Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ville et l’urbain dans le Monde arabe et en Europe

 | 
Pierre Robert Baduel

Ville et guerre

L’exemple de l’habitat à Paris (1871-1954)1

Jean-Luc Pinol

Texte intégral

  • 1 Ce texte résulte d’une conférence donnée dans le cadre des doctoriales de l’IRMC, à Hammamet, le 2 (...)
  • 2 Voir sur ce point A. Fourcaut, 2000.

1La question du logement est posée dans les grandes villes, et singulièrement à Paris, depuis le milieu du xixe siècle. De nombreux observateurs ont dénoncé l’exigu té des surfaces, le manque d’hygiène, le surpeuplement. Les solutions sont restées embryonnaires et l’entre-deux-guerres a vu se développer, souvent en lointaine banlieue, des lotissements de « bicoques » qui ont permis à d’anciens Parisiens, au prix de gros efforts, d’améliorer leur situation2. Pour autant, aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, la situation est toujours aussi difficile : îlots insalubres, garnis, petits logements inconfortables constituent le quotidien de nombreux Parisiens.

  • 3 INSEE, Préfecture de la Seine, Données statistiques sur la population et les logements de la ville (...)

2Le recensement de 1954 est le premier à donner une vision globale de la situation du logement3. Paris, sont disponibles dans le cadre des lots – un lot, correspond, grosso modo, à un pâté de bâtiments délimité par le réseau viaire – l’ancienneté du parc immobilier, le nombre d’étages, le niveau d’équipement des logements et le nombre de pièces. Le recensement permet ainsi de montrer les liens qui unissent les générations d’immeubles avec les « machineries du confort ». Confort ? La moitié des quelque 1,2 million de logements de la capitale n’ont pas de WC intérieurs et moins d’un logement sur cinq dispose d’une baignoire ou d’une douche…

3L’âge des immeubles est un élément explicatif important des niveaux de confort : les immeubles les plus anciens, construits avant 1871, abritent, de manière générale des logements peu confortables alors que les immeubles construits pendant l’entre-deux-guerres ont des normes bien supérieures. Mais certains immeubles anciens sont mieux entretenus que d’autres et rien n’empêche les propriétaires de faire des travaux…

4Pour comprendre la situation de Paris en 1954, il est nécessaire de revenir sur la manière dont la capitale a vécu différents conflits depuis le milieu du xixe siècle. En effet, les grandes villes et, en particulier, les capitales sont le théâtre et l’enjeu de nombreux conflits. En un peu plus de sept décennies, Paris a été confronté à trois conflits et une guerre civile. La guerre avec la Prusse a provoqué le siège et le bombardement de la capitale et l’insurrection parisienne contre le gouvernement issu des élections du 8 février en est une conséquence directe. Fortifications et forts avancés construits sous la Monarchie de Juillet tout comme les défenses mises en place, en hâte, après la déclaration de guerre à la Prusse ont pesé sur le devenir de la ville.

5Il fallut attendre le premier conflit mondial, l’aviation et les canons à longue portée pour persuader les pouvoirs publics de l’inutilité du corset de pierres qui enserrait la capitale. Se libéraient alors une dizaine de kilomètres carrés jusque-là soumis aux servitudes militaires. Cette expérience que d’autres métropoles européennes, Vienne ou Barcelone, par exemple, avaient su exploiter à la fin des années 1850, Paris en avait la possibilité au début des années 1920 ; l’aménagement de logements sociaux, de terrains de sports ou de stades, d’établissements scolaires et, bien sûr, du boulevard périphérique, à la limite de l’ancienne zone non aedificandi ne devait s’achever que bien après le second conflit mondial.

6Pendant ce conflit, l’espace urbain de la capitale française échappe, en grande partie, aux bombardements stratégiques et un nombre relativement restreint d’immeubles est détruit ou endommagé par les raids aériens des Alliés ou de l’aviation allemande. En 1954, le parc immobilier de la capitale, en dépit de trois guerres et d’une guerre civile, est composé d’immeubles qui, à quelque 85 %, datent d’avant 1914.

Le siège de 1870 et le bombardement de Paris (janvier1871)

7Le 19 juillet 1870, le Second Empire déclare la guerre à la Prusse ; la succession des défaites militaires provoque la chute de l’Empire et la proclamation, le 4 septembre 1870, de la IIIe République. Le 17 septembre, les armées prussiennes réussissent à couper les lignes ferroviaires entre Paris et le reste du pays et, le 19 septembre, la ville est encerclée par les troupes prussiennes : environ 400 000 hommes entament des travaux de fortifications et de terrassement pour empêcher toute sortie des assiégés.

8Les forces françaises avaient commencé dès le mois de juillet 1870 à renforcer la défense de Paris en construisant différents ouvrages dans les intervalles des forts avancés de 1840 : entre le fort de la Briche et celui du Mont Valérien, ont été construites la redoute de Gennevilliers, la batterie de Courbevoie, la batterie du Petit-Gennevilliers, la redoute de Colombes, la batterie du Petit-Nanterre, et, au sud du Mont Valérien, la redoute de Montretout…

Carte n° 1. Les immeubles touchés par les obus prussiens (janvier 1871)

Carte n° 1. Les immeubles touchés par les obus prussiens (janvier 1871)

NB : Les édifices publics touchés ne figurent pas sur la carte.
Source : H. de Sarrepont (1872).

9Une fois le « cercle de fer » prussien établi, la population parisienne doit faire face à un siège que rendent encore plus difficiles les problèmes d’approvisionnement. Au tout début de l’année 1871, la capitulation de Mézières, dans les Ardennes, permet de commencer à ramener, par chemin de fer, vers la capitale des pièces qui viendront renforcer les batteries nord de Paris, et, en particulier, la batterie du Bourget. Tout est désormais en place pour le bombardement. Les batteries du sud-ouest de Paris sont distantes de 4 km au plus alors que celles du nord, de l’ouest ou de l’est sont beaucoup plus éloignées de la capitale. Les batteries installées à l’arrière de Clamart, Châtillon ou Bagneux vont concentrer leurs tirs sur les forts d’Issy, de Vanves et de Montrouge et sur les quartiers de la rive gauche. Rive droite, seuls les quartiers sud du 16e arrondissement sont à portée.

10Le siège et le bombardement, prévisible, retiennent l’attention de nombreux observateurs étrangers soucieux d’assister à un événement inédit. Pour la première fois depuis que l’artillerie a connu, à la fin des années 1850, des transformations importantes – mise au point des canons rayés et augmentation consécutive de la portée et de la précision des coups – une capitale, largement fortifiée et disposant d’un système de forts détachés, s’apprête à subir l’épreuve du feu. Le Times informe ses lecteurs des préparatifs et des grandes étapes du bombardement.

  • 4 Ermete Pierotti, Paris, ses environs et ses fortifications [document cartographique] gravé chez Er (...)

11L’ingénieur militaire italien, Ermete Pierotti dresse d’ailleurs une carte des batteries prussiennes et le major H. de Sarrepont fait de même dans Le Bombardement de Paris par les Prussiens4. Ce dernier ouvrage, parfois d’un chauvinisme étroit, est le fait d’un polytechnicien, spécialiste de l’artillerie, partisan de Thiers pendant la Commune. Il fournit une carte assez complémentaire de celle de Pierotti et, surtout, donne, arrondissement par arrondissement, des indications sur les localisations des impacts des obus que les quelque 140 pièces d’artillerie envoient sur Paris depuis les 28 batteries entrées en action pendant le mois de janvier 1871. Il distingue aussi les obus arrivés sur les immeubles particuliers et ceux qui ont touché des bâtiments publics, qu’il s’agisse de casernes, d’écoles, d’hôpitaux ou de jardins publics. La précision n’est pas toujours identique selon les quartiers et s’il indique, avec précision, la situation dans la rue de Vaugirard – 30 obus tombés sur 27 immeubles différents et 4 obus tombés sur la voie publique – il ne signale pour tout le 18e arrondissement que 28 localisations différentes alors qu’il indique par ailleurs que cet arrondissement, et en particulier le sud d’Auteuil, aurait reçu plus de 350 obus. Mais il signale que toutes les bâtisses du boulevard Murat ont été complètement détruites de même dans le 7e arrondissement, il ne détaille pas toujours les numéros précis des immeubles, se contentant de fournir le total par rue – avenue de Ségur, 10 obus ; boulevard des Invalides, 10 obus…

12À partir du 5 janvier au matin, les pièces prussiennes ouvrent le feu sur les forts du sud et en début d’après-midi, elles commencent le bombardement des quartiers sud de la capitale. Dès le 6 janvier, on dénombre cinq morts. Partir du 21 janvier, les batteries du nord entrent en action contre Aubervilliers et Saint-Denis. Une dizaine d’obus atteignent le nord de Paris, au niveau de l’usine à gaz de la rue d’Aubervilliers, effleurant le tissu urbain à quelques centaines de mètres au sud des fortifications, mais ils ne représentent qu’une part minime des quelque 1 500 obus tombés sur des immeubles d’habitation dont H. de Sarrepont fournit les adresses.

13Le 26 janvier, à minuit, l’armistice est signé et, trois jours plus tard, les Allemands occupent les forts détachés. Sarrepont distingue trois zones lorsqu’il dresse la carte du bombardement de Paris ; on les retrouve sur la carte des impacts d’obus localisés à l’adresse. La zone la plus étendue est celle qui, au sud de Paris, s’étend du bastion 93, à proximité immédiate de l’arrivée de la Seine dans Paris et par une vaste ellipse, elle rejoint le bastion 61, au nord de la porte du Point du jour, en bordure du bois de Boulogne. Au sein de cette zone, l’intensité des bombardements lui permet de distinguer ce qu’il nomme une zone d’arrosage, sans véritable concentration et précision des tirs, d’une zone composée de trois ensembles destinés à « allumer au ventre des bombardeurs le prurit d’un frénétique désir de ruines ». Au nord de ce périmètre, l’École militaire, les Invalides, l’hôpital des Enfants malades constituent les principaux édifices visés. Au sud, les ateliers et la gare du chemin de fer de l’Ouest, le cimetière du Montparnasse et l’ensemble du quartier Plaisance sont une zone de forte concentration des tirs. À l’est, les tirs se sont concentrés sur la Sorbonne, le Panthéon, l’École Polytechnique (aujourd’hui, ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche), le Luxembourg. Cette zone se prolonge jusqu’au Jardin des Plantes et à l’hôpital de la Pitié. Sur la rive droite, rien de commun avec la rive gauche : « le quatrième arrondissement, grâce à son éloignement des batteries prussiennes n’a pas subi de grands dommages : un obus est tombé sur le pont Notre-Dame, un autre a frappé l’île Saint-Louis pendant la nuit du 15 janvier, un autre est tombé la nuit suivante sur le grenier d’abondance, au début du quai Henri IV et quelques autres sont tombés dans la Seine… ».

14Quel a été le bilan du bombardement ? Le nombre exact des obus tombés sur la capitale n’est pas strictement connu et les estimations varient du simple au double. Le Major Blume de l’armée prussienne estime que 200 à 300 obus étaient envoyés journellement sur Paris, ce qui pour 23 jours de siège donne une fourchette maximale de 6 900. D’autres observateurs vont jusqu’à 10 000, voire 12 000 obus mais en tout cas pas plusieurs dizaines de milliers comme on l’a parfois prétendu Le bilan humain est plus précis : les bombardements auraient provoqué la mort d’une centaine de personnes et quelque 300 blessés.

15Au plan des bâtiments le bilan est le suivant : 1 158 immeubles ont été touchés par les obus, 1 261 si l’on y ajoute les grands établissements et les édifices publics. Il y avait à Paris en 1866, 57 686 maisons et 63 869 en 1872. Les bombardements auraient touché, au maximum, 2 % du parc immobilier. Du point de vue de l’espace urbain les conséquences ont été limitées même si dans certains quartiers, dans certains espaces verts – c’est le cas du Jardin des Plantes – les dégâts ont pu être importants.

16En dépit de l’intensité du bombardement, au dire même de l’ouvrage de Sarrepont, toujours prompt à dénoncer la « sauvagerie prussienne », « les dégradations qui survenaient chaque jour aux édifices n’étaient pas de nature à en compromettre la stabilité. On n’avait, à cet égard, aucune crainte à concevoir et le sentiment public n’en ressentait qu’une douleur morale » (H. de Sarrepont, 1872, 173). Et d’ajouter « partout les mobiliers, les ustensiles de cuisine, les ferrures des portes et les croisées étaient brisés, détruits, anéantis, réduits en poussière impalpable ». Les obus, selon sa formule, sont avant tout des « morceaux de métal psychologique ».

La ville et les combats de la Commune

  • 5 Le député de Haute-Garonne, Gabriel Belcastel, lors du débat de l’Assemblée nationale, le 10 mars (...)

17L’un des événements les plus dramatiques de l’histoire de la capitale survient au lendemain de l’armistice. Les tensions entre le gouvernement, la municipalité, et une partie de la population parisienne se sont déjà maintes fois manifestées pendant le siège et le bombardement. La publication de la convention d’armistice déclenche l’indignation d’une partie des Parisiens et les élections du 8 février 1871 soulignent les clivages : alors que Paris élit plusieurs députés socialistes, l’Assemblée nationale est dominée par les monarchistes. La décision de s’installer à Versailles est vécue comme une défiance qu’explicite un légitimiste toulousain, le 10 mars 1871 : « La France sait que Paris est le chef-lieu de la révolte organisée [ ] la capitale de l’idée révolutionnaire »5. Toute une série de mesures du gouvernement accentuent encore les tensions et Jules Simon de commenter « presque tout le monde se trouvait menacé dans Paris : les ouvriers, de perdre la solde de garde national sans trouver de travail ; les locataires, d’être expulsés, de voir leurs meubles saisis ; les commerçants, d’être mis en faillite. »

18On le sait, l’événement décisif se produit le 18 mars 1871 au petit matin lorsque les troupes veulent retirer les canons de Montmartre. La foule s’oppose à ce désarmement et les généraux Lecomte et Thomas sont tués. Le comité central de la garde nationale fait occuper les bâtiments officiels. L’insurrection commence et les diverses tentatives de conciliation entre les insurgés et l’Assemblée nationale n’aboutissent pas. Les combats ont d’abord lieu pour le contrôle des forts extérieurs, puis les troupes versaillaises ouvrent le feu sur Paris qui est donc à nouveau bombardé. John Leighton raconte la situation dans son Paris under the Commune paru à Londres en 18716 : « C’était donc vrai, certain, irrécusable. Les balles et les obus des Versaillais ne se contentaient pas de tuer les combattants et de frapper les forts et les fortifications. Ils étaient aussi en train de tuer les femmes et les enfants, les passants ordinaires… Je l’ai vu de mes propres yeux. En tout cas, les projectiles arrivent de plus en plus près du centre de la cité. Hier, ils sont tombés sur l’avenue de la Grande-Armée ; aujourd’hui, ils passent au-dessus de l’Arc de Triomphe et tombent place d’Eylau et avenue Uhrich (avenue Foch, ancienne avenue de l’Impératrice). Qui sait si demain ils n’atteindront pas la place de la Concorde et si après-demain, je ne serai pas atteint par l’un deux sur le boulevard Montmartre ? Paris bombardé ! Prenez garde Messieurs de l’Assemblée nationale ! Ce que les Prussiens ont fait il serait indigne et imprudent de le tenter… »7.

Carte n° 2. Immeubles incendiés ou endommagés pendant la Semaine sanglante

Carte n° 2. Immeubles incendiés ou endommagés pendant la Semaine sanglante

Sources: John Leighton, op. cit

19Aucune indication précise des immeubles touchés par les canons de l’Assemblée nationale n’a été trouvée, et sans doute établie. Il faudrait pour cela recourir à des dossiers d’indemnisation de propriétaires mais ce travail n’a pas été fait. Il est clair cependant que l’ouest de la capitale, Passy, et surtout Auteuil, ont été copieusement bombardés tout comme le quartier de la porte Maillot. Des photos remarquables existent qui montrent l’ampleur des dégâts. Elles sont le fait d’un pharmacien, Hippolyte Blancard, dont la collection est conservée à la bibliothèque historique de la ville de Paris. Elles ont donné lieu à une exposition et à l’édition d’un catalogue en 2006 (J. Baronnet, 2006).

20Ces photos remettent en perspective les cartes dressées à partir du seul relevé des adresses que fournissent les affiches placardées au mois de juin 1871, au lendemain de la Semaine sanglante. Ces affiches intitulées « Liste des monuments, habitations, établissements détruits et endommagés par les incendiaires de la Commune et listes des barricades qui ont été enlevées par les troupes de l’Assemblée nationale sous les ordres du maréchal de Mac-Mahon, duc de Magenta, à Paris pendant les journées du 21 au 30 mai 1871 » sont imprimées chez Isidore, 21 rue du Croissant et dressées par un certain Rondeaux. La bibliothèque nationale ne dispose pas de la totalité de ces placards mais elles sont la source vraisemblable de l’ouvrage de John Leighton dont les annexes fournissent les adresses. Logiquement, les adresses des immeubles bombardés par les obus des Versaillais n’y figurent pas. Auteuil et à Passy, copieusement arrosés par les canons du Mont Valérien, les dégâts sont nombreux : par exemple la gare d’Auteuil n’est pas signalée dans la liste alors que des guides touristiques qui commencent à être publiés dès juin 1871, en exaltant le romantisme des ruines, l’indiquent comme paysage remarquable (J.-C. Caron, 2006). De plus, au cours des combats, les canons sont utilisés pour des tirs à faible portée qui frappent les objectifs de plein fouet alors que, lors du bombardement prussien, à très longue distance pour l’époque, les obus arrivaient en bout de course.

21Ces bombardements ont été décisifs : sur décision de Thiers lui-même, la redoute de Montretout, qui avait été le lieu de la sortie des gardes nationaux pendant le bombardement prussien, a été équipée de canons de marine. Depuis la redoute, les tirs en direction de la porte du Point-du-Jour ont été d’une telle intensité qu’ils ont provoqué son abandon par les Fédérés sans que les Versaillais ne le sachent. C’est par cette porte que, prévenues par un promeneur hostile à la Commune, les troupes versaillaises, sous la conduite du général Douay, sont entrées dans Paris en fin d’après-midi, le dimanche 21 mai. De là, elles réussirent à atteindre les hauteurs du Trocadéro pratiquement sans coup férir. Le lendemain, elles progressent jusqu’à la place de la Concorde, reprenant aux combattants de la Commune, les 16e, 17e et 8e arrondissements. Sur la rive gauche, les troupes versaillaises ont repris le 15e et presque tout le 7e arrondissement. Ces quartiers ont toujours été hostiles ou indifférents à la Commune et le nombre de barricades érigées est très faible. Par ailleurs, les densités par hectare sont parmi les plus basses de la capitale (33 habitants à l’hectare à Auteuil, 30 habitants à l’hectare Porte Dauphine par exemple) et, à l’exception du quartier de la Madeleine, le nombre d’immeubles endommagés ou incendiés est faible.

22Le 23 mai, les troupes de Mac Mahon continuent leur progression mais à l’approche des quartiers les plus densément peuplés, ceux aussi où, au cours des décennies précédentes, les combats de rue ont été plus nombreux, la résistance des fédérés est décuplée. Les troupes tant sur la rive droite que sur la rive gauche cherchent, par des mouvements tournants, à prendre ces m les de résistance à revers, ce qui explique la situation au soir du 23 mai : la progression est beaucoup plus forte en périphérie qu’au centre puis les troupes remontent du sud de la capitale vers les quais de la Seine et du nord atteignent, bien que les rues orientées nord-sud aient été barricadées, le boulevard de la Madeleine, celui des Capucines et des Italiens. Au cours des combats, l’église de la Madeleine a été sévèrement touchée mais le nouvel opéra, en dépit des barricades voisines, n’est pas signalé comme endommagé. Dans le quartier de la Madeleine, il y aurait eu 34 immeubles touchés par les combats dont 11 incendiés, principalement rue Royale (P. Pinon (dir.), 1989).

  • 8 J. Leighton, chapitre XCVI, traduction JLP.

23Le 24 mai, les combats se déroulent principalement dans le vieux Paris, le nombre des barricades est très important tout comme celui des immeubles endommagés ou incendiés. La nuit est éclairée par les incendies de bâtiments publics. John Leighton décrit un panorama que bien des observateurs vont peindre en ayant en tête les actes d’Erostrate ou de Néron : Avec trois amis, je me tenais sur le toit d’un immeuble proche du nouvel opéra observant ce qui se passait. Le spectacle était tel que l’horreur paralysait tout autre sentiment, même celui de sa propre sauvegarde l’Hôtel de ville est en flammes ; la fumée, à certains moments d’un rouge profond, enveloppe tout, de telle sorte qu’il est impossible de distinguer davantage que les contours des murs immenses ; le vent apporte, par rafales, une odeur de mort – de chair carbonisée sans doute – qui retourne le cœur et donne le vertige. De l’autre côté, les Tuileries, la Légion d’Honneur, le ministère de la Guerre et celui des Finances sont toujours en train de brûler, comme les cinq cratères d’un immense volcan ! C’est l’éruption de Paris !8Et encore le témoin oublie-t-il de citer la Cour des Comptes ou la Caisse des dépôts qui jouxtent le bâtiment de la Légion d’Honneur sur la rive gauche…

24Les immeubles incendiés sont nombreux, rue de Rivoli, en particulier à l’angle avec le boulevard Sébastopol et la rue Saint-Martin, et avenue Victoria : c’est dire la violence des combats aux abords de l’H tel de Ville avant l’incendie. Rive gauche, aussi, les combats sont très violents et l’explosion de la poudrière installée dans le jardin du Luxembourg provoque un effet de souffle dans tout le quartier environnant la progression vers l’Est parisien des troupes versaillaises se poursuit les 26 et 27 mai, autour de la place du Château-d’eau (aujourd’hui place de la République) et de celle de la Bastille, ils sont particulièrement violents comme le montrent les nombreux immeubles endommagés et incendiés. On en compte une vingtaine sur le seul boulevard Richard-Lenoir, résultat de la couverture, décrétée en 1859, du canal Saint-Martin entre la rue Rampon et la place de la Bastille. Le 28 mai, les derniers combats se déroulent dans les quartiers de la Roquette, de Saint-Ambroise et de la Folie-Méricourt après la prise du cimetière du Père-Lachaise, o de nombreux fédérés sont fusillés par les troupes versaillaises.

25Le bilan de la guerre civile dans les rues de Paris est lourd. Du c té de la Commune, les victimes des combats et des exécutions s’élèvent entre 20 000 et 25 000 personnes (les exécutions continuent après la semaine sanglante). Le nombre d’immeubles incendiés s’élève à 189 (sans compter les bâtiments publics) ; le nombre des immeubles endommagés (sans que l’on connaisse l’état des dégâts) atteint 751 selon les listes qui ont servi pour l’établissement de la carte. Si l’on fait l’hypothèse, vraisemblable, que 400 immeubles, au moins, ont souffert des bombardements versaillais dans l’ouest de Paris, on arrive à un total des immeubles touchés par les bombardements prussiens et les combats de la commune qui avoisinerait 2 600 bâtiments. Ce chiffre représente entre 4 et 5 % du parc immobilier de la capitale.

Les bombardements de Paris pendant le premier conflit mondial9

  • 9 L’ouvrage de référence et la source des cartes sont ici de J. Poirier. 1930, fig., pl., 219.

26Le premier grand bombardement de Paris date de janvier 1871, nous venons de le voir. La portée de l’artillerie d’alors explique que dégâts matériels et victimes aient été concentrés au sud de la capitale. Un simple regard rapide sur les cartes des impacts des bombes et des obus qui ont touché Paris pendant le premier conflit mondial souligne les mutations profondes qui se sont opérées.

Carte n 3. Les bombardements par avions entre 1914 et 1918

Carte n 3. Les bombardements par avions entre 1914 et 1918

Source : Jules Poirier, 1930.

27Le 28 juillet 1919, Georges Clemenceau, président du conseil, salue Paris qui « a supporté avec une vaillance aussi ferme que souriante de nombreux bombardements par avions et par pièce de longue portée ». Pendant les quatre années du conflit, Tauben, Zeppelins, Gothas et les parisener kannonen, montés sur rail, souvent appelés, à tort, « grosse bertha » – canon dont la portée était inférieure à 15 km alors que celle des canons qui ont atteint Paris en 1918 dépassait 120 km – ont lancé bombes explosives, bombes incendiaires et obus sur la capitale et la banlieue.

28Le général Niessel, membre du conseil de la guerre, dans sa préface à l’ouvrage de Jules Poirier, Les bombardements de Paris, 1914-1918, résume en quelques lignes la chronologie et souligne les mutations des attaques aériennes survenues pendant le conflit : « Le dimanche 30 août 1914, première alerte : 1 avion, 5 projectiles de 3 kg, 5 victimes. Le lundi 16 septembre 1918, dernière journée des bombardements aériens : 50 avions sur Paris et sa banlieue, 85 projectiles dont 3 de 100 kg, 37 victimes ». Encore ne dit-il rien des attaques qui ont le plus traumatisé la population : les bombardements par l’artillerie.

29Dimanche 30 août 1914 : il est un peu plus de 12h30 lorsque le premier Taube apparaît dans le ciel de Paris. Le lieutenant von Hidelin est aux commandes ; il survole le boulevard Magenta, au nord de la place de la République ; il bifurque à droite pour rejoindre le canal Saint-Martin qu’il aperçoit dans le prolongement de la rue d’Albouy (aujourd’hui, rue Lucien-Sampaix). Au passage, il jette la première bombe de 3 kg qui tombe 68, rue des Marais (aujourd’hui place Jacques-Bonsergent). La seconde touche un immeuble situé à moins de 200 m, à l’angle de la rue des Vinaigriers : elle provoque mort d’homme. La troisième atteint un immeuble situé rue des Recollets et les deux dernières sont lâchées sur le quai de Valmy, au bord du canal. Avant de quitter le ciel parisien, le lieutenant, von Hidelin, lance une oriflamme avec une inscription « l’armée allemande est aux portes de Paris, vous n’avez plus qu’à vous rendre… »

30Cette première attaque ne traumatise pas la population et le passage dans le ciel parisien des petits Tauben pendant la fin de l’année 1914 est souvent une sorte de spectacle que les Parisiens observent avec plus de curiosité que d’angoisse même si les bombes, en particulier les bombes incendiaires, peuvent entraîner des dégâts importants.

31La volonté d’effrayer la population est cependant évidente, et dans cette perspective, il est important que toute la population se sente menacée. De ce point de vue, le raid mené le 11 octobre 1914 par deux Tauben est révélateur : la vingtaine de bombes lancées par les pilotes touche la moitié des arrondissements de Paris (une bombe dans le 20e, une dans le 17e, une dans le 13e, deux dans le 12e, quatre dans le 4e…). Cela suppose aussi que la défense antiaérienne n’est pas encore capable d’empêcher les aviateurs de prendre leur temps pour choisir des cibles, souvent symboliques. Toujours ce 11 octobre, une bombe explosive sphérique de 4,4 kg atteint la toiture de Notre-Dame et le Cardinal Amette, archevêque de Paris de dénoncer : « Trois de ces bombes ont été lancées avec une intention évidente, sur l’église métropolitaine de Notre-Dame ; l’une d’elles y a causé de notables dégâts et e t pu y déterminer un grave incendie. Nous avons le devoir de protester contre ces violences barbares et criminelles, que ne peut excuser aucune nécessité militaire. L’attentat dirigé contre la vénérable basilique constitue un sacrilège que nous dénonçons à la réprobation du monde chrétien ». Même si l’objectif de terreur n’est pas véritablement atteint comme le montre l’attitude des badauds – l’Illustration publie des photos de Parisiens paisiblement assis sur les quais de la Seine et observant le spectacle – l’intention est bien de faire sentir à la population de la capitale que l’aviation allemande peut frapper o elle veut et quand elle veut.

Carte n 4. Les bombardements par obus et par zeppelins entre 1914 et 1918

Carte n 4. Les bombardements par obus et par zeppelins entre 1914 et 1918

Source : Jules Poirier, 1930.

32Après les raids du mois d’octobre 1914, la capitale ne va pratiquement plus connaître d’attaques aériennes pendant trois ans. Les seules opérations meurtrières touchant Paris renvoient aux raids des Zeppelins pendant la nuit du 20 au 21 mars 1915 et pendant celle du 29 au 30 janvier 1916. Ces raids qui permettent aux Allemands de déverser des bombes de plus gros calibre touchent bien davantage la banlieue que la capitale.

33Pour les Parisiens, tout va changer en 1918. L’aviation allemande peut maintenant lancer des escadrilles beaucoup plus fortes : dans la seule nuit du 30 au 31 janvier 1918, 30 Gothas sont signalés dans le ciel de l’agglomération parisienne et 11 d’entre eux larguent près d’une centaine de bombes dans 17 des 20 arrondissements de la capitale, le 19e payant de loin le tribut le plus lourd. En un seul raid, le poids des bombes dépasse celui de la totalité des raids de 1914. Le pire est à venir.

34Le 23 mars 1918, un projectile tombe à 7h20 devant le n 6 du quai de Seine dans le 19e arrondissement. Ce jour-là, une vingtaine d’obus s’abat sur la capitale jusqu’à 15 heures sans que les autorités, et encore moins les Parisiens, ne comprennent ce qui se passe. Serait-ce une attaque aérienne à très haute altitude comme le laisse entendre un communiqué du ministère de la Guerre vers le milieu de la matinée ? En début d’après-midi, l’explication n’est toujours pas évidente comme le rapporte un rédacteur du journal Le Temps au moment du bouclage et dont Jules Poirier se fait l’écho (1930, 69) : le ministère demande au journal de ne pas publier un commentaire sur le caractère aérien du bombardement et d’attendre un communiqué officiel. Il tombe enfin à 15 heures : « l’ennemi a tiré sur Paris avec une pièce à longue portée les mesures pour combattre la pièce ennemie sont en voie d’exécution ». Les journalistes n’arrivent pas à y croire car, pour tout un chacun, il était alors impossible d’envoyer des obus – cela avait été le cas lors du bombardement de Dunkerque – à plus de 30 km. Du coup, pour éviter que la nouvelle ne soit interprétée comme un percement du front Le Temps accompagne le communiqué d’un commentaire : « ajoutons à l’explication officielle qu’on vient de lire que la plus courte distance du front à Paris est de plus de 100 kilomètres. »

35Les trois pièces qui prennent part au bombardement de Paris le 23 mars 1918 sont installées sur des bretelles de voies ferrées situées sur le Mont-Joie, au nord-ouest de Crépy-en-Laonnois. Elles se trouvent à 119 et 120 km de Notre-Dame. L’aviation et l’artillerie françaises s’efforcent de les réduire au silence le plus vite possible. Une pièce est détruite dès le 24 mars mais les autres continuent les bombardements, par intermittences, jusqu’au mois de mai. Une pièce est ensuite installée dans le bois de Corbie, à l’est de Beaumont-en-Beine et elle bombarde Paris jusqu’au début du mois d’août.

36Pour les Parisiens, les obus étaient plus dangereux que les bombes. Aucun guetteur ne peut donner l’alarme et la population n’a pas le temps de courir dans les abris ou dans les bouches de métro pour se protéger. L’épisode le plus meurtrier, survenu une semaine après le début de la canonnade, accro t encore les craintes. Un seul coup est tiré le 29 mars 1918. L’obus tombe sur l’église Saint-Gervais, à quelques pas de l’Hôtel de Ville, il atteint l’église pendant la cérémonie des Ténèbres du Vendredi Saint et provoque la mort de 91 personnes. Pour le cardinal Amette, « un tel crime commis dans de telles conditions, en un tel jour et à une telle heure, soulève la réprobation de toutes les consciences ».

37Les bombardements de Paris ont cependant fait beaucoup moins de victimes que ceux de Londres, cible favorite des Zeppelins. Londres, les bombardements par avion et par zeppelins ont provoqué la mort de plus de 1 400 personnes, à Paris, stricto sensu, le nombre des tués s’élève à moins detrois cents. En banlieue, il est de l’ordre de 200 dont une vingtaine dans les communes limitrophes de Paris.

38Outre les conséquences immédiates, les bombardements du premier conflit mondial ont montré l’inutilité des fortifications pour la défense de la capitale. Le déclassement par la loi du 19 avril 1919, leur destruction et leur remplacement par des Habitations à bon marché ont changé les conditions de logement à la périphérie et, plus largement encore, l’organisation de l’espace urbain de la capitale.

Le démantèlement des fortifications10

  • 10 Pour tout le développement qui suit voir J.-L. Cohen et A. Lortie, 1994.

39Au lendemain de la guerre de 1870, certains considèrent que l’heure du déclassement des fortifications n’est pas encore venue et une seconde ligne de forts détachés, conçus par le général Séré de Rivières, est établie à la suite de la loi de mars 1874, mais dès les années 1880 le débat reprend, non seulement suite à la proposition de loi du député Martin Nadaud en 1882 mais aussi suite à la mise au point, en 1887, des obus torpilles à la mélinite capables de faire exploser les murs de maçonnerie. En juillet 1882, l’ancien ouvrier du bâtiment devenu député, Martin Nadaud, dépose une proposition de loi « ayant pour objet la suppression du mur d’enceinte de Paris » afin d’y construire des maisons pouvant accueillir les employés et les ouvriers « dont la moitié du gain suffit à peine à défrayer les dépenses de logement ». Cette proposition de loi n’est pas adoptée, elle inaugure une longue liste de projets, de vœux, de motions, de délibérations tendant à établir une convention entre l’État, propriétaire des fortifications, et la Ville de Paris pour l’utilisation des terrains qui seraient libérés. La zone non aedificandi, large de 250 m en moyenne, n’est pas propriété de l’État mais d’une myriade de propriétaires qui doivent se soumettre aux servitudes militaires et dont les terrains sont situés sur le territoire des communes environnantes. À la fin du xixe siècle, la question des fortifications est très vive ; y interviennent les militaires, la ville, les conseillers municipaux. Une fois le principe du déclassement admis fallait-il en faire une simple zone de lotissements pour des entrepreneurs privés ou constituer autour de la capitale un vaste espace libre qui serait une solution hygiéniste aux maux de la grande ville ? Avant la fin de 1919, certains bastions sont déjà dérasés et l’utilisation d’excavatrices mécaniques et de pelles à vapeur accélère le travail mais pour autant, les projets ne sont pas définitivement adoptés et la mise en œuvre des projets d’habitations est particulièrement lente. Au contraire, les travaux de certains équipements se font assez vite. Les neuf hectares de la cité universitaire, correspondant aux bastions 81, 82 et 83, sont donnés par la Ville à l’université dès juin 1921. Le Parc des expositions dont la construction est envisagée dès 1911 donne lieu à six projets intra-muros et à six projets sur les fortifications. Un treizième emplacement est définitivement adopté en 1922 à l’emplacement des bastions 72 et 73, porte de Versailles et une partie de la zone est utilisée ; aujourd’hui le Parc des expositions s’étend sur 22 hectares dont un quart correspond stricto sensu aux anciennes fortifications. Le chantier est achevé dans les années 1930 avec la construction des entrées monumentales.

40La mise en œuvre des habitations, qu’il s’agisse d’HBM, d’immeubles « intermédiaires » , d’ILM ou du logement privé, en particulier, le long du Bois de Boulogne où s’égrènent les « perles » de Paris comme disent les publicitaires du moment, s’étale sur tout l’entre-deux-guerres et certains immeubles ne sont achevés qu’après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale : tel est le cas des 15 immeubles rassemblant près de 200 logements décrits pas le recensement de 1954 dans l’ lot 2710, place de la Porte-de-Châtillon.

Bombardements de la Seconde Guerre mondiale

41Les progrès de l’aviation après le premier conflit mondial modifient radicalement la place que les villes tiennent dans les bombardements aériens.

42À la multiplicité des attaques impliquant un seul appareil comme pendant la Première Guerre mondiale, succèdent des raids impliquant des dizaines, voire des centaines d’appareils dont la puissance de destruction est décuplée.

43Entre la drôle de guerre et décembre 1944, douze attaques ont visé la capitale alors que la banlieue a été la cible d’attaques beaucoup plus nombreuses qui ont épargné la capitale et qui ne sont donc pas prises en compte ici. la différence de ce qui s’est passé après le premier conflit mondial, aucun ouvrage n’aborde les bombardements qui ont touché l’agglomération parisienne. Les ouvrages existants sont consacrés à tel ou tel bombardement mais rien d’équivalent à l’ouvrage de Jules Poirier, publié en 1930.

Carte n° 5. Les logements construits sur les anciennes fortifications

Carte n° 5. Les logements construits sur les anciennes fortifications

Source : Recensement de 1914
NB : Pour une meilleure lisibilité, les symboles, représentant les quelque 40 000 logements, ont été décalés vers le sud-est des îlots sur lesquels ils ont été édifiés.

  • 11 Merci à Danielle Voldman de m’avoir aidé dans le repérage de ces sources.

44Les archives de la préfecture de Police conservent les documents permettant d’étudier les bombardements du second conflit mondial tant dans les communes de banlieue qu’à Paris stricto sensu11… Les mains courantes ainsi qu’une série de formulaires progressivement mis en place fournissent des informations plus standardisées, indiquant l’impact des bombes, les dommages causés aux immeubles, aux biens industriels ainsi qu’aux personnes. L’examen des divers documents, souvent mis à jour au cours des interventions des services de police ou des pompiers, explique la variabilité des chiffres, en particulier pour les personnes décédées ou blessées. Tel est le cas lors de la première attaque aérienne de Paris par l’aviation allemande le 3 juin 1940. Selon une note dactylographiée, huit décès consécutifs à l’attaque aérienne sont constatés à Paris et aucun ne concerne les communes de banlieue. Les jours suivants les bilans sont revus à la hausse et une note, datée du 9 juin, émanant de la Direction générale de la Police municipale, indique 19 morts à Paris, dans les 16e et 15e arrondissements, et 122 en banlieue.

45Un tableau de synthèse figure dans les archives de la préfecture de police. Il a été réalisé en 1963. Son examen montre cependant que les fonctionnaires qui l’ont préparé n’ont pas d’avoir en main la totalité des documents qui sont aujourd’hui disponibles comme le prouvent deux cas précis, celui du bombardement anglo-américain du 21 avril 1944 et du bombardement allemand qui suit la libération de la capitale, le 26 août 1944.

46Dans le premier cas, le raid qui visait les installations de la gare de La Chapelle n’aurait pas touché la population parisienne mais les victimes (plus de 700) auraient toutes été atteintes en banlieue ; or l’examen des dossiers montre qu’il y a eu plus de 300 morts dans le seul 18e arrondissement de Paris. Dans le second cas, le dossier de 1963 indique qu’il n’y a pas de localisation pour les impacts des bombes larguées par les avions allemands alors que le dossier BA 1763 fournit la liste de plus de 80 adresses concernées par ce bombardement sans que le nombre de bombes soit indiqué avec la même précision que lors des précédentes attaques.

47Entre le raid aérien allemand du 3 juin 1940 et le printemps 1943, le ciel de la capitale ne connaît, à la différence de celui de la banlieue, d’attaques aériennes. Lors du raid du 30 mai 1942, par exemple, 55 bombes tombent sur Colombes, 24 sur Nanterre et 3 sur Suresnes, mais une seule bombe atteint la capitale : elle tombe sur le Bois de Boulogne, à 50 m derrière le restaurant de la Grande cascade…

Carte n 6. Les bombardements de Paris entre 1940 et 1944

Carte n 6. Les bombardements de Paris entre 1940 et 1944

Source : Archives de la préfecture de police.

48L’année 1943 est autrement meurtrière. Les 3 et 15 septembre, plusieurs vagues ciblent les usines de Boulogne pour le premier raid et les usines Renault et Citroën pour le second. Dans Paris même, ces deux raids provoquent la mort, pour le premier de 78 personnes et le second de 43. Lors du premier raid, les bombardiers arrivent de l’est de la capitale et les premières bombes tombent dans le 6e arrondissement (quartier Notre-Dame-des-Champs) avant de toucher la rue de la Croix-Nivert et la rue Lecourbe en provoquant la destruction de 4 immeubles et la mort de 45 personnes. Les dégâts au sud d’Auteuil, rue Le Marois, avenue de Versailles, rue Michel-Ange et rue Claude-Terrasse sont importants : 23 morts et 37 immeubles détruits Les avions du second raid arrivent du nord de la capitale et visent directement les usines Renault et Citroën. Le sud d’Auteuil paie à nouveau le prix lourd avec la mort de 33 personnes et la destruction de près de 40 immeubles. Boulogne est ce jour-là moins touché que le quartier d’Auteuil. Le 15e arrondissement est lui aussi touché mais plus faiblement (14 morts et 5 immeubles détruits). Dans ses souvenirs amoureux d’un Parisien, Claude Villers explique que les bombardements du 15e arrondissement sont à l’origine de sa naissance en Seine-et-Marne (C. Villers, 2007). De nombreuses femmes enceintes ayant, par prudence, déserté l’arrondissement après 1943…

49Le bombardement le plus dramatique intervient dans la nuit du 20 au 21 avril 1944. Les forteresses volantes sont vraisemblablement arrivées du sud et visent les ateliers et la gare de marchandises de La Chapelle ainsi que les installations industrielles de Saint-Denis et Saint-Ouen. Près de 280 bombes tombent sur Paris dont près de 250 dans le 18e arrondissement provoquant dans l’arrondissement le plus peuplé de Paris la mort de 345 personnes et détruisant près de 90 immeubles. Saint-Ouen déplore 175 morts et 150 immeubles détruits et Saint-Denis 91 décès et 35 immeubles détruits. Les usines de ces deux communes de banlieue paient le prix lourd : 40 usines sont fortement touchées à Saint Denis et une dizaine à Saint-Ouen dont l’usine Wonder et l’imprimerie Chaix.

50Le seul bombardement important que subit la capitale après avril 1944 est le bombardement allemand du 26 août, au lendemain de la libération de la ville. Les sources sont légèrement différentes de celles des bombardements précédents et seuls les rapports des pompiers permettent de localiser les impacts. L’impression que donne ce bombardement est très différente des précédents : aucune localisation précise n’est discernable et l’on compte des victimes dans 9 des 20 arrondissements de Paris. Le bombardement provoque la mort de plus de 120 personnes, touchant particulièrement les arrondissements du centre qui avaient jusque-là été épargnés ; ce bombardement provoque aussi la destruction d’une quarantaine d’immeubles. Un dernier bombardement allemand a lieu le 26 décembre 1944 (cinq bombes sont signalées au jardin des Tuileries et à proximité de la gare Saint-Lazare).

51Paris aurait pu souffrir bien davantage : les Allemands comptaient beaucoup sur la mise au point des V2. La première cible visée par cet engin mis au point par von Braun fut la cible 0303, autrement dit Paris. Le 6 septembre 1944, une première tentative pour atteindre la capitale depuis les Ardennes belges échoue, mais le 8 septembre, après un nouvel échec en début de matinée, un V2 est lancé à 11 heures d’une forêt située entre Gouvy et Sterpigny. La fusée supersonique parcourt en moins de 5 minutes les 325 km qui la séparent de la capitale. Elle tombe sur Maisons-Alfort où elle provoque la mort de 6 personnes. Par chance pour Paris, après ce premier lancement réussi, les Allemands, en raison de l’avance alliée, concentrent leurs tirs sur Londres dont l’agglomération est touchée par plusieurs centaines de V2.

Carte n° 7. Immeubles détruits par les bombardements de 1940 à 1944(à l’adresse) et immeubles construits entre 1940 et 1953 (à l’îlot)

Carte n° 7. Immeubles détruits par les bombardements de 1940 à 1944(à l’adresse) et immeubles construits entre 1940 et 1953 (à l’îlot)

52Au total, le bilan des bombardements de la capitale, stricto sensu, se solde par moins d’un millier de morts et autant de blessés, près de 220 immeubles détruits et le double gravement endommagés. Les usines ou ateliers dont les frappes aériennes ont entra né la destruction se comptent sur les doigts d’une seule main. Comparé au Blitz de Londres qui a provoqué près de 30 000 morts et qui a entra né la destruction de quartiers entiers, obligeant à une reconstruction massive et à une planification urbaine importante, Paris n’a pas subi de destructions telles qu’elles imposent des mesures d’urgence. Paris n’a pas connu les bombardements en nappes que les Alliés et les Allemands développèrent comme élément stratégique pendant la Seconde Guerre mondiale. Même par rapport aux destructions enregistrées sur l’ensemble du pays (460 000 immeubles détruits et 1 900 000 gravement endommagés) le parc immobilier de la capitale est dans une situation qui n’est pas des plus graves et d’ailleurs la capitale n’est pas, comme Caen o le tiers des 15 500 immeubles a été détruit, considérée comme une ville sinistrée.

53Dans le pays, près de 20 % du parc immobilier a été touché selon le bilan dressé par Danièle Voldman (1997), mais à Paris, moins de 2 % du parc immobilier a été détruit ou gravement endommagé. Si les destructions de la guerre ont pu conduire à une transformation complète des conditions de vie et de logement dans certaines villes, à Paris il n’en est rien : moins de 600 immeubles sont construits entre 1940 et 1954. S’il est possible d’envisager que certains d’entre eux aient pu remplacer certains de ceux qui ont été détruits au sud d’Auteuil, il n’en va pas de même à La Chapelle o rien ne permet d’étayer une telle hypothèse. Globalement, la localisation des immeubles neufs en 1954 n’a qu’un lointain rapport avec celle des immeubles détruits par les bombardements comme le montre la carte n° 7.

54Pendant la Première Guerre mondiale comme durant la Seconde, la capitale n’est pas la seule à être touchée : les communes limitrophes le sont aussi. Pour autant, les différences entre les deux conflits sont nettes : pendant le premier, la capitale concentre les coups et toutes les cartes vont dans le même sens qu’il s’agisse du nombre de bombes tombées ou du nombre des victimes. Pendant la Seconde Guerre mondiale, au contraire, la concentration des coups se fait à la périphérie car les cibles sont les usines de la banlieue. Les dommages parisiens sont principalement des dommages collatéraux provoqués par des approximations dans la mise en œuvre de bombardements.

55Cette histoire des relations entre la capitale et les guerres sur sept décennies explique l’originalité de la situation de l’habitat par rapport à ce qu’il est dans une ville comme Londres. Paris, les combats les plus déterminants pour la situation du logement sont bien le bombardement de janvier 1871 et les combats de la Commune qui n’ont pas d’équivalent outre-Manche ; au contraire, le prix payé sur les bords de la Tamise, aussi bien pendant le premier que le second conflit mondial, est sans commune mesure avec ce qu’a eu à subir le parc immobilier des rives de la Seine.

Précisions méthodologiques

56Avant de présenter la situation du logement telle qu’elle peut être décrite à partir du recensement de 1954, il convient de dire quelques mots des outils utilisés pour mener à bien cette étude.

57L’ensemble des cartes est réalisé sous le logiciel Mapinfo et les fonds de cartes ont été établis par Delphine Digout, cartographe du LARHRA. La puissance du SIG a été fortement augmentée par l’importance du travail effectué en amont et en partie par la mise à notre disposition par l’APUR, dans le cadre d’un échange, d’un fichier adresses riche de plus de 148 000 points géoréférencés qui permet, par la préparation systématique de listes d’adresses validées (au format Excel par exemple) de cartographier plus de 500 points à la minute… ce qui, on en conviendra, change beaucoup de choses.

58Avant de parler de l’image et de l’imaginaire des barricades, des immeubles incendiés, des obus, des bombes… il n’est pas inutile, au risque de passer pour un indécrottable positiviste, de savoir o se trouvent les barricades, les impacts des bombes… Cela éviterait par exemple d’écrire, mais il doit s’agir d’une bévue, que pendant le bombardement de Paris en janvier 1871, les Parisiens de la rive droite se sont réfugiés rive gauche…

59Par ailleurs, pour construire les typologies qui seront présentées ci-dessous, j’ai utilisé le logiciel SPAD qui permet de construire des typologies post-factorielles. Ces résultats sont ensuite, selon un procédé classique de jointure, réutilisés sous le logiciel Mapinfo. L’école d’été qu’organise le LARHRA en juillet 2008 traitera, entre autres, de ce nécessaire passage d’un logiciel à l’autre afin que les historiennes et les historiens d’aujourd’hui utilisent toute la puissance de l’outil informatique tant dans le domaine de l’analyse de données que dans celui des systèmes d’information géographique.

La situation du logement en 1954

60La régularité de la distribution des éléments de confort (la carte de la distribution du téléphone, par exemple, n’est pas très différente de celle des salles de bain) permet de construire des types dont la logique spatiale n’est pas absente – les contrastes est/ouest ne surprennent pas mais, dans le détail, la situation est plus complexe et des lots voisins peuvent appartenir à des types très différents. Certains éléments de confort sont plus discriminants que d’autres : il est plus commun d’avoir l’électricité (94 % des logements) que l’eau (78 %) ou le gaz (78 %). Et ces trois commodités n’ont rien de commun dans leur diffusion avec celle des WC intérieurs (48 %) ou avec la disposition d’une baignoire ou d’une douche (19 %) ou d’un téléphone (17 %). Un logement qui dispose de tous ces éléments est, en général, plus vaste que la moyenne et signe le niveau social de son occupant. Plus le niveau de l’ lot est confortable plus il se rapproche du bleu marine ; plus les éléments de confort sont rares, plus la teinte se rapproche du rouge vif.

61Un groupe de 300 lots cumule tous les handicaps et rassemble 5 % de la population : ces petits logements construits pour l’essentiel avant 1871 sont faiblement équipés dans tous les secteurs : dans ces lots, la moitié des logements dispose de l’eau courante alors que pour l’ensemble du parc immobilier parisien, quatre logements sur cinq y ont accès Ce groupe enregistre une faible homogénéité spatiale puisque ces logements se trouvent aussi bien sur l’ancienne zone non aedificandi que dans le vieux centre historique. Certains correspondent aux lots insalubres définis à la fin du xixe siècle et sont l’objet des phases de rénovation urbaine des années 1960. Dans ces immeubles anciens, les travaux de mise à niveau n’ont pas été faits ou ne le seront jamais : se trouvent dans ce groupe des lots assez vastes situés sur l’ancienne zone non aedificandi. Le nombre des logements concernés est faible même si les surfaces des lots sont importantes : tel est cas du vaste lot de 20 hectares situé au niveau du quai de Bercy, au sud de la gare de Lyon et du boulevard Poniatovsky, sillonné de voies ferrées et qui ne compte que 9 logements dont aucun ne possède baignoire ou douche…

62Le second groupe est beaucoup plus important, il est constitué de petits logements très souvent bâtis avant 1871 mais dont le confort, bien qu’inférieur à la moyenne, n’est pas aussi médiocre que dans le groupe précédent : dans ce groupe, sept logements sur dix ont l’eau courante et l’équipement en gaz est voisin de la moyenne. Plus du quart des Parisiennes et des Parisiens y vivent : c’est le Paris populaire des 2e, 3e et 4e arrondissements, du 10e (sauf le quartier Saint-Vincent-de-Paul) du 11e, et les parties les plus anciennement bâties des 18e, 19 e et 20e arrondissements.

63Avec le troisième ensemble, il s’agit toujours d’ lots regroupant des logements dont le confort et la taille sont inférieurs à la moyenne. La localisation est plus périphérique et les immeubles ont été construits entre 1871 et 1914. Près d’un tiers des habitants loge dans ce Paris périphérique qui court de la porte de Vanves dans le 15e arrondissement au quartier des Épinettes dans le 17e arrondissement. Au total, les trois types qui viennent d’être présentés rassemblent deux Parisiens sur trois

64Le tiers restant bénéficie de conditions de logement plus confortables. Le groupe bleu clair, dont les logements sont proches, voire parfois supérieurs, au confort moyen de l’époque, se situe à l’ouest du Paris historique, de la place Vendôme à la place de Clichy, sur la rive droite et à l’ouest du boulevard Saint-Michel sur la rive gauche. Les Parisiens qui habitent dans ces immeubles représentent 10 % de la population. Ces immeubles sont principalement des immeubles anciens, construits avant 1871 mais dont des travaux ont permis d’améliorer le confort (installation de salles d’eau, de WC, du chauffage…). Ce qui apparaît vraiment comme un signe de distinction en ces années d’après-guerre, le téléphone, est installé dans un appartement sur trois…

Carte n 8. Confort des logements en 1954

Carte n 8. Confort des logements en 1954

Source : Recensement de 1954.

65Le groupe suivant est constitué principalement d’immeubles construits après la guerre de 1870, dans le 16e ou le 17e arrondissement. Un Parisien sur dix y habite les logements de ce groupe. Construits plus tard, ces immeubles ont des logements dont les niveaux de confort sont supérieurs à la moyenne mais le nombre de pièce par logement reste limité.

66Devant les difficultés du logement, les pouvoirs publics ont mis en œuvre une politique de logement social sur les espaces libérés par la destruction des fortifications. Les immeubles aux formes bien identifiables apparaissent à l’emplacement des bastions détruits. Dans ces immeubles que l’on repère bien au nord, à l’est et au sud de la capitale, les immeubles alternent avec des espaces verts et des stades mais demeurent encore quelques traces de l’ancienne zone non aedificandi dont le rouge vif vient rappeler l’existence. Ces immeubles ont des normes très supérieures à la moyenne puisque quasiment tous les logements disposent de WC intérieurs. Cela ne signifie pas pour autant que tous ces immeubles construits sur les fortifications soient équivalents : un HBM n’est pas un ILM…

67Le dernier groupe cumule tous les atouts : espace et confort maximal. À peine 6 % de la population y réside. L’ouest du 16e arrondissement, une partie du 17e et du 8e arrondissement autour du Parc Monceau en constituent les espaces privilégiés. Les trois quarts des immeubles datent de la période 1871-1914 mais certains ont été construits pendant l’entre-deux-guerres. Deux tiers des logements ont une salle de bain et le téléphone ; la taille moyenne des logements est très supérieure à la moyenne : 4 pièces par logement contre 2,4 pour l’ensemble des logements…

***

68L’enceinte des fortifications et les conflits qui se sont déroulés de la fin du Second Empire au second conflit mondial ont fortement pesé sur le parc immobilier parisien. L’affirmer, c’est souligner que l’on ne saurait comprendre un parc immobilier en faisant fi du temps long. Dans le cas parisien, l’importance des fortifications, par leur construction, en bloquant l’expansion et en gelant un espace immobilier important puis en le libérant brutalement lors de la destruction des bastions a marqué tout le développement de la capitale. L’installation du boulevard périphérique aux limites de la zone non aedificandi – et non à l’emplacement des fortifications comme l’écrivent hâtivement certains – marque fortement le paysage de l’agglomération.

69Les fortifications sont intimement liées à l’épisode le plus dramatique qu’aient eu à connaître la population et le parc immobilier de Paris : la guerre de 1870, le bombardement de janvier 1871 et les combats de la Commune. À l’aune de ce drame, les deux conflits mondiaux n’ont que peu touché Paris qui a eu la chance d’échapper aux violences enregistrées au xxe siècle par d’autres capitales européennes.

70En ce sens, qualifier Paris de « capitale du xixe siècle » est totalement pertinent. Même à la fin du xxe siècle puisque, en 1999 encore, plus de 60 % des immeubles parisiens dataient d’avant le premier conflit mondial.

Bibliographie

Bibliographie

Baronnet Jean, 2006, Regard d’un Parisien sur la Commune. Photographies inédites de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, Paris, Gallimard Paris bibliothèques.

Caron Jean-Claude, 2006, Les feux de la discorde : conflits et incendies dans la France du xixe siècle, Paris, Hachette.

Cohen Jean-Louis et Lortie André, 1994, Des fortifs au périf : Paris, les seuils de la ville, Paris, Picard, Éditions du Pavillon de l’Arsenal.

Fourcaut Annie, 2000, La banlieue en morceaux : la crise des logements défectueux en France dans l’entre-deux-guerres, Grâne, Créaphis.

Leighton John, 1871, Paris, under the Commune. The Seventhy-three Days of the Second Siege, with Numerous Illustrations, Sketches taken on the Spot, and Portraits (from the Original Photographs, Londres. Accessible sur http://www.gutenberg.org/files/10861/10861-h/10861-h.htm%23%20image-90.

Pinon Pierre (dir.), 1989, Les Traversées de Paris : deux siècles de révolutions dans la ville, Paris, Le Moniteur, la Grande Halle-la Villette.

Poirier Jules, 1930, Les Bombardements de Paris (1914-1918). Avions. Gothas. Zeppelins. Berthas. Préface du général Niessel, Paris, Payot.

Sarrepont H. de (Major)12, 1872, Le Bombardement de Paris par les Prussiens en janvier 1871, Paris, Firmin Didot frères.

Villers Claude, 2007, Parigot, tête de veau : La mémoire amoureuse d’un Parisien, Paris, Denoël.

Voldman Danièle, 1997, La reconstruction des villes françaises de 1940 à 1954 : histoire d’une politique, Paris, L’Harmattan.

Notes

1 Ce texte résulte d’une conférence donnée dans le cadre des doctoriales de l’IRMC, à Hammamet, le 29 novembre 2007. L’ensemble des recherches évoquées correspond à un travail de plus grande ampleur, actuellement en cours, dans le cadre de la préparation d’un atlas de Paris et des Parisiens, de la Révolution à nos jours. Cet Atlas est réalisé avec Maurice Garden pour les éditions Parigramme. Ce travail s’inscrit dans l’axe de l’équipe Villes et sociétés urbaines du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes, UMR CNRS 5190. Les fonds de carte ont été établis par Delphine Digout, cartographe du LARHRA. Pour certains, ils le sont dans le cadre d’une convention qui lie le laboratoire et l’Atelier parisien d’urbanisme.

2 Voir sur ce point A. Fourcaut, 2000.

3 INSEE, Préfecture de la Seine, Données statistiques sur la population et les logements de la ville de Paris (répartition par lots), [Recensement de 1954] Avec une introduction de Louis Chevalier, Imprimerie municipale, H tel de Ville, Paris, 1957. Ce document comprend les tableaux statistiques par lots, quartiers et arrondissements. Il a été numérisé intégralement et les cartes des quelque 5 000 lots ont été vectorisés. Ces fonds ont été remis à l’APUR dans le cadre de la convention qui lie le LARHRA et cet organisme. L’ensemble des fonds et des tableaux statistiques sera disponible sur Internet dès publication de l’Atlas de Paris.

4 Ermete Pierotti, Paris, ses environs et ses fortifications [document cartographique] gravé chez Erhard éditeur(s) 1 plan : en coul. ; 56 x 73 cm, plié 15 x 10 cm. Sarrepont H. de (Major, pseud. de Hennebert (Lieutenant Colonel Eugène)), 1872, f. de pl. dépl.-[1] f. de carte en coul. Dépl.

5 Le député de Haute-Garonne, Gabriel Belcastel, lors du débat de l’Assemblée nationale, le 10 mars 1871.

6 J. Leighton, 1871. Ce texte est accessible sur http://www.gutenberg.org/files/10861/10861-h/10861-h.htm#image-90.

7 J. Leighton, chapitre XXXVIII, traduction de JLP.

8 J. Leighton, chapitre XCVI, traduction JLP.

9 L’ouvrage de référence et la source des cartes sont ici de J. Poirier. 1930, fig., pl., 219.

10 Pour tout le développement qui suit voir J.-L. Cohen et A. Lortie, 1994.

11 Merci à Danielle Voldman de m’avoir aidé dans le repérage de ces sources.

12 Pseudonyme de Hennebert Eugène (Lieutenant Colonel).

Table des illustrations

Titre Carte n° 1. Les immeubles touchés par les obus prussiens (janvier 1871)
Légende NB : Les édifices publics touchés ne figurent pas sur la carte.Source : H. de Sarrepont (1872).
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/556/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 538k
Titre Carte n° 2. Immeubles incendiés ou endommagés pendant la Semaine sanglante
Légende Sources: John Leighton, op. cit
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/556/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Carte n 3. Les bombardements par avions entre 1914 et 1918
Légende Source : Jules Poirier, 1930.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/556/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Carte n 4. Les bombardements par obus et par zeppelins entre 1914 et 1918
Légende Source : Jules Poirier, 1930.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/556/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Titre Carte n° 5. Les logements construits sur les anciennes fortifications
Légende Source : Recensement de 1914NB : Pour une meilleure lisibilité, les symboles, représentant les quelque 40 000 logements, ont été décalés vers le sud-est des îlots sur lesquels ils ont été édifiés.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/556/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Carte n 6. Les bombardements de Paris entre 1940 et 1944
Légende Source : Archives de la préfecture de police.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/556/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Carte n° 7. Immeubles détruits par les bombardements de 1940 à 1944(à l’adresse) et immeubles construits entre 1940 et 1953 (à l’îlot)
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/556/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 449k
Titre Carte n 8. Confort des logements en 1954
Légende Source : Recensement de 1954.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/556/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1021k

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable