Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La ville et l’urbain dans le Monde arabe et en Europe

 | 
Pierre Robert Baduel

Introduction. La ville et l’urbain. Enjeux sociaux et cognitifs

Éléments de problématique générale

Pierre Robert Baduel

Texte intégral

  • 2 Toutes sciences humaines et sociales confondues, la bibliographie s’enrichit chaque année de nouve (...)

1La question de la ville constitue une question mobilisatrice tant sur le plan scientifique que sur le plan politique. La production sur la ville et l’urbain, déjà considérable, est en constant renouvellement 2. Si l’intérêt pour la question urbaine est d’abord porté et configuré par les débats internes aux disciplines, il est aussi assez fortement corrélé aux événements sociaux et politiques contemporains, voire trouve dans les formes variées de la commande publique les moyens d’une recherche appliquée.

La ville et l’urbain, un domaine d’intérêt public en France ?

  • 3 À cette recherche contractuelle restent attachés quelques noms d’auteurs et quelques titres d’ouvr (...)
  • 4 Voir le document de synthèse dirigé par G. Dupuy, 1994.

2En France, l’intérêt de la puissance publique pour la recherche urbaine s’est manifesté très fortement dès les débuts de la Ve République, alors sous forme contractuelle3. Le CNRS a poursuivi cette action en lançant, en 1992, le Programme interdisciplinaire de recherche sur la ville (en abrégé PIR Villes) autour des sous-thèmes Espaces et lieux. Stocks et flux : temporalités urbaines. Gouvernement urbain. Formes et paysages. Ville et santé4. Le ministère des Affaires étrangères a pris le relais de cet effort concernant spécifiquement les pays en développement avec le Programme de recherche urbaine pour le développement (en abrégé PRUD, 2002-2004).

La ville et l’urbain, un domaine surdéterminé par l’actualité politico-sociale ?

  • 5 Sur les violences urbaines en France, voir par ex. Ch. Bachmann et N. Le Guennec, 2002 ; S. Beaud (...)
  • 6 Voir par ex. M. Magri et Ch. Topalov, 1990 ; J.-P. Frey, 1995.
  • 7 L. Chevalier, 1958.
  • 8 Selon certains auteurs, si les « ghettos » américains ont disparu pour les populations immigrées a (...)
  • 9 Sur ces problématiques « tourainiennes » voir F. Dubet, 1995 ; F. Dubet et D. Lapeyronnie, 1992. L (...)
  • 10 H. Lefebvre, 1968 ; R. Ledrut, 1968 ; M. Castells, 1972…
  • 11 Sur ces problématiques, pour la France voir par ex. Ph. Estèbe, 2004 ; A. Avenel, 2004 ; S. Tissot (...)
  • 12 Sous des gouvernements socialistes, mises en place successives du « Développement social des quart (...)

3L’actualité politique et sociale, de l’Amérique du Nord et l’Europe au monde arabe, devait contribuer à focaliser l’attention de la recherche sur le domaine urbain. Dans les pays occidentaux, depuis quelques décennies et jusque tout récemment, à de nombreuses reprises, des villes ont été en effet le théâtre d’événements violents qui ont fait la une de l’actualité. Certains noms de villes ou de quartiers de villes restent gravés dans la mémoire : Los Angeles (Watts, 1965, 1992), Détroit (1967), Chicago (1968) ou Miami (1980) pour les USA ; Brixton (banlieue de Londres), Birmingham, Liverpool ou Newcastle entre 1980 et 1985, Bristol (1992) pour la Grande-Bretagne ; Vénissieux (Les Minguettes, 1981), La Courneuve (les Quatre Mille, 1983), Vaux-en-Velin (1990), Clichy-sous-Bois ou Montfermeil (2005) pour la France ...5. La « question urbaine » ne se pose plus aujourd’hui dans les mêmes termes qu’à l’époque des « villes ouvrières » ou « industrielles »6 et des « grands » mouvements sociaux. À l’époque où dominait l’économie industrielle (jusqu’aux Trente Glorieuses ?), les « classes laborieuses » des villes pouvaient apparaître comme « classes dangereuses »7 ; aujourd’hui, dans un monde en mutations profondes, voire radicales, les classes laborieuses font figures de nanties et ce sont les exclus du monde du travail, les groupes sociaux relégués aux marges (ghettos américains, banlieues européennes, barrios sud-américains,)8 de la société dominante qui sont stigmatisés comme populations dangereuses9. De la question urbaine des années 1960-1970 inscrite dans la problématique englobante de la lutte des classes10, on est passé à la question plus circonscrite des quartiers ou des banlieues11. En France, a été mise en place à partir des années 1980 une politique de la ville12 qui est d’abord une politique publique sociale, voire sociétale, visant en situation postindustrielle à réduire la fracture entre le monde du travail et les exclus du travail et dans un contexte postcolonial à limiter les risques de sécession sociale.

La ville et l’urbain dans les pays arabes, du modèle khaldûnien aux mutations contemporaines

  • 13 Sans remonter à E. Masqueray, 1886, voir par ex. J. Sauvaget, 1941 ; R. Le Tourneau, 1949 ; A. Ray (...)
  • 14 En sociologie, R. Desclo tres et al., 1961 ; A. Adam, 1972 ou R. Duchac (dir.), 1974. En géographi (...)
  • 15 La recherche urbaine française s’est enrichie de nouveaux travaux, je citerai en histoire R. Ilber (...)
  • 16 Selon P. Rabinow (2006), l’expérience lyautéenne a constitué un des laboratoires de l’urbanisme fr (...)

4La recherche sur le monde arabe, aussi bien française et occidentale qu’arabe et maghrébine, a fortement investi depuis longtemps le domaine de la ville, en histoire13, mais aussi en sociologie et géographie14 et ce domaine connaît un constant développement15. Si, par exemple au Maroc à l’époque du Protectorat, la ville et l’urbanisme ont fait l’objet d’un intérêt particulier16, l’investissement scientifique de ce domaine est probablement d à la place centrale que la ville a occupée dans le processus de civilisation des pays arabes, dont Ibn Khald n s’est fait le théoricien.

  • 17 Voir par exemple la traduction de la Muqqadima par V. Monteil, 1968.
  • 18 M. Talbi, 1973, 77.
  • 19 A. Appaduraï, 2002.
  • 20 C. Ghorra-Gobin, 2000.
  • 21 Fr. Choay, 1994.

5Dans la Muqqadima17, Ibn Khaldûn distinguait en effet entre ‘umrâm badawî, ou civilisation rurale (ou nomade), monde des ressources naturelles et de la vis rustique, et ‘umrâm hadarî, ou civilisation urbaine, monde du luxe, de l’industrie et du commerce. Il n’aimait pas la ville, il fit cependant du « seul fait d’habiter la ville (madîna), le tamaddun » le synonyme de civilisation et mesurait le degré de civilisation atteint par un État au niveau de développement de ses villes18. Si le modèle civilisationnel khaldûnien hante toujours les mémoires – parce qu’il correspond aussi au moment o la civilisation arabe a atteint le summum de son éclat –, c’est désormais mythiquement (« la » ville arabe) plus qu’opérationnellement. La ville arabe d’aujourd’hui, à des degrés variables selon sa taille, n’exprime plus les valeurs de l’‘umrâm hadarî, elle n’est plus le lieu d’un flamboiement endogène, la citadinité comme valeur distinctive traditionnelle a cédé la place à l’urbanité comme système de valeurs-monde. Ici comme ailleurs, mutatis mutandis, à un degré d’avancement moindre, « la production globale du local »19 – ou encore la glocalisation20 – fait son œuvre, et, dès lors que la ville intramuros n’est plus nécessairement le lieu exclusif de l’urbanité, on peut parler avec Françoise Choay de la mort de la ville au profit du règne de l’urbain21.

  • 22 Entraînant très tôt (Carrières centrales, Ben Msik, Derb Jdîd à Casablanca,…) une bidonvilisation (...)
  • 23 Voir par ex. pour le Maroc R. Leveau, 1976.

6Aux lendemains des Indépendances, en quelques décennies, les pays arabes ont connu une urbanisation très rapide22. Si pendant les années 1960-1970, la ville a été submergée par les ruraux, provoquant ce qu’on a qualifié de rurbanisation et réduisant le beldi (citadin raffiné) d’autrefois à l’état de minoritaire, la croissance des villes n’est plus aujourd’hui alimentée significativement par l’exode rural mais par des mouvements migratoires interurbains. Aux lendemains des Indépendances lieu de l’articulation entre le local et le national, lieu de métabolisation de la modernité, réussie (socialement, économiquement) pour les uns, marginale ou impossible pour les autres, la ville est désormais le lieu de la composition entre le local et le mondial, au point de devenir progressivement, du moins dans les grandes et moyennes villes, un enjeu majeur dans le conflit des valeurs politiques, économiques et culturelles : ce n’est pas un hasard si c’est dans les villes, non dans les campagnes, que l’islamisme recrute, pour l’essentiel, ses partisans, parce que la mondialisation y produit plus qu’ailleurs ses effets complexes et ambigus (une « désaffiliation » communautaire au profit d’une individualisation incertaine), rejetant dans un temps bien révolu le r le que la paysannerie a pu jouer pour l’équilibre des régimes politiques23.

  • 24 Ne sont pas compris dans ces populations les cadres africains de la BAD (Banque africaine pour le (...)
  • 25 S’agissant de la Libye, les migrations de transit actuelles sont à différencier des migrations de (...)
  • 26 Voir L. Basch et al., 1994.

7Et l’un des effets de la mondialisation dans les pays du Maghreb est le développement sur son sol (dans des proportions difficiles à évaluer, mais significatives, pour une durée dont le caractère temporaire est de plus en plus incertain) de migrations en principe de transit vers l’Europe (populations africaines24), voire (à la fin des chantiers internationaux dans le cadre desquels ils sont arrivés localement) l’implantation d’ouvriers chinois (s’installant dans le petit commerce, ainsi en Algérie), au point qu’on assiste sporadiquement (Maroc, Libye) à la montée d’un sentiment d’insécurité et à une amorce d’intolérance à l’égard de ces nouveaux migrants25. Dans un monde de plus en plus globalisé o les populations se déplacent massivement et forment des diasporas d’un type nouveau (des « nations déterritorialisées »26), ce ne sont plus seulement les pays occidentaux qui voient désormais leurs frontières brouillées.

La « politique des villes » et le retour des villes sur la scène internationale

  • 27 Ce que démontre bien en particulier J. de Maillard, 2004.
  • 28 J. Donzelot, 2006.

8Si la question des banlieues ou des quartiers, avec ses spécificités dans chaque pays et presque chaque ville, est un problème majeur du devenir global des sociétés et des États contemporains, la question urbaine ne se réduit pas à la question de la « politique de la ville ». Il serait trop long ici de montrer comment les édiles des grandes villes françaises ont accueilli avec réticence une politique de la ville (classement des quartiers sensibles) qui, dans certains cas stigmatisait publiquement leur ville, risquait de lui assurer une mauvaise image au moment o les élus, maires en tête, attendaient des investissements pour la transformation économique de leur cité qu’ils espéraient propulser dans l’international27. La politique de la ville ne correspond pas toujours, tant s’en faut, à la « politique des villes28 ».

  • 29 Sur villes et construction de l’État moderne en Europe, voir par ex. N. Bulst et J.-Ph. Genet (dir (...)
  • 30 L’histoire de la Ligue (xvie siècle) est d’une lecture complexe, mais à certains égards la Ligue a (...)
  • 31 Sur la polis et la cité-État, voir par ex. M. H. Hansen, 2001.

9Les villes jouèrent un r le central dans la construction de l’État moderne et furent instrumentalisées par le pouvoir monarchique en lutte contre les féodaux29. Mais au fur et à mesure que l’État moderne national et territorial s’affirmait, la ville se vit progressivement réduite en Occident à un r le subalterne30, si bien que la ville disparut progressivement comme acteur de la scène nationale et surtout internationale (fin en particulier des cités-États31 avec l’achèvement de l’unité en Allemagne et en Italie).

  • 32 Voir par ex. S. Sassen, 2001 ; P. Le Galès, 2003 ; B. Jouve et Ch. Lefèvre, 1999, 2003, 2004.
  • 33 La question de la « gouvernance » – entrepreneuriale, locale, nationale, internationale – fait l’o (...)
  • 34 Voir par ex. P. Le Galès et M. Thatcher (dir.), 1995.
  • 35 Lire par ex. P. Ingallina, 2001
  • 36 D’où en France, la transformation récente (2006) de la Délégation à l’aménagement du territoire et (...)
  • 37 Voir S. Biarez, 1989 ; R. Balme et al., 1999
  • 38 D’où en sciences politiques la substitution au concept de politiques publiques considérées comme e (...)
  • 39 Sur la notion de subsidiarité, d’inspiration thomiste, remise à l’ordre du jour avec la constructi (...)

10Avec les transformations contemporaines de la scène internationale et la fin « libérale » du monopole interne de l’État (politiques de désengagement des États, idéologie de « l’État modeste », fin de l’État providence,), les villes – et aussi massivement les régions (France) ou provinces (Espagne), – ont lentement réémergé comme des partenaires publics fondamentaux sur la scène interne et comme des acteurs significatifs sur la scène internationale32. Dans les pays occidentaux en particulier, on a assisté durant les dernières décennies du xxe siècle à la transformation libérale des modes de gouvernement : avec l’émergence du paradigme de la gouvernance33, la multiplication des réseaux de politiques publiques34, le développement du projet urbain35, la mobilisation des territoires36, les pouvoirs locaux (municipaux, régionaux,…)37 sont devenus des partenaires à part entière de l’action publique, laquelle n’est plus simplement synonyme d’action étatique38, même si l’État (national, voire « européen »), dans une vision de plus en plus subsidiariste39, conserve en dernier ressort la fonction de régulateur.

  • 40 L’Extrême-Orient semble avoir déjà renoué avec l’ancienne formule des cités-États (Brunei ou Singa (...)

11Certes cette montée en puissance des villes dans l’ordre national et international est surtout le fait des grandes villes occidentales40, mais les grandes villes des pays émergents (Maroc ?) sont appelées à fonctionner comme des « villes globales » (S. Sassen). Progressivement l’échelle de l’action change, les acteurs locaux sont amenés à négocier des contrats avec des entreprises internationales (Suez-Lyonnaise des eaux, ...), pour les infrastructures urbaines (réseaux d’eau, d’égouts,), l’environnement (traitement des déchets urbains et industriels,), etc., et donc de fait à se projeter dans l’espace extranational.

Les villes, laboratoires des nouvelles formes de management public ?

  • 41 Voir par ex. I. Berry-Chikhaoui et A. Deboulet (dir.), 2000 ; G. Verpraet, 2005 ; T. Souami et E. (...)
  • 42 Deux programmes de l’IRMC pour la période 2006-2009 portent, l’un – sous la responsabilité de Myri (...)

12Si dans les différentes étapes du processus d’aménagement, l’idéologie nouvelle (« gouvernance », « projet urbain », …) suppose une contractualisation avec des partenaires multiples, publics et privés, la fabrication de la ville mobilise, au-delà des élus, des corps de plus en plus spécialisés qui constituent les agents « conducteurs » de toute transformation de l’espace et de la société urbaine, lesquels, publics ou libéraux, ne sont pas toujours bien identifiés ou visibles mais sont incontournables. Par leurs capacités à produire du plan d’occupation des sols et des projets, ils contribuent avec d’autres acteurs à définir le marché foncier, à organiser l’économie locale, à recomposer la stratification socio-spatiale urbaine, à camper la scène de la négociation et du nouvel ordre public. Ces différents acteurs (citadins ordinaires, associations de quartier, élus, animateurs sociaux, administrateurs, techniciens, architectes, urbanistes, agents immobiliers, entrepreneurs,41) méritent une attention particulière dans l’étude de la ville, parce qu’en grande partie, ils en écrivent et en interprètent eux-mêmes la partition et surtout permettent d’observer à une échelle commode, en l’occurrence la ville, comment s’élabore une action publique42.

« La fin des villes n’est pas à l’ordre du jour » (F.Asher)

  • 43 Je retiendrai pour l’Afrique quelques titres récents : C. Coquery-Vidrovitch (1993, 2006) ; O. Goe (...)
  • 44 Sur cette théorie voir par ex. C. Ghorra-Gobin, 2006.
  • 45 « Une société plus rationnelle, plus individualiste et plus différenciée  » (F. Asher, 2001, 22-…) (...)
  • 46 1re révolution urbaine : la ville de la Renaissance et des Temps modernes. 2e révolution : la vill (...)
  • 47 Selon le sous-titre d’un ouvrage de F. Asher, 2001.

13J’ai retracé ci-dessus les grandes lignes de la recherche urbaine essentiellement pour la France et les pays arabes. Cette recherche est en plein essor aussi sur d’autres aires culturelles que celles retenues pour les rencontres doctorales dont est issu le présent ouvrage43. Et de nouveaux courants de recherche urbaine s’affirment, comme le New urbanism, mouvement architectural et urbain né aux États-Unis dans les années 1980 qui vise à renouveler la conception du projet urbain dans une perspective de développement durable44. Dès lors qu’il annonce, parallèlement à la troisième modernité dans laquelle nous sommes entrés45, l’avènement de la troisième révolution urbaine46, on comprend mieux le mot de F. Asher selon lequel la fin des villes n’est pas à l’ordre du jour47. La recherche urbaine a donc de beaux jours devant elle.

Bibliographie

Orientations bibliographiques

1. Bibliographie générale

Appaduraï Arjun, 2002, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot, 322 p.

Authier Jean-Yves, Bacqué Marie-Hélène et Guerin-Pace France (dir.), 2007, Le quartier. Enjeux scientifiques, actions politiques et pratiques sociales, Paris, La Découverte, 293 p.

Badie Bertrand, 1995, La fin des territoires. Essai sur le désordre international et sur l’utilité sociale du respect, « L’espace du politique », Paris, Fayard, 276 p.

Baduel Pierre Robert, 1995, « Approches sociopolitiques du local », in Pierre Robert Baduel (coord.), Espaces et pouvoirs locaux. Actes du Cycle doctoral « Contacts et échanges culturels en Méditerranée », Aix-en-Provence, Université de Provence/ Communauté des Universités Méditerranéennes, 37-50.

Baduel Pierre Robert, 2006, « Les nouvelles figures du territoire », Alfa. Maghreb et Sciences sociales 2006, Paris, Maisonneuve & Larose, 9-13.

Balligand Jean-Pierre et Maquart Daniel, 1990, La fin du territoire jacobin, Paris, Albin Michel, 222 p.

Balme Richard, Faure Alain et Mabileau Albert (dir.), 1999, Les nouvelles politiques locales. Dynamiques de l’action collective, Paris, Presses de Sciences Po, 486 p.

Basch Linda, Glick Schiller Nina, Szanton Blanc Cristina, 1994, Nations Unbound. Transnational Projects, Postcolonial Predicaments and Derritorialized Nation-State, Amsterdam, Gordon, 356 p.

Beauchard Jacques (dir.), 1996, La ville-pays. Vers une alternative à la métropolisation, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Bezes Philippe, Chauvière Michel, Chevallier Jacques, de Montricher Nicole et Ocqueteau Frédéric (dir.), 2006, L’État à l’épreuve des sciences sociales. La fonction recherche dans les administrations sous la Ve République, Paris, La Découverte, « Recherche », 370 p.

Biarez Sylvie, 1989, Le pouvoir local, préface de François d’Arcy, Paris, Economica, La vie politique, 309 p.

Bourdin Alain, 2000, La question locale, Paris, PUF, « La politique éclatée », 254 p.

Brenner Neil, 2004, New State Spaces. Urban Governance and the Rescaling of Statehood, New York, Oxford University Press, 351 p.

Brun Jacques et Rhein Catherine (dir.), 2000, La ségrégation dans la ville, préface de Marcel Roncayolo, Paris, L’Harmattan, 258 p.

Bulst Neithard et Genet Jean-Philippe (dir.), 1988, La ville, la bourgeoisie et la genèse de l’État moderne (xiie-xviiie siècles), Paris, Éditions du CNRS, 354 p.

Castells Manuel, 1972, La question urbaine, Paris, François Maspero (2e édition : 1981), 526 p.

Chalas Yves, 2000, L’invention de la ville, Paris, Anthropos, 199 p. Chapoulie Jean-Michel, 2001, La tradition sociologique de Chicago 1892-1961, Paris, Seuil, 495 p.

Chevallier Jacques (dir.), 1978, Centre, périphérie, territoire, Paris, CURAPP, PUF, 352 p.

Chevallier Jacques (dir.), 1984, L’institution régionale, Paris, CURAPP, PUF, 223 p.

Choay Françoise, 1994, « Le règne de l’urbain et la mort de la ville », in Jean Dethier et Alain Guiheux (dir.), 1994, La Ville. Art et architecture en Europe (1870-1993), Paris, Centre Georges Pompidou, 467 p.

Commaille Jacques et Jobert Bruno (dir.), 1999, Les métamorphoses de la régulation politique, Paris, LGDG, 381 p.

Constant Jean-Marie, 1996, La Ligue, Paris, Fayard, 520 p.

Coulon Alain, 2002, L’École de Chicago, Paris, PUF, Que sais-je (4e édition) 127 p.

Dansereau Francine et Navez-Bouchanine Françoise (dir.), 2002, Gestion du développement urbain et stratégies résidentielles des habitants, Paris, L’Harmattan, « Villes et Entreprises », 356 p.

Daumas Jean-Claude, 2006, « Districts industriels : le concept et l’histoire », XIV International Economic History Congress, Session 28, Helsinki, 19 p.

Dulong Renaud, 1978, Les régions, l’État et la société locale, Paris, PUF, « Politiques », 245 p.

Dupuy Gabriel (dir.), 1994, La ville. Espaces et lieux. Stocks et flux. Temporalités urbaines. Gouvernement urbain. Formes et paysages. Ville et santé, Le Courrier du CNRS, n 81, Paris, Éditions du CNRS, 184 p.

Eck Jean-François et Lescure Michel (dir.), 2002, Villes et districts industriels en Europe occidentale (xviie-xxe siècles), Tours, Presses de l’Université François Rabelais, 356 p.

Faure Alain et Douillet Anne Cécile (dir.), 2005, L’action publique et la question territoriale, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 298 p.

Gaudin Jean-Pierre, 1999, Gouverner par contrat. L’action publique en question, Paris, Presses de Sciences Po, 233 p.

Gaudin Jean-Pierre, 2002, Pourquoi la gouvernance ? Paris, Presses de Sciences Po, « La bibliothèque du citoyen », 128 p.

Gaudin Jean-Pierre, 2004, L’Action publique. Sociologie et politique, Paris, Presses de Sciences Po et Dalloz, « Amphi », 243 p.

Genestier Philippe, 1996, Vers un nouvel urbanisme ? Faire la ville, comment ? pour qui ?, Paris, Éditions du CNRS, 278 p.

Ghorra-Gobin Cynthia, 2006, La théorie du New Urbanism, Centre de documentationsur l’urbanisme, Paris, ministère de l’Équipement, 61 p.

Godard Francis (dir.), 1997, Le gouvernement des villes. Territoire et pouvoir, Paris, Descartes & Cie, 298 p.

Grafmeyer Yves et Joseph Isaac (dir.), 1990, L’École de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine. Textes traduits, Paris, Aubier (1re édition : 1979), 378 p.

Grafmeyer Yves, 2000, Sociologie urbaine, Paris, Nathan (1re édition : 1995), 127 p.

Grémion Pierre, 1976, Le pouvoir périphérique. Bureaucrates et notables dans le système politique français, Paris, Seuil, « Sociologie », 478 p.

Grémion Pierre, 2005, Modernisation et progressisme. Fin d’une époque (1968-1981), Paris, Éditions Esprit, 259 p.

Hansen Mogens H., 2001, Polis et cité-État. Un concept antique et son équivalent moderne, Paris, Les Belles Lettres, « Histoire », 367 p.

Hermet Guy, 2004, « Un régime à pluralisme limité ? À propos de la gouvernance démocratique », Revue française de science politique vol. 54, n 1, Paris, Presses de Science Po, 159-178.

Hermet Guy, Kazancigil Ali et Prud’homme Jean-François (dir.), 2005, La gouvernance. Un concept et ses applications, Paris, Karthala, « Recherches internationales », 228 p.

Ingallina Patrizia, 2001, Le projet urbain, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 127 p.

Ingold Alice, 2005, « Savoirs urbains et construction nationale. La ville, au-delà de l’État-nation ? », in Discipliner la ville. L’émergence des savoirs urbains (xviie-xxe siècle), n° spécial de la Revue d’histoire des sciences humaines, n 12, 55-77.

Jobert Bruno et Muller Pierre, 1987, L’État en action. Politiques publiques et corporatismes, Paris, PUF, 242 p.

Jouve Bernard, 2003, La gouvernance urbaine en questions, Paris, Elsevier, « Sociologie, Économie, Politique, Territoires », 128 p.

Kooiman Jan (ed.), 1993, Modern Governance. New Government-Society Interactions, Londres, Sage, 288 p.

Kooiman Jan, 2005, Governing as Governance, Londres, Sage Publications (1re édition : 2003), 249 p.

Lacour Claude et Delamarre Aliette, 2006, 40 ans d’aménagement du territoire, Paris, La documentation française/Datar, « Territoires en mouvement » (3e édition actualisée) 158 p.

Lascoumes Pierre et La Galès Patrick, 2007, Sociologie de l’action publique, Paris, Armand Colin, « 128. La collection universitaire de poche », 127 p.

Lascoumes Pierre et Le Galès Patrick (dir.), 2004, Gouverner par les instruments, Paris, Sciences Po Les Presses, 371 p.

Le Galès Patrick, 1995, « Du gouvernement des villes à la gouvernance urbaine », Revue française de science politique, vol. 45, n 1, Paris, 57-95.

Le Galès Patrick et Thatcher Marck (dir.) 1995, Les réseaux de politique publique. Débats autour des policy networks, Paris, L’Harmattan, 274 p.

Ledrut Raymond, 1968, Sociologie urbaine, Paris, PUF, « Le sociologue » (2e édition : 1973), 232 p.

Lefebvre Henri, 1968, Le droit à la ville, Paris, Éditions Anthropos (2e édition : 1970) 165 p.

Lepetit Bernard et Topalov Christian (dir.), 2001, La ville des sciences sociales, Paris,

Belin, 410 p.

Lescure Michel (dir.), 2006, La mobilisation du territoire. Les districts industriels en Europe occidentale du xviie au xxe siècle, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie, 498 p.

Million-Delsol Chantal, 1992, L’État subsidiaire. Ingérence et non-ingérence del’État : le principe de subsidiarité aux fondements de l’histoire européenne, Paris, PUF, « Léviathan », 233 p.

Muller Pierre et Surel Yves, 1998, L’analyse des politiques publiques, Paris, Montchrestien, « Clefs », 153 p.

Muller Pierre, 2000, Les politiques publiques, Paris, PUF, « Que sais-je ? », (1re édition : 1990), 4e édition, 128 p.

Navez-Bouchanine Françoise (dir.), 2002, La fragmentation en question. Des villes entre fragmentation spatiale et fragmentation sociale, Paris, L’Harmattan, 411 p.

Oblet Thierry, 2005, Gouverner la ville. Les voies urbaines de la démocratie moderne, Paris, PUF, XII-306 p.

Paquot Thierry, Lussault Michel et Body-Gendrot Sophie (dir.), 2000, La ville et l’urbain. L’état des savoirs, Paris, La Découverte, 441 p.

Paugam Serge, 1991, La disqualification sociale. Essai sur la nouvelle pauvreté, préface de Dominique Schnapper, Paris, PUF (plusieurs rééditions) 254 p.

Paugam Serge (dir.), 1996, L’exclusion. L’état des savoirs, Paris, La Découverte, 582 p.

Pecqueur Bernard et Zimmermann Jean-Beno t (dir.), 2004, Économie de proximités, Paris, Hermès-Lavoisier, 264 p.

Pinol Jean-Luc, 1991, Le monde des villes au xixe siècle, Paris, Hachette éducation, 230 p.

Pirenne Henri, 1992, Les villes du Moyen Âge, Paris, PUF (1re édition : 1971), 171 p.

Pommier Paulette et Boilève Marianne, 2002, Les systèmes productifs locaux, Paris, La documentation française/Datar, « Territoires en mouvement », 78 p.

Quéré Louis, 1978, Jeux interdits à la frontière. Essai sur les mouvements régionaux, Paris, Anthropos, 383 p.

Querrien Anne, Lassave Pierre (dir.), 1998, « Gouvernances », Les Annales de la recherche urbaine n 80-81, Paris, Plan Urbanisme Construction Architecture, 3-214.

Rabinow Paul, 2006, Une France si moderne. Naissance du social (1800-1950). Essai, Paris, Buchet-Chastel (1re édition américaine : 1986), 635 p.

Rambaud Placide, 1973, Société rurale et urbanisation, Paris, Seuil (1re édition : 1969)

2e édition augmentée, 349 p.

Roncayolo Marcel, 1993, La ville et ses territoires, Paris, Gallimard, Folio, 278 p.

Semmoud Bouziane, 2001, Introduction à la géographie des grandes villes, Paris,

Éditions du temps, 256 p.

Sfez Lucien (dir.), 1975, L’objet local, Paris, Éditions 10-18, 446 p.

Topalov Christian (dir.), 2002, Les divisions de la ville, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Paris, 470 p.

Touraine Alan, Dubet François, Hegedus Zsuzsa et Wieviorka Michel, 1981, Le pays contre l’État. Luttes occitanes, Paris, Seuil, 318 p.

Turrel Denise (dir.), 2003, Villes rattachées, villes reconfigurées (xvie-xxe siècles), Tours, Presses de l’Université François-Rabelais, 433 p.

Weber Max, 1982, La ville, préface de Julien Freund, Paris, Aubier, 218 p.

Wirth Louis, 2006, Le Ghetto, avertissement de Pierre-Jean Rojtman, avant-propos de Robert E. Park, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble (1re édition américaine : 1928) 251 p.

2. Maghreb, Monde arabe, Afrique

Abdelkafi Jellal, 1989, La Médina de Tunis. Espace historique, Tunis/Paris, Alif/Presses du CNRS, 277 p.

Abouhani Abdelghani (dir.), 2000, Enjeux et acteurs de la gestion urbaine. Redistribution des pouvoirs dans les villes marocaines, Dakar, CODESRIA/INAU/ CESH/URBAMA, 290 p.

Abouhani Abdelghani, 2000, Pouvoirs, villes et notabilités locales. Quand les notables font les villes, Rabat, Diffusion INAU/URBAMA, 214 p.

Adam André, 1972, Casablanca. Essai sur la transformation de la société marocaine au contact de l’Occident, Annuaire de l’Afrique du Nord, Paris, Éditions du CNRS, 2 tomes, 896 p.

El Maoula El Iraki Aziz, 2003, Des notables du Makhzen à l’épreuve de la « gouvernance ». Élites locales, gestion urbaine et développement au Maroc, préface de Mohamed Tozy, Paris, L’Harmattan, 432 p.

Almi Saïd, 2002, Urbanisme et colonisation. Présence française en Algérie, Paris, Mardaga, 159 p.

Ameur Mohamed, 1993, Fès … ou l’obsession du foncier, Tours, Publications d’URBAMA, 428 p.

Bacha Myriam, 2005, Le patrimoine monumental en Tunisie pendant le Protectorat (1881-1914). Étudier, sauvegarder, faire connaître. Thèse en histoire de l’art, Université de la Sorbonne Paris IV, 655 et 263 p.

Bacha Myriam, 2006, « La législation patrimoniale tunisienne au début du protectorat. Le décret du 7 mars 1886 : entre innovation et obsolescence », Alfa. Maghreb et sciences sociales 2006, Paris, Maisonneuve & Larose, 191-201.

Bacha Myriam, 2008, « La constitution d’une notion patrimoniale en Tunisie au xixe siècle : émergence et apport des disciplines de l’archéologie et de l’architecture », in Pierre Robert Baduel (dir.), Chantiers et défis de la recherche sur le Maghreb contemporain, Paris, Karthala, sous presse.

Baduel Pierre Robert (dir.), 1985, États, territoires et terroirs au Maghreb, Editions du CNRS, Paris, 421 p.

Baduel Pierre Robert (dir.), 1988, Habitat, État et Société au Maghreb, Paris, Éditions du CNRS, 396 p.

Barthel Pierre-Arnaud, 2006, Tunis en projet(s). La fabrique d’une métropole au bord de l’eau, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 206 p.

Ben Achour Mohamed El Aziz, 1989, Catégories de la société tunisoise dans la deuxième moitié du xixe siècle, préface de Dominique Chevalier, Tunis, Institut national d’art et d’archéologie, 542 p.

Berry-Chikhaoui Isabelle et Déboulet Agnès (dir.), 2000, Les compétences des citadins dans le Monde arabe. Penser, faire et transformer la ville, Paris, Karthala, 406 p.

Boumaza Nadir (dir.), 2006, Villes réelles, villes projetées. Fabrication de la ville au Maghreb, Paris, Maisonneuve & Larose, 691 p.

Chabbi Morched, 2005, Processus d’urbanisation et politiques urbaines dans les pays du sud. Le cas de la Tunisie, HDR en urbanisme et aménagement de l’espace, Rapport de synthèse, Université de Paris XII Val-de-Marne, 152 p.

Coquery-Vidrovitch Catherine, 1993, Histoire des villes d’Afrique noire. Des origines à la colonisation, Paris, Albin Michel, 412 p.

Coquery-Vidrovitch Catherine, 2006, « De la ville en Afrique noire », Annales. Histoire, Sciences sociales, 61e année, numéro 5, sept.-oct., Paris, 1087-1119.

Dakhlia Jocelyne (dir.), 1998, Urbanité arabe. Hommage à Bernard Lepetit, Paris, Sindbad/Actes Sud, 458 p.

Deluz Jean-Jacques, 2001, Alger, chronique urbaine, Paris, Bouchène, 239 p.

Denoix Sylvie, Depaule Jean-Charles et Tuchscherer Michel (dir.), 1999, Le Khan al-Khalili et ses environs. Un centre commercial et artisanal au Caire du xiiie au xxe siècle, Le Caire, Institut français d’archéologie orientale, 2 tomes.

Desclo tres Robert, Reverdy Jean-Claude et Declo tres Claudine, 1961, L’Algérie des bidonvilles. Le tiers monde dans la cité, Paris, Mouton, 127 p.

Destremau Blandine, Deboulet Agnès et Ireton François (dir.), 2004, Dynamiques de la pauvreté en Afrique du Nord et au Moyen Orient, Paris, Karthala, 516 p.

Djaït Hichem, 1986, Al-Kufa, naissance de la ville islamique, Paris, Maisonneuve & Larose, 340 p.

Duchac René (dir.), 1974, Villes et sociétés au Maghreb. Études sur l’urbanisation, Paris, Éditions du CNRS (Collection du Centre de recherches et d’études sur les sociétés méditerranéennes, Aix-en-Provence), 233 p.

Dumasy François, 2006, Ordonner et bâtir. Construction de l’espace urbain et ordre colonial à Tripoli pendant la colonisation italienne (1911-1943). Thèse de doctorat en histoire, Université de Provence, à para tre.

Dumasy François, 2008, Repenser l’histoire urbaine de la colonisation. Quelques réflexions pour une approche sociale des formes dans le cas maghrébin, in Pierre Robert Baduel (dir.), Chantiers et défis de la recherche sur le Maghreb contemporain, Paris, Karthala, sous presse.

Favier Agnès (dir.), 2001, Municipalités et pouvoirs locaux au Liban, Les Cahiers du CERMOC, Beyrouth, 438 p.

Garcin Jean-Claude, 1976, Un centre musulman de la Haute Égypte médiévale : Qûs, Le Caire, Institut français d’archéologie orientale, XII-657 p.

Garcin Jean-Claude (dir.), 2000, Grandes villes méditerranéennes du monde musulman médiéval, Rome, École française de Rome, 325 p.

Gervais-Lambony Philippe, Jaglin Sylvie et Mabin Alan (dir.), 1999, La question urbaine en Afrique australe. Perspectives de recherche, I, Paris, FAS-Karthala, 332 p.

Goerg Odile, 1997, Pouvoir colonial, municipalités et espaces urbains. Conakry-Freetown des années 1880 à 1914, Paris, L’Harmattan, 719 et 535 p.

Grangaud Isabelle, 2002, La ville imprenable. Une histoire sociale de Constantine au 18e siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, 368 p.

Haenni Patrick, 2005, L’ordre des caïds. Conjurer la dissidence urbaine au Caire, Paris, Karthala, 322 p.

Hafiane Abderrahim, 1989, Les défis de l’urbanisme. L’exemple de l’habitat illégal dans l’évolution de Constantine, Alger, OPU, 290 p.

Hénia Abdelhamid (dir.), 2006, Être notable au Maghreb. Dynamique des configurations notabiliaires, Paris, Maisonneuve & Larose, 364 p.

Ibn Khald n, 1968, Discours sur l’histoire universelle, traduction, préface, notes et index de Vincent Monteil, Commission libanaise pour la traduction des chef-d’ œuvres, Beyrouth, 3 tomes.

Ilbert Robert, 1981, Héliopolis. Le Caire1905-1952. Genèse d’une ville, Paris, Éditions du CNRS, 153 p.

Ilbert Robert, 1996, Alexandrie 1830-1930. Histoire d’une communauté citadine, Le Caire, IFAO, 886 p.

Lafi Nora, 2002, Une ville du Maghreb entre ancien régime et réformes ottomanes. Genèse des institutions municipales à Tripoli de Barbarie (1795-1911), Paris, L’Harmattan, 305 p.

Larguèche Abdelhamid, 1999, Les ombres de la ville. Pauvres, marginaux et minoritaires à Tunis (xviiie-xixe siècles), Tunis, Centre de Publication Universitaire, 457 p.

Le Tourneau Roger, 1949, Fès avant le Protectorat. Étude économique et sociale d’une ville de l’Occident musulman, Casablanca, Publication de l’IHEM, 668 p.

Legros Olivier, 2003, « La refondation des quartiers mal lotis de la banlieue de Tunis dans les années 1990 », Annuaire de l’Afrique du Nord, XLI, Paris, CNRS Éditions, 97-112.

Legros Olivier, 2007, « L’internationalisation des politiques urbaines et ses effets sur le gouvernement des villes du Sud. Réflexions à propos de l’équipement des quartiers mal lotis de Dakar et de Tunis », in Rodolphe Dodier, Alice Rouyer et Raymonde Séchet (dir.), Territoires en action et dans l’action, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 338 p., 229-240.

Legros Olivier (dir.), 2008, Participations citadines et action publique. Dakar, Rabat, Cotonou, Tunis, Jérusalem, Sanaa, Paris, Éditions Yves Michel, 209 p.

Leveau Rémy, 1976, Le Fellah marocain défenseur du trône, Paris, Presses de la FNSP, XX-279 p.

Masqueray Émile, 1983, Formation des cités chez les populations sédentaires de l’Algérie. Kabyles du Djurdjura, Chaouïa de l’Aourâs, Beni Mezab, présentation par Fanny Colonna, Aix-en-Provence, Édisud, Archives maghrébines (édition originale : 1886) 374 p.

Métral Jean et Mutin Georges (dir.), 1984, Politiques urbaines dans le monde arabe, Lyon/Paris, Maison de l’Orient/Sindbad, 494 p.

Mezzine Mohamed (dir.), 1992, Fès médiévale. Entre légende et histoire, un carrefour de l’Orient à l’apogée d’un rêve, Paris, Éditions Autrement, 219 p.

Naciri Mohamed et Raymond André (dir.), 1997, Sciences sociales et phénomènes urbains dans le monde arabe, Casablanca, Publication de la Fondation du Roi Abdu-Aziz Al Saoud, 299 p.

Navez-Bouchanine Françoise, 1997, Habiter la ville marocaine, Paris, L’Harmattan, 316 p.

Rachik Abderrahmane, 1995, Ville et pouvoirs au Maroc, Casablanca, Afrique Orient, 196 p.

Raymond André, 1973-1974, Artisans et commerçants au Caire au xviiie siècle, Damas, IFEAD, (nouvelle édition 1999, Le Caire/Damas, IFAO-IFEAD), LV-920 p.

Raymond André (dir.), 2000, Le Caire, Paris, Éditions Citadelles-Mazenaud, 493 p.

Raymond André, 1985, Grandes villes arabes à l’époque ottomane, Paris, Sindbad, 389 p.

Saadaoui Ahmed, 2001, Tunis ville ottomane. Trois siècles d’urbanisme et d’architecture, Tunis, Centre de Publication Universitaire, 472 p.

Safar-Zitoun Madani, 1996, Stratégies patrimoniales et urbanisation : Alger 1962-1992, Paris, L’Harmattan, 297 p.

Sauvaget Jean, 1941, Alep. Essai sur le développement d’une grande ville syrienne des origines au milieu du xixe siècle, Paris, Geuthner, XLII-303 p.

Sebag Paul, 1998, Tunis, histoire d’une ville, Paris, L’Harmattan, 685 p.

Sedjari Ali (dir.), 2006, Les politiques de la ville. Intégration urbaine et cohésion sociale, Paris, L’Harmattan, 360 p.

Semmoud Nora, 2001, Les stratégies d’appropriation de l’espace à Alger, préface de Jean-Pierre Frey, Paris, L’Harmattan, 270 p.

Signoles Pierre, 1985, L’espace tunisien : Capitale et État-Région, Tours, Publications d’URBAMA, 1041 p.

Signoles Pierre, El Kadi Galila et Sidi Boumedine Rachid (dir.), 1999, L’urbain dans le monde arabe. Politiques, instruments et acteurs, Paris, CNRS Éditions, Études de l’Annuaire de l’Afrique du Nord, 373 p.

Souami Taoufik, 2003, Aménageurs de villes et territoires d’habitants. Un siècle dans le sud algérien, Paris, L’Harmattan, 420 p.

Souami Taoufik et Verdeil Éric (dir.), 2006, Concevoir et fabriquer les villes. Milieux d’urbanistes du sud de la Méditerranée, Paris, Economica, 230 p.

Talbi Mohamed, 1973, Ibn Haldûn et l’Histoire, Tunis, Maison tunisienne de l’édition, 131 p.

Van Staëvel Jean-Pierre, 2000, « Le qâdî au bout du labyrinthe : l’impasse dans la littérature jurisprudentielle mâlikite (al-Andalus et Maghreb, 3e/ixe-9e/xve s.), in Patrice Cressier, Maribel Fierro et Jean-Pierre Van Sta vel (dir.), L’Urbanisme dans l’Occident musulman au Moyen Âge. Aspects juridiques, Madrid, Casa de Velázquez-CSIC, 39-63.

Volait Mercedes, 2005, Architectes et architectures de l’Égypte moderne (1830-1950). Genèse et essor d’une expertise locale, préface de Pierre Robert Baduel, Paris, Maisonneuve & Larose, 476 p.

Wirth Eugen et Kopp Horst, 1994, Sanaa : développement et organisation de l’espace d’une ville arabe, Aix-en-Provence, Cahiers de l’IREMAM, Institut de recherche et d’étude sur le monde arabe et musulman (traduction de Beiträge zur Tübingen Stadtgeographie von Sann’a, 1990), 125p.

Zaki Lamia, 2005, Pratiques politiques au bidonville. Casablanca (2000-2005). Thèse en science politique, IEP de Paris, 558 p.

Zaki Lamia, 2007, « Après le bidonville. Les relogés de Lahjama (Casablanca) : entre déni et nostalgie », in Alfa. Maghreb et sciences sociales 2007, Paris, Maisonneuve & Larose, 277-294.

Zaki Lamia, 2008, « De la représentation du pouvoir aux pratiques atomisées d’appropriation de l’espace dans les bidonvilles marocains : l’omniprésence de la référence au(x) droit(s) », in Pierre Robert Baduel (dir.), Chantiers et défis de la recherche sur le Maghreb contemporain, Paris, Karthala, sous presse.

Zaki Lamia, 2008, « L’action publique au bidonville : l’État entre gestion par le manque, “éradication” des kariens et accompagnement social des habitants », in L’année du Maghreb 2005-2006, Paris, CNRS Éditions, 303-320.

3. France, Europe, Amériques, Asie

Amiot Michel, 1986, Contre l’État, les sociologues. Éléments pour une histoire de la sociologie urbaine en France (1900-1980), Paris, Éditions de l’EHESS, 304 p.

Avenel Cyprien, 2004, Sociologie des « quartiers sensibles », préface de François de Singly, Paris, Armand Colin, 127 p.

Bachmann Christian et Le Guennec Nicole, 2002, Violences urbaines. Ascension et chute des classes moyennes à travers cinquante ans de politique de la ville, postface inédite, Pluriel, Paris, Hachette (1re édition : 1996) 544 p.

Backouche Isabelle, 2001, « À la recherche de l’histoire urbaine. Jean-Claude Perrot : Genèse d’une ville moderne (1975), » in Bernard Lepetit et Christian Topalov (dir.), La ville des sciences sociales, Paris, Belin, 267-3005.

Baduel Pierre Robert (dir.), 2008, Villes, Territoires, Sociétés (Maghreb, France, USA), Paris, Karthala, 125 p.

Bauer Alain et Rauffer Xavier, 2000, Violences et insécurités urbaines, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 5e édition, 127 p.

Beaud Stéphane et Pialoux Michel, 2006, Violences urbaines, violence sociale. Genèse des nouvelles classes dangereuses, Paris, Hachette Littératures (1re édition : Fayard, 2003), 426 p.

Bergère Marie-Claire, 2002, Changaï, Paris, Fayard, 520 p.

Billard Gérald, 1999, Citoyenneté, Planification et Gouvernement urbain aux États-Unis. Des communautés dans la ville, Paris, L’Harmattan, 295 p.

Billard Gérald, Chevalier Jacques et Madoré François, 2005, Ville fermée, ville surveillée. La sécurisation des espaces résidentiels en France et en Amérique du Nord, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 230 p.

Bocquet Denis et Fettah Samuel (coord.), 2007, Réseaux techniques et conflits de pouvoir. Les dynamiques historiques des villes contemporaines, Rome, École française de Rome, 328 p.

Bottin Jacques et Calabi Donatella (dir.), 1999, Les étrangers dans la ville. Minorités et espace urbain du bas Moyen Age, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 486 p.

Castells Manuel et Godard Francis, 1974, Monopolville. L’entreprise, l’État et l’urbain, Mouton, Paris, 495 p.

Centre d’analyse stratégique, 2006, Enquête sur les violences urbaines. Comprendre les émeutes de novembre 2005. Les exemples d’Aulnay-sous-Bois et de Saint-Denis, Paris, La documentation Française, 140 p.

Chevalier Bernard, 1982, Les bonnes villes en France. Du xive au xvie siècle, Paris, Aubier-Montaigne, 345 p..

Chevalier Gérard, 2005, Sociologie critique de la politique de la ville. Une action publique sous influence, Paris, L’Harmattan, « Questions contemporaines », 254 p.

Chevalier Jacques, 2000, Grandes et très grandes villes en Amérique du Nord, Paris, Ellipses, 160 p.

Chevalier Louis, 1958, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du xixe siècle, Paris, Perrin, « Pour l’histoire » (réédition : 2002) 566 p.

Dabène Olivier, 2006, Exclusion et politique à São Paulo. Les outsiders de la démocratie au Brésil, Paris, Karthala, 243 p.

Damamme Dominique et Jobert Bruno, 1995, « La politique de la ville ou l’injonction contradictoire en politique », Revue française de science politique vol. 45, n 1, Paris, 3-30.

De Koninck Rodolphe, 2006, Singapour, la cité-État ambitieuse, Paris, La documentation française/Belin, 175 p.

De Maillard Jacques, 2004, Réformer l’action publique. La politique de la ville et les banlieues, Paris, Droit et Société. Série politique, LGDJ, 242 p.

Donzelot Jacques, 2006, Quand la ville se défait. Quelle politique face à la crise des banlieues ?, Paris, Seuil, La couleur des idées, 190 p.

Donzelot Jacques et Estèbe Philippe, 1994, L’État animateur. Essai sur la politique de la ville, Paris, Éditions Esprit, Ville et Société, 239 p.

Donzelot Jacques, Mével Catherine et Wyvekens Anne, 2003, Faire société. La politique de la ville aux États-Unis et en France, Paris, Seuil, La couleur des idées, 366 p.

Donzelot Jacques (dir.), 1991, Face à l’exclusion. Le modèle français, Paris, Éditions Esprit, « Ville et Société », 224 p.

Dormois Rémi, 2006, « Structurer une capacité politique à l’échelle urbaine. Les dynamiques de planification à Nantes et à Rennes (1977-2001) », Revue française de science politique vol. 56, n 5, Paris, Presses de Science Po, 837-867.

Dubet François et Lapeyronnie Didier, 1999, Les quartiers de l’exil, Paris, Seuil, 245 p.

Dubet François, 2003, La galère : jeunes en survie. Essai, Paris, Seuil, « Points » (1re édition : Fayard, 1987), 506 p.

Estèbe Philippe, 2004b, « Les quartiers, une affaire d’État, un instrument territorial », in Pierre Lascoumes et Patrick Le Galès (dir.), Gouverner par les instruments, Paris, Sciences Po Les Presses, 371 p., 47-70.

Estèbe Philippe, 2004, L’usage des quartiers. Action publique et géographie dans la politique de la ville (1982­1999), préface de Jacques Donzelot, Logiques politiques, Paris, L’Harmattan, 264 p.

Frey Jean-Pierre, 1995, La ville industrielle et ses urbanités. La distinction ouvriers/employés. Le Creusot 1870­1930, Paris, Mardaga, 386 p.

Gaudin Jean-Pierre, 1997, Les nouvelles politiques urbaines, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 127 p.

Genestier Philippe, 1996, Vers un nouvel urbanisme ? Faire la ville, comment ? pour qui ?, Paris, Éditions du CNRS, 278 p.

Ghorra-Gobin Cynthia, 2000, Les États-Unis entre local et global, Paris, Presses de Sciences Po, 288 p.

Ghorra-Gobin Cynthia, 2003, Ville et société urbaine aux États-Unis, Paris, Armand Colin, 191 p.

Goësset Vincent, Dureau Françoise et Mesclier Évelyne, 2006, Géographies de l’Amérique latine, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 375 p.

Heers Jacques, 1997, La ville au Moyen Âge en Occident. Paysages, pouvoirs et conflits, Paris, Pluriel (1re édition Fayard : 1990), 550 p.

Ingold Alice, 2003, Négocier la ville. Projet urbain, société et fascisme à Milan, Paris, Éditions de l’EHESS, 422 p.

Jouve Bernard et Lefèvre Christian (dir.), 1999, Villes, Métropoles. Les nouveaux territoires du politique, Paris, Anthropos, 305 p.

Jouve Bernard et Lefèvre Christian (dir.), 2003, Métropoles ingouvernables. Les villes européennes entre globalisation et décentralisation, Paris, Elsevier, 203 p.

Jouve Bernard et Lefèvre Christian (dir.), 2004, Horizons métropolitains, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, 274 p.

Jouve Bernard et Lefèvre Christian, 1999, « De la gouvernance urbaine au gouvernement des villes ? Permanence ou recomposition des cadres de l’action publique en Europe », Revue française de science politique, vol. 49, n 6, Paris, 835-854.

Jouve Bernard, Spenlehauer Vincent et Warin Philippe (dir.), 2001, La région, laboratoire politique. Une radioscopie de Rhône-Alpes, préface de Jean-Louis Quermonne, Paris, La Découverte, « Recherches », 379 p.

Lagrange Hugues et Oberti Marco (dir.), 2006, Émeutes urbaines et protestations. Une singularité française, Paris, Les Presses de Sciences Po, « Nouveaux débats », 225 p.

Lassave Pierre, 1998, Les sociologues et la recherche urbaine dans la France contemporaine, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 400 p.

Laurent Sébastien et Rouillier Jean-Eudes (dir.), 2005, Paul Delouvrier, un grand commis de l’État, Paris, Presses de Sciences Po, 140 p.

Le Galès Patrick, 2003, Le retour des villes européennes. Sociétés urbaines, mondialisation, gouvernement et gouvernance, Paris, Presses de Sciences Po, 454 p.

Le Goff Jacques, 1997, Pour l’amour des villes, Paris, Textuel, 159 p.

Le Texier Emmanuelle, 2006, Quand les exclus font de la politique. Le barrio mexicain de San Diego, Californie, Paris, Les Presses de Sciences Po 199 p.

Lecuppre-Desjardin Élodie et Pavan-Crouzet Elizabeth (dir.), 2008, Villes de Flandre et d’Italie (xiiie-xvie siècles). Les enseignements d’une comparaison, Turnhout, Brepols, VI-330 p.

Magri Suzanna et Topalov Christian, 1990, Villes ouvrières (1900-1950), Paris, L’Harmattan, 239 p.

Margolin Jean-Louis, 2000, Singapour 1959-1987. Genèse d’un nouveau pays industriel, Paris, L’Harmattan, 315 p.

Mauger Gérard, 2006, L’émeute de novembre 2005. Une révolte protopolitique, Paris, Éditions du Croquant, « Savoir/agir », 159 p.

Mengin Françoise, 1998, Trajectoires chinoises. Taïwan, Hong Kong et Pékin, Paris, Karthala, 168 p.

Menjot Denis et Pinol Jean-Luc (dir.), 1997, Enjeux et expressions des politiques municipales (xiie-xxe siècles), Paris, L’Harmattan, 245 p.

Moncomble Françoise, 2004, La déliaison. La politique de la ville en question ?, Paris, L’Harmattan, « Logiques sociales », 179 p.

Mucchielli Laurent et Le Goaziou Véronique (dir.), 2006, Quand les banlieues brûlent… Retour sur les émeutes de novembre 2005, Paris, La Découverte, « Sur le vif », 159p.

Nicolet Claude, Ilbert Robert et Depaule Jean-Charles (dir.), 2000, Mégalopoles méditerranéennes. Géographie urbaine rétrospective, Paris, Maisonneuve & Larose-MMSH, 1071 p.

Perrot Jean-Claude, 2001, Genèse d’une ville moderne. Caën au xviiie siècle, Paris, Éditions de l’EHESS (1re édition : 1975), 4 volumes, 1 157 p.

Pinol Jean-Luc (dir.), 2003, Histoire de l’Europe urbaine. Tome 1 : De l’Antiquité au xviiie siècle. Genèse des villes européennes. Tome 2 : De l’Ancien Régime à nos jours. Expansion et limite d’un modèle, Paris, Seuil, 969 et 889 p.

Pinson Gilles, 2006, « Projets de ville et gouvernance urbaine. Pluralisation des espaces politique et recomposition d’une capacité d’action collective dans les villes européennes », Revue française de science politique, vol. 56, n 4, Paris, Presses de Science Po, 619-651.

Redon Odile, 1994, L’espace d’une cité. Sienne et le pays siennois, Rome, Publications de l’École Française de Rome, 324 p.

Rigaudière Albert, 1993, Gouverner la ville au Moyen Âge, Paris, Anthropos, 536 p.

Rivière d’Arc Hélène et Memoli Maurizio (dir.), 2006, Le pari urbain en Amérique latine. Vivre dans le centre des villes, Paris, Armand Colin, 223 p.

Roncayolo Marcel, 1996, Les grammaires d’une ville. Essais sur la genèse des structures urbaines à Marseille, Paris, Éditions de l’EHESS, 507 p.

Sassen Saskia, 2001, The Global City. New York, London, Tokyo, Princeton University Press (1re édition : 1991), 398 p.

Sueur Jean-Pierre, 1998, Demain la ville Rapport présenté au ministre de l’Emploi et de la Solidarité, Paris, ministère de l’Emploi et de la Solidarité, 2 tomes, 232 et 392 p.

Tissot Sylvie, 2007, L’État et les quartiers. Genèse d’une catégorie de l’action publique, Paris, Seuil, 304 p.

Verpraet Gilles, 2005, Les professionnels de l’urbanisme. Sociohistoire des systèmes professionnels de l’urbanisme, Paris, Economica, 240 p.

Wacquant Lo c, 2006, Parias urbains. Ghetto, banlieues, État, Paris, La Découverte (1re édition américaine : 2005), 332 p.

Weber Eugen, 1983, La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale (1970-1914), Paris, Fayard/Éditions Recherches (1re édition américaine : 1976), 843 p.

Notes

2 Toutes sciences humaines et sociales confondues, la bibliographie s’enrichit chaque année de nouveaux travaux. En histoire, je privilégierai quelques auteurs, depuis la ville médiévale – avec H. Pirenne, 1992 ; J. Heers, 1997 ; B. Chevalier, 1992 ; J. Le Goff, 1997 ; O. Redon, 1994 ; A. Rigaudière, 1993 ; E. Lecuppre-Desjardin et E. Pavan-Crouzet (dir.), 2008 ;. – à l’histoire contemporaine, pour laquelle un nom mérite une attention particulière : J.-Cl. Perrot dont la thèse sur Caen (1975) est considérée comme un tournant dans l’historiographie urbaine (I. Backouche, 2001). Quelques ouvrages récents présentent un panorama général ou thématique sur la longue durée : D. Menjot et J.-L. Pinol (dir.), 1997 ; J.-L. Pinol (dir.), 2003 ; D. Turel (dir.), 2003 ; Dans sa livraison de septembre-octobre 2003 (58e année, 2003, n 5, 1137-1210), la revue Annales. Histoire, Sciences sociales a établi un riche dossier sur la production récente en « Histoire urbaine ». Th. Paquot et al. (2000) établissent un état des recherches urbaines toutes disciplines réunies. Dans le présent ouvrage, A. Ingold, elle-même auteur d’un ouvrage important sur Milan (2003), retrace à grands traits les évolutions de l’historiographie urbaine contemporaine.

3 À cette recherche contractuelle restent attachés quelques noms d’auteurs et quelques titres d’ouvrages célèbres, notamment M. Castells (1972) et M. Castells et F. Godard (1974). Sur cette action de l’État, voir M. Amiot, 1986 ; P. Lassave, 1998 ; S. Laurent et J.-E. Rouillier (dir.), 2005 ; P. Grémion, 2006 ; Ph. Bezes et al. (dir.), 2005. On notera au passage que la région qui faisait problème (mouvements régionalistes, voire autonomistes) en France (et en Europe) de la fin des années 1960 aux années 1980 autant, voire plus, que les villes, a certes fait l’objet d’ouvrages importants (L. Quéré, 1978 ; R. Dulong, 1978 ;) mais ne s’est pas constituée en domaine académique de recherche comparativement au domaine urbain. Alors la question des régions comme celle des villes était abordée surtout à travers la « question du local » (L. Sfez, 1975 ; P. Grémion, 1976 ; J. Chevallier (dir.), 1978 ; 1984 ; A. Touraine et al., 1981,…).

4 Voir le document de synthèse dirigé par G. Dupuy, 1994.

5 Sur les violences urbaines en France, voir par ex. Ch. Bachmann et N. Le Guennec, 2002 ; S. Beaud et M. Pialoux, 2006 ; H. Lagrange et M. Oberti (dir.), 2006 ; L. Mucchielli et V. Le Gozziou (dir.), 2006 ; G. Mauger, 2006 ; Centre d’analyse stratégique, 2006 …

6 Voir par ex. M. Magri et Ch. Topalov, 1990 ; J.-P. Frey, 1995.

7 L. Chevalier, 1958.

8 Selon certains auteurs, si les « ghettos » américains ont disparu pour les populations immigrées anciennes – Italiens, Allemands, Juifs, (L. Wirth, 2006) –, ils subsistent pour les immigrés latino­américains (E. Le Texier, 2006) et se renforcent pour la partie de la population négro-américaine surpaupérisée (L. Wacquant, 2006). Sur la question des minorités et étrangers dans la ville au Moyen Âge européen, on peut lire J. Bottin et D. Calabi, 1999.

9 Sur ces problématiques « tourainiennes » voir F. Dubet, 1995 ; F. Dubet et D. Lapeyronnie, 1992. La question des exclus réapparaît en France comme question politique dans les années 1980 (J. Donzelot (dir.), 1991 ; S. Paugam, 1991 ;). Cette nouvelle situation urbaine a probablement contribué à un surcro td’intérêt en France pour les travaux fondateurs de l’École de Chicago, dont témoignent la traduction de nombreux textes (Y. Grafmeyer et I. Joseph, 1984 ; L. Wirth, 2006) et les ouvrages d’A. Coulon, 2002, et M. Chapoulie, 2001.

10 H. Lefebvre, 1968 ; R. Ledrut, 1968 ; M. Castells, 1972…

11 Sur ces problématiques, pour la France voir par ex. Ph. Estèbe, 2004 ; A. Avenel, 2004 ; S. Tissot, 2007. Pour les USA, voir par ex. L. Wacquant, 2006 ; E. Le Texier, 2006. Pour une approche plus globale de la notion de quartier, lire par ex. J.-Y. Authier et al. (dir.), 2007. Pour une comparaison entre les USA et la France J. Donzelot et al., 2003 ; L. Wacquant, 2006. Pour un questionnement plus théorique sur la « fragmentation urbaine » et des études de cas sur plusieurs aires culturelles, voir F. Navez-Bouchanine (dir.), 2002.

12 Sous des gouvernements socialistes, mises en place successives du « Développement social des quartiers » (DSQ) sous la responsabilité d’Hubert Debedout, de la Délégation interministérielle à la ville (DIV) avec comme premier délégué Yves Dauge, du ministère de la Ville avec comme premier titulaire Bernard Tapie et successeur Michel Delebarre Sur la problématique de la « politique de la ville », il existe une abondante production scientifique. Je retiendrai quelques titres : J. Donzelot (seul ou en coll.), 1994, 2003, 2006 ; D. Damamme et B. Jobert, 1995 ; F. Moncomble, 2004 ; J. de Maillard, 2004 ; G. Chevalier, 2005 ; P. R. Baduel (dir.), 2008

13 Sans remonter à E. Masqueray, 1886, voir par ex. J. Sauvaget, 1941 ; R. Le Tourneau, 1949 ; A. Raymond, 1973-1974, ; J.-Cl. Garcin, 1976, ; H. Dja t, 1986 ; M. E. A. Ben Achour, 1989,...

14 En sociologie, R. Desclo tres et al., 1961 ; A. Adam, 1972 ou R. Duchac (dir.), 1974. En géographie, J. Métral et G. Mutin (dir.), 1984 ; P. Signoles, 1985…

15 La recherche urbaine française s’est enrichie de nouveaux travaux, je citerai en histoire R. Ilbert, 1981, 1996 ; S. Denoix et al. (dir.), 1999 ; J.-P. Van Sta vel, 2000 ; I. Grangaud, 2002 ; N. Lafi, 2002 ; M. Volait, 2005 ou F. Dumasy, 2006 ; en science politique A. Favier (dir.), 2001 ; P. Haenni, 2005 ou L. Zaki, 2005 ; en géographie O. Legros, 2003, 2007, 2008 ; et P.-A. Barthel, 2006 ; etc. La recherche maghrébine dans le domaine urbain est particulièrement riche, je citerai en histoire A. Rachik, 1995 ; M. Mezzine (dir.), 1992 ; A. Larguèche, 1999 ; A. Saadaoui, 2001 ; A. Hénia (dir.), 2006 ; en sociologie et sociologie politique M. Safar-Zitoun, 1996 ; A. Abouhani, 2000 ; en urbanisme J. Abdelkafi, 1989 ; M. Chabbi, 2005 ou A. Hafiane, 1989 ; en géographie N. Semmoud, 2001 ; A. Al. Maoula El Iraki, 2003 ; B. Semmoud, 2001 ; N. Boumaza (dir.), 2006…

16 Selon P. Rabinow (2006), l’expérience lyautéenne a constitué un des laboratoires de l’urbanisme français moderne, notamment avec Henri Prost (qui a dirigé au Maroc « ce qui fut le plus grand projet d’urbanisme du monde francophone avant le boom de l’après-guerre », op. cit., 371) et Albert Laprade.

17 Voir par exemple la traduction de la Muqqadima par V. Monteil, 1968.

18 M. Talbi, 1973, 77.

19 A. Appaduraï, 2002.

20 C. Ghorra-Gobin, 2000.

21 Fr. Choay, 1994.

22 Entraînant très tôt (Carrières centrales, Ben Msik, Derb Jdîd à Casablanca,…) une bidonvilisation (une « gourbification » selon P. Sebag) durable, jusqu’à aujourd’hui significative au Maroc et en Mauritanie (kébés) ainsi que la production d’un habitat informel (irrégulier, illicite, clandestin, non réglementaire…) qui touche jusqu’aux classes moyennes-inférieures. Sur la question plus globale de la pauvreté dans le monde arabe, voir par ex. B. Destremau, A. Deboulet et F. Ireton (dir.), 2004.

23 Voir par ex. pour le Maroc R. Leveau, 1976.

24 Ne sont pas compris dans ces populations les cadres africains de la BAD (Banque africaine pour le développement) – plusieurs centaines avec les familles – qui se sont installés durablement à Tunis à la suite des récentes turbulences politiques en C te d’Ivoire. On assiste aussi au développement, pour le moment assez limité, d’une migration d’étudiants étrangers (voir programme en cours de l’IRMC sous la responsabilité de S. Mazzella sur les étudiants étrangers dans le système universitaire maghrébin).

25 S’agissant de la Libye, les migrations de transit actuelles sont à différencier des migrations de travailleurs arabes (Égyptiens, Tunisiens,…), dont l’accueil, ancien, n’a pas toujours été harmonieux.

26 Voir L. Basch et al., 1994.

27 Ce que démontre bien en particulier J. de Maillard, 2004.

28 J. Donzelot, 2006.

29 Sur villes et construction de l’État moderne en Europe, voir par ex. N. Bulst et J.-Ph. Genet (dir.), 1998.

30 L’histoire de la Ligue (xvie siècle) est d’une lecture complexe, mais à certains égards la Ligue apparaît comme une insurrection urbaine, voire « une révolution municipale » (J.-M. Constant, 1996). J.-M. Constant étudie le cas de la révolte de Paris et de nombreuses villes provinciales (Orléans, Amiens, Abbeville, Lyon, Rouen, Marseille, Saint-Malo, Morlaix, Chartres, Le Mans,…).

31 Sur la polis et la cité-État, voir par ex. M. H. Hansen, 2001.

32 Voir par ex. S. Sassen, 2001 ; P. Le Galès, 2003 ; B. Jouve et Ch. Lefèvre, 1999, 2003, 2004.

33 La question de la « gouvernance » – entrepreneuriale, locale, nationale, internationale – fait l’objet d’un débat âpre entre les spécialistes des sciences sociales. Lire par ex. J. Kooiman, 1993, 2005 ; N. Brenner, 2006 ; P. Le Galès, 1995 ; A. Querrien et P. Lassave (dir.), 1998 ; J. Commaille et B. Jobert (dir.), 1999 ; J.-P. Gaudin, 2002 ; B. Jouve, 2003 ; G. Hermet (seul ou avec d’autres auteurs), 2004, 2005 ; G. Pinson, 2006…

34 Voir par ex. P. Le Galès et M. Thatcher (dir.), 1995.

35 Lire par ex. P. Ingallina, 2001

36 D’où en France, la transformation récente (2006) de la Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale ou DATAR, créée en 1963, en Délégation interministérielle à l’aménagement et à la compétitivité des territoires ou DIACT (Cl. Lacour et A. Delamarre, 2006). Jusqu’à la fin des années 1980, l’État moderne considérait tous les particularismes comme archaïques et appelés à disparaître (P. R. Baduel (dir.), 1985, 1996), et l’émergence des politiques publiques avait rendu obsolète l’approche territoriale et mis en œuvre une approche en termes de sectorialité (B. Jobert et P. Muller, 1987). Alors qu’après la fin des terroirs étudiée dans la période 1870-1914 par E. Weber (1982), on annonçait dans les années 1990 la fin des territoires (J.-P. Balligand et D. Maquart, 1990 ; B. Badie, 1995, …), avec la prise de conscience de l’impuissance de l’État à réduire les crises économiques, on a assisté à une remise en cause de l’idéologie centraliste homogénéisante et à un retour en force de l’équation territoriale dans les politiques publiques (A. Faure et A. C. Douillet (dir.), 2005 ; P. R. Baduel, 2006). D’où un intérêt nouveau en Italie pour les « districts industriels », dans les pays anglo-américains pour les « clusters », en France la construction des catégories de systèmes productifs locaux (SPL) et de « pôles de compétences ». Sur ces catégories de « districts industriels », « clusters », SPL, etc., voir par ex. P. Pommier, 2002 ; B. Pecqueur et J.-B. Zimmerman (dir.), 2004 ; J. Eck et M. Lescure (dir.), 2002 ; M. Lescure (dir.), 2006 ; J.-Cl. Daumas, 2006 ; M. Mezouaghi 2006 …

37 Voir S. Biarez, 1989 ; R. Balme et al., 1999

38 D’où en sciences politiques la substitution au concept de politiques publiques considérées comme encore trop top-down du concept d’« action publique » mettant plus en exergue les différents partenariats (dont le privé). Voir par ex. J.-Cl. Gaudin, 2004 ; P. Lascoumes et P. Le Galès, 2007.

39 Sur la notion de subsidiarité, d’inspiration thomiste, remise à l’ordre du jour avec la construction européenne, voir par ex. Ch. Million-Delsol, 1992.

40 L’Extrême-Orient semble avoir déjà renoué avec l’ancienne formule des cités-États (Brunei ou Singapour), ou des quasi Cités-États (Ta wan, Changha, Canton, Hong Kong, Macao,). Voir par ex. M.-Cl. Bergère, 2002 ; F. Mengin, 1998 ; J.-L. Margolin, 2000 ; R. de Koninck, 2006 …

41 Voir par ex. I. Berry-Chikhaoui et A. Deboulet (dir.), 2000 ; G. Verpraet, 2005 ; T. Souami et E. Verdeil (dir.), 2006 ; D. Bocquet et S. Fettah (dir.), 2007.

42 Deux programmes de l’IRMC pour la période 2006-2009 portent, l’un – sous la responsabilité de Myriam Bacha – sur L’architecture au Maghreb, entre patrimoine et création (xixe-xxe siècle), l’autre – sous la responsabilité de Lamia Zaki – sur « Transformations de l’action publique urbaine au Maghreb (Maroc, Algérie, Tunisie) ».

43 Je retiendrai pour l’Afrique quelques titres récents : C. Coquery-Vidrovitch (1993, 2006) ; O. Goerg (1997) ; Ph. Gervais-Lambony et S. Jaglin (1999), … Sur l’Amérique latine, voir par ex. H. Rivière d’Arc et M. Memoli (dir.), 2006 ; V. Gou sset et al., 2006 ; ou encore le travail original d’un politologue sur São Paulo : O. Dabène, 2006. Sur les USA et l’Amérique du Nord, voir par ex. C. Ghorra-Gobin, 1998, 2000, ; G. Billard, 1999 ; J. Chevalier, 2000,… ; G. Billard et al., 2005 ; sans parler de la recherche américaine elle-même dont je signalerai seulement une présentation globale très riche : P. Kantor et D. J. Judd (dir.), 2008 …

44 Sur cette théorie voir par ex. C. Ghorra-Gobin, 2006.

45 « Une société plus rationnelle, plus individualiste et plus différenciée  » (F. Asher, 2001, 22-…) qu’il qualifie de « société hypertexte » (34 et ss.) contemporaine du passage du capitalisme industriel au capitalisme cognitif (40 et ss.).

46 1re révolution urbaine : la ville de la Renaissance et des Temps modernes. 2e révolution : la ville de la révolution industrielle. Dans ce même ouvrage, F. Asher énonce les principes d’un néo-urbanisme ou nouvel urbanisme (qu’il distingue du New Urbanism).

47 Selon le sous-titre d’un ouvrage de F. Asher, 2001.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable