Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires productifs en question(s)

 | 
Mihoub Mezouaghi

Les territoires productifs en question(s). Transformations occidentales et situations maghrébines

L’économie de proximité

Principes théoriques et études de cas

Jean-Pierre Gilly

Texte intégral

1Le débat contemporain sur les dynamiques territoriales renvoie dos à dos les thèses qui considèrent les territoires comme déterminés par les processus de mondialisation et les approches “localistes” pour lesquelles les logiques locales sont strictement endogènes. Notre approche qui est centrée sur les phénomènes productifs, repose sur trois hypothèses fondamentales : elle s’inscrit dans le temps de l’histoire, elle est ancrée dans les interrelations entre les acteurs et, surtout, elle prend en compte les institutions. En effet, ce sont ces dernières qui, selon nous, expliquent l’hétérogénéité spatiale qui caractérise le développement macro-économique et qui permet d’expliquer pourquoi des espaces économiques locaux, régis par des mécanismes de coordination comparables, ne conduisent pas à des trajectoires de développement semblables. Un tel positionnement nous apparaît ainsi particulièrement adapté, a priori, pour comprendre, analyser et comparer les territoires productifs dans des pays aux économies aussi différentes que celles des pays développés et des pays en développement, comme ceux du Maghreb.

2Dans un premier temps, nous présenterons succinctement les principes théoriques qui fondent l’économie de proximité et, tout d’abord, la notion plurielle de proximité (géographique, organisationnelle, institutionnelle) qui nous permettra d’introduire une conception dynamique du territoire comme construit socioéconomique et non comme réceptacle passif des stratégies des acteurs et des contraintes macroéconomiques. Nous mettrons notamment l’accent sur la dimension institutionnelle des territoires à travers la notion de gouvernance territoriale en tant que processus de régulation des espaces socio-économiques locaux, articulé à des espaces plus larges de régulation (nationale et au-delà).

3Nous rappellerons ensuite un certain nombre d’études de cas dans lesquelles les principes théoriques de l’économie de proximité ont été mis à l’épreuve de situations territoriales contrastées. Celles-ci, par leur diversité même, ont conduit à faire évoluer les concepts et l’on peut penser que ce processus puisse se poursuivre avec des territoires productifs de pays en développement – ce qui pose la question de la transposabilité de ces concepts, en particulier au Maghreb.

1. Proximités et territoire

  • 1 Cf. les deux numéros spéciaux, l’un édité par la Revue d’économie régionale et urbaine (Reru), pla (...)

4L’économie dite « de proximité » s’inscrit dans un courant théorique récent en économie régionale, qui se situe – dans la lignée des travaux en termes de districts industriels (Marshall, Becattini) et de milieux innovateurs (Aydalot, Camagni, Maillat, etc.) – au croisement de l’économie industrielle et de l’économie spatiale (A. Rallet et A. Torre, dir., 1995). Plus précisément, elle se positionne dans le prolongement des approches développées, en France, par le groupe « Dynamiques de proximités »1 dont l’originalité essentielle réside dans la volonté d’endogénéiser la variable spatiale dans la théorie économique.

5Sur la base des trois hypothèses rappelées dans l’introduction, les économistes de la proximité isolent trois dimensions majeures de cette notion : la « proximité institutionnelle » qui définit le champ de représentations et de repères partagés par les acteurs ; la « proximité organisationnelle » qui rend compte de l’existence d’interactions entre les acteurs, dans le cadre de la résolution d’un problème productif par l’action collective ; et enfin la « proximité géographique » qui intègre la dimension spatiale en prenant appui sur la notion d’« espace géonomique », au sens de F. Perroux (1964).

1.1. Proximité institutionnelle et proximité organisationnelle

6L’approche en termes de proximité ne se focalise donc pas seulement sur la notion d’espace comme distance physique. Ce qui importe c’est la proximité dans les interactions socio-économiques, ce qui induit de penser l’espace comme un objet socialement construit qui favorise les interactions sans pour autant être nécessaire aux coordinations. Partant, cette perspective interroge le positionnement relatif des acteurs au sein d’un système stable de relations sociales (M. Granovetter, 1985) et exige le recours à la figure de l’acteur spatialement, socialement et temporellement situé pour rendre compte des mécanismes de résolution d’un problème productif. Ainsi, la notion de proximité s’inscrit dans une « conception de la réalité économique essentiellement relationnelle : elle renvoie, à la fois, à la séparation des agents (individuels et collectifs) et aux relations qui les rapprochent (et/ou les éloignent) dans la résolution d’un problème économique » (J.-P. Gilly et A. Torre, dir., 2000).

  • 2 Nous ne réduisons pas le paradigme institutionnaliste au seul institutionnalisme pragmatiste améri (...)

7Centrée sur les modalités d’interaction, la démarche de l’économie de la proximité nécessite la prise en compte des repères collectifs des acteurs, justifiant ainsi notre adhésion au paradigme institutionnaliste2 qui pose les institutions comme un préalable nécessaire à la coordination des acteurs. Aussi M. Bellet, T. Kirat et Y. Lung (1998) proposent-ils de reprendre la distinction opérée par North entre « institutions » et « organisations », associant les premières aux « règles du jeu », et les secondes aux « joueurs ». Sur cette base, ils estiment que « la proximité organisationnelle lie les agents participant à une activité finalisée dans le cadre d’une structure productive particulière. Cette forme de proximité s’appuie sur une cohérence dans la configuration des relations entre agents, reposant sur un cadre cognitif commun. [...] Elle se construit sur une proximité institutionnelle. Il existe ainsi un principe de hiérarchie entre institutions et organisations au sein duquel les premières guident les secondes qui sont cependant susceptibles de remettre en cause les repères collectifs qui orientent l’action collective, en cas d’échec de la coordination. Ce mécanisme de rétroaction est le fondement du processus de changement institutionnel ».

8La proximité institutionnelle n’est donc pas une notion univoque qui renverrait à une adhésion pérenne de tous les acteurs à des règles communes. Elle est, au contraire, le résultat de compromis entre des acteurs aux intérêts divergents et, parfois, contradictoires.

1.2. Proximité géographique et territoire

9« La proximité géographique traite de la séparation dans l’espace », elle « fait référence à la notion d’espace géonomique, au sens de Perroux : renvoyant largement à la localisation des entreprises, elle intègre la dimension sociale des mécanismes économiques, ou ce que l’on appelle parfois la distance fonctionnelle » (J.-P. Gilly et A. Torre, dir., 2000). La proximité géographique ne peut être réduite à la seule proximité physique mesurable en termes de distance métrique ; ce n’est pas une proximité “naturelle”. Elle possède une dimension sociale forte, notamment parce qu’elle intègre le temps dans l’analyse. Alors la distance n’a plus une valeur absolue puisqu’elle est fonction du temps nécessaire pour la parcourir. De ce fait, la proximité géographique incorpore des éléments tels que les infrastructures de transport et de communication qui, selon leur niveau de développement et le degré de leur utilisation, vont modifier les distances de coordination.

10Ainsi, chercher à définir une approche en termes de proximité géographique relève d’une double volonté. D’une part, il s’agit de s’écarter de la démarche standard qui traite de l’espace comme une donnée homogène, objective et mesurable en termes de coûts, et comme le réceptacle neutre des coordinations économiques : l’espace, en effet, est fondamentalement hétérogène, notamment par le fait qu’il est un construit intégrant la diversité des relations sociales. D’autre part, il convient, à travers la notion de proximité géographique, de rejeter tout localisme et de renoncer à toute définition préalable du territoire dans la mesure où, selon nous, ce dernier est fondamentalement un construit social, résultat des interactions entre acteurs. En définitive, « l’introduction de la notion plurielle de proximité permet d’appréhender le territoire comme une modalité, toujours singulière, de recouvrement de proximités organisationnelles, institutionnelles et géographiques » (J.-P. Gilly et B. Pecqueur, 2002). Ce recouvrement incorpore une dimension dynamique, dans la mesure où la configuration d’un territoire évoluera – à travers les tensions attachées aux coordinations qui se nouent entre acteurs – en fonction du degré d’articulation et de cohérence entre ces trois formes de proximité.

11Cette dynamique s’incarne dans une diversité de processus territoriaux parmi lesquels il est possible de mettre en évidence trois catégories polaires : l’agglomération, la spécialisation et la spécification.

12L’agglomération se fonde sur une concentration spatiale d’activités économiques hétérogènes, ne présentant pas a priori de complémentarités. Cette concentration résulte et est créatrice d’économies externes aux entreprises, principalement sous la forme d’externalités pécuniaires, provoquées par la concentration des activités et des acteurs, qui se répercutent directement en termes de prix des facteurs de production. La particularité de ce premier processus, essentiellement caractérisé par la proximité géographique, est qu’il produit des effets externes qui ne répondent pas à une logique industrielle ni à une dynamique systémique. La spécialisation, quant à elle, se fonde sur une structure organisationnelle forte (du type grand donneur d’ordres et sous-traitants) du tissu économique local et dominée par une activité industrielle ou un produit. Le processus par lequel le tissu économique se structure est fondé sur une logique industrielle favorisant la concentration géographique d’activités complémentaires. Un tel processus correspond donc au recouvrement des proximités géographique et organisationnelle qui ne nécessite pas une forte proximité institutionnelle. Enfin, la spécification caractérise un territoire disposant, grâce à une forte proximité institutionnelle entre les acteurs, de modes de coordination entre les agents économiques qui, outre les effets de proximité organisationnelle, permet une flexibilité dans le déploiement des ressources, des activités et des compétences sans faire éclater le contexte territorial. D’une façon différente des deux précédents processus, le troisième repose essentiellement sur une capacité d’apprentissage collectif qui, en organisant une flexibilité de (re)combinaison de ses ressources et actifs, permet de mettre en œuvre des stratégies susceptibles d’infléchir le devenir économique du territoire selon de nouvelles trajectoires de développement.

2. La gouvernance territoriale

13La « gouvernance territoriale » est une catégorie analytique qui élargit celle de « proximité institutionnelle ». Elle sera définie comme un processus de mise en compatibilité de plusieurs proximités institutionnelles unissant des acteurs (économiques, institutionnels, sociaux, etc.) géographiquement proches, en vue de la résolution d’un problème productif ou de la réalisation d’un projet local de développement. Une telle définition insiste fondamentalement sur l’idée de processus, c’est-à-dire de dynamique institutionnelle collective qui articule, dans le temps et de manière toujours singulière, différentes logiques d’acteurs se confrontant et/ou coopérant sur un territoire. Ce type de processus n’est pas nécessairement vertueux : il existe, bien sûr, des formes de déconstruction institutionnelle (crises industrielles, par exemple) qui correspondent à des situations de gouvernance faible.

14De fait, elle se concrétise par la construction de compromis locaux entre acteurs (aussi bien privés que publics) et se caractérise par le degré d’articulation et de cohésion des différentes proximités institutionnelles qui spécifient le territoire, qu’il s’agisse du rapport salarial, de l’affrontement entre capitaux individuels, des relations entre acteurs privés et acteurs publics, etc. Elle combine ainsi toujours des éléments de stabilité et d’instabilité dont l’importance relative évolue dans la durée, définissant des inflexions de la trajectoire de développement du territoire. Mais pour que l’on puisse véritablement parler de gouvernance territoriale, il faut que les éléments de stabilité l’emportent, c’est-à-dire que les compromis entre acteurs soient suffisamment stables et cohérents afin de lever, pour un temps, l’incertitude inhérente à l’action collective et ainsi, de réduire rivalités et conflits. Alors, peuvent se mettre en place un système d’interdépendances sociales et un système de règles, voire de représentations communes, générant des régularités productives localisées (on parlera alors de « structures de gouvernance »). À l’inverse, lorsque les éléments d’instabilité, c’est-à-dire dans ce cas de figure les rivalités et les conflits, mettent en cause les compromis jusqu’alors existants, on entre dans une phase de crise de la gouvernance territoriale pouvant conduire à une déstructuration territoriale.

15Parmi les acteurs qui participent aux dynamiques territoriales, il existe des acteurs clés, privés et/ou publics, qui jouent un rôle moteur en ce sens qu’ils constituent des repères institutionnels pour l’ensemble des acteurs et qu’ils structurent les mécanismes de coordination productive de ces derniers. Dans notre conception, ces acteurs qui participent à l’émergence ou à la stabilisation d’une gouvernance locale, peuvent être aussi bien des acteurs économiques (établissements de groupe, associations d’entreprises, etc.) que des acteurs institutionnels (collectivités territoriales, État, chambres de commerce, etc.) ou sociaux (syndicats, associations, etc.). La gouvernance n’est donc pas une configuration de coordinations strictement économiques ou strictement sociopolitiques : elle est une combinaison de ces dimensions, caractérisée par une densité variable des interactions entre les trois catégories d’acteurs.

16Ces interactions sont particulièrement complexes du fait, notamment, que le champ d’intervention administratif des collectivités locales ne coïncide pas avec celui des acteurs économiques et sociaux et que l’horizon temporel stratégique ou les visions du temps des acteurs publics et des acteurs privés peuvent différer. Ces différences sont à l’origine d’un engagement territorial de nature inégale selon les acteurs. Les acteurs institutionnels jouent ainsi souvent un rôle essentiel dans la construction de la gouvernance territoriale, en particulier par le biais d’institutions formelles d’animation et de mise en réseau des acteurs.

17Notre conception de la gouvernance territoriale renvoie à une vision ouverte et non pas “localiste” du territoire car les acteurs, et notamment les acteurs clés qui y sont localisés, développent des interactions à l’échelle locale et à l’échelle globale : leur registre d’action déborde ainsi de leur localisation et les conduit à être « ici et ailleurs » (A. Rallet, 2002) – ce qui est particulièrement vrai pour certains acteurs comme les établissements de grands groupes, les services déconcentrés de l’État, etc.

18Ces acteurs, en effet, construisent simultanément des proximités institutionnelles localisées et des proximités institutionnelles éloignées avec des acteurs externes qui agissent sur la scène globale. Par-là même, ils participent à articuler gouvernance territoriale et régularité globale, confortant ainsi l’idée d’un enchevêtrement des échelles spatiales de la régulation. En somme, la gouvernance territoriale est dynamisée non seulement par le jeu des compromis et des rapports de pouvoir localisés mais également par la tension entre, d’une part, des régularités verticales de type sectoriel et macro-institutionnel et, d’autre part, des régularités horizontales qui caractérisent un espace économique local. Par exemple, la dualité des conventions qui régulent, d’un côté, le rapport salarial dans une branche professionnelle, de l’autre, la relation salariale dans un marché local de l’emploi, constitue une modalité essentielle de cette tension.

  • 3 Nous nous référons ici à la théorie de la régulation. Cf., entre autres, R. Boyer et Y. Saillard ( (...)

19La nature du rapport local/global, dans sa dimension institutionnelle, dépend donc, à la fois, du degré de stabilité des modes de régulation macro-économique3 et de la capacité de résistance ou d’innovation permise par le mode de gouvernance territoriale. Entre ces deux niveaux, il n’y a pas de déterminisme de l’un ou de l’autre mais influence réciproque, variable dans l’espace et dans le temps. À cet égard, plusieurs situations doivent être distinguées. En premier lieu, celle pour laquelle nous constatons une homologie entre régularités institutionnelles locales et régularités globales du mode de régulation, entre dynamique économique locale et dynamique du régime d’accumulation. Les deux niveaux de régulation se confortent l’un l’autre : dans cette situation, les acteurs locaux adoptent des comportements routiniers car tel est leur intérêt.

20Dans un autre cas de figure, nous constatons un décalage, voire une disjonction, entre gouvernance territoriale et mode de régulation. Aussi les acteurs locaux sont-ils incités à adopter des comportements innovants qui peuvent déboucher sur deux situations selon que la crise locale peut être dénouée ou pas dans le cadre des mécanismes existants de la gouvernance territoriale. Lorsque la crise perdure, la question est alors de savoir si les transformations locales sont porteuses de nouveaux principes d’organisation productive et de mécanismes institutionnels aptes à se diffuser dans l’ensemble du système économique.

21Cette dialectique institutionnelle du local/ global passe par la construction de compromis verticaux entre acteurs : ainsi en est-il des compromis qui se construisent entre politique locale d’un établissement de groupe multinational et stratégie d’ensemble de ce dernier, entre action locale d’un service préfectoral de développement économique et politique globale de l’État, entre une firme et les autres acteurs d’un réseau de coopération industrielle, entre relation salariale locale et convention collective de branche, etc.

22Le schéma méthodologique qui tente de synthétiser notre approche (fig. 1) intègre l’idée du double registre d’action, le plus souvent local et global à la fois, des acteurs clés présents sur un territoire. Seuls ces derniers, en effet, en tant qu’ils constituent des repères institutionnels pour l’ensemble des acteurs d’un territoire, peuvent créer les médiations sociales qui résorbent ou aiguisent les tensions entre gouvernance territoriale et régulation globale. Les rapports entre local et global doivent donc être pensés dans une perspective dynamique d’articulation entre ces deux niveaux de régulation, faite de périodes d’ajustement et de périodes de décalage entre les proximités institutionnelles nouées par les acteurs clés soit avec les acteurs locaux, soit avec des acteurs extra-locaux.

Études de cas

23Nous avons utilisé les principes théoriques qui viennent d’être rappelés brièvement à de nombreuses études de terrain en France et ce, depuis une dizaine d’années. Certes, ces études concernent des espaces productifs locaux insérés dans une économie développée mais leur diversité – système local d’innovation, espace de reconversion, territoire rural, etc. – nous a permis aussi bien de tester notre méthodologie que de la faire évoluer pour rendre compte de cette disparité de situations locales.

Figure 1. Schéma d’articulation « Territoire-Système global »

Figure 1. Schéma d’articulation « Territoire-Système global »
  • 4 Laboratoire d’analyse des aéronautiques spaciaux (Laas) ; Office national d’études de recherches a (...)

24La première étude de cas, initiée au cours des années 1990 et poursuivie jusqu’au début des années 2000, concerne la genèse et le développement du Pôle spatial toulousain (Pst), spécialisé dans la construction de satellites. Le processus s’est enclenché selon une logique d’abord exogène avec la délocalisation à Toulouse, au cours des années 1960, du Centre national des études spatiales (Cnes), des grandes écoles de l’aéronautique et de l’espace, des laboratoires de recherche réputés tels que le Laas ou le Cert-Onera4 ; puis, au tournant de la décennie 1980, celle de deux établissements spécialisés dans le secteur spatial, appartenant aux groupes Matra et Alcatel. Progressivement, cet ensemble d’acteurs, proches géographiquement, ont établi des relations technico-économiques et suscité un mouvement de création-délocalisation d’un nombre croissant de Pme-Pmi, principalement de services (électronique-informatique, etc.). La dynamique s’accélère durant les années 1990 et donne naissance à un système territorial de spécification, fait de relations multiples et denses de coopération entre firmes (groupes et Pme), centres de recherche, sociétés de service, autour d’un petit nombre de technologies (notamment le système de pilotage des satellites). La construction de ces proximités organisationnelles a été permise par l’émergence de proximités institutionnelles et d’une gouvernance territoriale de type mixte, co-pilotée par un organisme public (le Cnes) et un groupe désormais privé (Matra puis Eads en 2002). Notre étude de cas a permis de mettre en lumière : 1) la dimension temporelle et le rôle de l’histoire, dans le processus de spécification – trente ans ayant été nécessaires pour croiser, sur le site de Toulouse, logique industrielle, logique technologique et dynamique institutionnelle ; 2) l’importance décisive des acteurs clés – le Cnes et le groupe Matra (Eads) dans la structuration productive du Pst et sa gouvernance territoriale ; 3) les articulations local-global par le biais de ces acteurs, qui médiatisent industriellement et institutionnellement les relations entre le PST et les espaces national (État), européen (programmes spatiaux) et mondial (marché des télécommunications).

  • 5 Société nationale des industries aéronautiques et spatiales (Snias).

25Plus récemment, nous avons étudié, sur le long terme, la dynamique des activités aéronautiques civiles à Toulouse et en région Midi-Pyrénées. Initialement développées sous l’égide de la puissance publique et concentrées au sein du groupe Snias5, elles ont été progressivement insérées dans une logique de marché et organisées au niveau européen (création d’Airbus Sas en 2000). Elles se sont aussi considérablement ouvertes sur leur environnement, notamment local depuis les années 1990 (sous-traitance industrielle et de service, coopération avec des laboratoires de recherche, etc.). Comme pour le PST, un territoire de spécification s’est constitué autour de technologies clés, et, tout particulièrement, celle des systèmes électroniques embarqués. Au plan théorique, cette étude de cas nous a permis d’approfondir la notion de ressource spécifique territoriale, de conforter notre typologie des processus territoriaux (agglomération, spécialisation, spécification) et de jeter les bases analytiques de la dynamique des relations entre secteur et territoire, tant au plan de leur organisation productive qu’à celui de leur gouvernance.

26Deux autres études de terrain ont concerné des territoires de nature très différente puisqu’il s’agissait de territoires en crise industrielle et inscrits dans des processus de reconversion. Il s’agit tout d’abord du Pôle Asd (Aéronautique, Spatial, Défense) qui s’est constitué de longue date (1945), à Bordeaux et en Gironde, autour des activités militaires (aéronautique principalement et espace), sous l’égide de l’État français et de groupes essentiellement publics (Aérospatiale, Sep, Snpe). L’organisation productive est alors pyramidale, les proximités institutionnelles et la gouvernance territoriale de type public, la logique industrielle centrée sur les compétences techniques des ingénieurs. La crise du secteur de l’armement amorcée depuis les années 1980, conduit progressivement le Pôle ASD et ses acteurs à se reconvertir (essentiellement vers les activités civiles) et à passer d’une logique d’arsenal à une logique de marché. Dans cette étude, nous avons mis l’accent sur les transformations organisationnelles mais, surtout, sur la dynamique des proximités institutionnelles et, plus précisément, sur l’opérationalité méthodologique de la notion de gouvernance territoriale. C’est ainsi que celle-ci a été appréhendée selon quatre composantes : la nature de la relation salariale locale ; les modalités d’intervention des acteurs publics (nationaux et locaux) ; le mode de coordination dominant des firmes (coopération/ concurrence) ; le positionnement international du territoire considéré.

  • 6 Société nationale des pétroles d’Aquitaine (Snpa).

27Le cas du site de Lacq est exemplaire d’une “reconversion annoncée” puisque, dès l’exploitation initiale de gisement de gaz (1950), l’épuisement de ce dernier était prévu pour le début des années 2000. Ici aussi, l’État français devait jouer un rôle essentiel à travers le groupe SNPA6 qui structurera localement l’activité, l’emploi et la sous-traitance. Cependant, les années 1990 connaissent une dégradation de la situation industrielle et sociale. Le groupe Elf-Aquitaine, issu de la privatisation de la Snpa, acteur clé du site, supprime de nombreux emplois et amorce une politique de reconversion à travers, notamment, des activités aval du gaz (chimie fine) et environnementales. Ce que nous retiendrons de cette étude de cas qui conforte notre méthodologie en termes de proximité et de gouvernance territoriale, c’est le rôle des conflits sociaux et des syndicats de salariés qui, sur le site de Lacq, ont été depuis l’origine des acteurs clés du territoire, certes contestataires mais aptes à négocier et à faire des propositions industrielles alternatives. La gouvernance territoriale, en effet, repose toujours, en matière de relation salariale, sur des compromis sociaux, jamais définitifs mais qui stabilisent pour un temps la dynamique territoriale.

28Nous citerons enfin les processus territoriaux d’innovation propres à la politique des “pays” en France et qui concernent des microterritoires ruraux, essentiellement agricoles (le cas étudié est situé dans le département des Hautes-Pyrénées). Au plan méthodologique, la problématique centrale de ce travail a été celle de l’hybridation institutionnelle entre le local et le national, et, plus précisément, le rôle joué, ces dernières années, par les transformations de la politique d’aménagement de l’État français sur les dynamiques institutionnelles micro-territoriales des “pays”. Nous avons ainsi analysé l’impact des processus d’innovation macro-institutionnelle, introduits par les autorités publiques centrales, sur les dynamiques territoriales, ce qui nous a conduit à introduire la notion d’enchevêtrement des espaces de régulation, global (macro-institutions) et local (gouvernance territoriale).

Conclusion. Une approche transposable au Maghreb ?

29Cet ensemble d’études de cas, très diverses, nous a donc permis de questionner et d’approfondir l’approche en termes de proximité et de donner un contenu méthodologique à nos concepts susceptibles de rendre compte de cette diversité territoriale. Mais qu’en est-il d’une éventuelle transposabilité au Maghreb de l’économie de proximité et de sa méthodologie à des espaces locaux ? A priori, cette transposabilité semble possible, tout au moins pour étudier les nouveaux “territoires productifs” de ces pays, à la condition cependant d’analyser et d’intégrer leur contexte institutionnel propre : relations complexes entre secteur public et secteur privé, prise en compte des institutions informelles, rôle et action des acteurs publics (locaux, régionaux, nationaux), modalités de conflit/coopération entre les acteurs, nature des régulations locale et nationale, insertion dans l’économie mondiale, etc. La réalisation d’études comparatives avec des territoires semblables en Europe permettrait de poser les jalons de coopérations plus équilibrées entre Nord et Sud de la Méditerranée au niveau de territoires infranationaux – niveau que nous pensons plus efficace que les grandes coopérations d’État à État ou de l’Union européenne vers le Maghreb.

Bibliographie

Bibliographie

Bellet Michel, Colletis Gabriel et Lung Yannick (dir.), 1993, « Économie de proximités », Revue d’économie régionale et urbaine (Reru), n° spécial, n° 3, 357-361.

Bellet Michel, Kirat Thierry et Largeron-Leteno Christine (dir.), 1998, Approches multiformes de la proximité, Paris, Hermès.

Boyer Robert et Saillard Yves (eds), 2002, Regulation Theory, Londres: New-York, Routledge.

Dupuy Claude et Burmeister Andje (dir.), 2003, Entreprises et territoires, Paris, La documentation française.

Dupuy Yves, Gilly Jean-Pierre et Lung Yannick, 2006, « De l’analyse sectorielle à l’analyse territoriale », actes du colloque de l’Iep de Bordeaux, 15-16 décembre 2005, in X. Itaiça et J. Palard (dir.), Régimes territoriaux et développement économique, Paris, Presses universitaires de Rennes.

Gilly Jean-Pierre et Leroux Isabelle, 1997, « Vers une approche institutionnaliste de la dynamique des territoires. Le cas de la reconversion du bassin de Lacq », Revue d’économie régionale et urbaine (Reru), n° 1, 93-114.

Gilly Jean-Pierre et Lung Yannick, 2005, « Proximités, secteurs et territoires », Cahiers du Gres, n° 9, http://beagle.u-bordeaux4.fr/gres/publications/2003-05.pdf.

Gilly Jean-Pierre et Pecqueur Bernard, 2002, “The local dimension of Regulation”, in R. Boyer et Y. Saillard (eds), Regulation Theory, Londres: New-York, Routledge.

Gilly Jean-Pierre et Perrat Jacques, 2003, « La dynamique institutionnelle des territoires entre gouvernance locale et régulation globale », Cahiers du Gres, n° 5, http://beagle.ubordeaux4.fr/gres/publications/2003-05.pdf.

Gilly Jean-Pierre et Torre André, 1998, « Dinamiche di prossimità e reti », in J.-P. Gilly et A. Torre (dir.), « Prossimità : dinamica industriale et territorio. Studi francesi », L’industria, n° spécial, n° 3, Bologne, Il Mulino.

Gilly Jean-Pierre et Torre André, 2000, Dynamiques de proximité, Paris, L’Harmattan.

Gilly Jean-Pierre et Wallet Frédéric, 2005, « Enchevêtrement des espaces de régulation et gouvernance territoriale : le processus d’innovation institutionnelle dans la politique des “Pays” en France », Revue d’économie régionale et urbaine (Reru), n° 5, 699-722.

Granovetter Mark S., 1985, “Economic action and social structure: the problem of embededness”, American Journal of Sociology.

Lung Yannick, 1995, « Modèles industriels et géographie de la production », in A. Rallet et A. Torre (dir.), Économie spatiale - Économie industrielle, Paris, Économica, 85-119.

Pecqueur Bernard et Zimmermann Jean-Benoît (dir.), 2004, Économie de proximités, Paris, Hermès : Lavoisier.

Perroux François, 1964, L’économie du xxe siècle, Paris, Puf.

Rallet Alain, 2002, « L’économie de proximité. Propos d’étapes », in André Torre (dir.), « Le local à l’épreuve de l’économie spatiale. Agriculture, environnement, espaces ruraux », Études et recherches sur les systèmes agraires et le développement, Paris, Inra, n° 33, 11-23.

Rallet Alain et Torre André (dir.), 1995, Économie industrielle et économie spatiale, Paris, Économica.

Notes

1 Cf. les deux numéros spéciaux, l’un édité par la Revue d’économie régionale et urbaine (Reru), placé sous la direction de M. Bellet, G. Colletis et Y. Lung (1993) et l’autre, par l’Industria, sous la direction de J.-P. Gilly et A. Torre (1998).

2 Nous ne réduisons pas le paradigme institutionnaliste au seul institutionnalisme pragmatiste américain (Commons, Veblen, Hodgson...), mais y incluons également des courants tels que la théorie de la régulation (Boyer, Aglietta, Lipietz...) et l’économie des conventions (Favereau, Salais, Thévenot...).

3 Nous nous référons ici à la théorie de la régulation. Cf., entre autres, R. Boyer et Y. Saillard (2002).

4 Laboratoire d’analyse des aéronautiques spaciaux (Laas) ; Office national d’études de recherches aéronautiques (Cert-Onera).

5 Société nationale des industries aéronautiques et spatiales (Snias).

6 Société nationale des pétroles d’Aquitaine (Snpa).

Table des illustrations

Titre Figure 1. Schéma d’articulation « Territoire-Système global »
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/665/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 107k

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable