Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ville et l’urbain dans le Monde arabe et en Europe

 | 
Pierre Robert Baduel

Les stratégies résidentielles des acteurs sociaux dans un contexte de modernisation bloquée : Alger 1962-1998

Madani Safar Zitoun

Texte intégral

Préambule

1Sollicité par le responsable de la IXe école doctorale de l’IRMC pour exposer les causes des divers blocages et obstacles au passage à une sorte de modèle universel de modernité urbaine de la métropole algéroise, dans une perspective comparatiste maghrébine, il nous a semblé utile d’interroger l’évolution de l’urbanisation d’Alger sur une période assez longue, incluant l’épisode de l’indépendance du pays. La raison tout à fait simple en est qu’il nous a semblé que la clé de la compréhension des modes de fonctionnement actuels de la société urbaine algéroise ne se situe pas dans les emballements et autres dérapages urbanistiques observés ces vingt dernières années, mais dans un passé plus ancien, celui de l’épisode de la décolonisation qui a contribué à fonder dans la durée les caractéristiques structurelles de la situation actuelle. Quels que soient les angles d’analyse à travers lesquels nous pouvons approcher la réalité algéroise multiple d’aujourd’hui, au niveau des modalités d’occupation de l’espace, de l’évolution des formes de sociabilité urbaine, de son organisation administrative et politique, des processus de restructuration sociale de la société algéroise, etc., il semble en effet que les mouvements très profonds de transition non marchande, c’est-à-dire les politiques de la ville coloniale à la ville postcoloniale exercent encore des « effets de rémanence » formidables, à tous les niveaux et échelles du social. Les développements extraordinaires de l’urbanisation illicite dans les périphéries algéroises dans les années 1990 ne peuvent, par exemple, être compris que si on déroule l’observation sur la longue durée, et si on les considère comme des phénomènes tirant leur substance et leur signification de la mise en œuvre et en pratique des mêmes mécanismes de redistribution du foncier et de l’immobilier par le politique qui se sont perfectionnés depuis l’accession du pays à l’indépendance.

2C’est dans cet esprit qu’il nous a paru nécessaire de revenir sur une analyse détaillée de la formation de la société algéroise à l’indépendance, dans ses diverses dimensions sociale et politique dans un premier temps, et de montrer dans une seconde partie combien les dernières phases de l’évolution des phénomènes d’urbanisation dans l’Alger d’aujourd’hui se situent dans une sorte de continuité objective par rapport au système fondé à ce moment de l’histoire. Après une première partie reprenant des éléments développés dans des travaux antérieurs, nous ferons la jonction avec l’actualité sociologique en présentant de manière succincte un certain nombre de tendances fortes actuelles, non seulement dans le but de souligner les continuités paradigmatiques encore à l’œuvre dans le contexte algérois, mais pour mettre en exergue les freins sociaux et institutionnels à la modernisation de ce dernier.

La production de la ville postcoloniale à l’indépendance ou la fondation du nouveau système urbain algérois

3La phase de l’histoire urbaine qui s’ouvrit en 1962 avec l’indépendance et se ferma en 1967 avec l’adoption du premier Plan triennal de développement 1967/1970 fut capitale à plus d’un titre, dans la mesure o elle contribua à fixer pour les deux décennies à venir les caractéristiques structurelles du nouveau système urbain algérois.

4Ce fut en effet pendant cette période particulière caractérisée par l’éclatement des structures de domination antérieures – l’État algérien étant encore « gélatineux » , embryonnaire – que se déployèrent en quelque sorte « à nu » , les différentes stratégies de relève et de substitution portées par les mouvements antérieurs de l’histoire et dont l’expression fut favorisée par la nouvelle situation de vacance à plusieurs niveaux : vacance des biens immobiliers abandonnés par leurs propriétaires européens, vacance des emplois et des entreprises, vacance même du pouvoir dans sa dimension administrative, etc.

5Il faut tout d’abord nuancer l’affirmation de N. Abdi (1985) qui observait « qu’une partie, et une partie seulement de la population se soit mise en bonne position dès le départ dans la course à la promotion sociale et urbaine », visant par là essentiellement la « classe moyenne » urbaine qui, selon lui, connut un développement extraordinaire et une position dominante dans la société civile, du fait de l’option étatiste renforcée par les conditions de désenclavement du secteur energético-minier . Analysée dans le détail dans ses dimensions spatiales autant que sociales, cette « partie de la population » englobe en fait l’ensemble des catégories sociales algéroises qui, à des degrés et selon des modalités diverses, bénéficièrent du processus de substitution sociale et/ou spatiale.

6La promotion urbaine des Algérois ne se réalisa pas en effet selon un schéma pur de substitution entre catégories sociales équivalentes, distribuant les populations algéroises dans les espaces sensés correspondre à leurs positions dans la structure sociale. Elle fut complètement faussée par la conjoncture de vacance du pouvoir politique qui permit à des groupes entiers de familles de situation modeste de prendre possession de logements de « standing » et par là même, de s’immiscer dans les quartiers européens « interdits » . Certains d’entre eux se popularisèrent en l’espace de quelques semaines en accueillant les populations des quartiers « musulmans » avoisinants qui exerçaient sur eux une pression sociale et démographique formidable. Il reste cependant que si le repeuplement d’Alger en ces premiers mois de l’indépendance semblait se dérouler dans l’euphorie la plus totale et déroger à toutes les pesanteurs institutionnelles et économiques ségrégatives qui en régissaient auparavant le fonctionnement, comme si la fin de la domination coloniale signifiait l’éclatement de l’ancien ordre urbain ségrégatif et inégalitaire, cela n’autorise pas la surestimation de l’importance de ce flux populaire, la sous-estimation de l’efficacité des stratégies de substitution des groupes sociaux qui s’étaient déjà préparés à le faire pendant la guerre, et qui se retrouvèrent effectivement dans des bonnes positions de départ.

7Notre propos ne consiste pas à décrire cette période glorieuse d’emballement du système urbain qui, tel un « mouvement brownien » (M. Launay, 1963, 10) agita la société algéroise pendant une brève période de quelques mois, mais surtout de montrer comment ce mouvement se décanta progressivement pour produire une configuration nouvelle de peuplement, que nous appellerons « mixte » ou de transition, qui, tout en reprenant quelques-uns des éléments de l’ancien système ségrégatif, en intégrait beaucoup de nouveaux et originaux.

Le processus de substitution spatiale : le glissement de la société « indigène » locale dans la ville européenne

La constitution du parc des « biens vacants »

a) La construction juridique de la notion de biens vacants

  • 1 Ordonnance n 67-83 du 2 juin 1967.
  • 2 JORADP du 26 octobre 1962.

8Elle a pris un certain temps pour se mettre en place. Ce ne fut qu’avec l’Ordonnance n° 66-102 du 6 mai 1966, soit près de quatre années après l’indépendance que la propriété définitive de ces biens fut dévolue à l’État, option qui fut réaffirmée par une autre ordonnance promulguée le 2 juin 19671. Auparavant s’étaient succédé une série de décrets et d’ordonnances précisant la notion de « vacance » d’un bien et confiant de manière provisoire leur conservation et leur gestion aux autorités locales, sans préjuger pour autant de leur sort juridique. Parallèlement et dans le même contexte conservatoire et provisoire, le gouvernement algérien prit des mesures particulières concernant la réglementation des transactions immobilières entre particuliers qui avaient pour objectif de calmer la « fièvre immobilière » qui s’était emparée des Algérois. Parmi ces dernières citons celles du 23 octobre 1962 qui sous-trayèrent les biens vacants du marché libre, par la définition d’un droit de préemption de l’État sur toutes les ventes les concernant, celles du 20 janvier 1964 qui, tout en reconnaissant la liberté des transactions dans le secteur privé, introduisirent des limitations à l’accumulation spéculative de ces biens2 et enfin celles relatives à l’obligation de présentation du fameux certificat de vacance, très difficile à obtenir. Ces mesures jouèrent un r le dissuasif et calmèrent rapidement la frénésie immobilière et échangiste.

9Cependant, le résultat le plus probant de cette reprise en main de l’État dans le secteur immobilier fut bien la légalisation des faits établis. En n’annulant pas par procédure rétroactive les transactions qui s’étaient opérées avant août 1962, et dans la majorité des cas à des sommes dérisoires, il confortait dans leur occupation les couches sociales qui s’étaient placées dans de bonnes conditions de départ. Et par ce fait et du même coup, il réalisait la partition de la population algéroise en deux catégories distinctes : celle majoritaire des occupants des biens de l’État et l’autre minoritaire des occupants « Hors de l’État » regroupant l’ensemble hétéroclite des propriétaires immobiliers anciens ou nouveaux et leurs locataires le cas échéant, ainsi que les habitants des bidonvilles périphériques.

10La constitution juridique du parc des biens vacants se résolvait donc d’emblée par la création de deux catégories statutaires différentes de citadins dont les destinées résidentielles allaient diverger fortement, au fur et à mesure que les dispositions populistes de gestion des loyers furent mises en place. La grande majorité des citadins locataires auprès de l’Etat bénéficia d’une politique des loyers généreuse tandis que la minorité des locataires du secteur privé continua à payer au prix fort son installation en ville.

11Mais avant d’aller plus loin dans l’analyse de cet aspect de la question, c’est-à-dire des effets que produisit cette répartition au niveau de la reformulation des rapports entre la société civile « citadine » et l’État, essayons d’établir les contours de la nouvelle donne locative.

b) La structure du parc immobilier algérois en 1966

  • 3 Ce n’est qu’en 1980 qu’est mis en place un organisme spécial de ce type au niveau de la wilaya d’A (...)

12Au recensement de 1966, la structure du parc immobilier algérois se précisa : le secteur public fut le bénéficiaire principal du processus de restructuration engagé depuis 1962. Cependant, l’évaluation du volume réel de ses biens se heurta aux insuffisances de l’appareil administratif et statistique qui laissa échapper beaucoup de logements aux divers dénombrements. L’État devenait le principal propriétaire immobilier de la capitale mais il n’avait pas une connaissance très précise de l’étendue, de la nature et de l’état de ses biens. Il n’existait pas en effet d’organisme spécialisé de collecte, de traitement et de gestion des données émanant de ce parc3.

13À partir de divers recoupements, M. Sgroï-Dufresne (1983) a pu estimer avec exactitude l’état du parc logements existant en 1966, incluant aux effectifs recensés un volet de 7 872 logements ayant « disparu » des statistiques à cause de leur reconversion en bureaux (ibid., 348-361). En considérant ses estimations comme étant exactes, nous obtenons des effectifs un peu au-dessus des chiffres donnés par le recensement de 1977, sans toutefois que cela ne modifie de manière sensible la structure du parc : les logements « oubliés » étaient restés dans le secteur public, n’étaient pas passés dans le privé. À ce même recensement la structure de ce parc en 1966 se présentait de la manière suivante :

Tableau n° 1. Distribution du parc de logements selon le statut juridique dans la wilaya d’Alger en 1966

Tableau n° 1. Distribution du parc de logements selon le statut juridique dans la wilaya d’Alger en 1966

14On constate qu’au niveau de la wilaya, près de 70 % du parc appartenait à l’État et que cette proportion était plus élevée (75 %) pour les communes périphériques qui hébergeaient l’essentiel des « pavillons de banlieue » construits par les Européens dans la décennie précédant l’indépendance. Mais cette répartition cachait le poids considérable du parc public dans les arrondissements du Vieil-Alger : près de 85 % des biens vacants y étaient en fait concentrés.

  • 4 OPHLM, Compagnie immobilière algérienne (CIA), La MAFAL, Le Logis algérois, etc.

15En définitive, ce furent donc plus des deux tiers des habitants de la ville d’Alger et de sa périphérie qui devinrent locataires des biens de l’État, et a fortiori, la wilaya d’Alger se retrouva du jour au lendemain confier la gestion de près de 133 000 logements alors qu’elle ne disposait que de moyens humains et matériels très réduits. Car le poids de la gestion des biens vacants reposait en effet sur elle en premier chef : les Sociétés immobilières publiques et parapubliques de statut français reconduites dans leurs fonctions4 ne géraient guère plus que 25 % du parc public total, contre 10 % pour les autres administrations et entreprises publiques qui avaient la charge de leurs propres parcs comme le montre le tableau n° 2.

  • 5 La Charte de Tripoli préconise seulement que le Parti « doit prendre des mesures urgentes pour log (...)
  • 6 Dans son Rapport au Congrès, le président Ben Bella justifie les décrets concernant les biens vaca (...)

16En l’espace de quelques années seulement, l’État algérien se constitua ainsi un véritable empire immobilier, sans pour autant que cette constitution ait été envisagée par la doctrine politique du nouvel État, dans la mesure o ni la Charte de Tripoli de juin 1962, ni celle d’Alger de 1964 n’abordaient de plain-pied le problème des biens vacants, sinon indirectement par le biais de la problématique de la propriété sociale des moyens de production5. Mais sous l’influence de son secrétaire général et président de la République, l’orientation « socialiste » s’affirma progressivement et les biens immobiliers furent considérés au même titre que les autres biens économiques. Lors du Congrès du FLN du 16 au 21 août 1964, les principes de la nationalisation des principaux moyens de production et de la « construction d’une économie socialiste » furent affirmés6.

Tableau n° 2. Distribution du parc logements de la wilaya d’Alger selon le statut juridique en 1966

Tableau n° 2. Distribution du parc logements de la wilaya d’Alger selon le statut juridique en 1966

Source : RGPH 1977.

17C’est dans cet esprit qu’il faut interpréter les mesures conservatoires concernant les biens vacants, et qui visaient, avant toutes choses, les milliers d’entreprises et d’exploitations agricoles abandonnées par leurs patrons européens, et dont on craignait qu’elles ne tombent entre les mains des « profiteurs de guerre » et des « bourgeois ». Ainsi, le libéralisme abstrait véhiculé par les couches moyennes et certains intellectuels (AAN, 1962) fut-il dénoncé de manière péremptoire, et justifia a fortiori la nationalisation pure et simple des logements. Car la contrerévolution pouvait venir non seulement de la « bourgeoisie », mais aussi de ces « couches moyennes » nommément citées qui constituaient paradoxalement, le gros des effectifs de la nouvelle administration et du Parti. Et ce paradoxe fut d’autant plus fort que la nationalisation des biens vacants constituait un cadeau royal offert à ces mêmes couches moyennes dénoncées, car comme nous allons le voir, elles constituèrent les principales bénéficiaires du processus de substitution spatiale.

  • 7 In « Croissance et aménagement de l’agglomération d’Alger », article publié dans « La question du (...)

18Mais peut-être faut-il voir aussi dans ce mépris des couches moyennes, par-delà les connotations plébéiennes du discours populiste du FLN, la prépondérance d’une conception paysanne de la révolution7, renforcée par le caractère non citadin et non algérois du personnel dirigeant.

Le procès de substitution spatiale

19Le procès de substitution spatiale qui s’enclencha après le départ des Européens fut complexe au niveau de son mode de réalisation et rapide au niveau de son rythme. Mais il ne s’apparente pas du tout à l’image d’un envahissement subit et systématique de la ville par les masses rurales tel que nous le présente F. Benatia (1983) dans son ouvrage Alger : agrégat ou cité ? :

20« Les appartements libérés sont occupés le plus souvent par une population rurale : la majorité des citadins – surtout dans les mois suivant l’indépendance – respectent les consignes du FLN de ne pas envahir les « biens abandonnés » et eurent des scrupules à profiter d’une situation donnée ». (Ibid., 103). Scrupules qui honoraient les citadins, d’autant plus que les ruraux qu’il nous décrit plus loin ne respectent rien et se comportent de manière très peu « citadine » : « Les ruraux, fraîchement arrivés à Alger, longtemps travaillés par le slogan : “tous les Algériens sont égaux”..., galvanisés par la chute de l’administration coloniale et la suppression des privilèges de classe et la hiérarchisation des quartiers, ont envahi les logements sans tenir compte du standing des lieux et souvent en ignorant la législation en vigueur » (Ibid., 104).

21En fait, l’affirmation de l’auteur est un peu trop lourde et exagérée : elle ne retient du processus que l’un de ses aspects les plus spectaculaires. Car en réalité, ce dernier se déroula selon deux modalités, selon que l’on ait eu affaire à des logements acquis légalement par voie de transaction marchande (avec actes notariés et enregistrés) à leurs propriétaires d’une part ou selon que l’on ait eu affaire à des biens abandonnés et « squattés » d’autre part.

L’accession par voie légale à la propriété immobilière entre 1954 et 1962

22Le processus d’accès à la propriété immobilière par voie légale démarra assez tôt, en 1954. Il s’accéléra de 1960 à 1962 pour s’achever dans la clandestinité en 1966. Il concerna les logements acquis par les Algériens aux Européens sous la forme de transactions commerciales conformes à la législation en cours. Et il intéressa les catégories « solvables » de la population algérienne, c’est-à-dire essentiellement les éléments appartenant à la bourgeoisie nationale et les éléments aisés des couches supérieures de la classe moyenne (commerçants, artisans, petits entrepreneurs, etc.) dans un premier temps (1954-1962). Ce mouvement élargit ensuite la base sociale de son recrutement à des catégories plus modestes (employés, enseignants, etc.) pendant l’été 1962 grâce à la chute des prix des logements que les Européens bradaient systématiquement dans leur exode. Il ne concerna plus en fin de période (de 1963 à 1966) qu’une faune particulière d’individus dont la position au sein des nouvelles institutions administratives permettait le détournement de la nouvelle réglementation sur les biens vacants.

23Ainsi, 15 000 logements d’Européens furent acquis par les Algériens entre 1954 et 1962 et près de 12 200 après 1967, soit respectivement 15 % du parc européen enregistré en 1954 et 94 % du reste du parc appartenant encore aux Européens en 1967 (c’est-à-dire qui n’avait pas fait l’objet de nationalisations), étant entendu qu’entre 1954 et 1962, ce parc s’était accru de 42 461 unités.

24L’analyse de la distribution de ces acquisitions dans l’espace permet d’établir le double constat suivant : celles qui furent réalisées durant le premier stade (de 1954 à 1961) procédaient généralement du mouvement d’homogénéisation des quartiers à dominance algérienne et elles concernaient des logements de faible valeur foncière situés dans les zones dégradées du tissu urbain. Celles observées pendant le deuxième stade (après 1961) se concentraient, quant à elles, dans les quartiers centraux et dans les zones résidentielles des hauteurs : Alger-Centre et Sidi-M’hamed d’une part et El Biar, Kouba, Le Golf et Hydra d’autre part. Ainsi les 94 % des acquisitions algériennes de 1961 à 1966 se concentraient pour plus de 60 % dans les 3e, 4e, 7e, 8e et 9e arrondissements. Les nouveaux acquéreurs algériens montraient donc une prédilection particulière pour les villas et autres types d’habitat pavillonnaire.

Carte n° 1. Dénominations et caractéristiques résidentielles des quartiers d’Alger en 1954

Carte n° 1. Dénominations et caractéristiques résidentielles des quartiers d’Alger en 1954

Le procès de substitution dans les biens vacants

25L’occupation des biens vacants ne fut pas le raz-de-marée rural que nous décrit F. Benatia (1983). Au recensement de 1966, 25 % seulement des habitants ne résidaient pas dans les mêmes arrondissements que ceux qu’ils occupaient en 1962, à la date de l’indépendance. Le quart seulement des nouveaux occupants provenait donc soit d’un autre arrondissement d’Alger, soit de l’extérieur de l’agglomération. Il est très clair donc que les mouvements de déplacement des populations étaient restés circonscrits à l’intérieur des mêmes zones urbaines.

26Cependant, la nature hétérogène des quartiers englobés à l’intérieur de cette division administrative qu’était « l’arrondissement » où coexistaient à la fois des secteurs musulmans et européens, cache la réalité des déplacements à courte distance entre les premiers et les seconds. En effet, la proximité semble avoir joué un rôle prépondérant : l’effet de voisinage avait été décisif dans une dynamique o les citadins monopolisaient l’essentiel de l’initiative de « squatterisation » car étant plus proches des quartiers européens et bénéficiant donc d’une meilleure connaissance des lieux que les ruraux. Il reste cependant qu’il faut relativiser les choses dans la mesure où les citadins dont nous parlons l’étaient en grande partie de fra che date, puisque entre 1954 et 1962, la ville d’Alger avait accueilli presque autant d’individus qu’elle n’en hébergeait en 1954. C’est dire donc combien le constat de F. Benatia est, à tout bien peser, recevable dans la mesure o les trois quarts des résidents d’Alger recensés en 1966 étaient nés en dehors de la capitale.

Carte n° 2. Le procès de substitution spatiale à Alger (1961-1963)

Carte n° 2. Le procès de substitution spatiale à Alger (1961-1963)

27Et l’on peut dire aussi que l’un des effets majeurs du processus de réoccupation des biens vacants fut sans conteste l’intégration rapide des populations rurales marginales produites par la guerre, qui étaient confinées soit dans les bidonvilles périphériques, soit dans les quartiers populaires centraux surpeuplés. La carte ci-dessus permet de visualiser ce phénomène de transfert qui s’opéra grosso modo en deux temps et deux mouvements : dans un premier stade, les habitants des quartiers « musulmans » se déplacèrent vers les quartiers européens de façade (de Belcourt supérieur vers Belcourt inférieur, de Mahieddine vers le Champ de Manœuvres, etc.), laissant à leur tour la place aux habitants des bidonvilles qui les remplacèrent dans un deuxième temps.

  • 8 In « Croissance et aménagement de l’agglomération d’Alger », Article publié dans « La question du (...)

28Par ailleurs, le tableau suivant qui résume les caractéristiques résidentielles de la population algéroise en 1966, montre que ce furent les 3e et 4e arrondissements (Alger-Centre et Sidi-M’hamed) qui constituèrent le point de chute principal des populations extérieures, soit respectivement 41,5 % et 30 % de leurs habitants. Il est à noter que dans ce cas aussi l’effet de voisinage joua pleinement : le gros des troupes de nouveaux arrivants provenait des arrondissements avoisinants, la Casbah, El Madania, Husseün Dey. Il faut noter en outre que ces arrondissements centraux, très convoités, étaient aussi les mieux contrôlés et surveillés par l’administration : la majeure partie des 11 000 logements inoccupés en 1966 estimés par IKÈNE8 se situait dans cette zone.

Tableau n° 2. Conditions d’habitat et état des logements par arrondissements en 1966

Tableau n° 2. Conditions d’habitat et état des logements par arrondissements en 1966
  • 9 Beaucoup d’occupants de situation modeste, alléchés par des « pas de porte » mirobolants ou simple (...)

29En effet, leur position centrale en fit le terrain d’élection des reprises et autres tractations occultes9 en vue de les transformer en bureaux et autres cabinets professionnels. Ce qui explique dans une certaine mesure le maintien des bonnes caractéristiques résidentielles (TOP de 1,6 et 1,9) de ces deux arrondissements.

Le procès de substitution sociale : l’algérianisation de la structure sociale

30Le phénomène de substitution sociale qui s’enclencha en juillet 1962 dépassa par son ampleur toutes les prévisions : tous les postes d’employés laissés vacants par les Européens dans les commerces et les services ainsi que les deux tiers environ de ceux abandonnés par les artisans et les petits commerçants auraient été occupés par les Algériens et leur nombre serait ainsi passé de 130 000 à 180 000 en l’espace de quelques mois. « Et les revenus distribués au monde urbain auraient été en valeur courante, du même ordre de grandeur qu’en 1955 : les Algériens ayant systématiquement occupé les postes vacants abandonnés par les colons... » (S. Amin, 1970, 128-129).

31Au recensement de 1966, le remplissage des créneaux et des vides s’était réalisé dans toutes les catégories socioprofessionnelles, avec parfois des excédents importants, sauf pour les catégories « d’ouvriers qualifiés » et de chefs « d’entreprise » qui accusaient respectivement une baisse au niveau de leurs effectifs de 23,3 % et 6,4 %.

32Si la raison de la diminution des effectifs des chefs d’entreprises tient à la disparition de certaines activités liées à l’économie coloniale et aux nationalisations qui décapitèrent les entreprises industrielles, celle de la forte baisse du personnel ouvrier qualifié était due aux difficultés de remplacement des Européens à qualification égale, mais surtout et essentiellement à l’effet de promotion sociale et professionnelle qui frappa les représentants de la catégorie, les hissant à des postes moins manuels d’administration et de contrôle des procès de travail.

33Et ce phénomène de désertion des postes de travail manuels et pénibles ne fut pas exclusif de cette seule catégorie : il se manifesta de manière générale dans toutes les autres o l’on constata un mouvement de translation vers les niveaux moyens et supérieurs des taxinomies professionnelles. Les vides occasionnés par le départ des Européens furent plus que comblés en termes d’effectifs au niveau de la strate moyenne (CSP II) : entre 1954 et 1966, cette dernière reçut un excédent de 27,6 % alors que la strate supérieure (CSP I) n’augmenta que de 0,7 % au niveau national.

34Tout se passa donc comme si nous avions affaire à un mouvement de translation générale des populations des catégories inférieures de la stratification sociale vers les catégories supérieures, mouvement se caractérisant en particulier par un gonflement rapide des couches moyennes. Au niveau global, le poids de la strate intermédiaire (CS.P II) se fit sentir en milieu urbain (31,2 % en 1966 contre 29,2 % en 1954), sans pourtant atteindre la proportion à ce niveau de la population européenne.

Tableau n° 3. Structure de la population selon les grandes catégories socioprofessionnelles aux recensements de 1954 et 1966 (Algérie entière)

Tableau n° 3. Structure de la population selon les grandes catégories socioprofessionnelles aux recensements de 1954 et 1966 (Algérie entière)
  • 10 Les trois grandes catégories de CSP (1, 2 et 3) regroupent les sous-catégories suivantes :
    – CSP 1  (...)

Note 1010

35Le phénomène fut beaucoup plus net dans la wilaya d’Alger, eu égard à sa position de capitale économique et administrative o se concentraient les trois quarts des emplois du tertiaire du pays : administrations centrales, hôpitaux, université, commerces, etc. En 1966, 36,3 % de la population urbaine de la wilaya d’Alger se regroupait dans la strate moyenne (CSP II).

36Autre caractéristique importante du phénomène de substitution qui nous permettrait de conforter l’hypothèse de la promotion sociale subite de la population algéroise : le niveau d’instruction de la population active recensée en 1966. Les données fournies par le recensement font état du faible niveau général de cette dernière : seulement 4,7 % des actifs possédaient un niveau d’études secondaires, et 1,1 % seulement le niveau d’instruction supérieur.

37Par ailleurs le croisement du niveau d’instruction avec la strate socioprofessionnelle montre que 38 % seulement des individus appartenant à la strate moyenne (CSP II) avaient un niveau d’instruction situé entre la fin du cycle primaire et le début du cycle secondaire (Lycées). Cela signifie, entre autres choses, que les employés de bureau, ceux des commerces et services, ces travailleurs intellectuels subalternes qui n’avaient pas besoin de beaucoup d’instruction et de technicité pour occuper leurs postes de travail, se recrutaient par conséquent à des niveaux d’instruction plus bas, c’est-à-dire le primaire.

38La substitution de la classe moyenne européenne se réalisa donc par un recrutement massif dans le bas de l’échelle sociale parmi les détenteurs d’une infime parcelle d’instruction. Seuls les analphabètes, à la limite, n’avaient pas pu se reconvertir dans des postes de travail non manuels, et encore : l’administration algérienne foisonne de ces faux emplois de « chaouch », de plantons que les recenseurs classent par inadvertance ou par commodité dans la catégorie des employés de service plut t que dans celles du « personnel de service ».

39En dernière analyse donc, il apparaît de manière très claire que le système urbain puisa dans le stock humain disponible le personnel nécessaire à sa reproduction, à son fonctionnement, constituant de ce fait une « fausse » classe moyenne, qui tant par sa citadinité récente, son niveau d’instruction assez bas, son origine populaire, se distinguait nettement de l’ancienne classe moyenne européenne. Cette caractéristique particulière de la classe moyenne algéroise est importante à souligner dans la mesure où, bénéficiant aussi du procès de substitution spatiale qui s’opéra à son profit, cette couche allait contribuer à asseoir cette promotion sociale et urbaine rapide par des stratégies et des comportements urbains particuliers.

Une désagrégation relative d’Alger ?

40À tout bien peser donc, la réoccupation de la ville par les Algériens se déroula dans un ordre lâche et inédit, mais pas dans l’anarchie que laissaient supposer la levée des blocages institutionnels et économiques coloniaux et les aspirations longtemps contenues de la population. Tout se passa en effet comme si cette opération était réglée par une logique souterraine de l’ordre social et répondait à un système complexe de rapports de forces entre les divers groupes sociaux se disputant l’espace « vacant » convoité. Et ce furent les groupes les moins atteints, les moins déstructurés et affaiblis par la guerre qui disposèrent des meilleurs atouts, en l’occurrence dans notre cas, ceux déjà fortement citadinisés et intégrés socialement. Car si on élimine quelques phénomènes parasites comme, par exemple, l’arrivée des réfugiés du Maroc et de Tunisie, l’installation des anciens maquisards dans la ville et l’immigration des couches citadines des villes de l’intérieur du pays vers Alger, ce furent grosso modo les populations originelles d’Alger, toutes classes et conditions confondues, qui bénéficièrent de la conjoncture de vacance urbaine.

41Est-ce à dire qu’il n’y eut pas de « Révolution urbaine » algéroise comme nous l’avons souligné plus haut et pas de reconquête populaire de la ville comme l’espéraient tous les « mal-logés » et les exclus des bidonvilles algérois avant l’indépendance ? Apparemment oui si l’on fait en quelque sorte une lecture instantanée, synchronique de la distribution de la population active dans les diverses catégories socioprofessionnelles, mais en réalité non si l’on fait une lecture diachronique qui tient compte de l’histoire de la constitution des divers groupes sociaux algérois.

42En effet, le recensement présente la photographie instantanée de la fin d’un lent mouvement de décantation sociale de la population dans des « positions » de classe qui ne correspondaient pas réellement à de véritables « conditions » de classe de départ, sinon celles acquises en quelque sorte artificiellement par le processus de remplacement de la population européenne. Les exemples ne manquent pas de promotion professionnelle très rapide d’individus ayant occupé des positions subalternes vers des postes de responsabilité et de direction dans les entreprises vidées de leur personnel technique et d’encadrement français. D’autres exemples plus significatifs abondent dans les administrations qui puisèrent largement dans le personnel algérien disponible, à des niveaux de qualification très souvent inférieurs aux critères requis par le poste, pour pallier aux insuffisances créées par l’exode européen.

  • 11 Qui comprenait les CSP suivantes : Employés, cadres moyens, ouvriers qualifiés, indépendants non a (...)

43Même si ce phénomène de promotion généralisée se justifiait par les besoins immenses induits par le redémarrage de l’économie et des services sociaux saignés à blanc par le départ des Français, il n’en a pas moins contribué à gonfler de manière quelque peu artificielle les effectifs de la « classe moyenne surtout », qui connurent un accroissement considérable en quelques années : alors que les Algériens ne comptaient que pour 16,3 % de la catégorie CSP II11 en 1954, ils atteignirent la proportion de 40 % en 1966.

  • 12 Dans l’acception démographique et non péjorative du terme, cela va sans dire... Voir les deux arti (...)

44Par une sorte de phénomène de « capillarité » (M. Boukhobza, 1990), les positions sociales supérieures attirèrent en quelque sorte vers le haut un personnel recruté dans des positions inférieures, avec tous les avantages sociaux et symboliques que procurait ce reclassement, sans pour autant que cela ne parvienne à cacher la nature hétéroclite du point de vue de l’origine géographique et hétérogène du point de vue culturel de ces cohortes12 de promus de l’indépendance. Et en l’espace de quelques années aussi, la ville d’Alger, comme organisme complexe d’exercice de la centralité, avait puisé dans le stock social disponible à l’indépendance, le personnel nécessaire à sa propre reproduction. Elle aura ainsi contribué de manière indirecte à la création d’une fausse classe moyenne urbaine, parée des attributs symboliques et matériels de sa position, mais qui n’en était pas moins restée très populaire et rurale dans ses comportements et son mode de vie.

45Aussi faudrait-il nuancer les termes initiaux d’une reproduction inchangée de la ségrégation sociale antérieure : en réalité, derrière la fausse façade des statistiques par CSP et derrière les vraies façades des immeubles algérois se cachaient des groupes sociaux réels, dont la promotion rapide, quasi miraculeuse, ne doit pas faire oublier leur épaisseur, leur consistance rurale et populaire.

46La popularisation d’Alger constitua donc un fait réel et bien tangible qui allait par la suite s’imposer comme un trait incontournable de la question urbaine algéroise. Les pratiques et les politiques urbaines qui se développèrent plus tard ne se trompèrent d’ailleurs pas d’objectifs en se focalisant sur un ensemble de « problèmes urbains » découlant de cette occupation « populaire » des espaces centraux algérois : dégradation du cadre bâti et de l’environnement, déliquescence de l’esprit civique et de la culture citadine, etc.

47Il faut souligner également que cet épisode d’emballement révolutionnaire du système urbain algérois a contribué à inscrire dans la durée une des caractéristiques les plus structurantes du lien social en milieu urbain algérois : le fait parental comme élément de structuration des relations de voisinage. Les mécanismes de translation que nous avons évoqués et décrits plus haut, dans la mesure o ils se sont déroulés dans un contexte de disponibilité exceptionnelle de logements contigus dans les mêmes immeubles, les mêmes rues et quartiers ont en effet favorisé le regroupement des nouveaux occupants par affinités parentales, ou d’origine géographique, quand ce n’était pas les deux en même temps. On s’est retrouvé en bout de ligne devant des situations o des groupes familiaux entiers sont parvenus en l’espace de quelques mois à se regrouper dans les mêmes unités de voisinage, formant des communautés plus ou moins vastes reproduisant sinon le modèle de la grande famille ou de la fraction lignagère (ce « segment » de groupe tribal), sinon celui du village traditionnel entendu dans son sens anthropologique.

48La « révolution urbaine » de l’indépendance se résolvait donc par un formidable mouvement de recomposition des bases communautaires traditionnelles, coagulant dans des espaces urbains contigus des pans entiers de grandes familles, de sociétés traditionnelles locales. La modernisation de l’habiter par l’accès à la ville européenne cachait en fait un phénomène de retraditionnalisation résidentielle de la ville, de reproduction à l’intérieur de cette dernière de façons communautaires de s’approprier l’espace et de consommer le lien social. La « ruralisation » et la « popularisation » de la ville que d’aucuns déploraient et dénonçaient n’étaient donc pas seulement le fait du nombre, mais cachait un phénomène réel de reconstruction de la géographie sociale des quartiers algérois sur une base essentiellement communautariste.

La production de la ville par l’État : l’invention de la ville planifiée et de son double, la ville informelle

49C’est dans ce contexte de décantation des groupes résidentiels sur la base d’affinités et de liens sociaux préexistants à leur installation dans la ville que l’on assista à la mise en place de la nouvelle politique dirigiste de l’urbanisation consacrée par la promulgation de l’ordonnance du 24 février 1974 portant constitution des Réserves foncières au profit des Communes. Cette loi se situait de notre point de vue dans une continuité paradigmatique par rapport au système urbain qui s’était mis en place par retouches successives : l’État se proclamait cette fois-ci architecte de l’urbain, dans la même foulée qu’il s’était fait l’architecte de la transformation du social. En accordant aux municipalités le monopole des transactions sur le foncier, il appliquait jusqu’au bout la logique à l’origine de sa fondation comme propriétaire et gestionnaire du « butin de guerre » immobilier issu de la décolonisation : celle de disqualification des rapports marchands au niveau de l’urbain, rapports sensés générer l’inégalité des chances d’accès au foncier et à l’habitat en général. Il renforçait du même coup les mécanismes de distribution politique de l’espace, déjà fortement mis en œuvre au niveau de l’habitat collectif, devenu l’apanage quasi exclusif de sociétés de réalisation étatiques.

La période socialisante ou la revanche du communautaire

50La période 1974 à 1990 se caractérisa à cet égard par plusieurs phénomènes d’ordre social et spatial directement induits par la tournure décidément néo-patrimonialiste que commençaient à générer les outputs du système, c’est-à dire la mise en place de mécanismes informels de détournement et d’appropriation des biens publics à des fins privatives (M. Safar Zitoun, 1997).

51Du point de vue du marché foncier tout d’abord, on a pu observer la mise en place de stratégies complexes de détournement et de contournement des nouvelles dispositions de gel des transactions foncières à l’intérieur des périmètres officiels d’urbanisation (qui devaient se faire obligatoirement au profit des municipalités). Les « stratégies prophylactiques » (P. Bourdieu, 1994) ou de type préventif d’évasion foncière des propriétaires fonciers absentéistes procédaient de cet ordre. Pour échapper aux nationalisations de leurs terres incluses ou non dans les périmètres d’urbanisation, ces derniers les lotissaient et vendaient de manière clandestine. Les grands coups partis de l’urbanisation périphérique algéroise datent de cette époque. Ces pratiques eurent pour conséquence majeure au plan de l’occupation de l’espace un phénomène de périphérisation excessive de l’urbanisation, continuant et renforçant le processus de mitage de l’arrière-pays mitidjien décrit par Mutin (1977). Une véritable ceinture de lotissements situés en zone rurale, non concernée du fait de la loi par les dispositions de production de titres fonciers donnant droit à la délivrance de permis de construire, vit ainsi le jour. La ville s’étendait à l’extérieur du périmètre symbolique marquant la frontière de l’urbanisation officielle en intégrant de manière privilégiée les terres de statut Melk du Sahel algérois (Khraïssia, S’haoula, Birtouta nord, Chéraga, etc.).

52Il faut souligner à cet égard que le mode de transaction foncière informel utilisé par les acquéreurs, à savoir un document de vente « sous seing privé », eut pour conséquence directe le renforcement des aspects communautaires des processus d’installation des populations. En effet, la fragilité juridique de ce document exigeait des parties contractantes des « précautions » de validation de la transaction qu’elles ne pouvaient trouver que chez des témoins contresignant l’acte de vente connu à la fois par le vendeur et l’acheteur (A. Hafiane, 1989).

53De ce fait principal, en l’occurrence la dominance des relations personnelles et de confiance mutuelle à l’origine de leur formation, ces lotissements clandestins se constituèrent comme des « fragments » urbains à fort soubassement communautaire, regroupant des gens ayant en commun, sinon des liens familiaux dans le sens étroit ou large du terme, du moins des histoires urbaines partagées. Les modalités mêmes de prise en charge collective des frais de viabilisation et de branchement aux réseaux que les acheteurs eurent à prendre en charge contribuèrent par ailleurs à renforcer, sinon la solidarité interne à ces groupes, du moins la croyance en leur autonomie vis-à-vis de l’État.

54Du c té des grands ensembles d’habitat collectif construits à cette époque (les ZHUN – Zones d’habitat urbain nouvelles) dont la distribution s’était faite au principe des quotas de logements alloués aux différentes sociétés et organismes étatiques, ou au gré des différentes campagnes de recasement et de relogement des habitants des bidonvilles de la capitale (notamment la grande opération de 1983), d’autres processus de « coagulation » communautaires virent le jour. Ils procédaient essentiellement du regroupement des ménages de « relogés » et « recasés » des bidonvilles dans les mêmes immeubles ou pâtés d’immeubles au sein des nouvelles cités d’habitat collectif, produisant des microformes de ségrégation sociale et des situations parfois violentes d’opposition de styles de vie et d’appropriation de l’espace entre les immeubles de « cadres » et ceux des « recasés ».

55En tout état de cause et pour résumer la situation, on peut présenter la typologie de la ségrégation avant 1990 de la manière suivante : à c té d’un premier ensemble hétérogène de quartiers d’habitat individuel issus de processus de lotissement irréguliers dont le dénominateur commun résidait dans leur forte cohésion communautaire, dans la mesure o , érigés contre et malgré l’État, ils formaient des entités sociales fortement structurées se dessinait un deuxième ensemble de quartiers de lotissements réguliers regroupant des populations assez diversifiées, dont la caractéristique commune résidait dans leur paysage social composé de couches de fonctionnaires et autres catégories dont la position est liée à leur appartenance à l’État.

56En ce qui concerne les quartiers d’habitat collectif, qui se caractérisaient dans leur grande majorité par une forte hétérogénéité sociale dans lesquelles s’observaient des phénomènes complexes d’affirmation et de négociation de micro-identités catégorielles, on assista à un processus de reclassement inachevé induit par la mise en œuvre de l’opération de cession des biens de l’État de 1981. La mobilité résidentielle qui s’enclencha alors, du fait de la possibilité de vendre des logements acquis en copropriété à des prix administrés dans un marché fortement spéculatif, produisit des phénomènes d’homogénéisation par le haut dans certains sites, regroupant des catégories sociales supérieures ou moyennes dans des espaces de bonne qualité urbaine, mais elle contribua à figer, à fixer dans leurs logements les catégories les plus démunies n’ayant pas réussi à négocier l’achat de leurs logements auprès de l’État.

57C’est donc dans ce paysage ségrégatif très diversifié, éclaté, sans principe organisateur d’ensemble sinon peut-être le clivage entre populations produites par les processus de distribution administrée de l’espace et celles produites par les processus spontanés d’agrégation dans lesquels les logiques à soubassement marchand interfèrent avec d’autres logiques plus complexes de mobilisation des ressources extra-économiques ou les deux à la fois que survint la réforme libérale de 1990.

Libération du marché et nouvelles logiques de recomposition urbaine

58C’est dans ce contexte, dans ce paysage aux contours imprécis que vinrent jouer les effets introduits par la loi d’Orientation foncière de 1990, notamment les dispositifs d’encadrement de l’urbanisation : permis de lotir, de construire, Plans directeurs d’aménagement urbain (PDAU), etc. Mieux que de longs discours, l’examen de quelques cartes est évocateur des changements apportés pendant la période intercensitaire 1987-1998, dans la mesure toutefois où ces derniers ont une expression spatiale. Soulignons avant de passer à l’analyse, les changements institutionnels et réglementaires les plus saillants : 1) la fin (théorique) du monopole des municipalités sur les transactions foncières à l’intérieur des périmètres d’urbanisation, c’est-à-dire la possibilité pour les propriétaires fonciers privés de vendre leurs propriétés sans passer par la municipalité ; 2) la définition de nouveaux instruments d’urbanisme plus consultatifs et opposables aux tiers (PDAU et POS) ; 3) la création d’agences de gestion et de régularisation foncières, chargées de la gestion des portefeuilles fonciers des communes ; et enfin 4) l’abandon des prix « administrés » et l’adoption du principe de l’alignement des coûts et des prix de cession des biens fonciers et immobiliers sur les prix du marché. En somme, une batterie de dispositifs et de textes d’inspiration plus libérale que ceux des décennies précédentes, qui avaient pour objectif avoué de lever les diverses pesanteurs institutionnelles qui, selon les autorités publiques, constituaient un frein à l’émergence des autres acteurs de l’urbanisation.

59Mais l’intérêt principal de l’analyse de cette période post-réforme des textes d’encadrement de l’urbanisation provient essentiellement des conditions sociopolitiques dans lesquelles se sont déroulées les mises en œuvre de ces nouvelles dispositions, c’est-à-dire des modalités d’embrayage de ces textes dans un contexte politique général et dans des contextes locaux caractérisés par une grande instabilité politique et institutionnelle. Si les différentes formes d’urbanisation tant formelles qu’informelles que nous venons d’analyser se sont déployées dans le contexte d’un État autoritaire et omniprésent, celles qui se déployèrent de 1992 à 2002, se situèrent en effet dans un contexte de conflits politiques internes graves et d’affaiblissement de l’autorité du centre par rapport à la périphérie (le local, le municipal) qui produisirent un formidable mouvement de transfert « illicite » du foncier appartenant au domaine public vers le domaine privé.

60Tout d’abord, traçons un état des lieux de l’urbanisation algéroise, à travers les données fournies par le recensement de 1998, date située en plein milieu de crise, qui a eu pour avantage de figer statistiquement les grandes évolutions observées dans cette période de libéralisation du marché foncier et de retrait de l’État.

La croissance urbaine à Alger 1987-1998

61Au recensement de 1998, on constate les données suivantes : le taux de croissance annuelle de la population algéroise (ensemble de la wilaya d’Alger) était de 2,2 %, dépassant de 0,1 point seulement le taux de croissance naturelle pendant la période (2,1 %). Pendant le même laps de temps, le taux de croissance des constructions dans toute l’aire métropolitaine algéroise était de 4,36 %, ce qui constituait un taux bien vigoureux comparé au taux de croissance de la population. Les données montrent que le plus gros de cette croissance était supporté par les 27 communes de la périphérie plut t que par les 29 arrondissements urbains de la capitale (Alger intramuros). Ces derniers atteignaient à peine 1 % en fin de période 1987/1998 alors qu’ils avoisinaient les 3,4 % durant la décennie précédente.

62Par ailleurs, les données du recensement montrent également que cet accroissement des taux d’urbanisation fut principalement le fait de l’habitat de type individuel qui constituait entre 70 % et 90 % de l’ensemble des constructions réalisées. Cette tendance tranche nettement avec celle observée pendant la période précédente, dominée par l’offre de logements de type collectif.

Carte n° 3. Taux de croissance urbaine wilaya d’Alger (1987/1998)

Carte n° 3. Taux de croissance urbaine wilaya d’Alger (1987/1998)

Carte n° 4. Taux de la croissance urbaine algéroise

Carte n° 4. Taux de la croissance urbaine algéroise

63Enfin, l’analyse des flux de populations présentée par la carte 4 permet de conclure au caractère fortement périphérisé de la croissance urbaine algéroise.

64Quoi qu’il en soit donc, les données que nous venons de présenter montrent de manière très claire le formidable mouvement d’urbanisation de la périphérie algéroise sur le mode de l’étalement urbain de basse densité formé de logements individuels. Ce qui est nouveau aussi, c’est que ce mouvement ne semble plus procéder, à la différence de ce qui avait été observé dans les années 1970 et 1980, d’un processus soutenu d’exode rural, mais de l’installation de populations provenant essentiellement des quartiers centraux d’Alger. Les quartiers centraux se sont vidés de leurs populations au profit des périphéries résidentielles nouvelles ouvertes à l’urbanisation « libre », par le biais du marché, mais aussi par le biais de la distribution administrée du foncier.

65Cette dynamique traduit apparemment une plus grande fluidité du marché foncier dans toutes les communes rurales de la wilaya mais elle montre aussi paradoxalement que cette fluidité fut beaucoup plus forte dans les communes à majorité de terres domaniales que dans celles à majorité de terres privées. Le graphique suivant qui présente le nombre de constructions réalisées entre 1987 et 2003 et le nombre d’entre elles qui sont considérées comme étant « illicites » selon la définition des services d’urbanisme, c'est-à-dire ne disposant pas d’actes de propriété d ment notariés et enregistrés et ne disposant donc pas du document d’urbanisme officiel ouvrant le droit à construire qu’est le « permis de construire » exprime en effet un véritable paradoxe, celui de l’extension des constructions illicites là o elles ne devraient pas être en principe : sur des terres appartenant au domaine public. La carte 4 est très explicite à cet égard : le plus fort taux de constructions illicites de (52,6 %) est enregistré dans le territoire administratif de la daïra (sous-préfecture regroupant 7 communes) de Dar El Beïda située dans la périphérie est de la ville, et dont l’assiette foncière est constituée à plus de 90 % de terrains appartenant audomaine privé de l’État ! La daïra de Baraki, elle-même, située en plein dans l’ancien pays colonial devenu propriété de l’État, se situe en deuxième position avec un taux de 23 % d’habitat « illicite », cependant que les autres communes de l’ouest de la wilaya, o l’on retrouve les plus fortes proportions de terres privées, affichent les taux d’habitat « illicite » les plus faibles.

Graphique n° 1. Nombre de constructions réalisées entre 1987 et 2003, dont les constructions illicites par da ra (wilaya d’Alger)

Graphique n° 1. Nombre de constructions réalisées entre 1987 et 2003, dont les constructions illicites par da ra (wilaya d’Alger)

Carte n° 5. Taux d’habitat illicite par communes (wilaya d’Alger)

Carte n° 5. Taux d’habitat illicite par communes (wilaya d’Alger)

66On se retrouve ainsi devant une situation exactement à l’inverse de celle qui avait prévalu avant 1990 et les lois de libéralisation des transactions foncières : l’illicité n’est plus le fait des propriétaires privés lotisseurs « clandestins » qui soustrayaient par ce faire leurs terrains des nationalisations et autres interdictions de l’administration : elle devient le fait des municipalités qui ont exercé le pouvoir municipal entre 1991 et 1997 et qui ont de manière presque concertée, étant donné l’ampleur du phénomène « bradé » en l’espace de quelques années des centaines d’hectares de lotissements créés administrativement, au profit de clientèles particulières recrutées essentiellement dans les cercles de cette même administration.

67L’épisode des Délégations exécutives communales (DEC) qui furent mises en place après 1992, en remplacement des municipalités FIS élues en 1991 aura été du point de vue de la distribution du foncier public une période faste. Par le truchement « d’attestations de cession » de lots de terrain pour l’autoconstruction, ces municipalités ont procédé à une distribution à grande échelle du foncier public, le plus souvent à diverses clientèles arrimées au secteur public, attestations qui ont alimenté rapidement un marché spéculatif très puissant qui a attiré en l’espace de quelques années des investisseurs privés de tous acabits : grossistes, commerçants, et de tous les quartiers et autres régions du pays.

68Des quartiers entiers de plusieurs centaines de constructions s’érigèrent ainsi, sans viabilités et commodités de base (routes, réseaux divers) malgré la valeur considérable à l’unité de ces constructions individuelles. On s’est retrouvé en bout de ligne devant une situation assez inédite de lotissements créés et produits par les municipalités, par le truchement de « vrai-faux » actes administratifs, qui furent par la suite contestés par l’administration centrale au regard de leur nullité juridique vis-à-vis de la loi et des règlements d’urbanisme.

69Par-delà les retombées négatives en termes de qualité du bâti et de respect des normes d’urbanisme minimales que ces « coups partis » induisirent, par-delà les situations inextricables en termes de viabilisation a posteriori qui se posèrent aux municipalités élues en 1997 qui eurent à constater les dégâts considérables apportés à leur environnement urbain, force est de constater que, somme toute, ce phénomène n’a fait qu’exprimer à grande échelle les tendances lourdes de fonctionnement néo-patrimonialistes du système urbain algérois. Sur un registre différent, cette fois-ci paré des de toutes les apparences de la légalité, ce vaste mouvement de privatisation des terres du domaine public ne fait que continuer et confirmer les modes d’accaparement « communautaires » et clientélistes des terres qui avaient commencé à se dessiner dans les années 1970 à la suite des phénomènes d’évasion foncière dus à la municipalisation des sols. La situation de vacance du pouvoir de contrôle de l’urbanisation, suite à la défaillance d’un État occupé à d’autres tâches sécuritaires plus urgentes a contribué à libérer les appétits patrimoniaux à une échelle jamais égalée auparavant.

70Et de la même manière que dans les périodes précédentes, les modes d’accès au foncier par le truchement de décisions administratives tout d’abord, puis par le biais du marché immobilier informel (étant donné la non-validité des « attestations de cession » délivrées par les municipalités) n’ont fait que réactiver et renforcer les formes d’agrégation sociale, sinon par affinités parentales ou régionales, du moins par le fait d’appartenance à tel ou tel réseau clientéliste. En bout de ligne, la géographie de répartition des nouveaux constructeurs procède bien plus des modalités de cristallisation des réseaux d’appartenance dans l’espace urbain que d’une distribution spatiale des populations en fonction de leurs ressources financières. La précarité juridique des acquisitions a joué un rôle éminemment structurant des espaces algérois en termes de contenus sociaux. Les tendances au regroupement de populations ayant des affinités entre elles, parce qu’elles appartiennent aux mêmes filières et réseaux de captation et de distribution est, à cet égard, remarquable. On observe ainsi des lotissements rassemblant des gens de telle catégorie sociale (militaires, gendarmes, grossistes), d’autres des gens de telle « région » (Sétifiens, Bordjiens, etc.), de telle administration, etc.

Conclusion

71À l’issue de cette analyse des deux moments forts des urbanisations algéroises, l’une au départ, l’indépendance du pays et la seconde à l’arrivée, c’est-à-dire l’époque actuelle, plusieurs conclusions peuvent être émises. La première procède de l’invalidation de l’idée selon laquelle ce serait la libéralisation du marché foncier et immobilier, issu des réformes des années 1990, qui serait à l’origine de « l’anarchie urbaine » qui aurait vu le jour depuis. Le désengagement d’un État autoritaire et planificateur du contrôle de l’urbanisation expliquerait aux yeux de certains les emballements de toutes sortes qui ont suivi son retrait. L’ordre urbain ne viendrait dans ces conditions que d’un retour de l’emprise de l’administration sur le marché, du moins par des mécanismes de contrôle indirects de type incitatif.

72Mais ce serait là, à notre avis, faire un procès sans objet, qui raterait l’essentiel du problème. Nos analyses ont, en effet, permis de montrer que les mécanismes de distribution de l’espace ont continué à fonctionner selon des logiques de prédation des biens qui n’ont absolument rien à voir avec les règles impersonnelles et anonymes du marché, mais qui procèdent des possibilités permises aux individus enchâssés dans des réseaux de pouvoir de capter à leur profit et à celui de leurs groupes d’appartenance, les biens produits par le secteur public. Les réformes apparues dans les années 1990, destinées à libérer le marché de l’emprise des réseaux tapis dans les rouages du secteur d’État n’ont pas réussi à casser les mécanismes et la culture de la prédation du patrimoine public mis en place à l’indépendance du pays. Et dans ce contexte, la modernisation du système par la mise en fonctionnement des règles anonymes et impersonnelles du marché n’a semble-t-il pas abouti. Au contraire, les phénomènes de production de l’illicité par les municipalités désignées entre 1992 et 1997 démontrent de manière probante combien les modes d’urbanisation de la ville d’Alger restent globalement prisonniers des comportements et mécanismes extra-économiques de captation des rentes urbaines.

73La deuxième conclusion qui découle de notre analyse concerne cette incroyable capacité de l’histoire urbaine du pays et de ses mécanismes d’accès au foncier et autres biens spatiaux, à « fabriquer » du communautaire dans le sens large du terme. L’imparfaite liquéfaction du marché, la nécessité toujours impérative de passer par des réseaux et autres ressources de capitaux sociaux a favorisé à l’excès tous les modes opératoires fonctionnant au principe de la primarité sociale : la parenté, l’appartenance à des groupes et autres réseaux à soubassement catégoriel. L’individualisation des stratégies des acteurs sociaux, conditionnée par la capacité dont disposent ces derniers d’interagir socialement sur la base de relations et rapports impersonnels n’a apparemment pas pu trouver les conditions propices à sa généralisation, du moins jusque vers ces dernières années. Cependant, depuis la reprise en main des pouvoirs publics sur les conditions de transfert des terrains appartenant au domaine public, c’est-à-dire à partir de l’année 2000, on assiste en effet à un tarissement réel de l’alimentation du marché par le truchement de ces mécanismes de captation à la source.

74Ceci explique l’extraordinaire flambée des prix d’un foncier devenu de plus en plus rare dans toute la périphérie algéroise, et la mise en place d’un certain nombre de procédures alternatives de substitution mises en place par certains cercles de pouvoir : l’achat, par des procédures de contournement de la loi des droits d’usufruit des terrains agricoles dévolus aux exploitants des terres agricoles (Exploitations agricoles individuelles – EAI – et Exploitations agricoles collectives – EAC) appartenant encore à l’État. En tout état de cause, il est patent que les conditions historiques dans lesquelles s’est réalisée la mise en œuvre de la loi de libéralisation des transactions foncières de 1990 n’ont pas agi dans le sens d’une modernisation du système, mais en celui d’une accentuation des tendances archaïsantes qu’il portait en son sein.

Bibliographie

Bibliographie

Aballéa François, 1977, « Déstructuration et restructuration de l’espace algérien », Recherches Sociales, Paris, n° 63, juil.-sept., 5-59.

Abdi Nourredine, 1985, « Classes moyennes et économie dominante en Algérie et en Libye », revue TiersMonde, t. XXVI, n° 101, janv.-mars, 93-102.

Amin Samir, 1970, Le Maghreb Moderne, Paris, Éditions de Minuit.

Annuaire de l’Afrique du Nord, 1962, Paris, Éditions du CNRS.

Benachenou Abdellatif, 1979, L’exode rural en Algérie, Alger, ENAP.

Benachenou Abdellatif, 1980, Planification et développement en Algérie, Alger, Imprimerie Commerciale.

Benatia Farouk, 1977, L’appropriation de l’espace à Alger depuis 1962, Alger, SNED.

Benatia Farouk, 1980, Alger : agrégat ou cité, l’intégration citadine à Alger de 1919 à 1979, Alger, SNED.

Boukhobza M’hamed, 1990, Ruptures et transformations sociales en Algérie, Alger, Éditions SNED, 2 tomes.

Bourdieu Pierre, 1977, Algérie 60 : structures économiques et structures temporelles, Paris, Éditions de Minuit.

Côte Marc, 1993, L’Algérie ou l’espace retourné, Constantine, Éditions Média-Plus.

Descloîtres Robert et Claudine, Reverdy Jean-Claude, 1963, L’Algérie des bidonvilles ou le Tiers Monde dans la Cité, Paris-La Haye, Mouton.

Fanon Frantz, 1961, Les damnés de la terre, Paris, François Maspéro.

Hafiane Abderrahim, 1989, Les défis de l’urbanisme. L’exemple de l’habitat illégal dans l’évolition de Constantine, OPU, Alger.

Launay Michel, 1963, Les paysans algériens, Paris, Seuil.

Prenant André, 2004, L’aggravation des contrastes sociaux à travers une extension spatiale et un “freinage” démographique différenciés dans la nébuleuse urbaine d’Alger , in N. Chabbi-Chemrouk, N. Djellal, R. Sidi Boumedine et M. Safar Zitoun (dir.), Alger, lumières sur la ville, Alger, Dalimen, 213-235.

Safar Zitoun Madani, 1992, Stratégies sociales et appropriation de l’espace : le cas d’Alger, thèse de doctorat, Université de Paris 7.

Safar Zitoun Madani, 1994, « Dynamiques sociales et rigidités institutionnelles ou la ville confisquée par l’État : le cas d’Alger », Cahiers/Discussion papers, Montréal, INRS-Urbanisation.

Safar Zitoun Madani, 1997, Stratégies patrimoniales et urbanisation : Alger 1962/1992, Paris, L’Harmattan, Coll. « Ville et Entreprises ».

Safar Zitoun Madani, 2004, « Alger, ville confisquée par l’État », in N. Chabbi-Chemrouk, N. Djellal, R. Sidi Boumedine et M. Safar Zitoun (dir.), Alger, lumières sur la ville, Alger, Dalimen, 319-328.

Sgroï Dufresne Maria, 1983, La politique urbaine à Alger : continuité ou rupture ? thèse de IIIe cycle, Université de Paris I.

Sgroï Dufresne Maria, 1986, Alger 1830-1984 : stratégies et enjeux urbains, Paris, Éditions Recherches sur les Civilisations.

Soulah Sid Ahmed, 2004, « Mobilité résidentielle et recomposition socio-spatiale : le cas de la région algéroise », in N. Chabbi-Chemrouk, N. Djellal, R. Sidi Boumedine et M. Safar Zitoun (dir.), Alger, lumières sur la ville, Alger, Dalimen, 236-247.

Notes

1 Ordonnance n 67-83 du 2 juin 1967.

2 JORADP du 26 octobre 1962.

3 Ce n’est qu’en 1980 qu’est mis en place un organisme spécial de ce type au niveau de la wilaya d’Alger.

4 OPHLM, Compagnie immobilière algérienne (CIA), La MAFAL, Le Logis algérois, etc.

5 La Charte de Tripoli préconise seulement que le Parti « doit prendre des mesures urgentes pour loger dans des conditions décentes les populations éprouvées par la guerre, tout en parant aux nécessités immédiates, reconstruire dans le cadre d’un plan élaboré en fonction de leur réintégration dans le circuit économique... », Annuaire de l’Afrique du Nord, 1962, 702.

6 Dans son Rapport au Congrès, le président Ben Bella justifie les décrets concernant les biens vacants comme mesure « devant empêcher le transfert des biens abandonnés par les Français aux gros propriétaires fonciers algériens, à la bourgeoisie nationale et aux profiteurs de guerre. [ces mesures étaient destinées] à empêcher cette couche de s’enrichir davantage, d’élargir sa base économique et par conséquent, d’accroître sa puissance politique, AAN 1962, 550. Par ailleurs, les termes de « socialiste » de « Révolution socialiste » inexistants dans le Programme de Tripoli, font irruption dans le vocabulaire politique officiel. Mais le socialisme algérien n’est pas « scientifique » : il est musulman et « adapté à la réalité algérienne ».

7 In « Croissance et aménagement de l’agglomération d’Alger », article publié dans « La question du logement à Alger », OPU, Alger, 1976.

8 In « Croissance et aménagement de l’agglomération d’Alger », Article publié dans « La question du logement à Alger », OPU, Alger, 1976.

9 Beaucoup d’occupants de situation modeste, alléchés par des « pas de porte » mirobolants ou simplement déguerpis par des gens « biens placés », ont reflué vers leurs quartiers d’origine. Mais on ne dispose ni de statistiques ni d’estimations sur ces cas particuliers.

10 Les trois grandes catégories de CSP (1, 2 et 3) regroupent les sous-catégories suivantes :
– CSP 1 = Chefs d’entreprises + Cadres supérieurs.
– CSP 2 = Intellectuels subalternes et Techniciens + Employés de bureau et Commerces + Ouvriers
qualifiés.
– CSP 3 = Manœuvres + Apprentis + Domestiques et Travailleurs de service.

11 Qui comprenait les CSP suivantes : Employés, cadres moyens, ouvriers qualifiés, indépendants non agricoles, etc.

12 Dans l’acception démographique et non péjorative du terme, cela va sans dire... Voir les deux articles d’André Prenant (2004) et Sid Ahmed Soulah (2004).

Table des illustrations

Titre Tableau n° 1. Distribution du parc de logements selon le statut juridique dans la wilaya d’Alger en 1966
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/560/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Tableau n° 2. Distribution du parc logements de la wilaya d’Alger selon le statut juridique en 1966
Légende Source : RGPH 1977.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/560/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Carte n° 1. Dénominations et caractéristiques résidentielles des quartiers d’Alger en 1954
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/560/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Titre Carte n° 2. Le procès de substitution spatiale à Alger (1961-1963)
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/560/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Titre Tableau n° 2. Conditions d’habitat et état des logements par arrondissements en 1966
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/560/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau n° 3. Structure de la population selon les grandes catégories socioprofessionnelles aux recensements de 1954 et 1966 (Algérie entière)
Légende Note 1010
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/560/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Carte n° 3. Taux de croissance urbaine wilaya d’Alger (1987/1998)
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/560/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Titre Carte n° 4. Taux de la croissance urbaine algéroise
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/560/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Graphique n° 1. Nombre de constructions réalisées entre 1987 et 2003, dont les constructions illicites par da ra (wilaya d’Alger)
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/560/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Carte n° 5. Taux d’habitat illicite par communes (wilaya d’Alger)
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/560/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 167k

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable