Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires productifs en question(s)

 | 
Mihoub Mezouaghi

Éditorial. Les nouvelles figures du territoire

Pierre Robert Baduel

Texte intégral

  • 1 Renouveau particulièrement significatif en histoire, étudié sur un plan cognitif par F. Dosse (2005 (...)

1En 2004, nous avions choisi d’inaugurer la série ordinaire d’Alfa par un thème, Biographies et récits de vies, se prêtant à une approche pluridisciplinaire et qui, après une longue période de marginalisation dans les écoles dominant l’histoire, a connu un renouveau en rapport avec les avancées d’autres disciplines, anthropologie ou sociologie1. Les études réunies ont questionné les relations entre individus et sociétés relevant de cultures différentes (plus individualistes d’un côté, plus holistes de l’autre), traitant de cas variés, individus – personnalités « charismatiques » (religieuses comme le prophète Mohammed, politiques comme le président Bourguiba), « publiques » (des notables) ou « ordinaires » –, groupes (militants, employés de banque) ou communautés (émigrés).

2Pour Alfa 2006, nous avons pris comme thème un sujet aux enjeux plus strictement contemporains et mobilisant d’autres sciences humaines et sociales, mais en rapport – comme précédemment – avec les compétences disponibles dans l’équipe de recherche de l’IRMC. Mihoub Mezouaghi, à qui ont été confiées la problématisation et la responsabilité scientifique du thème, venait de clôturer un premier programme collectif (2002-2005) portant sur l’« Insertion des Technologies de l’information et de la communication au Maghreb : une approche socio-économique », qui lui avait permis de travailler en particulier sur des technopoles de ce domaine en Tunisie et au Maroc (M. Mezouaghi, 2005 et 2007). Dans la suite de ce programme, un autre chantier collectif fut alors ouvert : « Dynamiques d’agglomération des activités productives et gouvernance territoriale ». C’est plus particulièrement en rapport avec ce programme-ci et comme en prolégomènes qu’a été lancée la présente réflexion sur « les territoires productifs ».

3L’intérêt pour cette question résulte d’une interpellation par l’actualité économique tant en Occident que dans les pays du Maghreb : l’intérêt pour ce que la littérature économique, géographique ou historique, nomme – selon les pays et les périodes – « districts industriels », « clusters », « systèmes productifs locaux », « systèmes industriels localisés », « milieux novateurs », voire « région intelligente », et qui dans les actions publiques d’aujourd’hui correspond aux projets de « technopoles », de « pôles de compétitivité », ….

4Pour mieux situer conjoncturellement l’intérêt de la question des « systèmes productifs locaux » et saisir les novations de l’action publique que cela représente aussi bien en Occident qu’au Maghreb, il est bon d’inscrire la réflexion sur la durée.

5Pendant une longue période en effet, dans une vision jacobine de la construction de l’État moderne national et territorial, la conception dominante du développement économique et social avait écarté comme archaïsmes particularistes les systèmes sociaux et productifs locaux.

  • 2 La Révolution française mit en place une « politique de la langue » et non des langues, le triomphe (...)
  • 3 C’est moi qui souligne.
  • 4 Voir J. Chevalier (1978) ou Pierre Grémion (1976 et 2005).
  • 5 C’est moi qui souligne.

6En France par exemple, dans différents ordres, de l’économique au linguistique2, la République poursuivit jusqu’à ses ultimes conséquences l’œuvre pluriséculaire de la Monarchie en cherchant à éradiquer les derniers corps intermédiaires et à intégrer les périphéries au centre. Tandis que l’historien Eugen Weber (1970) montrait que l’entreprise de modernisation de la France des années 1870-1914 avait produit « la fin des terroirs » au profit de l’émergence d’un espace homogène, le territoire national, le sociologue Henri Mendras (1967) décrivait « la fin des paysans », catégorie sociale porteuse d’une civilisation millénaire, au profit d’une nouvelle configuration sociale, celle des agriculteurs-producteurs introduisant dans leur activité une forte plus-value technologique et branchés sur le marché. Dans la suite de Mendras, le politologue Pierre Muller (1984 ; avec B. Jobert, 1987) montrait comment, dans les débuts de la Ve République, l’initiative corporative (syndicale) d’une nouvelle génération conjuguée avec le réformisme de l’État permit la création du secteur agro-industriel comme « filière de production et non plus comme un ensemble de territoires3 » (1987, 80). S’intéressant tout particulièrement aux transformations de l’action de l’État, P. Muller et B. Jobert concluaient de l’étude de ce cas et de nombreux autres au passage du référentiel territorial (relations centre/périphéries4) au référentiel « global-sectoriel » (1987, 18). Secteurs versus Territoires ? « Les secteurs apparaissent comme des totalités sociales qui vont, à la fois, organiser et structurer les rôles sociaux autour d’une logique de reproduction aterritoriale5 et conférer aux individus de nouvelles identités : les identités professionnelles, qui se substituent elles aussi aux identités locales » (id., 19). En conséquence il appartenait désormais aux « politiques sectorielles » de « maintenir ou restaurer au sein de la sectorialité un minimum de cohésion sociale qui était autrefois assurée par la territorialité » (id., 19).

  • 6 Pour une approche plus globale, on peut lire B. Badie (1992).
  • 7 S’agissant des années 1960-1980, voir P. R. Baduel (études et ouvrages dirigés, 1984, 1985, 1990).

7Ce modèle de construction de l’État national et territorial fut largement repris par les pouvoirs des pays anciennement colonisés par la France au lendemain de l’acquisition de leur indépendance6. Tandis que sur le plan idéologique, pour parfaire les indépendances, certains penseurs radicaux proclamaient la nécessité de l’avènement d’un « homme nouveau » (Frantz Fanon), sur un plan économique, dans la ligne des idéologies développementistes d’alors, les pouvoirs s’efforçaient de promouvoir un espace économique homogène à travers les plans d’aménagement volontaristes et tous azimuts du territoire7.

  • 8 Sur cette problématique d’alors, voir L. Quéré (1978) ou R. Dulong (1978).

8Ces politiques ne furent pas mises en place sans résistances diverses. Dans le domaine culturel, voire nationalitaire d’abord : ce fut en Europe la résurgence des revendications sociétoterritoriales, régionalistes ou autonomistes8, qui ont trouvé des réponses variées (de la décentralisation à la « provincialisation » en politique « intérieure », par la subsidiarité en politique « européenne ») ; au lendemain des décolonisations en Afrique, au-delà des guerres sécessionnistes abouties (Érythrée) ou inabouties (Katanga, Biaffra, Touaregs, …), ce furent en Afrique du Nord les conflits liés à la « politique de la langue » – en l’occurrence l’arabe – autour du statut accordé aux « autres » langues, négro-africaines en Mauritanie, berbère en Algérie (Tafsut, Printemps berbère, des années 1980).

9Dans le domaine économique, on crut longtemps assurée la marche indéfinie du modèle économique de la grande production. Les autres modèles de développement industriel comme les grappes de petites entreprises dont l’économiste Alfred Marshall (1890) décrivait les mécanismes et le potentiel de croissance qu’elles recelaient dans le cas du Royaume Uni de la fin du xixe siècle disparurent progressivement dans ce pays entre 1900 et 1975, période où, comme dans aucun autre pays industriel, se produisirent « concentration et centralisation précoces du système bancaire ; encouragement, de la part des pouvoirs publics et des marchés financiers, de la concentration industrielle par le biais de fusions et acquisitions, réduction progressive de l’autonomie des collectivités territoriales dans le cadre d’un régime constitutionnel unitaire »

  • 9 Sur le concept et l’histoire des districts industriels, outre les nombreuses références bibliograph (...)
  • 10 On trouvera une série d’études de cas européens dans J.-F. Eck et M. Lescure (dir., 2002) et M. Les (...)

10(J. Zeitlin, 2006, 455). Il fallut attendre la fin des années 1970 pour que les économistes retrouvent une valeur heuristique à la notion de « district industriel »9. Opérant un retour aux travaux de Marshall pour comprendre la situation – relativement prospère – de la « Troisième Italie » (les deux autres étant le triangle industriel du Nord-Ouest et le Mezzogiorno), Giaccomo Beccatini (1979) enrichit la conception marshallienne : « Marshall et Beccatini ont bien en commun l’idée que la concentration d’un grand nombre de petites entreprises spécialisées sur un même territoire génère des économies d’agglomération, mais l’idée d’osmose entre le système des entreprises et la communauté locale est tout à fait étrangère au premier. En effet, alors que Marshall limite son analyse au seul système des entreprises, l’économiste italien explique son fonctionnement et sa dynamique par les caractéristiques de la communauté locale. La notion d’atmosphère industrielle est au centre de ce glissement : alors que, chez Marshall, elle désigne exclusivement l’accumulation locale de savoir-faire, Beccatini lui donne un contenu social et l’interprète, à la fois, comme l’ensemble des conditions qui fondent la cohésion sociale et la communauté de valeurs de la population locale et comme l’ensemble des relations entre tous les acteurs du territoire qui rendent possible l’apprentissage collectif » (J.-Cl. Daumas, 2006, 4). Emboîtant le pas aux économistes, historiens et sociologues ont multiplié récemment les études de cas, assoupli du même coup le modèle marshallo-beccatinien et montré sa prégnance (dans ses différentes variantes), voire ses bonnes capacités de transformation10.

11Les districts industriels qui ont réussi à préserver leur efficacité dans certains secteurs subissent cependant désormais de plein fouet la concurrence de pays émergents et les savoir-faire qui avaient fait leur force et les avantages d’une main-d’œuvre compétente, flexible et aux coûts salariaux modérés ne suffisent plus à garantir la compétitivité de ces petites et moyennes entreprises ; « les districts industriels qui connaissent la réussite […] aujourd’hui […] fonctionnent de moins en moins en autarcie et sont de plus en plus intégrés dans les circuits d’approvisionnement et les réseaux mondiaux de partage des connaissances » (J. Zeitlin, 2006, 460), si bien que la localité doit désormais se conjuguer autrement. Henri Lefebvre écrivait jadis que « le mondial n’abolit pas le local », un « retour au local » n’est en tout cas pas incompatible avec la mondialisation.

12Les nouveaux « systèmes productifs locaux » peuvent s’encastrer dans d’anciens districts industriels et en constituer des systèmes fortement transformés, comme A. Mendez (2005) l’a montré dans le cas de Grasse, B. Courault (2006) dans le cas de Cholet ou G. Dei Ottati (1996) dans le cas – canonique – de Prato. Ils peuvent aussi être une novation par rapport à la situation antérieure et atteindre une réussite exemplaire, du type Silicon Valley ou comme G. Le Blanc (2001) en donne un bon exemple dans le cas des nouveaux districts de technologie de l’information de Denver aux USA. Cette inscription des districts industriels dans la mondialisation ouvre la possibilité de l’exportation de cette formule économique au-delà des « pays » ayant de fortes traditions industrielles, sous réserve cependant que soient remplies certaines conditions, parmi lesquelles semble figurer la tendance à la décentralisation et à la dévolution des pouvoirs de l’État central au profit des collectivités territoriales (J. Zeitlin, id., 457).

  • 11 Comme d’autres notions (par exemple celle d’« ordinaire »), celle de « local » est loin d’être simp (...)

13S’agit-il dans ce cas de l’illustration d’un « retour » au référentiel territorial dans les politiques publiques ? Sans soute, à condition de ne pas entendre par « retour au territorial » le « retour du local » (« des terroirs » d’E. Weber), parce que, sous l’effet conjugué de l’action de l’État moderne hier et de la mondialisation aujourd’hui, le local comme spécificité ancienne soit a disparu, soit est plus composite11. Le référentiel territorial est réactivé aussi dans d’autres politiques publiques, comme par exemple en France dans la « politique de la ville » : dans ce qu’on appelle « les quartiers », la politique évolue selon J. Donzelot (2003) entre une approche « people » (époque de la politique dite de DSQ, développement social des quartiers) et une approche « place » (le quartier comme territoire, avec la politique de discrimination positive territoriale mise en place à partir d’A. Juppé par exemple), entre s’occuper des gens et traiter les lieux, et ce serait plutôt cette dernière option qui l’emporte aujourd’hui et qui, selon le même J. Donzelot (2006), expliquerait les émeutes de novembre 2005. P. Muller (2000, 96) note de son côté : « Le concept de politique publique était indissociable de celui de sectorisation […] dans la mesure où c’est à partir d’une représentation de la société comme ensemble de secteurs que s’est développé le management public. Or c’est précisément cette représentation sectorielle de la société qui semble souffrir aujourd’hui d’une certaine remise en cause. Cette crise de la sectorialité […] prend [en France] d’abord la forme d’une perte d’efficacité des modes de négociation fondés sur la représentation corporatiste des intérêts et d’une recherche d’une nouvelle proximité. Elle s’accompagne ensuite d’un surprenant renouveau des politiques locales. » Et de façon qui montre combien il avait jusqu’alors totalement intériorisé les représentations de l’État moderne qui considérait les sociétés périphériques comme archaïques et irrationnelles, il écrit : « Le local apparaît aujourd’hui comme un espace où l’exigence de rationalité peut se réconcilier avec l’exigence de proximité » (id., 100), au point qu’il apparaît nécessaire de construire désormais aussi un « référentiel global local » (id., 103).

  • 12 En France, 67 « pôles de compétitivité » ont été labellisés en 2005. Ils ont été retenus en fonctio (...)

14Ainsi, qu’on prenne l’exemple de la politique de la ville à travers le traitement des quartiers (Ph. Estèbe, 2004 ; S. Tissot, 2007) ou l’exemple de la politique économique avec la multiplication des « pôles de compétitivité »12, le territoire est (re)devenu un (parmi d’autres) « instrument d’action publique », à savoir « un dispositif à la fois technique et social qui organise des rapports sociaux spécifiques entre la puissance publique et ses destinataires en fonction des représentations et des significations dont il est porteur » (P. Lascoumes et P. Le Galès (2004, 13).

Bibliographie

Bibliographie

Badie Bertrand, 1992, L’État importé. Essai sur l’occidentalisation de l’ordre politique, Fayard, Paris, 334 p.

Baduel Pierre Robert, 1984, « L’intégration nationale de pasteurs présahariens », in P. R. Baduel (dir.), Enjeux sahariens, Éditions du Cnrs, 441 p., 393-420.

Baduel Pierre Robert, 1985, « La production de l’espace national au Maghreb », in P. R. Baduel (dir.), États, Territoires et Terroirs au Maghreb, Editions du Cnrs, 421 p., 3-47.

Baduel Pierre Robert, 1990, « Mauritanie 1945-1990 ou l’État face à la Nation », in P. R. Baduel (dir.), Mauritanie entre arabité et africanité, Revue des Mondes musulmans et de la Méditerranée/Edisud, Aix-en-Provence, 199 p., 11-51.

Bertaux Daniel, 2005, L’enquête et ses méthodes. Les récits de vie, Armand Colin, Paris, (1e édition : 1996) 128 p.

Bourdieu Pierre, 2004, Esquisse pour une auto-analyse, Raisons d’Agir, Paris, 142 p.

Bourdin Alain, 2000, La question locale, Puf, Paris, 254 p.

Chevalier Jacques (dir.), 1978, Centre, périphérie, territoire, Puf, Paris, 352 p.

Courault Bruno, 2006, « Pme et industrialisation : que sont devenues les Pme du “miracle choletais” (1945-2004) ? », in M. Lescure (dir.), 2006, op. cit., 413-446.

Daumas Jean-Claude, 2006, « Districts industriels : le concept et l’histoire », XIV International Economic History Congress, Session 28, Helsinki 2006, 19 p.

De Certeau Michel, Julia Dominique et Revel Jacques, 2002, Une politique de la langue. La Révolution française et les patois : l’enquête de Grégoire, Folio, Gallimard, Paris, (1e édition : 1975) 472 p.

Dei Ottati Gabi, 1996, “Economic Changes in the District of Prato in the 1980’s: Towards a More Conscious and Organized Industrial District”, in European Planning Studies 33 (3), 35-52.

Donzelot Jacques, 2006, Quand la ville se défait. Quelle politique face à la crise des banlieues ?, Seuil, Paris, 190 p.

Donzelot Jacques, Mével Catherine et Wyvekens Anne, 2003, Faire société. La politique de la ville aux États-Unis et en France, Seuil, Paris, 366 p.

Dosse François, 2005, Le pari biographique. Écrire une vie, La Découverte, Paris, 480 p.

Dulong Renaud, 1978, Les régions, l’État et la société locale, Puf, Paris, 245 p.

Eck Jean-François et Lescure Michel (dir.), 2002, Villes et districts industriels en Europe occidentale (xviie-xxe siècles), Presses de l’Université François Rabelais, Tours, 356 p.

Estèbe Philippe, 2004a, L’usage des quartiers. Action publique et géographie dans la politique de la ville (1982-1999), préface de Jacques Donzelot, L’Harmattan, Paris, 264 p.

Estèbe Philippe, 2004b, « Les quartiers, une affaire d’Etat, un instrument territorial », in P. Lascoumes et P. Le Galès (dir.), 2004, op. cit., 47-70.

Ghorra-Gobin Cynthia, 2000, Les Etats-Unis entre local et global, Presses de sciences Po, Paris, 288 p.

Grémion Pierre, 1976, Le pouvoir périphérique. Bureaucrates et notables dans le système politique français, Seuil, Paris, 478 p.

Grémion Pierre, 2005, Modernisation et progressisme. Fin d’une époque (1968-1981), Editons Esprit, Paris, 259 p.

Jobert Bruno et Muller Pierre, 1987, L’État en action. Politiques publiques et corporatismes, Puf, Paris, 242 p.

Lascoumes Pierre et Le Galès Patrick (dir.), 2004, Gouverner par les instruments, Sciences Po Les Presses, Paris, 371 p.

Le Blanc Gilles, 2001, « Les nouveaux districts des technologies de l’information : l’exemple de Denver aux États-Unis », in Réseaux d’entreprise et territoires. Regards sur les systèmes productifs locaux, Cerna/Datar, La Documentation française, Paris, 21 p.

Lescure Michel (dir.), 2006, La mobilisation du territoire. Les districts industriels en Europe occidentale du xviie au xxe siècles, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, Ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie, Paris, 498 p.

Mendez Ariel, 2005, « Les effets de la mondialisation sur l’organisation et la compétitivité des districts industriels », in Revue internationale sur la travail et la société, 2005, n° 3 (octobre), 756-786.

Mendras Henri, 1992, La fin des paysans, Actes Sud, Paris, (1e édition : 1967) 446 p.

Mezouaghi Mihoub, 2005, Libéralisation des services de télécommunication au Maghreb. Transition institutionnelle et performances, Agence Française de Développement, Paris, 121 p.

Mezouaghi Mihoub (dir.), 2007, Le Maghreb dans l’économie numérique, Maisonneuve & Larose, Paris, sous presse.

Muller Pierre, 1984, Le technocrate et le paysan, Editions Economie et Humanisme/Les Editions ouvrières, Paris, 173 p.

Muller Pierre, 2000, Les politiques publiques, Puf, (1e édition : 1990) 4e édition, 128 p.

Pecqueur Bernard, 2007, « Territoires : le phénomène cluster », http://www.scienceshumaines.com/, 4 p.

Pecqueur Bernard et Zimmermann Jean-Benoît (dir.), 2004, Economie de proximités, Hermès-Lavoisier, Paris, 264 p.

Peneff Jean, 1990, La méthode biographique. De l’Ecole de Chicago à l’histoire orale, Armand Colin, Paris, 144 p.

Quéré Louis, 1978, Jeux interdits à la frontière. Essai sur les mouvements régionaux, Anthropos, Paris, 383 p.

Sfez Lucien (dir.), 1977, L’objet local, Editions 10-18, Paris, 447 p.

Tissot Sylvie, 2007, L’État et les quartiers. Genèse d’une catégorie de l’action publique, Seuil, Paris, 304 p.

Weber Eugen, 1983, La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale (18701914), Fayard, Paris, (1e édition américaine : 1976) 839 p.

Zeitlin Jonathan, 2006, « Districts industriels et flexibilité de la production hier, aujourd’hui et demain », in M. Lescure (dir.), 2006, op. cit., 447-472.

Notes

1 Renouveau particulièrement significatif en histoire, étudié sur un plan cognitif par F. Dosse (2005) et que traduit l’engouement durable d’un large public pour le genre biographique dans les collections historiques de grandes maisons d’éditions (Fayard, Gallimard, Perrin, Albin Michel, …). Pour la sociologie, on peut lire sur un plan méthodologique J. Pennef (2000) ou D. Bertaux (2005), et trouver une illustration d’écriture autobiographique (« auto-analyse ») avec P. Bourdieu (2004).

2 La Révolution française mit en place une « politique de la langue » et non des langues, le triomphe du français sur les « patois » devant permettre celui de la Nation et de la Raison, conduisant les cultures régionales à la marginalisation puis à la folklorisation (cf M. de Certeau, D. Julia et J. Revel, 2002, 1e édition : 1975).

3 C’est moi qui souligne.

4 Voir J. Chevalier (1978) ou Pierre Grémion (1976 et 2005).

5 C’est moi qui souligne.

6 Pour une approche plus globale, on peut lire B. Badie (1992).

7 S’agissant des années 1960-1980, voir P. R. Baduel (études et ouvrages dirigés, 1984, 1985, 1990).

8 Sur cette problématique d’alors, voir L. Quéré (1978) ou R. Dulong (1978).

9 Sur le concept et l’histoire des districts industriels, outre les nombreuses références bibliographiques figurant ci-après dans l’introduction de M. Mezouaghi et les articles des autres collaborateurs, on peut lire notamment J.-Cl. Daumas (2006).

10 On trouvera une série d’études de cas européens dans J.-F. Eck et M. Lescure (dir., 2002) et M. Lescure (dir., 2006).

11 Comme d’autres notions (par exemple celle d’« ordinaire »), celle de « local » est loin d’être simple, ne serait-ce que dans ses limites. Voir par exemple parmi les travaux anciens, l’ouvrage dirigé par L. Sfez (1977) et parmi les publications récentes, ceux – pour prendre différentes disciplines – d’A. Bourdin (2000), de C. Ghorra-Gobin (2000) ou encore de B. Pecqueur et J.-B. Zimmermann (dir., 2004).

12 En France, 67 « pôles de compétitivité » ont été labellisés en 2005. Ils ont été retenus en fonction de la capacité à travailler ensemble des entreprises, des centres de formation et des unités de recherche (B. Pecqueur, 2007).

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable