Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Biographies et récits de vie

 | 
Kmar Bendana
, 
Katia Boissevain
, 
Delphine Cavallo

Biographies et récits de vie

Exploiter les données d’entretiens biographiques en sociologie

Le cas des trajectoires socioprofessionnelles et militantes tunisiennes

Michaël Béchir Ayari

Texte intégral

  • 1 L’expression usuelle « récit de vie » a une connotation orale relative à la narration mais compren (...)
  • 2 En l’occurrence une thèse de doctorat sous la direction de Michel Camau, professeur à L’Iep d’Aix- (...)

1À bien des égards, les querelles méthodologiques sont mues par des logiques de conquête d’une légitimité dans le champ universitaire. Les partisans de telle ou telle méthode essaient à grands renforts de publications de montrer la pertinence scientifique et sociale de leur entreprise, c’est-à-dire leur capacité à observer et à analyser le réel afin de le maîtriser. Les différences méthodologiques stricto sensu sont radicalisées et justifiées par des partis pris philosophiques présentés comme inconciliables. De notre point de vue, on ne peut pas intenter de procès méthodologiques in abstracto ; réaliser des entretiens biographiques et utiliser des données biographiques1 n’est légitime que conformément à une certaine ontologie du social et à la nature du questionnement sociologique. Dans le cadre de notre travail de recherche intitulé « Trajectoires socioprofessionnelles et engagement politique en Tunisie des années 1960 à aujourd’hui »2, nous faisons l’hypothèse qu’une approche en terme de carrière et une reconstitution de biographies d’acteurs protestataires doivent permettre de comprendre la configuration actuelle de l’espace politique oppositionnel tunisien et, partant, les mutations du militantisme contemporain. À ce titre, les données biographiques constituent une part prépondérante du matériau empirique. De ce fait, nous ne pouvons faire l’économie d’une réflexion systématique sur les problèmes réels que pose l’usage de ces données en sociologie.

2Dans cet article, nous articulerons notre réflexion en trois temps. Nous essayerons de montrer, à travers quelques brefs exemples, que reconstruire des trajectoires biographiques ne revêt un intérêt qu’en fonction d’une conception du social, de l’individu et de la socialisation. Ensuite, nous présenterons notre problématique de recherche, son articulation avec le terrain tunisien, et les différentes opérations qu’il convient de mettre en œuvre pour exploiter les données biographiques dans un esprit scientifique.

La dynamique de la socialisation

  • 3 La meilleure formulation de cette critique est, à nos yeux, celle de Jean-Paul Sartre (1964) : « Q (...)

3Lorsque Pierre Bourdieu publie L’illusion biographique en 1986, l’enjeu de sa démarche n’est pas uniquement de relayer les diatribes séculaires contre les reconstructions artificielles de la cohérence d’une vie individuelle3 mais également de montrer comment relire une « trajectoire » individuelle, donc sociale et évolutive, à la lumière de la théorie des champs sociaux et de l’habitus. Dans cette mesure, une trajectoire est pour Bourdieu (1986, 71) « une série de positions successivement occupées par un même agent dans un espace lui-même en devenir et soumis à d’incessantes transformations » :

« […] Les événements d’une vie se définissent comme des placements et déplacements dans l’espace social, autrement dit, dans les différents états successifs de la structure de la distribution des différentes espèces de capital qui sont en jeu dans le champ considéré […]. On ne peut comprendre une trajectoire qu’à condition d’avoir préalablement construit les états successifs du champ dans lequel elle s’est déroulée, donc l’ensemble des relations objectives qui ont uni l’agent considéré à l’ensemble des autres agents engagés dans le même champ et affrontés au même espace des possibles. »

4Ici, les événements biographiques sont, d’un certain point de vue, l’actualisation d’un habitus. Les champs sociaux sont certes évolutifs, mais les agents changent de position à la faveur d’événements biographiques qui ne redéfinissent pas la manière dont l’acteur reconsidère le nouvel univers des possibles qui s’offre à lui. Le « champ des possibles » est en fait un champ des probables. Même si Pierre Bourdieu parle par ailleurs de stratégie de reconversion (Bourdieu, Boltanski et Saint-Martin, 1973), cette grille de lecture sous-estime l’importance des repositionnements sociaux en termes de pratiques, de représentations et d’identité qui sont irréductibles au passage d’un habitus de la puissance à l’acte, c’est-à-dire à son actualisation. Les données biographiques n’ont ainsi d’utilité que dans l’illustration des déplacements individuels dans l’espace social somme toute objectivable avec de simples données qualitatives.

5Il en va tout autrement, par exemple, lorsque l’on se rapporte à la démarche de l’anthropologue David G. Mandelbaum (1973). Selon lui, une vie comprend des ajustements continuels et des « adaptations » périodiques. L’ « adaptation » est un processus, chaque personne doit tout au long de sa vie établir de nouveaux schèmes de comportement pour s’ajuster à de nouvelles conditions. Un individu dispose de moyens pour s’adapter. Il peut à des moments clés de sa vie (carrefours biographiques) endosser de nouveaux rôles sociaux et se forger une autre conception du monde. À chaque carrefour, l’individu rencontre des opportunités et des empêchements qui peuvent l’aider ou le freiner dans ce processus d’ajustement. Dans cette optique, connaître grâce à une reconstruction biographique les différentes réponses que l’individu formule en fonction des nouvelles contraintes dans lesquelles il est inséré, revêt une importance fondamentale puisque cela permet de mettre en lumière les logiques sociales qui président à la redéfinition de ses raisons d’agir et les phénomènes de reconfiguration de son identité sociale.

  • 4 Le mot carrière vient de l’anglais « career ». Précisons que « career » renvoie au sens français d (...)
  • 5 Ou par sa socialisation primaire.

6Cette approche de l’interaction entre l’individu et le social, héritière de la tradition d’anthropologie culturelle nord américaine, rejoint les soubassements théoriques du schéma interactionniste de la carrière développé initialement par Howard Becker (1985). La carrière4, au sens large, est le produit croisé d’une décision subjective (transaction, négociation, conflit, abstention) et de l’objectivité d’une contrainte de cheminement (cursus préétabli dans une institution ou un groupe social) (Passeron, 1989). Cette conception réintroduit une dimension processuelle dans l’interprétation des actions et des pratiques sociales. Les activités sociales sont considérées dans une perspective dynamique, autrement dit leurs modalités concrètes de déroulement sont appréhendées comme autant de paliers qui en infléchissent la trajectoire générale. Corrélativement, le sens que l’acteur donne à ses activités est vu comme évolutif non plus dans le sens exclusif d’une actualisation d’un système de représentation fondé par sa position objective dans l’espace social5 mais en ce qu’il est le produit d’une adaptation, voire d’un calcul utilitaire. Dans cette perspective, reconstruire des trajectoires permet de rendre compte du « réseau continu d’interprétations subjectives qui guident la conduite des individus, pour autant que les raisons d’agir sont d’abord analysées en tant qu’elles nous renseignent sur le travail d’ajustement, à chaque étape de la carrière, entre une décision subjective et les contraintes objectives » (Agrikoliansky, 2002, 62-63).

  • 6 Même si leurs postures théoriques divergent sur de nombreux points citons néanmoins : Peneff, 1988 (...)

7En France, dès les années 1990, de nombreux sociologues puis politologues se sont orientés vers cette conception dynamique de la socialisation6. Les événements qui jalonnent le cycle de vie sont l’occasion de nouvelles situations sociales, de rencontres avec d’autres acteurs qui sont autant de microsocialisations redéfinissant l’identité sociale et le système de représentations sociales de l’acteur. L’héritage de Durkheim, de Weber, de la sociologie bourdieusienne, de l’anthropologie culturelle et de l’école de Chicago est habilement intégré. L’identité sociale est ainsi, pour Claude Dubar (1991, 304) :

« […] un processus de construction et de reconnaissance d’une définition de soi qui est, à la fois, satisfaisante pour le sujet lui-même et validée par les institutions qui l’encadrent et l’ancrent socialement en le catégorisant […]. Elle est bien le produit de la socialisation mais celle-ci n’est plus seulement ni d’abord la transmission d’un capital économique et culturel, mais aussi la constitution d’une “expérience sociale”, une “expérimentation progressive”, par et dans la biographie, à travers le passage dans des institutions mais aussi les rencontres avec des autres différents et structurants. »

8Cela étant, cette importance conférée aux événements biographiques dans le processus de socialisation illustre le caractère dynamique des phénomènes de reconfiguration de l’identité et du système de représentations. L’explication en termes de variables lourdes perd de son poids explicatif au profit de la mise en évidence des expériences qui traversent le cours de la vie individuelle. De ce point de vue, reconstruire une trajectoire biographique n’est plus une tentative de donner du sens à des aléas, mais bien un mode de connaissance du social, autrement dit une entreprise sociologique légitime.

9Bien sûr, cette reconstruction ne constitue pas en elle-même un objet sociologique. Elle n’est qu’un moment de la démarche scientifique et ne prend tout son sens qu’en fonction du questionnement sociologique qui l’invite à se déployer. À cet égard, notre travail de recherche fait largement appel aux données biographiques dans la démarche de l’administration de « la preuve ». Par conséquent, à partir du moment où le traitement de matériau biographique devient indispensable dans le cadre de la recherche, il convient d’expliciter les différentes opérations méthodologiques qui rendent possible son utilisation dans un esprit scientifique. Mais avant cela et afin de comprendre ce qui nous a conduit à exploiter ce genre de matériau, nous allons présenter brièvement les étapes de la construction de notre objet.

Comprendre les trajectoires biographiques et l’engagement politique des opposants tunisiens

  • 7 Fillieule, 2001 ; Bennani-Chraïbi et Fillieule, (dir.), 2003.

10Tout d’abord, nous nous situons globalement dans la problématique des travaux d’Olivier Fillieule7 sur la question des mutations du militantisme. Ce champ de recherche, appelé également sociologie de la protestation, intègre en premier lieu la posture théorique que nous avons décrite plus haut. Celui-ci ne se limite pas à la recherche des prédispositions sociales de l’acte de militer, la dimension diachronique et le caractère fluctuant de l’engagement sont sans cesse réinjectés dans l’analyse. L’engagement individuel est étudié en tant que pluriel, dynamique (extension, rétraction) et dialectique (abandon, reconversion). L’intérêt heuristique est évident puisque les pratiques militantes ne sont pas réduites à une catégorie nominaliste dont la seule propriété est d’être déterminée par un habitus inaliénable ou par une motivation idéologique transhistorique. Il intègre également les acquis théoriques sur la pluralité des rôles sociaux (Lahire, 1998), ce qui conduit à souligner l’inscription des acteurs dans de multiples mondes et sous-mondes sociaux qui peuvent rentrer en conflit, et à considérer au niveau de l’explication de l’engagement militant la carrière militante (antérieure et présente) et la carrière professionnelle (entrée dans la vie active et sortie de la vie active, mobilité professionnelle), à reconstituer la succession des événements au sein de chaque « ordre d’expérience » et l’influence de chaque niveau d’expériences vécues sur tous les autres.

  • 8 Pour Daniel Gaxie (1977), le militantisme s’analyse principalement comme une contrepartie des grat (...)
  • 9 Entre autres, McAdam et Wiltfang, 1991 ; Fendrich, 1977.

11Au niveau de l’étude plus précise du militantisme en tant que pratique et des organisations militantes perçues avant tout comme des cadres structurant ces pratiques, Olivier Fillieule utilise les acquis des travaux de Daniel Gaxie (1977) sur les rétributions du militantisme8 et se fait un des principaux traducteurs des études nord-américaines sur les dimensions sociales de l’engagement politique9. Puis il tisse une relation conceptuelle entre l’engagement militant considéré du point de vue de l’individu, la période sociohistorique et la forme de l’offre politique caractéristique de ce cadre historique. Pour ce faire, il n’a qu’à rencontrer le concept de « carrière » de Becker (1985) qui articule les trajectoires individuelles aux contextes dans lesquels celles-ci se déroulent. Enfin, il aboutit à cette définition opérationnelle de la carrière militante dont la déclinaison est congruente avec une reconstruction pertinente des trajectoires biographiques individuelles à l’aide de récits de vie ou d’entretiens biographiques :

« La notion de carrière permet […] de mettre en œuvre une conception du militantisme comme processus, de travailler ensemble les questions de prédispositions au militantisme, du passage à l’acte, des formes différenciées et variables dans le temps prises par l’engagement, de la multiplicité des engagements le long du cycle de vie (défection et déplacement d’un collectif à un autre, d’un type de militantisme à un autre) […]. L’étude des carrières militantes articule l’analyse des trajectoires individuelles avec l’espace dans lequel s’exercent les activités sociales considérées, et le ou les groupements dans lesquels s’exercent ces activités […], prend en compte des contextes socio politiques […], rapporte les propriétés génériques des individus et ses raisons d’agir aux transformations de l’espace dans lequel s’inscrit l’engagement (image publique, composition sociale et numérique, l’évolution de l’ensemble des mouvements sociaux et des mutations politiques) […], prend en compte l’apprentissage social des expériences et permet d’articuler les changements dans la sphère des engagements publics avec les changements dans la carrière professionnelle. »
Fillieule, 2001, 208.

  • 10 Les caractéristiques sociologiques des militants agissent en retour sur les modes d’action et d’ex (...)

12Malheureusement, même si ce champ d’investigation pointe également en direction du Maghreb et du Moyen-Orient, la Tunisie n’a jamais été retenue comme terrain de recherche. Pourtant la diversité de ses cycles de protestation et les réponses étatiques correspondantes permettraient d’appréhender une richesse empirique de trajectoires militantes, notamment en termes de reconversion et de défection. Les fluctuations dans la reconnaissance des organisations contestataires (reconnues, illégales, réprimées) influent sur les caractéristiques de l’offre politique et, en conséquence, sur les possibilités d’engagements individuels. Ce faisant, les cycles de répression et les périodes d’autoritarisme augmentent le coût de cet engagement, ce qui agit rétroactivement sur les formes de militantisme et les caractéristiques sociologiques des militants composant ces organisations10. En effet, à partir de 1963, Bourguiba tente de verrouiller toute velléité contestataire. Peu après le dit « complot yousséfiste » de décembre 1962 et les premières applications concrètes de la politique de planification et de collectivisation, Bourguiba interdit le Parti communiste tunisien, son organe de presse El Talia, et le journal, proche de ce même parti, La Tribune du progrès de Slimane Ben Slimane. Alors que les tendances de gauche deviennent majoritaires dans le syndicat étudiant, l’Union générale des étudiants tunisiens, Bourguiba place une nouvelle direction à sa tête. En 1964, il intègre l’Union générale des travailleurs tunisiens aux options réelles du parti, met au pas le journal El Sabah de tendance nationaliste arabe, crée une Haute Cour de justice et imbrique étroitement les instances de l’État et du parti devenu unique. Alors qu’en France les étudiants tunisiens, en réponse à la tentative de mainmise destourienne sur la syndicat étudiant, se regroupent et créent le Groupe d’étude et d’action socialiste tunisien (Geast), les premières promotions de l’université bourguibienne, de concert avec la direction du GEAST qui rentre en Tunisie en 1964, entament les premières contestations estudiantines au cœur des campus, en plein centre de Tunis, dopées par la force des idéologies « marxistes » et nationalistes arabes. Les différents acteurs traversés par des courants protestataires majoritairement représentés par le Parti communiste tunisien, les nationalistes arabes (nassériens ou baathistes) et le Geast ou le groupe Perspectives, inaugurent ainsi une activité militante qui glisse doucement vers la pratique clandestine et entre de plus en plus en confrontation avec les projets professionnels et les possibilités objectives de mobilité sociale ascendante de ses militants.

13Le coût des engagements augmente corrélativement. Les pratiques militantes, ainsi que leurs enjeux, revêtent une nouvelle forme qui, pour les acteurs concernés, devait avoir une incidence concrète sur leur vie future. Les acteurs les plus impliqués dans ces mouvements de contestation seront, pour la plupart, condamnés lors du procès politique de septembre 1968, torturés et emprisonnés. En 1977, le régime de Bourguiba s’ouvre relativement, la Ligue des droits de l’homme est créée entraînant dans son sillage d’anciens « perspectivistes ». Les revues de tendance islamique sont légalisés, El Maarifa, El Mujtama’a, puis Er-Raï. Le Mouvement des démocrates socialistes et le Parti d’unité populaire naissent officiellement, le Parti communiste est de nouveau autorisé. Sous la pression de sa base militante et en raison de conflits internes au groupe dirigeant du régime, L’Ugtt de Habib Achour entame une confrontation qui aboutira aux événements de janvier 1978, à une répression sans concession et à une nouvelle mise au pas de la centrale syndicale. Après l’incursion d’un commando armé de Tunisiens, soutenu par la Libye et par les « services algériens », à Gafsa en janvier 1980, le gouvernement est contraint d’ouvrir le marché politique alors totalement absorbé par les luttes de factions rivales autour de la succession de Bourguiba dont l’état de santé s’aggrave.

  • 11 Ces derniers sont néanmoins amoindris par un fort capital social et culturel alimentés par les rés (...)

14Depuis le début des années 1980, il est frappant de constater la persistance des mêmes acteurs sur la scène protestataire. Les phénomènes de reconversion sont fréquents, les passages du pouvoir à la contestation en témoignent. Les moments fondateurs de l’expérience militante ont pratiquement tous eu lieu au lycée ou à l’université, les postes de responsabilités revenant soit à des acteurs bénéficiant d’une culture familiale militante (notamment à travers la figure de l’oncle ou du grand frère), soit à des acteurs, notamment certains « perspectivistes », pour qui le militantisme a représenté une forme de socialisation voire d’acculturation. Des familles élargies vont même jusqu’à se faire les principaux vecteurs de tendances idéologiques particulières. À l’inverse, des familles de riches commerçants, par exemple, voient l’ensemble d’une fratrie investir tous les courants politiques, du pouvoir à la contestation la plus radicale. Tantôt l’expérience militante s’engouffre dans la brèche ouverte par l’ouverture du marché politique pour devenir un capital accumulé. Tantôt un exil forcé, un statut de réfugié politique obtenu tardivement ne permet pas à l’acteur de se reconstituer un capital scolaire et aboutit à des situations de déclassement objectifs11. De 1970 à 1979, différentes crises éclatent, grèves ouvrières, manifestations étudiantes, les acteurs des premières contestations estudiantines sortent de prison, d’autres y rentrent. La culture politique des organisations ne s’accumule pas de manière cohérente ; les nouveaux étudiants de l’université – recrutés sur des critères moins « élitistes » étant donné la massification de l’enseignement supérieur – rencontrent et alimentent les nouvelles orientations ouvriéristes du groupe Perspectives devenu El-Amel el-tounsi. Les procès politiques s’enchaînent, les exils de militants vers la Libye, l’Algérie, la France se multiplient.

15À partir de ces constatations, nous nous sommes demandé comment les différents niveaux d’expériences vécues de l’individu (professionnel, familial) s’articulaient pour rendre compte des investissements différenciés dans la carrière militante. En d’autres termes, nous nous sommes posé une série de questions relevant à la fois de la problématique des logiques sociales du militantisme, de l’articulation du champ politique et du champ professionnel, du rôle des relations familiales et matrimoniales sur la militance proprement dite et de l’incidence de l’engagement politique sur les biographies individuelles.

16Quelle est par exemple l’origine sociale et régionale du militant ? Y a-t-il une « culture familiale » de l’engagement ? Sa carrière professionnelle a-t-elle été influencée par son expérience militante ? Quelles sont les conséquences de cette activité sur sa biographie ? Y a-t-il eu une forme de capitalisation des expériences militantes en terme de constitution d’un capital social, politique, culturel qui a orienté sa trajectoire professionnelle ? Y a-t-il eu professionnalisation politique ? Son projet professionnel, matrimonial a-t-il été formulé en fonction de l’évolution prise par ses activités militantes ou, a contrario, l’engagement a-t-il été congruent avec le projet professionnel ou matrimonial ? Son engagement a-t-il pris moins de place dans sa vie à mesure que le coût en devenait plus important ? L’expérience carcérale, l’exil ont-ils radicalisé ses positions idéologiques ?

17Dans un autre ordre d’idées, mais sans perdre de vue les logiques sociales de l’engagement : qu’est-ce qui, pour lui, a été l’élément déclencheur de « l’adhésion à la cause » ? Par ailleurs, dans quelle mesure son militantisme a-t-il épousé les contextes sociopolitiques, les rhétoriques partisanes propres à des périodes historiques particulières, voire l’ouverture et la fermeture du marché politique ?

18Les partis pris idéologiques ne répondent-ils pas finalement davantage à une stratégie de mobilité sociale ascendante ? Les clivages sociaux, politiques, religieux ne sont-ils pas impuissants à rendre compte de la pluralité des engagements d’un individu au cours du temps ? Par delà les explications partisanes en terme d’opportunisme ou de « retournement de veste », ne doit-on pas relativiser la « force contraignante » du caractère idéologique de l’engagement et tenter de comprendre les fonctions sociales que ce dernier a pu remplir au sein d’une vie individuelle plurielle ?

19Il semble, par exemple, que l’accès à un nouveau statut socioprofessionnel, principal générateur de défections militantes, reste subordonné au réseau de relations constitué ou consolidé durant les expériences militantes. Les alliances matrimoniales sont également intéressantes à objectiver puisque, malgré certains déclassements induits par le militantisme, l’origine régionale, familiale et sociale reprend pour ainsi dire ses droits, assurant une homogamie qu’un rapide examen de la situation socioprofessionnelle n’aurait pas permis de déceler.

  • 12 Excepté Ennahda.
  • 13 En l’occurrence français.

20Par la suite, étant donné la structuration du champ politique tunisien qui apparaît majoritairement « élitaire » – c’est-à-dire accaparé dans son ensemble par un certain type d’acteurs occupant des positions dominantes dans des champs sociaux distincts du champ politique –, nous nous sommes démarqués d’une réflexion stricto sensu sur le militantisme pour nous intéresser plus particulièrement à l’incapacité des groupes d’opposition12 à développer des instances de socialisation politique. De fait, il semblerait qu’aujourd’hui les caractéristiques sociologiques particulières (statut socioprofessionnel, origine familiale et régionale) des figures emblématiques de l’opposition structurent les modalités de leur socialisation politique davantage que les organisations politiques dans lesquelles elles peuvent être amenées à évoluer. Les récents mouvements pétitionnaires sont investis par les élites socioprofessionnelles de Tunis et des principaux centres urbains. On retrouve des universitaires, des médecins, des avocats qui bénéficient d’une protection de la part d’associations professionnelles internationales, des milieux d’intellectuels jouissant d’une bonne insertion dans les réseaux d’Ong internationales et des fédérations des droits de l’homme (Fidh, Amnesty international, Reporters sans frontière…) (Camau et Geisser, 2003). Par exemple, certains acteurs des associations des droits de l’homme ou des partis d’opposition sont, dans une certaine mesure, privés d’une base sociale et militante dans laquelle ils se reconnaîtraient sociologiquement. En outre, l’externalité de ces groupes, induite par l’exil de leurs dirigeants et de leurs principales structures, est doublée d’une coupure avec les « masses » qui leur confère une dimension militante irréductible aux préoccupations du champ social et politique tunisien. Même si différentes actions, comme un appel demandant la libération de prisonniers politiques, amènent de nombreux groupes d’opposition à se retrouver sur une plate-forme commune, les fronts uniques politiques sont neutralisés en raison de la fermeture actuelle du marché politique, de l’absence de « jeunes » militants, de la persistance de clivages organisationnels qui émanent davantage d’une lutte pour la conquête d’une légitimité institutionnelle dans le champ « associatif » étranger13.

21Les formes des engagements individuels semblent ainsi déterminées par les contingences des histoires de vie. À cet égard, on peut citer des acteurs comme Moncef Marzouki, fondateur du congrès pour la République, ancien président de la Ligue des droits de l’homme, ou Kamel Jendoubi, président du Comité contre la répression et pour le respect des libertés en Tunisie. Les caractéristiques sociales et professionnelles de ces acteurs et leurs différentes expériences sociales ont donc pu contribuer, au cours du temps, à modeler l’identité des organisations protestataires et la forme même des pratiques militantes, en parallèle avec l’évolution des contextes sociohistoriques et politiques.

  • 14 À ce propos, voir les réflexions de Claudine Attias-Donfut (1988, 176 et 181) : « Nommer une génér (...)

22Conjointement, nous n’avons pas défini a priori des générations politiques tunisiennes. Cela ne nous a pas paru pertinent étant donné la diversité des parcours qui se profilent sous l’apparente unité de comportement politique objectivé a posteriori par la démarche historienne14. Notre recherche couvre une période relativement longue : de 1963 à aujourd’hui. Ces quarante dernières années d’une énorme complexité sociohistorique représentent, de notre point de vue, le cadre temporel au sein duquel une grande partie des carrières militantes et professionnelles des opposants tunisiens se sont déclinées.

  • 15 Quelle que soit la nature de leur engagement idéologique, il semblerait que leurs luttes puissent (...)
  • 16 Répression qui a pu être instrumentalisée à des fins de mobilisation par les groupes dont ils fais (...)

23Notre population d’enquête se limite tout d’abord aux acteurs qui ont milité dans la perspective de construction d’un espace contestataire15. Ensuite, nous nous focalisons davantage sur les « grands témoins », c’est-à-dire ceux qui ont le sentiment d’avoir participé aux événements de leur temps, d’avoir eu prise sur leur cours et « construit leur identité sur une action volontaire et consciemment interprétée, quel qu’ait été le niveau de responsabilité ou d’action réelle » (Voldman, 1992). Nous marquons également une préférence pour les militants ayant acquis une certaine visibilité sociale, que ce soit par le caractère public de leur engagement ou par celui de la répression dont ils ont pu être les sujets16. En Tunisie, la période qui va de 1963 à 1979 par exemple, a vu éclore des engagements politiques très divers portés par un certain nombre d’acteurs identifiables. Ces derniers ont eu des trajectoires socioprofessionnelles et politiques variées dont la mise au jour peut permettre non seulement de comprendre de nombreuses dimensions sociales du militantisme, mais également des pans entiers de l’histoire des groupes d’opposition, notamment estudiantins, qui ont été négligés jusqu’à présent par les sciences de l’homme. Conséquemment, les dynamiques des parcours militants des acteurs ou ex-acteurs de l’opposition politique tunisienne présentent une richesse heuristique certaine qui reste néanmoins subordonnée à un fort degré d’exigence méthodologique lors de leurs objectivations.

  • 17 Notamment les alliances matrimoniales, les relations affinitaires qui peuvent éclairer les stratég (...)
  • 18 Nous avons effectué environ soixante entretiens d’une durée moyenne de trois heures chacun.

24Ainsi notre démarche consiste en une reconstruction de trajectoires biographiques dans leur pluralité (dissociation des différents champs, prise en compte de leur articulation et de leur dynamique, objectivation des réseaux de sociabilité17) et une analyse sociale des périodes historiques et de l’offre politique dans une perspective diachronique. À ce stade de notre recherche, nous avons commencé à recourir à l’entretien biographique18. Étant donné la rareté des écrits sur ce type d’acteurs, le « récit de vie » demeure un outil privilégié capable de construire, toutes choses égales par ailleurs, de nombreuses données de type biographique. Or, recourir à cette technique, a fortiori avec des militants politiques, suscite un faisceau d’interrogations sur la scientificité de l’entreprise.

L’analyse des données biographiques

  • 19 L’expression est de Dominique Schnapper cité par Voldman, 1992.

25En premier lieu, nous devons commencer par rechercher, dans la parole des enquêtés, des traces de pratiques objectivables ; sans pour autant muer l’exercice en une suspicion systématique, nous devrons suivre des procédures de vérification des données grâce à des recoupements avec d’autres entretiens et un travail sur les traces écrites lorsqu’elles existent, bref une réflexion sur la véracité des faits relatés dans ces « archives provoquées »19. Cependant, force est de constater que cette posture objectiviste poussée à son terme, c’est-à-dire une remise en cause radicale du statut de la parole, dénote un abandon de la démarche compréhensive, ce qui n’est pas notre perspective.

  • 20 Cassirer cité par Dubar et Demazière, 1997.

26En effet, dans ce cas, la subjectivité exprimée lors d’un entretien n’est plus une bonne entrée dans le champ du social considéré avant tout comme extérieur à la conscience individuelle ou indépendant de ses manifestations individuelles. Le langage en tant qu’expression de la subjectivité est ainsi traité comme un leurre qui ne doit pas tromper le sociologue « objectiviste » car, comme le dit le vieil adage, « les individus font ce qu’ils ne disent pas et disent ce qu’ils ne font pas ». Or, à la lumière de linguistes comme Cassirer20, le langage apparaît davantage comme une activité, non pas un instrument au service de la pensée mais ce par quoi une production du sens est possible. Il est un processus par lequel le réel se constitue ; il est surtout une activité de mise en forme, une matrice de production de formes différentes de conception du moi et du monde.

  • 21 Étymologiquement : « Cumprendere », prendre avec soi.

27Ce faisant, pour la sociologie compréhensive, il est possible et nécessaire de « se mettre à la place de l’acteur », de comprendre21 le sens visé de ses actions. Ce sens peut se rattacher à une forme de rationalité. Il est compréhensible parce que typique, c’est-à-dire modélisable par rattachement à un tableau général de pensée (idéaux-types). Ainsi, une des voies d’accès à ce sens subjectif est le recueil et le traitement compréhensif des paroles de sujets engagés dans des activités sociales comparables (Dubar et Demazière, 1997). Ce qui peut apparaître dans une perspective causale et durkheimienne comme un effet de biais et, dans la lignée de Max Weber, comme une manière de comprendre l’activité sociale et les raisons d’agir des acteurs. De notre point de vue, il est clair que les discours doivent être traités avant tout comme des motifs, des justifications ou des rationalisations a posteriori. En la matière, un ancien dirigeant de l’UGTE a reformulé son engagement au sein d’Ennahda comme une vocation à défendre les libertés publiques, la démocratie et les droits de l’homme ; un membre du Comité contre la répression et pour le respect des libertés en Tunisie a insisté sur la précocité de son opposition au régime de Ben Ali. Ces reconstructions sont intéressantes non pour leur valeur historiographique mais parce qu’elles nous montrent, d’une part, dans quelle mesure les rhétoriques partisanes du moment, socialement acceptées dans l’espace public normé, sont présentées par des acteurs comme les seules légitimes et, d’autre part, comment des militants de l’opposition laïque essaient de donner une cohérence et une unicité à leur prise de position partisane en se démarquant des acteurs qui « auraient été aveuglés à cause de leur opportunisme et de leur ambition par l’arrivée de Ben Ali au pouvoir le 7 novembre 1987 », et en les inscrivant dans la longue durée.

  • 22 « Un ancien qui disparaît c’est une bibliothèque qui brûle ».
  • 23 Aux États-Unis, l’American Oral History est fondée en 1967, alors que la montée du tiers-mondisme (...)
  • 24 Tout groupe a une histoire et construit son identité à travers sa mémoire collective. Ce sont les (...)

28Ensuite, n’oublions pas que, dans le cadre de notre recherche, les entretiens biographiques, en offrant un cadre spatial, temporel, voire institutionnel, à une prise de parole peuvent être légitimement considérés par des enquêtés comme une occasion de reformuler la mémoire et l’identité d’un groupe. Nous avons déjà constaté cela lors d’entretiens réalisés auprès des dirigeants historiques du groupe Perspectives. Alors que les « bibliothèques brûlent » pour reprendre le proverbe africain22, les ex-militants eux-mêmes cherchent à revenir sur leur passé et à réunir le matériel politique de l’époque. Un entretien biographique avec un élément extérieur au groupe permet ainsi de reconstruire le passé, d’en tirer un bilan, d’une manière beaucoup plus légère que la rédaction d’un écrit. Une trace écrite signée personnellement est une prise de position irréversible, tandis qu’un récit oral livré à un enquêteur est beaucoup moins lourd de conséquences. Les enjeux derrière ce « désir de mémoire » peuvent très bien être d’ordre politique, à long terme ou à court terme. Le sens construit au cours de l’entretien porte ainsi les stigmates de projets qui dépassent de loin le simple cadre de la recherche. Ce n’est pas un hasard si d’une manière plus générale, le développement de l’histoire orale est étroitement lié à des enjeux identitaires ou politiques23. Car recomposer son histoire ou celle d’un groupe auquel l’individu a conscience ou non d’appartenir, forcer les faits, les souvenirs plus ou moins réels, à entrer dans des modèles sociaux, illustre les principes de fonctionnement de la mémoire collective théorisés par Halbwachs (1994 et 1997)24. Évoquer le passé suppose un jugement sur le présent qui renvoie lui-même à des avenirs possibles anticipés. Bien entendu, les activités discursives des enquêtés sont autant de moyens pour comprendre les itinéraires individuels et les enjeux de mémoire du point de vue de l’acteur. Or, cela suppose une analyse systématique des stratégies langagières des enquêtés.

  • 25 Ce code narratif est également un produit de l’interaction avec le chercheur (Dubar et Demazière, (...)

29Effectivement, lors d’un entretien biographique, le narrateur sélectionne et ordonne les événements qu’il juge importants. Il met en œuvre un code narratif qui préexiste partiellement à la situation d’entretien et qui est affiné au cours de l’entretien lui-même25. En déployant un code narratif, il met en intrigue :

« [Il] organise les éléments consécutifs d’un récit de manière à ce qu’ils constituent une énigme ou un problème à résoudre, il les introduit comme autant de pièces à conviction dans un procès, d’arguments dans une démonstration. Il transforme une suite chronologique en une argumentation logique (une série d’après, ensuite, un enchaînement de donc, parce que, de ce fait) et fait une histoire à raconter avec une thèse à défendre. »
Dubar et Demazière, 1997.

  • 26 Ils sont également l’occasion de microsocialisations.
  • 27 Plus précisément, une forme d’analyse par opposition consistant à décomposer les signifiants (subs (...)

30En ce sens, toujours selon C. Dubar et D. Demazière, il est nécessaire de mettre au jour ce qui sous-tend un discours argumentatif, c’est-à-dire en saisir l’intentionnalité, le sens visé. En d’autres termes, il s’agit d’objectiver l’ordre catégoriel qui organise la structure du discours. La première étape consiste à coder les entretiens en reprenant les trois niveaux de discours de Roland Barthes (1981), soit les épisodes du récit (la chronologie), les éléments du récit qui mettent en scène des « actants »26 (des personnages qui agissent, interviennent, jouent un rôle dans le récit) et le niveau de narration, c’est-à-dire la présence de thèses, de propositions destinées à convaincre. Les auteurs mettent ensuite en œuvre une analyse structurale27 et cherchent des homologies entre les entretiens afin de découvrir une logique discursive commune.

31Ainsi, sans nécessairement opérer une analyse aussi poussée, afin de profiter du potentiel heuristique fourni par les données biographiques, nous devons analyser autant que possible les récits biographiques et ne pas simplement faire confiance au pouvoir de « l’imagination sociologique » (Mills, 1983).

  • 28 Voir les remarques de Ferrarotti, 1983.
  • 29 C’est d’ailleurs ce qui fut reproché au travail de Thomas et Znaniecki, les principaux promoteurs (...)

32En définitive, il est utile de rappeler qu’utiliser des vies individuelles reconstruites a un intérêt sociologique dans la mesure où l’analyste donne aux biographies un rôle heuristique actif28. Dans le cas contraire, celles-ci permettent tout au plus d’illustrer une théorie particulière29. En fait, le problème fondamental dans l’usage de données biographiques réside dans la volonté initiale du chercheur d’accorder un crédit aux cadres de signification et aux représentations sociales des enquêtés. Lorsque les individus sont considérés comme des « idiots culturels », autrement dit comme des agents incapables de comprendre les véritables tenants et aboutissants des structures sociales qui les déterminent, leurs points de vue sur les rapports sociaux dans lesquels ils sont insérés sont intéressants à condition qu’ils confirment ce que pense le sociologue. Si l’analyste fait un effort pour « comprendre » sérieusement les « raisons d’agir » des acteurs tout en évitant d’établir a priori une grille de classification arbitraire de ces raisons d’agir, il est amené à réajuster ses explications sociologiques à partir du « monde vécu » des acteurs. Cela suppose d’injecter une dose significative d’induction dans la démarche sociologique. Dans cette optique, des sociologues comme B. G. Glaser et A. L. Strauss (1967) sont allés jusqu’à faire de l’induction à partir des données empiriques la première opération de la démarche sociologique. L’adoption d’hypothèses a priori devrait être remplacée par une problématique de recherche suffisamment large ; puis, par comparaison systématique des données au fur et à mesure de leur recueil, une Grounded Theory devrait découler d’une manière inductive. Sans pour autant s’aligner sur cette posture, il n’en demeure pas moins que se focaliser sur la construction d’hypothèses sans va-et-vient réflexif avec le terrain, en s’évertuant de valider l’a priori, réduit les biographies « à une fonction de contrôle, elles ne nous enseignent rien qui ne soit déjà dans le modèle formel et refoule dans le champ résiduel ce qui n’est pas généralisable » (Dubar et Demazière, 1997). Leur intérêt et, partant, leur légitimité sont donc sérieusement mises à mal.

33Pour reconstruire des trajectoires biographiques, notamment celles de personnages « publics », des informations complétant les entretiens sont essentielles. La reconstruction d’un « parcours », comme le note Aïssa Kadri (1999, 40), nécessite une saisie, à la fois, « d’histoires de vie, d’itinéraires, de biographies construites, de productions intellectuelles, de pratique de savoirs, de filiation de savoirs, de filiation et d’intervention dans le champ social, culturel et politique ». Ce travail sur les « traces » écrites, lorsqu’elles existent, est indispensable et relève, entre autre, d’une consultation d’articles de presse sur toute la période couverte, d’une recension de documents originaux (tracts, pétitions, fascicules de propagande, documents internes aux organisations, etc.), d’études de discours officiels, d’autobiographies ou de biographies construites par un tiers comme les hagiographies. Ici, d’un point de vue méthodologique, il convient bien entendu d’être attentif à la nature des sources ; là aussi, elles constituent à leur manière des « mises en intrigue » historiques. Une réflexion sur les conditions et les fonctions latentes de leur production permettra d’éclairer davantage les enjeux politiques, professionnels et sociaux dans lesquels la trajectoire biographique du militant étudié s’est insérée au cours du temps.

34Exploiter des données biographiques en sociologie n’est pas un simple pari méthodologique, encore moins un acte de foi. La construction et l’analyse de ce type de données ne prennent tout leur sens qu’à la lumière des développements théoriques qui considèrent la socialisation comme un processus « balistique ». De fait, connaître les différentes expériences qui jalonnent la vie individuelle permet de mieux saisir l’évolution des représentations et des pratiques des acteurs sociaux. L’entretien biographique, et plus largement le recours à des données biographiques, deviennent indispensables et donc légitimes d’un point de vue sociologique. Dans notre travail de recherche, la reconstruction des trajectoires socioprofessionnelles et politiques que nous proposons est congruente avec cette perspective, tout en intégrant l’apport des derniers travaux sur le militantisme qui appréhendent l’engagement politique en terme de carrière dynamique et fluctuante qui interagit avec les autres dimensions sociales de la vie individuelle. Le terrain tunisien, malgré sa richesse heuristique, ne doit pas oblitérer la nécessité d’une réflexion systématique sur la compréhension des raisons d’agir des enquêtés et sur la logique argumentative que le narrateur déploie au cours de l’entretien biographique. Quelles que soient les procédures d’analyse de discours que l’on peut mettre en œuvre, l’intérêt sociologique des données biographiques ne peut se révéler pleinement qu’à l’issue de l’injection d’une dose d’induction dans la démarche sociologique et d’un travail réflexif sur les enjeux qui entourent la production des sources écrites.

Bibliographie

Bibliographie

Agrikoliansky E., 2002, La Ligue française des droits de l’homme et du citoyen depuis 1945, Paris, L’Harmattan.

Attias-Donfut C., 1988, Sociologie des générations, Paris, Puf.

Barthes R., 1981, L’analyse structurale du récit, Paris, Le Seuil.

Becker H., 1985, Outsiders, Paris, Métailié.

Bennani-Chraibi M. et Fillieule O., (dir.), 2003, Résistances et protestations dans les sociétés musulmanes, Paris, Presses de Sciences Po.

Blumer H., 1939, Critiques of Research in the Social Sciences: an Appraisal of Thomas and Znaniecki’s “The Polish Peasant in Europe and America”, New-York, Social Science Research Council.

Bourdieu P., 1986, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 62-63, 69-72.

Bourdieu P., Boltanski L. et Saint-Martin M., 1973, « Les stratégies de reconversion », Information sur les sciences sociales, vol. 12, n° 5, 61-113.

Camau M. et Geisser V., 2003, Le syndrome autoritaire. Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, Presses de Sciences Po.

Cassirer E., 1972, La philosophie des formes symboliques, Paris, Éditions de Minuit.

Corcuff P., 1995, Les nouvelles sociologies, Paris, Nathan.

Dubar C., 1991, La socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles, Paris, Armand Colin.

Dubar C. et Demazière D., 1997, Analyser les entretiens biographiques. L’exemple de récits d’insertion, Paris, Nathan.

Dubet F., 1994, Sociologie de l’expérience, Paris, Le Seuil.

Fillieule O., 2001, « Post scriptum : propositions pour une analyse processuelle de l’engagement individuel », Revue française de science politique, vol. 51, n° 1-2, 199-215.

Fendrich J. M., 1977, « Keeping the faith or pursuing the good life: a study of the consequences of participation in the Civil rights movement », American Sociological Review, vol. 42, n° 1, 144-157.

Ferrarotti F., 1983, Histoire et histoires de vie, Paris, Librairie des Méridiens.

Galland O., 1992, Sociologie de la jeunesse, Paris, Armand Colin.

Gaxie D., 1977, « Économie des partis et rétributions du militantisme », Revue française de science politique, vol. 27, n° 1, 123-154.

Glaser B. G. et Strauss A. L., 1967, The Discovery of Grounded Theory. Strategies for Qualitative Research, Chicago, Aldine.

Halbwachs M., 1994 (1925), Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel.

Halbwachs M., 1997 (1950), La mémoire collective, Paris, Albin Michel.

Kadri A., (dir.), 1999, Parcours d’intellectuels maghrébins, Paris, Karthala.

Lahire B., 1998, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Nathan.

Legrand J.-L., 2000, Définir les histoires de vie, sus et insus « définitionnels », Crise (laboratoire des sciences de l’éducation Paris VIII), texte en ligne sur www.barbierrd.nom.fr/definirHdV.pdf - 24 juin 2005.

Mandelbaum G.-D., 1973, « The study of life history: Gandhi », Current Anthropology, vol. 14, n° 3, 177-206.

Mcadam D. et Wiltfang G. L., 1991, « The costs and risks of social activism: a study of sanctuary movement activism », Social Forces, vol. 69, n° 4, 987-1010.

Mills W., 1983, L’imagination sociologique, Paris, Maspero.

Passeron J.-C., 1989, « Biographies, flux, itinéraires, trajectoires », Revue française de sociologie, vol. 21, 3-22.

Passeron J.-C., 1991, Le raisonnement sociologique. L’espace non poppérien du raisonnement sociologique, Paris, Nathan.

Peneff J., 1988, La méthode biographique, Paris, Armand Colin.

Sartre J.-P., 1964, Les mots, Paris, Gallimard.

Trebitsch M., 1992, « Du mythe à l’historiographie », Les cahiers de l’IHTP, 21 novembre, numéro en ligne sur www.ihtp.cnrs.fr.

Voldman D., 1992, « La bouche de la Vérité ? La recherche historique et les sources orales », avant-propos, Les cahiers de l’IHTP, 21 novembre, numéro en ligne sur www.ihtp.cnrs.fr.

Notes

1 L’expression usuelle « récit de vie » a une connotation orale relative à la narration mais comprend, à la fois, des paroles et des écrits tout comme le terme « histoire de vie », excepté qu’il fait davantage penser à une activité de connaissance historique. Étant donné la polysémie de ces notions, nous utiliserons le terme « entretien biographique » pour qualifier un entretien de recherche approfondie permettant la production d’un discours narratif par un enquêté, dans lequel ce dernier met sa vie ou une partie de sa vie en intrigue, et la formule « données biographiques » pour désigner des données de source orale ou écrite ayant pour objet une vie particulière. Sur ce point, voir : Legrand, 2000.

2 En l’occurrence une thèse de doctorat sous la direction de Michel Camau, professeur à L’Iep d’Aix-en-Provence.

3 La meilleure formulation de cette critique est, à nos yeux, celle de Jean-Paul Sartre (1964) : « Que peut-on savoir rétrospectivement d’un homme compte tenu de sa vérité plurale des manifestations aléatoires du moi, de l’absence d’unité de l’identité, du manque d’unité, de cohérence de la vie telle qu’elle a été vécue ? Qu’est-ce finalement qu’une biographie sinon une manière d’unifier les connaissances du scripteur selon un enchaînement vraisemblable de faits, de conduites, de sentiments et d’émotions selon une cohérence produite par celui qui opère la totalisation des informations, en bref le résultat d’une logique imposée par la forme même du récit biographique. Cette conciliation abusive de couches de significations hétérogènes et irréductibles n’est que le résultat d’une pré-construction du sens ». Claudine Attias-Donfut (1988, 233) répond à Sartre : « La construction continuelle d’une vie dans un processus actif d’intégration des hasards, des imprévus, des discontinuités produit sa propre cohérence interne […] elle est inhérente au processus même de construction du système psychique et cognitif dans sa profonde détermination sociohistorique assurant la perpétuation du vécu antérieur qui, dans la mesure où il est constitutif de l’être, a valeur de présent. Quels qu’en soient les oublis, les pertes, la somme des expériences vécues subsistent à travers les marques imprimées dans la structure psychique et cognitive, dans la mémoire et le savoir, réalisant l’imprégnation d’une durée sociale et historique symbolisée en retour dans une durée commune et socialement construite ».

4 Le mot carrière vient de l’anglais « career ». Précisons que « career » renvoie au sens français de carrière (idée de grimper les échelons d’une hiérarchie, de réussir dans un domaine d’activité particulier) mais est également synonyme de vie.

5 Ou par sa socialisation primaire.

6 Même si leurs postures théoriques divergent sur de nombreux points citons néanmoins : Peneff, 1988 ; Dubet, 1994 ; Galland, 1992 ; Lahire, 1998 ; Dubar, 1991 ; Corcuff, 1995 ; Fillieule, 2001 ; Agrikoliansky, 2002.

7 Fillieule, 2001 ; Bennani-Chraïbi et Fillieule, (dir.), 2003.

8 Pour Daniel Gaxie (1977), le militantisme s’analyse principalement comme une contrepartie des gratifications offertes.

9 Entre autres, McAdam et Wiltfang, 1991 ; Fendrich, 1977.

10 Les caractéristiques sociologiques des militants agissent en retour sur les modes d’action et d’expression publiques comme c’est le cas actuellement pour les groupes et proto partis d’opposition en exil (création de sites Internet, missions auprès des institutions européennes et des Ong internationales, recours à la médiation internationale à travers des prises de parole dans la presse francophone, etc.).

11 Ces derniers sont néanmoins amoindris par un fort capital social et culturel alimentés par les réseaux affinitaires constitués durant la période militante.

12 Excepté Ennahda.

13 En l’occurrence français.

14 À ce propos, voir les réflexions de Claudine Attias-Donfut (1988, 176 et 181) : « Nommer une génération n’est-ce pas produire un symbole historique et créer une mémoire ? » […] « la procédure qui consiste à associer un événement (mémorisé ou mythifié) à une génération relève d’une mémoire collective qui elle-même appartient à plusieurs générations » […] « Une génération reçoit mission d’assumer du passé ce en quoi le présent veut se reconnaître. »

15 Quelle que soit la nature de leur engagement idéologique, il semblerait que leurs luttes puissent s’analyser plus en terme de construction d’une scène protestataire qu’en fonction d’une stratégie impulsée par la possibilité objective de prendre le pouvoir politique.

16 Répression qui a pu être instrumentalisée à des fins de mobilisation par les groupes dont ils faisaient partie, et qui les a rendus visibles malgré eux.

17 Notamment les alliances matrimoniales, les relations affinitaires qui peuvent éclairer les stratégies des acteurs.

18 Nous avons effectué environ soixante entretiens d’une durée moyenne de trois heures chacun.

19 L’expression est de Dominique Schnapper cité par Voldman, 1992.

20 Cassirer cité par Dubar et Demazière, 1997.

21 Étymologiquement : « Cumprendere », prendre avec soi.

22 « Un ancien qui disparaît c’est une bibliothèque qui brûle ».

23 Aux États-Unis, l’American Oral History est fondée en 1967, alors que la montée du tiers-mondisme et du mouvement noir déclenche l’intérêt pour les exclus et les immigrés. En Italie, l’histoire orale se propose, dans la foulée des mouvements de 1968, de « rendre la parole » aux ouvriers d’usine, aux militants politiques, au monde des vaincus, dans la perspective d’une reconquête d’identité. En France, à la même époque, des mouvements autonomistes (occitan et breton) utilisent les sources orales afin de redécouvrir un passé culturel dans le monde rural ; puis se développent mémoires, biographies politiques, livres, entretiens, collections de récits de vie des humbles et des sans-grades. Voir à ce sujet : Trebitsch, 1992.

24 Tout groupe a une histoire et construit son identité à travers sa mémoire collective. Ce sont les individus qui se souviennent en intériorisant, selon un assemblage qui leur est propre, les mémoires des collectivités qu’ils ont traversées. C’est en sélectionnant ce qui dans le passé est utile à l’action présente que la mémoire des groupes est transmise.

25 Ce code narratif est également un produit de l’interaction avec le chercheur (Dubar et Demazière, 1997).

26 Ils sont également l’occasion de microsocialisations.

27 Plus précisément, une forme d’analyse par opposition consistant à décomposer les signifiants (substantif, verbe ou équivalent), les propositions signifiées (adjectif, adverbe ou équivalent), les réduire à l’expression la plus simple à l’aide de mots-clés. Ils recherchent ensuite des oppositions entre couples notionnels, réduisent le texte en conséquence et obtiennent la base d’une interprétation de l’univers idéologique, symbolique et cognitif de l’individu.

28 Voir les remarques de Ferrarotti, 1983.

29 C’est d’ailleurs ce qui fut reproché au travail de Thomas et Znaniecki, les principaux promoteurs des récits de vie au sein de la première école de Chicago dans les années 1920, en référence à Blumer (1939), cité par Ferrarotti, 1983.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable