Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ville et l’urbain dans le Monde arabe et en Europe

 | 
Pierre Robert Baduel

Synthèses des ateliers doctoraux

La production de l’ordre social urbain

Éléments pour une réflexion

Ismail Ameur, Leyla Arslan, Yasmine Berriane, Walid Chouari, Romaine Didierjean, Amélie Le Renar et Saliha Ouadah

Texte intégral

1« Ordre social » : l’expression évoque au premier abord la rigidité, la fixité, quelque chose de statique. Or, plus qu’une photographie figée, l’ordre social est un film ; dynamique, il se construit au travers des actions et interactions, plus ou moins conflictuelles, d’un grand nombre de protagonistes ; il peut être vu sous différents angles. Notre travail consiste à comprendre comment l’ordre social, processus dynamique, est produit dans la ville et comment il produit la ville.

2Les réflexions collectives se sont d’abord focalisées sur les définitions du terme « ordre », puis nous avons cherché des cas de recomposition de l’ordre urbain, nous permettant d’identifier différents acteurs participant à la production de l’ordre social puis d’envisager les différents types d’interactions qui existent entre ces acteurs.

Un ordre ou des ordres ?

3Le cheminement réflexif du groupe a permis de dégager quatre définitions non hiérarchisées du terme polysémique « ordre », qui recouvre plusieurs notions différentes ; ces définitions engendrent quatre manières d’envisager l’ordre social urbain.

  • 1 Sur l’exemple de l’ordre urbain au Caire, voir E. Denis, 1997, 7.
  • 2 Asef Bayat évoque la manière dont différents acteurs remettent en question la définition de ce qu’e (...)

4L’ordre peut exprimer, en premier lieu, une situation organisée, à l’image de la situation d’ordre et de désordre dans une maison. Il s’agit d’un ordre matériel, impliquant par exemple des critères particuliers de propreté et d’agencement, de disposition, de rangement des objets dans un espace. Cela peut être un ordre social : il renvoie à l’idée – subjective – que chacun est à sa place, que la sécurité est préservée. Pour garantir cet ordre, chacun abandonne une partie de sa liberté. Un apparent chaos ne doit pas conduire à ignorer l’existence d’un ordre urbain complexe1. Le fait que l’on considère une situation donnée comme ordonnée est subjectif ; la notion d’ordre devient alors normative. Du point de vue des autorités politiques, un quartier donné peut être considéré comme dans un état de désordre parce qu’il ne correspond pas à la définition de l’ordre tel qu’il a été défini par les autorités étatiques. D’un autre c té, les habitants de ce quartier peuvent considérer leur cadre de vie comme ordonné par certaines logiques, certains acteurs, certaines relations de pouvoir en deçà des autorités publiques. La définition même de ce qu’est l’ordre peut alors être un enjeu et une source de confrontations entre les autorités étatiques et les habitants2.

  • 3 Ethniques au sens de la théorie de l’ethnicité : F. Barth, 1969 ; Ph. Poutignat, J. Streiff-Fenart, (...)

5La notion d’ordre nous ramène, deuxièmement, à l’Ancien régime en France, au sens d’une société d’ordres. Plus largement, un ordre correspond à une catégorie, un rang, une classe, comme dans les expressions « de premier ordre », « du même ordre ». Appliqué à une société urbaine, le terme renvoie alors à une catégorie particulière, jouissant ou non de privilèges, au sein d’une société hiérarchisée, que ce soit par classes, castes ou groupes « ethniques3 ». L’ordre correspond à des clivages entre différents groupes sociaux sur lesquels se fonde l’organisation sociale. En effet, dans une ville, l’ordre est fondé sur des clivages socio-spatiaux. Le parc immobilier peut être segmenté suivant certaines taxinomies. Les clivages peuvent, par exemple, être fondés sur des critères définissant des catégories « ethniques » particulières parmi la population : des quartiers « musulmans » et des quartiers « européens » dans Alger colonisée. Les clivages peuvent aussi opposer des quartiers riches et des quartiers pauvres : par exemple, l’opposition entre nord riche et sud pauvre de Téhéran. L’organisation des villes ottomanes autour de différents millets vient également illustrer cette définition.

6En troisième lieu, l’ordre social implique des normes. Le terme de normes est utilisé de manière large : il désigne ce qui se fait et ce qui ne se fait pas dans un espace donné (H. Becker, 1985). Les normes sont donc valables uniquement dans un espace donné et à un moment donné, et différentes selon les espaces et les groupes sociaux. Par exemple dans tel quartier, il est normal que les femmes marchent dans la rue et pas dans tel autre. Dans le Marais, deux hommes peuvent se tenir la main dans la rue, ce serait sans doute plus malvenu dans le 15e arrondissement de Paris. Les normes façonnent les comportements acceptables et ceux qui ne le sont pas dans un espace donné. Elles sont une production collective. Elles façonnent les comportements sans que les individus en soient obligatoirement conscients. Ceux qui ne s’y conforment pas risquent de faire l’objet de processus de stigmatisation ou de marginalisation. Participer à la vie d’un espace particulier au travers de conversations, de la propagation de rumeurs permet de connaître ce qui se fait dans cet espace. Les nouveaux arrivants sont parfois exclus de la participation à ces échanges, comme l’explique Norbert Elias dans Logiques de l’exclusion : dans la petite ville ouvrière de Winston Parvo, les premiers habitants transforment les nouveaux arrivants en outsiders, eux-mêmes faisant alors figure d’established, en leur refusant toute participation à leurs échanges formels et informels. Cependant, les normes ne sont pas figées, elles évoluent dans le temps au terme de luttes symboliques engagées par différents acteurs de par leurs revendications ou simplement leurs modes de vie ; ainsi change l’ordre social.

  • 4 Ne serait-ce qu’à travers les tactiques mises en avant par Michel de Certeau (1990-1994), ou encore (...)

7Enfin, le terme « ordre » peut être employé au sens de donner un ordre à l’impératif : un commandement, une injonction. L’ordre évoque alors la hiérarchie, la dichotomie plus ou moins marquée entre d’une part l’État et ses représentants tels que la police et, d’autre part, les habitants tenus d’obtempérer. L’ordre vise à maintenir un contrôle du haut sur le bas ; il est exécuté à travers la répression, l’exercice de la violence dite légitime, mais aussi à travers des moyens plus insidieux, les institutions disciplinaires, de la prison à l’école (M. Foucault, 2003). Il rejoint alors la normalisation, façonnant chaque individu comme identique à son congénère. Cet ordre n’est jamais parfaitement unilatéral : répression et discipline impliquent toujours des négociations, même infimes, une réaction des habitants4. L’ordre n’est généralement pas totalement imposé, il est bien souvent négocié ou fait l’objet de conflits et de résistances qui engendrent son adaptation à un contexte particulier, voire sa non-application.

8Ces quatre définitions peuvent être synthétisées à travers deux p les qui interagissent : hiérarchie et régulation. La hiérarchie, verticale, implique des ordres du haut vers le bas, des rapports de domination. La régulation, horizontale, englobe la négociation d’un ordre social rassemblant plusieurs micro-ordres sociaux dans une ville, le renforcement de la cohésion sociale, ce qui rend possible le « vivre ensemble ». La production de l’ordre social se situe en tension entre ces deux pôles.

Existe-t-il « un » ordre social urbain dans l’espace et dans le temps ?

9Affirmer qu’il existe un ordre social urbain impliquerait que cet ordre soit propre à une ville donnée et diffère de ce qui se passe à la campagne, ou dans une autre ville. Cela supposerait également qu’il y ait « un » seul ordre social au sein de la ville. Or, il convient ici de noter deux caractéristiques fondamentales de l’ordre social urbain :

10D’une part, il n’y a pas un ordre social mais une pluralité des ordres sociaux au sein d’une même ville. De cette caractéristique découle la question de savoir comment s’agencent ces différents ordres sociaux au sein d’une même ville : les différents ordres sociaux recouvrent-ils des clivages spatiaux, comme c’est le cas par exemple dans les ghettos américains ? (L. Wacquant, 2006) Les différents ordres sociaux correspondent-ils au contraire à des groupes de population qui évoluent dans des espaces communs mais qui, pourtant, ne se rencontrent pas ? Dans quelle mesure les relations entre différents ordres sociaux relèvent-elles de la juxtaposition, de la ségrégation, de l’interpénétration, de la monopolisation par l’un et l’exclusion de l’autre ? D’autre part, comment les différents ordres sociaux concordent-ils pour aboutir à un ordre global et non à dés-ordres ?

11D’autre part, cet ordre n’est pas figé dans le temps. Il est en fait constamment changeant, mais il reste ordre parce qu’il change dans la continuité. Tout en changeant continuellement l’ordre est maintenu dans une impression de continuité. Ce changement continu, impliquant une multiplicité d’acteurs, se fait de manière négociée, régulée mais aussi de façon plus heurtée, lors de confrontations. L’ordre urbain est un produit social. Dans certaines configurations exceptionnelles, l’accélération du temps rend le changement de l’ordre social particulièrement rapide, visible, voire violent : cela correspond à des périodes de rupture comme les révolutions, les guerres, les répressions violentes.

12Ce processus de production de l’ordre social soulève plusieurs ensembles de questions : Qui ? Où ? Comment ?

13Qui fait l’ordre social urbain ? Qui définit ce qu’est l’ordre ? Qui contribue à façonner les normes, les comportements considérés comme normaux, acceptables, respectables ? Quels sont les différents niveaux d’acteurs : macro, méso, micro ?

14Où ? Quel ancrage spatial ? Un ordre ou dés-ordres dans l’espace ? Comment s’articulent les différents ordres sociaux avec différents espaces : physiques, sociaux, symboliques (normes) ? O se trouvent les frontières imaginaires entre différents ordres sociaux ?

15Comment l’ordre social est-il produit dans une certaine continuité avec les changements sociaux ? Y a-t-il des ruptures de l’ordre social dans le temps ? Comment l’ordre social urbain est-il recomposé dans le temps ? Quel est l’impact du changement des espaces sur le changement de l’ordre social : par exemple, les villes nouvelles avec un projet normalisant d’homme nouveau ? Et inversement, comment le changement de l’ordre social influe-t-il le changement des perceptions des espaces urbains : par exemple, comment le désenchantement du monde modifie-t-il la perception des espaces qui, auparavant, était structurée par le sacré ?

16Pour synthétiser toutes ces questions, une problématique émerge : comment, par quels processus, l’ordre social change-t-il tout en gardant une certaine stabilité ? Quels acteurs participent à façonner, négocier l’ordre social ?

Deux cas de recompositions de l’ordre social

17Après cette approche conceptuelle de la production de l’ordre social, les processus de recompositions de l’ordre social et la multiplicité de leurs dimensions peuvent être appréhendés à travers deux cas concrets de mutations des espaces et ordres sociaux.

18Le lac de Tunis … ou comment la volonté d’introduire un nouvel espace au sein d’une ville modifie l’ordre socio-spatial global de celle-ci.

  • 5 L’appellation « lac » est clairement une commodité. À l’instar des Tunisiens, nous l’utilisons pour (...)

19Le cas du lac Nord de Tunis5 montre comment la volonté d’introduire un nouvel espace au sein d’une ville modifie l’ordre socio-spatial global de la ville (P.-A. Barthel, 2003). Le projet pourrait être résumé de la sorte : l’État tunisien décide de créer un nouvel espace dans un endroit qui était non constructible. Il s’agit de resserrer les rives du lac pour dégager un nouvel espace. L’assainissement du lac, nécessaire pour le projet, est accompagné d’un discours sur la protection de l’environnement. Le projet, financé à la fois par l’État et par un gros promoteur saoudien, vise à établir un nouveau centre de Tunis pour décongestionner l’ancien centre européen. En raison des coûts de la transformation de cette zone insalubre, les nouveaux espaces s’adressent manifestement à une population aisée et à des activités générant un fort chiffre d’affaires.

20Ce cas est révélateur des dynamiques de recomposition de l’ordre social global dans la ville : agir sur le spatial n’est pas uniquement agir sur le physique mais aussi sur l’ordre social. Le nouvel espace a attiré une population venant à la fois des quartiers nord aisés de Tunis et des hommes d’affaires qui ne résidaient pas à Tunis antérieurement (notamment Sfax) (P.-A. Barthel et N. Smida, 2002). Dans cet espace, de nouveaux modes de vie se développent, porteurs de nouvelles normes : des loisirs sélectifs sur un modèle occidental, un accès en voiture obligatoire, l’interdiction de l’alcool posée comme condition par l’investisseur saoudien. Peut-être pourrions-nous émettre l’hypothèse que la concentration d’hommes d’affaires partageant un même mode de vie dans un même espace engendre l’émergence plus claire d’une nouvelle catégorie sociale porteuse de normes particulières.

21Les autorités politiques, notamment les services ministériels, ont vu l’intérêt qu’il y avait à ouvrir le jeu « par le haut », avec les investisseurs ; pour autant, les résistances à ouvrir le jeu « par le bas » restent très fortes. Les acteurs locaux (institutions locales, associations, citoyens) demeurent peu associés aux différentes négociations qui précèdent les réalisations (P.-A. Barthel, 2003).

22Les malls en Arabie Saoudite… ou comment de nouveaux investissements et l’ouverture de nouveaux espaces peuvent participer au changement de l’ordre social.

23Un second cas permet de préciser comment de nouveaux investissements et l’ouverture de nouveaux espaces peuvent participer au changement de l’ordre social.

24Dans plusieurs villes du monde arabe, des politiques de libéralisation économique ont abouti à l’installation de malls, centres commerciaux sur le modèle américain. Mona Abaza a analysé au Caire de quelle manière ces nouveaux espaces promouvaient un nouvel ordre social, hyper sécurisé, encadré par de véritables armées privées (M. Abaza, 2006). Riyad, ces nouveaux espaces sont apparus en réponse commerciale à un changement social : les femmes sont détentrices de plus en plus de liquidités, que des entrepreneurs, et notamment des princes, vont tenter de capter. L’apparition des malls a, à son tour, constitué un bouleversement de l’ordre social urbain dans la mesure où, à la date de leur floraison, à partir des années 1990, il existe peu d’espaces publics au sein de la ville moderne, et encore moins pour les femmes que pour les hommes. Il s’agit d’un nouvel ordre social dans les quatre significations développées précédemment et que l’on pourrait résumer, de manière schématique : a) un nouveau mode d’organisation de l’espace public (hyper hygiénique et aseptisé) ; b) de nouveaux clivages et segmentations parmi les citadins (ceux qui peuvent entrer et ceux qui sont exclus) ; c) de nouvelles normes ; d) un nouvel ordre répressif (lieu hyper sécurisé). Cet ordre social engendre l’affaiblissement de certains clivages. Des catégories qui, en principe, ne se côtoient pas se mettent à communiquer entre elles : hommes et femmes par exemple, mais aussi des personnes venant de différents quartiers, ou ayant des origines sociales et familiales différentes. Le mall promeut de nouvelles normes : la consommation et l’exposition publique des achats, des modes de socialisation libérés des codes et obligations « traditionnels », la sélection d’un public souhaitable et l’exclusion d’un public non souhaitable. À cause de la sélection des clients souhaitables et du statut juridique privé des centres commerciaux, les malls ne constituent pas des espaces publics. Cependant, les personnes qui fréquentent le mall se réapproprient cet espace et y développent de nouveaux usages qui n’avaient pas forcément été envisagés par leurs concepteurs.

25Après l’exposition de ces deux exemples, il semble pertinent d’analyser quels sont les acteurs qui produisent l’ordre social, les modes d’action par lesquels ils ont un impact sur l’ordre social, les types d’interactions entre ces acteurs.

Pluralité des acteurs et des modes d’action façonnant l’ordre social

26La présentation des acteurs et de leurs modes d’action ici établie ne vise pas l’exhaustivité : elle a plutôt pour objectif de mettre en avant leur pluralité et leur diversité. Elle identifie seulement certains des acteurs qui ont un impact particulièrement remarquable et visible sur le changement de l’ordre social, et certains des modes d’action par lesquels passe cet impact (H. Gumuchian, E. Grasset, R. Lajarge et E. Roux, 2003).

27Au niveau macro, plusieurs acteurs peuvent être identifiés : les institutions étatiques (administrations nationales, régionales, municipales, mais aussi écoles, etc.), les institutions religieuses, les institutions internationales (par exemple l’Union européenne). Ces institutions ont un impact à travers les subventions qu’elles distribuent, les politiques urbaines, les politiques économiques. L’un des processus les plus significatifs est la fondation de « villes nouvelles » qui s’accompagnent souvent d’un projet de nouvel ordre social : par exemple les projets à visée hygiéniste de villes ouvrières au xixe siècle. Ces politiques instaurent de nouveaux espaces qui ont un impact important sur le façonnage de nouvelles normes, ce qui n’est pas un processus unilatéral. Les habitants de ces quartiers jouent également un r le dans la définition d’un ordre social à travers leur manière de s’approprier les espaces. Les institutions agissent également à travers la répression, la réglementation, l’implantation d’administrations dans telle ou telle zone, la cooptation d’acteurs locaux.

28Le rôle des médias dans la production de l’ordre social doit être souligné. Les médias sont difficiles à classer : ils peuvent être au niveau macro s’ils sont l’instrument de certains acteurs, ou méso s’ils sont des groupements d’individus qui se manifestent essentiellement par l’intermédiaire d’un média donné. Ils peuvent donc être un acteur ou l’instrument d’un acteur. Dans tous les cas ils peuvent avoir un impact sur le changement de l’ordre social. Pensons, par exemple, à certaines chaînes satellites comme Rotana avec ses Libanaises dénudées ou Qanat al-Majd avec ses clips incitant à une vie pieuse sur le modèle de celle du Prophète, qui promeuvent des normes participant au changement de l’ordre social dans un espace donné.

29D’un point de vue méso, les acteurs participant à la production de l’ordre social incluent les associations, au statut ambigu car elles peuvent parfois être liées à l’État : les ONG ; les entreprises, y compris étrangères ; différents réseaux et collectifs formels ou informels. Ils agissent par la canalisation de ressources, l’offre de formations (alphabétisation par exemple), qui peuvent engendrer des promotions sociales. Ils agissent aussi comme relais entre le niveau macro et le niveau micro, dans les deux sens. Quant aux acteurs privés, ils peuvent ouvrir, par exemple, de nouveaux espaces de consommation et de socialisation réappropriés par les habitants.

30D’un point de vue micro, les individus peuvent avoir un impact sur le changement de l’ordre urbain, notamment si plusieurs habitants se côtoyant dans un même espace partagent certaines conditions communes d’existence face auxquelles ils développent des comportements nouveaux. Ils peuvent alors former une nouvelle catégorie (à ne pas confondre avec une communauté) : par exemple, la présence de nouvelles populations immigrées qui vont engendrer un changement de l’ordre social, ou les nouvelles ambitions de femmes éduquées, etc. Des changements du point de vue des transports (petits entrepreneurs achetant des minibus, ) peuvent engendrer des changements dans la ville vécue, les distances vécues ; et dès lors, des changements de l’ordre social. Les décisions d’investissement individuel ont un impact sur le changement de l’ordre social. L’investissement de nouveaux espaces, les manifestations, les comportements inattendus dans un espace donné constituent des changements de l’ordre social. Les individus ont aussi un impact sur le changement de l’ordre social à travers la pluralité de leurs identités, leur manière de mettre en avant une identité particulière dans un contexte social.

Pluralité des identités, pluralité des appartenances et ordre social

31Comme l’ont montré G. Gurvitch (1962) et B. Lahire (2007), l’individu n’est pas un mais pluriel. La pluralité des r les, des statuts, des références identitaires (Français, Soninké, Kabyle, banlieue, jeune, classe populaire, musulman, rebeu, étudiant, femme, ) joue sur la façon d’être reçu et d’appréhender sa place dans les différents espaces sociaux. Le passage d’un ordre social à l’autre (professionnel, religieux, associatif) engendre des interactions différentes avec les autres acteurs. Ainsi les comportements changent pour respecter ou non l’ordre social établi dans chacun de ces espaces. Par exemple, l’affaire du voile à l’école en France émerge, suite à la difficulté de certains acteurs et institutions à accepter la pluralité des identités au sein d’un même ordre, ce qui provoque des tensions, voire des affrontements, entre différents ordres symboliques.

  • 6 Commission européenne, 2004.

32L’appartenance de chaque individu à différents ordres sociaux rassemblés dans un même lieu, dans une même ville, a aussi un impact sur la production de l’ordre social englobant cette ville. Par exemple, la présence d’élèves turcs au sein de l’espace scolaire produit en Allemagne des formes de changement de l’ordre social, les écoles ayant adapté leur règlement à ces élèves : les parents d’élèves sont consultés pour l’accord de la mixité dans la pratique sportive obligatoire6.

La multiplicité des acteurs et des niveaux d’action dans un projet urbain

33L’exemple de la location-vente à Alger illustre la pluralité des acteurs et des niveaux d’action et d’interactions dans un même projet, engendrant une évolution de l’ordre socio-spatial établi (P. Signoles, G. El Kadi, R. Sidi Boumedine, 1999). Plusieurs acteurs peuvent être observés à différents niveaux. Au niveau macro : l’Agence nationale du développement et de l’amélioration du logement (AADL), la Direction de l’urbanisme, la Direction du logement, Au niveau méso : les bureaux d’étude, les entreprises, les associations, Au niveau micro : les architectes, les consultants sociologues,…

  • 7 Le programme location-vente (AADL) est destiné aux couches moyennes de la population, dont le nivea (...)

34Le programme de location-vente impulsé par l’AADL implique des interactions de plusieurs acteurs du niveau macro, mais aussi des interactions entre les différents niveaux d’acteurs. Ainsi, dans un premier temps, l’AADL sollicite la Direction du logement et de l’urbanisme pour le choix des assiettes foncières et de l’implantation des sites AADL au sein de l’espace algérois. Dans un second temps, l’AADL consulte les sociologues pour cibler la catégorie sociale par rapport au revenu ; ils choisissent ensemble la couche moyenne7 et font en sorte de la mettre à proximité du bassin d’emploi correspondant. Suite à l’installation des premiers habitants, des associations se mettent en place afin de les aider en faisant remonter leurs réclamations au niveau macro AADL.

35Les interactions peuvent donc se situer à la fois entre les différents niveaux et à l’intérieur de chaque niveau.

Interactions entre les acteurs : la production de l’ordre social

36Les interactions entre les acteurs qui participent à la production de l’ordre social sont plurielles : elles peuvent relever de la coopération, du clientélisme, de la cooptation, de la négociation, de la confrontation, de l’imposition, de stratégies de contournement, de formes de résistance. Certaines institutions pratiquent aussi la politique du laisser-faire ou encore de l’action par l’inaction, ce qui engendre des formes d’interactions particulières avec les administrés.

37Les interactions peuvent être publiques ou dissimulées à l’instar des « transactions collusives » (M. Dobry, 1986, 110-113). Ainsi, la construction de certains lieux de culte en France est le produit, en raison du statut particulier des religions en France, de négociations en coulisses entre municipalités et acteurs religieux.

38Deux cas concrets, que nous présenterons ici de façon très schématisée, permettent de mieux comprendre ces différents modes d’interactions.

Multiplicité des interactions : le cas des associations de quartier au Maroc

39L’exemple des associations de quartier au Maroc permet de comprendre les multiples interactions entre les différents niveaux (micro, méso, macro) qui participent à la production de l’ordre social.

40De par leurs interactions avec les autorités locales, les acteurs associatifs peuvent participer à la définition et à la négociation des besoins locaux. Cette forme d’interaction se voit d’ailleurs renforcée, depuis 2005, avec le lancement de l’Initiative de développement humain (INDH) censée promouvoir le développement local à travers la collaboration de différentes échelles d’acteurs. Dans le cadre de cette initiative, des acteurs associatifs choisis par les autorités locales agissent comme représentants de la population, permettant une participation aux politiques urbaines, du bas vers le haut. En même temps, ils représentent un canal de transmission du haut vers le bas d’une petite part du budget alloué à ce programme. La répartition de ce budget se fait à travers des services de tout genre (formations, campagnes de vaccination, emplois) offerts aux bénéficiaires de l’association. Ainsi, ces acteurs associatifs jouent un r le crucial de médiation à la fois ascendante et descendante (M. Bennani-Chraibi, 2003, 351).

41La promotion de l’action associative peut également exprimer une forme de cooptation qui permet aux pouvoirs publics d’intégrer les acteurs associatifs aux politiques publiques et de bénéficier de leur expertise et de leur capacité de mobilisation

42(M. Ameur, 1999, 348-350). Les associations permettent également la captation des acteurs sociaux (potentiellement dissidents) dans le cadre de structures repérables et contrôlables (J.-N. Ferrié, 2003). Ainsi, ces associations peuvent également participer à un effort de neutralisation de la contestation politique et de stabilisation d’un ordre social dominant.

43Enfin, toutes ces nouvelles formes d’interactions favorisent l’adaptation et la transformation d’anciennes formes d’interaction entre acteurs (C. Goirand, 1998). Ainsi, depuis quelques années, nous assistons au Maroc à l’apparition d’un clientélisme associatif qui vient s’ajouter aux formes de clientélisme traditionnel (M. Bennani-Chraibi, 2004, 42). Cette forme particulière d’interaction agit à différents niveaux (macro, méso et micro). En période de campagne électorale, par exemple, un acteur associatif pourra monnayer sa capacité de mobilisation de la population locale en faveur d’un candidat en échange de services, d’emplois dans la fonction publique ou encore d’un soutien privilégié de son action associative.

L’organisation des habitants en marge de la politique étatique

44Le second exemple illustre dans les villes algériennes une forme de mobilisation à l’échelle des individus à travers le cas des lotissements résidentiels privés constitués de grandes bâtisses (particulièrement frappantes par leur taille monumentale) pouvant servir de logement pour une famille élargie.

45Cette mobilisation individuelle – ou plus précisément familiale – s’explique d’une part par la pénurie de logement et d’autre part par l’inadéquation des formes de logements collectifs. En effet, ces derniers ne sont pas adaptés à certains besoins et habitudes des habitants de la ville (comme, par exemple, les grandes fêtes et les cérémonies fréquentes) qui prennent donc l’initiative de construire des résidences convenant à ces besoins.

46Cette initiative peut se faire d’une façon formelle (c’est-à-dire avec l’accord des autorités urbaines) ou bien informelle lorsqu’il n’est pas possible d’acquérir un terrain auprès des pouvoirs publics. Dans ce cas, la construction du lotissement résidentiel se fait, sans autorisation, sur des terrains achetés auprès de particuliers.

47Ainsi, dans une certaine mesure, cet exemple illustre un changement de l’ordre social qui se fait par le bas et qui, par sa non-interaction avec les pouvoirs locaux, s’oppose aux politiques d’habitat conventionnelles.

Conclusion

48À travers cette réflexion collective nourrie de nombreux exemples pris en grande partie dans nos thèses en cours, nous ne considérons pas que nous avons fait le tour de la large thématique qui nous a été proposée, mais nous avons plutôt cherché à lancer des pistes. Il s’agissait avant tout de mettre, d’une part l’accent sur le caractère dynamique de l’ordre social et d’autre part d’insister sur la pluralité des acteurs participant à sa production. Ainsi, pour résumer et conclure cette synthèse : l’ordre social urbain est une production collective et continue qui implique un grand nombre d’acteurs et différents types d’interactions, de la négociation au conflit.

Bibliographie

Bibliographie

Abaza Mona, 2006, “Egyptianizing the American dream: Nasr city’s shopping malls, publicorder, and the privatized military”, in Paul Amar et Diane Singerman, Cairo Cosmopolitan: Politics, Culture, and Urban Space in the New Globalized Middle East, Le Caire, The Americain University of Cairo Press, 2006, 193-220.

Abdelkafi Jallal, 1997, « Tunis et son lac. Une ville nouvelle en gestation au cœur de l’agglomération », Architecture méditerranéenne, 150-157.

Ameur Mohamed, 1999, « Les associations de quartier, nouveaux acteurs en milieu urbain marocain », in Pierre Signoles, Galila El Kadi et Rachid Sidi Boumedine (dir.), L’urbain dans le monde arabe. Politique, instruments et acteurs, Paris, CNRS Éditions, 339-354.

Barth Fredrik (dir.), 1969, Ethnic Groups and Boundaries. The Social Organization of Culture Difference, Bergen, Universitetsforlaget, Londres, Allen and Unwin.

Barthel Pierre-Arnaud et Smida Nabil, 2002, « Nouveau lieux communs et modernité urbaine dans l’espace résidentiel Nord de Tunis (El Menzah, El Manar, les Berges du lac) », Correspondances, Bulletin d’information scientifique de l’IRMC, n 69, janv.-fév., 11-17.

Barthel Pierre-Arnaud, 2003, Faire de la ville au bord de l’eau. Les lacs de Tunis : des marges urbaines à des sites de très grands projets d’aménagement. Thèse, Lyon, Université Lumière Lyon 2 (Institut d’urbanisme de Lyon, CNRS UMR 5600).

Bayat Asef, 1996, “Cairo’s poor: dilemmas of survival and solidarit”, Middle East Report, n° 202, winter, 7-12.

Becker Howard, 1985, Outsiders : Études de la sociologie de la déviance, Paris, Métailié.

Bennani-Chraibi Mounia, 2003, « Parcours, cercles et médiations à Casablanca. Tous les chemins mènent à l’action associative de quartier », in Mounia Bennani-Chraibi, Olivier Filleule (dir.), Résistances et protestations dans les sociétés musulmanes, Paris, Presses de Sciences Po, 293-352.

Bennani-Chraibi Mounia, 2004, « Représenter et mobiliser dans l’élection législative au Maroc », in Mounia Bennani-Chraibi, Myriam Catusse et Jean-Claude Santucci, Scènes et coulisses de l’élection au Maroc – Les législatives 2002, Paris, Karthala-IREMAM, 15-53.

Certeau Michel de, Giard Luce et Maillol Pierre, 1990-1994, L’invention du quotidien. 1-Arts de faire. 2– Habiter, cuisiner, Paris, Gallimard (1re édition 1980).

Commission européenne, 2004, L’intégration scolaire des enfants immigrants en Europe, Bruxelles, Eurydice.

Denis Éric, 1996, “Urban planning and growth in Cairo”, Middle East Report, n 202, winter, 7-12.

Dobry Michel, 1986, Sociologie des crises politiques : la dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, Presses de la FNSP.

Elias Norbert et Scotson John, 1997, Logiques de l’exclusion, enquête sociologique au cœur des problèmes d’une communauté, Paris, Fayard (édition anglaise, 1965).

Ferrié Jean-No l, 2003, Les limites d’une démocratisation par la société civile en Afrique du Nord , Maghreb-Machrek, 175, printemps, 15-33.

Foucault Michel, 2003, Surveiller et punir, Paris, Gallimard (1re édition, 1975).

Giddens Anthony, 1987, La constitution de la société : éléments de la théorie de la structuration, Paris, PUF.

Goirand Camille, 1998, « Clientélisme et politisation populaire à Rio de Janeiro », in Jean-Louis Briquet, Frédérik Sawicki (dir.), Le clientélisme politique dans les sociétés contemporaines, Paris, PUF, 111-144.

Gumuchian Hervé, Grasset Éric, Lajarge Romain et Roux Emmanuel, 2003, Les acteurs, ces oubliés du territoire, Paris, Economica, coll. Anthropos.

Gurvitch Georges, 1967, Traité de Sociologie, Paris, PUF.

Lahire Bernard, 2007, L’Homme Pluriel : les ressorts de l’action, Paris, Hachette.

Poutignat Philippe et Streiff-Fenart Jocelyne, 1995, Théories de l’ethnicité, Paris, PUF, Coll. « Le sociologue ».

Signoles Pierre, El Kadi Galila et Sidi Boumedine Rachid (dir.), 1999, L’urbain dans le monde arabe : politiques, instruments et acteurs, Paris, CNRS Éditions.

Wacquant Loïc, 2006, Parias urbains : ghettos, banlieues, États, Paris, La Découverte (1re édition américaine, 2005).

Notes

1 Sur l’exemple de l’ordre urbain au Caire, voir E. Denis, 1997, 7.

2 Asef Bayat évoque la manière dont différents acteurs remettent en question la définition de ce qu’est l’ordre social urbain. Cf. A. Bayat, 1996, 5.

3 Ethniques au sens de la théorie de l’ethnicité : F. Barth, 1969 ; Ph. Poutignat, J. Streiff-Fenart, 1995.

4 Ne serait-ce qu’à travers les tactiques mises en avant par Michel de Certeau (1990-1994), ou encore les espaces autres, ou privés, o l’on développe des comportements violant ceux que l’on a endossés au sein des institutions disciplinaires : A. Giddens, 1987.

5 L’appellation « lac » est clairement une commodité. À l’instar des Tunisiens, nous l’utilisons pour désigner la lagune ; en arabe « Buhayrat Tûnis » ou « Al-Bhîra ». La lagune est située au cœur de la capitale, entre Tunis et La Goulette. Cet écosystème hyper-anthropisé est coupé en deux entités distinctes appelées couramment « Lac Nord » et « Lac Sud ».

6 Commission européenne, 2004.

7 Le programme location-vente (AADL) est destiné aux couches moyennes de la population, dont le niveau de revenus ne dépasse pas cinq (5) fois le SNMG. Il s’agit donc de citoyens (cadres moyens notamment), qui ne peuvent postuler ni au logement social, réservé aux démunis, ni au logement promotionnel (trop cher).

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable