Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Biographies et récits de vie

 | 
Kmar Bendana
, 
Katia Boissevain
, 
Delphine Cavallo

Résumés : études

Résumés

Texte intégral

Sabina LORIGA. Le doute de l’historien

1Dans les dernières décennies, la notion de vérité historique est devenue de plus en plus fragile. L’histoire semble être perçue comme une discipline discrétionnaire, qui ne cesse jamais de projeter sur le passé les images du présent. Comme l’avait écrit un grand écrivain du xxe siècle, Italo Svevo, l’impression prédominant est que « le présent dirige le passé comme un chef d’orchestre ses musiciens ». Les raisons qui sont à la base de cette conviction sont nombreuses et complexes. Je me borne à revenir sur deux d’entre elles. Tout d’abord, les limites de la mémoire (en particulier, l’explosion extraordinaire des mémoires biographiques ou locales). En second lieu, la conscience du lien de l’historien avec le présent.

André RAYMOND. L’installation des Andalous à Tunis au xviie siècle : un second quartier dans Bâb Suwayqa ?

2Les grands traits de la structure sociale et économique des grandes villes arabes apparaissent dans la cartographie. L’étude du réseau viaire du faubourg nord de Tunis (Bâb Suwayqa) révèle l’existence d’une zone caractérisée par des rues d’allure régulière qui sont peut-être le « souvenir spatial » de l’installation des immigrés andalous au début du xviie siècle. Une carte, levée en 1764, paraît confirmer cette hypothèse.

Jean-Luc ARNAUD. Dresser un plan de Tunis au début des années 1860

3Au début de la seconde moitié du xixe siècle, alors qu’il n’existe pas de représentation cartographique précise de Tunis, un projet d’alimenter la ville en eau conduit à la préparation d’un plan détaillé. Deux ingénieurs français sont chargés de l’opération par les services beylicaux au début des années 1860. Mais, à ce moment-là, les caisses de l’État sont vides ; après plusieurs interruptions de travaux et avec plus de vingt mois de retard, le plan sera finalement livré à la fin de l’année 1863. La manière dont les services publics nourrissent les espoirs des ingénieurs quant à leur rémunération au cours de cette période illustre bien un mode de fonctionnement qui, malgré les réformes administratives en cours et la relative autonomie de la régence à l’égard de la Sublime Porte, rappelle fortement d’autres pratiques ottomanes.

4La conception assez défectueuse du plan, dressé suivant un modèle français qui poursuit un autre objectif, conduit à un immense gâchis : alors que, suivant quelques améliorations, ce plan aurait pu constituer un superbe outil de gestion et de projet, il ne sera jamais imprimé. Cela, quelques années seulement après la fondation de la première autorité municipale.

Pierre Robert BADUEL. Relire Said ? L’Outre-Occident dans l’universalisation des sciences sociales

5Le présent article opère un retour sur un ouvrage célèbre, L’Orientalisme, et s’intéresse ensuite à l’ensemble de l’œuvre de son auteur, Edward W. Said, singulièrement sur la question du statut des études d’aires culturelles. Il développe les éléments de la thèse soutenue dans le premier ouvrage qui, prenant l’orientalisme à la fois comme représentation et comme discipline, met au jour l’imbrication des savoirs et des pouvoirs, de la culture et de l’impérialisme, traque les biais durables induits par cette collusion originelle, dénonce jusqu’à aujourd’hui le retard général de ce pan du savoir occidental sur la marche des sciences humaines et sociales même après que l’orientalisme ait fait sa révolution en intégrant davantage ces sciences-ci sous la forme des area studies. Resituant le moment de L’Orientalisme dans les évolutions ultérieures de la production de Said, il s’appesantit plus particulièrement sur l’analyse des fondements cognitifs de la critique radicale des area studies au-delà de celle de l’orientalisme. Cet article vise à « prendre au sérieux » l’ensemble de la tentative saïdienne par delà ce que le premier ouvrage a de fondamentalement polémique. Il s’agit en même temps d’un examen critique d’une œuvre aujourd’hui achevée, qui resitue celle-ci par rapport à l’état des débats scientifiques d’alors et d’aujourd’hui, et qui, en en montrant la spécificité, définit aussi les limites de la posture intellectuelle de Said.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter