Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Biographies et récits de vie

 | 
Kmar Bendana
, 
Katia Boissevain
, 
Delphine Cavallo

Études

L’installation des Andalous à Tunis au xviie siècle

Un second quartier dans Bâb Suwayqa ?

André Raymond

Texte intégral

  • 1 Cf. Raymond, 1998, 53-62, « La structure spatiale de la ville ».
  • 2 Les deux cas comparables du lotissement du Darb Mustafâ du Caire, dont la date a pu être fixée par (...)

1La structure sociale de la ville arabe traditionnelle se lit, notamment à l’aide de la cartographie car, à bien des égards, la structure spatiale de cette ville est une transposition, sur le terrain, des grands traits historiques, économiques et sociaux qui la caractérisent1 : c’est ainsi que la division de cette ville en un quartier « public » central et des zones « privées » périphériques est apparente sur un plan, tout comme le cloisonnement de la ville en quartiers de résidence isolés à l’intérieur desquels se réalise l’idéal social de protection de la vie familiale et communautaire. On doit donc être très attentif à tous les caractères physiques dans lesquels se figent, en quelque sorte, ses principales caractéristiques. Parmi ces éléments la forme de la voirie constitue un « indicateur » essentiel. Les tracés « arborescents » si caractéristiques et si largement répandus traduisent, à mon sens, le développement spontané, et lent, d’une urbanisation spontanée. Les tracés réguliers, et en particulier les tracés en forme de peigne qui apparaissent pendant des périodes de rapide développement urbain (comme ce fut le cas durant l’époque ottomane), révèlent souvent une croissance organisée, dans le cadre d’un projet urbain qui prend fréquemment la forme d’une fondation pieuse (waqf, habous au Maghreb). La présence de tels tracés avec un réseau de voies parallèles s’embranchant orthogonalement sur une voie principale est donc susceptible de signaler à l’attention une opération concertée et rapide qui peut en dire long sur une phase de l’histoire de la ville et de son développement. J’ai donné ailleurs des exemples d’une telle organisation et des conclusions qu’on peut en tirer sur l’histoire des villes considérées dans les cas du Caire, et de Damas2.

Le « souvenir spatial » d’une opération d’urbanisme du xviie siècle dans le faubourg de Bâb Suwayqa

2En étudiant le faubourg de Bâb Suwayqa, dans le cadre de recherches sur la ville de Tunis sous les Mouradites (xviie siècle), j’ai été frappé par la présence d’un secteur caractérisé par un développement régulier du réseau de rues, au cœur d’un faubourg marqué par l’habituelle voirie irrégulière qui caractérise généralement les villes arabes dans leurs zones résidentielles. Cette présence d’un urbanisme « régulier » au milieu d’une voirie « traditionnelle » est si intrigante qu’elle a été relevée, dans son livre sur Tunis hafside, par Abdelaziz Daoulatli (1976, 33) qui l’interprète comme un type d’îlot « périphérique ». Il m’a semblé logique de supposer que ce développement d’un système régulier de rues avec des impasses branchées suivant un angle droit, à intervalle assez régulier, sur des voies principales (rue al-Hafîr, avec quinze rues et impasses orthogonales et rue Sûqî bel-Khîr, avec douze rues et impasses) pouvait constituer le souvenir spatial d’une opération d’urbanisme dont il était intéressant d’essayer de trouver la date éventuelle en la reliant à ce que nous savons de l’histoire de ce quartier pendant les périodes hafside et ottomane (carte 1).

3Cette organisation se situe dans une région de ce qu’on considère habituellement comme la limite de l’urbanisation à l’époque hafside. Il est tentant d’interpréter le dessin un peu arrondi de direction ouest-est de la rue al-Hafîr comme marquant une limite de la ville : Daoulatli suggère que cette limite suivait les rues al-Aqwâs – Sidi al-’Alawî – al-Hafîr – Bâb al- Khadrâ. Il ne s’agit que d’une hypothèse car la limite de la ville hafside aurait également pu passer par la rue Sûqî Bel-Khîr, les places Halfâwiyyîn et Bâb al-Khadrâ occupant logiquement une position extérieure par rapport à la ville hafside conforme à la nature des métiers concernés (les commerces de l’alfa et des légumes sont des activités normalement rejetées à l’extérieur de la ville en raison du caractère encombrant des produits concernés et de leurs liens avec la campagne).

4Sur la nature de la séparation qui aurait existé avec l’extérieur de la ville, des incertitudes demeurent : des gravures anciennes suggèrent un mur ; des sondages indiqueraient un fossé comblé de terre ou un mur de terre battue (Daoulatli, 1976, 232-235). En deçà de cette limite éventuelle de l’urbanisation hafside, à l’intérieur donc de la ville, l’analyse du réseau viaire montre la présence d’un système « traditionnel » avec l’irrégularité habituelle des rues et la présence d’impasses. Au-delà des rues Sûqî bel Khîr et al-Hafîr et de leur système régulier, le réseau viaire traditionnel se retrouve jusqu’à la limite du faubourg tel qu’il s’est développé jusqu’au xixe siècle et a été délimité par l’enceinte de Hammûda Pacha, aujourd’hui détruite.

5S’il y a bien eu, en cet emplacement, une opération urbaine organisée, elle est d’une ampleur telle qu’elle doit correspondre à un événement important dans l’histoire de Tunis dont la date se situerait entre la fin de la période hafside (xve siècle) et la période ottomane (xviiie siècle). La poussée démographique du xve siècle qu’évoque A. Daoulatli (1976, 141), avec une extension du faubourg nord marquée par la construction d’une enceinte, fut sans doute un processus progressif et non une opération de grande envergure, mais limitée dans le temps, comme celle que nous envisageons. Le xvie siècle fut une période de crise et de rétraction de l’espace urbain du fait du conflit avec l’Espagne et il est évidemment impossible d’imaginer qu’une opération urbaine d’une telle échelle ait pu avoir lieu à cette époque.

6Au xviie siècle par contre, Tunis a connu un événement au cours duquel se sont produits un brusque afflux de population nouvelle et une installation d’une manière organisée dont on retrouve la trace à la limite orientale du faubourg de Bâb Suwayqa (quartier de Trunja) : il s’agit de la dernière et plus grande vague d’immigration andalouse qui a eu lieu en l609. Je formule donc l’hypothèse que les secteurs d’urbanisme régulier qui se sont développés autour des rues al-Hafîr et Sûqî Bel-Khîr correspondraient à l’installation d’immigrés Andalous et que nous aurions donc, en ce lieu, un second quartier andalou s’ajoutant à celui plus oriental de Trunja, dans le même faubourg.

Une implantation andalouse au nord du faubourg de Bâb Suwayqa

7Il n’est pas besoin de rappeler que l’expulsion des Morisques d’Espagne en 1609 amena l’installation en Tunisie d’une communauté andalouse qu’on estime à un total de cinquante mille personnes dont un nombre indéterminé (plusieurs milliers) s’établit à Tunis où les autorités durent naturellement prendre des dispositions pour assurer leur installation. Une très petite partie (les plus aisés) s’établit dans le quartier riche de la rue des Andalous, dans le centre de la madîna. On sait que le quartier de Trunja au sud-est du quartier de Bâb Suwayqa, à la limite de la ville, en hébergea un grand nombre sur une surface que l’on peut évaluer à six hectares. Il serait tout à fait logique qu’un autre lotissement ait été aménagé pour eux en un autre endroit de la périphérie de Bâb Suwayqa, faubourg qui avait été, de longue date, un lieu d’accueil pour les Andalous dont un grand nombre, à l’époque hafside, s’étaient établis dans la région de la rue de Hammâm Ramîmî située entre Trunja et la rue al-Hafîr. La superficie de ce second quartier peut être estimée à neuf hectares.

8Quelques indices chronologiques permettent d’étayer cette hypothèse : l’ouvrage de Muhammad Bin al-Khûja (1985, 157 n° 81 et 158 n° 95) évoque deux oratoires (masjid) de Sîdî Belhassen al-Halfâwî qui auraient été construits rue Hammâm al-Ramîmî et rue al- Gharas, sans doute avant 1050/1640-1 date de la mort de ce saint personnage. Le masjid de Sîdî Quwaysim, rue al-Hafîr (près de l’entrée de l’impasse de l’Écuyer où il existe toujours) a été construit avant la mort du célèbre cheikh en 1114/1702-3 (Khûja, 1939, 160, 130). Il n’est pas déraisonnable de supposer qu’un lien existe entre ces diverses constructions et la nécessité de répondre aux besoins religieux de la nouvelle communauté qui venait de s’établir dans cette région. Il en alla de même dans le quartier de Trunja avec la construction de la mosquée Subhân Allâh (1624).

9Il n’est naturellement pas inutile de rappeler aussi que les Andalous installés en Tunisie passaient pour avoir apporté d’Espagne, avec eux, les principes d’un urbanisme très régulier. Ce trait a été mis en valeur à propos de leur fameuse installation de Testour, visité en 1724 par le voyageur français Peyssonnel (1987, 106) dont le témoignage a souvent été invoqué :

« J’entrai par une grande rue bien alignée... J’en vis trois autres de la même grandeur, coupées à angle droit par plusieurs autres rues, etc. »

10Parmi les historiens modernes, Ahmed Saadaoui (2000, 98-99, 106, 110-111) a bien mis ce type d’urbanisme en valeur à propos de divers sites andalous. Le quartier de Hafîr correspond tout à fait à cette description, tout comme le quartier de Trunja dont la structure, pour être un peu différente, est d’une grande régularité. Par ce caractère, les quartiers andalous contrastent évidemment avec la voirie irrégulière des quartiers de résidence de la ville traditionnelle arabe que l’on retrouve en deçà et au-delà de la rue Hafîr.

11Il me semble donc qu’on pourrait attribuer à l’installation des Andalous l’épisode de voirie régulière qui reste discernable sur le plan de Bâb Suwayqa et qui se serait interposé entre deux phases de développement d’une voirie traditionnelle irrégulière qui aurait occupé la période hafside (au sud de la rue Hafir) jusqu’au xve siècle, puis la période mouradite et hussaynite (xviie-xixe siècles). Les Andalous auraient été très logiquement installés dans deux implantations, assez voisines l’une de l’autre, à la limite du faubourg de Bâb Suwayqa, sur des terrains encore libres de constructions, et dans une région déjà marquée par la présence de leurs prédécesseurs (rue Hammâm Ramîmî). Un facteur qui était susceptible de faciliter leur acclimatation à une vie aussi nouvelle.

12Il ne s’agit que d’une hypothèse qui se heurte à un bon nombre d’objections dont la principale est naturellement que rien dans nos sources, pourtant relativement abondantes sur l’immigration andalouse, n’évoque une telle seconde installation à Bâb Suwayqa. Cette implantation n’est pas davantage présente dans les nombreuses traditions qui se réfèrent à l’installation des Andalous à Tunis. Enfin, il nous a été impossible de la conforter par la mise en lumière de liens existant entre ce quartier et la communauté andalouse tunisoise. L’enquête faite autour du cheikh al-Quwaysim, par exemple, ne révèle aucun lien particulier entre ce savant et la communauté qui aurait vécu dans le quartier où il résida et où une modeste mosquée conserve son souvenir. Ce sont beaucoup d’éléments négatifs, mais il est vrai aussi que les certitudes sur l’implantation précise des Andalous ne sont pas très nombreuses, et il n’est pas impossible que le souvenir des Andalous ait pu se dissiper au fil des presque quatre siècles qui se sont écoulés, du fait de leur assimilation progressive.

  • 3 Il convient cependant de remarquer que ces toponymes peuvent remonter à une époque plus ancienne da (...)

13Divers indices peuvent cependant être invoqués à l’appui de notre thèse. Slimane Mostafa Zbiss, dans son étude sur les portes de Tunis (1962, 143), relève au 10 de la rue Sidi ‘Alî al-Haraïrî, située à Halfâwiyyîn à proximité immédiate de la rue Sûqî bel-Khîr, l’existence d’une porte datée de 1028/1618-9 dont l’arc surbaissé lui paraît trahir une influence morisque évidente : elle témoigne d’une présence andalouse peu de temps après l’immigration. Bin al-Khûja relève, dans la région qui nous intéresse, des noms de monuments qui paraissent caractéristiques de l’onomastique andalouse : c’est le cas du masjid al-Ghazalû dans la rue Sûqî Bel-Khîr ou du masjid Barlû dans la rue Sîdî Gharasallâh (Khûja, 1939, 160 n° 121 et 158 n° 90)3.

  • 4 Le plan de J.-N. Bellin (Petit atlas maritime, II, pl. 53) a été publié par Paul Sebag (1998, ill. (...)

14Mais l’indication la plus intéressante et la plus probante est naturellement celle qui nous est fournie par le plan de Tunis de J.-N. Bellin, daté de 1764, dans lequel le faubourg de Bâb Suwayqa est doté de deux quartiers andalous qui occupent clairement les positions du quartier de Trunja, au sud-est, et du quartier de Hafîr, au nord du faubourg (carte 2)4. Malgré son caractère assez sommaire ce plan donne une idée qui paraît précise de la madîna, de ses deux faubourgs et de divers traits caractéristiques du Tunis de cette époque. Ce plan conforte évidemment l’hypothèse de l’existence d’un second quartier andalou, établi au nord de Bâb Suwayqa que je me suis efforcé de présenter.

  • 5 Sur ces problèmes de densité dans les villes arabes, cf. Raymond, 1998, 183-193.

15La surface des deux quartiers que l’on peut évaluer à une quinzaine d’hectares permet de proposer une évaluation pour la population d’immigrés andalous qui aurait été ainsi accueillie à Tunis après 1609. À raison d’une densité de 200 à 300 habitants à l’hectare5 qui paraît raisonnable pour des quartiers suburbains où les étages étaient sans doute assez exceptionnels, on atteindrait une population située entre 3 000 et 4 500 individus, un chiffre acceptable, si on considère que le nombre des Andalous qui s’installèrent dans l’ensemble de la Tunisie devait avoisiner 50 000 individus.

16

Carte 1. Tunis, faubourg de Bâb Suwayqa et les deux quartiers andalous

Carte 1. Tunis, faubourg de Bâb Suwayqa et les deux quartiers andalous

Source : carte élaborée par l’auteur. Plan de M. Toupry.

17

Carte 2. Plan de la ville de Tunis et de ses environs (1764), d’après Paul Sebag, Tunis, histoire d’une ville, 1998, ill. h. t.

Carte 2. Plan de la ville de Tunis et de ses environs (1764), d’après Paul Sebag, Tunis, histoire d’une ville, 1998, ill. h. t.

Source : Bibliothèque de France, Paris : J.-N. Bellin, Petit Atlas maritime, Paris, 1764, pl. 53.

Bibliographie

Bibliographie

Daoulatli A., 1976, Tunis sous les Hafsides : évolution urbaine et activité architecturale, Tunis, Société tunisienne des arts graphiques.

Djelloul N., 1995, Les fortifications côtières ottomanes de la régence de Tunis (xvie-xixe siècles), Zaghouan (Tunisie), Ftersi, 2 vol.

Khûja M. bin al-, 1939, Ta’rîkh ma’âlim al-tawhîd, Tunis, (rééd. Beyrouth, 1985).

Peyssonnel J.-A., 1986, Voyage dans les régences de Tunis et d’Alger, préf. de Lucette Valensi, rééd., Paris, La Découverte.

Raymond A., 1985, Grandes villes arabes à l’époque ottomane, Paris, Sindbad.

Raymond A., 1998, La ville arabe, Alep, à l’époque ottomane (xvie-xviiie siècles), Damas, Ifead.

Saadaoui A., 2000, « Villes et villages andalous de Tunisie : aménagement, urbanisme et architecture », Revue d’histoire maghrébine, vol. xxvii, n° 97-98, 97-124.

Saadaoui A., 2001, Tunis ville ottomane : trois siècles d’urbanisme et d’architecture, Tunis, Centre de publication universitaire.

Sebag P., 1998, Tunis, histoire d’une ville, Paris, L’Harmattan.

Zbiss S. M., 1962, « Portes, baies et façades datées dans l’architecture musulmane de la ville de Tunis », Cahiers des arts et techniques de l’Afrique du nord, n° 6 (1960-1961), 131-152.

Notes

1 Cf. Raymond, 1998, 53-62, « La structure spatiale de la ville ».

2 Les deux cas comparables du lotissement du Darb Mustafâ du Caire, dont la date a pu être fixée par un waqf, ou du lotissement du Mîdân de Damas, daté grâce à une maison, sont développés dans Raymond, 1985, 217-219.

3 Il convient cependant de remarquer que ces toponymes peuvent remonter à une époque plus ancienne dans un quartier qui a été profondément marqué par l’influence andalouse, dès le xve siècle, autour de la rue Hammâm Ramîmî.

4 Le plan de J.-N. Bellin (Petit atlas maritime, II, pl. 53) a été publié par Paul Sebag (1998, ill. h. t. entre les pages 368-369) et par Neji Djelloul (1995, t. II, 676). Il est également signalé par Ahmed Saadaoui (2001, 385) qui évoque la possibilité de l’existence de deux quartiers andalous.

5 Sur ces problèmes de densité dans les villes arabes, cf. Raymond, 1998, 183-193.

Table des illustrations

Titre Carte 1. Tunis, faubourg de Bâb Suwayqa et les deux quartiers andalous
Légende Source : carte élaborée par l’auteur. Plan de M. Toupry.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/638/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Carte 2. Plan de la ville de Tunis et de ses environs (1764), d’après Paul Sebag, Tunis, histoire d’une ville, 1998, ill. h. t.
Légende Source : Bibliothèque de France, Paris : J.-N. Bellin, Petit Atlas maritime, Paris, 1764, pl. 53.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/638/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 85k

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable