Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le temps des entrepreneurs ?

 | 
Myriam Catusse

II. L’entrée en politique des entrepreneurs

Chapitre VII. L'aventure partisane. Les entrepreneurs à l'assaut du politique

Texte intégral

1Comme je l’ai souligné dans l’introduction de cet ouvrage, la réorientation des politiques économiques du Royaume ces deux dernières décennies a transformé les attentes des acteurs et les regards des sciences sociales sur les entrepreneurs, hommes d’affaires et acteurs économiques du pays. La formation d’une identité politique corporatiste reste fragile et soumise à de fortes concurrences. La conscience de groupe ne s’exprime que faiblement, concurrencée par d’autres solidarités ou interdépendances. Pourtant, les transformations de l’arène syndicale montrent qu’un intérêt patronal se dessine autour de la défense de l’entreprise. Parallèlement, le pouvoir en scène exhibe de nouvelles qualités, l’arène politique se fait le réceptacle de ce qui se joue ailleurs dans la société aux prises avec le néolibéralisme. Comme l’affirme P. Balandier, l’entrée dans l’ère du désenchantement ne se départit pas de magie, de croyances collectives entretenues par les religions du développement en vogue :

« La revendication de rationalité, la technicisation des moyens du pouvoir ne modifient guère ce champ d’action où la raison et la science ont encore trop peu à voir et à faire. Parce que la relation politique demeure d’une autre nature, qu’elle s’établit sur autre chose : les dispositions symboliques, les pratiques fortement codées conduites selon les règles du rituel, l’imaginaire et ses projections dramatisées. C’est par ces artifices que s’effectue la maîtrise de la société ». (G. Balandier, 2006, 121-122).

2La transformation du capitalisme marocain ne se joue pas bien sûr que derrières ces écrans de croyances. Elle est au cœur du redéploiement de techniques de domination, de recompositions des relations de pouvoir ou encore de démonstrations inédites de l’interventionnisme étatique. Les outils de l’action publique se transforment. Les règles et les formes de la concurrence politique évoluent aussi. L’entrepreneur, en tant que figure métaphorique ou archétypale, entre en politique par le travail de dispositifs matériels (notamment le travail du patronat sur la scène syndicale) et idéologiques : la mise en scène, voire en objet, emblématique de sa présence et son rôle dans la cité.

3Aux analyses fonctionnalistes concluant à la mise sous tutelle politique des acteurs économiques et aux analyses libérales présageant une revanche en politique du marché (et de ses acteurs), j’ai préféré privilégier dans cette étude l’analyse des logiques « d’économisation du politique » (D. Dulong, 1996). Il s’agit dans ce dernier temps de l’étude d’examiner les logiques par lesquelles des hommes d’affaires et chefs d’entreprise prennent en charge des responsabilités politiques, s’engagent dans des entreprises électorales, gagnent, perdent ou s’arrogent la légitimité de représentant.

4L’arène électorale se révèle particulièrement intéressante. Depuis 1992, les scrutins locaux et nationaux sont investis par un monde des affaires. « Action publique et bonheur privé » (A.O. Hirschman, 1983) semblent trouver dans les mutations du capitalisme marocain un terreau fertile pour s’entrecroiser. Si l’on reprend la thèse d’A. O. Hirschman (1995), la situation politique marocaine se trouverait dans cette configuration particulière où le « citoyen privé » bascule vers la scène publique. Il faut introduire des nuances. Dans le monde des affaires, la distance par rapport au politique reste l’attitude la plus courante et la moins risquée. Les logiques de défections demeurent et les prises de paroles ne sont ni nombreuses, ni nécessairement innovantes. Mais le divorce et la distinction entre la vita contemplativa et la vita activa sont d’autant moins consommés que les frustrations et les déceptions inhérentes à l’une et à l’autre ont d’ores et déjà été éprouvées par les acteurs au gré des étapes de la libéralisation.

5Cela s’observe à plusieurs niveaux. Commençons par les plus visibles : je l’ai souligné plus haut, les maires de plusieurs grandes villes sont dans la décennie 2000 des hommes d’affaires réputés. C’est le cas à Casablanca où M. Sajid, industriel à Taroudant dans le sud du pays et ex-vice-président de la Chambre de commerce, d’industrie et de service de Casablanca arrive à la tête de la métropole en septembre 2003. À Agadir, Tanger, Salé, Mekhnès, Essaouira, des industriels ou patrons locaux gagnent la présidence des Conseils de ville.

6Parallèlement, à la même époque, des postes politiques de première importance sont confiés à des industriels, à l’instar de D. Jettou, industriel et ex-ministre des Finances, proche de la CGEM. Il est nommé ministre de l’Intérieur en 2001 puis Premier ministre en 2002. Il le restera jusqu’en septembre 2007. Qu’un Premier ministre soit issu des affaires n’est pas nouveau au Maroc. En particulier, dans les années 1980, M. Karim Lamrani, qui négocia depuis la primature le plan d’ajustement structurel avec les institutions financières internationales, était à la tête d’une immense fortune comme on l’a vu, dirigeant un important groupe privé mais aussi l’Office chérifien des phosphates. En revanche, c’est bien la première fois que le ministère de l’Intérieur est occupé par un personnage non formé dans ses services internes.

  • 1 A. El Azizi, « Ces ponts et chaussées qui gouvernent le Maroc », Tel Quel, n° 266, 30 mars 2007 ; (...)

7Nous avons eu également l’occasion de souligner que des hauts cadres d’entreprise, lauréats des grandes écoles françaises, dirigeant de grands offices publics ou des sociétés privées furent nommés comme wali-s à compter de 2001. Plus largement, des ingénieurs des Ponts et chaussées et les polytechniciens prennent des fonctions publiques de plus en plus visibles, en particulier dans l’entourage royal, au nom de la promotion de « l’État régulateur »1 : des wilaya-s et des gouvernorats (préfectures), des offices publics, des centres régionaux d’investissement, des agences de développement économique mais aussi des ministères – et pas seulement des ministres techniques –, et des postes de conseillers royaux.

8Autre indice, si la statistique marocaine ne reconnaît pas encore le statut d’« entrepreneur » dans ses catégories socioprofessionnelles, de nouvelles données ont été inclues lors de la présentation des résultats électoraux de 2002 par le ministère de l’Intérieur. Aux entrées précédentes (« enseignants », « fonctionnaires », « agriculteurs », « commerçants », « professions libérales », « salariés privés », « artisans ») sont ajoutées les rubriques « hommes d’affaires », « directeurs de société », « cadres d’entreprise » [ainsi que « journalistes » et « sans profession »].

  • 2 A. Amourag, « L’Istiqlâl expose sa vision économique », Maroc-Hebdo International, n° 751, 29 juin (...)
  • 3 En anglais.
  • 4 « L’aumône » obligatoire des musulmans, l’un des cinq piliers de l’islam.

9À la veille des élections de 2007, les thèmes des campagnes électorales et leur déroulement témoignent d’efforts d’accrochage de la « politique électorale » aux problématiques auxquelles se confronte le monde des affaires marocain. Le Parti du progrès et du socialisme (PPS), héritier réformiste du Parti communiste marocain, présente son programme « aux milieux d’affaires, aux centrales syndicales et à la société civile ». Le parti de l’Istiqlâl organise à Casablanca une réunion publique pour discuter de son programme économique avec des « hommes d’affaires parmi les plus importants » du Royaume2. Proposant de « revisiter les relations État-entreprises », il fait intervenir des personnalités emblématiques du tournant néolibéral du Maroc : D. Benhima, désormais patron de la Royal air Maroc mais aussi M. Hafid El Alamy, président de la CGEM. Au parti travailliste, la partie économique du programme a, en particulier, été pensée par H. Kessal, vice-président de la CGEM et président de l’ancienne fédération des PME/PMI. Quant à l’USFP, ses dirigeants proposent un « small business act » 3au premier chef de ses priorités : l’adoption d’une loi spéciale pour les PME/PMI qui acceptent une « mise à niveau » auxquelles seraient reversés 20 % des marchés publics. Le PJD propose, au nom de la « moubadara » (l’initiative), de créer de l’emploi en structurant le secteur informel et en mobilisant le secteur associatif financé partiellement par des fonds pris sur la Zakat4.

10Enfin, parmi les signes les plus manifestes de cette « économisation » de la représentation politique : l’aventure partisane dans laquelle s’engagent des figures emblématiques du capitalisme marocain, au premier chef desquels A. Lahjouji. Après avoir été, huit ans durant, le président de la CGEM au sein de laquelle il impulse une réforme d’importance et gagne une certaine popularité, il fonde un parti, Forces citoyennes, et s’engage dans une campagne électorale à l’occasion des législatives de 2002. Observée avec attention et curiosité dans les milieux casablancais et rbatis, cette candidature se solde par un échec pour l’homme qui n’est pas élu et pour sa formation politique toute récente qui ne parvient à faire entrer à l’Assemblée que deux candidats, qui changent d’ailleurs de couleur politique dès leur arrivée dans l’hémicycle. Réitérée en 2007, avec une alliance avec le PJD, son entreprise politique s’avère un nouvel échec : un seul député Forces citoyennes gagne le Parlement et le leader du parti perd pour une seconde fois sa propre campagne dans la circonscription de Casablanca-Anfa.

11Au-delà de sa singularité, cette expérience individuelle, replacée dans son contexte et confrontée à une série de récits de vie ou d’autres trajectoires, amène à questionner plusieurs thèses ou scénarii régulièrement sollicités pour traiter des relations à géométries variables entre hommes d’affaires et jeu politique. Elle permet de déconstruire certains clichés ou, plus intéressant, d’interroger des attitudes politiques considérées comme « typiques » du chef d’entreprise en politique – son indépendance par rapport aux organisations partisanes ou encore, dans le cas de notables « sa propension à constituer des réseaux autour de causes non politiques capables de peser sur des enjeux électoraux et partisans » (J. Fretel, 2004, 46). Elle conduit également à mesurer l’impact du choix de point de vue sociologique étudié : celui d’une histoire sociale de la bourgeoisie, ou du moins d’un groupe « en soi » dont on pourrait d’ailleurs montrer les hiérarchies et tensions internes, caractérisé par des intérêts particuliers mais également par des valeurs ou des mœurs caractéristiques ; ou, au contraire, celui d’une sociologie de l’individu et de son engagement, de ses stratégies et des réseaux sociaux dans lesquels il évolue, de ses compétences – et de leur recevabilité dans l’arène politique –, de ses prédispositions et du type de capital qu’il accumule et investit dans sa conquête du pouvoir.

12Si l’on s’intéresse aux normes d’accès à l’arène politique, aux compétences attachées à des rôles ou des actions politiques, à leurs conversions possibles d’une arène à l’autre, la question des prédispositions socialement et historiquement construites pour briguer un poste politique (M. Offerlé, 1996) demeure problématique. Comment isoler ou mesurer, par exemple au-delà du discours des acteurs eux-mêmes, le caractère décisif ou capital de telle ou telle ressource politique ? Comment savoir que c’est leur qualité d’entrepreneur ou d’homme d’affaires qui joue de façon primordiale sur l’issue du scrutin, ou les réseaux politiques et/ou sociaux sur lesquels ils s’appuient, la dimension familiale de leur candidature, ou encore leur facilité de financement ?

  • 5 Voir en particulier le dossier du double numéro « Les trajectoires de la notablité », Politix, n°  (...)

13En comparant et en suivant des trajectoires particulières dans la longue durée, des hypothèses se dessinent sur les métamorphoses de la profession politique. En résonance avec les transformations des techniques de gouvernement (notamment la mutation des formes de mobilisation syndicale, les tensions autour de la politisation/dépolitisation de questions politiques ou encore la privatisation de l’action publique par subsidiarité, décharge ou délégation), comment la libéralisation économique transforme-t-elle au Maroc les règles du jeu politique ? Comment joue-t-elle sur les modalités d’accès à des positions de pouvoir spécifiquement politique ? Intervient-elle sur les modes de légitimation ou de justification des concurrents, outsiders et insiders ? Sur les régimes de la notabilité5 ?

14Avant de traiter de trajectoires particulières, revenons dans un premier temps sur une analyse des élections, en particulier celles de 1997, qui constituent un tournant au regard de cette problématique : l’activité privée « entrepreneuriale », au cours des années 1990, est devenue légitime et pertinente sur la scène de la compétition politique tant au niveau symbolique que du point de vue de l’action. Les scrutins des décennies de libéralisation économique ont été le théâtre de l’émergence d’acteurs politiques exhibant des qualités nouvelles derrière les oripeaux de « l’entrepreneur ». Certains d’entre eux passent à l’acte, s’engagent en tant que novices dans une aventure électorale ou partisane. D’autres ne sont pas des nouveaux venus dans le champ de la représentation politique, mais ils concourent pour de nouvelles fonctions politiques ou se présentent différemment, en combinant des registres inédits de légitimation ou encore en créant leurs propres formations politiques.

« Économisation » de la représentation politique

  • 6 Voir les articles publiés dans l’Annuaire de l’Afrique du Nord, de 1963 à 1971, sous la plume nota (...)

15Pendant longtemps la sociologie électorale marocaine s’est inscrite dans la tradition des études sur les « élections pas comme les autres » (G. Hermet et alii, 1978) : considérées (souvent à raison) comme « non concurrentielles », « sans risques » ou « semi-compétitives », voire truquées, elles étaient dépeintes comme sans effet sur le régime politique. L’enjeu de l’urne se situant « hors de l’urne », l’élection paraissait dénuée d’intérêt, si bien qu’après des travaux fondateurs dans les années 1960-19706, la science politique s’est quasiment désintéressée des scrutins marocains. En l’absence de données fiables mais surtout précises et détaillées, en l’absence également de tradition d’études du comportement électoral au Maroc (du moins, de la part des sciences sociales et politiques), l’examen des processus électoraux s’avérait semé d’embûches. Si les pouvoirs publics avaient – et ont toujours – la réputation d’experts en « ingénierie électorale », d’habiles cartographes du politique au Maroc, les sciences sociales se sont contentées, comme ailleurs dans la région ou en Afrique subsaharienne, d’un « électoralisme d’occasion » (P. Quantin, 2004).

  • 7 Maroc, la démocratie en marche, Cahiers de la documentation marocaine, ministère de la Communicati (...)
  • 8 Le « pacte d’honneur et de bonne conduite » signé le 28 février 1997 formalise le consensus entre (...)

16Mais dans le sillon des années 1990, une vague de scrutins présentés comme exceptionnels changea la donne dans la région et au Maroc en particulier. Contrairement à d’autres cas voisins, au Maroc, les élections communales puis législatives de 1997 s’inscrivirent dans l’agenda quinquennal régulier. Ces élections furent présentées pourtant comme des moments clés dans la réforme du régime. Du point de vue de leurs organisateurs, elles avaient une vocation démonstrative (mettre « la démocratie en marche »7, pouvait-on lire dans les documents officiels) ce qui se déclinait en plusieurs modalités procédurales. Un panel diversifié de nouvelles techniques de vote fut expérimenté. En prononçant une déclaration commune et adoptant un Code de déontologie, « le Pacte d’honneur et de bonne conduite », avant le déroulement des scrutins de 1997, les différents partis politiques et le ministère de l’Intérieur s’engagèrent à respecter un ensemble de règles pour garantir des élections libres et concurrentielles8. Obligation fut faite aux citoyens marocains de s’inscrire sur les listes d’électeurs et la carte électorale devint permanente. Comme pour assurer métaphoriquement la transparence et la véracité du scrutin, les bureaux de vote accueillirent des urnes de verre (M. Catusse, 2002a).

  • 9 Dans le monde arabe, voir S. Gamblin, 1997 ; J.-Ph. Bras (dir.), 2000 ; J.-F. Legrain, 1999 ; A. F (...)

17Dans ce contexte, les sciences politiques stimulées notamment par la recherche en Afrique noire qui renouvelle les approches sur l’objet électoral (F.M. Hayward, 1987 ; R. Otayek, 1998 ; P. Quantin, 2004) et propose des perspectives de travail comparatistes intéressantes, réinvestissent l’analyse des processus électoraux9. Plutôt que de s’intéresser directement et principalement à « qui a gagné ? » et « sont-ce des élections libres et honnêtes ? », ces travaux s’interrogent sur « comment analyser » ces scrutins en resituant et interprétant les sens qu’ils revêtent dans l’arène politique ainsi que les enjeux de pouvoirs qu’ils soulèvent. Le champ est vaste et ces contributions variées. Souvent localisées à l’observation de circonscriptions précises, elles ont en commun de redonner un intérêt heuristique aux élections, et ceci malgré les « anomalies » et les difficultés d’interprétation des résultats induites par l’absence de transparence, les ingérences et manipulations orchestrées par l’appareil d’État. En s’affranchissant de la ligne de démarcation entre élections en contexte démocratique et autoritaire, cette réflexion décomplexée revisite des questions classiques de la sociologie politique à l’aune des terrains originaux qu’offre le Maroc des années 1990-2000.

  • 10 M. Bennani Chraïbi et alii, 2004, en particulier les papiers de M. Bennani Chraïbi, L. Zaki et V. (...)

18Vu le peu de données disponibles sur les comportements électoraux, il reste difficile de travailler sur les attitudes des électeurs, leurs préférences politiques et la façon dont ils opérèrent leurs choix devant l’urne. En revanche, les recherches se sont concentrées ces dernières années sur plusieurs aspects du vote. L’analyse des campagnes électorales en particulier s’est révélée fructueuse10. Elle ouvre des pistes intéressantes en termes de production de représentations politiques, en termes de stratégies de légitimation, mais encore en termes de pratiques politiques : les logiques partisanes, la formation de corps électoraux plus ou moins fidèles, les usages de la violence ou de l’argent, l’indifférence électorale ou au contraire les formes variées de compétences politiques, etc. Les campagnes sont les moments de tractations diverses en coulisses mais aussi l’occasion de s’afficher, des espaces de présentation de soi où se jouent des « petites batailles symboliques » sur la « bonne » représentation (M. Bennani Chraïbi, 2004a, 32).

  • 11 11. En 2002, contrairement à ce qui était prévu par la loi et annoncé médiatiquement, aucun résult (...)

19À côté de l’analyse des campagnes, celles des scores électoraux est également riche d’informations, y compris dans un contexte où les données disponibles restent éparses, pas toujours crédibles et distribuées au compte-gouttes11. Malgré les irrégularités de ces scrutins et les soupçons, parfois avérés, de fraude ou d’intervention de l’administration, les résultats du vote sont intéressants en tant que tels, du fait de la façon dont ils donnent corps à la représentation politique de la société, en connaissance de cause de la part d’illusion que recèle tout système représentatif, l’urne et le scrutin participant d’un processus de mystification de la légitimité des élus :

« Quand la lutte pour la conquête et l’exercice du pouvoir politique est objectivement réservée à un petit nombre d’agents spécialisés, les autres ne peuvent assister – sauf exception – qu’en spectateurs à une activité symbolique dont ils se trouvent écartés ». (D. Gaxie, 1978, 250).

  • 12 M. Catusse, 2006.

20Les résultats du scrutin sont aussi riches d’informations quant aux interprétations qui en sont faites (M. Catusse, 2004). L’examen du profil des candidats et des élus permet d’examiner la façon dont les systèmes de valeur qui s’expriment ou s’affrontent dans les temps chauds de la campagne électorale ou dans les temps plus froids de la vie quotidienne 12 se traduisent ou non en bulletins de vote ou en postes politiques.

21Dans cette veine, l’observation des scrutins à partir de 1997 atteste que les mutations du capitalisme marocain ouvrent la brèche pour une transformation des métiers du politique. « L’économisation » des structures de représentation répond aux enjeux proprement dits de ces scrutins dans leurs histoires singulières. Elle traduit aussi des changements notables dans l’organisation de la compétition politique et accentue l’usage de modes d’accréditation par des références à l’entreprise. En tant que « pouvoir sur scène », elle exprime l’ajustement de formes de dominations éprouvées. Parfois même, par les usages discriminants de l’argent ou l’intervention des maillons de l’administration, elle reflète des logiques quasi-« censitaires ». Les mécanismes de cooptation souvent évoqués à propos de l’équilibrage de la scène politique marocaine (J. Waterbury, 1970) de désamorçage ou de « dissidence domestiquée » (M. Tozy, 1991 ; 1998) s’adapte aux évolutions du marché politique. C’est à plusieurs niveaux que s’exercent ces filtres capacitaires : dans la distinction entre professionnels et profanes du politique (D. Gaxie, 1978, 250), mais également au sein même des professionnels du politique. Je propose d’examiner cela, en discutant d’abord des enjeux des scrutins de 1997 et 2002 au regard des transformations du régime marocain, puis en montrant comment les différents organes de représentation politique furent investis, dans tous les sens du terme, par le capitalisme marocain.

Des innovations électorales pour une nouvelle représentation politique ?

  • 13 Sur les articulations entre temps chauds et froids de la vie politique, voir L. Zaki, 2005.
  • 14 Pour une analyse critique de la littérature sur les élections marocaines, je renvoie à l’excellent (...)
  • 15 À titre de comparaison, voir M. Camau et alii, 1981.
  • 16 En 2001, par exemple, sept congrès de partis se sont tenus. Tous ont reconduit leurs leaders, souv (...)

22Jusqu’au début de la décennie 2000, la thèse la plus partagée au Maroc est celle de la collusion des élites locales et parlementaires avec l’administration centrale13. Le répertoire du contrôle 14 s’est effectivement perfectionné, au gré des sept campagnes législatives qu’a connues le Maroc après l’indépendance, conjuguant violences physiques et symboliques, savoir-faire politique, économique et administratif. Il s’est appuyé sur la mise en place d’un système de distribution de biens matériels et immatériels qui a contribué à un sens pratique de l’élection, d’autant plus prégnant que le personnel politique a peu évolué depuis plusieurs décennies15. L’histoire des processus électoraux apprendrait que l’on doit son élection avant tout à des relations personnalisées ainsi qu’au bon vouloir du Palais (ou parfois, plus subtilement : on ne peut pas être élu si le Palais ne le veut pas). Cela nourrit une mémoire collective et un « prêt à penser » électoral qui paraissent sédimentés dans les pratiques mêmes des acteurs politiques qui se tournent à chaque étape du processus électoral vers le verbe royal16. Une première lecture des procédures électorales au Maroc avance que celles-ci seraient suffisamment arrangées ou contrôlées pour empêcher l’émergence de majorités pouvant se prévaloir de la représentativité conférée par l’élection ou pour que ces majorités ne concernent que des groupes sans base ni attache populaire. Une seconde insiste sur les desseins royaux confiés aux scrutins : ainsi, 1993 et 1997 auraient été le lieu d’une réconciliation de la monarchie avec le Mouvement national incarnée par l’agenda de l’alternance ; 2002 marquerait une sorte de formalisation de l’allégeance de la classe politique au nouveau monarque.

23Dans ce contexte, les scrutins de 1997 et 2002 furent pourtant présentés par les pouvoirs publics et nombre d’observateurs comme des scrutins exceptionnels ou du moins des « élections pas comme les autres ». Ce furent des élections « comme les autres » (R. Otayek (dir.), 1998) dans le sens où elles trouvèrent écho dans la vague d’élections que connaissait alors la région (J.-Ph. Bras (dir.), 2000) mais surtout dans la mesure où elles s’inscrivent dans cette longue histoire du vote et de l’élection au Maroc. Mais ce furent aussi des scrutins sinon « exceptionnels » du moins annoncés comme tels pour plusieurs raisons.

  • 17 Sur les effets de cet « ordre électoral », je me permets de renvoyer à M. Catusse, 2007a. 61 % de (...)

24Il fut d’abord déployé de nouvelles techniques et procédures électorales, comme pour matérialiser les révolutions qui devaient se jouer dans le vote : on l’a souligné, les outils matériels du vote se sophistiquent et s’ajustent aux canons des agences internationales de « promotion de la démocratie ». Les urnes sont transparentes, les bulletins changent d’aspect, le développement d’Internet accompagne une évolution des modes de communication électoraux. Conformément à une requête de l’USFP déplorant les effets de l’analphabétisme sur les compétences politiques des électeurs17, les partis politiques s’attribuèrent des symboles graphiques, utilisés lors de la campagne et inscrits sur les bulletins de vote (la balance de la justice pour l’Istiqlâl, la rose socialiste pour l’USFP, etc.).

25Si les différentes parties s’accordent sur un Code de déontologie commun en 1997, en 2002 puis 2007, des organisations s’engagent dans le processus électoral en tant qu’observateurs indépendants et agitateurs d’idées. Souvent, des hommes d’affaires ou chefs d’entreprise y occupent le devant de la scène.

  • 18 Collectif associatif pour l’observation des élections, Pour une observation non partisane des élec (...)

26En 1997, des associations politiques, flirtant avec les logiques partisanes, Maroc 2020, Alternative, Afak, Transparency International, interpellent la classe politique à force de colloques, lettres ouvertes et manifestations. Ils promeuvent le civisme. « Chacun de nos gestes peut être un acte de développement » proclame l’un des premiers slogans de Afak (M. Catusse, 2002b). En 2002 puis en 2007, un Collectif associatif pour l’observation des élections s’organisa, surveilla les élections, là il put le faire et rédigea un rapport final présenté au public18. L’association de quartier Derb El-Miter Bouchountouf, mentionnée au sujet du RESAQ, lança une initiative originale pour sensibiliser la population du quartier aux enjeux du scrutin. En 2007, Daba 2007, investies par des hommes d’affaires réputés, occupa les arènes de la campagne électorale en axant son travail sur l’éveil de la conscience civique. Transparency International et Transparency Maroc éditent un document « Évaluation du cadre pour l’organisation des élections. Élections législatives, référendums et élections municipales. Maroc » en janvier 2007, qui dresse un inventaire critique des conditions et des enjeux des scrutins.

La réforme constitutionnelle de 1996 :
représenter les « forces vives de la nation »

27Ces élections furent aussi le théâtre d’importantes innovations politiques qui transformèrent les structures de la représentation politique et élargirent la surface de la représentation du monde de l’entreprise. En 1997, les élections succédèrent en particulier à une réforme constitutionnelle votée en septembre 1996 par le Parlement. Celle-ci accélérait le processus de régionalisation entamé en 1992, en créant seize nouvelles collectivités territoriales régionales dotées d’assemblées élues au suffrage indirect. Comme cela sera confirmé à travers l’évolution du rôle des wali-s dans les années 2000, la région ainsi créée est essentiellement une région économique, au service du développement local :

  • 19 « La loi relative à l’organisation de la région », in Maroc, la démocratie en marche, Cahiers de l (...)

« La loi relative à l’organisation de la région qui a été adoptée par la Chambre des représentants à l’unanimité, fin mars 1997, s’inscrit dans le cadre des réformes initiées par Sa Majesté le Roi Hassan II, visant à consolider la décentralisation et la déconcentration et à conforter la démocratie et l’État de Droit au Maroc. Elle vise également à valoriser les potentialités économiques, sociales et géographiques du Maroc dans la mesure où la région constitue un vecteur de développement socio-économique et un instrument adéquat pour l’exercice de la solidarité intra et interrégionale »19.

  • 20 La Chambre des représentants est, quant à elle, entièrement élue au suffrage universel direct, alo (...)

28La réforme constitutionnelle instaurait également une formule parlementaire bicamérale qui favorisait la représentation des intérêts économiques et professionnels du Royaume. Une Chambre des conseillers (majlis el-Mustaharîn) est instituée, élue au suffrage indirect, par des collèges de grands électeurs, locaux ou professionnels20.

29Conformément à la loi organique sur la Chambre des conseillers21, cette dernière, qui fait contrepouvoir à la Chambre des représentants (majlis el-Nuwâb) élue au suffrage direct, est composée de 270 sièges : pour trois cinquièmes des représentants des collectivités locales, et pour deux cinquièmes des représentants des chambres professionnelles et syndicales22. Tandis que la liste des candidats élus dans les collèges des collectivités locales et des chambres professionnelles est arrêtée au niveau régional, la liste du collège des salariés est fixée nationalement. Les conseillers sont renouvelés par tiers, tous les trois ans. Selon la volonté royale, cette chambre serait l’incarnation et l’expression des « forces vives de la nation », une réponse aux « impératifs de développement économique »23.

30Si le gouvernement est considéré comme l’émanation du Roi et de la Chambre des représentants, le Premier ministre expose son programme aux deux chambres. Néanmoins, ce dernier n’est l’objet d’un vote d’investiture que dans la Chambre des représentants, qui dispose également seule de la compétence à poser la question de confiance. Les conseillers bénéficient toutefois de prérogatives de contrôle du gouvernement puisqu’ils peuvent voter des motions d’avertissement et des motions de censure. Le Roi peut dissoudre les deux chambres.

  • 24 A. Lahlou, « Les avancées de la démocratie marocaine à travers la Constitution », Le Matin du Saha (...)
  • 25 Idem.

31Ces réformes constitutionnelles se sont accompagnées d’amendements plus spécifiques, qui renforcèrent la volonté d’inscrire les transformations du régime dans un ajustement à la réforme néolibérale. Ainsi la « liberté d’entreprendre » figure parmi les nouveaux principes constitutionnels : « le droit de propriété et la liberté d’entreprendre demeurent garantis » (art. 15). Cette liberté d’entreprendre est parfois déclinée en « liberté de commerce et d’industrie », comme indiqué dans les colonnes de l’organe proche du Palais, le Matin du Sahara24. Associée au droit de propriété, et alors que la planification est également réintroduite dans le contexte de la Constitution (une « planification indicatrice », conformément aux recommandations de la Banque mondiale), elle exprime la volonté politique de faire de l’État une « instance d’animation des rouages économiques »25.

Une meilleure représentation ?

32Les scrutins de 2002 (législatives) et 2003 (communales) introduirent eux aussi des innovations substantielles ou plus procédurales en matière de représentation politique. À un nouveau type d’élection, « transparentes et crédibles », pour reprendre le slogan de la campagne nationale menée avant le scrutin par le ministère de la Communication, devait correspondre un nouveau dispositif législatif et technique.

  • 26 J.-C. Santucci, « Questions autour des enjeux de la réforme du système électoral », papier au coll (...)
  • 27 Quelles que soient les critiques adressées à la validité des résultats de ces premiers sondages de (...)
  • 28 Les villes notamment « perdent » des élus, par rapport aux assemblées précédentes : cinq de moins (...)
  • 29 Le PJD parvient à faire élire deux candidats dans trois circonscriptions de Casablanca, Aïn Sebaâ (...)
  • 30 La taille plus importante des circonscriptions en particulier, affirment alors plusieurs interlocu (...)
  • 31 Collectif associatif pour l’observation des élections, Pour une observation non partisane des élec (...)

33Comme en 1997, un nouveau code électoral est voté en 2002. Il s’agissait, en termes de signaux politiques, de « donner un signal fort de changement » de la part du palais (J.-N. Ferrié, 2003) ; pour le gouvernement, et en particulier son Premier ministre, secrétaire général de l’USFP de s’assurer du déroulement compétitif et « transparent » de l’élection26. Depuis 1955, les législatives au Maroc s’étaient déroulées au scrutin uninominal majoritaire à un tour. Malgré des divergences au sein même des différents partis composant le gouvernement d’alors, c’est finalement un scrutin proportionnel de liste, au plus fort reste qui est choisi à la fin du printemps 2002. La modification soutenue par les principales formations du gouvernement est de taille, notamment pour les 26 partis en lice qui ont eu à effectuer des arbitrages pour la composition de leurs listes mais aussi pour les électeurs. Elle perturberait a priori les logiques personnalisées et notabiliaires généralement mises à propos des comportements électoraux au Maroc27. Les partis de militants furent sûrement avantagés par ce type de scrutin. Ceci étant, l’introduction de la proportionnelle est significativement « corrigée » par le choix d’agrandir la taille des circonscriptions et de ne leur accorder qu’un nombre limité de sièges (entre deux et cinq)28. S’il existait 325 circonscriptions en 1997, il n’y en a plus désormais que 91. Ainsi, rares furent au résultat les listes qui parvinrent à faire élire plus d’un candidat29, ce qui finalement rapproche la formule d’un scrutin uninominal. Ce nouveau dispositif devait permettre, selon ses défenseurs, de lutter contre la corruption, la fraude et l’achat des voix30. « Mettre fin aux pratiques du passé » entend-on et lit-on tout au long de l’année de négociations préélectorales, et au premier chef de la part du ministre de l’Intérieur. « Les procédures électorales ayant été dans le passé falsifiées dans l’ensemble, la représentativité des forces politiques a besoin d’être évaluée à sa réelle mesure » explique en introduction le rapport final du Collectif associatif pour l’observation des élections31.

  • 32 Afin d’empêcher l’échange de bulletin hors de l’urne ou le système de fraude répandu au Maroc, où (...)

34Dans le même souci affiché de lutte contre la fraude et de recherche de représentativité « réelle », il est décidé d’instaurer un système de bulletin unique 32 et de marquer les votants à l’encre indélébile.

35Autre innovation centrale et fortement médiatisée : l’instauration d’un quota pour l’élection de trente femmes au moins à la Chambre des représentants. Pratiquement, cela se traduit par la constitution, par chaque parti, d’une liste « nationale », qu’ils s’engagent à réserver à des candidates femmes. L’électeur marocain se trouve ainsi, le 27 septembre, pour la première fois face à un unique bulletin de vote où figurent deux fois 26 logos des partis en lice.

36L’issue des élections de 1997 et 2002 promettait donc, a priori, des transformations du régime, du fait de la façon dont de nouvelles procédures retravaillaient les institutions de représentation, mais aussi du fait du contexte politique dans lequel elles se tenaient. En 1997, des élections présentées comme plus concurrentielles que les précédentes donnèrent lieu à une alternance « historique », inscrite sur l’agenda des pouvoirs publics depuis le début de la décennie 1990. En période de « transitologie » triomphante, elles étaient décrites comme des élections « fondatrices » :

« Les consultations électorales ont toujours constitué des moments de forte tension où l’émotion et la passion étaient vivaces et où on a souvent assisté d’un côté, à la crainte de grand bouleversement et de l’autre à une méfiance, un désenchantement et à un “à quoi bon” manifestés par un taux de participation en constante décroissance, corroboré par la morosité quasi générale des campagnes électorales et ce, malgré des tournants politiques cruciaux et historiquement datés. Ainsi en est-il de 1963 et des premières élections législatives, 1977 et de la réconciliation autour de l’affaire du Sahara, 1997 et de l’espoir de l’alternance par delà des élections fondatrices et de la première assemblée élue au suffrage universel direct, 2002 et des élections porteuses d’espoir d’une nouvelle ère ». (N. Bernoussi, 2006, 331).

  • 33 Conférence de presse, samedi 14 septembre 2002.

37En 2002, le scrutin s’organisa sous trois nouveaux auspices : non seulement il s’agissait des premiers scrutins sous le règne de Mohammed VI qui entendait, là, inaugurer son règne d’un sceau réformateur, mais ils se tenaient sous un gouvernement dirigé par l’ancienne opposition socialiste et en l’absence du principal ingénieur électoral de Hassan II, D. Basri, son ministre de l’Intérieur pendant près de trente ans. Quelques jours avant le scrutin, le nouveau ministre de l’Intérieur d’alors, D. Jettou, avait affirmé qu’il « n’y aurait pas falsification programmée des élections »33. Il faisait du scrutin de 2002 l’enjeu d’une rupture avec les pratiques de « fabrication des élections » antérieures.

38Déjà en 1997, on avait assuré que le vote serait plus « transparent ». Puis on avait rapidement déploré l’usage de l’argent dans la campagne et le vote et des interventions de l’administration à l’issue du scrutin (M. Catusse, 2000). Mais 2002 voulait inaugurer une nouvelle époque en matière électorale assurait-on dans les milieux politiques et dans une presse, néanmoins peu enthousiaste. Quelques semaines avant la consultation, Mohammed VI avait, lui-même, donné le ton :

  • 34 Discours du souverain Mohammed VI à l’occasion du 49e anniversaire de la Révolution du Roi et du P (...)

« L’encadrement et la représentation des citoyens sont au cœur même de la mission constitutionnelle dévolue aux partis politiques. (…) Avec la réalisation de ce consensus, les prochaines échéances électorales offrent aux partis une occasion en or pour réhabiliter l’action politique dans son acception la plus noble. Elles permettront notamment de mobiliser les citoyens, d’obtenir leur participation massive et consciente et de favoriser le choix de candidats idoines. Elles susciteront, en outre, une concurrence loyale pour faire émerger une élite qualifiée et compétente. (…) Il en est de même des chambres professionnelles qui sont investies d’une mission identique, en vertu de la Constitution. Elles seront, en effet, assujetties aux mêmes épreuves pour que l’on mesure leur capacité à remplir le rôle économique qui leur incombe en matière d’incitation à l’investissement et à la création de richesses. Ce rôle, si elles l’assument comme il se doit, fera de ces chambres de véritables banques de projets d’investissement régional, et non de simples tremplins électoraux »34.

39Le scrutin de 2002 comportait une autre source de déstabilisation de l’ordre électoral : l’incertitude que laissaient planer sur l’issue du vote les résultats du Parti de la justice et du développement (PJD) que d’aucuns présageaient remarquables. En 1997, l’alternance fut annoncée, elle exprima plus un accord consensuel entre les parties en présence qu’un renversement flagrant des tendances au sein du Parlement, que la prise de pouvoir par une nouvelle majorité puissante et unie. Le doute préélectoral et la confusion postélectorale en 2002 (l’annonce des résultats fut retardée de 24 heures pour des raisons « techniques » officiellement), alimentèrent des spéculations inédites. Les « coups de théâtre » successifs qui suivirent le scrutin, jusqu’à la nomination de D. Jettou paraissaient traduire une dose d’incertitude dans une machine réputée aux rouages bien huilés (M. Catusse, 2007a).

40Dans ces conditions, que nous apprennent les élections des interférences entre les réaménagements des politiques économiques avec les logiques de la compétition politique ? Alors que les services publics, dans la vague des privatisations d’entreprises, sont de plus en plus pris en charge par des groupes privés ou par des associations dans des secteurs plus sociaux, le credo libéral paraît s’imposer comme une convention collective plus ou moins explicitée dans le moment du vote : « Il faut trouver des réponses privées à des problèmes publics » (B. Harvey, S. Smith et B. Wilkinson, 1984). Partant, s’opère une transformation de la représentation des intérêts privés, collectifs ou nationaux, comme si ce qui se passait dans le domaine des politiques économiques et sociales déteignait sur le système de représentation politique.

Les logiques plurielles de l'économisation du politique

  • 35 35. Le 15 novembre 1997.
  • 36 36. À partir du 25 juillet 1997.
  • 37 37. Le 24 octobre 1997.
  • 38 38. Le 14 novembre 1997.
  • 39 39. Le 5 décembre 1997.

41À partir du 13 juin 1997, les conseils communaux et municipaux, les assemblées provinciales et préfectorales35, les chambres professionnelles36, les conseils régionaux37, puis la Chambre des représentants 38 et enfin la Chambre des conseillers 39 furent renouvelés ou élus pour la première fois. Quelles que puissent être les critiques formulées à l’égard du déroulement de ces consultations et la « vérité de ces scrutins », en décembre 1997, c’est une photographie grandeur nature du système de représentation politique marocain dont on dispose.

  • 40 40. Éditorial, Ittihad Ichtiraki, 14 juin 1997.

42Or, à propos des scrutins communaux de juin 1997, l’éditorialiste de Al Ittihad al Ichtiraki, organe de l’USFP, parla de « privatisation des élections »40. Désignant par là l’absence d’immixtion massive des pouvoirs publics, il révélait en filigrane une autre caractéristique de ces opérations de vote : l’utilisation de l’argent et l’élection « d’entrepreneurs » à des fonctions politiques comme si des luttes de pouvoir se déplaçaient de l’espace politique à l’espace économique. Une première lecture du profil des nouveaux élus dans les différentes instances laisse apparaître une « entrepreneurisation » de leurs professions, au détriment de figures telles que celle du chef historique ou de l’enseignant, de l’avocat ou du grand propriétaire terrien.

De nouveaux « défenseurs du trône » ?

43Si le taux de renouvellement du personnel politique est relativement faible au Maroc, en particulier en ce qui concerne la direction des formations politiques, en revanche le Parlement marocain présente cette particularité de connaître un turnover non négligeable. Seulement 252 des 325 parlementaires se présentent pour un nouveau mandat en 2002. En moyenne, lors des précédents scrutins, 30 % des députés seulement furent réélus. L’examen du profil des nouveaux entrants est intéressant :

« Ils tentent d’intégrer le champ politique en adaptant leurs priorités aux “contraintes structurelles du métier et de la profession politique tendanciellement délimités sans être fermés ou codifiés” ». (M. Bennani Chraïbi, 2004a, 34).

44À ce jeu, les références au monde de l’entreprise et des affaires purent jouer à deux titres dans les concurrences pour « la définition de l’excellence politique » (D. Dulong, 1996) : elles furent usées tantôt pour se distinguer parmi les concurrents en lice, présenter le visage d’un nouveau type de responsable politique, afficher une « critique du professionnalisme, le refus des “cuisines”, de la “bouillabaisse” de la politique “politicienne” » (E. Neveu, 2003, 105). Elles furent également employées pour revendiquer une représentativité « incarnation » (B. Manin, 1995), ainsi que les qualités nécessaires pour être l’homme des priorités du Royaume, pour s’identifier à ces entrepreneurs vers lesquels se tournent les pouvoirs publics :

« Si la qualification par la fortune se combine ici avec la compétence, il arrive que la perception de la libéralisation politique et de l’opportunité dont bénéficient les “entrepreneurs” s’accompagne d’une revendication quasi censitaire ». (M. Bennani Chraïbi, 2004a, 35).

45L’analyse du profil socioprofessionnel des élus aux élections locales et législatives de 1997 révèle de fait une surreprésentation des chefs d’entreprises privées dans les différentes chambres et dans les conseils municipaux et régionaux. Si l’on regroupe dans une même catégorie construite ici pour les besoins de l’analyse, l’ensemble des candidats qui ont, lors de l’enregistrement de leur candidature, déclaré être « commerçants », « chefs d’entreprise », « entrepreneurs », « hommes d’affaires », « directeurs de société », « PDG », « directeurs de banque », « armateurs », « industriels », « propriétaires fonciers », etc., celle-ci se révèle déterminante dans les recompositions des élus marocains (voir tableaux 4 et 5).

46La question du classement de ces élus est intéressante. Elle montre que la nomenclature officielle a du mal à ranger dans un même groupe cette part importante de professionnels du politique. Si en 2002, les catégories « hommes d’affaires » et « directeurs de société » entrent dans l’outil statistique du ministère de l’Intérieur, en 1997, cette population fut répartie dans différents groupes selon les bureaux où les candidats avaient déposé leurs déclarations de foi.

47En 1997, sur 48 élus à la Chambre des représentants classés parmi les « autres professions », 50 % correspondent potentiellement au profil du chef d’entreprise, à savoir en termes de professions déclarées par les candidats, deux « administrateurs de société », un « agent de voyage », un « armateur », un « commerçant », un « directeur de banque », huit « entrepreneurs », six « hommes d’affaires », deux « industriels », un « promoteur foncier » et un « transporteur ». Les autres exercent soit des professions difficilement classables dans la nomenclature établie (« chef de parti politique », « journaliste », « étudiant », etc.), soit sont retraités. Quant à ceux qui sont rangés parmi les « salariés privés », 73,7 % sont des « directeurs de sociétés » et 26,3 % des employés, ouvriers, directeurs commerciaux ou directeurs techniques (M. Catusse, 1999).

Tableau 4. Professions déclarées par 39 % des 325 élus à la Chambre des représentants en 1997

Tableau 4. Professions déclarées par 39 % des 325 élus à la Chambre des représentants en 1997

Sources : Tableau réalisé par mes soins sur la base des listes des élus aux élections pour la Chambre des représentants du 14 novembre 1997.

Tableau 5. Professions déclarées par 41 % des 270 élus à la Chambre des conseillers dans les différents collèges électoraux de 1997

Tableau 5. Professions déclarées par 41 % des 270 élus à la Chambre des conseillers dans les différents collèges électoraux de 1997

Sources : Tableau réalisé par mes soins sur la base des listes des élus aux élections pour la Chambre des conseillers du 5 décembre 1997.

48La catégorie des « commerçants », est quant à elle intéressante car 61 % de ceux qui y furent rangés s’étaient déclarés eux-mêmes « commerçants ». Leur niveau d’éducation était à 45 % primaire, 47,9 % secondaire et seulement 6,5 % supérieur). Les 39 % restants s’étaient enregistrés à 38,5 % comme « hommes d’affaires » (6,6 % de niveau primaire, 46,6 % de niveau secondaire et 46,6 % de niveau supérieur) et 1,3 % comme entrepreneurs.

49En retour, les 133 potentiels « entrepreneurs » élus à la Chambre des représentants ont été classés à hauteur de 57,35 % parmi les commerçants, de 17,6 % parmi les autres professions, de 11,8 % parmi les salariés privés et de 8 % parmi les fonctionnaires (il s’agit de 12 administrateurs de société et d’un gérant de société).

50Si on les rassemble dans une seule et unique catégorie d’acteurs, parce qu’ils pourraient s’identifier aux figures de l’entrepreneur qui émergent et prétendre être représentés par exemple par la CGEM, ces acteurs sont majoritaires dans les deux chambres par rapport aux autres catégories socioprofessionnelles. Ils le sont, à hauteur de 41,3 %, dans la toute nouvelle Chambre des conseillers, grâce aux collèges professionnels, bien sûr, et en particulier à l’élection de conseillers au sein des Chambres de commerce, d’industrie et de service, mais aussi et surtout parce qu’ils représentent plus de 52 % des élus locaux (dont 37 % d’élus communaux). Cette catégorie d’acteurs est également la plus présente dans la Chambre des représentants, élue au suffrage universel direct, où l’on décompte 38,8 % « d’entrepreneurs » (contre 9,5 % fonctionnaires, 19 % enseignants, 12,6 % agriculteurs et 11 % professions libérales).

51L’observation des élections locales montre clairement que, comme les « agriculteurs » (souvent des propriétaires fonciers), non seulement ils se sont plus présentés que les autres catégories socioprofessionnelles, mais ils ont proportionnellement recueilli plus de suffrages que les autres candidats pour plusieurs raisons, la première étant que leur activité professionnelle permet de mieux mobiliser des réseaux clientélistes et offre des ressources précieuses au candidat de mener une campagne efficace.

52Autre enseignement des élections de 1997, ces « entrepreneurs » se révèlent plus nombreux dans les deux nouvelles chambres qu’ils ne l’étaient dans la Chambre unique de 1993 et dans les chambres précédentes. M. Bennani Chraïbi synthétise dans le tableau suivant les informations dont on dispose au sujet de l’évolution des origines socioprofessionnelles des élus aux scrutins législatifs depuis 1997.

53Avec toutes les réserves que l’on doit formuler sur le caractère comparable de ces données (les nomenclatures changent, le Parlement se divise en deux chambres, etc.), les tendances sont relativement parlantes. Entre 1993 et 1997, la catégorie « commerçants » augmente de plus d’un tiers. La proportion « d’enseignants », de « fonctionnaires » et « d’agriculteurs » diminue. Par ailleurs les catégories « salariés privés » et « autres professions » (qui n’apparaissent pas dans ce tableau) qui, elles, regroupent des individus pouvant aussi s’identifier aux représentations de « l’entrepreneur », augmentent elles aussi significativement entre 1993 et 1997.

  • 41 41. Ces chiffres ont été extraits des tableaux effectués, à partir des sources du ministère de l’I (...)

Tableau 6. Origine socioprofessionnelle des élus lors des scrutins législatifs en pourcentage 41

Tableau 6. Origine socioprofessionnelle des élus lors des scrutins législatifs en pourcentage 41
  • 42 De nouvelles catégories apparaissent dans les données livrées par le site du ministère de la Commu (...)

Note 42
Source : M. Bennani Chraïbi, 2004a, 27.

54Que dire du profil sociologique et politique de ces nouveaux élus, recrutés dans le monde des affaires et de la petite ou grande entreprise ?

55En termes d’affiliation politique, ceux qui sont élus en 1997 sont plutôt issus des partis dits de « droite » ou « d’administration », proches du palais, quand ils ne sont pas « sans appartenance politique ». Leur adhésion au parti est souvent fragile et susceptible de changer. Il faut dire que de part et d’autre, la recherche de mécènes a battu son plein avec plus ou moins de bonheur. À ce jeu, les patrons, capables de mobiliser une clientèle ou d’investir matériellement dans leurs propres campagnes, furent particulièrement courtisés et pas seulement par des partis proches du palais sans assise militante tels que l’Union constitutionnelle ou le Rassemblement national des indépendants dont on a longtemps dit qu’ils « se disputaient le leadership du monde du commerce, de l’industrie et de la haute fonction publique » (S. Tangeaoui, 1993, 251).

56La position d’employeur dans un pays où le chômage est important est une source d’influence et de pouvoir non négligeable. Ceci se vérifie à plusieurs niveaux : celui des rapports de clientèles qui se nouent et se dénouent dans le scrutin entre l’électeur et le candidat ; mais également celui de l’affiliation politique et des stratégies partisanes. La problématique du « nomadisme » ou de la « transhumance partisane » est un serpent de mer au Maroc. Le taux de fidélité partisane est globalement faible, les exemples particulièrement nombreux de changement d’affiliation. Au cours de la même législature entre 1997 et 2002, certains députés ont changé trois fois de couleur. Exemple parmi d’autres, loin d’être l’unique, M. Chaâbi, député trublion de l’Istiqlâl à Essaouira, homme d’affaires évoqué plus haut au sujet du procès des privatisations. Il entre en mai 2003 au Parti du progrès et du socialisme, PPS, reconversion du Parti communiste marocain. Pour être couramment dénoncée, cette pratique se justifia longtemps par la personnalisation des élections. Dans les zones rurales, par exemple, les candidats disposant d’assises locales patronales feraient monter les enchères de leur affiliation partisane, comme le relate par exemple le roman de M. Ouarab (1999).

57Au lendemain des législatives de 2007, d’autres exemples de trans-humances furent remarqués à l’occasion des tractations pour la composition d’un nouveau gouvernement. En fonction des stratégies et alliances partisanes, des ministrables potentiels changèrent plusieurs fois d’affiliation partisane en l’espace de quelques jours. Ainsi en est-il de l’industriel A. Akhennouch, apparenté au Mouvement populaire (MP) en tant que président de la Région Souss Massa Draa, nommé ministre de l’Agriculture sous l’étiquette Rassemblement national indépendant (RNI), après que le MP ait renoncé à participer au gouvernement.

  • 43 Selon le communiqué de la Commission de suivi des élections, cité dans « la course aux accréditati (...)

58La question de l’affiliation politique s’est exacerbée après les élections communales de juin 1997, dans la préparation des législatives qui se tenaient quelques mois plus tard. Sur requête de la Commission nationale de suivi des élections, Hassan II donna « ses hautes instructions pour limiter les candidatures pour l’élection de la Chambre des conseillers aux personnes appartenant aux partis politiques » 43alors même que l’étiquette SAP (sans appartenance politique) avait été acceptée pour les élections professionnelles et locales. Le Roi évoquait l’article 3 de la Constitution :

  • 44 Idem.

« Les partis politiques, les organisations syndicales, les collectivités locales et les chambres professionnelles contribuent à l’organisation et la représentation des citoyens. (…) L’action au sein de la chambre nécessite l’organisation sous forme de groupes. (…) Il n’y a nullement atteinte à la volonté de l’électeur qui a voté en faveur des sans appartenance politique lors des élections locales et professionnelles »44.

59Or les élus sans appartenance politique étaient particulièrement nombreux en 1997 dans les collectivités locales et dans les chambres professionnelles : en 1997, 41,5 % des élus aux Chambres de commerce, d’industrie et de service sont sans appartenance politique. Ils sont 20,57 % dans les Chambres d’agriculture, 69,16 % dans les Chambres de pêches maritimes et 29,89 % dans les Chambres d’artisanat.

Tableau 7. Résultats des élections aux Chambres de commerce d’industrie et de service en 1997

Tableau 7. Résultats des élections aux Chambres de commerce d’industrie et de service en 1997

Sources : ministère de l’Intérieur.

  • 45 Idem.

60Le souverain affichait l’objectif d’éviter que la chambre ne « se transforme en mosaïque hautement instable » et de limiter la « transhumance d’élus prêts à se vendre aux plus offrants »45. Argument paradoxal puisque, acculés à prendre une étiquette partisane, les élus de ces collèges ont, en quelques jours, cherché des places au sein des partis politiques et fait monter les enchères. Cette décision a accentué la tendance de nomadisme partisan que l’on observait déjà. Le même processus s’observe lors des élections de 2002, pour la constitution des listes. Dans une compétition où la taille des circonscriptions augmentait et où l’introduction d’un nouveau scrutin créait des conflits internes aux partis importants, les petits partis ont joué l’enchère, vendant en quelque sorte au plus offrant leur tête de liste.

  • 46 Modification de l’article 44 du règlement du Parlement le 8 novembre 2002.

61Avec l’introduction d’un scrutin de liste et non plus uninominal en 2002, le contrat entre l’électeur et l’élu semblait a priori s’instaurer sur des bases différentes. Pourtant, cela n’a pas empêché, dès l’élection, certains députés de changer de couleur. Le processus s’est sûrement accéléré avec la décision brutale des parlementaires majoritaires de faire monter le nombre d’élus nécessaires à la constitution d’un groupe parlementaire de douze à vingt députés46. Quoi qu’il en soit, le jour de l’ouverture de la session parlementaire de novembre 2002, seize députés élus sur des scrutins de listes avaient changé d’étiquette.

  • 47 Pour M. Ramid du PJD, il s’agit d’une « trahison du pacte conclu avec les électeurs qui ont donné (...)

62Parmi les principaux partis, seuls l’USFP et le PJD ne sont pas concernés par ces mouvements, qu’ils condamnent d’ailleurs fermement47. Dans certains cas, il s’agit d’un « retour au bercail » : dans la mesure où il était difficile pour les partis de trancher entre plusieurs postulants pour la première place sur certaines listes, quelques-uns sont parvenus à obtenir des têtes de liste dans leurs fiefs électoraux dans d’autres partis. Dans d’autres cas, il peut s’agir de stratégies postélectorales, dans le but de participer à des groupes parlementaires : ainsi trois partis ont perdu tous leurs députés. Les deux représentants de Forces citoyennes se sont reportés à l’Istiqlâl dont leur leader était proche. Tous les députés du Mouvement démocrate social (MDS) ont également rejoint d’autres rangs, mais selon une logique qui semble plus individuelle : l’un prend les couleurs de l’Istiqlâl, deux celles du Rassemblement national des indépendants (RNI), quatre celles du Mouvement national populaire (MNP).

63En termes d’origine géographique, la prépondérance des élus « entrepreneurs » est surtout le fait des régions rurales du Sud et des grandes villes commerçantes, Casablanca, Marrakech ou Tanger. Dans les grandes villes du littoral, notamment à Rabat, ils sont concurrencés par les enseignants, les fonctionnaires, ou les professions libérales à Rabat.

64Les chefs d’entreprise, commerçants ou industriels entrepreneurs font-ils finalement dans le contexte actuel de l’ajustement structurel et de l’arrimage du Maroc à un espace économique mondialisé, office de nouveaux « défenseurs du trône » (R. Leveau, 1976) ? L’hypothèse d’une alliance axiale entre le souverain et l’élite économique appelle quelques nuances. Il est clair, à la lumière de ces résultats, que ces élus sont pour leur grande majorité peu dissidents ou contestataires. Sociologiquement, ils sont proches des propriétaires fonciers étudiés par R. Leveau ou de la bourgeoisie notabiliaire observée par les théoriciens de la dépendance. Mais cette population hétérogène se caractérise au-delà de ces grandes tendances par des trajectoires et des rapports au politique variés que le « paradigme fonctionnel » n’épuise pas.

65Dans cette optique, « les élections servent à consolider la royauté, à susciter des “consensus”, à travers une mobilisation par le haut à caractère cooptatif. De ce fait, elles produiraient d’abord un phénomène “d’apolitisation” ou de “dépolitisation” » (M. Bennani Chraïbi, 2004a, 17).

66Pourtant, la fabrique des élections ne se réduit pas aux stratégies de l’administration centrale qui manipulerait tant le corps électoral que le monde partisan. Au contraire, elle est traversée de luttes matérielles et symboliques où différentes natures de ressources sont maniées par les protagonistes du vote afin de peser, selon leur position, dans le fonctionnement du régime. Ainsi, si les structures de représentation politique se peuplent d’hommes d’affaires, de chefs d’entreprise ou de commerçants, c’est en particulier du fait des usages de leur fortune en politique.

Le « grand souk électoral »48

  • 48 A. Chankou, « La chambre d’amis », Maroc-Hebdo International, n° 299, 29 nov-5 déc. 1997, 16.

67En 1997, alors que les observateurs se félicitaient du recul des interventions de l’administration dans le vote, euphémisme pour parler des fraudes et manipulations directes, les élections apparurent comme un marché plus libre, avec ses bénéfices, ses taux d’intérêts, son échelle de prix :

  • 49 Ibid.
  • 50 D. Ben Ali, « La vie politique polluée par l’argent », La Vie économique, 28 novembre 1997, 10.

« [Les futurs conseillers] ont eu tout le loisir de faire le tour du marché, tâter les diverses offres et de bien soupeser les enjeux et les tarifs »49. « L’électeur, à l’instar de n’importe quelle autre marchandise, s’achète et se vend au gré des lois du marché, avec cette caractéristique particulière, c’est que sa valeur marchande est inversement proportionnelle à sa pauvreté »50.

68À ce jeu, les patrons locaux et grands industriels ou hommes d’affaires paraissaient plus qualifiés ou capables que d’autres types d’acteurs pour gérer une carrière politique.

  • 51 A. Chankou, « La chambre d’amis », Maroc-Hebdo International, n° 299, 29 nov.-5 déc. 1997, 16.

« Le souk électoral a été de nouveau installé. Quelque part. Invisible à l’œil nu. Les concernés connaissent le circuit de ce grand négoce, ses règles et ses exigences. Ce qui manque, c’est l’institutionnalisation de ce commerce dans un espace physique bien défini comme le marché de Casablanca, avec une bourse de valeur électorale »51.

69La question de l’argent dans cette campagne prit d’autant plus de relief que, suite au Pacte d’honneur et de bonne conduite, des efforts avaient été consentis pour réglementer les dépenses des candidats. Fixées par le code électoral, les règles en étaient strictes. L’État s’engageait à participer au financement des campagnes électorales et les candidats devaient respecter un plafond de 250 000 dh de dépenses. Une commission de contrôle fut créée, composée d’un magistrat de la Cour suprême, d’un représentant du ministère de l’Intérieur et d’un inspecteur des Finances. Chaque candidat devait tenir un état des dépenses. Hassan II promettait au nom de l’État d’allouer 120 millions dh pour le financement des campagnes pour les élections législatives directes. Pour le ministre de l’Intérieur :

  • 52 D. Basri, cité dans « Une carte d’électeur ayant la même valeur fiduciaire que la monnaie », Le Qu (...)

« La valeur fiduciaire des billets de banque et la fiabilité des techniques qui entourent l’émission de la monnaie caractériseront désormais, au même titre la carte d’électeur »52.

  • 53 La Vie économique, 28 novembre 1997, 1.
  • 54 La Vie économique, 28 novembre 1997, 6-16.

70Malgré cela, le rôle de l’argent fut largement dénoncé par la presse, par les observateurs et par les protagonistes des scrutins eux-mêmes. « Jamais, la prolifération de l’argent n’a été aussi stigmatisée dans une opération électorale » affirme La Vie économique53. Le même journal, au lendemain des législatives, consacre un dossier à « l’argent qui pollue la vie politique »54. Quant au bureau politique de l’USFP, il dénonce :

  • 55 B. Znagui, « Ca pue le fric », Libération, 12 novembre 1997.

« Toutes les pratiques contraires à la loi », affirmant que ces élections « ont transformé le pays en une place aux enchères pour l’achat des voix et des consciences »55.

71Pour N. Abaâkil, le leader du Parti de l’action, qui n’avait pas signé le Pacte d’honneur :

  • 56 La Vie économique, 28 novembre 1997.

« L’argent a eu le premier rôle dans ces élections. Pratiquement tous les candidats s’en sont servis. Il n’y a plus de morale, plus d’éthique, il y a seulement l’argent. C’est apparemment le seul argument »56.

72Pour M. Bouaziz de l’Organisation de l’action démocratique et populaire (OADP) :

  • 57 Idem.

« Le Maroc avait la possibilité d’éradiquer ce phénomène, mais il ne l’a pas fait »57.

73Quant à A. Maâch du Parti de la choura et de l’Istiqlâl (PCI) :

  • 58 Idem.

« Durant ces élections, tous les partis, droite et gauche, ont usé sans vergogne de l’argent »58.

74L’Organisation marocaine des droits humains rédigea un rapport d’observation sur les élections législatives du 14 novembre 1997. À côté des irrégularités et violations des lois, elle condamne :

  • 59 OMDH, 1998, Rapport d’observation sur les élections législatives, 33.

« L’achat des voix, facilitée par le mode de scrutin et par les bulletins multiples de vote s’est déroulé souvent non loin des bureaux de vote, dans les cafés, des véhicules, des boutiques et parfois même des mosquées. L’opération a été parfois exécutée par de véritables réseaux ou des courtiers ayant acquis un certain professionnalisme »59.

  • 60 A. Naanaa, « Les partis réclament... leur argent », La Vie économique, 28 novembre 1997, 11.
  • 61 J.-F. Médard, 1976, 123 et ss. Voir aussi le fameux exemple du développement, à la faveur de l’ext (...)

75Quant à la subvention étatique accordée par l’État aux partis politiques, elle semble n’avoir été versée que partiellement et parfois discrétionnairement60. Cela favorisa le recours aux pratiques clientélistes. Pour l’électeur, sa voix constitue une monnaie d’échange économique autant qu’une ressource politique, surtout dans les systèmes de multipartisme, où le panel des offres politiques est important (26 partis en lice par exemple en 2002, 33 en 2007)61. Plus ou moins systématisées et diffuses, ces relations politiques et domestiques s’articulent autour de relations plus ou moins personnelles, de réciprocité et de dépendance qui s’inscrivent dans une structure pyramidale : le patron reçoit suffrages et fidélité, les clients-électeurs emplois et protections, les clients-patrons des milieux d’affaires financent la campagne et l’achat des voix et se voient promettre en contrepartie marchés publics, concessions, etc. La pratique de l’achat de voix dénoncée mais rarement prouvée a incontestablement favorisé les candidats et les partis disposant d’importantes entrées d’argent ou de fonds propres.

Les morales de l’économie du politique

  • 62 Par exemple, l’essai, sous forme de réquisitoire sans appel, de l’écrivain A. Serhane, L’auteur dé (...)

76Les campagnes d’information contre l’argent sale furent tout aussi notables que l’usage effectif de l’argent dans la campagne et au moment du vote. Le nombre d’articles, de déclarations publiques, d’ouvrages62, de réunions sur la question témoignent de l’emprise que de telles dénonciations purent avoir dans l’opinion publique, et jusque parmi le personnel politique lui-même.

77Pour entériner sa reconnaissance officielle après plusieurs années de lutte avec l’administration, l’association Transparency Maroc, dont l’objet est la lutte contre la corruption, organisait la première semaine de janvier 1998 deux rencontres sur « l’argent et le politique » qui remportèrent grand succès, ne serait-ce qu’en termes d’auditoire. Enfin, et la remarque est loin d’être anecdotique, Hassan II lui-même, au cours d’un processus électoral, où il prétendait jouer le rôle d’arbitre au-dessus de la mêlée, évoqua la question en termes moraux :

  • 63 Allocution Royale du 20 août 1997.

« Je pense personnellement que les opérations électorales se sont déroulées de façon normale, ou relativement normale, (...), avec cependant un seul phénomène à savoir tout ce qui a été dit et écrit sur l’usage de l’argent. (...) Nous devons, cher peuple, avoir présent à l’esprit, et Je m’adresse ici à la famille politique, l’adage suivant : “Celui qui a osé pour toi, osera contre toi”. Je dirais, en ce qui me concerne : Celui qui s’achète pour toi, s’achètera contre toi »63.

78À ce titre, ces pratiques jetèrent plus le discrédit sur la classe politique, présentée comme incapable de respecter les principes d’éthique inhérents à la démocratie, que sur le monde des affaires. Au contraire dans un sens, à l’opprobre jeté sur les élus s’opposèrent des arguments vantant les qualités du chef d’entreprise pour manager la société, en particulier au niveau du gouvernement local.

79À la toute fin des années 1990 et au début de la décennie 2000, au lendemain de la campagne « d’assainissement », les élus municipaux au Maroc furent mis par exemple sur la sellette. En 2000, en particulier, la démission provoquée du président de la Communauté urbaine de Casablanca, A. Slimani, beau-frère de l’ancien ministre de l’Intérieur D. Basri, fut emblématique. Sur fond de « scandales financiers », l’ancien cacique de la ville fut accusé d’avoir mal géré Casablanca, voire de l’avoir spoliée (M. Catusse, 2002a). Quelques mois après la mise à pied de son protecteur, il fut destitué à la suite d’une séance extraordinaire du conseil de la communauté urbaine de la ville. Une motion de destitution fut signée par une majorité des membres du conseil, parmi lesquels les amis politiques d’A. Slimani. Son propre parti ne le défendit pas. Au cours de l’été 2000, il perdit aussi son siège parlementaire, dans le cadre de l’organisation du renouvellement du premier tiers des membres de la Chambre des conseillers. A. Slimani faisait partie des élus malchanceux ayant été tirés au sort pour mettre en jeu leur mandat, trois ans seulement après leur élection en décembre 1997. Pourtant, l’Union constitutionnelle, son parti depuis 1983, décida de l’écarter en lui refusant en juillet 2000 de prendre la tête de la liste casablancaise.

80Une enquête avait été engagée sur la gestion municipale de la ville ainsi que de la commune urbaine de Roche Noire dont il était le président, par une brigade d’inspecteurs du ministère de l’Intérieur. En cause, de nombreux marchés publics tels que, selon les sources, ceux des nouveaux abattoirs, du marché de gros, des transports urbains ou des panneaux publicitaires. Les membres de la communauté urbaine lui reprochèrent en outre une mauvaise gestion du problème des décharges publiques dans lequel était impliqué son propre neveu, le fils de l’ancien ministre de l’Intérieur, D. Basri, le non-suivi du cahier des charges des services publics concédés à des sociétés privées, ou encore la monopolisation de la gestion de la Communauté urbaine de Casablanca, la non-diffusion des procès verbaux, etc.

81Le vote de défiance qui l’écarta de la présidence de la Communauté urbaine s’assortit d’un discours sur la « moralisation de la vie publique », qui se répéta dans d’autres affaires, jetant l’anathème sur les vices de ces élus locaux, dénonçant leurs pratiques clientélistes, corrompues, leurs passe-droits, leur collusion avec « l’ancien » régime et finalement leur pillage de la ville. La présence d’élus du Parti de la justice et du développement (PJD) et la pression que ce parti exerça dès le début de la décennie 2000 à l’adresse des conseils municipaux qu’il affiche vouloir conquérir, a certainement contribué à radicaliser la critique en ces termes. La critique se nourrit aussi du développement d’une presse plus autonome également, comme nous avons pu le souligner au sujet de la couverture médiatique de controverses dans le monde économique et financier.

82A. Slimani, fruit et symbole d’un système dont on voudrait qu’il soit « révolu », aurait été la cible d’une vaste entreprise de « rationalisation » et « d’assainissement » de la vie publique locale, menée par le gouvernement de A. Youssoufi, dans un objectif de transparence, d’efficacité, pour tout dire de « libéralisation », puisqu’il s’agit, si l’on s’en tient au discours de ses promoteurs, de casser les situations de monopoles, de rentes et de clientélisme, d’ouvrir la gestion des villes à une réelle concurrence, non entravée par des logiques patrimoniales ou familiales.

83Parce qu’elle concerne un personnage central dans le système politique marocain des années 1980-1990, cette affaire fit grand bruit à son époque. Mais elle faisait écho à une série plus longue de démissions ou mises en cause d’élus locaux au cours de cette même année 2000. À Casablanca, dans des conditions singulièrement semblables, furent démis les présidents de Casablanca-Anfa et Casablanca-Sidi Othmane, puis de Casablanca-Aïn Chock, Casablanca-Sidi Belyout, et Foum Lahcen. À Casablanca-El Fida, le président parvient au dernier moment à éviter la démission. À Agadir, il est destitué, comme à Mohamedia. Dans tous les cas, l’affaire commence par un audit de brigades d’inspection financière du ministère de l’Intérieur.

  • 64 M. Mjid, interviewé dans Le Journal, n° 135, 2000.

84Les images recueillies dans la presse ou par interviews sont les mêmes : celles du « pillage » de la ville, celle du « capitalisme des copains » (expression utilisée telle quelle par plusieurs interlocuteurs), mais aussi et surtout celle de la saleté (ou de la propreté) : la « ville blanche », Casablanca, est souillée par une « marée noire » 64par le « pourrissement », la capitale économique est la ville « la plus polluée du Royaume », tandis que l’USFP, lors de la destitution de A. Slimani, « se lave les mains », refusant de se prononcer sur ce qui est pourtant présenté comme un « nettoyage » de la ville. Or, les usages politiques et sociaux d’un discours sur la moralité des élus sont ambivalents. Le registre de dénonciation « morale » ou « éthique » dépolitise la critique et sape les dispositifs de contrôle « normaux », législativement régulés, de la gestion des affaires publiques.

85Tout au long de l’affaire Slimani, une certitude s’insinue de façon latente, confirmée par d’autres procès publicisés : si cet homme tombe, c’est qu’il fait partie d’une toile d’araignée qui le dépasse, celle du système politique verrouillé par l’ancien ministre de l’Intérieur, dans lequel toute la classe politique est plus ou moins compromise, au vu et au su de chacun. Tous les partis politiques ont cogéré Casablanca. Le thème de la corruption semble ainsi devenir une arme aux mains des gouvernants contre la « classe politique », au nom d’une morale libérale souple et simplifiée. Le procédé n’est pas nouveau :

« Les campagnes sont brèves et sans lendemain ; leur objectif n’est pas d’éradiquer les pratiques nuisibles ni même de les faire reculer mais d’offrir des victimes expiatoires à l’opinion publique pour sortir d’un mauvais pas politique. Elles peuvent aussi, à l’occasion, permettre d’éliminer des adversaires politiques ou des concurrents économiques ». (N. Bouderbala, 2001, 21).

86Quels que soient le fond de l’affaire et la recevabilité probable des chefs d’accusation, les modalités de la destitution du président de la Communauté urbaine de Casablanca dénote, comme pour la campagne « d’assainissement » une extrême confusion des pouvoirs. Le contrôle de la gestion des finances publiques fut d’abord le fait de brigades d’inspection directement envoyées par le ministère de l’Intérieur, et non de la Cour des comptes, en contradiction avec les procédures régulières.

87Si la dénonciation est publique, largement amplifiée et véhiculée par les médias, elle s’éloigne de ce qui pourrait être l’institutionnalisation d’un espace public soumis au contrôle de l’opinion. A. Slimani, élu par les citoyens de la commune de Roche Noire à Casablanca n’a jamais eu à s’expliquer face à ses électeurs, encore moins à leur « rendre des comptes ». C’est à ses collègues du Conseil de la communauté urbaine, certes eux-mêmes représentants des citoyens, et surtout au ministre de l’Intérieur qu’il doit faire face, donnant sa démission au wali. Au mieux, les conseillers communaux se contentent de voter ou non la motion de destitution du président. Quant à l’audit de la brigade financière de l’Intérieur, il n’est pas rendu public, malgré quelques timides protestations : dans le mémorandum adressé au Premier ministre en janvier 1999, le collectif inter-associatif contre la corruption relevait cette forme de manipulation de l’opinion publique :

« Il n’est pas admissible que les responsables gouvernementaux annoncent publiquement le lancement de contrôles, d’audits, d’enquêtes ou de poursuites et ne rendent pas compte à la même opinion publique des résultats de leurs investigations. Il est dès lors urgent d’informer largement sur les grands dossiers de corruption et de détournement de deniers publics qui ont été portés sur la place publique ».

  • 65 Pour une comparaison, P. Quantin, 2001, 6-9.
  • 66 Ainsi que s’y risque avec finesse M. Hachemaoui (2003) dans son analyse des élections algériennes (...)

88Dans ces campagnes électorales, les usages variés de l’argent ont secondé la métamorphose d’une ingénierie électorale visant à soumettre 65 mais sont aussi intervenus dans les logiques de médiation, au-delà des clivages partisans66. Cependant, l’élection ne peut-être interprétée à l’aune unique de l’échange mercantile, où le don et le contre-don ne seraient que le fait de la mise en présence d’intérêts individuels et de marchandages mercantiles. La métaphore marchande, souvent utilisée pour l’analyse des élections montre ses limites lorsqu’elle prétend expliquer en dernier ressort, la compétition électorale comme un moment atemporel de recherche effrénée de gains se soldant en monnaie de singe. Pour certains, c’est un vecteur manifeste de dépolitisation.

« L’apolitisme, cette exclusion volontaire, revêt une teneur variable. Il est fortement présent dans le Maroc de l’ère du PAS [Programme d’ajustement structurel], s’appuyant tantôt sur la dérision, tantôt sur une attitude de spectateur face aux échanges de coups entre les acteurs du champ politique, tant sur l’indifférence et le désintérêt ». (A. Saaf, 1996).

89Néanmoins, « l’économicisation » des mandats politiques suggèrent aussi une recomposition des arènes de la représentation qui ne les déchargent pas d’enjeux politiques. C’est ce que montrent certaines aventures électorales.

Conversions politiques

90Un projet politique tel que celui dans lequel s’est lancé l’ancien président de la CGEM, A. Lahjouji, en 2002, soulève plusieurs questions : d’une part, celles de la « transformation des imaginaires du pouvoir » et de la mise en scène de « figure de la réussite » (R. Banegas et J.-P. Warnier, 2001). Il s’agit alors d’étudier comment jouent et se hiérarchisent les répertoires de sens pluriels, de les mettre à l’épreuve de la performativité et de s’interroger sur les possibilités de conversion de capitaux symboliques en ressources politiques. D’autre part, celle de leur impact sur la compétition politique : sur les modes de présentation des différents concurrents en lice, sur la mobilisation de ressources contradictoires et sur la sélection des élus finalement. Comme souvent dans l’exercice biographique, l’échelle d’analyse combine « différentes temporalités et différents espaces d’action » (K. Bendana et alii, 2005, 17).

91Le personnage qui se présente comme un outsider, d’abord sur la scène patronale puis dans l’arène politique est loin d’être un électron libre. Il revendique une certaine exemplarité de son action, voire un prosélytisme, et il occupe en tout état de cause une place centrale dans l’échiquier politico-économique du Maroc des quinze dernières années. Son aventure – sa mésaventure – électorale prend un sens sociologique particulier lorsqu’on la saisit au croisement de différentes temporalités (les temps froids de l’action corporatiste ou de la constitution de réseaux politiques et les temps chauds de la campagne) et de différentes arènes (celle du syndicalisme patronal et du militantisme associatif, celle de la compétition électorale et celle de la territorialité notabiliaire).

De « l'entreprise citoyenne »…

92Les enjeux de l’aventure électorale d’A. Lahjouji prennent racine dans son expérience syndicale précédente, quand bien même, nous allons le voir, le candidat prend soin de se démarquer de son ancien rôle de patron des patrons, lorsqu’il l’estime nécessaire.

93Nous avons eu l’occasion de relater son parcours à la CGEM. Lorsqu’il se présente à la course pour la présidence de la Confédération générale économique du Maroc en 1994, l’homme est méconnu. En 2000, lorsqu’il quitte la présidence de la CGEM, il bénéfice d’une notoriété indéniable. Patron des patrons dans les années 1990, alors que se négocient les accords de libre-échange avec l’Union européenne et mise en œuvre de la politique de privatisation du secteur public, A. Lahjouji a défendu au cours de cette décennie les intérêts de l’entreprise marocaine, « citoyenne et solidaire ». Il travaille sur les représentations de cette dernière, dans tous les sens du terme. Entouré de son équipe, il investit plusieurs arènes publiques, notamment à l’occasion de la campagne d’assainissement.

94L’homme gagne donc à la tête de la confédération d’une reconnaissance politique et d’une « popularité » médiatique qui reste difficilement mesurable sinon à travers les images de lui renvoyées par la presse notamment, par les prises de paroles politiques ou encore dans le milieu patronal. Il revendique pourtant une représentativité virtuelle et surtout vertueuse, en professant un discours éthique et moral sur l’entreprise et sur sa place dans la société.

95Il se dessine, dans cette trajectoire et sa médiatisation, la métaphore de « nouvelles possibilités d’accès à la réussite » (R. Banegas, J.-P. Warnier, 2001, 5) ou d’une métamorphose de l’homme d’affaires en politique. Sans jouir d’une réussite éclatante, ni dans les affaires, ni dans son association, sans exhiber non plus un succès matériel exceptionnel, sans être issu de nouveaux itinéraires d’accumulation (il est l’héritier d’une entreprise familiale de BTP), l’homme se construit une réputation d’outsider et peut incarner – au sens propre du terme – l’avènement d’un patronat marocain moderne, par opposition à la bourgeoisie d’antan. En jouant de petites ruptures, d’effets d’annonces, de positionnements démarqués, il propose une image positive et morale de l’entrepreneur.

96En 1997, A. Lahjouji est réélu à la tête de la confédération, sans qu’aucun candidat concurrent ne lui dispute le poste. En 2000, conformément aux statuts de l’association qui empêchent une troisième élection, il se retire de la confédération, avec les « honneurs » et apparemment des attributs de réussite :

  • 67 A. Mansour, « Gardons Lahjouji ! », Maroc-Hebdo International, n° 416, 29 avril 2000.

« Égal à lui-même, régulièrement pragmatique, fidèle à ses idées personnelles et aux intérêts fondateurs de sa corporation, le patron des patrons a tout de même changé de ton. (…) Il a livré les mêmes convictions mais de manière plus apaisée, plus sereine. Avec un certain recul qui ressemble à du détachement. (…) Un président qui a donné à la CGEM de la surface représentative et de l’épaisseur positivement corporatiste en tant qu’interlocuteur des pouvoirs publics et des syndicats. S’il rempilait pour un nouveau mandat, ce serait bon pour tous »67.

… Au « libération solidaire »

97Le 10 novembre 2001 donc, A. Lahjouji organisa le congrès constitutif d’un nouveau parti dont il prend la présidence, Forces citoyennes. Si les activités économiques de sa société continuent à prospérer, notamment avec la réalisation de quelques gros marchés publics, par exemple pour la construction d’autoroutes, l’homme « entre en politique » :

  • 68 La Nouvelle Tribune, n° 279, 1er novembre 2001.

« J’ai milité en tant qu’acteur économique pour la création de richesse et pour que cette dernière soit répartie d’une manière démocratique et équitable. Quant au politique pour lequel je m’engage, ce sera pour une deuxième lutte que je mènerai avec un projet de société dans lequel l’économique pourrait se développer de façon soutenue et durable. La motivation qui me pousse à poursuivre ma lutte dans le politique procède d’une conviction profonde qu’il ne peut y avoir de développement sans solidarité. Ainsi, l’acteur économique se confond dans l’acteur politique »68.

98La création de nouveaux partis à la veille des élections est un grand classique au Maroc, dont la scène politique a longtemps été analysée à l’aune du paradigme segmentaire « diviser pour mieux régner » (J. Waterbury, 1970 ; J.-C. Santucci, 2001). Premières élections nationales organisées sous le règne de Mohammed VI et sans la présence du très puissant ministre de l’Intérieur D. Basri, les législatives de 2002 n’échappent pas à la règle. Treize des vingt-six partis en lice ont été créés entre 2001 et 2002. Certains se scindent et d’autres se créent. Un important clivage au sein de l’Union socialiste des forces populaires, la principale formation socialiste marocaine, donne par exemple naissance au Congrès national ittihadi, directement issu de la branche syndicale et ouvrière du parti (la CDT). Parallèlement, des partis se créent sinon « à droite », en tout cas, dans le creuset d’une idéologie libérale. Deux se dégagent d’emblée du fait de la personnalité de leurs fondateurs : Forces citoyennes et l’Alliance des libertés fondées par un autre homme d’affaires très médiatisé, A. Belhaj, au parcours plus ancré dans l’expérience politique que celui d’A. Lahjouji.

99À la tête d’une entreprise industrielle familiale originaire d’Oujda, à la frontière algérienne du Maroc, A. Belhaj est installé à Dar Bouazza, une banlieue industrielle de Casablanca. Il y mène une carrière politique active, puisqu’il est élu à 31 ans en 1992 d’abord sans appartenance politique au conseil communal de ce qui devient son fief, puis député de la même circonscription dans les rangs de l’Union constitutionnelle, un parti conservateur proche du Palais, réputé accueillir de nombreux hommes d’affaires et commerçants. En conflit avec son parti, il est réélu au Parlement en 1997, mais sous les couleurs du Parti du progrès et du socialisme (PPS), l’héritier du parti communiste. Il faudra deux ans pour que son élection soit validée. Il est connu pour son activité associative puisqu’à la tête de Maroc 2020, une association créée au milieu des années 1990 pour jouer un rôle de « think tank », il prend la parole pour la « société civile » marocaine auprès d’institutions internationales et des bailleurs de fonds : ainsi Maroc 2020 est l’une des quatre associations du comité directeur du Mediterranean Development Forum, chapeauté par l’Institut de la Banque mondiale et le PNUD. Il fait partie en outre des cinq Marocains désignés « global leaders for tomorrow » par le forum de Davos.

100Deux figures donc archétypales de la réforme néolibérale que le Maroc devrait connaître compte tenu de ses choix économiques récents, s’engagent de front dans la campagne électorale de 2002. Ils s’offrent en concurrents en quelque sorte d’anciens partis tels que le Rassemblement national des indépendants (RNI) ou l’Union constitutionnelle (UC), qui accueillaient traditionnellement dans leurs rangs le patronat local ou national et des notabilités commerçantes. Il faut souligner l’originalité de leur démarche respective, et l’ambition dont elle témoigne. En effet, si les hommes d’affaires, commerçants, industriels n’ont jamais été absents de la scène politique nationale ou locale au Maroc, c’est d’abord sous la couleur des « sans appartenance politique » : ainsi en est-il de D. Jettou, le Premier ministre actuel ou de l’ancien Premier ministre M. Karim Lamrani ; ainsi en est-il surtout d’une part importante des élus au Parlement par le biais des Chambres de commerce, d’industrie et de service et des élus aux scrutins locaux.

101La démarche d’A. Lahjouji ou d’A. Belhaj, prenant le risque de créer des nouveaux partis au lieu de s’affilier à des formations intéressées a priori par leur profil (démarche moins risquée à laquelle s’était déjà donné A. Belhaj), est différente. Elle témoigne d’un engagement plus marqué, d’une ambition plus prononcée, voire d’une volonté d’exprimer une rupture dans leur rapport au politique. D’ailleurs dans la campagne, le langage d’A. Lahjouji est celui de la modernité politique, du « marketing électoral » pour reprendre ses termes. Ses militants offrent des casquettes et des T-shirts comme de nombreux autres partis, mais la formation innove également en diffusant par exemple des cassettes audio de chansons chaabi (populaires) louant le parti ou en distribuant des gadgets à l’effigie de la maison (addar), symbole du parti, etc. Comme pour les stratégies de vente, les tracts sont adaptés à des populations cibles : les commerçants, les femmes, les jeunes, etc.

102Selon son fondateur, Forces citoyennes défend un « libéralisme social » :

  • 69 « Entretien avec A. Lahjouji », L’Économiste, n° 1140, 9 novembre 2002.
  • 70 A. Chankou, « Lahjouji, c’est parti. Interview », Maroc-Hebdo International, n° 481, 12-18 octobre (...)

« Il est clair que nous sommes des libéraux avec une forte sensibilité sociale »69.
« Forces citoyennes milite donc pour un libéralisme de type nouveau, à même de permettre à la population de prendre son destin en main »70.

  • 71 A. Lahjouji, « Le PJD n’est pas un parti religieux », L’Économiste, n° 2153, 17 novembre 2005.

103« Un libéralisme où la dimension sociale est présente d’une manière forte et matérialisée par des mécanismes législatifs qui permettent une redistribution juste et équitable » 71martèle-t-il d’interview en interview.

104Quant aux textes fondateurs du parti, ils montrent un certain éclectisme dans le positionnement idéologique :

  • 72 « Les Principes fondateurs », document de Forces citoyennes.

« Ni droite ni gauche, ni centre droit ni centre gauche, ne constituent encore des référentiels explicites pour nos concitoyens. Seules comptent les valeurs réellement défendues par les hommes et les femmes dont on attend que leurs comportements soient conformes à leurs discours : liberté, démocratie, solidarité, moralité, civisme, équité et toutes les valeurs ancrées dans notre société et qui sont en réalité universelles. Tel est le seul positionnement doctrinal que nous revendiquons »72.

105Quoi qu’il en soit, dès la création de sa formation, son leader que les médias continuent à désigner par sa fonction précédente (« l’ex-patron des patrons ») tente de se distancier de cette étiquette qui lui colle à la peau.

  • 73 A. Chankou, « Lahouji, c’est parti. Interview », Maroc-Hebdo International, n° 481, 12-18 novembre (...)

« Forces citoyennes n’est pas un parti des patrons ou d’une certaine élite, c’est le parti de tous les Marocains qui sont prêts à engager une bataille contre le sous-développement »73.

  • 74 La Fondation CGEM pour l’entreprise a été créée au sein de la CGEM, au moment du départ de A. Lahj (...)

106Mais il entretient une certaine ambiguïté vis-à-vis de la ressource politique que constitue son expérience patronale. Il peut se présenter, pour une tribune libre dans la presse, comme le président qu’il est devenu de la « Fondation CGEM pour l’entreprise »74. Dans d’autres cas, il propose une définition extensive du patronat :

  • 75 « Le Consensus tue l’efficacité. Entretien avec A. Lahjouji fondateur de Forces citoyennes », L’Éc (...)

« En fait le patronat est une corporation qui regroupe l’ensemble des acteurs qui créent des richesses et donc aussi bien l’épicier que le plombier… Dans ce sens, nous nous honorons d’être le rassembleur de toutes ces fractions de couches marocaines »75.

  • 76 Lors de ces législatives, un quota a été réservé pour l’élection de 30 femmes au parlement. À ce t (...)

107Concrètement, les listes que Forces citoyennes présenta aux élections de 2002 se caractérisent par une forte représentation d’élites et notamment d’élites économiques. Par exemple, en ce qui concerne la composition de la liste nationale réservée aux femmes76, sur les 30 candidates de Forces citoyennes, 6 seulement n’ont fait que des études secondaires et 24 des études supérieures ce qui, au regard du niveau d’alphabétisation des femmes particulièrement faible au Maroc (39,4 %), est évidemment distinctif. Beaucoup sont fonctionnaires, enseignantes, mais l’on repère également une commerçante, une directrice de société, deux administratrices de société, une comptable, ce qui est remarquable dans la mesure où la population féminine à la tête des entreprises est faible. Parmi les indices disponibles, on peut noter qu’outre Casablanca, Forces citoyennes a particulièrement axé sa campagne à Marrakech, où son chef de liste était un homme d’affaires réputé, à la tête de l’importante fédération du tourisme et président de la section régionale de la CGEM. On peut également s’appuyer sur des témoignages locaux.

108En effet, à défaut de données électorales précises et systématiques au Maroc, le travail d’observation localisé de la compétition politique s’avère plus parlant. Lors du dernier scrutin, plusieurs enquêtes ont été menées, notamment dans des circonscriptions de Casablanca. Elles brossent des portraits de candidats, qui, s’ils ne peuvent être que prudemment modélisés, sont particulièrement riches. Ainsi, dans le quartier de Derb Soltan, la candidate Forces citoyennes prône une éthique élitiste. Issue d’une famille entrepreneuriale, mère d’un industriel particulièrement actif dans le domaine de la promotion de la « société civile », bailleur du RESAQ, elle a été proche un moment du parti communiste marocain et s’est engagée dans la bienfaisance. C’est elle et sa famille qui financent sa campagne, dont M. Bennani Chraïbi indique qu’elle est relativement sophistiquée. Remarquable, l’inscription notabiliaire de son attitude, qui met en valeur son ancrage local et urbain (« elle n’a pas besoin d’être présentée » [M. Bennani Chraïbi, 2004b, 120]). Surtout, à l’instar de ce que A. Belhaj avait pu faire à Dar Bouazza lors des campagnes précédentes, elle mobilise un répertoire « élitaire » et/ou « censitaire », se « rapportant à la qualification sociale par la fortune et puisant ses images dans le langage de la “politique du ventre” » (Ibid) :

« Présentée comme une nantie, prospère, rassasiée, qui n’a pas besoin de l’argent du parlement, et qui de ce fait ne volera pas le peuple. Si elle y rentre c’est pour donner, pas pour voler » (Ibid.).

109Reste à comprendre pourquoi cette entreprise a échoué. En 2002, seuls deux candidats de Forces citoyennes ont été élus, dans des régions particulièrement décentrées, au sud du Maroc. En 2007, un seul, dans une région rurale éloignée, à Bzou Ouaouizeght. Quant à l’Alliance des libertés, elle fait élire quatre députés en 2002 et un seul en 2007 au scrutin direct, mais son leader perd son poste au Parlement, qu’il avait occupé entre 1993 et 2002, sous des couleurs partisanes plus classiques. Ni l’un ni l’autre de ces deux partis ne parvient à faire élire de conseillers dans la seconde chambre du Parlement.

110Au niveau des chambres régionales, les résultats ne sont pas plus probants : en 2002, ADL gagne cinq sièges dans le collège des conseils communaux (sur 544 conseillers), un siège dans le collège des conseils préfectoraux et provinciaux. Forces citoyennes emporte trois sièges : deux dans les collèges des conseils communaux et un dans le collège des conseils préfectoraux et provinciaux. Autrement dit, aucun de ces deux partis ne parvient à conquérir de siège à partir des collèges des Chambres de commerce, d’industrie et de service, où le RNI et le parti de l’Istiqlâl sont largement en tête, ni à partir des Chambres d’agriculture ou d’artisanat.

111Si les amendements institutionnels favorisaient la représentation du monde de l’entreprise, ces élections n’étaient pas spécialement favorables aux nouveaux et petits partis : en effet, la loi électorale votée en 2002 introduisit un scrutin discriminant pour les formations récentes, dont les implantations locales dans le vaste territoire marocain sont fragiles. La constitution des listes et le travail de campagne s’avérèrent coûteux, humainement et matériellement. Au niveau national, l’organisation du scrutin et l’attention des médias et des différents protagonistes se concentraient sur le score qu’allait réaliser le PJD et celui des deux formations principales du gouvernement, autrefois dans l’opposition, l’USFP et l’Istiqlâl. Au niveau général, les scrutins ont de fait laissé la part belle aux formations puissantes, du fait des contraintes de la campagne et des effets de distorsion produits par le mode de scrutin (M. Catusse, 2004, 83).

  • 77 Mahjoub Archane, du Mouvement démocratique social (MDS), Moulay Ismaïl Alaoui, du Parti du progrès (...)

112En outre, ces élections se sont caractérisées par une série d’échecs personnels retentissants dont ces deux personnages ne sont pas les seuls à faire les frais. Durant la campagne, de nombreux meetings furent annulés faute de public, lors des élections, les signes de désaffection furent importants : en 2002, trois millions de cartes électorales n’ont pas été retirées malgré une importante campagne. Le chiffre officiel de participation est de 51,61 % et, toujours officiellement, 15 % des bulletins sont nuls ou blancs. De nombreux leaders de partis, y compris anciens, sont déboutés par les électeurs77. En 2007, le taux de participation officiel fut plus faible encore, le plus bas de l’histoire électorale marocaine, puisqu’il avoisine les 37 %. Près de 20 % des scrutins exprimés sont nuls et en milieu urbain, le taux de participation chute à 30 %.

  • 78 C. Laâbi, « Les circonscriptions-test », La Vie économique, 13-19 septembre 2002.
  • 79 R. Lemrini, Les Rapaces, 2000, Casablanca, Afrique Orient ; Les Puissants de Casablanca, 2000, Cas (...)

113Quant à l’échec personnel d’A. Lahjouji, il peut d’abord être imputé aux enjeux de la circonscription dans laquelle il se présente. En effet, « Casa-Anfa », quartier huppé et vitrine de la métropole économique (« seulement 29 % d’analphabètes »78) abritant néanmoins d’importants bidonvilles, a cinq sièges à pourvoir (contre six en 1997). Les têtes de liste que choisissent les différents partis en 2002 sont tous des personnages phares de la scène politique nationale ou des personnalités particulières : K. Alioua, membre du bureau politique et du comité central de l’USFP, chahuté dans son parti qui connaît alors de vives dissensions, mais ministre du Développement social, de la Solidarité, de l’Emploi et de la Formation professionnelle, porte-parole du gouvernement (1998-2002), puis ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, directeur du quotidien du parti Al Ittihad Al Ichtiraki ; Y. Badou, Istiqlâlienne est l’une des rares femmes à avoir été choisie comme tête de liste, alors secrétaire d’État auprès du ministre de l’Emploi, des Affaires sociales et de la Solidarité, chargée de la famille, de la solidarité et de l’action sociale ; M. Saïd Saâdi, membre du bureau politique du PPS et père du Plan d’intégration de la femme au développement qui suscita de très nombreuses mobilisations pour ou contre en 2000 (F. Vairel, 2005) ; O. Benabdellah, architecte et président RNI de la commune d’Anfa ; A. Lahjouji, président de Forces citoyennes ; R. Lemrini, candidat du PSD, auteur de romans savoureux et populaires sur la vie politique casablancaise, rédigés après les élections de 1997 et la campagne d’assainissement de 199679 ; R. Lemdouer, député sortant du PJD, et le médecin A. Moussaoui, candidat de la Gauche socialiste unifiée (GSU), rassemblement de groupes d’extrême gauche.

  • 80 À l’échelle du royaume, l’élection de deux personnes sur une même liste n’a eu lieu que 5 fois, do (...)

114Au résultat, ce sont les deux ministres, ténors de l’USFP et de l’Istiqlâl qui sont élus en 2002, le président de la commune de Anfa, et, fait rare, les deux premiers de la liste PJD80 : Kh. Alioua, Y. Baddou, O. Benabdellah, R. Lemdouer et A. Haikar. En l’absence de données précises sur les résultats dans les différents bureaux de vote, retenus par le ministère de l’Intérieur, et de données quantitatives sur les comportements électoraux, il est difficile de proposer des interprétations solides. Toutefois, si la compétition s’avérait difficile, l’élection de A. Lahjouji restait envisageable a priori : l’échiquier local restait ouvert pour le leader d’un nouveau parti qui entendait inaugurer son entrée en politique au nom de sa qualité d’outsider dans une circonscription d’hommes d’affaires et d’élites diverses. Du fait des dissensions internes au parti et de son parachutage à Casablanca, le rbati Alioua pouvait être fragilisé, de même que Y. Baddou, certes ministre mais jeune et femme (elles sont seulement cinq à avoir été élues dans des circonscriptions). Mais, en 2002, c’est certainement l’élection des deux candidats PJD dans cette circonscription riche et ancienne de la ville qui a déjoué ses ambitions. Il faudrait, là, revenir aux analyses relatives à la « surprise » feintes ou avérées qu’ont pu représenter ces résultats (M. Catusse, 2007a).

  • 81 H. Filali Ansary et S. Ben Mansour, « S. Eddine el-Othmani : “nous tablons sur 60 à 70 sièges aux (...)

115En 2007, l’échec se confirma et dans un contexte beaucoup plus favorable, puisque « une alliance pré-électorale stratégique » 81avait été signée entre A. Lahjouji et le PJD.

Les sas de la conversion

116Alors que les hommes d’affaires, entrepreneurs, industriels sont de plus en plus représentés au Parlement, l’ex-patron des patrons échoue lui-même à investir l’hémicycle. Ce qui apparaît être un paradoxe n’en n’est pas forcément un. Il me semble que cela conduit à un double questionnement : d’une part, comment interpréter les données générales relatives à l’entrepreneurisation de la profession politique, en termes de transformation des figures du pouvoir ? D’autre part, comment traiter de la conversion de ressources économiques, symboliques, matérielles ou immatérielles en ressources électorales efficaces ?

117Avec l’utilisation de l’argent, « l’entrepreneurisation » des fonctions politiques s’accompagne d’une dépolitisation, apparente, du personnel politique (et de l’action publique) : les élections se sont caractérisées par d’importants taux d’abstention, votes « sans appartenance partisane » et nomadisme partisan. Ce qui me paraît avoir plusieurs conséquences : d’abord, nous nous trouvons plutôt devant l’expression de formes modernisées, ou du moins contemporaines, de notabilités, qui se caractérisent par une certaine indépendance vis-à-vis des organisations politiques, souvent de solides portefeuilles relationnels, un ancrage territorial important – généralement associé à des activités professionnelles. Ensuite, son échec dans un quartier huppé de la ville indique que le processus de formation d’une identité politique entrepreneuriale reste fragile et soumis à de fortes concurrences. La conscience de groupe ne s’avère pas particulièrement déterminante, quand bien même, le recours à des référents entrepreneuriaux peut servir à des acteurs pour se présenter comme outsider, pour se distinguer socialement et politiquement dans les deux sens du terme.

118L’expérience manquée de Lahjouji, à mettre en miroir avec celles de ces nombreux hommes d’affaires moins connus, moins réputés, mais élus, montre toute la difficulté de faire agir dans différentes arènes un capital de renommé, de convertir une réputation en légitimité politique. A. Lahjouji ou A. Belhaj échouent à la tête de leurs propres formations partisanes, qui s’apparentent plus à des groupes « proto-partisans » (M. Camau et V. Geisser, 2003, 237), « clubs politiques épisodiques », qu’à des formations partisanes sophistiquées et bien ancrées dans des réseaux notabiliers ou dans des structures de mobilisations. En revanche, d’autres chefs d’entreprise de premier plan s’engagèrent avec succès lors de ces derniers scrutins, derrière les couleurs de partis bien ancrés : F. Châabi pour le PPS, B. Iraqi pour le RNI ou encore S. Karkri pour l’USFP, pour reprendre les exemples cités plus haut. Les deux dernières étant élues sur les listes nationales réservées aux femmes.

119On peut notamment nuancer les effets de projecteur pour analyser les logiques d’entrée en politique dans leur dimension complexe : socialisation politique, logiques d’accumulation, combinaison de capitaux variés, mobilisation de réseaux, etc. La défaite de A. Lahjouji, pourtant porteur de « qualités » politiques à la tête du syndicat, peut entre autres s’expliquer par le caractère non notabilier de sa trajectoire ; l’absence d’ancrage territorial, la faiblesse des capacités d’intermédiation avec le centre ou l’administration en particulier. Je rejoins là des conclusions élaborées récemment sur d’autres terrains : par exemple les travaux de K. Karam sur l’écologisme libanais qui montre dans un tout autre contexte que si les associations écologistes parviennent à faire entendre certaines de leur cause et surtout à institutionnaliser un secteur écologique dans l’action publique, les leaders associatifs ne parviennent pas localement à convertir leur capital de militance associative en capital électoral. À l’instar des expériences manquées de A. Lahouji ou A. Belhaj, ils se font balayer par des acteurs qui reprennent certains de leurs thèmes, en combinant en revanche d’autres formes de ressources politiques : notamment partisanes, familiales ou notabiliaires (K. Karam, 2006).

  • 82 Au sens où l’entend M. Offerlé, 2002, 11 et ss.
  • 83 D. Gaxie et P. Lehingue, 1984 (pas en biblio (cités par M. Offerlé, 2002, 12).

120Soutenu par le PJD qui retire ses candidats à son profil en 2007, sur la même circonscription, A. Lahjouji perd encore l’élection. La combinaison des prédispositions qu’il aurait pu gagner dans le militantisme syndical avec la situation générée par l’agenda néolibéral du Royaume s’avère peu efficace dans le champ de la compétition politique. Populaire et influent lorsqu’il défendit, dans l’arène des politiques publiques, des causes « désintéressées », celles de l’entreprise, l’homme perd en crédit mobilisateur lorsqu’il endosse le rôle d’un homme d’appareil politique et partisan. À l’inverse de ces notables qui, indépendamment de leurs affiliations politiques, jouent de leurs « portefeuilles relationnels denses » (J. Fretel, 2004, 46) et de leurs ressources matérielles pour peser dans le jeu électoral, A. Lahouji se révèle un faible « entrepreneur politique »82, sur le marché politique, ce « lieu abstrait (…) où des agents en concurrence pour le courtage politique tentent d’échanger des biens politiques contre des soutiens actifs ou passifs »83.

121En d’autres termes, les disjonctions entre les politiques publiques et de la compétition électorale sont conséquentes. Les accrochages ou décrochages entre la « politique des problèmes » et la « politique électorale » (J. Leca, 1996 ; P. Hassenteufel et A. Smith, 2002) dans la réforme néolibérale évoluent autour de réaménagements institutionnels. Ils affectent les modes de légitimation et les critères de la notabilité dans le sens où, décharge aidant, les capacités à produire et distribuer les biens publics, à intercéder auprès de l’administration, sont bousculées. Mais si les registres de l’entreprise, de la réussite personnelle, l’argument mercantile parfois, prennent de la valeur, ils se montrent insuffisants pour gérer avec succès une carrière politique partisane. À l’épreuve de la désectorisation de son engagement, les capitaux de mobilisation du leader syndical s’étiolent.

122La trajectoire singulière de l’ancien patron des patrons illustre la diversité des relations possibles entre homme d’affaires et politique, y compris dans un contexte tel que le Maroc, où les effets de contraintes politiques, de concentration des capitaux et de répression directe ou indirecte (jusqu’à l’arme des audits fiscaux) distribuent très inégalement le pouvoir. Si la focale porte sur le groupe et sa dépendance au centre, l’expérience d’A. Lahjouji paraît insignifiante, alors même qu’elle accompagne une transformation des représentations de l’entrepreneur en société, qu’elle s’inscrit dans un renouvellement des termes de la compétition politique et qu’elle s’articule avec un changement notable du côté des policies. Si l’on se concentre sur la stratégie de l’individu, on perd également de vue les effets complexes de l’interaction entre les métamorphoses de la société politique et les archétypes qu’elle produit. Mais en questionnant les logiques complexes et ambivalentes de « l’entrepreneurisation » du politique au Maroc, le poids des prédispositions à l’entrée en politique se révèle particulièrement relatif. On voit à la fois leur caractère construit, mais ici aussi leurs nécessaires combinaisons : les mécanismes de la notabilité conjuguent des appartenances partisanes, des réseaux sociaux, des logiques familiales, à une éventuelle réputation fondée sur la réussite matérielle et la prétention à transformer les figures du pouvoir.

***

123L’entrepreneur a donc fait son entrée en scène sur différents terrains politiques au Maroc. Certes, le processus de naturalisation de la catégorie et de la figure s’avère bien fragile au cours de ces années, mais l’histoire « réelle » de la libéralisation économique que connaît le Maroc a ouvert un espace dans lequel des personnes ou des groupes mobilisent derrière un étendard idéalisé, celui de l’entrepreneur, et y cherchent du crédit politique. Ils ne le trouvent pas toujours. La première partie de cette étude a surtout montré comment, sur plusieurs scènes, se sont radicalisés des réquisitoires contre une mauvaise façon de faire des affaires (et de la politique). Dans cette seconde partie, c’est l’autre facette du processus que j’ai voulu questionner : comment, dans cette période, des opérateurs économiques, généralement réputés politiquement apathiques, sous tutelle ou démobilisés, prennent parole, construisent des causes sectorielles ou désectorisées, ou encore se lancent dans l’aventure partisane en endossant l’habit de l’entrepreneur, du patron, du chef d’entreprise. Des opérateurs économiques, patrons locaux en particulier, grands propriétaires fonciers occupent des fonctions électives de longue date, mais leur investissement du politique s’est singulièrement exacerbé au cours de la libéralisation économique. Et sur la scène des relations professionnelles, un mouvement patronal s’organise derrière le slogan de « l’entreprise citoyenne et sociale en action ».

124Si bien que, comme je l’ai indiqué dans l’introduction générale de cet ouvrage, aborder la question de la participation des « entrepreneurs » à la chose publique sous l’angle univoque de la démocratisation ou de la cooptation autoritaire n’a qu’un intérêt limité ici. L’économie politique du régime marocain se transforme sur d’autres échelles : celles des imaginaires politiques, celles des instruments matériels de l’accumulation de capitaux économiques et politiques, mais aussi celles des formes et de l’équilibre des rapports de pouvoir. Pour poursuivre sur un tout autre terrain les pistes proposées par F. Vairel (2005), derrière des formules variées de reconfiguration politique que l’on observe au sujet de l’entreprise, se joue une forte tension entre une sectorisation de la mobilisation, que d’aucuns veulent cloisonnée, localisée : cela s’observe dans l’exemple des orientations que prennent les négociations salariales, et à l’opposé dans la sectorisation singulière du traitement des politiques de l’entreprise, avec une mobilité remarquable des enjeux et un désenclavement des disputes, qui se publicisent et sont érigées en problème collectif

125En ce sens, le développement d’activités de plaidoyer en faveur des « entrepreneurs » ne peut s’évaluer à l’aune unique de l’instrumentalisation d’un groupe social par les pouvoirs publics. Il va de soi que les tensions entre les effets de la répression et les logiques de l’action collective sont complexes (Ibid.). Dans certaines situations, la coercition ou l’interventionnisme exacerbés des autorités publiques peuvent tuer dans l’œuf des velléités de prises de parole ; qui plus est dans le cas d’acteurs économiques pour qui l’action publique peut être particulièrement coûteuse pour la fortune privée et qui n’ont que peu de raisons objectives de s’exposer ainsi. Dans d’autres situations au contraire et sur d’autres scènes, le plaidoyer s’organise quand des intérêts communs deviennent suffisamment explicites, quand les incitations sélectives à l’action sont satisfaisantes, voire avantageuses, ou lorsque l’option d’exit, de défection, est jugée trop préjudiciable.

126Dans tous les cas, les schèmes variés d’entrée en politique et d’action publique de ces acteurs interagissent avec leur contexte, qui les déterminent mais sur lesquels ils agissent également. Comme d’autres formes d’actions collectives dans le Maroc des 1990-2000, dans un registre moins dissident, plus sectoriel, ils s’organisent dans un espace encadré et centralisé d’endiguement de la prise de parole, mais en réelle transformation. Bien sûr, « le régime marocain peut être envisagé comme un système ayant produit un ensemble cohérent et sophistiqué de technologies institutionnelles visant à faire pièce aux mobilisations et à prévenir leur occurrence » (F. Vairel, 2005, 21). Le coût de l’engagement y est important, les ressources disponibles peu nombreuses. Mais les espaces de mobilisation se transforment sensiblement autour de causes inédites, et pas simplement aux marges.

127Avec « l’alternance » et l’épreuve du pouvoir pour l’ancienne opposition de la Koutla, les clivages partisans et les contre-pouvoirs que ces partis pouvaient représenter se sont partiellement désamorcés – quoique la naissance puis l’évolution du Parti de la justice et du développement souligne le potentiel mobilisateur que conservent la forme partisane et les institutions de représentation politique formelle. Mais d’autres types de mobilisation s’organisent : les règles du jeu se redéfinissent régulièrement dans « les luttes du champ politique et celles de la politique protestataire [qui] sont à comprendre ensemble » (Ibid., 638). À coup de mobilisations et de contre-mobilisations ou de répressions, les limites du possible se déplacent et des modes d’action innovants sont expérimentés. Les anticipations réciproques changent de nature et de nouvelles identités politiques se font jour dans un espace énergique plus qu’apathique. Dans ce contexte, « tout est politique dès lors que la critique dont les mobilisations sont porteuses concerne le régime, les dispositifs instituant sa domination et les relations entre ses différentes agences de pouvoir » (Ibid.). En d’autres termes, plusieurs causes, y compris celles cantonnées au monde de l’entreprise dont on a vu à quel point elles étaient en tête de l’agenda public, se chargent de valeur politique. Mais elles ne sont pas nécessairement traitées sur les terrains du politique classiques.

Notes

1 A. El Azizi, « Ces ponts et chaussées qui gouvernent le Maroc », Tel Quel, n° 266, 30 mars 2007 ; A. Amourag, « Ces diplômés qui nous gouvernent », Maroc-Hebdo International, n° 597, 19-25 mars 2004. D. Lagarde et A. Jebbar, « Plus près de sa majesté », L’Express, 13 octobre 2005. Voir aussi le numéro spécial de la revue Centraliens, consacré au Maroc (« Maroc : au-delà de la tradition, la modernité », n° 565, septembre/octobre 2005. Sur l’histoire de ce corps et des relations entre les ingénieurs et les pouvoirs publics marocains, voir P. Vermeren, 2002 et E. Gobe (dir.), 2004.

2 A. Amourag, « L’Istiqlâl expose sa vision économique », Maroc-Hebdo International, n° 751, 29 juin-5 juillet 2007.

3 En anglais.

4 « L’aumône » obligatoire des musulmans, l’un des cinq piliers de l’islam.

5 Voir en particulier le dossier du double numéro « Les trajectoires de la notablité », Politix, n° 65-67, 2004.

6 Voir les articles publiés dans l’Annuaire de l’Afrique du Nord, de 1963 à 1971, sous la plume notamment de R. Leveau (sous les signatures de O. Marais, H. Breton, P. Chambergeat, J. et J. Aubin), puis J. Waterbury, 1970 et R. Leveau, 1976.

7 Maroc, la démocratie en marche, Cahiers de la documentation marocaine, ministère de la Communication, n° 5, février 1998.

8 Le « pacte d’honneur et de bonne conduite » signé le 28 février 1997 formalise le consensus entre les différents partenaires et s’accompagne d’un « code de déontologie », qui réaffirme, entre autres, le principe « un électeur = une inscription = une carte électorale = une voix ». Parallèlement, un nouveau code électoral fut adopté à l’unanimité par la Chambre des représentants en mars 1997, les listes électorales furent « assainies » et une Commission de Suivi des Élections instituée, composée des dirigeants des partis politiques et présidée par D. Dahak, qui était aussi, nous l’avons vu, président du Conseil de la Régence, président de la Cour Suprême, président de la Commission de suivi du dialogue social, président du Conseil consultatif des Droits de l’homme, etc.

9 Dans le monde arabe, voir S. Gamblin, 1997 ; J.-Ph. Bras (dir.), 2000 ; J.-F. Legrain, 1999 ; A. Favier (dir.), 2001. Au Maroc, voir A. Abouhani, 1988, A. El Maoula el Iraki, 2002 ; L. Zaki, 2005 et les travaux des contributeurs au collectif de M. Bennani Chraïbi et alii (dir.), 2004.

10 M. Bennani Chraïbi et alii, 2004, en particulier les papiers de M. Bennani Chraïbi, L. Zaki et V. Veguilla ; et pour un point de comparaison, voir également les travaux du groupe « la Fabrique des élections » du CEDEJ au Caire.

11 11. En 2002, contrairement à ce qui était prévu par la loi et annoncé médiatiquement, aucun résultat par circonscription, encore moins par bureau de vote, ne sera finalement diffusé par les commissions de recensement préfectoraux et provinciaux. Invoquant des problèmes informatiques, le ministère de l’Intérieur ne diffusa pas plus le nombre de voix ou pourcentages obtenus localement les candidats battus.

12 M. Catusse, 2006.

13 Sur les articulations entre temps chauds et froids de la vie politique, voir L. Zaki, 2005.

14 Pour une analyse critique de la littérature sur les élections marocaines, je renvoie à l’excellente introduction de M. Bennani Chraïbi, 2004a.

15 À titre de comparaison, voir M. Camau et alii, 1981.

16 En 2001, par exemple, sept congrès de partis se sont tenus. Tous ont reconduit leurs leaders, souvent en place depuis plusieurs décennies. S’ils ne se représentent pas, les responsables de partis présentent leurs proches.

17 Sur les effets de cet « ordre électoral », je me permets de renvoyer à M. Catusse, 2007a. 61 % de l’électorat marocain est analphabète selon les sources officielles.

18 Collectif associatif pour l’observation des élections, Pour une observation non partisane des élections, Rabat, rapport final, 56 p.

19 « La loi relative à l’organisation de la région », in Maroc, la démocratie en marche, Cahiers de la documentation marocaine, ministère de la Communication, n° 5, février 1998, 68.

20 La Chambre des représentants est, quant à elle, entièrement élue au suffrage universel direct, alors qu’auparavant, un tiers des députés était élu indirectement.

21 Pour un recueil de l’ensemble des textes juridiques relatifs aux élections, cf. M. Benyahya, 1998, 66-136.

22 Trente-trois sont élus dans les Chambres agricoles, vingt-quatre dans les Chambres de commerce, d’industrie et de service, vingt et un dans les Chambres d’artisanat et trois dans les nouvelles Chambres de la pêche maritime. Vingt-sept conseillers sont élus au sein des syndicats d’employés.

23 111 http://www.parlement.ma/sitefr/historique.shtml

24 A. Lahlou, « Les avancées de la démocratie marocaine à travers la Constitution », Le Matin du Sahara, 18 septembre 1996, 72.

25 Idem.

26 J.-C. Santucci, « Questions autour des enjeux de la réforme du système électoral », papier au colloque Les Élections législatives marocaines de septembre 2002, IEP/IREMAM/IEPI/CSPC, Aix en Provence, 4-5/07/2002.

27 Quelles que soient les critiques adressées à la validité des résultats de ces premiers sondages de grande ampleur au Maroc, l’enquête CSA/-TMO Maroc, indique que parmi les sondés au cours du mois de septembre 2002, 35 % affirment qu’ils voteront pour un parti, 21 % pour le candidat en tête de liste. 40 % restant indécis à ce sujet. Quoi qu’il en soit, 73 % des électeurs affirment ne pas savoir pour qui ils voteraient. Au-delà, la pratique de « nomadisme partisan » au Maroc est particulièrement développée. Et le scrutin de liste n’a d’ailleurs pas empêché 16 élus de changer de parti deux semaines seulement après leur élection en octobre 2002.

28 Les villes notamment « perdent » des élus, par rapport aux assemblées précédentes : cinq de moins à la wilaya (préfecture de région) de Casablanca, deux de moins à celle de Marrakech, deux de moins à Fès, un de moins à Rabat.

29 Le PJD parvient à faire élire deux candidats dans trois circonscriptions de Casablanca, Aïn Sebaâ hay Mohammadi, El-Fida Derb Sultan-Mechouar et la très disputée Casablanca Anfa ainsi qu’à Tanger Assilah. C’est également le cas du Parti de l’Istiqlâl à Essaouira, fief du député M. Chaâbi (qui changera d’ailleurs par la suite de couleur politique).

30 La taille plus importante des circonscriptions en particulier, affirment alors plusieurs interlocuteurs, devait dissuader les velléités de généralisation de la fraude.

31 Collectif associatif pour l’observation des élections, Pour une observation non partisane des élections, op. cit., 21.

32 Afin d’empêcher l’échange de bulletin hors de l’urne ou le système de fraude répandu au Maroc, où des candidats pouvaient rétribuer les électeurs qui leur ramenaient les bulletins de leurs concurrents. La mesure est certainement avant tout symbolique, où l’échange peut également se faire entre bulletins vierges et bulletins cochés par avance.

33 Conférence de presse, samedi 14 septembre 2002.

34 Discours du souverain Mohammed VI à l’occasion du 49e anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple, Tanger, 20 août 2002.

35 35. Le 15 novembre 1997.

36 36. À partir du 25 juillet 1997.

37 37. Le 24 octobre 1997.

38 38. Le 14 novembre 1997.

39 39. Le 5 décembre 1997.

40 40. Éditorial, Ittihad Ichtiraki, 14 juin 1997.

41 41. Ces chiffres ont été extraits des tableaux effectués, à partir des sources du ministère de l’Intérieur, par A. Claisse (1984, 665) pour les scrutins de 1977 et de 1984 et par M. Catusse (2000, 60) pour les années 1993 et 1997. Pour les deux premières séries, la catégorie des salariés privés n’apparaît pas. Et pour les deux dernières, c’est celle des industriels qui est absente.

42 De nouvelles catégories apparaissent dans les données livrées par le site du ministère de la Communication. C’est à partir de celles-ci que ces pourcentages ont été calculés (http://www.mincom.gov.ma/elections/2002/statistiqueglobal.htm).

43 Selon le communiqué de la Commission de suivi des élections, cité dans « la course aux accréditations. Les sans appartenance politique exclus de la candidature à la Chambre des conseillers », Le Quotidien, 1er décembre 1997.

44 Idem.

45 Idem.

46 Modification de l’article 44 du règlement du Parlement le 8 novembre 2002.

47 Pour M. Ramid du PJD, il s’agit d’une « trahison du pacte conclu avec les électeurs qui ont donné leurs voix à l’élu ». Driss Lachgar président du groupe USFP condamne officiellement la pratique au nom du parti.

48 A. Chankou, « La chambre d’amis », Maroc-Hebdo International, n° 299, 29 nov-5 déc. 1997, 16.

49 Ibid.

50 D. Ben Ali, « La vie politique polluée par l’argent », La Vie économique, 28 novembre 1997, 10.

51 A. Chankou, « La chambre d’amis », Maroc-Hebdo International, n° 299, 29 nov.-5 déc. 1997, 16.

52 D. Basri, cité dans « Une carte d’électeur ayant la même valeur fiduciaire que la monnaie », Le Quotidien, 3 avril 1997, 4.

53 La Vie économique, 28 novembre 1997, 1.

54 La Vie économique, 28 novembre 1997, 6-16.

55 B. Znagui, « Ca pue le fric », Libération, 12 novembre 1997.

56 La Vie économique, 28 novembre 1997.

57 Idem.

58 Idem.

59 OMDH, 1998, Rapport d’observation sur les élections législatives, 33.

60 A. Naanaa, « Les partis réclament... leur argent », La Vie économique, 28 novembre 1997, 11.

61 J.-F. Médard, 1976, 123 et ss. Voir aussi le fameux exemple du développement, à la faveur de l’extension du suffrage de masse à la fin du xixe siècle, des partis locaux aux États-Unis, sur le modèle du Bossim. F.J. Sorauf, 1959.

62 Par exemple, l’essai, sous forme de réquisitoire sans appel, de l’écrivain A. Serhane, L’auteur dénonce pêle-mêle la corruption, le trafic de voix, le détournement de fonds publics, le clientélisme, etc. « Le chancre de la corruption et de l’argent facile ronge le pays, pervertit notre perception de la loi et du droit, dérègle nos structures de référence, détruit nos valeurs », in A. Serhane, Le Massacre de la tribu, Casablanca, Eddif, 1997, 183.

63 Allocution Royale du 20 août 1997.

64 M. Mjid, interviewé dans Le Journal, n° 135, 2000.

65 Pour une comparaison, P. Quantin, 2001, 6-9.

66 Ainsi que s’y risque avec finesse M. Hachemaoui (2003) dans son analyse des élections algériennes de 1997 à 2002.

67 A. Mansour, « Gardons Lahjouji ! », Maroc-Hebdo International, n° 416, 29 avril 2000.

68 La Nouvelle Tribune, n° 279, 1er novembre 2001.

69 « Entretien avec A. Lahjouji », L’Économiste, n° 1140, 9 novembre 2002.

70 A. Chankou, « Lahjouji, c’est parti. Interview », Maroc-Hebdo International, n° 481, 12-18 octobre 2001

71 A. Lahjouji, « Le PJD n’est pas un parti religieux », L’Économiste, n° 2153, 17 novembre 2005.

72 « Les Principes fondateurs », document de Forces citoyennes.

73 A. Chankou, « Lahouji, c’est parti. Interview », Maroc-Hebdo International, n° 481, 12-18 novembre 2001.

74 La Fondation CGEM pour l’entreprise a été créée au sein de la CGEM, au moment du départ de A. Lahjouji, pour « appuyer et enrichir qualitativement l’action que mène la Confédération au profit de l’entreprise en particulier et du secteur privé en général ». Elle prétend assurer une mission de « think tank » pour les entrepreneurs et réalise des études économiques, sectorielles, de conjoncture et de prospective.

75 « Le Consensus tue l’efficacité. Entretien avec A. Lahjouji fondateur de Forces citoyennes », L’Économiste, n° 1140, 9 novembre 2001.

76 Lors de ces législatives, un quota a été réservé pour l’élection de 30 femmes au parlement. À ce titre, des listes « nationales » ont été constituées parallèlement aux listes formées par circonscription. Pour des raisons relatives aux scores « réels » du PJD, les données relatives au scrutin ont été tronquées, en revanche, les données relatives aux listes nationales ont été publiées.

77 Mahjoub Archane, du Mouvement démocratique social (MDS), Moulay Ismaïl Alaoui, du Parti du progrès et du socialisme (PPS), Aïssa Ouardighi du Parti social démocratique (PSD), Abdelmajid Bouzoubaâ du Congrès national ittihadi (CNI), Abderrahman Lahjouji, président de Forces citoyennes (FC), Ali Belhaj, président de l’Alliance des libertés (ADL), Mohammed Drissi, secrétaire général du Parti de l’action (PA) et Hassan Madih, secrétaire général du Parti du centre social (PSC).

78 C. Laâbi, « Les circonscriptions-test », La Vie économique, 13-19 septembre 2002.

79 R. Lemrini, Les Rapaces, 2000, Casablanca, Afrique Orient ; Les Puissants de Casablanca, 2000, Casablanca, Afrique Orient.

80 À l’échelle du royaume, l’élection de deux personnes sur une même liste n’a eu lieu que 5 fois, dont 3 fois à Casablanca pour le PJD, une fois pour le PJD à Tanger et une fois à Essaouira pour l’Istiqlâl.

81 H. Filali Ansary et S. Ben Mansour, « S. Eddine el-Othmani : “nous tablons sur 60 à 70 sièges aux prochaines élections” », La Vie économique, 13-20 avril 2007.

82 Au sens où l’entend M. Offerlé, 2002, 11 et ss.

83 D. Gaxie et P. Lehingue, 1984 (pas en biblio (cités par M. Offerlé, 2002, 12).

Table des illustrations

Titre Tableau 4. Professions déclarées par 39 % des 325 élus à la Chambre des représentants en 1997
Légende Sources : Tableau réalisé par mes soins sur la base des listes des élus aux élections pour la Chambre des représentants du 14 novembre 1997.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/539/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Tableau 5. Professions déclarées par 41 % des 270 élus à la Chambre des conseillers dans les différents collèges électoraux de 1997
Légende Sources : Tableau réalisé par mes soins sur la base des listes des élus aux élections pour la Chambre des conseillers du 5 décembre 1997.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/539/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 6. Origine socioprofessionnelle des élus lors des scrutins législatifs en pourcentage 41
Légende Note 42Source : M. Bennani Chraïbi, 2004a, 27.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/539/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Tableau 7. Résultats des élections aux Chambres de commerce d’industrie et de service en 1997
Légende Sources : ministère de l’Intérieur.
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/539/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable