Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le temps des entrepreneurs ?

 | 
Myriam Catusse

II. L’entrée en politique des entrepreneurs

Introduction

Texte intégral

1« L’entrepreneur » fit une entrée remarquée sur plusieurs arènes politiques au cours des années de libéralisation. L’analyse des différents aspects de la réforme, des privatisations en particulier, montre que si « crépuscule » il y a, de la bourgeoisie d’État, c’est dans des effets de contextes et de génération plus que dans la morphologie du social proprement dite. Qu’est-ce qui change ? Les structures sociales de « l’ancien régime » n’ont pas été ébranlées par l’ajustement structurel, elles ont fait preuve d’adaptation, et dans certains domaines, elles se sont consolidées. Les héritiers des grandes familles de la région du Souss et de la ville de Fès ont su moderniser leurs activités. De retour d’études à l’étranger, en Europe et de plus en plus aux États-Unis, ils sont les golden boys d’un capitalisme en évolution rapide et affichent leur réussite. Leurs sources d’accumulation se diversifient : à côté de l’héritage et de la proximité rentière vis-à-vis de l’administration, de nouvelles potentialités s’ouvrent pour eux ; de nouveaux risques aussi, quand les protections douanières tombent, la concurrence internationale sévit et l’État conserve un arbitraire certain pour freiner ou encourager les affaires des uns ou des autres. À côté de leur réussite triomphante, le vaste tissu des PME/PMI, a dû s’adapter lui aussi, non sans difficulté, dans des espaces plus ou moins restructurés face à une concurrence qui s’internationalise.

2Plutôt que se déliter, les ingénieries du pouvoir se sont ajustées aux nouvelles contraintes et opportunités. Cela ne signifie pas que rien ne change. On a vu au contraire dans la première partie de cet ouvrage une variété de déplacements s’effectuer, on a vu également le système normatif évoluer. À la fin des années de règne de Hassan II, les ministères se sont ouverts aux partis de l’opposition historique, dans une sorte de réconciliation consensuelle. Et les outils de l’action publique se transforment quand bien même, au final, le Palais continue d’exercer une autorité peu partagée : les instruments de fabrication de biens collectifs puisent de plus en plus dans le monde de l’entreprise en particulier. La « mise en place de dispositifs originaux dont le but est de régler la conduite des individus et de rendre possibles de nouveaux modes de constitution de la propriété privée et de l’inégalité » tire l’économie politique du Royaume vers un mode de « gouvernement privé indirect » (A. Mbembe, 1999, 103). Les alliances pour le profit se confirment ou se défont. Quant à la scène politique, elle se pluralise – ce qui n’indique pas nécessairement que le régime devienne plus pluraliste. Si, dans l’imaginaire libéral, l’État perd en légitimité en matière de politique économique, le contrôle de l’administration et des responsables politiques du pays se décale sans perdre son pouvoir d’influence ou de coercition sur le marché.

3Parallèlement, le politique s’économise : alors que la charge politique de questions publiques s’euphémise, les modes de subjectivation du politique empruntent de plus en plus ostentatoirement de nouvelles économies morales où la réussite personnelle, la bonne fortune et les qualités managériales occupent des places de choix. Cela signifie-t-il que les compétences et les qualités économiques ou entrepreneuriales deviennent des ressources efficaces et probantes pour « faire de la politique » ?

  • 1 A. Mansour, « Bilan d’étape », Maroc-Hebdo International, n° 640, 18-24 février 2005.

4La réforme de la constitution de 1996, en créant une seconde chambre, donna plus d’importance politique à la représentation des corps de métiers, en particulier les syndicats ouvriers et les activités de commerce, de service et d’industrie. Si la présence de « technocrates » au gouvernement est loin d’être inédite, fait nouveau, d’éminents économistes arrivent au gouvernement en 1998, des polytechniciens ou ingénieurs des Mines prennent les rênes des régions ou d’autres départements ministériels, tels que le secrétariat général du ministère de l’Intérieur. Un industriel de la chaussure, ex-ministre des Finances, est nommé d’abord à l’Intérieur puis, après un bref passage à la direction de l’Office chérifien des phosphates, à la primature en 2002. Il prétend être à la tête « du gouvernement de l’entreprise »1. La société marocaine est-elle en train de devenir une affaire d’entreprise et l’entreprise marocaine avant tout une affaire de société ? Toujours est-il que les signes de la définition de rôles politiques attachés à des compétences économiques se multiplient. Parmi les nombreux conseillers du Roi, deux seulement sont précisément chargés de missions assignées : A. Azoulay, conseiller aux « affaires économiques et financières » depuis le début des années 1990 et Z. Naciri, conseillère aux « affaires sociales » nommée près du Roi en 2000 et en charge de la Fondation Mohammed V. Mohammed VI, nous dit-on, s’entoure, parmi ses plus proches collaborateurs d’hommes d’affaires, en charge de son empire économique personnel.

5Comme le montre D. Dulong dans le cas de la France des années 1950-1960, au nom de la rationalisation de l’État et de l’efficacité dans la gestion des affaires publiques, le savoir économique semble « avoir désormais pour ambition d’encadrer l’activité sociale, y compris l’activité politique » (D. Dulong, 1996, 115). C’est avant tout le savoir de terrain qui est mis en avant. Il n’est pas vraiment de discussion sur la théorie économique proprement dite. En revanche, l’économie, le business et l’entreprise sont érigés en affaires d’État et en sciences politiques.

6Pour D. Benhima, alors wali du grand Casablanca, présenté comme l’une des figures emblématiques des « technocrates » au pouvoir :

  • 2 B. Thiam, « Entretien avec D. Benhima. Mes ambitions pour Casablanca », Maroc-Hebdo International, (...)

« Dans le monde actuel, le cadre de définition de la gestion est celui de l’entreprise. En effet, celle-ci a imposé ce cadre à plusieurs organisations non économiques, et plusieurs administrations sont gérées actuellement selon les principes en cours dans les entreprises »2.

7Les logiques de situations me paraissent déterminantes pour comprendre comment s’ajustent les logiques de l’action collective à ces transformations de l’action publique :

« L’action politique se joue sur une multiplicité de scènes, où le champ des possibles protestataires ne se réduit plus désormais à la seule sphère étatique ou paraétatique. Mettant l’accent sur des logiques de situation, nous insisterons sur les dynamiques propres des espaces protestataires, dynamiques qui ne sont pas celles des jeux institutionnels mais peuvent en dépendre. La réciproque est aussi valable ». (V. Geisser, K. Karam, F. Vairel, 2006, 194).

8Logiques de situations, mais inscrites dans une histoire et combinées à des dispositions. Comme nous allons le voir, l’entrée en politique des « entrepreneurs » ne peut se réduire ni à un schéma holiste et structuraliste – il se trouve que le moment, les configurations et les acteurs ont compté –, ni à des tactiques croisées d’acteurs dans des interactions ponctuelles – le contexte, la mémoire, la succession des interactions, les déterminations singulières et relations sociales de chacun des acteurs en question sont aussi des facteurs critiques (P. Favre, 2007). Que ce soit dans les coulisses de la CGEM ou dans la préparation de scrutins législatifs ou communaux, les ressorts de l’engagement de ces acteurs traduisent une réelle plasticité des structures, ou « si l’on préfère leur sensibilité aux mobilisations, à l’activité tactique des acteurs, aux coups échangés » (M. Dobry, 2007).

9Les recherches récentes sur l’action collective au Maroc ont développé ces questions en ouvrant des pistes riches et stimulantes. Je pense en particulier aux travaux de F. Vairel (2005), de M. Bennani Chraïbi (2003 ; 2004b), de L. Zaki (2005) ou de T. Belghazi et M. Madani (2001). Avec d’autres et dans leur diversité, ces travaux ont ouvert un atelier fructueux pour la sociologie politique marocaine. L’un de leurs points communs, et pas des moindres, est de déconstruire les points aveugles d’une analyse fermée de la scène politique marocaine, surdéterminée qu’elle serait par la main visible ou invisible d’une superpuissance manipulatrice qui assignerait à chacun des rôles et une fonction dans un espace social et politique organisé et sous contrôle. Au contraire, en travaillant sur des parcours et des carrières militantes, sur les logiques de la protestation voire sur les rapports à géométrie variable que des habitants de bidonvilles casablancais, « dominés parmi les dominés », entretiennent au politique, ces auteurs plaident avec conviction pour une sociologie des situations et des dispositions de l’engagement. On peut examiner la façon dont l’espace social est travaillé par ces mobilisations et pas seulement la façon dont le « système » informe les comportements politiques. La « fluidité » du contexte, le « déverrouillage » de blocages institutionnels, les tensions entre sectorisation et désectorisation de l’espace social, montre F. Vairel, en développant l’analyse de M. Dobry dans le cas marocain, sont ici des éléments explicatifs des formes de l’action collective (F. Vairel, 2005).

10C’est dans le sillon creusé par ces travaux que l’on peut interpréter les modalités selon lesquelles, dans le Maroc de l’ajustement structurel, des privatisations et de la libéralisation économique, les qualités de chefs d’entreprise s’imposent comme des qualités politiques. Élevés au statut de héros virtuels et attendus du développement du pays, des « entrepreneurs » marocains, avec les représentations sociales qui leur sont associées, passent au politique. D’un côté, certains s’engagent à titre corporatiste, en organisant l’action d’un groupe d’intérêt. Une classe probable se transforme-t-elle en classe mobilisée ? Les aléas de la CGEM dans les années 1990-2000 témoignent de la singularisation sinon de l’autonomisation d’un groupe « d’entrepreneurs » dans ces années de réformes économiques. La question de savoir si les entrepreneurs existent ou non n’a plus vraiment de sens ici. Ce qu’il importe de comprendre c’est pourquoi et comment derrière le slogan de l’entreprise des individus se dotent de porte-parole, développent une organisation et s’affichent progressivement, non sans déconvenues, comme un groupe explicite, dont l’identité sociale serait en formation (voir chapitre V). Les interférences entre l’émergence de cette organisation corporatiste et les évolutions de l’économie politique du Royaume se manifestent essentiellement dans le champ des relations professionnelles, où, au gré d’une triangulation précaire du « dialogue social », les conflits sociaux tendent à être relégués dans les mondes de l’entreprise, par le truchement de nouvelles institutions de régulation sociale. Ces dernières doivent être examinées à leur juste place : comme l’indiquent les rapports de forces qui se nouent à l’échelle des entreprises et de la protestation sociale (le développement de mobilisation contre la cherté de la vie, la résistance exceptionnelle du mouvement des diplômés chômeurs, l’inscription de plus en plus audible de revendications sociales dans l’agenda d’association des Droits de l’homme, l’émergence d’un altermondialisme marocain, etc.), les motifs de conflits sociaux ne s’estompent pas, voire gagnent en contenu politique. Mais les recompositions institutionnelles des politiques décrivent un mouvement de sectorisation de leur traitement. Cette forme particulière de décharge contribue à désamorcer la charge dissidente des luttes sociales mais renforce à rebours l’identité sociale des syndicats ouvriers et surtout patronaux (voir chapitre VI).

11D’autres acteurs s’engagent plus à proprement parler dans la politique partisane. Affichant leur réussite et jouant de façon ambivalente avec les « stigmates » et les « atours » de l’homme d’affaires, du notable ou du patron, ils prennent la vague de la réforme pour prétendre aux responsabilités politiques et en particulier aux postes d’élus locaux ou de députés. L’analyse des processus électoraux depuis 1997 montre un investissement important et rentable de la compétition politique par les opérateurs économiques. Ceci recouvre en réalité plusieurs dynamiques et des rapports variables au politique et à la politique. Mais dans tous les cas, si les vertus entrepreneuriales sont portées au pinacle, elles s’avèrent dans les faits insuffisantes ou décevantes quand elles ne sont pas combinées à d’autres ressources politiques (voir chapitre VII). Comment se transforment à ce jeu les règles de la représentation ? Quels sont les clivages politiques les plus déterminants ? Dans quelle mesure finalement les capitaux acquis dans le militantisme corporatiste ou dans la réussite professionnelle sont-ils « convertibles » en capitaux électoraux ? Les prédispositions et les dispositions intériorisées par exemple dans le domaine des relations professionnelles sont-elles transposables à d’autres situations, telles que la compétition partisane ?

Notes

1 A. Mansour, « Bilan d’étape », Maroc-Hebdo International, n° 640, 18-24 février 2005.

2 B. Thiam, « Entretien avec D. Benhima. Mes ambitions pour Casablanca », Maroc-Hebdo International, n° 490, 14-20 décembre 2001.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable