Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le temps des entrepreneurs ?

 | 
Myriam Catusse

Conclusion

Texte intégral

  • 1 La formule a fait florès. Controversée, elle me paraît néanmoins symptomatique de l’orientation de (...)

1Le Maroc est au diapason de l’agenda néolibéral international. Sans susciter des analyses aussi tranchées qu’elles peuvent le faire en Tunisie, tour à tour présentée comme un élève modèle des thérapeutes du développement ou comme un contre-exemple des vertus démocratiques du « consensus de Washington »1, les trajectoires politico-économiques du Royaume sont à bien des égards remarquables. Les différents dispositifs de réformes que l’on observe se mettre en place depuis plus de vingt ans dans les arènes de la politique économique se réclament des dogmes du développementalisme néolibéral. Caisse de résonance, parfois laboratoire de cette « religion moderne », la société marocaine en vit les espérances et les déceptions. Elle en connaît certaines fortunes, ambivalences ou contrecoups. Le « développement » du pays paraît sans cesse en sursis. Comme le montre la récente « Initiative nationale pour le développement humain », campagne royale menée en étroite intelligence avec les agences de développement internationales, il est l’objet d’attentions renouvelées, d’expériences locales ou internationales variées, et aussi de résultats souvent frustrants voire dévoyés. Mais il semble être dans l’ordre des choses que les chantiers du développement s’emploient au mieux à s’accorder au catéchisme néolibéral, à la promotion des outils d’un marché libre et concurrentiel et à l’avènement des « forces productrices ».

2Dans ce contexte, les pratiques économiques sont évaluées à l’aune de performances définies abstraitement, à partir de modèles souvent simplifiés ou idéalisés. Si dans leur extrême hétérogénéité, elles s’adaptent ou président à de nouvelles contraintes et techniques, elles sont parallèlement les sujets de prises de positions qui reflètent des représentations de l’économique particulièrement manichéennes et normatives. Il pourrait être tentant de réduire ces dernières à des phénomènes résiduels traduisant une certaine résilience des représentations ou au contraire un enthousiasme peu critique, complaisant ou naïf à l’égard de la « légende libérale » (J.-F. Bayart, 1994). Mais ce serait ignorer les pratiques disparates que les activités économiques impliquent, les mobilisations qu’elles suscitent et même l’énergie que déploient certains de leurs promoteurs pour ériger leurs préoccupations en problèmes publics, pour défendre leur cause ou appeler à la sanction.

3Cet ouvrage rend compte d’une enquête commencée en 1995. En ce sens, il traduit lui-même une trajectoire de recherche qui s’est confrontée à plusieurs reprises à l’histoire « réelle » du néolibéralisme, celle que vivent dans les temps chauds de l’engagement ou ceux plus froids de la vie quotidienne les acteurs cibles de la réforme. À l’origine, cette enquête avait pour objectif d’étudier les relations entre le politique défini de façon large et une catégorie sociale, les « entrepreneurs », construite en grande partie pour l’occasion. Quinze années plus tard, le propos a manifestement évolué. Il s’est évidemment transformé au contact du terrain et des événements qui se sont enchaînés à un rythme rapide au cours de ces deux décennies. Mais la problématique a essentiellement évolué au gré des apories d’un raisonnement trop attaché à cette catégorie et aux stratégies individuelles.

4Que conclure ? Quels enseignements tirer de cette analyse des évolutions des politiques de l’entrepreneur dans le Maroc de la libéralisation ?

5Je ne reviendrai pas ici sur les conclusions successives auxquelles les différentes parties de l’ouvrage ont donné lieu. Soulignons simplement qu’au cours de ces années d’ajustement et de libéralisation, l’émergence d’une figure emblématique profondément inscrite dans les référents de l’agenda néolibéral, celle des « entrepreneurs » archétype idéal et idéel de la réussite et du pouvoir, s’est révélée un poste d’observation remarquable pour traiter du changement politique au Maroc sans avoir à verser dans la veine de la « transitologie » ou dans celle du fonctionnalisme. Suivre la formation de cette catégorie dans l’espace du marché mais aussi dans l’arène du pouvoir et de l’action publique fut d’une extrême richesse heuristique. Cela impliquait une posture d’analyse sociohistorique qui saisisse l’entrepreneur non pas comme une catégorie naturelle, mais comme une catégorie construite, moins objective qu’objectivée dans un contexte réformiste. Il s’agissait d’analyser les récits (les auteurs de langue anglaise parlent de narratives) qui s’organisent autour de « l’entrepreneur » et d’examiner leurs articulations à l’ordre des pratiques dans le monde privé des affaires ou sur des terrains publics et politiques.

6Plus de vingt ans après l’adoption du Programme d’ajustement structurel, l’avènement d’un « grand soir » du marché libre et concurrentiel reste avant tout au Maroc de l’ordre de l’aspiration plus ou moins partagée. Les réformes économiques, l’affaire de l’État avant tout – mais un État qui se transforme – sont partielles et sélectives, ce qui n’a rien d’exceptionnel. Les acteurs économiques se sont « ajustés à l’ajustement structurel » (B. Dillmann, 2001, 110 et ss.) au cours de la réforme néolibérale qui, bien que souvent décrite comme transitoire, s’étire pour le moins en longueur dans une sorte « d’économie de la patience » propre au réformisme (A.O. Hirschman, 1973).

  • 2 Par exemple J.-N. Ferrié, 2003a.

7Pour autant, on ne peut qu’être frappé par un paradoxe : d’un côté, les théories en usage et les principales analyses disponibles insistent sur les limites et les obstacles aux transformations de l’économie politique marocaine, et in fine sur la stabilité du régime. Patrimonialisme, clientélisme, connivences nationales et internationales joueraient dans le sens de la fameuse maxime de l’auteur du Guépard : « si nous voulons que tout continue il faut d’abord que tout change ». Celle-ci est d’ailleurs régulièrement citée dans les travaux de sociologie politique sur le Maroc et la région2. L’argument se charpente sur une forme récurrente de rhétorique « réactionnaire » (de réactions face à la réforme politique et sociale), décrite et analysée par l’économiste A. O. Hirschmann : l’idée d’inanité (futility) est régulièrement convoquée pour expliquer les chemins et la portée de la réforme économique marocaine, comme si aucun projet n’était capable de modifier un statu quo en quoi que ce soit.

  • 3 A.O. Hirschmann, 1991, 78. L’auteur distingue deux autres formes d’argument réactionnaire : la thè (...)

« Toute tentative de changement est mort-née, de manière ou d’autre, tout prétendu changement n’est, n’a été ou ne sera en grande partie que dehors et façade ; autrement dit, du fait que les structures “profondes” de l’ordre social sont restées intactes, le changement n’est jamais que trompe l’œil et illusion »3.

8En lieu et place d’une loi du changement s’imposerait une loi du non-mouvement :

« Les réformes sélectives ont prévenu l’émergence de marchés compétitifs et de secteurs privés puissants et autonomes ». (B. Dillman, 2001, 198).

  • 4 J. Fontaine et P. Hassenteufel (2004) notent le même paradoxe à propos des changements de l’action (...)

9Mais de l’autre côté, paradoxalement, sur le terrain, si l’inertie institutionnelle demeure une donnée majeure, les traces et discours de changement sont omniprésents4. D’une part, les logiques de la régulation économique se transforment, de nouvelles institutions voient le jour sur le marché ; d’autre part, derrière un nouveau lexique de la réforme, la société politique marocaine connaît de remarquables métamorphoses au cours des vingt dernières années : réformes institutionnelles, reconfiguration du paysage partisan et « alternance gouvernementale » en 1998, succession monarchique en 1999, développement de mouvements sociaux autour d’un nouveau cycle de contestation (F. Vairel, 2005). Les mutations que l’on observe ne sont pas nécessairement celles qui sont attendues. Peut-être occupent-elles une position subalterne sur l’échelle de la « transitologie », cette science des lois de la « démocratisation » qui a, ces vingt dernières années, monopolisé la réflexion sur les changements politiques. Certains ont été tentés pourtant de mobiliser ces formes d’explications inductives, en cédant parfois à la tentation de la synecdoque, envisageant l’indice pour le tout (en l’occurrence, la pluralisation de la scène politique, par exemple pour une démocratisation du régime), ou en tombant dans le piège de Procuste consistant à vouloir faire coller les données recueillies sur le terrain avec le cadre de l’analyse, quand bien même fut-ce au prix de l’histoire réelle. Mais ces transformations que l’on observe sont-elles pour autant insignifiantes ? Au terme de cette enquête de nouvelles pistes d’investigations s’ouvrent.

10L’international doit être pris au sérieux : parce que la doxa globalisante néolibérale accompagne et justifie un modèle de politique économique qui ne peut être laissé de côté au prétexte de sa théogonie ou de son caractère idéologique. La réforme de la société marocaine puise en grande partie dans des phénomènes transnationaux et participe d’un mouvement rapide de transformation des sociétés des pays que l’on disait autrefois « en voie de développement ». Les structures économiques du pouvoir politique se transforment et s’adaptent aux contraintes et opportunités de l’agenda réformiste mais les héritages politiques, sociaux ou culturels, interviennent régulièrement et conduisent souvent les métamorphoses d’un corps sociopolitique dont la mémoire est vive.

11La transformation du capitalisme marocain s’avère de fait tributaire du régime politique et des compétences et prédispositions des acteurs sociaux. Mais pour hétérogène qu’elle soit – on ne peut pas parler d’un mouvement social des entrepreneurs par exemple – l’entrée en politique de l’entreprise n’est pas sans conséquence sur la société politique :

« Un mouvement occasionnel de nombreuses personnes vers l’arène publique tend à entraîner des conséquences historiques d’une telle importance que cette sorte de déplacement, même lorsqu’une petite fraction de la population d’un pays est seule concernée, est particulièrement intéressante pour comprendre le changement social ». (A.O. Hirschman, 1983, 44).

12Il est vrai que le structurel d’une part, l’historique d’autre part, s’imposent sans cesse comme « invités de la dernière minute ». Il a fallu reconsidérer leur importance. L’État, en tant que structure administrative et institutionnelle mais aussi comme figure politique historique et sociale, demeure primordial, en amont et en aval de la compréhension. Cela engage à entrer dans l’examen des modalités de son action. Les logiques de la « décharge » sont déterminantes pour comprendre comment se transforment les institutions : elles invitent à s’intéresser au fonctionnement interne de l’État. Elle permet de mieux saisir au fond ce que l’État « est » à travers ce qu’il « fait ». Cela amène à questionner les rationalités, au pluriel, de l’action publique, en prêtant attention à la sociologie de ses acteurs mais aussi aux représentations qui les guident, voire aux catégories qu’ils produisent.

13Dans le domaine du « passage au politique » au nom de l’entreprise ou des entrepreneurs, il convient de distinguer les diverses formes d’action publique dont ces acteurs qui passent à l’acte sont éventuellement les promoteurs et auxquels ils peuvent participer à plusieurs titres. Et en retour, cela engage aussi à considérer les motifs de leurs oscillations entre « bonheur privé » et « action publique » (A.O. Hirschman, 1983), dans des conditions où cette dernière peut leur être particulièrement coûteuse. Dans les deux cas, il me semble nécessaire de se départir d’approches binaires et de regarder au contraire ce qui se passe dans les processus de construction des problèmes publics, dans les logiques de fabrication de bien collectifs, comme dans la transformation d’institutions sociales et politiques.

14Envers de la « décharge », les logiques de « prise en charge » sont donc tout aussi intéressantes à examiner. Les politiques de l’entrepreneur sont le creuset de prise de parole, parfois de prise de pouvoir. La cartographie de la mobilisation s’est bouleversée dans le contexte de la réforme. Les relations au politique des acteurs de l’entreprise prennent des géométries variables. Loin de se situer dans l’opposition la plus radicale, elles ne se résument pas non plus à une apathie attentiste, aux options de la défection ou de la loyauté. Des formes de pouvoir et de contrepouvoirs se développent autour d’institutions qui se transforment. Les registres de la notabilité s’ajustent aux contraintes et opportunités nouvelles. La réussite s’affiche et de nouveaux héros du développement sont érigés en emblèmes des sentiers nouveaux du succès. Les métiers du politique demandent de nouvelles compétences qui puisent dans le monde de l’entreprise. Dans les arcanes de la négociation salariale, l’identité patronale gagne des galons, se consolide et se distingue, au gré d’une normalisation des relations salariales. Mais, la conscience de groupe connaît de sérieuses rivalités. Au fond, la « main invisible », chère à A. Smith, est autant celle du marché que celle d’une société travaillée par des clivages, animées par des desseins d’ascension sociale, de prestige, d’enrichissement, de défense de telle ou telle prérogative ou position, par la construction de causes relatives aux risques engendrés par la réforme.

15Dans le domaine de l’action publique, dans le cadre de « l’ajustement » du Maroc aux canons du néolibéralisme, les politiques de l’entrepreneur s’élaborent dans un paysage hétérogène, certainement pas monolithique, traversé par des intérêts pluriels. L’action publique ne se réduit pas à des décisions univoques de l’administration centrale et si l’État jouit d’une certaine autonomie par rapport aux forces sociales en présence, il en est également l’un des miroirs. Les transformations de la gouvernance au Maroc se jouent sur des arènes plurielles, parfois sectorisées et fragmentées, d’autres fois au contraire avec des tensions à la désectorisation.

  • 5 Ceci est d’ailleurs remarquable à l’échelle du monde arabe. Pour une discussion critique et des pi (...)

16Cela nous amène à questionner les logiques de redéploiement de l’action de l’État – et par là, à reconsidérer les définitions que l’on donne de l’État. Si la réforme de l’État est au cœur du discours sur le changement politique au Maroc, si pendant des décennies, derrière la métaphore du Makhzen, l’État y a été pensé comme un big brother omnipotent et omniprésent, monopolisant et verrouillant les processus décisionnels5, force est de constater que très peu de chercheurs se sont penchés sur les modalités et procédures de fabrication du bien public. Très peu d’études ont analysé le policy making au Maroc. L’État ou le Makhzen) sont généralement convoqués en dernière instance ou discours d’autorité, telles des boîtes noires dont on ne cherche pas à comprendre le fonctionnement. Cet ouvrage s’est proposé, pour poser de nouveaux jalons de recherche, de travailler sur la recomposition des articulations entre la construction et la prise en charge de problèmes publics d’une part, dans un contexte où les ressources directes de l’État s’amoindrissent et où l’heure est à la rigueur budgétaire, et d’autre part, la construction de cause, les logiques de défense d’intérêts ou encore la compétition politique. Plusieurs hypothèses ont guidé ma démarche à ce sujet.

17Tout d’abord, doit-on parler de « privatisation » de l’action publique marocaine ? Non seulement les politiques économiques s’avèrent de plus en plus ouvertement être l’affaire d’une pluralité d’acteurs qui ne se résument pas à l’administration centrale, mais l’on observe aussi une tendance à la « décharge » des autorités publiques.

18Autrement dit, la réforme économique reste largement une « affaire d’État », dans le sens où celui-ci continue à en être un acteur primordial à l’échelle locale, à l’échelle internationale ou encore à l’échelle nationale. Il le reste également pour nombre d’acteurs sociaux qui se tournent vers les autorités publiques pour demander plus de développement par exemple. Mais ces dernières se déchargent sur des « partenaires » variés ou dans d’autres cas, se voient concurrencées par d’autres acteurs ou institutions dans la prise en charge du développement.

19Les politiques de l’entrepreneur évoluent de fait avec les outils de l’action publique. On le constate sur les terrains de la privatisation de l’appareil de production, de l’adoption d’un nouveau droit des affaires, ou encore des relations professionnelles. Mais la pluralisation, voire la fragmentation des configurations d’action publique que cela engendre ne se traduit pas nécessairement par plus de pluralisme au niveau politique.

  • 6 B. Jobert, 2002. À propos de cas africains, voir par exemple J. Fergusson, 1990 ; D. Darbon, 2003 (...)

20Doit-on parallèlement envisager un processus de dépolitisation de l’action publique ? La réforme économique est-elle une chose trop sérieuse pour être laissée aux mains des politiques ? Ce problème s’exacerbe quand les institutions publiques sont mises sur la sellette, notamment à propos de leurs capacités à produire et distribuer des biens collectifs. L’analyse de l’entrée en politique des entrepreneurs marocains nous montre à quel point il peut être préjudiciable d’affirmer que l’action publique se « dépolitise », quand bien même le libéralisme économique dominant, ancré dans le public choice, exaltant les capacités autorégulatrices du marché tend à rendre douteuse la nécessité même du politique6. Je propose de considérer les ré-articulations de la politique des problèmes et de la compétition politique en essayant de ne pas céder à deux tentations : la première consisterait à surévaluer l’action politique par rapport à l’action publique en évacuant la dimension politique de cette dernière – ou en la réduisant à une question de choix rationnels – alors même que « faire de la politique c’est toujours, et de plus en plus, faire des politiques publiques » (P. Muller, 2004, 39). Y compris sur les terrains – ceux de l’activité économique – où l’action publique a longtemps été considérée comme un objet indigne d’intérêt ou réduite à sa dimension clientéliste ou répressive. La seconde tentation tend à valider une représentation manichéenne, répandue, mais déformée de la division du travail politique : l’élu (ou le patron local) serait l’homme politique par excellence, alors que le technicien du policy making et du développement (l’entrepreneur ?) serait celui d’arènes neutralisées, aseptisées et dénuées d’intérêts politiques. Derrière son apparence « neutralisée », le « développement » ou les politiques économiques sont de remarquables champs de compétition politique.

21Les politiques de privatisation du secteur public marocain ont été très étroitement contrôlées par les sommets de l’État et par les grands groupes privés marocains, non sans disputes. En ce sens, elles n’ont pas engendré un nouvel entrepreneuriat, un « nouveau groupe social » dont on pourrait repérer clairement des intérêts propres, des matières de faire ou de se reconnaître. En revanche, elles s’accompagnent d’une part de transformation des manières de fabriquer les politiques publiques et d’autre part, de nouveaux clivages dans le champ de la compétition politique. Les règles et représentations mobilisées se transforment en validant de nouvelles figures archétypales où le monde de l’entreprise est particulièrement favorisé. Quant aux modalités de régulation du marché du travail, elles évoluent avec les normes et les institutions du marché. Si le « politics » semble peu évoluer, en revanche, du côté des « policies » (et de leurs articulations au politics), s’observent adaptations et transformations, comme autant de pistes pour traiter des variétés du capitalisme comme de la transformation des modes de gouvernement.

22En s’intéressant aux logiques complexes de « l’économisation du politique », à ses traductions sur les domaines de la légitimité politique et de l’action publique, il s’est proposé de suggérer quelques pistes pour décrire, interpréter et comprendre ailleurs que dans un espace du politique clos réduit au clivage « démocratie » vs « autoritarisme » les transformations du capitalisme marocain. Peut-être aurait-on pu, comme j’y ai souvent pensé, l’intituler la « fin des bourgeois » ou encore la « naissance de l’entrepreneur ». Mais ces deux titres auraient eu le désavantage de jeter l’ombre sur ce qui se passe dans les coulisses, de ne pas rendre compte des logiques d’étiquetage qui président aux transformations du légitime et de l’illégitime, de ne pas non plus surtout rendre compte de l’ambivalence des représentations qui se consolident. Reste maintenant à explorer d’autres chantiers, moins à la lumière des transformations du capitalisme marocain : par exemple, ceux de « la », ou « des » question(s) sociale(s) qui s’expriment sur les décombres des anciens idéaux collectifs : certes, le fossé qui éloignerait les nantis des démunis dans les sillons de la libéralisation, mais aussi et surtout l’incertitude quant aux vertus du catéchisme néolibéral et les défaites de ses promesses à assurer le bonheur des uns et atténuer le malheur des autres.

Notes

1 La formule a fait florès. Controversée, elle me paraît néanmoins symptomatique de l’orientation des politiques économiques à la fin de la décennie 1980 (J. Williamson, 1990).

2 Par exemple J.-N. Ferrié, 2003a.

3 A.O. Hirschmann, 1991, 78. L’auteur distingue deux autres formes d’argument réactionnaire : la thèse de l’effet pervers (toute tentative de modifier l’ordre existant produit des effets strictement inverses au but recherché) et la thèse de la mise en péril (la réforme est à proscrire parce qu’elle compromettrait des acquis fragiles).

4 J. Fontaine et P. Hassenteufel (2004) notent le même paradoxe à propos des changements de l’action publique.

5 Ceci est d’ailleurs remarquable à l’échelle du monde arabe. Pour une discussion critique et des pistes de travail originales, voir A. Signoles, 2006.

6 B. Jobert, 2002. À propos de cas africains, voir par exemple J. Fergusson, 1990 ; D. Darbon, 2003 et R. Otayek, 2005.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable