Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ville et l’urbain dans le Monde arabe et en Europe

 | 
Pierre Robert Baduel

Mais qu’est-ce qu’ils fabriquent ?

Expériences, savoirs et savoir faire en matière d’urbanisme et d’aménagement au Maghreb

Jean-Pierre Frey

Texte intégral

1L’impression d’ensemble et les réflexions que je tire des travaux consacrés plus particulièrement aux expériences, savoirs et savoir-faire en matière d’urbanisme et d’aménagement adaptés au Maghreb pourraient être résumées par une formule : le choc des images, le poids des mots et le coût des opérations. Le rapide survol des thèmes abordés, des divergences de vue exprimées mais aussi des commentaires faits en aparté ou de façon informelle me convainquent de l’apparition de profondes mutations dans les façons de faire et de concevoir aussi bien les outils de l’action que l’objet ou la matière que les procédures et politiques entendent adapter à ce qui se passe sur le terrain.

Les images pour le faire

2Je partirais volontiers de deux constats concernant les interrogations récentes sur les outils, les méthodes et les objets de l’urbanisme, que ce soit en termes de recherches théoriques ou de pratiques opérationnelles. Les deux approches me paraissent au demeurant de plus en plus liées par une sorte de désarroi sur la réelle portée des idées que l’on peut véhiculer, afficher ou mettre en œuvre sous une forme ou sous une autre en la matière.

3Il me semble tout d’abord que la modernisation de l’espace urbain, dont on suit le développement depuis le milieu du xixe siècle, condamne les habitants et la société globale à refaire systématiquement la ville, la réparer, la rectifier, l’améliorer constamment au gré des innovations technologiques ou des exigences du confort plutôt qu’elle ne vise la réalisation d’une œuvre clairement préconçue. C’est sans doute là que la ville comme objet des modalités de fabrication ou d’usage des lieux perd de son sens et cède progressivement la place à un processus d’accompagnement d’une croissance et d’une métamorphose de ce que depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale nous appelons l’espace urbain, et qui échappe toujours peu ou prou à la maîtrise des opérateurs. Ou plutôt, cette maîtrise se démultiplie, se fragmente avec une division accrue du travail et une tension constamment renouvelée et déplacée entre les autorités et les citoyens en quête de citadinités nouvelles, comme du reste entre les groupes sociaux eux-mêmes selon des possibilités d’action très variables et un subtil jeu distinctif. Il y a une sorte d’urbanisation de la distinction sociale dans laquelle le monde du travail cède sans doute de plus en plus le pas à celui, non pas forcément des loisirs, mais plutôt d’un habiter qui assoit son hégémonie sur le territoire.

4La dialectique selon laquelle les choses évoluent pose rapidement la question de l’instrumentalisation sociale et politique de l’espace ainsi que celle d’un droit à la ville réclamé depuis longtemps (H. Lefebvre, 1968 ; 1972). Après avoir été marqué du sceau d’une lutte des classes manifeste aussi bien dans les mouvements sociaux que dans des formes plus ou moins marquées de ségrégation spatiale (notamment selon une opposition entre le centre et la périphérie permettant à Henri Lefebvre de parler de processus d’implosion/ explosion), l’espace urbain, en quelque sorte approprié par tout le monde – mais à des titres divers, se fabrique de plus en plus selon une opposition entre ceux qui, en tant que professionnels, mettent en œuvre une politique garante du respect du droit et des formes légales d’action et ceux, en nombre grandissant, qui contribuent de façon plus ou moins informelle, mais surtout ingénieuse et inventive, à façonner des pans entiers d’un paysage dont on peut craindre, dans ses aspects écologiques et environnementaux, qu’il ne finisse par échapper à tout le monde ou appelle des moyens considérables de contrôle et de réparation. Cette montée en puissance des façons de faire valoir les formes de sociabilité des habitants dans les savoirs et façons de procéder des professionnels est au principe de cette sociologie des aspirations que Paul-Henry Chombart de Lauwe (1969 ; J.-P. Frey, 2001, 27-55) appelait de ses vœux comme une sorte d’épanouissement des sujets dans une société de consommation comblant les besoins de plus démunis, ouvrant en quelque sorte la voie à une émancipation des contraintes que l’espace urbain dans ses travers insalubres imposait aux familles ouvrières. Nous avions imaginé Henri Raymond et moi-même, à partir d’un constat moins optimiste sur les possibilités de traduire la demande sociale en termes préhensibles par la technostructure et les professionnels tous plus ou moins bureaucrates, de faire plutôt une sociologie de la contrariété (H. Raymond, J.-P. Frey, E. Trouard-Riolle, 1977), s’intéressant à cette sorte de civilisation généralisée des conditions contradictoires ou décalées de production et d’usage des lieux, et remplaçant la subversion par un bricolage réformateur de la virulente dialectique lefebvrienne jetée à la figure des aménageurs patentés de tous poils (H. Lefebvre, 1967). Nous pensions en effet que, notamment par le biais de la formation des architectes et d’une pédagogie déjouant les pièges de l’engouement immodéré des modernes pour l’innovation et un certain mépris de l’habitant ou une attitude pour le moins condescendante pour toute forme de culture architecture vernaculaire, qu’il serait possible de grignoter du terrain dans le sens d’une démocratisation accrue des façons de procéder. La participation n’étant plus alors que le godemiché vicieusement tendu par les professionnels pour obtenir les positions qui les arrangeaient le plus pour arriver à leurs fins, aussi avenantes fussent-elles, en faisant avaler des couleuvres à des habitants tenus de se substituer aux aménageurs sans en avoir ni les prérogatives ni les rétributions, qu’elles soient symboliques ou pécuniaires (J. Godbout, 1983).

5D’une certaine façon, et ce sera mon deuxième constat, ce sont les débordements des autorités dans les villes du Tiers monde face au poids démographique de nouveaux urbains démunis et la perte de maîtrise des professionnels en tout genre face à une compétence grandissante des habitants en quête d’émancipation par rapport aux cadres légaux par le biais du bricolage et du travail au noir qui vont en quelque sorte démultiplier les moyens d’action sur la ville. Au bout du compte, mais nous ne sommes sans doute qu’au milieu du gué, les divers acteurs en présence parlent de moins en moins de la même chose dans la mesure o leurs pratiques et leurs représentations ne visent que de plus en plus rarement les mêmes objets, les mêmes réalisations. Nous ne sommes plus, non plus, dans des oppositions catégoriques selon lesquelles la ville bourgeoise (dont la forme canonique peut être celle du Paris haussmannien cher à Walter Benjamin (1989) trouverait son antithèse et sa perte dans une ville populaire ou prolétarienne (dont l’une des figures emblématiques décrites par Licia Valadarès est la favella carioca [2006]). Celle-ci opérerait le dépassement des contradictions de classes vers le territoire d’une redistribution plus ou moins équitable de richesses livrées avec plus de profusion que de réelle utilité par une société de consommation, qui s’insinue dans tous les pores de la société arborant cyniquement ses nouvelles prétentions à une mondialisation libérale. Il semble que, même pour ce qui concerne l’interprétation des gated communities – qui ne sont jamais que l’actualisation d’un entre-soi confortable loin des brassages des agglomérations, l’espace urbain offre plus des formes et occasions de cohabitation o chacun entend et réussit à faire son trou o il peut – et parfois clairement o il veut – qu’il n’impose son ordre aux autres et sa vision de la ville à l’ensemble de la société. L’espace urbain devient ainsi une sorte de terrain d’entente, une plate-forme commune se prêtant à des usages multiples qui se superposent, s’entrecroisent et permettent de concilier des façons très diversifiées de pratiquer la ville et de naviguer dans un espace organisé comme une sorte de mille feuilles en en découvrant les facettes constamment renouvelées grâce à une mobilité accrue.

6Je tirerai surtout de ces deux constats la conclusion qu’il n’y a plus de vue unique, d’image globale d’un espace urbain qui se prêterait de ce fait aux visées téléologiques des professionnels de la planification et surtout susceptible de faire l’objet d’une projétation unitaire, et donc à l’établissement d’un plan d’ensemble susceptible de faire consensus en disant la même chose à toutes les parties prenantes. C’est sans doute la raison pour laquelle l’écart se creuse entre un schéma structurel global et toujours un peu elliptique sur son contenu morphologique réel – nécessaire à une sorte d’orchestration des partitions de chacun sur des terrains et territoires séparés –, et des projets partiels plus élaborés au point de vue de la forme et des propositions morphologiques et dont on attend qu’ils composent avec les caractéristiques proprement architecturales des édifices. Cette tension entre une planification à base géographique penchant plutôt du c té de la maîtrise d’ouvrage et une projétation préoccupée de façonnage architectural donne lieu à de multiples façons de procéder dans la fabrication de la ville faisant parfois de l’iconographie un outil au r le incertain et à la portée évasive, au-delà de l’opposition désormais classique entre town-planning et urban-design (L.C. de Queiroz Ribeiro, R. Pechman, 1996).

7Dans cette ville en plan (J.-P. Gaudin, 1985), et souvent en panne de ses plans, ce sont toutes les certitudes et les prétentions d’une efficacité objectale, sans doute plus que réellement objective, qui sont battues en brèche par cette sorte d’évaporation de l’image globale et consensuelle d’un espace social à visage urbain. En inventant l’espace euclidien et en adoptant la géométrie projective à l’échelle comme moyen privilégié d’action pour produire des édifices et réguler leur urbanité grandissante (G. C. Argan, 1952), les architectes de la Renaissance italienne ne font pas qu’affirmer la suprématie des techniques que l’on dira occidentales dans le développement du capitalisme. Ils inventent de quoi assumer les contradictions induites par la mise à profit du sol, des édifices et des activités qu’elles accueillent dans une sorte de lotissement grandissant des richesses (H. Lefebvre, 1974 ; J.-P. Frey, 1980). Le plan (comme du reste la carte dans la navigation maritime) permet en effet de concilier, grâce à une mise en image objectiviste des configurations matérielles sur le terrain, les transformations ponctuelles opérées à l’initiative d’individus s’émancipant d’un r le social convenu et reproduit à l’identique – comme dans les sociétés qu’on a pu dire à l’histoire froide – et une organisation globale dont la dynamique fera d’autant plus figure d’être autonome qu’elle ne coïncidera plus avec les vues et visées des divers acteurs en présence. Mais alors que les mécanismes et procédures de prévision, de préfiguration, de planification et de programmation, bref d’instrumentalisation iconologique et iconographique de l’espace pourront au cours d’une histoire proprement moderne trouver un point d’appui et une légitimité évidente dans la mobilisation des regards et attentions sur une image édifiante des lieux, le processus actuel d’urbanisation, à la fois effréné et proliférant, rend non seulement toute image globale désuète ou incertaine, mais surtout impertinente et inefficace dans la maîtrise des opérations.

8Dans ce qu’on pourrait, dès lors, stigmatiser comme une aventure procédurière de déterritorialisation généralisée et d’organisation réticulaire hors sol de multiples flux et trajectoires, il y a autant d’images de la ville qu’il y a de postures institutionnelles et de façon de concevoir non pas les objets, mais la nature même des opérations. Dit autrement, nous ne sommes jamais assurés du résultat final d’une procédure mettant en application des textes et des règlements non seulement parce que les démarches sont itératives et négociées sans que l’on ait quelque assurance préalable sur la nature exacte du produit fini, mais surtout dans la mesure o l’objet même des plans, cartes et projets est de moins en moins de nous montrer (en procédant à une sorte d’arrêt sur image d’un film au synopsis reconsidéré au gré des rapports de force et des blocages divers) les caractéristiques physiques du produit. Il va bien falloir admettre, non seulement dans la pratique opérationnelle – o l’on s’en rend compte en s’affligeant que ça ne puisse pas marcher autrement – mais aussi dans le cadre de la recherche fondamentale, que les documents d’urbanisme sont résolument en train de changer de sens depuis que l’échec de l’art urbain a annoncé un éclatement des supports à la décision (M.-H. Bacqué, Y. Sintomer, 2001, 148-155). Les concours, qu’ils soient d’idée en matière d’aménagement ou architecturaux en vue de l’attribution d’un marché de maîtrise d’œuvre d’un édifice public, engendrent des images et des rendus dont les effets d’annonce et les gestes publicitaires sont tels que les images orientant les décisions n’ont que peu de choses à voir avec ce qui sera bâti. Dans un autre contexte, mais le fond de l’affaire est sans doute le même, il n’est que de voir le peu de rapport qui existe entre un dossier de permis de construire en Algérie et les édifices réalisés, ou bien encore les conditions d’élaboration de plans d’aménagement qui ne tiennent pas compte de ce qui existe sur le terrain(oh ! ironie pour ne pas avoir été planifié par les services de l’État) pour se convaincre du fait que les images ne sauraient être considérées comme des représentations un tant soi peu objectives et fiables de la réalité matérielle sur le terrain (J.-Y. Toussaint, 1993 ; J.-Y. Toussaint, C. Younès, 1997). En somme, les images préjugent et témoignent plus d’un processus de négociation sur des affectations budgétaires et le partage d’un marché plus ou moins juteux qu’elles ne nous indiquent qu’on finira par découvrir sur le terrain une fois les opérations terminées, si tant est qu’elles puissent l’être à court terme…

9On peut aussi ne pas avoir les mêmes vues et visées sur l’espace à partir des supports produits comme des sortes de prétextes aux débats et aux décisions, tout simplement parce que les choses ne sont pas vues sous un même angle. Des différences radicales auront toutes les chances de subsister tant que les divers acteurs s’ignoreront plutôt que de se mettre d’accord sur le sens exact des images et des mots, ce qui est toujours délicat à cause des différences de culture sur lesquelles reposent les disparités sociales d’instrumentalisation de l’espace. De la même façon que l’abord des questions administratives ne peut que poser problème à des analphabètes, celle de l’organisation des formes à partir du dessin, accro t les écarts selon les niveaux sociaux. Du coup, des documents (images ou textes, d’ailleurs) de même nature et présentant les mêmes faiblesses dans leur objectivisme ne fonctionnent absolument pas de la même façon selon les niveaux de culture, de connaissances et de compétences des acteurs en présence selon les sociétés. L’importation des techniques et procédures, des cadres juridiques et réglementaires, et les comparaisons que nous sommes en mesure de faire d’un pays à l’autre – et pas seulement dans des échanges Nord-Sud encore emprunts de domination coloniale, mais au sein même des pays du Maghreb à cause de leurs différences de rapport à l’État et de leurs morphologies tant sociales que spatiales respectives – ne peuvent que fausser la question des échanges, parfois de façon ravageuse (R. Jaulin, 1970). Non pas que la communication soit impossible et l’incompréhension une fatalité, mais qu’il nous faille revoir ce dont on parle pour réellement s’entendre sur le contenu des discours sur les images et les messages iconiques eux-mêmes.

10Par exemple, dès lors que nous sommes convenus du fait qu’un plan d’urbanisme est plus l’étape d’une procédure et un support parmi d’autres à des négociations, il devient moins pertinent de le présenter pour ce qu’il esquisse des caractéristiques du terrain et des réalisations que d’en donner la véritable clef en explicitant à quels types de négociations, marchandages, divergences de vue, affrontement et décisions auquel il a, aura, ou sera susceptible de donner lieu.

Les mots pour le dire

11Il me semble que l’une des principales caractéristiques de l’urbanisation de ces principaux pays du Maghreb, que sont l’Algérie, le Maroc et la Tunisie, est que l’on trouve assez systématiquement sur le terrain, mais à des titres et sous des formes diverses, des réalisations en contradiction avec ce que dit le droit et ce que cherchent à imposer les règlements. Il y bien sûr ce qui échappe au contrôle des autorités et que l’on dénomme toujours assez improprement informel (alors qu’il y a des formes), illicite (mais qui bénéficie de complicités ou de bienveillance), autoconstruit (mais avec une division du travail et des tâcherons en tout genre), spontané (comme s’il n’y avait de nombreuses rationalités et raisonnements mis en œuvre et que les opérations officielles étaient plus réfléchies). Arrêtons aussi de faire comme si le contournement des procédures et des cadres légaux était toujours le fait des plus démunis et de l’ordre d’un débordement lié à la méconnaissance des textes. Il y a en fait – et sans que l’on puisse en faire un trait anthropologique comme l’hypocrisie ou des arrangements de l’ordre d’un système D généralisé, encore que – de multiples contradictions entre ce que l’on dit, ce que l’on prétend faire et ce que l’on fait réellement. Il y a en la matière des imprécisions de langage qui prêtent beaucoup aux riches et peu aux pauvres. Faire entendre à un architecte praticien que son travail ne consiste pas à construire mais à mener à bien un ensemble d’opérations conduisant à la réalisation d’un édifice tient parfois de la gageure. Dire « Venez voir ce que j’ai construit » est un abus de langage, si l’on veut bien admettre que la construction proprement dite consiste moins à dessiner le plan d’un édifice et à veiller à sa plus ou moins bonne exécution qu’à fabriquer l’édifice lui-même sur le chantier avec une pelle, une truelle, etc. Mais la gestion consciente, rationnelle et supposant quelque concertation ou connivence dans la façon de faire le contraire de ce qui est normalement prévu s’appelle dérogation dès lors qu’il s’agit de faire des entorses autorisées à l’ordre établi pour régler certains problèmes au cas par cas. Le reste doit s’appeler passe-droit, détournement, abus de biens sociaux, concussion, corruption, pratiques suffisamment répandues dans les domaines de l’urbanisme et de l’aménagement pour que l’on puisse légitimement s’étonner que l’on n’en parle pas plus, surtout en matière de recherche. Discours convenus et langues de bois caractérisent en général les discours techno-bureaucratiques des responsables politiques et de fonctionnaires plus soucieux de lisser les aspérités râpeuses de procédures tordues ou chaotiques que de mettre les pieds dans le plat pour faire bouger les choses. Il faut reconnaître aussi que les milieux scientifiques en quête de faveurs, de financements et de reconnaissances médiatiques font de plus en plus montre de complaisances coupables dans leur façon de parler de leurs objets. De subreptices, mais ravageuses, concessions à un discours plus journalistique que scientifique, aboutit à un politiquement correct qui détourne les chercheurs des réflexions de fond. Faire passer un slogan publicitaire imagé, ou ce qu’on appelle un parti architectural pour un concept, tient radicalement de l’escroquerie de drogués analphabètes s’intoxiquant sans vergogne en toute impunité. « Développement durable », « gouvernance », « ville émergence », néo-, post-et autres amuse-gueule du paraître intelligent mondain sont plus de grossiers slogans permettant de surfer à l’aise dans l’air du temps que de réels concepts supposant esprit critique, rigueur, méthode et argumentation.

12Même lorsque l’on fait un peu attention à ce qu’on dit, ce qui est supposé être la règle dans les colloques dits scientifiques, on ne peut que noter des divergences de vue, des décalages et des dissensions entre ce qui est dit et la réalité dont on parle. Le même texte réglementaire (par exemple emprunté à la législation française) et appliqué aux divers pays du Maghreb ne correspond jamais à un même ordre de réalité, car les mêmes mots ne désignent pas forcément les mêmes choses selon les cultures et ce que nous avons appelé intrumentalisation de l’espace, qui reste une donnée anthropologique irréductible. Un document iconographique (notamment les plans, mais pas uniquement) ou le texte d’une loi ou d’un règlement ne sauraient avoir le même sens selon que le lecteur est plus ou moins alphabétisé ou familiarisé avec une culture savante, qui constitue le champ de prédilection des professionnels. Le souci de s’enquérir des conditions de réception des documents officiels devrait présider à l’élaboration des documents ou tout au moins retenir plus souvent l’attention des chercheurs, car la quête parfois désespérée de la conformité des faits et gestes de la population avec les objectifs affichés d’une politique urbaine aussi pertinente et généreuse soit-elle fait trop souvent l’impasse sur les raisons que l’on peut avoir, que l’on soit simple citoyen habitant ou professionnel averti, de ne pas tenir compte des règles établies (I. Berry-Chikhaoui, A. Deboulet, 2000). Il n’est que de lire la notice du mode d’emploi d’un appareil un peu sophistiqué dans son maniement pour se convaincre du fait qu’il est plus ravageur de confier la rédaction à un spécialiste plutôt qu’au plus abruti des néophytes. À bon entendeur, salut.

13La question essentielle reste de savoir comment on peut être assuré de parler de la même chose, en quelque sorte en deçà de divergences de vue argumentées, politiquement ou socialement explicables. Le dialogue permet certes de lever certaines ambiguïtés, mais rien ne remplacerait un travail spécifique d’ordre philologique sur le vocabulaire tel qu’il est couramment utilisé. J’en appellerai ainsi à un dictionnaire non pas de concepts – ce qui dans un champ aussi peu scientifique et pluridisciplinaire serait pour le moins présomptueux – mais des notions, des idées produites, reçues et véhiculées aussi bien par le sens commun que par les milieux dits « autorisés » de spécialistes divers, sorte de bêtisier de Bouvard et Pécuchet de l’urbanisme. L’objectif serait d’y exprimer le plus clairement et le plus exhaustivement possible ce que le choix d’un mot plutôt que d’un autre, d’une formule ou d’une expression particulière exprime directement, mais sans doute plutôt par dénotation ou connotation, des positions institutionnelles et des postures idéologiques, qu’au sens littéral du terme. Une comparaison sur les variations de vocabulaire selon les pays et les régions serait manifestement très instructive aussi bien sur les mentalités que sur les problèmes réels qu’elles permettent de désigner (J.-P. Frey, 1999, 63-71 ; Ch. Topalov, 2002). Nous gagnerions surtout à être plus attentifs aux problèmes de traduction entre les langues qui parfois cohabitent, souvent se mélangent, voire se contredisent, mais surtout s’enrichissent mutuellement au contact de réalités perçues et dites différemment selon les acteurs en présence. Disons plus simplement qu’un dictionnaire français, arabe (dialectal et classique), berbère (ce qui veut dire au moins kabyle, chaoui, chleuh, touareg), permettant de consigner les principaux mots et expressions du langage et des textes administratifs ou des parlers populaires, serait comme le sel d’une terre fraîchement urbanisée.

14Il va de soi que ce dictionnaire comporterait la liste des nomenclatures officielles complétée par celle des désignations vernaculaires des métiers, professions, r les et statuts des acteurs de l’aménagement tels que nous y faisons aussi régulièrement qu’inconsidérément allusion pour nous croire familiarisés avec les types de savoirs et de compétences dont ils sont – ou sensés être – porteurs. Nous serions sans doute étonnés de découvrir les écarts qui existent entre l’image que l’on donne à voir d’un métier et les conditions effectives de son exercice. Un peu comme les comédiens passent plus de temps à attendre sur les lieux d’un tournage (ou près du téléphone) qu’à figurer effectivement sur des plans-séquences, les professionnels de l’aménagement passent sans doute plus de temps à régler des questions bassement pratiques qu’à statuer sur l’organisation des lieux. Ceci renvoie à une économie des conditions de travail sur laquelle je compte acheminer la réflexion.

15Quel peut donc bien être le statut des textes auxquels nous avons fait allusion ou dont nous avons l’occasion de parler dans des rencontres scientifiques ? Je me risquerai à en évoquer quelques-uns en m’abstenant de trancher, car la question du sens des mots – ou plutôt de l’écriture elle-même – mérite d’être traitée plus méthodiquement que dans un exposé que je conçois volontiers comme un peu provocateur. Un code de l’urbanisme, un texte de loi, des notes de service, circulaires, règlements et autre littérature toujours plutôt ingrate et rébarbative peuvent en effet servir à légitimer (coûte que coûte) l’action et l’autorité de l’état au nom d’un intérêt général, qu’il conviendrait sans doute d’examiner de plus près. La prolifération des textes dans leurs conditions pratiques d’application peut aussi servir à produire et à entretenir un nombre d’agents que le libéralisme trouve toujours pléthorique, mais qui peuvent être réellement nécessaires à la bonne marche des procédures pour peu qu’ils y travaillent réellement plutôt que de faire dans la perruque ou la bricole administrative. À quelle population a-t-on affaire (compétences et poids démographique) et que sont ses performances, selon les secteurs, les régimes, les régions – notamment du grand sud – et les pays ? Plus prosaïquement, et pour peu que l’on veuille bien admettre que nous avons affaire à des processus dont le sens se révèle surtout sur la longue durée – même si leur déroulement effectif tient de la contradiction entre l’urgence des échéances et la lenteur des procédures et instructions de dossiers – les textes produits participent d’une réification généralisée des pratiques qui, si elle échappe à la critique rongeuse des souris, sera destinée à édifier les générations futures sur les turpitudes et les vanités de notre temps. Cette mémoire, permettant de sortir de l’amnésie nécessaire à la genèse performante des opérations et de l’insignifiance trompeuse de la gestion routinière, mérite d’être conservée dans de bonnes conditions dans ce qui pourrait devenir, à l’instar du Musée social, un musée de ce laboratoire urbain que constitue le Maghreb. Nous pourrions l’appeler le Musée urbain maghrébin. Reste enfin, comme nous le rappelle régulièrement avec force conviction Jellal Abdelkafi, que les textes participent de la construction d’un droit propre aux divers pays non seulement face à un désordre déplorable, mais surtout en s’émancipant progressivement d’une domination coloniale, plutôt qu’il n’emprunte à son ancienne métropole des formules toutes trouvées.

16Tout cela participe tout de même d’une bureaucratisation considérable de la façon de fabriquer la ville, et sans doute cette bureaucratisation témoigne-t-elle du passage d’une production de la ville comme agglomération bien délimitée à la gestion d’un espace urbain qui participe de la mise en œuvre – voire à sac – d’un territoire en voie d’urbanisation généralisée qu’à une entité spatiale autonome. Il ressort en effet des travaux de Bernard Huet, Henri Raymond et Liliane Dufour sur la Sicile baroque (H. Raymond, B. Huet, L. Dufour, 1977 ; H. Raymond, L. Dufour, 1994) de la reconstruction du Val de Noto après le tremblement de terre de 1693 que la fabrication des somptueuses villes de Noto ou de Granmichele a pu se faire à partir d’un simple schéma traçant la limite entre les lots constructibles et les voies publiques, et de simples injonctions orales aux habitants et aux artisans. Par comparaison, la moindre ville nouvelle actuelle engendre des tonnes de documents pour un résultat peut-être plus sophistiqué, mais nettement moins convaincant sur le plan du cadre de vie et de l’esthétique.

Pour une critique de l’économie politique de la fabrication urbaine

17C’est bien évidemment en hommage à Marx que je reprends à mon compte cette expression, qu’on retrouve aussi chez Baudrillard (1972 ; 1976), qui indique en même temps qu’il conviendrait de se donner les moyens d’établir une sorte de bilan financier global des opérations d’urbanisme – et pas seulement de ce qui est officiellement budgétisé de façon comptable – et que la critique n’a en quelque sorte pas de sens si l’on ne tient pas compte de la part considérable que représente le capital vivant dans ce qui apparaît comme une véritable uvre collective de la société dans son ensemble plutôt que comme la somme des réalisations d’entreprises tant t publiques, tant t privées.

18Pour des raisons liées à une composition organique du capital résolument liée aux contraintes de tout lieu et de n’importe quel site, on sait que le secteur des BTP résiste à la fois à une industrialisation des procédés de fabrication aussi performante que celle des objets, et notamment les véhicules depuis le début du xxe siècle, et entend systématiquement mettre à profit une déqualification de la force de travail pour tenter de réduire les coûts d’une bien de consommation dont on ne peut se dispenser : l’habitat urbain équipé. Les économies dans ce secteur ont donc tout lieu de se faire sur la part la plus fragile et superstructurelle, les études préalables, les enquêtes urbaines et sociales, le travail de prospective, de programmation et de planification. Du reste, on voit bien que les économies réalisées par les masses populaires dans la production vernaculaire de l’habitat urbain et des espaces que les collectivités doivent au bout du compte gérer sur des fonds publics portent plus sur la maîtrise d’œuvre que sur les matériaux et les biens de consommation courante. L’analyse urbaine, la mise en forme des lieux et la production esthétique apparaissent clairement comme la part maudite de la production capitaliste actuelle de l’espace, un peu comme si l’architecture désossée et l’espace urbain retourné (dont l’image idéal-typique nous est donnée par le Centre Georges Pompidou) ne montraient plus que l’envers du décor honteux d’une esthétique architecturale et urbaine sacrifiée sur l’h tel du profit et d’opportunités foncièrement spéculatives.

19En faisant allusion à la formation des professionnels, et notamment les architectes, nous avons un gâchis gigantesque. Il faut bien dire que la profession d’architecte est de plus en plus sinistrée et que les métiers correspondant à l’ensemble des tâches requises pour faire de l’urbanisme sont encore très mal institutionnalisées et trop peu reconnues pour l’utilité publique qu’ils représentent. Mais il semble surtout y avoir une distance qui se creuse dangereusement entre un système pédagogique obsolète et inadapté aux conditions d’exercice d’un ensemble de plus en plus diversifié de métiers. Entre les réalités du terrain (y compris dans ses caractéristiques sociales et aspects administratifs), la formation et les tâches à accomplir, les écarts ne cessent de se creuser. Les investissements consentis dans la formation de ces professionnels, supposés de haut niveau compte tenu de la complexité des problèmes et de la durée correspondante des études, apparaissent d’autant plus dérisoires que la surévaluation symbolique des métiers soi-disant artistiques se fait largement au détriment de la formation à des métiers manuels injustement négligés, disqualifiés parce que déqualifiés, alors qu’il suffit de s’enquérir de la qualité du second œuvre des édifices pour se rendre compte de leur utilité. Un bon artisan, un plombier rapide et efficace, un peintre évitant les coulures (qui seront encore pour longtemps la marque de fabrique des édifices en Algérie) n’ont, comme le dit le sens commun, « pas de prix » si tant est que l’on arrive à mettre la main dessus. La formation des artisans, des ouvriers et des tâcherons, quels que soient les corps de métiers, mériteraient sans doute plus de moyens financiers et moins d’indignité pour garantir des prestations de qualité aussi bien dans l’espace domestique que dans les lieux publics. Les sanitaires dans la plupart des équipements publics mériteraient à eux seuls une analyse approfondie dans l’optique défendue notamment par des Georges Vigarello (1985) ou Roger-Henri Guerrand (1985 ; 2001 ; R.-H. Guerrand, F. Beaupré, 1997). L’attribution de labels, ou l’expression officielle d’un opprobre de la part des autorités – un peu comme c’est le cas pour l’hygiène dans la restauration et les étoiles pour le catalogage normalisé des établissements dans l’hôtellerie – ne nuiraient certainement pas à une amélioration de la situation. Si l’on sait bien que les cordonniers sont souvent les plus mal chaussés, un simple coup d’œil sur les écoles d’architecture devrait dissuader tout étudiant encore doté des capacités ordinaires de perception et de jugement dont le crédite une éducation citoyenne de base (c’est-à-dire juste après le bac et avant que l’irréparable ne soit commis par un engouement immodéré pour la rêverie créative) de s’engager dans ce genre d’études, au demeurant très longues. Le paradoxe de cette misère de l’économie de la production des compétences est que les plus qualifiés sont souvent les plus frappés par le chômage (mais ce sont aussi ceux dont les lacunes et les incompétences sont les plus criantes et les plus dommageables à l’intérêt général), les moins qualifiés étant les plus soumis aux flux migratoires au point qu’il faut de plus en plus faire appel à l’extérieur (en l’occurrence les entreprises et la main-d’œuvre chinoises depuis peu en Algérie) pour mener à bien, et dans les délais impartis, les constructions censées être les plus délicates et les plus soignées.

20Dans ce qui gagnerait à devenir une véritable gestion des ressources humaines de la production de la ville, il va de soi que l’évaluation des investissements consentis au plus juste de leur coût est d’autant plus délicate à opérer que la majeure partie du temps de travail consacré à la fabrication, à la réparation, à l’entretien et à l’embellissement des lieux ne fait que partiellement l’objet d’une rémunération et de pratique comptables. On sait aussi que le jardinage à domicile dans l’habitat pavillonnaire garantit plus le caractère verdoyant et arboré du paysage urbain que l’aménagement public des espaces verts planifiés dans les Grands ensembles. Dans les conflits et rivalités entre les services publics dotés de modalités d’action officielles et les secteurs informels de la contribution vernaculaire à la fabrique de la ville, on néglige trop souvent les échanges de bons procédés envisageables, les complémentarités, les innovations et les solutions souvent ingénieuses (comme l’habitat d’extension en hauteur des maisons urbaines familiales (N. Semmoud, 2001), ou les activités commerciales pour constituer progressivement les fonds à investir dans l’immobilier) dont la planification gagnerait à s’inspirer plutôt qu’à les combattre aveuglement.

21La rationalisation des coûts, que l’on n’envisage guère malheureusement qu’en termes de réduction des effectifs dans la fonction publique selon le modèle libéral américain – dont je ne suis pas sûr qu’il corresponde à la conception culturelle assez particulière des emplois et des prestations de service au Maghreb –, supposerait une sorte de mise à plat des contributions (et de l’évaluation financière) de chacun, des procédures administratives et des programmes les plus lourds aux tâches les plus modestes, afin de remettre en somme les pendules à l’heure. Il faut bien par ailleurs s’inquiéter d’une sorte de juridiciarisation, voire pénalisation systématique des litiges et contentieux qui, outre l’allongement déjà fortement aléatoire de leur règlement habituel, majore considérablement les coûts aussi bien humains que financiers des opérations. En glissant subrepticement d’un urbanisme de projets et de programmes conquérants de la périphérie urbaine à un urbanisme de contrôle du vernaculaire – comme du reste aussi de l’officiel mais selon d’autres modalités –, de rectification des bévues officielles comme de l’imprévoyance des néophytes, de résorption de ce qui échappe aux normes établies et d’une amélioration progressive d’un bâti existant récent de plus en plus pesant, les pays du Maghreb s’engagent sur une voie plus que délicate. Si cette voie fut, comme souvent dans les périodes récentes, dessinée par les pays européens, c’est dans des conditions nettement plus défavorables et pour faire face à une situation nettement plus déplorable qu’en Europe que les trois pays du Maghreb l’emprunteront, tout en étant condamnés à inventer un arsenal juridique et procédurier adapté à leurs situations respectives. Au moment o nous dynamitons en France des réalisations des années 1960, peut-être y aurait-il lieu, fort de cette expérience déplorable de la modernité, de promouvoir des constructions éphémères, provisoires, facilement modifiables plutôt que de construire inconsidérément en dur dès le départ.

22Nous voyons personnellement là l’une des contradictions majeures du système productif des pays qui se lancent dans une urbanisation effrénée. C’est alors que les populations subissent une mutation rapide de leur structure familiale et de réorganisation de leurs relations de travail et de voisinage que les espaces se figent et que la mobilité résidentielle intra-urbaine est la plus entravée (cas de l’Algérie). C’est alors que l’on a le plus d’incertitudes sur la localisation géographique des activités que l’on quitte la campagne pour se sédentariser dans un espace urbain basculant vers le littoral (cas du Maroc). C’est alors qu’il faudrait lâcher la bride aux professionnels et à des populations dont l’urbanité nouvelle ne cesse de s’affirmer que le caractère bureaucratique et policier du régime favorise les initiatives débridées et entrave les démarches d’intérêt général (cas de la Tunisie). À force de devoir prendre le contre-pied de ce qui se fait d’illégal ou d’illicite sur le terrain, et donc indépendamment de l’action officielle, on peut craindre que la conception même des procédures de fabrication de la ville tienne plus d’un espace censure que de l’accompagnement et de l’encadrement judicieux, économique et pertinent de ce que nous nommons une urbanistique d’émanation populaire qui, quelles que soient les critiques plus ou moins légitimes que l’on peut lui adresser, pèse d’un poids de plus en plus lourd sur l’avenir des villes.

23On sait aussi que les dévoiements et les détournements (notamment de fonds) sont des façons de faire qui mériteraient d’être analysées et combattues comme telles. Un colloque qui porterait sur le thème « Urbanisme et corruption », bien qu’il puisse fort bien ne pas avoir l’assentiment et le soutien financier des autorités (qui gagneraient pourtant à être objectivement éclairées sur des pratiques qu’elles réprouvent officiellement tout en les couvant en son sein), offrirait l’occasion de regarder les choses en face et donnerait matière à des enseignements moins candides que ceux habituellement dispensés dans les institutions de formation aux métiers de l’architecture, de l’urbanisme et de l’aménagement.

24Pour conclure ces brèves considérations, j’aurais tendance à en appeler à une sorte de suivi anthropologique des démarches mises en œuvre selon le regard croisé des praticiens et des théoriciens de l’urbanisme et de l’aménagement, de façon, notamment, à faire ressortir les échanges de bons procédés selon les divers degrés ou les étapes successives d’une instrumentalisation de l’espace variable selon les pays et les cultures. On ne peut plus faire en effet comme si les techniques, les méthodes et les procédures échappaient aux cultures locales et aux rapports politiques au point d’accéder à une neutralité dans une sorte d’efficience universelle. C’est d’autant moins le cas que les divers groupes d’habitants et d’acteurs qui composent les populations urbaines interviennent de plus en plus dans la production de l’espace et la fabrique de la ville en participant directement non pas simplement du maniement des outils conceptuels et techniques, mais à une conception dont la part de l’usage et de la vie quotidienne des citadins pèse d’un poids de plus en plus lourd et reconnu comme tel. Interfaces, affrontements, appropriations non seulement des lieux mais aussi des procédures constituent désormais un matériau d’une importance suffisante pour constituer la matière de travaux d’un ordre qu’on pourra dire praxéologique selon la multitude des disciplines requises pour se saisir de la réalité sociale et spatiale dans toute sa complexité. Et cette démarche est d’autant plus importante que l’on entend s’émanciper des paradigmes d’un inégal développement faisant systématiquement de l’Europe une référence première et privilégiée au profit d’une analyse plus équilibrée et présentant plus de justesse et de justice dans l’appréciation des contributions de chacun des acteurs en présence, professionnel ou néophyte – au demeurant de plus en plus averti, selon une sorte de commerce équitable des savoirs sur la ville.

Bibliographie

Bibliographie

Argan Giulio Carlo, 1952, Brunelleschi, Milan, Mondadori (Paris, coll. Architecture, Éd. Macula, 1981).

Bacqué Marie-Hélène et Sintomer Yves, 2001, Gestion de proximité et démocratie participative , Les Annales de la recherche urbaine, n° 90, 148-155.

Baudrillard Jean, 1972, Pour une critique de l’économie politique du signe, Paris, NRF-Gallimard, coll. Les Essais (coll. Tel n° 12, 1976)

Baudrillard Jean, 1976, L’Échange symbolique et la mort, Paris, NRF-Gallimard, Bib. des sciences sociales.

Benjamin Walter, 1989, Paris, capitale du xixe siècle, le livre des passages, traduit de l’allemand par Jean Lacoste d’après l’édition originale établie par Rolf Tiedermann, Paris, Les Éditions du Cerf.

Berry-Chikhaoui Isabelle et Deboulet Agnès (dir.), 2000, Les Compétences des citadins dans le monde arabe. Penser, faire et transformer la ville, Paris/Tunis/Tours, Karthala/IRMC/Urbama.

Chombart de Lauwe Paul-Henry, 1969, Pour une sociologie des aspirations, éléments pour des perspectives nouvelles en sciences humaines, Paris, Deno l-Gonthier (Bib. Médiations, n 63-64).

Frey Jean-Pierre, 1980, La Dialectique intérieur/extérieur en architecture, Essai sur la genèse de l’espace architectural de la Renaissance, Thèse pour le doctorat de 3e cycle en sociologie, sous la direction de M. Henri Raymond, Université Paris X-Nanterre.

Frey Jean-Pierre, 1999, « Généalogie du mot “urbanisme” », Urbanisme, n 304, janv.-fév., 63-71.

Frey Jean-Pierre, 2001, « Paul-Henry Chombart de Lauwe : la sociologie urbaine française entre morphologies et structures », in Paul-Henry Chombart de Lauwe et l’histoire des études urbaines en France, Paris, L’Harmattan, 27-55 (Espaces et société, n° 103).

Gaudin Jean-Pierre, 1985, L’Avenir en plan, technique et politique dans la prévision urbaine, 1900-1930, Seyssel, Champ Vallon.

Godbout Jacques, 1983, La Participation contre la démocratie, Montréal, Éditions St-Martin.

Guerrand Roger-Henri, 1985, Les Lieux, histoire des commodités, Paris, La Découverte.

Guerrand Roger-Henri, 2001, Hygiène, Paris, Éditions de la Villette, coll. Passages 8.

Guerrand Roger-Henri et Beaupré Fanny, 1997, Le Confident des dames : le bidet du xviiie au xxe siècle : histoire d’une intimité, Paris, La Découverte.

Jaulin Robert, 1970, La Paix blanche, introduction à l’ethnocide, Paris, Seuil, coll. Combats.

Lefebvre Henri, 1967, Vers le cybernanthrope : contre les technocrates, Paris, Denoël-Gonthier, coll. Médiations, n° 86.

Lefebvre Henri, 1968, Le Droit à la ville I, Paris, Anthropos, coll. Société et urbanisme.

Lefebvre Henri, 1972, Espace et politique, Le Droit à la ville II, Paris, Anthropos, coll. Société et urbanisme.

Lefebvre Henri, 1974, La Production de l’espace, coll. Société et urbanisme, Paris, Anthropos.

Queiroz Ribeiro Luiz Cesar de et Pechman Robert (dir.), 1996, Cidade, povo e nação, Gênese do urbanismo moderno, Rio de Janeiro.

Raymond Henri, Frey Jean-Pierre et Trouard-Riolle Hedwige, 1977, Usagers, Recherche, Utilisateurs, Secrétariat d’État aux Transports-ATP Transports/ Lassau.

Raymond Henri, Huet Bernard et Dufour Liliane, 1977, Urbanistique et société baroques, Paris, ministère des Affaires culturelles/DG.RST/IERAU.

Raymond Henri et Dufour Liliane, 1994, 1693, Val di Noto, la rinascita doppo il disastro, Catania, Domenico Sanfilippo editore.

Semmoud Nora, 2001, Les Stratégies d’appropriation de l’espace à Alger, préface de Jean-Pierre Frey, Paris, L’Harmattan, coll. Histoire et perspectives méditerranéennes.

Topalov Christian (dir.), 2002, Les Mots de la ville. 2. Les Divisions de la ville, Paris, Éditions de la MSH-UNESCO.

Toussaint Jean-Yves, 1993, Architecte-urbaniste en Algérie, un fragment de la thèse algérienne, Thèse en sociologie urbaine sous la dir. de Henri Raymond, Université de Paris X-Nanterre.

Toussaint Jean-Yves et Younès Chris, 1997, Architecte, ingénieur, des métiers et des professions. Actes du Séminaire Métiers de l’architecte et métiers de l’ingénieur en génie civil et urbanisme, Institut national des sciences appliquées de Lyon, 22 mars1996, Paris, Éditions de La Villette, coll. Études et recherches.

Valladarès Licia, 2006, La Favela d’un siècle à l’autre, Paris, Éditions de la MSH, coll. Horizons américains.

Vigarello Georges, 1985, Le Propre et le sale, l’hygiène du corps depuis le Moyen Âge, Paris, Seuil.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable