Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Biographies et récits de vie

 | 
Kmar Bendana
, 
Katia Boissevain
, 
Delphine Cavallo

Biographies et récits de vie

La biographie, un genre historique retrouvé

Bartolomé Bennassar

Texte intégral

1L’historiographie anglo-saxonne a toujours réservé une place de choix à la biographie. En revanche, celle-ci, après avoir connu quelques livres à succès, tel le Napoléon de Jacques Bainville (1931), a longtemps été considérée comme un genre mineur par l’histoire universitaire, en France et dans d’autres pays latins, tels l’Espagne et l’Italie. On assurait parfois qu’elle était réservée aux « historiens des alcôves ». Tout récemment, l’un des directeurs des Éditions Fayard, Denis Maraval (2004), évoquait une véritable « traversée du désert » de la biographie en France. Il considérait que les dures critiques émises par l’École des Annales à l’égard de la biographie historique procédaient de la conception que l’histoire positiviste du xixe siècle avait eue de la biographie : en raison de sa « religion du fait attesté », l’histoire positiviste avait réduit la biographie « à une succession d’épisodes prouvés mais rendus parfois peu intelligibles en raison du faible intérêt porté aux circonstances et au monde dans lesquels ils s’inscrivaient. »

2La priorité était alors accordée à l’étude des grands mouvements collectifs, réalisée par la mise en série d’éléments de toutes sortes de caractère quantitatif (prix, salaires, production, emploi, flux démographiques, etc.) même lorsqu’il s’agissait de catégories d’hommes et de femmes (prosopopée…), ce qui explique l’expression couramment utilisée d’histoire sérielle. Les étudiants étaient détournés par leurs professeurs des biographies qui existaient alors sur le marché, par exemple celles d’André Maurois. À l’époque où je commençais ma carrière d’historien, au début des années 1950, aucun des gens de mon âge, au moins de ceux que je connaissais, ne fondait sa recherche sur une personnalité, quelle qu’elle soit. Il est probable aussi que des préoccupations idéologiques aient tenu un rôle : la biographie était réputée « genre bourgeois », peut-être parce qu’elle privilégiait de manière évidente les figures de proue de la politique, de la société, de la guerre, des sciences et des arts, de la littérature ou de la religion. Certains grands historiens suggéraient que la biographie ne pouvait s’intéresser qu’à de grands personnages à cause de l’absence de sources à propos des humbles. Ainsi, François Furet avait écrit :

  • 1 Cité par Bartolomé et Lucile Bennassar, 2001, 11.

« La notion de classes inférieures évoque d’abord celle de nombre et d’anonymat. L’histoire d’aujourd’hui le réintègre [l’homme des classes inférieures] dans l’aventure humaine par l’étude quantitative des sociétés du passé mais il y reste silencieux… Les classes inférieures, analphabètes, et le plus souvent résignées, n’ont laissé dans l’histoire écrite des sociétés capitalistes que peu de traces, généralement dues à un curé de campagne ou à un intellectuel philanthrope… »1

3Ce jugement était excessif. D’une façon générale, les archives judiciaires offrent de grandes possibilités, surtout quand les témoins des affaires jugées sont nombreux. Si l’on prend l’exemple, il est vrai privilégié, des archives des tribunaux d’Inquisition, elles conservent pour l’Espagne, le Portugal, l’Italie, Malte, aux Temps Modernes surtout, et pour la France à l’époque médiévale, des procédures tout à fait considérables, procès complets ou résumés de procès, qui ont permis ou permettront de reconstituer les aventures exceptionnelles de personnages jusqu’ici tout à fait inconnus et très éloignés des situations de pouvoir : tel le meunier du Frioul, Menocchio, ressuscité par Carlo Ginzburg (Le fromage et les vers, 1980),ou le sculpteur orléanais Étienne Jamet, devenu en Espagne Esteban Jamete, et exhumé de l’oubli par André Turcat (1994). Les archives policières dont fait grand usage Arlette Farge (1988) – qui rend vie grâce à elles à la foule parisienne du xviiie siècle – ou les archives judiciaires très précieuses pour l’histoire des sorcières et des juges – que l’on se souvienne de la thèse de Robert Mandrou (1968) – ou des criminels – ainsi, Les criminels de Languedoc de Nicole Castan (1980) – ne sont pas seules en cause : quelques historiens ont retrouvé les journaux d’artisans alphabétisés qui avaient laissé le récit de leur vie, tels le Parisien Jacques-Louis Ménétra (Roche, 1982), le Lillois Pierre Ignace Chavatte (Lottin, 1968), l’artisan de Valladolid Ventura Perez (Egido, 1983). Ils en ont fait des « autobiographies ». Les artistes, presque toujours alphabétisés, ont laissé souvent mémoires ou journaux, parfaitement utilisables. Je rappellerai le pari d’Alain Corbin, décidant d’écrire la biographie d’un inconnu à propos duquel, a priori, il n’existait aucun document, sinon l’extrait de baptême qu’il avait désigné par le choix du hasard (Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot, 1998). Pari en partie tenu… non sans difficulté ! Faut-il observer encore que Fernand Braudel, qui n’éprouvait pas de tendresse particulière pour les histoires individuelles, ne s’interdisait pas d’exploiter dans ses analyses le quotient personnel de quelques grands personnages. Dans sa Méditerranée (1966, I, 331-332), il insistait sur le rôle du pape Pie V dans la formation de la Sainte Ligue, dirigée contre les Turcs, et il qualifiait ce pape de « grande force d’histoire ».

4Selon l’éditeur Denis Maraval (2004, 467), le retour de la biographie survient dans les années 1970 : « Pour l’ensemble des historiens, comme pour les éditeurs, la chape de plomb a commencé à se soulever avec le recul du marxisme dans les années 1970 ». Il évoque le succès significatif de la biographie de Louis XI, due à un auteur américain peu connu, Paul Murray Kendall, publiée par sa maison (Arthème Fayard) en 1974. Je peux témoigner de la vérité de ce rappel. Je venais de publier, dans la collection U d’Armand Colin, en collaboration avec Jean Jacquart, un manuel consacré au xvie siècle. Je reçus, un jour de 1975, un coup de téléphone d’une dame qui me tint ce langage : « Nous lançons pour les Éditions Fayard une collection de biographies historiques. Nous étions réticents car nous ne savions quelle serait la réponse du public. Nous avons fait un essai avec Louis XI. Or, cela a fort bien marché. Dans ces conditions, accepteriez-vous de rédiger un François Ier ? ». Je répondis que, dans l’équipe que je formais avec Jean Jacquart, le spécialiste de la France c’était lui, et qu’il fallait donc s’adresser à Jacquart. Ce qui fut fait et le François Ier de Jean Jacquart sortit chez Fayard en 1981. Cette maison a publié depuis lors un grand nombre de biographies historiques, imitée par bien d’autres, notamment Perrin et Payot, mais il n’est pas de grand éditeur français qui ne publie aujourd’hui des biographies. Ce courant, toujours très vivant dans l’historiographie anglo-saxonne, a pris de l’ampleur en Allemagne, en Espagne ou en Italie.

5On peut cependant regretter que cette mode se limite le plus souvent à des personnalités célèbres : on ne compte plus les biographies consacrées en France à Napoléon, Marie-Antoinette, Catherine de Médicis, entre autres, et, de nos jours, à De Gaulle et Mitterrand. Des hommes tels que Churchill, Lénine, Franklin Roosevelt, Mussolini, Hitler ou même Franco, ont suscité nombre de biographies et le Dalaï Lama, Nelson Mandela ou Jean-Paul II sont en librairie. Écrivains, artistes, navigateurs, aventuriers ont suivi : Cicéron, Homère, Marco Polo, Christophe Colomb, Machiavel, Cervantès, Mozart, van Gogh comptent aujourd’hui plusieurs biographes. Mais il est très rare (malgré les quelques exemples donnés ici) qu’éditeurs et historiens se soient occupés du destin de personnages obscurs dont la vie a pu être passionnante. Je signalerai cependant qu’aux États-Unis et au Brésil, notamment, ont surgi des collections d’« histoires de vies » qui ont arraché des humbles, par exemple d’anciens esclaves, à leur anonymat, soit en utilisant les derniers témoins, soit le plus souvent grâce à leurs descendants. Ces cas, reconnaissons-le, restent peu nombreux.

6Quelles sont les raisons de l’engouement des publics pour ce genre historique ? Et quelles sont les raisons qui ont pu inciter les historiens à passer outre les condamnations d’un proche passé ? J’en proposerai trois que je crois déterminantes.

Un fil d’Ariane entre les générations

7Une histoire de vie, une biographie, si elle est complète, est un fil d’Ariane entre les générations. Le personnage étudié a été en contact, pendant sa petite enfance avec d’autres générations : celle de ses parents, qui peut aussi être celle de ses maîtres, et aussi, peut-être, celle de ses grands-parents. Pendant son adolescence, il a des relations avec de jeunes enfants : frères, sœurs, cousins, camarades de classe ou de travail (ainsi les apprentis), avec de jeunes adultes (par exemple, s’il est membre d’une association : groupe folklorique, chorale, orchestre, club sportif, confrérie), avec des gens d’âge mûr lors de l’initiation au métier, sans oublier ses parents qui ont vieilli. Devenu un jeune adulte, il a des relations de travail, au sein d’une corporation, d’une entreprise, des relations affectives avec un partenaire de l’autre sexe, et simultanément avec des hommes et des femmes de la génération antérieure mais aussi, s’il (si elle) a lui-même ou elle-même des enfants, avec la génération suivante. Le fil se déroule ainsi de la naissance à la mort, il peut se briser tôt ou tard et il croise d’autres fils. Le réseau des relations peut se constituer et fonctionner dans un milieu géographique et social homogène. Mais il peut aussi être sujet à des ruptures qui installent la relation dans des milieux complètement différents. Pour être clair, je vais utiliser un exemple.

8Lorsque nous avons entrepris l’histoire de ceux que nous avons appelés Les chrétiens d’Allah (1989), c’est-à-dire de chrétiens passés à l’islam aux xvie et xviie siècles dans des circonstances très diverses, nous avons trouvé dans les archives de l’Inquisition (espagnole, portugaise ou vénitienne) de longues procédures comportant des témoignages multiples qui permettaient de reconstituer des histoires de vies partielles, plus ou moins longues mais qui, toutes, se terminaient au mieux quelques mois après la sentence (il y a quelques exceptions). Parmi ces histoires qui sont souvent d’une grande richesse, j’en signalerai deux : celle d’un paysan castillan, des environs de Tolède, et celle d’un paysan ou marin-paysan languedocien, Juan Rodelgas et Guillaume Bedos. Tous deux ont eu une enfance de paysan et Rodelgas une adolescence de paysan. Ils ont des relations avec leurs parents, leurs frères et sœurs, avec des gens de la génération plus âgée (ainsi, Bedos va à la pêche avec un ami plus âgé). Puis Rodelgas ajoute à son expérience de paysan une expérience de la vie militaire car il s’engage pour deux ans, tandis que Bedos devient orphelin et est dépouillé de son héritage par son frère aîné.

  • 2 Voir : B. et L. Bennassar, 2001, 27-39 et 57-77.

9Puis, les deux garçons prennent la mer : Rodelgas parce qu’il s’est à nouveau engagé dans une compagnie qui est transférée à Naples, Bedos parce qu’il se fait marin sur un bateau de Martigues. Tous deux sont capturés par des corsaires musulmans : Rodelgas se retrouve esclave à Alger et Bedos à Tunis. Au bout de quelque temps, ils se font musulmans pour échapper à l’esclavage et à la chiourme ; mais, par la suite, Bedos devient un musulman sincère, convaincu, tandis que Rodelgas n’adhère à l’islam qu’en apparence et cherche l’occasion de s’enfuir en pays chrétien, ce qu’il réussira effectivement. Ainsi, dans les deux cas, et quelles que soient les intentions véritables des deux hommes (en fait elles sont différentes), il y a eu, à Alger ou à Tunis, changement complet de milieu : géographique, social, religieux. Ils sont maintenant de jeunes adultes en relation avec des gens de leur âge mais d’origine et de langue différentes, que ce soit sur un bateau corsaire comme Bedos ou dans l’artisanat et dans l’agriculture comme Rodelgas qui, ensuite, se fait lui aussi corsaire pour pouvoir s’évader. Ils vivent donc des expériences totalement nouvelles, leur parcours personnel est devenu beaucoup plus complexe. Cela est si évident qu’il est inutile d’insister2.

Une somme d’expériences sociales

10Une histoire de vie, plus encore qu’un instrument d’analyse des relations entre les générations, est une somme d’expériences sociales, comme l’exemple précédent le suggère avec force. Il est facile de comprendre qu’après avoir connu l’expérience de la vie familiale et d’un monde paysan relativement fermé, puis celle de la vie militaire (Rodelgas) ou de la vie de marin (Bedos), Rodelgas et Bedos ont fait la découverte traumatisante du marché aux esclaves, puis des sociétés cosmopolites d’Alger et de Tunis, celle de la vie dangereuse et brutale du monde de la course, des batailles sur mer, etc. Plus généralement, hommes et femmes cumulent les expériences de la famille, du milieu éducatif, de la bande (si je puis m’exprimer ainsi, car les groupes que forment les jeunes gens ne correspondent pas seulement à un phénomène contemporain) : bande d’apprentis, de pensionnaires dans les collèges, d’étudiants, de groupes de musique, de membres d’une association sportive ; puis l’expérience de la vie professionnelle : le milieu du métier, de l’entreprise, de l’armée, d’un équipage ; celle du milieu associatif : corporation ou guilde, confrérie, syndicat, sociétés cultuelles et religieuses, partis politiques, voire sociétés secrètes… L’appartenance à une classe sociale qui recoupe les autres appartenances, ou, dans le cas de l’Ancien Régime, à un ordre (state en anglais, estamento en espagnol) joue aussi son rôle. Naturellement, ces diverses expériences influencent celle des relations affectives, des amours, singulier ou pluriel. On devine qu’une telle somme puisse être d’une grande variété, d’une grande richesse, ou présenter, au contraire, une certaine uniformité.

  • 3 Pour le personnage de Pedro Gutierrez, voir : Bennassar, 1999, 135, 218, 265, 270, 323-325, 328, 3 (...)

11Je prendrai les exemples de personnages dont j’ai fait la biographie et qui sont évidemment ceux que je connais le mieux. Lorsque j’ai tenté de reconstituer la vie d’une ville de Castille au Siècle d’Or, Valladolid (1967), j’ai pu brosser le portrait d’un certain Pedro Gutierrez grâce à un grand nombre de documents notariaux. Ce personnage apparaît, malgré sa réussite économique et sociale, comme l’expression d’une somme d’expériences très peu variées, très homogènes : il a toujours vécu à Valladolid, il a toujours évolué dans le même milieu professionnel, celui des artisans et des commerçants de peaux, et ses relations avec les étrangers par exemple concernent des négociants en pelleterie de Flandres ou d’Allemagne. Il fréquente les gens de sa corporation (gremio) et de la confrérie qui la complète. Il passe seulement du statut d’artisan à celui de patron, qui organise des campagnes de collecte des peaux, qui fait travailler plusieurs artisans à son service. Il s’est marié dans son milieu. On observe seulement que, conduit par la recherche du profit, il a noué des relations avec le monde paysan et s’est lancé dans des opérations de commerce des vins qui supposent des avances de fonds de caractère quasi usuraire. Bref, cet homme, à l’origine simple artisan, a fait l’expérience du capitalisme : il a d’ailleurs acquis et accumulé des rentes3.

12Changement complet de perspective et de parcours avec Hernan Cortès, le conquérant du Mexique (Bennassar, 2001). C’est d’abord la vie d’une famille de la petite noblesse, de la hidalguia, à Medellin, la petite ville d’Estrémadure où Cortès est né. Puis c’est la société coloniale de Saint-Domingue où Cortès a passé plusieurs années en se vouant à deux activités : le notariat, grâce aux compétences acquises à Valladolid (la connaissance de la loi et la maîtrise de la langue), et l’exploitation de la terre, surtout comme propriétaire de bétail ; c’est ensuite la direction de la bande, celle des autres conquistadors qui l’ont accompagné dans son entreprise mexicaine (les frères Alvarado, Gonzalo Sandoval, Andrès de Tapia, Alonso de Avila, Diego de Ordaz, etc.) ; c’est la relation avec les sociétés indigènes et la pratique de la diplomatie, notamment avec les Totonaques du Golfe et les Tlaxcaltèques, et avec les femmes de la société coloniale : espagnoles, métisses, indiennes (on pense surtout à Malintzin mais aussi à l’une des filles de Moctezuma, car Cortès, polygame de fait, entretenait autour de lui un véritable harem). Il nous introduit aussi dans la familiarité des agents de la Couronne, avec lesquels il fut en conflit quasi permanent, dans celle des évangélisateurs franciscains qui, à l’inverse, furent parmi ses plus fidèles soutiens, dans celle des notables indiens au temps de la conquête, en particulier à Tlaxcala, etc.

13En revanche, la biographie de Franco, malgré son ascension au rôle de chef d’État, de caudillo, fut beaucoup moins riche en expériences sociales (Bennassar, 1995). C’est d’abord celle d’une famille confinée dans le ghetto militaro-naval d’El Ferrol en Galice : la famille Franco habite dans une rue où séjournent des familles d’officiers de marine ou de l’armée de terre et la paroisse des Franco, San Francisco, est la paroisse castrense par excellence, c’est-à-dire celle de la société militaire de la ville. Les enfants Franco fréquentent avant tout leurs cousins germains, les Franco Salgado-Araujo, quatre garçons et six filles demeurés orphelins. Le futur dictateur ne quittait El Ferrol que pour aller à La Corogne où se passaient les examens annuels du baccalauréat et il n’avait pas mis le pied hors de la Galice avant d’aller, à l’âge de 15 ans, à Tolède pour se présenter au concours d’entrée à l’académie militaire d’Infanterie ; ce fut ensuite, surtout, l’expérience de l’armée, celle des garnisons d’El Ferrol, d’Oviedo, celle du tercio et de la guerre coloniale au Maroc, où se forge et s’affirme la personnalité du futur caudillo, celle des gouvernements militaires à La Corogne, Palma de Majorque, enfin les Canaries. On peut signaler encore la connaissance des milieux politiques pendant les années de la IIe République et, bien entendu, le rôle majeur de la Guerre civile dans le parcours de Franco. Pendant les longues années de la dictature, la relation avec l’armée reste essentielle et d’autant plus que l’image négative du caudillo dans les nations démocratiques après la fin de la Deuxième Guerre mondiale lui interdit, ou presque, les voyages à l’étranger.

14Ajoutons que l’expérience féminine de Franco n’eut rien de commun avec celle de Cortès. L’époque des galanteries prénuptiales ne lui a pas réservé d’aventures merveilleuses ni procuré de souvenirs impérissables. Son mariage avec Carmen semble lui avoir valu plus de prestige social que d’émotions érotiques et Francisco Franco n’a été père qu’une seule fois ; il n’a pas connu comme père les joies, les conflits et les surprises de la famille nombreuse qu’il avait eus enfant.

Une récupération de l’existentiel

15Enfin, l’histoire de vie est une récupération de l’existentiel, du contact avec ce que l’on appelle le vécu et je crois que c’est la raison principale du succès actuel des biographies, en une époque où l’individuel est, en quelque sorte, « surdimensionné ». La connaissance de la vie d’un individu nous arrache à l’abstrait des structures, aux cadres normatifs. On retrouve l’incarnation dans l’histoire et l’expression des sentiments, des émotions, des souffrances, des joies, en même temps que le rapport personnel au métier, à l’argent, au pouvoir, à l’amitié et à l’amour, à la violence, au plaisir, à la douleur. De telle sorte que le lecteur de la biographie, si elle est convaincante, peut dans certains cas vivre « par procuration » certains épisodes du personnage qu’il découvre. Les histoires de « renégats » (j’emploie ici le mot utilisé en chrétienté mais sans connotation négative, on peut lui préférer le terme de « converti ») que nous avons reconstituées dans Les chrétiens d’Allah, étaient d’une très grande richesse à cet égard, au moins lorsque nous avons pu disposer de procédures complètes, comportant de nombreux témoignages qu’il était possible de croiser. Dans un cas même, celui du Sicilien Giovanni Batista Castellano qui s’était converti à l’islam et qui avait pratiqué pendant des années la guerre de course, nous connaissons les réactions d’un homme sous la torture, ses cris, ses gémissements, ses supplications. Car le greffier du tribunal de l’Inquisition de Sardaigne a enregistré toutes ses réactions lors des tortures qui lui furent infligées au château de Sassari en 1624 (B. et L. Bennassar, 2001, 110-124). Les documents judiciaires sont certainement ceux qui permettent le mieux d’approcher ce que j’ai appelé l’existentiel.

16Si je reprends l’exemple de Franco, qui a surtout été étudié par des historiens espagnols et anglo-saxons, on constate qu’il a été longtemps fort mal connu et que le rôle de l’expérience vécue, de l’existentiel, dans son parcours est ignoré du plus grand nombre alors qu’il a été fondamental. En effet, l’enfance de Francisco Franco – qui était un gamin ordinaire, qui n’était remarquable en rien, dont la scolarité fut banale – a été marquée par un conflit très grave avec son père et par une incompréhension totale entre ces deux êtres. Le père de Franco considérait que Francisco, son deuxième fils, était un garçon médiocre et les succès ultérieurs de son fils, ses promotions rapides au mérite, enfin son élévation au rang de Généralissime, de caudillo, lui paraissaient incompréhensibles et il le déclara publiquement. D’autre part, lorsque Franco avait 15 ans, au temps de son entrée à l’académie d’Infanterie de Tolède, son père déserta le foyer familial, abandonna sa femme et ses cinq enfants pour s’installer à Madrid avec une maîtresse, ce que Francisco, qui éprouvait une dévotion absolue à l’égard de sa mère, ne lui pardonna jamais. Cela dit, les risques considérables pris par le jeune officier lors des opérations au Maroc, ses succès et ses promotions, étaient autant de messages de défi envoyés au père de façon à lui démontrer qu’il s’était trompé. Et Francisco Franco a pris toute sa vie le contre-pied des attitudes et des choix de son père qui était anticlérical, libéral, coureur de filles, etc. Je ne prétends évidemment pas que le personnage soit entièrement contenu dans les conflits de l’enfance et de la jeunesse, mais ceux-ci ont beaucoup compté dans l’orientation de cette vie.

17C’est d’ailleurs en se fondant sur l’importance du vécu de l’enfance et de la jeunesse de certains personnages devenus célèbres que les Éditions Autrement avaient créé une collection de biographies consacrées à la première partie de leur vie (jusqu’à l’âge de 25 ans environ) et qui s’intitulait Naissance d’un destin. La collection est aujourd’hui achevée mais elle a produit une trentaine de titres, qui vont de Ben Gourion ou Nelson Mandela à Jean-Paul II ou le Dalaï Lama.

18Naturellement, il y a plusieurs façons de concevoir une biographie historique. La méthode anglo-saxonne, expérimentée dans des centaines de cas, est bien connue. Elle consiste à dérouler le fil de la vie du sujet en demeurant fidèle à la chronologie, de la naissance (ou même des origines, antécédents familiaux inclus) à la mort. En fait, il faudrait dire les fils, au pluriel, car la manière anglo-saxonne s’apparente au tissage. L’historien saisit les fils qui composent une vie : celui de l’individu lui-même, de sa parentèle, du cadre familial et social ; celui de la conjoncture historique, politique, économique, culturelle, avec une priorité donnée à l’évolution de la famille du sujet dans cette conjoncture ; celui des événements qui traversent la carrière du héros et suscitent « à chaud » ses réactions. Et il croise ces fils de façon continue : de la sorte, il demeure au plus près des attitudes de son personnage ; il rend bien compte de la complexité du réel. Mais il y a un inconvénient : ce faisant, l’historien n’évite pas toujours la confusion, l’exposé manque de clarté, l’historien ne prend pas de hauteur à l’égard de son personnage, sauf à l’occasion de la conclusion, dans le meilleur des cas.

19Les historiens français suivent assez souvent ce modèle, ainsi le Henri IV de Janine Garrisson (1984) ou l’Henriette de France, reine d’Angleterre, de Micheline Dupuy (1994) qui respectent absolument l’ordre chronologique ; parfois, ils organisent des paragraphes de synthèses partielles qui permettent de faire le point à plusieurs époques de la vie du sujet, comme Bernard Cottret (1999) qui, dans son Henry VIII, établit à plusieurs reprises des bilans. Les historiens français sont très soucieux de l’analyse du milieu familial : par exemple, Anne-Marie Cocula (1986) qui décrit la famille des Bourdeille dans son Brantôme, ou André Corvisier (1983) qui étudie les Le Tellier avant de montrer l’ascension de Louvois. Souvent, ils consacrent aussi plusieurs pages aux représentations, aux images : Bernard Cottret (1999) commence par la postérité d’Henri VIII, tandis que Jean Jacquart (1987) achève son Bayard par un chapitre entier consacré aux représentations du personnage.

20J’ai essayé, pour ma part, de casser ce modèle à l’occasion des trois biographies complètes que j’ai rédigées. Dans l’une, Don Juan d’Autriche (2000), écrite directement en espagnol, j’ai commencé par la mort et les funérailles successives du héros parce qu’elles me semblaient révélatrices, à la fois, de l’esprit de l’époque et des appréciations différentes qui avaient été faites de Don Juan au moment de sa mort et au cours des mois qui suivirent, lorsque ses archives étaient parvenues en possession du roi Philippe II, qui avait pu ainsi réviser son jugement. Pour les deux autres biographies, Franco et Cortès, j’ai commencé par une histoire chronologique conforme à la tradition du genre. Dans un deuxième temps, j’ai rassemblé un certain nombre d’éléments d’interprétation du personnage qui me paraissaient essentiels. D’où une deuxième partie intitulée Comprendre, dans le cas de Franco, et une autre titrée Esquisses pour un portrait à propos de Cortès.

21Il est évident que la biographie n’est pas une figure imposée à tous les historiens. Mais elle ne constitue plus un genre mineur marqué par une sorte de péché originel.

Bibliographie

Bibliographie

Bainville J., 2005 (1931), Napoléon, Paris, Gallimard.

Bennassar B., 1995, Franco, Paris, Perrin.

Bennassar B., 1999 (1967), Valladolid au Siècle d’Or. Une ville de Castille et sa campagne au xvie siècle, Paris, Éditions de L’Ehess.

Bennassar B., 2000, Don Juan de Austria. Un heroe para un imperio, Madrid, Temas de Hoy.

Bennassar B., 2001, Cortès, le conquérant de l’impossible, Paris, Payot.

Bennassar B. et L., 2001 (1989), Les chrétiens d’Allah, Paris, Perrin.

Braudel F., 1966, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Armand Colin, 2 vol.

Castan N., 1980, Les criminels de Languedoc, Toulouse, PUM.

Cocula A.-M., 1986, Brantôme. Amour et gloire au temps des Valois, Paris, Albin Michel.

Corbin A., 1998, Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d’un inconnu (1798-1876), Paris, Flammarion.

Corvisier A., 1983, Louvois, Paris, Fayard.

Cottret B., 1999, Henri VIII, Paris, Payot.

Dupuy M., 1994, Henriette de France, reine d’Angleterre, Paris, Perrin.

Egido T., 1983, Ventura Perez, diario de Valladolid, Valladolid, Grupo Pinciano.

Farge A. et Revel J., 1988, Logiques de la foule : l’affaire des enlèvements d’enfants, Paris, 1750, Paris, Hachette.

Garrisson J., 1984, Henri IV, Paris, Le Seuil.

Ginzburg C., 1980, Le fromage et les vers, trad. de l’italien, Paris, Flammarion.

Jacquart J., 1981, François Ier, Paris, Fayard.

Jacquart J., 1987, Bayard, Paris, Fayard.

Lottin A., 1968, Vie et mentalité d’un Lillois sous Louis XIV, Lille.

Mandrou R., 1968, Magistrats et sorciers en France au xviie siècle. Une analyse de psychologie historique, Thèse Lettres, université de Paris-Sorbonne (éd. Paris, Le Seuil, 1980).

Maraval D., 2004, « Au regard d’un éditeur. La biographie », in Personnages et caractères, xve-xxe siècles, Paris, Académie des sciences morales et politiques, PUF, 465-473.

Murray Kendall P., 1974, Louis XI, Paris, Fayard.

Roche D., 1982, Jacques-Louis Ménétra. Journal de ma vie, Paris, Albin Michel.

Turcat A., 2004 (1994), Étienne Jamet, alias Estaban Jamete. Sculpteur français de la Renaissance en Espagne, condamné par l’Inquisition, Paris, Picard.

Notes

1 Cité par Bartolomé et Lucile Bennassar, 2001, 11.

2 Voir : B. et L. Bennassar, 2001, 27-39 et 57-77.

3 Pour le personnage de Pedro Gutierrez, voir : Bennassar, 1999, 135, 218, 265, 270, 323-325, 328, 331-338, 347, 357, 422, 426, 560, 569.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable