Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Biographies et récits de vie

 | 
Kmar Bendana
, 
Katia Boissevain
, 
Delphine Cavallo

Résumés : débat

Résumés

Texte intégral

Alfred-Louis DE PRÉMARE. La construction des savoirs religieux dans les premières générations de musulmans

1L’auteur présente son domaine de travail qui est l’étude des textes de base de l’islam, Coran et Hadîth. Il essaie de définir une méthode d’analyse qui leur soit appropriée. Il les étudie en les situant dans leur environnement général et leur contexte historique. Il élargit l’espace et le temps dans lesquels il convient d’en considérer la naissance et le développement. Enfin, il les envisage dans la dynamique qui les a suscités en tant que témoins du croire et des savoirs religieux des hommes qui les ont produits.

Abdelmajid CHARFI. Pour une autre intelligibilité de la question des fondations de l’islam

2L’approche historique des fondations de l’islam exige la connaissance de toutes les recherches récentes. Or, si les occidentaux occultent en général la recherche musulmane, jugée globalement non scientifique, les musulmans ne tiennent pas compte des résultats d’une certaine recherche occidentale parce qu’elle charrie une vision négative de l’islam. Il s’agit donc de mettre l’histoire de l’islam dans le cadre général de l’histoire des religions, de lui appliquer les lois valables pour tous les phénomènes religieux, et de prendre en même temps en considération ce qui fait l’originalité de l’islam et sa spécificité. En l’occurrence, c’est le passage de l’oral à l’écrit, et les problèmes de l’interprétation et de l’institutionnalisation du message, et non son élaboration collective ultérieure, qui devraient retenir l’attention des historiens du Coran.

Alfred-Louis DE PRÉMARE. La question des fondations de l’islam Réponse à Abdelmajid Charfi

3La critique de mes travaux par Abdelmajid Charfi est particulièrement stigmatisante. Classant les sources selon une hiérarchie qui en qualifie certaines, les textes musulmans, et en disqualifie d’autres, les textes syriaques, coptes ou grecs, il laisse globalement accroire que j’ai privilégié les secondes sources sur les premières et que j’ai plaqué sur l’étude du Coran les principes d’exégèse appliqués aux textes chrétiens. Pour ma part, en restant à la bonne méthode historique, je m’appuie sur toutes les sources disponibles et même majoritairement sur des sources internes et des questionnements musulmans. Un lecteur attentif des Fondations de l’islam aura du mal à reconnaître mon ouvrage dans l’interprétation réductrice que donne A. Charfi. Je ne suis pas du tout persuadé que la posture de lecture des textes choisie par mon interlocuteur soit productive.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable