Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le temps des entrepreneurs ?

 | 
Myriam Catusse

I. D’un capitalisme à l’autre dans les sillons des privatisations

Chapitre III. Les arènes de la décharge. Action publique, investissements privés

Texte intégral

1Les privatisations prirent d’autres formes que la cession directe d’entreprises publiques encadrée par la loi. On l’a déjà souligné, l’extension de la gestion déléguée de service public généra d’importants revenus aux pouvoirs publics et les déchargea momentanément ou durablement de champs de compétences locaux ou nationaux. L’action publique se transforma ces années-là, avec la formation de nouvelles institutions, un déplacement des ressources disponibles, et l’entrée en scène de nouvelles catégories d’acteurs. Quand bien même l’approche étatique s’avère certainement utile pour comprendre ce qui se joue dans la réforme néolibérale, la façon dont les pouvoirs publics, dominés par le Palais, cherchent à façonner les contours d’une nouvelle société marchande, elle est insuffisante, me semble-t-il, pour saisir d’autres facettes de la transformation de l’économie politique du Royaume. Le capitalisme contemporain marocain est largement redevable de l’État. Mais en retour, ses acteurs dont on a vu qu’ils se situaient dans des réseaux d’action aux lisières du public et du privé, de l’action politique et de la recherche de bénéfices économiques, prennent part à la (trans)formation de l’État marocain. Que ce soit par les conflits d’intérêts qui les opposent, ou l’émergence du sentiment d’un intérêt collectif, que ce soit à travers la mobilisation de ressources, la recherche de maximisation de leurs intérêts ou la façon dont ils construisent des causes, le monde économique marocain s’implique dans l’action publique. Le recours de plus en plus explicite au tissu associatif national ou international, autres organisations « privées », pour sous-traiter ou prendre en charge des activités sociales ou de développement exacerbe cette tendance : le « privé » prend parole et défend ses intérêts propres, ou ceux de franges de la population, dans le cadre d’un redéploiement des politiques. À ce jeu, de nouvelles institutions voient le jour, témoignant de la recherche de nouvelles formes de régulation, de règlement des conflits, et de représentations du juste et de l’efficace.

2Les logiques de la privatisation sont ainsi plurielles et peuvent s’observer dans plusieurs arènes mettant en jeu des intérêts variés. Dans certains cas, le recours à la décharge par les pouvoirs publics est frappant. Dans d’autres cas, la privatisation relève moins de nouvelles formes d’interventionnisme étatique que de l’intervention assumée d’acteurs privés qui s’affichent et agissent. Les cas de l’évolution ces deux dernières décennies des politiques urbaines et des politiques sociales, avec comme point d’orgue l’annonce de l’Initiative nationale pour le développement humain en 2005, en sont de beaux exemples.

3Alors que le mot d’ordre est à la « décentralisation de l’investissement », les transformations récentes des villes marocaines travaillent à la fois les morphologies urbaines et l’organisation du gouvernement des cités, mais elles ne mettent pas en péril le contrôle du gouvernement local par les pouvoirs publics centraux. Bien au contraire, le réaménagement des relations entre les autorités centrales et les collectivités locales profite aux premières : elles contrôlent les étapes de la décentralisation, en définissent les orientations et en contrôlent les effets via l’allocation de budgets des collectivités locales, l’intervention dans la définition des grandes politiques d’aménagement du territoire, ou encore l’importance accrue des wali-s (préfets de région) depuis le début de la décennie 2000, en particulier en matière de politique économique.

4Pour ce qui est des politiques sociales, la décharge est exemplaire : dans un contexte de crispation des tensions sociales, alors que les partenaires étrangers, l’Europe en tête, font pression pour fixer, à l’aide de politiques sociales et économiques, les potentiels migrants dans leurs pays d’origine, la question sociale s’est exacerbée ces dernières années lorsque lui ont été imputé les mobilisations islamistes et les violences politiques. Tout l’enjeu réside pour le souverain Mohammed VI, que l’on a qualifié bien rapidement de « roi des pauvres », à réaménager les politiques de gestion des risques sociaux et à respecter les canons de rigueur budgétaire des agences de développement au chevet du Royaume. C’est en se tournant vers « le privé » que les pouvoirs publics tendent de redéployer leurs politiques dans ces deux secteurs clés.

Privatisation de l’espace urbain ?1

  • 1 Toute cette partie s’appuie sur une enquête menée en commun avec R. Cattedra et M. Idrissi Janati (...)
  • 2 La croissance de la population urbaine au Maroc reste encore très forte, même si le taux moyen d’a (...)

5Comme l’ont montré différentes enquêtes récentes (C. de Miras, 2005), la multiplication des acteurs de la ville, dans le creuset de la décentralisation, qui s’est accélérée avec l’adoption de la nouvelle Charte communale en 2003, s’est accompagnée de ce que l’on pourrait appeler à première vue une « privatisation de la ville » (M. Catusse, R. Cattedra et M. Idrissi Janati, 2005). L’essor rapide des agglomérations (et notamment des villes petites et moyennes) 2associé aux effets de la rigueur budgétaire a essentiellement « économisé » la question urbaine. Si le « stress territorial » (M. Naciri, 1999, 11) reste une donnée incontournable pour comprendre les logiques sécuritaires de l’urbanisme marocain (A. Rachik, 1995), l’heure est à la déconcentration et la décentralisation de la politique économique et notamment de l’encouragement à l’investissement. Ceci n’est pas spécialement inédit : « contrôler et développer » furent tout au long du dernier siècle deux des principaux leitmotiv des politiques urbaines dans le Royaume, le premier l’emportant néanmoins sur le second (M. Naciri, 1999).

  • 3 Discours de Mohammed VI lors de l’ouverture de la session parlementaire d’automne, 13 octobre 2000

6Or, les collectivités locales marocaines ont connu des réformes institutionnelles d’importance depuis le milieu des années 1990. En janvier 2000, le nouveau souverain Mohammed VI proposa à un parterre d’élus et de responsables locaux une plateforme de réformes de la Charte communale de 1976, par l’organisation d’un « débat national sur l’aménagement du territoire », qu’il plaça sous le signe du fameux (et controversé) « nouveau concept de l’autorité » (M. Catusse et F. Vairel, 2003). Il s’agit d’élargir à la fois les compétences des autorités décentralisées et déconcentrées, en particulier en matière budgétaire car il était temps, affirmait le nouveau souverain au sujet des collectivités locales, « de substituer à leur gestion administrative et bureaucratique un mode de gestion démocratique, responsable et incitatif de l’investissement »3.

7La nouvelle charte communale adoptée en octobre 2002 a replacé sur le devant de la scène l’institution communale. Le gouvernement de la ville est « unifié » : les 29 communes urbaines de l’agglomération sont fondues en une seule commune, partagée en arrondissements. Les 1 147 élus dans la wilaya du Grand Casablanca en 1997, sont réduits aux élections de 2003 à 385 élus dont 254 membres du conseil communal (les autres sont des conseillers d’arrondissement). Cela pourrait les doter a priori d’un pouvoir représentatif plus important. Celui que l’on appelle désormais « maire » (avant on utilisait plus volontiers la formule de « président de commune ») représente « la ville » et non pas des morceaux de ville. Et d’ailleurs les statuts de l’élu local sont reprécisés (M. Catusse, R. Cattedra, M. Idrissi-Janati, 2005).

8Pourtant, à l’examen, ce sont avant tout les institutions déconcentrées qui furent les principales gagnantes dans la nouvelle architecture du gouvernement urbain : dans la foulée de l’adoption de la nouvelle loi, la lettre royale relative à la gestion déconcentrée de l’investissement de 2002 conféra aux wali-s la charge de coordonner localement l’action à l’égard des investisseurs locaux ou étrangers. Ceci marquait une inflexion notoire par rapport à l’idéologie territoriale dominante au Maroc depuis les années 1970 fondé sur un schéma sécuritaire hyper-centralisateur. Dans cette veine, 16 centres régionaux d’investissement, sous la tutelle de ces wali-s furent inaugurés en 2002-2003. Ce sont des guichets uniques créés à l’adresse des opérateurs économiques marocains ou étrangers désirant investir localement, chargés de superviser au niveau régional l’investissement dans les secteurs de l’industrie, de l’agro-industrie, des mines, du tourisme, de l’artisanat et de l’habitat.

9Au nom de la décentralisation des politiques économiques, les autorités publiques marocaines renforcèrent leur pouvoir local en la personne du wali. Comme pour incarner cette réorientation des politiques locales du ministère de l’Intérieur, le 27 juillet 2001 furent nommés ceux que les médias appelèrent les « super-wali » ou les « techno-wali » : sur les neuf wali-s nommés, sept étaient pour la première fois non issus des services du ministère de l’Intérieur. C’étaient des grands commis de l’État, diplômés des grandes écoles françaises, ingénieurs et souvent en poste à la tête de grands offices publics ou privés du Royaume dont ils avaient participé à la privatisation de certains. Dans les médias, l’accent fut mis sur leur capacité à gérer la ville selon les « règles du management privé » : « Une “dream team” de wali pour secouer l’administration », « walis-gestionnaires », « des patrons privés pour le public » (M. Catusse, R. Cattedra et M. Idrissi Janati, 2005). Parmi eux, figurait Driss Benhima dont j’ai rapidement esquissé le portrait dans le chapitre précédent. Dans ce sens, la promotion du « développement local » est une niche privilégiée pour le contrôle de la circulation et de la distribution de ressources : accès à la rente exogène du développement évidemment, mais également contrôle des ressources locales via la bureaucratie locale. Les municipalités se voient de facto concurrencées dans leur légitimité et leur capacité à agir sur le terrain, à tel point qu’elles peuvent perdre leur qualité d’interlocuteurs. Ceci se trouve renforcé par l’accélération de la gestion déléguée de services collectifs dont elles étaient en charge. Sous couvert de réalisme gestionnaire et du respect du dogme de l’efficacité, les services urbains sont privatisés, concédés à un secteur privé national ou international, tandis que les acteurs publics – et ici les élus – sont plus que jamais taxés d’impéritie.

A la conquête de nouveaux territoires

  • 4 C’est ainsi que la qualifie son Inspecteur régional, lors du Débat national sur l’aménagement du t (...)

10L’action publique s’est donc délocalisée ces dernières années, en particulier en matière de politique économique. Cela bouleverse les échelles, les territoires et les sources d’autorité du gouvernement urbain. Si de nouvelles techniques s’expérimentent, c’est sans perdre de vue la visée sécuritaire. Ville vitrine et ville « malade »4, foyer de pauvreté urbaine et cœur d’un monde des affaires prospère, Casablanca présente un remarquable poste d’observation des métamorphoses du gouvernement urbain dans les années de privatisation. Théâtre d’une métropolisation, son économie est en constant échange avec l’économie mondialisée. Les franchises s’y multiplient, son port joue un rôle central, sa population s’accroît et s’active dans des réseaux migratoires internes ou internationaux, dans des réseaux commerciaux et industriels variés. Cette ville est parallèlement un bel exemple des logiques de décharges et prises en charge multiples du gouvernement en ville : un décor de prédilection pour les entrepreneurs dans le Maroc de l’ajustement structurel et des privatisations, une scène idoine pour les transformations de l’économie politique. L’inspecteur régional de l’Aménagement du territoire, de l’eau et de l’environnement du Grand Casablanca, lui-même géographe urbaniste spécialiste de cette ville, l’affirmait : à l’heure où les rédacteurs du Schéma national d’aménagement du territoire affiche la « dimension territoriale de la compétitivité économique et des processus de développement », il convient de « requalifier l’espace de production [en] préparant la ville à relever les défis de la compétition internationale, de la métropolisation, et se positionner sur le réseau des métropoles du monde » (A. Kaioua, 2005, 3).

11Dans ces métamorphoses de la cité, les opérateurs économiques de la ville se manifestent à travers des jeux de distinction monumentaux et la conquête de nouveaux territoires. L’élite économique casablancaise signifie non seulement sa présence effective, mais met en place une stratégie d’image(s), de figuration et de médiatisation propre à territorialiser certains lieux, axes de circulation ou quartiers de l’espace urbain de Casablanca.

12Façonnée, modelée, inventée ou imaginée par une avant-garde architecturale, un urbanisme colonial et de prestigieux planificateurs urbains (Prost, Écochard puis Pinseau), la Casablanca moderne s’est développée comme la ville des affaires du Royaume (J.-L. Miège, 1953 ; A. Benhaddou, 1990 ; A. Kaioua, 1997 ; J.-F. Troin, 1986.). À Rabat, la décision politique, et à Port Lyautey, devenue Kenitra, la garnison militaire : division volontaire de la fonction des villes décidée par les autorités coloniales. Son destin se croise intimement avec celui des patrons, petits colons ou grands banquiers, élites fassies (A. Benhaddou, 1990) puis soussies réunis dans la métropole où se retrouvent les populations rurales, main-d’œuvre bon marché, classes laborieuses – classes « dangereuses » ? – qui se regroupent dans des quartiers périphériques, « espaces à haut risque » (A. Rachik, 1995, 82 et ss.).

  • 5 Voir le récit de l’urbaniste Écochard qui fait état de la cabale menée contre lui par les spéculat (...)

13« Casablanca a toujours été une ville où surgissent des gens très performants, qui osent, qui foncent, qui créent » écrit Z. Daoud (2005, 34) dans un numéro d’Autrement qu’elle consacre à cette ville. La construction de nouveaux sièges sociaux des grands groupes privés à Casablanca au cours de cette dernière décennie semble confirmer cela. Elle illustre de manière monumentale l’affichage du privé et de l’entreprise dans l’espace urbain et confirme que cette agglomération récente est un terreau privilégié pour le capitalisme marocain. Il ne s’agit pas à proprement parler d’une prise de pouvoir. Fer de lance d’une présence française, « élément dominant du protectorat, catégorie la plus en avant de la colonie, haute société du Maroc » (J. Berque, 1962, 360 et ss.), les patrons européens, français essentiellement, ont revendiqué dès le début du xxe siècle un droit de regard sur la gestion de la Résidence du protectorat, par l’intermédiaire des Chambres de commerce et d’industrie, et notamment celle de Casablanca5. Ces dernières « constituaient au Maroc le patronat reconnu, qui, depuis 1921, fournissait les conseillers du protectorat » (R. Gallissot, 1964, 49), fonctionnant de facto presque comme un conseil des ministres, affirment certains historiens (Ibid., 50). Un siècle plus tard, dans les années 1990, c’est la Confédération générale des entreprises du Maroc qui revendique un droit de regard sur les affaires de la cité, par exemple au moment de la délégation de la gestion des services d’adduction et d’assainissement de l’eau et de l’électricité à la Lydec en 1997.

14Les opérations immobilières réalisées au cours des années de libéralisation économique par les patrons casablancais ont délocalisé et déconcentré à différentes échelles des pôles d’activité industrielles, commerciales ou de service à l’image d’une diversification et d’une multiplication des « sources de commandement » (A. Kaioua, 1986, 178) dans la ville. L’élite économique s’expose à Casablanca comme un acteur à part entière dans la constitution et l’évolution de l’espace urbain, capable d’y défendre et de faire prévaloir ses propres intérêts. En retour, elle s’active pour faire de Casablanca la ville des affaires (R. Cattedra et M. Catusse, 2006).

15L’inauguration des deux tours du Casablanca Twin Center en 1996 me paraît en être un exemple significatif. Ce « morceau de ville » (c’est le projet de l’urban design du taller de arquitectura de l’un de leurs architectes R. Bofill) (M. Roncayolo, 1996a, 61), à dimension maïeutique (faire renaître Casablanca), est aussi tacitement la vitrine de son promoteur, le groupe ONA. Pourtant, il n’en constituera pas le siège social, resté dans de discrets locaux accolés au siège social de la BCM.

  • 6 Lorsqu’en 1912, Rabat fût désignée, à la place de Fès, comme capitale et lieu de résidence du repr (...)
  • 7 Pour plus détails, voir R. Cattedra et M. Catusse, 2006.

16Les représentations du capital dans cette « capitale économique » 6concernent non seulement les projections mais la production des relations de pouvoir. Une gigantesque scénographie de l’immeuble fut mise en place, à l’attention des habitants de la ville et des opérateurs internationaux, lui conférant un caractère tant monumental que narratif7. Une agence de publicité, Mozaïk, peaufina de manière innovante la campagne d’inauguration. Elle trouva écho dans la production architecturale et publicitaire d’autres sites, qui se multiplièrent dans la métropole marocaine à la fin de la décennie 1990 et dans les années 2000 le long de l’avenue Hassan II ou au croisement de l’avenue Zerktouni et du boulevard d’Anfa.

  • 8 Idem.

17Ensemble, ces édifices transforment le contexte urbain dans lequel ils s’immiscent et s’inscrivent. Jouant de publicité, leurs promoteurs revendiquent, en creux, un discours plastique mais également politique sur la ville. Quelque part, cette appropriation ostensible d’espaces urbains renouvelle des pratiques anciennes d’évergétisme et de mécénat8. Alors que le Royaume connaît des réformes de ses collectivités locales disputées, que son territoire est redécoupé et que les compétences des uns et des autres redéfinies, ces opérations immobilières et médiatiques comportent une dimension politique, au sens de l’organisation de la polis. Elles font écho à la réhabilitation de « l’entrepreneur » privé comme figure générique emblématique des réformes en cours.

  • 9 Au sens de K. Lynch, 1970.

18Les deux tours du Casablanca Twin Center, et leurs sœurs qui s’égrènent sur les nouveaux axes métropolitains (J.-F. Troin, 1986), constituent donc l’une des faces manifestes des transformations des formes de domination au gré de la privatisation. Elles surplombent la ville. Ces mises en scène de l’activité économique de la ville et de ses acteurs donnent à voir non seulement de nouvelles représentations du capital mais également une image de la ville qui se reflète d’ailleurs sur leurs parois souvent de verre. Bien évidemment, il ne s’agit pas là de surévaluer le sens et la valeur de métaphores urbaines (S. Ostrowetsky, 1983) mais de souligner que ces opérations architecturales et monumentales trouvent des correspondances dans les images (et des idées) de la ville 9 – et métaphoriquement de la cité politique – comme dans les relations de pouvoir et les représentations sociales qui s’y jouent. Elles peuvent d’ailleurs contrarier d’autres projets, ceux des planificateurs urbains qui se penchent au chevet de la ville et cherchent à la réorganiser.

19Ces dessins urbains sont bien plus complexes que de cyniques mises en scène univoques parce qu’ils rencontrent d’autres desseins, plan d’aménagement du territoire, dispositifs sécuritaires, construction d’autres édifices, etc. Se superposent des modes (et mondes) de production contradictoires, c’est-à-dire des « grammaires de la ville » (M. Roncayolo, 1996b). Certes, la perspective n’est pas neuve et le pouvoir « dispose de moyens autrement plus efficaces pour se légitimer que la représentation de lui-même sur une place et dans la pierre en garant des valeurs collectives » (Ph. Genestier, 1996, 14). Mais les deux tours du Casablanca Twin Center et le minaret de la mosquée Hassan II s’imposent comme les points de repères verticaux, qui transforment la trame et le décor urbain, en l’ordonnançant (R. Cattedra, 1996). D’un côté, un axe religieux et spirituel, de l’autre, un axe économique et moderniste. Est-ce à dire que la « lutte des classes » se trouve reléguée au cimetière des utopies caduques ? Ces édifices modernistes qui se dressent vers le ciel ne font pas écran à l’extension périphérique des villes, à leur fragmentation spatiale et territoriale dont les sociologues nous disent qu’elle s’exacerbe (F. Navez Bouchanine, 2002). Ils n’effacent pas non plus l’histoire sociale qui s’est jouée et continue de se faire derrière les murs des usines de cette métropole industrielle ou encore dans ses rues. Ils s’y ajoutent et y affichent leurs valeurs : « Dans cette ville où plusieurs millions de gens vivent au-dessous du seuil de pauvreté, où règnent le chômage et tous les problèmes sociaux corollaires, les nouveaux riches flambent et consomment avec d’autant plus d’alacrité qu’ils veulent qu’on les voit » affirme Z. Daoud (2005, 36). Ils contribuent par là, eux aussi, à transformer la morphologie de la ville, en surdimensionnant peut-être la présence de son capital, de la réussite éclatante de certains, au profit d’une société ouvrière ou plus modeste qui s’expose moins.

Les formes modernes du mécénat

20Il faut dire que parmi les pratiques récurrentes des notables locaux, le mécénat architectural ou en matière d’infrastructures et de services collectifs est courant au Maroc. Il s’exerce par diverses formes de prise en charge de la vie pratique de la collectivité en général ou de communautés en particulier. Les membres de l’élite économique se manifestent traditionnellement par toute une série d’actions de bienfaisance par lesquelles ils consacrent et réaffirment, souvent de façon ostentatoire, leur statut de notables et leur réputation. Inscrites localement et dans un système de valeurs à référence plus traditionnelle et parfois religieuse, ces pratiques sociales très classiques assoient la légitimité de leur statut politique et social et leur confèrent un rôle de médiation. Elles sont aussi un moyen de renouveler et d’entretenir ces « liens d’obligation et de solidarité » qui organisent leurs relations sociales et politiques (R. Leveau, 1976, 88).

  • 10 Le dahir concernant la construction des édifices religieux (n° 1-84-150) impose pour la constructi (...)

21Les exemples sont légion : le coureur de fond S. Aouita, alors au faîte de sa gloire fut le premier sportif à représenter une entreprise, en l’occurrence la Centrale laitière (groupe ONA), qui le sponsorisa en contrepartie. L’ODEP parraine le RAJA Club Athlétique de Casablanca. La Centrale laitière a créé la « Centrale laitière Association sportive ». Le groupe ONA finance l’Olympique de Casablanca. La Wafabank soutient pour sa part le WAC, le club sportif concurrent du RAJA à Casablanca. Outre le « sponsoring » de clubs de sport, mentionnons l’édification de mosquées ou même de centres commerciaux, associés à celui qui a bien voulu financer leur construction10.

  • 11 En 1997, O. Benjelloun fait restaurer un ancien Palais au cœur de la médina et le réhabilite en mu (...)
  • 12 Déclarée association d’intérêt public en 1988.
  • 13 Selon le site de la Banque populaire, cette « Fondation Banque Populaire pour le Micro Crédit – FB (...)
  • 14 Créée en 1984, elle exerce en particulier une importante activité de mécénat.

22Dans les années 1990, les banques publiques ou privées ont commencé à financer des fondations culturelles : en 1996, O. Benjelloun inaugure ce que l’on appelle le « musée privé » 11de Marrakech. La Wafabank avait fondé en 1989 un lieu d’exposition dans les locaux de son siège à Casablanca. La Banque commerciale du Maroc constitua une collection d’art musulman. Les activités de la Fondation ONA 12 se multiplièrent derrière le slogan « l’engagement collectif » : elle investit dans des projets de restauration tels que celui de la mosquée de Tinmel, « flambeau des Almohades », rassembla une collection d’art contemporain. Il en fut de même pour les fondations du groupe Banque populaire (dont le slogan est « Entreprendre pour chacun, entreprendre pour le bien commun ») : fondation pour le microcrédit qui occupe une place privilégiée dans le marché du microcrédit13, la fondation pour l’éducation et la culture 14 ou encore la fondation pour la création d’entreprise créée en 1991.

  • 15 À titre de comparaison et pour développer l’analyse, cf. C. Jaffrelot, 1994.

23Cette forme d’intervention publique à dimension évergétique, attitude caractéristique des bourgeoisies locales15, se développe également dans les régions d’origine de ces entrepreneurs, dont les familles ont souvent migré à Casablanca. À Fès, par exemple, des héritiers de grandes familles de la ville, en collaboration avec l’association régionale « Fès-Saïs », ont soutenu financièrement les travaux de réhabilitation de demeures et de médersas de la médina, classée par l’UNESCO « patrimoine mondial ». Mais elle s’adapte aussi aux problématiques contemporaines.

  • 16 Pour une analyse plus détaillée de la campagne publicitaire accompagnant l’inauguration du CTC, vo (...)

24Le tournant des années 1990 a relancé ces activités de mécénat et dans l’édification de ces nouveaux immeubles. Ces derniers, à l’image des CTC, les plus hauts à ce jour, monumentalisent l’ère nouvelle dans laquelle seraient entrés le capitalisme marocain et la société marocaine tout entière. Ils se présentent comme des modèles à suivre. Concession à l’esprit du temps, les nouvelles tours qui s’élèvent dans le ciel de Casablanca, les placards publicitaires qui ornent ses rues, malgré leur apparente anarchie, leur cacophonie, semblent au moins converger dans un sens : celui de l’émergence de nouvelles valeurs dominantes. Dans cette ville « sans histoire » (A. Adam, 1968), ou plutôt dans cette ville au passé récent, tourmentée et agitée, les châteaux forts modernes, garants de stabilité et de progrès seraient ces édifices du capital. Les communications publicitaires et le contenu de la conférence de presse mentionnent explicitement la volonté affichée des initiateurs du projet de doter Casablanca d’un « nouveau centre », qui s’ajouterait, par addition au précédent, complexifiant par là la trame urbaine de la métropole16. L’emploi réitéré de qualificatifs axés sur la sémantique de la « nouveauté » dénote le souci d’afficher une rupture dans l’ordre symbolique antérieur de la métropole. Mais la campagne publicitaire met aussi en exergue la capacité de l’édifice à réunir, dans une sorte de syncrétisme architectural, tradition et modernité.

25Il me semble qu’ici, on peut rejoindre les remarques de R. Banegas et J.-P. Warnier en Afrique sub-saharienne :

« Il serait trop simple de conclure que les nouveaux itinéraires de l’accumulation se construisent désormais hors l’État, dans le creuset d’une improbable “société civile”. (…) Les “nouvelles trajectoires” de la réussite ne traduisent souvent qu’un glissement dans les lignes de chevauchement de l’État postcolonial. Mais un glissement qui n’est pas anodin. (…) Ces déplacements dans les échelles de la réussite et du prestige s’accompagnent d’un remodelage important des modes de subjectivation politique ainsi que d’une redistribution des repères de moralité ». (R. Banegas et J.-P. Warnier, 2001, 7).

  • 17 Sur l’étude des associations de quartiers, je renvoie aux nombreux travaux de M. Ameur, 1999.

26Dans le contexte de l’ajustement structurel, de la privatisation des entreprises publiques et de la politique de décentralisation, les notables locaux se saisissent des nouvelles opportunités qui leurs sont offertes. De figurants, certains d’entre eux prétendent au premier rôle, en travaillant leur réputation, en affichant leur réussite, mais aussi en intercédant politiquement. De grands groupes étrangers, des promoteurs immobiliers ou fonciers, des associations d’entrepreneurs, dans certains cas aussi des associations d’habitants17, etc., prennent parole et défendent leurs causes en matière de politiques urbaines. Agissant sur le paysage du bâti urbain et ses infrastructures (en édifiant les sièges sociaux de leurs sociétés, en électrifiant des quartiers, mais aussi en traitant les déchets ménagers et industriels, etc.), ces personnages ou groupes s’instituent peu à peu comme acteurs de la ville (Y. Grafmeyer, 1994). Il peut s’agir d’opérations foncières ou architecturales (R. Cattedra et M. Catusse, 2006) ou encore de décharge/prise en charge de services collectifs. Les atours marchands de l’espace urbain s’exhibent : il faut le « gérer », « manager » ou « rentabiliser », comme en témoigne l’expression en usage « city managers » pour désigner les responsables locaux de la ville.

Gestionnaires de ville ?

27Ce paradigme architectural signifie-t-il que les entrepreneurs, les grands groupes privés ou de plus modestes patrons, s’insinuent significativement dans la gestion des territoires de la ville ? Au message latent transmis par l’image et la publicité se greffent des revendications plus explicites de demandes de participation. Si sur scène le capital affiche de nouveaux atours au cœur de la ville, dans les coulisses aussi, les privatisations se sont accompagnées d’une pluralisation de l’action publique au profit notamment d’acteurs économiques et de patrons locaux.

28Ces derniers peuvent agir comme des notables qui territorialisent leur présence par exemple en se portant candidats aux élections communales ou législatives pour représenter la ville. Ainsi, après les élections de 2003, les nouveaux maires de Casablanca (M. Sajid), d’Agadir (T. Kabbaj), de Tanger (A. Derham), de Salé (D. Sentissi) sont des industriels et hommes d’affaires (M. Catusse, 2004). D. Brahim, président de la Chambre de commerce, d’industrie et de service de Tanger est vice-président du conseil de la ville. À Marrakech, O. Jazouli, le nouveau maire est président de la commission du Tourisme et de la mer au Parlement. Même à Meknès, seule grande ville emportée par le Parti de la justice et du développement (PJD) en 2003, c’est un patron local, exploitant agricole, A. Belkora, qui fut élu. À Essaouira, A. Chaâbi, la seule femme à la tête du conseil municipal d’une grande agglomération est la fille de l’industriel local, M. Chaâbi. Dans le cas de M. Sajid, élu en 2003 à Casablanca, il faut noter que s’il est édile de la capitale économique du Royaume, ses activités industrielles s’exercent essentiellement dans le sud du pays, dans les environs de Taroudant. À Fès à l’inverse, H. Chabat le nouveau député-maire est un syndicaliste, membre du bureau exécutif de l’Union générale des travailleurs marocains.

  • 18 En 1985, le ministère de l’Intérieur a intégré les services de l’urbanisme, de l’aménagement du te (...)
  • 19 CGEM / CEDIES Information, 11 janvier 1997.
  • 20 F. Yata, « RAD-Lyonnaise : les dessous d’un contrat mirifique », La Nouvelle Tribune, 6 février 19 (...)

29Dans d’autres cas, les opérateurs économiques de la ville interfèrent dans les politiques locales sous forme de groupes de pression, pour défendre des intérêts corporatistes. C’est ce qui arriva lorsqu’en avril 1997, le contrat de « gestion déléguée » des services de la RAD, Régie autonome des distributions, fut signé, au terme de deux années de négociation. Si, juridiquement, la communauté urbaine de Casablanca était l’interlocuteur désigné des négociations, d’autres acteurs ont interféré sur un dossier pour lequel le ministre de l’Intérieur s’était directement impliqué, faisant alors valoir sa compétence de ministre de tutelle18. Après les protestations vaines des élus d’opposition de la ville, la Confédération générale des entreprises du Maroc fut l’un des principaux adversaires du contrat. Inquiets des retombées tarifaires de la privatisation des services de l’eau et de l’électricité sur le monde industriel de l’agglomération casablancaise, les patrons de la CGEM utilisèrent les médias en particulier et l’appel à l’opinion publique pour s’efforcer de faire valoir ses arguments et infléchir, à la marge, les termes du contrat signé. Ils publièrent dans Cedies, le bulletin d’information de la Confédération, les résultats d’une étude menée pour l’association sur des projections concernant les tarifications19. L’hebdomadaire La Nouvelle Tribune, dont l’un des dirigeants de la CGEM était au conseil d’administration, relaya l’information et lui donna une audience bien plus large20. Ce coup de force rendait partiellement publique une négociation jusqu’alors menée en coulisses et dans les plus hautes sphères entre le Palais et le groupe Suez environnement, appuyé par la présidence française. La presse de l’époque traduit d’ailleurs la perturbation que cette intervention put occasionner :

  • 21 Mansour, « Le Contrat léonin », Maroc-Hebdo International, n° 263, 1er au 7 mars 1997.

« Il n’en fallait pas plus pour que G. During [directeur du bureau de liaison de la Lyonnaise des eaux au Maroc pendant les négociations] perde son calme. Il donne libre court à son courroux, dans une lettre pour le moins désobligeante adressée le 12 février 1997 au président de la CGEM. Les remarques pertinentes du patronat l’irritent »21.

  • 22 Outre la récusation des arguments présentés par le projet de la Lyonnaise en faveur d’une hausse d (...)

30On ne peut exclure des stratégies à plusieurs coups dans la négociation de ces marchés importants, contractés aux sommets. Les informations distillées dans la presse ou dans les milieux d’affaires servirent peut-être à faire infléchir un partenaire coriace. Mais cela conféra une certaine légitimité à la CGEM. Et, pour l’administration centrale marocaine, négociatrice directe du contrat, en lieu et place de la Communauté urbaine, ce fut un certain désaveu, au sens où la CGEM s’inquiétait de la défense de l’intérêt collectif. Au nom des usagers, en l’occurrence, le tissu industriel de Casablanca, cette dernière fut associée aux dernières discussions en tant que « conseiller technique ». À ce titre, le patronat se targue toutefois d’avoir pu en améliorer certaines dispositions22.

  • 23 Voir par exemple M. M., « Un statut spécial pour le poumon économique du Royaume », La Vie économi (...)

31Plus tard, comme par effet de cliquet, la CGEM participa aux discussions inabouties avec le gouvernement français pour la construction d’un métro à Casablanca. Elle fut associée à un projet de convention de partenariat entre le gouvernement, les élus et les députés de la métropole et les « forces vives de la société civile », au sein d’une sorte de conseil économique et social 23 de la ville. Progressivement, elle devint l’un des interlocuteurs « naturels » des responsables locaux pour nombre de décisions publiques.

32À côté de subjectivations politiques et monumentales du grand capital, la réorganisation de l’espace urbain, et de Casablanca en particulier, tout en restant étroitement encadrée par l’appareil sécuritaire du régime, s’appuie sur les transformations du capitalisme qui s’y joue. La sphère urbaine, les projets architecturaux et urbanistiques dont elle est le théâtre, deviennent le creuset de techniques, de savoirs et d’institutions de nouvelles formes de gouvernementabilité :

« L’ensemble constitué par les institutions, les procédures, analyses et réflexions, les calculs et les tactiques qui permettent d’exercer cette forme bien spécifique, quoique très complexe, de pouvoir, qui a pour cible principale la population, pour forme majeure de savoir, l’économie politique, pour instrument technique essentiel les dispositifs de sécurité ». (M. Foucault, 1994, 655).

  • 24 Pour une analyse des pratiques privées de l’espace public, cf. L. Lofland, 1985.
  • 25 L’expression est de S. Ostrowetsky, 1983.

33À travers plusieurs modes d’intermédiations, publicisés ou plus dissimulés, au moyen de nouvelles techniques, se réorganisent les relations entre le champs de la décision institutionnelle, le projet urbain, et celui d’acteurs sociaux « ordinaires » ou « extraordinaires », les acteurs économiques. Dans la seconde partie de cet ouvrage, nous examinerons plus en détail les ressorts de ces recompositions du jeu entre vie politique et action publique. Notons ici qu’à la faveur des privatisations se dessine une sorte de paradoxe. Alors que « la ville » est scrutée, contrôlée, encadrée par des acteurs et des institutions étatiques mus par des motifs sécuritaires et plus récemment par l’attrait des fruits de la décentralisation de l’investissement, des acteurs privés, associations, grands groupes, promoteurs immobiliers, spéculateurs fonciers y affichent avec plus d’ostentation leurs propres projets privés24. Cela se traduit par une mise en concurrence d’images pour la production de symboles et de représentations urbaines (C. Matossian, 1996). Cela se traduit également par des conflits d’intérêts, par des formes de « dissidences » plus ou moins tolérées par les pouvoirs publics, comme le montre depuis une dizaine d’années l’importante recherche sur l’urbain au Maroc. L’enjeu réside alors dans l’équilibre instable entre la vision urbanistique de l’État et « l’imaginaire bâtisseur25 » des acteurs économiques privés. Au plan économique, les enjeux fonciers se sont exacerbés avec le développement des villes. Mais on a vu aussi qu’il serait trompeur de faire un tableau manichéen de la situation, opposant les acteurs privés aux pouvoirs publics. Bien au contraire, les opérateurs économiques entretiennent dans la ville des relations à géométrie variable avec l’administration et les élus locaux et vice-versa :

« La place et le rôle de l’État dans la régulation dépen[d] fortement de l’objet et de l’enjeu local de la négociation, sachant aussi que tous les territoires ne constituent pas le même enjeu pour le pouvoir central. Ceci se vérifi[e] par sa place presque exclusive dans les rapports avec les firmes internationales et le capital étranger, son relatif retrait autour d’équipement liés à des acteurs locaux solvables dans des petites villes et sa présence multiforme dans la répartition de la rente foncière ». (S. Ostrowetsky, 1983, 20).

  • 26 Pour une réflexion synthétique sur l’évolution de la recherche sur l’urbain au Maroc, voir A. El M (...)

34D’un point de vue plus politologique, cela a nourri un renouveau de l’analyse de la notabilité, des formes de domination et des techniques de gouvernement auxquels participent les hommes d’affaires et les patrons en particulier sur des terrains locaux. Dans une perspective très bourdivienne, A. Benhaddou décrivait dans une thèse de sociologie à la fin des années 1980 les comportements des familles commerçantes et industrielles fassies installées au cours du xxe siècle à Casablanca (A. Benhaddou, 1990) ; j’ai mentionné en introduction les recherches récentes de A. El Maoula el Iraki (2002) dans les petites et moyennes villes du Royaume sur l’émergence de nouveaux notables dans les années 1990 et notamment de l’entrepreneuriat local. Les travaux des urbanistes d’un côté, de sociologues et de politologues de l’autre, attestent également de l’importance politique prise dans le gouvernement des villes par les opérateurs fonciers (A. Abouhani, 1988) et les professionnels de l’urbanisme d’autre part26. À ce jeu, les profils de la notabilité évoluent et prennent les traits de patrons privés, d’entrepreneurs immobiliers, alors que les arrangements locaux sont étroitement associés aux enjeux de la réforme économique.

35Autrement dit, à l’instar du marché économique, la mise en ordre spatiale de tissus urbains en permanente extension se joue dans des logiques variées de décharge ou de prises en charge disputées. Largement dominés par les pouvoirs publics, ces processus accordent une part de plus en plus explicitement assumée aux opérateurs privés à qui s’ouvre la gestion des services urbains, aux propriétaires fonciers et immobiliers qui contribuent à réguler l’extension « périphérique » des villes. C’est ce que montre à Salé A. Abouhani :

« Le procédé de développement de ces quartiers est toujours le même : les propriétaires fonciers lotissent des terrains agricoles sans plans ni autorisation ; ils organisent ensuite les acquéreurs en groupes de pression, se font élire au conseil municipal et apportent les différents équipements d’infrastructures en bloquant tous les projets d’aménagement et de restructuration du quartier ». (A. Abouhani, 2005, 157).

36Dans cette description se manifeste l’une des nombreuses formes de décharge, où l’on voit bien qu’elle ne relève pas nécessairement de la manipulation par en haut, ni de la dissidence. C’est dans de petits arrangements, en jouant de complicités diverses, que ces opérateurs mènent leur carrière politique locale et leurs entreprises privées souvent lucratives.

37L’espace urbain en profonde mutation offre un observatoire privilégié des transformations du capitalisme marocain et les sillons que laisse la privatisation. Dire que la gestion des territoires de la ville se privatise peut être trompeur. Cela peut euphémiser le rôle prépondérant que jouent dans le gouvernement local la prise de décision, le contrôle des ressources, les autorités publiques, le ministère de l’Intérieur par exemple. Cela peut également suggérer quelques anachronismes : il n’est pas nouveau que les notables locaux soient engagés dans l’intermédiation avec le centre et dans des activités économiques diverses, qui s’organisent parfois dans des réseaux patronaux. Mais l’espace urbain se privatise dans deux sens au moins. D’une part l’action publique, dans la vague de la décentralisation, voit une entrée en scène des acteurs privés. Les dispositifs d’action incluent variétés d’acteurs qui ne se limitent pas à l’administration, et ceci a des conséquences. Dans le domaine de l’urbanisme, les observateurs prennent de plus en plus au sérieux le rôle des individus, des professionnels, des opérateurs privés qui interviennent sur plusieurs territoires de la ville. D’autre part, les intérêts privés se parent de valeurs positives. L’entrepreneur, le capitaliste, l’homme d’affaires s’affichent dans la ville et s’y mettent en scène, et comme nous le verrons dans la seconde partie de cet ouvrage, il prétend en prendre le pouvoir. Enfin, de nouveaux outils d’action publique se développent : le partenariat public/privé, le gouvernement par contrat pour reprendre l’expression de J.-P. Gaudin (1999), l’institution d’agences spécialisées, ni totalement publiques, ni totalement privées, la segmentation également des processus de décision.

Privatiser la gestion des risques sociaux ?

  • 27 Pour une analyse comparative, n’accordant qu’une place congrue aux cas arabes, voir F. X. Merrien (...)

38Des tendances similaires s’observent dans le domaine des politiques sociales. Comme par effet de translation, le privé dans tous ses états, associations, mécènes, sociétés d’assurances, etc., fut appelé au cours des années de la libéralisation économique à investir et s’impliquer dans un nouveau chantier tout aussi décisif pour les pouvoirs publics : celui des politiques sociales. Cela n’a rien d’original. Les travaux sur la notabilité ont maintes fois dépeint les activités patronales et évergétiques qui lient, en particulier au niveau local, des patrons et leurs clients. L’histoire générale des politiques sociales, au-delà des frontières du Maroc, est, quant à elle, évidemment, intimement liée à la formation d’États sociaux mais également faite d’oscillations entre modes marchands et non marchands de régulation, entre logiques d’assurance et logiques d’assistance, d’institutionnalisations et de concurrences variées. En l’occurrence, la réforme libérale au Maroc a profondément déstabilisé les représentations et les pratiques forgées historiquement sur le rôle de l’État dans la réduction des risques sociaux, comme elle le fait dans de très nombreux autres contextes27.

39Ce qui me paraît remarquable, c’est la façon dont le Royaume expérimente de nouvelles formes d’actions publiques dans le domaine. Si l’on observe des tendances similaires dans d’autres pays de la région, là encore, comme pour les privatisations proprement dites, la réorientation de la politique et sa systématisation me paraissent significatives. Elles s’inscrivent dans le « mean stream » des politiques de développement, et en particulier des objectifs affichés par la Banque mondiale. Dès 2000, cette dernière abandonne comme seul objectif la croissance économique et inscrit la lutte contre la pauvreté au rang de ses objectifs principaux. Si cela devient une question légitime et digne d’intérêt pour les réformateurs, la principale solution proposée est celle du recours à la « société civile », c’est-à-dire, en l’occurrence à des acteurs non étatiques et non publics, chargés de renouveler et de réinventer des formes d’évergétismes et de bienfaisance, de manière moderne et avec des moyens relativement conséquents selon les cas. Certains, à l’instar de B. Garth et Y. Dezalay, décrivent ce revirement, cette reconversion dans la « vertu civique », comme un « impérialisme de la vertu » :

  • 28 Y. Dezalay et B. Garth, « L’impérialisme de la vertu », Le Monde diplomatique, mai 2000, 8-9.

« [il] repose essentiellement sur l’action de ces institutions (…) que sont les grandes fondations philanthropiques, créées par la première génération des condottieres capitalistes Rockefeller, Carnegie, Ford... et aujourd’hui copiées par leurs successeurs Milken, Soros ou Gates. Après avoir servi d’hommes de main aux “barons voleurs” (robber barons), les lawyers de Wall Street les ont aidés à réinvestir une part de leur fortune dans des fondations devenues les piliers de la stratégie réformiste d’un capitalisme éclairé »28.

40En d’autres mots, il s’agit d’encourager le développement d’une action publique qui privilégie des acteurs non étatiques et non politiques.

  • 29 Voir par exemple G. Denoeux et L. Gateau, 1995 ; A. Hammoudi, 1999 ; G. Denoeux, 2002 ou R. Otayec (...)

41Les années des privatisations au Maroc furent de fait aussi celles du développement tout azimut du tissu associatif, soutenu par les agences de développement internationales et encouragé par les pouvoirs publics locaux. Des associations, pas forcément « contre l’État », s’organisent dans plusieurs domaines d’activités derrière le label de société civile. Les travaux sont nombreux à ce sujet, je ne développerai pas29. Leur déploiement s’alimente d’une transformation de l’action publique notamment dans des secteurs sociaux, tels que la lutte contre la pauvreté, contre l’analphabétisme, ou encore les politiques sanitaires, etc. Là encore, comme pour ce qui est des logiques de la décentralisation, il est manifeste que l’État et les pouvoirs publics marocains ne se retirent pas. Le Maroc de ces dernières années est au contraire le théâtre d’un redéploiement de l’action publique devant les « débordements du social » : d’une part, le « social », délaissé les deux décennies précédentes au profit d’impératifs économiques, devient l’objet de préoccupations collectives, énoncées par des acteurs pluriels, au premier chef desquels les pouvoirs publics, en articulation avec la définition d’intérêts collectifs ou de solidarités variées ; d’autre part, la création de nouvelles institutions ou formes de prise en charge renouvellent en partie et de façon remarquable un dispositif public largement hérité du Protectorat et des années du développementalisme. En revanche, l’État « ajusté » décentralise, se déconcentre, multiplie ses centres parfois, et délègue à d’autres acteurs le soin et la responsabilité d’investir, de produire et d’échanger :

« L’État non seulement résiste, mais continue de se former à travers la renégociation permanente des relations entre “public” et “privé” et à travers les processus de délégation et de contrôle ex-post. Autrement dit, la “privatisation” de l’État n’implique ni la perte de ses capacités de contrôle, ni sa cannibalisation par le privé, mais son redéploiement, la modification des modes de gouvernement sous l’effet des transformations nationales et internationales ». (B. Hibou, 1998b, 7).

42Dans un contexte de forte dérégulation, de faible croissance et de réduction des finances publiques, l’État interventionniste cherche à se transformer en État régulateur.

La délicate équation de la « question sociale »

  • 30 Direction de la statistique, 2000.

43Nous l’avons souligné plus haut, l’ajustement structurel et les privatisations furent coûteux en termes sociaux. Les taux de chômage augmentèrent, les relations de travail se précarisèrent, l’emploi public se restreignit. Sur l’échelle de l’Indice du développement humain du PNUD, le Royaume est mal classé, y compris parmi les pays arabes. Il se situe, avec la Tunisie et l’Algérie, ses voisins, parmi les pays à « développement humain moyen ». Du 117e rang mondial en 1995, le Maroc est passé au 124e rang mondial en 2005. En particulier, les scores relatifs à l’éducation sont discriminants. Le Maroc est classé parmi les derniers du monde en ce qui concerne l’indice du niveau d’éducation dans les campagnes (M.T. Mouline, 2005). En 1998-1999, 48,3 % de la population de plus de quinze ans sont répertoriés comme analphabètes dont 83 % de femmes vivant en milieu rural. Si les années 1980 ont été marquées par une baisse des indicateurs de pauvreté relative, la décennie suivante a vu une augmentation significative du pourcentage de la population vivant sous le seuil de pauvreté. Selon l’enquête sur le niveau de vie des ménages en 1998-199930, 19 % de la population marocaine vit sous ce seuil contre 13 % en 1990-1991 ; la population « économiquement vulnérable » vivant juste au-dessus du seuil de pauvreté a également augmenté. Elle serait en 2006 de 25 % de la population. L’aggravation de ces indicateurs, y compris après 1992 et la fin du principal programme d’ajustement structurel, indique qu’ils ne peuvent être simplement imputables aux conséquences à court terme de la réforme néolibérale. En 2002, le taux de chômage avoisine officiellement les 11,6 % de la population. Comme on l’a vu, cet indicateur nivelle en réalité de très fortes disparités et est généralment considéré comme sous-estimé du fait de la variété des relations d’emploi plus ou moins formalisées. L’absence, jusqu’à présent, d’instittions de prise en charge du chômage ne permet pas réellement la construction statistique de la catégorie comme elle a pu l’être ailleurs (Ch. Topalov, 1994 et R. Salais et alii, 1999).

44En 1996, le rapport d’évaluation de la Banque mondiale du programme de Priorités sociales (BAJ) résumait ainsi :

  • 31 Banque mondiale, 1996, 3.

« Le système actuel ne protège pas ceux qui en ont le plus besoin – les personnes qui n’ont pas de source de revenu permanente ou suffisante, celles qui n’ont pas d’emploi stable ou qui le perdent, qui sont à la merci d’événements extérieurs tels que la sécheresse et la hausse des prix, ou encore qui subissent des chocs économiques personnels tels que la maladie, mort du chef de ménage, divorce / répudiation, ou augmentation du nombre de personnes à charge. Dans ces cas, les Marocains cherchent généralement de l’aide auprès des réseaux de solidarité traditionnels. Mais ces réseaux s’affaiblissent en raison des migrations et de l’urbanisation croissante »31.

  • 32 L’expression était employée par M. Camau et alii (1990) à propos de l’État de santé tunisien, mais (...)

45Dans ce contexte, l’idée d’une « question sociale », « portant elle-même les germes d’une remise en cause du système existant » (C. Didry, 2001, 236) émergea autour du répertoire de la « mise en péril » de la société voire de son régime (A.O. Hirschman, 1991, 137-213). Avec les nouvelles formes que prend le capitalisme marocain, les compromis sociaux antérieurs paraissent comme suspendus dans un « temps d’incertitude » (R. Castel, 1995) propre à la recherche d’outils de régulations innovants. Le « social », jusqu’alors essentiellement envisagé comme une question résiduelle par rapport à la croissance et aux performances économiques, devient une source de préoccupation politique majeure, une « affaire d’État » dans tous les sens du terme, pour laquelle les opérateurs économiques sont particulièrement sollicités32.

Les germes d’une question sociale

46La création d’un Conseil national de la jeunesse et de l’avenir (CNJA) en 1990 avait signalé la mise sur agenda de la question de l’augmentation significative des taux de chômage, en particulier auprès des jeunes diplômés, mais n’inaugura pas vraiment une politique de l’emploi. Les prémices de celle-ci ne se dessinèrent qu’avec l’organisation, près d’une décennie plus tard, en 1998, des premières « assises de l’emploi » par le gouvernement « d’alternance » d’A. Youssoufi. Elles furent suivies de la création en 2000 de l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences (ANAPEC).

  • 33 Pour l’ensemble des données officielles relatives à la situation sociale du pays, je me réfère, sa (...)

47Quant aux dépenses publiques de protection sociale, elles restent faibles au Maroc, mais elles ont augmenté au cours de la décennie 1990 : de l’ordre de 12,5 % du PIB en 1998, elles restent inférieures aux 19 % en Tunisie ou aux 18 % en Algérie. Si l’on y ajoute les efforts en matière d’enseignement, la part du budget public consacré aux programmes publics à caractère social est passée de 39 % en 1993 à 47 % en 2002 (hors dette)33.

  • 34 Les prestations familiales ont été introduites en 1942 et les pensions et prestations en cas de ma (...)

48Hérité du modèle colonial français, le régime marocain de sécurité sociale (principalement centralisé à la Caisse nationale de sécurité sociale, CNSS) assure des prestations en matière d’allocations familiales, d’aide sanitaire familiale, d’indemnités journalières en cas de maladie ou de maternité, de pension d’invalidité, de vieillesse, de survivants. L’affiliation à la CNSS, relevant le plus souvent de l’initiative de l’employeur, est en théorie obligatoire. Mais le système foisonne d’institutions aux domaines de comptences non généralisés, fragmentées, sectorielles. Les dispositifs de protection sociale au Maroc restent faiblement institutionnalisés, quand bien même ils sont anciens et, à l’origine, calqués sur des institutions de la France coloniale34. Pour aller vite, le tableau que l’on peut dresser aujourd’hui de l’état de la couverture sociale dénote un système parcellaire, inégalitaire et non universel (M. Kaddar, 2003 ; M. Catusse, 2005). Tout en haut d’un système pyramidal plus excluant qu’incluant, se trouvent les salariés urbains du public. Même dans leur cas, les prestations auxquelles ils ont droit ne couvrent pas l’ensemble des besoins. Dans les faits, l’accès à la couverture sociale reste très lié à celui de l’emploi et au libre-arbitre de l’employeur. Celui-ci déclare ou non ses ouvriers à la CNSS, il subvient ou non, à titre personnel, aux dépenses de santé, d’éducation, etc., de ses employés. Au fond, l’adoption d’une forme plutôt bismarkienne de protection sociale posa évidemment le problème de son développement dans un contexte où la nature du salariat (essentiellement lié à l’emploi public), et la faiblesse de son extension étaient forts éloignées de celles où le modèle a initialement été pensé et mis à l’épreuve.

49Les indicateurs de santé sont meilleurs en milieu urbain que rural mais l’assurance maladie – non obligatoire – ne couvre, du moins jusqu’au vote de la loi sur l’assurance maladie obligatoire en 2005, que 15 % de la population. Pour les trois quarts, il s’agit de fonctionnaires et leurs ayants droit. La sécurité sociale ne couvre que 23 % de la population active du secteur formel. L’extension de la couverture médicale de base et la généralisation du système de retraite sont discutées depuis près d’une décennie, alors que de grosses malversations dans la gestion des fonds de la Caisse et d’importants détournements ont été récemment dénoncés.

  • 35 www.entraide.ma.

50Outre la gratuité de l’enseignement et des services de santé (dont l’accès n’est pas toujours garanti en revanche), les autres mécanismes d’assistance sociale sont pauvres. Jusqu’à la fin de la décennie 1990, ils reposent essentiellement sur le programme de subventions à la consommation alimentaire (1,6 % du PIB), un programme de chantiers de travaux publics (la « promotion nationale »), et un programme du ministère de l’Emploi, de la Formation professionnelle, du Développement social et de la Solidarité : « l’Entraide nationale », deux institutions héritées des années du dévelopementalisme. La « Promotion nationale » était le plus important programme social lancé au Maroc jusqu’au début des années 2000. Mise en place sous la tutelle du ministère de l’Intérieur dès 1961, elle faisait appel à l’armée pour gérer, sous forme de régie, des travaux d’utilité publique en milieu rural en y associant des travailleurs en sous-emploi ou sans emploi. À ce titre, elle fut une source non négligeable d’emploi temporaire. Avant de devenir un établissement public en 1972, « l’Entraide nationale » était, quant à elle, à sa création en 1957 un établissement privé à caractère social. Sa mission est d’assurer « l’aide et l’assistance sous toutes ses formes aux populations démunies et de concourir à la promotion familiale et sociale35 ».

  • 36 Banque mondiale, 2001, 52.
  • 37 Banque mondiale, 2001.

51Néanmoins, cette institution a toujours fonctionné avec un faible budget (0,1 % du PIB en 1998) et est restée embryonnaire. En 2002, elle comptait 6 000 employés (dont 4 400 temporaires) et desservait environ 80 000 femmes et enfants pauvres spécialement en milieu urbain (soit moins de 2 % des « pauvres »), leur offrant un éventail de services à petite échelle (alphbétisation, foyers, maternelles, etc.). « L’administration y est fortement centralisée, les capacités organisationnelles sont faibles et la supervision et le suivi du coût et de la performance des réalisations font défaut »36. Dans la mesure où il n’existe alors aucun mécanisme de sécurité sociale qui assure des transferts en espèces aux groupes les plus défavorisés de la société, il s’agissait là de l’unique agence publique pro-pauvre ; le gouvernement marocain entama une restructuration pilote de l’institution en 1999, en collaboration avec la Banque mondiale37.

52Pour la Banque mondiale donc :

  • 38 Banque mondiale, 2002, 2.

« Au cours de la dernière décennie, le faible niveau de la croissance économique a été la principale cause de l’augmentation du chômage, de la pauvreté et de la vulnérabilité. (…) Les dépenses publiques consacrées aux secteurs sociaux, bien qu’à la hausse, sont toujours (i) insuffisantes pour sortir la population de la pauvreté et réduire les vulnérabilités ; (ii) biaisées en faveur des groupes aisés ; (iii) et inefficaces. Parallèlement, la lente croissance économique, le chômage à la hausse, et l’affaiblissement de la solidarité familiale ont contribué à l’augmentation des demandes sociales et exercé des pressions additionnelles sur le système de la protection sociale »38.

  • 39 Le paysage institutionnel et son évolution sont plus amplement analysés dans M. Catusse, 2005.

53Sans entrer plus en détail39, on voit là, en quelques tendances, les limites des capacités et des formes de l’intervention publique dans le domaine de la protection sociale, tant dans la nature et surtout l’étendue et la performance des prestations qu’en termes d’investissement de l’État dans les secteurs sociaux. Si l’on a pu penser, dans les années d’or du développementalisme, l’État comme « l’alpha et l’oméga de ce moment, sous la double espèce de l’État-démiurge et de l’État-providence » (A. Roussillon, 1996, 18), le modèle de régulation des risques sociaux par l’État au Maroc s’est avéré très modeste et est devenu caduc. On mesure les effets négatifs, en termes de représentations et d’attentes, de l’aura symbolique dont la puissance publique a pu se prévaloir, et… aujourd’hui, faire défaut. Mais près de vingt ans après l’adoption du principal programme d’ajustement structurel du pays, les formes de régulation des risques sociaux par le marché paraissent elles aussi sur la sellette comme l’indiquent non seulement ces mauvaises performances sociales (notamment la hausse des taux de pauvreté et le caractère structurel du chômage) mais également le développement de mouvements sociaux dans le Maroc de la dernière décennie.

54Certes, les « émeutes FMI » n’ont ébranlé le pays qu’au début des années 1980 après la suppression des subventions à la consommation sur des produits de premières nécessités ou la fermeture d’établissements publics d’enseignement. Mais outre le mouvement des diplômés chômeurs, ce qui inquiète les pouvoirs publics – et fragilise incontestablement la stabilité du régime – dans les années 1990-2000 ce sont d’une part l’intensification et les effets de la médiatisation des migrations clandestines vers l’Europe, notamment de jeunes personnes qui prennent des rafiots de fortune pour traverser, au péril de leur vie, le détroit de Gibraltar et d’autre part l’inscription de plus en plus tangible de la mobilisation à référent religieux dans le champ politique.

55S’il faut examiner avec beaucoup de discernement ces deux phénomènes et leurs ressorts sociologiques, soulignons simplement que l’un comme l’autre font l’objet dans le Royaume d’un même type d’exégèse dominante fortement discutable mettant en scène « l’État social » et ses (contre) performances : la lutte contre l’émigration (évidemment soumise à pression internationale et notamment européenne) passerait non seulement par des dispositifs sécuritaires de contrôle des frontières mais également par l’installation de filets de protection sociale, qui fixeraient localement les candidats potentiels au départ. Il en est de même de la mobilisation politique islamiste qui se serait ostensiblement exprimée par exemple dans les scores réalisés par le Parti de la justice et du développement (PJD), le seul parti d’affichage islamiste autorisé, lors des élections législatives de septembre 2002 et des communales de 2003. Elle se traduit aussi dans la prise de parole d’organisations non officielles, telle l’association ‘Adl wa el-ihssân (justice et spiritualité) (M. Tozy, 1999) mais encore – sans aucun lien direct – au moment des attentats perpétrés à Casablanca en mai 2003. Or, une corrélation s’établit dans le sens commun, nourrie d’analyses politiques rapides, entre misère, mal-intégration sociale et engagement islamiste. Les pouvoirs publics comme la majorité des médias marocains l’expliquent par l’instrumentalisation de l’anomie et de l’exclusion sociale associée à des actions de bienfaisance et d’entraide dans les quartiers défavorisés.

  • 40 À noter d’ailleurs la levée de bouclier médiatique et politique contre les déclarations du Premier (...)

56Bien sûr, l’engagement radical ou derrière des idéologies populistes n’est pas nécessairement directement corrélé à des données socio-économiques (Ch. Traïni, 2003). L’équation « mobilisation islamiste = expression de misère sociale » appelle à beaucoup de nuances (F. Burgat, 2005). Dans les bidonvilles casablancais, la mobilisation politique est loin de se réduire à l’option islamique et encore moins au passage à l’acte violent (L. Zaki, 2005) ; mais force est de constater que c’est l’explication dominante dans les médias, dans les discours de la majorité des responsables politiques du Royaume 40 et même dans de nombreuses productions sociologiques.

Contraintes économiques, pressions politiques

  • 41 Malgré une hausse : selon le PNUD en 2004, les entrées nettes d’IDE en % du PIB passent de 0,6 en (...)

57La mise sur agenda d’une question sociale au Maroc est très intimement liée aux transformations qu’y connaît le capitalisme. Elle en est l’une des expressions. Mais la recherche de solutions et de modes innovants de régulation sociale, sur le marché du travail ou ailleurs, est déterminée par les contraintes qui pèsent sur l’économie politique du pays. Alors que les échanges se libéralisent, le rôle des Investissements directs étrangers (IDE) est mis en avant, par la théorie économique comme par les réformateurs locaux et internationaux, ce qui constitue de sérieux obstacles au développement de filets sociaux : on ne cesse de souligner la faiblesse de ces IDE à propos des pays du Maghreb41, alors que les accords de Barcelone inaugurant le partenariat euro-méditerranéen promettaient un accroissement massif des investissements européens. Mis en concurrence avec les marchés du travail est-européens ou asiatiques en termes d’avantages comparatifs, c’est sur les structures et les formes de l’emploi que jouent les pays du Maghreb. Dans cette logique, sont avantagés les bas salaires, promue la flexibilité du droit du travail, et la recherche de qualifications intermédiaires reste marginale. Le dégraissage du secteur public obère l’accès à l’emploi des actifs de plus en plus nombreux. Les effets de la transformation des marchés du travail, dans une société non seulement faiblement salarisée, mais où l’avantage comparatif à court terme dans le commerce international repose largement sur des logiques de dumping social, complexifient l’équation de la « question sociale ».

58De fait, la privatisation et la réforme économique se sont accompagnées d’une flexibilisation des rapports au travail. Celle-ci se traduit par un processus de désalarisation. Elle s’exprime surtout par une logique de précarisation du travail, via non seulement l’extension du travail non déclaré, mais aussi la promotion de formes de travail fragmentées (contrats à durée déterminée, travail occasionnel, travail temporaire ou partiel, intérim) (Voir chapitre VI).

  • 42 Loi 65-99, adoptée en 2003.
  • 43 Loi 18-01, adoptée en 2001, révisée en 2003.
  • 44 Loi 65-00, entrée en vigueur en 2005.

59C’est dans ce contexte que, depuis le début de cette décennie, l’arrivée sur le trône du nouveau souverain et l’arrivée à la tête du gouvernement, de 1998 à 2002, du secrétaire général de l’Union socialiste des forces populaires (USFP), un double train de réforme fut engagé : d’une part, dans le domaine législatif, de nouvelles grandes lois sociales sont adoptées, après des années, voire des décennies, de blocages (notamment un nouveau code du travail42, une nouvelle loi sur les accidents du travail43, une loi sur l’Assurance maladie obligatoire44). D’autre part, l’action caritative d’assistance aux « démunis » est réorganisée, avec, en mesure phare, l’annonce, en 2005, d’une Initiative nationale pour le développement humain (INDH) : tournée vers les acteurs ou des institutions privées, elle est fortement et très ambitieusement organisée par les pouvoirs publics, qui en font une priorité.

60À côté de la mise en œuvre de modèles génériques de traitement des risques sociaux proposés par les institutions financières internationales qui privilégient des modes assuranciels de protection (donc individuels et privés), les métamorphoses de la régulation sociale par le politique au Maroc reposent avant tout sur des formes de subsidiarité ou de délégation. À la place d’un schéma de régulation binaire – l’État social développementaliste protégeant la société des salariés par l’extension de l’emploi public et l’offre de services sociaux et sanitaires / les institutions caritatives locales ou nationales se chargeant du « reste » –, de nouveaux dispositifs voient le jour, déclinant sous plusieurs formes des modalités de cogestion des risques sociaux.

Cogérer les risques sociaux

61Les tendances à la sectorisation, la création d’institutions parapubliques non contrôlées par le Parlement, l’implication au monde associatif ou, dans une moindre mesure, des « communautés locales » (« local communities ») comme l’échec des gouvernements et ministres partisans à mener au bout des réformes dont ils étaient les instigateurs, ont conduit à la formation d’arènes de traitement des politiques sociales qui se caractérisent par leur dépolitisation et un recours accru à la décharge. Le développement de deux scènes de négociation séparées [celle relative à la régulation du marché du travail et celle relative au traitement de la « pauvreté » (M. Catusse, 2005)] exacerbe un fossé entre le monde salarial et le monde non salarial ou non déclaré, entre la problématique du travail et celle du secours (R. Castel, 1995, 45), entre logiques d’assurance et d’assistance. Ceci ne va pas sans conséquences sur l’énonciation d’une citoyenneté sociale.

62Nous reviendrons dans la partie suivante sur l’adoption de nouvelles lois sociales et leurs impacts. Notons ici simplement que dans le domaine de la lutte contre l’exclusion et la pauvreté, il est fait recours à l’assistance et à la solidarité, ad hoc et privées, appuyées par le développement d’associations locales ou internationales, le recours à des mécènes ou des financements privés. Pour ce qui est du développement remarquable d’associations à vocation économique et sociale, certains estimèrent que « le déclin de l’État providence et la progression de l’idéologie économique libérale se sont accompagnés d’une réhabilitation de la notion de profit, d’un nouvel éloge de l’initiative privée et d’une revalorisation de l’entreprise » qui furent particulièrement mobilisatrices pour la création d’associations d’aides à la micro-entreprise (G. Denoeux, 2002, 37). Dans ce creuset, l’initiative ne vint pas toujours des pouvoirs publics. Dans de nombreux cas, les recompositions de l’action publique se sont nourries d’une activité associative en effervescence, qu’elle encourage à se développer et cherche à encadrer. Elle trouve parfois écho également dans les velléités d’un « entrepreneuriat éclairé » : un ensemble d’individus ou de groupes qui, modernisant les pratiques classiques des notables, prennent parole et passent à l’acte, au nom de motifs plus ou moins élitistes, plus ou moins politiques. Z. Daoud parle à leur sujet « d’économique intelligent » (2005, 37). Dans les colonnes de la presse, ils sont catalogués comme leaders de la « société civile ». Souvent, il s’agit de personnages qui ont milité dans les milieux estudiantins des années 1970, qui ont investi dans les affaires et qui, dans le tournant libéral des années 1990, prônent un « libéralisme culturel » :

« Un ensemble de valeurs qui, sans être contradictoires avec les valeurs capitalistes ou celles de la défense collective des intérêts des salariés, ni non plus nécessairement impliquées par elles, sont davantage centrées sur les notions de liberté et d’épanouissement de l’individu ». (G. Grunberg et E. Schweisguth, 1983, 360).

63Heureux dans leurs activités privées, ils semblent tirer certaines satisfactions à s’engager dans la vie publique. Ces chefs d’entreprise se veulent « pédagogues » et « citoyens ».

  • 45 Entre autres, l’association al-Amana, la fondation Banque populaire, la fondation Zakoura, l’Assoc (...)

64Le développement de fondations d’aide au microcrédit 45 se situe à l’interface de formes classiques de mécénat, d’action de développement social ainsi que de la promotion de l’esprit d’entreprise. Si certaines sont clairement « privées », d’autres sont beaucoup plus étroitement liées aux institutions politiques et publiques. Pour N. Ayouch, à la tête d’une société de publicité casablancaise, initiateur dans les années 1980 d’une revue féministe, Kalima, et fondateur de la fondation Zakoura, inspirée des expériences de la Grameen Bank au Bangladesh, les motifs de son engagement dans cette entreprise qui a remporté de nombreux succès depuis 1995, sont militants :

  • 46 Entretien 20 mars 1998.

« Pour moi, le civisme, c’est très important. Je ne sais pas si... Pour moi, c’est la citoyenneté qui est... Je crois que, quand on parle de “société civile”, etc., c’est un gros mot... il y a des citoyens qui vivent dans un pays et il me semble... ce n’est pas qu’il me semble... je le crois profondément, comme je vous l’ai dit tout à l’heure, qu’on n’est pas dissociés les uns des autres. On vit dans un lieu, et maintenant c’est devenu un village planétaire, mais enfin dans notre pays, et chacun a un rôle à jouer. Le rôle à jouer, il est individuel et collectif. Individuel : il faut réussir, s’épanouir. Vivre et faire vivre sa famille. Et collectif, c’est que chacun est concerné par l’autre. Et ceci est très important pour moi »46.

65Ils sont le résultat d’une indignation, d’une prise de conscience :

  • 47 Idem.

« Quand je suis venu ici, il y a deux choses qui m’ont toujours choqué : la pauvreté absolue qu’il y a dans ce pays. Il y a très peu de gens qui réussissent et qui ont de l’argent et il y a plus de 80 % de gens qui sont délaissés, qui sont des exclus, qui sont des laissés-pour-compte. Ça c’est quelque chose qui m’a toujours choqué. Un autre facteur qui m’a choqué, c’est l’analphabétisation du pays, qui est excessivement élevée, qui n’est pas normale. D’autres pays comme le nôtre ont progressé dans ce domaine de façon absolument considérable. Le troisième point, c’est la situation de la femme. La situation de la femme est encore absolument inadmissible. (…). Ça n’est pas normal que dans la société d’aujourd’hui, la femme soit confinée dans le statut où elle est maintenant. Ces trois aspects, j’ai toujours milité là-dedans »47.

66Ils s’expriment également en termes de gestion d’entreprise (« Zakoura est une association humanitaire à but non lucratif, qui fonctionne comme une entreprise, à l’efficacité » (M. Ayouch, cité par Z. Daoud, 2005, 65). C’est d’ailleurs, un bon « management » qui peut assurer la réussite de cette expérience et la rendre utile :

  • 48 Idem.

« Nous avons créé cette fondation qui a pris un essor considérable, puisque maintenant, cette année en 1998, on va faire trois fois plus de microcrédits qu’on en a fait en deux ans. Il y a plus de soixante personnes qui travaillent à plein temps. Il y a cent personnes à la fondation Zakoura, parce que j’ai un autre secteur qui est l’éducation, je ne sais pas si vous êtes au courant. (…) Nous sommes une association indépendante, et même les associations créées par l’État, par le gouvernement, n’ont pas autant de membres, et n’arrivent pas à organiser autant de choses. Là, c’est une ambition chez moi qui est de dire... enfin j’ai dit qu’on allait devenir le premier créateur d’emploi au bout de trois ans. On le sera cette année » 48.

67Surfant sur la vogue internationale du microcrédit, le président de cette fondation a contribué avec d’autres à faire du microcrédit l’objet d’un problème public, dans lequel une variété d’opérateurs économiques s’investit à titre personnel ou institutionnel (pour les banques par exemple). Il en use comme un instrument de « preuve » de la convergence d’intérêts privés et d’intérêts collectifs : contrairement aux actions de petites associations sans grands moyens le projet, dès sa genèse, était ambitieux et géré de façon à être économiquement rentable. Placée explicitement sous le signe de l’éveil de la citoyenneté, la trajectoire de son fondateur est exemplaire du retournement, de la « transformation » qui affecte l’articulation de l’action associative et des politiques publiques au Maroc.

68Progressivement Zakoura a reçu le soutien de banques marocaines, puis du Fonds Hassan II et du PNUD, de l’Union européenne et de l’USAID. En 1999 une loi permit un essor aux associations de microcrédit, encadra leur développement et leur donna une dimension institutionnelle. Avec Zakoura, d’autres occupent le devant de la scène du marché du microcrédit au Maroc. Plus haut, j’ai eu l’occasion d’évoquer la fondation Banque populaire pour le microcrédit. L’association Al Amana (l’assurance), une troisième institution phare dans ce secteur présente un autre type qui illustre l’intrication des secteurs public et privé, des initiatives individuelles et des logiques institutionnelles. Créée en 1997 grâce à un accord entre l’USAID et le ministère marocain de l’Industrie et du Commerce, elle engage d’emblée des moyens remarquables, en termes de crédit disponible et de services prodigués, au départ grâce à l’assistance technique d’une ONG américaine, VITA (Volonteers in Technical Assistance).

69Outre ses solides parrains, Al Amana compte sur un premier président prestigieux à l’initiative de l’association, D. Jettou, alors industriel, ex-ministre de l’Industrie, puis ministre de l’Intérieur et, de 2002 à 2007, Premier ministre ; à ses côtés, plusieurs anciens ministres composaient le premier conseil d’administration (M. Kabbaj, ministre des Finances, A. Harrouchi, ministre de la Santé, également président de Afak, une association civile phare des années 1990), ainsi qu’un conseiller éminent du monarque aux affaires économiques (A. Azoulay), le secrétaire général du ministre de l’Intérieur d’alors, A. Ghozaly, membre de Afak, le président de l’Association marocaine de solidarité et de développement (AMSED), pionnière dans le domaine, le coordinateur du PNUD, M. Boujrad, etc. Son secrétaire général puis directeur exécutif est F. Abdelmoumni, militant des Droits de l’homme reconnu, rescapé des années de plomb, vice-président de l’Association marocaine des droits humains, cofondateur de l’Espace associatif, une structure pilote pour coordonner les activités associatives dans le Royaume et mettre en commun des moyens (R. Otayek (coord.), 2004). À l’instar de Zakoura, Al Amara est un organisme actif et performant, comptant près de 100 000 emprunteurs. Son développement montre comment se développent des niches nouvelles d’action publique, où se déploient des formes hydrides de gestion du développement social.

70D’autres personnages se sont démarqués ces années de libéralisation économique, en promouvant l’image d’entrepreneurs « éclairés », solidaires et engagés. Tous accordent une part de leur engagement au thème de l’éducation et du développement social. La fondation Zakoura, outre le microcrédit, a lancé un programme scolaire expérimental dans les zones rurales, en partenariat avec l’Éducation nationale et la Marocaine Vie, société d’assurance des groupes Kettani et Benkirane.

71Ils s’engagent sur de nouveaux marchés, peu ou pas lucratifs, mais où ils estiment que leur expérience de chef d’entreprise peut être utile. Un autre exemple pourrait être celui de l’expérience originale menée autour d’un réseau d’une cinquantaine d’associations de quartier à Casablanca, le RESAQ (Réseau des associations de quartier du grand Casablanca).

  • 49 Sur les trajectoires de ces militants, je renvoie à l’étude fine et passionnante qu’en propose F. (...)

72À l’origine de cette initiative, un ancien détenu politique de gauche, qui, à l’instar d’un nombre remarquable d’entre eux, s’engage dans les années 1990 dans des mobilisations civiles et sociales variées. Militant de l’organisation Ilal Amam (en avant), il avait été arrêté en 1975 et libéré en 1989. Après plusieurs expériences, il décida dans les années 1990 de s’engager dans son quartier, dont il est sinon l’enfant (ould el derb), du moins un habitant de longue date. « Tous les chemins mènent à l’association de quartier », affirme M. Bennani Chraïbi (2003) à propos des trajectoires de militantisme dans le Maroc des années 1990-2000. De fait, l’engagement local, dans des structures différentes de celles des partis politiques, fut un mode de reconversion valorisé par les anciens activistes des années 1970, à leur sortie de prison49. Rompus à l’action collective, abandonnant la doctrine marxiste léniniste qui les avaient animés dans les mouvements lycéens et estudiantins ainsi que la stratégie d’affrontement directe avec le régime qui leur fut particulièrement coûteuse, ils reportent leurs talents et leur soif d’action politique dans des domaines socio-économiques ou pour des causes telles que les Droits de l’homme, la lutte contre la corruption, etc., avec une attention spéciale portée à l’échelle locale.

73Quoi qu’il en soit, le RESAQ s’est développé de façon remarquable au tournant des années 2000, sous l’impulsion de ce militant, élu d’opposition au conseil municipal de sa commune de Casablanca sous l’étiquette l’Organisation de l’action démocratique et populaire (OADP) mais aussi grâce au mécénat engagé d’un industriel. Ce dernier, issu d’une famille d’industriels fassis, eux-mêmes politisés et engagés dans des « œuvres sociales » (sa mère en particulier), s’est investi au cours de la dernière décennie dans des activités de mécénat toutes particulières. Il a soutenu le RESAQ, qui mène des activités de proximité dans certains quartiers de Casablanca : mobilisations environnementales, activités sportives, mobilisations féminines, mais aussi actions de mobilisation civique au moment des élections. Son entreprise familiale sponsorisa le réseau, mit des locaux à sa disposition, prit en charge les frais de photocopies, de téléphone, etc. Elle salaria le militant associatif partenaire, en tant que responsable du « pôle démarche citoyenne » de l’entreprise. En retour, elle gagna une incontestable notoriété. M. Bennani Chraïbi le relève à propos de la candidature de sa mère aux législatives de 2002 :

« Une autre figure de patronage (…) apparaît sous une forme mixte agençant les caractéristiques du système de notables avec celles qui prévalent dans le mouvement associatif, ou encore dans l’entreprise qui se défait de ses traits familiaux pour s’imprégner d’une rationalisation conjuguant marketing et humanisme. (…) En premier lieu, elle est la “femme du patron”, un patron apprécié selon ses dires, parce que l’entreprise est un modèle en matière de politique sociale, tant au niveau de la santé, du microcrédit, que de la lutte contre le harcèlement. Rappelons aussi que sous l’influence du fils, cette politique s’est orientée vers le développement social, avec un soutien affirmé au secteur associatif ». (M. Bennani Chraïbi, 2004b, 136).

74Cet industriel finança également partiellement l’organisation d’un premier forum social maghrébin à Bouznika en 2002 :

  • 50 Entretien 12 mai 2007.

« Pour des raisons différentes : je suis écologiste. La terre ne peut pas survivre, le modèle de croissance en vigueur est non soutenable. Ceux qui veulent le remettre en cause doivent être soutenus »50.

75Il a créé une banque alimentaire, collectant des denrées auprès d’entreprises agroindustrielles et les distribuant dans des associations ou des orphelinats. Lorsqu’en février 2004, la terre a tremblé à el-Hoceima au nord du pays, les camions de cette banque alimentaire furent parmi les premiers à apporter de l’aide, coordonnés sur place par l’indéfectible partenaire associatif de cet industriel.

76Aux côtés du RESAQ, s’appuyant financièrement mais aussi logistique-ment sur son entreprise, ils s’engagèrent tous deux en 2004 dans une expérience pilote, alors qu’était lancée l’Initiative nationale pour le développement humain (cf. ci-dessous) : le « Forum entreprises association ». En tant que président de la très puissante Association marocaine pour l’industrie textile et l’habillement, l’industriel engage la CGEM dans un projet tripartite, RESAQ – CGEM – Fondation Mohammed V pour encourager le soutien par les entreprises du pays du tissu associatif local : « à chaque association, une entreprise ». Pour ce faire, il dirige à la CGEM une nouvelle commission, « entreprise et proximité social ». Le succès d’estime fut important et l’opération se renouvela jusqu’à trouver le soutien de la Banque mondiale en 2005. L’alliance improbable et pourtant efficace entre l’industriel et le militant associatif ne résista pas à cette dernière étape. L’industriel retira son aide au RESAQ qui refusait, pour des « raisons éthiques », l’aide de la Banque mondiale.

77Les motivations de cet homme dans ces activités à mi-chemin entre le mécénat traditionnel et le militantisme politique rejoignent celles des précédents. D’une part, il souhaite se sentir utile et concerné par la société :

« J’utilise toujours cette image : un individu est toujours à bord d’un bateau. Si je m’adresse aux gens de classe bourgeoise, au groupe auquel j’appartiens, ça ne sert à rien… Ca ne sert à rien d’être dans la première classe du Titanic, on va tous couler ensemble. Ma conviction profonde, c’est qu’il faut s’intéresser où va le bateau ».

78Mais son projet consiste aussi, comme ses comparses cités plus haut, à gagner une image, à changer les préférences. Il érige en quelque sorte une cause de l’entrepreneur :

  • 51 Ibid.

« J’avais un autre objectif : la méfiance des Marocains pour les chefs d’entreprise est dangereuse. C’est comme en France. C’est mortel. On accepte la mondialisation ultralibérale, mais sans en tirer les conséquences : il faut rejoindre l’entrepreneuriat qui prend des risques, qui crée de l’emploi et des richesses ». [Cette expérience] « avait la vertu de démystifier le monde de l’entreprise aux yeux des petites associations de quartier et de redorer l’image de l’entreprise et des entrepreneurs. Si l’avenir passe par l’entreprise et le libéralisme, alors autant défendre l’image de l’entreprise »51.

  • 52 Cité par Z. Daoud, 2005, 61.

79Et pour lui aussi seule l’organisation entrepreneuriale, moderne et élitiste est à même d’apporter des résultats. De sa banque alimentaire il dit : « elle est le maillon entre l’économie et le caritatif, avec une organisation minutieuse, en respectant les règles de la logistique et du marketing »52. Et il assume un point de vue élitiste, celui d’un patron, quant à la nécessité d’éduquer, d’encadrer et d’emmener la société :

  • 53 Entretien 12 mai 2007.

« Dans le caritatif et l’humanitaire, le véhicule associatif qui marche le mieux c’est quand à la tête se trouve une élite du pays, quand la troupe est populaire (…). Il faut un interlocuteur qui comprenne, qui ait de la discipline, riche, qui a réussi »53.

80Que ce soit par des pratiques d’assurance ou d’assistance, dans des activités de mécénat, des formes de patronage, ou à travers le développement du tissu associatif, la gestion des risques sociaux au Maroc est loin de se réduire aux seules politiques publiques stricto sensu dont on a vu qu’elles connaissaient de sérieuses défaillances. Comme le soulignent la plupart des analystes, le développement du tissu associatif remarquable ces vingt dernières années dans le Royaume a très étroitement emboîté le pas des transformations du régime. Bénéficiant pour certaines d’entre elles d’aides des agences de développement internationales, les associations se multiplièrent sous le contrôle relativement tolérant des pouvoirs publics, en particulier dans les secteurs du développement social [les rapports de forces furent nettement plus tendus en ce qui concerne les associations plus directement politiques]. Ces quelques exemples, parmi les plus connus, montrent que les modes de cogestion qui se développent sont localisés et personnalisés dans la plupart des cas. Ils indiquent également dans quelle mesure ces expériences ont lieu aux lisières de l’institutionnel. Elles ne sont pas toujours soutenues par les pouvoirs publics. Le RESAQ, par exemple, eut souvent à se plaindre des résistances administratives, pour avoir accès à un local, etc. Elles trouvent parfois main forte auprès de partenaires étrangers, des opérateurs économiques, ou auprès des pouvoirs publics : rarement directement l’administration, mais par exemple la Fondation Mohammed V ou le Fonds Hassan II.

  • 54 A. Zaâzaâ, « Nous avons refusé le parrainage de la fondation », Le Journal Hebdomadaire, 9 novembr (...)
  • 55 « Focus : un champion dans le social », Le Journal Hebdomadaire, 9 novembre 2006.

81Le RESAQ n’avait accepté qu’au prix de compromis interne l’association à la Fondation Mohammed V. Le divorce entre le financier et la cheville ouvrière du réseau fut l’occasion d’un premier débat médiatique sur le rôle de la Fondation royale dans la réorganisation du tissu associatif. Outre que certains refusent de servir de « prestataires de services » pour la Banque mondiale ou la Fondation Mohammed V (« on attendait du RESAQ qu’il mobilise des associations pour un accompagnement dont il ignore le contenu »54), d’autres s’inquiètent des moyens et des ressources que concentre la Fondation Mohammed V dans les domaines sociaux : « Le roi ne doit pas s’imposer comme un acteur hégémonique ni avoir un rôle qui peut être considéré par le reste de la société civile comme un négateur », déclare l’un des anciens vice-présidents de l’AMDH, directeur d’une des principales associations d’aide au microcrédit. Ses propos dans la presse expriment un point de vue entendu plusieurs fois en aparté, y compris dans des milieux ministériels, à propos de la fondation, « champion national dans le social » 55ébranlée pour sa gestion de l’aide lors du tremblement de terre à el-Hoceima :

  • 56 F. Abdelmoumni, « Le roi ne doit pas s’imposer comme acteur hégémonique », Le Journal Hebdomadaire(...)

« J’ai une grande gêne à l’égard de cette fondation. C’est un organe qui relève de la volonté de l’autorité publique, du financement public, des finalités et objectifs du gouvernement. Mais qui ne relève pas d’un choix public responsable qui passe par un gouvernement et un Parlement. Il y a un problème d’institution : soit on considère que c’est un organe de l’État et à ce moment-là, il est normal qu’elle s’occupe des prérogatives de mission gouvernementale avec des moyens étatiques (…). D’où l’obligation de rendre des comptes à travers le Parlement. Soit c’est un organe à connexion purement privée, auquel cas et comme toutes les fondations qui sont présidées par des têtes couronnées, il ne devrait pas puiser dans les ressources de l’État et s’imposer au privé comme étant le seul et unique acteur de la société civile »56.

82Si le « social » n’était pas vraiment une préoccupation inscrite en tête de l’agenda marocain comme il a pu l’être en Tunisie par exemple (M. Camau et V. Geisser, 2003, 218-220 ; B. Hibou, 2006, 234 et ss.), il le devient dans les années 2000 sous la monarchie de Mohammed VI, après presque vingt ans d’ajustement structurel, de mise à niveau et de privatisations. Cette sollicitude dont font preuve les représentants de l’État préside à un redéploiement de l’action publique et des pouvoirs dans un contexte économique et social en transformation. On le voit par exemple dans le cas du mouvement des diplômés chômeurs, qui continuent à revendiquer de l’emploi public à organiser des sit-in devant le Parlement, malgré deux décennies de « réformes néolibérales », les demandes sociales se tournent vers l’État prioritairement.

83Les métamorphoses du gouvernement dans ce domaine, comme dans d’autres secteurs économiques, prennent deux aspects principaux : d’une part, une saisine d’activités privées, individuelles ou associatives pour se décharger non seulement des dispositifs mais également des responsabilités sociales ; d’autre part, de nouvelles modalités de contrôle, ici moins par contrainte que par centralisation des ressources. Si les politiques sociales se font de plus en plus cogérées, sur la base de partenariat, c’est au moyen d’une captation et d’une redistribution par l’administration centrale des ressources privées ou internationales. L’État, dont le budget se contracte, dispose de capitaux externes pour redéployer son action sociale : les pouvoirs publics tentent de se situer dans l’échiquier des politiques sociales en se positionnant en coordinateurs de l’action du tissu associatif qui s’est développé comme on vient de le voir et en récipiendaire privilégié et crédible de l’aide internationale au développement.

Redéploiement de l’action publique : l’Initiative nationale pour le développement humain

84L’annonce, par le roi Mohammed VI, en mai 2005 un an après les attentats de Casablanca, d’une Initiative nationale pour le développement humain (INDH) a constitué un point d’orgue dans ces ajustements substantiels de l’économie politique du Royaume en matière de réorganisation de la gestion des risques sociaux. Pas de réformes de fond dans les politiques de l’emploi, pas d’inflexions dans le modèle macro-économique choisi, il s’agissait de traiter, à coup de politiques de logement et d’incitation au microcrédit essentiellement, les problèmes de la « pauvreté », de « l’exclusion sociale » et de la « précarité » dans le Royaume.

85Dès septembre 2005, la Banque mondiale offrait une assistance technique et financière à l’INDH. Proche du Palais dont on considère parfois qu’il est l’organe officiel, l’hebdomadaire Le Matin du Sahara donne, après le discours royal, la mesure de la charge politique de l’Initiative :

  • 57 MAP, « S.M. le Roi lance à Fnideq l’Initiative nationale pour le développement humain », Le Matin (...)

« Véritable projet de règne », [l’INDH] « n’est pas une action caritative de l’État, dans la mesure où elle a pour objectif la mise à niveau sociale du pays en favorisant la réinsertion des populations les plus démunies dans le tissu productif. Catalyseur de développement, l’INDH est le fruit d’une dynamique nouvelle d’accompagnement par l’État des efforts locaux d’amélioration des conditions de vie individuelles et collectives. Partant de cette approche, cette initiative louable est un instrument privilégié de mise en convergence des actions et programmes de l’État, des collectivités locales et des ONG, principales partenaires dans la mise en œuvre de l’Initiative. S.M. le Roi Mohammed VI a souligné dans le discours qu’Il a adressé à la Nation le 18 mai dernier que “cette initiative s’inscrit dans la vision d’ensemble qui constitue la matrice de notre projet sociétal, modèle bâti sur les principes de démocratie politique, d’efficacité économique, de cohésion sociale et de travail, mais aussi sur la possibilité donnée à tout un chacun de s’épanouir en déployant pleinement ses potentialités et ses aptitudes”. Elle doit donc être considérée comme un processus inédit, local, progressif, fait d’apprentissage et d’accumulation d’expérience »57.

86L’extrait est intéressant au-delà du marketing politique. Il souligne d’emblée non seulement le rôle central que les pouvoirs publics prétendent jouer dans la lutte contre la vulnérabilité sociale mais encore la volonté de mettre en place de nouveaux outils et principes de l’action sociale qui privilégient le partenariat avec des acteurs « privés ». Les objectifs affichés sont extrêmement ambitieux et s’organisent autour d’une triple priorité, financée par la loi de finance mais également via la redistribution de l’aide internationale au développement essentiellement dirigée vers le tissu associatif, qui, par définition, ne peut agir que sur des territoires et à l’égard de populations restreintes : « renforcer la lutte contre la pauvreté dans les zones rurales » ; « réduire l’exclusion sociale dans les zones urbaines » ; « intensifier la lutte contre les conditions de vie précaires ». Pour ce faire, elle implique, selon ses promoteurs et conformément aux instructions et modèles proposés par les agences de développement internationales, une démarche « participative » et une « synergie » entre les actions sectorielles à travers des mécanismes institutionnels (comités de pilotage à différents échelons).

87Avec enthousiasme, la Banque mondiale soutient le nouvel outil et l’étiquette à son tour.

  • 58 Banque mondiale, « La Banque mondiale et l’INDH », www.banquemondiale.org/Maroc.

« L’INDH s’inscrit dans une vision globale du développement social et humain et vise la lutte contre la pauvreté. (…) C’est un programme de développement communautaire participatif. Cela signifie que ce sont les habitants des communautés cibles, eux-mêmes, qui vont exprimer leurs besoins en matière d’équipements et de services sociaux, d’appui aux activités génératrices de revenus, de renforcement des capacités et d’animation sociale. Ces besoins seront étudiés au niveau de chaque commune ou quartier et seront financés dans le cadre d’une “initiative locale pour le développement humain”. La mise en œuvre de cette initiative locale se fera tout en recherchant une mise en convergence avec les programmes sectoriels et les plans de développement des collectivités locales. Ce processus devrait aboutir au renforcement du pouvoir décisionnel des populations concernées et de l’action des collectivités locales »58.

88Dans les faits, les premières institutions créées dans le cadre de l’INDH sont faites « par en haut » et encadrées par les administrations décentralisées du ministère de l’Intérieur (E. Luciani, 2007).

89Médiatisée et auréolée du sceau royal, très ambitieuse dans l’exposé qui en est fait, l’INDH signe une réorientation de l’action publique au regard de la protection sociale des Marocains. L’initiative n’en est à l’heure actuelle que dans sa phase de mise en route. Mais l’on peut d’ores et déjà en pointer certains éléments. D’une part, il s’agit de centraliser et de coordonner l’action d’un tissu associatif existant, qui s’est développé au cours des dernières décennies dans des secteurs sociaux urbains et ruraux. À ce titre, l’INDH prolonge la création de plusieurs institutions ces dernières années : celle d’une Agence de développement social créée en 1999 et celle d’un ministère du Développement social, de la Famille et de la Solidarité créé en 2004 pour :

« La préparation, la coordination et l’évaluation de la politique officielle du gouvernement dans les domaines du développement et de cohésion sociale, de la lutte contre l’exclusion, la précarité et la pauvreté et de la promotion de l’entraide et de la solidarité nationale »59.

90Il s’agit également de favoriser les conditions du développement d’un Fonds social qui puisse être alimenté tant par des ressources publiques que privées, tant nationales qu’internationales. À ce titre, l’INDH s’inscrit également dans le prolongement de la création de deux institutions phares de la monarchie de Mohammed V : la Fondation Mohammed V pour la solidarité et le Fonds Hassan II pour le développement économique et social mentionné plus haut.

91Inaugurées en grande pompe à la toute fin de la décennie précédente, dirigées par des proches conseillers du Roi et dirigeants de banques, offices privés ou publics, ces structures hybrides sont financées par des canaux exceptionnels : plus exactement, elles renvoient à un mode de gestion privatif de fonds souvent d’origine publique. C’est notamment le cas du Fonds Hassan II qui a bénéficié d’une part importante de la concession de la deuxième licence GSM en 2001. Comme nous l’avons vu plus haut, les deux organismes, fer de lance de la « monarchie sociale », ne font jusqu’à présent l’objet d’aucun contrôle gouvernemental ou parlementaire ou presque et fonctionnent essentiellement de manière discrétionnaire sous la bienveillance royale. Néanmoins, ils sont intégrés progressivement dans les institutions publiques, par exemple par la transformation du Fonds Hassan II en établissement public en décembre 2001. Ils sont créés sur le principe de nouvelles formes d’intervention qui s’adressent à la génération de revenu, le soutien au microcrédit et l’accès à certains services de base. Leur statut, entre public et privé, est ambigu. Leur champ d’action ne relève ni du droit et d’un rapport à la citoyenneté, ni des politiques publiques, comme si l’on cherchait à circonscrire et à fournir des services aux « indigents » sans pour autant leur donner des droits sur l’État.

92Comme le Fonds 26/26 en Tunisie, très médiatisé, les institutionnalisations de ces organismes et de l’INDH occupent une fonction tribunicienne : il s’agit de montrer que les questions sociales sont inscrites à l’agenda public et que le Palais, qui en est le promoteur principal, s’implique au premier chef dans le dossier. Leurs intitulés mêmes entérinent la reconnaissance implicite de problèmes collectifs suffisamment larges pour que chacun s’y retrouve : le « développement humain », « le développement économique et social », la « solidarité ». Le caractère multisectoriel de l’INDH a renforcé ce sentiment : chaque personne, mais également chaque institution, est concernée par la question. La machine de ces institutions sociales marocaines est nettement moins huilée que ne peut l’être le Fonds 26/26 tunisien, en tout cas dans sa dimension répressive et coercitive (B. Hibou, 2006, 236 et ss.). Certes, les campagnes de solidarité de la Fondation Mohammed V s’appuient sur une participation populaire collective, sur un appel à la solidarité nationale où chaque citoyen peut contribuer de son obole et afficher son soutien au programme. Mais à l’inverse de ce qui a pu être décrit à propos, par exemple, des souscriptions obligatoires pour la construction de la mosquée Hassan II à Casablanca, ici, la collecte de fonds ne passe pas par le « don obligatoire » et systématique de toutes les entreprises et sociétés. Les ressources de ces institutions ne reposent pas sur une fiscalité déguisée et assujettissante mais plutôt par la captation de biens publics et de l’aide internationale.

93Quoi qu’il en soit, depuis leur création, ces deux structures présentées comme des « instances de crise » créées au nom de la solidarité nationale pour faire face à l’insécurité sociale croissante, ont agi en régularisant et contractualisant leur partenariat avec des associations et de grands groupes privés. Les mécanismes de décharge se perfectionnent et se routinisent. Les associations d’aide au microcrédit y tiennent le haut du pavé. Elles ont également bénéficié de partenariat de longue durée avec des bailleurs de fonds internationaux, quand bien même leurs structures de financement sont généralement extrêmement diversifiées.

94Avec l’INDH, paradoxalement, non seulement elles publicisent des activités privées, mais elles les institutionnalisent, les régularisent dans un dispositif d’action alternatif à celui des institutions politiques représentatives. Ceci est particulièrement clair dans le secteur du microcrédit. Il faudrait évidemment creuser l’analyse de chacun de ces nouveaux dispositifs, de leurs modes de financement et logiques de redistribution. Ils mettent en lumière des formes inédites d’interventionnisme de l’État dans des domaines où l’on dit généralement, à l’inverse, son désengagement. Il ne s’agit pas là de surévaluer les compétences et les ressources de la puissance publique, mais de montrer que, derrière les réformes, les autorités publiques marocaines redéploient des institutions sociales en faisant recours au privé.

95Ces dernières répondent à un double objectif : d’une part, conformément à l’orthodoxie des institutions de développement internationales, accompagner les effets de l’ajustement structurel en les rendant le moins insupportable possible, sous forme compensatoire, et atténuer les coûts du conflit social pour l’entreprise et l’économie nationale. D’autre part, éviter que l’accroissement des risques sociaux ne mette en péril la stabilité politique du régime. Sans faire d’anachronisme, certains parallèles pourraient être développés entre ce redéploiement des politiques sociales dans le Maroc de l’ajustement structurel et « l’invention du social » dans l’Europe de la révolution industrielle : cette dernière constitua en large partie une solution paradoxale trouvée par les législateurs « bourgeois » pour contenir la pression politique des masses, pour faire face aux risques révolutionnaires et faire taire la revendication ouvrière en France (J. Donzelot, 1994). On connaît également l’histoire du développement du système bismarkien, paternaliste, bureaucratique et corporatiste dans l’Allemagne impériale. La quête de paix sociale devient une priorité pour les pouvoirs publics. Alors que les entreprises publiques et un nombre important de services publics sont privatisés, alors que l’emploi public s’amenuise considérablement, les institutions publiques gardent un pouvoir d’initiative et un contrôle politique central sur les dispositifs publics ou privés de prise en charge des risques sociaux. Elles se tournent vers des acteurs privés, notamment ceux du marché et les associations, pour susciter leurs initiatives et trouver leur concours.

  • 60 Le Roi est le président du conseil d’administration de la Fondation Mohammed V, le Premier ministr (...)

96Si l’Entraide était jusqu’alors un établissement public classique, l’Agence de développement social ou la Fondation Mohammed V sont, quant à elles, dirigées par des conseils d’administration mixtes, réunissant des représentants de l’administration publique, un conseiller du Roi, mais aussi des représentants des secteurs privés et associatifs60. Quant à la mise en œuvre de l’INDH elle-même, elle s’appuie sur le principe d’un partenariat décentralisé avec les secteurs économique et associatif. Mais dans tous les cas, l’État, et en particulier l’administration centrale, continuent à jouer un rôle déterminant : en matière d’allocation des ressources et en matière de prise de décision.

97Ainsi, dans le monde de l’entreprise ou celui de l’association, tend à se régulariser et se contractualiser un « partenariat » entre pouvoirs publics et acteurs privés. Si l’arène de négociation des relations salariales est tirée vers le monde de l’entreprise (voir partie II), celle de la discussion des modalités de l’aide aux plus démunis semble s’inscrire dans un contexte dépolitisé. Ce qui ne signifie ni qu’elle n’est politique, ni que l’État s’en détache. Bien au contraire, cela contribue à redessiner les contours non seulement de ce qui pourrait être un État social, mais de l’État lui-même, de ses ressources et de ces modes d’action. En ce sens la privatisation de l’action publique consiste à redistribuer les responsabilités, redessiner les frontières relatives entre ce qui relève du public ou du privé et finalement transformer des modes de régulation des risques sociaux. Attention cependant à ne pas forcer le trait. Les pouvoirs publics trouvent d’autres instruments pour jouer de leur autorité et contrôler des dispositifs primordiaux des recompositions du capitalisme marocain. Une variété d’acteurs, aux relations versatiles avec le politique et l’administration, trouvent là des niches, pour exprimer leurs aspirations : appétits de pouvoirs, désirs d’action et, dans certains cas, recherche de reconnaissance sociale. Il faut comprendre que comme le note A.O. Hirschmann, l’opulence et la richesse matérielle peuvent tour à tour satisfaire ceux qui en bénéficient et les frustrer et les décevoir au point de ressentir le besoin de se distinguer dans l’action publique et politique. En ce sens, l’action publique peut être perçue comme « l’un des domaines différents du privé » (A.O. Hirschman, 1983, 110).

***

98Les changements que l’on observe dans ces arènes d’action publique, celle du gouvernement local ou celle des politiques sociales, ont plusieurs conséquences en termes d’économie politique. D’abord, en ce qui concerne le transfert de compétence de pans entiers de questions jusqu’alors qualifiées de « publiques » à des groupes privés, nationaux ou internationaux. Ceci est particulièrement clair dans le cadre de la délégation de gestion des services publics. Ni directement partie prenante, ni jusqu’à présent concertés de manière officielle dans la conception de l’aménagement, les groupes repreneurs, étrangers ou marocains, peuvent être considérés comme les acteurs privés de la recomposition de l’action publique. Ils mettent en œuvre des stratégies d’intervention fondées sur des logiques d’actions qui ne contredisent pas nécessairement la politique publique en matière d’aménagement et d’urbanisme par exemple, mais qui ne s’y intégrant pas formellement peuvent générer des conflits d’occupation d’espace.

99Ensuite, les négociations, tractations, discussions et accords sur ces contrats de gestion déléguée ou sur les partenariats entre les autorités publiques et les acteurs associatifs locaux dans le cadre de l’INDH, par exemple, s’effectuent hors des institutions publiques, mais sans que n’y soient associés les élus locaux ou nationaux. Si les communautés urbaines étaient autorités délégantes jusqu’à ce qu’elles disparaissent de jure, elles n’ont fait que valider des contrats passés préalablement entre l’autorité de tutelle (le contrat est officiellement étudié par le ministre de l’Intérieur, le directeur général des collectivités locales et le directeur des régies et des concessions) et les responsables des grands groupes. De même, la gestion des fondations Mohammed V ou du Fonds Hassan II, de l’INDH échappe au contrôle du parlement et n’est que peu discuté au sein des institutions gouvernementales.

100Enfin, la prééminence accordée à un mode de régulation valorisant les questions de développement et d’efficacité comptables au détriment de celles de représentations ou de performances citoyennes transforment singulièrement les rapports des citoyens à l’action publique. Ces derniers, par exemple, deviennent des clients, non sans résistances et protestations : L. Zaki montre comment les programmes d’électrification des bidonvilles de Casablanca, après la signature du contrat de gestion déléguée avec la Lydec a suscité des mobilisations locales, des formes de braconnage et des négociations entre les autorités locales et les représentants des sociétés privées (L. Zaki, 2005). B. Allain Mansouri (2005b), quant à elle, insiste sur le rôle de la mobilisation des usagers mécontents dans la renégociation du contrat de la REDAL à Rabat-Salé. Cela contribue sans aucun doute à transformer les termes du contrat social et de l’exercice d’une citoyenneté économique. En retour, l’image d’entrepreneurs éclairés, capables de prendre en charge certaines questions sociales s’ancre dans les imaginaires mais aussi dans les pratiques de certains d’entre eux.

Notes

1 Toute cette partie s’appuie sur une enquête menée en commun avec R. Cattedra et M. Idrissi Janati et publiée entre autres dans R. Cattedra et M. Catusse, 2006, et M. Catusse, R. Cattedra et M. Idrissi Janati, 2005.

2 La croissance de la population urbaine au Maroc reste encore très forte, même si le taux moyen d’accroissement démographique a ralenti ces dernières années. Ainsi, la population urbaine est passée de 35 % en 1971 à 42 % en 1982 et à 51 % en 1994, ce qui correspond à un taux de croissance annuel de la population urbaine de 3,6 % pour la période située entre 1982 et 1994, alors que le taux de croissance intercensitaire est de 2,06 %.

3 Discours de Mohammed VI lors de l’ouverture de la session parlementaire d’automne, 13 octobre 2000.

4 C’est ainsi que la qualifie son Inspecteur régional, lors du Débat national sur l’aménagement du territoire (mai 2000).

5 Voir le récit de l’urbaniste Écochard qui fait état de la cabale menée contre lui par les spéculateurs de la ville : A. Rachik (1995, 44-45) et A. Kaioua, 1997.

6 Lorsqu’en 1912, Rabat fût désignée, à la place de Fès, comme capitale et lieu de résidence du représentant français par Lyautey, un Comité de défense de Casablanca se constitua : « La place du représentant des Français doit être au milieu du plus grand nombre des Français, industriels, commerçants et colons, au milieu de sa terre, non dans un château lointain, fut-il historique », cité in A. Adam, 1968, 163-164.

7 Pour plus détails, voir R. Cattedra et M. Catusse, 2006.

8 Idem.

9 Au sens de K. Lynch, 1970.

10 Le dahir concernant la construction des édifices religieux (n° 1-84-150) impose pour la construction d’une mosquée que soient légués des biens habous. Ce qui se traduit, entre autres, par la construction de hammams, de magasins, de fours, etc., qui renforcent et confortent le prestige de leur mouhsin. Cf. B. Étienne et M. Tozy, 1983 ; Voir aussi R. Cattedra, 1996.

11 En 1997, O. Benjelloun fait restaurer un ancien Palais au cœur de la médina et le réhabilite en musée d’art, financé par la fondation Omar Benjelloun : « le premier musée privé » de la ville entend-on.

12 Déclarée association d’intérêt public en 1988.

13 Selon le site de la Banque populaire, cette « Fondation Banque Populaire pour le Micro Crédit – FBPMC –, créée sous forme d’association à but non lucratif « a obtenu en mars 2000 l’agrément du ministère de l’Économie et des Finances pour exercer l’activité de micro-finance. Elle constitue de ce fait une réponse citoyenne du Crédit populaire du Maroc et un soutien aux efforts de l’État dans la lutte contre la pauvreté ».

14 Créée en 1984, elle exerce en particulier une importante activité de mécénat.

15 À titre de comparaison et pour développer l’analyse, cf. C. Jaffrelot, 1994.

16 Pour une analyse plus détaillée de la campagne publicitaire accompagnant l’inauguration du CTC, voir R. Cattedra et M. Catusse, 2006.

17 Sur l’étude des associations de quartiers, je renvoie aux nombreux travaux de M. Ameur, 1999.

18 En 1985, le ministère de l’Intérieur a intégré les services de l’urbanisme, de l’aménagement du territoire et de l’environnement (le ministère de l’Habitat et de l’Aménagement du territoire devient alors ministère de l’Habitat). Depuis 1984, les agences urbaines sont sous sa tutelle.

19 CGEM / CEDIES Information, 11 janvier 1997.

20 F. Yata, « RAD-Lyonnaise : les dessous d’un contrat mirifique », La Nouvelle Tribune, 6 février 1997.

21 Mansour, « Le Contrat léonin », Maroc-Hebdo International, n° 263, 1er au 7 mars 1997.

22 Outre la récusation des arguments présentés par le projet de la Lyonnaise en faveur d’une hausse des prix de l’eau et de l’électricité, l’étude faisait apparaître une augmentation de charges non justifiée, l’omission de certaines recettes et la facturation d’une assistance technique surévaluée.

23 Voir par exemple M. M., « Un statut spécial pour le poumon économique du Royaume », La Vie économique, 24 janvier 1997.

24 Pour une analyse des pratiques privées de l’espace public, cf. L. Lofland, 1985.

25 L’expression est de S. Ostrowetsky, 1983.

26 Pour une réflexion synthétique sur l’évolution de la recherche sur l’urbain au Maroc, voir A. El Maoula el Iraki, C. de Miras et F. Bouchanine 2005.

27 Pour une analyse comparative, n’accordant qu’une place congrue aux cas arabes, voir F. X. Merrien et alii, 2005 ; P. Auvergon et alii (dir.), 1998.

28 Y. Dezalay et B. Garth, « L’impérialisme de la vertu », Le Monde diplomatique, mai 2000, 8-9.

29 Voir par exemple G. Denoeux et L. Gateau, 1995 ; A. Hammoudi, 1999 ; G. Denoeux, 2002 ou R. Otayeck et alii, 2004.

30 Direction de la statistique, 2000.

31 Banque mondiale, 1996, 3.

32 L’expression était employée par M. Camau et alii (1990) à propos de l’État de santé tunisien, mais dans un contexte renvoyant à des représentations différentes de l’État social.

33 Pour l’ensemble des données officielles relatives à la situation sociale du pays, je me réfère, sauf mention contraire, au document de synthèse de la Direction de la politique économique générale (2002).

34 Les prestations familiales ont été introduites en 1942 et les pensions et prestations en cas de maladies en 1959. Voir S. Mouaffak « La nouvelle stratégie de protection sociale. La protection sociale à plusieurs vitesses », Maroc-Hebdo International, n° 301, 13-19 décembre 1997.

35 www.entraide.ma.

36 Banque mondiale, 2001, 52.

37 Banque mondiale, 2001.

38 Banque mondiale, 2002, 2.

39 Le paysage institutionnel et son évolution sont plus amplement analysés dans M. Catusse, 2005.

40 À noter d’ailleurs la levée de bouclier médiatique et politique contre les déclarations du Premier ministre D. Jettou dans Time Europe (13 mars 2005) imputant pour sa part les actes terroristes à des actions déterminées par le contexte international : « Pour moi, les cause [i.e. : des attentats] sont externes et sont liées au terrorisme international. Elles n’ont rien à voir avec le problème de pauvreté qui existe au Maroc ».

41 Malgré une hausse : selon le PNUD en 2004, les entrées nettes d’IDE en % du PIB passent de 0,6 en 1990 à 1,2 en 2002 au Maroc, de 0,6 à 3,8 en Tunisie. Elles seraient de 1,9 du PIB en Algérie.

42 Loi 65-99, adoptée en 2003.

43 Loi 18-01, adoptée en 2001, révisée en 2003.

44 Loi 65-00, entrée en vigueur en 2005.

45 Entre autres, l’association al-Amana, la fondation Banque populaire, la fondation Zakoura, l’Association marocaine d’appui à la petite et moyenne entreprise (AMAPPE), etc.

46 Entretien 20 mars 1998.

47 Idem.

48 Idem.

49 Sur les trajectoires de ces militants, je renvoie à l’étude fine et passionnante qu’en propose F. Vairel, 2005.

50 Entretien 12 mai 2007.

51 Ibid.

52 Cité par Z. Daoud, 2005, 61.

53 Entretien 12 mai 2007.

54 A. Zaâzaâ, « Nous avons refusé le parrainage de la fondation », Le Journal Hebdomadaire, 9 novembre 2006.

55 « Focus : un champion dans le social », Le Journal Hebdomadaire, 9 novembre 2006.

56 F. Abdelmoumni, « Le roi ne doit pas s’imposer comme acteur hégémonique », Le Journal Hebdomadaire, 9 novembre 2006.

57 MAP, « S.M. le Roi lance à Fnideq l’Initiative nationale pour le développement humain », Le Matin du Sahara, 7 septembre 2005.

58 Banque mondiale, « La Banque mondiale et l’INDH », www.banquemondiale.org/Maroc.

59 http://www.social.gov.ma.

60 Le Roi est le président du conseil d’administration de la Fondation Mohammed V, le Premier ministre est le président du conseil d’administration de l’Agence de développement social

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable