Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ville et l’urbain dans le Monde arabe et en Europe

 | 
Pierre Robert Baduel

Synthèses des ateliers doctoraux

Ville représentée, ville pratiquée

Nora Bouaouina, Keira Feninekh, Tarik Ghodbani, Edna Hernàndez Gonzàlez, Charles-Édouard Houllier-Guibert, Clarisse Lauras, Leïla Msilta et Julie Roland

Texte intégral

1Lorsque huit jeunes chercheurs issus de disciplines diverses s’intéressent au thème « Ville pratiquée, ville représentée », la quête d’une définition commune des mots s’oriente vers une position consensuelle. L’objectif premier de ce texte concerne plus le déroulement de sa construction que le résultat. Huit chercheurs architectes, sociologues, géographes, démographes, historiens ou historiens de l’art, sont parvenus à s’entendre sur des définitions, puis à proposer des exemples issus de leurs travaux ou de lectures liées à leur recherche. Au final, nous présentons quelques études de cas mis en hypothèse ou bien vérifiés selon l’état des recherches de chacun. Concernant plusieurs villes du monde, ces exemples sont découpés autour d’une problématique à laquelle nous proposons une réponse acceptée par tous.

Approches théoriques

2À partir de la distinction faite par M. Lussault (1993), nous proposons trois rapports entre l’individu, le groupe et la ville :

  • la spatialité qui est la ville pratiquée ;
  • la territorialité qui est l’ensemble structuré de représentations formant l’image d’une ville dont la pratique n’est pas forcément complète ;
  • la citadinité omni-englobante en tant qu’ensemble de représentations et de pratiques liées à la Ville et non seulement à une ville.

3Les trois niveaux sont moins à concevoir hiérarchiquement qu’en itération permanente mais ils posent la question de la prégnance de l’un sur les autres selon chaque individu.

4Après des discussions qui ont d’abord porté sur les représentations, puis sur le lien entre la ville pratiquée et la ville représentée, nous avons constaté que nous étions un peu vite passés sur l’expression « ville pratiquée » qui semblait initialement faire consensus sans discussion. Finalement, nous avons aussi échangé sur ce point afin d’observer comment des formules polysémiques pouvaient être appréhendées par les filtres que sont les approches de recherche de chacun. Au final, un schéma accepté par tous saisit la dialectique suivante.

  • 1 Ces deux vecteurs sont analysés dans les travaux de Ch.-E. Houllier-Guibert pour saisir l’influenc (...)

5Ce schéma montre qu’un individu ou un groupe, selon qu’il pratique ou non une ville, en a des représentations, parfois basées sur son cheminement urbain, parfois sur des images engendrées par d’autres vecteurs comme les médias de masse ou le bouche à oreille1.

  • 2 Pour D. Jodelet (1984, 357-378) la représentation est d’abord un processus social, établi par une (...)

6Pour comprendre l’idée de représentation, terme défini par des chercheurs de nombreuses disciplines2, nous partons de l’idée de construction sociale de la réalité (T. Luckman et P. Berger, 1996). Représentée ou réelle, la ville n’en reste pas moins qu’une somme de significations données à l’espace (Ch.-E. Houllier-Guibert, 2005) formant vérité pour chacun. Nous postulons que la ville pratiquée tout autant que la ville représentée sont des formes de représentation qui diffèrent selon que l’individu est présent ou non dans l’espace. Les deux expressions sont définies communément de la manière suivante :

La ville pratiquée ne se comprend pas dans son acception la plus large mais plut t selon un rapport complexe d’échelles. Il s’agit avant tout de penser la ville dans un processus temporel, à partir d’un cheminement physique, que ce soit à travers une déambulation quotidienne et/ou ponctuelle. La pratique de la ville se pose comme un investissement des lieux, que ce soit en l’habitant, en la traversant ou en la survolant. Tous ces usages, tous ces mouvements dans la ville évoquent en partie un imaginaire, une représentation de celle-ci. L’extrait de Julien Gracq sur l’« habiter » tant mental que physique, argumente cette définition : « Habiter une ville, c’est y tisser par ses allées et venues journalières un lacis de parcours très généralement articulés autour de quelques axes directeurs. Si on laisse de c té les déplacements liés au rythme du travail, les mouvements d’aller et de retour qui mènent et de la périphérie au centre, puis du centre à la périphérie, il est clair que le fil d’Ariane, idéalement déroulé derrière lui par le vrai citadin, prend dans ses circonvolutions le caractère d’un pelotonnement irrégulier », (J. Gracq, 1985, 1).

Schéma n° 1. Représentations de la ville

Schéma n° 1. Représentations de la ville
  • 3 L. Msilta précise qu’habiter la ville c’est aussi opter pour un choix d’ancrage aux lieux par l’or (...)

7L’ampleur de la définition de la ville donnée par Pierre Riboulet (1998) implique l’idée de ville pratiquée, considérée comme un ensemble complexe regroupant des fonctions différentes, façonnée par son site et son histoire. Dans la plupart des cas, elle se présente comme « un mélange de formes en permanente évolution. Il y a donc dès l’abord une certaine difficulté de lecture qui entra ne une difficulté de compréhension. La chose est rendue plus compliquée encore par le fait qu’il existe un décalage temporel entre la production des formes urbaines et leurs usages ». Il s’agit là d’une des nombreuses « idées de ville ». Ainsi L. Msilta s’intéresse à la ville pratiquée à travers les lieux appropriés par les habitants, dans un rapport centre/périphérie, que ce soit par les modes d’accès à ces espaces ou les formes et morphologies qui se dessinent. Dans ses recherches, l’insertion résidentielle des individus s’avère un élément déterminant les formes et modes d’appropriation de l’espace urbain, o l’on interpelle la régularité ou l’irrégularité de l’habitat (le cas des habitations illicites ou informelles dans les pays du Maghreb), et les formes ou morphologies urbaines de l’habiter3 qui renvoient à la typologie d’habitat (habitat collectif ou individuel).

  • 4 La structuration de l’espace est une production commune des individus qui utilisent les mêmes repè (...)
  • 5 Voir K. Lynch, 1982.

« La ville représentée est une construction mentale qui lui donne un sens. À travers les terrains respectifs de thèse, deux approches des représentations de la ville se défendent. D’une part, la représentation imagée appliquée par les acteurs professionnels que sont les producteurs d’image-marketing traités dans les travaux d’E. Hernandez-Gonzalez et Ch.-E. Houllier-Guibert concernent aussi les espaces qui n’ont jamais été pratiqués. K. Feninekh parle aussi de la ville en tant que représentation iconographique, ce qui renvoie à la construction d’une image particulière pensée par les aménageurs ou les architectes, thème qui concerne les travaux de J. Roland et C. Lauras. D’autre part, dans son travail, N. Bouaouina traite de la représentation à partir de la construction et la reconstruction mentale d’images sur la base d’informations repérées dans l’espace par les déplacements des acteurs ordinaires4. Elle s’inscrit dans la mouvance des travaux de K. Lynch qui parle de l’image de la ville comme élément de repère. L’image pour K. Lynch est construite à partir de la synthèse de la perception et des expériences perceptives antérieures. Ces travaux5 présentent des méthodes d’intervention et de planification urbaine qui prennent en compte la qualité sensorielle à l’échelle régionale et locale ».

  • 6 Jean-Louis Subileau, directeur de la SAEM Euralille et directeur délégué de la SAEM Val-de-Seine d (...)

8La définition de la « ville représentée » a moins fait consensus et les exemples suivants illustrent cette polysémie. Ainsi, New York en tant que ville jamais pratiquée par une femme habitant Tunis existe pour elle à partir des images mentales qu’elle a développées grâce à de multiples vecteurs (téléfilms américains, formation scolaire, actualité médiatique,…). Cette ville fait partie de ces espaces pour lesquels « on en parle autant – plus bien souvent – qu’on y marche » (M. Lussault, 1993). Ch.-E. Houllier-Guibert précise qu’à l’échelle de la France, Paris est filmée, aussi bien par l’industrie cinématographique que par le journalisme, à tel point qu’une balade à Paris laisse constater que chaque rue du centre de la ville a son monument médiatisé. Aller du Louvre à l’Opéra, en passant par la Comédie française et la Bibliothèque nationale Richelieu se fait sur une courte distance. On peut alors émettre l’hypothèse qu’il est plus aisé qu’ailleurs, pour un Français, de se repérer dans le centre de Paris lors de sa première visite puisqu’il connaît de nom et d’image les rues, places et monuments. Dans chaque coin de rue du centre-ville, il aperçoit une image de la télévision. Aujourd’hui, beaucoup de Français connaissent les rues de Paris sans même y avoir séjourné car ils s’y sont baladés en véhicule audiovisuel. Cette idée est soutenue par les acteurs de la ville que sont les producteurs d’image-marketing des villes. Ces derniers considèrent que « la ville est d’abord une image mentale, on n’a pas besoin de la parcourir. On peut connaître la Tour Eiffel ou Versailles sans jamais y être allé [ou bien] la tour de Portzamparc à Eurallile, qui est devenue le symbole du renouveau de la métropole. C’est pour cette raison que je crois à la force de l’architecture. Non pas en elle-même mais en tant que symbole, catalyseur de fierté collective »6. Pour autant la « ville représentée » ne peut se déconnecter de la ville pratiquée et les exemples détaillés plus loin, à partir de l’apport de l’architecture dans l’imagerie urbaine mais aussi dans l’orientation des pratiques urbaines, traités par J. Roland et C. Lauras expliquent le lien entre ville pratiquée et ville représentée.

  • 7 Qui consiste à faire dessiner par un individu le plan de l’agglomération où il vit.

9À l’inverse, N. Bouaouina donne un exemple de représentation de l’espace par la pratique de la ville. Elle se réfère aux travaux de J. Pailhous (1970) sur la représentation de la ville par des chauffeurs de taxis parisiens basée sur leur pratique : la connaissance du réseau formé par les grands axes sert de structure de base, à partir de laquelle il devient possible d’établir les relations entre les points secondaires et les points principaux, cela par un calcul d’approximation avec la destination. Les mécanismes d’apprentissage du réseau routier sont aussi efficaces chez les anciens chauffeurs que les débutants. Dans les deux cas, pour atteindre leur but, les chauffeurs mettent en œuvre une stratégie de déplacement qui consiste à prendre dans chaque carrefour la voie qui fait un angle avec le lieu destiné. Dans le même sens, A. Lagopoulos (1977) affirme qu’« un fait certain demeure : chaque individu voit le monde à partir de son corps et il est impossible de comprendre l’action humaine sans connaître les déplacements, la mobilité. Les représentations cognitives doivent être pratiques et utiles. Le filtre retient surtout, pour les pratiques quotidiennes, tout ce qui est essentiel et indispensable à la survie. Par exemple, un individu aperçoit surtout les parcours qui sont importants pour lui ». E. T. Hall précise que cela peut provenir de l’apport culturel des individus qui apprennent, dès leur jeune âge, à éliminer ou à retenir des types d’éléments pour organiser l’espace et le percevoir. Ils apprennent à se servir de certains sens au détriment d’autres, et donc à privilégier certaines sensations. L’étude anthropologique de E. T. Hall, ou encore les études sociales de P.-H. Chombart de Lauwe (1977) montrent que l’espace social est limité et reflète l’appartenance à un groupe social. Ces études sont prolongées aux États-Unis par la méthode des cartes mentales7 : l’espace dessiné par un citadin est d’autant plus vaste que son niveau socio-économique est élevé. Pour autant, la pratique peut rester réduite, comme le montrent les travaux de J. Palmade : les trajets d’une jeune fille du 16e arrondissement de Paris, de classe économique supérieure, se trouvent limités à Paris même, avec peu d’intrusion dans l’est et le sud de la ville. Par son niveau social, sa connaissance de l’espace doit être importante mais la pratique de cet espace reste réduite.

10Ces exemples démontrent que la coexistence de ces deux rapports à la ville, pratiquée et/ou représentée, pose la question de l’ascendance de l’une sur l’autre. D’autant que ces rapports concernent souvent des populations différentes (les habitants qui pratiquent la ville d’un c té et de l’autre c té les touristes, entrepreneurs, leaders d’opinion … qui pensent la ville avant d’y venir).

Études de cas

11À partir de l’idée que la ville représentée influence la ville pratiquée et inversement, nous proposons une série d’exemples issus de travaux de thèse en cours et aussi de diverses lectures. La première série d’exemples concerne les situations o les représentations parviennent à modifier les pratiques de la ville. Les études de cas de la seconde partie ont comme point commun de mettre en lumière des pratiques de la ville qui orientent ou atténuent des représentations.

Les représentations de la ville modifient-elles les pratiques urbaines ?

Réactions de la population locale face aux actions en faveur de l’image de la ville à Lyon et Montpellier

  • 8 La politique de décentralisation et la création de l’Union européenne seront des facteurs d’amplif (...)
  • 9 Au début des années 1990 plusieurs villes anglaises, Manchester, Newcastle, Liverpool, Leeds, Card (...)

12Jusqu’aux années 1980, Lyon était identifiée comme « une ville laborieuse, industrielle et sans vie nocturne » (J.-M. Deleuil, 2000, 53). Ainsi, au début des années 1990, plusieurs dispositifs en termes de politique des espaces publics sont mis en place dans la ville, encouragés par divers facteurs8. Un des principaux objectifs était de doter la « ville d’une nouvelle identité, autre que celle d’une ville industrielle couche-tôt ». Pour modifier l’image de la ville, une logique de marketing territorial touche actuellement les grandes capitales européennes comme Barcelone, Berlin, Londres ou Édimbourg, notamment sur le plan de la ville nocturne9.

13Dans le cas de Lyon, on trouve une politique éphémère axée sur la requalification de l’espace public nocturne, à partir du design d’illumination architectural et urbain, instrumentalisé par le Plan Lumière de la ville (fig. 1). Ce dernier s’est appuyé sur un événement phare : le « Festival de Lumières ». À partir d’entretiens semi-directifs et d’observation nocturne, E. Hernàndez Gonzàlez constate que l’évolution des représentations de la ville modifie les pratiques, aussi bien chez les habitants que chez les touristes. L’offre culturelle, les loisirs et les services nocturnes s’intègrent de plus en plus dans la pratique quotidienne des habitants, aboutissant à une nouvelle appropriation de l’espace urbain (photo 1).

Figure n° 1. Plan Lumière pour la ville de Lyon

Figure n° 1. Plan Lumière pour la ville de Lyon

14Dans sa thèse, Ch.-E. Houllier-Guibert rappelle que Montpellier s’est targuée d’être une métropole surdouée dans les années 1980 (M. Rosemberg, 2000), via le marketing publicitaire. Afin de correspondre au statut qu’elle affiche, Montpellier a constitué une palette d’éléments métropolitains et a allié les deux perspectives proposées par A. Mons (1989) que sont le patrimoine et l’innovation : tout en étant ville de l’intelligence artificielle, elle conserve son image historique, culturelle et méditerranéenne (A. Bailly, R. Scariati, 1999). Dès 1988, le Corum (centre des congrès), puis le quartier Antigone et son urbanisme olympien, ainsi que le quartier de Port Marianne qui fraie un accès direct à la mer, sont autant d’éléments qui ont promu la métropole languedocienne. Cette promotion urbaine, avec la construction de l’ensemble néoclassique Antigone par R. Bofill, devait offrir un déplacement du centre vers l’est de Montpellier, avec un quartier moderne et complet (centre commercial, centre sportif, marché, médiathèque, logements et autres). Mais vingt ans après, le centre a peu changé, la place de la Comédie et ses alentours restent le lieu de vie des Montpelliérains. L’hypothèse peut être faite que la création de monumentalité et de densité voulue pour une image de puissance métropolitaine donne une sensation d’étouffement et d’intimidation dans la pratique de ce lieu.

Photo n° 1. Mise en lumière de la rue de la République à Lyon, 2006

Photo n° 1. Mise en lumière de la rue de la République à Lyon, 2006

L’apport d’un projet urbain modifiant la composition sociale et les pratiques quotidiennes du centre-ville de Bilbao

15Connaissant un lent déclin de ses activités industrielles depuis la fin des années 1970, Bilbao vivait avec une image de ville noire et peu attractive. Pour retrouver une économie florissante, elle est partie à la conquête du label Guggenheim, franchise porteuse d’espoir pour une mutation économique de la ville. Dix ans plus tard, l’« effet Guggenheim » est patent (A. Guash et J. Zulaika, 2007) : en transformant l’image d’une ville, par un projet architectural et urbain, il est possible de recréer une dynamique socio-économique modifiant les composantes notamment sociales de la ville. La promotion faite tant par la ville que par la fondation Guggenheim a propulsé l’édifice en icône de la fin du xxe siècle. L’architecture de Frank Gehry devient le symbole de la ville qui retrouve une image positive, par un geste architectural. Le Guggenheim n’attire pas pour la collection du musée, puisque la programmation est composée uniquement d’expositions, mais pour l’objet architectural en lui-même, dont le potentiel d’image devient source de renouveau économique. J. Roland observe qu’une modification de la composition sociale de Bilbao s’opère à partir d’un réaménagement entourant l’édifice. Le pourtour du Guggenheim est profondément modifié dans un attrait touristique : l’évocation de Bilbao renvoie exclusivement au Guggenheim, la ville étant plut t sans image extralocale par ailleurs. Cet aspect touristique s’est doublé d’une organisation d’événements (congrès, foire, colloque), toujours dans une idée de passage dans la ville, notamment dans le palais des congrès, situé à c té du musée. La ville crée de nouvelles activités (restaurants, h tels) et se recompose autour d’une population en transit ou en court séjour. Dans une analyse spatiale de cette zone centrale à Bilbao, l’objet Guggenheim et les aménagements du centre promus ont entra né une revalorisation des terrains et un déplacement de la population la moins aisée vers d’autres quartiers. Cette perte d’appropriation de terrains par la population locale s’accompagne d’un changement économique dans la ville, en passant d’une économie plut t secondaire vers une économie tertiaire (A. Guash, J. Zulaika, 2007). Le centre ne devient, dans la pratique, qu’animé le jour avec une concentration de la population active et il se dépeuple la nuit. La pratique de la ville se ferme sur une activité de passage et dans une activité de consommation de service qui, au final, tend à évincer les « locaux ».

L’image prestigieuse d’Hydra attire les sièges internationaux : impacts sur les pratiques micro-locales des habitants

16Un phénomène proche est constaté dans le travail de N. Bouaouina sur Hydra, ville de la wilaya d’Alger (plus de 30 000 habitants). Hydra, les espaces urbains sont aérés et prédominent des résidences individuelles. La ville est réputée comme la commune la plus sécurisée de la région algéroise parce qu’y résident de nombreux étrangers (corps diplomatique, grandes entreprises, banques), mais aussi l’élite algérienne politique, militaire et économique. De par ces populations, Hydra est perçue dans la société algérienne comme symbole de la modernité et de l’ascension sociale.

Photo n° 2. Hydra. La tour de Sonatrac sort de terre au milieu d’un quartier résidentiel, 2004

Photo n° 2. Hydra. La tour de Sonatrac sort de terre au milieu d’un quartier résidentiel, 2004

17Au sein de cette commune, l’État a implanté un complexe prestigieux de bureaux, dont une tour (siège de la Sonatrac, société nationale de pétrole) (photo 2). S’étant intéressée dans ses enquêtes à la pratique quotidienne des habitants de catégorie sociale moyenne, N. Bouaouina a constaté que la déstructuration de la morphologie urbaine a engendré de nouvelles pratiques, les habitants étant soumis aux contraintes du passage dense et régulier du personnel de la Sonatrac. Ainsi, les personnes âgées qui se rencontraient et s’installaient devant leurs habitations, pour préserver le lien de voisinage se regroupent désormais à l’intérieur d’un magasin. Les habitants circulent moins à pied en raison de l’augmentation de la circulation automobile qui traduit l’installation massive des administrations et des commerces. Ces nouvelles activités se sont installées à proximité des habitations individuelles, voire au rez-de-chaussée de celles-ci, ce qui réduit le sentiment de l’entre-soi des populations. Certains habitants ont choisi de fermer les impasses publiques en installant des portails. Ce qui entra ne la disparition progressive du quartier comme espace de vie (N. Bouaouina, 2006). Les classes moyennes résidentes sont obligées d’adapter leur mode d’habiter et l’espace public local est assez profondément reconfiguré (photo 3).

Photo n° 3. Hydra. Juxtaposition des maisons individuelles et de la tour administrative, 2007

Photo n° 3. Hydra. Juxtaposition des maisons individuelles et de la tour administrative, 2007

18Si à Hydra, l’intervention étatique s’est limitée à quelques installations dans des quartiers résidentiels, certains projets, réalisés ou non, vont plus loin dans la reconfiguration d’un quartier, voire d’une cité dans son ensemble.

De la « machine à habiter » corbuséenne à la machine à laver, la pratique de la villedes élites

  • 10 CIAM : Congrès internationaux pour l’architecture contemporaine. Ces congrès furent créés en 1928 (...)

19Vue à partir des élites (hommes politiques ou planificateurs), la ville est révélée comme une dystopie, lieu o rien n’est comme il devrait être selon C. Ealham (2006, 45) et comme un nécessaire « retour à l’ordre » par une incorporation des classes ouvrières aux modes de vie bourgeois. Les architectes-urbanistes du mouvement moderne et leurs héritiers ne considèrent pas la ville comme une complexité sociale, mais plut t comme une nécessaire harmonisation des différences entre toutes les catégories sociales. Plus particulièrement, ils s’intéressent aux classes ouvrières dont l’image est associée à l’ivresse, au jeu, à la prostitution ou à la maladie (GATEPAC, AC). Dans leur esprit, abusé par son mode de vie, l’ouvrier n’est pas conscient de sa déviance et le plan urbain devient le moyen de retour à la norme. Toutefois, son intégration dans la ville bourgeoise se projette en marge de cette dernière. La pratique de la ville ne vaudrait que si le temps est occupé et donc productif : la notion même de « machine à habiter » de Le Corbusier renvoie à cette notion, la vie à l’intérieur du logement doit être calquée sur l’industrie pour un meilleur rendement. D’après les CIAM10, la ville moderne a quatre fonctions : habiter, travailler, se récréer et circuler. Dans une optique propagandiste, l’architecte fait valoir exclusivement la dégradation humaine comme dénominateur commun à l’accusation de la ville industrielle chaotique. Le plan Macià de Barcelone, du GATEPAC et Le Corbusier, s’amorce comme une destruction de la culture ouvrière et de son histoire, à travers la démolition des quartiers populaires et leur déplacement hors du centre et uniquement en communication avec les centres de production capitalistes. La partie intermédiaire de la ville, l’extension de Cerdà où vit la bourgeoisie catalane, n’est aucunement touchée par le remodelage. Bien qu’imparfaite, elle n’est pas le lieu d’une expérimentation moderne. La revue du groupe A.C, par ailleurs, diffuse essentiellement l’image d’une Barcelone dégradée physiquement et mentalement par sa classe ouvrière, mais n’évoque pas l’élite dirigeante de la ville dont les membres du GATEPAC font partie en tant qu’habitants de la ville de Cerdà.

  • 11 Commune d’environ 20 000 habitants aujourd’hui, Firminy est située à une dizaine de kilomètres au (...)
  • 12 L’utilisation du féminin est ici volontaire : dans les représentations et les discours, seules les (...)

20Comme en Espagne, les architectes du mouvement moderne ont œuvré en France pour l’amélioration des conditions de vie ouvrières. En proposant à Firminy-Vert11, l’introduction d’une laverie automatique publique dans un souci hygiéniste, les architectes n’ont pas fait l’unanimité parmi les utilisatrices12 du quartier qui ont continué à laver le linge à la main. Quelques années plus tard, elles préfèrent instaurer un système d’entraide par l’achat en commun d’une machine à laver et sa rotation entre locataires du quartier. Malgré la volonté de confort pour tous voulue par les penseurs de la ville et malgré la disponibilité des équipements, les pratiques des habitants ne s’ajustent pas à l’idéal des politiques. En suivant le fil de Firminy, le décalage entre représentation et pratique de la ville se confirme. L’achèvement de l’église Saint-Pierre de Firminy en 2006 fait de cette cité un des complexes corbuséens les plus importants de France. Dans le but de classer le site « patrimoine mondial de l’Unesco », la mairie a engagé une procédure de visite de la ville imposant des contraintes matérielles aux habitants, telle que la visite de l’unité d’habitation. Ainsi, la pratique touristique de l’ascenseur entrave les déplacements rapides de la population locale. Dans son travail de thèse, C. Lauras note aussi l’impossible utilisation du lieu de culte pour l’habitant qui doit payer les huit euros réglementaires mis en place par le développement touristique à cause du statut hybride de l’édifice achevé parce qu’il est une antenne du Musée d’art moderne de Saint-Étienne.

  • 13 Suivant ainsi une des phases du schéma de construction des identités nationales proposé par M. Hro (...)

21On peut prendre un autre cas pour atténuer l’impact unilatéral des architectes sur la production de la ville. À travers l’exemple méconnu d’Erevan, Taline Ter Minassian (2007) montre la mise en place d’adaptation territoriale et/ou nationale dans une cité censée bâtie sur un modèle décidé par un pouvoir central autoritaire. Dans le cadre de l’Union soviétique, Erevan, capitale actuelle de l’Arménie, dans les années 1920, n’est qu’une cité sans importance. Pour répondre au modèle des capitales symboles de l’État soviétique, il est décidé d’en faire la capitale de la nouvelle République soviétique intégrée à l’URSS. Son urbanisme et son architecture, supposées correspondre à la représentation étatique, se trouvent confrontés aux pratiques de la population locale qui adapte, parfois très discrètement, des éléments d’une architecture dite « arménienne », ferment d’une renaissance de l’identité nationale depuis le milieu du xixe siècle13, notamment grâce à l’architecte Alexandre Tamanian. De même, des conflits sur les édifices à conserver se font jour, notamment en 1935, lors de l’élaboration du second plan d’urbanisme d’Erevan. Il intervient à un moment critique pour l’urbanisme soviétique qui doit alors s’aligner sur le plan de reconstruction de Moscou. Si ce dernier était spécifique à la capitale de l’URSS, il était également fondé sur la formulation des principes d’urbanisme érigés en un véritable dogme susceptible d’être élargi à l’ensemble des villes soviétiques. Mais là encore le dogme étatique se trouve confronté aux pratiques locales, formes de résistance au pouvoir central.

La pratique de la ville peut-elle modifier ses représentations ?

22Si les représentations de la ville modifient parfois les pratiques de la ville, la relation n’est pas à sens unique et la pratique semble quelquefois prendre le pas sur les représentations, influençant ces dernières.

La pratique micro-locale des habitants modifie les pratiques touristiques et l’image de la station balnéaire d’Aïn el Turck

23Avec l’exemple d’Aïn el Turck, ville balnéaire située à quelques kilomètres à l’ouest d’Oran, bénéficiant d’une bonne image touristique auprès des Algériens depuis les années 1970. Dans son étude, T. Ghodbani montre comment les populations ont été amenées à développer de nouvelles pratiques pour plusieurs raisons. Depuis les années 1980, afin de préserver l’intimité familiale (el horma) en évitant le passage ou le va-et-vient sous les fenêtres de leurs maisons, les résidents des bords de mer occupent les interstices entre chaque propriété privée et aménagent des avancées entre la porte d’entrée des maisons et l’estran de sable (photo 4). Ces pratiques, qui sont liées aux faiblesses du cadre législatif en ce qui concerne les littoraux, sans parler des risques d’accroissement d’érosion des rivages, modifient l’image et la réputation du tourisme balnéaire dans la mesure o elles dégradent l’aspect visuel et naturel qui a fait l’image de marque d’Aïn el Turck pendant une quarantaine d’années. L’image négative véhiculée par ces pratiques est à l’origine d’une régression des fréquentations estivales, de la chute du prix de l’immobilier dans les zones proches de la mer et de l’émergence de conflits entre les habitants et les services de la ville.

Photo n° 4. Des avancées au niveau des maisons de plages à Aïn el Turck, 2007

Photo n° 4. Des avancées au niveau des maisons de plages à Aïn el Turck, 2007

Oran, Lagos et Puebla : les pratiques populaires dominantes

24Oran, capitale de l’ouest algérien, se place comme d’autres métropoles du Maghreb, dans une perspective de ville internationale. Cette ville est déjà décrite à l’époque comme « ville moderne » (R. Lespès, 2003). Actuellement, les autorités ainsi que les populations tiennent à voir Oran comme une ville du xxie siècle, ce qui n’empêche pas de rencontrer des pratiques insolites qui interpellent le passant ou l’usager de cette ville. Par exemple, à l’approche de l’Aïd el Adha (la fête du mouton), il n’est pas rare de rencontrer quelques troupeaux venus paître l’herbe des friches ferroviaires du c té du quartier de Gambetta. De même, la pratique du souk ancestral semble n’avoir jamais disparu des tissus urbains de la ville (photo 5). Ainsi, à l’occasion d’un marché hebdomadaire, une foule de commerçants prend d’assaut les espaces entre les blocs d’habitation de cités diverses, sur des aménagements de fortune, des camionnettes jouant le r le d’étalage pour les marchandises. C’est à croire que la campagne investit de ses pratiques les friches et les espaces résiduels de la ville. Ce phénomène de ruralisation est un signe patent du décalage existant entre l’espace programmé et l’espace pratiqué. C’est bien de cohabitation dont il faut parler ici, une cohabitation qui entre dans un système de complicité qui n’exclut pas les tensions, voire les conflits, entre les divers acteurs de la ville.

Photo n° 5. Oran, un marché hebdomadaire de quartier, 2005

Photo n° 5. Oran, un marché hebdomadaire de quartier, 2005

25À Puebla (132 km au sud de Mexico, près de 1,4 million d’habitants), qui fait l’objet de la thèse d’E. Hernàndez-Gonzàlez, quotidiennement à la tombée du jour, on voit une série d’activités informelles envahir, non pas la périphérie, mais les rues principales du centre-ville (photo 6), créant une ambiance semblable à celle décrite pour Oran.

26Dans le cas de Lagos et plus particulièrement du marché d’Oshodi, on voit comment une pratique peut en modifier une autre, en l’occurrence une fonction de circulation. Sur ce marché très typique de l’animation (photo 7) que connaît la ville de Lagos et l’un des plus dynamiques, les vieilles voies ferrées sont détournées de leur fonction initiale par les habitants du bidonville et sont appropriées par les commerçants et les transporteurs mais aussi par d’autres services et équipements. Derrière ce désordre apparent, on perçoit un ordre interne régi par des règles non dites et néanmoins fonctionnelles.

Photo n° 6. Centre-ville de Puebla. Rue « 5 de mayo »

Photo n° 6. Centre-ville de Puebla. Rue « 5 de mayo »

Photo n° 7. Lagos au Nigéria en 2000. Exposition « Mutations », arc en rêve centre d’architecture, Harvard, Project on the city

Photo n° 7. Lagos au Nigéria en 2000. Exposition « Mutations », arc en rêve centre d’architecture, Harvard, Project on the city

Volonté de valorisation par la perception du quartier à Draria

  • 14 L. Msilta privilégie le terme « recasement » au terme « relogement » car les familles ont bénéfici (...)

27Draria, l’une des communes périphériques d’Alger (au sud-ouest), a connu depuis la fin des années 1970 un processus de fragmentation socio-spatiale suite à l’implantation de lotissements dont la composition sociale et morphologique est hétérogène (photos 8, 9 et 10). Les pavillons individuels qu’elles occupent résultent de multiples programmes. Le premier programme dit d’« autoconstruction » s’inscrivait dans le cadre de la politique de résorption de l’habitat précaire et de la promotion de l’habitat rural ; il était destiné au recasement14 des ménages d’origine rurale qui squattaient les anciennes fermes coloniales en zone éparse, connus sous le nom d’« indus occupants » ou classés dans la catégorie des habitants de bidonvilles. Un plan-type était imposé, la maison à un seul niveau, ce qui a donné naissance à un paysage d’habitations individuelles très modestes et inachevées, dont le statut d’occupation n’est toujours pas régularisé.

28Le deuxième programme d’habitat individuel dit promotionnel a été à l’origine de lotissements horizontaux implantés à proximité des quartiers d’« autoconstruction », sur des terrains communaux plus agréables et convoités par des classes aisées et moyennes provenant des quartiers centraux d’Alger. Disposant de revenus supérieurs, les habitants de ces lotissements n’hésitent pas à exprimer ainsi leur position sociale en affichant extérieurement, à travers la façade de leurs maisons, des signes de réussite dans la mobilité sociale et de modernité.

Photo n° 8. Proximité spatiale de deux programmes d’habitat, Draria, Alger, 2001

Photo n° 8. Proximité spatiale de deux programmes d’habitat, Draria, Alger, 2001

Photo n° 9. Lotissement promotionnel, Draria, Alger, 2001

Photo n° 9. Lotissement promotionnel, Draria, Alger, 2001

29La réalisation de ces deux programmes dans des espaces voisins a créé un conflit d’image entre quartiers aux standings différents. Les habitants bénéficiaires du programme d’habitat promotionnel se sentent gênés par la proximité de populations défavorisées. Les bénéficiaires du programme d’autoconstruction sont déçus et frustrés par rapport à l’image que renvoie le quartier voisin, d’o l’engagement de leur part à négocier avec les autorités locales en vue de rompre avec le plan-type exigé. Finalement un plan architectural calqué sur celui des habitations les plus abouties a été adopté, suivi d’efforts d’embellissement des bâtiments, comme moyen de repositionnement social dans la ville par l’adoption de nouveaux modèles socioculturels marqués d’une forte aspiration à la modernité. À travers cet exemple, on voit comment les pratiques habitantes, à travers la compétition des images résultant elles-mêmes de la mise en œuvre de programmes publics différents, ont réussi à améliorer sensiblement une situation.

Photo n° 10. Draria, Alger. Lotissement en « autoconstruction », 2001

Photo n° 10. Draria, Alger. Lotissement en « autoconstruction », 2001

Conclusion : Les décalages entre ville pratiquée et ville représentée

30Quelles que soient les représentations de la ville, D. Tremblay et M.-U. Proulx (2004) ou P. Noisette (1996, 228) rappellent qu’« une image ne se décrète pas de manière immanente. Une image forcée est inopérante avec la population locale car [les gens] vivent quotidiennement sur le territoire et ne peuvent avaler des messages qui vont à l’encontre de ce qu’ils vivent ». Selon J.-F. Carrez (1991), des villes comme Toulouse, Grenoble ou Rennes ont réussi à caler leur image sur leurs capacités véritables, « ce qui est la clé de l’efficacité ». Et le même auteur d’ajouter : « en termes d’image, un risque existe toutefois lorsqu’il y a décalage entre la réalité économique et l’image donnée. L’image d’une ville surmédiatisée, soufflée par rapport à ses capacités réelles, risque à terme de se retourner contre elle. Et une ville dont l’image est déplacée par rapport à ses atouts véritables peut avoir du mal à mettre en valeur son potentiel ». Créer une image en étant proche du vécu, du quotidien des habitants avec des politiques publiques de communication qui s’évertuent à coller à l’espace pratiqué et avec les représentations de la population condamne-t-il les villes à développer des images lestées par leur architecture-urbanisme ou leur économie ? La difficulté est alors d’inventer une stratégie innovante, car l’image du quotidien des villes ne propose rien de marquant, de distinctif, sauf à prendre un tournant fort comme Bilbao, au détriment de l’impact de ces choix sur les populations les plus pauvres.

Bibliographie

Bibliographie

Bailly Antoine et Scariati Renato, 1999, Voyage en géographie, Paris, Economica.

Berger Peter et Luckmann Thomas, 1996, La construction sociale de la réalité, Paris, Masson.

Bertrand Michel Jean, 1978, Pratique de la ville, Paris, Masson.

Bouaouina Nora, 2006, « Les formes de sociabilité urbaine dans l’espace public et privé de l’habitat maghrébin : le cas de la ville d’Alger », in Pierre Wilfrid Boudreault (dir.). Génies des lieux : enchevêtrement culturel, clivages et réinventions du sujet, Sainte-Foie (Canada), Presses de l’Université du Québec.

Carrez Jean-François, 1991, Le développement des fonctions tertiaires supérieures internationales à Paris et dans les métropoles régionales, Paris, La Documentation française.

Chombart Paul Henri, 1977, La vie quotidienne des familles ouvrières, Paris, Éditions du CNRS.

Deleuil Jean-Marie et Toussaint Jean-Yves, 2000, « De la sécurité à la publicité, l’art d’éclairer la ville », Les annales de la recherche urbaine, n° 87, Paris, Centre de recherche et de rencontres d’urbanisme.

Dupont Jean-Marc et Giraud Marc, 1993, L’urbanisme lumière, Paris, Sorman.

Ealham Chris, 2005, La lucha por Barcelona : clase, cultura y conflicto, 1898-1937, Madrid, Alianza Editorial.

Fischer Gustave Nicholas, 1987, Les concepts fondamentaux de la psychologie sociale,

Paris, Presses de l’Université de Montréal/Dunod.

Gracq Julien, 1985, La forme d’une ville, Paris, José Corti.

Guash Anna Maria et Zulaika Joseiba (dir.), 2007, Aprendiendo del Guggenheim Bilbao, Akal, Madrid.

Hall Edward T., 1966, The Hidden Dimension, New York, Doubleday (trad. française, La dimension cachée, Paris, Seuil, 1971).

Houlier-Guibert Ch.-E., 2005, « L’image, une signification pour les groupes sociaux », in Imaginaire, Territoires et Sociétés, Montpellier, École d’été de géographie sociale.

Hroch Miroslav, 1985, Social Preconditions of National Revival in Europe, Cambridge, Cambridge University Press.

Issac Joseph et Grafmeyer Yves, 2000, L’école de Chicago, Paris, Aubier.

Jodelet Denise, 1984, « Les représentations sociales : phénomènes, concepts et théorie », in S. Moscovici, Psychologie sociale, Paris, PUF, 357-378.

Lagopoulos Alexandre, 1995, Urbanisme et sémiotique dans les sociétés préindustrielles, Paris, Anthropos.

Lespes René, 1930, Oran, étude de géographie et d’histoire urbaines, Collection du centenaire d’Algérie, 1830 (réédition, 2003, Éditions Bel Horizon, Oran).

Loew Sébastien, 2004, « La ville 24 heures sur 24 en Angleterre », in Temps des courses, course des temps, Lille, Université de Lille 1.

Lussault Michel, 1993, Images de la ville et politique urbaine, Tours, Université François Rabelais.

Lynch Kevin, 1960, L’image de la cité, Paris, Dunod.

Lynch Kevin, 1982, Voir et planifier, L’aménagement qualitatif de l’espace, Paris, Dunod.

Noisette Patrice et Vallérugo Franck, 1996, Le marketing des villes. Un défi pour le développement stratégique, Paris, Éditions d’organisation.

Pailhous Jean, 1970, La représentation de l’espace urbain, l’exemple du chauffeur de taxi, Paris, PUF.

Piaget Jean, 1963, La perception, Paris, PUF, coll. Que sais je ?

Riboulet Pierre, 1998, Onze leçons sur la composition urbaine, Paris Presses de l’école nationale des Ponts et chaussées.

Rosemberg Muriel, 2000, Le Marketing urbain en question. Production d’espace et de discours dans quatre projets de villes, Paris, Economica.

Ter Minassian Taline, 2007, Erevan, la construction d’une capitale à l’époque soviétique, préface de Jean-Yves Andrieux, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Tremblay Dominique et Proulx Marc Urbain, 2004, Le marketing de territoires nordiques, in étude « Le repositionnement de Saguenay » commanditée par Promotion Saguenay.

Urbanisme, 2005, « Marketing urbain et demande sociale », n° 344, sept.-oct., 49-53.

Notes

1 Ces deux vecteurs sont analysés dans les travaux de Ch.-E. Houllier-Guibert pour saisir l’influence que peut avoir une production d’image officielle par rapport aux images latentes produites collectivement.

2 Pour D. Jodelet (1984, 357-378) la représentation est d’abord un processus social, établi par une sociabilité (sens commun) ; orientant nos pratiques (conduites) et permettant une compréhension claire du monde qui nous entoure (matériel, social, idéal), elle est une « forme de connaissance spécifique, le savoir de sens commun, dont les contenus manifestent l’opération de processus génératifs et fonctionnels socialement marqués. [ ] Les représentations sociales sont des modalités de pensée pratique orientées vers la communication, la compréhension et la maîtrise de l’environnement social, matériel et idéal. En tant que telles, elles présentent des caractères spécifiques au plan de l’organisation des contenus, des opérations mentales et de la logique. Le marquage social des contenus ou des processus de représentation est à référer aux conditions et aux contextes dans lesquels émergent les représentations, aux communications par lesquelles elles circulent, aux fonctions qu’elles servent dans l’interaction avec le monde et les autres ». Pour G. N. Fischer (1987, 118) la représentation sociale peut aussi être prise en considération en tant que « processus d’élaboration perceptive et mentale de la réalité qui transforme les objets sociaux (personnes, contextes, situations) en catégories symboliques (valeurs, croyances, idéologies) et leur confère un statut cognitif, permettant d’appréhender les aspects de la vie ordinaire par un recadrage de nos propres conduites à l’intérieur des interactions sociales ».

3 L. Msilta précise qu’habiter la ville c’est aussi opter pour un choix d’ancrage aux lieux par l’organisation dans l’espace engendrant des modes de vie cherchant l’anonymat et la solitude pour certaines catégories d’habitants ou à créer des identités collectives et communautaires pour d’autres.

4 La structuration de l’espace est une production commune des individus qui utilisent les mêmes repères spatiaux. Ces repères sont liés à la morphologie spatiale de la ville comme les rues, les allées piétonnières, les marqueurs de rupture dans l’espace, les quartiers identifiés par des caractéristiques propres à chacun d’entre eux, les lieux de rassemblement et des éléments de références. Comme le montre K. Lynch, la carte mentale est une technique de recherche qui permet de comprendre comment l’individu organise sa perception de l’espace urbain. Avec la carte mentale, l’individu s’oriente sur un plan ou exprime par un mode verbal ou graphique sa perception de l’espace sur un support papier. Mais la carte mentale demande des habiletés graphiques et une familiarité avec la conceptualisation cartographique de l’espace.

5 Voir K. Lynch, 1982.

6 Jean-Louis Subileau, directeur de la SAEM Euralille et directeur délégué de la SAEM Val-de-Seine développement, in Urbanisme, 2005.

7 Qui consiste à faire dessiner par un individu le plan de l’agglomération où il vit.

8 La politique de décentralisation et la création de l’Union européenne seront des facteurs d’amplification de la concurrence entre villes (J.-M. Dupont, 1993).

9 Au début des années 1990 plusieurs villes anglaises, Manchester, Newcastle, Liverpool, Leeds, Cardif, développèrent des programmes tendant à réanimer leurs centres pendant la nuit en modifiant leurs pratiques nocturnes. Ainsi elles promurent un grand nombre d’opérations, de la sécurisation des espaces publics pendant la nuit à la régénération urbaine (S. Loew, 2006).

10 CIAM : Congrès internationaux pour l’architecture contemporaine. Ces congrès furent créés en 1928 au château de La Sarraz (commune suisse du canton de Vaud) et comportaient parmi les membres les plus importants des personnalités comme Le Corbusier, Cornelius van Eesteren, Ernst May, Walter Gropius, Alvar Aalto …

11 Commune d’environ 20 000 habitants aujourd’hui, Firminy est située à une dizaine de kilomètres au sud-ouest de Saint-Étienne (Loire).

12 L’utilisation du féminin est ici volontaire : dans les représentations et les discours, seules les femmes semblent alors être concernées par le lavage du linge.

13 Suivant ainsi une des phases du schéma de construction des identités nationales proposé par M. Hroch (1985, 8).

14 L. Msilta privilégie le terme « recasement » au terme « relogement » car les familles ont bénéficié uniquement des terrains et ont construit leurs habitations.

Table des illustrations

Titre Schéma n° 1. Représentations de la ville
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/590/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Schéma n° 2
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/590/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Figure n° 1. Plan Lumière pour la ville de Lyon
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/590/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Titre Photo n° 1. Mise en lumière de la rue de la République à Lyon, 2006
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/590/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Photo n° 2. Hydra. La tour de Sonatrac sort de terre au milieu d’un quartier résidentiel, 2004
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/590/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Titre Photo n° 3. Hydra. Juxtaposition des maisons individuelles et de la tour administrative, 2007
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/590/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Photo n° 4. Des avancées au niveau des maisons de plages à Aïn el Turck, 2007
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/590/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Photo n° 5. Oran, un marché hebdomadaire de quartier, 2005
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/590/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Photo n° 6. Centre-ville de Puebla. Rue « 5 de mayo »
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/590/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Photo n° 7. Lagos au Nigéria en 2000. Exposition « Mutations », arc en rêve centre d’architecture, Harvard, Project on the city
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/590/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Photo n° 8. Proximité spatiale de deux programmes d’habitat, Draria, Alger, 2001
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/590/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Photo n° 9. Lotissement promotionnel, Draria, Alger, 2001
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/590/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Photo n° 10. Draria, Alger. Lotissement en « autoconstruction », 2001
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/590/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 149k

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable