Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ville et l’urbain dans le Monde arabe et en Europe

 | 
Pierre Robert Baduel

Négocier la ville

Pour de nouvelles approches du projet urbain

Alice Ingold

Texte intégral

1Le projet urbain a souvent constitué un observatoire privilégié de l’analyse de la croissance urbaine et des changements de la ville entre xixe et xxe siècle. Au travers de son dessein se lit le programme d’une société urbaine pour la gestion de son territoire, ses formes, ses fonctions, ses valeurs ; au travers de son élaboration – souvent conflictuelle – se lisent l’affirmation de savoirs spécialisés et parfois concurrents, et l’émergence d’acteurs en charge du développement urbain. La période de l’entre-deux-guerres a ainsi été envisagée comme une étape dans une histoire longue durant laquelle l’hégémonie sur les destinées urbaines, en termes de remèdes mais aussi de diagnostic et de savoirs sur la ville, a été revendiquée tour à tour par les ingénieurs sanitaires, les économistes et les juristes de manière plus ténue, les archéologues, les architectes et enfin les urbanistes (G. Zucconi, 1989). Ainsi la période entre 1880 et 1930 apparaît-elle comme un nœud de conflits, occasion d’une compétition entre des savoirs de plus en plus spécialisés et des acteurs engagés dans des processus de professionnalisation. Cette contribution propose de reconsidérer le projet urbain dans les études historiennes. On voudrait ainsi éclairer les deux versants du projet : celui de sa conception, longtemps le mieux travaillé en ce qu’il met en lumière les acteurs et les savoirs spécialisés de la ville, mais aussi celui de sa réalisation, qui fait apparaître d’autres acteurs, parmi lesquels les propriétaires particuliers. Ouvrir l’analyse à un large spectre d’acteurs invite à modifier le regard porté sur les savoirs du projet, qui ne relèvent plus seulement de catégories techniques, mais intègrent une forte dimension politique, comme des modes possibles pour définir et interpréter l’intérêt public, pour réunir les acteurs et structurer l’action collective.

  • 1 Les archives du Parti national fasciste, celles du Segretaria Particolare del Duce, ont permis d’a (...)

2Un premier moment restitue les évolutions de l’histoire urbaine, tout particulièrement son renouvellement et sa fondation méthodologique, afin de saisir les cadres interprétatifs dans lesquels se sont inscrites les études du projet urbain. Pour mettre en œuvre une nouvelle analyse du projet urbain comme processus, nous nous appuyons sur nos travaux sur les transformations urbaines à Milan sous le fascisme (A. Ingold, 2003a). L’enquête a cherché à identifier le fonctionnement du fascisme non pas comme une catégorie explicative, mais d’abord comme une catégorie de l’action1. J’ai notamment cerné comment le fascisme pouvait faire varier les échelles d’engagement des acteurs. Comment l’événement est-il, ou non, constitué en affaire publique ? Et dans quelles sphères d’un espace public ? De quelles manières les litiges sont-ils progressivement confinés à une sphère étroitement privée, laissant face à face Commune et propriétaires particuliers, en excluant d’autres acteurs urbains ? Quelles formes d’action sont possibles, individuelles et collectives, pour les propriétaires ? Comment l’événement s’est-il inscrit dans des débats plus larges entre xixe et xxe siècle, animant législateurs, propriétaires et hommes politiques, autour des coûts et des bénéfices de la croissance urbaine, entre intérêt public et intérêts particuliers ? Négocier la ville est une autre manière d’interroger la notion de consensus, vivement débattue dans les études sur la période fasciste à la suite des travaux de Renzo De Felice (1974), et d’analyser ensemble la capacité du régime à encadrer la société et celle de l’urbanisme à discipliner le territoire.

De l’histoire des villes à l’histoire urbaine2

  • 2 Pour une présentation plus développée de ce renouvellement des études urbaines, je renvoie à A. In (...)
  • 3 Ce constat est généralement considéré autant comme une faiblesse institutionnelle, notamment au re (...)

3Les études urbaines ne constituent pas à proprement parler un domaine circonscrit du monde académique des sciences sociales, ni par un parcours de formation, ni par la constitution d’une discipline spécifique. Elles se caractérisent par un entrecroisement de disciplines qui prennent la ville comme objet de recherche et l’analysent au travers de sources, de méthodes et de traditions diverses3. Cette dispersion est aussi à comprendre au regard de la découverte, tardive en quelque sorte, d’une spécificité de l’objet « ville », qui a longtemps joué le r le de cadre passif pour des études de la société.

L’espace, motif et moteur d’un renouvellement des études urbaines

4Le milieu des années 1970 marque en France la naissance d’une « nouvelle histoire urbaine  » La production historiographique ne na t pourtant pas à cette date, une série de grandes thèses d’État sous forme de monographies urbaines la précèdent de plus d’une décennie. Ce moment est cependant retenu comme fondateur, en ce qu’il introduit un changement dans la pratique et dans la perception de l’histoire urbaine. La clé de cette refondation réside dans le statut accordé à l’espace, qui apparaissait alors comme le grand oublié des études urbaines. Dénonçant en 1976 une histoire urbaine sans pierres ni formes matérielles (M. Roncayolo, 1976, 60), le géographe Marcel Roncayolo met en garde contre des enquêtes dans lesquelles la ville n’est que le sous-produit ou le cadre passif de recherches obéissant à des préoccupations thématiques différentes (M. Roncayolo, 2002, 286). La ville n’y est alors qu’un espace sans épaisseur et sans trame physique, un espace muet, à l’image des antiques cartes murales d’école. Ce constat ressort d’une sensibilité particulière à l’espace, dont les géographes n’ont pas été les seuls porteurs : il converge notamment avec le diagnostic de l’historien moderniste Jean-Claude Perrot, dont la thèse d’État, parue en 1974, constitue un des textes fondateurs d’une nouvelle l’histoire urbaine. L’auteur y souligne comment l’histoire a longtemps tenu la ville pour un observatoire privilégié de la production et des échanges, de la société avec ses contrastes et ses hiérarchies. L’histoire urbaine prenait ainsi les traits d’une voie détournée de l’histoire sociale, et a pu notamment apparaître comme un moyen pour sortir de l’impasse historiographique posée par le débat d’alors entre société de classe et société d’ordre (J.-C. Perrot, 1973). Le risque était de réduire la ville à une sorte de décor pour une pièce dont les acteurs principaux seraient le politique, l’économie, la société. Dans la conclusion de sa thèse, Jean-Claude Perrot dénonce cette utilisation de la ville comme cadre inconscient pour une étude de la société : le terme [de décor], d’ailleurs si familier aux historiens, dit bien l’illusion. Peindrait-on par petites touches significatives et concrètes, comme on le fait volontiers, la scène où le rideau va se lever sur l’essentiel : modes de vie, richesses, tensions politiques et sociales, que l’espace resterait vide et comme indifférent à l’action. Pour Jean-Claude Perrot, la ville n’est elle-même qu’une scorie du social, car tout entière production du social, et il importe de ne pas fragmenter son étude en catégories (économie, politique, culture...), ce qui ferait disparaître le sujet, mais de s’attacher aux relations entre les divers niveaux qui constituent la ville. Cette réflexion sur l’objet est tout le sens de sa thèse d’État, dont le titre même suggère l’apparition de la ville comme problème, au moment où elle est conçue selon une grille fonctionnaliste : « Genèse d’une ville moderne : Caen au xviiie siècle ». Au moment où cherche à se définir la spécificité de la recherche urbaine, le risque est cependant de voir l’objet s’échapper à nouveau, parce que dilaté à l’ensemble du champ social.

  • 4 M. Roncayolo et L. Bergeron, 1974. C’est moi qui souligne.
  • 5 Création en 1963 de la DATAR (Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale), e (...)

5Pour éviter la dilution de l’objet de recherche, Louis Bergeron et Marcel Roncayolo invitent à penser « le rapport à l’espace [comme] l’antidote [...], non pas un espace vide, mais au contraire chargé de trame physique, de fonctions, de significations4 ». Une attention nouvelle portée à l’espace permet de préciser la spécificité de l’échelle urbaine. L’histoire urbaine trouve ainsi une source de renouvellement dans la proximité avec la géographie (B. Lepetit, 1980). L’attention des géographes pour la ville est née autour d’une série de questions sur les principes de l’organisation régionale, dans un moment où les politiques s’interrogeaient sur les déséquilibres de l’espace français (Paris et province, ville et campagne). La ville a été conçue très tôt comme un élément structurant de l’espace régional, c’est sans doute au milieu des années 1960 que cette vision trouve son plus clair aboutissement, à la fois sur le plan théorique, avec les premières thèses d’État régionales-urbaines, et sur le plan pratique, avec les débuts de la politique d’aménagement du territoire en France5.

  • 6 Dans la revue Quaderni storici (1974) et à l’occasion du colloque de Lucques (1976).
  • 7 L. Bortolotti (1984) note ce passage de l’histoire panégyrique à l’histoire municipale jusqu’à une (...)

6On comprend, dans ce contexte, l’accueil fait en France aux études urbaines italiennes, menées par des architectes et attentives aux structures matérielles. Il est révélateur à cet égard que la publication des textes critiques précédemment cités, je pense notamment à l’article de Marcel Roncayolo et Louis Bergeron en 1974 mais aussi au bilan historiographique dressé par Marcel Roncayolo en 1976, aient d’abord été publiés en italien6. En Italie aussi, l’histoire urbaine est alors qualifiée de « discipline récente » (C. Giovannini, 1993) : pour se construire, elle doit s’émanciper d’autres modèles et d’autres matrices. Cette discipline nouvelle cherche notamment à marquer ses distances avec une longue tradition d’histoire de villes, qui commémorait la « geste » d’une ville, sa fondation mythique, ses ascendances antiques, ses richesses, ses hommes illustres. L’histoire urbaine italienne s’est donc développée au début des années 1960 en se démarquant de l’histoire campaniliste des villes, qui s’apparentait plus à une histoire locale qu’à une histoire urbaine7, comme en témoignent notamment les découpages temporels choisis, qui reprenaient ceux de l’histoire générale avec ses événements politiques et dynastiques, plut t que de dégager une temporalité propre à la ville.

  • 8 Storia della città, Milan, Electa en 1976 (la publication s’interrompt en 1990), et Storia urbana, (...)
  • 9 « Storia urbana e territoriale », créée chez l’éditeur Franco Angeli en 1979, et Le Città nella st (...)
  • 10 Le motif s’était notamment déployé entre 1887 et 1902 dans le projet éditorial du quotidien Il Sec (...)
  • 11 Introduction aux volumes de C. De Seta (hors pagination). C’est moi qui souligne.

7À la fin des années 1970, l’histoire urbaine connaît en Italie une grande effervescence éditoriale, avec la création de deux revues spécialisées en 1976­1977, Storia urbana et Storia della città8, et de deux collections de monographies en 1978-19799, toutes consacrées à la ville, selon des perspectives différentes de celles adoptées en France avec l’ouvrage transversal des cinq volumes chronologiques de L’Histoire de la France urbaine (G. Duby (dir.), 1980-1985). Ces initiatives manifestent à la fois une grande vitalité de la discipline, mais aussi ses transformations : elles entérinent notamment l’importance prise par les architectes et les urbanistes dans l’écriture de l’histoire urbaine. La collection « Le città nella storia d’Italia », dirigée par Cesare De Seta chez Laterza, en témoigne : les premiers volumes sortent en 1980, sous forme de monographie de ville, reprenant ainsi le motif classique de « l’Italie aux cent villes »10. Le creuset professionnel de formation donne le ton. Par-delà la diversité des monographies, les volumes ont une physionomie commune, et l’introduction de Cesare De Seta dessine un cadre programmatique à un projet éditorial de grande diffusion. J’en soulignerai ici deux éléments, qui me paraissent essentiels pour comprendre le dialogue qui s’est établi avec l’histoire urbaine française. L’attention portée à l’histoire ressort d’une préoccupation au présent pour les professionnels de la ville et De Seta inscrit ces ouvrages dans un dessein d’éducation civique locale, destiné notamment aux aménageurs urbains. Le second trait caractéristique tient à l’illustration de ces volumes, particulièrement riche par l’iconographie et la cartographie. Les cartes, vues et plans de ville sont présentés à la fois comme des sources pour reconstituer la réalité ancienne d’une ville, ses dimensions et sa forme, et en même temps comme des représentations permettant de saisir le cadre mental dans lequel était pensée la ville à différentes époques. La place accordée aux cartes et aux plans n’a pas seulement une finalité illustrative, elle conforte la place des architectes, elle souligne l’attention première donnée aux structures matérielles de la ville. De Seta indique, dans l’introduction à chacune des monographies, un programme d’histoire urbaine, qui place dans la structure morphologique les clés d’une histoire des villes : « l’histoire de la ville se lit dans ses rues et ses places, dans sa cathédrale et son palais municipal, dans ses couvents et ses églises, dans ses ports et ses marchés, dans ses fortifications et ses quartiers populaires11 ». De Seta identifie ainsi l’objet de l’histoire urbaine, qui serait, avec les mots d’une des figures majeures de cette nouvelle histoire urbaine, l’historien Lando Bortolotti, « le développement physique de la ville, la réalité construite, la ville comme produit manufacturé (manufatto) [...], la morphologie urbaine » (L. Bortolotti, 1984, 117).

  • 12 Si le recrutement s’ouvre internationalement, la géographie des lieux d’accueil des congrès dessin (...)

8Cette effervescence des études urbaines, dont j’ai souhaité souligner ici essentiellement les prémisses méthodologiques originales, s’est aujourd’hui pérennisée, grâce notamment à une structuration institutionnelle croissante. En témoigne la création parallèle de sections nationales de l’European Association of Urban Historians (EAUH) créée avec le soutien de l’Union européenne en 1989, sur le modèle universitaire nord-américain : en France avec la Société française d’histoire urbaine (SFHU) fondée en 1998, et en Italie avec l’Associazione Italiana di Storia Urbana (AISU) créée en 2001. Ces associations se sont dotées de revues : Histoire urbaine qui para t à partir de 2000, Città e Storia qui publie son premier numéro en 2006. Ces entreprises collectives de recherche se caractérisent par une grande ouverture chronologique pour analyser le fait urbain sur la longue durée, et elles cherchent à fédérer des travaux très divers. Cette structuration favorise enfin des collaborations à l’échelle européenne, notamment à l’occasion du congrès biannuel international de l’European Association of Urban Historians12. Constat de force et de faiblesse en même temps : au moment o les études urbaines s’affirment de façon plus autonome, elles se structurent sur des bases nationales et disciplinaires.

9La ville a constitué un champ de recherche particulièrement fécond en échanges et en transferts entre la France et l’Italie. Les conditions de cette rencontre se déchiffrent dans une attention renouvelée à l’espace et aux structures matérielles de la ville selon des configurations historiographiques et pour des motifs fort différents de part et d’autre des Alpes. Les chercheurs français se trouvent à la confluence entre l’impulsion des architectes italiens, dont l’attention aux formes matérielles de la ville rejoint leur intérêt renouvelé pour l’espace, et un enracinement fort dans l’histoire sociale, qui les éloigne d’une histoire urbanistique de la ville, oublieuse des hommes qui la construisent et lui donnent sens. L’analyse de l’espace matériel n’a pas seulement été l’occasion d’une confrontation fructueuse entre les deux historiographies : elle a insufflé et structuré une réflexion méthodologique sur ce qu’est l’histoire urbaine. Le dialogue franco-italien a ainsi pleinement participé à la définition et à l’affirmation d’une « nouvelle histoire urbaine », qui a notamment conduit à examiner de façon critique les découpages chronologiques et les scansions hérités de l’histoire politique.

Configuration sociale et configuration spatiale

  • 13 Bernard Lepetit a été, jusqu’à sa disparition en 1996, une figure de passeur entre France et Itali (...)

10La réflexion sur l’espace a donc constitué, en Italie comme en France, le motif et le moteur d’un renouvellement d’approche. L’historien Bernard Lepetit, trop tôt disparu, reste un des acteurs les plus stimulants d’une réflexion exigeante sur les méthodes de l’histoire urbaine13. Il a ainsi placé au cœur de son analyse la question du statut ambivalent de l’espace dans les études urbaines. Alors que les historiens ont abandonné l’idée d’une histoire totale de la ville, au moment o la visée comparative des monographies urbaines montrait ses limites, ils sont donc amenés à préciser la spécificité de leur objet, qui se place justement à l’articulation de l’espace et du temps. Comment penser les relations entre configuration spatiale et configuration sociale ? Bernard Lepetit a montré comment les études urbaines sont longtemps restées dominées par un paradigme fonctionnaliste, établissant des correspondances directes entre une société et son espace. Ce paradigme pouvant se décliner dans une version déterministe, qui lie de façon contraignante l’évolution de l’une à la configuration de l’autre, ou dans une version possibiliste, qui appréhende la ville comme un espace de ressources pour la société qui l’occupe. Les individus et groupes peuvent subir les effets de l’écologie urbaine ou au contraire savoir mobiliser les ressources que le milieu leur offre ; ils peuvent se glisser dans la ville comme dans une coquille ou bien conférer à l’espace des structures symboliques homologues aux leurs propres. Mais quelle que soit la signification du mot territoire, une société (ou tout du moins un groupe) s’y inscrit parfaitement (B. Lepetit, 1995, 199-200). Sans doute, les limites du fonctionnalisme se sont fait jour d’abord sur un plan pratique, au moment o les grands projets urbains ou territoriaux se révélaient inaptes à résoudre la question sociale ; les limites de cette approche, en termes de projet de connaissance, sont aussi apparues. Il faut rappeler en effet que le paradigme fonctionnaliste est une invention du xviiie siècle, qui s’est attaché à montrer l’influence de la configuration spatiale sur le bonheur ou le malheur des hommes en société (Ibid.). Si la Révolution a insufflé une traduction optimiste de ce fonctionnalisme, en insistant sur la vertu éducatrice de l’espace, le xixe siècle a été lu, à la lumière notamment des travaux de Michel Foucault, comme l’expression d’une version pessimiste de ce fonctionnalisme, dans un mouvement conjoint de grand enfermement dans des espaces de contrôle social et de mise en ordre de l’espace public et de la rue conduisant au disciplinement des individus.

  • 14 Pour l’analyse d’un retour de la ville comme espace privilégié d’ancrage du politique et du lien s (...)

11La question que pose donc toute analyse urbaine est celle des médiations entre un espace urbain et la société qui l’occupe. Deux pistes ont été ouvertes à mon sens : la médiation du politique14 et celle des temporalités ouverte par Jean-Claude Perrot, Marcel Roncayolo et Bernard Lepetit. Ce dernier suggère justement que la ville na t des décalages entre le temps des hommes et le temps des pierres. Pour saisir l’articulation de la société et de l’espace urbains, il propose de suivre les décalages temporels entre les formes matérielles et leurs usages. Il s’agit de casser une lecture paresseuse de l’histoire de la ville comme une histoire de fondations successives, qu’on étudierait comme autant de visages successifs de la ville, le noyau primitif, les faubourgs, les quartiers périphériques, les banlieues... : le risque, en effet, est de considérer, dans une lecture trop rapide, la ville comme un espace feuilleté, selon une stratification de périodes, o la ville moderne recouvrirait partiellement la ville classique et médiévale, au lieu d’en saisir les simultanéités. L’attention portée aux structures matérielles doit ainsi introduire une réflexion sur les dynamiques du changement, au travers des processus de socialisation et de dotation de sens des espaces. En effet, comme le montrait Jean-Claude Perrot (1981) « ce n’est pas à la pérennité de la matière dure (la pierre, le métal) qu’il faut imputer la durée des œuvres humaines. En réalité le monde matériel est le plus malléable. Les enveloppes solides se tissent de formes, d’usages, de gestes, de certitudes sociales Plus les aspects de la vie matérielle sont socialisés, mieux ils résistent au changement ». Se dessine ainsi un programme de recherche qui invite à observer autant les formes que les institutions urbaines à partir du sens que les acteurs leur donnent : en ce sens, la ville tout entière doit être entendue comme une « catégorie de la pratique sociale » (M. Roncayolo, 1990, 33).

Parcours interprétatifs du projet urbain

12La définition du projet urbain s’est élaborée dans le cadre dessiné par ces prémisses historiographiques. Pour proposer un parcours interprétatif alternatif, je m’appuierai sur les résultats de mes travaux sur l’urbanisme fasciste. Proposant d’analyser la fabrique de la ville durant la période fasciste en Italie, j’ai choisi d’étudier un épisode spectaculaire et bref de la vie urbaine milanaise dans les années 1930. En l’espace de quelques années, la Municipalité fasciste fait recouvrir le réseau de canaux urbains, remplaçant depuis le xiie siècle le fleuve absent de la capitale lombarde. Du canal au boulevard, tout un régime de relations d’une société à son espace est modifié : à l’échelle de la ville, les travaux signent la disparition d’un canal navigable qui jouait le r le de substitut au fleuve manquant ; à l’échelle des quartiers, sous les motifs de l’hygiène, de la circulation et de l’embellissement, l’opération participe à une redéfinition de la centralité, dans un mouvement conjoint de tertiarisation des espaces économiques et de gentryfication de la résidence ; à l’échelle des immeubles, les rives sont transformées en trottoirs, le boulevard enterre les rez-de-chaussée, condamnant ainsi les activités artisanales qui s’y étaient maintenues et obligeant les propriétaires à opérer un retournement de leur bâtiment de la rue arrière vers le nouveau boulevard.

De la fabrique de la ville…

  • 15 Mussolini prend le portefeuille du ministère des Travaux publics du 30 avril au 12 septembre 1929.
  • 16 L’ouvrage collectif dirigé par Alberto Mioni en 1980 constitue l’entreprise éditoriale pionnière a (...)

13Cet épisode pourtant banal de transformation urbaine a été constitué comme un exemple paradigmatique des transformations urbaines du régime. Le projet a été pris comme un modèle de réforme de la ville, fondée sur un discours rationaliste et modernisateur. Le chantier témoignerait, dans la rapidité de sa mise en œuvre, du caractère autoritaire des décisions dans la nouvelle architecture municipale fasciste qui a fait disparaître en 1926 les organes électifs communaux. Le paysage urbain a conservé les traces matérielles, souvent monumentales, des travaux publics menés par le régime fasciste. L’historiographie en a transmis les images, qui témoignent d’une Italie en chantier, et, parmi elles, les photographies de Mussolini maniant la pioche ont été tout à la fois un symbole et l’image d’un raccourci saisissant entre un homme, un régime et ses traces. Le foisonnement des projets, la multiplication des chantiers, l’emphase des discours qui accompagnaient leur ouverture, ont donné à la politique fasciste son style, grandiloquent et triomphaliste. Le régime a noué avec les grands travaux un lien de connivence idéologique particulier. Ils se sont intégrés à une politique globale du régime, lequel leur accordait des fonctions nouvelles. Mussolini, qui souhaitait transformer l’Italie en un « chantier claironnant » (A. Di Crollalanza, 1930, 892), leur assignait le r le de magnifier la grandeur des ambitions nationales, de frapper l’imagination de la population, de stimuler la cohésion sociale et enfin de symboliser, au cours de cérémonies et fêtes publiques, le consensus du nouveau régime. Mussolini a veillé avec un soin tout particulier à la conduite du ministère des Travaux publics, dont il a pris lui-même le portefeuille en 192915. Le recouvrement des canaux milanais épouse les traits d’une historiographie qui lie ainsi le régime fasciste, le Duce et une sorte d’âge d’or des travaux publics. Le déroulement de l’affaire en soulignerait les traits distinctifs : Mussolini serait directement intervenu pour en imposer le projet, l’ensemble de l’affaire témoignerait d’une collusion entre Commune fasciste et pouvoir central. En même temps, ces travaux publics confirmeraient la récurrence des projets urbains et la continuité des acteurs qui les soutiennent16, la version de la municipalité fasciste reprenant à son compte les propositions antérieures d’enterrement de l’eau, élaborées par les ingénieurs et soutenues par les hygiénistes dans la seconde moitié du xixe siècle. Cette lecture a conforté un certain parcours historiographique, tant dans le domaine de l’histoire des villes que dans celui de l’analyse politique. Elle s’est fondée sur une certaine mise en ordre des archives et s’est traduite par une certaine mise en forme du récit, que je souhaiterais ici mettre en lumière.

14La lecture du projet urbain en termes d’héritage reconduit une certaine interprétation politique du gouvernement urbain sous le fascisme. Les réalisations spectaculaires, les chantiers rapides, sont mis en correspondance avec les transformations politiques introduites par le régime fasciste. La disparition des organes électifs à l’échelon communal, la neutralisation des instances professionnelles de consultation, l’encadrement corporatif des propriétaires qui étaient fortement structurés en associations indépendantes, redessinent l’espace de contraintes et de possibilités des politiques urbaines. Parallèlement, cette lecture du projet urbain en termes de filiations s’inscrit dans un programme historiographique sur le rôle et les responsabilités des professionnels dans la fabrique de la ville. Comme je l’ai souligné dans la première partie, l’histoire urbaine en Italie s’écrit principalement au sein des facultés d’architecture. Les études urbaines ont ainsi longtemps privilégié, dans leurs sources, les projets et les dispositifs réglementaires, dans leur récit, l’histoire de la fabrique matérielle de la ville et de ses professions. L’histoire des villes est l’occasion pour les architectes et les urbanistes d’aujourd’hui d’examiner l’espace d’action de leurs prédécesseurs : les outils et les compétences techniques dont ils se sont dotés, les étapes d’une reconnaissance disciplinaire et institutionnelle de leur profession, leur capacité politique enfin, c’est-à-dire les modalités de leur participation aux politiques urbaines. Une unité de perspective continue de traverser l’historiographie des politiques urbaines de l’Italie fasciste. La ville est décrite et analysée en termes de production : les outils d’une gestion de la population urbaine, les représentations et les idéologies qui la soutiennent, les instruments législatifs et financiers des politiques urbaines et le cadre territorial de leur mise en œuvre, enfin les protagonistes des changements urbains. Dans le choix des sources, les plans et les projets occupent une place privilégiée. la capacité du régime à encadrer la société répondrait la capacité de l’urbanisme à discipliner le territoire.

… aux opérations des usagers

15Cette enquête est née du désir d’inverser le regard et d’observer les « opérations des usagers » dans la ville, pour reprendre l’expression de Michel de Certeau (1990, XXXV). Ce changement de perspective est exigeant, en ce qu’il requiert des sources documentaires susceptibles de donner corps à cette approche. Il s’agit d’appréhender l’ordinaire de la planification, les modalités concrètes du changement urbain, par le suivi d’opérations localisées. Ce renversement de perspective conduit à mettre en œuvre un nouveau parcours interprétatif du projet urbain. Il ne s’agit pas, en effet, de recourir obligatoire­ment à un schéma opposant à la stratégie des institutions et des professionnels de la ville les tactiques des usagers, ni d’interpréter systématiquement en termes d’écarts ou de résistances la capacité des gens à négocier avec un projet urbain et politique. L’ambition de ce travail n’a pas été à proprement parler d’étudier un projet urbain et sa réception, une politique de travaux publics et sa négociation, formulations qui risquaient de poser en termes extérieurs l’un à l’autre les deux versants d’une même réalité. Il ne s’est pas agi seulement d’abandonner une perspective institutionnelle sur la fabrique de la ville, mais bien de restituer au projet urbain son unité, dans sa qualité de processus en train de se faire. Ce parti pris, ce passage de l’objet au processus, s’est donc accompagné d’un changement de point de vue et conduit à se placer dans le présent du déroulement d’expériences concrètes. L’enquête s’est portée sur les disputes et les litiges, les conventions et les arrangements, autant d’interactions entre les acteurs au cours desquelles le projet urbain est construit, négocié et mis en œuvre (A. Ingold, 2003a, 2e partie).

  • 17 S. Lombardini, O. Raggio et A. Torre, 1986. Le déploiement de conflits est pris comme point d’obse (...)
  • 18 A. Strauss, 1978 ; 1992. Sur l’étude longitudinale des conflits : Law and Society Review, 1990.
  • 19 Sur l’émergence des conflits et les processus de transformation griefs en réclamation, je renvoie (...)

16La seconde exigence a été celle de cerner l’existence et les modalités possibles de ces négociations dans la ville fasciste. Quels acteurs sont amenés à participer à la décision urbaine ? Lesquels en sont exclus ? Le caractère autoritaire des décisions au sein des nouvelles structures territoriales fascistes constitue moins une réponse qu’une question. Sans atténuer l’efficacité des impulsions politiques, il reste à comprendre comment elles se réalisent, par quels dispositifs administratifs, législatifs et réglementaires une injonction politique se transmet. L’absence de concertation dans les choix d’urbanisme demande aussi un examen critique et invite à porter l’attention sur les formes de discours utilisées pour appuyer une politique urbaine. Comment le pouvoir légitime-t-il ses prises de décision ? Dans quel espace « public », plus ou moins contraignant, justifie-t-il son action ? Ces questions m’ont conduite à reconsidérer celle du pouvoir dans l’Italie fasciste à partir d’une analyse relationnelle : l’étude des conflits, de leur développement et de leur résolution, constitue alors un point de vue privilégié pour étudier les modalités de mise en œuvre des politiques urbaines17. Cette optique évite de réifier les groupes d’acteurs qui participent au changement urbain. Suivre le déploiement concret de conflits est l’occasion en effet d’observer comment se nouent des alliances, comment des fronts d’opposition se font ou se défont. Il s’agit de cerner ces acteurs, moins à partir de catégories préétablies et selon des lignes de partage fixées par avance (centre et périphérie, fonctionnaires et notables, propriétaires et locataires), qu’en les suivant au cours d’interactions. Les controverses, les litiges et les compromis sont autant de configurations o se jouent les relations, en équilibre instable, entre pouvoir local et pouvoir central, entre pouvoir local et propriétaires particuliers. Les travaux de la sociologie sur la négociation et ceux de l’anthropologie juridique sur l’étude longitudinale des conflits18, ont constitué des outils utiles pour l’observation de ces litiges. Je me suis notamment intéressée à l’amont des contentieux et aux modalités de leur émergence19, avant que la procédure d’utilité publique n’impose ses rythmes et ses règles du jeu. L’attention portée aux rythmes décalés de déploiement des litiges invite à saisir des chronologies individuelles et collectives de négociation. Le récit qu’en font les acteurs, comme la mise en ordre des archives adoptée par la Commune, sont autant d’éléments qui permettent d’en saisir la complexité.

  • 20 Pour une analyse des rapports propriétaires-locataires et du r le de l’État, qui invite à reconsid (...)

17Les sources, enfin, m’ont retenue par leur silence. Ne pas trouver de traces documentaires émanant des artisans, des lavandières, des conducteurs de barques, s’est révélé un indice pour dessiner les contours d’une pratique de l’urbanisme dans l’Italie des années 1930. Ce silence des archives m’a permis de cerner des processus d’exclusion de certains acteurs, notamment des locataires20, et m’a conduit à identifier les formes administratives et juridiques participant au rétrécissement du groupe des acteurs appelés à débattre du projet urbain. Le propriétaire particulier est apparu comme le personnage principal d’une histoire des politiques territoriales menées par les autorités publiques et d’une histoire des formes réglementaires de l’utilité publique. Parallèlement, pourtant la Commune étend ses prérogatives dans l’administration du territoire urbain, l’exclusion des propriétaires dans la gestion des eaux en constitue un des éléments – et dans la conduite du projet urbain. La place que la Commune laisse au propriétaire est une place en creux, le propriétaire particulier apparaît bien souvent comme le spéculateur passif des opérations d’urbanisme.

Les dires de l’intérêt public

18L’enterrement de l’eau, pour reprendre le terme d’André Guillerme (1983), appartient au xixe siècle. La disparition des réseaux hydrauliques des villes, leur recouvrement ou leur comblement dans de nombreuses villes européennes, relève d’une révolution intellectuelle autant que technique. Elle se fonde sur une incrimination de l’eau : stagnante et lente, elle perd son utilité fonctionnelle ; génératrice de méphitisme, elle devient foyer d’infection des maladies. Au xixe siècle, l’eau se charge des maux dont le xviiie siècle avait accablé l’air vicié des villes. Milan ne faisait pas exception dans un horizon européen où, des capitales et métropoles régionales jusqu’aux petits bourgs, on envisageait sous une forme ou une autre le comblement de canaux, l’enterrement de bras de rivière, la canalisation des eaux urbaines. Dans cette perspective, les travaux auraient été débattus au xixe siècle, délibérés au sein des conseils municipaux de l’Italie libérale et réalisés par la nouvelle administration fasciste. Cependant l’étude des rationalités urbaines contenues dans le projet invite autant à repérer la répétition des motifs, qu’à observer comment les acteurs mobilisent ce jeu de représentations urbaines, comment ils cherchent à les constituer en argumentations collectives, dans un jeu concurrentiel pour « dire l’intérêt public ». En ce sens, le projet urbain est moins à interpréter en termes d’héritage et de filiations, qu’en termes de processus et d’appropriations (M. Roncayolo, 1996). Je propose d’observer ce renversement de perspective à partir de deux catégories de savoirs généralement indexés à des catégories professionnelles différentes, et en concurrence, dans la conduite du projet urbain : l’hygiène publique, vocabulaire de l’ingénieur, et le patrimoine urbain, vocabulaire de l’architecte.

L’hygiène publique ou la construction d’un problème urbain

19La présence du canal urbain cerclant la ville historique d’eau avait suscité à partir de 1860 toute une série de projets : propositions de couverture, de comblement ou de déplacement hors de la ville s’étaient succédé, o s’illustrait tout ce que Milan comptait alors comme ingénieur. À la date du projet fasciste, le réseau du tout-à-l’égout, qui a commencé d’être systématiquement mis en place à Milan à partir de 1911, couvre une grande partie du territoire communal ; de grands établissements urbains polluants, tels les abattoirs, ont été définitivement déplacés loin des rives du canal. Autant de facteurs pouvant parler en la faveur d’une atténuation des problèmes d’insalubrité. Parallèlement, le devenir de cet anneau central dessiné par les canaux est éclipsé par une analyse de la ville dans un cadre élargi à l’échelle régionale et par une pratique de l’urbanisme avant tout préoccupée de gérer les espaces périphériques, leur intégration à réaliser, leur équipement à parfaire.

20La raison de l’hygiène publique est pourtant la première invoquée par la Commune fasciste pour procéder au recouvrement du canal en 1928. On peut se demander dans quelle mesure le motif n’est pas vieilli, anachronique presque : l’hygiène est en effet en concurrence avec d’autres motifs, comme celui du patrimoine, capables d’inscrire la présence de l’eau en ville dans des systèmes d’interprétation alternatifs, dans des hiérarchies de valeurs différentes, dans d’autres lectures du passé et de l’avenir urbains. Au premier motif de l’hygiène publique, la Podesteria fasciste adjoint de nouveaux impératifs : la couverture du canal doit permettre de créer un anneau circulaire autour du centre-ville, destiné à la circulation automobile, sur le modèle du Ring viennois. Toute une littérature fait ainsi du canal circulaire une ceinture qui étrangle la circulation urbaine et entrave l’expansion de la ville. L’urbaniste Cesare Albertini identifie ainsi une série de trois ceintures successives, la ceinture d’eau du Naviglio, la ceinture de pierres des Bastions espagnols et enfin la ceinture de fer des voies ferrées. Enfin, les travaux doivent faire disparaître cette coupure artificielle entre vieille ville et faubourgs, en termes de circulation et peut-être avant tout de « décor », manière pudique aussi d’évoquer la disparition souhaitée des dernières maisons populaires et autres bâtiments sur les rives industrielles du canal au sud de la ville. La Commune attend des travaux la revalorisation résidentielle et la requalification tertiaire de ces franges du centre historique.

  • 21 L’histoire des professions a suscité depuis le milieu des années 1980 une riche production histori (...)
  • 22 I. Balestreri, 1992. Cette polémique est réapparue en 1884, lorsque le Piano Beruto est discuté. L (...)
  • 23 E. Hobsbawm, 1983. Je renvoie à la belle traduction réalisée dans Enquête, 1995, n 2, 171-189.

21La Podesteria de Milan se revendique comme l’héritière des projets réformateurs du xixe siècle. S’appuyant sur des travaux historiques qu’elle a commandités, elle trace ainsi un fil continu entre les premiers projets de recouvrement des canaux à partir de 1857 et celui qu’elle met en œuvre en 1928. Cette reconstruction linéaire lui permet d’aplanir une histoire, pourtant pleine d’interruptions, et o l’administration publique avait plus souvent été un frein à des projets nés hors de son initiative. Les relations entre les ingénieurs et les administrations publiques locales ont longtemps été un des points délicats de l’histoire de cette profession21. Durant la seconde moitié du xixe siècle, la place des ingénieurs municipaux n’est pas fermement stabilisée. Leurs collègues, ingénieurs liberi professionisti, occupent en effet une place non négligeable, non seulement dans le débat urbain, mais aussi dans les processus de décision. Au sein du conseil municipal de la capitale lombarde, un vif débat oppose deux modèles concurrents, qui définissent le rôle et les prérogatives respectives des ingénieurs municipaux et civils. Le premier vise à la stabilisation d’un Ufficio degli ingegneri composé d’employés et détenant seul les décisions d’urbanisme. Le second tolère et encourage l’appel à des ingénieurs extérieurs par le biais de consultations et de commissions spécialisées nommées ad hoc22. Les propositions spontanées des ingénieurs pour le recouvrement du canal, qui jalonnent le xixe siècle, s’apparentent à la seconde de ces traditions. Dans cette partition des rôles, qui domine encore jusque dans les années 1880, aux ingénieurs municipaux échoit l’administration ordinaire, tandis que les opérations de plus grande envergure sont confiées à des professionnels extérieurs. En se plaçant comme l’héritier naturel des ingénieurs qui l’ont précédé, le Bureau technique municipal résout donc en sa faveur l’histoire de ces tensions nouées entre initiatives privées et contrôle communal dans la participation des ingénieurs aux choix d’urbanisme. En empruntant le terme « d’invention de la tradition » à Eric Hobsbawm23, j’ai montré les aspects construits d’une tradition réformatrice et cerné les enjeux qu’elle engage : enjeux de compétences pour le Bureau technique municipal, qui cherche à affirmer son leadership vis-à-vis des ingénieurs liberi professionisti, mais aussi vis-à-vis de ceux du Génie civil (Ufficio del Genio civile), sur lesquels je ne peux m’arrêter ici.

  • 24 Depuis 1861, l’émission d’eaux noires (matières fécales) est interdite dans le canal, seules les é (...)

22Parmi tous les acteurs intervenus dans la phase précédant les travaux, semble régner un certain consensus autour des questions d’hygiène publique. La seule exception a été celle d’un groupe des propriétaires pétitionnaires, réunis autour de Francesco Bay. C’est une exception de taille puisque leur défense des canaux est fondée sur les questions d’hygiène. L’ingénieur Bay y passe minutieusement en examen les causes de pollution des eaux et leurs origines possibles : la confluence d’eaux polluées, les émissions de rejets industriels et enfin les déchets abusifs d’eaux sales à partir des immeubles bordiers. L’aspect le plus intéressant de cette analyse réside à mon sens dans le changement de registre qu’opère ce groupe de cittadini. La question de l’hygiène publique y est en effet déplacée de la sphère technique, dans laquelle elle est habituellement cantonnée, à celle du respect des règles. Le mémoire envisage ainsi les possibles infractions au « bon usage du canal24 ». Les émissions d’eaux industrielles tombent, elles, sous le coup « des lois en vigueur [...] et de la discipline pour les déjections industrielles ». En parlant en termes de « rejets clandestins », « d’abus », l’ingénieur Bay pose la question du respect des règles. Ce mémoire met en cause le rôle de la Congrégation des usagers du canal qui gérait jusqu’en 1884 l’entretien et le curage annuel, et répartissait un impôt entre les propriétaires bordiers selon leurs usages respectifs du canal. Aux yeux des pétitionnaires, la Congrégation aurait été « un obstacle à l’abolition complète des émissions d’eaux sales ». Sa tolérance, voire sa complaisance, aurait été à l’origine de la dégradation du canal. Le mémoire propose enfin une « surveillance intelligente » des agents municipaux, qui ont pris le relais de la Congrégation après sa municipalisation en 1884, des « visites-surprise » et des « sanctions exemplaires » pour dissuader tout nouvel abus. Se voient mis en cause les propriétaires, supposés rejeter abusivement eaux sales ou déchets. Est aussi dénoncée la négligence de la Commune, qui ne remplirait pas son r le de surveillance et n’assurerait pas la police de cet espace. L’état du canal n’apparaît plus comme une question strictement technique, il est devenu un problème de gestion du territoire. Dans cette perspective, l’état du canal n’est donc plus l’aboutissement d’une longue évolution inexorable, d’un canal transformé en égout. Il est d’abord le résultat d’un contrat entre les différents acteurs urbains, de son respect ou de sa violation par les différentes parties engagées.

  • 25 Sur la construction d’une situation d’urgence et les séquences temporelles qu’elle suppose, je ren (...)

23La critique de ce groupe de propriétaires porte en outre sur la pertinence temporelle du diagnostic réalisé par les ingénieurs communaux. Il dénonce l’anachronisme des sentences condamnant le canal un demi-siècle plus tôt. Il demande des preuves statistiques, là où les ingénieurs de la Commune se contentent de l’évidence des faits. Il pointe les écarts qui séparent la situation du canal en 1880 et en 1930 et souligne les améliorations apportées au système des canaux : amélioration technique avec le pavage du lit du canal permettant un curage plus rapide (1885-1892), mais aussi amélioration institutionnelle, à ses yeux, avec la disparition de la Congrégation des usagers (1884) qui aurait encouragé, ou du moins toléré l’utilisation du canal comme égout. En parlant des fétichismes de l’hygiène, l’ingénieur Bay dénonce la fausse continuité d’un problème urbain, il met en cause la notion d’urgence si souvent invoquée par les ingénieurs communaux. Il remet dans un contexte historique la mémoire des épidémies urbaines, mobilisée par les ingénieurs municipaux pour légitimer leur action. Il met ainsi en cause la séquence temporelle sur laquelle les ingénieurs fondent la pertinence de leur réponse technique25. Tout le mémoire est charpenté comme une critique de ce qui apparaît alors comme un faux signal d’alerte.

24Les discours sur l’hygiène publique ne répondent pas à des critères simples, selon leur attribution à tel groupe social ou à telle culture professionnelle. Il faut se garder de vouloir faire coïncider langage de l’hygiène et langage identitaire. Il n’y a pas d’un côté la version des propriétaires, de l’autre celle des ingénieurs municipaux, de l’autre encore celle des ingénieurs du Génie civil. Ce sont aussi des visions partagées, communes à différentes catégories d’acteurs. Seule l’attention portée aux situations dans lesquelles les discours sont mobilisés et constitués permet de rester attentif à la mobilité des prises de positions, des ententes ou des litiges noués autour des questions d’hygiène.

Le patrimoine

  • 26 P. Lascoumes et J.-P. Le Bourhis, 1998. J’en retiens surtout les propositions des auteurs pour met (...)
  • 27 Sur les échelles de définition d’un conflit et de mobilisation, je renvoie notamment à J. Lolive, (...)

25Dire l’intérêt public apparaît comme un des enjeux traversant l’ensemble des conflits. La Commune fasciste se réserve le droit de dire l’intérêt public, face aux propriétaires qui en auraient une vue parcellaire et qui seraient gouvernés par leur intérêt particulier26. Sa voix se heurte cependant à des discours concurrents, reposant sur d’autres savoirs techniques et professionnels. Dans ce jeu mouvant pour intéresser le plus grand nombre à la cause de la couverture, ou pour étendre le front social de ceux qui s’y opposent, quelle place ont occupée les propriétaires ? En empruntant à la terminologie mise en œuvre dans l’étude des contestations contemporaines des grands projets d’infrastructure, j’ai cherché à voir si les litiges suscités par ces travaux pouvaient se rattacher à des mobilisations de riverains27 : comment la défense d’intérêts locaux s’est-elle articulée avec une formulation en termes d’intérêts plus larges ? Comment les catégories de patrimoine urbain et de paysage ont-elles été constituées en langage commun entre des acteurs pour dire l’intérêt public au-delà de leur intérêt particulier ?

  • 28 G. Giovannoni, 1931. Il met en pratique ce schéma en 1936 pour le Plan régulateur de Bergame, qui (...)

26Dans les années 1930, les travaux publics relancent le lancinant débat sur la ville historique. L’opposition dressant ville nouvelle contre ville ancienne n’est pas un thème nouveau, mais il prend sous le régime fasciste un ton polémique vif. La question, posée sous la forme de la place à accorder à la ville ancienne dans la perspective de son adaptation à la « vie moderne » donne lieu à des discussions passionnées non moins qu’à de sévères condamnations. La défense d’un patrimoine historique ou pittoresque, souvent assimilée à celle d’une « couleur locale », est condamnée comme le symptôme d’un passéisme rétrograde. Les solutions proposées, pour une articulation possible entre ville ancienne et ville nouvelle, divisent les architectes. Gustavo Giovannoni défend et met en pratique un schéma de ville double : la ville historique y est maintenue, dans sa dimension patrimoniale et artistique, comme le lieu aussi de résidence bourgeoise et aristocrate, tandis que les nouvelles fonctions urbaines, l’administration publique, le cœur des affaires et de la vie moderne trouvent place sur les espaces vierges de la périphérie28. Cette solution rencontre, dans son opposition aux destructions du centre ancien et aux sociétés immobilières qui en sont les acteurs, la faveur des propriétaires particuliers. Au même moment, Marcello Piacentini participe à la rédaction du plan de Brescia et signe celui de Rome, où, avec Muñoz, il prévoit de vider le centre, démolissant un tissu urbain dense pour ne conserver que les fragments de la gloire romaine, témoins du passé incomparable de la cité éternelle. Ces prises de position, parmi d’autres, les expressions théoriques auxquelles elles donnent lieu sous la forme d’ouvrages ou d’articles, alimentent un débat sur le patrimoine dont cette affaire milanaise se fait l’écho.

  • 29 Archivio della Sovrintendenza alle Belle Arti di Milano (dorénavant ASBAM), fasc. AV 124.

27Durant l’hiver 1928-1929, au moment où la Podesteria multiplie des démarches auprès du ministère des Travaux publics pour obtenir de commencer les travaux, des oppositions au projet communal se font jour. Dans ce délai bref un certain combat est mené, encore commémoré comme la « Battaglia dei Navigli » : porté essentiellement par un petit nombre d’architectes, relayé au sein de la Sovrintendenza alle Belle Arti, appuyé aussi par quelques propriétaires, il tente d’empêcher la réalisation du projet. L’opposition exprimée par les architectes est sans doute la mieux connue et la seule à avoir retenu l’attention des historiens et je ne soulignerai ici que quelques aspects de cette mobilisation. En mars 1929, le Podestà réunit une séance spéciale de la Commissione edilizia, pour en faire approuver le projet. La Podesteria fait donc appel à cette structure traditionnelle de consultation, technique et esthétique, sans lui laisser pourtant d’autre choix que d’avaliser sa décision. On voit s’y dessiner une ligne de fracture nette séparant les ingénieurs et les architectes, les premiers se prononçant en faveur du recouvrement, les seconds en faveur d’une couverture partielle permettant de préserver le canal dans ses tronçons les plus prestigieux29. Les travaux commencent dès le mois de mars 1929 et débutent par les tronçons, que la Surintendance avait justement identifiés comme les premiers à sauvegarder !

  • 30 Lettre Sovrintendenza au ministère de l’Instruction publique, 24 janvier 1929 (ASBAM, fasc. AV 124 (...)

28Parmi les motifs développés par ceux qui s’opposent au recouvrement du canal revient, récurrent, le thème de l’identité milanaise. Dès le premier éloge de la ville, en 1347, le canal a été érigé en symbole de la cité lombarde. L’image s’est remarquablement diffusée lors de l’Unité italienne, au moment où la construction d’identités locales se combinait avec l’invention d’une tradition nationale (I. Porciani, 1997 ; S. Canazza, 1997). En 1929, la Surintendance évoque avec insistance la pauvreté architecturale de la ville : dans un site plat et sans qualité, le canal peut être considéré « comme un quasi-symbole de la ville30 ». À la manière des tours pour d’autres villes, les canaux sont décrits comme les éléments structurants d’un profil urbain. S’ils ne forment pas un horizon visible dans une ville résolument plate, ils donnent du moins à l’organisme urbain, qui s’est développé sans contrainte dans un site de plaine, sa forme circulaire caractéristique. Les raisons que la Surintendance invoque auprès du ministère de l’Instruction publique se placent résolument dans le registre de l’histoire. Avant d’être le témoin d’une longue tradition de technique hydraulique (avec les « fameuses écluses d’Alberti, attribuées par la tradition populaire à Léonard [de Vinci] »), avant d’être le lieu d’un paysage milanais pittoresque, le canal est d’abord le « témoignage assuré » de l’ancienne enceinte communale et le garant de la forme urbaine de Milan. Au moment où les discours sur le paysage et le pittoresque urbains prêtent le flanc aux critiques virulentes de passéisme par les nouveaux architectes du régime, il s’agit aussi pour les opposants au projet de chercher à assimiler le plus possible le canal à un monument en l’associant à l’enceinte disparue.

  • 31 Pour une analyse des stratégies patrimoniales dans une géographie urbaine des élites milanaises, r (...)

29Par-delà la diversité de leurs discours et de leurs attitudes, les opposants au projet se retrouvent autour d’une proposition commune : celle de défendre, sur l’ensemble du parcours du canal la conservation d’un tronçon. Ils réalisent, selon des modalités et avec des outils différents, des opérations de typologie. Dans le choix de ses critères, la Surintendance met en place une gradation d’un intérêt strictement historique à un intérêt pour l’histoire des techniques, jusqu’à un intérêt artistique. La Surintendance privilégie ainsi l’expression d’ambienti, dans les années o les architectes discutent cette notion que Gustavo Giovanonni est le premier à utiliser pour désigner la valeur patrimoniale d’un tissu urbain, en dehors même des monuments qu’il recèle (F. Choay, 1992, 151). La prégnance du modèle monumental reste cependant forte et domine sans conteste les années fascistes. Cette construction instable de la catégorie de patrimoine urbain tient aussi à la nature hétérogène du tissu urbain sur les rives du canal, qui juxtapose des quartiers populaires et industriels au sud, et des palais patriciens au nord. Le tronçon retenu comme digne d’être sauvegardé correspond à la zone patricienne. La noblesse du lieu rejoint la noblesse de la résidence, puisqu’il s’agit du tronçon o la plupart des grandes familles milanaises, mais aussi de l’élite montante, possèdent palais ou immeuble31. Cette typologie reprend une division traditionnelle du canal, véhiculée notamment dans les descriptions urbaines du début du siècle.

  • 32 Archivio Storico Civico di Milano, Acque II, « Naviglio interno », cart. 22.
  • 33 Sur les modalités de construction d’argumentations collectives, je renvoie à A. Ingold, 2003a.

30Ainsi, la question du patrimoine n’engage pas seulement des cultures ou des pratiques de la ville qui seraient différentes. Une certaine cohérence réunit plut t ingénieurs et architectes pour accorder aux traces du passé le statut d’indice. La Podesteria a ainsi choisi de conserver un fragment du dispositif de canaux, l’écluse attribuée à Léonard de Vinci, en le chargeant de représenter par métonymie l’ouvrage hydraulique entier. Tandis que les architectes ont défendu la conservation de tronçons, qui devaient à leurs yeux illustrer le mieux l’identité milanaise et la spécificité de son paysage urbain. S’il existe un certain consensus, il se porte sur le fait de considérer le canal comme un problème essentiellement patrimonial. Or le discours sur les canaux ne s’est pas toujours cantonné au registre architectural ; je pense particulièrement au registre de l’économie. L’étude des projets successifs depuis la seconde moitié du xixe siècle montre qu’il a toujours existé plusieurs hypothèses dans le choix des tronçons à couvrir ou à conserver. On y suit l’évolution des sensibilités et peut-être l’invention de la question du patrimoine pour un canal longtemps considéré pour sa fonctionnalité et son utilité industrielles, au moment où était envisagé que soit maintenu le canal dans le quartier populaire du sud de la ville, afin de lui conserver sa vocation portuaire et industrieuse32. La défense du patrimoine chez les architectes et au sein de la Surintendance n’a pas seulement exprimé une certaine culture de la ville ou une sensibilité, pionnière, à la qualité paysagère. Elle a aussi constitué une catégorie pour dire l’intérêt public et soutenir leur légitimité à prendre part à la construction de la ville33.

31Le devenir des jardins permet d’observer la labilité de ces processus. Le recouvrement du canal place les jardins à quelque 70 cm au-dessus des nouveaux trottoirs, à peine séparés de la circulation automobile. Formant jusque-là un espace protégé, à l’arrière des bâtiments, sur sa face privée en quelque sorte, ils deviennent jardins de façade pour une maison qui peut dorénavant ouvrir ses portes du côté du boulevard. Cette reconfiguration spatiale entraîne une recomposition des alliances sur le thème du patrimoine et de sa protection. On assiste à un glissement d’objet : le canal une fois disparu, les conflits se portent sur le devenir des jardins. Cette affaire est l’occasion d’observer la mobilité et le caractère fragile des ententes entre la Commune, la Surintendance des Beaux-Arts et les propriétaires particuliers. Au printemps 1929, la première campagne de travaux a fait disparaître les tronçons nobles du canal, ceux-là justement pour lesquels la Surintendance des Beaux-Arts et des propriétaires pétitionnaires s’étaient mobilisés. En compensation, la Commune donne l’assurance au ministère de l’Instruction publique de proposer une solution de protection en faveur des jardins, que la contiguïté avec le nouveau boulevard et la spéculation édilitaire menacent : le Bureau technique municipal étudie une solution de plan régulateur local, prévoyant la création d’une bande de jardins le long de la nouvelle artère et établissant une servitude de jardin. Le projet emprunte sans doute aux mesures de dédensification de l’espace urbain, qui s’étaient affirmées dans les premières années du siècle, souvent confirmées par des incitations au retrait. Le plan suscite l’opposition de 9 propriétaires particuliers parmi les 22 concernés. Pour éviter les éventuelles contestations et des demandes d’indemnisation, la Podesteria renonce à ce premier projet et prend contact avec la Surintendance pour faire classer les jardins existants. En mars 1930, le plan d’urbanisme est définitivement abandonné au profit de dispositions en matière de conservation patrimoniale, et la Podesteria demande à la Surintendance d’utiliser la loi sur les paysages. La solution patrimoniale est donc l’aboutissement d’un processus résultant d’une recomposition d’alliances et offre pour la Podesteria une sorte de solution de rechange, alternative plus souple et moins contraignante que la réglementation urbanistique.

  • 34 « Comment doivent être sauvés les jardins donnant sur le Naviglio de Milan, la couverture achevée  (...)

32Cet épisode illustre la labilité des connivences sociales derrière des choix de politique patrimoniale. Par une sorte de glissement, les préoccupations de conservation de la Surintendance se déplacent des canaux, lorsque la bataille en est résolument perdue, aux jardins décrits comme les derniers vestiges à sauver. Dans son rapport, la Surintendance opère ainsi une nouvelle typologie, non plus des tronçons du canal mais des jardins bordiers. Le critère retenu est celui du lien de dépendance entre le bâtiment et son jardin (« complément organique du palais34 »), l’expression de « jardin-palais » est forgée. Ce choix, valorisant la valeur historique et architecturale du jardin, reprend un topos classique qui fait du jardin « la dote des maisons nobles ». L’association du jardin au palais met aussi en lumière la limite des moyens juridiques à la disposition de la Surintendance. La loi Cedaro de 1912, réglementant les parcs et les jardins, ne lui permet pas en effet d’intervenir au nom de la qualité paysagère du lieu. Seul l’intérêt historique ou artistique des jardins, en association avec un bâtiment, est reconnu.

  • 35 « Giardini da salvare, lungo il Naviglio coperto », Corriere della sera, 30 juin 1930.

33La question des jardins montre, elle aussi, comment la gestion du patrimoine ne constitue pas un monde à part, où l’objet justifierait en lui-même et par ses qualités intrinsèques sa conservation. La valeur même de l’objet à conserver s’intègre dans une hiérarchie, en fonction d’un horizon d’attentes mobile. L’embarras et les hésitations des propriétaires sur ce sujet en sont les indices les plus flagrants. S’opposant pour certains à la couverture, ils n’en défendent pas moins leur droit à disposer de leur terrain et s’opposent à cette zone de jardins proposée par la Podesteria. La couverture une fois adoptée, les positions s’uniformisent, c’est-à-dire qu’elles se stabilisent à mesure que l’incertitude se réduit : les travaux réalisés consacrent un certain choix de développement urbain et immobilier, duquel les propriétaires cherchent à se rapprocher. C’est ainsi qu’on voit d’ardents défenseurs de la préservation du canal, qui s’étaient exprimés en 1928 pour protéger le tronçon des jardins en raison même de la beauté et du pittoresque du paysage, s’opposer en 1930 à une mesure de protection qui imposerait une servitude sur leur terrain. En juin 1930, un incident constitue l’acmé des tensions entre les propriétaires et l’administration communale, ayant trouvé alliance auprès de la Surintendance des Beaux-Arts. Un article du 30 juin 1930 évoque ainsi une nuit de trouble durant laquelle un propriétaire fait abattre tous les arbres de son jardin, afin d’éviter de voir son terrain soumis à une mesure de protection patrimoniale, et conserver « la libre disposition de son terrain35 ». L’affaire des jardins voit donc l’entente entre les propriétaires et la Surintendance des Beaux-Arts, nouée en 1928 autour de la protection du canal, se défaire au moment o le débat a glissé du canal aux jardins et o le projet fait peser la menace d’une servitude patrimoniale sur les biens des propriétaires.

  • 36 Un important corpus de sources est constitué par autant de dossiers individuels que de propriétair (...)

34La ligne de partage entre promoteurs et opposants du projet urbain sur laquelle le récit historiographique des transformations urbaines du régime s’est construit, prend ainsi une nouvelle épaisseur lorsqu’elle est observée à une autre échelle : elle devient une ligne brisée, composée de multiples fronts qui se font et se défont. Cette ligne de partage a pu coïncider avec la définition de compétences professionnelles. Elle correspond aussi à un certain diagnostic porté sur l’objet urbain du canal. Elle est peut-être avant tout un espace mobile, où le rôle de chacun se joue en situation. Le projet municipal relève d’un pari, pari immobilier et fonctionnel pour dessiner une nouvelle géographie de la ville, pour écrire les devenirs possibles de la centralité milanaise. Dans un changement urbain qui s’apparente plus à l’alignement classique qu’à une opération sur le modèle haussmannien, ce sont les propriétaires qui apportent la mise, qui suivent l’enchère, préfèrent attendre ou passent la main. La nature des sources mobilisées a permis de documenter cette échelle, à la fois difractée et rapprochée d’observation : les litiges opposant les propriétaires à l’administration communale, les expertises contradictoires menées sur les rives du canal, ont fourni un matériau invitant au regard ethnographique36. Ils engagent des débats sur la répartition du coût et des bénéfices de l’opération, au moment où la déclaration d’utilité publique des travaux pose la question technique de la répartition de la plus-value entre intérêt public et intérêts privés.

35Je citerai, au terme de ce parcours, la conclusion de mon ouvrage, afin de reprendre la discussion sur le statut de l’espace dans l’analyse historienne.

36« L’espace n’y est pas seulement un donné, que les propriétaires se disputent, que les usagers s’approprient, pour lequel les administrations rivalisent. Il est d’abord un espace en devenir, sur lequel les acteurs parient, engagent des investissements, symboliques ou matériels. L’évolution du bâti, les changements d’usage des bâtiments, le rythme des processus de requalification des quartiers, sont en général interprétés en termes d’ajustement avec le projet urbain et d’adaptation à son rythme et à ses attendus sociaux. Les propriétaires opèrent des estimations comparées entre le bénéfice d’un ancien usage et le coût d’une adaptation à la nouvelle donne urbaine, comme de transformer, par exemple, une ancienne maison padronale en immeuble de bureaux. Ces opérations permettent d’observer comment les propriétaires explicitent l’évaluation qu’ils font, entre l’injonction publique contenue dans le projet urbain, et une rationalité individuelle. Il s’agit moins pourtant d’un ajustement à une donne urbaine – seule la postérité en confirmera le sens – qu’une mesure comparée des avenirs possibles dans lesquels le propriétaire est engagé. Le propriétaire n’examine pas seulement sa propre capacité à suivre le rythme général que dicterait le projet urbain, il évalue aussi la postérité probable des changements urbains, la justesse d’un pari immobilier. Le canal n’est donc pas seulement un espace matériel, contenu par ses berges, il est aussi signé par toute une série d’éléments temporels, les attendus du projet, les pratiques reçues et reprises, les histoires et les devenirs des acteurs.

37On sait que la ville avance à plusieurs vitesses. La question des temporalités, qui structure les programmes d’histoire urbaine, interroge les solidarités et les décalages entre formes matérielles, usages et représentations. Ce « jeu » possible, qui permet de désigner des processus (la déqualification ou la requalification d’un quartier aux franges du centre historique, le rapprochement ou l’éloignement d’une ville à son canal), suppose l’existence d’unités simples (la ville, le quartier, l’immeuble, le canal). Or, ces objets urbains, comme le montre l’enquête en plusieurs endroits, n’ont pas la réalité fixe, stable, que les formes matérielles pourraient laisser supposer [...]. La naturalité des objets urbains est aussi un construit social. Pour reprendre la métaphore langagière de Michel de Certeau, ce travail n’a pas visé à identifier dans le projet urbain, parallèlement à ce qui serait un « sens propre », dicté par les professionnels de la ville, des sens figurés, énoncés par les usagers dans leurs pratiques (M. de Certeau, 1990, 151-154). Il voudrait souligner que la ville n’est pas composée d’unités élémentaires, de « simples mots » (G. Bateson, 1995, 35-39), mais qu’elle est une langue continûment parlée, langue ininterrompue et inarticulée.

38Ainsi, les questions soulevées par la définition du canal comme espace public trouvent une réponse originale. Les parcours séparés des propriétaires particuliers, l’échec de mobilisations collectives, semblent parler en faveur d’une absence de perception du canal comme espace public et d’un échec d’une définition locale de l’identité propriétaire. Effectivement les propriétaires mobilisent peu l’idée d’un espace commun au sens matériel du mot, et la question de l’espace public ne se joue pas en termes d’appropriation, d’administration ou de contrôle territorial. Pourtant, dans leurs discours, l’espace urbain n’est pas un espace neutre, dépouillé, il exprime un lien social, il est le signe d’un contrat social. Les propriétaires identifient dans le canal un dispositif social, ou plut t des dispositifs sociaux à l’œuvre. L’espace urbain émerge d’une superposition, d’un entremêlement, de ces histoires au fil de l’eau, il exprime un contrat, qui lie les acteurs entre eux et manifeste une distribution des rôles en train de se négocier » (A. Ingold, 2003a, 381-382).

Bibliographie

Bibliographie

Balestreri Isabella, 1992, « I tecnici nelle strutture amministrative. Milano, 1860-1876 », in Cristina Bianchetti (dir.) Città immaginata e città costruita, Milan, Franco Angeli, 171-186.

Bateson Gregory, 1995, Vers une écologie de l’esprit, 2001, Paris, Seuil, (1re édition, San Francisco, 1972).

Bortolotti Lando, 1984, « Architetti, urbanisti e storia urbana : alcune riflessioni », Storia urbana, n 26, 115-132.

Calcagno Gian Carlo (dir.), 1996, Ingegneri e modernizzazione. Università e professione nell’Italia del Novecento, Bologne, Esculapio.

Canizza Stefano, 1997, Piccole patrie. Feste popolari tra regione e nazione durante il fascismo, Bologne, Il Mulino.

Certeau Michel de, 1990, L’invention du quotidien. Arts de faire, Paris, Gallimard (1re édition, Paris, 1980).

Chateauraynaud Francis, Torny Didier, 1999, Les sombres précurseurs. Une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, Éditions de l’EHESS.

Choay Françoise, 1992, L’allégorie du patrimoine, Paris, Seuil.

De Felice Renzo, 1974, Mussolini il Duce, gli anni del consenso, 1929-1936, Turin, Einaudi.

Di Crollalanza A., 1930, « Il cantiere sonante », Gerarchia, nov., 892.

Duby Georges (dir.), 1980-1985, Histoire de la France urbaine, Paris, Seuil (vol. 1 : La ville antique des origines au ixe siècle, 1980;vol.2 : La ville médiévale des Carolingiens à la Renaissance, 1980;vol.3 : La ville classique de la Renaissance aux Révolutions, 1981;vol.4 : La ville de l’âge industriel. Le cycle haussmannien (1840-1940), 1983;vol.5 : La ville aujourd’hui. Croissance urbaine et crise de la cité, 1985).

Ernesti Giulio (dir.), 1988, La costruzione dell’utopia, Rome, Edizioni Lavoro.

Felstiner William L. F., Abel Richard L. et Sarat Austin, 1980-1981, “The emergence and transformation of disputes: naming, blaming, claiming...”, Law and Society Review, n°15 (« L’émergence et la transformation des litiges : réaliser, reprocher, réclamer », Politix, 1991, n 16, 41-54).

Giovannini Carla, 1993, “Italy”, in Richard Rodger (dir.), European Urban History. Prospect and retrospect, Leicester/Londres, Leicester University Press, 19-35.

Giovannoni Gustavo, 1931, Vecchie città ed edilizia nuova, Turin, Utet.

Gribaudi Gabriella (dir.), 1997, « Conflitti, linguaggi e legittimazione », Quaderni Storici, n 94, 3-20.

Guillerme André, 1983, Les temps de l’eau : la cité, l’eau et les techniques. Nord de la France, fin iiie début xixe siècle, Seyssel, Champ Vallon.

Hobsbawm Eric, 1983, “Introduction”, in E. Hobsbawm et T. Ranger (dir.), The Invention of Tradition, Cambridge, Cambridge University Press, 1-14.

Ingold Alice, 1998, « Francia e Italia : panorama di storia urbana », Storia urbana, n 82-83, 151-176.

Ingold Alice, 2003a, Négocier la ville. Projet urbain, société et fascisme à Milan, Paris, Éditions de l’EHESS (BEFAR, 316).

Ingold Alice, 2003b, « Les territoires de l’Unité : la ville, entre historiographie française du Risorgimento et histoire urbaine », Rassegna storica del Risorgimento italiano (fasc. 2), 275-292.

Ingold Alice, 2003c, « Proprietari, inquilini e commissioni di conciliazione a Milano (1910-1922) », Quaderni storici, 113, 437-451.

Ingold Alice, 2005, « Savoirs urbains et construction nationale. La ville, au-delà de l’État-nation ? », Revue d’histoire des sciences humaines, 12, 55-77.

Lascoumes Pierre et Le Bourhis Jean-Pierre, 1998, « Le bien commun comme construit territorial. Identités d’action et procédures », in Brigitte Gaïti, avec Arthur Jobert et Jérôme Valluy (dir.), Politix, n°42 (« Définir l’intérêt général »), 37-66.

, 1990, “Special Issue: Longitudinal Studies of Trial Courts”, n 2, 211-643.

Lepetit Bernard, 1980, « Histoire urbaine et espace », L’espace géographique, vol. 1, 43-54.

Lepetit Bernard, 1984, « La storia urbana in Francia. Scenografia di uno spazio di ricerca », Società e storia, VII, 639-666.

Lepetit Bernard, 1988, Les villes dans la France moderne (1740-1840), Paris, Albin Michel.

Lepetit Bernard, 1994, Temps des formes, temps des usages, Le Courrier du CNRS, n 81, « La Ville », 73-74.

Lepetit Bernard, 1995, « La ville moderne en France. Essai d’histoire immédiate », in J.-L. Biget et J.-C. Hervé (dir.) Panoramas urbains. Situation de l’histoire des villes, Fontenay, ENS Éditions, 173-207.

Lepetit Bernard, 1996, « La ville : cadre, objet, sujet », Enquêtes, n 4, 11-34.

Lepetit Bernard et Pumain Denise (dir.), 1993, Temporalités urbaines, Paris, Anthropos.

Lolive Jacques, 1997, « La montée en généralité pour sortir du NIMBY. La mobilisation associative contre le TGV Méditerranée », Politix, n 39, 109-130.

Lombardini Sandro, Raggio Osvaldo et Torre Angelo (dir), 1986, Conflitti locali e idiomi politici, Quaderni Storici, n 63, 811-845.

Malatesta Maria (dir), 1995, Society and the Professions in Italy (1860-1914),

Cambridge, Cambridge University Press.

Mioni Alberto (dir.), 1980, L’urbanistica fascista, Milan, Franco Angeli.

Paquot Thierry, Lussault Michel et Body-Gendrot Sophie (dir.), 2000, La ville et l’urbain, l’état des savoirs, Paris, La Découverte.

Perrot Jean-Claude, 1973, « Rapports sociaux et villes au xviiie siècle », in Ordres et classes, colloque tenu à Saint-Cloud, Paris, Éditions de l’EHESS, 1973 (Annales ESC, 1968, n 2, 241-267).

Perrot Jean-Claude, 1974, Genèse d’une ville moderne, Caen au xviiie siècle, Paris/La Haye, Mouton.

Perrot Jean-Claude, 1981, « Le présent et la durée dans l’œuvre de Fernand Braudel (Note critique) », Annales ESC, n 1, 3-15.

Porciani Ilaria, 1997, « Identità locale -Identità nazionale : la costruzione di una doppia appartenza », in Centralismo e federalismo tra Otto e Novecento. Italia e Germania a confronto, Annali dell’Istituto storico italo-germanico in Trento, Quaderno, n 46, Bologne, Il Mulino, 141-182.

Roncayolo Marcel, 1976, « Conjonctures de l’histoire urbaine en France », in R. Martinelli et L. Nuti (dir.), La storiografia urbanistica, Atti del 1° Convegno internazionale di storia urbana. Lucca 24-28 settembre 1975, Lucques, CISCU.

Roncayolo Marcel, 1990, La ville et ses territoires, Paris, Gallimard.

Roncayolo Marcel, 1996, « Conceptions, structures matérielles, pratiques. Réflexions autour du “projet urbain” », Enquête, n 4, 59-68.

Roncayolo Marcel, 2002, « De la ville préindustrielle à la ville industrielle. Essai sur l’historiographie française », in Lectures de villes. Formes et temps, Marseille, Éditions Parenthèses (1re version de l’article avec Louis Bergeron parue dans Quaderni storici, vol. 27, 1974, 827-876).

Santoro Marco, 1997, « Professioni, stato, modernità. Storia e teoria sociale », Annali di Storia moderna e contemporanea, n 3, 383-421.

Strauss Anselm, 1978, Negotiations. Varieties, Contexts, Processes, and Social Order, San Francisco, Jossey-Bass publishers

Strauss Anselm, 1992, La trame de la négociation, textes réunis et présentés par Isabelle Baszanger, Paris, L’Harmattan.

Zucconi Guido, 1989, La città contesa. Dagli ingegneri sanitari agli urbanisti (1885-1942), Milan, Jaca Book.

Notes

1 Les archives du Parti national fasciste, celles du Segretaria Particolare del Duce, ont permis d’apporter des éclairages nouveaux sur la politisation de l’affaire. Avec cette enquête, nous avons aussi fait le pari de mener une étude des politiques urbaines de la période fasciste sans passer par le seul prisme des archives politiques stricto sensu et c’est principalement par le biais d’archives administratives qu’il a été possible de reconstituer le déroulement de l’affaire.

2 Pour une présentation plus développée de ce renouvellement des études urbaines, je renvoie à A. Ingold, 1998 et 2003b.

3 Ce constat est généralement considéré autant comme une faiblesse institutionnelle, notamment au regard des études urbaines anglo-saxonnes, que comme une richesse. Il justifie une sorte de compartimentation des approches, comme celles que suggère l’ouvrage sur l’état des savoirs sur la ville, destiné à un large public, et qui segmente ainsi la « ville des géographes, la ville des historiens, la ville des anthropologues, la ville des sociologues, la ville des démographes, la ville des économistes, la ville des juristes, la ville des philosophes, la ville des architectes et des urbanistes »… T. Paquot, M. Lussault et S. Body-Gendrot, 2000.

4 M. Roncayolo et L. Bergeron, 1974. C’est moi qui souligne.

5 Création en 1963 de la DATAR (Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale), et Rapport Hautreux-Rochefort sur l’armature urbaine qui initie la politique dite des « métropoles d’équilibre ».

6 Dans la revue Quaderni storici (1974) et à l’occasion du colloque de Lucques (1976).

7 L. Bortolotti (1984) note ce passage de l’histoire panégyrique à l’histoire municipale jusqu’à une scission entre l’histoire locale et l’étude de « la question urbaine » au cours du xixe siècle.

8 Storia della città, Milan, Electa en 1976 (la publication s’interrompt en 1990), et Storia urbana, Milan, Franco Angeli en 1977, qui continue d’être une revue de référence dans le domaine.

9 « Storia urbana e territoriale », créée chez l’éditeur Franco Angeli en 1979, et Le Città nella storia d’Italia, dirigée par Cesare De Seta chez Laterza.

10 Le motif s’était notamment déployé entre 1887 et 1902 dans le projet éditorial du quotidien Il Secolo, qui crée un supplément mensuel ayant pour titre « Le Cento Città d’Italia », dans lequel il consacre à chacune d’elles une monographie richement illustrée. Le projet se conçoit, non comme l’exposé dispersé de monographies urbaines sans lien entre elles, mais comme la présentation ordonnée de la nation entière, à laquelle chaque ville concourt. Sur cette écriture de l’histoire nationale par les villes, voir A. Ingold, 2005.

11 Introduction aux volumes de C. De Seta (hors pagination). C’est moi qui souligne.

12 Si le recrutement s’ouvre internationalement, la géographie des lieux d’accueil des congrès dessine unancrage européen : Strasbourg (1994), Venise (1998), Berlin (2000), Édimbourg (2002), Athènes (2004), Stockholm (2006), Lyon (2008).

13 Bernard Lepetit a été, jusqu’à sa disparition en 1996, une figure de passeur entre France et Italie, à la fois dans son travail d’enseignement et de direction de travaux à l’EHESS, et dans ses bilans historiographiques qui restent sources d’enseignement vivant (B. Lepetit, 1984 ; 1996).

14 Pour l’analyse d’un retour de la ville comme espace privilégié d’ancrage du politique et du lien social, je renvoie à A. Ingold 2005.

15 Mussolini prend le portefeuille du ministère des Travaux publics du 30 avril au 12 septembre 1929.

16 L’ouvrage collectif dirigé par Alberto Mioni en 1980 constitue l’entreprise éditoriale pionnière autour de propositions de travail visant à souligner les éléments de continuité entre la ville de l’Italie fasciste et celle de l’Italie libérale « dans les techniques, la législation, les attitudes idéologiques et culturelles, dans la pratique de la gestion du pouvoir et surtout [...] dans la survivance très active des mêmes protagonistes : architectes, ingénieurs, urbanistes, fonctionnaires et acteurs territoriaux de tout type » (A. Mioni, 1980, 11). En 1988, l’hypothèse de la continuité constitue explicitement le point de départ de l’ouvrage collectif dirigé par Giulio Ernesti (1988) et consacré à la formation d’une élite technicienne engagée dans les transformations urbaines.

17 S. Lombardini, O. Raggio et A. Torre, 1986. Le déploiement de conflits est pris comme point d’observation pour cerner les relations d’interdépendance entre les sociétés locales et les institutions de l’État. G. Gribaudi (1997), choisit de prendre un titre volontairement proche pour aborder plus spécifiquement la question des pratiques de légitimation du pouvoir.

18 A. Strauss, 1978 ; 1992. Sur l’étude longitudinale des conflits : Law and Society Review, 1990.

19 Sur l’émergence des conflits et les processus de transformation griefs en réclamation, je renvoie aux travaux de W. L. F. Felstiner, R. L. Abel et A. Sarat, 1980-1981.

20 Pour une analyse des rapports propriétaires-locataires et du r le de l’État, qui invite à reconsidérer la propriété comme institution sociale et politique, je renvoie à A. Ingold, 2003c.

21 L’histoire des professions a suscité depuis le milieu des années 1980 une riche production historiographique, parmi laquelle on renvoie au travail de M. Malatesta, 1995, et notamment à la contribution de M. Minesso “The engineering profession 1802-1923”, suivi en 1996 par le dixième volume des Annali della Storia d’Italia intitulé I Professionisti, Turin, Einaudi, 1996 ; GC. Calcagno, 1996. Pour un bilan historiographique : M. Santoro, 1997.

22 I. Balestreri, 1992. Cette polémique est réapparue en 1884, lorsque le Piano Beruto est discuté. Le Conseil communal abolit même la charge d’ingegnere capo en envisageant de le remplacer par un ingénieur extérieur, mais cette réforme est suspendue avant d’être appliquée.

23 E. Hobsbawm, 1983. Je renvoie à la belle traduction réalisée dans Enquête, 1995, n 2, 171-189.

24 Depuis 1861, l’émission d’eaux noires (matières fécales) est interdite dans le canal, seules les émissions d’eaux blanches (eaux pluviales) sont encore tolérées et donnent lieu au paiement d’un impôt.

25 Sur la construction d’une situation d’urgence et les séquences temporelles qu’elle suppose, je renvoie notamment à F. Chateauraynaud et D. Torny, 1999, 63, sq. « Une approche modale du temps ».

26 P. Lascoumes et J.-P. Le Bourhis, 1998. J’en retiens surtout les propositions des auteurs pour mettre en œuvre une analyse procédurale des définitions de l’intérêt public, et observer ainsi, au cours de situations locales, les activités par lesquelles les acteurs constituent et stabilisent l’intérêt public.

27 Sur les échelles de définition d’un conflit et de mobilisation, je renvoie notamment à J. Lolive, 1997.

28 G. Giovannoni, 1931. Il met en pratique ce schéma en 1936 pour le Plan régulateur de Bergame, qui se dédouble en ville basse et ville haute.

29 Archivio della Sovrintendenza alle Belle Arti di Milano (dorénavant ASBAM), fasc. AV 124.

30 Lettre Sovrintendenza au ministère de l’Instruction publique, 24 janvier 1929 (ASBAM, fasc. AV 124). « Le centre de Milan a déjà subi, dans les temps anciens, comme dans ceux plus récents, la destruction d’édifices et d’environnements (ambienti) qui ne rappelaient pas seulement des événements historiques, mais lui conféraient aussi singularité et variété. Elle se trouve au milieu d’une plaine, elle est naturellement plate et pauvrement dotée en paysage. Pour ces deux raisons elle avait donc besoin, plus que toute autre ville italienne, d’être protégée (tutelata) pour ne pas rester privée du peu de chose qui permettait d’en reconnaître l’organisme originel et le développement progressif » (Document interne, juin 1929, ASBAM, fasc. AV 124).

31 Pour une analyse des stratégies patrimoniales dans une géographie urbaine des élites milanaises, redessinée par le fascisme, je renvoie à A. Ingold, 2003a, chapitre 11.

32 Archivio Storico Civico di Milano, Acque II, « Naviglio interno », cart. 22.

33 Sur les modalités de construction d’argumentations collectives, je renvoie à A. Ingold, 2003a.

34 « Comment doivent être sauvés les jardins donnant sur le Naviglio de Milan, la couverture achevée » (ABSAM, fasc. AV. 124).

35 « Giardini da salvare, lungo il Naviglio coperto », Corriere della sera, 30 juin 1930.

36 Un important corpus de sources est constitué par autant de dossiers individuels que de propriétaires sur le canal. L’expertise judiciaire, mise en œuvre en 1931-1932, invite les propriétaires bordiers à participer aux procédures d’estimation au moyen de deux mémoires. Ce trait original, propre à la discipline italienne de l’expropriation, par contraste avec la pratique des jurys d’expropriation en France, permet de saisir la parole des propriétaires et de suivre le développement des conflits.

Auteur

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable