Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Biographies et récits de vie

 | 
Kmar Bendana
, 
Katia Boissevain
, 
Delphine Cavallo

Biographies et récits de vie

« Les livres de notables »
Tentative pour distinguer un nouveau genre biographique du bas Moyen Âge arabe

Khaled Kchir

Texte intégral

  • 1 À titre de comparaison, Jacques Le Goff (2002), répondant à Bernard Guenée, écrit à propos de la p (...)
  • 2 L’historiographie arabe est née sous forme de généalogies et de récits de vie, à commencer par la (...)
  • 3 M. Abiad, 1979 ; I. Hafsi, 1976-1977 ; W. al-Qadi, 1995. Voir aussi : H. Gibb, 1938, et 1962 ; F. (...)

1Au cours des trois derniers siècles du Moyen Âge, correspondant à une « période de bilans », certains auteurs, tels Safadî, Ibn Khaldûn, Sakhâwi et d’autres se sont interrogés sur la manière de produire l’histoire, la formulation conceptuelle étant cependant plus évidente chez Ibn Khaldûn1. Cette production a pu prendre la forme de chroniques, d’annales, ou encore de dictionnaires biographiques2. Plusieurs études ont été consacrées à ce dernier genre, dont trois nous semblent fondamentales3 parce qu’elles insistent moins sur les particularités méthodologiques de ces dictionnaires que sur les possibilités qu’ils offrent à l’analyse des sociétés musulmanes en général, ou de catégories sociales spécifiques.

2Dans un bilan exhaustif, Paul Auchterlonie (1987) classe l’essentiel de la production biographique arabe jusqu’à la période moderne. Sa recension commence par la catégorie qui nous intéresse, sous le titre I. General. a/ Comprehensive Biographical Dictionaries. L’auteur y passe en revue dix-huit dictionnaires « généraux », mais il ne relève pas le fait que leur rédaction est toujours postérieure au vie/xiie siècle. Or, c’est bien le caractère tardif de cette production qui a retenu notre attention. Ce qui change dans ces œuvres, ce n’est pas le contenu, mais le mode d’individuation, de collecte et d’agencement sous forme de catalogues de la vie des « notables » (a‘yân), une catégorie qui n’apparaît jamais dans les bibliographies médiévales.

3C’est bien au viie/xiiie siècle que l’on voit naître un genre historiographique que nous proposons de baptiser « livres des notables » ou « livres des a‘yân ». Dans une acception large, les notables se regroupent dans de puissants réseaux d’allégeance. À titre d’exemple, lorsque Ibn Khaldûn s’installe au Caire en tant que grand cadi malékite, en 1382, voici comment il décrit la configuration du système judiciaire corrompu :

« Tournant le dos aux ignorants, je persistais dans la voie de la rigueur et de la sévérité, du respect de l’équité et du droit […] frappant durement ceux qui, par signe d’intelligence, cherchaient à m’influencer par leur prestige ou des intérêts privés. Comme cette conduite n’était guère partagée par les autres cadis, mes collègues, ils me la reprochèrent et m’invitèrent à suivre leur exemple dans l’attitude qu’ils étaient convenus d’adopter : donner satisfaction aux grands, avoir des égards pour les notables, trouver les formes extérieures pour juger en faveur des puissants ou renvoyer le procès… »
Ibn Khaldûn, Autobiographie, trad. A. Cheddadi, 2002, 169.

Comment définir un nouveau genre biographique ?

4La dénomination de « livre des a‘yân » doit être utilisée avec précaution car elle n’existe pas dans la nomenclature consacrée des sciences arabes. Nous tenterons cependant d’expliquer le choix d’ériger ce genre en prototype, en étudiant les moments forts, à savoir le contexte de la naissance, la naissance elle-même puis la consolidation et la continuité des dix-huit dictionnaires réalisés entre le xiiie siècle et le xve siècle, et dont la caractéristique essentielle est de transgresser les limites chronologiques et/ou catégorielles.

5Notre objectif est de montrer qu’il s’agit d’un genre à la confluence des biographies (siyar et tarâgim), des dictionnaires prosopographiques (tabaqât el mashyakha), et des histoires locales (târîkh madînat : histoire de la ville de…). Afin d’en dégager la particularité, il nous importe de partir du lexique de l’époque, afin de suivre l’émergence d’un genre nouveau, selon les usages des auteurs, dans le cadre des enjeux et des débats intellectuels. Il convient aussi d’observer le contenu de ces dictionnaires qui, en apparence, ne sont guère différents de ceux qui les précèdent. Une première raison de leur nouveauté ne serait-elle pas à mettre en relation avec les motivations des auteurs et leurs itinéraires personnels ? Les objectifs d’un savant ne diffèrent-ils pas de ceux d’un secrétaire polygraphe ou d’un libraire copiste, essayant d’imiter les auteurs consacrés ?

  • 4 Bien sûr, elles représentent aussi l’histoire des sciences à travers l’histoire intellectuelle des (...)

6Alors que les prosopographies sont des histoires de groupes4 (muhaddith, qurrâ’, poètes, grammairiens, etc.) prédéfinis en soi et s’offrant plus facilement au recensement, ces « livres des notables » ont un statut différent : ils sont définis subjectivement par celui qui sélectionne et rassemble dans son œuvre des catégories sociales hétéroclites, des trajectoires individuelles parfois divergentes. Pour lever la difficulté, l’historien doit donc déceler les normes qui ont permis à l’auteur de recruter ses personnages sous une même bannière. En examinant le processus de plus près, ne serait-il pas permis de dire que le signe de ralliement entre ces diverses notabilités pourrait être leur aptitude à s’inscrire dans une certaine culture ?

7Nous essayerons de démontrer que la naissance du genre « livre des notables » serait l’œuvre d’un intellectuel, venu du Kurdistan, et d’un fils de mamlûk, d’origine modeste. En quoi l’itinéraire d’Ibn Khallikân, de Safadî ou des autres auteurs peut expliquer leur aptitude à innover ? Serait-ce la distance, la nouveauté du regard, ou la simple envie de découvrir et de connaître ?

La naissance d’un genre nouveau

8Évoquer les conditions générales de la naissance de ce nouveau genre nous aide à expliquer le pourquoi et le comment de la prolifération des dictionnaires biographiques.

1258 : annus horribilis

  • 5 Selon Marco Polo (La description du monde, 2002, 59), les Vénitiens ont essayé de convertir les Mo (...)
  • 6 La crue du Tigre qui inonda Bagdad et suspendit la prière du vendredi six semaines de suite. En ju (...)

9L’apparition du genre s’expliquerait par le fait que les auteurs musulmans du bas Moyen Âge – conscients des menaces et des dangers des croisés et des Mongols, surtout après la chute de Bagdad en 12585 – se précipitèrent pour recenser leur univers dans des dictionnaires. En effet, dans la moyenne durée, les vies de nos historiens-biographes ont été marquées par des événements majeurs à l’échelle locale, islamique et internationale. Deux catastrophes naturelles achèveront le tableau d’une apocalypse considérée comme « imminente »6.

  • 7 Le pendant de ces initiatives, sur les plans politique et militaire, est l’effort soutenu du régim (...)

10Les savants avaient peur de la fin de leur monde. Toute une vision du monde se révèle à travers le recours à l’écrit, censé immortaliser un passé glorieux et un présent pénible – celui des auteurs de l’époque – à l’intention des générations d’un futur tant espéré. On refusait l’idée que l’islam puisse disparaître7

11En cette période trouble depuis la chute du califat, les valeurs et les repères sont ébranlés ; les historiens-biographes assumeront une grave responsabilité en essayant de contribuer à calmer les esprits et de « renouer » avec le passé. Le « récit » de leur « temps présent » sera ramassé dans des chroniques annalistiques ou fragmenté en notices juxtaposées dans des dictionnaires.

12De ce souci de fixer, d’immortaliser les vies, il y a une ouverture à d’autres personnages dont l’existence a été arrachée à la banalité (dans un contexte de délitement politique). C’est une manière d’affirmer l’unité (culturelle) du monde de l’Islam, d’où le souci d’exhaustivité (de l’Andalousie au Khurasân).

13Cette explosion d’ouvrages répond à une demande et satisfait la curiosité d’un large public. La production biographique offre aux consommateurs (lecteurs et/ou auditeurs) des figures héroïques et exemplaires en créant un désir d’identification et une incitation à leur ressembler. Safadî le biographe, on le verra, est un pur produit de cette logique identificatoire, ce qui lui permit de perfectionner l’image qu’il entendait donner de lui-même.

La méfiance de la politique ou la solution par la biographie

14Le déroulement de l’histoire à travers les biographies, permet de « passer outre » l’histoire politique. Les différents États et régimes politiques qui se sont succédé sont la négation même d’un islam unique, comme idéal revendiqué à la fin de la période médiévale.

15Les biographies sont le signe de la place et, par conséquent, de la considération de l’individu comme « atome » social. Aussi ce genre centré sur l’individu visait-il délibérément à rendre compte de la société, en essayant de contourner la prédominance des membres du pouvoir politique et militaire. Dans une lettre adressée par le ministre et fin lettré andalou Ibn al-Khatîb à Ibn Khaldûn le 25 décembre 1367, une mention de l’envoi de sa célèbre Histoire de Grenade (avec d’autres œuvres) en Égypte est édifiante sur la circulation des manuscrits, qui permettaient aux auteurs orientaux « d’être à jour ». Cet ouvrage a permis, entre autres, de recopier les biographies des Andalous dans les dictionnaires syro-égyptiens (Ibn Khaldûn, 2002, 116). À l’inverse, les Maghrébins se rendaient aussi en Orient pour ramener les livres !

La relative facilité de « biographer » ou l’autre manière de faire l’histoire

  • 8 Pratiquement tous les savants de l’époque ont écrit une ou plusieurs Histoire(s), indépendamment d (...)

16Parmi les différents genres, le genre historiographique – sous forme annalistique ou biographique – nous semble être le plus accessible. Grâce à une culture moyenne constituée des rudiments de la langue, facilités par un apprentissage d’une bonne partie du Coran, du Hadîth et des poèmes majeurs, les Arbâb al-aqlâm (ceux qui portent la plume : lettrés représentant l’élite civile) étaient en mesure de tenter leur chance, pour réaliser des œuvres d’histoire8.

  • 9 Lors de l’édition du tome III du A‘yân de Safadî, j’ai pu calculer dix-sept séances de lecture à l (...)

17Faute de données sûres, il n’est pas aisé d’évaluer le nombre des musulmans alphabétisés et de jeter plus de lumière sur le lectorat potentiel au Moyen-Orient, à cette époque. Il est établi que, parmi les savoirs partagés, biographies et histoire avaient leur place dans l’enseignement. Le commun des prieurs pouvait se joindre facilement à un cercle de lecture de biographies, notamment de contemporains9.

18Quels sont les destinataires de cette littérature ? Quel est l’impact de la trace biographique ? À quoi sert le bouclage d’une édition lue en public, lorsque l’auteur continue à réviser son texte, en insérant des biographies jusqu’à pratiquement sa disparition ? En termes de production et de communication des livres biographiques et historiques, il y avait une offre répondant à une demande pressante d’une société agressée, subissant les militaires de l’intérieur (soldatesque au pouvoir) et de l’extérieur (armées ennemies). Cette société se crée de nouveaux lieux de diffusion d’une culture moyenne qui réussit, à peine le shi‘isme des Fatimides éradiqué, à résister aux foyers chrétiens circonscrits et aux menaces mongoles. Sultans, princes et hauts dignitaires rivaliseront dans une frénésie édificatrice d’un islam sunnite « en dur » : mosquées, médersas, dâr Hadîth, khânaqâh, zâwiya et ribât sont édifiés partout. Dans ces lieux, chaque musulman venait se rassurer et assouvir une quête de connaissances. Les vies des prédécesseurs, leurs faits et gestes ne pouvaient qu’attirer la population, toutes catégories confondues. Les auteurs ont très bien saisi ce besoin de vulgarisation et y œuvrèrent.

19Dans l’introduction de son Kâmil fîl-târîkh (La somme de l’histoire), Ibn al-’Athîr (m. 1232) résume l’un des thèmes majeurs du débat intellectuel depuis la fin du xiiie siècle, à savoir le statut de l’histoire, qui était en train de se recentrer. Il fait le constat suivant :

  • 10 Ibn Khaldûn a certainement intégré cette idée dans sa réflexion globale, même s’il n’en explicite (...)

« [Un groupe] parmi ceux qui prétendent au savoir et à la connaissance et croient en leur érudition en matière de science et de transmission, méprise l’histoire, la prend de haut, s’en détourne et la nie, croyant que son intérêt ultime consiste à raconter des contes et des récits […]. Celui que Dieu a bien guidé et doté d’un tempérament sain, sait que ses avantages sont très nombreux et ses bienfaits temporels et dans l’Au delà, surabondants. »10
Ibn al-’Athîr, al-Kâmil fîl-târîkh, rééd. 1979, t. I, 6.

20Ibn Khaldûn explicite l’avis de beaucoup d’historiens de la fin du Moyen Âge lorsqu’il écrit :

« L’histoire est une des branches du savoir les plus répandues parmi les nations et les générations des hommes […], elle captive les foules et les gens simples, les rois et les grands la recherchent à l’envi, et les ignorants la comprennent aussi bien que les gens instruits. »
Ibn Khaldûn, « Introduction » au Livre des exemples, trad. A. Cheddadi, 2002, 5.

21Toujours à propos du statut de l’histoire, Safadî critique Jazarî (un de ses maîtres,

22m. 1339) :

  • 11 Jazarî est exclu du A‘yân al-‘asr de Safadî, alors qu’il figure dans le Wâfî.

« […] Tenté par l’histoire, il s’en passionna et compila une chronique […] renfermant mystères, merveilles et expressions dialectales. »
Safadî, Wâfî, éd. Beyrouth 1968, t. II, 2211

23En produisant et surtout en mettant à la disposition du commun des mortels leurs chroniques et leurs dictionnaires biographiques (lus en public aussitôt mis au propre), les historiens jouaient le rôle d’intermédiaires vulgarisateurs. Chroniques, biographies et Hadîth étaient les genres relativement accessibles dans une société où les savoirs se rétrécissaient.

24Dans ce contexte, il était relativement aisé de compiler des chroniques, des obituaires et des biographies, ayant pour modèle le must d’Ibn Khallikân. Affrontant la peur et face à un puissant pouvoir militaire fermé, les auteurs musulmans s’intéressent à la Tradition prophétique où ils puisent des solutions aux problèmes d’actualité. Cette fuite déguisée du présent vers un passé glorieux met les transmetteurs du Hadîth au premier plan, dont des femmes qui « s’imposèrent » dans les dictionnaires.

25Ainsi, on assiste au xiiie siècle à une ruée vers le Hadîth (et ses transmetteurs) et à son renouveau, qu’on pourrait qualifier de véritable phénomène. Cette spécialité se fonde essentiellement sur la capacité de mémorisation des savants qui devaient fixer les cadres définitifs de cette discipline, à partir de la connaissance de la Tradition prophétique et de ses transmetteurs dont la probité et l’honnêteté garantissent l’authenticité. Cet « appel au secours » au Prophète à travers sa parole, reste à expliquer.

  • 12 Ibn Khaldûn (Muqaddima, 2002, 889) écrit à propos de la méthode dialectique qu’« elle est délaissé (...)

26Par ailleurs, la masse des dictionnaires biographiques, des encyclopédies, des anthologies littéraires et des différents commentaires du Coran, du Hadîth et du fiqh est le signe d’une époque où la philosophie et la théorie d’une manière générale s’éclipsent, cédant la place aux abrégés, commentaires et aide-mémoire. L’ijtihâd est réduit à imiter ou à paraphraser les « prédécesseurs indépassables ». Tout est pensé à l’aune de la Tradition radieuse, qu’il suffit de vivifier, aux dépens de la philosophie, ne servant plus à penser le réel et les pratiques sociales12.

27La société musulmane avait besoin de quiétude et d’assurance que ses lettrés vont puiser dans une nostalgie d’un « âge d’or » inconnu d’eux. L’histoire est un cadre idéal pour rassurer en reliant les générations autour de la Tradition prophétique. Ce legs sacralisé bien après le Coran, contrairement à lui, offrait un terrain de débat et de travail critique, aspirant au perfectionnement. Sur ce fond politique et culturel, les balbutiements d’un nouveau genre voient le jour, plaisant aux auteurs, aux lecteurs et aux auditeurs.

À l’orée du xiiie siècle : une gestation

Des précurseurs

  • 13 Le précurseur avant b. Khallikân est b. al-Jawzî (m. 597/1200), dont l’œuvre toutefois se présente (...)

28Entre la fin du xiie siècle et le milieu du xiiie, trois auteurs préparent successivement la mutation et cèdent le relais à Ibn Khallikân : Ibn al-Jawzî13 (m. 597/1200), son petit-fils Sibt b. al-Jawzî (m. 1257) et Abû Shâma (m. 1268) après avoir opéré une transformation qualitative du genre qui était demeurée en germe pendant plus de deux siècles.

  • 14 Ibn ‘Asâkir s’intéresse aux autres villes syriennes. Le dernier volume de son Histoire de Damas, r (...)

29Si on examine l’évolution antérieure du genre biographique, on relève que deux œuvres majeures, écrites aux xie et xiie siècles, et qui panachent les profils et les siècles, constituent des maillons de transition sur le plan méthodologique. Elles auraient permis d’imposer l’alternative du classement alphabétique et chronologique. Néanmoins, ces projets, comme leurs titres l’indiquent, restent limités aux deux grandes villes du Moyen-Orient : Bagdad (par al-Khatîb al-Baghdâdî, m. 1071) et Damas (par Ibn ‘Asâkir, m. 1176)14. La chute de Bagdad et du califat devait brouiller les repères et ouvrir d’autres horizons. Les savants musulmans se tournent alors vers le passé pour affronter cette défaite et insufflent une « renaissance » rassurante du modèle prophétique.

30Notre corpus a été produit concomitamment, sinon à des intervalles rapprochés, par des auteurs qui se sont connus ou qui ont transmis leur savoir et leurs méthodes au sein d’un même réseau intellectuel. En effet, on ne parle pas d’un maître ou d’un collègue comme on parle d’un prédécesseur, avec du recul. En comparant les œuvres qui se relaient et se reproduisent, on constate que les biographies subissent des retouches et un affinement les nuançant au fil du temps.

Un modèle qui fait souche : le Wafayât al-a‘yân d’Ibn Khallikân

31Au xive siècle, Abû al-Fidâ’ (1273-1331) écrit à propos d’Ibn Khallikân (m. 1281) : « il a des œuvres de valeur comme son livre d’histoire Wafayât al-a‘yân et bien d’autres ». Dans cette assertion relative à la conception de la discipline, il est clair que la limite entre histoire et biographie, comme genres distincts, n’existe pas. Cette confusion s’expliquerait par le fait que l’histoire de la période fondatrice de l’islam s’identifie à la vie du Prophète.

32Notre hypothèse se fonde sur le constat suivant : Ibn Khallikân a renouvelé le genre biographique en prenant en compte toutes les catégories sociales, surtout en se libérant des contextes historiques et en réintroduisant un tempus islamicus continu. Il évite ainsi d’isoler les figures du passé dans un panthéon ; il les « rapproche » des vivants auxquels il rend hommage lorsqu’ils les rejoignent.

  • 15 Le titre complet est le suivant : Wafayât al-a‘yân wa anbâ’ abnâ’ al-zamân [mimmâ thabata bil-naql (...)
  • 16 L’insertion de biographies de contemporains est une pratique ancienne.

33C’est à partir d’Ibn Khallikân que le genre « livre des a‘yân » voit le jour. Dans sa compilation biographique intitulée Wafayât ala‘yân15, il confond délibérément les siècles jusqu’à son époque16, et classe, selon un ordre alphabétique, ses biographies de notables et de gens plus ou moins célèbres. Ce livre devait servir de modèle à plusieurs auteurs, et sera considéré comme « le premier et le plus célèbre dictionnaire biographique en arabe… » (Auchterlonie, 1987, 5). De fait, son procédé le plus intéressant consiste à relater des vies de contemporains, de première main.

  • 17 Plus de 30 000 morts furent emportés, dès le premier mois. Ibn Taghrîbardî, Nujûm, 1963, t. VI, 28 (...)

34L’épidémie qui frappe Le Caire entre 1234et 1236, faillit l’emporter. À peine sauvé et constatant la disparition de la plupart de ses amis cairotes17, il décide de combattre la mort, en fixant leur souvenir dans un dictionnaire. Dès l’introduction, Ibn Khallikân précise ce qu’il entend par « notables », en excluant ceux qui sont communément admis comme tels : « … un groupe d’hommes de mérite que j’ai vus et que je reproduis ou des contemporains que je n’ai pas vus, afin de permettre à la postérité de les connaître ». Il poursuit en expliquant qu’il s’agit d’un abrégé d’histoire, compilé par un féru de récits de vie des plus célèbres parmi ses prédécesseurs :

« Je n’ai pas réservé cet abrégé à une catégorie spécifique comme les savants, les rois, les princes, les ministres ou les poètes, mais à toute personne ayant une célébrité parmi les gens et à propos de laquelle on pose des questions. »
Ibn Khallikân, Wafayât, 1970, t. I, 20.

35Il en exclut délibérément les compagnons du prophète et leurs successeurs, ainsi que les califes, compte tenu de l’abondance des ouvrages qui leur sont consacrés. L’important volume de cette compilation accumulée au cours des ans contraint l’auteur à la reclasser selon un ordre alphabétique strict, aux dépens de l’ordre chronologique et des spécialités. Cet agencement de vies, sur sept siècles, découle certes d’une représentation unique et continue de la durée, marquant l’imaginaire social. Déjà dans les louanges, il remercie Dieu qui rend égaux dans la mort « les nobles et les dominés, les puissants et les faibles », une entrée en matière qui annonce le contenu du dictionnaire.

  • 18 Ma‘ânî ahl al-bayân min wafayât al-a‘yân (ms), cité in Ibn Habîb, Tadhkirat al-nabîh, 1982, t. III (...)

36Toutefois, l’exhaustivité recherchée par Ibn Khallikân dans le choix des personnages ayant vécu depuis les débuts de l’islam jusqu’à son époque, n’a pas été bien comprise par certains de ses contemporains et successeurs immédiats. Certains s’efforceront même de corriger ou de rectifier son approche. Deux exemples nous permettent de mieux cerner le genre, a contrario : Ibn Habîb (m. 1377) s’attellera à extraire 237 biographies d’écrivains du Wafayât, à les résumer, à les étoffer par des anthologies et à les réunir dans un ouvrage18. Ce procédé annihile l’objectif même du genre, puisque Ibn Habîb établit une prosopographie. Quant à Ibn Shâkir (m. 1364), il ira jusqu’à composer un appendice au Wafayât, pour « pallier les oublis et omissions » d’Ibn Khallikân. L’ouvrage fera date et servira de modèle aux contemporains et par la suite aux successeurs, jusqu’au xixe siècle.

37Les titres et les contenus des dix-sept dictionnaires des successeurs consacrent et fondent ce genre nouveau : Ibn Suqâ‘î, Birzâlî, Dhahabî, Maqrîzî, Ibn Taghrîbardî, Ibn Hajar, Sakhâwî, etc.

Safadî : la quête inlassable d’un statut

38Afin d’illustrer davantage la consolidation du nouveau genre, nous avons retenu, en qualité de prototype de l’historien-biographe de cette période, Salâh al-Dîn al-Safadî (12961363), un secrétaire ayant accédé au monde du savoir grâce à deux de ses œuvres (Kchir, 2004) :

  • Al-Wâfî bil-wafayât19 illustre parfaitement ce genre, puisqu’il mélange les siècles et les profils, et classe alphabétiquement les noms, à l’exception des « Muhammad » qui remplissent presque les cinq premiers volumes de cette somme littéraire en vingt-neuf volumes ;
  • A‘yân al-‘asr wa a‘wân al-nasr dont l’intitulé, que l’on peut traduire par Notables de notre temps et artisans de la victoire, est plus que révélateur, puisqu’il est entièrement consacré aux contemporains de l’auteur.
  • 20 Contrairement à ses contemporains, qu’on fait assister aux séances de récitation du Hadîth dès l’â (...)

39L’origine de Safadî, son expérience, son itinéraire réussi et sa production originale nous aident à expliquer sa vision du monde et ce en quoi il se démarque de son milieu intellectuel. D’origine modeste et quasi inconnue, Safadî était le fils d’un mamlûk (il exclut son père de toute mention) : sans parentèle, il n’avait pas non plus d’ancêtres qui auraient pu le situer dans le temps et dans l’espace. Ayant commencé ses études à 20 ans, il voyagea beaucoup, sur le tard, dans le but de parfaire sa formation20. Un premier recrutement à la chancellerie de Safad devait inaugurer une ascension sûre (Safad, al-Rahba, Damas, Le Caire, etc.).

  • 21 Subkî, Tabaqât, VI, 94 ; Mu‘jam de Dhahabî, éd. Beyrouth 1988, 91-92 ; Ibn Kathîr, Bidâya, t. XIV, (...)

40Parallèlement à sa carrière de secrétaire, Safadî cherchait à devenir un homme de lettres. Par la force des choses, il noue des liens extra familiaux au sein de cercles de relations professionnelles et amicales. Il crée et élargit ainsi les aires de reconnaissance et de consécration d’un fonctionnaire au service de l’État, dévoué aux sultans et à leurs représentants. Au terme d’une formation classique tardive auprès des maîtres de l’époque, il perce dans le milieu savant et lettré en général, et se fait reconnaître en tant qu’écrivain, poète et historien. Ses biographes contemporains et leurs successeurs directs en attestent21.

41Ce qu’il écrit à propos de la méthode en histoire est digne d’attention. Tout en faisant sienne la doxologie relative aux objectifs de l’histoire, Safadî détaille les manières de faire l’histoire et les qualités requises de l’historien, comme pour se tester et se convaincre qu’il est habilité à en faire, lui le secrétaire parvenu tardivement en milieu lettré. Il cite in extenso son maître Ali Subkî :

« On exige de l’historien la sincérité […]. On exige aussi de lui, pour les biographies qu’il compose lui-même, et pour les biographies longues ou courtes qu’il copie, qu’il soit au courant de la situation du personnage dont il s’agit dans la biographie, tant au point de vue de sa science et de ses sentiments religieux que d’autres particularités. Cette condition est très difficile à remplir. Il faut qu’il ait un style élégant, qu’il connaisse la valeur des mots, qu’il sache bien se représenter les choses, en sorte que, au moment où il compose la biographie, il se représente exactement toute la situation de l’individu dont il s’agit et l’exprime en termes adéquats. Il ne doit pas être dominé par ses passions […] il doit être ou exempt de passion, ce qui est difficile, ou avoir assez d’équité pour vaincre sa passion et marcher dans la voie de la justice […]. La plus difficile de toutes [9 conditions] est celle qui consiste à connaître la valeur du personnage, au point de vue scientifique. Cela exige qu’on ait des connaissances suffisantes dans sa branche, et qu’on soit à un degré assez rapproché de lui pour connaître sa valeur. »

42Et Safadî de conclure par ce jugement :

« Je ne dis cela d’ailleurs que par rapport aux ouvrages historiques modernes ; il est rare, en effet, d’y trouver réunies toutes ces conditions. Mais pour les anciens, je me montre déférent à leur égard. »
Safadî, Prolégomènes... (trad. par E. Amar), 1912, t. I : 46, 168-170.

43L’interprétation retenue ici est qu’il ne se lance pas dans l’aventure d’écrire à l’aveuglette. Il prend son temps et cible le terrain où il démontre ses capacités. Il est conscient des difficultés de se faire une place dans le milieu lettré. Un passage laconique de l’introduction du A‘yân al-‘asr exprime d’une manière on ne peut plus claire le pari fait par l’auteur pour se construire un statut :

« Je me suis dépensé une partie de ma vie, qui s’écoula tel un éclair éphémère sans nulle compensation, à rassembler ma Grande Histoire intitulée al-Wâfî bil-wafayât […] où je me suis dressé contre ceux qui m’ont contesté ou accusé… »
Safadî, A‘yân..., 1998, t. I, 37-38.

44Après avoir réalisé le plus grand dictionnaire biographique de l’histoire de l’islam, Safadî a donc décidé d’en consacrer un autre à ses contemporains, exclusivement (A‘yân al-‘asr). Compte tenu du volume du précédent Wâfî, il décide de l’« abréger, d’économiser et de rassembler une histoire de ceux de son temps » :

« J’ai cueilli les fruits des branches, ceux que réunit le cercle de mon existence ou mon pays, et aussi ceux de mon temps et que je n’ai pas vus ou dont les fidèles transmetteurs ont donné des nouvelles. »
Safadî, A‘yân..., 1998, t. I, 38.

45Il y classe les personnages morts à partir de 696/1296, l’année de sa naissance, en suivant la démarche d'autres auteurs parmi ses maîtres ou confrères. À cela s'ajoute « la demande sociale » évoquée plus haut et le goût pour les biographies. Safadî a bien saisi l’épaisseur du passé par rapport au présent, aussi dépasse-t-il la vision idéelle d’un « âge d’or » où ont vécu les hommes modèles. En fait, il propose une réconciliation avec le présent qui n’est pas si catastrophique, selon lui, puisque l’islam s’est bien défendu contre les croisés et les Mongols. Il jette probablement les prémices du dépassement relatif de la biographie héroïque et tente de se resituer dans le cours de la vie, par le bas. Il remarque que ses ouvrages contiennent des biographies de gens connus, peu ou prou (Safadî, al-Wâfî…, 1981, t. I, 6-7). Contrairement aux autres auteurs dont le prisme d’observation est vertical, il adopte un regard horizontal pour observer et décrire ses catégories de notables.

46Au fil du temps, Safadî se forge une identité territoriale, ambiguë au début, damascène enfin. Cette identité croisera et confortera d’autres identités qu’il élucidera en élaborant ses textes. En premier lieu, on retrouve la distinction des appartenances religieuses : « être shafi’îte », veut dire faire partie des autochtones toutes catégories confondues. Adhérer au hanéfisme, au malékisme ou au hanbalisme avait une signification particulière. En se construisant, ce biographe construit aussi du social dans la mesure où il s’aménage une appartenance revendiquée au milieu lettré, qu’on pourrait qualifier d’ « aristocratie de génie », et non de naissance. Transparaît, de la sorte, son idéal oscillant entre deux milieux préférés, le corps administratif et le cercle des savants. Pour J. van Ess (1977), Safadî est le représentant type de la société mamlûke avec les idéaux du secrétaire de chancellerie plutôt que ceux de l’homme de religion. En le félicitant pour son ouvrage, l’un de ses amis pensait, en même temps, qu’il n’aurait pas été versé dans la science du Hadîth. Cette démarcation par rapport aux muhaddith-s expliquerait son ouverture.

La recherche d’une originalité stylistique

47Pour faire ses preuves un auteur devait écrire dans un style recherché, donnant la primauté aux « effets » par rapport aux « faits ». De fait, Safadî rédige ses biographies en prose rimée, ce qui constitue un écran supplémentaire à notre perception de la réalité. Son style, certes, est laudatif, mais cela ne justifie pas l’attitude négative, à son égard, de certains chercheurs qui en déplorent « l’effet de source ». Lyrisme, élégance rhétorique, culte du style peuvent être interprétés comme des moyens de communiquer des émotions fortes, afin de recréer les vies des défunts, ainsi que de fournir des preuves qui assoient une autorité d’écrivain.

48Toutes ses biographies regorgent de notations personnelles (autobiographiques) où il reproduit par écrit « des dialogues » effectifs ou virtuels avec ses personnages. Il ne s’oublie à aucun moment, en rappelant ses rencontres, ses échanges, altercations, répliques ou commentaires a posteriori, avec ses personnages. Au-delà de ce que l’on pourrait juger comme étant de l’exhibitionnisme et de l’héroïsation de soi, il apparaît que Safadî fait son autobiographie, de facto.

  • 22 Ce procédé ne fut pas utilisé avec les femmes savantes. Cette constatation est à mettre en relatio (...)

49En l’absence d’informations ou en cas de méconnaissance, il n’hésite pas à demander des autobiographies à ces contemporains, qu’il insère in extenso22.

50Dans sa quête d’innovation, il choisit aussi d’annoncer la mort de ses personnages par des formules funèbres « fleuries » (sauf exceptions, en particulier pour les femmes savantes), exprimant par là sa créativité littéraire.

La manière de rendre compte du temps présent

51La sélection que Safadî opère est un objet d’étude en soi. Elle permet d’aborder la question des liens de temporalité entre le biographe et les personnes dont il fait les biographies. S’agissant des vies de ses contemporains, comment peut-on analyser sa méthode ? Celle-ci suppose soit la connaissance personnelle de l’individu, soit la consultation d’une source écrite, ou encore le recours à un informateur digne de foi. Safadî maîtrise parfaitement les trois procédés qui autorisent la collecte, le tri et l’agencement de ses données. Chacune de ses biographies place l’individu dans sa société soit d’une manière « neutre » lorsqu’il s’agit de personnages qui n’ont pas connu l’auteur, soit d’une manière subjective par laquelle Safadî juge ou raconte des détails qui révèlent une certaine dynamique sociale.

  • 23 Un journal intime est une mémoire en pointillé, un miroir d’émotions, de questions, le récit impar (...)

52Certaines biographies sont « animées » par des citations de poésie qui traduisent mieux la psychologie et les choix individuels. Safadî, le premier, s’expose dans ses répliques. Ses renvois incessants à son « journal intime23 », la Tadhkira (manuscrit non publié), rendent opportune la comparaison avec le A‘yân. Les relations sociales entretenues par l’auteur avec les différents milieux de la société (administration, armée, zaouïas, médersas, mosquées) lui ont permis d’en connaître les membres les plus célèbres et de leur consacrer des biographies. La variété des appartenances des a‘yân révèle les différents niveaux de fonctionnement de la société et de ses forces : le système militaro-politique instauré par les Ayyûbides, consolidé et perfectionné par les mamlûks ; le monde vécu par les acteurs, agissant au sein de systèmes intermédiaires (tribunaux, corporations, fondations pieuses, mosquées, médersas, etc.). Le flux démographique continu constitué par les jeunes esclaves se traduisait par de nouvelles dynamiques ascensionnelles, au sein de l’armée notamment. Les Arbâb al-suyûf (les hommes de l’épée), formant une caste à part, nouaient de plus en plus de relations avec la société égypto-syrienne.

La biographie : une autre manière d’écrire l’histoire

53Au terme de cette enquête, il reste à dégager les caractéristiques de ce nouveau genre historiographique en Islam : son émergence tardive et sa tendance à l’exhaustivité. L’examen des titres et des introductions, ainsi que la comparaison des contenus des dictionnaires biographiques permettent de cerner les critères de repérage des « notables », sachant que les biographes « plantent leurs décors » conformément à une conception restant à élucider. Cette démarche met au jour des caractéristiques communes, donnant aussi au genre sa spécificité.

54Mêlés directement aux affaires de leurs cités, les biographes musulmans s’impliquent culturellement, s’efforcent de recenser leur monde en y incluant les vies de personnes « ordinaires ». En soi, cette vision de la société et l’appréciation de leur temps représentent une nouvelle manière de « faire l’histoire », comme de la rendre accessible. En effet, ces historiens sont à l’origine de la vulgarisation de l’histoire qui se développe dans le sillage d’un engouement sans précédent pour le Hadîth. Dans le cadre de ce mouvement, la nouveauté consiste à faire connaître des personnes autres que les muhaddith-s.

  • 24 Citation d’Ibn Taghrîbardî (t. I, 17) dont le Manhal al-sâfî walmustawfâ ba‘d al-Wâfî souhaite pre (...)
  • 25 Coran, trad. D. Masson, 1967, t. II, 143 : « une communauté éloignée des extrêmes pour que vous so (...)

55Dans leurs introductions, nous avons pu relever l’engouement unanime des auteurs de dictionnaires pour l’histoire et leur penchant à l’écrire. Par ailleurs, chacun d’entre eux déclare que son objectif est bien d’élaborer un memento à usage personnel, une sorte d’aide-mémoire. Dans la plupart des cas, il « rend public » son travail sous forme d’édition lue au cours de séances, tenues en sa présence, et en vue de délivrer l’autorisation de transmission (ijâza). Enfin, chaque auteur tient à fournir des conseils à ses proches, à ses amis, contrairement aux ouvrages commandés par les autorités politiques : il s’agit donc pour lui d’édifier les hommes en leur proposant les vies exemplaires de leurs prédécesseurs, « puisque nous avons vu d’eux ce qu’ils n’ont pas vu de nous »24. De leurs ouvrages, en somme, se dégage une forte conscience d’appartenir à « la meilleure et dernière nation choisie par Dieu »25 : le Dar al-islâm y est considéré dans toute son étendue, par une « transgression » des frontières qui existaient pourtant auparavant.

Le critère de la contemporanéité

56La notion de contemporanéité est fondamentale dans la démarche des biographes qui ont fait le choix (à hauts risques) de parler de leur temps « présent », du vécu, surtout dans un contexte politique et militaire difficile. À bien y réfléchir, n’était-ce pas l’unique manière de rendre compte de « l’ambiance » et du vécu de l’époque ?

57La production de biographies de contemporains, en particulier, reflèterait la conscience du risque de tomber dans l’oubli, face aux menaces d’invasion. De ce point de vue, la biographie serait une façon d’enregistrer un temps digne d’être fixé, autrement dit, une trace du passé dans le présent, ou en rapport direct avec lui.

58Nous avons vu que Safadî a choisi d’évoquer les personnes décédées à partir de l’année de sa naissance. Il compare son ouvrage à un cimetière où il visite les tombes de ses amis, fréquente les dépouilles de ses proches, et s’enveloppe dans « le linceul des leurs cheveux blancs » : il évoque des gens qu’il a vus et approchés « au nom de l’amitié ». Maqrîzî (1365-1441), quant à lui, commence à partir de 760/1358-9, c’est-à-dire la décennie de sa naissance. Sakhâwî rappelle à ses contemporains – ceux qui « désiraient mourir de son vivant » pour « bénéficier » d’une biographie – qu’il ne retient pas que les morts (Sakhâwî, I‘lân, éd. F. Rosenthal, 1963, 33).

59Cette contemporanéité revendiquée par les biographes suggère la variété des temps présents, notamment celui de la ville avec ses différents espaces : palais ou chancellerie, caserne, mosquée, médersa, khânaqâh, zaouïa, ribât. Le temps de la campagne, du village, y est quasi absent. Le temps du désert et celui du voyage sont évoqués incidemment lors du pèlerinage, à l’occasion d’opérations militaires, de sièges, de mutineries ou complots, etc. Il s’agit donc, plutôt, d’un temps collectif qui met en valeur la cohésion d’un milieu déterminé, si ce n’est de toute la communauté. Le temps individuel transparaît à l’occasion d’initiatives personnelles hors du commun.

  • 26 Dans sa thèse sur Les civils et l’administration dans l’État militaire mamlûk, B. Martel-Thoumian (...)

60Autre remarque, le dictionnaire consacré aux contemporains permet de mesurer la place du vécu d’un témoin oculaire qui construit le social, selon des normes rhétoriques de classement, d’agencement d’informations. Si on prend l’exemple de la vie politique, la narration continue des faits n’existe pas. Toutefois, cette vie peut être facilement « reconstituée », non seulement grâce aux biographies des sultans, ministres, officiers, hauts dignitaires, savants directement mêlés au pouvoir et aux décisions, mais aussi grâce à celles des mécontents, voire des opposants. Pareille reconstitution équivaut, sinon dépasse, le contenu des chroniques ou annales contemporaines dans la mesure où elle nous renseigne sur la société. Dans une biographie de savant, c’est moins de sa vie qu’on parle que de sa ville, de son milieu, de son domaine d’étude ou d’enseignement, de son métier, etc. De fait, ces biographies sont autant d’éclairages du milieu et des débats qui le traversent. Elles révèlent aussi des changements, moins parce que l’ouvrage intègre des savants et des responsables politiques que parce qu’il restitue le regard de la société sur ses « notables » en élargissant les critères qui qualifient ses a‘yân26 : l’optique de ces catalogues exhaustifs de personnes « illustres » est bien dynamique. En dépit des décalages ou chevauchements chronologiques entre dictionnaires, ces derniers se complètent par des déclarations explicites dans les introductions ou se relayent involontairement pour couvrir la période mamlûke, dans son ensemble.

  • 27 Ibn Râfi, al-Wafayât, 1982, t. I, 275, 355, 366, 382, 401, 436, 439, 460, 471, 500 ; t. II, 12, 3 (...)

61Par son aspect sériel, par sa répétitivité même, un dictionnaire biographique crée un sens commun, un cadre global où se réalise l’idéal d’une société. Conscients que la vie d’un individu est désorganisée, dispersée, sans axe central, les biographes arabes du Moyen Âge sont intervenus a posteriori pour lui donner la forme d’un récit de vie. Ce faisant, ils ont essayé d’y mettre de l’ordre, pour donner un sens aux multiples aspects des situations vécues, à travers des commentaires qui tendent à les comparer au modèle idéal que constitue la biographie du Prophète. Dès le viie/xiiie siècle, l’Imitatio Prophetae prend une ampleur particulière pour (re)donner sens à l’islam. Il convient de rappeler que, dans le Wafayât d’Ibn Râfi‘ (m. 1372), la désignation a‘yân reste circonspecte. En effet, à la fin de certains obituaires, l’auteur précise : « un tel faisait partie des notables », « des notables de son pays » ou encore « d’une grande maison dans telle ville »27, pour donner de la visibilité à un disparu.

Une certaine ouverture d’esprit

62L’émergence de ce genre illustrerait donc un intérêt nouveau des lettrés pour des catégories sociales demeurées hors de leurs préoccupations. Désormais, ils se rendent compte que plusieurs forces agissent au sein de la société, qui ne sont pas seulement politiques ou scientifiques. Cet intérêt exprimerait une transformation des manières de voir et de penser la communauté et ses composantes, les rapports sociaux, les relations entre les sexes et même les liens avec les morts : les formules safadiennes pour exprimer les décès, en prose rimée, selon le rang du défunt, en constituent un exemple.

63Chez les historiens de cette époque, le statut de la biographie est clair dans la mesure où il est d’usage chez eux : « […] de ranger leurs ouvrages soit par années […], soit d’après l’ordre des lettres [de l’alphabet], ce qui convient surtout aux biographes » (Safadî, al-Wâfî, t. I, 42 ; éd. E. Amar, 1912, 151-152). Cette conception de l’histoire a permis, contrairement aux apparences, de dépasser l’histoire politique strictement événementielle, centrée sur le rôle des gouvernants. Le brassage des catégories est bien une nouveauté qui rend compte de la dynamique sociale dans presque toutes ses dimensions. En faisant « cohabiter » savants, commandants, ministres, saints, littérateurs, administrateurs, commerçants, poètes, princesses, savantes-muhadithât, soldats, magistrats, notaires, etc., ces biographes ont relativement dépassé la vision héroïsée et mythique de la communauté. À travers la singularité, ils nous présentent du social, en général. Par ailleurs, leurs biographies laminent les différences et présentent de la même manière l’itinéraire d’un Andalou, celui d’un Maghrébin, d’un Persan, d’un Égyptien... Ils tendent à prouver l’unicité de la umma. Ces biographies marquent ainsi un dépassement du genre tabaqât que l’on peut considérer comme une biographie en série informant sur une catégorie déterminée : de ce point de vue, le genre a‘yân se constitue un horizon large qui dépasse de loin le monde du savoir – sans le reléguer à un plan secondaire – pour englober l’ensemble de la société urbaine.

64À travers l’égrenage de personnages aux horizons multiples, les biographes construisent une société, en la représentant sur la base d’une volonté de vivre ensemble. Malgré les divergences et les différences, les façons d’être des individus et leurs pratiques renvoient à des images identificatoires, un « vivre ensemble » qui, dans ce contexte d’insécurité, met en relation des « atomes » gravitant dans des sphères sociales autres que politiques, scientifiques ou religieuses.

Un « arc en ciel » de profils individuels

65Les auteurs des xiiie, xive et xve siècles ont en commun le souci de mentionner le maximum de savants, de fudalâ’, akâbir, ashrâf, a‘lâm al-nubalâ’. Ce souci d’exhaustivité est renforcé par la manière de concevoir la umma, formée de notables musulmans à une échelle planétaire, de Grenade à Boukhara. Dès la fin du xiie siècle, Ibn al-Athîr, faisant l’état des lieux de l’historiographie arabe, déplorait que l’histoire de l’Occident musulman fût ignorée des Orientaux et vice versa, d’où son projet de chronique universelle. Toutefois, malgré la diversité des profils individuels qu’offrent ces dictionnaires, les savants y demeurent majoritaires. Certes, leurs biographies varient en longueur et en informations, mais elles tendent vers le modèle classique du ‘âlim de la fin du Moyen Âge, tel qu’il est succinctement décrit par Ibn Hajar, parlant d’al-Hâfiz al-Mizzî :

« […] Maître du Hadîth qui a dépassé ses condisciples et ses prédécesseurs, l’océan en la matière […], le plus grand connaisseur des biographies et des transmetteurs arabes et étrangers ; sa connaissance ne se réduit pas à un pays aux dépens d’un autre ni à une époque déterminée, […] c’est aussi un maître dans la langue. »
Ibn Hajar, al-Durar al-kâmina…, éd. 1992.

66Safadî, qui l’a eu comme maître, ose infléchir l’image de cette sommité du xive siècle, en spécifiant que son immense connaissance des hommes se réduit aux muhaddith-s, au détriment « des rois, des ministres, des magistrats, des écrivains… ». Or, c’est la tâche que se sont assignés les biographes des a‘yân.

  • 28 L’enregistrement de ces biographies n’empêche pas Dhahabî de condamner les tarîqa soufies comme «  (...)

67En outre, les dictionnaires rendent bien compte d’un nouveau phénomène culturel, la lutte contre la peur assumée, au début, par des acteurs marginaux dont le nombre augmentera vers la fin du xiiie siècle : les prédicateurs finiront par disputer la prise en charge de la société aux cadres anciens. La société leur rendra la pareille en institutionnalisant leur activité et en la codifiant. Le Siyar a‘lâm al-nubalâ’ de Dhahabî et d’autres dictionnaires sont « envahis » par une multitude de ces prédicateurs : le dévot qu’on visite pour sa baraka, le pauvre ayant des disciples (murîd-s), le cheikh al-fuqarâ’, le zâhid-mujâhid, le mujâhid, le pieux, et autres savants dévots et ascètes, soufis, cheikhs des soufis28, etc.

68L’ouverture des dictionnaires et l’étendue du choix des biographés posent le problème du rapport entre vie privée (des auteurs et/ou de leurs personnages) et vie publique. Leurs récits dévoilent certains aspects de la vie privée, surtout lorsqu’ils parlent de leurs contemporains, dont des maîtres, des condisciples, des rivaux, de hauts responsables et même des sultans.

69Progressivement, on passe des prêcheurs dévots aux saints soufis investis de la baraka. C’est le moment où l’intercession entre Dieu et les hommes devient l’apanage de spécialistes (waliyy Allah). On canonisera les plus célèbres en oubliant qu’ils répondent à une demande face au désarroi de leur propre société. Leurs sermons réalisés dans l’urgence, en direction d’un large public, sont l’indice d’un retour en force de l’oral et d’une « pensée » éphémère.

Conclusion

70Indépendamment du fait que le genre a‘yân exprime la conscience du rôle de l’individu dans le déroulement de l’histoire conformément à une volonté humaine agissant dans les limites de la volonté divine, il témoigne d’un développement au niveau de la méthode historienne. Les biographes agissaient en historiens en traitant du passé, non pas sous forme de faits et événements mais à travers des vies de notables : choix, aventures, relations, réalisations, œuvres, heurs et malheurs, etc. Considérer le passé sous cet angle est un dépassement des cadres classiques du genre biographique (dont le regroupement des personnages d’après les spécialités). Le résultat est la présentation d’une société diverse où se côtoient les différents profils sociaux, selon un ordre alphabétique ou chronologique qui tend à aplanir les disparités et les écarts ; il est cependant exceptionnel qu’on rende compte du bas de la pyramide sociale. Les biographies au sein de ces dictionnaires généraux, en particulier celles des contemporains, sont comparables à des « flaques » qu’il suffirait de canaliser pour créer le grand cours d’eau de la vie quotidienne, tant cachée dans les chroniques, dans sa profondeur et son historicité.

71Cette tendance s’est réalisée dans le cadre des expériences personnelles des biographes. Le vécu de chacun d’entre eux pointe plus ou moins clairement, selon leurs sensibilités, leurs regards et leurs postures d’observation des expériences de l’Autre, du moins pour ce qui est des biographies de contemporains.

  • 29 On peut citer : Bûrînî (m. 1615) ; Ghazzî (m. 1651) ; Shawkânî (m. 1832) dont le livre continue et (...)
  • 30 Conformément à ce classement, il se contente de consacrer un obituaire de vingt lignes au prophète (...)

72La tradition des dictionnaires biographiques devait être continuée sous les Ottomans avec plusieurs auteurs29 dont le célèbre Ibn al-‘Imâd al-Hanbalî (m. 1679) dans ses Shadharât aldhahab fî akhbâr man dhahab (Éclats d’or [glanés] dans les nouvelles de ceux qui sont partis) qu’il réunit à partir « des livres notables et des livres de notables » (Ibn al-‘Imâd al-Hanbalî). L’auteur y opte pour un classement chronologique sur dix siècles, à partir de l’an I de l’hégire (622 après J.-C.)30, jusqu’à l’an 1000/1591. Il perpétue le même esprit quadriséculaire en voulant faire de son livre un daftar, c’est-à-dire :

« Un registre rassemblant les obituaires des notables et quelques unes de leurs qualités, car la préservation de l’histoire est importante, ses bienfaits relèvent obligatoirement de la religion et notamment les biographies des transmetteurs du Hadîth ».
Ibn al-‘Imâd al-Hanbalî, Shadharât, t. I, 8.

73Ce court passage résume l’évolution du statut de l’histoire à l’époque moderne, c’est-à-dire une branche au service du Hadîth dans un cadre religieux. Nombre de chercheurs contemporains ont retenu cette conception pour la projeter dans le passé, concluant que l’historiographie est née comme « science auxiliaire du Hadîth ».

Bibliographie

Sources éditées

Dhahabî, 1988a, al-Mujam al-kabîr, éd. Par M. H. Hila, Taef, Maktabat al-sadîq, 2 vol.

Dhahabî, 1988b, al-Mu‘jam al-mukhtass (bil-Muhaddithîn), éd. par M. H. Hila, Taef, Maktabat al-sadîq.

Dhahabî, 1990, Siyar alâm al-nubalâ’, Beyrouth, Mu’assassat al-risâla, 35 vol.

IbnAsâkir, 1951, Târîkh madînat Dimashq, 6 vol. parus, éd. par S. al-Munajjid et alii; dernier volume Tarâjim al-nisâ’, éd. Par S. Chihabi, Damas, Dar al-fikr, 1982.

Ibn al-’Athîr, 1979, al-Kâmil fîl-târîkh, réimpr., Beyrouth, Dâr Sâdir, 13 vol.

Ibn Habîb, 1976-1986, Tadhkirat al-nabîh fî ayyâm al-Mansûr wa banîh, 3 vol. , Le Caire, Markaz tahqîq al-turâth.

Ibn Hajar, 1992, al-Durar al-kâmina fî ayân almi’a al-thâmina, réimpr., Beyrouth, Dâr al-jîl, 4 vol.

Ibn al-‘Imâd al-Hanbalî, 1931-2, Shadharât aldhahab fî akhbâr man dhahab, 8 vol. réimpr. en 4 vol. , Beyrouth, s.d., Dâr ihyâ’ al-turâth al-‘arabî.

Ibn Iyâs, 1982 (1975), Badâ’i‘al-zuhûr fî waqâ’i‘ al-duhûr, 6 vol., Le Caire.

Ibn Kathîr, 1932-1939, al-Bidâya wal-nihâya fîltârîkh, 14 vol., Le Caire, Matb‘at al-sa‘âda ; réimpr., Beyrouth, 7 vol. , 1966.

Ibn Khaldûn, 2002, Le Livre des exemples. Autobiographie. Muqaddima, trad. Par A. Cheddadi, Paris, Gallimard.

Ibn Khallikân, 1970, Wafayât al- a‘yân wa anbâ’ abnâ’ al-zamân, éd. par I. ‘Abbâs, 8 vol., Beyrouth, Dâr Sâdir, (réimpression de l’éd. en4 vol. trad. par M. de Slane, Paris, 1843-1871).

Ibn Râfi‘, 1982, al-Wafayât, Beyrouth, Maktabatal-risâla, 2 vol.

Ibn Shâkir, 1974, Fawât al-wafayât, éd. par I.‘Abbâs, Beyrouth, Dâr al-thaqâfa, 5 vol.

Ibn Suqâ‘î, 1974, Tâlî kitâb wafayât al-a‘yân, éd. et trad. par J. Sublet, Damas, Institut françaisd’études arabes.

Ibn Taghrîbardî, 1963, al-Nujûm al-zâhira fîmulûk Misr wal-Qâhira, Le Caire, alMu’assasa al-misriyya al-‘âmma lil-ta’lîf waltarjama wal-tibâ‘a wal-nashr.

Ibn Taghrîbardî, 1985-1994, al-Manhal al-sâfî wal-mustawfâ ba‘d al-wâfî, Le Caire, Markaz tahqîq al-turâth, 7 vol.

Khatîb al-Baghdâdî al-, 1966, Târîkh Baghdâd, Bagdad, 14 vol. , (réimpr. éd. du Caire).

Maqrîzî, 1991, Kitâb al-muqaffâ al-kabîr, éd. Par M. Yaalaoui, Beyrouth, Dâr al-gharb al-islâmî,8 vol.

Maqrîzî, 1992, Durar al-‘uqûd al-farîda fîtarâgim al-a‘yân al-mufîda, Beyrouth, ‘Âlamal-kitâb.

Safadî, 1981-1997, al-Wâfî bil-wafayât, Berlin : Wiesbaden : Beyrouth, Franz Steiner Verlag Gmbh : Orient Instituts der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft : Das Arabische Buch (Bibliotheca Islamica, VI), 29 vol.

Safadî, 1998, A‘yân al-‘asr wa-a‘wân an-nasr, Damas, Dâr al-fikr, 6 vol.

Sakhâwî, 1963, al-I‘lân bil-tawbîkh liman dhamma al-târîkh, éd. par F. Rosenthal, Beyrouth, Dâr al-kutub al-‘ilmiyya’.

Sakhâwî, 1966, al-Dhaw’ al-lâmi‘ fî a‘yân alqarn al-tâsi‘, Beyrouth, 12 vol. , (réimpr. éd. du Caire, 1934-1936).

Subkî al-, 1964-1976, Tabaqât al-shâfi‘iyya alkubrâ, Le Caire, 10 vol.

Bibliographie

Abiad M., 1979, « Origine et développement des dictionnaires biographiques arabes », BEO, t. XXXI, 7-15.

Amar E., 1912, Prolégomènes à l’étude des historiens arabes par Khalîl Ibn Aïbak as-Safadî, Paris, Imprimerie nationale (extrait du Journal Asiatique, 1911-1912).

Auchterlonie P., 1987, Arabic Biographical Dictionaries: a Summary Guide and Bibliography, Durham, Middle East Libraries Committee, (Research Guides, 2).

Cheddadi A., 2004, Les Arabes et l’appropriation de l’histoire, Arles, Sindbad : Actes Sud.

Ess J. Van, 1976-1977, « Safadî Splitter », in Der Islam, t. LIV, n° 2, 242-246 et t. LIII, n° 1, 77-108.

Gibb H., 1938, « Târîkh », Supplément à l’Encyclopédie de l’Islam, 1er éd., 250-263.

Gibb H., 1962, « Islamic Biographical Litterature », in B. Lewis et P. M. Holt, (dir.), Historians of the Middle East, Oxford, Oxford University Press.

Geoffroy E., 2003, « Les hommes de religion dans le Moyen-Orient ayyoubide et mamelouk (xiie-xive siècle) » in D. Iogna-Prat et G. Veinstein, (dir.), Histoires des hommes de Dieu dans l’islam et le christianisme, Paris, Flammarion, 89-108.

Hafsi I., 1976-1977, « Recherches sur le genre tabaqât dans la littérature arabe », Arabica, t. xxiii, n° 2, 228-265 et t. xxiv, n° 1, 1-185.

Kchir K., 2004, « La biographie d’un fin biographe : al-Safadî (1296-1363), un secrétaire polygraphe témoin de son époque », Mélanges méditerranéens d’amitié et de reconnaissance à André Raymond, Tunis, Ftersi, 2 vol. , vol. 2 en arabe, 355-383.

Le Goff J., 2002, « L’histoire », L’histoire, la sociologie et l’anthropologie, Paris, Odile Jacob, 59-75, (Université de tous les savoirs, 2).

Martel-Thoumian B., 1992, Les civils et l’administration dans l’État militaire mamlûk (ixe-xve siècle), Damas, Institut français d’études arabes.

Masson D., 1967, Essai d’interprétation du Coran. Inimitable, Paris, Gallimard ; rééd. revue par S. El-Saleh, 1985, Beyrouth : Le Caire, Dâr al-Kitâb al-Masrî : Dâr al-Kitâb al-Lubnânî.

Polo M., 2002, La description du monde, Paris, Le Livre de Poche.

Qâdi W. al-, 1995, « Biographical Dictionnaries: Inner Structure and Cultural Signifiance », in G.-N. Atiyeh, (éd.), The Book in Islamic World. The Written Word and Communication in the Middle East, Albany, State University of New York, 93-122.

Rosenthal F., 1963, A History of Muslim Historiography (‘Ilm al-târîkh ‘ind al-muslimîn), trad. en arabe par A. S. al-‘Alî, Bagdad: New York, al-Muthannâ: Fondation Franklin.

Notes

1 À titre de comparaison, Jacques Le Goff (2002), répondant à Bernard Guenée, écrit à propos de la place de l’histoire en Occident, à la même époque : « […] Il n’y a pas d’histoire raisonnée au Moyen Âge. Le xvie siècle humaniste a suscité une double poussée de réflexion historique. D’une part, un recours de la morale, de l’éthique à l’histoire considérée comme magistra vitae – maîtresse de vie. Dans cette ligne se situe Montaigne toujours en quête de “l’humaine condition” […]. D’autre part, certains auteurs de la fin du xvie siècle réclament une histoire qui ne néglige aucune connaissance importante, d’où le concept d’histoire parfaite […] mais qui intègre aussi nécessairement le souci rhétorique et littéraire ».

2 L’historiographie arabe est née sous forme de généalogies et de récits de vie, à commencer par la biographie de Muhammad (Sîra) et ses Campagnes (Maghâzî). Depuis les premiers balbutiements de cette historiographie, A. Cheddadi (2004, 71-93) a relevé un flottement entre siyar, ahdâth, ansâb et akhbâr.

3 M. Abiad, 1979 ; I. Hafsi, 1976-1977 ; W. al-Qadi, 1995. Voir aussi : H. Gibb, 1938, et 1962 ; F. Rosenthal, 1963.

4 Bien sûr, elles représentent aussi l’histoire des sciences à travers l’histoire intellectuelle des acteurs.

5 Selon Marco Polo (La description du monde, 2002, 59), les Vénitiens ont essayé de convertir les Mongols au nom du Pape. Son père, son oncle et lui-même ont servi d’intermédiaires dans ce sens.

6 La crue du Tigre qui inonda Bagdad et suspendit la prière du vendredi six semaines de suite. En juin 1258, un grand tremblement de terre secoue Médine. Il est suivi d’un énorme « feu visible des confins jordaniens » ! Il s’agirait de la reprise de l’activité du volcan qui « brûlait même les pierres ». Ibn Iyâs (Badâ’i‘, I, n° 1, 297-8) rappelle que les musulmans craignaient la fin du monde, en évoquant un hadîth selon lequel : « Le Signe annonciateur serait le feu du Hijâz qui éclaire les dromadaires à Busrâ. »

7 Le pendant de ces initiatives, sur les plans politique et militaire, est l’effort soutenu du régime mamlûk qui réussit à sauver l’islam au Moyen-Orient « en boutant les Francs définitivement hors de Syrie, en écrasant les poches de résistance chiites, en arrêtant, enfin, la vague mongole » (E. Geoffroy, 2003, 93).

8 Pratiquement tous les savants de l’époque ont écrit une ou plusieurs Histoire(s), indépendamment de leurs ouvrages spécialisés. Il serait intéressant de situer ces chroniques, ces histoires par rapport aux carrières des savants célèbres : Dhahabî, Birzâlî, Mizzî, Abû Hayyân, Ibn Kathîr, Maqrîzî, Ibn Hajar, Suyûtî, Sakhâwî.

9 Lors de l’édition du tome III du A‘yân de Safadî, j’ai pu calculer dix-sept séances de lecture à la Grande Mosquée de Damas, à partir des marques consignées de la main de l’auteur dans les marges de la première copie, établie à partir de l’original ; la dix-septième se tint le mardi 10 janvier 1357 (en moyenne, 13,5 folios sont lus par séance).

10 Ibn Khaldûn a certainement intégré cette idée dans sa réflexion globale, même s’il n’en explicite pas la référence.

11 Jazarî est exclu du A‘yân al-‘asr de Safadî, alors qu’il figure dans le Wâfî.

12 Ibn Khaldûn (Muqaddima, 2002, 889) écrit à propos de la méthode dialectique qu’« elle est délaissée aujourd’hui, en raison du déclin de l’enseignement et de la science dans les villes musulmanes. Il faut dire qu’elle est plutôt un luxe, et n’a rien d’une nécessité ».

13 Le précurseur avant b. Khallikân est b. al-Jawzî (m. 597/1200), dont l’œuvre toutefois se présente sous une forme annalistique qui mentionne des obituaires à la fin des événements de chaque année. À la fin du xiie siècle, cet auteur s’intéresse aux « nouvelles relatives à certains communs des mortels qui méritent d’être cités ».

14 Ibn ‘Asâkir s’intéresse aux autres villes syriennes. Le dernier volume de son Histoire de Damas, réservé aux femmes damascènes célèbres (Tarâjim al-Nisâ’), a été édité par S. Chihabi (1982).

15 Le titre complet est le suivant : Wafayât al-a‘yân wa anbâ’ abnâ’ al-zamân [mimmâ thabata bil-naql aw al-samâ‘ aw athbatahu al-‘iyân] [(Les obituaires des notables et les nouvelles des hommes du temps [tels qu’on les a recopiés, entendus ou vus]). Jacqueline Sublet (dans sa traduction d’Ibn Suqâ‘î, 1974, Tâlî...) propose la traduction suivante : Obituaire des personnages éminents. Pour des commodités éditoriales, l’éditeur a amputé le titre du livre, alors que l’auteur voulait qu’il fût le reflet exact de son contenu et un résumé de sa propre méthode.

16 L’insertion de biographies de contemporains est une pratique ancienne.

17 Plus de 30 000 morts furent emportés, dès le premier mois. Ibn Taghrîbardî, Nujûm, 1963, t. VI, 287.

18 Ma‘ânî ahl al-bayân min wafayât al-a‘yân (ms), cité in Ibn Habîb, Tadhkirat al-nabîh, 1982, t. III, 83.

19 E. Amar (1912) traduit al-Wâfî par Le complet sur les décès (litt. Le livre qui donne intégralement les nécrologies ou les décès) : « C’est donc moins un supplément qu’un ouvrage destiné, dans la pensée de son auteur, à remplacer aussi bien Ibn Khallikân que toutes les biographies spéciales ou générales qui l’ont précédé. »

20 Contrairement à ses contemporains, qu’on fait assister aux séances de récitation du Hadîth dès l’âge de 3 à 5 ans, Safadî ne s’y intéressa que tardivement. C’est là une des raisons qui expliquerait son originalité.

21 Subkî, Tabaqât, VI, 94 ; Mu‘jam de Dhahabî, éd. Beyrouth 1988, 91-92 ; Ibn Kathîr, Bidâya, t. XIV, 303 ; Maqrîzî, Muqaffâ, t. III, 767 ; Durar, t. II, 87 ; Ibn Taghrîbardî, Nujûm, t. XI, 19-21.

22 Ce procédé ne fut pas utilisé avec les femmes savantes. Cette constatation est à mettre en relation avec la question de la maîtrise de l’écriture par les femmes de son temps.

23 Un journal intime est une mémoire en pointillé, un miroir d’émotions, de questions, le récit imparfait de l’histoire d’autres êtres, inachevée, lointaine.

24 Citation d’Ibn Taghrîbardî (t. I, 17) dont le Manhal al-sâfî walmustawfâ ba‘d al-Wâfî souhaite prendre la suite du Wâfî de Safadî.

25 Coran, trad. D. Masson, 1967, t. II, 143 : « une communauté éloignée des extrêmes pour que vous soyez témoins contre les hommes » ; t. III, 110 :» Vous formez la meilleure communauté suscitée pour les hommes ».

26 Dans sa thèse sur Les civils et l’administration dans l’État militaire mamlûk, B. Martel-Thoumian (1992) définit les notables du xve siècle selon les seuls critères socioculturels du savoir, de la piété et de la fortune. L’auteur se demande pourquoi on retenait les biographies de certains tyrans plutôt que celles de gens dont le statut social était prééminent.

27 Ibn Râfi, al-Wafayât, 1982, t. I, 275, 355, 366, 382, 401, 436, 439, 460, 471, 500 ; t. II, 12, 31, 33, 51, 67, etc.

28 L’enregistrement de ces biographies n’empêche pas Dhahabî de condamner les tarîqa soufies comme « étant des obscurités ténébreuses plutôt fabriquées » (éd. Beyrouth 1990, t. xxiii, 364). Il dénonce aussi les saints qui prédisent l’avenir, les comparant aux devins et aux fous « de plus en plus nombreux ».

29 On peut citer : Bûrînî (m. 1615) ; Ghazzî (m. 1651) ; Shawkânî (m. 1832) dont le livre continue et complète cette tradition au xixe, puisqu’il sélectionne environ 600 biographies de notables morts entre 1301 et 1700.

30 Conformément à ce classement, il se contente de consacrer un obituaire de vingt lignes au prophète, en évoquant l’an 11/632.

Auteur

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable