Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires productifs en question(s)

 | 
Mihoub Mezouaghi

Les territoires productifs en question(s). Transformations occidentales et situations maghrébines

Développement local et gouvernance territoriale

Plasticité des concepts ou transférabilité des modèles entre économies occidentales et économies maghrébines ?

Catherine Baron et Malika Hattab-Christmann

Texte intégral

1De façon paradoxale, depuis les années 1980, on assiste à la fois à la diffusion d’un modèle de développement visant à une homogénéisation des dynamiques socioéconomiques à travers des règles globales et à l’octroi d’un rôle majeur aux facteurs locaux de développement (dans le cadre de la décentralisation par exemple). Pour rendre compte de ces processus de développement complexes, il convient de dépasser la simple opposition entre le local et le global en rendant compte de l’imbrication croissante entre les échelles, de la confrontation et de l’hybridation entre des dynamiques exogènes et endogènes, enfin de l’“enchâssement” des territoires dans des dynamiques macro-socio-économiques.

2Ces évolutions amènent à s’interroger sur les concepts qui étaient au centre des analyses théoriques du développement local dans les pays occidentaux, et à évaluer leur pertinence pour restituer des configurations institutionnelles, historiques, socio-économiques originales, comme dans le cas du Maroc. Les concepts de « systèmes productifs locaux » (Spl), de « développement local » et de « gouvernance territoriale » tels que formulés et définis dans un certain nombre de travaux de l’économie régionale peuvent-ils être mobilisés pour analyser des dynamiques originales ou doivent-ils être amendés, voire abandonnés ?

3Notre hypothèse de départ est fondée sur l’idée que tout concept est situé. Il s’agit de voir dans quelle mesure l’environnement institutionnel, le contexte socioculturel et économique influent sur la construction des concepts. Nous nous interrogeons par conséquent sur la plasticité d’un certain nombre de concepts spécifiques aux approches territorialisées du développement. Cette notion de « plasticité » est appréhendée dans sa multidimensionnalité, tant au niveau du concept en lui-même qu’à celui du modèle de développement local. Nous proposons donc de distinguer ces deux niveaux, même si des interactions, voire des assimilations, existent entre eux.

4Situons-nous tout d’abord en amont, du point de vue de la construction même des concepts et de leur relation, dès l’origine, avec l’objet réel observé. En effet, élaborés et pensés dans un environnement particulier – on pourrait parler de “terreau” particulier –, les concepts renferment intrinsèquement des valeurs, des représentations qui sont implicites et rarement identifiées. De ce fait, leur transfert dans des contextes institutionnels, sociopolitiques et économiques spécifiques suppose de prendre un certain nombre de précautions et d’expliciter cet implicite. Si l’on veut appliquer les notions de « développement local », de « Spl » et de « gouvernance territoriale » au cas marocain par exemple, afin de comprendre certaines formes d’organisations socio-économiques anciennes et/ou en cours de structuration, il convient de s’interroger au préalable sur les contextes dans lesquels ces concepts ont été forgés, et les valeurs dont ils sont porteurs.

5Par ailleurs, notre interrogation se situe à un autre niveau, plus en aval. Nous nous attacherons ici à analyser les conséquences du transfert, au Maroc, de certains modèles de développement forgés à partir de concepts sous-jacents et d’analyses théoriques élaborés dans des contextes différents. En d’autres termes, les concepts liés au développement local ont-ils émergé pour théoriser des modes d’organisation existants ou (et) des politiques volontaristes de “construction territoriale” ? Ou bien ont-ils été élaborés dans un cadre abstrait d’analyse de différentes formes d’organisation possible des espaces productifs ? Alors qu’on assiste aujourd’hui à l’exportation des modèles d’organisation territoriale élaborés dans les pays du Nord vers les pays du Sud, une discussion des fondements théoriques du transfert de ces modèles paraît indissociable d’une réflexion globale sur la pertinence de ces transferts.

6Dans une première partie, nous nous intéresserons au contexte institutionnel d’émergence des concepts de « Spl », de « dynamiques et de gouvernance territoriales » pour les mettre ensuite, dans une deuxième partie, en perspective avec les réalités des Ped, et du Maroc en particulier. En effet, nous postulons que ces notions de « développement local », de « Spl » et de « gouvernance territoriale » sont, à la fois, des concepts et des outils opérationnels d’analyse et de construction de formes d’organisation réelles.

1. Plasticité de concepts situés

7L’idée de concepts historiquement et institutionnellement situés n’est pas nouvelle. Un débat existait déjà au sein de l’économie du développement à propos du concept même de « développement ». Aujourd’hui, la question de la plasticité des concepts transcende la plupart des débats contemporains en économie du développement, notamment en se focalisant toujours sur le concept de « développement ». Cela a conduit des auteurs comme S. Latouche (1988) ou G. Rist (1996) à proposer d’abandonner un concept porteur de valeurs et de représentations incompatibles avec celles des pays du Sud auquel il était censé s’appliquer. Sans nécessairement aboutir à une telle conclusion, il est aisé de montrer comment ce concept de « développement » est situé d’un point de vue théorique, mais aussi au niveau des modèles qui en ont découlé.

  • 1 Dans le pacte de la Société des Nations (Sdn) de 1919 concernant les peuples et territoires sous t (...)

8L’environnement dans lequel il a été forgé explique son association, dès l’origine, à l’idée de « civilisation ». Dans le contexte de la colonisation, on considérait en effet qu’il fallait favoriser le développement social et culturel de pays qualifiés de “sous-développés”, voire d’“archaïques”. En témoignent de nombreux écrits de la Société des Nations1. Une rupture intervient dans les années 1930 où le développement est progressivement associé à l’idée de croissance économique. De notion, « le développement » devient concept et, dans les années 1950, se constitue, sur le plan académique, une discipline appelée « économie du développement ». Ce sont donc, au départ, les experts des Nations-Unies qui élaborent une théorie du développement, rapidement relayés par des universitaires impliqués à différents niveaux dans le processus de décolonisation qui s’amorce et confrontés à la nécessité de proposer des modèles de développement et des stratégies originales pour permettre à ces pays d’accéder à la croissance par le biais du progrès technique. Des auteurs (comme Ph. Hugon, 2002) présentent les années 1980 comme une nouvelle rupture dans la mesure où, aux préoccupations strictement économiques, vient s’ajouter désormais l’importance accordée aux institutions, et donc au politique, comme facteurs de développement. Ces évolutions s’expliquent non seulement par des renouvellements opérés dans l’analyse économique elle-même, mais aussi par des mutations dans les discours des bailleurs de fond, progressivement confrontés à l’échec des modèles qu’ils avaient implantés dans ces pays, notamment au cours des années 1990. Cependant, la nécessité d’intégrer à part entière la dimension politique dans l’analyse du développement conduit à des approches hétérogènes qui reproduisent les « clivages entre traditions néo-classiques et keynésiennes, marginalisant de ce fait les approches structuralistes qui avaient forgé dans une première période l’économie du développement » (E. Assidon, 2002). Par exemple, les recommandations en termes de « gouvernance » qui renvoient parfois à des préconisations opposées ont pu avoir une incidence directe sur les modèles de développement (cf. infra). Les réflexions que nous souhaitons mener sur les « systèmes productifs locaux », les « dynamiques territoriales » et la « gouvernance » s’inscrivent dans ce contexte général.

1.1. Le concept de « SPL » : entre production de biens et production de liens

9Dans quels contextes institutionnels ont émergé les concepts de « district », cluster, puis « Spl » ? Ont-ils été élaborés dans le but de rendre compte des dynamiques locales, en particulier dans la sphère productive ? Le concept de « district industriel » est né de l’analyse de l’économiste Marshall qui observait le capitalisme émergent à une époque et dans un lieu particuliers. Cependant, ce concept a d’abord retenu l’attention des apports des géographes, des sociologues et des historiens avant d’être pris en considération par d’autres économistes. L’« atmosphère » industrielle décrite dans Trade and Industry (1919) serait à l’origine du terme « district » qui traduit l’articulation entre différentes phases du processus de production sur un territoire particulier. Elle renvoie en effet à la formation et à l’accumulation des compétences dont les interactions sont à l’origine des innovations. En étendant la division du travail au sein de l’entreprise à une division du travail entre entreprises, Marshall est parvenu à interpréter les formes de concentrations industrielles qu’il observait, celles de la soie à Lyon ou de la laine à Roubaix (B. Pecqueur, 2000). Ses travaux sont à l’origine du concept d’« économies externes » qui constituera, après plus d’un demi-siècle, le socle de l’analyse régionale et permettra de prendre en compte le niveau méso-économique négligé dans la plupart des analyses économiques antérieures. La concentration en un même lieu d’activités concurrentielles ou complémentaires aurait généré des « économies externes » dont profiterait l’ensemble des acteurs, notamment une main-d’œuvre qualifiée et disponible.

10L’approche par le cluster, qui se définit par une concentration sectorielle et spatiale, permet de voir qu’une même solution technologique et organisationnelle, produit des résultats différents selon les contextes socioculturels dans lesquels se situe la production (G. Beccatini, 1996). Ce nouveau paradigme autorise la prise en compte de la variété des contextes socio-économiques dans lesquels se situe la production, le concept de « district » étant par nature socioéconomique. Si le caractère hybride de ce concept “socio-économique”, quant à son rattachement disciplinaire, a rendu difficile son intégration parmi les concepts affirmés de la science économique, les travaux qui l’ont utilisé ont pu mettre en évidence l’importance du local dans l’analyse des trajectoires de développement. Sur le plan empirique, le cas de ce qu’il est convenu d’appeler « la Troisième Italie » fit découvrir, dans les années 1970, un nouveau mode de développement fondé sur un réseau de Pme connectées aussi bien à des institutions locales qu’à des réseaux internationaux, et qualifié alors de « Spl ». Néanmoins l’intégration du local comme facteur explicatif des dynamiques de croissance de certains pays européens ne devait être opérée réellement qu’au tournant des années 1990, par des auteurs tels que G. Beccatini (1987, 1989, 1991 et 1992), A. Bagnasco et C. Trigilia (1993) et S. Brusco (1990) qui ont insisté sur le caractère socialement endogène du développement.

  • 2 Que ce soit à travers des activités d’exportations ou de sous-traitance, les Spl sont ouverts sur (...)

11Dans le cas du Spl, il s’agit d’un type d’organisation industrielle mélangeant concurrence, émulation et coopération entre Pme très spécialisées. Comme cela vient d’être souligné, ces Pme sont insérées, à la fois, dans un tissu socio-économique local et dans un circuit global2, et elles utilisent plusieurs formes productives localement disponibles. Ainsi, pour les auteurs qui se sont intéressés en particulier aux milieux innovateurs, ainsi qu’à l’émergence de l’innovation et du changement technique, « l’entreprise ne préexiste pas aux milieux locaux, elle est sécrétée par eux » (Ph. Aydalot, 1986). Tout en s’inscrivant dans une approche régulationniste, M.-J. Piore et C.-F. Sabel (1984) ont introduit un aspect dynamique dans l’évolution des formes d’organisation associées à des modèles de production. Ce sont eux qui ont expliqué qu’à la production de masse fordiste a succédé une forme d’industrialisation fondée sur la spécialisation flexible, le district. Se caractérisant par l’utilisation de savoirs et connaissances confirmés, de matériel polyvalent, cette spécialisation se développe dans un environnement social stimulant, alliant tradition, modernité et flexibilité. Selon leurs analyses, cette forme d’organisation productive localisée serait donc une réaction au fordisme conçu comme un modèle universel d’organisation efficace, basé sur la standardisation et la normalisation. Dans la lignée de ces travaux, les « systèmes productifs localisés » – étudiés en France par C. Courlet et B. Pecqueur (1991, 1992), J.-P. Gilly, M. Grossetti et C. Dupuy (1993) – sont devenus un nouveau paradigme du développement local basé sur la spécialisation flexible. Dans ce contexte, le développement local revêt des contours multidimensionnels, selon G. Garofoli (1996) : « L’espace-territoire est le lieu des économies externes, le lieu de rencontre entre les relations marchandes et non marchandes, le lieu de la production-reproduction des avantages compétitifs, des innovations sociales qui conduisent l’organisation de la production, lieu où les institutions locales interviennent pour la régulation de l’économie et de la société ». Il est nécessairement porté par les caractéristiques spécifiques du lieu et résulte des interactions entre des ressources, entre des acteurs et entre des espaces. Par ailleurs, dans le SPL peuvent coexister deux types de coordination entre acteurs, le marché et la réciprocité, qui constituent selon ces auteurs deux systèmes d’échanges imbriqués l’un dans l’autre (C. Courlet, 2001).

  • 3 Nous utilisons de manière indifférenciée ces trois concepts bien que H. Schmitz et K. Nadvi (1994) (...)

12Ainsi, en tant que concepts, le « district », le cluster puis le « système productif localisé »3 ont traduit la bifurcation industrielle postfordiste ; ils illustrent une forme spatialisée de l’accumulation flexible qui serait analysée à partir des outils de la théorie de la régulation. Mais toutes les approches ne convergent pas vers l’idée d’une unicité d’un post-fordisme. Comme le rappelle A. Lipietz (2002), contrairement aux géographes et aux économistes belges (F. Moulaert et É. A. Swyngedouw, 1988, 1992), les régulationnistes français rejettent cette hypothèse d’unicité pour mettre en évidence, au contraire, la diversité des trajectoires de développement local. Quant aux auteurs anglo-saxons qui s’intéressent à cette problématique dans les années 1990, ils s’inscrivent dans plusieurs champs des sciences sociales, l’économie géographique (P. R. Krugman, 1991), les sciences de gestion (M. Porter, 1990), l’économie régionale (A. J. Scott, 1988), ou encore l’économie de l’innovation (H.-J. Braczyk, Ph. Cooke et M. Heidenreich, 1998). Mais ce sont essentiellement Schmitz et Nadvi (1994) qui se sont attachés à l’étude des clusters dans les pays en développement sans toutefois aborder la question théorique de la transférabilité des concepts. Or le Spl renvoie aussi à une construction théorique située.

13Les références récurrentes aux Spl dans les pays en développement, et au Maroc en particulier, conduisent donc à se poser la question de la plasticité des concepts et de leur possible transfert dans des contextes parfois très différents de ceux dans lesquels ils ont été forgés. Ces précautions s’appliquent également au concept de « gouvernance », devenu indissociable des problématiques de développement, en particulier local. Son émergence puis sa diffusion sont historiquement situées, ce qui invite à s’interroger sur les conditions de son transfert, au même titre que pour le Spl.

1.2. La « gouvernance » : un concept institutionnellement situé

14Le concept de « gouvernance » a été forgé antérieurement aux années 1980, même si c’est à partir de cette période qu’il devait être diffusé très largement tant au niveau des chercheurs qu’à celui des acteurs du développement, et appliqué à de nombreux domaines. Il est donc né dans un environnement spécifique. Afin d’analyser les possibilités de son transfert, et de celui des modèles qui lui sont associés, il importe de se demander s’il existe des conditions temporelles et spatiales à son adaptabilité. Nous focaliserons ici l’attention sur la façon dont il a été mobilisé de façon récurrente pour analyser les modes de coordination entre acteurs dans les processus de développement économique. Une ambiguïté existe en effet, compte tenu de son utilisation dans des acceptions qui paraissent à bien des égards opposées, au niveau des référents théoriques comme des préconisations qui en découlent. Ceci est en partie lié au contexte dans lequel il a été défini et diffusé, tant au niveau global – puisqu’il renvoie à une nouvelle manière d’appréhender les questions de développement –, qu’au niveau local – puisqu’il devait sous-tendre de nombreuses analyses originales de développement local, notamment dans le cadre de la résolution de problèmes productifs. À la place du concept de « régulation » généralement utilisé par les régulationnistes, celui de « gouvernance » renvoie à la multiplicité des acteurs et des niveaux de décisions, ainsi qu’à la diversité des modes de coordination.

  • 4 La crise mexicaine de 1982 est emblématique de ce point de vue, et sert souvent de date de référen (...)
  • 5 Le Consensus de Washington correspond à une série de propositions faites en 1989 par l’économiste (...)

15Sur le plan global, la référence au concept de « gouvernance », dans les années 1980, est corrélée à la rupture qui intervient dans la manière d’aborder les questions de développement. Sur le plan théorique, on constate en effet un basculement des débats qui portaient, depuis la décennie 1960, sur des questions structurelles vers des analyses plus conjoncturelles, liées à la crise de la dette4. Or cette crise tend à légitimer l’intervention, selon de nouvelles modalités, des bailleurs de fonds et institutions financières internationales. Se met progressivement en place un modèle unique dont les grands principes sont énoncés dans le Consensus de Washington5, conclu entre la Banque mondiale, le Fonds monétaire international (Fmi), puis l’Organisation mondiale du commerce. La régulation s’opère désormais au niveau mondial, par le biais d’institutions internationales qui interviennent au niveau du développement de nations indépendantes, notamment à travers les Plans d’ajustement structurels (Pas). Une nouvelle rupture intervient cependant au début des années 1990 lorsque, constatant l’échec de ces plans à plusieurs niveaux, les institutions internationales préconisent la recherche de nouveaux modes de gestion face à la stagnation de la croissance, à l’aggravation de la pauvreté et au manque de “capacités”. D’un point de vue théorique, le Consensus de Washington se reformule alors et, au plan pratique, des préconisations sont formulées en termes de décentralisation et de démocratisation, d’où la valorisation de l’échelle locale. Les recommandations portent non plus seulement sur les contenus des politiques économiques, mais aussi sur la façon de les implémenter. Une autre conception de l’aide au développement transparaît, par exemple à travers ces nouveaux outils que sont les documents stratégiques de réduction de la pauvreté (J.-P. Cling, M. Razafindrakot et F. Roubaud, 2002). Les programmes de développement valorisent alors des principes neufs, notamment ceux de « bonne gouvernance », d’adhésion et de participation des populations au processus décisionnel et de qualité des institutions, autant d’éléments que l’on pourrait qualifier d’“extra-économiques” et qui sont désormais intégrés à part entière dans les discours et les analyses.

16La Banque mondiale a été le principal diffuseur du concept de « gouvernance », dès son Rapport de 1992 qui en donnait toutefois une définition très vague puisqu’il s’agissait de la « manière dont le pouvoir est exercé dans la gestion des ressources économiques et sociales d’un pays ». L’institution financière internationale lui conférait, d’entrée, un contenu normatif en lui accolant le qualificatif de “bonne” gouvernance. Cette dimension prescriptive était fondamentale puisqu’il s’agissait d’élaborer des critères de good governance qui renvoyaient explicitement aux règles de l’économie de marché : notamment, la recherche de la transparence, la mise en place de nouvelles formes de partenariat entre le public et le privé, la valorisation de la participation de la « société civile » (empowerment).

17Dans cette acception, la « bonne gouvernance » va de pair avec la modernisation de l’action publique qui intervient, dans les pays en développement, dans de nombreux domaines. Elle s’appuie pour sa réalisation sur l’intervention de l’État, mais selon de nouvelles modalités. L’État doit respecter les règles de l’efficience économique que sont la transparence, la décentralisation des pouvoirs et la rénovation de la gestion publique. Des réformes du management public sont recommandées afin de privilégier une gestion qualifiée de “rigoureuse” (transformation des règles budgétaires, décentralisation interne, gestion de la clientèle), une plus grande accountability et une meilleure responsiveness aux besoins différenciés de la demande. Toutefois, on peut s’interroger sur l’applicabilité et la transposabilité de ces dispositifs juridiques, de ces textes et de ces nouvelles règles. Si, dans le contexte des Ped, on reconnaît le rôle et la légitimité d’une pluralité d’acteurs intervenant à l’échelle territoriale (collectivités locales, entreprises, associations, comités de quartier, organisations non gouvernementales, groupes d’intérêt économique, représentants d’institutions internationales, etc.), on peut également s’interroger sur les fondements mêmes du concept d’empowerment, désormais utilisé pour évoquer la participation de la « société civile » dans la régulation de certains territoires. Dans le cas du Maroc, par exemple, dans quelle mesure s’agit-il d’une véritable participation à la prise de décision ? Et jusqu’à quel point ces acteurs détiennent-ils un pouvoir comme le sous-tend le concept de « gouvernance » ?

18Dans cette définition de la « bonne gouvernance », nous constatons que le territorial est évacué au profit de l’efficacité de l’action publique. Or, le même concept peut permettre de réintroduire cette dimension spatiale souvent négligée dans les analyses économiques. Il est d’ailleurs intéressant de noter que les auteurs précédemment cités à propos des SPL ont non seulement enrichi les recherches en ce sens, mais qu’ils ont aussi fortement contribué à la construction d’un concept de « gouvernance locale » qui se démarque explicitement des approches en termes de « bonne gouvernance ».

  • 6 M. Storper et B. Harrison, 1992 ; C. Courlet et B. Pecqueur, 1992 ; G. Benko et A. Lipietz, 1992 ; (...)

19L’usage de la « gouvernance locale » est fait, à partir de la décennie 1990, par des auteurs à l’interface de l’économie spatiale et de l’économie industrielle6. Leurs travaux abordent de façon originale des problèmes de coordination, de décisions multi-niveaux, de mode de résolution de conflit, donnant à la dimension spatiale et aux institutions une place privilégiée. Leurs approches sont originales dans le sens où elles ont pour souci de se dégager de tout contenu normatif et prescriptif, et où elles visent la construction d’un cadre conceptuel (G. Stocker, 1998) qui aide à comprendre l’évolution dans le temps des processus de coordination, tout en intégrant leur dimension territoriale. Il s’agit, pour ces auteurs, d’identifier les processus institutionnels et les formes de coordination entre acteurs à différentes périodes de l’histoire du développement économique en Europe. Par exemple, à une gouvernance que l’on pourrait qualifier de “faible” à la période du fordisme – parce qu’elle était caractérisée par des formes institutionnelles reposant, notamment, sur un rôle important de l’État qui définissait des règles et des compromis socio-économiques –, aurait succédé la nécessité de penser de nouvelles formes institutionnelles, avec une gouvernance plus marquée dans le contexte de crise de l’État-providence, en particulier face à sa difficulté de prendre en charge la question sociale. Les politiques de décentralisation menées en France au début des années 1980 et le processus de construction européenne s’étaient accompagnés de réformes qui avaient nécessité le recours à d’autres outils d’analyse, et au concept de « gouvernance » dans la mesure où il permettait de raisonner en termes de mises en réseaux, et non plus de pouvoirs hiérarchisés (R. Boyer et M. Dehove, 2001). C’est bien la problématique du passage d’une structure hiérarchique du pouvoir (que traduit le terme “gouvernement”) à une structure de type “réseaux” qui a justifié le recours à un nouveau concept. La gouvernance a accompagné le dépassement de l’État-nation comme acteur clé de décision politico-économique vers des formes plus fragmentées de distribution des pouvoirs décisionnels entre des acteurs relevant des sphères économique et institutionnelle comme de la « société civile », et s’inscrivant dans différentes échelles spatiales, internationale, nationale, locale.

20La volonté de se démarquer de tout contenu normatif s’est traduite par une conceptualisation fondée sur la critique de la rationalité instrumentale et de la hiérarchisation des niveaux de décision. Abordée en termes de processus et de dynamiques institutionnelles, la gouvernance met alors en évidence la diversité des modes de coordination fondés sur la négociation entre les différentes parties prenantes et la recherche de compromis face à des situations conflictuelles, notamment dans le cas de stratégies de captation du pouvoir ou de ressources par certains acteurs. Dans ces approches, la gouvernance suppose également d’analyser trois aspects qui ne sont pas exclusifs les uns des autres.

21Tout d’abord, l’intégration de la question du pouvoir traduit l’originalité de ces approches qui insistent sur la nécessaire prise en compte du conflit dans les stratégies de coordination, et sur son mode de résolution à travers l’élaboration de compromis. Cette façon d’aborder la coordination permet d’insister sur la nature des règles à mettre en place, en proposant la construction d’un droit négocié entre les différents acteurs. Dans cette optique, les fondements du pouvoir ne sont plus seulement juridiques, mais aussi sociaux dans le sens où les acteurs peuvent eux-mêmes créer, modifier ou interpréter les règles de coordination (M. Storper et B. Harrison, 1992 ; J.-P. Gilly et F. Wallet, 2001).

22Par ailleurs, on insiste sur la dimension spatiale des processus de coordination, comme en attestent les termes utilisés de « gouvernance territoriale » ou de « gouvernance locale ». Dans cette acception, le territoire ne désigne pas a priori un espace donné, figé. Il correspond à un lieu façonné par l’histoire, la géographie, les institutions et les modes de production. Mais, en même temps, il se définit comme le résultat du jeu d’acteurs présents sur ce territoire, voire même, pour certains d’entre eux, imbriqués dans des institutions globales. Ces derniers peuvent être qualifiés d’“acteurs clés” dans la mesure où ils sont des vecteurs de médiation entre le local et le global, à un niveau méso-économique (J.-P. Gilly et A. Torre, 2000). C’est la complexité du jeu des acteurs économiques, institutionnels, sociaux et politiques qui façonne les dynamiques territoriales. Le territoire est alors « un résultat des pratiques et des représentations des agents » (B. Pecqueur et J.-B. Zimmermann, 2004). Par conséquent, le développement local de territoires est de moins en moins « le résultat déterministe d’une dotation favorable en facteurs de production, mais le résultat d’un maillage réussi entre les acteurs publics et privés, adossés à des institutions adéquates, porteurs de projets pertinents et mobilisateurs » (P. Veltz, 2002).

23De plus, cette dimension spatiale renvoie à la prise en compte des interactions entre le local et le global à travers la nature des règles édictées à un niveau global qui s’imposent aux acteurs locaux, règles qui sont interprétables et sur lesquelles les acteurs peuvent avoir une influence. Pour en rendre compte, on doit se situer à nouveau au niveau méso-économique, espace caractérisé par une articulation, voire une imbrication, entre des dispositifs institutionnels globaux et des dispositifs de régulation locaux. Seule l’étude précise d’un territoire permet de lire ces enchevêtrements entre les échelles locale et globale. Le souci d’endogénéiser les institutions et les règles apparaît comme une étape essentielle dans la prise en compte d’une diversité des trajectoires de développement.

24Enfin, le concept de « gouvernance » pose, en des termes nouveaux, la problématique des liens entre État et marché, tout en tenant compte de ce troisième acteur que constitue « la société civile », partie prenante dans le processus de décision. En effet, dans la mesure où l’on s’éloigne d’une vision hiérarchique où l’État imposerait des règles quasi immuables, on tend vers une vision hybride de différentes structures de pouvoir, propre à la gouvernance. Cette hybridation des logiques d’acteurs renvoie à une articulation originale entre logiques de marché, de redistribution et de réciprocité sans présupposer la surdétermination de l’une par rapport aux autres comme dans une approche en termes de « bonne gouvernance ».

25Par conséquent, deux conceptions à bien des égards opposées caractérisent les analyses en termes de « gouvernance ». Force est de constater qu’au Maroc, c’est dans le sens de good governance que la plupart des acteurs institutionnels marocains utilisent ce terme. On peut se demander cependant quels seraient les apports d’analyses en termes de « gouvernance territoriale » telles que celles présentées ci-dessus pour comprendre les formes d’organisations productives localisées qui caractérisent à l’heure actuelle certains territoires marocains.

26Ceci conduit à l’idée selon laquelle le transfert de modèles, par exemple celui des SPL, est indissociable des concepts qui leur sont corrélés et de l’environnement dans lesquels ils ont été construits. Comme le signalait A. Lipietz (1999) à propos des Spl, « de la même façon, dans les années 80, en même temps qu’on découvrait les districts, on découvrait la méthodologie pour étudier les districts, c’est-à dire l’embeddedment (qu’on traduit par “insertion” ou “enracinement”) des activités économiques dans un tissu social ». Aussi la forme d’organisation économique est-elle intrinsèquement corrélée aux méthodes d’analyse et aux outils qui lui ont été consacrées et qui ont été forgés dans un environnement sociospatial et temporel particulier. Il convient dès lors d’étudier plus précisément la nature de “l’encastrement” des activités économiques dans le tissu social marocain pour y analyser la spécificité des Spl, et s’interroger sur le transfert des modèles.

2. Transférabilité des modèles : le « SPL » comme instrument de politique de développement territorial

27Au cours des années 1990, des politiques volontaristes de développement local se sont mises progressivement en place en Europe (en France en particulier) en s’appuyant sur le modèle de « district industriel ». A. Lipietz (2002) distingue « trois cas typiques : les agglomérations technologiques (par exemple, celles renvoyant au modèle de la Silicon Valley), artisanales ou de Pme (le cas de la Troisième Italie et des Spl), et financières et de services (les grandes métropoles) ». Dans le cadre des politiques de développement local à partir de Spl, deux démarches peuvent être dégagées. La première consiste à identifier toutes les formes d’agglomérations productives présentant les caractéristiques des Spl, puis à les accompagner dans le cadre d’une véritable politique de compétitivité. La seconde s’attache à créer des Spl “à partir de presque rien” et à réunir les facteurs de succès identifiés dans d’autres configurations pour reconstituer, dans certains espaces, des systèmes similaires.

28Nous verrons tout d’abord comment le modèle français de développement local fondé sur les Spl s’est mis en place avant d’évoluer pour intégrer les mutations de l’environnement international. Ce modèle devait, par la suite, être transféré dans les pays en développement, dans le cadre de la politique d’internationalisation des Spl. Pour les Ped, un certain nombre de travaux ont eu pour objectif d’identifier les formes d’organisation territoriale proches des SPL. Dans cette logique, les agglomérations productives localisées sont devenues une norme du développement local, que l’on pourrait qualifier de “design organisationnel” dans la mesure où elles ont fait l’objet de recommandations de la part des organisations internationales telles que la Cnuced (1998) et l’Onudi (2000). Au Maroc, dans le cadre de la décentralisation, le ministère de l’Aménagement du Territoire a commandité une étude auprès de la Datar sur les possibilités d’implémentation de ce modèle dans le pays. Nous discuterons ensuite la pertinence du transfert de ce modèle particulier d’organisation territoriale.

2.1. Du concept au modèle d’organisation territoriale : l’expérience française

  • 7 Une grande partie de l’appareil productif est nationalisée et l’acteur clé est l’État.
  • 8 Selon le rapport du groupe présidé par Henri Martre (Paris, La documentation française, 1994), « l (...)

29Dans un document de synthèse, P. Pommier (2004), chargée de mission à la Datar et responsable du suivi des Spl, rappelle les différentes étapes de la mise en œuvre des politiques de développement local en France. Le tissu industriel de la France avant la Deuxième Guerre mondiale était structuré sous forme de « districts industriels » de Pme qui furent démantelés dès le lendemain de la guerre sous l’effet d’un fort mouvement de concentration. Durant les Trente glorieuses, marquées par une forte croissance, le développement local est exogène7 car basé sur l’entrée d’investisseurs étrangers à la région ; on assiste à une division spatiale et fonctionnelle de la production. La crise de ce système, dans les années 1970, fait resurgir la problématique du local avec la promotion des Pme. Si les grandes firmes s’intéressent davantage à leur lieu d’implantation, compte tenu des encouragements incitatifs des pouvoirs publics dans le cadre des politiques de reconversion menées dans des espaces en crise, elles ne prendront conscience de l’importance des économies externes et de la dynamique de développement conjoint firme-territoire que dans les années 1990. Désormais, leur environnement externe compte et procure des gains de productivité d’autant plus importants que la disponibilité et la qualité des services, de la formation et des infrastructures sont compatibles avec leurs besoins. En parallèle, alors que les firmes se recentrent sur leur cœur de métier et externalisent de plus en plus des fragments entiers de leurs activités, la diffusion de la sous-traitance multiplie le nombre de Pme dans le tissu industriel français. En 1994, le rapport Martre (XIe Plan) préconise la mise en place effective d’une politique d’« intelligence économique »8 pour permettre aux entreprises d’accéder à l’information sur leurs marchés. Dans ce contexte, le rôle des pouvoirs publics devient surtout incitatif dans l’accompagnement des entreprises, elles-mêmes conçues comme un élément d’un système plus vaste qui se décline tel un maillage du local jusqu’à l’international. L’État doit non seulement produire les infrastructures de transport, de formation, de communication, de logistique, mais aussi des systèmes communs de veille, de recherche, etc., de manière à susciter et dynamiser les réseaux d’acteurs localement situés.

  • 9 Parmi eux P. Veltz, G. Benko, A. Lipietz, B. Coriat, C. Courlet, G. Colletis, etc.
  • 10 Commissariat général du Plan, 1997, Économie et territoires, La documentation française.
  • 11 En 1998, sur 200 projets, 96 ont été retenus dont, pour une moitié, des systèmes productifs mature (...)

30Ces formes prescriptives de modèles de développement local ont été formalisées, en amont, par des chercheurs9, puis elles ont été implémentées par des institutions publiques telles que le ministère de l’Aménagement du Territoire, à travers la Datar, afin de relancer la compétitivité de la France. Par ailleurs, leur mise en œuvre a toujours été précédée par une phase de diagnostic territorial pour identifier les formes d’organisation territoriale présentant les caractéristiques des SPL, afin de sélectionner ceux qui devaient faire l’objet d’un accompagnement et d’un soutien financier spécifiques. Ainsi, c’est de la rencontre entre des travaux universitaires et un changement d’organisation des systèmes productifs dans un monde en mutation qu’ont émergé les premières politiques publiques axées sur les SPL. Les résultats majeurs de ces travaux mettaient en relief l’importance des ressources spécifiques territoriales dans la compétitivité des systèmes productifs10. De plus, en articulation avec d’autres travaux sur la même thématique menés au sein de l’Ocde, il était préconisé de « passer d’une logique de soutien financier aux entreprises individuelles à une logique d’accompagnement ou d’appui à des réseaux productifs localisés ». Après sélection d’un certain nombre de projets11, les SPL émergents devaient être soutenus, notamment par la « création de coordinations locales ». En effet, ce qui fait des Spl, clusters et autres districts industriels, un modèle de référence, c’est surtout leur capacité à créer les conditions idéales d’émergence de l’innovation, celle-ci étant vue comme la principale source de compétitivité des territoires. L’innovation est définie comme la résultante de plusieurs interactions entre acteurs (laboratoires de recherche, centres de formations, universités, etc.), dans des lieux dédiés à ces rencontres, et à des échanges d’expériences et d’informations. Des structures d’interface telles que les Centres régionaux d’innovation et de transfert de technologies (Critt), du fait de leur proximité avec les entreprises, peuvent faciliter ces interactions.

  • 12 Dès 2001, l’internationalisation des SPL devient un objectif stratégique prioritaire, que ce soit (...)

31Avec la notion d’« innovation » comme source de création de valeur, et en articulation avec « l’avantage compétitif » de Porter, nous pouvons mieux appréhender l’avantage que constitue la taille (petite et moyenne) dans les dynamiques d’innovation. Il s’opère une spécialisation dans chacun des éléments de la chaîne de valeurs, avec une concentration des efforts d’innovation en amont et en aval de la chaîne de production (conception et commercialisation). Cette fragmentation de l’activité productive réintroduit la dimension globale des systèmes productifs à travers une division du travail en fonction des ressources spécifiques des différents territoires. Elle permettra, notamment, de penser l’articulation12 avec des dispositifs d’organisation territoriale similaires dans les pays développés et dans les pays en développement.

32Ces formes prospectives de coopération entre Spl, destinées à renforcer l’ouverture à l’international des Pme, sont prolongées, depuis 2002, par une réflexion sur les pôles de compétitivité destinés à attirer les capitaux et les talents, afin de constituer des foyers d’innovation phares de l’économie nationale. Parmi les facteurs de succès, quatre d’entre eux sont primordiaux : le fort engagement d’un noyau d’entreprises leader, en tant qu’acteurs clés ; une structure d’animation dynamique et spécialisée, généralement financée sur le budget du projet ; un nombre significatif d’entreprises dans le Spl pour permettre de mettre en place des projets collectifs nombreux et variés ; enfin, une grande capacité de coordination entre les acteurs publics qui n’ont en général pas les mêmes représentations du territoire que les acteurs du secteur privé. C’est de la volonté stratégique et politique des acteurs locaux que dépend en grande partie la réussite du projet.

33Ces évolutions du point de vue des modes d’organisation socio-économique et des dynamiques institutionnelles expliquent, en partie, la nécessité de recourir à de nouveaux termes pour analyser les mutations en cours, notamment quant au rôle des acteurs clés dans les processus de développement des pays européens. Se référer à une approche en termes de « gouvernance locale » conduit, comme nous l’avons précédemment souligné, à remettre en cause la simple dichotomie entre, d’un côté, une coordination marchande dans laquelle le système des prix est l’élément central de la coordination et, de l’autre, un principe de coordination qui repose sur une relation d’autorité régissant une structure hiérarchique de gouvernement. La « gouvernance » correspond donc à cette forme intermédiaire, de type “réseaux”, décrite dans le cas des Spl. Elle met en évidence le rôle d’acteurs hétérogènes, tant du point de vue de leurs modes de fonctionnement que de leurs objectifs, de leurs sources de légitimité, de leurs relations au politique, etc. Elle s’inscrit de ce fait dans un nouveau contexte quant au rôle de l’État dans l’accompagnement et le soutien apporté aux politiques de développement local.

34Par ailleurs, la prise en compte de la diversité de ces modes de coordination et des conflits entre les logiques d’acteurs impliqués dans les processus de développement local, permet d’expliciter certains échecs qu’ont connus les SPL en France. Il a été difficile, parfois, de mettre en place des compromis entre les différentes parties prenantes tant les intérêts divergeaient. On a donc été confronté à des problèmes inhérents aux modes de gouvernance locale qui avaient été retenus.

35Dans quelle mesure le transfert de ces modèles dans des pays émergents tels que le Maroc ne se heurtent-ils pas à des configurations institutionnelles et des dynamiques organisationnelles trop fortement éloignées du contexte dans lequel ils ont été élaborés ? Et comment intégrer ces décalages dans l’élaboration des politiques de développement local marocaines ?

2.2. La diffusion du modèle de SPL dans les PED : les limites du transfert des modèles

36L’échec du transfert de certains modèles de développement a été mis en évidence dans nombre de travaux antérieurs. Par exemple, le modèle fondé sur la grande entreprise a montré ses limites, interprétées a posteriori par la difficile intégration de la firme dans le tissu socioculturel. Malgré ce constat, nous observons encore aujourd’hui que les investissements étrangers dans les Ped, parce qu’ils sont orientés le plus souvent vers l’acquisition de grandes firmes, ont peu d’effets d’entraînement sur le tissu industriel local dont ils seraient en quelque sorte déconnectés (M. Hattab-Christmann, 1997). Les firmes étrangères s’intègrent peu dans leur milieu d’implantation et, au lieu d’une symbiose, apparaît une simple juxtaposition d’anciens et de nouveaux établissements industriels. S’instaurent alors des relations de concurrence à défaut de coopération, du moins sur les marchés locaux, jusqu’à disparition totale des structures traditionnelles. Cette déconnexion entre les acteurs du dedans et ceux “de l’extérieur” se traduit par une imperméabilité qui entrave la circulation et le partage de connaissances et d’apprentissage.

37Les mêmes questionnements apparaissent à propos des modèles de SPL. Dans quelle mesure le type de modèle “à la française” peut-il faire l’objet d’un transfert vers d’autres environnements, afin d’y impulser une dynamique de développement local qui se voudrait endogène ? Bien que, pour G. Garofoli (1996), les modèles d’industrialisation diffuse et de SPL soient difficilement transférables aux Ped, les recommandations et les prescriptions, notamment de la part d’organisations internationales, vont aujourd’hui toutes dans le sens d’une implémentation de tels modèles. Pour cet auteur, l’impossibilité du transfert de ces modèles vient bien du fait qu’ils sont « des produits sociaux et historiques intégrés à l’organisation de l’espace et de la société locale ». Selon lui, pour que ce transfert soit envisageable, il faudrait l’existence des facteurs suivants : l’existence d’une structure sociale avec une distribution des revenus de type égalitaire, une petite propriété foncière, des travailleurs autonomes, avec une culture bien enracinée dans le territoire, et un sentiment fort d’appartenance à une communauté locale. Dans la même logique, G. Benko, M. Dunford et A. Lipietz (1996) montrent qu’il « paraît douteux de rechercher en la matière un quelconque modèle universel, donc transférable, tant sont multiples les déterminants qui vont spécifier une situation locale vis-à-vis d’une autre ». De manière plus générale, deux types de conditions nécessaires peuvent être identifiées. D’une part, une convergence institutionnelle entre des territoires différents peut faciliter le transfert d’un modèle d’organisation territoriale. Cette convergence suppose des arrangements institutionnels construits et négociés entre les différentes parties prenantes, en tenant donc compte des facteurs sociopolitiques et institutionnels propres au territoire dans lequel le transfert s’effectue. C’est à ces conditions que le transfert des savoir-faire sur les méthodes de développement local peut être envisagé. Or, dans le contexte actuel marocain, on constate que bon nombre de décisions prises dans le cadre de politiques publiques laissent aux acteurs locaux une faible marge de manœuvre, ce qui correspond à une gouvernance qualifiée de “faible”. Ces acteurs ne sont pas toujours impliqués dans la prise de décision, notamment lorsqu’il s’agit de mettre en place des transformations institutionnelles. Dans ce type de modèle, les objectifs globaux du système prime sur l’autonomie des acteurs.

  • 13 Dès 2001, l’internationalisation des Spl devient un objectif stratégique prioritaire, que ce soit (...)
  • 14 Parmi les SPL identifiés dans l’économie marocaine par l’étude dirigée par C. Courlet (2002), domi (...)

38D’autre part, des conditions locales, endogènes, doivent exister pour assurer l’implémentation du modèle et son “encastrement” dans les structures existantes. On pourrait reprendre à ce propos l’image d’« atmosphère » de Marshall. Certes, quelques activités traditionnelles sont fortement ancrées localement13 et organisées selon un certain nombre de règles liées aux types de production. La majorité des études de cas sur les SPL dans les PED14 – notamment au Maroc – portent effectivement sur des activités prenant la forme d’une industrialisation diffuse, le plus souvent dans les secteurs traditionnels, en fin de cycle dans les pays développés, ou d’artisanat qui se développe à la faveur du tourisme. Dans ces activités, le plus souvent urbaines, le temps a cimenté les liens entre acteurs et a favorisé des relations dynamiques entre entreprises appartenant à des membres d’une même communauté, famille ou ville (Fès au Maroc, Sfax en Tunisie, etc.), voire d’une même ethnie (Arabes, Berbères).

39La dimension temporelle est donc essentielle et doit être intégrée à part entière. Par exemple, B. Pecqueur (2000) insiste sur cette nécessaire prise en compte du temps long. Selon lui, ces formes d’organisation locale ne seraient qu’une étape si on observe l’histoire des spécialisations (Lyon ou Saint-Étienne pour la France). Dans certains secteurs, elles ont persisté, dans d’autres, elles sont réapparues notamment dans des activités hautement technologiques. En effet, d’après plusieurs études de cas, ces formes d’organisation renverraient à de nouvelles logiques d’agglomérations territoriales qui relaieraient, dans un contexte de sortie de crise, l’organisation fordiste ; d’après d’autres études, il s’agirait de modes d’organisation ayant survécu, à la périphérie du fordisme dans les pays en développement ou dans des régions marginalisées de l’Europe du Sud. Dans les Ped, elles renvoient souvent à l’informel d’où leur enracinement dans les pratiques locales caractérisées par la proximité et la solidarité. Ces différents éléments expliquent pourquoi il peut s’avérer difficile et coûteux en termes d’incitation et de sensibilisation de construire du “lien” ex nihilo afin de faire adhérer les différents acteurs aux objectifs des projets de développement local.

  • 15 L’Association des professionnels des technologies de l’information, née en 1989, regroupe en 2004 (...)

40Dans le domaine des activités industrielles plus sophistiquées, comme les technologies de l’information (Ti), la mécanique ou l’électricité, situées le plus souvent dans les villes portuaires comme Casablanca et Tanger, d’autres types de liens non marchands (aujourd’hui qualifiés de “capital social”) peuvent être mobilisés. Casablanca, en tant que capitale économique du Maroc, a toujours constitué un “lieu-aimant” pour beaucoup d’activités tournées vers l’exportation et les activités de sous-traitance. Elle rassemble, à la fois, du personnel qualifié, un tissu dense d’entreprises (Pme et grandes entreprises), des centres de formation et de recherche. Pour ces formes d’agglomérations émergentes présentant quelques caractéristiques des Spl, si l’offre d’infrastructures de toutes sortes est primordiale, notamment pour les activités de réseau, c’est surtout la proximité avec les clients et les donneurs d’ordre qui est fondamentale. Dans le domaine des TI, qui réunit des entrepreneurs de même “culture”, les références organisationnelles sont la Silicon Valley et Bungalore. L’Apebi15 réalise la coordination entre les différents intervenants du secteur. Cette forme de SPL émergent constitue un exemple type dans la mesure où il est fortement ancré dans le local et dans le global. Comme pour les activités de sous-traitance automobile et aéronautique, ce type de Spl constitue l’élément d’une toile beaucoup plus large qui est le système productif mondial.

41Enfin, si la question du développement local endogène – tel qu’elle transparaît dans le modèle des Spl – peut se résumer dans la capacité à mobiliser et valoriser l’ensemble des ressources du territoire, nous pouvons nous demander quelles sont les capacités des collectivités territoriales à financer ces investissements dans des pays “émergents” qui n’ont pas suffisamment investi dans la formation en capital humain. En effet, la valorisation de la main-d’œuvre passe par la formation, par la mise en place d’une culture du travail et de la production, par la création de liens forts entre les acteurs locaux propres à faciliter la création, la circulation et le partage de nouvelles connaissances.

Conclusion

  • 16 Pour une amorce de cette réflexion, cf. C. Baron et M. Hattab-Christmann, 2005.

42L’ensemble de ces facteurs est fondamental pour analyser les échecs de transfert de modèles. Dans la majorité des cas, c’est surtout l’absence de vision stratégique et le manque d’implication des acteurs sociaux qui constitue un frein. Pour G. Garofoli (1996), en effet, « le développement devient endogène et autocentré avec l’implication des acteurs locaux. Cela veut dire que le processus de développement endogène est un processus orienté vers les intérêts de la communauté locale : on utilise les avantages de l’efficacité collective pour améliorer la position relative des entreprises locales sur le marché international mais, en même temps, pour atteindre les buts sociaux ». Or ces principes ne sont pas respectés dans de nombreuses expériences de développement local alors qu’ils constituent un élément essentiel de gouvernance locale. En effet, la problématique des acteurs locaux est complexe dans la mesure où elle renvoie à la question de leur réelle capacité d’action. Cette dernière suppose une autonomie de décision qui est subordonnée à une certaine indépendance financière. Dans le contexte marocain, la question des acteurs pertinents dans les processus de développement local reste entière. Les acteurs privés, et notamment de grandes firmes, détiennent le plus souvent un pouvoir économique fort qui a un impact sur les orientations en la matière. De même, la décentralisation se traduit le plus souvent par une délégation de certaines compétences administratives aux collectivités territoriales sans véritables moyens financiers, les collectivités locales restant une émanation du pouvoir central dans les régions. Au niveau des syndicats professionnels, une enquête de terrain permettrait d’apprécier leur représentativité. Enfin, concernant cette catégorie hétérogène qualifiée de « société civile », un vaste chantier reste ouvert pour évaluer son importance et le rôle déterminant qu’elle joue dans la structuration du local et la diffusion de nouveaux modes d’organisation16 propices au développement.

43Ainsi, paradoxalement, les principes de « bonne gouvernance » tendent à favoriser la construction et l’autonomisation des acteurs de manière à diffuser le pouvoir au sein des différents niveaux, réduisant ainsi progressivement le rôle de l’État-nation au profit d’une dilution dans l’économie globale. Si l’autonomie et la capacité d’action des acteurs se sont construites dans les pays développés au cours d’une histoire longue de luttes et de progrès sociaux, dans les pays en développement, l’injonction de mettre en pratique les normes de « bonne gouvernance » sera-t-elle suffisante pour aboutir au même résultat ?

Bibliographie

Bibliographie

Abdelmalki Lahsen et Courlet Claude, 1996, Les nouvelles logiques de développement, Paris, L’Harmattan.

Assidon Elsa, 2002, Les théories économiques du développement, 3e éd., Paris, La Découverte.

Aydalot Philippe (éd.), 1986, Milieux innovateurs en Europe, Paris, Gremi.

Bagnasco Arnaldo et Sabel Charles (dir.), 1994, Pme et développement économique en Europe, Paris, La Découverte.

Bagnasco Arnaldo et Trigilia Carlo, 1993, La construction sociale du marché : défi de la Troisième Italie, Cachan, Éditions de l’École normale supérieure.

Banque Mondiale, 1992, Governance and Development, Washington D. C., Oxford University Press.

Baron Catherine, 2003, « La gouvernance : débats autour d’un concept polysémique », in « La gouvernance en Europe : une approche interdisciplinaire », Revue Droit et Société, Paris, Lgdj, juin, n° 54, 329-351.

Baron Catherine et Hattab-Christmann Malika, 2005, « Économie solidaire et développement local, vers la construction de nouvelles formes de gouvernance », Recma (Revue internationale de l’économie sociale), n° 295, février, 70-93.

Beccatini Giacomo, 1996, « Le district marshallien : une notion socio-économique », in G. Benko et A. Lipietz (dir.), 1992, Les régions qui gagnent, districts et réseaux : les nouveaux paradigmes de la géographie économique, Paris, Puf, 35-55.

Benko Georges, Dunford Mick et Lipietz Alain, 1996, « Les districts industriels revisités », in Bernard Pecqueur (dir.), 1996, Dynamiques territoriales et mutations économiques, Paris, L’Harmattan.

Benko Georges et Lipietz Alain, 1995, « De la régulation des espaces aux espaces de régulation », in R. Boyer et Y. Saillard (dir.), 1995, Théorie de la régulation. L’état des savoirs, Paris, La Découverte, 293-303.

Benko Georges et Lipietz Alain (dir.), 1992, Les régions qui gagnent, districts et réseaux : les nouveaux paradigmes de la géographie économique, Paris, Puf.

Boyer Robert et Dehove Mario, 2001, « Théories de l’intégration européenne : entre gouvernance et gouvernement », La lettre de la régulation, n° 38, septembre, 1-4.

Braczyk Hans-Joachim, Cooke Philip et Heidenreich Martin, 1998, Regional innovation Systems. The role of governances in a globalized world, London and New-York, Londres, Routledge.

Brusco Sebastiano, 1990, “Small firms and the provision of real services”, in F. Pyke, W. Sengenberger et G. Beccatini (eds), Industrial Districts and Inter-Firm Cooperation in Italy, Genève, International Institute for Labour Studies.

Cling Jean-Pierre, Razafindrakoto Mireille et Roubaud François, 2002, « Processus participatifs et lutte contre la pauvreté : vers de nouvelles relations entre les acteurs ? », L’économie politique, n° 16, 4e trim., 32-54.

Colletis Gabriel, Gilly Jean-Pierre et alii, 1999, « Construction territoriale et dynamiques économiques », Sciences de la société, n° 48, octobre, 25-47.

Commissariat général du Plan, 1997, Économie et territoires, La documentation française.

Courlet Claude, 2001, Territoires et régions. Les grands oubliés du développement économique, Paris, L’Harmattan.

Courlet Claude, 2004, « Les expériences de développement local et la valorisation des savoir-faire locaux : l’exemple marocain et les enseignements pour la coopération euro-méditerranéenne », in M. Hattab-Christmann (dir.), « Spl et développement local dans les pays en développement », Critique économique, n° spécial, 1er trim., 29-40.

Courlet Claude et Pecqueur Bernard, 1992, « Les systèmes industriels localisés en France : un nouveau modèle de développement », in G. Benko et A. Lipietz (dir.), Les régions qui gagnent. Districts et réseaux : les nouveaux paradigmes de la géographie économique, Paris, Puf, 81-102.

Dupuy Claude et Gilly Jean-Pierre (dir.), 1993, Industrie et territoires en France. Dix ans de décentralisation, Paris, La documentation française.

Ferguene Améziane, 1997, « Les dynamiques industrielles endogènes : quels enseignements pour une alternative au développement standard dans les pays du Sud ? », Espaces et Sociétés, n° 88-89, Paris, 1er sem., 139-159.

Garofoli Gioacchino, 1996, « Industrialisation diffuse et SPL : un modèle difficilement transférable aux Pvd », in L. Abdelmalki et C. Courlet (dir.), 1996, Les nouvelles logiques de développement. Globalisation versus localisation, Paris, L’Harmattan.

Gilly Jean-Pierre et Grossetti Michel, 1993, « Organisations, individus et territoires : le cas des systèmes locaux d’innovation », Revue d’économie régionale et urbaine (Reru), n° 3, novembre, 449-468.

Gilly Jean-Pierre et Wallet Frédéric, 2001, “Forms of proximity, local governance and the dynamics of local economy spaces : the case of industrial conversion process”, International Journal of Urban and Regional Research, vol. 23, n° 3, septembre.

Gilly Jean-Pierre et Torre André (dir.), 2000, Dynamiques de proximité, Paris, L’Harmattan.

Hattab-Christmann Malika et Chehbouni Ahmed, 2005, « La société civile comme catalyseur du développement local : le cas du village de potiers de Marrakech », in M. Hattab-Christmann (dir.), « Spl et développement local dans les pays en développement », Critique économique, n° spécial, 1er trim., 73-83.

Hattab-Christmann Malika (dir.), 2005, « Spl et développement local dans les pays en développement », Critique économique, n° spécial, 1er trim.

Hugon Philippe, 2002, « Le renouveau des questions de développement dans un contexte de mondialisation », in P. Dockès (dir.), Ordre et désordres dans l’économie-monde, Paris, Puf, 491-517.

Krugman Paul R., 1991, “Increasing returns and economic geography”, Journal of Political Economy, n° 99, 483-499.

Latouche Serge, 1988, « Contribution à l’histoire du concept de développement » in Catherine Coquery-Vidrovitch, Daniel Hemery et Jean Piel (dir.), Pour une histoire du développement (États, sociétés, développement), Paris, L’Harmattan, 41-59.

Lipietz Alain, 1999, « Entretien avec Ges », Géographie, Économie, Société, vol. 1, n° 1, 1999, 217-232.

Martre Henri, « Intelligence économique et stratégie d’entreprises », Rapport du Commissariat général du Plan, Paris, La documentation française, 1994

Moulaert Frank et Swyngedouw Éric A., 1988, « Développement régional et géographie de la production flexible », Cahiers lillois d’économie et de sociologie, n° 11, 81-95.

Moulaert Frank et Swyngedouw Éric A., 1992, “Accumulation and organization in computing and communications industries : a regulationist approach”, in P. Cooke, F. Moulaert et al. (eds), Towards Global Localisation. The Computing and Telecomminications Industries in Britain and France, Londres, Ucl Press, 39-60.

Onudi, 2000, Cluster Development and Promotion of Business Development Services (Bds), Vienne, Service du développement du secteur privé, document de travail, n° 6.

Pecqueur Bernard, 2000, Le développement local, Paris, Éditions Syros.

Pecqueur Bernard et Zimmermann Jean-Benoit, 2004, L’économie de proximités, Paris, Hèrmes : Lavoisier.

Piore Michaël J. et Sabel Charles F., 1989, Les chemins de la prospérité. De la production de masse à la spécialisation souple, Paris, Hachette.

Pommier Paulette, 2004, Spl et pôles de compétitivité, Paris, La documentation française.

Porter Michaël, 1990, The competitive advantage of nations, New-York: Londres, McMillan.

Querrien Anne et Lassave Pierre (dir.), 1998, « Gouvernances », Les Annales de la recherche urbaine décembre, n° 80-81, Plan Urbanisme Construction Architecture, Paris, 3-214.

Rist Gilbert, 1996, Le développement. Histoire d’une croyance occidentale, Paris, Presses de Sciences Po.

Schmitz Hubert et Nadvi Khalid, 1994, “Industrial clusters in less developed countries”, Review of Experiences and Research Agenda, Brighton, Institute of Development Studies, discussion paper, n° 339.

Scott Allen J., 1988, New Industrial Spaces, Londres, Pion.

Stocker Gerry, 1998, « Cinq propositions pour une théorie de la gouvernance », Revue internationale des sciences sociales, n° 155, mars, 19-29.

Storper Michael et Harrison Bennett, 1992, « Flexibilité, hiérarchie et développement régional : les changements de structure des systèmes productifs industriels et leurs nouveaux modes de gouvernance », in G. Benko et A. Lipietz (dir.), 1992, Districts et réseaux : les nouveaux paradigmes de la géographie économique, Paris, Puf.

Veltz Pierre, 2002, Des lieux et des liens. Politiques du territoire à l’heure de la mondialisation, Paris, Éditions de l’Aube.

Williamson John, 2003, « Consensus de Washington : un bref historique et quelques suggestions », Finances et développement, septembre, 10-13.

Notes

1 Dans le pacte de la Société des Nations (Sdn) de 1919 concernant les peuples et territoires sous tutelle, on trouve la formulation suivante : « Le bien-être et le développement de ces peuples forment une mission sacrée de civilisation. […] La meilleure méthode pour réaliser ce principe est de confier la tutelle de ces peuples aux nations développées » (cité par S. Latouche, 1988).

2 Que ce soit à travers des activités d’exportations ou de sous-traitance, les Spl sont ouverts sur l’extérieur ; un lieu ne peut être qualifié de « Spl » que s’il entretient des ramifications qui le lient au global.

3 Nous utilisons de manière indifférenciée ces trois concepts bien que H. Schmitz et K. Nadvi (1994) préfèrent utiliser celui de cluster dans le cas des pays en développement.

4 La crise mexicaine de 1982 est emblématique de ce point de vue, et sert souvent de date de référence.

5 Le Consensus de Washington correspond à une série de propositions faites en 1989 par l’économiste John Williamson (2003), chercheur à l’Institute for International Economics de Washington. Les dix recommandations qu’il préconisait en direction de l’Amérique latine étaient les suivantes : discipline budgétaire ; réorientation de la dépense publique ; réforme fiscale ; libéralisation financière ; adoption d’un taux de change unique et compétitif ; libéralisation des échanges ; élimination des barrières à l’investissement direct étranger ; privatisation des entreprises publiques ; dérégulation des marchés ; prise en compte des droits de propriété. La Banque mondiale et le Fmi ont ensuite décidé de subordonner leurs prêts à l’adoption de politiques inspirées de ces thèses. L’Omc (entrée en vigueur suite aux Accords de Marrakech en 1994) s’est par la suite associée à ce Consensus.

6 M. Storper et B. Harrison, 1992 ; C. Courlet et B. Pecqueur, 1992 ; G. Benko et A. Lipietz, 1992 ; G. Colletis, J.-P. Gilly et alii, 1999 ; J.-P. Gilly et F. Wallet, 2001.

7 Une grande partie de l’appareil productif est nationalisée et l’acteur clé est l’État.

8 Selon le rapport du groupe présidé par Henri Martre (Paris, La documentation française, 1994), « l’intelligence économique peut être définie comme l’ensemble des actions de recherche, de traitement et de protection de l’information utile aux différents acteurs économiques. Ces acteurs sont conçus comme un système global destiné à inspirer la stratégie de la direction générale de l’entreprise, tout comme à informer en continu et à innerver ses différents niveaux d’exécution, afin de créer une gestion offensive et collective de l’information qui devient une richesse principale ».

9 Parmi eux P. Veltz, G. Benko, A. Lipietz, B. Coriat, C. Courlet, G. Colletis, etc.

10 Commissariat général du Plan, 1997, Économie et territoires, La documentation française.

11 En 1998, sur 200 projets, 96 ont été retenus dont, pour une moitié, des systèmes productifs matures et, pour l’autre moitié, des systèmes émergents.

12 Dès 2001, l’internationalisation des SPL devient un objectif stratégique prioritaire, que ce soit sous forme de transfert de savoir-faire sur les méthodes du développement local vers les PED, ou sous forme de partenariat avec des pays développés.

13 Dès 2001, l’internationalisation des Spl devient un objectif stratégique prioritaire, que ce soit sous forme de transfert de savoir-faire sur les méthodes du développement local vers les Ped, ou sous forme de partenariat avec des pays développés.

14 Parmi les SPL identifiés dans l’économie marocaine par l’étude dirigée par C. Courlet (2002), dominent les activités traditionnelles communes à beaucoup d’exemples d’industrialisation diffuse dans les PED (textile, agriculture ou encore poterie).

15 L’Association des professionnels des technologies de l’information, née en 1989, regroupe en 2004 cent vingt sociétés adhérentes qui constituent 95 % du Ca du secteur.

16 Pour une amorce de cette réflexion, cf. C. Baron et M. Hattab-Christmann, 2005.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable