Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Biographies et récits de vie

 | 
Kmar Bendana
, 
Katia Boissevain
, 
Delphine Cavallo

Biographies et récits de vie

Les dossiers des employés de la Banque impériale ottomane

Edhem Eldem

Texte intégral

  • 1 Pour une réédition de Þakaik et de ses compléments, voir : A. Özcan, (éd.), 1989.
  • 2 Pour une réédition en caractères latins de cet ouvrage, voir : M. Süreyya, 1996.

1La tradition biographique ottomane remonte aux origines de l’Empire et, plus précisément, au xve siècle, à l’époque même où se met en place une idéologie impériale de plus en plus consciente de l’image de certaines élites. Un des premiers exemples du genre : l’œuvre de Taþköprüzade Ebu’l-Hayr Ahmed Efendi, E’þ-Þakâ’iki’l-Nu’maniyye fî Ulemâi’d-Devleti’l-Osmaniyye (l’Anémone des oulémas de l’État ottoman), qui servira de modèle à bien des émules et continuateurs dont les travaux reprendront plus ou moins le titre de cet ouvrage précurseur, à commencer par le Hada’ikuþ’Þakayik (les Jardins des anémones) de Mecdî Mehmed Efendi, compilé vers la fin du xvie siècle. On dénombre ainsi une bonne demi-douzaine de zeyl (appendices) ou tekmilet (compléments) de l’Anémone rédigés pendant les xvie et xviie. siècles1. Parallèlement aux oulémas, les poètes (þuara) jouissent d’une notoriété tout à fait semblable, sous la plume d’un grand nombre de biographes, auteurs d’une quinzaine de Tezkiretü’þ-Þuara (Biographie des poètes) dont le titre quasi universel se répète du xvie siècle au xixe siècle. Dès le xviiie siècle viennent s’ajouter bon nombre de biographies collectives traitant d’élites politiques. C’est notamment le cas du Jardin des vizirs (Hadikatü’l-Vüzera) d’Osmanzade Ta’ib Ahmed et de ses zeyl du xixe siècle, du Vaisseau des vizirs (Sefinetü’l-Vüzera) d’Ahmed Nazif Efendi ou de l’Arbre des cheikhs (Devhatü’l-Meþayih) de Müstakimzade Süleyman Sadeddin Efendi, lui aussi complété par des émules au xixe siècle. La liste pourrait être allongée en y ajoutant les ouvrages traitant des secrétaires d’État (reisü’l-küttab) ou des calligraphes (hattat). La modernité et l’occidentalisation du xixe siècle apportèrent leur contribution à cette tradition biographique sans toutefois la modifier de manière radicale. Le couronnement en est probablement le Sicill-i Osmanî (Registre ou états de service ottomans) de Mehmed Süreyya Bey, publié en 1311/1893-1894, dont les six volumes constituent encore aujourd’hui une des sources essentielles de la prosopographie ottomane2. On y dénombre quelque 17 000 biographies, il est vrai souvent fort succinctes, d’individus « ayant compté » dans l’histoire ottomane : membres de la dynastie, officiers de la cour, bureaucrates, intellectuels et artistes s’y regroupent dans un ordre alphabétique qui, tout en évoquant le format des dictionnaires biographiques occidentaux de l’époque, rendent souvent la recherche déroutante par l’homonymie presque systématique de milliers d’individus sans patronyme. D’ailleurs, il n’y a guère de mystère dans la constitution de cette compilation ; Mehmed Süreyya Bey avait puisé ses informations dans trois sources principales, les biographies collectives citées plus haut, les chroniques et, enfin, les cimetières. Cette dernière source d’information, en particulier, ne pouvait que déboucher sur des informations souvent aléatoires : un nom, une fonction et une date de décès glanés au hasard de pérégrinations dans les cimetières stambouliotes produisaient généralement des rubriques d’une ou deux lignes extrêmement difficiles à replacer dans un contexte historique.

2Aussi surannée qu’elle pût paraître, la tradition biographique ottomane survécut jusque dans les années 1950, notamment par le biais d’Ýbnülemin Mahmud Kemal Ýnal dont les ouvrages publiés de 1939 à 1955 recensent grands vizirs, poètes et calligraphes ottomans des xixe et xxe siècles, prenant en quelque sorte la suite des derniers biographes du siècle précédent. Ýnal n’était pas le seul, puisque certains de ses contemporains se penchèrent à leur tour sur certains groupes professionnels tels les maires d’Istanbul ou les diplômés de la Mekteb-i Mülkiye, l’École nationale d’administration fondée dans la foulée des réformes des Tanzimat (Çankaya, 1968-1971).

  • 3 « Çocuk, Azgýn analarýn kurbaný çocuklar », Ýstanbul Ansiklopedisi, vol. VIII, 4059-4060. L’articl (...)
  • 4 « Delon, “Alain Delon” un benzeri kapak yýldýzý », Ýstanbul Ansiklopedisi, vol. VIII, 4373. Il y e (...)
  • 5 « Asýlma depoya gider », Ýstanbul Ansiklopedisi, vol. 2, 1098. Expression argotique qui, par référ (...)

3Ce bref survol bibliographique aura suffi à montrer la forte persistance d’un genre biographique très particulier : pendant plus de cinq siècles, le format de la biographie ottomane se maintient pratiquement inchangé, réussissant même à survivre aux changements radicaux survenus lors de la transition de l’Empire à la République. Le dénominateur commun de tous ces ouvrages, outre un format relativement stable, est sans aucun doute leur nature fortement élitiste. Ne sont recensés que ceux d’entre les Ottomans qui ont obtenu leurs lettres de noblesse soit par la fonction – religieuse, administrative, militaire, politique –, soit par la maîtrise des arts et des sciences dans leur format le plus traditionnel. Les communs des mortels n’y ont guère accès. Contrairement à l’élargissement de l’élite que l’on observe en contexte européen dès le xixe siècle – ainsi que le reflètent les dictionnaires biographiques, tel celui de Vapereau (1858-1895), qui s’ouvrent de plus en plus à un concept de notabilité plus inclusif – la structure ottomane reste inchangée, correspondant en gros à une modernisation des élites recensées sans toutefois y apporter un véritable élargissement. La seule exception à cette règle est fort récente, puisqu’il s’agit de l’Encyclopédie d’Istanbul (Ýstanbul Ansiklo-pedisi) de Reþad Ekrem Koçu, publiée entre 1944 et 1975. Cet ouvrage inachevé – l’auteur dut interrompre son entreprise à la lettre G – est sans conteste l’un des travaux les plus surprenants du genre, à mi-chemin entre la rigueur encyclopédique héritée de l’Occident et les choix idiosyncrasiques d’un auteur ayant une forte prédilection pour une histoire haute en couleurs. Ainsi, les rubriques les plus sèches – bâtiments, rues, personnalités, événements – y côtoient les articles les plus extraordinaires dont le classement, le format et le sujet défient souvent l’ordre et la logique que l’on pourrait attendre d’une encyclopédie. C’est le cas de certaines rubriques dont le titre laisse franchement rêveur : « Enfant : enfants victimes de mères enragées »3 ; « Delon : vedette de couverture ressemblant à Alain Delon »4 ;» Ne t’accroche pas, elle va à la remise »5

4Toutefois, bien au-delà de cette taxonomie plus ou moins bizarre, l’Encyclopédie de Koçu surprend par son inclusion d’un underground stambouliote à travers les âges, dans un défilé d’illustres inconnus ayant, à un moment ou un autre, défrayé la chronique. Voleurs, criminels, prostituées, couples tragiques, beautés fatales et excentriques en tous genres s’y disputent la première place, avec, au premier plan, bon nombre d’anecdotes et informations concernant des aventures homosexuelles – chères à l’auteur – se déroulant dans les harems, palais, bains, tripots et bouges de la ville. Il en résulte un recensement extraordinaire de personnages « marginaux » présentant un profil bien différent de celui des privilégiés inclus dans les biographies. Il ne faudrait cependant en conclure que les héros de Koçu sont une alternative à l’élitisme dominant les ouvrages prosopographiques ; à sa manière cette cour des Miracles est constituée de personnages hors du commun et devient ainsi une contre-élite à caractère tout aussi (si ce n’est plus) exceptionnel que les dignitaires et littérateurs de cette fin d’Empire.

  • 6 Voir, à ce sujet, l’étude de Gülden Sarýyýldýz, 2004. Notons par ailleurs qu’un fichier similaire (...)
  • 7 Une première et fort encourageante tentative est la thèse de doctorat soutenue le 17 décembre 2004 (...)

5On l’aura compris, ce qui manque le plus au corpus bioprosopographique ottoman, c’est l’ordinaire, le commun, les non-élites, d’une part, et, de l’autre, le systématique et le détaillé, notamment en ce qui concerne les données les plus terre à terre sur les individus traités. De ce dernier point de vue, une seule source de nature officielle pourrait prétendre apporter du nouveau : il s’agit des états de service des fonctionnaires d’État (Sicill-i Ahvâl), comprenant environ 18 500 dossiers de bureaucrates ayant servi l’Empire entre 1879 et 1909. Exemple typique de la volonté de moderniser la fonction publique pendant la période des Tanzimat et, plus particulièrement, sous le règne d’Abdülhamid II, ces fiches de renseignement étaient conçues dans le but de recueillir des informations aussi nombreuses et précises que possible sur chacun des bureaucrates recensés : noms et surnoms de l’intéressé ; noms, titres et fonctions du père ; date et lieu de naissance ; éducation suivie, concours passés, diplômes obtenus ; langues parlées et écrites ; publications, brevets d’invention ; décorations ; et, bien évidemment, toute sorte de détails concernant la carrière de l’individu (date de recrutement, grades, promotions, mouvements, salaires, gratifications, mise en retraite, pension, etc.)6. Il s’agit donc de renseignements extrêmement précieux et fort détaillés mais qui, malheureusement, attendent toujours de faire l’objet d’une étude systématique7. Il faut néanmoins noter un certain nombre de faiblesses inhérentes à la logique régissant la constitution de cette base de données. Tout d’abord, l’objectif étant principalement de faire état de la carrière, des capacités et du mérite des fonctionnaires, l’accent est naturellement mis sur cet aspect au détriment d’informations plus personnelles. Ainsi on ne trouve guère d’information sur la vie privée des individus : adresse, épouse(s), enfants ne figurent nulle part sur la fiche. Par ailleurs, certaines des informations contenues dans les fiches manquent parfois de clarté et de précision et les omissions ne sont pas rares concernant certains des détails qui devraient y figurer. Par exemple, les lieu et date de naissance, les détails concernant l’enseignement suivi ou des langues parlées ou écrites viennent parfois à manquer ou ne sont évoqués que très vaguement. La raison en est probablement parfois liée au fait que l’intéressé lui-même ne connaissait pas certains de ces détails, mais le problème semble avoir été lié au format même du questionnaire qui favorisait jusqu’à un certain point les imprécisions. En effet, contrairement à ce que l’on pourrait attendre d’un formulaire « moderne » dans lequel à chaque information correspondrait une question précise et une case à remplir, ces fiches regroupaient toutes les demandes de renseignement sous cinq questions d’une longueur surprenante, chacune en vis-à-vis d’une grande case que l’intéressé devait remplir. Le résultat en est surprenant, puisque, dans la plupart des cas, la question finissait par être bien plus longue que la réponse. À titre d’exemple, il suffira de donner ici une traduction de la première question portant sur l’identité du fonctionnaire et de son père :

« Quels sont les nom, pseudonyme, fonction et surnom de l’intéressé et de son père et l’intéressé aussi bien que son père sont-ils connus par leur nom, par leur pseudonyme, par leur nom et leur pseudonyme, ou par leur fonction ; l’intéressé et son père sont-ils bey, efendi, agha ou pacha ; si son père est fonctionnaire, quels sont ses derniers fonction et grade et s’il ne l’est pas quelle fonction occupe-t-il, d’où est-il originaire, est-il encore en vie ou non, et quelles sont ses origines ethniques et sa nationalité ; est-il apparenté par ses parents à une famille connue ou célèbre ? »
G. Sarýyýldýz, 2004, 129.

  • 8 Environ 93 % selon Sarýyýldýz, 2004, 161-163.
  • 9 Les fonctionnaires des provinces ne représentent qu’environ 11 % des notices selon Sarýyýldýz, 200 (...)

6Malgré ces quelques lacunes et imprécisions, le fichier hamidien des fonctionnaires ottomans constitue sans conteste la base de données la plus impressionnante que l’on puisse imaginer pour l’étude de la société ottomane, à condition de se contenter d’une certaine section de cette société. En effet, même si l’échantillon inclut bon nombre de fonctionnaires de grades bien plus modestes que les pachas et autres dignitaires de l’Empire, il n’en reste pas moins que la population en question reste fortement homogène sous certains de ses aspects primordiaux : face à un nombre extrêmement réduit d’étrangers et de non musulmans, une majorité écrasante de musulmans8 ; un petit dixième de provinciaux perdus dans la masse des fonctionnaires des bureaux de la capitale…9 Bref, s’il est vrai que les états de service sont prêts à dévoiler bien des points restés obscurs sur la fonction publique ottomane au tournant du xxe siècle, il est douteux que l’on puisse en retirer des informations propres à être utilisées au-delà d’une prosopographie circonscrite dans le cadre du groupe professionnel en question.

Une mine d’informations biographiques

  • 10 Voir à ce sujet : Eldem, 1994, 27-32 et 203-214.

7Cette introduction était nécessaire à la présentation d’une série de documents constituant une alternative sérieuse à la carence de données biographiques sur « l’Ottoman moyen ». Il s’agit de l’impressionnante série de dossiers du personnel de la Banque impériale ottomane. Forte d’environ 6 000 dossiers, cette série couvrant une période de cinquante ans allant des années 1880 aux années 1930 rappelle par bien des aspects les états de service de la bureaucratie ottomane ; en effet, il s’agit d’un récolement systématique d’informations détaillées concernant les employés de la plus prestigieuse des institutions financières de l’empire. Le format en est donc fort similaire, puisqu’il s’agit essentiellement d’identifier et de suivre la carrière d’un grand nombre d’individus en utilisant des formulaires plus ou moins standardisés10 (ill. 1 à 4). Toutefois, la ressemblance s’arrête là, car les dossiers de cette banque présentent deux avantages considérables sur les dossiers d’État : une nette supériorité de la qualité et de l’étendue des informations recueillies sur chaque individu, ainsi qu’une représentativité bien plus forte de l’élément « moyen » de la population ottomane.

  • 11 Les dates de naissance sont, il est vrai, parfois approximatives ; mais cette imprécision est en e (...)
  • 12 Notons par ailleurs que le dossier comprend souvent un extrait officiel de l’état civil de l’intér (...)
  • 13 Daoud Elias K., né en 1904, embauché en 1928 comme garçon de bureau à Naplouse (Nablus).
  • 14 David Ezra D., né en 1907, embauché en 1928 par l’agence d’Ourfa (Urfa). Inutile de rappeler que l (...)

8La qualité des informations recueillies constitue probablement l’aspect le plus remarquable de cette série de dossiers. Contrairement à l’État ottoman qui se contentait de cerner ses bureaucrates à travers un petit nombre de questions à rallonge, la Banque impériale ottomane tentait au contraire de poser le plus grand nombre possible de questions fort précises auxquelles l’intéressé ne pouvait échapper. La première série de questions concernaient l’identité et l’état civil de l’employé : nom et prénoms, lieu et date de naissance, religion, nationalité – allant jusqu’à distinguer la sujétion de la protection – et situation familiale, prévoyant une distinction entre « marié, veuf, fiancé ou garçon » – avec une date précise pour les trois premiers cas de figure – et incluant le nombre, le sexe et l’âge des enfants. À cela il faut ajouter quatre questions concernant l’identité du père, soit son nom, sa profession, son adresse et l’indication de savoir s’il était en vie ou décédé et, dans ce dernier cas, depuis combien de temps. Inutile de souligner à quel point ces informations sont précieuses, d’autant plus qu’elles sont systématiquement notées avec la plus grande précision11 ; il s’agit en effet d’un cas unique de constitution d’une base de données recouvrant les points les plus détaillés de chaque individu recensé12. On ne peut ignorer l’importance qu’acquièrent ces informations dans le contexte de l’histoire sociale de l’Empire. La possibilité de déterminer avec précision l’identité d’un si grand nombre d’individus dans un univers aussi pluriel et hétéroclite n’a pas de prix, d’autant plus lorsqu’il s’agit de pouvoir combiner ces données de base avec un profil moyen de la famille, aussi bien en amont qu’en aval. Les cas les plus extrêmes le prouvent à la perfection : ainsi découvre-t-on par exemple que le père de D. E. K., jeune Naplousien de 24 ans, recruté comme garçon de bureau en 1928, était un prêtre grec orthodoxe13, ou, plus surprenant encore, que D. E. D., de religion juive, recruté par l’agence d’Ourfa, était sujet persan et, surtout, que son père, encore en vie, était agriculteur14.

9La suite de la fiche de renseignements fournit de précieuses informations concernant la formation de l’employé. Tout d’abord, l’éducation suivie, avec la demande de préciser le nom et le lieu des établissements fréquentés ainsi que les dates d’entrée et de sortie. L’importance de ces informations ne fait aucun doute, lorsqu’on connaît la diversité des établissements scolaires de l’Empire : écoles « traditionnelles » musulmanes, établissements « modernes » ottomans, écoles laïques étrangères, collèges de missionnaires, établissements communautaires… Les dossiers du personnel permettent par conséquent d’apporter une dimension concrète à un phénomène dont on connaissait la complexité sans pouvoir véritablement la mettre en rapport direct avec la réalité sociale de l’époque. C’est ainsi que les fréquentes mentions de « sans instruction » concernant les employés subalternes des agences ou les listes détaillées d’établissements fréquentés par certains des cadres moyens et supérieurs de la Banque impériale acquièrent une valeur statistique toute particulière. Dans certains cas, le format narratif – souvent autographe – de la réponse amène une dimension personnelle à ces informations :

  • 15 David Ezra D., né en 1907, embauché en 1928 par l’agence d’Ourfa (Urfa).
  • 16 Muron Jacques P., né en 1892, embauché en 1910 par l’agence de Konia (Konya).

« À Ourfa, à l’école des capucins, à partir de 1918 jusqu’en 1921, date de la fermeture de cette institution. En outre, j’ai pris des leçons particulières d’un professeur de français tunisien ».15
« À Constantinople, j’ai fréquenté jusqu’au mois de février 1909 le Collège des Lazaristes St Benoît. Puis j’ai suivi les cours du Lycée Impérial de Galata Séraï, où j’ai obtenu mon diplôme de Bâchelier (sic). »16

Illustration 1. Feuille de personnel de la Banque impériale ottomane, 1er feuillet

Illustration 1. Feuille de personnel de la Banque impériale ottomane, 1er feuillet

Illustration 2. Feuille de personnel de la Banque impériale ottomane, 2e feuillet

Illustration 2. Feuille de personnel de la Banque impériale ottomane, 2e feuillet

Illustration 3. Feuille de personnel de la Banque impériale ottomane, 3e feuillet

Illustration 3. Feuille de personnel de la Banque impériale ottomane, 3e feuillet

Illustration 4. Feuille de personnel de la Banque impériale ottomane, 4e feuillet

Illustration 4. Feuille de personnel de la Banque impériale ottomane, 4e feuillet
  • 17 David Ezra D., né en 1907, embauché en 1928 par l’agence d’Ourfa (Urfa).
  • 18 Petri Angelo M., né en 1881, embauché en 1905 par l’agence d’Uskub (Skopje).
  • 19 Djahidé M., née en 1907, embauchée en 1928 par le siège central à Galata (Istanbul).
  • 20 Stéphane P.-N., né en 1877, embauché en 1912 par le siège central à Galata (Istanbul).
  • 21 Ali bin M., né en 1865, embauché en 1915 comme gardien par l’agence de Diarbékir (Diyarbekir).
  • 22 Muron Jacques P., né en 1892, embauché en 1910 par l’agence de Konia (Konya).
  • 23 David Ezra D., né en 1907, embauché en 1928 par l’agence d’Ourfa (Urfa).
  • 24 Djahidé M., née en 1907, embauchée en 1928, par l’agence de Stamboul.

10Il est intéressant de noter que l’intérêt porté à la formation des employés ne s’arrêtait pas à leur scolarité. En effet, les deux questions suivantes portaient sur les connaissances linguistiques des intéressés, distinguant clairement les langues parlées des langues écrites. Rien de plus normal, du point de vue de la Banque impériale ottomane, que l’importance attachée à ce genre d’information : dans un Empire d’une grande hétérogénéité ethnique, religieuse et linguistique, les capacités linguistiques des employés de banque acquéraient une importance cruciale. La Banque elle-même était essentiellement francophone, mais elle devait aussi faire preuve de multilinguisme dans sa gestion quotidienne : correspondance en turc avec le gouvernement, lecture et traduction de documents et de pièces justificatives dans pratiquement toutes les langues locales et, bien sûr, contacts permanents avec une clientèle extrêmement variée. La grande variété de langues observée dans les dossiers du personnel reflète donc à la fois une réalité sociale de l’Empire et une politique consciente de l’institution. Dénominateur commun des cadres et employés de quelque importance et produit d’une éducation en partie ou entièrement dans cette langue, le français domine une certaine catégorie de dossiers, généralement combiné avec une ou plusieurs langues locales. Certains employés afficheront donc jusqu’à quatre ou cinq langues parlées et écrites, tels D. E. D., sujet persan de religion juive, parlant et écrivant le français, le turc, l’arabe et l’hébreu17 ou P. A. M., sujet ottoman catholique, parlant l’italien, l’albanais, le serbe, le bulgare et le turc, mais incapable d’écrire ces deux dernières langues18. Plus souvent, leurs connaissances se limitent à deux ou trois langues, dont certaines ne sont que parlées : P. P., sujet ottoman orthodoxe parle et écrit le turc, le français et le grec ; D. M., citoyenne turque musulmane, parle et écrit le turc et le français19 ; S. P.-N., citoyen français, parle le français, l’espagnol et l’allemand, mais n’écrit que sa langue maternelle20. Dans le cas des employés subalternes – garçons de bureau, gardiens, cavas (portiers) – l’analphabétisme est fréquent, même s’ils sont parfois polyglottes. Le cas de A. bin M., Ottoman musulman, est particulièrement intéressant : bien qu’illettré, il parle néanmoins trois langues, le turc, le kurde et le zaza (dialecte kurde), présentant ainsi un profil linguistique permettant de l’identifier comme kurde et, surtout, témoignant d’une identité culturelle et sociale rarement représentée d’une manière aussi détaillée dans d’autres sources documentaires21. Le décalage entre les langues parlées et écrites reflète souvent une réalité typiquement ottomane, celle de l’usage fréquent de certaines langues comme des lingue franche de communication uniquement orale. Ainsi, bon nombre de sujets non musulmans écrivent le turc sans pouvoir le parler ; inversement, le grec est fréquemment pratiqué, sans pour autant être maîtrisé à l’écrit, par d’autres que les Grecs de l’Empire, y compris les musulmans. Un autre phénomène intéressant qui, tout en étant connu, n’a jamais été analysé, faute de documents statistiques, est celui de la relégation de la langue maternelle ou « nationale » au statut de langue parlée : M. J. P., de nationalité ottomane et de religion arménienne, connaît parfaitement le turc et le français, mais ne peut s’exprimer qu’en arménien, au même titre d’ailleurs que le grec22. Ajoutons à cela le fait que, dans le cas des employés francophones, les dossiers fournissent souvent des indices supplémentaires sur les connaissances linguistiques de l’individu en question. En effet, la « feuille de personnel » comprenant tous ces renseignements étant généralement remplie par le candidat, le niveau de français déclaré peut être vérifié par l’orthographe, voire par la calligraphie. Ainsi on découvre que D. E. D., qui avait passé trois ans auprès des capucins d’Ourfa, se définissait comme « sujet persant (sic) »23 ou que D. M. se targuait d’avoir fait ses « études secondères (sic) [au] Lycée de Stamboul »24.

  • 25 David Ezra D., né en 1907, embauché en 1928 par l’agence d’Ourfa (Urfa).
  • 26 Stéphane P.-N., né en 1877, embauché en 1912 par le siège central à Galata (Istanbul).
  • 27 D. Oglou Farouk, né en 1913, embauché en 1929 par l’agence de Baïbourt (Bayburt).

11Pour compléter ces informations sur la formation scolaire et linguistique de ses employés, la Banque impériale ottomane recueillait aussi des renseignements sur leur expérience professionnelle. Ainsi demandait-on aux candidats de préciser leurs « connaissances générales », leurs « connaissances spéciales en banque, commerce et en comptabilité » et, surtout, leurs « emplois antérieurs ». Les réponses aux deux premières rubriques varient énormément, d’un simple trait pour signifier l’absence de toute expérience professionnelle à la mention d’aptitudes diverses et variées exprimées d’une manière plus ou moins personnelle : « commerce en manufactures » et « notions de comptabilité commerciale »25 ; ou même : « Je puis servir dans n’importe quelle branche de service, sauf la branche Caisse »26. Sans aucun doute, la partie consacrée aux emplois antérieurs est encore plus parlante. On y découvre aussi bien de jeunes bacheliers débutant une carrière auprès d’une des institutions les plus prestigieuses de l’Empire que de vieux routiers ayant travaillé auprès de diverses entreprises commerciales, de banques, ou d’administrations publiques. Dans le cas des employés subalternes, généralement d’origines plus modestes, c’est un monde fort différent qui apparaît. À preuve la mention que l’on retrouve dans le dossier d’un jeune homme de 17 ans engagé comme garçon de bureau par l’agence de Bayburt : « A aidé son père dans le commerce du bétail »27. Dans le cas d’un autre candidat au profil quelque peu similaire et dont la fiche a de toute évidence été remplie par un employé francophone de l’agence de Naplouse, le format narratif utilisé évoque bien plus que les listes laconiques d’emplois antérieurs que l’on retrouve dans bien des dossiers :

  • 28 Daoud Elias K., né en 1904, embauché en 1928 comme garçon de bureau à Nablus (Naplouse).

« Aussitôt que j’eus quitté l’école, j’ai dû faute de moyens et d’emploi exercer le métier de cordonnier jusqu’à la date de mon engagement par la B.O. Nablus. Je gagnais de mon métier environ £P 3 par mois. »28

Parcours professionnels et réseaux sociaux

12L’importance de ces renseignements pour l’histoire économique et sociale de l’Empire ottoman et de la première décennie de la République ne fait aucun doute. Il s’agit effectivement de pouvoir reconstituer le parcours scolaire et professionnel de quelque 6 000 individus d’horizons fort différents. Aucune autre source ne pourrait prétendre à un tel degré de précision et, surtout à un tel degré d’uniformité dans la manière dont les données en question sont recueillies. Ajoutons à cela que la Banque impériale, dans son souci de cerner avec le plus de précision possible le profil de ses futurs employés, avait ajouté deux rubriques complétant les informations précédentes, soit l’existence de liens de parenté entre le candidat et des employés au service de la même institution et une liste de « références et garanties » pouvant répondre du candidat.

  • 29 Ali bin M., né en 1865, embauché en 1915 comme gardien par l’agence de Diarbékir (Diyarbekir).
  • 30 Démètre P., né en 1881, embauché en 1908 par l’agence de Salonique (Thessaloniki).
  • 31 Thésée Théodore P., né en 1884, embauché en 1909 par l’agence de Beyrouth.
  • 32 Djahidé M., née en 1907, embauchée en 1928, par l’agence de Stamboul.
  • 33 Stéphane P.-N., né en 1877, embauché en 1912 par le siège central à Galata (Istanbul).

13La première de ces questions ne manque certes pas d’intérêt, puisqu’elle permet éventuellement de reconstituer des « réseaux » familiaux de recrutement, d’autant plus que la définition des liens de parenté avait été volontairement établie de manière extrêmement large et flexible : « Parents par le sang ou par alliance employés à la Banque impériale ottomane, tels que père, fils, frère, oncle, neveu, cousin, beau-père, beau-fils, beau-frère, etc. Nommer ces parents en ayant soin de préciser le degré de parenté ». Toutefois, aussi utile que ces informations puissent être, notamment dans le cas d’une étude prosopographique interne de l’institution, la seconde question concernant les références et garanties du candidat ouvre des perspectives de recherche encore plus intéressantes. En effet, une étude détaillée de ces informations devrait permettre d’ébaucher une analyse des réseaux sociaux dans lesquels venaient s’intégrer les individus en question. Certes, certains des référents sont trop « évidents » pour être véritablement pris en compte dans une analyse de réseaux : proches parents employés de la Banque, professeurs ou directeurs d’établissements scolaires et, bien sûr, anciens employeurs recoupant les noms déjà cités sous la rubrique des « emplois antérieurs ». Il n’en reste pas moins vrai que, dans la plupart des cas, les références et garanties constituent un élément précieux permettant de situer l’individu dans un contexte social plus ou moins local. Dans bien des cas, il s’agit de commerçants locaux dont on ajoutera qu’ils sont clients de la Banque, agrémentés de quelques notables de la ville (avocats, médecins, etc.). Les plus modestes correspondent le plus souvent à ce cas de figure, tel un certain A. bin M., sujet ottoman, fils d’un vendeur de bois de construction, garanti par un commerçant en bois et un commissionnaire, tous deux de Diyarbekir29. Les candidats à des postes de responsabilité, en sus d’une meilleure éducation et d’une certaine formation dans des emplois antérieurs, affichent généralement un plus grand nombre de garanties, dépassant souvent le contexte local de la ville dans laquelle ils habitent. Ainsi, D. P., sujet ottoman orthodoxe, recruté par le service de trésorerie et de comptabilité de l’agence de Salonique, fils du représentant d’une maison de commerce étrangère à Cavalla, offre une liste de référents comprenant deux avocats saloniciens, un banquier de Constantinople, un négociant de Cavalla remplissant en même temps les fonctions de consul de France, et un médecin grec représentant la Hollande au conseil supérieur de Santé à Constantinople30. De même, Th. Th. P., sujet hellène, natif de Nicosie, fils du vice-consul de France à Limassol, est garanti par le vice-consul des États-Unis à Alexandrette, par un ancien employeur portant le même nom de famille, par le directeur de la Banque d’Orient à Alexandrie, par le sous-directeur de la Banque impériale ottomane au Caire, par le directeur de la compagnie des Monopoles à Athènes et par le consul général de France à Larnaca31. Ces quelques exemples suffisent à montrer que les réseaux ainsi constitués étaient fort complexes : des relations commerciales, familiales et professionnelles se mêlent à des allégeances confessionnelles, ethniques et nationales. À cela il faut ajouter le phénomène, certes moins réel, mais tout aussi intéressant des références de complaisance, dénotant probablement l’existence de réseaux sociaux d’une autre nature. Ainsi, cette jeune candidate, citoyenne turque et fille d’un comptable du monopole des Tabacs, garantie par le président du tribunal de Commerce de Constantinople32, probablement une « connaissance » influente de son père, ou, dans un autre registre, cet employé d’un certain âge, citoyen français, fils de l’ancien maire du Xe arrondissement de Paris dont il précise qu’il est aussi chevalier de la Légion d’honneur, et garanti à la fois par l’ambassadeur de France à Constantinople et par le comte Ostrorog, la coqueluche de la haute société constantinopolitaine de l’époque33.

Une population polyglotte, multiconfessionnelle et pluriethnique

14Deux éléments supplémentaires, une signature et une photographie, font partie des renseignements recueillis sur les employés de la Banque impériale ottomane : leur usage ouvre des perspectives pour l’exploitation systématique du corpus ainsi constitué.

15La signature de l’intéressé est exigée à la fin du formulaire de renseignements. L’intérêt de cette marque personnelle est évident : il s’agit en général d’un indice extrêmement précieux pour déterminer le niveau d’alphabétisation et d’instruction des individus. Dans le cas particulier de la population ottomane, le potentiel que représente la signature est accru du fait de l’existence de plusieurs formes de signature, notamment en ce qui concerne l’alphabet utilisé. En effet, ainsi que nous l’avons établi pour un échantillon de clients de la Banque, la possibilité dont disposaient un grand nombre d’Ottomans polyglottes de signer soit dans leur propre alphabet – arabe, grec, arménien ou hébreu –, soit en utilisant l’alphabet latin en francisant l’orthographe de leur nom ajoute une dimension culturelle, voire d’acculturation, impensable dans le cas d’une société plus homogène (Eldem, 1995).

Illustration 5/Illustration 6

Illustration 5/Illustration 6

Au bas de l’échelle, les gardes, souvent affublés d’un costume local qui jure étrangement avec le paysage alpin du studio de photographe (ill. 5), mais aussi les cavas et garçons de bureau, dont la pose trahit souvent le statut extrêmement modeste (ill. 6)…

16Plus encore que la signature, la photographie de l’employé, figurant systématiquement en début de dossier à partir des années 1900, constitue sans aucun doute un élément fascinant des dossiers du personnel. Dès la première décennie du siècle, la décision avait été prise d’ajouter aux informations contenues dans les dossiers une photographie de l’employé, prise par un studio de la ville dans laquelle se trouvait son agence. La diversité de ces laboratoires était, bien sûr, la cause d’une assez grande variété dans la qualité et la nature des photographies ; mais, par un effort de standardisation évident, toutes les photographies étaient prises « en pied ». Il en résulte une série extrêmement intéressante de portraits qui ne demande qu’à être soumise à l’analyse. Petits employés endimanchés, cavas en costume folklorique, bellâtres pommadés, employés arborant fièrement canne et chapeau, modestes commis intimidés par la caméra… Chaque photographie dessine un profil particulier que l’on est tenté de lire à partir de l’accoutrement et de l’attitude de l’employé (ill. 5 à 12). Le langage corporel, le vêtement, la pose, les accessoires vestimentaires, le couvre-chef, la forme de la moustache, l’utilisation des mains sont autant d’indices qui méritent d’être étudiés au même titre que les indications « objectives » portées sur la feuille de renseignement. Comment ne pas remarquer en effet que la plupart des employés subalternes ont tendance à avoir les bras ballants le long du corps, dans une attitude de soumission, alors que les « jeunes loups » des agences choisissent généralement de s’appuyer non-chalamment de la main sur un guéridon ou un autre accessoire de studio ? Peut-on donner un sens à la préférence affichée par certains de ces « yuppies » de la Belle Époque de croiser les bras sur la poitrine en fixant fièrement l’objectif ? Le port du fez, presque systématique dans le cas des employés musulmans, dénote-t-il une forme de traditionalisme ou d’allégeance ottoman(ist)e lorsqu’il s’agit d’un sujet grec, juif ou arménien de l’Empire ? Quelle importance faut-il attacher à l’apparition du canotier, ou au port du monocle ? Autant de questions auxquelles on ne pourrait tenter de répondre qu’en « déconstruisant » ces images et en créant une sorte de matrice d’éléments visuels qu’il faudrait alors confronter aux données individuelles des dossiers, en tenant compte de variables « externes », telles la date du recrutement ou la localisation de l’agence.

Illustratiion 7/Illustration 8

Illustratiion 7/Illustration 8

… même si certains, portant uniforme, ne manquent pas d’afficher une certaine superbe (ill. 7). Dans le cas des employés de bureau, les « indigènes », surtout musulmans, se distinguent souvent pas un port du fez, malgré un accoutrement souvent moderne (ill. 8).

La construction d’une culture professionnelle

  • 34 Dossier de Marcel G., né en 1884, embauché en 1906 par l’agence de Sivas ; feuille de renseignemen (...)

17En dépit de leur qualité et de leur diversité, les informations ainsi recueillies – de l’identité à la formation et de la photographie à l’éducation – ne constituent qu’une très petite partie des dossiers. Certes, il s’agit sans aucun doute de la partie la plus consistante et la plus cohérente de cette documentation, permettant de cerner avec la plus grande précision l’identité et le profil des individus ; mais les dossiers contiennent une masse très importante d’autres documents susceptibles d’approfondir encore l’analyse de l’échantillon. En effet, bien des dossiers contiennent toutes sortes de pièces jointes directement liées à l’identité des employés : la lettre de candidature faisant souvent état des qualités mises en avant par l’intéressé, ainsi que les circonstances justifiant la demande ; un extrait d’état civil, voire un certificat de baptême confirmant les indications biographiques données par le candidat ; des diplômes d’études et certificats de scolarité ; des lettres de recommandation ou de simples cartes de visite épinglées à la demande du candidat ; la copie corrigée du concours auquel le postulant a été soumis et portant sur des matières aussi variées que la comptabilité, la traduction ou la correspondance commerciale ; le rapport ou certificat médical délivré par un médecin chargé de vérifier l’état de santé et l’aptitude au service du candidat, etc. Parmi ces informations supplémentaires, bon nombre émanent de la Banque elle-même. C’est le cas de bien des documents servant à l’évaluation de l’intéressé par les cadres de l’agence et, tout au long de sa carrière, par des inspecteurs. Souvent de nature fort subjective, ces évaluations en disent peut-être plus long sur la culture et les critères d’appréciation de l’institution même que sur les individus jugés et inspectés : tenue bonne, correcte, irréprochable ; instruction nulle, médiocre, élémentaire, bonne, soignée, excellente ; genre de vie régulier, rangé, modeste, affable ; caractère docile, soumis, doux, bon, etc. Pour subjectives qu’elles puissent paraître, il n’en reste pas moins que ces informations permettent, une fois combinées avec le reste de la documentation, de cerner au plus près une carrière individuelle au sein de la Banque ottomane. Il convient de rappeler que toutes ces pièces sont accompagnées d’une masse documentaire à usage interne, permettant de suivre pas à pas les changements de quelque importance survenus dans la vie professionnelle des employés : nominations et mutations d’une agence à l’autre, augmentations de salaire, promotions de statut, octroi de primes et de gratifications, congés, aides et secours exceptionnels, avances occasionnelles, inspections à intervalles réguliers, etc. Ce suivi méticuleux apparaît dans les tableaux synoptiques enregistrant toute modification de statut, de salaire et de positionnement de chaque individu, aussi bien que dans les copies d’extraits de procès-verbaux du comité de direction, ou encore dans la correspondance entre l’administration et l’employé en question. On ne saurait décrire le niveau de précision atteint par cette documentation sans rappeler à quel point la gestion y était centralisée et dominée par un désir presque obsessionnel de maintenir un contrôle continu sur tous les faits et gestes des employés. La Banque impériale ottomane s’intéressait donc à la conduite et à la performance de l’intéressé au sein même de son agence – zèle, aptitudes, fautes, etc. – ; elle en tirait des conclusions qui déterminaient en grande partie, une évolution de carrière ; mais elle ne pouvait s’empêcher d’aller voir, au-delà du cadre professionnel, jusque dans la vie privée de l’individu soit parce qu’elle considérait qu’il y avait là des faits et indications qui n’étaient pas étrangers aux soucis et intérêts de l’administration, soit, le plus souvent, parce que l’employé lui-même l’y invitait par ses requêtes ou par ses revendications. On pourrait fournir d’innombrables exemples de ce type : enquêtes sur la moralité des employés suite à des plaintes de tiers ; demandes de congé d’employés pour des raisons de santé personnelle ou de celle de membres de leur famille ; demandes de secours dans des cas de détresse ou de difficultés financières ou pour régler des problèmes matériels immédiats. En somme, derrière les tableaux de traitements et les feuilles d’inspection des dossiers se dessinent souvent des épisodes de vies modestes, mais toujours intéressantes du point de vue de l’histoire d’une société longtemps restée dans l’ombre. À titre d’exemple, je citerai le cas très particulier de M. G., citoyen français embauché par l’agence de Sivas en 1906, et dont les agissements finirent par inquiéter l’administration fort conservatrice de la Banque. Cet employé, dont le dossier disait pourtant qu’il menait « une vie rangée et une conduite régulière »34, avait été le sujet d’un scandale dans la ville anatolienne où il exerçait ses fonctions, ainsi que le rapportait la direction de l’agence :

  • 35 Dossier de Marcel G., né en 1884, embauché en 1906 par l’agence de Sivas ; lettre du directeur de (...)

« Par notre lettre « Personnel » nº 78 en date de ce jour adressée à la Direction Générale, nous l’informons qu’un congé de six semaines a été accordé à Mr. G…, notre employé, sans pouvoir expliquer officiellement et clairement les motifs graves qui nous ont poussés à lui donner d’office ce congé ; je prends la liberté de vous exposer les faits qui ont motivé le départ précipité de cet employé.
Mr. G… entretenait depuis quelque temps des relations intimes avec une jeune musulmane, fille d’un haut fonctionnaire du Gouvernement ; dès que j’ai eu connaissance du fait, je l’ai à plusieurs reprises conseillé de rompre, le menaçant même de signaler le cas à la Direction Générale ; il promit mais ne tint pas sa promesse et en est arrivé au point où les autorités ont eu connaissance du fait et le Gouverneur-Général est intervenu, me signalant officieusement la conduite immorale de cet employé et me priant, en considération de la responsabilité qu’il assume envers tout étranger et notre Établissement, de le faire transférer, pour éviter un malheur car sa vie était en danger. De mon côté, très inquiet des conséquences d’une pareille conduite, car l’élément fanatique était surexcité, j’ai décidé de concert avec mon collègue de l’éloigner de Sivas, sous forme de congé normal. »35

Illustration 9/Illustration 10

Illustration 9/Illustration 10

Étrangers et non musulmans portent souvent le chapeau et affichent des attitudes plus ou moins décontractées, allant de celle de gratte-papier (ill. 9) à celle de l'élégant aux moustaches retroussées (ill. 10).

Illustration 11/Illustration 12

Illustration 11/Illustration 12

Les femmes n’apparaissent vraiment que dans les années 1920 et adoptent souvent des poses rêveuses et soumises (ill. 11), même si le voile des musulmanes cache parfois la féminité qu’elles ont tendance à afficher (ill. 12).

18Exemple exceptionnel ? Certes, ne serait-ce que du fait de son exotisme orientalisant digne d’un roman de Loti ; mais ce cas si particulier n’est certainement pas unique dans sa manière de dévoiler un aspect de la vie privée d’un individu par le biais du contrôle continu qu’exerçait la Banque impériale ottomane sur ses employés.

Une institution financière internationale et ottomane

19Ce qui précède nous amène à constater que, d’une manière générale, la série de dossiers des personnels se prête à deux niveaux différents de lecture. Le premier – et le plus immédiat – est sans aucun doute celui de l’exploitation prosopographique, reposant sur une analyse de quelque 6 000 individus, ou d’un échantillon significatif. Cette approche directe a l’avantage évident d’une solidité découlant de la nature quasi exhaustive des données recueillies. En effet, la continuité de la série d’une part, la qualité et la précision des données recueillies d’autre part, rendent possible une analyse fine des employés de la Banque ottomane et de la politique suivie par l’institution à leur égard. Une telle étude permettrait de cerner avec précision le profil général d’un groupe professionnel, d’en analyser la distribution par nationalité, par ethnie, par religion, d’observer l’évolution et les changements éventuels de la politique de recrutement de la Banque, ou de resituer cette question dans le contexte politique, social ou économique de la fin de l’Empire et du passage au régime républicain. Quelques tentatives dans cette direction, fondées non sur les dossiers mêmes mais sur des listes nominatives d’employés et sur la correspondance et les procès-verbaux du comité de direction, illustrent tant bien que mal certains phénomènes de quelque importance concernant l’évolution générale du personnel entre 1890 et 1930. Il apparaît ainsi que les employés de la Banque impériale étaient déjà majoritairement de nationalité ottomane dès le tournant du siècle, mais que cette forte représentation de l’élément local se doublait d’une certaine hiérarchie fondée sur des critères de nationalité et d’ethnicité. En effet, les cadres supérieurs les mieux payés étaient fortement dominés par les employés étrangers ; mais au sein de cette élite, une forte disproportion existait entre un petit nombre de sujets britanniques et français situés au sommet de l’administration et une masse de cadres moyens d’origine plus modeste, en particulier des Italiens et des Hellènes. Le même déséquilibre était ressenti au sein de la majorité d’employés de nationalité ottomane, notamment entre les non musulmans, concentrés dans la catégorie des cadres moyens, au même niveau ou juste un cran au-dessous des Italiens et des Hellènes, et les musulmans, presque exclusivement relégués aux postes subalternes de la hiérarchie de l’institution. Toutefois, ce qui paraît refléter une sorte d’idéologie de la « banque de l’homme blanc » est en fait le fruit d’une situation beaucoup plus complexe qui ne peut s’expliquer simplement par des réflexes coloniaux ou quasi coloniaux. En effet, si la Banque ottomane ne recrutait des musulmans que comme des gardes ou des garçons de bureaux, ce n’était pas vraiment le fait d’une politique institutionnelle, mais plutôt le résultat d’une réalité sociale qui faisait que, pour les musulmans éduqués, déjà plus rares que leurs compatriotes non musulmans, un emploi à la Banque n’était qu’un pis-aller comparé aux carrières bien plus prestigieuses – et beaucoup moins accessibles aux non musulmans – de l’armée ou de la bureaucratie. En fait, la Banque était bien plus imperméable et indifférente qu’on ne le penserait à des considérations de ce genre ; bien au contraire, il semblerait qu’elle ait été la première surprise à découvrir, dès les années 1890, à quel point les identités qu’elle ne prenait pas vraiment en compte pouvaient avoir des retombées négatives sur son propre fonctionnement. De l’occupation de la Banque impériale ottomane par des nationalistes arméniens en 1896 à l’expulsion des ressortissants italiens pendant la guerre de Tripolitaine ou de la mise à pied des cadres britanniques et français en 1914 à la persécution des employés arméniens à partir de 1915, cette institution financière fut graduellement exposée à toutes sortes de vicissitudes découlant de l’émergence de courants nationalistes. Le phénomène atteignit son paroxysme avec la chute de l’Empire et l’établissement de la république de Turquie dont une des premières mesures à l’égard de la Banque fut de lui imposer un quota progressif d’employés turcs musulmans en contrepartie de la prorogation de sa concession (Eldem, 2002 et 1999).

20Pour significative que puisse être cette lecture « interne » des dossiers du personnel, il semble possible d’en faire un usage plus général en faisant abstraction de l’institution. En effet, la question est de savoir dans quelle mesure l’échantillon constitué par ces 6 000 employés peut être considéré comme représentatif de la société ottomane et turque, ou d’une partie de cette même société. En d’autres termes, la question est de savoir s’il est possible d’extrapoler, à partir des employés de la Banque ottomane, pour éclairer l’histoire des classes moyenne et populaire dont la plupart de ces employés étaient probablement issus. Une expérience du même genre nous a permis d’étudier un échantillon d’environ 2 000 déposants de titres, tiré d’un fichier de 6 000 fiches, en partant de la supposition, en bien des points similaires, que ce groupe particulier de clients était représentatif d’une certaine bourgeoisie urbaine, presque exclusivement constantinopolitaine, alors même que nous ne détenions aucune information sur la valeur des titres déposés (Eldem, 1997). D’un certain point de vue, les dossiers du personnel se prêtent encore mieux à ce genre d’exercice, puisque les informations qu’ils contiennent sont plus riches que les renseignements inscrits sur les fiches de dépôts de titres des clients. Malgré la disparité évidente entre les diverses catégories d’employés s’étageant des cadres supérieurs aux modestes subalternes et domestiques des agences, la précision atteinte dans l’identification des individus permet d’éviter tout amalgame entre des statuts sociaux et économiques foncièrement différents. Il en résulte qu’une exploitation systématique des données de base de ces dossiers devrait offrir la possibilité de distinguer au moins deux catégories sociales de quelque importance : celle d’une petite et moyenne bourgeoisie de « cols blancs » et celle d’une classe très modeste, proche des « cols bleus », voire d’une sorte de prolétariat du tertiaire.

21Pour autant, peut-on considérer que cet échantillon est véritablement représentatif de la société ottomane, du moins des classes sociales décrites plus haut ? Certes, non, et il serait naïf de prétendre établir une corrélation directe entre les représentants d’un métier au passé fort récent et une société encore en grande partie sous l’emprise d’une économie et d’un mode de vie extrêmement traditionnels. Il n’y aurait donc aucun rapport entre ces employés de banque ou garçons de bureau et la masse d’agriculteurs, d’artisans, de travailleurs formant la grande majorité de la population. Mais n’est-ce pas là, justement, ce qui rend l’échantillon particulièrement intéressant ? Les employés de la Banque impériale ottomane illustrent au mieux l’émergence d’une nouvelle classe sociale accompagnant la modernisation de l’Empire. En ce sens, ils n’étaient guère seuls : employés de compagnies d’assurances ou des nouveaux magasins qui avaient commencé à apparaître dans les principales villes de l’Empire, professionnels d’un secteur tertiaire émergeant, petits fonctionnaires d’une bureaucratie de plus en plus spécialisée… Le même phénomène vaut pour les hommes de service des agences, dont les collègues peuplaient de plus en plus les administrations, gardaient les bureaux et les magasins ou travaillaient dans diverses municipalités de l’Empire. Dans un cas comme dans l’autre, il s’agit donc d’individus dont la vie, tant professionnelle que personnelle, témoigne de changements radicaux survenus dans les équilibres sociaux et économiques de l’Empire, durant les dernières décennies du xixe siècle. Dévoiler le profil social, économique et culturel de ces 6 000 individus, c’est découvrir la face cachée de la modernisation et de l’occidentalisation d’une société traditionnelle, de la lente et inexorable agonie accompagnant ces transformations, de l’émergence de nouvelles identités, parfois transnationales, souvent conflictuelles, et du douloureux passage d’un empire pluriethnique à un État-nation.

Bibliographie

Bibliographie

Albayrak S., 1980, Son Devir Osmanlý Ulemasý, Istanbul, Medrese Yayýnevi.

Bouquet O., 2004, Les Pachas du sultan. Essai prosopographique sur les agents supérieurs de l’État ottoman (1839-1909), Thèse de doctorat en histoire, Ehess, Paris.

Çankaya A., 1968-1971, Yeni Mülkiye Târihi ve Mülkiyeliler (Mülkiye Þeref Kitabý) : Son Asýr Türk Târihinin Önemli Olaylarý Ýle Birlikde :(Atîk) Mekteb-i Fünûn-ý Mülkiyye, Mekteb-i Mülkiyye-i Þâhâne, Mekteb-i Mülkiyye, Mülkiye Mektebi, Siyasal Bilgiler Okulu, Siyasal Bilgiler Fakültesi Târihi, Ankara, Siyasal Bilgiler Fakültesi.

Eldem E., 1994, Banque impériale ottomane. Inventaire commenté des archives, Istanbul, Ifea : Osmanlý Bankasý, (Varia Turcica, vol. xxv).

Eldem E., 1995, « Culture et signature : quelques remarques sur les signatures de clients de la Banque impériale ottomane au début du xxe siècle », in N. Vatin, (dir.), Oral et écrit dans le monde turco-ottoman, Revue du monde musulman et de la Méditerranée. n° 75-76, 181-195.

Eldem E., 1997, « Istanbul 1903-1918: a quantitative analysis of a bourgeoisie », in Istanbul Past and Present, Boðaziçi Journal. Review of Social, Economic and Administrative Studies, Special Issue, vol. XI, n° 1-2, 53-98.

Eldem E., 1999, A History of the Ottoman Bank, Istanbul, Ottoman Bank Historical Research Centre.

Eldem E., 2002, « Reshuffling nationality and ethnicity. The Ottoman Bank staff from empire to republic », in Ton de Graaf, Joost Jonker et Jaap-Jan Mobron, (éd.), European Banking Overseas, 19th-20th Century, Amsterdam, Abn Amro Historical Archives, 179-211.

Ýnal Ý. M. K., 1930-1939, Son Asýr Türk Þairleri, Istanbul, Maarif Matbaasý.

Ýnal Ý. M. K., 1940-1953, Osmanlý Devrinde Son Sadrazamlar, Istanbul, Maarif Matbaasý.

Ýnal Ý. M. K., 1955, Son Hattatlar, Istanbul, Maarif Basýmevi.

Koçu R. E., 1944-1975, Ýstanbul Ansiklopedisi, Istanbul, Ýstanbul Ansiklopedisi.

Özcan A., (éd.), 1989, Þakaik-ý Nu'maniye ve Zeyilleri), Istanbul, ÇaðrýYayýnlarý.

Sariyildiz G., 2004, Sicill-i Ahvâl Komisyonu’nun Kuruluþu ve Ýþlevi (18791909), Istanbul, Der.

Süreyya M., 1311/1893-94, Sicill-i Osmanî, Istanbul, Matbaa-i Âmire.

Süreyya M., 1996, Sicill-i Osmanî, éd. Nuri Akbayar, Istanbul, Tarih VakfýYurt Yayýnlarý.

Vapereau G., 1858-1895, Dictionnaire universel des contemporains, contenant toutes les personnes notables de la France et des pays étrangers, Paris, Hachette.

Notes

1 Pour une réédition de Þakaik et de ses compléments, voir : A. Özcan, (éd.), 1989.

2 Pour une réédition en caractères latins de cet ouvrage, voir : M. Süreyya, 1996.

3 « Çocuk, Azgýn analarýn kurbaný çocuklar », Ýstanbul Ansiklopedisi, vol. VIII, 4059-4060. L’article décrit les souffrances d’enfants abandonnés à la violence de mères dénaturées…

4 « Delon, “Alain Delon” un benzeri kapak yýldýzý », Ýstanbul Ansiklopedisi, vol. VIII, 4373. Il y est question d’un certain Cengiz Bora qui, âgé de 22 ans en 1962, avait été choisi pour illustrer la couverture du magazine Ses en raison de sa ressemblance frappante avec l’acteur français…

5 « Asýlma depoya gider », Ýstanbul Ansiklopedisi, vol. 2, 1098. Expression argotique qui, par référence aux écriteaux placés sur des tramways allant au dépôt pour décourager les enfants qui voudraient s’y accrocher, est utilisée pour signifier qu’une femme à laquelle on fait sa cour est en fait inaccessible…

6 Voir, à ce sujet, l’étude de Gülden Sarýyýldýz, 2004. Notons par ailleurs qu’un fichier similaire existe pour les oulémas de la même période, constitué par le Cheikhulislamat et publié en fac-similé par Sadýk Albayrak, 1980.

7 Une première et fort encourageante tentative est la thèse de doctorat soutenue le 17 décembre 2004 à l’EHESS (Paris) par Olivier Bouquet. Notons par ailleurs que cet auteur estime le nombre total de notices à environ 50 000, soit près du triple du chiffre avancé par Sarýyýldýz.

8 Environ 93 % selon Sarýyýldýz, 2004, 161-163.

9 Les fonctionnaires des provinces ne représentent qu’environ 11 % des notices selon Sarýyýldýz, 2004.

10 Voir à ce sujet : Eldem, 1994, 27-32 et 203-214.

11 Les dates de naissance sont, il est vrai, parfois approximatives ; mais cette imprécision est en elle-même une information précieuse sur le phénomène assez répandu parmi certains groupes sociaux ou religieux d’un manque d’information concernant des données démographiques aussi primordiales.

12 Notons par ailleurs que le dossier comprend souvent un extrait officiel de l’état civil de l’intéressé, voire des extraits de registres paroissiaux ou des copies d’actes de baptême pour certains employés chrétiens.

13 Daoud Elias K., né en 1904, embauché en 1928 comme garçon de bureau à Naplouse (Nablus).

14 David Ezra D., né en 1907, embauché en 1928 par l’agence d’Ourfa (Urfa). Inutile de rappeler que l’image du juif paysan va à l’encontre de tous les clichés – et en fait de toutes les informations – dont nous disposons sur la population juive du Levant. À cela il faut ajouter la surprise de découvrir que ce paysan – ou du moins son fils – avait la nationalité persane alors qu’il vivait dans une province située aux confins syriens de l’Anatolie.

15 David Ezra D., né en 1907, embauché en 1928 par l’agence d’Ourfa (Urfa).

16 Muron Jacques P., né en 1892, embauché en 1910 par l’agence de Konia (Konya).

17 David Ezra D., né en 1907, embauché en 1928 par l’agence d’Ourfa (Urfa).

18 Petri Angelo M., né en 1881, embauché en 1905 par l’agence d’Uskub (Skopje).

19 Djahidé M., née en 1907, embauchée en 1928 par le siège central à Galata (Istanbul).

20 Stéphane P.-N., né en 1877, embauché en 1912 par le siège central à Galata (Istanbul).

21 Ali bin M., né en 1865, embauché en 1915 comme gardien par l’agence de Diarbékir (Diyarbekir).

22 Muron Jacques P., né en 1892, embauché en 1910 par l’agence de Konia (Konya).

23 David Ezra D., né en 1907, embauché en 1928 par l’agence d’Ourfa (Urfa).

24 Djahidé M., née en 1907, embauchée en 1928, par l’agence de Stamboul.

25 David Ezra D., né en 1907, embauché en 1928 par l’agence d’Ourfa (Urfa).

26 Stéphane P.-N., né en 1877, embauché en 1912 par le siège central à Galata (Istanbul).

27 D. Oglou Farouk, né en 1913, embauché en 1929 par l’agence de Baïbourt (Bayburt).

28 Daoud Elias K., né en 1904, embauché en 1928 comme garçon de bureau à Nablus (Naplouse).

29 Ali bin M., né en 1865, embauché en 1915 comme gardien par l’agence de Diarbékir (Diyarbekir).

30 Démètre P., né en 1881, embauché en 1908 par l’agence de Salonique (Thessaloniki).

31 Thésée Théodore P., né en 1884, embauché en 1909 par l’agence de Beyrouth.

32 Djahidé M., née en 1907, embauchée en 1928, par l’agence de Stamboul.

33 Stéphane P.-N., né en 1877, embauché en 1912 par le siège central à Galata (Istanbul).

34 Dossier de Marcel G., né en 1884, embauché en 1906 par l’agence de Sivas ; feuille de renseignements de l’agence de Sivas, 6 février 1906.

35 Dossier de Marcel G., né en 1884, embauché en 1906 par l’agence de Sivas ; lettre du directeur de l’agence de Sivas à la direction générale, 10 juin 1907.

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Feuille de personnel de la Banque impériale ottomane, 1er feuillet
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/618/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Illustration 2. Feuille de personnel de la Banque impériale ottomane, 2e feuillet
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/618/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Illustration 3. Feuille de personnel de la Banque impériale ottomane, 3e feuillet
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/618/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Titre Illustration 4. Feuille de personnel de la Banque impériale ottomane, 4e feuillet
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/618/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Titre Illustration 5/Illustration 6
Légende Au bas de l’échelle, les gardes, souvent affublés d’un costume local qui jure étrangement avec le paysage alpin du studio de photographe (ill. 5), mais aussi les cavas et garçons de bureau, dont la pose trahit souvent le statut extrêmement modeste (ill. 6)…
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/618/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre Illustratiion 7/Illustration 8
Légende … même si certains, portant uniforme, ne manquent pas d’afficher une certaine superbe (ill. 7). Dans le cas des employés de bureau, les « indigènes », surtout musulmans, se distinguent souvent pas un port du fez, malgré un accoutrement souvent moderne (ill. 8).
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/618/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Illustration 9/Illustration 10
Légende Étrangers et non musulmans portent souvent le chapeau et affichent des attitudes plus ou moins décontractées, allant de celle de gratte-papier (ill. 9) à celle de l'élégant aux moustaches retroussées (ill. 10).
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/618/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre Illustration 11/Illustration 12
Légende Les femmes n’apparaissent vraiment que dans les années 1920 et adoptent souvent des poses rêveuses et soumises (ill. 11), même si le voile des musulmanes cache parfois la féminité qu’elles ont tendance à afficher (ill. 12).
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/618/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 129k

Auteur

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable