Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ville et l’urbain dans le Monde arabe et en Europe

 | 
Pierre Robert Baduel

Être aujourd’hui urbaniste en Tunisie et au Maghreb

Mohamed Chabbi

Texte intégral

1La profession d’urbaniste reste à ce jour mal définie et est pour l’essentiel aux contours assez flous non seulement au Maghreb mais dans de nombreuses régions et pays du Sud.

2De nombreux chercheurs ayant travaillé sur la formation des milieux professionnels s’accordent sur le fait que l’urbanisme et les urbanistes ne peuvent être définis d’une manière précise en tant que discipline et en tant que milieu professionnel.

3Reposant sur des formations initiales multiples, sur des modes d’exercices variés, sur des milieux professionnels composites et insuffisamment structurés, l’urbanisme reste une profession méconnue par les populations du Maghreb. De ce fait, il est à cet égard fréquent que l’urbanisme soit assimilé à l’architecture et que la ville pour l’opinion publique soit appréhendée comme la somme des constructions qui la composent. Ce malentendu est parfois sciemment entretenu pour attribuer aux hommes de l’art la fonction de principaux fabricants de la ville.

4Nous essayerons de montrer dans ce qui suit comment a été accréditée cette représentation démiurgique de la fabrication de la ville, assimilée à une feuille blanche et que loin d’obéir à de multiples mécanismes complexes, l’organisation et le développement des villes est présenté comme le produit d’une volonté créatrice que certains milieux professionnels s’approprient pour accréditer un statut de type corporatiste. En lissant les facteurs qui commandent le développement urbain, ils parviennent ainsi à accréditer l’idée que la ville obéit à la fois à des exigences techniques et à des décisions politiques.

5Cette représentation de l’urbaniste et de l’urbanisme telle que fabriquée par certains architectes a été vulgarisée par Le Corbusier, démarche que Françoise Choay décrit en ces termes : «c’est paradoxalement dans le domaine de l’urbanisme o il a si peu réalisé, que l’influence de Le Corbusier a été la plus considérable. Il a contribué à renforcer la conception de l’architecte-urbaniste omniscient, et ses déclarations ont été la bonne conscience des milliers d’incapables, prétentieux, et ignares qui ont voulu assumer seuls la conception des villes nouvelles» (F. Choay, 2006).

6À l’inverse de cette conception de Le Corbusier qui fait de l’architecte et de l’architecture un système aboutissant à l’ordonnancement et au développement de l’urbain, nous estimons à la suite de Pierre Muller que l’urbaniste, loin d’être un démiurge, joue en réalité un rôle de médiateur, qu’il définit comme un agent qui réalise la construction du référentiel d’une politique, c’est-à-dire la création des images cognitives déterminant la perception du problème par les groupes en présence et la définition de solutions appropriées (P. Muller, 2000).

7Parmi les différentes catégories de médiateurs, P. Muller distingue les professionnels, les élites administratives et les élus.

8Selon lui, l’action des médiateurs se situe à trois niveaux :

  • définir des règles d’accès à la profession ;
  • délimiter les frontières du secteur ;
  • légitimer la position hégémonique des élites sectorielles.

9Faisant nôtre cette définition de l’urbaniste comme médiateur, nous proposons dans ce qui suit :

  • l’analyse des conditions d’émergence de la profession d’urbaniste en Tunisie ;
  • l’organisation et la structuration de la profession ;
  • les modes de formation et les conditions de reproduction de la profession d’urbaniste.

Les conditions d’émergence de la profession d’urbaniste

10Les conditions d’émergence de toute profession de l’urbain sont tributaires des politiques urbaines menées par l’État. Ainsi au cours des années 1960, les modèles de développement étaient définis en priorité en faveur du développement agricole dans les trois pays du Maghreb.

11L’intérêt des pouvoirs publics par rapport à la ville au cours des années 1960 était focalisé sur la démolition des bidonvilles, considérés comme la négation du volontarisme développementiste des États maghrébins indépendants. C’est pourquoi l’intérêt pour la question urbaine au Maghreb se limitera à la suppression des bidonvilles.

12L’intérêt porté par les États maghrébins à la ville et aux problèmes d’urbanisation apparaîtra au début des années 1970, lorsque l’échec des différentes expériences de développement rural à la campagne impulsa un fort exode rural vers les villes. Cette situation a contraint les États maghrébins à se préoccuper de la question urbaine.

  • 1 J. Abdelkafi (dir.), Amadeo F., Berardi R., Binous J., Cantelli M.L., Teste A., Teste F. Relevé de (...)

13Ainsi en Tunisie, on assistera à la fin des années 1960 et au début des années 1970 à un véritable redéploiement institutionnel avec la création en 1968 de l’atelier d’urbanisme de l’Association sauvegarde de la médina (AUASM) qui a réalisé notamment un relevé exhaustif des maisons de la médina centrale et des faubourgs et a défini différentes formes d’interventions en médina dans le cadre d’un projet financé par l’UNESCO, dénommé projet Tunis-Carthage1.

  • 2 Comité permanent d’études d’aménagement, de développement et d’organisation de l’agglomération du (...)
  • 3 Centre d’études, de recherche et de formation.

14En Algérie, le COMEDOR2 et le CERF3 au Maroc, créés à la fin des années 1960, eurent recours à une forte expertise étrangère alors que l’ASM avait intégré différents profils tunisiens comme homologues des experts étrangers.

  • 4 Il s’agit de l’agence foncière d’habitat (AFH) de l’agence foncière industrielle (AFI) et de l’age (...)

15L’intérêt porté à la médina fut impulsé au départ par la municipalité de Tunis, alors que les pouvoirs publics, tout en acceptant la mise en place du projet Tunis-Carthage, étaient loin de prendre en compte les besoins des classes populaires au début des années 1970. En effet, la préoccupation de l’État tunisien était de développer l’habitat en faveur des classes moyennes. C’est pour cela que furent créées des agences foncières chargées d’acquérir par voie d’expropriation ou par l’achat à l’amiable de terrains, afin d’équiper des zones d’habitat, des zones industrielles et des zones touristiques4. Ainsi, c’est à la faveur de ce redéploiement des politiques urbaines que de nombreuses institutions sont nées.

  • 5 Économie urbaine, habitat, foncier, transports infrastructures, décharges contrôlées, etc.

16Ces agences publiques et l’AUASM furent de véritables institutions de «formation sur le tas» des urbanistes tunisiens. À l’ASM et aux agences foncières, nous ajouterons le District de Tunis, agence d’urbanisme du grand Tunis créé en 1974 avec l’appui financier de la Banque mondiale o à la quinzaine d’experts britanniques et français furent adjoints une vingtaine de jeunes cadres tunisiens qui bénéficièrent ainsi d’une formation dans de nombreux secteurs5. Enfin la Direction de l’aménagement du territoire reposant sur une forte expertise européenne avait intégré un nombre réduit de cadres tunisiens.

17Ainsi le redéploiement des politiques urbaines au cours des années 1970 notamment en matière d’habitat, d’industrie et de tourisme s’était traduit par la création de nombreuses institutions chargées à des titres divers de planifier le développement urbain de la capitale ainsi que la réalisation de multiples projets d’habitat, de transports, d’activités économiques et d’aménagement du territoire.

18Ce sont l’ASM, les agences foncières industrielles, d’habitat et touristiques, ainsi que le District et la Direction de l’aménagement du territoire qui contribuèrent à la formation sur le tas d’urbanistes dont certains avaient obtenu leurs diplômes à l’étranger.

19En Algérie, la CADAT 6 fut transformée à la fin des années 1970 en Centre national d’études et de recherches urbaines (CNERU) et en Agence nationale d’aménagement du territoire (ANAT) qui jouèrent un rôle important dans la formation pratique des futurs urbanistes algériens.

  • 6 Agence nationale de lutte contre l’habitat insalubre.

20Au Maroc l’intégration de futurs urbanistes marocains fut plus tardive avec la création de l’ANHI6, qui traduisait les préoccupations de l’État marocain en 1984, quant à la résolution de la question des bidonvilles.

21À travers ces différents exemples, les États maghrébins en promouvant de nouvelles politiques urbaines avaient contribué à créer de multiples institutions qui ont permis la formation d’urbanistes ou à tout le moins de spécialistes en étude urbaines.

22Les politiques urbaines au cours des années 1970 et plus tard jusqu’en 1990 ont favorisé la formation de spécialistes variés de l’urbain qui constitueront les premiers noyaux d’urbanistes au Maghreb.

Organisation et structuration de la profession d’urbaniste

  • 7 Décret n° 79-383 du 27 avril 1979 fixant le statut particulier des urbanistes de l’État tel qu’il (...)

23À la fin des années 1970 et suite à la constitution de noyaux de chargés d’études intervenant sur les questions urbaines au sein de différents établissements publics, il n’y avait aucune possibilité de structurer et d’organiser la profession d’urbaniste. Toutefois la promulgation d’un décret en 19797, organisant la profession d’urbaniste au sein de l’Administration tunisienne, fut la première décision qui incita un groupe restreint à envisager l’organisation et la structuration de cette profession naissante.

24Cette volonté de structurer la profession intervenait dans un contexte caractérisé d’une part par la quasi-absence d’urbanistes dans le secteur privé et d’autre part par la concentration des professionnels de l’urbanisme au sein de l’Administration tunisienne.

  • 8 Cours donné par Jelal Abdelkafi.
  • 9 De nombreuses promotions de diplômés en architecture entre 1977 et 1990 n’ont pas hésité à se prés (...)

25Les contacts entrepris montrèrent l’inanité d’un projet visant à fonder une association d’urbanistes, d’autant qu’à la même période, au sein de l’Institut technologique d’art, d’architecture et d’urbanisme (ITAAUT) seul un cours d’urbanisme était dispensé8. En effet les architectes enseignant à l’ITAAUT estimaient que l’urbanisme fait partie intégrante de l’architecture9 et considéraient que l’effort devait être concentré sur la mise sur pied d’un enseignement d’architecture.

  • 10 Il s’agit de Jelal Abdelkafi, Wessim Ben Mahmoud, Morched Chabbi et Tahar Kesraoui.
  • 11 L’urbaniste italien Massimo Amodei coopérant au sein de l’Administration tunisienne de 1965 à 1985 (...)

26Devant l’absence de possibilités de structuration et d’organisation de l’embryon de la profession naissante, quatre professionnels10 décidèrent sur le conseil d’un urbaniste italien11 résidant en Tunisie et membre de l’Association internationale des urbanistes (AIU) de déposer des demandes d’adhésion au sein de l’AIU. L’adhésion au sein de l’AIU n’était pas une procédure simple et nécessitait à l’époque la vérification par le secrétaire général de l’AIU de la qualité des travaux urbanistiques réalisés par les candidats à l’adhésion à l’AIU. Cette procédure de qualification assez rigoureuse donna lieu à la visite en 1979 à Tunis de Charles Delfante, secrétaire général de l’AIU, ancien collaborateur de Le Corbusier et directeur de la revue française Urbanisme.

  • 12 En 2006 l’AIU compte 500 membres parmi lesquels les urbanistes des pays du sud représentent 45 %, (...)
  • 13 Une délégation nationale au sein de l’AIU doit être composée de 5 membres.

27Cette procédure très sélective explique par ailleurs pourquoi l’AIU ne comptait en 1977 à travers le monde que 250 membres12. Au sein de l’AIU, les urbanistes des pays du Sud étaient très faiblement représentés, puisqu’ils ne comptaient à l’époque qu’une vingtaine de membres, et les pays arabes étaient représentés par 2 urbanistes syriens, 1 urbaniste marocain, 5 urbanistes tunisiens, les 12 autres membres étaient originaires d’Amérique latine et d’Asie. L’acceptation des 4 candidatures tunisiennes par le comité directeur de l’AIU permit la constitution d’une délégation tunisienne qui fut ainsi la première délégation d’un pays du Sud13.

28L’adhésion de la délégation tunisienne intervint officiellement en 1978 et sa mobilisation, suite à cette adhésion, permit de convaincre les dirigeants de l’AIU d’organiser pour la première fois le congrès de l’AIU dans un pays arabe. En effet le 16e congrès de l’AIU eut lieu en 1980 en Tunisie sur le thème «Urbanisme et formation».

  • 14 Ahmed Smaoui, Jelal Abdelkefi, Tahar Kesraoui, Wessim Ben Mahmoud, Abdellatif Barbouche, feu Hédi (...)
  • 15 Le visa fut accordé le 11 juillet 1981 et remis à un comité provisoire de 5 membres.

29Ce congrès qui vit la participation de 120 urbanistes venus du monde entier, soit presque 40 % des adhérents de l’AIU, eut un important écho au sein des milieux professionnels et auprès des pouvoirs publics, ce qui permit à un comité fondateur de 10 personnes14 de déposer en 1981 une demande pour l’obtention d’un visa15 en vue de créer l’Association tunisienne des urbanistes (ATU). Ayant obtenu le visa, l’ATU qui était composée d’une quarantaine d’adhérents au départ, s’est attelé à renforcer la profession d’urbaniste et à la structurer en organisant des manifestations variées sur les problèmes urbains en Tunisie. En 2006, l’ATU a fêté son 25e anniversaire et au cours de ces années, 12 comités directeurs se sont relayés pour promouvoir un enseignement d’urbanisme, élément stratégique pour assurer la reproduction et la pérennité de la profession d’urbaniste.

30Les résultats, comme on le verra plus loin, n’ont pas été à la hauteur des espérances de l’Association tunisienne des urbanistes.

  • 16 Une série de conférences a été organisée à l’Institut supérieur des technologies de l’environnemen (...)

31Bien que la structuration de la profession d’urbaniste ait été réalisée d’une manière inégale, l’ATU compte aujourd’hui 140 adhérents parmi lesquels 32 % sont âgés de moins de 35 ans, ce qui traduit un début de rajeunissement du corps des urbanistes, appelé à se poursuivre durant les trois prochaines années. Ainsi en 2012, l’ATU sera rajeunie dans une proportion de 60 à 70 %. La structuration de la profession d’urbaniste a nécessité l’engagement de certains professionnels dans l’enseignement au sein de la filière Bac + 5 en urbanisme créée en 2005. Outre cette participation des professionnels à l’enseignement, l’ATU a organisé des manifestations variées16 destinées à rapprocher les étudiants d’urbanisme du milieu professionnel.

32Que se soient des cycles de conférences données par les urbanistes au étudiants, ou encore des manifestations permettant la rencontre d’étudiants et de professionnels, toutes ces activités ont permis de mieux articuler milieu professionnel et formation en urbanisme.

33La structuration et l’organisation de la profession d’urbanisme a nécessité près d’une quinzaine d’années pour donner des résultats. Les difficultés rencontrées dans ce processus de structuration et d’organisation de la profession sont liées d’une part à la méconnaissance de l’urbanisme et de la fonction d’urbaniste au sein des sociétés maghrébines et, d’autre part, aux réflexes corporatistes des architectes, dont une tradition remontant à Le Corbusier leur fait croire qu’ils représentent les seuls spécialistes de la ville et de l’urbain.

34La structuration de la profession d’urbaniste est tributaire également de la création d’un système de formation assurant la pérennité et la reproduction de cette profession.

Modes de formations et conditions de reproduction de la profession d’urbaniste

35Comme nous l’avons déjà souligné, la formation des urbanistes a été réalisée dans une première phase au sein de divers organismes publics chargés au cours des années 1970-1980 de réaliser et mettre en œuvre les différentes politiques urbaines définies au cours des années 1970.

36Entre 1980 et 1995 de nouvelles institutions virent le jour, telles que l’Agence de réhabilitation et de rénovation urbaine (ARRU), chargée d’assurer l’amélioration des gourbivilles et des quartiers populaires, ainsi que la création du ministère de l’Environnement et de l’Aménagement du territoire, de l’Agence tunisienne de protection de la nature et de l’environnement (ATNPE) et de l’Agence de protection et d’aménagement du littoral (APAL).

37Ces organismes illustrent l’intérêt croissant des pouvoirs publics pour les questions de protection de l’environnement.

38Aux problèmes spécifiquement liés à l’urbanisation et à l’urbanisme se sont ajoutées les questions de protection de l’environnement qui ont incité les urbanistes à intervenir dans ce nouveau secteur. Il s’en est suivi un élargissement des compétences des urbanistes qui a donné naissance à une nouvelle génération de spécialistes en matière d’environnement.

  • 17 Après la création de l’ATU certains urbanistes obtinrent des doctorats en urbanisme. Les architect (...)

39Parallèlement à ces nouveaux champs d’intervention, fut créé en 1992 un enseignement postgrade (DEA et DESS en urbanisme) au sein de l’École nationale d’architecture et d’urbanisme, suite à la réforme des études d’architecture initialement organisées dans le cadre de l’ITAAUT. Cette décision en faveur de la formation en urbanisme survint après l’échec des tentatives engagées par un groupe d’urbanistes pour introduire au sein de l’ITAAUT la création du département d’urbanisme. En effet à trois reprises en 1976, 1985 et 1989, les demandes de création d’un département d’urbanisme au sein de l’ITAAUT, département pourtant prévu par les textes, furent rejetées par les architectes17.

40C’est donc à la faveur de la réforme des études architecturales et de la création de l’ENAU en 1990 que furent créés des enseignements en DEA et en DESS d’urbanisme.

41Entre 1992 et 2000, le faible nombre de diplômés issus de cette nouvelle formation était pour l’ATU en deçà de ses attentes, car entre 1992 et 2000 seuls 10 DESS et 6 DEA furent attribués. En outre le contenu des enseignements laissait à désirer.

  • 18 Il n’existe pas en Tunisie une obligation, comme c’est le cas en France, d’intégrer une proportion (...)

42Ainsi le DESS d’urbanisme était géré par des universitaires et le nombre d’urbanistes professionnels impliqués dans cette formation était dérisoire18.

  • 19 Cf. ATU Projet de création d’un Institut national d’urbanisme, d’aménagement du territoire et d’en (...)

43À la suite de ce constat, l’ATU organisa en 1999 un séminaire autour de la question de la formation en urbanisme qui donna lieu à l’élaboration d’une proposition détaillée19 définissant :

  • les besoins quantitatifs en urbanistes à l’échelle nationale ;
  • les cursus (Bac + 3, Bac + 5, DEA, DESS, formation permanente et recyclage) ;
  • les moyens de mise en œuvre de l’institut (enseignants, besoins en locaux, coûts d’équipement, budget prévisionnel de fonctionnement, etc.)
  • 20 DNUA : actuellement deux autres promotions de 25 diplômés chacune, seront formées en 2008 et en 20 (...)

44Ce projet de création d’un institut d’urbanisme fut présenté au ministère de l’Enseignement supérieur qui, en dépit de son accord, n’eut pas de suite20. À sa place fut créée une filière longue (Bac + 5) dont la première promotion obtint le diplôme national en urbanisme et aménagement en 2007. Cette filière fut hébergée au sein de l’Institut supérieur des technologies de l’environnement de l’urbanisme et du bâtiment (ISTEUB) dont la mission consiste à former des techniciens supérieurs (Bac + 3.)

45Ces péripéties illustrent, si besoin est, l’enjeu de la formation des urbanistes et par voie de conséquence les difficultés pour assurer la reproduction de cette catégorie professionnelle. Cette situation n’est pas spécifique à la Tunisie car à l’échelle du Maghreb, l’Institut national d’aménagement et d’urbanisme (INAU) dont le siège est à Rabat, et qui a été créé en 1980, a formé au cours des 28 dernières années, près de 500 diplômés. Toutefois, accueillant des fonctionnaires ayant un bac + 4, l’INAU de par sa formation postgraduée de bac + 6, permet ainsi à ces fonctionnaires de bénéficier d’une promotion au sein de leur organisme d’origine.

46Ainsi l’INAU n’a que partiellement contribué à former des urbanistes, l’essentiel de la formation dispensée ayant servi à assurer l’avancement et la promotion de fonctionnaires provenant de diverses administrations (A. Kassou, 2004).

47En Algérie, l’École polytechnique d’architecture et d’urbanisme dispense un enseignement en urbanisme longtemps destiné exclusivement aux futurs architectes diplômés de l’EPAU, ce qui a assuré la légitimation du titre d’architecte-urbaniste et bloqué toute possibilité de constituer et de structurer la profession d’urbaniste sur la base de profils variés.

48Le cas algérien, comme le montrent Souami et Verdeil, illustre au cours des trente dernières années le passage d’un corporatisme sous la tutelle du parti au pouvoir au cours des années 1970, comme ce fut le cas de toutes les associations et corporations professionnelles du pays, à de nouvelles formes d’organisation au cours des années 1990, date du développement d’un «libéralisme sauvage» selon l’expression de Souami et de Verdeil (2006) qui ajoutent que «l’Ordre est traversé par des conflits dont l’enjeu est autant un enjeu de pouvoir que de contrôle du marché».

49À travers les exemples maghrébins aussi bien en Tunisie, au Maroc et en Algérie, les conditions de reproduction des urbanistes apparaissent tout à fait problématiques, dans la mesure o au Maroc l’INAU, seule institution de formation au Maghreb, fonctionne en réalité comme une institution de promotion interne de diverses catégories de fonctionnaires de l’Administration marocaine.

50En l’absence d’une formation en urbanisme en Algérie, les architectes dont l’Ordre est proche des autorités considèrent qu’ils sont les dépositaires de la profession d’urbaniste, car la formation à l’EPAU a permis ainsi de faire dépendre la profession d’urbaniste de la profession d’architecte.

  • 21 Il s’agit des bureaux Dirasset, Abdelkafi, Uram, Urbaconsult, Comete, Audec.

51En Tunisie en dépit de la constitution d’une Association qui a fêté en 2006 ses 25 ans d’existence, les pouvoirs publics ne semblent pas tout à fait convaincus de l’utilité d’une institution assurant la formation des urbanistes. En dépit de ces réserves, les pouvoirs publics et l’Administration tunisienne, tout en refusant de définir par un cahier des charges cette nouvelle profession, n’hésitent pas à attribuer des marchés d’études stratégiques aux sept cabinets et bureaux d’études d’urbanisme existant en Tunisie21. En effet, les études du Schéma national d’aménagement du territoire (SNAT) ou le Schéma directeur du grand Tunis à l’horizon 2021 ou encore d’autres schémas directeurs d’agglomérations importantes (Sfax, Sousse, Bizerte, etc.) sont confiés à des équipes d’études coordonnées obligatoirement par un urbaniste, disposition précisée par les cahiers des charges des appels d’offres.

52Cette reconnaissance de la compétence des urbanistes en matière d’études de planification urbaine existe également en ce qui concerne les études d’environnement. En effet, l’Agence tunisienne de protection de l’environnement (ATPNE) ou encore l’Agence de protection et d’aménagement du littoral (APAL) ont confié de nombreuses études en matière d’environnement aux urbanistes (études d’impact sur l’environnement, études des pressions foncières sur le littoral, etc.).

53Le désengagement depuis 1990 de l’Administration en matière d’études urbaines a incontestablement contribué à renforcer et à assurer la structuration des bureaux d’études d’urbanisme intervenant dans le secteur privé. L’Administration tunisienne qui, depuis 1990, n’effectue plus d’études en régie, préfère les confier à des bureaux d’études. Toutefois, depuis 2006, certains mégaprojets d’urbanisme, annoncés en 2007 et appelés à mobiliser des investissements d’une ampleur inconnue à ce jour en Tunisie, vont introduire des changements importants.

Nouvelles formes de projets et rôle des urbanistes

54Entre 1990 et 2005 les urbanistes en tant qu’acteurs-médiateurs ont assuré dans des conditions relativement favorables plusieurs types d’études et de projets (M. Chabbi, 2005).

  • 22 Les projets concernent le lac nord o sur 230 ha environ, un promoteur privé prévoit de réaliser un (...)

55Or, récemment, des promoteurs du Golfe ont mobilisé des investissements de l’ordre de 35 milliards de dollars pour réaliser des mégaprojets à Tunis et ont introduit ainsi de nouvelles formes et conceptions en matière de projets urbains22. En effet, au-delà du gigantisme de ces projets, les modèles urbanistiques sous-jacents à ce type de projets procèdent d’un urbanisme anglo-saxon et plus particulièrement américain. De plus ces types de projets sont conçus par des bureaux d’études internationaux et plus particulièrement britanniques et américains.

  • 23 Source, Mediterranean gate -Tunisia -Land valuation -Request of Proposal -SAMA Dubai.

56Ainsi pour le projet du lac sud qui sera réalisé sur une surface de 830 ha gagnés sur l’eau, son gigantisme apparaît à travers le programme qui totalise 26 millions de m2 plancher répartis comme suit23 :

  • habitat et équipements : 9,594 millions de m2 ;
  • voies et parking : 7,439 millions de m2 ;
  • bureaux : 5,586 millions de m2 ;
  • commerce : 1,679 million de m2 ;
  • autres : 1,702 million de m2.

57Le coût global de ce projet étant estimé à 15 milliards de dollars US, la conception du projet a été définie par divers bureaux britanniques, américains et libanais. La participation des rares bureaux d’études tunisiens étant tout à fait ponctuelle, ces projets illustrent de nouvelles formes de médiations et de construction de nouveaux référentiels en matière de projets urbains. En effet, le processus de construction de référentiels des politiques urbaines était assuré jusqu’en 1990 par les organismes publics représentant différents secteurs. L’évolution observée entre 1990 et 2005 a consisté à confier systématiquement les études d’urbanisme à des bureaux d’études privés locaux.

58À partir de 2006 les financements internationaux, et les nouvelles conceptions de projets urbains de caractère international représentent de nouveaux modèles d’intervention qui se traduisent en pratique par la marginalisation des concepteurs locaux.

59Ainsi à l’urbaniste local qui a réussi à se positionner par rapport aux commandes de l’État se substituent de nouveaux acteurs internationaux qui importent, outre les financements, de nouveaux modes de faire ainsi que de nouvelles conceptions de projets urbains.

Conclusion

60Être urbaniste en Tunisie et au Maghreb, c’est d’une part militer pour assurer la reconnaissance de la profession d’urbaniste et d’autre part affronter les multiples blocages visant à annihiler la constitution et la visibilité de cette profession dans les autres pays du Maghreb.

61L’urbanisme étant une discipline en amont de l’architecture et de l’ingénierie, la volonté d’empêcher l’autonomisation de ce type de profession permet aux corporations professionnelles, qui dominent le marché des études d’architecture et d’ingénierie, de monopoliser la commande publique. La situation en Algérie et au Maroc o les Ordres des architectes respectifs dominent la scène et refusent toute velléité de structuration de la profession d’urbaniste, illustre parfaitement l’enjeu sous-jacent au contrôle de la commande publique en matière d’études et de projets.

62L’expérience de l’Association tunisienne des urbanistes, avec ses nombreuses péripéties, illustre le refus de certaines corporations professionnelles d’admettre que les urbanistes puissent assurer le r le de médiateurs sur un même pied d’égalité avec d’autres profils professionnels. En outre la méconnaissance de cette profession par l’opinion publique en Tunisie résulte entre autres de la confusion délibérément entretenue entre urbanisme et architecture.

63Être urbaniste au Maghreb c’est aussi contribuer par la formation à constituer un corps de spécialistes de l’urbain qui au même titre que les architectes et les ingénieurs apporteront leur contribution en faveur d’un développement urbain cohérent.

Bibliographie

Bibliographie

Association internationale des urbanistes (AIU), 1980, Urbanisme et formation 16e congrès de Tunis.

Association internationale des urbanistes (AIU) 1981, liste des membres de l’AIU. Association tunisienne des urbanistes (ATU), 1999, Annuaire des urbanistes tunisiens, Tunis.

Chabbi Morched, 2005, Fonctions et usages des études d’urbanisme dans la production de la ville maghrébine , in Nadir Boumaza (dir.), Villes réelles, villes projetées, villes maghrébines en fabrication, Paris, Maisonneuve & Larose, 487-506.

Chabbi Morched, 2005, Processus d’urbanisation et politiques urbaines dans les pays du sud, le cas de la Tunisie, DHDR, vol. 1 : rapport de synthèse, Université de Paris XII Val de Marne, Institut d’urbanisme de Paris, ronéoté.

Choay Françoise, 2006, Pour une anthropologie de l’espace, Paris, Seuil.

Lacaze Jean-Paul, 1990, Les méthodes de l’urbanisme, Paris, PUF.

Le Corbusier, 1972, Manière de penser l’urbanisme, Paris, Gonthier.

Le Corbusier, 1994, L’urbanisme, Paris, Flammarion.

Merlin Pierre, 1993, L’urbanisme, Paris, PUF.

Muller Pierre, 2000, Les politiques publiques, Paris, PUF, 4e édition.

Souami Taoufik (coord.), 2004, Cultures et milieux urbanistiques dans le sud de la Méditerranée, ministère des Affaires étrangères, ISTEUB-PRUD, ronéoté, 2 vol.

Souami Taoufik et Verdeil Éric (dir.), 2006, Concevoir et gérer les villes : milieux d’urbanistes du sud de la Méditerranée, Paris, Economica Anthropos.

Verpreat Gilles, 2005, Les professionnels de l’urbanisme. Socio-histoire des systèmes professionnels de l’urbanisme, Paris, Economica.

Notes

1 J. Abdelkafi (dir.), Amadeo F., Berardi R., Binous J., Cantelli M.L., Teste A., Teste F. Relevé de l’architecture de la médina, assemblé par niveau à l’échelle 1/250.

2 Comité permanent d’études d’aménagement, de développement et d’organisation de l’agglomération du Grand-Alger.

3 Centre d’études, de recherche et de formation.

4 Il s’agit de l’agence foncière d’habitat (AFH) de l’agence foncière industrielle (AFI) et de l’agence foncière touristique (AFT).

5 Économie urbaine, habitat, foncier, transports infrastructures, décharges contrôlées, etc.

6 Agence nationale de lutte contre l’habitat insalubre.

7 Décret n° 79-383 du 27 avril 1979 fixant le statut particulier des urbanistes de l’État tel qu’il a été modifié par le décret n° 99-1380 du 21 juin 1999.

8 Cours donné par Jelal Abdelkafi.

9 De nombreuses promotions de diplômés en architecture entre 1977 et 1990 n’ont pas hésité à se présenter comme architectes-urbanistes au prétexte que l’ITAAUT comportait dans sa dénomination la notion d’urbanisme, alors que les diplômes délivrés durant cette période ne comportaient que le titre d’architecte. Cet accaparement de titre est très fréquent dans les écoles d’architecture en France et au Maghreb alors que dans les pays anglo-saxons cette confusion des genres est inexistante.

10 Il s’agit de Jelal Abdelkafi, Wessim Ben Mahmoud, Morched Chabbi et Tahar Kesraoui.

11 L’urbaniste italien Massimo Amodei coopérant au sein de l’Administration tunisienne de 1965 à 1985 a fait partie de la Direction de l’aménagement de territoire, du District de Tunis et du ministère de l’Équipement. Il était membre de l’Association internationale des urbanistes (AIU) basée à la Haye et dont le sigle en anglais ISOCARP signifie International Society of City and Regional Planning.

12 En 2006 l’AIU compte 500 membres parmi lesquels les urbanistes des pays du sud représentent 45 %, alors que les urbanistes des pays du Sud ne représentaient en 1981 que 7 % sur un total de 317 adhérents. La délégation française avec 42 membres était à cette époque la délégation la plus nombreuse au sein de l’AIU.

13 Une délégation nationale au sein de l’AIU doit être composée de 5 membres.

14 Ahmed Smaoui, Jelal Abdelkefi, Tahar Kesraoui, Wessim Ben Mahmoud, Abdellatif Barbouche, feu Hédi Karray, Morched Chabbi, Massimo Amodei, Fethi Jelassi, Rachid Bellalouna.

15 Le visa fut accordé le 11 juillet 1981 et remis à un comité provisoire de 5 membres.

16 Une série de conférences a été organisée à l’Institut supérieur des technologies de l’environnement, de l’urbanisme et du bâtiment (ISTEUB) portant sur la méthodologie des projets urbains, les études de faisabilité, le transport, l’évaluation d’impact, etc.
Ces activités et bien d’autres encore ont été rendues possible suite à la signature d’une convention de coopération entre l’ATU et l’ISTEUB. Pratique assez rare au sein de l’Université tunisienne.

17 Après la création de l’ATU certains urbanistes obtinrent des doctorats en urbanisme. Les architectes enseignants à l’université titulaires de diplômes d’architecture furent bloqués dans leur avancement de carrière du fait qu’ils ne disposaient pas de doctorats. Dans ces conditions la création d’un département d’urbanisme aurait incontestablement favorisé les urbanistes détenant un doctorat et qui auraient ainsi réussi à assurer la direction de l’ITAAUT.
Cette crainte fut exprimée à l’époque par certains enseignants-architectes pour justifier leur refus d’instituer un département d’urbanisme au sein de l’ITAAUT.

18 Il n’existe pas en Tunisie une obligation, comme c’est le cas en France, d’intégrer une proportion consistante de professionnels dans les enseignements de DESS.

19 Cf. ATU Projet de création d’un Institut national d’urbanisme, d’aménagement du territoire et d’environnement (INUATE). Note de présentation-décembre 2000, 22 pages.

20 DNUA : actuellement deux autres promotions de 25 diplômés chacune, seront formées en 2008 et en 2009.

21 Il s’agit des bureaux Dirasset, Abdelkafi, Uram, Urbaconsult, Comete, Audec.

22 Les projets concernent le lac nord o sur 230 ha environ, un promoteur privé prévoit de réaliser un complexe sportif composé d’un stade de football de 20 000 places ainsi qu’une académie internationale de golf. Outre ces équipements est prévue la réalisation d’un complexe immobilier d’une cinquantaine d’immeubles dont la moitié aura un épannelage de R+30. Le co t global de ce projet est estimé à 5 milliards de dollars US.

23 Source, Mediterranean gate -Tunisia -Land valuation -Request of Proposal -SAMA Dubai.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable