Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires productifs en question(s)

 | 
Mihoub Mezouaghi

Les territoires productifs en question(s). Transformations occidentales et situations maghrébines

Investissement direct étranger et concentration industrielle

Le cas de la Tunisie

Zouhour Karray et Slim Driss

Texte intégral

1Depuis la fin de l’époque coloniale (1956), le contraste se creuse entre la capitale tunisienne et le reste du pays, en termes de population et d’activités. Tunis concentrait à cette époque 70 % à 75 % des emplois industriels et près des trois quarts des entreprises industrielles de plus de cinquante salariés (A. Métral, 2003). Différentes politiques menées depuis la décennie 1960 (création et renforcement des pôles de développement, industrialisation tirée par l’initiative privée, etc.) ont permis d’atténuer ce contraste qui cède peu à peu la place à une nouvelle configuration : un littoral industrialisé et peuplé et un “intérieur” délaissé.

2Ce déséquilibre structurel entre régions littorales et régions dites de l’Intérieur s’explique en grande partie par une concentration de l’investissement privé et public, dans les premières. Leur attractivité s’explique par plusieurs facteurs : présence d’une infrastructure publique moderne et d’une infrastructure sociale et culturelle, taille des régions, densité démographique régionale élevée, existence d’un réseau urbain fort et fonctionnel. De plus, le développement de certaines d’entre elles trouve son origine dans un potentiel local (savoir-faire traditionnel, dynamisme endogène, combinaisons productives originales, etc.) qui a déclenché le développement endogène de ces régions littorales. Leur développement économique s’est accompagné d’un processus de spécialisation régionale (textile au Sahel, cuir et chaussures dans le cap Bon et à Bizerte, électronique dans le Grand Tunis, etc.) qui a conduit à la concentration industrielle de certaines activités. Or, cette spécialisation ne renvoie pas nécessairement à des ressources naturelles régionales.

3Parallèlement à ce mouvement, la loi n° 7238 du 27 avril 1972, basée sur la promotion des exportations, a constitué un tournant majeur de la politique économique. En effet, cette loi crée, pour les industries exportatrices, un cadre extrêmement favorable. Cette stratégie d’industrialisation tirée par l’exportation vient compléter celle qui était basée sur le marché intérieur. Plusieurs arguments sont venus la justifier : faible taille du marché local, concurrence des produits importés, faiblesse du pouvoir d’achat, dette internationale, etc. Vingt ans plus tard, cette orientation était renforcée par l’ouverture au capital étranger : le code unique des investissements (loi du 27 décembre 1993) offrait aux entreprises étrangères désirant s’installer en Tunisie des incitations fiscales, la possibilité de rapatrier leurs bénéfices, celle de recrutement des cadres étrangers, etc. De plus, l’accord de libre échange avec l’Union européenne a facilité les mouvements de capitaux vers la Tunisie.

  • 1 Toutes les statistiques présentées et utilisées dans le cadre de ce travail ont été fournies par l (...)
  • 2 Passant de 305,1 millions de dinars tunisiens en 1995 à 1 015,7 millions en 2005.

4Plusieurs séries statistiques mettent en évidence la croissance des Investissements directs étrangers (Ide)1. En effet, leurs flux ont plus que triplé entre 1995 et 20052. Bien qu’en forte hausse par rapport au début des années 1990, le montant actuel des flux d’entrée d’Ide est jugé par les autorités nationales comme étant largement en deçà des potentialités et des objectifs du pays. La Tunisie (et plus largement le Maghreb) en tirent profit, bien que de façon marginale, puisqu’en 2004, les flux d’entrée d’Ide en Tunisie ont augmenté de 9,4 % par rapport à l’année 2003, alors que ceux destinés à l’ensemble des pays en voie de développement ont progressé de 47,4 %. À cet effet, on parle souvent du « paradoxe de l’attractivité tunisienne » pour désigner l’écart entre, d’une part, l’effort de promotion, son ancienneté et son renforcement et, d’autre part, le montant des flux reçus (F. Abbate, 2002).

5Les flux d’Ide (hors énergie) reçus par la Tunisie concernent essentiellement les industries manufacturières : soit, en 2004, près de 40 % d’entre eux. Dans ce secteur, ils se traduisent, d’une part, par le rachat d’unités industrielles par de puissants groupes étrangers et, d’autre part, par la création d’activités nouvelles qui se confondent souvent avec les industries dites exportatrices. En effet, en Tunisie, les Ide sont essentiellement de nature verticale, c’est-à-dire réexportant les produits vers l’étranger. Ces Ide étant surtout intéressés par des avantages en termes de coûts de production, le marché local ne constitue donc pas une incitation à investir pour l’entreprise étrangère.

  • 3 L’annexe 1 précise la classification des régions et la nomenclature des activités.

6La répartition géographique des Ide présente certes un intérêt, mais peut contribuer au développement inégal des régions. Il ne s’agit pas seulement de leur agglomération spatiale dans les régions littorales au détriment des régions intérieures, mais aussi, et en particulier, de leur concentration dans un même secteur d’activité, en un même lieu (annexe 1)3. On constate que, pour certains secteurs, le stock d’Ide est inégalement réparti entre les régions de la Tunisie. À titre d’exemple, plus de la moitié du stock d’Ide du secteur « textile et habillement » est localisé dans le Centre-Est. De même, près de 75 % du stock d’Ide en cuir et chaussures sont localisés dans la région Nord-Est (plus particulièrement à Nabeul et Bizerte) (annexe 2).

7Cette inégale répartition des activités industrielles entre les régions soulève plusieurs questions : dans quelles mesures les Ide contribuent-ils à la concentration géographique des activités de certains secteurs, et au profit de quelles zones s’effectue-t-elle ? dans quelle mesure les Ide adoptent-ils le même schéma de localisation ? enfin, existerait-il un phénomène de spécialisation au niveau local ? C’est à ces questions que nous tenterons de répondre dans cet article.

8L’exemple des Ide nous permet d’envisager l’agglomération et la concentration des activités sur un espace donné autrement qu’en termes de dotation initiale en facteurs de production. La « nouvelle géographie économique », dont P. R. Krugman (1991a) est le principal représentant, permet de penser la spécialisation hors du carcan de la “parfaite” concurrence et des rendements constants. Plusieurs travaux en géographie économique permettent d’expliquer ces phénomènes en mettant en évidence le rôle des forces centripètes et centrifuges.

9Dans ce cadre, l’article propose d’analyser dans quelle mesure les Ide et, par voie de conséquence, l’implantation des entreprises étrangères contribuent à la formation des zones de concentration industrielle. La plupart des travaux sur les déterminants de la localisation des Ide privilégient un seul niveau géographique d’observation, en général le pays. Or, les déterminants de la localisation ne sont pas les mêmes au niveau national et au niveau infra-national. Nous chercherons donc à mettre en perspective les deux niveaux d’analyse. La décision de localisation d’une entreprise multinationale peut être appréhendée comme une séquence de choix géographique à deux étapes : l’entreprise choisit d’abord un pays puis une région à l’intérieur de ce pays (T. Mayer et J.-L. Mucchielli, 1999).

10Ainsi, l’article sera organisé comme suit. La première section analyse les déterminants du choix de localisation en mettant en perspective les facteurs d’attractivité d’un territoire, première étape du choix de localisation. La deuxième section tente de cerner les déterminants du choix de la région. La concentration des Ide résulte à ce niveau du jeu entre forces d’agglomération et forces de dispersion. Enfin, la dernière section propose une analyse statistique des phénomènes de concentration industrielle et de spécialisation régionale en Tunisie. La mesure des concentrations géographiques et sectorielles, sur la base des données relatives à l’emploi total et à l’emploi créé par les Ide, devrait permettre, d’une part, de montrer les effets de concentration et, d’autre part, de voir dans quelle mesure les Ide contribuent à ce phénomène de concentration.

1. Attractivité des territoires et déterminants des IDE en Tunisie

11Depuis le début des années 1980, on assiste à un changement d’attitude vis-à-vis des Ide. On est passé d’une logique de méfiance et de crainte de la domination étrangère à une logique d’attractivité fondée sur la sensibilisation du rôle important de ce type d’investissements dans la croissance économique, à travers le développement des exportations, la création d’emplois, la dynamisation du tissu industriel local et le transfert de technologie. Ainsi, l’internationalisation des firmes n’est plus perçue comme un danger. Au contraire, elle est désormais une donnée stratégique pour les autorités économiques et politiques qui essayent d’attirer sur leur territoire, tant national que local, les investissements étrangers. Concrètement, la multiplication des agences de promotion des investissements témoigne de la volonté des responsables de promouvoir leur territoire auprès des investisseurs potentiels. Partant, l’attractivité des territoires est devenue une question cruciale en matière de politique économique.

12En accord avec l’idée de T. Mayer et de J.-L. Mucchielli (1999) selon laquelle la décision de localisation d’une firme multinationale est une décision géographiquement hiérarchisée (choix du pays, puis choix de la région au sein de ce pays), il convient ici de focaliser l’attention sur les déterminants du choix du pays d’implantation. Il s’agit plus précisément de comprendre quels sont les facteurs qui déterminent le choix du pays d’accueil des entreprises multinationales qui s’implantent à l’étranger.

13La décision de s’implanter à l’étranger et la forme que prend cette implantation (création de filiale commerciale ou de fabrication, rachat d’une entreprise locale) découlent d’une logique microéconomique propre à chaque firme. Ainsi, J.-L. Mucchielli (1998) distingue quatre principaux déterminants du choix de localisation des entreprises étrangères : i) la demande du marché des biens que l’entreprise peut espérer exploiter sur chaque localisation ; ii) le coût des facteurs de production ; iii) le nombre d’entreprises locales et étrangères déjà présentes ; enfin, iv) les différentes politiques d’attractivité menées par les autorités locales du pays d’accueil. Or, la notion d’attractivité est relative. Un territoire peut être considéré comme attractif par certaines firmes et non par d’autres, pour certains domaines d’activité et non pour d’autres. Ainsi, le choix de l’implantation serait fonction de la combinaison des avantages de la firme et de la zone d’accueil (T. Mayer et J.-L. Mucchielli, 2004 ; L. Ferrara et A. Henriot ; 2004).

  • 4 La notion de spécificité des actifs et son effet sur l’internalisation des transactions de marché (...)

14Les facteurs internes à la firme permettent de répondre à la question : pourquoi une firme, pour accéder au marché international, décide-t-elle de s’implanter à l’étranger plutôt que d’exporter, de vendre une licence à un partenaire étranger ou de signer un accord de sous-traitance avec un fabricant local ? En effet, la présence d’actifs intangibles spécifiques à la firme (tels que les technologies, les savoir-faire, etc.) rendent difficiles les transactions de marché en raison des défaillances du marché liées à ces actifs (B. A. Blonigen, 2005). Par exemple, lors d’un accord de licence, l’acquéreur de la licence sous-estime la valeur de l’actif tant que sa spécificité n’est pas révélée ; alors que le vendeur de licence ne veut pas révéler totalement l’actif tant que le contrat n’est pas signé. Dans ces conditions, la décision optimale pour la firme semble être l’internalisation de la transaction en créant sa propre filiale de production4.

15Les facteurs externes, quant à eux, permettent de répondre à la question : pourquoi une firme multinationale choisit d’implanter une filiale dans un tel pays et pas dans un autre ? Il s’agit plus précisément d’examiner les facteurs exogènes qui peuvent affecter la décision de localisation de la firme. À ce niveau de l’analyse (choix du pays), les critères de localisation d’un Ide peuvent être confondus avec les facteurs d’attractivité de leurs pays hôtes. On distingue généralement deux types de facteurs d’attractivité : les uns sont liés au cadre légal et institutionnel (considérés comme nécessaires mais non suffisants) et les autres, au cadre économique et social.

  • 5 Il s’agit de subventions à la création d’emploi, d’exemption temporaire à la fiscalité locale, de (...)

16Les préalables du cadre légal et institutionnel renvoient, d’une part, à la stabilité économique et politique dont bénéficie la Tunisie (C.-A. Michalet, 1998 ; F. Abbate, 2002). En dépit de l’étroitesse du marché, le pays offre des opportunités d’investissement liées à son dynamisme macro-économique et à la libéralisation progressive du fonctionnement de l’économie tunisienne (libéralisation commerciale et financière, programmes de privatisation, abolition des systèmes de contrôle des prix). D’autre part, les facteurs d’attractivité d’ordre légal et institutionnel font référence aux différentes formes d’incitation fiscales5 et aux efforts déployés en Tunisie pour faciliter les procédures administratives lors du lancement d’un nouvel investissement.

17Dans certains pays (principalement ceux en voie de développement), le recours intensif aux incitations fiscales se justifie par la concurrence entre les pays d’accueil et par la recherche des retombées de la présence des firmes étrangères en termes de transfert et de diffusion technologique. Or, focaliser l’attention sur les incitations orientées exclusivement en faveur des entreprises étrangères n’est pas en général un moyen efficace pour améliorer le bien-être national (M. Blomström et A. Kokko, 2003). Les effets attendus de diffusion technologique liée aux Ide ne peuvent réellement avoir lieu que si les firmes locales disposent d’une capacité d’absorption des savoirs et technologies étrangers. Ainsi, afin de favoriser les effets de diffusion, il faudrait simultanément promouvoir les incitations à l’investissement auprès des multinationales et améliorer les conditions d’apprentissage et d’investissement auprès des firmes locales.

  • 6 Le processus de démarrage peut prendre deux à trois mois pour un investisseur dans l’agroalimentai (...)

18Pour ce qui est des démarches administratives, le poids de la bureaucratie augmente les coûts de transaction et constitue, en conséquence, une entrave à l’investissement étranger essentiellement pour les pays en développement (B. A. Blonigen, 2005). En Tunisie, la mise en place d’un guichet unique pour les démarches administratives, lors du lancement d’un nouvel investissement, permet de simplifier les procédures. Cependant, malgré les efforts réalisés dans ce sens, le processus de démarrage et de demande d’accès aux incitations implique parfois une « verticalisation » des démarches (F. Abbate, 2002)6.

19Ces facteurs d’attractivité liés au cadre légal et institutionnel, largement défendus par les approches classiques et longuement mis en avant par les décideurs politiques, sont certes nécessaires mais s’avèrent non suffisants. En effet, d’autres facteurs d’attractivité d’ordre économique et social semblent affecter de façon sensible le choix de localisation des investisseurs étrangers.

20Les préalables du cadre économique et social regroupent les facteurs d’attractivité liés à la taille du marché, à la disponibilité en main-d’œuvre qualifiée, à l’existence d’un tissu industriel local dynamique, comme d’un système de transport et de communication efficient. La taille du marché constitue un facteur d’attractivité essentiellement pour les Ide de type horizontal, c’est-à-dire ceux qui ont pour objectif de pénétrer le marché du pays d’accueil. La taille du marché intérieur tunisien ne permet pas de rentabiliser ce type d’investissement. D’après les données du Fipa, 71 % des entreprises étrangères implantées en Tunisie en 2004 sont totalement exportatrices, étant attirées plutôt par le bas coût des facteurs de production. De plus, la proximité géographique et l’accès préférentiel aux marchés de l’Union européenne tendrait à favoriser la mise en œuvre d’une stratégie dite « oblique » (considérant le pays hôte comme une « plate-forme d’exportation » vers des marchés voisins tout en profitant des bas coûts de production locaux).

21L’offre de main-d’œuvre bon marché devient une condition nécessaire mais non suffisante pour attirer les Ide. En effet, les firmes multinationales accordent de plus en plus d’importance à la qualification de la main-d’œuvre. Cette priorité s’explique par le fait que ces firmes utilisent des technologies sophistiquées qui exigent un personnel capable de les utiliser et, éventuellement de les réparer. Si le niveau de formation en Tunisie est sans doute meilleur que dans les pays asiatiques où les salaires sont les plus bas, celui des pays de l’ex-Comecon, comme leur expérience professionnelle, tendent à les avantager. Des efforts supplémentaires de “rattrapage” restent à réaliser en Tunisie, surtout dans l’offre de techniciens moyens et supérieurs (afin d’éviter la concurrence internationale basée sur la compétitivité-prix).

22D’une part, l’existence d’un tissu industriel performant d’entreprises locales peut fournir aux filiales des multinationales des biens et des services à des prix compétitifs, tout en respectant des critères rigoureux de qualité et les délais de livraison : le choix de leur localisation géographique étant fortement conditionné par la présence ou non d’entreprises pouvant devenir leurs fournisseurs. D’autre part, les firmes locales bénéficient d’une assistance technique, afin de mieux satisfaire les exigences des filiales étrangères. Il existe alors un jeu à somme positive entre l’implantation des filiales spécialisées et l’amélioration de la compétitivité des firmes locales (Ch.-A. Michalet 1998). De plus, des effets de réseaux induits par les échanges, en amont et en aval, permettent de minimiser les risques de délocalisations des entreprises installées. Même dans le cas des Ide de type vertical où les entreprises ramènent l’intégralité de leurs inputs et entraînent parfois avec elles leurs principaux équipementiers ou sous-traitants dans le pays hôte, il arrive que ceux-ci aient besoin de partenaires locaux. Si ce facteur d’attractivité est renforcé par l’instauration d’un Programme de mise à niveau, il n’en demeure pas moins que le développement des Pme tunisiennes est freiné par les difficultés à obtenir un financement.

  • 7 Par exemple, il est moins cher de transporter un conteneur de New-York ou Singapour vers Marseille (...)

23Un dernier critère important d’attractivité est l’efficacité du système de transports (aériens, maritimes, routiers) et des télécommunications, dans la mesure où les nouvelles technologies de l’information et de la communication sont à la base du développement des activités multinationales des firmes. Or, d’après F. Abbate (2002), le coût du transport et celui des télécommunications constitueraient un handicap majeur pour la Tunisie7.

24L’identification des différents critères (relevant tant du cadre légal et institutionnel que du cadre économique et social) pouvant influencer le choix de localisation des Ide permet d’apprécier le rôle joué par chaque facteur dans le renforcement de l’attractivité d’un pays comme la Tunisie. Ces différents facteurs doivent être réunis simultanément du fait de leur interdépendance. Ils permettent de comprendre pourquoi une firme multinationale décide d’installer une filiale dans tel pays et non dans tel autre. Il semble que la Tunisie satisfait certaines conditions d’attractivité, en particulier la stabilité économique et politique, mais que des efforts additionnels restent à réaliser en matière notamment de qualification de la main-d’œuvre ou de simplification des procédures administratives.

  • 8 La création de “zones franches” en Tunisie nuance l’idée selon laquelle les incitations fiscales n (...)

25S’il est clair que la plupart des facteurs d’attractivité identifiés influencent le choix du pays d’accueil, il convient de préciser que certains d’entre eux peuvent intervenir, par la suite, dans le choix d’une région à l’intérieur de ce pays. En effet, les facteurs liés au cadre légal et institutionnel (stabilité économique et politique, incitations fiscales, poids de la bureaucratie), ainsi que la taille du marché, laissent indéterminé le choix régional. En revanche, la disponibilité en main-d’œuvre qualifiée et en entreprises locales performantes peut s’avérer un critère de sélection entre régions d’un même pays8. Par exemple, le Sahel se distingue depuis longtemps par des traditions artisanales et du savoir-faire dans le domaine du textile qui peuvent y expliquer la concentration relative des Ide. De même, si l’état des infrastructures globales de transport et des systèmes de communication oriente le choix de localisation des Ide entre pays d’accueil, dans le choix d’une région intérieure, ce qui influe est la structure spatiale du système de communication et la proximité géographique des ports et des aéroports. Les questions de localisation géographique des Ide à l’intérieur d’un pays et des effets de concentration qui en découlent seront examinées dans la section suivante.

2. La localisation géographique des activités industrielles

26Dans la mesure où les incitations fiscales, propres aux entreprises étrangères, ne diffèrent pas sensiblement entre les régions, c’est la capacité à offrir une main-d’œuvre qualifiée et un tissu industriel dynamique qui fait la différence. En cela, les logiques des firmes étrangères ne se distinguent pas de celles des entreprises nationales. Mais si les entreprises locales sont intéressées par le niveau de la demande, les entreprises étrangères peuvent ne pas l’être lorsqu’elles sont totalement exportatrices (Ide vertical).

27L’étude des choix de localisation des entreprises qui occupe désormais une place relativement importante dans l’analyse économique, s’appuie sur un constat simple : les activités économiques se répartissent dans l’espace de façon inégale conduisant à la spécialisation sectorielle des zones géographiques. Les travaux empiriques récents étudient les déterminants de la localisation géographique des activités en combinant les avantages comparatifs et les forces géographiques (K. H. Midelfart et al., 2001 et 2004 ; H. G. Overman et al., 2004 ; C. E. Bai et al., 2004 ; C. Batisse et S. Poncet, 2005). Plus précisément, les disparités spatiales peuvent être vues comme le résultat de ce qui est considéré dans la littérature économique comme first and second nature : first nature renvoie aux dotations exogènes des territoires (ressources naturelles, relief, proximité de la mer, etc.) ; second nature fait référence à la distance et aux interactions entre les agents économiques.

28Les théories des avantages comparatifs considèrent un cadre d’analyse de concurrence parfaite, de rendements non croissants et d’immobilité des facteurs de production. Sous ces conditions et avec l’ouverture des frontières, chaque région se spécialise dans la production d’un bien qui utilise intensivement le facteur dont elle est relativement la mieux dotée. De ce fait, la localisation est déterminée de façon exogène par la distribution spatiale des dotations naturelles, des technologies et des facteurs. Ainsi, les théories traditionnelles du commerce extérieur ne fournissent qu’une explication limitée à la concentration industrielle des activités. Les explications en termes d’écarts de dotations, de technologies ou de régimes de politique économique, quoique pertinentes, ne permettent pas d’expliquer pourquoi, même des régions initialement similaires, peuvent développer des structures de production très différentes (G. I. Ottaviano et D. Puga, 1997).

29Les contributions récentes à ce que l’on appelle la « nouvelle géographie économique » dont le chef de file est P. R. Krugman (1991a), ont mis en évidence une approche de la localisation dans laquelle les firmes ont tendance à se regrouper et où des régions à caractéristiques similaires peuvent devenir sensiblement différentes. Cette approche cherche à endogénéiser la structure “centre-périphérie” par la prise en compte des caractéristiques spécifiques de l’économie (concurrence imparfaite, différenciation des produits et rendements croissants) et des processus cumulatifs (du côté de l’offre et de la demande). Le choix d’une localisation est le résultat de l’opposition entre forces centrifuges et forces centripètes. Un processus de concentration se met en place et peut déboucher sur la formation de zones de spécialisation. Ainsi, nous reprenons succinctement dans ce qui suit les forces d’agglomération, les forces de dispersion et les structures industrielles qui en découlent.

2.1. Localisation géographique et forces d’agglomération

30Les avantages liés à la concentration géographique des entreprises ont été identifiés, il y a près d’un siècle, par A. Marshall (1920). Selon l’auteur, les économies d’agglomération tirent leur origine de trois sources. D’abord, la concentration des firmes en un même lieu permet la création d’un marché du travail spécialisé et qualifié. Ensuite, elle favorise également la production d’inputs spécialisés non marchands (notamment en matière de « secrets technologiques » de production et d’apprentissage socialement et automatiquement diffusés par le milieu ambiant inducteur d’une véritable « atmosphère » industrielle propice à l’accessibilité et à la création de nouvelles connaissances). Enfin, les effets de report de l’information peuvent donner aux firmes qui fonctionnent en groupe une fonction de production meilleure que celle des producteurs isolés (externalités technologiques).

31Ces explications des causes de la localisation ont pu connaître des développements importants grâce à la prise en compte de la concurrence imparfaite. Plus précisément, c’est l’arbitrage entre rendements d’échelle croissants dans les activités économiques et coûts de transport des biens et des personnes qui gouverne largement la distribution inégale des activités économiques dans l’espace (J.-F. Thisse et T. van Ypersele, 1999). En effet, lorsque les coûts liés à la distance sont élevés, les entreprises ne peuvent pas profiter pleinement des économies d’échelle, sont généralement de petites tailles et restent alors relativement dispersées dans l’espace. En revanche, la réduction des coûts de transport apparaît comme l’élément déterminant qui explique la concentration des activités. Si, en plus, les rendements d’échelle au niveau des établissements de production deviennent plus forts, alors la tendance à l’agglomération des activités se trouve accentuée. Ainsi, la diminution des coûts de transport permet d’augmenter la taille des marchés servis et d’accroître la taille des établissements (P. R. Krugman et A. J. Venables, 1996). De même, l’augmentation des coûts liés au commerce international (coûts de transport, tarifs douaniers, risque de change et toutes formes d’entraves) entraîne une dispersion des firmes dans l’espace en se localisant à proximité de la demande. L’ouverture des frontières (et donc la baisse de ces coûts) favorise la concentration industrielle (P. R. Krugman et A. J. Venables, 1995).

32Si cet arbitrage apparaît comme l’élément principal affectant la localisation des entreprises, deux boucles cumulatives peuvent également expliquer l’apparition des zones de concentration des activités. D’une part, les lieux de concentration offrent une grande diversité des inputs (services et biens intermédiaires, qualification de la main-d’œuvre) qui permettent un gain de productivité pour les firmes utilisatrices. De même, les travailleurs disposent d’opportunités plus nombreuses et plus variées d’emplois, ce qui permet de valoriser leur qualification. Ces liens en amont (backward linkages) accroissent alors la concentration des entreprises et des travailleurs. D’autre part, le niveau de la demande locale est essentiel pour déterminer le nombre de firmes produisant des biens et services dans la région. Les entreprises se localisent là où le marché est le plus grand. Or, la demande locale est importante là où les industries sont localisées en majorité. Le goût des consommateurs pour la diversité des produits les amène à se déplacer vers les agglomérations et cette concentration des consommateurs permet aux entreprises d’augmenter la variété de leurs outputs. Les ménages bénéficient d’une plus grande variété de biens, de services ou de loisirs, ce qui accroît leur bien-être. Il s’agit alors des liens en aval (forward linkages) permettant un appariement plus fin entre produits et consommateurs (J.-F. Thisse et T. van Ypersele, 1999).

  • 9 Un autre mécanisme donnant lieu à un effet d’agglomération et qui est souvent cité par les investi (...)

33Les liens en amont et en aval se renforcent mutuellement pour créer des phénomènes de concentration9. L’attrait des entreprises pour les zones d’agglomération se trouve renforcé autant par l’existence d’une large clientèle que par la disponibilité de fournisseurs spécialisés et une main-d’œuvre qualifiée et diversifiée. A. J. Venables (1996) souligne que les firmes se regroupent en raison d’externalités liées à l’offre de travail et à la demande de biens, et en raison de la présence entre les firmes d’externalités input-output directes. Celles-ci ne jouent pleinement leur rôle qu’en présence de rendements croissants.

  • 10 Pour une revue de la littérature sur ces questions, cf. C. Hendrickx-Candela, 2001 ; C. Carrincaze (...)

34Tout comme les externalités pécuniaires (liées à l’offre ou à la demande), les externalités technologiques (liées aux activités de recherche et développement) constituent également une force d’agglomération10. Les travaux pionniers de Marshall sur les externalités technologiques ont inspiré plusieurs travaux théoriques et empiriques conduits dans le cadre du modèle Mar (Marshall-Arrow-Romer) qui tendent à expliquer la relation entre diffusion technologique et proximité géographique (A. B. Jaffe et al., 1993 ; D. B. Audretsch et M. Feldman, 1996 ; G. Henderson, 1997). Il s’agit des échanges hors marché de savoir-faire technologiques entre des entreprises à un niveau intra-ou inter-industriel. Ces savoir-faire ont certaines caractéristiques d’un bien public en ce sens que les connaissances et les innovations profitent non seulement à l’entreprise qui les initie mais aussi aux firmes voisines. L’échange d’informations et de connaissances tacites nécessite des mécanismes informels de communication. En présence d’externalités spatiales de recherche et développement, la connaissance ne se diffuse qu’imparfaitement avec le degré d’éloignement (L. Bertinelli, 2004). La qualité de l’information transmise se trouve améliorée lorsque les acteurs sont géographiquement rassemblés (en raison du nombre réduit d’intermédiaires). En effet, le développement d’une technologie nécessite des contacts répétés entre les acteurs afin d’échanger les connaissances tacites et d’établir un langage commun, processus rendu plus performant par la proximité géographique.

2.2. Localisation géographique et force de dispersion

35La concentration géographique des entreprises se trouve limitée par certaines forces de dispersion qui constituent en quelques sortes les coûts de l’agglomération. Premièrement, la concentration des activités s’accompagne, en général, d’une augmentation des salaires et des prix de biens non échangeables. Les salaires élevés augmentent les coûts de transaction des entreprises situées dans des localisations où se trouve d’autres firmes en nombre relativement important. Les différences de salaires entre les régions moins concentrées et les grandes zones d’agglomération joue comme une force centrifuge (D. Puga, 1996). Il arrive un moment où cet écart devient insoutenable. Cette force de dispersion limite l’agglomération et favorise l’extension vers d’autres régions à bas salaires (D. Puga, 1996 ; A. J. Venables, 1996). De même, les coûts fonciers, relativement plus élevés dans les grandes agglomérations, exercent un effet de répulsion à partir d’un certain niveau (J.-F. Thisse et T. van Ypersele, 1999).

  • 11 Par exemple, la faible motivation des travailleurs européens à migrer joue un rôle important dans (...)

36Deuxièmement, la non-échangeabilité (l’immobilité) de certains facteurs (comme la terre, les ressources naturelles ou encore d’autres actifs non échangeables) et l’absence de mobilité interrégionale du facteur “travail”11 freinent les mouvements de concentration. En se basant sur le modèle de Krugman (1991a) et en remplaçant la production du secteur agricole (marchandise parfaitement échangeable) par une production non échangeable (secteur immobilier), E. Helpman (1995) trouve le résultat inverse de Krugman : l’agglomération diminue avec la réduction des coûts de transaction. Ceci veut dire que, pour les biens non échangeables, lorsque les coûts de transaction sont faibles, la localisation est déterminée par le prix des facteurs et des biens qui ne sont pas mobiles.

37Enfin, J.-F. Thisse et T. van Ypersele (1999) identifient d’autres forces sociales pouvant limiter les effets d’agglomération dans le cas du développement des grandes métropoles. Il s’agit de toutes les déséconomies externes liées aux phénomènes de congestion, de pollution, de criminalité et d’encombrements dans les transports. Il faut signaler que l’importance de ces forces dépend de la nature des activités et de la zone d’agglomération.

38L’analyse des forces d’agglomération et de dispersion nous permet de constater que ces facteurs doivent être considérés simultanément en raison de leur interdépendance. Lorsque les coûts de transaction sont élevés, les marchés sont servis à partir de bases locales et les entreprises sont dispersées dans l’espace. La diminution des coûts de transaction et leur combinaison avec les rendements d’échelle croissants incitent les firmes à se localiser à proximité des grands marchés. Ceux-ci ne sont rien d’autres que les zones où se trouve un nombre relativement important de firmes. Cette situation donne lieu à des externalités pécuniaires (en amont et en aval) qui agissent comme forces centripètes favorisant l’agglomération des activités économiques. Cependant, le prix des facteurs et des biens locaux tend à augmenter dans les zones de concentration. Si les facteurs sont mobiles et les biens sont échangeables, alors le processus de concentration se trouve entretenu. Dans le cas contraire, l’effet des externalités pécuniaires se trouve réduit. Le prix des biens et facteurs immobiles joue alors le rôle de force centrifuge qui tend à disperser les activités dans l’espace.

39L’importance croissante du phénomène de concentration observé dans la plupart des régions du monde (liée en grande partie à l’ouverture des frontières et à l’intégration économique) n’est rien d’autre que le résultat du double jeu des économies d’agglomération et des coûts qui lui sont liés. La taille des zones de concentration apparaît comme un équilibre entre forces centrifuges et centripètes pouvant affecter la localisation géographique des activités. Les forces d’agglomération ressemblent étrangement aux moteurs endogènes de la croissance, tandis que les forces de dispersion n’auraient pas l’ampleur suffisante pour arrêter le processus de concentration. Mais une question reste en suspens, celle de comprendre où se produit l’agglomération et dans quelle mesure elle débouche sur un phénomène de spécialisation.

2.3. Concentration géographique et spécialisation des régions

  • 12 Par exemple, la région de Toulouse en France n’a pas de raison particulière d’être spécialisée dan (...)

40Les travaux en économie géographique expliquent comment, en présence des effets d’agglomération, les mécanismes cumulatifs favorisent la concentration des activités. Cependant, et contrairement aux modèles classiques du commerce, ils ne permettent pas de déterminer le lieu de l’agglomération. À cet effet, P. R. Krugman (1991b) identifie deux types de dynamiques spatiales : d’une part, les conditions historiques initiales d’un système peuvent déterminer son évolution (par une suite de boucles cumulatives une fois le processus déclenché par un accident historique par exemple) ; d’autre part, l’agglomération peut se produire dans une localisation donnée simplement par des effets d’anticipation partagée par différents agents et qui sera à l’origine de la causalité cumulative. La référence à l’histoire semble alors importante dans l’analyse des choix de localisation dans la mesure où il n’y a pas de fondement théorique au fait qu’une industrie ait été ou non implantée antérieurement dans une région12.

41Une fois le phénomène d’agglomération identifié, la nouvelle économie géographique stipule que la concentration géographique des activités peut conduire à une spécialisation locale. Contrairement aux théories traditionnelles et nouvelles du commerce international, la spécialisation ne dépend pas des dotations initiales en facteurs de production. Une boucle cumulative d’agglomération peut expliquer la spécialisation régionale (P. R. Krugman et A. J. Venables, 1996). En effet, les firmes tendent à se localiser à proximité d’une grande base locale de fournisseurs spécialisés (ou même d’un bassin de main-d’œuvre avec un savoir-faire spécialisé). Or, cette base locale doit son existence à la concentration locale de la demande. Plus précisément, si une firme supplémentaire se localise dans une région, les externalités positives de demande et de coût affectent de façon plus sensible les firmes du même secteur, tandis que la concurrence accrue sur le marché des biens et services affecte les firmes des deux secteurs (supposés dans le modèle) de manière égale. Autrement dit, la proximité géographique des firmes aux activités proches gagne en importance afin de profiter des externalités technologiques, alors que les firmes tendent à s’éloigner des entreprises aux activités différentes afin d’éviter d’être en concurrence avec elles pour les facteurs immobiles.

  • 13 L’idée d’« atmosphère industrielle » au sein d’un district ou l’affirmation que « les secrets de l (...)

42Il faut cependant se garder de conclure trop vite sur le lien entre concentration des activités économiques et spécialisation des régions. En effet, se basant sur la typologie de Glaeser et al. (1992), B. Gauthier, A. Lapointe et F. Laurin (2003) distinguent les économies d’agglomération au sein d’un même secteur de celles qui peuvent exister entre secteurs différents. Les économies d’agglomérations intra-industrielles (économies de Marshall-Arrow-Romer) conduisent les firmes d’un même secteur d’activité à se localiser en un même lieu géographique. Les échanges en amont et en aval spécifiques au secteur conduisent à une amélioration sensible des performances du district industriel13 qui devient lui-même une force d’agglomération par les effets externes qu’il génère. Il s’agit ici essentiellement des externalités technologiques circulant par l’intermédiaire de relations hors marché ou encore des externalités input-output. La spécialisation devient alors une source d’économies d’agglomération.

43En revanche, les économies d’agglomération inter-industrielles (économies de Jacobs) découlent de la diversité industrielle d’une région. D’une part, lorsqu’une région accueille plusieurs secteurs d’activité et de services, cela permet de répondre plus adéquatement aux besoins diversifiés des firmes et des habitants de la région. D’autre part, les externalités pécuniaires ne jouent pas uniquement au sein d’un même secteur d’activité, et les externalités technologiques se diffusent, non seulement au sein d’un même secteur, mais peuvent jouer en faveur de l’ensemble du tissu industriel de la région. L’augmentation du nombre de firmes apparaît alors comme une source d’économies d’agglomération. Ainsi, la nature des externalités (Mar ; Jacobs) et les mouvements de concentration qui en résultent diffèrent d’un secteur d’activité à un autre (R. Dekle, 2002).

3. La mesure des concentrations géographique et sectorielle

44L’ouverture de la Tunisie aux échanges internationaux et aux capitaux étrangers (depuis le début des années 1990) soulève la question de la localisation des entreprises étrangères dans le pays. L’observation de quelques statistiques montre une tendance à la concentration des activités industrielles dans certaines régions (annexe 1). Ainsi, on constate que, jusqu’à fin 2005, près de 45 % de l’emploi créé par l’Ide dans le secteur du textile et de l’habillement est réalisé dans la région Centre-Est. De même, plus de 70 % de l’emploi créé par l’Ide dans le secteur du cuir et de la chaussure est réalisé dans la région Nord-Est. Il s’avère alors intéressant de mesurer la concentration géographique et sectorielle en Tunisie.

  • 14 Le recours à des données sur l’emploi se justifie par l’absence de données réelles sur le niveau d (...)

45La concentration géographique mesure la concentration d’un secteur dans une zone, tandis que la spécialisation d’une région reflète la concentration des activités de la région dans un ou plusieurs secteurs. Afin d’analyser le lien entre concentration des activités industrielles et Ide, il convient d’étudier la concentration à partir des statistiques sur l’emploi dont nous disposons et ce, à deux niveaux14 : celui de l’emploi total (entreprises étrangères et domestiques) et celui de l’emploi créé par l’Ide. Ceci devrait nous permettre de voir s’il y a une concentration géographique et sectorielle au niveau global d’une part, et de repérer éventuellement une concentration similaire (ou différente) des Ide d’autre part.

46Les données mobilisées ont été recueillies auprès de l’Agence de promotion de l’industrie (Api) et du Foreign Investment Promotion Agency (Fipa). Il s’agit de données en stock jusqu’à fin 2005. Mais deux coupes ont été réalisées pour fin 2000 et fin 2005, afin d’observer l’évolution de la concentration. Par ailleurs, deux indices de concentration ont été calculés : l’indice de Herfindahl et l’indice d’Isard. L’indice de concentration géographique de Herfindahl compare la répartition des effectifs de chaque secteur suivant un découpage géographique en N régions :

47Empjr et Empj désignent respectivement l’emploi du secteur j dans la région r et l’emploi total du secteur j. L’indice est compris entre 1/n et 1. Il est égal à 1 lorsque tous les effectifs du secteur sont concentrés dans une seule région. Il est minimal quand les effectifs sont répartis équitablement entre les zones. De la même façon, on définit l’indice de spécialisation de la région r :

48Emp jr et Emp r désignent respectivement l’emploi du secteur j dans la région r et l’emploi total de la région r. L’indice prend la valeur 1 quand un seul secteur est représenté dans la zone r et 1/n lorsqu’ils sont tous représentés de manière équitable. La simplicité de cet indicateur présente toutefois l’inconvénient de ne pas tenir compte de la structure globale des effectifs par secteur et par région, d’où le recours à l’indice d’Isard.

49Celui-ci propose en effet un raisonnement en termes relatifs, la concentration étant envisagée par rapport à une norme nationale. L’indice de concentration spatiale de l’industrie permet de savoir si dans chaque secteur il y a une concentration des activités dans certaines régions ou au contraire une dispersion sur tout le territoire national :

50Empjr , Empjn , Empr et Empn désignent respectivement l’emploi du secteur j dans la région r, l’emploi du secteur j au niveau national, l’emploi total de la région r et l’emploi national total. Il s’agit d’un indicateur de concentration spatiale des secteurs industriels. Il permet de savoir si une région est “sur- ou sous-représentée” dans une industrie par rapport à sa représentation au niveau national. Autrement dit, plus l’indicateur est élevé, plus la concentration spatiale du secteur est importante. De la même façon, on peut construire un indice de spécialisation pour chacune des régions :

51Cet indicateur permet de comparer le poids d’un secteur dans une région par rapport à son poids au niveau national. Il est utilisé pour apprécier la spécialisation régionale : plus il est élevé, plus la région est spécialisée. Les tableaux 1 et 2 présentent respectivement les résultats relatifs aux calculs des indices de concentration géographique et de spécialisation régionale en distinguant à chaque fois l’emploi total (Emp-T) et l’emploi créé à partir des Ide (Emp-Ide).

52On constate globalement que : i) les indices de concentration géographique et de spécialisation régionale sont relativement stables entre 2000 et 2005 ; et que ii) les indices de concentration de Herfindahl et d’Isard calculés sur la base de l’emploi créé par l’Ide sont supérieurs à ceux calculés à partir de l’emploi total. La stabilité des indices entre 2000 et 2005 se justifie par le rapprochement des deux années d’observation. Le choix de ces deux coupes est lié au fait que les Ide dans le secteur manufacturier en Tunisie n’ont connu un véritable essor qu’à partir de la fin des années 1990 (suite aux accords de libre échange avec l’Union européenne et l’Omc). Le second constat montre que l’Ide joue un rôle important dans la concentration de certaines industries et la spécialisation des régions. Ce résultat s’explique par le fait qu’il y a, au préalable, une concentration sectorielle des stocks d’Ide (annexe 2). On peut dire alors que les phénomènes de concentration sont essentiellement impulsés par l’investissement étranger.

53L’indice d’Isard est souvent plus élevé que l’indice de Herfindahl. Ceci s’explique par l’effet de la présence des régions sous-représentées de façon remarquable dans une industrie, ce qui élève systématiquement la valeur de l’indice. Il s’agit alors de valeurs non significatives. La prise en compte simultanée des deux indices permet de contrôler les valeurs aberrantes. La concentration de l’emploi créé par l’Ide est globalement équivalente, sinon supérieure, à la concentration de l’emploi total.

54On remarque une concentration géographique pour la plupart des activités industrielles et, de façon plus marquée, pour les industries suivantes : chimique et caoutchouc (Ich), électrique et électronique (Iee), textile et habillement (Ith) et cuir et chaussures (Icc). Ces résultats confirment les observations faites à partir de la répartition du stock d’Ide (annexe 2) : près de la moitié du stock de l’industrie du textile et de l’habillement est concentré dans le Centre-Est ; et plus de 74 % du stock de l’industrie du cuir et chaussures est concentré dans le Nord-Est. Ainsi, les activités industrielles sont essentiellement concentrées dans les régions littorales au détriment de l’intérieur du pays. Cela s’explique par l’efficience du système d’infrastructure, de transport et de communication et par une densité démographique nettement plus importante sur le littoral. En effet, le tracé des infrastructures routières, ferroviaires et aériennes avantage largement le littoral et les alentours de la capitale. De même, la structure spatiale du système de communication (réseaux de téléphonie mobile) influe sur le choix de localisation au sein du pays.

Tableau n° 1. Évolution des indices de concentration géographique par secteur entre 2000 et 2005

Tableau n° 1. Évolution des indices de concentration géographique par secteur entre 2000 et 2005

Source : calculs faits à partir des données de la Fipa.

Tableau n° 2. Évolution des indices de spécialisation régionale entre 2000 et 2005

Tableau n° 2. Évolution des indices de spécialisation régionale entre 2000 et 2005

Source : calculs faits à partir des données de la Fipa.

55Selon les mêmes indices, la spécialisation régionale est particulièrement remarquable dans le Nord-Est et Centre-Est. En revanche, dans le Centre-Ouest et le Sud, les valeurs élevées de l’indice d’Isard contrastent avec les faibles valeurs de l’indice de Herfindahl. Une explication est à rechercher dans le fait que le poids des secteurs d’activités dans ces régions est très faible par rapport à leur poids au niveau national. Cet écart est à l’origine d’une valeur d’indice importante qui, pourtant, n’est pas significative puisque l’emploi total dans le Centre-Ouest et le Sud n’atteint pas, respectivement, 3 % et 5 % de l’emploi total. De même, l’emploi dans le Nord-Ouest avoisine 3 % de l’emploi total et ce pourcentage est aussi valable pour l’emploi créé par les Ide. Ce constat infirme donc l’existence d’une spécialisation régionale, même si près de 80 % de l’emploi créé appartiennent au secteur du textile et de l’habillement.

56Le Nord-Est tunisien témoigne d’une spécialisation dans l’industrie du cuir et chaussures liée aux Ide, dans une proportion de 70 % (annexe 2). Jusqu’en 2005, l’emploi régional dans ce secteur représentait à peine 1 % de l’emploi total de ce même secteur, alors que près de 17 % des emplois créés par les Ide dans la région étaient réalisés dans ce secteur. D’ailleurs, plus de 70 % de l’emploi créé par l’Ide dans le secteur du cuir et chaussures sont réalisés dans la région Nord-Est. Il s’agit alors d’une spécialisation impulsée par les entreprises étrangères.

57Quant au Centre-Est, spécialisé dans le textile dans une proportion de plus de 60 % de l’emploi total, il concentre près de la moitié de l’emploi total du secteur et près de 45 % des emplois créés par les Ide dans ce secteur, sachant que plus de 70 % des emplois créés par les Ide dans cette même région concernent aussi l’industrie du textile et de l’habillement. Le Sahel, plus précisément la région de Monastir, recèle des traditions artisanales, un ensemble de “connaissances tacites” propres au textile, transmises de génération en génération (A. Métral, 2003). Ksar Hellal est un indéniable gisement de compétences textiles, s’il ne représente pas un district industriel au sens propre du terme. Cet acquis en termes de main-d’œuvre qualifiée et d’entreprises locales performantes explique sans doute la relative concentration des Ide dans la région.

58Enfin, pour le Grand Tunis dont la valeur des indices de spécialisation est loin d’être négligeable, nous ne pouvons pas parler d’une véritable spécialisation parce qu’il attire au moins 30 % du stock d’Ide dans tous les secteurs, sauf pour ceux du « textile et habillement » et « cuir et chaussures », industries pour lesquelles nous avons déjà constaté une forte agglomération, dans le Sahel pour l’un et dans le Nord-Est pour l’autre. Ici, ce résultat était, bien sûr, prévisible puisque l’effet de ville capitale explique le développement des investissements étrangers.

59En somme, la concentration des activités industrielles dans les régions du Grand Tunis, du Nord-Est et du Centre-Est confirme le développement du littoral au détriment des régions de l’intérieur. Ce déséquilibre spatial à l’échelle nationale, déjà impulsé par la répartition des entreprises tunisiennes, se trouve accentué par la répartition géographique des entreprises étrangères.

Conclusion

60Partant d’une observation générale sur la répartition géographique des activités industrielles en Tunisie, on a pu constater une concentration géographique pour certaines activités telles que les secteurs du « textile et habillement », du « cuir et chaussures », de la « chimie-caoutchouc » et de l’industrie électrique et électronique.

61La concentration géographique des activités industrielles s’est effectivement accompagnée d’une spécialisation régionale. Ce processus concerne deux régions, le Nord-Est (« cuir et chaussures ») et le Centre-Est (« textile et habillement »). Dans la première région, la spécialisation est liée essentiellement aux investissements directs étrangers, alors que, dans la deuxième, ces mêmes investissements n’ont fait que renforcer une spécialisation pré-existante. De façon plus générale, dans le cas tunisien, l’Ide accentuerait donc le déséquilibre spatial, en termes de développement économique. Dans la mesure où une entreprise étrangère choisit de façon hiérarchisée (choix d’un pays puis choix d’une région), il semble opportun de mettre en place un système régional d’incitation permettant le développement des régions intérieures. Or, un tel système ne pourrait être réellement incitatif que si des efforts supplémentaires étaient effectués au niveau des infrastructures globales de transport intérieur et des systèmes de communication.

62Dans la mesure où l’Ide peut être perçue comme étant responsable des phénomènes de concentration industrielle et de spécialisation régionale, notre analyse devrait cependant être affinée pour mieux déterminer l’ampleur de son impact. Ainsi, il serait intéressant de distinguer entre certaines formes d’Ide n’ayant pas les mêmes retombées au niveau de la répartition géographique des activités. En effet, la création de nouvelles filiales contribue réellement à la concentration et à la spécialisation, alors que le rachat d’unités déjà existantes (ou la prise de participation) n’a pas d’effets significatifs. Par exemple, au cours de l’année 2004, nous avons pu remarquer que 63,2 % des emplois créés par l’Ide ont été liés aux projets de création nouvellement entrés en activité (et 36,8 % liés aux autres formes d’Ide). L’analyse statistique menée dans le cadre de ce travail est certes statique (deux coupes en 2000 et 2005), mais elle a permis, d’une part, de rendre compte des phénomènes d’agglomération industrielle et de spécialisation régionale en Tunisie et, d’autre part, de montrer dans quelle mesure l’Ide en est responsable. Ce travail peut être enrichi par une analyse dynamique en réalisant une estimation économétrique où il s’agirait d’expliquer la croissance d’une région et les phénomènes d’agglomération par différentes variables liées aux externalités technologiques et pécuniaires tout en essayant de voir dans quelle mesure l’Ide contribue à la formation des zones de concentration.

Bibliographie

Bibliographie

Abbate Francesco, 2002, « L’intégration de la Tunisie dans l’économie mondiale : opportunités et défis », in Mondialisation, libéralisation et développement humain durable, rapport du programme global Cnuced/Pnud, Genève, Cnuced : Pnud.

Audretsch David B. et Feldman Maryann, 1996, “R&D spillovers and the geography of innovation and production”, American Economic Review, vol. 86, 630-640.

Bai Chong-En, Du Yingjuan, Tao Zhigang et Tong Sarah Y., 2004, “Protectionism and regional specialization. Evidence from China’s industries”, Journal of International Economics, vol. 63, n° 2, 397-417.

Batisse Cécile et Poncet Sandra, 2005, « Déterminants de la localisation des activités en Chine : avantages comparatifs, forces géographiques et interventionnisme politique », Économie internationale, vol. 101, 63-88.

Bertinelli Luisito, 2004, « Innovation et externalités spatiales : une approche par la fonction de production de connaissance », Revue d’économie régionale et urbaine (Reru), n° 2, 283-310.

Blomström Magnus et Kokko Ari, 2003, “The economics of foreign direct investment incentives”, Working Paper, Cambridge, National Bureau of Economic Research (Nber), n° 9489.

Blonigen Bruce A., 2005, “A review of the empirical literature on FDI determinants”, Working Paper, Cambridge, National Bureau of Economic Research (Nber), n° 11299.

Carrincazeaux Christophe, 2000, « La notion de distance dans les analyses empiriques des effets de débordement géographique de la connaissance : une revue de la littérature », Revue d’économie régionale et urbaine (RERU), n° 4, 619-641.

Catin Maurice, 1995, « Productivité, économies d’agglomération et métropolisation », Revue d’économie régionale et urbaine (Reru), n° 4, 663-682.

Combes Pierre-Philippe et Overman Henry G., 2004, “The spatial distribution of economic activities in the European Union”, in J. V. Henderson et J.-F. Thisse (eds.), Handbook of Regional and Urban Economics, vol. 4, Amsterdam, Free University, 2845-2909.

Crozet Matthieu, Mayer Thierry et Mucchielli Jean-Louis, 2003, “How do firms agglomerate?”, Regional Science and Urban Economies, vol. 34, n° 1, 27-54.

Dekle Robert, 2002, “Industrial concentration and regional growth. Evidence from Prefectures”, The Review of Economics and Statistics, vol. 84, n° 2, 310-315.

Ferrara Laurent et Henriot Alain, (2004), « La localisation des entreprises industrielles : comment apprécier l’attractivité des territoires ? », Économie internationale, n° 99, 91-111.

Gauthier Bernard, Lapointe Alain et Laurin Frédéric, 2003, « Les économies d’agglomération et la croissance des régions dans l’Union européenne », Revue d’économie régionale et urbaine (RERU), n° 2, 209-234.

Glaeser Edward L., Scheinkman Jose A., Shleifer Andrei et Kallal Hédi D., 1992, “Growth in cities”, Journal of Political Economy, vol. 100, n° 6, 1126-1153.

Head Keith et Mayer Thierry, 2004, “The empirics of agglomeration and trade. The spatial distribution of economic activities in the European Union”, in J. V. Henderson et J.-F. Thisse (eds.), Handbook of Regional and Urban Economics, vol. 4, Amsterdam, Free University, 2609-2669.

Helpman Elhanan, 1995, “The size of regions”, Working Paper, Foerder Institute for Economic Research, n° 14, Tel Aviv University.

Henderson Vernon, 1997, “Externalities and industrial development”, Journal of Urban Economics, vol. 42, 449-470.

Hendrickx-Candela Céline, 2001, « Externalités de connaissance et localisation des activités : une revue des analyses empiriques », Revue d’économie régionale et urbaine (Reru), n° 1, 11-38.

Houdebine Michel, 1999, « Concentration géographique des activités et spécialisation des départements français », Économie et Statistique, n° 326-327, 189-204.

Jaffe Adam B., Trajtenberg Manuel et Henderson Rebecca, 1993, “Geographic localization of knowledge spillovers as evidenced by patent citations”, Quarterly Journal of Economics, vol. 108, 577-598.

Jayet Hubert, 1993, Analyse spatiale quantitative, Paris, Économica, (Bibliothèque de science régionale).

Krugman Paul R., 1991a, “Increasing returns and economic geography”, Journal of Political Economy, vol. 99, n° 3, 483-499.

Krugman Paul R., 1991b, “History versus expectations”, Quarterly Journal of Economics, vol. 106, 651-667.

Krugman Paul R. et Venables Antony J., 1995, “Globalization and the inequality of nations”, Quarterly Journal of Economics, vol. 110, 857-880.

Krugman Paul R. et Venables Antony J., 1996, “Integration, specialization and adjustment”, European Economic Review, vol. 40, 959-967.

Marshall Alfred, 1920, Principle of Economics, 8e éd., Londres, McMillan.

Mayer Thierry et Mucchielli Jean-Louis, 1999, « La localisation à l’étranger des entreprises multinationales. Une approche d’économie géographique hiérarchisée appliquée aux entreprises japonaises en Europe », Économie et Statistique, n° 326-327, 159-175.

Métral André, 2003, « Forces centrifuges et forces centripètes autour de la métropole tunisoise. Les entrepreneurs locaux, acteurs de la localisation industrielle », Revue d’économie régionale et urbaine (Reru), n° 2, 267-290.

Michalet Charles-Albert, 1998, « La Tunisie : le renforcement de l’attractivité », in B. Bellon et R. Gouïa (dir.), Investissements directs étrangers et développement industriel méditerranéen, Paris, Économica.

Midelfart Karen Helen, Overman Henry G. et Venables Antony J., 2001, “Comparative advantage and economic geography. Estimating the determinants of industrial location in the EU”, Discussion Paper, Londres, the Center for Economic Policy Research (Cepr), n° 2618.

Midelfart Karen Helen, Overman Henry G., Redding Stephen. et Venables Antony J., 2004, “The location of european industry”, Economic Paper, Bruxelles, Commission européenne, direction générale des Affaires économiques et financières, n° 142.

Mucchielli Jean-Louis, 1998, Multinationales et mondialisation, Paris, Le Seuil, (Points).

Mucchielli Jean-Louis et Mayer Thierry, 2004, Multinational firms’ location and the new economic geography, Cheltenham, Edward Elgar Publishing, (New Horizons in international business).

Mullen John K. et Williams Martin, 2005, “Foreign direct investment and regional economic performance”, Kyklos, vol. 58, n° 2, 265-282.

Ottaviano Gianmarco I. P. et Puga Diego, 1997, « L’agglomération dans l’économie mondiale », Économie internationale, n° 71, 75-100.

Overman Henry G., Redding Stephen et Venables Antony J., 2004, “The economic geography of trade. Production and income: a survey of empirics”, in J. Harrigan et K. Choi (eds.), Handbook of International Trade, Lake Oswego (Oregon), Blackwell Publishing, 353-387.

Puga Diego, 1996, “The raise and fall of regional inequalities”, Discussion Paper, n° 314, Londres, Centre for Economic Performance, London School of Economics.

Thisse Jean-François et Van Ypersele T., 1999, « Métropoles et concurrence territoriale », Économie et Statistique, n° 326-327, 19-30.

Venables Antony J., 1996, “Equilibrium locations of vertically linked industries”, International Economic Review, n° 37, 341-359.

Annexes

Annexe 1. Définition des régions et liste des secteurs d’activités industrielles

Tableau n° 1. Définition des régions en Tunisie

Tableau n° 1. Définition des régions en Tunisie

Tableau n° 2. Liste des secteurs d’activités industrielles

Tableau n° 2. Liste des secteurs d’activités industrielles

Annexe 2. Répartitions du stock d’IDE par région et par secteur industriel

Graphique 1. Répartition régionale du stock d’IDE dans l’industrie agro-alimentaire (IAA) (en pourcentages)

Graphique 1. Répartition régionale du stock d’IDE dans l’industrie agro-alimentaire (IAA) (en pourcentages)

Source : calculs faits à partir des données de la FIPA.

Graphique 2. Répartition régionale du Stock d’IDE dans les industries mécanique, métallique et métallurgique (IMMM) (en pourcentages)

Graphique 2. Répartition régionale du Stock d’IDE dans les industries mécanique, métallique et métallurgique (IMMM) (en pourcentages)

Source : calculs faits à partir des données de la FIPA.

Graphique 3. Répartition régionale du stock d’IDE dans les industries électriques et électroniques (IEE) (en pourcentages)

Graphique 3. Répartition régionale du stock d’IDE dans les industries électriques et électroniques (IEE) (en pourcentages)

Source : calculs faits à partir des données de la FIPA.

Graphique 4. Répartition régionale du stock d’IDE dans l’industrie de la chimie et du caoutchouc (ICH) (en pourcentages)

Graphique 4. Répartition régionale du stock d’IDE dans l’industrie de la chimie et du caoutchouc (ICH) (en pourcentages)

Source : calculs faits à partir des données de la FIPA.

Graphique 5. Répartition régionale du stock d’IDE dans l’industrie du textile et de l’habillement (ITH) (en pourcentages)

Graphique 5. Répartition régionale du stock d’IDE dans l’industrie du textile et de l’habillement (ITH) (en pourcentages)

Source : calculs faits à partir des données de la FIPA.

Graphique 6. Répartition régionale du stock d’IDE dans l’industrie du cuir et chaussures (ICC) (en pourcentages)

Graphique 6. Répartition régionale du stock d’IDE dans l’industrie du cuir et chaussures (ICC) (en pourcentages)

Source : calculs faits à partir des données de la FIPA.

Notes

1 Toutes les statistiques présentées et utilisées dans le cadre de ce travail ont été fournies par l’Agence de promotion de l’industrie (Api) et par l’Agence de promotion de l’investissement étranger ou Foreign Investment Promotion Agency (Fipa).

2 Passant de 305,1 millions de dinars tunisiens en 1995 à 1 015,7 millions en 2005.

3 L’annexe 1 précise la classification des régions et la nomenclature des activités.

4 La notion de spécificité des actifs et son effet sur l’internalisation des transactions de marché ont été introduites initialement par Oliver Williamson dans le cadre de la théorie des coûts de transaction, ainsi que par John H. Dunning dans le cadre du paradigme Oli (Ownership - Location - Internalization).

5 Il s’agit de subventions à la création d’emploi, d’exemption temporaire à la fiscalité locale, de liberté de transfert des bénéfices faiblement imposés, d’exonération de certaines charges sociales, etc.). En Tunisie, le code de l’investissement définit un cadre réglementaire transparent, stable et non discriminatoire qui met les investisseurs locaux et étrangers sur un pied d’égalité. Les incitations fiscales permettent de définir un modèle de développement tourné vers l’extérieur. De plus, la convergence actuelle de la législation tunisienne vers des standards internationaux concernant les IDE constitue l’un des éléments pouvant éliminer les obstacles aux flux d’Ide vers le pays.

6 Le processus de démarrage peut prendre deux à trois mois pour un investisseur dans l’agroalimentaire ou le tourisme, et jusqu’à six mois dans le secteur manufacturier. L’auteur fait référence à une étude réalisée auprès d’un échantillon d’investisseurs étrangers selon laquelle il semblerait que le poids de la bureaucratie soit considéré par eux comme le facteur le plus négatif au niveau des décisions en matière d’Ide en Tunisie.

7 Par exemple, il est moins cher de transporter un conteneur de New-York ou Singapour vers Marseille que de Tunis. Pour ce qui est des services et des tarifs dans le secteur des télécommunications, la Tunisie a certes réalisé des progrès, mais elle est toujours en retard par rapport aux pays à revenus moyens pour ce qui est de la tarification et de la densité des lignes téléphoniques fixes ainsi que pour les téléphones mobiles.

8 La création de “zones franches” en Tunisie nuance l’idée selon laquelle les incitations fiscales ne diffèrent pas selon les régions.

9 Un autre mécanisme donnant lieu à un effet d’agglomération et qui est souvent cité par les investisseurs étrangers tient au mimétisme. En effet, dans la mesure où le choix de localisation est soumis à une incertitude, il semble “rationnel” de suivre les choix des investisseurs précédents car leurs choix fournissent de l’information sur la qualité de chacune des localisations.

10 Pour une revue de la littérature sur ces questions, cf. C. Hendrickx-Candela, 2001 ; C. Carrincazeaux, 2000.

11 Par exemple, la faible motivation des travailleurs européens à migrer joue un rôle important dans le fait que l’emploi non agricole est moins concentré géographiquement en Europe qu’aux États-Unis, et les disparités de revenu sont plus élevées entre régions européennes qu’au sein des États-Unis (G. I. Ottaviano et D. Puga, 1997).

12 Par exemple, la région de Toulouse en France n’a pas de raison particulière d’être spécialisée dans les activités dérivées de l’aéronautique. Il faut souligner, dans ce cas, l’héritage historique de cette région qui a bénéficié de la décision d’installation d’Air Bus Industrie.

13 L’idée d’« atmosphère industrielle » au sein d’un district ou l’affirmation que « les secrets de l’industrie sont dans l’air » constitue une illustration de la thèse marshallienne sur cette question.

14 Le recours à des données sur l’emploi se justifie par l’absence de données réelles sur le niveau de la production et de la valeur ajoutée par région et par secteur.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/670/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,2k
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/670/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 4,1k
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/670/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 5,6k
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/670/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 5,5k
Titre Tableau n° 1. Évolution des indices de concentration géographique par secteur entre 2000 et 2005
Légende Source : calculs faits à partir des données de la Fipa.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/670/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Tableau n° 2. Évolution des indices de spécialisation régionale entre 2000 et 2005
Légende Source : calculs faits à partir des données de la Fipa.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/670/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau n° 1. Définition des régions en Tunisie
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/670/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Tableau n° 2. Liste des secteurs d’activités industrielles
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/670/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Graphique 1. Répartition régionale du stock d’IDE dans l’industrie agro-alimentaire (IAA) (en pourcentages)
Légende Source : calculs faits à partir des données de la FIPA.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/670/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Graphique 2. Répartition régionale du Stock d’IDE dans les industries mécanique, métallique et métallurgique (IMMM) (en pourcentages)
Légende Source : calculs faits à partir des données de la FIPA.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/670/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Graphique 3. Répartition régionale du stock d’IDE dans les industries électriques et électroniques (IEE) (en pourcentages)
Légende Source : calculs faits à partir des données de la FIPA.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/670/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Graphique 4. Répartition régionale du stock d’IDE dans l’industrie de la chimie et du caoutchouc (ICH) (en pourcentages)
Légende Source : calculs faits à partir des données de la FIPA.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/670/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Graphique 5. Répartition régionale du stock d’IDE dans l’industrie du textile et de l’habillement (ITH) (en pourcentages)
Légende Source : calculs faits à partir des données de la FIPA.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/670/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Graphique 6. Répartition régionale du stock d’IDE dans l’industrie du cuir et chaussures (ICC) (en pourcentages)
Légende Source : calculs faits à partir des données de la FIPA.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/670/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 28k

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable