Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ville et l’urbain dans le Monde arabe et en Europe

 | 
Pierre Robert Baduel

Synthèses des ateliers doctoraux

La ville négociée

Abderahim Cherkaoui, Rached Lakhal, Yapi Paterne Mambo, Marie-Clotilde Meillerand, Elena Piffero, Benjamin Sabatier, Dimitra Siatitsa et Ward Vloeberghs

Texte intégral

  • 1 Voir à ce sujet Béchir Tekari (1984).

1Par la présence d’une myriade d’intérêts divergents que chaque acteur souhaite imposer, défendre ou revendiquer, la ville est un objet de luttes permanentes entre les différentes composantes du corps social1. L’espace urbain est au cœur de plusieurs processus de négociation, qui lui sont à la fois interne et externe. L’aménagement urbain constitue l’un des terrains privilégiés de ces luttes. Il fait germer des prétentions à la fois complexes et variées et ainsi s’affrontent des enjeux économiques, politiques ou administratifs, mais aussi des revendications sociales, des requêtes privées plus ou moins explicites et plus ou moins organisées. C’est notamment le besoin d’emprise collective ou individuelle sur la ville ou sur une partie du territoire urbain qui fonde ces revendications souvent contradictoires. Le discours des uns ne fait pas toujours écho à la pensée des autres, ce qui conduit fatalement à la résurgence de rapports de forces. La négociation – ouverte ou cachée – entre l’administration et les particuliers, les pouvoirs publics et le secteur privé, les communes ou les élus de plusieurs localités, est ainsi un élément essentiel de la gestion et du règlement de ces conflits, pour que la ville n’implose ou ne tombe dans l’anarchie. Nous avons choisi de construire notre raisonnement autour de « la ville négociée » à partir d’une interprétation de l’étymologie des termes « ville » et « négociation ». À partir d’une réflexion « animée », nous nous sommes efforcés de confronter les deux termes pour qu’ils éclairent notre propos. Sur cette base, notre approche propose donc de revenir sur les sujets de la négociation en milieu urbain en interrogeant les acteurs et en observant les processus de négociation. Il s’agit donc de comprendre et d’illustrer comment la ville contemporaine s’impose alors comme un cadre privilégié pour observer la négociation, entre confrontation et concertation.

2Ainsi, la ville au sens grec, polis, peut être décomposée en trois concepts : premièrement, la polity, la communauté, l’ensemble des acteurs. Deuxièmement, la politics, la politique au sens de processus, de tractations et enfin, la policy, l’ensemble des institutions, mais aussi le produit de la négociation ou encore les compromis et les résultats. Les trois sens issus de l’étymologie polispolity, politics, policy – nous aident alors à déployer les différents éléments d’une négociation.

3Ensuite, nous avons répété l’exercice pour le deuxième terme du titre, à savoir « négociée » ou « négociation ». Le sens du terme latin se décompose en otium « ne rien faire ». La négociation alors est nec-otium, c’est-à-dire le contraire de « ne rien faire », donc la situation ou la condition d’être actif, l’activité, qui comprend entre autres l’activité commerciale. Il faut tout de même noter que la négociation est un terme assez complexe, protéiforme et à connotation multiple. Dans notre réflexion et dans les diverses situations de négociations illustrées, nous utilisons ce terme de manière assez étendue pour inclure les différents types d’interaction. Par ailleurs, l’intensité des intérêts confrontés lors d’une négociation peut se manifester de manière extrêmement diversifiée : coopération ou compétence, dialogue ou contestation, réclamation, revendication, conflit, lutte, etc.

4À la lumière de ce qui précède, et tout en gardant à l’esprit les trois concepts issus de l’étymologie du terme « polis », nous pouvons dans un premier temps aborder les enjeux et les objets de la ville négociée.

Enjeux et objets de la ville négociée (quoi ?)

5Face à une foule d’enjeux et d’objets, il est possible de dégager plusieurs thèmes de négociation, tout d’abord autour des politiques publiques, mais aussi des espaces publics, ou encore d’enjeux plus idéologiques, notamment dans la manière de vivre (dans) la ville, de la production de normes sociétales ou de modèles de ville négociés.

  • 2 Il est évident que toute tentative de départager la ville en catégories théoriques ne peut rendre (...)

6Afin de rendre compte de la multitude des enjeux possibles, la notion de l’échelle est introduite, car les enjeux des négociations reliées avec les affaires de la ville changent en fonction de l’angle d’observation. Comme l’écrit Pierre Signoles, « la ville est un enjeu et non un simple objet, cet enjeu se manifeste à toutes les échelles, locales, régionales, nationales, et de plus en plus internationales » (P. Signoles, G. El Kadi, R. Sidi Boumedine (éd.), 1999, 6). La négociation, au niveau de la gestion urbaine, peut donc se situer à différentes échelles : d’une part, on pourrait parler d’une dimension territoriale – horizontale (ex. : un quartier, un bâtiment,…) et d’autre part d’une dimension verticale qui serait les niveaux d’administration ou de gouvernance. Mais on peut aussi parler d’une échelle éloignée (zoom-out) pour étudier les enjeux depuis l’extérieur de l’entité de la ville et d’une échelle proche (zoom-in) qui démontrerait les enjeux depuis l’intérieur de la ville. Nous entendons, dans ce qui suit, observer et illustrer ces différents cas en déclinant à travers des combinaisons théoriques, les deux éléments de notre questionnement : ville et négociation2.

Situations de ville négociée depuis l’extérieur

La relation avec le centre

7On pourrait dire que la ville est un espace, un cadre « obligé », imposé par l’État, de négociations o l’on trouve les échelles des institutions, de l’administration, d’un point de vue moral (incarnées par des acteurs institutionnels) et d’un point de vue spatial (bâtiments des mairies, préfectures, services publics ). La ville peut être comprise comme la plus petite circonscription du champ d’action de l’État. La loi, telle qu’elle est appliquée localement, joue un r le déterminant dans la vie urbaine. À partir de là, il est évident que la ville est un endroit privilégié pour observer la pratique de la loi. Car, en ville, le pouvoir central a souvent plus de facilités à faire respecter son ordre que dans des centres périphériques, éloignés de la force contraignante.

  • 3 Voir le site du ministère français : www.villes-nouvelles.equipement.gouv.fr. (bibliographie).

8Ceci dit, l’inverse est vrai également. Car, si la ville est la plus petite dénomination de la structure étatique, le pouvoir du prince peut y être nettement plus contesté qu’à la campagne o la résistance n’est pas toujours aussi facile à organiser et où les militants sont moins nombreux. C’est dire que le Pouvoir a une puissance relative, il n’existe qu’à travers les citadins, les campagnards ou encore à travers les intermédiaires qui se trouvent entre le prince et ses sujets. La question de l’éloignement du centre est donc cruciale mais pas déterminante. La notion de centralité a beaucoup évolué et le centre urbain tel qu’il s’imposait depuis l’Antiquité a été fortement remis en cause, notamment en Europe au cours du xxe siècle avec le développement de l’urbanisation. En France, par exemple, la politique des villes nouvelles portées par l’État a mis à mal la notion de « centralité » unique en créant des espaces urbains composés de plusieurs centres3. Il s’agit d’un exemple précis, mais il permet d’illustrer le fait que le rapport au centre évolue, peut prendre de nouvelles formes, entraîner d’autres négociations, et rendre visibles les frontières entre ville et campagne par exemple.

Relation ville / campagne

  • 4 Collectif, Tatawwur al-‘alaqat bayna-l-bawadi, L’évolution des rapports villes-campagnes au Maghre (...)

9Ainsi, les frontières ou les limites de l’urbain et du non-urbain ne sont pas toujours claires et nettes. Ce qui distingue la ville de la campagne, c’est-à-dire les facteurs discriminants de la ville, ne peuvent être isolés de manière aisée. Le plus souvent, on discerne une relation d’interdépendance fine et subtile entre la ville et son arrière-pays, ou plus généralement entre la ville et son environnement direct et indirect. En fait, les rapports villes/campagnes sont anciens : ils existent depuis que les sociétés ont atteint un niveau de développement ayant permis la division du travail. Ils sont par ailleurs marqués à travers l’histoire par une tendance grandissante à l’hégémonie de la ville sur les campagnes, dans différents domaines (politique, économique, social et culturel). Cette tendance est commune à toutes les sociétés en dépit de l’inégalité de leurs formations économiques et sociales. Son ampleur et ses conséquences dépendent néanmoins de la capacité de chaque société à la maîtriser4.

10La ville est également le foyer o naissent et croissent des besoins spécifiques. Les citadins ont besoin des ressources alimentaires de la campagne dont une partie non négligeable est fournie par des producteurs résidant à proximité de la ville (G. Saupin, 2002, 137). Pour ce faire, la ville veille à ce que les produits de subsistances de base (céréales, légumes, fruits, viande, produits laitiers, etc.) viennent se négocier sur ses marchés, à l’intérieur des enceintes, et non dans les campagnes ni sur les routes.

11Exemple 1 – L’approvisionnement enviande de la ville de Tunis

  • 5 Voir dans le présente ouvrage la conférence d’A. Hénia. Voir aussi A. Hénia (2000).

12C’est par exemple le cas de la ville de Tunis à l’époque moderne, qui, pour son approvisionnement en denrées alimentaires, dépendait largement de son hinterland, de l’exploitation des provinces proches et lointaines, de la ponction fiscale sur la campagne, de ce que rapportait la mh’alla (M. H. Chérif, 1973, 11-12). La mh’alla, était une composante fondamentale de l’appareil beylical. Colonne militaire composée de milliers d’hommes, la mh’alla faisait deux tournées par an, en été vers le nord céréalier et en hiver vers le Sahel oléicole et le Djérid dattier, afin de recouvrir les impôts et pacifier le pays. Elle ramenait sur la capitale une partie du fruit de la fiscalité et animait en même temps un commerce qui se déroulait à l’occasion de son passage (exemple, la grande foire de Bou Sdira à Beja). Les contributions perçues étaient globales et forfaitaires. Le pouvoir beylical ne pouvait établir aucun rapport direct et individuel avec les contribuables. La répartition des contributions au niveau de chaque communauté incombait aux notables locaux5. Le ravitaillement urbain en produits alimentaires était l’un des enjeux pour le pouvoir, évitant tout soulèvement populaire et permettant la paix sociale et la sécurité.

13L’exemple de Tunis que nous venons de voir montre donc que les frontières de la ville de jadis n’étaient pas figées. Loin d’être autonome, la ville dépendait de ses connexions avec un environnement plus large. La situation n’est pas différente aujourd’hui.

Relation avec des acteurs internationaux

14En dehors des rapports avec les acteurs qui sont installés à l’intérieur de ses frontières, la ville se négocie davantage à une échelle plus large : ses relations avec d’autres villes, avec les autorités étatiques ou les acteurs régionaux et parfois même avec des décideurs mondiaux influencent le déroulement de la vie urbaine, qu’il s’agisse d’une ville provinciale ou d’une métropole.

15Exemple 2 –Le repositionnement de Beyrouth

16Ainsi, il n’est pas étonnant de constater que la priorité explicite de Solidere (Société libanaise pour le développement et la reconstruction) est de replacer la capitale libanaise sur l’échiquier régional afin de faire revenir au Liban les investisseurs internationaux qui assuraient jadis au pays du Cèdre et à ses banquiers chevronnés sa réputation de Suisse du Moyen-Orient. En d’autres termes, les négociants de la ville ne se trouvent pas uniquement à l’échelle du marché hebdomadaire local mais, de manière plus globalisée, de plus en plus répartis à travers la région, voire à travers le monde. Ces négociants diffèrent parfois considérablement en taille et en ressources (financières et politiques). Les inter-dépendances qui se nouent, ainsi, acquièrent une importance qui ne doit pas être sous-estimée.

Marketing urbain

  • 6 À l’intérieur desquelles les pays se battent d’ailleurs durement pour obtenir le plus et le meille (...)

17De là, on peut appréhender la ville négociée comme le négoce de la ville au sens du marketing urbain, c’est-à-dire la ville vendue, ou encore la ville marchandée comme un bien vendable, voire monnayable. Dans le contexte contemporain d’économies mondialisées, on constate en effet une concurrence accrue parmi les villes et les métropoles. Que l’on parle de l’attribution des jeux olympiques, de la coupe du monde de football, du titre de capitale « européenne de la culture » (Liverpool 2008, Vilnius 2009) ou encore « capitale de la culture arabe » (Damas 2008, Jérusalem 2009), de la désignation d’h tes pour les expositions universelles6, les représentants des villes (à différents échelons hiérarchiques) deviennent de plus en plus des entrepreneurs qui mènent des campagnes coûteuses afin de promouvoir les atouts de leur ville. Ils s’érigent ainsi en négociants de la ville.

18Exemple 3 – Les maires-entrepreneurs de Rennes

19Les exemples des maires de Rennes, Jean Janvier (1908-1923) et François Château (1935­1944), à la fois entrepreneurs de bâtiment sont éloquents. Le premier, ancien président du syndicat des entrepreneurs de l’Ouest, a su se tisser un important réseau de relations afin de faire de Rennes une ville moderne et lui redonner son statut de capitale de la Bretagne. Le second, à l’inverse de Janvier, poursuit l’activité de son importante entreprise de maçonnerie durant son mandat. Château participe donc directement à l’élaboration de la ville. Ces deux personnalités fortes apparaissent ainsi comme des entrepreneurs au sens propre comme au sens figuré du terme.

La ville négociée comme un enjeu

  • 7 Comme l’illustre et décrit par exemple S. Ricca (2007).
  • 8 Certains auteurs ont argumenté que c’est encore le cas de Beyrouth en situation de post-conflit. V (...)

20L’enjeu peut être stratégique, sécuritaire, symbolique ou économique. Dans ce contexte, l’exemple de Jérusalem dans le conflit israélo-palestinien peut être particulièrement bien illustratif. Cette ville est revendiquée de façon si vive et manifeste par les différents acteurs (qui ne manquent pas de l’aménager de manière explicite à leur goût7) que le statut de la ville sainte est devenu une véritable pierre d’achoppement pour tout éventuel règlement de ce conflit. D’autres cas de villes divisées peuvent être évoqués, comme ceux de Berlin (à l’époque du mur), Belfast, Mostar ou Gorizia. On peut penser également à Beyrouth, ville qui, à l’époque des guerres du Liban (1975-1990)8, était également revendiquée comme « leur » par un faisceau d’acteurs et de milices engagés dans une âpre lutte autour de la fameuse « ligne verte », signe de démarcation ostentatoire entre la partie est et ouest de la ville.

Situations de ville négociée depuis l’intérieur

21Il est aussi possible d’approcher la négociation de l’intérieur de la ville. Celle-ci peut alors prendre diverses formes.

La ville comme espace de négoces

22Les lieux de commerce dans la ville sont des lieux de négociation par excellence, qu’il s’agisse de tractations sur le plan des affaires ou de la politique et de l’action publique.

23Exemple 4 – Les places marchandes de Tunis

24Le premier cas – sur le plan commercial – peut être illustré par l’exemple de la ville de Tunis à l’époque moderne qui renfermait plusieurs places marchandes servant à fournir les denrées alimentaires à la population, à la cour beylicale et aux différents services de l’État. Rahbat etta’m (place aux céréales), fondouk el ghalla (marché aux fruits et légumes), rahbat el ghnam (place aux moutons), fondouk el bgar (fondouk des vaches) occupent une place de premier plan dans la cité, non seulement comme espace de négoce mais aussi comme une source d’approvisionnement en vivres et en bestiaux, et o étaient drainés marchandises et commerçants ou encore acteurs politiques et sociaux (agents de l’État, percepteurs de fisc, contrôleurs sanitaires, maquignons, bouchers, lezzams – fermiers –, propriétaires ruraux, fellahs, etc.).

La ville cadre de l’action politique

25La ville est l’endroit o le processus de négociation entre le pouvoir central et les acteurs locaux a lieu au grand jour. On y discerne les forces vives de la vie publique et privée et on y voit comment celles-ci se confrontent, se comparent, se nouent et se démêlent, en réalisant des projets, souvent ordinaires, parfois extraordinaires tant dans les réussites que dans les échecs. Ainsi, la ville est aussi le lieu par excellence o ces processus formels et informels de négociation deviennent observables. Pour illustrer la ville comme scène de l’action politique, l’exemple classique est celui de l’agora de la ville antique o se rassemblaient les citoyens afin de débattre et d’évaluer les situations des gouvernants et des gouvernés.

26Exemple 5 –Rome, Festival international du Cinéma

27Rome en automne 2007, s’est tenu un Festival international du Cinéma, fortement voulu par le maire de centre gauche Veltroni. Lors d’une journée, un manifestant a jeté un colorant chimique rouge dans la fameuse Fontana di Trevi et l’événement a été fortement médiatisé à cause de la notoriété de la fontaine. Ce manifestant, membre de l’extrême droite, par ce geste, a voulu contester le caractère purement culturel du Festival en accusant le maire d’en avoir fait une manifestation communiste. Parasitant un moment de marketing important pour la ville de Rome, l’acte de contestation a porté la manifestation dans l’arène politique.

La ville comme espaces négociés

28Les rues, les places, les bâtiments historiques, l’équipement, le renouvellement des quartiers, les grands développements urbains, ... sont des « chantiers » revendiqués par une multitude d’acteurs et deviennent des enjeux importants de la ville négociée.

29Exemple 6 – Le Plan d’aménagement, d’embellissement et d’extension de Rennes

  • 9 Centre des archives contemporaines, Dossier 19800093, art. 136 et Archives municipales de Rennes, (...)
  • 10 Centre des archives contemporaines, Dossier 19800093, art. 136, note du Conseil d’État, le 14 juin (...)
  • 11 Archives municipales de Rennes, 1015, Lettre du ministre de l’Instruction publique et des Beaux-ar (...)
  • 12 Archives municipales de Rennes, 1016.

30Ainsi, au début du xxe siècle, à Rennes comme dans les autres villes françaises, le pouvoir revient à la municipalité pour les questions d’urbanisme. C’est elle qui désigne « l’homme de l’art » dans le cadre de la mise en place du Plan d’aménagement, d’embellissement et d’extension (PAEE) imposé à de nombreuses communes françaises par la loi du 14 mars 1919, dite loi Cornudet. Rennes est alors doublement concernée par ce plan puisque le maire Jean Janvier fait partie de la commission nationale chargée de son application. À Rennes, la mise en place de ce plan fait l’objet de négociations entre l’administration centrale et la municipalité9. En effet, le PAEE prévoit le développement des faubourgs de la ville par la création de boulevards périphériques ainsi que l’aménagement du centre ville par le percement de nouvelles voies. Dans ce nouveau tracé, il est prévu la démolition des vieux hôtels xviie situés place des Lices. Des voix s’élèvent comme par exemple celle de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine contre cette disposition du plan qui priverait Rennes d’importants éléments du patrimoine. Cette protestation est suivie par le Conseil d’État10 mais pas par la commission des Monuments historiques du ministère de l’Instruction publique et des Beaux-arts qui ne reconnaît aucun intérêt patrimonial à ces h tels11. Des négociations s’engagent alors entre les ministères, la municipalité et la commission supérieure du PAEE. La municipalité doit rassurer cette dernière pour recevoir le décret d’application le 26 janvier 192812.

Photo n° 1. Rennes. Immeubles de la place des Lices

Photo n° 1. Rennes. Immeubles de la place des Lices

Source : Cliché Benjamin Sabatier.

31Exemple 7 – Le patrimoine négocié

  • 13 Renaissance du Vieux Lyon (2000), Lyon, un site, une cité : le livre du site historique, patrimoin (...)

32S’agissant de la sauvegarde d’un ancien quartier qui devient l’objet de négociation entre la municipalité souhaitant détruire pour réaménager cet espace et des habitants sensibles à la conservation de leur quartier, on peut prendre le cas de Lyon. Dans ce contexte, l’association « Renaissance du Vieux Lyon », née en 1958, regroupe des acteurs divers tous sensibles à la protection de leur quartier dans une période d’aménagement urbain très dynamique. C’est un des membres actifs de cette association qui, dans les années 1990, porte la candidature de Lyon au classement du « patrimoine mondial de l’Unesco », obtenu en 1998. Ce phénomène illustre bien la façon dont on est passé d’une action de défense de la ville à une action de valorisation de la ville, transformant complètement la négociation sur la ville13.

La ville « marchandée »

33Une fois encore on peut comprendre cet aménagement au sens littéral et penser à des sociétés comme Clear Channel ou J.-Cl. Decaux qui ont fait du mobilier urbain une industrie compétitive ou l’on peut prendre cette notion au sens figuré et l’illustrer à travers la manière dont se construisent et/ou se re-construisent les villes.

34Exemple 8 – Redéfinir Beyrouth

  • 14 À part Solidere, dont il est le principal actionnaire et au sein de laquelle certains de ses proch (...)
  • 15 Il s’agit d’un périmètre de près d’un million de mètres carrés connu sous le nom de « Beirut Centr (...)
  • 16 Voir Najah Wakim, 1998, al-’ayâdî as-sawwad (The Black Hands), Beirut : Sharikat al-matbu‘a lil ta (...)
  • 17 Le président martyr, ar-ra’îs ach-chahîd, est la formule standard utilisée pour désigner Rafiq Har (...)

35À cet égard, l’exemple de Beyrouth est emblématique. S’imposant comme acteur incontournable dans le dossier de la reconstruction, l’ancien Premier ministre, le magnat Rafiq Hariri, agissant à travers des institutions spécialement créées ou réinventées pour l’occasion14, a mis la main de manière visible sur le vaste secteur du centre ville15. Pour ce faire, il s’est livré à une négociation impressionnante. Disposant du pouvoir décisionnel aussi bien au niveau politique qu’au sein de Solidere, il s’est installé dans une position de négociation forte et confortable. Mobilisant ainsi des ressources à la fois politiques, financières et symboliques, il est parvenu à imposer une expropriation fortement contestée16, en dédommageant les anciens propriétaires fonciers du centre de Beyrouth par des participations dans le capital de Solidere. Aujourd’hui, sa visibilité dans la ville (un enjeu de taille) semble assurée bien au-delà même du centre ville. Afin de renforcer son image de musulman (sunnite) croyant et pieux, Hariri a couronné son œuvre de reconstruction par le financement d’une mosquée monumentale qui marque la skyline de Beyrouth et qui accueille, depuis son assassinat, son mausolée. Ce dernier est devenu, par l’action de sa famille et de ses partisans, un lieu de culte, celui du « président martyr »17.

Photo n° 2. Centre ville de Beyrouth

Photo n° 2. Centre ville de Beyrouth

Source : Cliché Ward Vloeberghs.

Qui fait la ville ?

  • 18 Voir dans le présent recueil p. 157-168.

36Cet exemple illustre à quel point, comme l’a également montré Morched Chabbi dans sa conférence aux IXe doctorales de l’IRMC18, les urbanistes ne sont que des médiateurs, les éléments d’une machinerie complexe qui façonne et, par là, négocie la ville. Les urbanistes (mukhattat mudun) réalisent la ville selon les orientations du prince mais aussi en rapport avec les différents commanditaires. Cette vision des urbanistes est aux antipodes de l’idée selon laquelle c’est l’architecte qui, seul, « fait » la ville. Le centre ville de Beyrouth est un exemple éclairant car l’utilisation de cette zone a radicalement changé par rapport à la situation avant les violences. Le fait même de remplacer la diversité sociale et économique des commerçants et des habitants du centre par une élite financière et des visiteurs fortunés a valu à Solidere des critiques parfois virulentes.

37À ce point de notre réflexion, nous sommes amenés à considérer les différents « types » d’acteurs que l’on rencontre dans la négociation de l’espace urbain.

La communauté/les acteurs qui négocie(nt) (Qui ?)

38Le concept de polity introduit des contextes spécifiques et des acteurs variés faisant partie du jeu de la négociation et qui l’influencent. Quels sont les acteurs qui négocient la ville ? Comment ces acteurs apparaissent-ils sur la scène de la négociation ? Quelles sont les relations entre eux ? Nous allons tenter de répondre à ces questions sur les acteurs à travers différentes études de cas.

39Comme nous l’avons vu, les acteurs se manifestent sous différentes formes : ce sont des individus ou des groupes sociaux, des acteurs institutionnels (l’État et ses structures déconcentrées) sur différentes échelles, du local à l’international, mais aussi des acteurs économiques comme les entreprises, les chambres de commerce, les associations de professionnels, ou encore des institutions religieuses, des partis politiques, des associations d’habitants

40Divers exemples nous permettront de montrer quelques aspects des relations entre les acteurs qui composent la « ville négociée » sous forme de connections, coalitions, fragmentations, interactions, etc.

L’administration

41Les acteurs institutionnels peuvent agir sur plusieurs échelles. La négociation se passe notamment entre les acteurs locaux que sont les maires et les fonctionnaires et l’administration centrale.

42Exemple10 –Rennes. L’édification des bâtiments publics

43Ainsi, à la fin du xixe siècle, Jean Janvier arrête sa carrière d’entrepreneur et devient président du Syndicat des entrepreneurs de l’Ouest. Grâce à cette fonction, il rencontre de nombreuses personnes bien placées au sein de l’administration centrale. La négociation revêt ainsi de nombreuses formes et les réseaux d’amitiés qu’entretiennent les acteurs jouent un r le déterminant dans la formation de la ville. Grâce à ces réseaux constitués, Janvier, maire de Rennes en 1908, entre alors en relation avec un nombre important de hauts fonctionnaires des ministères pour obtenir un maximum de subventions, afin de mener à bien sa politique de travaux publics dans la ville. Ces derniers lui permettent d’obtenir des subventions indispensables à la mise en place de bâtiments publics. La construction de la piscine Saint-Georges, édifiée par l’architecte de la ville de Rennes, Emmanuel Le Ray, entre 1921 et 1926, est très symptomatique de cette façon de procéder. C’est d’ailleurs grâce à sa faculté à trouver des financements pour construire la piscine que Janvier a pu mener à bien son entreprise. En effet, l’édification de cette dernière est loin de faire consensus. Ainsi, une campagne est menée contre la mise en place de cette piscine par les journaux locaux d’opposition L’Ouest­Éclair et Le Nouvelliste de Bretagne : le premier va jusqu’à mettre en place un référendum qui serait représentatif de l’opinion contre de cette construction (J.-Y. Andrieux, C. Laurent (éd.), 2000, 272). De plus, au sein du conseil municipal lui-même, le maire doit faire face à certaines réticences à gauche de sa majorité qui préfèrent la construction de logements sociaux pour la population ouvrière de Rennes plut t qu’un édifice qui, selon eux, ne présente aucun caractère d’utilité mais au contraire est une dépense somptuaire.

44Même dans le cadre des acteurs institutionnels, l’ensemble des structures et des autorités administratives qui gèrent la ville peut être fragmenté en différents niveaux de pouvoirs, ce qui complique la négociation des questions relatives à la totalité de la ville. S’agissant de la fragmentation administrative de certaines villes contemporaines, le cas de l’Égypte est éclairant.

Photo n° 3. Piscine Saint-Georges. Élévation principale

Photo n° 3. Piscine Saint-Georges. Élévation principale

Source : Cliché Benjamin Sabatier.

45Exemple 11–Fragmentation de la structure administrative : l’exemple du Grand-Caire

46L’area du Grand-Caire est en fait composée de la totalité du Gouvernorat du Caire et des districts urbains des Gouvernorats de Giza et Qalioubeyya : il n’y a pas de macrostructure administrative qui couvre la ville comme une entité en soi-même, mais certains services (eau, transport public) sont coordonnés sur toute l’agglomération urbaine. Les gouvernorats sont des entités administratives avec un pouvoir exécutif considérable, mais pas autonomes par rapport aux budgets, qui sont décidés par le gouvernement central. la complication de la gestion de la ville s’ajoute le système d’articulation des ministères, qui ont des bureaux décentralisés au niveau des gouvernorats au travers desquels passe l’allocation des budgets sectoriels : l’aménagement de la ville est ainsi très compliqué en raison de sa dépendance à l’égard de plusieurs agences et de plusieurs niveaux décisionnels (D. Sims, 2003).

Les acteurs politiques de la ville négociée

Les partis politiques

47Les partis politiques sont entendus comme des acteurs primaires et cruciaux de la vie politique d’un pays, et l’importance de leur présence diffère selon les échelles de la négociation. Par exemple, au niveau local, il apparaît souvent que les édiles se placent en dehors des partis politiques et la gestion des problèmes de la cité permet des coalitions en dépit des divergences idéologiques entre partis au niveau national.

48Au contraire, il est possible de réaliser un consensus entre les partis, au niveau national comme au local, comme pendant la Première Guerre mondiale. Ainsi, à Rennes, alors importante ville de l’arrière, Jean Janvier a réalisé « l’Union sacrée » dans sa ville en se chargeant de manière magistrale de l’approvisionnement de la cité (J.-Y. Andrieux et C. Laurent (éd.), 2000, 260-264). Pour ces actions durant cette période et sa gestion intelligente de la ville, il reçut l’unique croix de Commandeur dans l’ordre national de la Légion d’honneur décernée pour l’occasion.

Les groupes de pression : les propriétaires

49Parmi ces acteurs urbains, on doit noter les regroupements d’individus ayant des intérêts communs sous forme de groupes de pressions. Parmi les groupements les plus puissants, on notera en particulier ceux de propriétaires. On peut illustrer le r le de ces acteurs à partir du cas de la reconstruction de Rennes en 1720.

50Exemple 12 – La reconstruction de Rennes en 1720

51Rennes, après l’incendie de 1720, le Plan de reconstruction de la ville est confié à l’ingénieur de la Marine Isaac Robelin. D’après son plan au tracé rectiligne qui rééquilibre la haute et la basse ville, les propriétaires ont l’obligation de reconstruire en pierres sur plusieurs étages en moins de six mois. Dans le cas contraire, ils sont contraints de revendre leur terrain. Des mécontentements s’élèvent alors de la part des édiles de la Communauté de ville emmenée par Rallier du Baty. L’ingénieur démissionne et est remplacé par l’architecte du roi Jacques V Gabriel qui réduit la portée du plan (G. Aubert, A. Croix, M. Denis (dir.), 2006, 99-100). Ce dernier se montre plus souple face aux propriétaires et contribue ainsi à renforcer le clivage nord-sud de la ville voulu par les édiles en renonçant à l’installation du présidial au sud de la Vilaine. La pression des édiles locaux a ainsi pu faire fléchir une décision venant du sommet.

Mouvements sociaux urbains

52Les regroupements d’habitants peuvent naître d’attributs communs (comme la propriété de la terre, ou la profession – associations de commerçants, etc.) mais ils peuvent également résulter de l’expérience commune ou de la vie quotidienne dans la ville, le quartier, etc. Les mouvements sociaux urbains sont des mobilisations d’habitants qui se produisent ad hoc pour défendre leur espace quand ils se sentent menacés par des projets de développement ou pour revendiquer l’amélioration des conditions de vie (équipement, espaces communs, espaces verts, etc.). Leur rôle dans les processus de « négociation » est aujourd’hui reconnu. Les théories des mouvements sociaux montrent le r le décisif que ceux-ci jouent dans les modes de gestion formels ou institutionnels en général (M. Castells, 1983). Dans les processus de négociation autour de la gestion locale, spécialement au niveau du quartier, il ne faut pas oublier de mentionner les diverses associations de quartiers, qui sont des formations plus stables et permanentes, même si elles sont peut-être moins dynamiques que les mouvements.

Formations temporaires

53Ces acteurs ne restent pas toujours figés, ils nouent des liens, des alliances, ils élaborent des stratégies conjointes autour d’un problème particulier ou à l’occasion d’un événement précis, des coalitions temporaires qui permettent d’aller au-delà des différences de positionnement social au sein de la société. On peut penser, par exemple, à l’alliance d’habitants d’un même quartier face à la présence importante de SDF pendant les mois d’hiver. Ce type de négociation est étroitement lié à un moment et à un lieu, une saison et un endroit dans la ville, et elle ne possède pas de représentativité durable.

Construction sociale des acteurs « légitimes » d’une négociation

  • 19 Voir dans le présent recueil p. 147-155.

54Sylvie Tissot, à travers l’exemple de la notion de « quartier », a montré dans sa conférence aux IXe doctorales de l’IRMC19 que les acteurs d’une négociation peuvent être des constructions sociales par le discours dominant qui peut dans certains cas légitimer ou non la participation de certains acteurs à la négociation.

Réseaux informels

55Les réseaux familiaux et les liens de parenté qu’on trouve dans les contextes des villes du sud de l’Europe, comme en Italie et en Grèce ou dans le monde arabe, peuvent influencer la formation de différentes parties de la négociation et jouer un r le non négligeable dans l’aboutissement des tractations.

56Toutes ces formes de collaboration, d’association, mais aussi d’opposition et de confrontation mettent en place des processus, et parfois des tactiques de négociation, qu’il nous para t important maintenant de préciser.

Le processus de la négociation (comment ?)

57Le concept de politics nous donne l’occasion de réfléchir sur les modes et les processus de la négociation. Ils peuvent prendre une forme différente selon leurs situations historiques et territoriales, mais aussi les cultures politiques et les spécificités locales.

58Cette troisième partie s’intéresse dans un premier temps à la loi et aux institutions comme cadre primordial de toutes négociations, quel que soit le contexte. Puis, l’évolution néolibérale de l’État (B. Jobert, dir., 1994) se substituant progressivement à l’État providence, nous nous intéresserons à certaines notions clés de la négociation contemporaine comme la gouvernance et la participation. Nous nous efforcerons aussi de ne pas négliger les modes de négociation informelles, hors des marges désignées par la loi et les institutions, sans oublier les limites (les marges) dans certaines situations extrêmes.

La loi comme cadre primordial

59Le droit en tant que moyen de rassembler et de réguler les prétentions apparemment discordantes du corps social se révèle d’une indiscutable utilité. La société, faut-il le souligner, doit sa stabilité principalement à l’existence de règles juridiques destinées à organiser le plus paisiblement possible la vie dans la cité. Le droit, en effet, est un facteur de régulation des comportements sociaux et, dans un souci de stabiliser la ville, il joue un rôle de médiateur et invite à la concertation. C’est ce que souligne fort éloquemment Jacqueline Morand-Devillier :

« Le droit de l’urbanisme est un droit qui met en présence de nombreux acteurs, souvent en situation conflictuelle : les services de l’État, les élus et les services des collectivités locales, les propriétaires du sol, les constructeurs, les tiers voisins, les associations de défense, les professionnels intéressés au projet de construction ou d’aménagement : promoteurs, géomètres, architectes, notaires, établissements de crédit, établissements publics et sociétés d’économie mixte d’aménagement, organisme d’ HLM Il convient de prévoir des mécanismes de concertation préalable à la décision o les différents partenaires pourront développer leurs points de vue et trouver un terrain d’entente : convaincre, persuader plutôt qu’ordonner, l’incitatif tempérant l’impératif ». (J. Morand-Devillier, 2006, 2).

60Mais, on le sait, le droit, même s’il joue un r le fondamentalement tourné vers la (ré)conciliation d’intérêts conflictuels, même s’il tend à établir un certain équilibre entre l’intérêt général et l’intérêt partisan, n’arrive pas toujours à maîtriser la tension sociale que la volonté d’appropriation de la ville par certains groupes sociaux finit par engendrer inéluctablement. Parmi les exemples possibles, prenons un exemple africain.

61Exemple 13 – Les bidonvilles en Côte d’Ivoire

62En C te d’Ivoire, le droit de l’urbanisme a prouvé suffisamment ses limites à réguler tout seul les rapports sociaux. Les divergences entre les particuliers et l’administration sont monnaie courante, tant au sujet des documents d’urbanisme que des opérations d’aménagement urbain. Il est en effet symptomatique de constater que les particuliers qui sollicitent le permis de construire sont peu nombreux par rapport à ceux qui bâtissent illégalement des logements. L’occupation illégale par les particuliers des terrains domaniaux, propriétés légales de l’administration, est un phénomène récurrent, aggravé par une urbanisation de plus en plus vertigineuse, elle-même alimentée par les flux migratoires et l’exode rural. En outre, les bidonvilles, particulièrement dans les grandes villes ivoiriennes, comme Abidjan, poussent comme des champignons, en raison des difficultés à accéder à la propriété foncière et de la paupérisation relativement accélérée du corps social. À cela s’ajoute, dans certaines villes ivoiriennes, le délabrement des édifices publics et du cadre de vie général. Devant tous ces dysfonctionnements dans le développement urbain à l’échelle de la commune, du département, de la région ou du pays tout entier, le droit seul ne peut résoudre les problèmes posés. Les décisions administratives unilatérales suffisent à peine à satisfaire les acteurs sociaux mécontents ou lésés. La concertation, qui prend ailleurs le nom de négociation, devient alors une voie de salut, pour mettre les uns et les autres dans une situation de compromis sur la façon dont la ville doit se construire. La démolition de constructions illégales ou le déguerpissement de squatters venus occuper de façon irrégulière des terrains domaniaux par les pouvoirs publics déplacent le problème sans le résoudre durablement et met la ville dans une situation de stabilité précaire.

63Si le droit doit faire autorité dans le processus d’urbanisation, il importe tout d’abord au législateur de produire des règles juridiques négociées, c’est-à-dire des règles qui sont le fruit d’une concertation entre les différents acteurs sociaux : les pouvoirs publics, les organismes privés, les particuliers,... L’idée d’un législateur autoritaire ne doit pas être privilégiée dans la ville contemporaine o il n’est plus besoin de souligner l’importance éprouvée de la démocratie participative. Une règle élaborée par l’ensemble des acteurs urbains, et sur laquelle un consensus s’est fait, a moins de risque d’être contestée et méconnue. Par ce canal, le droit de la ville, c’est-à-dire celui qui régit l’aménagement urbain, aura un droit de cité dans la ville, régulant presque sans entraves majeures le développement du territoire pour lequel il a été élaboré. On retrouve même, grâce à un tel dispositif législatif, tout l’intérêt qu’il convient très justement d’accorder au droit, comme facteur indispensable d’un développement urbain cohérent et harmonieux.

  • 20 Voir la problématique générale de la rencontre sur la ville négociée organisée en octobre 2007 par (...)

64La négociation est alors un processus qui complète les normes en tant qu’outil d’organisation et de gestion urbaine. Parfois, les règles et les lois sont dans l’incapacité de gérer les conflits d’intérêt entre les protagonistes de la ville20. À partir de là, la garantie du succès des projets urbains nécessite que les autorités compétentes précèdent la réalisation de leurs politiques et leurs projets socio-économiques par la concertation, le dialogue, le partenariat et la négociation (A. Rossinot, 2007, 3). En définitive « les citoyens ne sont plus prêts à accepter que l’on fasse pour eux, sans eux » (M.-C. Jaillet, 2007, 9).

La gouvernance (B. Jouve, 2003)

65La prise de décision locale ne peut plus se faire comme par le passé, elle devient collective et socio-économique, elle implique de multiples acteurs au-delà des décideurs politiques de différents niveaux. En outre, rendre la gestion de la ville collective, à travers la négociation, est une remise en cause implicite de l’État planificateur. Contexte renforcé notamment par le processus de décentralisation par lequel le r le de l’État ne peut [...] que s’amenuiser dans les processus de décision en matière de politiques publiques locales. Il tend à devenir un partenaire parmi d’autres (J.-C. Lugan, 1999, 22). Comme l’écrit Ph. Moreau Defarges (2003) :

« La gouvernance s’inscrit dans cette quête permanente de meilleurs systèmes de gestion des hommes et des ressources. Pour la gouvernance, la décision, au lieu d’être la propriété et le pouvoir de quelqu’un (individu ou groupe), doit résulter d’une négociation permanente entre les acteurs sociaux constitués en partenaires d’un vaste jeu, le terrain de jeu pouvant être une entreprise, l’État, une organisation, un problème à résoudre ».

La participation (C. Blatrix, 2002, 79-102)

66La participation para t aujourd’hui comme un élément constitutif de la gestion de la ville moderne, spécialement dans le discours de la gouvernance. Ainsi, les modes d’application des processus de participation à des forums de dialogue public et leur efficacité dépendent toujours du contexte et des acteurs qui font partie du jeu. La participation dans les villes du Sud, avec leurs traditions de régulation assez faibles ou très informelles, est bien différente au regard du contexte des villes du Nord. Les modèles participatifs peuvent êtres utilisés par des institutions internationales, comme Le Caire que nous avons donné en exemple, pour contourner des administrations locales inefficaces ou corrompues.

67Exemple 14 – Participation dans des quartiers non réglementaires au Caire

68Les problèmes des quartiers non réglementaires (‘ashwaiyyat) en Égypte ont été largement ignorés jusqu’au début des années 1990. En répondant aux pressions des bailleurs de fonds qui s’orientent de plus en plus en direction d’un développement durable, mais aussi aux problèmes de sécurité devenus évidents dans quelques-uns de ces quartiers informels, le gouvernement égyptien a créé en 1993 un fonds pour la Requalification urbaine ((D. Sims, 2003), en essayant dans le même temps d’impliquer dans le plan de réhabilitation des quartiers non réglementaires des médiateurs – organisations et consultants internationaux – afin d’attirer de nouveaux financements. En 1998 la Coopération technique allemande (GTZ) est ainsi invitée par le Gouvernorat du Caire pour un projet-pilote de régularisation du statut foncier et la production d’infrastructures à Ezbet Bekhit, une fraction du quartier informel de Manshiyet Nasser, à la périphérie orientale désertique de la ville. Un premier problème se pose quand on découvre que les plans du GTZ et du Gouvernorat du Caire se heurtent à ceux du GOPP (General Organisation for Physical Planning) qui requéraient la destruction du même espace pour y édifier un quartier résidentiel. Après une phase de négociations, le GOPP est intégré dans le projet de réhabilitation du GTZ et les plans de reconstruction sont abandonnés. L’approche adoptée par le GTZ dans la réhabilitation est explicitement centrée sur la promotion de la participation de la communauté locale (ONG, chefs traditionnels, groupes d’intérêt présents sur le territoire), mais les autorités locales (comme les chefs de districts par exemple) se sont montrés peu disponibles pour engager les communautés locales dans les projets, car leur participation selon des canaux explicites et institutionnalisés de négociation aurait miné la relation informelle de discrétion autour de laquelle tourne l’entier système de patronage qui détermine les relations (et les politiques) État – société dans les ‘ashwaiyyat, à la base aussi des mécanismes de reproduction de l’autoritarisme égyptien (D. J. William, 2007). La philosophie de l’organisation a constitué ainsi un défi aux logiques enracinées des gouvernants locaux, qui se sont montrés hostiles aux efforts d’inclusion par l’organisation allemande mais favorables aux interventions d’amélioration infrastructurelle, spécialement quand elles ont servi à catalyser le consensus et l’approbation des habitants (M. Séjourné, 2006). Dans le même temps, un examen du projet-pilote d’Ezbet Bekhit met en évidence aussi les dynamiques d’interrelation et de contraposition entre les différents niveaux et parfois entre les seuls membres de l’administration, qui suivent, généralement sur des bases personnalisées, des stratégies de contournement et de négociation visant à la préservation de leurs positions ou à l’acquisition de nouvelles.

69Cet exemple montre bien comment la participation, qui devrait constituer la méthode de négociation des étapes et des modalités de la réhabilitation, devient en fait un but en soi. Les interférences des stratégies divergent de l’organisation allemande, de l’État, des groupes locaux et même des personnalités (politiques et non) se concilient partiellement, et en conséquence l’approche participative est quelquefois assimilée, quelquefois instrumentalisée, quelquefois contournée par les différents acteurs.

70Il faut être vigilant car la participation comme impératif peut être utilisée pour obscurcir le terrain, pour légitimer des actions publiques diverses qui, en réalité, sont décidées ailleurs. Ce dispositif participatif engendre parfois auprès des parties les plus faibles de la négociation l’illusion qu’ils sont des partenaires à part entière du processus décisionnel. Dans chaque cas, on doit se questionner sur les termes de la négociation et surtout sur qui pose ou « impose » les termes et les conditions, sur qui fait partie des acteurs reconnus et légitimés pour participer au(x) débat(s).

71Dans tous les cas, la demande de participation comme processus de dialogue et de contrôle social sur des décisions qui concernent les affaires communes est devenue un des impératifs de la société.

Nouvelles modalités de négociation

72Depuis les années 1980, de nouveaux partenaires sont associés à la construction des villes, qu’ils soient publics ou privés. Les nouvelles exigences de la gouvernance, la dispersion des compétences entre les différents niveaux d’administration (régions, départements, communes et intercommunalités), l’internationalisation des échanges et la mondialisation de l’économie entre autres, ont fait que les territoires locaux perdent leur r le traditionnel de régulation des ressources et que la mise en œuvre de stratégies de développement locale est plus compliquée. À cela s’ajoutent de nouvelles modalités ou de nouveaux « construits » pour la négociation.

  • 21 « La ville négociée », Note de problématique générale, XXVIIIe Rencontre nationale des agences d’u (...)

73Partenariat Public/Privé : ce partenariat s’impose de plus en plus comme une forme de « négociation » inévitable pour construire la ville. « Les grandes opérations d’urbanisme doivent offrir des “formes urbaines” et des produits urbains diversifiés et faire largement appel au secteur privé »21. Les acteurs de l’administration, les élus, et ceux qui, explicitement, représentent et agissent au nom du corps social, se trouvent souvent devant des dilemmes et des négociations contradictoires entre intérêt public et intérêt privé. Est-il possible de « faire avec », exploiter et utiliser les stratégies et les comportements individuels comme « moteur » de la production du bien public ? Car dans plusieurs cas, il est clair que les investisseurs privés (promoteurs, aménageurs, lotisseurs, bâtisseurs...) sont fortement désintéressés/désengagés de la quête du « bien public » ou de la confrontation des dynamiques de ségrégation socio-spatiale, de discrimination et d’exclusion produisent de plus en plus dans les métropoles du monde.

Photo n° 4. Le Caire, rue dans le quartier non réglementaire de Manshiyet Nasr

Photo n° 4. Le Caire, rue dans le quartier non réglementaire de Manshiyet Nasr

Source : Cliché Elena Piffero, juillet 2007.

74Contrat de ville : le cas de la politique de la ville résume aussi une logique de négociation à travers le « contrat de ville », ceci introduit la notion de contractualisation qui est une nouvelle forme de la négociation. La mise en place des « contrats de ville » en France dans les années 1990 illustre bien le partenariat mis en place entre une Ville et l’État, phénomène innovant dans la manière de négocier la ville.

75Dans le cadre de la compétence entre villes, la contractualisation exige que chaque ville forme sa propre vision à la question du développement social urbain à travers une politique de compromis fondée sur des négociations très vives. En fait, « cette politique de ville supposait même le passage d’une conception de la ville comme système relativement clos ( ) à une conception de la ville comme véritable acteur collectif » (J.-C. Lugan, 1999, 21).

Des négociations informelles

76À côté des processus formels évoqués précédemment, il est essentiel de se rendre compte, que dans toutes les situations, des négociations informelles ont constamment lieu.

77Dans des systèmes d’ordre clientéliste, la relation entre le patron et sa clientèle est toujours négociée de manière informelle. On pourrait parler des négociations qui se développent aux moments des élections en Grèce entre des groupes d’habitants de quartiers construits « hors du plan », hors la loi, et les politiciens locaux ou même l’État central, en vue d’une légalisation. De même, l’activité de lobbying de par le monde consiste à « travailler » le décideur dans les « coulisses », afin d’influencer les décisions dans le sens souhaité par le lobby.

  • 22 Voir dans le présent recueil p. 95-108.

78Ainsi, comme l’a montré El Maoula El Iraki Aziz22, dans les quartiers non réglementaires périphériques de Casablanca, derrière des situations de conflits affichées, on trouve des négociations cachées, des relais de personnages charismatiques mis en avant, de catégories sociales difficilement identifiables, qui se mobilisent silencieusement pour transformer leur quotidien. L’existence même de quartier en marge de la légalité dans les villes du Sud est un accord social entre l’État et les populations qui occupent ces espaces en revendiquant leur droit à la ville. Les limites entre la légalité et l’illégalité font toujours l’objet d’une médiation sociale.

Conclusion

79Notre discours sur la ville négociée laisse volontairement apparaître une image relativement neutre des processus sociaux qui se développent au sein de la ville. Pourtant chacun d’entre nous possède un modèle de négociation « idéale », plus ou moins précis, qui peut dépasser les réalités inscrites dans l’espace urbain et vécu par chacun d’entre nous au quotidien. La négociation « idéale » serait donc celle qui donne l’illusion à toutes les parties qu’il n’y a ni gagnants ni perdants. Mais déjà le mot « illusion » limite le sentiment d’égalité. Pendant toute négociation, il est possible d’identifier des inégalités/injustices dans la distribution du pouvoir et/ou des ressources, matérielles ou symboliques. En réalité, chaque négociation est un jeu de forces, une confrontation de pouvoirs. Les différentes nécessités, les intérêts divergents, les idéologies concurrentes, font que toute négociation a une dimension conflictuelle très forte. En ce sens, certaines négociations, dont l’enjeu matériel ou symbolique est trop fort, n’aboutissent jamais à un compromis ou un consensus.

80La nécessité de gérer la ville en tenant un équilibre social fait qu’on retourne toujours à des stratégies et à des tactiques de négociation. Parfois quand la polarisation est excessive, il arrive qu’une des parties juge la négociation trop déséquilibrée et abandonne le processus faute de ne pouvoir défendre raisonnablement ses intérêts en ces conditions. Par contre, si les dynamiques de la négociation sont plus équilibrées, au moins en apparence, c’est plus facilement que tous les acteurs se sentent intégrés activement et décident alors de participer au processus pour faire entendre leur voix. Si le résultat est considéré comme suffisamment avantageux pour tous, il peut ainsi devenir la base de départ pour relancer un nouveau processus de négociations.

81Gardons tout de même à l’esprit que chaque négociation est liée à un lieu, un espace. Elle se détermine dans un temps spécifique mais elle est aussi pérenne et perpétuelle. C’est dire que la dynamique entre les trois sphères de la polis est cyclique, le résultat ou le produit de la négociation peut, à son tour, devenir l’objet d’une nouvelle négociation.

Bibliographie

Bibliographie

Abdel Nour Antoine, 1982, Introduction à l’histoire urbaine de la Syrie ottomane (xvie­xviiie siècles), Beyrouth, Université libanaise.

AESC, 1970, Histoire et urbanisation, numéro spécial, juillet-août.

Agier Michel, 1999, L’invention de la ville. Banlieue, townships, invasions et favelas, Paris, EAC.

Anastassadiou-Dumont Méropi, 2005, Identités confessionnelles et espaces urbain en terres d’islam,, Aix-en-Provence, Édisud (Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée (REMMM), n° 107-110.

Blatrix Cécile, 2002, « Devoir débattre. Les effets de l’institutionnalisation de la participation sous les formes de l’action collective », Politix, vol. 15, n° 57, 79-102.

Castells Manuel, 1983, The City and the Grassroots, University of California Press.

Chater Khélifa, 1978, « La ville tunisienne au xixe siècle : théorie et réalités », Cahiers de Tunisie, n° 103-104, t. 26, 3e-4e trimestre.

Chérif Mohammed-Hédi, 1973, « L’État tunisien et les campagnes au xviiie siècle », in Ankylose de l’économie méditerranéenne au xviiie et au début du xixe siècle : le rôle de l’agriculture, Journée d’études, Nice.

Collectif, 1988, Tatawwur al-‘alaqat bayna-l-bawadi wa-l-mudun fi al-magrib al-arabi, L’évolution des rapports villes-campagnes au Maghreb, Colloque et séminaires, Rabat,Publications de la Faculté des lettres et des sciences humaines, Université Mohamed V.

Corm Georges, 2005, Le Liban contemporain. Histoire et société, Paris. La Découverte.

Dahl Robert, 2005, Who Governs? Democracy and Power in an American City. Second

Edition, New Haven, Yale University Press.

Defarges P. M. 2003, La gouvernance, Paris, PUF, Que sais-je ?

Derycke P.H. et al., 1996, Penser la ville, Paris, Economica.

Dib Kamal, 2006, Warlords and Merchants. The Lebanese Business and Political Establishment, Reading, Ithaca Press.

Dorman Judson William, 2007, The Politics of Neglect. The Egyptian State in Cairo, 1974­98, Thesis submitted for the degree of Doctor of Philosophy, School of Oriental and African Studies, University of London.

Ghorra-Gobin C. (dir.), 1994, Penser la ville de demain. Qu’est-ce qui institue la ville ? Paris, L’Harmattan.

Hénia Abdelhamid, (coord.) (2000), Villes et territoires au Maghreb, itinéraire d’une recherche. Tunis, Publications de l’IRMC (Le document est disponible en ligne www.irmcmaghreb.org/Documents).

Ingold Alice, 2003, Négocier la ville. Projet urbain, société et fascisme à Milan, Paris, Éditions de l’EHESS/École française de Rome, BEFAR n° 316.

Jaillet Marie-Christine, 2007, « Faire la ville avec les habitants, et surtout plus sans eux », La ville négociée, in Techni. Cités, Document introductif, Débats d’idées, Supplément, n° 134 du 8 septembre 2007.

Jobert B. (dir.), 1994, Le tournant néo-libéral en Europe, Paris, L’Harmattan.

Jouve Bernard, 2003, La gouvernance urbaine en questions, Paris, Elsevier.

Kobo Pierre Claver, 1984, Le régime juridique de l’aménagement urbain en Côte d’Ivoire, thèse d’État, Nice.

Lapidus I.-M. (éd.), 1969, Middle Eastern Cities, Berkeley, University of California Press.

Latour Bruno et Hermant Émilie, 1998, Paris ville invisible, Paris, La Découverte – Les empêcheurs de penser en rond.

Lefebvre Henry, 1968, Le droit à la ville, Paris, Anthropos.

Lepetit Bernard et Pumain Denise (dir.), 1993, Temporalités urbaines, Paris, Anthropos.

Lugan Jean-Claude, 1999, Essai sur la décision dans les systèmes politiques locaux, Toulouse, Presses de l’université des sciences sociales.

Mandaville Peter, 2004, Transnational Muslim Politics. Reimagining the umma, Londres/ New York, Routledge.

Michel Nicolas, 1997, Une économie de subsistance : le Maroc précolonial, Le Caire, IFAO, 2 vol. 

Morand-Devillier Jacqueline, 2006, Droit de l’urbanisme, Mementos Dalloz, 7e édition.

Najem Tom Pierre, 2000, Lebanon’s Renaissance. The Political Economy of Reconstruction, Reading, Ithaca Press.

Perrot Jean-Claude, 1975, Genèse d’une ville moderne : Caen au xviiie siècle, Paris/La Haye, Mouton.

Raymond André, 1987, « Les rapports villes-campagnes dans les pays arabes à l’époque ottomane (xvie-xviiie siècles », in Terroirs et sociétés au Maghreb et au Moyen-Orient, Lyon, Maison de l’Orient.

Rossinot André, 2007, « Éditorial », La ville négociée, in Techni. Cités, Document introductif, Débats d’idées, Supplément, n° 134 du 8 septembre 2007.

Saupin G., 2002, Les villes en France à l’époque moderne (xvie-xviiie siècles), Paris, Belin.

Schuiten François, Peeters Benoît, 1983-2007, Collection « Cités Obscures », Paris, Casterman, 20 vols.

Séjourné Marion, 2006, Les politiques récentes de « traitement » des quartiers illégaux au Caire, Doctorat, Université de Tours

Sims David, 2003, The Case of Egypt, Understanding Slums: Case Studies for the GlobalReport on Human Settlements, UNHABITAT.

Tekari Béchir, 1983, Le cadre juridique de l’aménagement urbain en Tunisie : essai sur le rôle du droit en matière d’urbanisme, Thèse d’État, Tunis.

Tronchet et Sibran, 2003, Là-Bas, Collection « Aire Libre », Dupuis.

Vautrin Jean, Tardi Jacques, 2005, Le cri du peuple, Paris, Casterman, 4 vols.

Verdeil Éric, 2001, « Reconstruction manquées à Beyrouth. La poursuite de la guerre par le projet urbain », Les Annales de la recherche urbaine, n 91.

Wakim Najah, 1998, Al-’ayâdî as-sawwad (The Black Hands), Beyrouth, Sharikat al-matbu‘a lil tawzi‘ wan-nashr.

World Bank, Sustainable Development Department, Middle East and North Africa Region, 2007, Arab Republic of Egypt: Urban Sector Update, Final Draft, unpublished.

Notes

1 Voir à ce sujet Béchir Tekari (1984).

2 Il est évident que toute tentative de départager la ville en catégories théoriques ne peut rendre justice à la réalité sociale, infiniment plus complexe. Il faut donc garder à l’esprit que les exemples utilisés dans les différentes parties du texte sont également valables pour une autre catégorie et, par là même, interchangeables.

3 Voir le site du ministère français : www.villes-nouvelles.equipement.gouv.fr. (bibliographie).

4 Collectif, Tatawwur al-‘alaqat bayna-l-bawadi, L’évolution des rapports villes-campagnes au Maghreb, 1988, 9.

5 Voir dans le présente ouvrage la conférence d’A. Hénia. Voir aussi A. Hénia (2000).

6 À l’intérieur desquelles les pays se battent d’ailleurs durement pour obtenir le plus et le meilleur espace pour installer leurs pavillons respectifs.

7 Comme l’illustre et décrit par exemple S. Ricca (2007).

8 Certains auteurs ont argumenté que c’est encore le cas de Beyrouth en situation de post-conflit. Voir E. Verdeil (2001, 65-73).

9 Centre des archives contemporaines, Dossier 19800093, art. 136 et Archives municipales de Rennes, 1016.

10 Centre des archives contemporaines, Dossier 19800093, art. 136, note du Conseil d’État, le 14 juin 1927.

11 Archives municipales de Rennes, 1015, Lettre du ministre de l’Instruction publique et des Beaux-arts au maire, le 2 décembre 1927.

12 Archives municipales de Rennes, 1016.

13 Renaissance du Vieux Lyon (2000), Lyon, un site, une cité : le livre du site historique, patrimoine mondial de l’unesco, Lyon, 104 pages.

14 À part Solidere, dont il est le principal actionnaire et au sein de laquelle certains de ses proches détiennent la grande majorité des actions, Rafiq Hariri contrôlait aussi le Conseil de développement et de reconstruction, puisqu’il avait placé cet organe sous l’autorité de la présidence du Conseil des ministres dont il était le chef pendant quasiment toute la période clé pour le lancement de la reconstruction, soit les quinze ans après la guerre en 1990. Voir e.a. : Tom Pierre Najem, 2000.

15 Il s’agit d’un périmètre de près d’un million de mètres carrés connu sous le nom de « Beirut Central District » développé selon un mode de reconstruction uniforme, tant dans la couleur et le style que dans la forme.

16 Voir Najah Wakim, 1998, al-’ayâdî as-sawwad (The Black Hands), Beirut : Sharikat al-matbu‘a lil tawzi‘ wan-nashr ; Georges Corm, 2005. Un groupe d’expropriés continue sa lutte contre Solidere, voir : The Daily Star, 18 July 2007.

17 Le président martyr, ar-ra’îs ach-chahîd, est la formule standard utilisée pour désigner Rafiq Hariri (1944-2005), le terme de président faisant référence à sa présidence du Conseil des ministres.

18 Voir dans le présent recueil p. 157-168.

19 Voir dans le présent recueil p. 147-155.

20 Voir la problématique générale de la rencontre sur la ville négociée organisée en octobre 2007 par la fédération nationale des agences urbaines à l’occasion de son 28e session. www.laville-négociée.org.

21 « La ville négociée », Note de problématique générale, XXVIIIe Rencontre nationale des agences d’urbanisme, Toulouse, 9 et 10 octobre 2007.

22 Voir dans le présent recueil p. 95-108.

Table des illustrations

Titre Photo n° 1. Rennes. Immeubles de la place des Lices
Légende Source : Cliché Benjamin Sabatier.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/581/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Photo n° 2. Centre ville de Beyrouth
Légende Source : Cliché Ward Vloeberghs.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/581/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Photo n° 3. Piscine Saint-Georges. Élévation principale
Légende Source : Cliché Benjamin Sabatier.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/581/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Photo n° 4. Le Caire, rue dans le quartier non réglementaire de Manshiyet Nasr
Légende Source : Cliché Elena Piffero, juillet 2007.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/581/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 174k

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable