Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ville et l’urbain dans le Monde arabe et en Europe

 | 
Pierre Robert Baduel

Métamorphoses de la notabilité urbaine moderne et contemporaine en Tunisie

Abdelhamid Hénia

Texte intégral

1Je pars de l’hypothèse que le système élitaire change de finalité en interaction avec les mutations qui affectent l’exercice du pouvoir, sur la longue durée. La notabilité dont il est question ici est fortement marquée par l’ordre politique et ses scansions. Sa métamorphose, c’est-à-dire sa dynamique, dépend étroitement du processus de construction de l’État moderne.

2D’autre part, le problème principal que l’on rencontre dans un travail de dépistage des dynamiques élitaires est bien la polysémie des mots exprimant la prééminence sociale. Cette polysémie est due à un télescopage de plusieurs réalités sociales appartenant à des contextes différents. D’o la nécessité d’historiciser les catégories de prééminence sociale et d’essayer de trouver une explication à la polysémie constatée.

3Prenons quelques exemples de ces catégories élitaires. D’abord, celle de ‘ayn et ses équivalents (en français « notable » et en anglais « leader »). L’émergence de ces catégories élitaires est intimement liée à la construction étatique. En effet, le ‘ayn, le notable et le leader sont indistinctement des personnalités politiques qui président chacune aux destinées de sa propre collectivité locale. Elles se caractérisent par une aptitude à représenter les intérêts locaux auprès des instances englobantes, assurant ainsi l’articulation entre le local et le central. En raison de ce rôle de médiation, ces catégories élitaires ne peuvent être conçues que dans un système politique étatique, par définition, centralisateur (ou tendant à l’être).

4En revanche, sharîf (ou chérif, descendant du Prophète), ‘arbî (« Arabe » ou seigneur légitimant sa prééminence par son sang d’origine « arabe »), sayyid al­qawmi (un seigneur), tout comme seigneur féodal ou noble , dans la civilisation de l’Europe occidentale, sont des catégories élitaires qui renvoient à des systèmes politiques polycentriques, pré-étatiques.

5D’autre part, si un ‘ayn (notable) obtient sa prééminence par un travail de distinction et de construction, son leadership est réversible, contrairement à celui du « noble », dans la civilisation de l’Europe occidentale, dont les privilèges sont acquis par le sang, tout comme d’ailleurs un « Arabe » ou un « chérif » , dans l’aire arabo-islamique. Ces catégories (« noble», « Arabe », « chérif ») s’inscrivent dans le temps long. Être notable en revanche, c’est s’inscrire dans un espace-temps très localisé : c’est le produit de ressources personnelles et de qualités individuelles mises à profit, en relation avec un lieu et un moment. Voilà, en quelques mots, ce qu’est un notable par comparaison à d’autres catégories élitaires. Qu’en est-il pour la genèse de la formation étatique en Tunisie et ses scansions ?

Genèse de la formation étatique enTunisie

6Une question ne cesse de revenir dans le débat relatif à la construction étatique : à quelle époque peut-on remonter l’émergence de l’État moderne ? La question prend une autre dimension quand il s’agit de parler d’un espace extra-européen, en l’occurrence arabe et islamique : doit-on parler d’« importation » si l’on suit Bertrand Badie (1986 et 1992) ou de greffe si au contraire l’on suit Jean-François Bayard (1996) ?

7S’agissant de la construction du pouvoir étatique en Tunisie, mon hypothèse consiste à dire que ce type de pouvoir a bien démarré au plus tard avec les Hafsides au début du xiiie siècle. Dès cette date, on voit apparaître les prémices d’un État moderne, symbolisé par l’émergence de l’institution du Makhzen. Le mot makhzen (littéralement magasin, entrepôt) est une métaphore de la concentration du produit fiscal. Il exprime, en outre, l’idée de stabilité institutionnelle dans l’exercice du pouvoir. L’invention de l’institution et du mot répond en fait à un besoin des acteurs politiques de l’époque de vouloir se démarquer du mot dawla qui rend compte plut t de l’idée de rotation ou, par extension, de celle de règne, une métaphore du pouvoir cyclique, pré-étatique. Plus tard, vers le milieu du xixe siècle, le lexique politique tunisien réinvente le mot dawla pour désigner l’État dans le sens moderne du mot, renonçant ainsi, du moins progressivement, à l’usage du mot makhzen et à celui qui, entre-temps, l’a remplacé, le mot beylik, désignant, quant à lui, une formation étatique plut t de type ottoman.

8Une telle analyse sémantique des mots de l’exercice du pouvoir, pour le cas de la Tunisie, permet de conclure que le phénomène étatique n’est pas spécifiquement européen, comme on a tendance à le répéter et que ce phénomène prend des formes différentes d’une configuration sociopolitique à une autre. Par conséquent, l’idée de l’importation de l’État et celle de sa greffe deviennent caduques. Cependant, la construction étatique hafside est restée embryonnaire, totalement incapable de territorialiser les populations locales. Ce sont les Turcs, leurs successeurs à partir de 1574, qui ont donné à la construction du pouvoir étatique en Tunisie toute sa force et sa vigueur. En optant pour une territorialisation de plus en plus soutenue plus particulièrement à partir du xviie siècle, les dirigeants turcs mouradites (1630-1702), puis husseinites (1705-1957) soutenus par les populations citadines, n’ont pas cessé de conjuguer territoire et souveraineté, de construire des frontières et d’amoindrir les autonomies communautaires. Cette construction territoriale n’est pas le produit exclusif du centre. Elle est faite, pour une large part, par le bas, surtout par l’action des élites (les notables). Cependant dans ce travail de construction, ces élites subissent des transformations sans cesse renouvelées. L’objet de cet article est justement de pointer ces changements en essayant de les rendre, dans la mesure du possible, intelligibles.

Notabilisation des élites locales

9Le processus de construction étatique en Ifriqiya au temps des Hafsides s’est accompagné par une clientélisation (ou makhzénisation) des élites locales, surtout au cours du xve siècle ; le phénomène s’est accéléré avec le pouvoir beylical ottoman principalement à partir du xviie siècle, sous les Mouradites d’abord, puis sous les Husseinites.

10Phénomène remarquable, cette clientélisation a généré une notabilité désignée désormais toujours au pluriel, comme par exemple : a‘yân (notables), mashâyikh (cheikhs), rjâl kbâr (hommes grands et honorables), mî‘âd (conseil de notables), au point de pouvoir parler d’une véritable masse de notables, tous liés au pouvoir central par des relations clientélistes. Les expressions employées pour les désigner signifient toutes que la domination élitaire, au niveau local, n’est plus l’affaire d’un seul comme auparavant.

11Avant, on a de véritables potentats. Pour désigner leur prééminence, Ibn Khald n (m. 1406) utilise les termes de ra’îs (chef de groupe, aujourd’hui le mot signifie président), amîr (prince), etc. l’époque moderne, ces potentats de l’époque pré-étatique sont remplacés par une multitude de cheikhs issus des différents groupes d’une localité, constituant ensemble un pouvoir collégial. Aucun d’entre eux n’arrive à se distinguer ou à s’imposer à titre individuel. Ce changement serait le produit même de la construction étatique. En effet, l’État devient un partenaire de premier ordre dans le processus de construction des catégories élitaires. Avec son action, tout se passe comme si le notable (‘ayn) n’était plus unique : on est notable parmi d’autres, et en compétition avec eux. Il se définit par rapport à l’État. En effet, les cheikhs sont, par endroits, désignés par l’expression mahârir (c’est-à-dire exemptés du paiement de l’impôt). Ici, la catégorie notabiliaire est définie non par rapport à son groupe ou sa famille, mais par un statut fiscal, c’est-à-dire par son rapport au Makhzen. Bien qu’elles détiennent un pouvoir « banalisé et anonyme », ces nouvelles élites de peu (a‘yân) n’en représentent pas moins le pouvoir local. Au fur et à mesure que les structures de l’État s’affermissent, la notabilité se métamorphose et prend des figures changeantes successivement. Chronologiquement, la figure du cheikh est la première à s’imposer.

Réinvention de la figure du cheikh

12La figure du cheikh (shaykh) correspond à la première phase de la formation de l’État moderne. Quel sens peut-on donner à son invention ou plut t à sa réinvention ? Le terme cheikh fait partie du lexique élitaire prémoderne, mais il n’a jamais revêtu une acception politique. Celle-ci se serait donc imposée plus tard, sans doute quand le cheikh s’inscrit dans un réseau de rapports clientélistes avec le centre politique.

13À l’époque moderne, la figure du cheikh, client d’un pouvoir étatique, se rencontre dans toutes les communautés locales : citadines, villageoises, oasiennes et tribales. Elle devient tellement emblématique du pouvoir d’État qu’elle est adoptée là o elle n’existait pas.

14La mise en place du pouvoir étatique est marquée par l’instauration d’une série de monopoles et en premier lieu celui du fisc. Les cheikhs sous le pouvoir étatique sont ainsi transformés en percepteurs, au point de dire que les liens entre le souverain et ces cheikhs sont désormais monétarisés. C’est du moins l’image que nous percevons des cheikhs à travers la principale source d’information que nous ayons sur la période moderne de la Tunisie, à savoir les registres fiscaux.

15Dans le processus de clientélisation des élites locales, le pouvoir étatique se contente, au départ, d’une simple reconnaissance de son autorité par les cheikhs, exprimée par le versement régulier de l’impôt. Un accord tacite assure un équilibre entre les deux types du pouvoir, local et central. Celui du centre ne cherche donc pas à mettre à mal l’autorité des cheikhs. Durant cette phase, ces derniers sont, d’une manière générale, assez autonomes. Ils sont plus proches de leurs communautés et ne sont jamais destitués en cas de conflit avec le pouvoir central, tant qu’ils bénéficient du soutien de leurs contribules.

16D’une manière générale et jusqu’au milieu du xixe siècle, chaque communauté locale a sa liste fiscale particulière. Les contributions sont globales et forfaitaires ; elles pèsent toujours sur l’ensemble d’une communauté et jamais sur des individus pris isolément. À l’image de sa fiscalité, l’autorité du pouvoir central sur ces communautés est, elle aussi, globale et partant limitée.

17Le mode de répartition des impôts diffère d’une région à une autre. La charge de leur péréquation au niveau des localités incombe entièrement aux notables locaux. Le pouvoir beylical est ainsi obligé de passer par la médiation des notables locaux. Il ne peut exercer aucun pouvoir direct et individuel avec les contribuables. Détenteurs des rouages de l’administration locale, les notables-cheikhs s’interposent par leur r le primordial dans la perception de l’impôt entre la masse des contribuables d’une part et le beylik de l’autre. C’est ainsi que ces cheikhs se sont forgés des intérêts, au cours des siècles et des générations, autour des systèmes d’imposition en vigueur dans leurs régions.

18Avec quelques différences selon les régions, la prééminence de la figure du cheikh dure, en gros, jusqu’au milieu du xixe siècle, date de la refonte totale du système d’imposition dans le pays. Les autorités centrales remettent en cause, progressivement, l’accord tacite qui assure jusqu’alors un équilibre entre les pouvoirs. Le pouvoir beylical tend désormais à s’imposer en souverain et décide de fonctionnariser le corps des cheikhs et de diminuer l’autonomie des communautés. Désormais, le cheikh fait figure d’agent d’exécution rétribué par l’administration centrale. L’institution perdure longtemps après. Elle est remplacée quelques années après l’indépendance (en 1969) par celle du ‘umda ou chef de secteur. L’institution du caïd remplace celle du cheikh progressivement entre le milieu du xviiie et celui du xixe siècle selon les régions.

Le caïd-notable

19L’institution du caïdat n’est pas nouvelle en Tunisie. Elle est bien en place à l’époque hafside (xiiie-xvie siècles). Les Ottomans la récupèrent dès leur installation à Tunis en 1574. Mais le caïd n’est qu’un agent d’exécution (un bureaucrate pour utiliser un mot de nos jours). Simple fonctionnaire, le caïd est toujours étranger à la communauté (ou à la région) dans laquelle il est appelé à exercer ses fonctions. Vers le milieu du xixe siècle, alors que la figure du cheikh se fonctionnarise, celle du caïd se notabilise. Comment le passage entre ces deux figures notabiliaires s’est-il fait, et dans quelles conditions ?

20L’État beylical tend à s’affirmer par la mise en place d’une série de réformes introduisant de nouveaux ordonnancements d’ordre technique, militaire, et administratif, dont une gestion plus directe (et uniformisée) qui élargit le contrôle dans presque tous les domaines de la vie locale, jusqu’à atteindre les individus.

21Si les cheikhs s’opposent à de telles réformes qui mettent en cause leur r le d’intermédiation, le caïd, en revanche, s’adapte à une administration plus centralisée et à un clientélisme d’État plus approprié. La figure du caïd succède ainsi à celle du cheikh. Dans ce cadre, certains chefs locaux se transforment de cheikhs en caïds, grâce aux relations qu’ils ont pu établir avec le centre. Comment la notabilisation du caïd s’est-elle faite ?

22La figure du caïd notable est l’héritière directe de celle du cheikh. Elle la remplace dans le rôle de médiateur et de protecteur. Doté d’une assise sociale locale et disposant d’un capital symbolique et matériel auprès des membres de sa communauté, il prend à cœur la défense des intérêts du groupe, cherche à cultiver une certaine autonomie et assure son rôle d’intermédiaire entre ses contribules et les autorités centrales. Le caïdat se notabilise donc dès lors que le caïd est issu du groupe même oœil a été appelé à exercer ses fonctions.

23Si le caïd, ainsi choisi, est appelé à représenter au mieux les intérêts du groupe, il doit se garder, cependant, de ne pas trop prendre à cœur la défense des intérêts locaux aux dépens du centre. Sinon il s’expose à la destitution et à la répression. Défendre l’ordre du centre est désormais une qualité exigée du caïd. Fini le temps où le cheikh, en Tunisie par exemple, peut être taxé d’une amende pour insoumission à l’ordre beylical (fasâd) sans risquer de perdre son poste. Désormais, réprimer le fasâd dans sa juridiction est l’une des attributions essentielles du caïd. En somme, une même logique notabiliaire s’observe aussi bien chez les cheikhs que chez les nouveaux caïds, sauf que l’exercice du pouvoir chez ces derniers s’inscrit dans une logique plus centralisatrice. Le caïd reste l’homme d’un groupe comme pour le cheikh, mais, contrairement à lui, il est en outre l’homme de l’État.

24Dans le contexte colonial, un nouvel équilibre s’instaure, parce qu’on assiste à la naissance d’une administration plus sophistiquée avec des traditions administratives dites plus modernes. Les changements qui affectent la notabilité se poursuivent. Certains caïds, qui étaient en poste auparavant, n’arrivent pas à s’adapter à la nouvelle situation, n’acceptent pas de collaborer avec les autorités coloniales et entrent en résistance, en passant au maquis et poussant la chefferie à la dissidence.

25Le protectorat recherche leur collaboration en leur accordant toutes sortes d’avantages. Ainsi, le caïd doit afficher plus de collaboration avec le pouvoir étranger. Il se doit d’être acquis aux idées modernes, c’est-à-dire légales et rationnelles, tout en donnant l’aspect d’être proche des populations locales, dites traditionnelles. C’est aussi la raison pour laquelle les caïds perdent peu à peu leur capital de notabilité au profit de nouvelles figures élitaires, dites nukhba (nouvelles élites). Vers la fin de la période coloniale, le caïd perd sa légitimité et devient synonyme de collaboration avec le colonisateur.

Les figures plurielles de la nukhba

26La représentation de la prééminence sociale, qui répond aux aspirations des populations dans la première moitié du xxe siècle, est communément désignée par le vocable nukhba (nouvelles élites). Les figures emblématiques de la nukhba prennent des appellations différentes : shakhçiyya (personnalité) ou za‘îm (leader). Quelles sont les conditions de l’émergence de ces figures et en quoi obéissent-elles à la logique notabiliaire ?

27La colonisation a eu des conséquences à la fois traumatisantes et structurantes. Elle a bouleversé la société tout en accélérant ses transformations. L’ancien équilibre entre les forces sociopolitiques s’est redéfini. Le nouvel ordre colonial a maintenu les anciennes hiérarchies, mais leur a fait perdre ce qui leur restait d’efficacité, tout en provoquant un nivellement social. Il a généré ce que l’on appellera plus tard « les classes moyennes » (A. Zghal, 1980). Pour les désigner, on a réinventé, vers les années 1920, le mot sha’b (peuple). Les élites de ces classes moyennes sont appelées désormais nukhba (au sens de représentants du peuple) s’opposent à l’État dynastique territorial et à ses privilégiés, la khâçça (ou gens de droit d’exception par opposition aux « gens de droit commun », la ‘âmma) (A. Laroui, 1977, 91).

28Une autre force sociale se donnant pour modèle un autre État (l’État-nation) devait s’imposer, à la fois, à l’ancienne élite (khâçça) et au pouvoir colonial. Le mot nukhba – qui en arabe classique désigne ce que l’on choisit, le meilleur – se dote d’un sens nouveau traduit en français par le mot « élite », tel qu’il a été entendu dans le lexique sociopolitique européen à partir des années 1880 (C. Charles, 1987).

29Jusqu’au début du xxe siècle, le mot nukhba était dépourvu du sens particulier qu’on lui connaît depuis. Désormais, il désigne une catégorie sociale que l’on situe au sommet. C’est à elle que revient le mérite de guider la « nation ». Son pouvoir s’impose par lui-même et ne nécessite pas d’être justifié plus avant.

30Ainsi définie, la nukhba commence à émerger au début du xxe siècle avec les réformistes modernistes, Jeunes Tunisiens, et s’affirme plus tard dans les diverses formations nationalistes. On assiste à un changement profond dans la manière dont la société tunisienne perçoit et nomme les catégories qui s’inscrivent dans son système élitaire. Le poids de l’élite réformiste puis nationaliste dont les positions et les attitudes sont radicalisées par le système colonial et surtout par le modèle socioculturel et politique induit par ce dernier, a fortement marqué les pratiques sociales, notamment la manière dont on construit la prééminence en Tunisie : on assiste à l’intériorisation d’une méritocratie consacrée par les compétences.

31Seule la logique notabiliaire a permis à la nukhba « nationaliste » de s’ancrer dans la société et, partant, de représenter une force politique. Elle s’allie avec des notables locaux qu’on nomme désormais a‘yân al-judud. Par leur discours novateur, porteur de promesses et d’espérances, les membres de la nukhba s’imposent non seulement comme des intermédiaires sociaux mais aussi comme les porte-parole du peuple en incarnant la nation ou umma (au sens de communauté nationale). Ils se transforment en véritables leaders (zu‘amâ’) qui prennent la tête du mouvement de contestation et deviennent une référence populaire. Ces nouvelles élites tendent à monopoliser la légitimité, entrant ainsi en concurrence avec le corps des oulémas, membres de l’ancienne élite ou khâçça. Elles poussent leur travail de distinction jusqu’à se fabriquer un look de façon délibérée, en portant notamment la chéchia stambouliote ; elles se nomment Jeunes, à l’instar des Jeunes Turcs : jeunes par l’âge sans doute, mais surtout novatrices par leurs idéaux.

32C’est donc au sein de cette nouvelle élite qu’émergent d’autres figures, celle de la shakhçiyya (personnalité dotée d’une prééminence) et du za‘îm (leader). Dans la langue classique, le mot za‘îm a revêtu le sens de bouclier (al-dir‘u). Ibn Manz’r, l’auteur du dictionnaire Lisân al-‘Arab, précise que son sens premier veut dire garant (kafîl, dhâmin, ghârim), c’est-à-dire représentant ou fondé de pouvoir. partir des années 1930, le mot za‘îm est réinventé et adapté aux nouvelles réalités. Quant au mot shakhçiyya, on ne le retrouve pas dans le dictionnaire Lisân al­‘Arab. Il est fort possible que ce dérivé du mot shakhç (individu) soit inconnu avant la période contemporaine. Le recours au mot shakhçiyya (personnalité) correspond à une époque marquée par l’émergence de l’individu en tant qu’acteur du politique. Le mot évoque, à la fois, la personnalité, l’individualité et, quelque part, l’extériorité. La personnalité ne tire pas sa prééminence de sa famille ou d’une origine ancestrale prestigieuse, mais de ses mérites personnels. C’est aussi le cas du mot za‘îm. Ceci correspond à une époque o la méritocratie est seule admise au niveau du discours dominant pour désigner ou qualifier la nukhba. En somme, la shakhçiyya et le za‘îm doivent leur prééminence à leurs propres qualités, notamment la réussite par l’enseignement.

33Si ces deux figures du notable reposent sur la reconnaissance de valeurs ou de ressources propres à l’individu, elles sont aussi une construction sociale, le produit d’un jeu de représentations. L’une et l’autre sont dotées d’une certaine visibilité, d’une respectabilité. En occupant une position de premier rang au sein de sa localité d’élection, l’homme du lieu est habilité à la représenter.

34Le za‘îm et la shakhçiyya sont détenteurs d’un capital symbolique, à des degrés différents. La dimension symbolique de leur leadership est fondée sur la confiance que les populations leur accordent pour représenter et défendre leur identité nationale. Un za‘îm est, en outre, quelqu’un qui réalise une action courageuse, voire héro que. Habib Bourguiba, qualifié de Combattant suprême, finit par s’imposer comme leader de la contestation et de la lutte contre la présence coloniale. Cependant, dans le contexte de la Tunisie indépendante, quel est le sort réservé à cette notabilité ? Quelles sont, désormais, les ressources, les pratiques et les stratégies des acteurs représentant le pouvoir local ?

Notable « militant » de l’indépendance

35Avec l’indépendance, la nukhba ne tarde pas à prendre les rênes du pouvoir en évinçant la dynastie husseinite et la khâçça qui l’a servie. Le pays, indépendant, connaît de profondes mutations sociales et surtout l’expérience de l’édification d’un État bureaucratique, centralisé, modernisateur, providentiel et distributeur qui se veut fort, autoritaire, en se fondant sur une forte légitimité historique. L’État y est considéré comme le garant de l’ordre social et le moteur de tout changement : la réforme y est constamment à l’ordre du jour. Dans cette atmosphère générale, on n’accorde que peu de compétences et d’autonomie aux instances locales, on laisse une marge d’action très faible à la nukhba. Ce mode de gestion par le haut rencontre une résistance, notamment au cours des années 1960 et même après.

36L’une des conséquences a été la marginalisation des élites nationalistes, ainsi que l’apparition de nouvelles catégories élitaires. Si la notion de shakhçiyya persiste encore dans quelques milieux, celle du za‘îm en revanche est totalement abandonnée. Le mot sera réactivé pour qualifier l’ancien président Bourguiba qui, après le 7 novembre 1987, perd aussi bien son titre honorifique de Combattant suprême (al-mujâhid al-akbar) que son pouvoir.

37Toutefois, des personnes influentes se distinguent toujours par leur implantation socio-spatiale autant que par leur aptitude à représenter des intérêts localisés. On retrouve là les principales caractéristiques des pratiques notabiliaires. Seule leur dénomination a changé par rapport à l’époque coloniale. En arabe dialectal surtout, les termes employés pour les désigner sont variables. Le changement du vocabulaire est très significatif d’un déplacement dans les ressources de légitimation et de distinction. Il se cristallise sur la notion de compétences (« élites par le savoir », « élites par la formation », « cadres de la nation »). Le discours officiel utilise en effet l’expression ashâb al-kaf’ât wal-khibrât, c’est-à-dire les individus disposant d’un capital culturel et professionnel les rendant théoriquement aptes à la gestion des affaires publiques. On trouve également le terme forces vives (al-quwâ al-hayya), mais cela suppose d’abord une ancienneté de l’engagement qui passe avant le savoir technique et la compétence professionnelle. D’o la figure du « militant de la première heure ».

38La participation à la lutte pour l’indépendance demeure encore une ressource de la notabilité contemporaine.

39Ces mêmes personnalités peuvent être plus communément appelées « protecteur », « intercesseur » (aktâf, littéralement épaules) ou mas’ûl (responsable), ce qui désigne une personne dotée d’une prééminence justifiée par des performances économiques. Ces élites contemporaines assurent le r le de médiateur, agissent en congruence totale avec la population, en nouant des relations durables de clientélisme, d’interconnaissance et d’inter-reconnaissance avec l’administration régionale et les habitants. Certains ont su se forger un profil d’entrepreneurs, capables de mobiliser les ressources de l’État sous forme d’aides, de subventions, de dégrèvements fiscaux en faveur de leur localité. Aujourd’hui encore, quelles que soient la forme et l’origine de leur leadership, les notables demeurent les détenteurs du pouvoir local, qu’ils s’agissent d’élus territoriaux, de dirigeants de partis politiques ou d’hommes d’affaires mécènes. Ils conservent les ressources, les pratiques et les stratégies des acteurs qui incarnent le pouvoir local.

***

40Une attention particulière portée au langage des acteurs dans une approche diachronique nous conduit à ramener chaque sens à une époque, à un contexte. Mais les acteurs sociaux, qui construisent leurs propres outils descriptifs et classificatoires, adaptent et réadaptent sans cesse, en fonction de la dynamique sociale, leur manière de qualifier la prééminence qui caractérise leur époque. Ils la réifient à chaque fois dans de nouvelles catégories élitaires.

41Les expressions des formes élitaires ont donc des temporalités particulières. Elles naissent, se développent puis disparaissent (sinon subissent des glissements sémantiques) du langage des acteurs au profit de nouvelles expressions créées ex-nihilo (ou réinventées). Ainsi le télescopage est principalement le fait des chercheurs qui tendent à réifier les formes élitaires construites (ou reconstruites) par les acteurs.

Bibliographie

Bibliographie

Badie Bertrand, 1986, Les deux États, pouvoir et société en Occident et en terre d’Islam, Paris, Fayard.

Badie Bertrand, 1992, L’État importé. Essai sur l’occidentalisation de l’ordre politique, Paris, Fayard.

Bayart Jean-François, (dir.), 1996, La greffe de l’État, Paris, Karthala.

Ben Achour Mohamed el-Aziz, 1989, Catégories de la société tunisoise dans la deuxième moitié du xixe siècle, Tunis, Institut national d’archéologie et d’art.

Ben Achour Mohamed el-Aziz, 1992, Les signes extérieurs de la notabilité citadine au début du siècle à Tunis , in Bourgeoisies et notables dans le monde arabe (xixe et xxe siècles), actes des colloques de Grasse (mai 1990 et mai 1991), Cahiers de la Méditerranée, n 45, déc., 105-116.

Brunschvig Robert, 1940 et 1947, La Berbérie orientale sous les Hafsides, des origines à la fin du xve siècle, Paris, Adrien Maisonneuve, 2 tomes.

Bourgeoisies et notables dans le monde arabe (xixe et xxe siècles), actes des colloques de Grasse (mai 1990 et mai 1991), Cahiers de la Méditerranée, n 45, déc. 1992.

Charles Christophe, 1987, Les Élites de la République 1880-1900, Paris, Fayard.

Chérif Mohamed-Hédi, 1984-1986, Pouvoir et société dans la Tunisie de H’usayn Bin ‘Ali (1705-1740), Université de Tunis, 2 t.

Establet Colette, 1991, Être caïd dans l’Algérie coloniale, Paris, CNRS Éditions.

Hénia Abdelhamid, 1980, Le Jérid : ses rapports avec le Beylik de Tunis (1676-1840), Tunis, Publication de l’École normale supérieure de Tunis.

Hénia Abdelhamid, 1991, « Mécanisme d’articulation des communautés oasiennes du Jérid avec le pouvoir central de Tunis au cours du xviiie et de la première moitié du xixe siècle », in R. Bourqia et N. Hopkins (éd.), Le Maghreb : Approches des mécanismes d’articulation, Casablanca, Al-Kalam, 153-172.

Hénia Abdelhamid, 1997, Le pouvoir entre notables et élites : les cycles de la notabilité, Monde Arabe Maghreb-Machrek, n 157, juil.-sept., 90-100.

Hénia Abdelhamid, 2003, « L’exercice du pouvoir dans et sur les communautés locales en Tunisie aux xviiie et xixe siècles », Mélanges de l’École française de Rome (MEFRM), t. 115, n 1, 581-595.

Hénia Abdelhamid (dir.), 2006, Être notable au Maghreb : Dynamique des configurations notabiliaires, Paris, Maisonneuve & Larose-IRMC.

Ibn Manzûr, 2000, Lisân al-’Arab, Beyrouth, Dar Sader Publishers, 20 tomes.

Laroui Abdallah, 1977, Les origines sociales et culturelles du nationalisme marocain (1830-1912), Paris, Maspéro.

Nouschi André, 1980, « La ville dans le Maghreb précolonial », in Système urbain et développement au Maghreb, Tunis, Cérès Éditions, 35-36.

Nouschi André, 1992, « Qu’est-ce qu’un bourgeois, qu’est-ce qu’un notable ? », Cahiers de la Méditerranée, n 45, déc., 229-247.

Valensi Lucette, 1969, Le Maghreb avant la prise d’Alger (1790-1830), Paris, Flammarion.

Zghal Abdelkader, 1980, « Classes moyennes et développement au Maghreb », in Les classes moyennes au Maghreb, Paris, Éditions du CNRS, 1-39.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable