Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Biographies et récits de vie

 | 
Kmar Bendana
, 
Katia Boissevain
, 
Delphine Cavallo

Résumés : biographies et récits de vie

Résumés

Texte intégral

Hichem DJAÏT. Écrire la vie de Muhammad : l’historien face à la Tradition

1Centré sur l’expérience prophétique et sur la Tradition, cet article aborde à travers les difficultés d’écrire une biographie de Muhammad, les processus de formation d’une communauté à Médine. Après avoir dégagé le contexte politique de l’Islam naissant, l’auteur expose les étapes de formation d’une Tradition puis passe en revue l’historiographie concernant le traitement des hadith-s de Muhammad. Il propose de les dépasser en tenant compte des différents « habillages » qui ont enveloppé cette Tradition et de les recouper avec les ouvrages biographiques « profanes ».

Michaël BÉCHIR AYARI. Exploiter les données d’entretiens biographiques en sociologie : le cas des trajectoires socioprofessionnelles et militantes tunisiennes

2La construction et l’analyse de données biographiques ne prennent tout leur sens, dans notre cas, qu’à la lumière des développements théoriques qui considèrent la socialisation comme un processus balistique. Reconstruire des trajectoires socioprofessionnelles et politiques de militants de l’opposition tunisienne ne doit pas oblitérer la nécessité d’une réflexion systématique sur la compréhension des raisons d’agir des enquêtés, et sur la logique argumentative que le narrateur déploie au cours de l’entretien biographique. Quelles que soient les procédures d’analyse de discours que l’on peut mettre en œuvre, l’intérêt sociologique des données biographiques ne peut se révéler pleinement que lorsque la démarche sociologique fait largement appel à l’induction, et lorsque les enjeux qui entourent la production des sources écrites sont analysés.

Edhem ELDEM. Les dossiers des employés de la Banque impériale ottomane

3Constituant une impressionnante série de quelque 6 000 dossiers s’étendant sur une période de près de cinquante ans, les dossiers du personnel de la Banque impériale ottomane sont une des sources les plus riches pour l’étude de la petite bourgeoisie ottomane à la fin du XIXe siècle et au début du xxe siècle. L’intérêt de cette série est double : d’une part, elle permet d’entrer dans le détail de carrières et de profils individuels grâce à un grand nombre de documents de tous genres contenus dans chacun des dossiers ; d’autre part, elle couvre un segment de la population sur lequel nous n’avons pratiquement aucune information, mis à part quelques généralisations hâtives et extrêmement risquées. L’auteur propose de présenter cette riche documentation en soulignant certains aspects particulièrement importants et en suivant le plan suivant : court survol de la tradition biographique ottomane, des recueils et compilations biographiques de poètes et ulémas aux dossiers de fonctionnaires de la période hamidienne ; apparition d’un format nouveau, moderne et occidental, d’informations biographiques recueillies pour les besoins d’une entreprise qui symbolise l’accession (ou les efforts d’accession) de l’empire à la civilisation occidentale ; étude détaillée des informations en question ; un point prosopographique, mettant l’accent sur les principales données pouvant déboucher sur une étude quantitative de l’échantillon ; étude détaillée des informations de nature plus singulière et qualitative contenues dans ces mêmes dossiers, en soulignant l’intérêt biographique qui en découle ; une conclusion portant sur les débouchés que l’on peut espérer obtenir de cette impressionnante base de données et évoquant les problèmes d’ordre méthodologique et éthique liés à son exploitation.

Khaled KCHIR. “Les livres des notables” : Tentative de distinguer un nouveau genre biographique du bas Moyen Âge arabe

4Cet article définit à partir des caractéristiques des dictionnaires biographiques exhaustifs à la fin du Moyen Âge (15 entre le xiiie et le xve siècles) une production historiographique particulière. Ces collections de vies de personnages célèbres disent l’individu à partir d’une certaine conception de la notabilité, et sont une manière de faire l’histoire.

5Vers le début du xive siècle, on peut déceler la naissance d’un nouveau genre, « les livres des notables », à la confluence des dictionnaires classiques : biographies (siyar et tarâjim), prosopographies (tabaqât el mashyakha), et histoires locales (târikh al-mudun). Ibn Khallikân (m. 1281) et son continuateur Safadî (1296-1363) sont les initiateurs de cette innovation. L’originalité du A‘yân al ‘asr wa a‘wân al-nasr de Safadî est qu’il est exclusivement réservé aux personnages morts après sa naissance et couvre une variété de milieux de la société égypto-syrienne : administration, armée, zâwiya, mosquées. L’auteur compose ses biographies en prose rimée à partir d’une rencontre réelle ou imaginaire avec les personnages élus, se mettant ainsi en scène à travers ses biographés qui forment un arc-en ciel nuancé des profils les plus remarquables de leur temps.

Loïc LE PAPE. Les récits de conversion : d’une histoire personnelle romancée à l’analyse sociologique d’un engagement religieux

6Dans cet article, l’auteur propose de discuter les apports et les limites de la méthode biographique appliquée à son objet d’étude de doctorat, les conversions religieuses. Trois questions sont successivement abordées : comment penser, à travers le récit individuel, une nécessaire « montée en généralité » pour les replacer dans un questionnement sociologique ? Quel statut un sociologue, appliquant une méthodologie compréhensive, peut-il accorder à des convertis qui se livrent intensément dans l’entretien ? Quelle importance accorder à ce qu’ils disent, en suivant les impératifs éthiques de croyance de la parole recueillie et de rigueur scientifique ? Trois thèmes permettent de répondre à ces questions : les modalités de l’accès au social à travers l’individu, l’éventuelle transformation des enquêtés en auteurs et l’utilisation de variations d’échelles, de contextes et de temporalités pour mettre en perspective les récits de conversion. La discussion s’opère sur un mode concret et pragmatique, c’est à dire à partir des questionnements apparus à l’auteur au cours de sa recherche.

Bartolomé BENNASSAR. La biographie : un genre historique retrouvé

7L’auteur de trois biographies (Don Juan d’Autriche, Franco et Cortès) retrace ici une histoire du genre biographique longtemps considéré comme mineur ou « bourgeois » par l’histoire universitaire. Avec son retour dans les années 1970, la biographie s’est d’abord limitée le plus souvent à des personnalités célèbres ; elle a, plus rarement, inspiré des « histoires de vies » (aux États-Unis et au Brésil notamment) de personnages obscurs.

8L’article décline trois raisons de l’engouement actuel pour ce genre historique, en les illustrant par les histoires de vie traitées dans d’autres travaux :

  • une biographie est un fil d’Ariane entre les générations et un instrument d’analyse des relations entre elles (deux histoires en exemple : celle d’un paysan castillan, des environs de Tolède, Juan Rodelgas et celle d’un marin-paysan languedocien, Guillaume Bedos).

  • une histoire de vie est une somme d’expériences sociales : au sein de la famille, du milieu éducatif, de la bande, de la vie professionnelle, du tissu associatif… qui recoupent l’appartenance à une classe sociale et influencent les relations personnelles et affectives (histoire de Pedro Gutierrez d’après des documents notariaux).

  • une histoire de vie est une récupération de l’existentiel, du contact avec ce que l’on appelle le vécu en une époque où l’individuel est, en quelque sorte, « surdimensionné ». La connaissance de la vie d’un individu arrache à l’abstrait des structures, aux cadres normatifs (exemple de Franco, longtemps fort mal connu).

9Faire une biographie c’est rendre compte de la complexité du réel, saisir les fils qui composent une vie, reconstituer le tissage de l’individu, sa parentèle, son cadre social, le contexte historique et sa manière de le vivre.

Sylvaine CAMELIN. Au fil des générations, la migration hadramie

10Cet article traite de l’utilisation des récits de vie en ethnologie. Après un bref rappel historique et méthodologique de l’utilisation de cet outil qui n’est pas propre à la discipline, l’auteur montre comment, dans certains contextes, ici la migration, il constitue une manière incontournable de recueillir des données. Partant du cas de la migration des Hadramis (sud du Yémen), l’article revient plus précisément sur l’installation des membres de cette communauté au Émirats arabes unis.

11La migration hadramie correspond à un processus, reconduit de génération en génération, au gré des opportunités et des contraintes (personnelles, politiques, économiques…). Aujourd’hui on remarque qu’environ deux tiers des Hadramis installés aux Eau ont passé la plus grande partie de leur vie, voire toute leur vie, en dehors du Hadramaout (certains n’y sont jamais allés). En dépit de cela, les migrants revendiquent fortement une appartenance à leur société d’origine.

12En s’attachant à l’histoire d’une fratrie aujourd’hui en partie installée dans différentes villes des Émirats arabes unis, l’auteur montre comment, au fil du temps et des générations, les contraintes dans les différents pays d’accueil sont contournées, utilisées voire appropriées et quelles stratégies et ressources sont mobilisées pour poursuivre ces migrations en dehors du Hadramaout tout en restant membre de la communauté hadramie.

Kmar BENDANA. Relire les biographies de Bourguiba. Vie d’un homme ou naissance d’une nation ?

13L’objectif de cet article est de contribuer à une réflexion sur la liaison entre biographie et autobiographie à travers une relecture des biographies de Habib Bourguiba (1903-2000), qui a fortement contribué à dessiner son image par un long travail de tri et d’édition des traces de son « combat » politique. Cette construction narrative, liée aux capacités oratoires et à la longévité politique de cet homme d’État d’exception (1934-1987), a marqué la fabrication des écrits biographiques considérés.

14Tout en traçant les grandes lignes de la vie de ce leader, l’article s’efforce de dégager les différentes interférences entre les deux genres (biographies et autobiographies) les différences de densité comme les rencontres sur des points aveugles, la bifurcation de l’homme vers l’icône comme la confusion entre l’histoire de l’avènement de la nation avec celle de l’homme qui a fini par l’incarner.

15Ces deux genres reflètent chacun pour sa part le contexte politique, expriment l’écrou imposé par l’histoire officielle et font face à l’indigence éditoriale en matière d’histoire contemporaine. L’omniprésence du scénario autobiographique n’empêche pas la mise en évidence de l’autoritarisme de l’homme (identifié à celui du régime) mais elle laisse en blanc un certain nombre de points historiques encore troublés par la trop grande présence du leader, les pratiques de l’enquête orale et les limites de la tradition française du genre.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter