Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le temps des entrepreneurs ?

 | 
Myriam Catusse

II. L’entrée en politique des entrepreneurs

Chapitre V. Dans les arcanes de la CGEM. L’invention d’un groupe d’intérêt

Texte intégral

1En juin 2006, était élu un nouveau président à la Confédération générale des entreprises du Maroc, la CGEM. Le nouveau patron des patrons, M. H. Elalamy, brillant quadragénaire, venait de réaliser « un coup de maître » disait-on sur la place boursière : la prise de contrôle par son groupe SAHAM, de la CNIA, parmi les principales sociétés d’assurance du Royaume, à la barbe du groupe Banque populaire, grâce au rachat en bourse des actions d’un groupe bahreïni ARIG. Après avoir dirigé la Compagnie africaine d’assurance du groupe ONA à la fin des années 1980, et être nommé secrétaire général de l’ONA en 1994, il avait défrayé la chronique économique en réalisant d’énormes profits en 1999 à travers une série d’opérations en bourse concernant une agence de courtage, AGMA, jouant des conflits d’intérêts entre l’ONA et le groupe Benjelloun. De retour de quelques années passées au Canada où il avait déjà fait ses études dans les années 1980, ce « magnat » de la finance avait pris les affaires de la CNIA, peu de temps avant qu’il n’arrive à la tête de la CGEM. Son élection s’était déroulée dans un climat de confusion et d’incertitude. Les candidats étaient peu nombreux et, finalement, tous ses concurrents potentiels se désistèrent avant le scrutin. Il n’était pas le candidat de l’équipe précédente et affichait la volonté de bousculer la Confédération. Ce financier succédait à deux industriels au profil fort différent, qui ont laissé leur empreinte dans l’histoire récente de la Confédération, en s’érigeant en quelque sorte en entrepreneurs de la cause de l’entreprise.

2En l’espace d’une quinzaine d’années, la CGEM s’est profondément transformée. De « club de patrons » très proches des pouvoirs publics, elle est devenue une organisation installée prétendant représenter les intérêts du patronat et de l’entreprise. Aux quatre fédérations sectorielles de 1994 s’est ajoutée une vingtaine de nouvelles fédérations, dont l’importante Fédération du textile par exemple. Si son siège social est à Casablanca, elle dispose désormais de huit unions régionales et d’une quinzaine de commissions. À l’image des métamorphoses de cette association professionnelle, un chantier s’est ouvert dans les années 2000 pour doter la CGEM d’un nouveau siège sur un terrain dont elle s’est portée propriétaire.

3Comment comprendre les mues prises par la CGEM et le rôle qu’elle joue dans les transformations de l’économie politique du Royaume ? Les relations entre les groupes d’intérêts et organisations professionnelles et les pouvoirs publics sont informées dans tous les sens du terme par la nature du régime. Dans des systèmes autoritaires et centralisés, le « corporatisme » étudié par Ph. Schmitter (1979) en Europe du Sud, mais aussi dans le monde arabe par R. Bianchi (1989) et N. Ayubi (1995) en Égypte, E. Murphy en Tunisie (1999) et à l’échelle de la région par A. Richards et J. Waterbury (1990), en particulier, serait souvent une « clé d’analyse de ces systèmes politiques » (E. Gobe, 2006). Combinant une idéologie populiste à des structures d’encadrement de la société, il s’efforcerait de désamorcer revendications et protestations par le biais de l’incorporation de secteurs sociaux segmentés professionnellement. Dans le cas du Maroc, ce schéma n’est pas totalement satisfaisant, ne serait-ce que parce que le régime a d’emblée opté pour un mode pluraliste de représentation, dominé par l’autorité royale. Aucune organisation n’a pu prétendre au monopole de la représentation d’un secteur donné, ni assurer l’encadrement de ce secteur, sa mise en ordre, tandis que le Roi était le garant d’un unanimisme national : « Dieu, le Roi, la patrie » (N. Ba Mohammed, 1996, 203).

  • 1 Sur le textile, voir M. Cammett, 2007 ; sur le secteur halieutique, voir les travaux en cours de V (...)

4À l’inverse d’autres pays de la région où l’institution de syndicats ouvriers uniques se justifiait par le déni de conflits de classe, l’histoire du syndicalisme ouvrier marocain se caractérise par un degré de conflictualité important entre les centrales et les pouvoirs publics mais aussi entre divers syndicats qui se disputèrent la représentation et continuent à le faire (A. Ayache, 1982). Mais plus en détail, il est des secteurs organisés de façon corporatiste. Dans le domaine crucial pour l’économie politique marocaine de l’agriculture, un système quasiment corporatiste s’est organisé autour de deux pôles : la mise en place de mécanismes corporatistes de représentation tels que les chambres d’agriculture et les sièges qui leur ont été réservés au sein de la seconde chambre du Parlement à partir de 1962 d’une part, et d’autre part, des organisations professionnelles aux statuts associatif ou syndical, au premier chef desquelles l’Union marocaine de l’agriculture (UMA), « qui a prétendu, depuis sa constitution en 1958 et jusqu’à la fin des années 1990, au monopole de la représentation des intérêts de l’ensemble des agriculteurs, et donc du monde rural. Ce faisant, elle a joué le rôle d’un véritable lobby agraire influençant les décisions touchant le secteur agricole » (T. Desrues, 2006). Certains autres secteurs d’activité économique, tels que ceux du textile ou de la pêche se sont organisés autour d’associations à vocation hégémonique1. Dans le domaine des affaires et du monde de l’entreprise, les Chambres de commerce, d’industrie et de services (CCIS) ont longtemps été les structures privilégiées d’intermédiation et d’intercession politique.

5Là où le Maroc se distingue certainement d’un nombre important d’autres cas de figure, c’est à travers l’émergence remarquable d’une association patronale dans les années de la libéralisation. Prétendant à l’autonomie, et briguant un statut de partenaire social institutionnalisé, les trajectoires de la CGEM et de son équipe dirigeante depuis le milieu des années 1990 attestent d’une transformation de la politique des affaires.

6Les ressorts de l’institutionnalisation de la CGEM comme partenaire social mieux installé sont instructifs à plusieurs titres. D’une part, elle donne une parole plus clairement audible à l’entrepreneur ou à l’entreprise marocaine, que celle-ci soit octroyée ou conquise. D’autre part, elle participe à une réorganisation des rapports sociaux, dans un contexte de forte tension sociale, où se manifeste sinon une identité de classe en tout cas une identité de groupe fondée sur la reconnaissance d’intérêts spécifiques. Enfin, elle suggère des mutations dans les registres de l’engagement collectif et les dispositifs de l’intermédiation politique.

7Ces métamorphoses du champ de la représentation sociale s’appuient sur un travail de construction de la légitimité de la Confédération vis-à-vis des pouvoirs publics et face au monde entrepreneurial. Les sources d’accréditation vers lesquelles se tournent les dirigeants de l’association empruntent à plusieurs registres. Elles se diversifient et se consolident à travers l’énonciation d’accords partiels, sectoriels ou globaux avec une série de partenaires : avec les syndicats et le ministère de l’Intérieur au moment des accords dits de « dialogue social », avec le ministère de l’Intérieur et le Palais pour le Gentlemen’s agreement, avec les différentes fédérations qui y adhèrent progressivement.

8Le 28 juin 1995, la Confédération générale économique du Maroc devenait la Confédération générale des entreprises du Maroc. L’association, créée en 1941 à partir d’un Comité central des industriels en 1933, entamait derrière ce discret changement d’orientation une mue d’importance. La confédération gagna des compétences symboliques et matérielles en tant que représentant reconnu par ses partenaires et habilité à prendre des décisions au nom des employeurs, des entrepreneurs et des entreprises du Royaume. Cela n’allait pas de soi, l’association ayant des concurrents dans l’espace institutionnel, notamment les Chambres de commerce, d’industrie et de services (CCIS) qui bénéficiaient de solides liens institutionnels avec l’administration et le Parlement. En quête d’un statut de représentant légal, la Confédération n’eut de cesse de travailler sa représentativité sociale et sa légitimité.

9La CGEM, qui avait elle-même une cinquantaine d’années d’existence, se redéploya dans un paysage d’ores et déjà balisé et certainement pas dans un espace laissé vacant. Le processus d’objectivation de la catégorie des entrepreneurs au Maroc et la subjectivation politique dont elle est l’objet se sont fortement nourris des aléas de son développement. Une organisation de type nouveau semblait se développer au moment où l’entrepreneur devait naître. Comme nous allons le voir, il est difficile de déterminer ce que représente vraiment ce mouvement. C’est d’ailleurs tout l’enjeu de rapports de forces dans lesquels s’inscrit la Confédération. Mais, l’incontestable transformation rapide de l’organisation a polarisé un travail d’identification sociale et politique des « entrepreneurs », que ses dirigeants successifs s’efforcent de mobiliser. Dans un paysage modelé et fortement concurrentiel, des personnages sortent de l’ombre pour prendre parole « pour les entrepreneurs ». Ils gagnent en crédits et dispositions en défendant leurs intérêts dans de violents rapports de forces avec l’administration, notamment lors de la campagne « d’assainissement » mais aussi dans des conflits internes ou plus feutrés. En deçà des relations complexes mais dynamiques qu’elle entretient aux pouvoirs publics, le tournant pris par l’association proposa aux opérateurs économiques des principes d’identité et d’unité, pour faire face aux défis de la réforme.

La lente réforme des Chambres de commerce et d’industrie

  • 2 Auparavant, et schématiquement, la représentation des commerçants et des artisans était le fait de (...)

10Depuis la période du protectorat français, le patronat marocain disposait de structures de représentations institutionnelles2. Sous domination française puis dans un contexte de secteur public dominant, elles occupèrent dans le paysage politique et social une place et des fonctions variables, jusqu’à n’apparaître parfois que comme les appendices de l’appareil administratif. Dans ce paysage peu mobilisateur, les institutions de représentations des employeurs sont nées en même temps que les syndicats ouvriers, dans la première partie du xxe siècle. Les Chambres de commerce et d’industrie, furent créées les premières dès 1913, quelques mois seulement après l’arrivée du premier Résident général français. Elles ont longtemps dominé le paysage de la représentation du patronat et connurent, elles aussi, des réformes non négligeables dans les années de l’ajustement. De ce point de vue, la formation d’un « intérêt patronal » fut chaotique et peu évidente, quand bien même l’identité patronale et bourgeoise faisait sens, comme nous l’avons vu. Comme celle de l’entrepreneur, la définition même du patronat reste problématique, mais elle s’est précisée avec les privatisations, le recul de l’État employeur et l’évolution du droit du travail et des affaires.

11Historiquement, les Chambres de commerce et d’industrie (CCI) et la Confédération générale économique du Maroc sont nées sous le protectorat. Ce furent des organes remarquables de représentation du patronat européen durant le protectorat avec la CCI de Casablanca à leur tête (R. Gallissot, 1964). Calquées sur le modèle centralisé des Chambres consulaires françaises, elles avaient alors pour principale fonction de donner leur avis et leur position sur les questions commerciales ou industrielles au Résident général. Elles devaient aussi favoriser la création d’établissements commerciaux et industriels. Elles furent partie prenante dans le développement du port de Casablanca, incitèrent par exemple à la création de la « Banque populaire » afin de pallier les difficultés de financement des petits et moyens investisseurs, en offrant à celle-ci des locaux dans le bel immeuble de la CCI à Casablanca.

12Fers de lance d’une présence française, « élément dominant du protectorat, catégorie la plus en avant de la colonie, haute société du Maroc » (J. Berque, 1962, 360 et ss.), les patrons européens d’entreprises moyennes, des Français essentiellement, furent en quelque sorte les pionniers de l’installation européenne dans la « petite Californie française » (D. Rivet, 1996, 81), attirés par les promesses foncières de la côte Atlantique et encouragés à s’installer par la France coloniale. Ils revendiquèrent à ce titre un droit de regard sur la gestion de la Résidence, par l’intermédiaire des CCI :

13Ces dernières « constitu[aient] au Maroc le patronat reconnu, qui depuis 1921 (les premières initiatives viennent de Lyautey), fourniss[ait] les conseillers du protectorat » (R. Gallissot, 1964, 49).

14L’État français demeurait en dernière instance le maître d’œuvre de tout projet d’envergure, par le biais d’une « stratégie résidentielle d’inspiration américaine et néocapitaliste […] adoptée pour lancer économiquement le Maroc » (D. Rivet, 1996, 105). Mais les historiens estiment que les délibérations de la Chambre de commerce et d’industrie de Casablanca sous le protectorat pouvaient parfois faire office de « conseil des ministres » :

« Jusqu’en 1930, toutes les espérances sont permises, et cette belle assurance crée la certitude de connaître ce qu’il convient de faire au Maroc. Les interventions métropolitaines paraissent suspectes : un Résident qui ne fait pas corps avec le patronat ne saurait donner de directives valables. La gestion économique et politique idéale ne peut résulter que de l’accord entre le patronat et la Résidence, sur les positions patronales bien sûr. Le patronat de Casablanca définit nettement cette ambition : “la réunion de la Chambre de commerce de Casablanca et les hauts fonctionnaires du Protectorat” constitue “le véritable conseil des ministres du Maroc” ». (R. Gallissot, 1964, 50).

15Ainsi, dans certains cas, les membres de la CCI de Casablanca ont pu faire et défaire les responsables politiques, à l’instar du président général de France au Maroc, H. Ponsot (D. Rivet, 1996). Mais c’est essentiellement sur les dossiers qui touchaient directement leurs intérêts que s’exprimait à cette époque l’autorité des CCI.

  • 3 En 1936, de grandes grèves touchèrent l’économie marocaine, en particulier, la grève de COSUMAR (L (...)

16Alors que le mouvement syndical se développait au Maroc pour constituer une des bases du mouvement de protestation nationaliste, le patronat en revanche faisait pression pour que la séparation entre ouvriers « indigènes » et ouvriers européens soit consacrée par le droit, considérant qu’il s’agissait d’une moindre concession aux mouvements ouvriers de 19363. Comme dans la plupart des pays colonisés à l’époque, à la classique lutte des classes dans un contexte des années 1930 où les courants socialistes annonçaient à l’échelle internationale le « grand soir » du prolétariat, s’ajouta une dialectique nationaliste (M. L. El Harras, 1997, 20). Des « sections indigènes » dans lesquelles les discussions se déroulaient en arabe furent créées dans les CCI. Leurs membres étaient désignés par « arrêté vizirel », sur proposition de la résidence. Ce n’est qu’en 1947 qu’un dahir transforma ces sections en Chambres marocaines consultatives en leur donnant droit de vote aux élections. Les CCI se structurent donc d’abord comme des institutions puissantes au service du capitalisme colonial.

  • 4 Je m’appuie ici essentiellement sur les travaux de M. L. Harras, 1997.

17Avec l’indépendance, elles connurent une nouvelle histoire4 : directement associées aux intérêts français, elles furent d’abord abolies en 1961, au profit de la création d’une Union marocaine de commerce, d’industrie et d’artisanat, très étroitement liée au principal parti nationaliste, l’Istiqlâl (J. Waterbury, 1970, 105). Son secrétaire général était M. Laraki et son président M. Bin Jlali Bennani, tous deux des dirigeants du mouvement nationaliste. Mais cette dépendance vis-à-vis d’une formation partisane, qui rapidement s’afficha dans le camp de l’opposition, ne pouvait durablement servir de cadre pour la représentation des intérêts patronaux.

18En 1958, une nouvelle loi porta statut aux CCI du Maroc : établissements de droit public, dotés de l’autonomie financière et de la personnalité morale, elles sont placées sous la tutelle du ministre chargé du Commerce et de l’Industrie. L’adhésion aux CCI est automatique dès lors que l’entreprise ou la société sont inscrites sur les listes de patentes. Les premières élections générales furent organisées en 1960, dans les treize chambres du Royaume, remportées en grande partie par des candidats de l’Istiqlâl et de l’Union nationale des forces populaires.

19Un nouveau statut fut adopté en 1977, dans la foulée de la « marocanisation » et de l’adoption du plan de développement 1973-1977. Il s’agissait de s’adapter aux évolutions de l’environnement économique : représentation du secteur public, distinction entre « industrie » et « commerce » par la création de deux collèges, augmentation du nombre de CCI (de quinze, elles passent à vingt-cinq) et instauration de règles de pondération dans les procédures de vote (en fonction du poids économique des secteurs représentés).

  • 5 Entretien responsable Fédération des chambres de commerce et d’industrie, 23 juin 1997.

20Aux yeux de M. L. Harras qui leur consacre une fine étude de l’intérieur, puisqu’il est l’un des responsables de la Fédération des chambres de commerce et d’industrie (FCCI)5, c’est seulement avec la réforme de leur système de financement à la fin des années 1980 que ces institutions purent disposer de capacités à intervenir dans les politiques économiques. Le bilan de leurs actions et réalisations depuis l’indépendance reste modeste, mais pour elles aussi, le tournant de la libéralisation économique fut déterminant dans les réorientations de leurs actions. Elles précédèrent en cela la réforme de la CGEM.

  • 6 Dahir n° 1-85-350 du 31/12/1985 portant promulgation de la loi n° 25-85 instituant au profit des C (...)

21Jusqu’en 1985, les Chambres de commerce et d’industrie étaient presque exclusivement financées par l’État marocain. En 1986, leur mode de financement fut modifié6 : un décime additionnel était ajouté à l’impôt sur les patentes afin d’alimenter leur budget. En l’espace de six ans, leurs ressources augmentèrent de 800 %, ce qui leur permit de se doter de cadres administratifs permanents et de construire ou de réaménager les locaux : essentiellement des dépenses inhérentes à l’amélioration de leur fonctionnement interne.

22En février 1989, étaient inaugurées par le prince héritier devenu Mohammed VI les premières assises des Chambres de commerce et d’industrie marocaines. Son discours prononcé au nom du Roi fit office de « charte des Chambres de commerce et d’industrie » (M. L. El Harras, 1997, 30). Néanmoins, le crédit des CCI restait faible. On leur reprochait leur manque de représentativité, leur indifférence à l’égard de l’entreprise marocaine et de leur mission de relais, leur inféodation au politique :

  • 7 « L’ingérence du politique dans les sphères économiques mise en cause », La Vie économique, 27 déc (...)

« Aujourd’hui, l’ensemble de la société a une image négative de ces institutions qui souffrent de multiples dysfonctionnements. L’ingérence du politique dans les sphères économiques en est la cause. Ce diagnostic établit le remède contre la source »7.

23Une réforme des CCIS fut donc mise en chantier en 1996, alors que la CGEM se réorganisait de son côté, pour redéfinir leurs missions, moderniser leurs systèmes de financement et améliorer leurs organisations. Une nouvelle loi sur les CCIS fut adoptée en 1997. Elle prévoyait un prolongement du mandat des membres du bureau des CCIS de un à trois ans. Dans la perspective affichée d’assainir les procédures électorales, des amendements furent introduits en matière d’élection des membres de leurs bureaux. Mais surtout, la loi réaffirmait que les CCIS étaient les représentants institutionnels des secteurs du commerce, des services et de l’industrie vis-à-vis des pouvoirs locaux et nationaux. Elles le demeurent.

24Ces réformes n’étaient pourtant pas à la mesure des transformations imaginées par certains responsables des CCIS, en pleine période de libéralisation économique. Liés en tant qu’établissements publics au bon vouloir de leur organisme de tutelle, ils s’adaptèrent aux structures que le législateur leur proposait, non sans proposer plus de réforme :

  • 8 H. G. « La Fédération des chambres de commerce définit sa nouvelle stratégie », La Vie économique, (...)

« La Fédération des chambres de commerce, d’industrie et des services reconnaît que le nouveau statut adopté le 26 septembre a été élaboré dans un contexte qui n’a pas permis aux chambres d’étudier en profondeur le texte soumis par le ministère de tutelle. Le statut proposé reste dans son ensemble calqué sur celui des Chambres de commerce, d’industrie et des services avec ses contraintes statutaires d’établissement publics. Pour dépasser cette contrainte qui réduit son champ d’action, la fédération a proposé une refonte qui ira dans le sens de la consolidation du statut d’association qui a pour corollaire sa liberté d’action. Un statut qui annoncera les principes généraux de la FCCISM et laissera à un règlement intérieur le soin de fixer les modalités d’action et de fonctionnement »8.

25La mobilisation au sein des Chambres de commerce, d’industrie et de service resta discrète et mesurée. Leurs cadres et personnel sont des fonctionnaires. En revanche, leurs responsables sont souvent des personnages réputés, dans le monde des affaires comme dans celui de la politique. La présidence de la CCIS de Casablanca demeura, tout au long du xxe siècle un poste de prestige que des personnages tels que M. Karim Lamrani ou A. Azmani, ancien ministre du Commerce et de l’Industrie, membre du comité d’évaluation des privatisations, souvent originaires du Souss à partir de 1960, ont occupé (R. Leveau, 1976, 85 ; J. Waterbury, 1970, 109).

26Le rôle des CCIS est solidement encadré par la loi et ses réformes dépendent du législateur. Ces institutions ont monopolisé de facto la représentation légale du monde de l’entreprise marocain jusqu’à ce que la CGEM les concurrence. Ceci fut essentiellement le fait de l’arrivée d’une nouvelle équipe à sa tête en 1994. Alors que la confédération se dotait de nouvelles structures comme pour mieux représenter l’entreprise marocaine, la campagne « d’assainissement » offrit à ses dirigeants l’occasion d’entrer en scène et de gagner en légitimité.

Représenter les entrepreneurs : les mues de la CGEM

27Déniant filiation et héritage, l’historiographie contemporaine de la CGEM est silencieuse sur son histoire et fait (re)naître l’association dans les années 1994-1995, comme s’il s’agissait de rompre avec les représentations dominantes péjoratives attribuées à la Confédération :

« Partout où ils se trouvent, les technocrates agissent en complémentarité avec l’État. Ils participent aux missions internationales des industriels et signent, en qualité de fondés de pouvoir, des accords de coopération bilatérale. (...) Grâce à eux, l’État comble ses insuffisances. Il fournit à l’opinion publique, nationale ou internationale, la preuve que le pays est organisé économiquement et structuré socialement. La CGEM, héritée du capitalisme colonial, est bien organisée pour jouer ce rôle de suppléant. Au sommet, le Président, toujours un ancien ministre, correspond avec le chef du gouvernement pour aborder les projets de constitution des lois. (...) Les technocrates sont des gens formés par l’État pour épauler la confrérie des grandes familles. Préparés à leurs tâches puis placés d’office à la tête des entreprises et des organisations patronales, ils ont pour mission de développer une idéologie non d’opposition, mais de collaboration. Sur ce point, les opinions sont unanimes ». (M. Benhaddou, 1997, 117).

28Les métamorphoses de l’association dans les années 1990-2000 ne doivent pas être surinterprétées. Néanmoins, le travail médiatique de porte-parole autorisé et la transformation des structures de la Confédération ont posé des jalons manifestes pour la formation d’un groupe d’intérêt : c’est-à-dire d’un groupe structuré et reconnu, visant à faire pression sur les pouvoirs publics et à intervenir dans la fabrication des politiques publiques au nom d’un intérêt qu’ils érigent en cause collective. À l’échelle de la région, une telle mue est remarquable et n’a pas vraiment d’équivalent, sinon peut-être le TÜSIAD turc (O. Serdaroglu, 2007). Elle est intéressante en tant que telle : d’une part, parce qu’elle participe à l’invention de « l’entrepreneur » au niveau des imaginaires politiques au moins – avec une organisation, des représentants, un système de représentation –, d’autre part parce qu’elle s’inscrit dans des relations à géométrie variable avec le politique et l’administration. À ce titre, les mues de la CGEM sont parties prenantes des transformations du politique : concession ou conquête de territoires d’action, sectorisation ou désectorisation de la mobilisation, protestation ou domestication des élites économiques ? L’économie politique de la libéralisation a ouvert de nouvelles opportunités et déstabilise en partie des modes de régulation politique et social antérieur. Les aspirations sociales se transforment, et en particulier dans le monde de l’entreprise, mis à l’épreuve par la libéralisation. C’est dans ce contexte certainement qu’il faut comprendre comment émerge un groupe d’intérêt, non pas par rapport à un modèle idéalisé de ce que « devrait être » le patronat, son autonomie, sa représentativité, son idéologie, mais par rapport à ce qui le « fait exister dans des corps, des relations et des institutions » (M. Offerlé, 1994, 19). En particulier, la question du leadership s’y pose avec insistance.

« Réhabiliter l’image de l’entreprise »

29Symboliquement, la CGEM enregistra la rupture que voulaient représenter ses dirigeants lors de son Assemblée générale extraordinaire du 28 juin 1995. Tout en se dotant de nouveaux statuts, en multipliant significativement le nombre de ses fédérations, adoptant une architecture plus sophistiquée, elle changeait de nom, mais gardait son sigle. En affichant un changement de peau, ces dispositifs de réformes concourraient à « faire voir, dénommer, démontrer le groupe » (M. Offerlé, 1994, 67) sur lequel entendaient « s’asseoir » ses nouveaux dirigeants. Les porte-parole de la confédération s’engagèrent dans une entreprise de longue haleine de définition du groupe, des « entrepreneurs », au nom de qui ils s’autorisaient à parler.

  • 9 « La CGEM un acteur de développement économique », Edito, CGEM Infos, n° 2456, 15 octobre 2004.

« Depuis 1947, la CGEM est la maison des entreprises marocaines. Notre mission : défendre les intérêts de nos membres et du tissu entrepreneurial d’une manière générale ».
« Une véritable orientation client s’est alors dégagée vis-à-vis de nos adhérents pour conforter notre dimension, à la fois plurielle et unifiée. Plurielle par l’hétérogénéité de ses adhérents et de la diversité de leurs intérêts. Unifiée par la force de proposition que la CGEM met en œuvre vis-à-vis de ses partenaires »9.

30À l’occasion de l’invitation de membres de la CGEM à une tournée royale en Amérique latine, le bulletin d’information de la Confédération affirmait :

  • 10 « L’entrepreneur marocain », Edito, CGEM Infos, n° 2463, 3 décembre 2004.

« Tous les entrepreneurs marocains, sans exception aucune, sont résolument et imperturbablement mobilisés derrière Sa Majesté le Roi Mohammed VI. C’est une conviction profonde unanimement partagée car porteuse de progrès. Les entrepreneurs marocains sont d’abord des citoyens »10.

31Les présidents successifs de la Confédération ne cessèrent de décrire l’entreprise qu’ils entendent et prétendent défendre :

  • 11 « La CGEM remet les pendules à l’heure », CGEM Infos, n° 2440, 11 juin 2004.

« Si l’entreprise est au centre de la croissance économique, elle devra être aussi au centre d’une dynamique sociétale »11.

  • 12 Entretien ex-responsable CGEM, 9 mai 2007.

32S’ils ne veulent être cantonnés au statut du « patronat » (« C’est péjoratif. Dans la bouche de leaders syndicaux, avec leur accent, “batronat”, c’était péjoratif. Non, nous représentons les entrepreneurs »12), les porte-parole de la CGEM mettent néanmoins l’accent sur leur qualité d’employeur dans un pays où la question du chômage est sensible :

  • 13 A. Lahjouji, « L’entreprise citoyenne face à ses nouvelles responsabilités », in R. Belkahia et A. (...)
  • 14 Entretien ex-responsable CGEM, 9 mai 2007.
  • 15 « Entretien avec H. Chami. “Notre système de gouvernance est flou” », La Vérité, 5-11 juillet 2005

[La citoyenneté de l’entreprise] « se décline autour de quatre types de responsabilité de l’entreprise vis-à-vis de la société : des responsabilités économiques (l’entreprise comme lieu de production des richesses) ; sociales (l’entreprise comme lieu d’épanouissement des hommes où l’esprit de concertation doit primer sur celui de confrontation) ; des responsabilités culturelles et sociales (l’entreprise comme lieu de recherche d’une réussite commune et partenaire des autres institutions sociales, économiques et étatiques pour participer à la lutte contre le chômage, l’exclusion sociale, la dégradation de l’environnement, etc.) ; et enfin des responsabilités internationales (lieux où se tissent des relations de partenariat avec l’étranger : dès lors cette citoyenneté devient mondiale et transcende le concept national »13.
« Où sont les entrepreneurs ? Mais qui emploie trois millions de salariés inscrits à la CNSS ? Pas les quelques sociétés du CAC40… »14.
« Notre devoir est de réfuter toutes ces allégations qui ternissent l’image de nos entreprises, notamment quand on nous dit que le privé marocain n’investit pas. C’est faux. Le Maroc présente tous les ans sur le marché du travail entre 250 000 et 300 000 personnes. Il y en a 220 000 qui trouvent des emplois en dehors des administrations »15.

33Les trois présidents successifs, A. Lahjouji (1994-2000), H. Chami (2000-2006) et M. Hafid Elalamy (2006-) prennent leur « bâton de pèlerin » pour réhabiliter l’image de l’entreprise, et en font une de leurs principales missions :

  • 16 Entretien ex-responsable CGEM, 8 mai 2007.
  • 17 Entretien ex-responsable CGEM, 9 mai 2007.
  • 18 Entretien responsable CGEM, 11 mai 2007.

« Le moins d’État et le plus d’initiative privé ont été un déclencheur pour une économie moderne au Maroc. (…) Il a fallu décomplexer l’acte d’entreprendre. Aujourd’hui l’État dégraisse : qui va créer l’emploi ? Qui recrute ? »16.
[Un chantier principal a été de] « réhabiliter l’entreprise dans sa fonction la plus noble. Avant que nous arrivions, elle était perçue comme une machine à gagner de l’argent sale. C’était un cliché qui aidait D. Basri. On a eu un effort à faire pour cureter cet imaginaire. L’entreprise à un rôle dans la société. On crée des richesses, on prend des risques, des initiatives. Nous sommes des acteurs au premier rang des batailles »17.
[À la présidence de la CGEM, je veux] « Démystifier l’opérateur économique et le gain. Nous sommes d’obédience latine : (…) notre relation à l’argent est compliquée. Je veux expliquer que sans création de richesse d’abord pour l’opérateur économique qui prend des risques, il ne peut pas y avoir de croissance. Il faut changer les esprits face au capitalisme et aux capitalistes. (…) À la CGEM, je veux fédérer les gens puissants, les opérateurs capables de faire face à la mondialisation, de protéger l’emploi. Je veux les mettre sur un piédestal, faire un modèle de ceux qui réussissent. (…) gagner de l’argent n’est pas honteux »18.

  • 19 M. Benabid et R. Rami, « Entretien avec Moulay Hafid Elalamy, président de la CGEM », L’Économiste(...)
  • 20 « Entretien avec H. Chami. “Notre système de gouvernance est flou” », La Vérité, 5-11 juillet 2005

34S’ils martèlent qui ils sont, c’est aussi en désignant ceux qu’ils ne sont pas : « Je ne pense pas qu’il existe de place pour les baronnies à la CGEM »19. « Je reviens à cette entité sociale, qu’on peut appeler classe, pour vous dire qu’il est vrai que c’est une bourgeoisie qui est née dans le cadre de la protection, mais aujourd’hui cette protection relève de l’histoire »20.

35Il s’agissait de peser et de conquérir une situation légitime dans les transactions au sujet des politiques de l’entreprise, en concurrence ou parfois en conjonction avec d’autres entreprises politiques. Il s’agit pour eux aussi de se faire les « portiers » du système, au sens où l’entend D. Easton (1965) : dans une vision systémique et idéale des rôles politiques, le « garde-barrière » canalise, filtre les demandes, et s’assure qu’elles sont compatibles avec l’offre du gouvernement. C’est un élément clé des transactions entre le régime et son environnement. Ceci suppose une organisation centralisée et personnalisée. Face aux changements sociaux et dans les négociations salariales où fut engagée la CGEM, ce schéma fut sans doute recherché, en particulier dans l’objectif d’instaurer une arène de négociation corporatiste. De ce point de vue, la construction d’un secteur d’intérêt spécifique et la personnalisation de sa défense derrière un leader, qui ne fut pas toujours unanimement reconnu, restructurait les transactions autour de la politique de l’entreprise. Certes, l’heure est à la privatisation et au secteur privé, mais cela crée de nouveaux besoins et des demandes du côté des patrons – et des employés comme nous le verrons dans le chapitre suivant. Les intérêts que défendent les porte-parole de la CGEM ne sont pas nouveaux, le tissu social hérite d’une longue histoire, pour autant les leaders patronaux se présentent comme les promoteurs d’un nouveau groupe d’intérêt :

  • 21 Entretien responsable CGEM, 24 mars 1998.

« Se mettre à niveau, ça c’est le grand challenge. Car qu’est-ce que c’est que l’entreprise marocaine ? Si vous excluez quelques grandes unités qui peuvent se compter sur les doigts des deux mains, l’immense majorité des entreprises marocaines sont des entreprises familiales, disons souvent sous-encadrées, sous-capitalisées, travaillant avec des techniques parfois obsolètes, qui ont été en fait des industries créées pour se substituer aux importations. Tout ça avec une protection douanière et contingentaire excessive »21.

  • 22 Ibid.

36Dans l’enchevêtrement pluriel des constructions du bien public, de l’intérêt collectif et du politique, les dirigeants de la CGEM jouèrent pour cela du schéma manichéen qui dominait alors à propos des rapports du politique et de l’économique, en se présentant comme outsiders. En insistant sur leur démarche de rupture et d’innovation, ils utilisèrent l’idéal type et les repoussoirs façonnés par d’autres au cours de la réforme : à un ancien régime de « l’entreprise, lieu privilégié de l’horreur économique » 22pour reprendre la formule de l’un des responsables de la Confédération, ils opposaient un nouveau régime, celui d’une entreprise marocaine préoccupée du collectif du pays et compétente pour le défendre : « L’entreprise citoyenne et sociale en action », pour reprendre le slogan dont se dote alors la CGEM.

La réforme avant la réforme

37Jusqu’alors, l’histoire de la Confédération se réduisait essentiellement à celle d’un groupe d’industriels réputés proches de différentes sources de pouvoir, dont M. Benhaddou rappelait qu’ils furent la plupart du temps d’anciens ministres (M. Benhaddou, 1997, 116 et ss.). Comme les CCI, elle est issue de la période coloniale. Jusqu’en 1970, la CGEM fut dirigée par des administrateurs français de grands établissements ou groupes au Maroc. Puis ce sont plutôt des personnalités fassies telles que M. Amor, ex-ministre du travail et des affaires sociales et D. Qeytouni, ex-directeur du cabinet du ministère des Finances, président de la commission économique au Parlement, qui prirent les rênes de l’association, sollicitant au besoin lors de rapports de forces extrêmement tendus avec le mouvement ouvrier l’arbitrage de l’État et de cabinets ministériels dont ils étaient des habitués. À la veille des années 1990, la Confédération réunissait quatre associations professionnelles, l’Association marocaine de l’industrie textile et de l’habillement (AMITH), la Fédération des BTP, la Fédération des mines et la Fédération du commerce et des services. Ces dernières pouvaient être considérées comme de puissants groupes de pression plus influents que la CGEM, dans les négociations formelles ou informelles avec les pouvoirs publics ou les partenaires internationaux.

38Dans les années 1980, quand fut lancé l’ajustement structurel, deux présidents de la Confédération en particulier, B. Guessous, ex-ministre des Finances, élu en 1985 et A. Bennani-Smires, ex-directeur de plusieurs cabinets ministériels dont le ministère des Finances, élu en 1988, commencèrent à poser les jalons d’une modernisation de la CGEM.

« Le premier a tenté de doter la CGEM d’un discours qui lui soit propre. Ce discours s’articule autour de la croyance en la liberté d’entreprendre, et de l’idée selon laquelle un agencement libéral des institutions politiques peut permettre au Maroc de réussir sa modernisation. Quant au second, ces différentes prises de position traduisent la prise en compte des critiques qui sont adressées à l’entrepreneur marocain en termes de modes de penser et de formes d’agir. La réalisation du profit (quête légitime) peut se conjuguer dans son optique avec le souci des affaires publiques ». (S. Tangeaoui, 1993, 263-264).

  • 23 A. Ouali, « La Vérité sur la CGEM », Le Journal Hebdo.

39La réforme était discrète, moins importante en ampleur que celle que connaissaient alors les CCIS. L’association s’était engagée, au tournant des années 1980, notamment dans des négociations avec l’administration fiscale, derrière le slogan « pas d’économie libérale sans un secteur privé fort et pas de secteur privé fort sans une organisation d’avant-garde » rappelle son ancien secrétaire général23. Dans le cadre de premières discussions de dialogue social, elle avait participé à des concertations sur la préparation d’un premier projet de réforme du Code du travail au début des années 1980.

40Les mutations de l’association s’accélérèrent dans les années 1990. S’efforçant d’ériger l’intérêt de l’entreprise en cause juste et générale, les dirigeants de la CGEM cherchèrent à gagner en autorité et en légitimité. Ils transformèrent les structures de l’organisation, firent valoir sa force. Bien évidemment leur travail seul n’était pas suffisant à ce type d’entreprise et aurait pu mourir dans l’œuf dans un autre contexte. C’est la situation particulière et leurs (pré)dispositions individuelles qui firent que leurs revendications rencontrèrent un écho politique et social.

41Le discours royal du 16 mai 1995 constitua sans doute une inflexion significative pour les réformes internes dans laquelle s’engagea la nouvelle équipe : il fixait clairement la façon dont le souverain entendait encourager la réforme de la confédération, les limites et les contraintes qu’il assigne à la nouvelle équipe patronale. Cette implication du souverain se confirma lorsqu’il accepta de recevoir en audience le bureau de la CGEM en juin 1995, à la veille de l’Assemblée générale où devait être votée une réforme controversée des structures de l’organisation. Dans un contexte de privatisations, de négociation des accords de libre-échange avec l’Union européenne et de sécheresse accrue qui menaçait les équilibres de la production nationale, le souverain engagea le patronat et la nouvelle équipe dirigeante de la CGEM à se réformer. Le Roi s’imposait comme un « maître du temps politique » (B. Cubertafond, 1997, 101).

42Mais dans le cas de la réforme de la CGEM, comme on a pu le voir également à propos des privatisations, il me semble que si le Palais fut l’un des acteurs de la réforme de la CGEM – et il continue à l’être dans des interventions politiques ou par le biais de ses alliances économiques –, il fut loin d’être le seul. Le rôle de personnes d’un côté, la formation d’un intérêt de groupe fragile de l’autre, les découpages sociaux qui se transformèrent avec la privatisation, avec la construction de causes collectives, de demandes et de pressions sociales enfin, ont été également des éléments déterminant dans les recompositions de la représentation entrepreneuriale marocaine.

L’injonction royale

43Le discours à la Nation du 16 mai 1995 était une allocution exceptionnelle, justifiée par l’urgence provoquée par la situation climatique du Maroc : la sécheresse, en effet, menaçait alors l’ensemble de l’activité économique du pays et en particulier le monde rural. Appelant à la solidarité nationale, le souverain en profitait pour dessiner ce que seraient les orientations d’un vaste programme de réforme des institutions marocaines. En particulier, il annonçait la tenue d’un référendum pour l’amendement de la Constitution qui se tint en septembre 1996. Il engageait également les « partenaires » sociaux à se restructurer, dans le cadre « d’un dialogue social permanent » en annonçant qu’il allait « personnellement veiller sur les étapes de ce dialogue ». Mais, surtout, il s’adressait directement à la CGEM, en indiquant par là, par défaut, le rôle qu’elle pouvait jouer, celui d’un « syndicat des employeurs » :

« Je précise qu’il y a un élément qui nous manque dans ce dialogue, à savoir la Confédération générale économique marocaine. Je m’adresse à ses membres pour leur dire : votre confédération n’est pas suffisante, n’est pas représentative et ne remplit pas les conditions devant la hisser au niveau de l’engagement. Je les invite à constituer dans le délai d’un mois, en tout cas le plus tôt possible, un syndicat des “employeurs” où il n’y aura pas que les détenteurs de gros capitaux ou les grandes entreprises, mais aussi ceux qui constituent le véritable tissu économique national tel que nous le concevons : autrement dit les petites et moyennes entreprises ».

44Rappelant que « quand le monde rural est prospère, il n’est pas le seul », le souverain usait de la métaphore organiciste, en puisant dans la sémantique du corps et de son unité complémentaire. « Embarqués dans la même galère, il n’est guère permis aux uns et aux autres de s’affronter ». Dans les rencontres qui suivirent, le souverain poursuivit son entreprise de façonnage/modelage des imaginaires du capitalisme marocain :

  • 24 « Sa majesté le Roi reçoit une délégation de la Confédération générale des entrepreneurs du Maroc  (...)

« Quels sont donc les atouts du Maroc pour réussir ? Il y a d’abord l’élément humain, qui est excellent et d’un haut niveau. Il y a ensuite le climat marocain, qui est un climat de famille où il n’y a nulle place à cette lutte ancestrale des classes que connaissent de nombreux pays en développement. Le Maroc n’a en effet jamais connu, à travers son histoire, de familles bourgeoises, de financiers ou de banquiers qui ont plusieurs siècles d’existence. Nous avons des familles qui émergent et qui réussissent et d’autres qui déclinent. L’histoire du Maroc et des classes au Maroc est faite de défis et de compétitions. Les cadres et l’élément humain sont excellents. Nous n’avons pas de classes dont l’histoire a fait des maîtres et des valets. Au contraire les horizons sont ouverts »24.

45Dans la foulée de cette rencontre, le nouveau président de la CGEM, A. Lahjouji, lança une « opération de solidarité » pour créer un fonds commun destiné à soutenir le secteur agricole. La CGEM étendit sa représentativité, en intégrant notamment dans ses rangs la Fédération des jeunes entrepreneurs du Maroc, la FAJEM, récemment instituée, puis en créant en interne, une fédération des PME/PMI et s’engagea avec les syndicats ouvriers et sous la houlette du ministère de l’Intérieur dans un cycle inédit de négociations. Derrière le slogan du « dialogue social », s’instituèrent fragilement des structures triangulaires de discussions qui conduisirent près d’une décennie plus tard, en 2003, à l’adoption d’un nouveau Code du travail en chantier depuis plus de vingt ans. Ceci amena J.-L. Servan-Schreiber, directeur de La Vie économique à cette interrogation :

  • 25 J.-L. Servan-Schreiber, « Sa majesté et les entrepreneurs », La Vie économique, 30 juin 1995, 3.

« Peut-être déçu, comme son peuple, des atermoiements politiques récents, S. M. le Roi aurait-il décidé de se tourner vers ceux qui, par métier, sont tenus à l’obligation d’efficacité, les entrepreneurs ? Il semble avoir envie de leur confier tout ce qui ne marche pas dans le Royaume et de ce fait privatiser non seulement les entreprises publiques, mais une partie de l’action même de l’État »25.

L’entrée en scène de porte-parole

46Lorsqu’il se présenta à la course pour la présidence de la Confédération générale économique du Maroc en 1994, A. Lahjouji était peu connu du public et n’était pas le favori du scrutin. Pourtant, il était alors à la tête de la Fédération des bâtiments et des travaux publics, où il menait bataille d’une part contre les effets de la réduction des investissements publics et surtout contre les retards de paiement de l’administration ; et d’autre part, contre la concurrence de plus en plus manifeste d’entreprises étrangères courtisées par les pouvoirs publics marocains. Du fait du rôle de l’État, des entreprises publiques et des collectivités locales dans l’élaboration des politiques urbaines, ici notamment les politiques de logement mais également des politiques de grands travaux et de lutte contre l’habitat illégal, le secteur des BTP et l’industrie des travaux publics entretenait et tisse toujours d’étroites et complexes relations avec l’administration et la politique plus généralement. Comme dans d’autres contextes, il s’agissait d’un secteur d’activité qui se positionne comme interlocuteur rompu aux tractations avec les autorités publiques (D. Barjot, 1993).

L’élection de 1994

47À l’opposé de ses prédécesseurs à la tête de la Confédération patronale, A. Lahjouji n’est ni issu de grandes écoles, ni un ancien grand commis de l’État, ministre, ambassadeur, etc. À cet égard, sa candidature était atypique et le démarquait d’emblée du portrait que brossait par exemple quelques années auparavant S. Tangeaoui (1993, 254) des dirigeants de la Confédération. En 1994, il se présentait contre A. Benkirane, M. Benchehla, président de la Fédération du commerce et des services, et M. Bel Madani, président de la Fédération de l’industrie, la plus importante en nombre des fédérations. Tous, sauf M. Bel Madani étaient des vice-présidents en poste de la CGEM.

48A. Benkirane n’en n’était pas à son premier essai. Il présentait le profil classique des leaders de la CGEM. Il en était un membre depuis les années 1960 et s’était déjà présenté contre B. Guessous en 1985. Né à Marrakech dans une famille de commerçants et de propriétaires fonciers, il s’était engagé dans le mouvement nationaliste où l’on dit qu’il fut l’un des dactylographes des premiers statuts de l’Union marocaine du travail, l’UMT. À l’indépendance, parallèlement au développement de son groupe familial, à Casablanca, il s’engagea dans une carrière politique dans différents cabinets au commerce, à l’industrie, au tourisme ou à la marine marchande. Dans les années 1960, il fonda deux journaux, Maroc Information et Al Atlas. Il fut directeur général de la Caisse des dépôts et de gestion et directeur général de l’Office commercial et d’exportation, sous-secrétaire d’État à l’Industrie et au Commerce. C’est à ce titre qu’il dirigea les négociations pour la conclusion des premiers accords de pêche avec l’Espagne et la récupération de Sidi Ifni alors espagnol. Puis il fut président du Conseil provincial de Marrakech, ambassadeur du Maroc en Belgique au Luxembourg et auprès de la Communauté européenne, où il négocia en 1976 l’accord de coopération entre le Maroc et la Communauté européenne. En tant qu’élu de la CCI de Casablanca, il siégea également au Parlement.

49Les deux autres adversaires de A. Lahjouji présentaient des profils sensiblement différents. M. Benchehla, Oujdi, issu d’un milieu modeste, n’avait pas fait de longues études et était parfois considéré comme un trublion. Quelques années plus tard, il mena une fronde par exemple au très mondain Royal Golf de Anfa-Mohamedia – cabale d’abord arbitrée par D. Basri, ex-ministre de l’Intérieur, président de la Fédération marocaine de golf et soutenue par A. Saaïdi, ministre des Privatisations, membre du club. Il en fut élu finalement président… Sans héritage familial, il avait travaillé d’abord comme financier de sociétés marocaines ou étrangères (ESSO, Stokvis) et progressivement constitué un groupe aux actions réparties dans nombre de sociétés agroalimentaires, commerciales, mécaniques, etc. Il milita un moment dans l’action syndicale et nationaliste, la jeunesse ouvrière marocaine, l’Union marocaine des travailleurs, l’Union nationale des forces populaires. Il compterait au nombre des fondateurs du parti de l’Union constitutionnelle. De 1985 à 1994, il était vice-président de la CGEM et président de la Fédération du commerce et des services. Après son expérience à la CGEM, il fut élu premier vice-président de la région du Grand Casablanca sous l’étiquette du Rassemblement national des indépendants, le RNI.

50Quant à A. Bel Madani, il était aux yeux de la presse et des discussions de couloir, le favori du scrutin, en particulier parce qu’il était à la tête de la puissance Fédération de l’industrie. Fassi, diplômé de l’Institut d’études commerciales de Grenoble, il avait été directeur administratif et financier de Nestlé Maroc, directeur général de NRF Maroc, à partir duquel il constitua son groupe, présent dans le commerce, l’industrie, l’informatique et l’agriculture. Il avait dirigé plusieurs associations professionnelles, l’Association marocaine pour l’industrie et le commerce de l’automobile (AMICA), la Fédération des industries métallurgiques, mécaniques, électriques et électroniques (FIMME) et l’Association marocaine des exportateurs. Il était également élu de la CCI de Casablanca.

51A. Lahjouji, pour sa part, lorsqu’il se présenta à la présidence de la CGEM n’avait pas occupé de fonction publique précédente. Il n’avait « qu’un » certificat d’études et se présentait avant tout comme un homme de terrain, investi dans l’entreprise familiale, SOTRAVO que son père avait créée à Meknès et qui s’était ensuite implantée à Casablanca. Il avait découvert et expérimenté son intérêt pour l’action collective dans le militantisme patronal : en 1978, il était nommé président de l’Association marocaine de construction, à partir de laquelle il créa la Fédération nationale des BTP (dont il reste président d’honneur). Celle-ci avait adhéré à la CGEM en 1983. Au plan international, il faisait partie des fondateurs de l’Union des entrepreneurs arabes, dont il fut longtemps le président, puis de l’Union des entrepreneurs des pays islamiques qu’il dirigea également. On le retrouve également dans les années 1990 vice-président de la Confederation of International Contractors Association. Si S. Tangeaoui notait que les présidents de la CGEM antérieurs avaient dû montrer leur apolitisme pour garantir leur neutralité à la tête du syndicat, A. Lahjouji, à l’époque où il brigua ce poste patronal était réputé être proche, familialement parlant au moins, du parti de l’Istiqlâl, alors cheville ouvrière avec l’USFP de l’opposition marocaine, ce qui fut souligné dans la campagne :

  • 26 F.M., « CGEM : Lahjouji remporte les élections avec 2/3 des voix », L’Économiste, n° 139, 21 juin (...)

« Le second élément qui suscite une certaine inquiétude auprès des patrons concerne les affinités politiques du nouveau président avec l’Istiqlâl. La majorité des entrepreneurs pensent que “le risque de dérapage est minime et que le débat est dépassé” »26.

  • 27 M. Kadiri, « Élection CGEM : qui fait peur aux patrons ? », L’Économiste, n° 2249, 5 avril 2006.

52Pour la première fois, quatre candidats s’affrontèrent et, surtout, l’élection se joua à deux tours. Cette élection de 1994 marqua les esprits, certainement parce qu’elle était plus ouverte que d’autres, parce que le président élu n’était pas forcément attendu et parce que le duel du second tour fut sans concession. À la veille des élections à la présidence de la CGEM de 2006, l’Économiste affirma d’ailleurs : « En fait, la compétition ouverte n’a eu lieu qu’une fois, pour la première élection de Lahjouji, en 1994 »27.

53Les programmes n’étaient pas originaux, mais chacun des candidats brandissait la carte du changement : une réforme de la CGEM « dans ses structures, sa représentativité et ses modes d’action et de communication » du fait des « nouvelles données de l’environnement régional, national et international » pour A. Bel Madani, qui pointait trois dossiers qu’il estimait fondamentaux, liés aux relations extérieures de l’économie marocaine : l’alternative de l’Union du Maghreb arabe, les conséquences du GATT et la perspective de la zone de libre-échange avec l’Union européenne. A. Benkirane affichait un souci de « consensus » et prônait une « consolidation des acquis en introduisant les changements nécessaires dans la structure de la CGEM et dans la définition d’objectifs volontaires ». Il mettait en avant sa longue expérience politique et les liens qu’il avait pu tisser avec les organismes et les groupes financiers internationaux, pour que le patronat participe aux négociations internationales. Pour M. Benchehla, « Le secteur privé sera[it] appelé à s’intéresser beaucoup plus et beaucoup plus directement à la chose publique ». Il insistait sur la nécessité que l’industrie nationale s’adapte aux mutations de son environnement et que la CGEM « se positionne définitivement comme l’interlocuteur privilégié ». La lettre aux électeurs de A. Lahjouji partait d’un constat homologue aux précédents : « L’option irréversible du libéralisme qui conduit inéluctablement au désengagement progressif de l’État, implique un secteur privé structuré, organisé et fort ». Mettant en valeur son engagement associatif antérieur, il exposait à partir d’une analyse des « défis » qui se présentent à l’entreprise ses objectifs de réforme de la CGEM. Il s’engageait à « mobiliser toutes les compétences des hommes pour faire de notre organisation un véritable laboratoire d’idées, une source d’innovation et une force de proposition ».

54Évidemment l’issue du scrutin ne fut pas directement déterminée par ces déclarations d’intention, mais il est intéressant de souligner d’une part que les candidats proposèrent des programmes, et d’autre part que l’analyse de la situation par les quatre prétendants à la présidence était grosso modo la même, pour annoncer une réforme de la CGEM, en des termes mesurés et prudents.

55A. Benkirane se désista, A. Lahjouji et A. Bel Madani durent aller au second tour. A. Bel Madani avait la réputation d’être soutenu par les grands groupes du Royaume, M. Benchehla appela à voter pour lui. Finalement, et après une campagne animée, c’est pourtant A. Lahjouji qui l’emporta au second tour avec une majorité de 64 % des voix. A. Bel Madani brigua avec succès la présidence de la CCIS de Casablanca.

56En revanche, la réélection de A. Lahjouji en juin 1997 fut une formalité, aucun autre candidat s’étant présenté, comme si après une installation pour le moins controversée et troublée, après avoir reçu l’adoubement du souverain pour mener les réformes qu’il entendait appliquer à l’organisation qu’il présidait et après « l’assainissement », son équipe et lui obtenaient l’approbation de leurs pairs.

Un nouveau leadership pour les entrepreneurs ?

57Un homme « de terrain », ancré dans la défense corporatiste, expérimenté dans la négociation avec les pouvoirs publics, familiarisé avec l’action partisane arriva donc à la tête de la CGEM en 1994. Ce n’était ni un notable local, ni un homme du sérail, proche du Palais et inscrit dans l’étroite toile néopatrimoniale du Makhzen.

  • 28 « Pour une nouvelle relation sociale », CGEM infos, n° 2506, 14 octobre 2005, 5.

58Il arriva à la CGEM avec une équipe. A. Benkirane, son ex-adversaire était le numéro deux de la Confédération. Premier vice-président, il prit la tête d’une nouvelle structure, Majlis el-Umana, le conseil de la médiation et de l’arbitrage chargé en particulier de l’épineux dossier de dialogue social et des « règlements à l’amiable des litiges entre entreprises, entre actionnaires ou associés, entre partenaires sociaux et entre entreprises et services de l’administration »28. Il le dirigea tout le long des deux mandats de A. Lahjouji. Sous le mandat de son successeur H. Chami, il devint le médiateur, lorsque le Majlis el-Umana disparut de l’organigramme. Le nouveau président s’entoura également d’un staff pour doter la Confédération d’un plus grand nombre de cadres permanents au service d’un nouveau leadership patronal qui concentrait les attentes et avait du mal à s’installer dans ses relations avec ses « suiveurs ».

59En particulier, le nouveau directeur délégué de la Confédération, M. Ayouche, en charge du personnel et des dossiers administratifs de la Confédération joua dans l’ombre ou la lumière un rôle certainement considérable à côté des chefs d’entreprise engagés dans l’organisation. Si les membres associatifs, des chefs d’entreprise, occupés par leurs affaires, s’engagaient ou se désengagaient tour à tour, en fonction du moment, de leurs disponibilités au sein de la Confédération ou de certaines fédérations plus particulièrement, il prit la tête d’une équipe, certes réduite mais permanente ,d’employés de la CGEM qui assurèrent la continuité de l’action syndicale. À l’instar de l’atypisme de A. Lahjouji, la personnalité, le parcours professionnel et politique du directeur délégué de la CGEM laissèrent une empreinte dans la refonte de la Confédération, tant en termes de visibilité que dans son contenu politique et social.

60Militant d’extrême gauche dans les années 1970 dans le groupe du « 23 mars », il avait adhéré à un syndicat lycéen, puis à l’Union nationale des étudiants marocains, dont il occupa le poste de vice-président lors des seizième et dix-septième congrès. Après une licence de science politique, il fut engagé au tout début des années 1980, par le jeu de connaissances, à la Fédération nationale des BTP que venait de fonder A. Lahjouji. Parallèlement, il poursuivit une carrière politique engagée et coûteuse dans la gauche radicale. Membre du secrétariat général de l’Organisation de l’action démocratique et populaire (OADP) dès sa création en 1983, il fut plusieurs fois arrêté dans les années 1980 pour activisme illicite. Au cours d’un passage en prison, il rencontra des dirigeants syndicaux, mais aussi d’autres personnalités qui, aujourd’hui, comme souligné plus haut, font une partie non négligeable des faiseurs d’opinion, dans les médias, dans la « société civile » et le tissu associatif en particulier. Au sortir de ses années de prison, il rejoignit le secrétariat général de la Fédération des BTP et prit la fonction de directeur général, en tant que salarié, dans deux projets de société, l’un dans le textile, l’autre dans l’équipement de bureau. Il accepta le poste de directeur délégué de la CGEM lorsque A. Lahjouji le rappela après la réforme de ses statuts.

  • 29 Cette question fut la pierre d’achoppement qui accéléra la scission au sein du parti, et qui donna (...)

61Malgré ses activités professionnelles à la Confédération, A. Ayouche continua au cours des années 1990 et 2000 à jouer un rôle de premier plan au sein de l’OADP et fut un temps secrétaire général adjoint de M. Bensaïd. Il y tint paradoxalement une position radicale, « non participationniste ». Il fut de ceux, par exemple, qui refusèrent en septembre 1996 de voter favorablement au référendum sur l’amendement de la Constitution29. Il se défend d’avoir été l’éminence grise du patronat, occupa une position en retrait lors des rencontres officielles, et usa d’un droit de réserve lors de certaines décisions au sein de la CGEM – le positionnement par rapport au référendum constitutionnel par exemple. Il n’en demeure pas moins qu’il fut l’un des artisans, au sens premier du terme, de la réforme de la Confédération.

62Patron des patrons dans les années 1990, alors que se négociaient les accords de libre-échange avec l’Union européenne (1996) et qu’était mise en œuvre la politique de privatisation du secteur public, A. Lahjouji défendit au cours de cette décennie les intérêts de l’entreprise marocaine, « citoyenne et sociale ». Il travailla sur ses représentations, dans tous les sens du terme. Entouré d’une équipe modeste mais plus importante que les précédentes, il investit plusieurs arènes publiques. L’une des principales métamorphoses que connut la Confédération au cours des années Lahjouji fut certainement d’être devenue un partenaire social à part entière, investi dans les négociations salariales et l’institutionnalisation de structures de dialogue social.

63Mais, à côté du travail corporatiste sur des dossiers « techniques » et syndicaux, l’homme gagna des lettres de « noblesse » ou, en tout cas, se fit connaître du grand public en réformant l’organisation et en prenant parole au nom des « entrepreneurs » lors de controverses publiques. Les images que donna de lui la presse de l’époque étaient tout à son avantage par rapport aux effigies peu flatteuses des hommes d’affaires. On lui prêtait des qualités morales et personnelles propres à en faire le promoteur d’une nouvelle éthique politico-économique, un « économiquement et un politiquement correct » : souvent présenté comme austère, direct, courageux, « raide comme la justice », A. Lahjouji était « l’Homme en colère » dans le bilan de 1997 dressé par La Vie économique, un personnage au comportement apparemment atypique dans le paysage des grands hommes d’affaires marocains.

  • 30 H. G., « L’homme en colère », La Vie économique, 9 janvier 1998.

« Qu’il s’adresse à un Premier ministre, ou à un parterre d’opérateurs économiques, le style est toujours direct. Ce n’est pas lui qui endormira l’assistance avec des formules surannées et lénifiantes »30.

64En 2000, comme nous le verrons plus loin, A. Lahjouji fonda un parti politique, Forces citoyennes et s’engagea dans une carrière partisane. Son successeur H. Chami était son vice-président. C’était un habitué de la CGEM. Il s’inscrivit dans la continuité du mandat du précédent :

  • 31 Entretien 9 mai 2007.

« Il faut situer la transformation de la CGEM au cours de la période d’assainissement quand le ministre de l’Intérieur s’en est pris aux opérateurs économiques de manière brutale et hors du système légal. C’est de là que date notre présence active dans le champ social marocain »31.

65H. Chami confirma l’équipe en place en l’ouvrant à de nouvelles personnalités du monde des affaires : K. Tazi, le président de l’AMITH, dont on a vu l’engagement auprès du RESAQ (Réseau des associations de quartier du Grand Casablanca) dans les chapitres précédents ; K. Benjelloun à la tête de la commission Communication de la CGEM et dirigeant d’un groupe d’électronique et d’informatique ; B. Benhamida, à la tête de la Fédération des BTP, etc. Son profil renouait avec celui des prestigieux présidents précédents. La présidence de H. Chami, au cours de laquelle il mena quelques réformes internes et installa la CGEM comme partenaire institué des pouvoirs publics sur plusieurs dossiers, fut mouvementée. Après la prise de pouvoir de A. Lahjouji, la conquête de nouveaux territoires politiques, qui permit la routinisation de son action, la Confédération connut des dissensions internes et des moments forts tels que l’adoption d’un nouveau Code du travail.

66Fils de notables de Fès, il situe son « virus de la chose publique » tout jeune, lorsqu’il accueillit avec les enfants de son école le leader nationaliste A. El Fassi de retour du Gabon. Il connut à Fès l’engagement nationaliste, suivit des études classiques d’enfant de notable et intégra l’École nationale des Ponts et chaussées de Paris en 1961, juste aux lendemains de l’indépendance marocaine. S’en suivit d’abord une carrière de haut fonctionnaire. Chef d’exploitation du port de Casablanca et directeur de la Régie d’aconage du port de Casablanca (RAPC), directeur général des ports de Casablanca et Mohammedia, directeur général de l’Hydaulique, il fut nommé entre 1970 et 1971, à 33 ans, ministre des Travaux publics et des Communications. Entre 1971 et 1976, il fut directeur général de l’Office de commercialisation et d’exploitation. Il fait partie des délégations officielles dans plusieurs négociations économiques internationales et, notamment, celle qui signa les accords de 1976 avec la Communauté européenne. En 1976, « un peu déçu par le comportement des partis politiques », il « quitte l’administration pour le privé ». C’est là, affirme-t-il que « commence sa carrière d’entrepreneur et sa carrière associative ». Ingénieur des Ponts et chaussées, il participa à la création de sociétés dans le domaine des travaux publics (MARGEC, FORASOL et INGEMA spécialisée dans la conception et la surveillance de l’exécution des barrages), puis de la céramique (FACEMAG) et du textile (MULTITEX). À la tête de ce groupe prospère, il s’engagea dans des associations professionnelles : d’abord à la Fédération des travaux publics, puis à l’Association professionnelle de l’industrie céramique et à la Fédération des industries des matériaux de construction. A. Lahjouji le nomma vice-président de la CGEM et il fut également président du comité mixte franco-marocain, CGEM/MEDEF et le premier président de l’Union méditerranéenne des confédérations d’entreprises.

67Le « toilettage » et la réorganisation de la CGEM prirent donc plusieurs aspects. Certains ostentatoires : un premier déménagement du siège de la Confédération vers l’avenue des FAR au cœur de la métropole économique, au-dessus des locaux modernes de la nouvelle Bourse de Casablanca et en face de l’immeuble blanc de l’UMT ; changement de nom de la Confédération ; l’arrivée d’une nouvelle équipe, d’autres plus discrets mais tout autant significatifs touchèrent aux statuts de la Confédération. La personnalité et les profils sociologiques de ses présidents successifs me paraissent être un élément important pour comprendre ce qui se passa dans l’association, et également les tensions qui traversent le tissu hétérogène des entreprises marocaines. A. Lahjouji, H. Chami et M. Hafid Elalamy représentent singulièrement trois prototypes différents et presque caricaturaux du capitalisme marocain : un chef d’une grosse PME de BTP familiale de Meknès, sans diplôme, engagé dans le militantisme professionnel, un ingénieur des Ponts et chaussées issu d’une famille de notables fassis, ayant occupé des fonctions au sommet de l’État et dirigeant un groupe de plusieurs sociétés industrielles et un jeune loup des finances originaire de Marrakech, à la tête d’une importante compagnie d’assurance, passé par l’ONA et soutenu par des hommes d’affaires proches du Palais.

68Si l’entremise du Palais fut plusieurs fois manifeste, la concurrence entre différents types de leadership se joua en partie en relation avec les « suiveurs ». Comme la plupart des groupes d’intérêt, un souci majeur pour l’association et de ses porte-parole fut de s’affirmer « contre la mise en péril représentée par la question de la représentation » (M. Offerlé, 1994, 72). Pour cela, ses dirigeants usèrent d’outils relativement classiques que décrit M. Offerlé (Ibid., 112 et ss.) : le recours au nombre, à la « surface sociale », dans une moindre mesure l’usage de l’expertise, et surtout ils firent montre d’une capacité à s’indigner et à puiser dans le registre de la vertu.

A la conquête d’une représentativité sociale

69Faire le poids était un premier objectif : non seulement se faire un nom mais « faire nombre » (Offerlé, 1994, 67). Les CCIS étaient et demeurent, selon la loi, les représentants institutionnels officiels des secteurs de l’industrie, du commerce et des services. Les élections indirectes pour la désignation de représentants de ces secteurs à la Chambre des conseillers continuent à s’organiser en leur sein. La CGEM chercha à incarner autrement et ailleurs les entrepreneurs marocains, en faisant valoir d’autres atouts et atours que la force de la loi. Compter dans tous les sens du terme s’avéra un travail essentiel pour une association dont l’autorité à conquérir face aux pouvoirs publics dépendait en partie de sa capacité à engager le tissu des entreprises derrière elle.

Réformer l’armature et le tissu de la confédération :
la question des PME/PMI

70La CGEM entreprit donc dans les années 1990 un profond effort en matière d’extension de sa représentativité, et d’abord de sa représentativité numérique, de sa surface sociale. De 4 fédérations en 1994, l’association passa à 22 fédérations en 1998. Elle en compte 25 en 2007. De 600 membres inscrits en 1994, elle en comptait 1 400 en 1998. Elle rallia des organisations puissantes, telles que l’Association marocaine des industries de l’habillement et du textile, regroupant elle-même de nombreuses associations, ou encore la Fédération du tourisme. En interne, elle créa, des fédérations dont la plus emblématique fut celle des PME/PMI, appelée de ses vœux par Hassan II :

  • 32 M. Benabid et A. Rboub, « L’ouverture dicte de nouveaux modes de gouvernance. Entretien avec H. Ch (...)

« C’était pour matérialiser la conviction de la CGEM, que c’est une frange d’entreprises qu’il fallait prendre par la main pour une intégration dans le cadre de la mondialisation »32.

  • 33 A. Naanaa, « L’USFP fait son entrée à la CGEM », La Vie économique, 6 décembre 1996.

71Dans un premier temps, la CGEM avait intégré la Fédération nationale des jeunes entrepreneurs marocains (FAJEM), créée en 1994. Celle-ci se donnait pour tâche « d’être le porte-parole et le représentant légitime des jeunes entrepreneurs et des PME/PMI, membres des associations marocaines, vis-à-vis de toute instance publique, politique ou non politique ». Son entrée à la CGEM devait signifier l’intégration des petites et moyennes entreprises. Mais rapidement une Fédération des PME/PMI fut créée en interne, à la CGEM. Elle fut d’abord prise en charge par A. Debbagh. Issu d’une famille fassi, conseiller municipal USFP, administrateur d’une société de textile (DMATEX), il avait été cadre supérieur à la BMCE et avait fondé une unité textile au début des années 1990. Non seulement la CGEM ouvrait ses rangs aux PME/PMI, mais « l’USFP [faisait] son entrée à la CGEM, les barrières psychologiques [étaient] tombées »33. Peut-être est-ce un peu exagéré, mais de fait, la présence de cette fédération à la CGEM continua, au cours des mandats qui suivirent, à être une pierre d’achoppement quant aux options prises par la direction.

72A. Debbagh envisagea de se présenter à la présidence de la CGEM en 2000. Il brigua le poste en 2003, où il perdit contre H. Chami. À la tête d’un groupe pour la « modernisation et la rénovation », il contestait la gestion de la « maison » et des relations trop étroites avec le Premier ministre D. Jettou : les négociations sur le nouveau Code du travail et son adoption au Parlement en juin 2003 avait bousculé le milieu des affaires et suscité des clivages au sein de l’équipe dirigeante de la CGEM (voir chapitre VI). Dans le cadre d’un scrutin serré et disputé, il perdit l’élection à dix-neuf voix près (un « signe de démocratie des procédures » selon des responsables en poste de la confédération). H. Kessal lui succéda à la présidence de la Fédération des PME/PMI. Ce dernier, ex-militant du Parti du progrès et du socialisme (PPS), ex-parti communiste marocain, puis du Front des forces démocratiques (FFD), se présenta aux législatives de 2007 sous les bannières du nouveau Parti travailliste. Il était à la tête d’une pistacherie dans la ville de Taza, après avoir obtenu un doctorat d’économie à Paris. Il milite pour le développement des régions, alors que malgré l’ouverture de ses centres régionaux, la CGEM restait avant tout une association casablancaise. Lui aussi fut au cœur de dissensions internes à la CGEM, et en franche opposition avec le président H. Chami et son équipe.

73Le statut de Fédération interne à la CGEM bridait les velléités d’autonomie de cette association, qui budgétairement et statutairement dépendait de la Confédération. Plus encore pour une structure censée représenter les PME/PMI (l’essentiel en nombre d’unités de production, du tissu des entreprises marocaines), le peu d’associations qui en étaient membres sapait sa représentativité, d’autant que les autres fédérations organisées autour de secteurs d’activités regroupaient elles-mêmes un nombre important de PME/PMI. Cette fédération sans histoire, sans passé, fut au centre de rapports de forces importants au sein de la CGEM, démontrant s’il en était besoin les enjeux que revêtait le contrôle de cette dernière. Au-delà de la représentation du tissu économique marocain, il s’agissait bien de prendre – ou de garder – le pouvoir d’une association qui parlait au nom des entreprises, d’une « guerre des patrons », instrumentalisée par les pouvoirs publics. On sait qu’une stratégie récurrente de la monarchie marocaine, pour éviter l’émergence de contre-pouvoirs trop puissants fut d’attiser des conflits et de jouer des clivages ; de diviser pour mieux régner. Ici, néanmoins, en deçà de cette dimension, ce sont des groupes concurrents, des générations différentes qui s’affrontent au sein de la Confédération. Elles révèlent à la fois l’hétéronomie du monde patronal et l’hétérogénéité des intérêts qu’elle peut potentiellement défendre. La Fédération des PME/PMI, par exemple, se plaignit, à plusieurs reprises d’être marginalisée ou pénalisée par certaines lignes directrices adoptées par la direction. Plusieurs dossiers épineux divisèrent au sein de la CGEM des opérateurs investissant dans des domaines différents : l’adoption d’une loi sur les accidents du travail (2002) (voir chapitre VI) divisa le secteur de l’assurance à l’AMITH, l’ASMEX (les associations des industries textiles et des exportateurs) et la Fédération des PME/PMI. L’adoption du nouveau code du travail mit en porte à faux l’AMITH avec la direction de la CGEM. Les négociations avec les États-Unis pour un accord de libre-échange (2004) furent fortement critiquées par la Fédération des PME/PMI, etc.

  • 34 « Le bureau accepte l’externalisation de la FPME », CGEM infos, n° 2507, 21 octobre 2005, 9.

74Les dirigeants de la CGEM acceptèrent le principe d’externalisation de la Fédération des PME/PMI en 2005, « sous réserve que ses futurs statuts soient soumis et approuvés par le bureau de la CGEM, et la compétence en matière de traitement des questions sectorielles soit clarifiée »34. Lorsqu’il arriva au pouvoir, M. H. Elalamy, homme de rupture par rapport à ses prédécesseurs, dissout finalement cette fédération, créa une commission intersectorielle des PME/PMI et nomma H. Kessal vice-président de la CGEM. Les relations entre la CGEM et les PME/PMI demeurent problématiques, mal réglées et continuent d’être instrumentalisées contre la Confédération. En conflit avec le patron des patrons en 2005, le ministre de l’Intérieur réitérait la lancinante critique, sur un mode plus dénonciateur que démonstratif (finalement, l’accusation de non-représentation des PME/PMI est peu étayée d’indicateurs clairs, les fédérations elles-mêmes pouvant rassembler un nombre important de petites et surtout moyennes entreprises, dans de nombreux secteurs) :

  • 35 F. Agoumi, « Les Confidences du ministre de l’Intérieur », La Vie économique, 15 juillet 2005.

« Je rends hommage à ces entrepreneurs qui se battent jour après jour, pour améliorer les performances de leurs entreprises, créent de l’emploi et investissent dans la clarté et la transparence qu’imposent les règles de la compétition et de l’État de droit. Je vous rappelle au passage que 90 % de ce tissu entrepreneurial sont composés, pour l’essentiel, de PME/PMI non représentées au sein de la CGEM »35.

75Durant les premières années du mandat de A. Lahjouji, l’organigramme de la Confédération se modernisa donc. Des unités régionales furent créées pour étendre la présence de l’association à l’ensemble du territoire. Elles restèrent modestes, à l’exception de certains cas où le tissu industriel local était organisé, comme à Tanger, où l’Association de la zone industrielle de Tanger (AZIT) fédère un nombre significatif d’opérateurs économiques. Les réunions nationales de la CGEM se déroulèrent toutes à Casablanca qui demeure le principal pôle d’action de la CGEM. Sous la houlette d’A. Benkirane, est fondé le Conseil de la médiation et de l’arbitrage, Majlis el-Umana, pour suivre les négociations de dialogue social qui s’ouvraient alors et créer une institution de médiation sur les conflits sociaux.

76La CGEM se dota également de commissions dont le nombre alla croissant au gré des problématiques reconnues comme préoccupant légitimement les chefs d’entreprise. Parmi les plus médiatisés, un Comité d’éthique devenu Commission de l’éthique et de la bonne gouvernance, puis Commission de lutte contre la corruption, fut créé en étroite complicité avec la section marocaine de Transparency Maroc. Le fondateur de Transparency Maroc, un ancien militant d’extrême gauche, parmi les plus anciens détenus politiques, était l’un des membres éminents de cette structure. Il fut présent dès 1996 dans des délégations officielles de la CGEM. Plus récemment, c’est A. Aboudrar, militant de gauche et ex-détenu politique, lui encore, secrétaire général de la Caisse de dépôt et de gestion et membre actif de Transparency Maroc qui fut nommé responsable de la Commission de lutte contre la corruption.

Compter, se compter et régler ses comptes

77Ceci étant, la force du nombre resta un serpent de mer dans les discours sur la représentativité de la CGEM. En 1997, pour un journaliste économique réputé :

  • 36 Entretien responsable de l’Économiste, 17 mai 1997.

« Le problème de fond pour la CGEM, c’est sa représentativité. Quelle est leur représentativité ? Quand ils signent le Gentlemen’s agreement, ils le signent pour 40 ou 50 personnes… il faut voir combien paient leurs cotisation »36.

78Six années plus tard, au moment du renouvellement du mandat de H. Chami, malgré les transformations de l’association, le même argument revenait, exacerbé par l’offensive du président de la Fédération des PME/PMI :

  • 37 M. Jibril, « Le patronat marocain à la recherche de sa mutation », La Gazette du Maroc, 7 juillet (...)

« Quelle est précisément la base économique de la CGEM ? Sur environ 70 000 employeurs affiliés à la CNSS, seules un peu plus de 2 000 entreprises emploient plus de 100 salariés et contribuent à une part essentielle du chiffre d’affaires et des cotisations sociales. Les 125 associations et fédérations affiliées à la CGEM représentent un tissu de 20 000 entreprises. Ce tissu d’entreprises industrielles, commerciales et de services est très contrasté et dominé par la concentration des grands groupes et l’émiettement des PME »37.

79Quant aux responsables de la CGEM, ils n’eurent de cesse, dans leurs propos comme dans le travail de réforme de la Confédération que de nourrir leurs rangs :

  • 38 Entretien responsable CGEM, 26 février 1996.
  • 39 M. Benabid et A.Rboub, « L’ouverture dicte de nouveaux modes de gouvernance. Entretien avec H. Cha (...)

« Il ne faut pas analyser les choses comme en Europe. Mais on peut regarder les chiffres. Il faut voir qu’au Maroc, en général, il y a un faible taux d’appartenance aux associations. Regardez le sondage qu’a fait Le Journal. Et dans le milieu patronal, le taux doit représenter environ 25 %. Indirectement à la CGEM, on doit représenter 15 000 membres. C’est-à-dire 130 associations professionnelles, c’est-à-dire 13 000 adhérents et à peu près 2 000 adhérents directs. Par exemple l’AMITH est comptée comme un seul adhérent mais elle a 800 adhérents elle-même. Et il y a environ 90 000 sociétés anonymes inscrites au registre du commerce. Ça fait environ 16 %. 40 000 personnes physiques. (...) Donc, pour revenir à votre question, on n’est peut-être pas représentatifs en termes de chiffre, mais en termes de légitimité, dans la mesure où personne ne le conteste et dans la mesure où nos propositions vont dans le sens de l’intérêt de l’entreprise »38.
« On parle de 2 900 membres à la CGEM alors que la CFCIM, par exemple, compte plus de 5 000.
– Très sincèrement, donnez-moi la possibilité de donner des visas aux gens et je vous amène 200 000 entreprises. Il y a surtout le visa, si vous enlevez cet aspect, le nombre d’adhérents va baisser dans toutes les chambres de commerce. Moi, je n’oblige pas les gens à adhérer. Ils viennent volontairement et paient leurs cotisations volontairement. Je n’ai aucune contrainte. En Tunisie, toutes les entreprises adhèrent au patronat. Parce que c’est imposé par l’État »39.

80Compter et se compter. Si l’on s’en tient aux chiffres officiels donnés par le ministère du Commerce et de l’Industrie, 65 000 entreprises structurées sont inscrites aux patentes et 8 500 entreprises sont répertoriées sur l’annuaire Kompass au début des années 2000. Les électeurs de la CGEM passent de 700 en 2000 à 2 200 en 2002. Il faut dire que parmi ses membres certains sont actifs, d’autres passifs. Si d’aucuns peuvent opter pour la stratégie du passager clandestin – profiter des bénéfices de mobilisations coûteuses acquises par d’autres –, d’autres sont tout simplement répertoriés sur les listes de la CGEM par l’intermédiaire de leurs fédérations, elles-mêmes membres de la Confédération. Ceci se vérifie à la veille des élections. Ne sont autorisées à prendre part aux votes que les entreprises adhérentes à jour de leurs cotisations. Cela donne lieu à des pratiques de décomptes et de règlement de compte. Les listes électorales sont corrigées avant les scrutins, par l’administration de la CGEM en fonction de l’état des cotisations, moyen de pression important aux mains des dirigeants en place. Dès son arrivée à la présidence, M. Hafid Elalamy déclara sa volonté « d’en finir avec les situations irrégulières », une façon non seulement de revoir la liste des membres de la Confédération mais également d’intervenir sur la direction de certaines fédérations, par exemple celle des BTP, présidée depuis plusieurs mandats par l’un des membres de l’ancienne équipe. Leurs challengers employèrent d’autres moyens pour compter : nombreux arriérés, de plusieurs années, furent réglés au moment des scrutins serrés. Ainsi, à la veille du scrutin, A. Debbagh, challenger de H. Chami affirmait à la presse :

  • 40 L. Bernichi, « L’Homme du changement », Maroc-Hebdo International, n° 563, 20-26 juin 2003.

« Je compte augmenter le nombre des adhérents de 2 600 à 3 200. La crédibilité de la CGEM est incontestable. Déjà, le nombre de votants a augmenté, de 2 600 contre 1 600, il y a 15 jours »40.

  • 41 Propos de H. Kessal, cité par F. Tounassi, « Une nouvelle ère commence », Le Journal Hebdo.
  • 42 A. Hmaity, « CGEM : second mandat pour Chami », L’Économiste, 20 juin 2003.
  • 43 A. Amourag, « Le patronat en crise », Maroc-Hebdo International, n° 623, 15-21 octobre 2004.
  • 44 Entretien ex-responsable CGEM, 9 mai 2007.

81Ces pratiques de bonne guerre complexifient en partie la question de savoir ce que représente la CGEM. Les décomptes des votes, en 1994, en 2000, en 2003 ou en 2006 furent également des moments où s’exacerbèrent les discours sur le « ce que nous sommes » ou sur « ce qu’ils sont ». Les grands patrons ou le tissu des PME/PMI ? L’ONA, la SIGER et le Palais par le biais de pressions sur les responsables patronaux ou au contraire un contre-pouvoir à l’autorité néopatrimoniale ? Une « nouvelle race d’entrepreneurs »41, le « clan moderniste et rajeunissant »42, la « vieille équipe de la CGEM »43 ? « Ceux qui ont osé dire non »44 ? Au clivage grands/petits groupes ou proximité/éloignement de la nébuleuse des affaires privées du Palais, jusque-là particulièrement mis en exergue, un groupe de dissidents représentant les plus importants groupes du pays, gagnants principaux des élections de 2006 opposèrent un discours de génération, comme si une nouvelle garde de chefs de grands groupes prenaient le pouvoir, à l’image du nouveau patron des patrons élu à 47 ans.

  • 45 Entretien responsable CGEM, 10 mai 2007.

« Je fais partie de cette catégorie de gens qui ont été accidentellement adoptés par la génération précédente. Nous sommes rares. Ils nous ont pris sous leurs ailes, sous leurs épaules. (…) Mais cette génération arrive à la retraite. Il y a de nouveaux produits, de nouvelles technologies. Les grands maestros sont débordés par le savoir de ceux qu’ils considéraient comme des ignorants. L’arrivée de Mohammed VI a accéléré le processus. Ils étaient en déphasage horaire. Ils ont joué au papa mais pas longtemps. Il avait besoin de vis-à-vis qui lui ressemblent. (…) mes propres enfants doivent me considérer comme un has been »45.

82L’argument est retourné par leurs adversaires :

  • 46 « Entretien avec H. Chami. “Notre système de gouvernance est flou” », La Vérité, 5-11 juillet 2005
  • 47 Entretien ex-responsable CGEM, 9 mai 2007.
  • 48 M. Kadiri, « Élections CGEM : qui fait peur aux patrons ? », L’Économiste, n° 2249, 5 avril 2006.

« Je ne comprends pas la politique de jeunisme. Chacun à sa place dans la société. (...) il faut choisir les personnes en fonction de la seule et unique valeur qui compte, à savoir leur compétence. Et non pas en fonction de leur origine sociale ou de leur âge. En plus, je pense que se baser sur ce principe, en disant qu’on doit prendre la place parce qu’on est jeune est signe d’incompétence. Cela revient à dire qu’on n’est pas en mesure de la prendre parce qu’on est compétent »46.
[À propos de l’absence de candidature pour les élections de 2006] : « Il y a un phénomène de peur chez les quadra et les quinquagénaires. Chami était ministre de Hassan II à 25 ans. Il a été un grand commis de l’État. Il n’a plus besoin de l’État pour mener ses affaires, il a des réseaux personnels forts. Et les jeunes se sont dit : voilà ce qu’on lui fait pour une interview [cf. plus loin] dans une petite publication. Qu’en sera-t-il de moi, patron de PME/PMI »47.
« On parle de rajeunissement de ce poste. Mais il faut que la personne soit disposée à investir ce poste. Quand on a 45 ans, que l’on construit sa carrière, il est difficile de se dégager »48.

83Dans tous les cas, les traductions du vote mêlent à chaque scrutin des références à la représentativité d’un tissu social hétérogène, voire à des effets de génération et à des clivages politiques.

  • 49 « CGEM / Lahjouji remporte les élections avec 2/3 des voix », L’Économiste, n° 139, 21 juillet 199 (...)
  • 50 Entretien responsable CGEM, 10 mai 2007.
  • 51 Entretien responsable CGEM, 16 avril 1997.
  • 52 M. Kadiri, « Élections CGEM : qui fait peur aux patrons ? », L’Économiste, n° 2249, 5 avril 2006.
  • 53 F. Tounassi, « Moulay Hafid Elalamy : un candidat du consensus ? », Le Journal Hebdo.
  • 54 « Patronat. Le putsch des grands groupes », Tel Quel, n° 225, 13-19 mai 2006.

« Dans la salle, des industriels chuchotaient que “M. Lahjouji est le représentant des grands groupes, alors que M. Belmadani celui des PME” »49.
« Lahjouji, c’est moi qui lui ai apporté les voix de l’ONA. Il a été élu grâce à l’ONA »50.
« Lahjouji était le candidat des grands groupes ?
– C’est complètement faux, c’est un effet de campagne. Parce que Fouad Filali le soutenait comme Saad Kettani. Mais lui-même est à la tête d’une PME »51.
« Un “candidat du pouvoir” (selon ses détracteurs) s’est retrouvé face à Chami. C’était Adnane Debbagh, responsable au sein de l’USFP, président de la Fédération des PME »52.
« En 2003, le match avait opposé un Hassan Chami, fort du soutien de la majorité et un Adnane Debbagh parti favori avec l’appui des grands groupes, à leur tête l’ONA, Akwa group et le groupe Bensalah. (…) La bataille pour les élections avait divisé la CGEM en deux clans : les proches de D. Jettou et ceux plus proches de la sphère royale »53.
« Depuis juin 2003, les grands groupes attendent leur revanche. Ils la tiennent aujourd’hui. C’est le fruit d’une longue préparation dont le choix du candidat n’est qu’un élément. Le “coup” aura vraisemblablement lieu avec la bénédiction de l’État »54.

  • 55 Idem.

84Ces décomptes se complexifièrent après une réforme des statuts en 2005 qui pondéra, pour les élections et les cotisations, la représentativité de chaque entreprise en fonction de sa taille – et permit d’augmenter par là le budget de l’association. Plus l’entreprise est importante, plus elle pèse dans la décision et paie de cotisation... Sans compter que les grands groupes, chapeautant de nombreuses entreprises, disposaient déjà d’un poids considérable (« les Chaâbi contrôlent plus de 80 sociétés avec une force de vote qui flirte avec les 300 voix »55) :

  • 56 « Patronat. Chami gagne la bataille des statuts », Tel Quel, n° 173, 15-22 avril 2005.

« Larbi Guedira, le numéro deux de Maroc , présent à l’AGE, a bien résumé la préoccupation majeure des mastodontes de la Confédération : “il est anormal qu’une entreprise qui réalise des milliards de dirhams de chiffre d’affaires ait le même poids qu’une PME” »56.

85Ces altercations puisent dans des arguments bien classiques, qui plus est en contexte électoral. Elles dénotent quoi qu’il en soit des entreprises concurrentes de balisages de la bonne représentation de l’entreprise. Non seulement, l’identité des porte-parole est en jeu, mais, très intimement associée au profil (et aux profits) personnel des candidats ; les stratégies pour défendre l’intérêt de l’entreprise le sont également. Ceci fut particulièrement évident lors de l’arrivée au pouvoir du dernier président, M. Hafid Elalamy. Il prit à rebours le discours sur les grands groupes, et plutôt que de se défendre comme les précédents d’être leur instrument, il renversa au contraire les soupçons, les images péjoratives associées à ce grand capital proche du pouvoir :

  • 57 Entretien responsable CGEM, 10 mai 2007.

« Ceux qui m’intéressent c’est ceux qui s’enrichissent beaucoup. Ceux qui épargnent, qui sont puissants. Je suis heureux de les voir baigner dans leur richesse. Tout en restant éthique bien entendu, c’est-à-dire qu’ils paient l’impôt, qu’ils sont justes avec leurs collaborateurs et leurs employés. Ca ne m’intéresse pas d’être à la tête d’une Confédération de bras cassés, de malades, de pauvres. Il faut fédérer les puissants, les opérateurs capables de faire face à la mondialisation et de protéger l’emploi. Je veux mettre sur un piédestal et faire un modèle de ceux qui réussissent. (…) gagner de l’argent n’est pas honteux »57.

86Ce discours décomplexé s’accompagne à nouveau d’une réforme des structures de la Confédération et d’un renouvellement total de l’équipe. Le nouveau patron des patrons annonce « réconcilier » les grands groupes avec l’association et l’affiche. Il se dote de vice-présidents emblématiques : F. Chaâbi, le fils de M. Chaâbi qui « ne pouvait pas, vu sa taille, rester en dehors de la CGEM », Y. Alaoui, Kh. Azbane et H. Kessal, le président de la Fédération des PME/PMI qui se dissout :

  • 58 M. Benabid et R. Rami, « Entretien avec Moulay Hafid Elalamy, président de la CGEM », L’Économiste(...)

« La CGEM est à la disposition des PME. Mais pour pouvoir tirer les PME vers le haut, il faut que la CGEM soit appréciée et encouragée par les grands groupes, raison pour laquelle nous travaillons pour réconcilier les grands groupes avec la Confédération »58.

87Il use de son pouvoir de cooptation pour faire entrer dans l’instance dirigeante « le gratin des affaires » : A. Akhannouch, le président de l’ONA S. Bendidi, les patrons du groupe Banque populaire et de Attijariwafabank, S. Kettani, S. Karim Lamrani, M. Bensalah, etc. À la tête des commissions également arrivent de nouvelles personnes, à l’instar de M. Terrab, patron de l’OCP, à la tête de la commission « Économie », l’ancien secrétaire général de la CNSS, patron de la branche immobilière et touristique de l’ONASIGER, etc.

88Ces règlements de compte ont à la fois une portée interne et une dimension politique, puisqu’au fond, c’est à chaque fois le leadership des entrepreneurs qui se joue, tant dans la nature de ses relations à ses followers, au tissu des entreprises marocaines dont la Confédération serait le représentant autorisé dans les transactions aux pouvoirs publics et à l’administration. Ces derniers usent une panoplie variée d’outils de subordination, de l’usage de la violence lors de « l’assainissement », la menace de contrôles fiscaux à des techniques plus invisibles et routinisées inscrites dans l’histoire sociale de ces individus et groupes qui côtoient professionnellement, socialement, les sommets de l’État. Ceci n’empêche pas l’association de se déployer comme un groupe d’intérêt sachant varier ses ressources et ses modes d’actions en fonction des enjeux et des contraintes.

Des ressources de mobilisation diversifiées

  • 59 Interview de A. Lahjouji dans Jeune Afrique Économie, n° 219, 3 juin 1996, 85.

89La Confédération eut recours à d’autres techniques éprouvées par la plupart des groupes d’intérêts pour donner du poids à sa voix, en particulier le recours à l’expertise. Comme tout groupe d’intérêt organisé, elle entreprit un effort pour la production de rapports, d’analyses, d’audits. Elle présenta, supervisa ou s’associa à des colloques. Elle publia, outre CEDIES puis CGEM Infos, « La tribune des entreprises du Maroc », son bulletin hebdomadaire, de petits ouvrages « pratiques » à l’adresse de ses membres : sur les nouvelles dispositions législatives, ou des documents à l’attention de partenaires internationaux. De manière indicative et absolument pas exhaustive, notons qu’en 1996, elle signa une convention avec le Centre marocain de conjoncture afin, selon son président, « d’affiner notre connaissance des problèmes de notre entreprise de façon scientifique »59. Sur chacun des dossiers, fiscaux, législatifs, etc., sur lesquels s’engagea la CGEM, des rapports, des études, furent réalisés, souvent en partenariat avec des cabinets d’études nationaux ou étrangers. Lorsqu’elle proteste contre la délégation de la gestion de l’eau, de l’électricité et de « l’assainissement » de la Lydec à Casablanca c’est au moyen d’une contre-expertise du contrat.

90Elle fut, à partir de 2000, la structure d’accueil de deux PAAP, Programmes d’appui aux associations professionnelles, financés sur le fonds MEDA par l’Union européenne, dans le cadre de l’accompagnement de la mise en œuvre de l’accord d’association. Dans ce cadre, furent soutenus des projets de renforcement institutionnel d’une trentaine d’associations professionnelles partenaires, améliorées des supports de communication et menées quelques études sectorielles.

91Mais surtout, un troisième outil privilégié par la CGEM, à partir de 1996 – et la campagne « d’assainissement » –, fut celui du recours au registre de la moralité et de la vertu. Dans les pages et chapitres qui précèdent, nous avons eu l’occasion d’évoquer l’image de son président, telle qu’elle s’est forgée au cours de la campagne « d’assainissement » en particulier. Sous les feux de la rampe, face à la férule du ministère de l’Intérieur, la nouvelle équipe dirigeante en la personne de A. Lahjouji principalement, usa d’une ressource finalement classique : celle du discours de l’éthique et de la moralité par opposition à des pratiques dénoncées comme corruptives.

  • 60 A Lahjouji, « Droit à l’indignation et assainissement », L’Économiste, n° 2010, 29 avril 2005.

« Ce droit à l’indignation, affirme A. Lahjouji lorsqu’il se lance quelques années plus tard, comme nous le verrons plus loin dans une aventure partisane, au nom duquel nous avions contesté le bien-fondé de la campagne d’assainissement et ses implications, a contribué à la refonte de tout un pan de notre arsenal juridique et socioéconomique. Aujourd’hui, il apparaît comme le ressort idéal d’un renouveau national et comme un levier de mobilisation, prêt à agir à chaque fois que le bien-être individuel ou collectif est menacé »60.

92Le président de la CGEM, s’appuyant sur le ministre des Finances et de l’Industrie de l’époque, le futur Premier ministre D. Jettou, se dressa comme on l’a vu contre l’iniquité de la campagne « d’assainissement ». Il protesta au cours de son mandat contre des procédures de concessions publiques. Il s’indigna, avec son association, des pratiques de privatisations de gré à gré, et d’absence de transparence en général dans les marchés publics.

93Derrière le slogan de « l’entreprise citoyenne » puis « l’entreprise citoyenne et sociale », puis « l’entreprise citoyenne et sociale en action », les porte-parole de la CGEM, usant des médias, s’approprièrent le langage de la responsabilité et de l’indépendance. Dans son rôle de groupe d’intérêt, il adressa un mémorandum au nouveau gouvernement « d’alternance » et appela à une « réforme de l’administration, où sévissent les pesanteurs bureaucratiques, le népotisme, la corruption et le clientélisme », une « réforme de l’appareil judiciaire », une « réforme de la législation sociale et de la formation professionnelle ».

94Après avoir institué un comité d’éthique dans ses structures, la confédération envoya aux médias et à chacun de ses membres une missive, la Déclaration pour l’éthique de l’entreprise, dispositif de plus dans son argumentaire libéral. Les leaders patronaux la présentèrent comme un gage de bonne volonté supplémentaire et une façon de se poser en « avant-garde » du patronat, dans la même veine que la création du comité d’éthique, la signature du Gentlemen’s agreement, l’adoption d’un Code de déontologie, ou encore la rédaction d’une charte de la qualité. Aujourd’hui, de la même façon, arrivant en fonction, la nouvelle équipe crée une commission « label CGEM » sous la présidence de M. Hafid Elalamy, le président de la Confédération.

  • 61 Ce processus constitutif du déploiement de groupe d’intérêt est décrit par M. Offerlé, 1994, 70.

95Depuis 1994 donc, la CGEM est entrée dans l’espace médiatique derrière des présidents emblématiques qui prennent, à tour de rôle, la parole pour l’entrepreneur marocain, lui donnent une voix et, à travers les qualités qu’ils exposent, lui donnent corps. Elle change de structure, se réforme en interne, gagne des prérogatives dans plusieurs arènes. La mue de la confédération est manifeste. L’alchimie prend en large partie. Petit à petit, dans la presse, dans les discours publics, dans les conversations plus intimes, la CGEM devient « le » patronat, y compris dans les disputes pour sa direction. Elle désigne l’intérêt, celui de l’entreprise et des entrepreneurs, et se l’approprie61. Son territoire s’est étendu, ainsi que le nombre de ses adhérents. Ses interlocuteurs, les pouvoirs publics en particulier, les syndicats ouvriers, la reconnaissent en tant que telle, avalisent de facto sa fonction, en négociant et signant des accords avec elle. Sa représentativité s’en est trouvée confortée, ce qui ne clôtura pas pour autant le débat sur la place de la CGEM dans l’échiquier professionnel et associatif marocain ni surtout la légitimité de ses dirigeants à la représenter. Cependant que la virulence de conflits autour de son leadership enregistre, a contrario, le consensus qui se dessine sur le rôle de la CGEM à être l’instance des « entrepreneurs » du Maroc – au fond, la forme publique des litiges porte sur les qualités des uns et des autres à en être le meilleur des représentants.

96La mise en représentation de la CGEM ne fut pas le seul fait d’une instrumentalisation mécanique d’un groupe dominant qui entendait redéployer son pouvoir. L’efficacité de la mobilisation n’est pas anodine : elle se manifeste dans le travail du groupe sur lui-même, dans sa capacité également à s’imposer comme interlocuteur, partenaire ou adversaire comme nous allons le voir dans le chapitre qui suit. On constate également que dans ces différents antagonismes et concurrences, ces manipulations en coulisses ou prises de parole publiques, la direction de la CGEM s’est remarquablement chargée d’enjeux : des enjeux politiques, à savoir la représentation d’intérêts dont on a vu qu’ils ne concordaient pas nécessairement ou encore des relations complexes au Palais ; mais aussi des enjeux symboliques autour de la définition des territoires de la CGEM. À ce jeu, alors que l’entreprise devient une affaire de société – et on a vu que certains prétendent « gérer la société comme une entreprise » – la question des rapports de la CGEM au politique et à la politique s’avéra minée.

Les liaisons dangereuses : la CGEM fait-elle de la politique ?

97L’épisode de « l’assainissement » avait pris la forme d’un rite de passage. Le président de la confédération changeait de statut, le temps de l’affrontement et incarnait une nouvelle figure du pouvoir, du moins en termes de représentation sociale. La part du spectaculaire ou du sensationnel joua sur les dispositions symboliques, les pratiques fortement codées et les projections parfois dramatisées que les dirigeants de la Confédération pouvaient se faire du pouvoir. Ceci ne me semble pas négligeable mais au contraire tout aussi intéressant que d’autres outils de subordination, voire de domestication, également en jeu. En l’occurrence, les démonstrations du pouvoir de la CGEM dans un champ politique structuré et dominé par le Palais s’appuyèrent sur ce fait d’armes. À l’époque, cela avait frappé les esprits. Après les années de plomb, à la toute fin du règne de Hassan II, un ancien détenu politique marxiste-léniniste à la tête d’une toute petite entreprise de pièces détachées d’automobiles allait jusqu’à penser que :

  • 62 Entretien 6 février 1997.

« On peut dire qu’en ce moment, la CGEM est le seul véritable opposant à l’État : elle est la seule à limiter son intervention. Dans le domaine économique bien sûr. Mais elle a du pouvoir, et sait éviter le contrôle de l’administration »62.

98Mais, on a vu aussi que les moyens de contenir ou de faire pression sur l’association furent nombreux, plus ou moins sophistiqués, et qu’ils continuent de l’être.

  • 63 A. Amourag, « Des patrons dans le vent », Maroc-Hebdo International, n° 579, 7-13 novembre 2003.

99À côté de la force directe d’un ministre de l’Intérieur et de ses brigades économiques et financières, les interactions entre le patronat marocain, plus spécifiquement la CGEM, et le politique, plus particulièrement le Palais, sont ambivalents. Ne serait-ce que parce que principal actionnaire de la SIGER, le souverain marocain, est l’un des principaux représentants du capitalisme marocain. On l’a vu avec la prise de pouvoir de M. Hafid Elalamy, réputé proche des milieux de l’ONA – mais parfois en différents économiques avec eux –, les alliances et mésalliances entre grands groupes se répercutent naturellement dans la vie de la Confédération des entreprises du Maroc. Les petits coups, les rapprochements ou les grandes opérations dans les domaines financiers ou de l’investissement façonnèrent des clans, influencés en partie par les intérêts particuliers des hommes d’affaires dont s’entoure Mohammed VI. Le rôle occulte ou plus manifeste de M. Majidi, le secrétaire particulier du souverain à la tête du réseau d’affichage le plus important du Royaume et président de SIGER, est souvent évoqué. Un peu rapidement, des médias le surnomment « le commandant de la nouvelle génération d’hommes d’affaires »63. Après son élection difficile de 2003, H. Chami organisa d’ailleurs une réunion à Tanger en présence de M. Majidi pour discuter des réorientations de la CGEM. Si la rencontre était discrète, elle fut rapportée par la presse, comme pour signifier une trêve entre H. Chami et le monde des affaires proche du Palais.

  • 64 Voir à ce sujet l’enquête fine et détaillée de H. Hamdani et F. Iraqi, « L’empire Akhennouch », Te (...)
  • 65 Ibid.

100Dans les années 2000, le cas de A. Akhennouch, homme d’affaires du Souss, est également régulièrement mentionné pour illustrer le redéploiement des affaires du sérail. L’héritier du groupe Akwa est à la tête du plus important groupe de communication du Royaume (il possède par exemple La Vie économique), il s’est énormément enrichi en 2002 après l’incendie à Mohammedia de la raffinerie de la SAMIR – pour la privatisation de laquelle il s’était porté en vain acquéreur. Pour éviter la pénurie de pétrole, il importe des hydrocarbures à la place de la SAMIR. À l’aide d’un prêt décisif de Attijariwafabank, la banque de l’ONA, qui lui est accordé contre un concurrent pourtant mieux offrant, il rachète la SOMEPI à partir de laquelle il s’impose en leader national des hydrocarbures (comme on l’a vu plus haut, les sociétés pétrolières avaient été reprises par des groupes étrangers)64. Autrefois réputé proche du puissant ministre de l’Intérieur D. Basri, président du conseil de Région du Souss-Massa-Drâa, A. Akhennouch est présenté comme « l’œil du numéro 2 de la Maison Maroc dans le monde des affaires »65. Certains le désignèrent comme l’un des principaux instigateurs de la dissidence à H. Chami. Indice de sa puissance, ce personnage en affaires avec le palais, leader d’un important groupe industriel, est nommé en octobre 2007 à la tête du stratégique ministère de l’Agriculture dans le gouvernement de Abbas Al Fassi.

101La question de l’emprise de groupe tels que l’ONA sur la CGEM, dont on a vu qu’elle est manifeste mais pas sans contrepouvoirs efficaces, n’épuise pas la question des relations à géométrie variable de la CGEM au politique. En tant que groupe d’intérêt organisé, prenant parole publiquement, la Confédération se situe de facto dans un espace politique où se joue la définition de biens communs, de l’intérêt collectif, etc. Le développement même de son activité façonna de nouvelles scènes de mobilisation et d’action politique, elles-mêmes déterminées par les prédispositions des acteurs associatifs et les situations dans lesquelles elles s’organisèrent. Comme souvent, le plaidoyer s’y révéla une entreprise coûteuse et fortement encadrée par les pouvoirs publics. En particulier, lorsque son action sort des sentiers battus et se désectorise, la sanction est rapide et le coût de l’engagement devient exorbitant.

La « bonne distance »

102Régulièrement, à propos des rapports de forces entre la presse et l’administration en particulier, à propos des revendications politiques plus généralement sont évoquées au Maroc les « lignes rouges ». Cette métaphore, imprécise à souhait, explique sans expliquer pourquoi, notamment dans un contexte de fluidité, de redéfinition assez rapide du tolérable et de l’intolérable pour le régime, la sanction tombe ou ne tombe pas contre un journaliste, un dissident, ou autre. La ligne rouge n’existe qu’à l’expérience, lorsqu’elle est franchie. Elle fonctionne comme un discours d’autorité. Elle désigne à rebours les lieux et les objets où se substantialise l’exercice de l’autorité, un exercice négocié et disputé. La métaphore de la ligne évoque également les territoires et les domaines de chacun, les fonctions politiques sinon assignées. Franchir la ligne signifie alors agir ailleurs, bouleverser une répartition systémique des rôles et remettre en cause le consensus sur la distribution des rôles. Ou bien au contraire – et simultanément –, l’idée que la ligne a été franchie est invoquée lorsqu’on cherche à assigner un rôle et non pas à le défendre.

  • 66 « Entretien avec H. Chami. “Notre système de gouvernance est flou” », La Vérité, 5-11 juillet 2005

103Si l’on avait pu imaginer que A. Lahjouji franchirait la « ligne rouge » en 1996 au moment de « l’assainissement » – ou peut-être les patrons l’avaient-ils fait avant, ce qui justifiait la campagne du ministre de l’Intérieur –, il semble que son successeur l’ait transgressée, en répondant en juillet 2005 à une interview à un hebdomadaire66. Si cette ligne indéfinie n’existe que dans les imaginaires, les réactions à cette interview sont fort instructives quant à la normalisation de la mobilisation patronale. L’entretien paru dans un contexte où, nous venons de le voir, le président de la CGEM était en prise à des dissidences internes, à des critiques publiques sur l’investissement du secteur privé et des pressions fortes des grands groupes. Un an avant la fin de son second mandat, il s’exprimait longuement sur l’environnement des affaires et le système de « gouvernance » qu’il estimait encore préjudiciable pour les entreprises.

  • 67 Ibid.

« Aujourd’hui notre système de gouvernance est flou. Qui est responsable de quoi ? Vous le savez vous ? Tant que le circuit de la décision n’est pas connu, on ne peut pas avancer »67.

104Il prenait la défense du Premier ministre, dont il était réputé proche, et affirmait que si on le lui proposait, il refuserait un tel poste dans ces conditions.

« Comment peut-il être responsable de l’administration quand il n’est pas capable de nommer un directeur ? ».

  • 68 « Le patronat peut se révolter », Tel Quel, n° 205-206, 26 décembre 2005 au 8 janvier 2006.
  • 69 A. Mansour, « Hassan Chami crache dans la soupe », Maroc-Hebdo International, n° 662, 22-28 juille (...)
  • 70 Ibid.
  • 71 K. Tritky, « Bravo », Tel Quel, n° 185, 16 au 23 juillet 2005.
  • 72 « Elalamy, j’ai décidé de mener campagne comme s’il y avait plusieurs candidats », Le Journal Hebd (...)
  • 73 Ibid.

105Les réactions politiques à cette interview furent singulièrement virulentes. H. Chami fut mis au ban : le Premier ministre se tut, le ministre de l’Intérieur lui répondit sèchement par voie de presse. H. Chami fut l’objet d’un contrôle fiscal et ne fut plus invité aux réceptions officielles du Palais. Dans le milieu des affaires, ce fut l’occasion pour ses challengers de se positionner, tandis que parmi ses défenseurs, la presse « indépendante » notamment, on saluait son « coming out » 68ou l’on en fit le bouc émissaire d’une guerre entre un capitalisme organisé cherchant l’autonomie et le bras économique du sérail (« le Palais à l’assaut du patronat » titre le Journal Hebdo). Que lui reprochait-on ? Une double transgression toute relative. D’abord, de « cracher dans la soupe » 69autrement dit d’être ingrat, lui qui avait été un grand commis de l’État : « création de l’État, la bourgeoisie marocaine n’a pas la reconnaissance du ventre »70. Ensuite, de faire de la politique. D’avoir franchi une double ligne rouge (« il a dépassé les limites qu’il s’est toujours fixées, certainement pas par pudeur »71), de sortir du domaine réservé de l’entreprise… et de la bourgeoisie. « La CGEM n’a pas à être pour ou contre un gouvernement. (…) il y a une distance normale à conserver. La CGEM prétend aujourd’hui, ou du moins le demande, à une indépendance. Mais c’est à elle de préserver cette indépendance » 72affirme au début de sa campagne le futur président M. Hafid Elalamy. « C’est une erreur monumentale [de parler de bonne gouvernance]. Ce n’est pas à la CGEM de parler de gouvernance. Ça regarde les partis politiques et les journalistes »73.

  • 74 Entretien 10 mai 2007.
  • 75 « Elalamy, j’ai décidé de mener campagne comme s’il y avait plusieurs candidats », Le Journal Hebd (...)

106Les dessous de l’affaire sont certainement complexes et conjuguent des motifs personnels à des questions plus institutionnelles. Notons simplement que l’un des principaux enjeux ici, outre les clivages entre différents clans pour le leadership de la Confédération, résidait dans la définition des territoires de compétences de H. Chami, comme si ses déclarations sur le politique désectorisait sa position et la rendait plus déstabilisante pour le régime. Or, la « juste distance » au politique relève d’une gageure pour les leaders de l’association qui doivent être assez proches de l’administration pour défendre les intérêts de l’entreprise (« nous avons de l’écoute » s’enorgueillissent les responsables actuels74) mais pas trop non plus sous peine d’être marginalisés ou au contraire neutralisés, en tout cas en prise au discrédit. Les opposants à H. Chami, eux-mêmes accusés d’être trop en connexion avec le Palais, lui reprochèrent par exemple d’être trop proche de D. Jettou : « Nous sommes passés d’une opposition farouche à une connaissance amicale où on se bougeait plus le petit doigt dans l’économie sans demander l’accord d’un ministre qui n’y connaissait rien » 75accusa le candidat M. Hafid Elalamy, lors de sa campagne, qui ne manquait d’ailleurs d’égratigner au passage le Premier ministre.

  • 76 La deuxième chambre sera composée pour trois cinquièmes de représentant des collectivités locales, (...)

107La problématique de la distance à la politique et au politique s’est régulièrement posée à la CGEM dans les années 1990-2000. Elle fut singulièrement réglée de façon différente selon les situations, illustrant s’il en était besoin à quel point elle relève de la conjoncture, de tractations, plus que d’une organisation systématique des rôles sociaux. En 1997 à l’occasion des élections législatives, la CGEM s’interrogea sur la place à laquelle elle pouvait prétendre dans le processus électoral. La réforme de la Constitution de 1996 avait institué une seconde chambre, la Chambre des conseillers élus au suffrage indirect, dans les collèges locaux et dans des collèges de représentations professionnelles76. Jusqu’alors, un tiers des députés étaient élus de cette façon et c’étaient les CCIS qui assuraient l’organisation de l’élection de dix représentants des secteurs du commerce et de l’industrie. La réforme des institutions accordait un rôle accru à ces grands élus, plus nombreux et organisés dans une chambre autonome, qui pouvaient sanctionner la politique du gouvernement et proposer des lois.

108Aux lendemains de « l’assainissement », alors que A. Lahjouji venait d’être réélu sans opposition, des membres de la CGEM évoquèrent la possibilité de présenter à ces élections professionnelles des listes sous la bannière de la confédération. Devant cet appétit, les responsables des CCIS rappelèrent qu’ils étaient légalement les seuls représentants des employeurs vis-à-vis des pouvoirs publics locaux et nationaux. Après des débats en interne, la CGEM renonça au projet, tout en encourageant ses membres à participer aux élections dans les CCI.

109Quelques mois auparavant, la nouvelle équipe avait appelé à voter positivement la réforme de la constitution. Elle s’était prononcée sur cette question politique pour signifier son adhésion au régime et à ses institutions. Mais, en ce qui concerne l’élaboration d’une liste CGEM aux élections législatives, les enjeux étaient différents et se heurtèrent à la fois à des pressions externes et à des obstacles internes à la Confédération. Une telle liste aurait affirmé une solidarité politique au sein de la CGEM. Mais les coûts anticipés d’une telle décision étaient importants et pouvaient déstabiliser la « maison » du fait des affinés politiques divergentes de ses membres et l’interprétation politique qui pouvait en être faite également. Les entrepreneurs étaient-ils prêts à s’engager dans un nouveau bras de fer avec l’administration ? Certains anticipèrent et l’on remarque au passage, qu’en l’occurrence, le problème tout relatif de la juste distance au politique y est exprimé très différemment :

  • 77 M. Mouslim, « Les ambitions avouées de la CGEM », La Vie économique, 6 mars 1996.

« Donc, la CGEM va faire de la politique. On ne paraphrasera pas Molière pour dire qu’elle en faisait sans le savoir, puisque l’association des patrons s’est prononcée régulièrement sur des questions politiques importantes. Mais en acceptant de siéger, en tant qu’institution au sein de la Chambre des Conseillers, la CGEM devient cette fois acteur politique à part entière. Comme les partis, comme les syndicats, le patronat aura non seulement à juger l’action du gouvernement mais surtout à le sanctionner »77.

110La décision de ne pas constituer de liste ne freina pas les ambitions de la CGEM de s’exprimer sur la gestion des affaires publiques. La confédération patronale revendiqua non seulement un droit de regard sur des dossiers qui la concernaient de près ou de plus loin, mais aussi une capacité relative à faire pression, à infléchir les politiques publiques. Lors de la longue composition du gouvernement au cours des mois de janvier, février et mars 1998, la CGEM fut plusieurs fois contactée, en tant que représentant du patronat, au même titre que les syndicats, lors de rencontres par exemple entre des délégations de la CGEM et le bureau politique de l’USFP en janvier 1998. Elle fut ensuite sollicitée une fois que A. Youssoufi fut nommé Premier ministre. Il s’agissait de faire valoir les intérêts généraux du patronat marocain, face à un gouvernement qui donnerait sûrement une place importante au social. La CGEM exprima alors au futur chef du gouvernement ses attentes, les dossiers qu’elle lui soumettrait, les mesures qu’elle considérait prioritaires, etc. En mars 1998 elle adressa au gouvernement un mémorandum publié dans la presse, où ses porte-parole exprimaient à la fois leur satisfaction par rapport au changement de gouvernement, mais affichaient aussi quelques craintes quant à ses orientations socialistes. Ils se prononçaient sur leurs positions au sujet d’une dizaine de dossiers, depuis la réforme de l’administration, jusqu’à des questions de fiscalité ou encore de législation du travail (M. Catusse, 1998). Au fond, l’interview de H. Chami ne rompt pas vraiment avec cette histoire.

111La CGEM fut également régulièrement sollicitée sur des questions plus spécifiques et de façon plus privée : certains de ses cadres, par exemple, furent contactés au sujet de l’élaboration du programme gouvernemental de l’USFP. Le même scénario se reproduit en 2007 avec la nouvelle équipe. H. Kessal, vice-président de la CGEM est l’un des rédacteurs du programme économique du Parti travailliste, créé en 2005 par des syndicalistes et ex-membres de l’USFP, sous la direction de A. Benatiq. À la fin du printemps 2007, les partis présentèrent leur programme, en particulier à la CGEM qui, de son côté, invita les formations à exposer leurs idées. Le nouveau président de la CGEM, M. H Elalamy, qui s’était insurgé contre les prises de positions politiques de son prédécesseur, apporta un soutien affiché à Daba 2007 (2007 maintenant) qui s’était organisée sous la houlette de N. Ayyouch (l’initiateur de la Fondation Zakoura). Avec d’autres hommes d’affaires en vue, il fut des fondateurs de cette association qui s’était donnée pour mission de mobiliser l’ensemble des Marocains pour les élections, de « revaloriser et réhabiliter l’action politique, d’œuvrer pour l’ouverture des partis politiques à de nouvelles élites économiques et intellectuelles », de pousser les partis politiques à préciser leur pensée, voire leur programme...

112C’est aussi à l’aune de carrières personnelles que l’on mesure l’élasticité de la distance entre la mobilisation professionnelle et l’engagement partisan ou politique. Les leaders de la CGEM furent longtemps choisis, comme on l’a vu, parmi des responsables politiques de premier rang, quand bien même il était d’usage qu’ils ne soient pas affiliés à un parti. L’équipe permanente de la Confédération se dota de militants politiques déclarés, à l’instar de son directeur délégué. Le premier président de la Fédération des PME/PMI, A. Debbagh, était un élu de l’USFP. Le second, H. Kessal, s’engage dans le scrutin de 2007 sous l’étiquette « travailliste ». F. Chaâbi, vice-président de la CGEM en 2007, est président de l’arrondissement Youssoufia-Soussi à Rabat depuis 2003 et élu député en 2007 sous l’étiquette PPS. B. Iraqi, présidente de l’Association des femmes chefs d’entreprise du Maroc (AFEM), membre du conseil d’administration de la CGEM, est élue en 2007 sur une liste RNI. S. Karkri, ex-présidente de l’AFEM, membre du Conseil national de l’entreprise à la CGEM, est élue USFP en 2007. L’action au sein de la Confédération ou de Fédérations sectorielles donna le virus du politique à certains. L’ancien président de l’AMITH, S. Mezouar, fut nommé en 2004 ministre de l’Industrie et du Commerce, puis ministre de l’Économie et des Finances en 2007. Bien entendu, l’exemple le plus intéressant que je propose d’examiner dans la dernière partie de cet ouvrage est celui de A. Lahjouji qui, après ses deux mandats à la CGEM, créa un parti politique, Forces citoyennes, à l’occasion des élections législatives de 2002.

113En somme, la disgrâce de H. Chami peut donner lieu à plusieurs explications. Au motif qu’il a outrepassé ses fonctions et son rôle, il fut mis au ban pour indiscipline par le pouvoir central et par certains de ses pairs. Pourtant, la posture de conseil critique, voire d’opposition franche à l’administration centrale n’est pas inédite dans l’histoire récente de la Confédération. Au contraire, c’est là précisément que l’association s’est développée comme un groupe d’intérêt classique des systèmes pluralistes, capable d’exprimer sur scène ou en coulisses son soutien ou son désaccord aux politiques de l’entreprise. Comme la campagne « d’assainissement » une dizaine d’années auparavant, ce retour de bâton dans l’espace public et pas seulement à huis clos manifesta la volonté du pouvoir central de contenir et de subordonner la CGEM. Du moins, c’est ainsi que le comprirent et l’expliquèrent nombre d’hommes d’affaires et les responsables de la Confédération. Si B. Hibou dit de l’UTICA tunisienne qu’elle est « une instance politisée sans pouvoir politique » (B. Hibou, 2006, 152), à ce jeu, la CGEM paraît à l’inverse être une organisation à forte charge politique, y compris et justement quand elle est l’objet d’un travail contradictoire de dépolitisation. Le blâme de H. Chami indiquait clairement que les liaisons de la CGEM au politique ne pouvaient être que dangereuses. Pour ses dirigeants, comme pour la « maison ». La morale de l’histoire fut que la CGEM pouvait être affaiblie et déstabilisée si elle politisait « trop » son action, si elle la désectorisait.

Les politiques de la CGEM

114Prétendant au statut de groupe d’intérêt, dans leurs actions quotidiennes, pour représenter efficacement l’entreprise, les porte-parole de la CGEM sont amenés à mesurer ces relations au politique et à la politique. Ils ont à combiner, en théorie du moins, deux attitudes opposées, qui s’expriment avec plus d’acuité ici que dans d’autres contextes à cause de la centralisation et du néopatrimonialisme du régime marocain. Ses leaders doivent entretenir une proximité à l’administration indispensable pour faire pression et une indépendance à l’égard des pouvoirs publics et des organisations politiques en tant que garant de l’autonomie et de la différenciation de la définition des intérêts qu’elle défend. La reconnaissance du Palais s’avère indispensable non seulement pour s’inscrire dans un cadre de négociations publiques (bénéficier des autorisations, ou ne pas être l’objet d’interdiction), mais aussi dans son système de légitimation. Hors des moments de crise ou de temps chauds, toute l’activité régulière et routinière de la Confédération consiste à s’adresser aux pouvoirs publics, aux autres organisations du monde du travail, à faire pression, à intervenir dans les négociations sociales ou internationales. Ce sont au fond les politiques de la CGEM, essentiellement cantonnée au monde de l’entreprise, qui ont présidé à la mise en place de dispositifs d’actions spécifiques.

115En janvier 1998, les dirigeants de la CGEM précisaient les missions qu’ils entendaient assumer dans un document : « Stratégie et Plan d’action ». Outre les classiques objectifs de représentation des membres et de concertation avec les administrations, ils prenaient soin de s’attribuer trois autres missions politiques :

  • Une mission d’interlocuteur, auprès des pouvoirs publics, des partenaires sociaux ou des instances internationales. La « CGEM devient ainsi un mandataire dûment habilité et reconnu, engagé au profit du secteur privé »78. De fait, ses dirigeants apposent leur signature, en tant que représentants du secteur économique marocain, dans les accords nationaux (par exemple pour le « dialogue social »), mais aussi pour les protocoles internationaux.
  • Une mission d’animateur, dans les domaines de la conceptualisation, de la modernisation, et de la prestation de services, un rôle « d’éclaireur et de pédagogue »79.
  • Et enfin, un rôle de dynamiseur du partenariat et d’attraction vers le pays des investissements étrangers.

116Il s’agissait là avant tout d’un travail de communication. Il engageait néanmoins les dirigeants de la Confédération. La capacité de la CGEM à faire pression et à s’inscrire de la sorte dans les sphères de l’action publique se mesure sur des dossiers particuliers. Ses facteurs d’influence sont à la fois ceux que l’on a déjà cités, auxquels il faudrait ajouter la compétence à agir en silence, à solliciter la bonne personne pour disposer des informations nécessaires dans un contexte où l’opacité est souvent un moyen d’éviter à la base tout comportement civique et plus largement toute action contestataire, à disposer des relais nécessaires dans la presse, parmi les experts nationaux et internationaux. Il s’agit d’inférer sur les décisions publiques « en dehors des structures gouvernementales institutionnelles et [en tentant] d’influencer le gouvernement en exerçant une pression ou en retenant une information plutôt qu’en s’impliquant directement dans le processus de décision » (F.L. Wilson, 1983, 225).

117En 1997, l’association se mobilisa contre les procédures de « mise à niveau des bilans » et leurs textes d’application, au cours de négociations avec le ministère des Finances. Les réunions avec le ministre pouvaient être hebdomadaires. Tout en se défendant de vouloir « effacer l’ardoise » ou d’ignorer un ensemble de pratiques illégales et irrégulières, au fondement de la fraude fiscale, les porte-parole de la CGEM firent usage de leur influence pour reporter plusieurs fois la date butoir posée par les pouvoirs publics et plaidèrent pour qu’aucune mesure pénalisante n’accompagne le programme. Ils sensibilisèrent des parlementaires sur la question. Il en fut de même en 2003 et les années suivantes au moment des négociations sur la réforme du Code du travail et sur le droit de grève en particulier. Une lettre fut envoyée par la Confédération à ses membres députés leur indiquant sa position et les arguments pour la défendre. Les négociations autour de questions fiscales furent également longues et serrées.

118L’institutionnalisation de la CGEM s’inscrivit également dans une transformation des cadres de la transaction : non seulement, à l’épreuve de la succession de ses présidents, la « maison » démontre sa capacité d’exister au-delà des personnes, mais elle devient un interlocuteur privilégié pour mettre en place des méthodes inusitées de traitement des problèmes publics. Par exemple des « contrats-programmes » se mettent en place avec les pouvoirs publics, dans le domaine du textile où l’ancien président de l’AMITH est devenu ministre de l’Industrie et du Commerce, puis dans celui du Tourisme et de l’Artisanat, où l’association trouve le soutien du ministre istiqlâlien du Tourisme et des PME, A. Diouri, un ancien membre actif de la commission économique de la CGEM avant sa prise de fonction ministérielle. Dans ces secteurs, des logiques de concertation sont valorisées. Mais le principal dossier dans lequel la CGEM est le plus « entrée en politique » est certainement celui des relations salariales. Le chapitre suivant lui est consacré et va permettre d’examiner la façon dont l’émergence de la CGEM participe d’une transformation des politiques.

***

  • 80 J. Berraoui, « Un nouvel environnement dès septembre », La Vie économique, 30 juin 1995, 4.

« Le lien entre la métamorphose de l’environnement de l’entreprise et la réforme des structures de la représentation patronale apparaît de prime abord comme non évident. Nous sommes en fait devant la proposition d’un nouveau contrat social »80.

119Cette déclaration optimiste d’un journaliste aux lendemains de la première élection de A. Lahjouji était peut-être prémonitoire. Devant les transformations de l’économie politique du Royaume, l’émergence d’organisations sociales telles que la CGEM traduisit la recherche d’équilibres politiques et sociaux. D’organisation pratiquement inexistante au début des années 1980, discrète au début des années 1990, la CGEM semble être devenue un groupe de pression et une organisation de représentation des intérêts patronaux. Dans un contexte où le politique fait parfois figure de domaine privé aux mains d’un groupe restreint, son développement témoigne d’une diversification et d’une pluralisation de la représentation. La lutte pour le leadership révèle la charge politique et dissidente en quelque sorte dont peut se prévaloir l’association qu’il s’agit parfois de discipliner, de « domestiquer », pour reprendre une formule souvent utilisée au Maroc, qu’il s’agit en tout cas de contenir dans une fonction sectorisée. Elle manifeste également l’attention portée à l’association au cours des années de la libéralisation économique quand l’État cesse d’être le principal employeur du Royaume. On observe en retour comment la Confédération et ses porte-parole interagissent avec leur environnement, comment ils participent à redessiner en plein ou en creux le capitalisme marocain. Les différents clans qui s’y opposent, les trajectoires variées de ses leaders, leurs efforts respectifs à dire l’intérêt de l’entreprise marocaine sont dignes d’intérêt.

120La réorganisation de la CGEM, comme l’initiation d’une réforme des CCIS, se sont inscrites dans un mouvement de mise en scène de l’activité économique et entrepreneuriale, à la conjonction d’une initiative des pouvoirs publics et de préoccupations du tissu des entreprises marocaines prises dans les bouleversements de la libéralisation. Du point de vue le plus pragmatique (par exemple à qui s’adresser lors des négociations internationales ou des négociations salariales ?), au plus idéologique, la figure de l’entrepreneur privé marocain, élevée au statut de nouveau promoteur du développement du pays, incarnant allégoriquement la rationalité économique et la logique libérale prônée par la Unholy Trinity, trouva dans les aléas que connut la CGEM au cours de ces années, des éléments de matérialisation et d’institutionnalisation.

121Dans cette hypothèse, l’émergence d’organisations représentatives du patronat marocain répond aux nouvelles exigences du capitalisme et contribue à stabiliser la scène sociale. Nous verrons dans le chapitre qui suit que la Confédération avec les pouvoirs publics et les syndicats ouvriers s’engagèrent dans une entreprise de pacification des relations salariales et de désamorçage des conflits sociaux. Mais dans d’autres contextes de la région, le même phénomène ne s’est pas produit et les organisations patronales sont restées beaucoup plus proches, en termes de personnes et d’institutions, de l’administration centrale et de l’État. Dans le cas de la Tunisie par exemple, l’UTICA demeure un appendice de l’État-parti, une structure d’encadrement du patronat (B. Hibou, 2006, 152 et ss.). En Égypte, les associations d’hommes d’affaires sont « soit corporatistes, soit corporatisées ou encore hybrides ». Ce sont des « organisations faibles, dépendantes financièrement, pouvant être facilement ignorées par le gouvernement » (E. Gobe, 1999, 100-101).

122Sont-ce les prémices d’un pacte sinon social du moins politique ? Les structures internes de la Confédération sont refaçonnées dans le but de gagner en représentativité, mais c’est sur la scène politique et sociale nationale que la CGEM a sûrement effectué sa plus grande mutation ; en particulier, en revendiquant un statut autonome et différencié par rapport aux pouvoirs publics, dans le cadre de négociations et d’accords sociaux qui participent explicitement de la formulation d’un pacte politique : l’été 1996 aura été pour le patronat marocain et sa confédération, la CGEM, un moment de cristallisation du processus d’inscription au sein du champ politique. En paraphant, le 1er août les accords tripartites avec les principaux syndicats et le gouvernement, ses représentants devenaient des « partenaires sociaux » reconnus. La signature du Gentlemen’s agreement en juillet 1996, enregistrait, quant à elle, la clôture de six mois de rapports de forces tendus provoqués par « l’assainissement » mené par le ministère de l’Intérieur. Ainsi, non seulement le patronat affichait son consentement à propos des institutions sociales et économiques, mais ils étaient « inclus » et « adoubés ». Dans ces transactions entre élites et accords procéduraux, la CGEM entre en politique, en tant qu’intermédiaire et médiateur, traduisant les aspirations d’un groupe en formation. Ces dernières sont tant d’ordre « participationniste » que « protectionniste ». Les porte-parole de la confédération font preuve d’un volontarisme notable. Ils interviennent au-delà de la défense d’intérêts corporatistes. Ils revendiquent une participation dans l’organisation de la cité, tandis que la majorité des chefs d’entreprise affichent leur apolitisme. Leurs marges de manœuvre sont en conséquence limitées par leurs caractéristiques particulières et leurs propres dépendances dans un système qui conditionne et détermine leur présence publique.

123C’est une conjonction bien particulière qui a présidé à ces transformations. En l’occurrence, la CGEM a été un théâtre de l’enchevêtrement de pouvoirs économiques et politiques. Des alliances complexes et volatiles s’y nouent. Plusieurs figures du pouvoir s’y côtoient, ainsi que plusieurs archétypes de chefs d’entreprise dont la communion des intérêts reste à démontrer. Or, les exemples sont nombreux pour montrer que les limites du pouvoir que pourrait exercer telle organisation, sont d’autant plus marquées que le secteur privé est fragmenté et hétérogène (V. Perthes, 1994, 356 et ss.). Dans les personnages qui l’incarnent, les relations qu’elle noue et les institutions dont elle se dote, la CGEM s’est imposée pourtant comme une organisation originale dans le champ social marocain.

124Il ne s’agit pas d’une structure d’encadrement. Ça ne l’est pas au sens où peuvent l’être les CCIS où l’inscription est automatique et où les liens avec l’administration sont régularisés et institutionnalisés. Le budget de la CGEM est indépendant des subventions étatiques, il repose avant tout sur les cotisations aléatoires de ses membres. De ce point de vue, la configuration du monde social marocain se distingue très sensiblement des corporatismes d’État que l’on peut observer dans d’autres pays de la région (E. Gobe, 2006). Plutôt qu’un champ syndical neutralisé et mis sous tutelle, les réorganisations des employeurs marocains pris entre pressions et émancipations témoignent d’une politisation des intérêts de l’entreprise. Il ne s’agit pas non plus d’un mouvement de masse, ou d’un mouvement social. Le militantisme à la CGEM est timide et prudent. Pas de sit-in, pas de manifestation ni de pétition, l’action collective est plus discrète, ne mobilise pas hors de milieux sectoriels. La cause est diffuse, pas toujours populaire ni même consensuelle. Pour les plus puissants des chefs d’entreprise, d’autres moyens existent pour faire entendre leur voix que l’action syndicale : l’entremise, la proximité avec l’administration centrale, etc. L’action syndicale à la CGEM se limite donc à peu de personnes mais elle a une large audience médiatique. Elle prend un temps important sur l’agenda de ces hommes d’affaires occupés. Les responsables de la Confédération avouent d’ailleurs avoir mis leurs affaires entre parenthèses, ou le plus souvent avoir pu s’investir dans la Confédération parce qu’ils avaient les moyens de déléguer leurs responsabilités patronales. L’engagement se révèle coûteux et peu rémunérateur à tous les points de vue. Ses coûts sont multiples et, finalement, peu d’entrepreneurs sont prêts à renoncer au bonheur et à la fortune privée pour l’action publique. Ceci s’exprime à différents moments de la vie de la CGEM. Hors des temps d’élections, les cotisations ne sont pas toujours payées. Lors des crises, le soutien au président s’exprime en « off » nous assure-t-on mais rarement en « on ». La singularité du processus que l’on observe au cours des années de réforme réside finalement plus dans le passage à l’acte d’une poignée de personnes que dans l’inertie politique de la plupart des chefs d’entreprise.

125Il est difficile d’affirmer que les mues de la CGEM cristallisent la formation d’un groupe explicite, celui des « entrepreneurs ». Mais, c’est bel et bien ce dont il est question dans les disputes pour la représentation de la CGEM et les luttes pour prendre son leadership. Certes, dans les tensions entre la direction de la Confédération et le Palais et le ministère de l’Intérieur, ces derniers déploient des dispositifs plus ou moins sophistiqués selon les cas et plus ou moins efficaces de « sélection des élites », de « mise en forme de l’opposition », des mécanismes « d’allocation des places » (V. Geisser, K. Karam et F. Vairel, 2006, 197 et ss.). Mais l’on ne peut réduire l’activité de la CGEM à cela, ni même les luttes de pouvoir qui s’y jouent. La scène politique se pluralise et enregistre l’émergence d’intérêts collectifs, la transformation de la morphologie sociale et l’expression d’identités politiques inédites. En s’organisant comme « entrepreneurs », ses porte-parole produisent des représentations de leur identité collective, dont on a vu qu’elle pouvait avoir plusieurs facettes. Se trompent-ils sur leur identité ? Comme je l’ai suggéré dans l’introduction de cet ouvrage, il me paraît plus juste de comprendre, dans ce travail manifeste de lutte pour la représentation symbolique mais aussi pour des ressources politiques, ce que cela signifie en termes de transformation des imaginaires et des dispositifs du politique. Dans le chapitre qui suit, je propose d’examiner comment cela se traduit en termes d’action publique, dans un type de décharge particulier, celui de la « privatisation des relations sociales ».

Notes

1 Sur le textile, voir M. Cammett, 2007 ; sur le secteur halieutique, voir les travaux en cours de V. Veguilla del Moral.

2 Auparavant, et schématiquement, la représentation des commerçants et des artisans était le fait des grands commerçants eux-mêmes, individuellement, étant donné leur propre statut de notables, de leur insertion dans le système de clientèle du Makhzen, et par le biais de corporations, fonctionnant sur un modèle très organiciste, pour les petits artisans et commerçants.

3 En 1936, de grandes grèves touchèrent l’économie marocaine, en particulier, la grève de COSUMAR (La Compagnie des sucres du Maroc) et la grève des phosphates : elles eurent pour résultat les premières concessions patronales, mais surtout les premières victoires ouvrières, en termes de droits sociaux. A. Ayache, 1982, 140 et ss.

4 Je m’appuie ici essentiellement sur les travaux de M. L. Harras, 1997.

5 Entretien responsable Fédération des chambres de commerce et d’industrie, 23 juin 1997.

6 Dahir n° 1-85-350 du 31/12/1985 portant promulgation de la loi n° 25-85 instituant au profit des CCI et Chambres d’artisanat et de leurs fédérations un décime additionnel à l’impôt des patentes.

7 « L’ingérence du politique dans les sphères économiques mise en cause », La Vie économique, 27 décembre 1997, 5.

8 H. G. « La Fédération des chambres de commerce définit sa nouvelle stratégie », La Vie économique, 28 novembre 1996.

9 « La CGEM un acteur de développement économique », Edito, CGEM Infos, n° 2456, 15 octobre 2004.

10 « L’entrepreneur marocain », Edito, CGEM Infos, n° 2463, 3 décembre 2004.

11 « La CGEM remet les pendules à l’heure », CGEM Infos, n° 2440, 11 juin 2004.

12 Entretien ex-responsable CGEM, 9 mai 2007.

13 A. Lahjouji, « L’entreprise citoyenne face à ses nouvelles responsabilités », in R. Belkahia et A. Harouchi, 1998, 57-60.

14 Entretien ex-responsable CGEM, 9 mai 2007.

15 « Entretien avec H. Chami. “Notre système de gouvernance est flou” », La Vérité, 5-11 juillet 2005.

16 Entretien ex-responsable CGEM, 8 mai 2007.

17 Entretien ex-responsable CGEM, 9 mai 2007.

18 Entretien responsable CGEM, 11 mai 2007.

19 M. Benabid et R. Rami, « Entretien avec Moulay Hafid Elalamy, président de la CGEM », L’Économiste, n° 2393, 2 novembre 2006.

20 « Entretien avec H. Chami. “Notre système de gouvernance est flou” », La Vérité, 5-11 juillet 2005.

21 Entretien responsable CGEM, 24 mars 1998.

22 Ibid.

23 A. Ouali, « La Vérité sur la CGEM », Le Journal Hebdo.

24 « Sa majesté le Roi reçoit une délégation de la Confédération générale des entrepreneurs du Maroc », in Discours et interviews de sa Majesté le Roi (mars 1996-mars 1997), 41.

25 J.-L. Servan-Schreiber, « Sa majesté et les entrepreneurs », La Vie économique, 30 juin 1995, 3.

26 F.M., « CGEM : Lahjouji remporte les élections avec 2/3 des voix », L’Économiste, n° 139, 21 juin 1994.

27 M. Kadiri, « Élection CGEM : qui fait peur aux patrons ? », L’Économiste, n° 2249, 5 avril 2006.

28 « Pour une nouvelle relation sociale », CGEM infos, n° 2506, 14 octobre 2005, 5.

29 Cette question fut la pierre d’achoppement qui accéléra la scission au sein du parti, et qui donna ainsi naissance au Parti socialiste démocratique. Pour ce qui est de son attitude à la CGEM lorsque cette dernière appela également à voter « oui », il affirme avoir usé de son droit de réserve. Entretien 24 juin 1997.

30 H. G., « L’homme en colère », La Vie économique, 9 janvier 1998.

31 Entretien 9 mai 2007.

32 M. Benabid et A. Rboub, « L’ouverture dicte de nouveaux modes de gouvernance. Entretien avec H. Chami, président de la CGEM », L’Économiste, n° 2231, 10 mars 2006.

33 A. Naanaa, « L’USFP fait son entrée à la CGEM », La Vie économique, 6 décembre 1996.

34 « Le bureau accepte l’externalisation de la FPME », CGEM infos, n° 2507, 21 octobre 2005, 9.

35 F. Agoumi, « Les Confidences du ministre de l’Intérieur », La Vie économique, 15 juillet 2005.

36 Entretien responsable de l’Économiste, 17 mai 1997.

37 M. Jibril, « Le patronat marocain à la recherche de sa mutation », La Gazette du Maroc, 7 juillet 2003.

38 Entretien responsable CGEM, 26 février 1996.

39 M. Benabid et A.Rboub, « L’ouverture dicte de nouveaux modes de gouvernance. Entretien avec H. Chami, président de la CGEM », L’Économiste, n° 2231, 10 mars 2006.

40 L. Bernichi, « L’Homme du changement », Maroc-Hebdo International, n° 563, 20-26 juin 2003.

41 Propos de H. Kessal, cité par F. Tounassi, « Une nouvelle ère commence », Le Journal Hebdo.

42 A. Hmaity, « CGEM : second mandat pour Chami », L’Économiste, 20 juin 2003.

43 A. Amourag, « Le patronat en crise », Maroc-Hebdo International, n° 623, 15-21 octobre 2004.

44 Entretien ex-responsable CGEM, 9 mai 2007.

45 Entretien responsable CGEM, 10 mai 2007.

46 « Entretien avec H. Chami. “Notre système de gouvernance est flou” », La Vérité, 5-11 juillet 2005.

47 Entretien ex-responsable CGEM, 9 mai 2007.

48 M. Kadiri, « Élections CGEM : qui fait peur aux patrons ? », L’Économiste, n° 2249, 5 avril 2006.

49 « CGEM / Lahjouji remporte les élections avec 2/3 des voix », L’Économiste, n° 139, 21 juillet 1994.

50 Entretien responsable CGEM, 10 mai 2007.

51 Entretien responsable CGEM, 16 avril 1997.

52 M. Kadiri, « Élections CGEM : qui fait peur aux patrons ? », L’Économiste, n° 2249, 5 avril 2006.

53 F. Tounassi, « Moulay Hafid Elalamy : un candidat du consensus ? », Le Journal Hebdo.

54 « Patronat. Le putsch des grands groupes », Tel Quel, n° 225, 13-19 mai 2006.

55 Idem.

56 « Patronat. Chami gagne la bataille des statuts », Tel Quel, n° 173, 15-22 avril 2005.

57 Entretien responsable CGEM, 10 mai 2007.

58 M. Benabid et R. Rami, « Entretien avec Moulay Hafid Elalamy, président de la CGEM », L’Économiste, n° 2393, 2 novembre 2006.

59 Interview de A. Lahjouji dans Jeune Afrique Économie, n° 219, 3 juin 1996, 85.

60 A Lahjouji, « Droit à l’indignation et assainissement », L’Économiste, n° 2010, 29 avril 2005.

61 Ce processus constitutif du déploiement de groupe d’intérêt est décrit par M. Offerlé, 1994, 70.

62 Entretien 6 février 1997.

63 A. Amourag, « Des patrons dans le vent », Maroc-Hebdo International, n° 579, 7-13 novembre 2003.

64 Voir à ce sujet l’enquête fine et détaillée de H. Hamdani et F. Iraqi, « L’empire Akhennouch », Tel Quel, n° 279, 22-29 juin 2007.

65 Ibid.

66 « Entretien avec H. Chami. “Notre système de gouvernance est flou” », La Vérité, 5-11 juillet 2005.

67 Ibid.

68 « Le patronat peut se révolter », Tel Quel, n° 205-206, 26 décembre 2005 au 8 janvier 2006.

69 A. Mansour, « Hassan Chami crache dans la soupe », Maroc-Hebdo International, n° 662, 22-28 juillet 2005.

70 Ibid.

71 K. Tritky, « Bravo », Tel Quel, n° 185, 16 au 23 juillet 2005.

72 « Elalamy, j’ai décidé de mener campagne comme s’il y avait plusieurs candidats », Le Journal Hebdo, 19 juin 2006.

73 Ibid.

74 Entretien 10 mai 2007.

75 « Elalamy, j’ai décidé de mener campagne comme s’il y avait plusieurs candidats », Le Journal Hebdo, 19 juin 2006.

76 La deuxième chambre sera composée pour trois cinquièmes de représentant des collectivités locales, et pour deux cinquièmes de représentants des chambres professionnelles (agriculture, artisanat et commerce, industrie et services) et des salariés.

77 M. Mouslim, « Les ambitions avouées de la CGEM », La Vie économique, 6 mars 1996.

78 Document interne.

79 La Vie économique, 29 novembre 1996.

80 J. Berraoui, « Un nouvel environnement dès septembre », La Vie économique, 30 juin 1995, 4.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable