirs accrus aux communes urbaines, l’État conserve une forte prégnance. La restructuration de cette ville n’aurait pas été possible sans la double casquette du maire ; on sait par ailleurs que la très grande majorité des responsables des collectivités territoriales habitent Dakar. Le montage qui a permis les opérations urbaines de Thiès ne peut s’expliquer sans l’intervention de l’État : le budget initial et son abondement par la mobilisation de tous les crédits étatiques prévus pour la ville, la liberté prise avec les procédures d’appel d’offres, la caution morale permettant le pré-financement par les entreprises, l’implication des services techniques centraux (plus que des services techniques déconcentrés), etc. La Zone d’aménagement concerté (Zac), une des plus importantes du pays, en est un signe, car concertant essentiellement des institutions. Rien, non plus, ne pourrait être expliqué sans le tissage de liens à l’échelle locale. Le maire a sans doute largement mobilisé ses fonctions étatiques, mais c’est bien en tant que responsable local qu’il a donné un sens aux grands travaux, trouvant intérêt à coordonner des services éclatés, à abonder le budget initial, à convaincre les entreprises d’accepter les retards de paiement. La Zac elle-même est loin d’être une simple excroissance étatique : donnant aux coopératives d’habitat (et donc aux salariés) la possibilité de disposer de terres à bâtir et accordant, pour la première fois, cette possibilité aux commerçants de la ville, elle ouvre de nouveaux espaces à la société urbaine. C’est aussi vis-à-vis de l’extérieur que l’hypothèse de la territorialisation prend corps : à preuve, les critiques des autres communes urbaines de la région de Thiès, accusant la ville chef-lieu de s’être accaparé l’événement et la manne, ou bien le sentiment de mépris ressenti par la communauté rurale voisine de Fandène qui, une fois de plus, a perdu des terres dans l’opération de la Zac. En même temps que celui d’une collectivité territoriale, le territoire est ici celui d’une société urbaine qui nie les communautés rurales (enracinées) voisines et en repousse les limites, à la faveur de besoins que l’on pourrait qualifier de métropolitains (au sens défini plus haut). Thiès est aussi un territoire politique dont les grands travaux contribuent à doter son maire et ex-Premier ministre des symboles et capitaux associés à la fonction présidentielle.

28Ces exemples, parmi beaucoup d’autres, montrent l’intense production de territoire à l’œuvre au Sénégal. Il s’agit bien de coordinations d’acteurs qui prennent corps avec un projet et avec un espace. Ce processus interactif sans fin est d’ordre, à la fois, social, politique et culturel. L’économique n’en est pas absent, avec la production d’arachide, la contrebande, le commerce et la captation de l’argent de la migration internationale dans le cas du financement de Touba, ou bien le remodelage de Thiès comme facteur possible de meilleur fonctionnement de l’économie urbaine et métropolitaine. Mais la production n’apparaît pas comme une finalité en soi. À Touba, l’accumulation d’un capital symbolique polarise les collectifs. L’investissement immobilier privé qui participe, en partie, de cette idéologie de construction de la ville sainte, permet également une rentabilisation économique plus efficace que le développement d’activités productives. À Thiès, la finalité économique n’est jamais exprimée, comme si « faire la ville » polarisait les dynamiques et entretenait l’émulation des acteurs, étatiques… et religieux. Il n’y a pas de mise en place de territoires productifs au Sénégal. Mais cette mise en place est-elle bloquée ou, de manière plus subtile, incomplète et inachevée ?

Conclusion. Pour une approche de la métamorphose des territoires

29Les territoires sénégalais n’ont-ils pour autant rien à voir avec les territoires productifs ? En d’autres termes, les configurations territorialisantes décrites dans le cas du Sénégal et qui trouveraient d’aussi belles applications au Maroc, sont-elles sans lien avec les territoires productifs ? Envisager le territoire comme un faisceau de tensions entre des acteurs et leurs espaces, autrement dit comme un processus de très long terme, permet de fonder l’idée d’une construction, et donc d’une possible métamorphose des territoires. Du territoire au territoire productif, quels sont les signes de cette métamorphose ? Le cheminement proposé dans cette série de questions revient à inverser la problématique qui, le plus souvent dans les travaux sur le développement territorial, relie le territoire à la production. La question n’est plus seulement celle de la territorialisation des dynamiques productives, celle des politiques et cadres d’actions publiques créant des conditions favorables à l’émergence des territoires productifs, mais celle de l’émergence du territoire productif dans le territoire lui-même.

30L’expression « faire territoire » sous-entend l’existence d’un “ciment” politique qui suppose, bien sûr, une habile gestion et l’existence d’un projet. Mais une telle configuration ne pourrait assurer la continuité du processus sur le temps long. Le sentiment d’appartenance en est un élément indispensable. Il est issu de valeurs partagées qu’il contribue à élaborer. Il rend légitime l’existence d’un pouvoir et d’une organisation au sein du groupe, ce pouvoir et cette structuration contribuant également à l’élaboration de valeurs partagées. L’interaction entre une gestion et un sentiment d’appartenance produit de la spécificité. Chaque territoire est unique, se veut unique, et le montre : l’image qu’il donne de lui le fait savoir et, en retour, contribue à sa propre construction. Ce processus est fortement engagé au Sénégal. S’il est évident à Touba qui se veut sainte, il n’est pas absent de Thiès, mélange de fierté et de sentiment d’injustice par rapport au pouvoir central. La spécification économique, déjà sensible chez les Mourides, par exemple à travers l’ardeur au travail dans les champs du marabout ou la mobilisation de l’argent au sein des dahira-s, est un élément d’une spécification du territoire qui a su dépasser le seul jeu (politicien) des acteurs pour devenir un fait social total.

31Mais au-delà du « faire territoire », que suppose le territoire productif ? L’enjeu est plus exigeant. Il impose la mobilisation des ressources, non seulement comme mécanisme social capable d’articuler des acteurs, mais dans une finalité de production. Cette question de la destination des ressources suppose une véritable révolution de la part de la société concernée. Dans les sociétés traditionnelles, « faire société » ou « faire territoire » – le territoire étant alors un outil permettant de rassembler les membres d’un groupe et de leur donner des moyens d’existence –, consiste à transformer des ressources, en un capital social ou en un capital symbolique apte à souder le groupe. L’exemple le plus spectaculaire est le potlatch, véritable consumation des richesses économiques en vue de rassembler, autour d’un consumateur, un immense prestige social. La deuxième étape de la mise en œuvre d’un territoire productif n’est donc pas tant la constitution d’un capital économique – qui a toujours existé – que l’utilisation de ce capital économique dans un objectif de production. La révolution, de nature sociale, consiste en l’acceptation d’inégalités cumulatives au sein de la société, l’enrichissement d’un des membres – inévitable dès lors qu’il y a des surplus – n’étant plus régulé par une fonction sociale de redistribution. Si l’analyse semble s’appliquer, de façon plus nette, au cas de Touba, elle n’est pas sans intéresser Thiès. Les aménagements urbains qui affirment la dignité de la ville, sont tout à fait susceptibles de devenir attractifs pour l’entreprise, au moment même où Dakar entame un spectaculaire processus d’étalement urbain, caractérisé notamment par la recherche de terrains propices au développement économique.

32Penser l’investissement productif comme une bifurcation au sein d’un tout social, c’est poser la question : « Quand et pourquoi l’investissement peut-il devenir productif ? ». Les acteurs doivent y trouver intérêt. Mais cet intérêt se décline à plusieurs échelles : non seulement l’individu en mesure d’investir doit y trouver intérêt, préférant la production au commerce ou à l’immobilier, mais l’individu vivant au sein de sa société (famille, famille élargie, clan, nation, etc.) doit composer avec elle en fonction des contraintes, blocages, stimulations, valeurs, et des choix qu’il doit faire. Cependant, en quoi cette question sociale engage-t-elle le territoire ? Tout d’abord parce que l’activité productive a nécessairement besoin d’une localisation. En outre, parce que le territoire, en plus d’être un construit social, est un construit politique. Dans ce double processus, la société transcrit sur l’espace ses modes d’organisation. Le territoire est ainsi un témoin essentiel des agencements qu’une société met en œuvre dans ses propres régulations. Le foncier en est un des meilleurs exemples. Au Sénégal, comme de manière générale en Afrique sud-saharienne, les droits réels que le colonisateur a mis en place restent fortement contestés par des droits personnels enchevêtrés. La loi sur le domaine national (1964), quoique voulant résoudre cette complexité dans des dispositions d’inspiration négro-africaine, n’a pas mis fin aux enchevêtrements. Or, tandis que l’État peine à s’affirmer sur ce plan essentiel, l’exemple de Touba est instructif. Là, la légitimité du khalife général lui réserve le monopole de la régulation foncière sur les coutumiers et même sur l’État, en accord avec ce dernier. Le khalife général réussit là ce que l’État – colonial puis sénégalais – revendique avec force depuis toujours et qu’il n’a jamais pu atteindre : la maîtrise foncière. Cet exemple joue comme modèle. Dans son projet de réalisation d’une nouvelle capitale, le président Wade a recherché un secteur faiblement revendiqué par les chefs coutumiers et est manifestement séduit par la “réussite” mouride de Touba. La sécurité foncière, tant recherchée par les investisseurs, est sans doute, avant tout, le fruit d’une régulation sociale efficace qui trouve son expression la plus nette dans une gestion du sol incontestée.

33La notion de « territoire productif » ne peut être isolée des nombreuses réflexions menées dans divers courants de pensée sur le concept de « territoire », tous deux étant intéressés à la façon dont une société parvient à transcrire sur l’espace ses manières de s’organiser et ses valeurs. Elle ne prend sens que dans ce cadre plus vaste, ne serait-ce que parce qu’il existe des territoires avant les territoires productifs et que l’approche des dynamiques qui sous-tendent les premiers, est susceptible d’apporter quelque chose à la compréhension des seconds. La question des mutations permettant l’émergence des territoires productifs pose alors celle des territoires. Le questionnement est particulièrement prégnant dans le cas des pays du Sud qui, souvent structurés par de fortes logiques sociales, doivent s’adapter à de tout autres contraintes et manières de faire pour développer leur production.

Bibliographie

Bibliographie

Abdelmalki Lahsen et Courlet Claude, 1996, Les nouvelles logiques du développement, Paris, L’Harmattan, 415 p.

Antheaume Benoît et Giraut Frédéric (dir.), 2005, Le territoire est mort, vive les territoires ! Une (re)fabrication du développement au nom du développement, Paris, Ird Éditions, 384 p.

Bagnasco Arnaldo et Trigilia Carlo, 1988, La construction sociale du marché. Le défi de la troisième Italie, Paris, Éditions de l’École normale supérieure de Cachan, 284 p. [rééd. en 1993].

Bailly Antoine, Ferras Robert et Pumain Denise (dir.), 1995, Encyclopédie de la géographie, Paris, Économica, 1167 p.

Barbier Jean-Paul, 2006, L’intermédiation sur le marché du travail dans les pays du Maghreb.Étude comparative Algérie, Maroc, Tunisie, Genève, BIT, 122 p.

Benko Georges, 1995, « Les théories du développement local », in Philippe Cabin (dir.), « Développement local, quels modèles ? », Sciences humaines, hors série n° 8, février-mars, 35-40.

Benko Georges et Lipietz Alain, 2000, « Géographie économique ou économie géographique ? », in Georges Benko, Alain Lipietz, Christina Cacérès-Dutertre (dir.), La richesse des régions : la nouvelle géographie socio-économique, Paris, PUF, 9-29.

Benko Georges et Lipietz Alain (dir.), 2000, La richesse des régions : la nouvelle géographie socio-économique, Paris, PUF, 564 p.

Bourdin Alain, 2000, « Appartenance et territoires : vers le triomphe de l’entre-soi », in Alain Bourdin, Jacques Lévy et Serge Watcher (dir.), Repenser le territoire. Un dictionnaire critique, Paris, Éditions de l’Aube : Datar, 171-197.

Brunet Roger, 1990, Le territoire dans les turbulences, Montpellier, GIP Reclus, 223 p.

Brunet Roger, Ferras Robert et Théry Hervé, 1992, Les mots de la géographie. Dictionnaire critique, Montpellier : Paris, Gip Reclus : La documentation française, 518 p.

Courade Georges, 1990, « Peut-il y avoir des politiques d’autosuffisance alimentaire ? », in « L’Afrique autrement », Politique africaine, vol. 39, n° spécial dixième anniversaire, décembre, Paris, Karthala, 79-97.

Courlet Claude, 2004, « Les expériences de développement local et la valorisation des savoir-faire locaux. L’exemple marocain et les enseignements pour la coopération euroméditerranéenne », in Malika Hattab-Christmann (dir.), « Les systèmes productifs locaux : une nouvelle logique de développement pour le Maroc ? », Critique économique, n° 14, automne, Rabat, 29-54.

Courlet Claude et Hollard Michel, 2004, « Nouveaux modes de gouvernance et SPL au Maroc », in Améziane Ferguene (dir.), Gouvernance locale et développement territorial : le cas des pays du Sud, Paris, L’Harmattan, 307-324.

Datar, 1999, Les systèmes productifs locaux : des modes spécifiques de développement économique territorial en France, actes du colloque SPL, Toulouse-Labège, 21 juin 1999, Paris, Datar, 79p.

Debarbieux Bernard, 2003, « Territoire », in Jacques Lévy et Michel Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 910-912.

Di Méo Guy, 2001, Géographie sociale et territoires, 2e éd., Paris, Nathan, 318 p.

Dubresson Alain et Jaglin Sylvy, 2005, « Gouvernance, régulation et territorialisation des espaces urbanisés. Approches et méthodes », in Benoît Antheaume et Frédéric Giraut (dir.), Le territoire est mort, vive les territoires ! Une (re)fabrication du développement au nom du développement, Paris, Ird Éditions, 337-352.

Fauré Yves-André et Labazée Pascal, 2005, « Les territoires productifs des agglomérations de PME dans les Sud-s : modèles et problèmes », in Benoît Antheaume et Frédéric Giraut (dir.), Le territoire est mort, vive les territoires ! Une (re)fabrication du développement au nom du développement, Paris, Ird Éditions, 269-294.

Fauré Yves-André, Kennedy Loraine et Labazée Pascal, 2005, Productions locales et marché mondial dans les pays émergents (Brésil, Inde, Mexique), Paris, Karthala : Ird, 323 p.

Fejjal Ali et Guerraoui Driss, 1988, « L’industrialisation de l’artisanat à Fès », in « Histoires de développement », Cahiers de l’IES de Lyon, n° 4, 4e trim., 6-8.

Ferguene Améziane (dir.), 2004, Gouvernance locale et développement territorial : le cas des pays du Sud, Paris, L’Harmattan.

Fonds monétaire international, 2003, World Economic Outlook. Public Debt in Emerging Markets, septembre, Washington DC, FMI, 243 p.

Garofoli Gioacchino, 2002, “Local development in Europe: theoretical models and international comparisons”, European Urban and Regional Studies, vol. 9, n° 3, 225-239.

Gaye Cheikh, 2005, Les Grands Travaux de Thiès, mémoire de maîtrise en géographie, Strasbourg, Université Louis Pasteur, 77 p.

Gilly Jean-Pierre et Pecqueur Bernard, 1995, « Régulation et territoire », in Robert Boyer et Yves Saillard (dir.), Théorie de la régulation : état des savoirs, Paris, La Découverte, 304-312.

Hattab-Christmann Malika (dir.), 2004, « Les systèmes productifs locaux : une nouvelle logique de développement pour le Maroc ? », Critique économique, vol. 14, automne, Rabat, 156 p.

Hibou Béatrice, 1996, « Les enjeux de l’ouverture au Maroc. Dissidences économiques et contrôle politique », Études du Ceri, n° 15, Paris, Institut d’études politiques, Ceri, 42 p.

Krugman Paul R., 1991, « Increasing returns and economic geography », Journal of Political Economy, vol. 99, n° 3, 483-499.

Lahlou Mehdi, 2005, Le secteur textile-habillement au Maroc : situation économique et réalités sociales, rapport multigraphié, 18 p.

Le Berre Maryvonne, 1995, « Territoires », in Antoine Bailly, Robert Ferras et Denise Pumain (dir.), Encyclopédie de la géographie, Paris, Économica, 601-622.

Lévy Jacques et Lussault Michel, 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 1034 p.

Markusen Ann, 2000, « Des lieux-aimants dans un espace mouvant : une typologie des districts industriels », in Georges Benko et Alain Lipietz (dir.), La richesse des régions : la nouvelle géographie socio-économique, Paris, PUF, 85-119.

Marshall Alfred 1920, Principles of Economics 8e éd, Londres, McMillan.

Mef/Dps, 2000, Situation économique et sociale du Sénégal, Dakar, Éditions 1999, 273 p.

Nadvi Khalid et Schmitz Hubert (eds), 1999, “Industrial clusters in developping countries”, World Development, vol. 27, n° 9, septembre, Oxford, Pergamon Press, 1503-1734.

Pecqueur Bernard, 1993, « Territoire, territorialité et développement », in Industries et territoires : les systèmes productifs localisés, actes du colloque de Grenoble (octobre 1992), Grenoble, Irepd, 71-88.

Pecqueur Bernard, 2005, « Le développement territorial : une nouvelle approche des processus de développement pour les économies du Sud », in Benoît Antheaume et Frédéric Giraut (dir.), 2005, Le territoire est mort, vive les territoires ! Une (re)fabrication du développement au nom du développement, Paris, Ird Éditions, 295-316.

Russo Fabio et Bricki Nouria, 2003, L’artisanat au Maroc un gisement inexploité. Projet de développement des systèmes productifs locaux de la marqueterie à Essaouira et de la poterie à Saoua, Vienne, Centre international de Vienne, Onudi, 24 p.

Samson Ivan, 2004, « Territoire et système économique », in Malika Hattab-Christmann (dir.), « Les systèmes productifs locaux : une nouvelle logique de développement pour le Maroc ? », Critique économique, n° 14, automne, Rabat, 129-153.

Schmitz Hubert, 1997, “Collective efficiency and increasing returns”, IDS Working Paper, n° 50, Brighton, University of Sussex, Institute of Development Studies.

Scott Allen J., 2005, « Les moteurs régionaux de l’économie mondiale », Géographie, économie, société, n° 7, Paris, Alternatives économiques : Elsevier, 231-253.

Steck Jean-Fabien, 2003, Territoires de l’informel : les petites activités de rue, le politique et la ville à Abidjan, thèse de doctorat en géographie, Paris, Université de Paris X-Nanterre, 475 p.

Zimmermann Jean-Benoît (dir.), 1998, Construction territoriale et dynamiques productives, Convention d’étude n° 18/1997, Paris, Commissariat général du Plan.

Notes

1 On songe aux analyses d’A.-J. Scott (2005, 237) sur les transformations de l’économie mondiale pour qui la région industrielle fait référence à « des complexes localisés définis de l’activité économique et sociale inscrits durablement dans le paysage ».

2 Cf. entres autres : L. Abdelmaki et C. Courlet, 1996 ; B. Pecqueur 1993 ; G. Garofoli, 2002 ; G. Benko et A. Lipietz (dir.), 2000 ; G. Benko, 1995.

3 L’émergence réfère à une situation de changement rapide relevant a priori d’un dépassement des situations antérieures aux plans financier, productif, politique et/ou social. Pour autant la catégorie “pays émergent” n’est pas stabilisée, que l’on se place d’un strict point de vue analytique ou que l’on se reporte aux catégories opératoires des institutions de financement et/ou de développement. Comme l’indique sans exclusive Y.-A. Fauré, L. Kennedy et P. Labazée (2005, 8), elle renvoie, dans une perspective évolutionniste allant du sous-développement à l’émergence capitaliste, à une plus grande intégration productive et financière des économies. La liste des pays considérés varie suivant le degré retenu et selon qu’on s’intéresse plus particulièrement aux marchés financiers, à la croissance économique, à l’attractivité du territoire national en termes d’investissements directs étrangers, à la taille des marchés intérieurs, à la capacité exportatrice du pays, au degré d’ouverture, etc. Par exemple, le Fonds monétaire international retient comme critère l’accès aux marchés financiers internationaux et établit sa liste à partir des pays formant l’Emerging Bond Market Index (Embi) auxquels s’ajoutent le Costa Rica, l’Indonésie, l’Inde, Israël et la Jordanie (Fmi 2003). Dans un autre registre, celui de l’aide publique au développement, le ministère français des Affaires étrangères dresse, chaque année, une liste de pays éligibles à la Réserve des pays émergents (Rpe). En 2000, en plus de sept pays d’Amérique latine, il s’agit de la Chine, l’Inde, l’Indonésie, les Philippines, la Thaïlande, le Kazakhstan, l’Azerbaïdjan, la Turquie, l’Égypte, la Tunisie, le Maroc, l’Afrique du Sud, le Vietnam et l’Algérie.

4 Au sens que lui donnent G. Benko et A. Lipietz (2000).

5 Critique qui sera prolongée à l’endroit de l’économie géographique de P.R. Krugman (1991).

6 En 2000, sur les dix-neuf entreprises éligibles à la privatisation, seule Air Sénégal avait achevé le processus.

7 La réelle et très récente percée de Dakar dans le domaine des centres d’appels se présente comme une fragile exception à ce constat. En 2005, quatre établissements employaient plus de 1 000 personnes révélant quelques uns des atouts de la capitale sur un marché concurrentiel, ouvert à des délocalisations / relocalisations à la suite d’innovations technologiques (voix sur Ip) ayant entraîné une forte baisse du coût des appels internationaux (infrastructures de télécommunications avancées et de qualité par rapport au reste de l’Afrique, proximités linguistiques, appui des pouvoirs publics).

8 Voir les travaux de C. Courlet et M. Hollard, 2004 ; M. Hattab-Christmann, 2004.

9 Formellement, il s’agit d’une organisation à petite échelle géographique où les liens entre entreprises sont forts avec concurrence-émulation et collaboration informelle. La particularité des Spl, comme pour les clusters et les districts, repose sur une symbiose de structures économiques, sociales, culturelles et institutionnelles. Il est cimenté par les traditions locales, la confiance entre les acteurs qui valorisent un savoir-faire collectif donnant ainsi une spécificité au territoire.

10 Par exemple, l’Onudi sous financement du ministère italien des Affaires étrangères, a lancé un projet d’appui à trois SPL dans le cadre de la mise en œuvre du Programme intégré pour l’amélioration de la compétitivité du secteur industriel. Le projet s’inspire de l’expérience italienne des Districts industriels et se base sur la promotion de réseaux d’entreprises, y compris de réseaux d’échanges internationaux. Plus significatif, le Programme de développement du secteur privé adossé aux mesures d’ajustement, initié par la Banque mondiale en 1995 et connu sous l’appellation « Le Maroc compétitif » vient d’adopter une nouvelle démarche reposant sur le concept de clusters.

11 Ce Plan établi par le cabinet Mc Kinsey fonde la stratégie de croissance et de développement du Maroc pour les dix années à venir. Il fixe les lignes directrices d’une nouvelle stratégie industrielle reprise par le ministère de tutelle, celui de l’Industrie, du Commerce et de la Mise à niveau de l’économie.

12 On songe aux projets phare de Casa-Shore, la première zone offshoring en voie de construction, à la technopole de Nouaceur dédiée à l’aéronautique, au projet Tanger-Med autour du futur port de Tanger et aux sites prévus pour accueillir des activités des secteurs de l’automobile et de l’électronique ou, encore, à l’espace Technopolis à Salé près de Rabat qui cherche à se positionner sur les nanotechnologies.

13 Dans un rapport récent, le Bit constate l’extension patente de l’emploi informel dans les trois pays du Maghreb (J.-P. Barbier, 2006, 43). En Algérie, il serait passé de 25 % à 47 % de la population occupée entre 1985 et 1997. Au Maroc, il représenterait la moitié des emplois occupés en 1999 et un tiers en Tunisie. L’emploi informel totaliserait 40 % à 50 % de l’emploi non agricole au Maghreb.

14 Sans pouvoir ici entrer dans une véritable définition du Makhzen, il désigne pour le Maroc un mode de gouvernement associé au pouvoir de la maison royale.

15 Au-delà des activités informelles, on songe à la contrebande, à la production de contrefaçons, mais aussi aux activités narcotiques avec, pour le Maroc, l’importance de la région du Rif constituée en plusieurs territoires de production de haschisch amenant le Maroc au rang de premier exportateur mondial.

16 Le roi reste, à travers l’Ona et ses filiales (premier groupe d’affaires dans le pays), le premier investisseur et le premier exportateur du pays.

17 On évoque la somme de 46 milliards de francs Cfa.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable