Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le temps des entrepreneurs ?

 | 
Myriam Catusse

I. D’un capitalisme à l’autre dans les sillons des privatisations

Chapitre II. Les privatisations à l’épreuve. La cession des entreprises publiques

Texte intégral

1Près de vingt ans après le lancement de l’ambitieux programme de privatisation au Maroc, les bilans que l’on peut en faire sont contrastés. En termes macroéconomiques et en tendances générales, le pronostic de D. Ben Ali en 1989 s’est plutôt vérifié :

« En rattachant le secteur public à sa stratégie de reproduction, l’État confère à son action un contenu qui transcende l’économie et qui surdétermine le politique. (...) L’intervention du Makhzen dans la sphère économique par la médiation du secteur public lui a permis d’instituer des rapports conformes à l’organisation moderne de l’activité économique et de normaliser ces rapports par l’intégration des nouvelles couches en constitution ». (D. Ben Ali, 1989, 128-129).

2De fait, les richesses se sont concentrées au cours de cette décennie et des grands groupes ont avantageusement tiré profit des privatisations : à côté de quelques grandes entreprises étrangères, un petit nombre de groupes économiques, dont les dirigeants sont proches du centre de décision politique, furent les premiers bénéficiaires des rachats d’entreprises publiques.

  • 1 Pour reprendre une formule qu’emploie souvent B. Hibou (2006) à propos de l’économie politique de (...)

3Mais en détail, ces privatisations furent aussi l’occasion de considérables changements. En amont, un discours sur la citoyenneté économique et les effets du travail publicitaire ont inscrit la politique de privatisation dans un système de référence libéral, une « fiction » 1que renforce le ralliement de ses principaux détracteurs. En aval, la timide émergence d’une activité boursière engendra de nouveaux comportements en matière de financement, qui amenèrent l’oligarchie bancaire, pièce maîtresse du dispositif de reproduction politico-économique, à s’adapter. Surtout, les logiques de décharge dont procède la politique de privatisation ont transformé les modalités de l’action publique et la géographie de l’équilibre des forces.

Les récits de la privatisation

4La publicité, singulière de la part de pouvoirs publics peu rompus à la communication, qui accompagna le lancement de la campagne de privatisation aida l’entreprise à entrer dans l’espace public (J.-Ph. Bras, 1995, 201). Elle contribua au développement d’un nouveau lexique pour décrire les comportements et éventuellement les évaluer.

Publiciser la privatisation

5Les deux premiers ministres successifs chargés du dossier, M. Z. Zahidi (1992-1993) puis surtout A. Saaïdi (1993-1998), donnèrent de nombreuses interviews aux journaux marocains, à la télévision, lors de conférences de presse à l’étranger afin de se faire l’avocat de leur politique et promouvoir le programme de privatisation à tous les acheteurs potentiels. Une réelle stratégie de communication fut mise en œuvre au moment de l’impulsion du programme. En juin 1995, une publication commença à être éditée, Transfert, le journal des privatisations au Maroc. Le ministre, A. Saaïdi, en signa le premier éditorial :

  • 2 Saaïdi, « Éditorial », Transfert, n° 1, juin 1995, 1. C’est moi qui souligne.

« La politique marocaine de privatisation a été voulue, conçue et mise en œuvre, en tant que véritable instrument de modernisation économique et sociale. Telle était la volonté de Sa Majesté le Roi qui a donné une vigoureuse impulsion à cette politique et qui en entoure la mise en œuvre de sa haute sollicitude. Au-delà de simples transferts assurant des ressources supplémentaires aux caisses de l’État, il s’agit bel et bien d’une profonde réforme, induisant des changements multidimensionnels. Et comme toute réforme profonde, elle a suscité des réticences et des interrogations, parfois légitimes. (...) Mais en dépit de tant d’ingéniosité, de prudence et de pondération de la part des pouvoirs publics, il demeure évident que rien ne permettra d’échapper totalement aux controverses et à l’exigence de transparence.
Conscient du caractère éminemment salutaire de cette exigence-là, le département de la privatisation s’impose un devoir permanent de communiquer, de bien communiquer, de toujours communiquer.
En plus d’une présence, qui se veut forte et vigilante, dans le champ médiatique à travers les différents supports écrits ou audiovisuels, le ministère se propose, à côté des publications et brochures événementielles et spécifiques, de fournir régulièrement à tous ceux qu’intéresse la privatisation, une information complète, claire précise et concise »2.

  • 3 J. Berraoui, « La communication des opérations de privatisation : Saaïdi joue la séduction de la p (...)

6En mars 1994, le même ministre proposa un pacte au syndicat national de la presse : à la charge de son département de respecter une « transparence totale », aux journalistes de vérifier l’information et la traiter de manière objective. Il s’agissait avant tout de rassurer les repreneurs marocains et étrangers, de couper court aux rumeurs de corruption et d’arrangement3. Le ministre trouva là le soutien de ses partenaires étrangers et notamment de l’USAID, l’assistant technique de son administration :

« La transparence du processus de privatisation était considérée comme un élément essentiel pour persuader le public que la privatisation ne serait pas une opération qui bénéficierait à un petit nombre de privilégiés. De plus, l’expérience mondiale [montrait] que le succès d’un programme de privatisation dépendait largement du nombre d’informations que reçoivent les investisseurs potentiels ». (A. Bouazza, 1996/1997, 198).

  • 4 Mission économique et financière de l’ambassade de France au Maroc, Les Privatisations au Maroc, a (...)

7Le thème de « l’indispensable transparence » fut singulièrement omniprésent dans les premières années de la privatisation de la part des pouvoirs publics. Il répondait au contexte de suspicion partagé dans lequel étaient menées les premières opérations. À titre d’exemple, un rapport de la mission économique et financière de l’ambassade de France rédigé en 1993, s’interrogeait laconiquement sur la lenteur du processus et la stratégie adoptée : « Elles pourraient indiquer que cette politique se heurte à l’opposition de certains intérêts »4. Au-delà des milieux financiers, ce scepticisme fut une arme politique récurrente usée par les détracteurs des privatisations. En 1996, dans un débat parlementaire, le président du groupe parlementaire du parti de l’Istiqlâl mettait de fait en doute la transparence des procédures :

« Le recours fréquent à ce procédé [les cessions directes] a créé le doute chez de nombreux Marocains et les a poussés à penser que certaines opérations de privatisation représentent une cession d’avantages et d’intérêts ».

  • 5 Par exemple : entretien avec A. Saaïdi, « Les bons de privatisation : une passerelle vers les acti (...)

8Dans ce contexte, les deux ministres intervinrent, l’un après l’autre pour expliquer et défendre les dispositions de la loi, puis pour présenter les différentes étapes de leur politique, par exemple lors du lancement des bons de privatisation5. L’effort s’adressa également aux institutions étrangères : le ministre des Privatisations se rendit régulièrement à l’étranger afin de promouvoir son programme et attirer les investisseurs étrangers, convaincre ces milieux d’affaires des opportunités qu’offre le Maroc, au détriment de la concurrence des pays de l’Europe de l’Est ou d’Amérique latine mais aussi de marchés proches tels que ceux de la Tunisie, de l’Égypte ou de la Turquie.

9Le message adressé au public marocain « révéla des mutations dans les registres sur la légitimation au Maroc », par la déclinaison d’une devise révisée : « La Nation, l’État et l’Entreprise » (J.-Ph. Bras, 1995, 200). L’idée d’une « citoyenneté économique », consacrée par le slogan de la Confédération générale des entreprises du Maroc, « l’entreprise citoyenne », s’ébaucha.

10La thématique de la responsabilité apparaît dès le premier discours royal sur la question. Elle constitue un axe majeur du dispositif de communication. Les Marocains qui composent le secteur économique privé sont désormais désignés responsables du développement économique de leur pays. Le rôle de l’État se limiterait aux « opérations de promotion et de régulation » et à « répondre aux besoins sociaux, éducatifs et infrastructurels de la nation » :

  • 6 Ministère du Secteur public et de la Privatisation, Guide des privatisations, 3.

« L’approche libérale du Maroc est fondée sur la conviction que l’entreprise privée est mieux outillée pour opérer dans un environnement concurrentiel et que l’État doit se consacrer en priorité à son rôle d’animateur et de régulateur de l’économie »6.

  • 7 En octobre 1994, l’agence Shem’s reçoit la médaille d’argent au Mondial de la publicité francophon (...)
  • 8 Entretien 20 mars 1998.

11À partir de 1993, des agences de publicité furent chargées par les pouvoirs publics de la communication sur les privatisations en général et sur certaines opérations en particulier. L’agence Shem’s remporta le marché pour les grands médias7, tandis que l’agence Public’s, du même groupe, était chargée de la communication hors média et des relations publiques. Le message qu’elles s’efforcèrent de faire passer était double : encourager les acheteurs et faire évoluer une opinion publique et des médias, majoritairement opposés aux privatisations8. Si les quotidiens politiques, organes des partis d’opposition notamment, exprimaient la méfiance de l’USFP ou de l’Istiqlâl au sujet de la libéralisation, une nouvelle presse voit le jour à cette époque, bien plus favorable aux privatisations, L’Économiste en tête (« le premier quotidien économique du Maroc »), créé en 1991 et dont l’ONA est l’un des principaux partenaires financiers, salua ce dispositif médiatique. Le ministre des Privatisations faisait partie de son tour de table :

  • 9 K. Loudiyi, « Privatisations : Shem’s prête pour le lever de rideau. La batterie des moyens de com (...)

« Un outil audio-visuel à vocation pédagogique, et adapté en fonction des cibles et de leur niveau de responsabilités a été conçu à cet usage, en vue de présenter la finalité du projet. Être rationnel, se montrer didactique, rassurer d’abord, mobiliser ensuite, montrer que le salarié pourra progresser au sein de l’entreprise privatisée, tels sont les objectifs de cette communication destinée aux salariés des privatisables »9.

  • 10 Réalisé par M. A. Tazi, 1993, Touza production.

12Au moment de la première diffusion des bons de privatisation puis lors de la vente de la société pétrolière SAMIR, des messages publicitaires furent tournés par des membres de l’équipe du film marocain qui venait de remporter un franc succès, À la recherche du mari de ma femme10. L’un des comédiens, B. Skirej, se fit le chantre de l’opération :

  • 11 Cité par M. Chaoui, « Bachir Skiredj : “Je suis un comédien caméléon” », L’Économiste, n° 207, 7 d (...)

« Il s’agit d’un message public. (…) J’ai la certitude que les privatisations sont l’avenir du Maroc et un nouveau souffle pour l’économie marocaine. Alors il faut exploiter le succès et le capital de confiance qu’accorde le public à mon personnage de Haj, considéré comme un héros »11.

13Comme le note J.-Ph. Bras, qu’il s’agisse des discours officiels, des déclarations ministérielles, ou des campagnes de publicité, le message contenait les mêmes leitmotiv : « Les privatisations, c’est bien pour vous, c’est bien pour nous ». Le slogan « Soyons actionnaires du progrès » s’accompagnait d’un logo, une étoile rouge et verte à cinq branches, traduisant, selon ses concepteurs, l’idée d’un « grand projet national mené en commun ». Cela suggérait la conciliation des intérêts privés et de l’intérêt collectif grâce à la participation d’un nombre important d’investisseurs, tous concernés – comme potentiels responsables ou bénéficiaires – par la croissance économique du pays. L’objectif d’engendrer le développement d’une classe moyenne est sans cesse rappelé, relayé par les discours plus académiques sur les privatisations :

« Les démarches néopatrimoniales n’englobent pas seulement les espaces de l’État. Le grand capital privé bénéficierait également de multiples avantages par rapport au petit et moyen capital. La logique générale du pouvoir économique au Maroc serait d’avoir constamment conduit à une clientélisation de la société et à la satellisation des groupes sociaux par l’État producteur/redistributeur. Dans ce cadre, la privatisation exprimerait un esprit libéral de type nouveau. La désétatisation de l’économie qu’elle incarne serait-elle le meilleur cadre de dépassement du clientélisme d’État ? Ou l’espace le mieux approprié dans les conditions actuelles à son redéploiement ? ». (A. Saaf, 1995, 176).

  • 12 Enquête Sunergia-L’Économiste sur la privatisation, L’Économiste, 9 et 16 septembre 1993.

14Comme pour ancrer ces images et représentations construites à travers ces médias, les enquêtes par sondage, nouvelle technique au Maroc, sont utilisées pour accréditer à leur tour de la prise de conscience publique et collective du bien-fondé et de la pertinence politique des privatisations. En 1993, par exemple, L’Économiste publiait les résultats d’une enquête effectuée par l’agence Sunergia auprès de « cadres de Rabat et Casablanca », pour qu’ils jugent le lancement de la campagne de privatisations12. Chefs d’entreprise, cadres supérieurs, cadres moyens, gros commerçants, ou exerçant des professions libérales, ils représentaient la population a priori ciblée par les privatisations.

15Selon les résultats publiés avant la première opération de cession, ces cadres se prononçaient majoritairement pour l’opération, mais mettaient en cause son caractère confidentiel. Ils redoutaient avant tout qu’elle ne soit suivie de vagues importantes de licenciements. La majorité d’entre eux associaient les privatisations à la libéralisation, à la libération de fonds d’État pour les secteurs sociaux et surtout à l’amélioration de la gestion des entreprises. Une petite majorité faisait confiance à l’administration pour réaliser le meilleur profit dans la vente et assurer le respect du cahier des charges par l’acheteur ou les acheteurs du noyau dur.

16Les privatisations furent-elles pour autant les « véhicules d’une éducation économique et financière du citoyen » (N. Ibn Abdeljalil, 1996-1997, 99), l’occasion de dispenser ou de mettre en forme une pédagogie de l’économiquement correct ? Certains louèrent le dispositif, à l’instar de ce professeur de gestion :

« Jamais l’information économique et financière n’a été aussi largement diffusée en quantité comme en qualité que lors de ces 3 dernières années. (...) Le citoyen marocain a aujourd’hui quotidiennement accès à une masse d’informations économiques et financières de bon niveau, qu’il peut capitaliser. Nous pouvons parler, me semble-t-il, de la naissance d’une culture économique et financière ». (Ibid., 100).

17Si l’existence de la publicité, le développement d’un espace de débat public représente a priori un gage de contrôle par l’opinion publique sur le pouvoir politique, ils sont aussi des instruments de manipulations conscientes ou non, ou du moins de domination, en particulier là où l’exercice de la critique publique connaît de sérieuses contraintes (A. Cottereau, 1992). Dans le cas des privatisations marocaines, les valses-hésitations autour du « bon usage » de la publicité soulèvent plusieurs interrogations. Au-delà des contraintes qui pèsent sur la critique publique au Maroc, une question délicate reste celle des risques que représenterait pour l’élite économique une totale publicité sur les procédures : alors que les activités économiques sont largement mues par des arrangements, parfois des pratiques clientélistes, le savoir-faire réside justement dans la capacité à jouer de réseaux non seulement pour faire pencher la balance de son côté, mais aussi en amont afin d’avoir accès à l’information. Pour les dirigeants des grands groupes privés, proches du pouvoir politique, disposant de moyens de pression sur l’administration, il n’était pas forcément opportun de soumettre les procédures de cession des entreprises publiques au tribunal d’une critique publique.

«Corporate Governance»: un nouveau gouvernement de l'entreprise?

  • 13 Cf. le dossier consacré à la question dans la Revue marocaine d’Audit et de Développement, n° 4, j (...)
  • 14 Par exemple, en juin 1997, le ministère des Finances et des Investissements extérieurs organisa un (...)

18Parallèlement au vocabulaire de responsabilisation du privé à l’égard de l’intérêt collectif, décliné parfois sous l’expression de « citoyenneté économique », se sont développées ces mêmes années, dans les colonnes de presse comme dans une production à vocation plus universitaire13, de nouvelles thématiques qui illustrent le changement de paradigme, des manières de dire et de penser l’activité économique. La thématique de la « Corporate Governance » en est un bon exemple. Empruntée aux experts des institutions internationales, en particulier la Banque mondiale et le Fonds monétaire international, la formule connut un certain succès dans les années 1995-1997, au moment où s’accéléraient les privatisations. Elle était alors employée à double escient : pour asseoir l’effort de réforme du secteur public 14 et pour annoncer ou justifier a posteriori les modifications de la loi sur les sociétés anonymes.

  • 15 A. Shamamba, « Le gouvernement d’entreprise : un concept pour moderniser la culture d’entreprise. (...)

19Aux dires de ses promoteurs, elle désigne un rééquilibrage des rapports de pouvoirs au sein des organes de direction des entreprises15. Elle serait d’actualité lorsque se développent le marché boursier et l’actionnariat, lorsqu’il convient de prévoir ou de reconnaître l’existence de contre-pouvoirs et de dissidence au sein d’entreprises considérées jusqu’alors comme mono-lithiques (A. Drissi, 1995). Le ministre A. Saaïdi, lui-même, s’exprima sur la question, en conférant une connotation explicitement politique et libérale du concept. Il s’agissait pour lui d’établir :

  • 16 N. Salah « Corporate Governance. Une “Constitution” qui sécuriserait le secteur public », L’Économ (...)

« La constitution de l’entreprise, au même sens qu’un État a une Constitution, permettant de partager les pouvoirs et de définir les règles de contrôle des uns par les autres »16.

  • 17 Selon M. Kably : « À elle seule la législation ne suffira pas à imposer les principes de la corpor (...)
  • 18 O. Pastré, in A. Shamamba, « Le gouvernement d’entreprise : un concept pour moderniser la culture (...)
  • 19 N. Salah, « Un transfert de démocratie », L’Économiste, n° 184, 15 juin 1995.

20De fait, les privatisations en tant qu’opérations de transfert de capitaux s’accompagnèrent nécessairement de transformations des modes de gestion de l’entreprise, de partage du pouvoir, en particulier quand les actionnaires se multiplièrent. Alors que les entreprises privées marocaines étaient réputées être gérées de façon « familiale », la privatisation des entreprises publiques devait conduire, en théorie du moins, à une réflexion sur les relations de pouvoir au sein de ces nouvelles structures privées. Les discours sur la « Corporate Governance » suggéraient l’idée que la privatisation s’accompagnerait d’une « rationalisation » de l’entreprise, d’une « réforme des mentalités »17, d’une « modernisation de la culture d’entreprise », d’une « remise en question de la légitimité des technostructures »18, voire aux yeux de certains « d’un transfert de démocratie »19. Alors que le nombre d’actionnaires se multipliaient, le mode de gestion de l’entreprise devait se démocratiser, lisait-on entre les lignes. Ce type de message s’adressait tant aux salariés des entreprises privatisées et en particulier aux syndicats inquiets quant aux conséquences sociales du transfert des unités, qu’aux actionnaires potentiels pour les inciter à investir.

21Dans la Déclaration pour l’éthique de l’entreprise qu’elle rend publique en automne 1998, la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) inscrivit d’ailleurs la « bonne gouvernance » de l’entreprise parmi ses préoccupations majeures :

  • 20 CGEM, Déclaration pour une éthique de l’entreprise, point 3, automne 1998.

« Face à la mondialisation et aux exigences de la compétitivité, l’entreprise, de même qu’elle œuvre pour sa mise à niveau technique, managériale et financière, [la CGEM] invite au respect par tous des règles éthiques dont les principaux fondements sont : (...) La bonne gouvernance comme mode de gestion des affaires, basée sur le respect des biens sociaux, la sauvegarde des intérêts des actionnaires et la responsabilité pleine et entière à leur égard »20.

  • 21 Kh. Belyazid, « Une étude de la Banque Mondiale sur 12 pays. Entreprises publiques : la réussite d (...)
  • 22 Pour M.A. Hasbi, ministre des Affaires administratives : « L’effort de reconversion des fonctions (...)

22Alors que l’administration et les entreprises publiques souffrent d’une image qui sans cesse se détériore (« budgétivores et polluantes » 21selon la Banque mondiale, « État dans l’État », « pléthoriques », « engorgées », « paralysées », « en proie à la corruption »), la privatisation des entreprises serait à l’opposé l’occasion de réveiller et de provoquer des pratiques et des comportements innovants en matière économique mais aussi sociale et politique. Le raisonnement peut aller plus loin : paradoxalement ce serait grâce à l’effet d’entraînement provoqué par les privatisations que l’administration pourrait se réformer afin de mieux servir l’intérêt général22.

« “Moins d’État, mieux d’État” est devenu ainsi un mot d’ordre, pour ne pas dire une doctrine dont l’aboutissement final serait l’amenuisement du rôle de l’“État Providence” dans un système basé essentiellement sur les dogmes du libéralisme et le renforcement du rôle de l’initiative privée ». (M. Assouali, 1996, 139).

  • 23 Voir par exemple pour un exposé intéressant de la généalogie et de l’évolution du débat sur la gou (...)

23Le discours sur la gouvernance d’entreprise fut assourdi devant l’injonction des agences internationales à la « bonne gouvernance »23. Sans revenir sur les usages contemporains pléthoriques de ce concept, soulignons néanmoins que ses chantres interrogent eux aussi les entrecroisements entre public et privé et les interrelations entre une multitude d’acteurs présents sur la scène internationale, dans des espaces nationaux ou dans des sphères spécifiques. Il est vrai qu’il a contribué à un renouvellement des approches théoriques, notamment pour l’analyse des politiques urbaines. Mais ce sont les institutions internationales, spécialement la Banque mondiale et le PNUD, qui ont vulgarisé et diffusé la notion de gouvernance ou, plus exactement, de « bonne gouvernance ». Dans les années 1990, il s’agissait, pour accompagner la mise en place des Programmes d’ajustement structurel, de qualifier des situations de pouvoir dans des pays dont les structures étatiques demeuraient faibles, aux yeux des experts de ces institutions financières. L’usage du terme de « gouvernance » plutôt que celui de « gouvernement » a plusieurs significations.

« La notion de gouvernance présente le mérite de mettre l’accent sur les transformations de l’action publique : la diminution relative de la capacité d’action des États ; la crise de légitimité de la sphère publique ; l’intervention à tous les niveaux de l’action publique d’agents et d’institutions du secteur privé ; l’importance nouvelle du paradigme du marché ». (F. X. Merrien, 1998, 68).

24Il s’agit d’abord de rendre compte des transformations de l’action publique. Mais comme l’indique F. X. Merrien, la théorie de la gouvernance se situe plus du côté de l’idéologie, voire du prophétisme, que de celui de l’analyse.

25« La manière dont fonctionne l’argumentation sur la gouvernance fait apparaître une tendance marquée au fonctionnalisme. Toutes ces études se situent dans une perspective de développement nécessaire et inéluctable. (…) La gouvernance est le one best way qui s’impose, et elle passe notamment par une dédifférenciation entre le public et le privé et l’application des recettes de la nouvelle gestion publique » (Ibid.), au détriment de divergences manifestes.

  • 24 L’enquête sur la « gouvernance d’entreprise au Maroc » présentée par R. Belkahia, président de la (...)

26« Idiome parfaitement cosmopolite » (A. Pagden, 1998, 16), il offre à ceux qui l’emploient un système de référence suffisamment lâche pour justifier la teneur de leurs actions. Pour les autorités publiques, les mots de la gouvernance ont d’ailleurs acquis une valeur idiomatique, fortement valorisée. Les pouvoirs publics marocains, par exemple, en firent un usage remarquable pour accompagner la politique de décentralisation à l’orée des années 2000 (M. Catusse, R. Cattedra et M. Idrissi-Janati, 2004). Pour les acteurs locaux, il entre dans leur vocabulaire comme l’une des manières formalisée et valorisée de décrire un rapport prescriptif au politique, c’est-à-dire à l’organisation de rapports de pouvoirs24. Et nous y reviendrons plus loin, c’est pour s’être justement exprimé sur la « gouvernance » dont il déplorait le « flou » et la « dilution des responsabilités » que H. Chami, président de la CGEM, fut l’objet d’une levée de bouclier à l’automne 2005, notamment de la part de l’entourage royal (voir chapitre V).

27Les récits qui accompagnèrent, sous forme publicitaire ou dans des cercles plus confinés, la vente des entreprises publiques marocaines, pour avoir des effets de sens, manifestant le renouveau – ou au contraire l’éculé comme nous le verrons – ne sont qu’une des facettes de ce qui se joua dans la réforme et continue de se jouer. Les références se télescopent dans un nouvel imaginaire de l’économie où, par plusieurs truchements, l’entreprise privée paraissait se parer de vertus recherchées, dans le meilleur des mondes du moins. Dans le champ du politique – et pas seulement de la politique – les privatisations furent (et continuent d’être) l’instrument de rapports de forces d’une part, de modes de régulation de l’économique et du politique d’autre part.

Reproduction du capital, concentration des pouvoirs

28Les contradictions entre le discours et les représentations construites sur les privatisations et le bilan économique et politique de leur mise en œuvre sont à l’image des tensions qui caractérisent le tournant libéral au Maroc. Tandis que se compose l’image d’une entreprise privée dynamique, innovante, concourant à la satisfaction des intérêts collectifs de la nation, le bilan des privatisations est l’objet de polémiques plus ou moins feutrées. Rien n’est moins sûr que les privatisations aient brisé les monopoles et les situations de rente, encore moins engendré un nouvel entrepreneuriat.

29Un retour sur les modalités juridiques et concrètes des privatisations montre que ces procédures de cessions ont renforcé l’assise économique de certains groupes privés puissants, tout en favorisant le développement de nouvelles structures et pratiques économiques. Dans tous les cas, les privatisations des entreprises publiques marocaines ont contribué à recomposer le paysage économique du Royaume. Les polémiques qu’elles suscitèrent mirent en évidence les enjeux politiques du processus et leurs conséquences sur la réforme des structures du pouvoir.

Bilan global des rachats

  • 25 Aux lendemains des élections législatives de 1992, où l’Istiqlâl et l’USFP, les deux partis leader (...)
  • 26 Direction des Entreprises publiques et de la Privatisation, Privatisation : Bilan et perspectives, (...)
  • 27 Les procédures de privatisation de Maroc et la libéralisation des télécommunications ont fait l’ob (...)

30Les données officielles diffusées par le ministère des Finances et des Privatisations permettent de tracer les grands traits des transferts déjà effectués. Les premières cessions ont commencé en 1993. Sur les 114 entreprises désignées par la loi de privatisation, 63 avaient été cédées en 2003, à la veille de l’annonce d’une nouvelle vague de privatisation par la loi des finances de 2003 du gouvernement D. Jettou 25 et 71 en 2006. Une large part avait été cédée avant la nomination du gouvernement « d’alternance » : 36 sociétés et 18 hôtels. Mais les plus importantes opérations, en termes de recettes, sont relativement récentes : en 2001, 2004 et 2005 la privatisation de Maroc télécom, en 2003 la Société marocaine de construction automobile, en 2006 celle de la Régie des tabacs. Selon le ministère des Finances et de la Privatisation, les recettes totales s’élèvent à environ 82 milliards de dirhams (environ 8 milliards d’euros)26. Ces opérations ont entraîné la libéralisation de secteurs tels que ceux des banques, du pétrole, des télécommunications 27 ou des tabacs et ont incontestablement drainé des investissements étrangers (M. Hattab Christmann, 2007). Parallèlement à ces opérations, comme nous l’avons souligné, d’autres formes de privatisation se sont développées.

  • 28 Direction des Entreprises publiques et de la Privatisation, Privatisation : Bilan et perspectives, (...)
  • 29 Ibid., 14.
  • 30 Ibid., 15.

31Le ministère des Finances et des Privatisations affirme que 51,6 % des recettes ont été générées par appel d’offres, 32,7 % par attribution directe, 15,15 % ont été réalisées par offre publique à la Bourse des valeurs de Casablanca et 0,6 % par participation des salariés28. En moyenne, la contribution des privatisations sur la période 1993-2003 au budget général de l’État a été de 5,8 % des recettes ordinaires (hors privatisations), avec des pics de 24,5 % en 2001 (vente de Maroc ) et de 13,8 % en 2003 (vente de la Régie des tabacs). Jusqu’en 2000, l’ensemble des recettes des privatisations était affecté au budget de l’État. Depuis 2001, une part importante est transférée au Fonds Hassan II pour le développement économique et social29. Grâce aux privatisations, assure le ministère des Finances et des Privatisations, le Maroc est passé du quatrième au premier rang des pays arabes destinataires d’investissements étrangers directs, devançant l’Égypte et l’Arabie saoudite. Sur le continent africain, le pays se placerait juste après l’Afrique du Sud et le Nigeria30. Cet investissement direct étranger se tourne essentiellement vers les secteurs des télécommunications, de l’industrie et de l’immobilier (du fait de la vente des hôtels). Quatre-vingt-deux pour cent de la recette globale des privatisations proviennent, jusqu’en 2006, d’acheteurs étrangers : près de 60 % des recettes sont issues d’investisseurs français, 18 % marocains et 9 % espagnols.

  • 31 Ibid., 16.

32Les privatisations ont eu également un impact sur le marché financier et la bourse de Casablanca : depuis 1989, la capitalisation boursière a été multipliée par 83,4 passant de 5 milliards de dirhams à 417 milliards de dirhams au 29 décembre 2006. Cinquante-quatre pour cent de la capitalisation de la Bourse de Casablanca concernent les sociétés privatisées31.

Un «capitalisme des copains»?

  • 32 Y. M. Sadowki, 1991, 140, traduit par E. Gobe, 1999, 226.

33Le tableau 3 décrit les principaux transferts. Il met clairement en exergue de grandes tendances : la part du capital étranger dans les opérations de rachat ; l’usage des procédures d’attributions directes de gré à gré dans une grande majorité des cas. Ces tendances se confirment à l’observation de ce qui s’est passé lors des transferts moins importants. Lorsqu’on examine plus en détail l’identité des acheteurs marocains, il apparaît également de façon frappante que ces ventes ont contribué à concentrer les capitaux et à densifier dans un mouchoir de poche des relations d’interdépendances économiques et politiques : les opérations ont été fructueuses pour un nombre limité d’investisseurs nationaux ou internationaux. Loin de l’extension du capital privé et de l’émergence d’une nouvelle classe moyenne, elles ont accentué le pouvoir économique d’un petit nombre de groupes qui se sont en quelque sorte partagé le gâteau, non sans heurts et disputes. Dans cette perspective, la politique de privatisation nourrit des alliances pour le profit, à coup de cooptation et d’exclusion. La « loi d’airain » de la recherche de rente (S. Heydeman (éd.), 2004, 16) trouva un terreau fertile et entretint sans aucun doute un « capitalisme des copains » : un système de relations entre hommes d’affaires et bureaucrates qui « s’allient dans des cliques pour rechercher des bénéfices mutuels en influençant le mode d’intervention de l’État dans l’économie »32. La part des relations personnelles y joua un rôle déterminant et préserva des situations de monopole de facto.

34La mise en vente des sociétés publiques fut également le théâtre de stratégies à plusieurs coups où les alliés d’hier purent devenir de redoutables adversaires. Les intérêts de la famille royale y furent particulièrement bien servis. La rivalité qui opposa à la fin de la décennie 1990 le groupe Benjelloun, l’un des principaux bénéficiaires des privatisations, à l’ONA, peut se lire, par exemple, comme une mise en garde contre le trop appétit d’O. Benjelloun. Il en est de même dans le secteur des télécommunications, l’un des plus rémunérateurs des privatisations. En 2005, l’ONA devient l’actionnaire de référence de Maroc Connect, filiale de Wanadoo, fournisseur d’accès à Internet. Cette dernière obtint en 2006 une licence de téléphone mobile en 2006, sous un nouveau nom « WANA ». Elle devint le troisième opérateur téléphonique du pays, derrière Maroc télécom et Meditelcom. Sur ce marché porteur, l’ONA n’avait pas participé aux différentes étapes de la privatisation de Maroc télécom. Dans les milieux d’affaires à Casablanca, la naissance de WANA (« et moi » en marocain) donna lieu à plusieurs blagues sur les ambitions tous azimuts du groupe ONA. Rivalités, duels, vengeances parfois, divisèrent ce monde des affaires, pourtant lié par des intérêts objectifs, par des alliances parfois matrimoniales, etc. Si « globalement » les privatisations purent sceller le partage d’intérêts communs en détail, elles furent aussi les vecteurs de querelles, de clivages, d’exclusion parfois.

35Laissons de côté les grands groupes étrangers et français en particulier qui, remportant les plus gros marchés, sont les principaux bénéficiaires de ces opérations. Regardons plutôt comment la privatisation du secteur public a transformé le monde des affaires marocain. L’ONA, « la perle de la couronne » (M. Diouri, 1992, 178), est certainement le principal gagnant national des privatisations par l’entremise du rachat de la Société nationale d’investissement (SNI), privatisée en 1994. Près de vingt ans après l’adoption de la loi sur les privatisations qui annonçait l’avènement d’une nouvelle génération d’entrepreneurs dans le Royaume, les conseils d’administration des sociétés privatisées et des sociétés publiques connaissent des homonymies frappantes. Les tours de table se ressemblent et les hauts cadres circulent entre ces groupes industriels ou financiers. Si l’on s’en tient à cette échelle d’analyse, il est évident qu’à la faveur des privatisations n’ont été éliminées au Maroc ni les pratiques de chevauchement de pouvoir et d’accumulation économique ni les logiques de recherches de rente. Bien au contraire. Les opportunités ouvertes à de nouveaux investisseurs sont rares et le régime marocain n’échappe pas au constat de B. Dillman : « plus ces régimes dérégulent plus ils re-régulent en déterminant précisément qui peut bénéficier de ces changements et rejoindre des coalitions de redistributions » (B. Dillman, 2001, 202).

Tableau 3. Liste des principaux transferts

Tableau 3. Liste des principaux transferts
  • 33 Véolia Environnement est présent au Maroc depuis 2002 via des contrats de gestion déléguée dans le (...)

Note 33

36Au regard des opérations d’ores et déjà effectuées, deux catégories d’acheteurs se distinguent : ceux qui bénéficièrent du droit de préemption, actionnaires précédents ou directeurs des sociétés publiques et des grands groupes privés marocains.

37Ceci s’explique à la fois par des raisons politiques et des raisons plus structurelles, liées aux modalités d’accès au crédit et au financement. La structure du système bancaire marocain, organisée de façon oligarchique, longtemps dominée par un important secteur financier public (M. Saïd Saâdi, 1989, 50) associé à de grands groupes privés, fut un frein certain à l’émergence d’un actionnariat élargi. Ce « favoritisme d’État » (O. Toscer, 2003) bénéficia à une poignée de grands groupes qui jouèrent de la promiscuité qu’ils pouvaient entretenir avec la technocratie d’État.

Renforcer les interdépendances du monde des affaires

  • 34 Le consortium concurrent était Holmir, qui regroupait Total, Shell, Mobil, des « institutionnels » (...)

38À la faveur des principaux transferts, le grand capital marocain s’est recomposé et réorganisé. Hormis la CIOR (cimenterie), rachetée à 51 % par le premier cimentier mondial, le groupe suisse Holderbank, Jorf Lasfar (la centrale d’électricité du sud de Casablanca, reprise par un consortium ABB/CMS), la SAMIR et la SCP, les deux raffineries de pétrole extrêmement convoitées, finalement cédées au groupe saoudien/suédois Corral Petroleum suite à un appel d’offres restreint34, les principales grandes entreprises publiques marocaines ont été rachetées schématiquement par les grands groupes du Royaume. En effet, les privatisations successives de la SNI puis de la BMCE ont offert à l’ONA et au groupe Benjelloun, en particulier, l’opportunité de racheter de nombreuses parts et actions lors des opérations de rachat suivantes, par effet d’entraînement et de participations croisées. Ils purent renforcer « des positions acquises » et se diversifier tous azimuts (M. Saïd Saâdi, 2006, 400). Pour l’ONA, ce fut l’occasion de déployer une « stratégie multisectorielle [dans] l’agroalimentaire, les mines, l’automobile, la pêche hautière, l’industrie textile, la finance, le tourisme l’immobilier, la communication et les hautes technologies » (Ibid.).

39En novembre 1994 la Société nationale d’investissement (SNI) était privatisée. Depuis 1966, elle était détenue à 67 % par l’État marocain. Société de portefeuille, elle était alors présente par plus de quarante sociétés dans l’économie marocaine. Son transfert fut l’occasion de dynamiser la Bourse de Casablanca. Il devait aussi permettre de créer une concurrence de taille à l’ONA. C’est l’inverse qui se produisit.

  • 35 Le tour de table comprenait également des établissements tels que Wafabank, Al Wataniya, la Sociét (...)

40Seize pour cent des actions de l’État étaient cédées suite à une offre publique de vente, 51 % de son capital par appel d’offres : 35 % furent rachetées par un groupe de 18 banques privées marocaines et étrangères, dominées par la Banque commerciale du Maroc (BCM)35.

  • 36 En janvier 1988, le CIC-Paris revendit une partie des participations de la BCM à l’ONA. Cf. Z. Dao (...)
  • 37 M. Kably, « La SNI récolte les fruits de son recentrage », L’Économiste, n° 293, 14 août 1997.

41Or, la BCM était contrôlée depuis 1988 par l’ONA, dont le PDG, F. Filali était également vice-président de la BCM, tandis que A. Alami, PDG de la BCM était vice-président de l’ONA36. Ainsi, la SNI, par le biais des privatisations, est entrée dans le groupe ONA. Suite à cette privatisation, l’ONA développa trois pôles 37 en intervenant activement dans les opérations de privatisations suivantes :

  • un pôle agroalimentaire, mené par Brasseries du Maroc, Lesieur et la COSUMAR. Cette dernière avait été privatisée avant la loi sur les privatisations ;
  • un pôle assurance et finance, constitué notamment grâce au rachat d’actions Crédit EQDOM (société de finance et de crédit à la consommation) privatisé par introduction à la bourse des valeurs de Casablanca en 1997 et Maroc Leasing ;
  • un pôle cimenterie-énergie qui s’est développé autour de Lafarge Maroc, détenu à 50 % par Lafarge France et 50 % par la SNI.
  • 38 Il faudrait aussi s’intéresser dans cette perspective au rôle de la Caisse de dépôts et de gestion (...)

42Fin décembre 1996, la SNI avait un portefeuille de 28 sociétés dont 16 cotées en bourse. À elles seules, elles représentaient plus de 20 % de la capitalisation boursière. Parallèlement, d’autres holdings adoptèrent la même stratégie. Si bien que progressivement se tissa une toile complexe de participations croisées des principaux groupes privés marocains, dont les intérêts devinrent de plus en plus interdépendants38.

43La privatisation du secteur bancaire constitua une étape déterminante dans la recomposition des équilibres entre les groupes. Elle se traduisit par une concentration bancaire au profit de trois banques principales : le groupe Banque populaire, qui reste encore largement public, la Banque marocaine du commerce extérieur (BMCE) privatisée en 1995 et Attijariwafabank, groupe bancaire constitué d’un rapprochement entre deux banques privées en 2003, la Wafabank et la Banque marocaine du commerce (BMC) au profit du groupe ONA.

  • 39 La formule est de A. Jamaï, in « La relance ne dépend pas uniquement de la baisse des taux », La V (...)
  • 40 Entretien 11 mars 1997.

44Schématiquement, avant privatisation, le secteur bancaire était organisé de façon « oligarchique » (C. H. Moore, 1988, 256). On le décrivait comme un « cartel »39, un « groupe d’usuriers »40. Les banques publiques y étaient dominantes, souvent nationalisées au moment des marocanisations.

45Parmi elles, la Banque marocaine du commerce extérieur (BMCE) et la Banque populaire du Maroc (et son réseau de banques populaires régionales) jouaient le rôle de caisses de dépôt classiques. C’étaient les fers de lance de l’intervention de l’État dans le financement à court terme de l’économie. La première avait pour mission de concourir au développement du commerce extérieur et la seconde de financer la PME. À leurs côtés des organismes spécialisés publics finançaient des secteurs d’activité particuliers : l’industrie pour la Banque nationale pour le développement économique (BNDE), l’agriculture pour le Crédit agricole du Maroc, l’immobilier pour le Crédit immobilier et hôtelier (CIH). Quant à la Caisse des dépôts et de gestion (CDG), c’était la plus importante des institutions financières du pays, centralisant l’épargne liquide et notamment les fonds de la Caisse nationale de sécurité sociale et de la Caisse d’épargne nationale (N. Benamour Lahrichi, 1988, 230).

46Cinq autres banques, anciennement françaises, marocanisées dans les années 1970, opéraient dans le privé, monopolisant « le reste des parts de marché qui sont tout à fait stables, proposant des ententes profitables au sein de l’oligopole financier, tout en parlant de concurrence » (C.H. Moore, 1988). Si les interrelations financières y étaient complexes, néanmoins, grossièrement, à la veille des privatisations, la famille Kettani avait des parts importantes dans la Wafabank, le groupe Karim Lamrani dans le Crédit du Maroc, et M. Benkirane dans la BMCI. C. H. Moore s’étonnait en 1987 que l’ONA soit peu présent dans le secteur bancaire à la fin des années 1980 (Ibid., 259). Le holding pénétra le secteur par le biais de la BCM, seule banque privée non associée à un groupe familial.

  • 41 Pour A. Jouahri, président de la BMCE (avant privatisation) et président du Groupement professionn (...)
  • 42 Nommé à la tête de la BMCE, O. Benjelloun démissionna de ses fonctions d’administrateur de la BMCI (...)

47Les deux banques publiques les plus importantes, la BCP et la BMCE furent inscrites sur la liste des privatisables. D’autres privatisations suivirent. Ces banques ne faisaient plus partie désormais du secteur « stratégique »41. Toutefois, afin d’éviter le contrôle en cascade des banques, toute une série de conditions étaient prévues par la loi : les repreneurs devaient être un groupe de quatre actionnaires au moins, toute personne détenant plus de 20 % du capital d’une institution bancaire était exclue a priori des opérations. La nouvelle loi bancaire rendait incompatible la présidence d’une banque et la présence dans le conseil d’administration d’une autre institution financière42.

  • 43 CIMR, Royale marocaine d’assurance, du groupe Benjelloun, qui détient 5,28 %, Al Amale pour les in (...)

48La BCP ne fut timidement engagée dans les privatisations qu’après sa transformation en société anonyme en 2002. La BMCE, en revanche, fut très rapidement cédée. Elle avait été créée en 1959. Son capital et sa gestion associaient l’État et des institutions publiques ou semi-publiques majoritaires (50,01 %) d’une part, et des personnes physiques marocaines et des établissements de crédits étrangers d’autre part43.

  • 44 Le groupe familial dirigé par Omar Benjelloun et son frère Othman s’est essentiellement développé (...)

49Son schéma de transfert de la BMCE prévoyait la cession de 14,01 % du capital à travers la Bourse des valeurs de Casablanca, de 3 % aux mains des salariés et des 26 % restants par voie d’appel d’offres. C’est le groupe Benjelloun qui prit le contrôle de la Banque publique en avril 199544, par le biais de la Royale marocaine d’assurance (RMA).

  • 45 Le GPMB, fondé en 1943 sous le nom de « Comité des Banques », restructuré en 1959, prend le nom de (...)
  • 46 Une sorte de coutume veut que la présidence de ce puissant groupement professionnel soit occupée p (...)

50O. Benjelloun, qui était présent dans le conseil d’administration de la BCM et de la BMCI, devient PDG de cette nouvelle banque privée en juin 1995. Rapidement, il fut nommé président du Groupement professionnel des banques marocaines (GPBM)45, en remplacement de l’ancien dirigeant de la BMCE, A. Juwahri46. Il en partagea la direction avec A. Alami, vice-président et PDG de la BCM. Autrement dit, l’association professionnelle des banques se voyait codirigée par le groupe Benjelloun et le groupe ONA.

51Par la RMA, le groupe Benjelloun avait déjà investi le domaine bancaire puisqu’il détenait des participations à la BMCI, à la BCM, au Crédit du Maroc et à la SMCE, ce qui ouvrait à ses dirigeants la porte des conseils d’administration de ces institutions financières. La RMA avait déjà pris 5,8 % dans le noyau dur de la SNI et avait racheté les 15 % de la BMCI cédés par le groupe ONA. La BMCE était également présente, à hauteur de 26,49 %, dans le capital du Crédit du Maroc, et un consortium mené par la même banque s’est porté acquéreur de la BNDE.

52La privatisation de la SNI et de la BMCE, en particulier, ont manifestement permis à ces grands groupes privés, par le biais de leurs banques et institutions financières, de s’attribuer d’importantes cessions lors des premières années de la privatisation. En effet, un rapide survol des opérations suivantes révèle leur présence quasi systématique dans la plupart des noyaux durs des repreneurs :

  • La SAMIR fut cédée au groupe étranger Corral Petroleum. Néanmoins, 30 % des parts furent introduites en bourse sous forme de bons de privatisation dont une part importante réservée aux Banques.
  • La SONASID, plus grand laminoir du Royaume et distributeur de produit sidérurgique, bénéficiant jusqu’alors d’un monopole dans le secteur, fut rachetée en octobre 1997 par un tour de table comprenant la SNI (20 %), le groupe espagnol Marcial Ucin (8,5 %) et des « institutionnels marocains », selon la formule consacrée, (33,5 %) qui regroupent en réalité, approximativement à parts égales : Mamda-MCMA (compagnie d’assurance), Al Wataniya (filiale du groupe français GAN, et première société d’assurance privée au Maroc), Al Amane (société d’assurance, dont la maison-mère est AXA-UAP et détenue à 15 % par la SNI), la BCM, la RMA, la CIMR, la CAA (Compagnie africaine d’assurance du groupe ONA47) et le Marocco Fund. Trente-cinq pour cent des parts ont été cédées en juin 1996 par offre publique d’achat.
  • 48 Selon le journaliste économique B. Amine, il s’agirait d’un « exploit » : « Dans les milieux d’aff (...)

53À côté des groupes Chaâbi, Kettani, Karim Lamrani ou Akhennouch par exemple, l’ONA et le groupe Benjelloun surent particulièrement tirer profit des privatisations. L’entrecroisement de leurs intérêts respectifs s’est d’abord intensifié au cours des premières opérations de transfert. Mais à partir de 1998 un bras de fer eut lieu entre les deux grands groupes à propos du rachat d’Al Wataniya, société d’assurance, finalement tombée dans l’escarcelle du groupe Benjelloun48. Compte tenu du portefeuille de la compagnie d’assurance Al Wataniya, cette opération bouleversait certains équilibres. Après avoir emporté, contre l’ONA, le marché de cette compagnie d’assurance, le groupe utilisa le marché boursier pour accroître sa participation à la SNI, en 1998-1999, jusqu’à posséder le quart des actions du groupe. Certains allèrent jusqu’à émettre l’hypothèse d’une prise de contrôle de l’ONA lui-même. Cette offensive du groupe Benjelloun donna lieu au printemps 1999, à ce que certains journalistes qualifièrent de « guerre des affaires » : tandis que la question du contrôle de la SNI semblait en jeu avec celle du partage du marché des assurances, les dirigeants des deux groupes se lancèrent dans une bataille rangée. Non seulement les ambitions du groupe Benjelloun furent freinées mais il vit son empire bancaire chanceler les années suivantes.

  • 49 « Et le mastodonte bancaire naquit ! », Le Journal Hebdomadaire, 2 novembre 2003.

54En 2003, la nouvelle surprit certains. La BCM rachetait le groupe financier Wafa ainsi que Wafa Assurance de la famille Kettani, deuxième compagnie du secteur de l’assurance. Cela permit à la BCM et à l’ONA, de se hisser à la tête du secteur de la banque. Ils doublèrent ainsi le puissant groupe public des banques populaires. Et ils se posèrent en dangereux concurrent face au groupe BMCE de O. Benjelloun qui avait montré quelques velléités d’expansion. En 2003, la Banque centrale refusa d’ailleurs à la BMCE l’offre que lui fit la Caisse d’épargne française d’entrer dans ses parts. Ce rachat « surprise » qui fit naître un « mastodonte bancaire marocain » 49intervint au moment où l’ex-ministre des Finances de l’ajustement structurel, ex-président de la BMCE avant privatisation, A. Juwahri, soit nommé à la tête de la Banque centrale marocaine. Un nouveau patron, M. Majidi, homme d’affaires propriétaire du réseau d’affichage urbain, FC Com, que Mohammed VI s’était choisi comme secrétaire particulier, arrivait également à la tête de la SIGER, qui contrôle par là l’ONA et Attijariwafa Bank. Ceci ne fait que réactualiser le constat de R. Leveau dans les années 1980, en donnant un rôle pivot à l’ONA :

« Le secteur bancaire public ou privé peut être sensible aux recommandations. Aucun entrepreneur marocain n’a pu occuper une place importante dans le secteur privé depuis l’indépendance sans l’accord personnel du souverain. Parfois son intervention prend la forme d’une invitation à s’occuper de telle ou telle entreprise, en association avec un partenaire étranger, avec l’offre d’un appui personnel ou financier ». (R. Leveau, 1984, 17).

55Dans le secteur bancaire comme dans d’autres domaines, les privatisations semblent ainsi avoir fourni un canal privilégié, dans un cadre légal et sous la bienveillance des organisations internationales, pour la recomposition des grands groupes privés du pays. Les relations d’interdépendance entre ces derniers et vis-à-vis du politique se sont confirmées ou délitées. Dans ce dernier cas, la concentration du secteur bancaire privatisé souligne un effort pour faire contrepoids aux appétits des banques étrangères présentes au Maroc par le bien de leurs filiales et de leurs participations dans les banques privatisées. Elle montre également comment le politique, ici l’autorité politique du Palais, mais aussi ses intérêts privés, intervient dans la réorganisation d’un secteur nodal.

  • 50 À titre d’exemple, en 1997, le conseil d’administration de la SNI est composé de M’Fadel Lahlou (P (...)

56La concentration du capital dans un nombre réduit de groupes se double, dans de nombreux cas, d’une homonymie de la composition des conseils d’administration (des entreprises publiques ou privées)50. Deux ordres d’explication doivent être pris en compte. D’une part, les témoignages recueillis le suggèrent, les polémiques citées l’illustrent et le confirment, la prégnance de pratiques arbitraires et discrétionnaires de clientélisme dans la redistribution du patrimoine public. D’autre part, c’est l’effet logique et mécanique des structures mêmes du système de financement et de crédit, dominé par des banques détenues par les principaux groupes privés, qui joue, par le biais du contrôle des sociétés de bourse.

Les clôtures de l’accès au crédit

57Les banques marocaines fonctionnant sur des attitudes monopolistiques sont la courroie principale des mécanismes de préservation du capital de certaines familles de l’accès au crédit et de l’investissement. Les jeunes entrepreneurs interviewés se plaignent de l’attitude des banques à leur égard. Ces dernières ne consentent à leur offrir des crédits que s’ils disposent par ailleurs de garanties familiales importantes.

  • 51 Entretien 4 juin 1996.
  • 52 Entretien mai 1997.
  • 53 Pour une synthèse du paysage actuel, voir Ambassade de France à Rabat, mission économique et finan (...)

58La loi 36/87, modifiée par la loi 14/94 dite « Jeunes promoteurs », promulguée le 30 décembre 1987, avait pour objectif de faciliter les procédures d’octroi de crédit et plus indirectement de créer des emplois. Ambitieuse, cette loi suscita énormément de déceptions de la part de jeunes promoteurs incapables de monter leurs projets faute de financement. Les principales récriminations contre le dispositif concernent les lenteurs de l’administration (« la bureaucratie, c’est la bureaucratie »51), l’iniquité des décisions (« Crédit jeune promoteur ? Non, ça n’était pas nécessaire. En fait, à la banque, ils connaissaient mon nom, si bien qu’ils ne m’ont pas trop fait de difficultés. Et les crédits “Jeunes promoteurs” sont surtout destinés aux PMI plus qu’aux structures commerciales »52), et d’autre part les réticences des banques à engager de tels crédits sinon à des personnes qui, justement, présentent de solides garanties, notamment familiales. Ainsi, dans de nombreux cas, les jeunes investisseurs qui en ont les moyens contractent un crédit Jeune promoteur et, dans le laps de temps nécessaire aux procédures d’octroi (dans le meilleur des cas un an au moins), ils empruntent à leur famille qu’ils remboursent ensuite, une fois le crédit obtenu ; ce qui permet aux familles concernées de bénéficier de crédits bancaires sensiblement avantageux. Selon les témoignages recueillis, seul le groupe Banque populaire a semblé jouer le jeu en réalisant 65 % des prêts. Il faut dire que non seulement cette banque d’État est la première banque du Royaume, mais aussi qu’elle était dirigée dans les années 1990 par Abdellatif Laraki, lui-même président du Conseil national pour la jeunesse et l’avenir (CNJA). Cet organisme avait été créé en 1991 justement pour s’efforcer de résoudre le problème du chômage des jeunes. Ceci étant posé, on comprend bien de quelle façon, tant symbolique que mécanique, l’héritage demeure le canal privilégié de la reproduction économique et sociale. Le secteur financier reste une source de financement marginale pour les entreprises marocaines et notamment le tissu des PME/PMI53.

59Comme souvent, c’est ex-post, lorsque des personnages perdent leur protection ou se trouvent en disgrâce que se construisent des procès en règle. Cela entretient d’ailleurs l’idée – certainement plus ou moins fondée – d’une vérité connue, partagée mais tenue au secret. Cela alimente également les rumeurs ou les confidences privées qui pèsent sur le « climat des affaires ». Comme si ces dernières étaient toutes entachées d’irrégularités répréhensibles. Quoi qu’il en soit, ce système de financement douteux et fonctionnant en vase clos fut particulièrement critiqué lorsque Abdellatif Laraki chuta. En 2002, mis en cause d’abord par la justice marocaine puis française, il fut condamné pour « dilapidation des deniers publics, détournements de fonds et abus de pouvoirs ». À cette occasion, le réquisitoire médiatique de ce personnage symbolique et puissant fut également une mise en accusation du système bancaire public et des conditions de l’accès au crédit :

  • 54 A. Mansour, « Il était une fois Laraki », Maroc-Hebdo International, n° 528, 11-17 octobre 2002.

« Mais la BCP, ce n’était pas uniquement cela. Elle était aussi, à partir de 1973, l’instrument financier de la marocanisation du commerce et de l’industrie. Un instrument qui devait permettre à l’État de jouer son rôle de redistributeur de richesses. Mais qui sera mis au service d’une caste cooptée, sélectionnée et désignée. Cette mobilité sociale en circuit sociologique fermé a fait de nouveaux riches, doublés de mauvais payeurs, qui n’avaient de mérite que leurs certificats de naissance du bon côté. Lorsqu’il n’y avait plus rien à marocaniser, des personnages dûment recommandés se faisaient livrer de fabuleux crédits pour de vrais-faux projets. Bref, ce qui devait être un formidable levier économique, avec un capital public à hauteur de 92 %, allait suivre la même courbe, subir la même métamorphose que d’autres trésors d’Ali Baba, d’autres mamelles nourricières, directement alimentées par le patrimoine financier national, telles que le CIH, la CNCA ou même la SMDE »54.

  • 55 Selon A. Jamaï, « Le financement de l’État marocain dépend grandement du secteur bancaire, cette d (...)

60Détenues ou dirigées par un petit nombre de familles, les banques entretiennent des relations « incestueuses » avec les pouvoirs publics, selon le journaliste A. Jamaï55. Leur association, le GPBM, est régulièrement accusée d’agir comme un « lobby », voire comme un « cartel », protégeant les intérêts des banques et des grands groupes privés au détriment de la compétitivité, de l’accès au crédit et de l’investissement. Dans la décennie 1990, le système bancaire se privatisa en large partie, mais le résultat fut une concentration accrue du secteur, tenu par les principaux groupes repreneurs marocains des privatisations.

Entre ouverture et protectionnisme, la nouvelle bourse de Casablanca

  • 56 Ainsi, le chiffre d’affaires quotidien du marché des actions a été multiplié par 200 entre 1989 et (...)
  • 57 La Vie économique, 7 mars 1997.
  • 58 La nouvelle loi institue les conditions de fonctionnement des sociétés de bourses, un Conseil déon (...)

61La politique de privatisation a donc posé la question des canaux de financement et les possibilités d’émergence d’un large entrepreneuriat, alors qu’elle était supposée engendrer une nouvelle classe d’épargnants et d’investisseurs. L’une des conséquences du processus a sûrement été le développement par soubresauts de la Bourse des valeurs de Casablanca56. Cette Bourse existe depuis 1929, mais n’avait pas d’activité significative. Certains journalistes n’hésitaient pas à la dénommer « Casablanca cosy and confortable club »57 : « 4C » que chercha à faire oublier la loi sur la bourse votée en 1993 58 et le déménagement des locaux de la bourse depuis l’avenue Mohammed V où elle partageait l’immeuble colonial de la Chambre de commerce et d’industrie de Casablanca vers l’avenue des Forces armées royales où elle s’installa dans un édifice moderne entièrement vitré.

62Dans le cadre d’une réforme plus large du secteur financier, avec l’adoption d’une loi bancaire (1993) et l’institution d’un marché des changes interbancaires (1996), la modernisation de la bourse de Casablanca passa par la création d’un dépositaire central des titres, et l’institution d’un régime général de l’inscription en compte de certaines valeurs. Un marché des titres de créances négociables et des OPCVMA fut organisé en 1995 tandis que des bons du trésor et des bons de privatisations étaient lancés en 1996. À la faveur de la cession par voie boursière d’une partie du capital des entreprises publiques, le marché boursier prit de l’ampleur, l’actionnariat marocain se développa timidement, à l’aide de nouveaux instruments tels que les bons de privatisation. Selon les analystes, les privatisations auraient en effet révélé un gisement d’épargne considérable, hors du circuit bancaire : l’émergence d’un marché financier à la Bourse de Casablanca devait permettre en quelque sorte la bancarisation d’une épargne jusqu’alors improductive.

  • 59 En 1995, les offres publiques de vente des sociétés privatisées ont représenté 21 % de la capitali (...)

63La cotation en bourse des entreprises privatisables constitua un tournant pour le secteur du financement. Les cessions de leurs actifs dopèrent un marché boursier encore craintif59. Toutefois, le monopole des banques ne fut que marginalement remis en cause : sur les quatorze sociétés de bourse agréées en tant qu’intermédiaires habilités à intervenir à la Bourse des Valeurs de Casablanca, douze étaient elles-mêmes des filiales de ces banques.

  • 60 On pourrait citer l’exemple de la fusion entre la Wafabank et Uniban, ou encore l’épisode de l’int (...)

64Le Conseil déontologique des valeurs mobilières, qui devrait en être le « gendarme », s’imposa avec difficulté face à la société privée gestionnaire de la Bourse de Casablanca. En témoignent certains épisodes où malgré les protestations du CDVM (ou contre ses recommandations), des opérations contraires au règlement se déroulèrent bel et bien60.

65Certaines opérations furent aussi l’occasion de bras de fer entre de nouvelles sociétés de bourse et le GPBM. L’un des fondateurs de la société de bourse Upline Securities, futur fondateur de l’hebdomadaire Le Journal, prévenait dans l’une des chroniques qu’il tenait à La Vie économique :

  • 61 La Vie économique, 17 janvier 1997.

« Le pire qui puisse arriver au marché boursier est qu’il offre l’image d’un repère d’initiés se jouant de la naïveté des petits épargnants »61.

66Ce fut le cas de la cession de la société Crédit EQDOM, société de crédit à la consommation, mise en vente par l’intermédiaire de l’une des deux seules sociétés de bourse non affiliées à une banque, Upline Securities. Le récit de cette opération boursière par l’un de ses acteurs évoque parfois celui du combat de David contre Goliath. La jeune société de bourse se heurta selon lui à un accord implicite entre les banques, les pouvoirs publics et les médias marocains qui lui refusaient toute légitimité, par exemple, en refusant de citer son indice de bourse.

  • 62 Entretien 1er avril 1997.

« Nous n’avions qu’une seule option : innover, toujours innover, oser et oser. Par exemple, pour l’évaluation des entreprises, nous avons proposé nos services au ministère de la Privatisation. Et là, il y a eu deux événements en même temps : D’abord, début 1995, une société de crédit à la consommation, TASLIF nous a contacté parce qu’ils voulaient intégrer la bourse. C’était la première société privée, hors privatisation, qui se cotait en bourse. Nous avons fait un travail à perte, mais il devait nous permettre de créer un marché. C’est-à-dire que non seulement, cette cotation dynamisait le marché, mais en plus, elle était un symbole. Le problème, c’est que le dahir est sorti très tard. C’est seulement en mai 1995 que sont sorties les circulaires d’application pour commencer à fonctionner comme société de bourse. Cette affaire de TASLIF a été pour nous un acte fondateur. Parce que TASLIF, C’est ni Benjelloun, ni Kettani. Donc, c’était un excellent signal à envoyer aux sociétés marocaines moyennes. Que la Bourse ne concerne pas seulement la BMCE ou l’ONA.
Mais, en même temps, il y a eu un grand malheur. Nous étions à la période charnière entre l’ancienne et la nouvelle loi. Dans l’ancien système, il y avait pour la bourse un comité technique, de la Bank Al Maghrib. Alors que la nouvelle loi a créé une autorité, la CDVM. C’est l’Autorité boursière. Mais la bourse n’était pas encore privatisée. C’était encore un établissement public. Le CDVM a accepté l’opération de la TASLIF. Mais le Comité technique a refusé, alors qu’on pensait vraiment que ce ne serait qu’une formalité, puisque le CDVM avait donné son accord. […] Ce refus pour la TASLIF nous a posé de gros problèmes. […] C’est très grave : ça discrédite complètement le CDVM et le marché financier.
Il faut savoir que la BCM est dépositaire de plus de 90 % des investissements étrangers au Maroc. Si bien que pour toute opération, on passe toujours par eux. À chaque fois qu’il y a un ordre de virement sur notre compte, ils l’encaissent chez eux, tout simplement. Ils invoquent une directive de la Bank Al Maghrib. Donc, pour eux, les directives de la banque sont supérieures à la loi, au dahir. Ils disent : “Il y a un problème, on ne vous vire pas l’argent”. C’est du détournement de fonds ! […] Le combat était inégal. Si bien qu’il y avait un manque de volonté évident de la part du gouvernement, dans cette affaire. D’ailleurs, elle a été réglée à un plus haut niveau. C’est sur intervention du conseiller du Roi et du Roi lui-même »62.

67On perçoit à travers cet extrait à quel point le développement d’un marché bancaire fut le théâtre de rapports de forces parfois violents. D’un point de vue financier, le bilan des privatisations n’est pas précisément à la hauteur des annonces de ses promoteurs. La tendance à la concentration des richesses s’accompagne d’une reproduction des comportements. Ce moment, étroitement associé à la politique de privatisations, inaugura toutefois une transformation progressive du secteur financier au Maroc qui se prolongea avec l’adoption d’une nouvelle loi bancaire en 2006 – renforçant l’autonomie de la banque centrale, Bank al-Maghrib, et prévoyant son désengagement des banques publiques – et la sophistication de la législation du marché des capitaux : en 2003, six nouvelles lois sont votées à cet effet.

68Le « diable est dans les détails » dit-on. Il serait de fait certainement passionnant de se livrer à une « anatomie politique du détail » (B. Hibou, 2006, 29) à propos du secteur bancaire marocain, à l’instar de l’enquête fine que B. Hibou consacre au système bancaire tunisien. Ce que l’on peut en retenir ici, c’est que si les privatisations et leurs modalités concrètes ont été un canal privilégié de pérennisation de pouvoirs financiers dans une période de déstabilisation économique, elles ont également introduit, techniquement en particulier, de réelles transformations de l’économie politique du Royaume. Les institutions de régulations se déplacent. Le rôle imparti à la banque centrale, à l’instar de ce que décrit aussi B. Hibou en Tunisie, s’affirme, indépendamment des problèmes que cela peut poser en termes de compétences ou d’ingérences. Les banques publiques sont de moins en moins les sources principales de crédit des entreprises. La Bourse de Casablanca est le théâtre d’affrontements entre grands groupes, que le politique ne peut pas, directement du moins, totalement manipuler. Tous les dés ne sont pas nécessairement pipés d’avance, ni les scenarii écrits de bout en bout par un pouvoir central intrusif, quand bien même l’encadrement des privatisations ne laisse que peu de place à l’improvisation ou au coup de théâtre. Un bel exemple est fourni par ces rapports houleux que purent entretenir l’ONA et le groupe Benjelloun, en coulisses surtout, autour d’opérations de privatisations et de rachats croisés. Ceci me semble-t-il ne doit pas être interprété comme des dérapages dans une mécanique bien huilée, mais plutôt comme les indices d’un marché en équilibre instable. Ses acteurs évoluent aux marges et les outsiders sont tenus à distance. Tous les protagonistes doivent faire preuve d’adaptations et d’inventivité. Malgré tout, les instruments de contrôle évoluent et par là, les outils de la prise de décision, voire les moyens de pression. À ce jeu, les modalités de l’action publique évoluent. Si à la tête des privatisées se sont installés peu de personnages nouveaux, néanmoins, les sources de leur pouvoir, les règles – formelles – de l’activité économique connaissent des mutations significatives.

Aux lisières du public et du privé

  • 63 Par exemple, N. Salah, « La privatisation fait tomber la marocanisation », L’Économiste, n° 67, 18 (...)

69Il faut admettre que d’autres pratiques entourant la privatisation expliquent de fait la concentration des capitaux. Les exemples d’entreprises publiques rachetées par leurs anciens dirigeants ou actionnaires sont nombreux. Le domaine de l’hôtellerie ou celui de l’industrie pétrolière, ont été notamment concernés par ce type de cession. Parfois, les repreneurs d’aujourd’hui sont les sociétés européennes qui avaient été contraintes de céder à l’État marocain une portion importante de leur capital au cours des années 1970, conformément aux dispositions des lois de marocanisation. Tant et si bien que certains qualifièrent les privatisations de « démarocanisation » du secteur public63.

70Dans cette valse des achats, la distinction entre secteur public et secteur privé devint encore plus sujette à caution. Parfois, ce sont les mêmes dirigeants de la société publique qui se portèrent acheteurs et continuèrent, après privatisation, à diriger l’entreprise sous un régime de droit privé. C’est le cas de SOCHEPRESS, société chérifienne de presse. Qualifiée de « privatisation interne » par son PDG (et repreneur) depuis trente ans, elle réunit les caractéristiques d’une procédure de cession de gré à gré où le transfert de propriété n’avait plus réellement de sens autrement qu’une opération financière réussie pour son nouveau propriétaire.

  • 64 Entretien 13 février 1997.

« Dans notre cas, l’État était minoritaire (il avait 40 %) et les professionnels, c’est-à-dire moi et NMPP, majoritaires. Si on avait procédé par appel d’offres, il aurait fallu que les actionnaires soient d’accord. Or, nous ne voulions pas. Si bien que nous avons procédé par entente directe entre l’État marocain et moi. Désormais les actionnaires sont NMPP qui détiennent 50 % de parts et moi et mes enfants en avons 50 %. Et c’est moi qui continue à assurer la gestion de la société. Ce qui fait que finalement, la privatisation n’a pas modifié beaucoup de choses dans la stratégie de la société. Sinon qu’on se sent plus libre par rapport à l’État : c’est-à-dire qu’on n’a plus à prendre en considération ses réactions »64.

71La « paternité » qu’il revendique par rapport à SOCHEPRESS montre à quel point les images, en tant que catégories représentées, peuvent s’emmêler autour des frontières du public et du privé. L’extrait qui suit souligne également la résilience d’un imaginaire de l’économie où les règles de la concurrence n’ont qu’une place subalterne :

  • 65 Idem.

« Nous étions déjà presque une société privée. Nous étions une SA comme toutes les autres. L’État était un actionnaire comme un autre. La seule différence, c’est que nous n’incluons plus dans notre stratégie les problèmes, les points de vue ou les incidences de l’État. Avant, on pouvait interpréter certaines de nos actions comme des actions de l’État, pour les observateurs ou l’opposition, alors que c’était faux. Et à l’inverse l’État pouvait prendre certaines de nos décisions comme des orientations contraires à son intérêt. Il fallait inclure ce paramètre dans notre stratégie, même si son pourcentage n’était pas important. Maintenant notre seule ligne d’action est celle des actionnaires.
Beaucoup de sociétés ont été privatisées de la même façon, de gré à gré, cédées aux actionnaires majoritaires. Ça n’a rien d’exceptionnel. C’est évident. Les candidats à l’achat d’ailleurs ne se bousculent pas non plus. Et l’État voit bien que c’est tout l’intérêt de l’entreprise. (…) Avec la nouvelle loi, qui demande au repreneur de gérer la société comme un “bon père de famille”, les minoritaires ne peuvent rien faire. Bien sûr, ils peuvent vous embêter, vous traîner en justice. Mais pas plus. L’État a bien compris. Il ne fait pas le jeu des concurrents »65.

  • 66 Les principaux nouveaux actionnaires constituant le noyau de référence sont la Banque centrale pop (...)
  • 67 Cf. N. Salah, « Débats sur la nature du noyau de référence. Privatisation : le déroulement de la v (...)
  • 68 Ibid.

72Loin d’introduire des ruptures franches et significatives, les privatisations assurèrent avant tout, de ce point de vue, un passage de témoin dans la continuité. Ainsi, l’une des premières privatisations, celle de la compagnie de transport CTM-LN, eut ceci de particulier que les acheteurs étaient paradoxalement eux-mêmes des établissements publics66. Quarante pour cent des capitaux ont été mis en bourse, 18 % étant réservés aux résidents marocains à l’étranger. Aux observateurs qui s’en étonnaient, le ministre des Privatisations expliqua : « Ces sociétés sont gérées de manière privée, même si des fonds publics sont présents et que les présidences sont assurées par des hommes du secteur public »67. La journaliste N. Salah renchérit : « Les milieux d’affaires classent les entreprises dans le secteur public ou dans le secteur privé, grâce à l’image qu’elles donnent d’elles dans leur comportement et leurs hommes. Le statut juridique est moins fort que cette image »68. Ceci contribua à accentuer le trouble des représentations en complexifiant encore le sens et la valeur des référents mobilisés.

Hommes d'État et hommes d'affaires

73Quoi qu’il en soit, la porosité de la frontière entre public et privé n’a rien de nouveau ni même de spécifique au Maroc. Bien au contraire, comme de nombreuses frontières, elle est justement au cœur de pratiques. Ces dernières, pas nécessairement transgressives, jouent des mobilités, des doubles vies ou encore des marchés qu’elle induit. Ainsi, certains personnages ont construit leur propre fortune privée dans cet entre-deux frontalier entre la chose publique et leurs activités privées, entre des responsabilités politiques et la gestion de fortunes privées.

  • 69 Pour cet ensemble d’indications biographiques : cf. la rubrique « Les hommes », Maghreb, n° 48, no (...)
  • 70 D’ailleurs, J. Waterbury (1970, 131) le classe, à l’orée des années 1970, parmi les hommes d’affai (...)

74Le parcours de M. Karim Lamrani est un modèle de ces entrelacs. Il est issu, par son père, d’une famille aisée de commerçants en soieries fassis, des « chorfa ». Ses ascendants maternels, les Mernissi sont, quant à eux, des notables de la ville de Fès. Deux de ses oncles furent Pacha de Moulay Idriss du Zerkoun pour l’un et président de la Chambre de commerce et d’industrie de Fès pour l’autre. Aidé par son oncle maternel, il s’initia rapidement au monde des affaires, alors que le Maroc était encore sous protectorat français. Il devint secrétaire général du groupement des producteurs d’huile d’olive du nord du pays. Il tissa un réseau de relations françaises et marocaines qui résistèrent à l’indépendance. En 1956 commença sa carrière « publique » lorsqu’il fut chargé de mission à l’économie nationale dans le premier gouvernement du Maroc indépendant. En 1957, il fit sa première entrée à l’Office chérifien des phosphates, l’entreprise publique phare du Maroc marocanisé, en tant que secrétaire général, puis directeur en 195869. Il démissionna de son poste en signe de protestation contre le gouvernement le 12 juillet 1960, affichant ainsi son soutien à l’Union marocaine des travailleurs et au parti de l’Istiqlâl70.

  • 71 Pour une analyse précise des étapes de la constitution du groupe Karim Lamrani, voir M. Saïd Saâdi (...)

75Son empire économique personnel se constitua au cours des mêmes années 1960, à la faveur des marocanisations, à l’origine par l’entremise d’une participation au capital de la Compagnie africaine de banque, alors aux mains de capitaux français. Progressivement, au gré d’une série de rachats et d’alliances économiques, il construisit un holding financier, le Consortium financier du Maroc (COFIMAR), auquel s’ajoutèrent par la suite deux autres pôles financiers, SAFARI et SOFIPAR, grâce auxquels il put continuer à investir dans les marocanisations71. Il devint par là l’administrateur d’importantes sociétés publiques de première importance telle que le Crédit du Maroc, Royal air Maroc, la Banque marocaine du commerce extérieur, l’Union marocaine des banques. En 1961, il est élu vice-président puis président de la Chambre de commerce et d’industrie de Casablanca.

76Le 12 mai 1967, il est rappelé par Hassan II à la direction générale de l’OCP qu’il ne quittera plus jusqu’aux années 1990. La croissance de son groupe privé, en parallèle de ses responsabilités à la tête du plus important groupe public du Royaume, est exceptionnelle. Au début des années 1980, on affirmait qu’il aurait pu, grâce à sa seule fortune personnelle, éponger la dette du Maroc.

77Parallèlement à cette carrière dans les plus hautes sphères des affaires, M. Karim Lamrani mena une carrière politique de « technocrate » affichant toujours une neutralité partisane. Les allers-retours qu’il effectua sans cesse entre affaires privées et chose publique sont éloquents et apparaissent dans son cas comme des ressources économiques et politiques fondamentales : chaque oscillation constitue une plus-value dans sa carrière publique ou privée. Le 23 avril 1967, il était nommé ministre des Finances. En 1971, dans le contexte d’éveil des mouvements estudiantins, et suite à l’attentat de Skhirat perpétré contre Hassan II, celui-ci le désigna Premier ministre. Son gouvernement avait alors pour mission de « mettre en œuvre des réformes dans les domaines de l’éducation, du développement économique, de la justice et de la lutte contre la corruption ». Il démissionna dans un contexte de grèves et d’émeutes estudiantines en mars 1972.

  • 72 A. Bouabid, secrétaire général de l’USFP y est ministre d’État sans portefeuille tout comme Mohamm (...)

78Très proche du Palais, à la tête du poumon économique du pays, il est sollicité par Hassan II dans des situations de crise politique. Comme dans les années 1970, en novembre 1983, alors que le Programme d’ajustement structurel est adopté, il est à nouveau nommé Premier ministre, à la tête d’un gouvernement de « coalition » qui regroupe des représentants de six formations politiques, dont l’USFP 72 (qui quitte le gouvernement deux ans plus tard avec les représentants de l’Istiqlâl).

  • 73 Par exemple Kh. Hachimi Idrissi, « Les Quadra de choc », Maroc-Hebdo International, n° 257, 18 jan (...)
  • 74 Y. Mény, 1992, 99 et ss.

79Sa carrière est donc exemplaire de la valse de ces hauts fonctionnaires et managers d’entreprises, entre différents offices publics, fonctions gouvernementales et activités privées : ceux que l’on appela à la fin des années 1990 les « quadra de choc » 73présentaient des profils semblables. Bardés de diplômes, ils étaient avant tout des commis de l’État, entretenant des relations permanentes entre le public et le privé et illustrant à quel point il serait contre-intuitif de s’employer à distinguer l’économique du politique. À l’image de ce qu’Y. Meny qualifie de « pantouflage » dans le cas du « capitalisme à la française », leurs trajectoires manifestent en dernière instance une politisation de l’administration et une fonctionnarisation du politique74.

80Ainsi, entre 1995 et 1999, l’OCP fut dirigé par M. Chérif. Diplômé ingénieur civil de l’École des mines de Paris, il intégra l’ONA en 1970, où il occupa diverses fonctions. En 1975, il fut nommé directeur du département des mines de l’ONA, puis directeur général des Sociétés minières du groupe. En 1989, il devint administrateur directeur général de la Compagnie minière de Guemassa. Puis, il accéda au poste de directeur général de l’ONA jusqu’en 1993, où il était désigné ministre du Commerce extérieur, des Investissements extérieurs et de l’Artisanat. Suite à un remaniement du gouvernement, il devint ministre des Finances, jusqu’en 1995 où il accéda à la tête de l’OCP. En 1999, en remplacement de F. Filali rapidement démissionnaire après son divorce avec l’une des princesses royales, il fut nommé PDG de l’ONA. À 50 ans, il avait donc conduit la politique économique du pays et occupé la direction de la plus importante entreprise publique du Royaume (l’OCP) et du plus grand groupe privé (l’ONA). Durant quelques mois en 1999, il dirigea en même temps ces deux moteurs de l’économie du pays.

  • 75 Voir à ce sujet N. Beau et C. Graciet, 2006.

81Dans certains cas, mais pas toujours, la confusion de la chose publique et de la fortune privée fut manifeste. Un exemple pourrait être celui de Azzedine Laraki, médecin issu, lui aussi, d’une famille de grands bourgeois fassi, ministre de l’Éducation nationale de 1977 à 1992, Premier ministre de 1986 à 1992, soit au moment où furent mises en place les institutions de la privatisation. Il lui fut reproché de s’être particulièrement enrichi à ces postes, où il aurait fait construire par ses propres entreprises les nouvelles écoles publiques, se serait arrogé un monopole de fait sur le marché des équipements scolaires, etc. 75

82Dans la sociologie de P. Bourdieu, ces personnages seraient des « dominants-dominants » (P. Bourdieu, 1989, 382) des héritiers membres de la noblesse d’État et fruits et artisans de la reproduction. La trajectoire de Driss Benhima est exemplaire de ces profils. Issu d’une famille de grands commis de l’État, originaires de la ville de Safi, il est le fils de Mohammed Benhima, l’un des premiers Premier ministre du Royaume, mais aussi entre 1960 et 1967, ministre de l’Agriculture, du Commerce et des Mines, de l’Éducation nationale, des Travaux publics, de l’Intérieur. Mohammed Benhima avait aussi été le premier président marocain de l’ONA en 1969. L’oncle de Driss, Ahmed Taïbi Benhima fut ambassadeur du Maroc à l’ONU, ministre des Affaires étrangères et ministre de l’Information. Entré premier major étranger à l’École polytechnique, Driss Benhima en sort ingénieur option « économie publique » et intégra parallèlement l’École des mines à Paris. De retour au Maroc, il débuta sa carrière à l’OCP en tant qu’ingénieur d’exploitation à ciel ouvert. À 25 ans, il était nommé chef d’exploitation de la mine de Sidi Daoui, alors la plus grande mine de phosphate du monde. Par la suite, il intégra le groupe français Air Liquide en tant qu’administrateur de la société marocaine SMOA (1991). En 1994, il prit la direction de l’Office national de l’électricité, et en 1997 il est désigné ministre des Transports, de la Marine marchande, du Tourisme, de l’Énergie et des Mines. Son passage à la wilaya (préfecture de région) de Casablanca entre 2000 et 2003 fut particulièrement remarqué, nous y reviendrons dans le chapitre suivant. Driss Benhima fut ensuite directeur général de l’Agence pour le développement des provinces du Nord et nommé en 2007 président directeur général de Royal air Maroc.

83Les va-et-vient de ces personnages entre secteur public et secteur privé, entre domaine politique et affaires personnelles ne sont pas exceptionnels. Ces exemples pris sur deux générations, avant et après l’ajustement structurel, l’illustrent. Cela nourrit des pratiques clientélistes, des formes de collusion et ancre, quoi qu’il en soit, les pratiques de chevauchement au cœur des logiques d’enrichissements et de réussite. Le passage par l’ONA ou/et l’OCP, en particulier, fournit les conditions idéales pour tisser les réseaux de relations nécessaires, le capital économique et le prestige social, afin de gérer une double carrière, politique et économique.

84Cela n’est pas allé sans protestation dans les sphères publiques et privées. Plusieurs pamphlets, plus ou moins documentés, dénoncèrent des relations incestueuses entre le monde des affaires, les hautes sphères du politique et des intérêts étrangers. On se souvient de À qui appartient le Maroc de l’opposant M. Diouri, qui, en 1992, insistait sur l’emprise personnelle du souverain sur des pans entiers de l’économie marocaine, en particulier par le canal de l’ONA. Dans Notre ami le Roi paru en 1990, G. Perrault décrivait entre autres choses les étroites relations entretenues entre les intérêts de la couronne et ceux de l’administration et du grand capital français. Plus récemment encore, en 2006, deux journalistes français, N. Beau et C. Graciet, dans Quand le Maroc sera islamiste, reprirent des argumentaires semblables, dénoncèrent des filières d’enrichissement illégitimes ou illicites, la collusion d’intérêts à l’échelle nationale et internationale et des pratiques de corruption généralisées. On ne peut qu’être frappé par la récurrence de ces réquisitoires qui mettent l’accent sur les relations coupables entre l’économique et le politique. En systématisant l’analyse d’un système décrit comme pathologique, ils produisent des effets qu’il resterait à mieux examiner. Certes, il s’agit-là, avant tout, d’ouvrages écrits par des journalistes français. Certains, les premiers, furent interdits au Maroc, mais on les lisait néanmoins, du moins dans les cercles francophones.

85En termes de ressources politiques, ces thématiques ne furent pourtant que marginalement exploitées, sinon dans le cadre par exemple des dernières lettres ouvertes du leader de l’association ‘Adl wa el-ihssân (justice et spiritualité), Cheikh A. Yassine, « à qui de droit ». En 2000 il demande au jeune souverain de « restituer au peuple la fortune fabuleuse de Hassan II ». Il s’indigne de « la gabegie générale, la misère pour beaucoup, le confort criard pour quelques-uns, la corruption comme moyen d’administrer et de gouverner, le tripatouillage des élections comme institution et pratique démocratiques, bref la ratatouille makhzénienne ». Quelques jours plus tard, A. Youssoufi, le Premier ministre socialiste, surenchérissait en annonçant la traduction en justice de toutes les personnes accusées de malversation et de dilapidation des deniers publics.

86Quoi qu’il en soit, dans des conversations plus privées, pas nécessairement dans des milieux confinés, la critique est récurrente, partagée, rarement contredite. Les privatisations l’ont plus renforcée qu’affaiblie. Pour un cadre à la direction des participations financières et industrielles de la Caisse de dépôt et de gestion, le serpent se mord la queue et les privatisations s’effectuent à l’opposé de leur objectif affiché :

  • 76 A. Kennouch, « Privatisation : la rentabilité publique a garanti le succès des privatisations », L (...)

« Le problème du déficit des établissements publics est avant tout un problème de gestion : l’incompétence des hauts responsables qui sont devenus les PDG, DG... éternels et qui, de ce fait, ne confondent pas la “chose publique” de la “poche privée”... Aussi, il y a le fameux problème de la corruption, les pots-de-vin, le féodalisme financier, le clientélisme... Un PDG qui reste à la tête d’une entreprise pendant deux à trois décennies, c’est inadmissible dans un pays démocratique, un État de droit »76.

87Le principe des privatisations par attributions directes ou de gré à gré demeure le point de départ des principales polémiques sur les procédures. Si elles ont été dénoncées par les représentants des partis d’opposition au Parlement spécialement, elles ont été également l’objet de controverses publiques et de procès juridiques qui dévoilent en partie des mécanismes de cession et d’attribution politiques.

88En effet aux contournements plus ou moins explicites des objectifs énoncés par la loi s’ajoutent des pratiques de ventes de patrimoine public au mépris de la loi : c’est le cas de la cession en 1997 de l’hôtel Hyatt Regency, un palace de Rabat. Appartenant à la Caisse des dépôts et de gestion, il fut cédé au groupe sud-coréen Daewoo qui en confia la gestion au groupe Hilton. L’hôtel en question ne figurait pas sur la liste des privatisables. Les parlementaires ne furent pas consultés sur sa vente et s’en indignèrent. Les autorités politiques se justifièrent en arguant de la nécessité d’attirer de façon souple et rapide sur le territoire marocain cet important investisseur potentiel. La cession de l’hôtel s’inscrivait, semble-t-il, en réalité dans un package négocié à la primature et avalisé par le Roi qui, pour clore le marché, reçut le patron de Daewoo en son Palais. Avant ses sérieux déboires en France et la fuite de son président et fondateur, K. Woo-choong, le groupe coréen investissait non seulement dans le tourisme mais également dans ses domaines de prédilection, l’automobile et l’électronique. Les privatisations, débordant de leurs cadres légaux, furent ainsi un argument de poids pour les négociations à haut niveau entre le régime marocain et d’importants groupes internationaux, au nom du transfert de technologie et de la création d’emploi.

89Les conflits suscités par les privatisations, qu’ils soient exposés publiquement ou gérés à huis clos, me paraissent circonscrire en large part les termes d’une transformation de l’économie politique marocaine. On y voit autant qui fait l’économie du pays, les figures montantes ou installées, les groupes mis à l’écart ou perdants, que la façon dont les politiques de privatisations interfèrent sur les modes de régulation de l’activité économique et sur les conventions qui les fondent.

Procès exemplaires

90Bien que largement contrôlées, les privatisations ne furent pas un long fleuve tranquille. Elles donnèrent lieu à quelques procès retentissants. Ainsi, au début de 1997, une violente controverse opposa le ministre des Privatisations à un homme d’affaires par ailleurs élu d’Essaouira, qui reprochait au premier de l’écarter systématiquement des opérations de transfert. Durant l’été 1998, les privatisations retournèrent sur le banc des accusés quand le nouveau gouvernement « d’alternance » attaqua en justice les actionnaires d’une société privatisée en cessation de bilan. L’analyse de ces deux affaires permet d’examiner les modalités de certaines opérations : au-delà de leur aspect anecdotique, c’est tout un système politique et économique qui est mis en accusation. Au discours policé, volontariste et progressiste des campagnes de publicité sur les privatisations, à la conversion tacite de ses pourfendeurs initiaux, s’opposent des révélations et des mises en accusation, à travers lesquelles la question de l’existence ou non d’un État de droit fut soulevée.

Du Parlement à la Cour suprême

  • 77 Pour aller vite, L’Économiste, dont A. Saaïdi était alors au conseil d’administration et Maroc-Heb (...)
  • 78 Maroc-Hebdo International, 27 décembre 1997.

91Le cas de l’affaire Saaïdi-Chaâbi est central à plusieurs titres. Si les privatisations ont été l’occasion pour le Palais de réorganiser des réseaux sur lesquels repose son autorité, la vente de fleurons du secteur public dont il fut question lors de ce procès [Shell Maroc, l’hôtel de luxe de Casablanca Hyatt, la BMCE, ICOZ (Industries cotonnières de Oued Zem), la société de production d’engrais FERTIMA ou la SNEP] étaient au cœur de la redistribution du patrimoine public. La médiatisation de l’affaire lui a donné plus d’importance encore puisque des journaux prirent explicitement fait et cause pour l’un ou l’autre des protagonistes77. Enfin, la controverse est exemplaire par son dernier avatar : la comparution en justice du ministre des Privatisations, accusé par son adversaire de « diffamation par voie de presse, portant atteinte à son honneur, à sa dignité et à sa considération dont il jouit en tant que parlementaire et homme d’affaires, et de diffusion de secrets professionnels ». Dans sa rétrospective de l’année 1997, Maroc-Hebdo International affirma : « L’affaire Chaâbi-Saaïdi restera dans les annales de l’histoire marocaine »78.

  • 79 Voir chapitre IV.
  • 80 C’est la formule qu’emploie un journaliste qui suit l’affaire : A. Chankou, « La privatisation dev (...)

92Les conséquences de ce procès qui eut lieu en même temps que la campagne « d’assainissement » faisait rage 79 sont modestes. Par son aspect paradigmatique, plutôt que dans ses aspects plus anecdotiques, cette affaire permit néanmoins d’examiner les usages sociaux et politiques d’une morale de la « libéralisation » (M. Catusse, 2000). Le « procès de la privatisation »80 mit en scène des personnages exemplaires, et mobilisa une échelle de jugement qui contribua à fixer les normes de la réforme. Selon le projecteur choisi, le conflit est apparu tour à tour comme le procès de la mise en œuvre d’une politique publique, celle des privatisations, ou comme la dénonciation des pratiques d’un homme qui de plaignant devient l’accusé au cours du litige. Ce qui aurait pu être la critique d’une politique publique déterminante dans ces années-là s’est rapidement personnalisé et dépolitisé. Les arguments empruntant à la justice ou l’éthique se sont substitués à une critique plus directement politique.

  • 81 Ce qui conduit d’ailleurs M. Chaâbi à déclarer : « Si l’origine de ma fortune est douteuse, si j’a (...)
  • 82 Les principaux griefs de M. Chaâbi sont dressés dans sa lettre ouverte : cf. « Miloud Chaâbi répon (...)
  • 83 Officiellement son offre, supérieure à celle des repreneurs, a été déboutée pour deux motifs : sa (...)
  • 84 M. Mouslim, à l’occasion de cette polémique, écrit en conclusion de son article : « Il y a encore (...)

93C’est en hiver 1996 qu’éclate le scandale. M. Chaâbi est un homme d’affaires influant à Essaouira, parlementaire d’obédience istiqlâlienne mais fluctuant dans ses affiliations politiques. A. Saaïdi, le ministre des Privatisations, est expert-comptable de formation et a été, quelques années plus tôt, commissaire aux comptes des sociétés du groupe Chaâbi avant d’aller exercer pour un groupe concurrent81. Depuis plusieurs semaines, par voie de presse et au Parlement, M. Chaâbi s’insurgeait contre certaines des cessions où il estimait avoir été lésé, et « mis à l’écart de façon injuste ». Il s’agissait en particulier de la vente de Shell Maroc, cédée de gré à gré à Shell Petroleum International qui en détenait déjà 50 % en vertu du droit de préemption et de l’hôtel Hyatt, cédé par attribution directe à la société Interdec Maroc, propriété de O. Kabbaj, ancien expert au FMI, ex-ministre de l’Incitation à l’économie, à la tête de la Banque africaine de développement. Il affirmait en outre que le prix de ces privatisations avait été sous-évalué et que les cessions s’étaient déroulées de façon arbitraire82. À propos de la vente de l’hôtel, il déclarait dans une lettre ouverte qu’il y avait eu « manifestement des interventions à ce niveau »83. Il dénonçait des pressions exercées sur le ministre afin qu’il « compose »84. Enfin, il déplorait que les « fleurons de l’industrie » aient été cédés à des groupes étrangers, tandis que seuls les « canards boiteux » étaient vendus aux investisseurs marocains.

94Le ministre entra publiquement dans la controverse en novembre 1996 en réfutant les critiques de M. Chaâbi lors d’un débat parlementaire télévisé en direct. Bien que le ministre se défende d’emblée de viser une formation politique, des députés istiqlâliens, menés par le chef de leur groupe parlementaire, M. el-Khalifa, par ailleurs avocat de M. Chaâbi, accusèrent le ministre « d’être venu régler ses comptes avec un homme d’affaires qui jouit de l’immunité parlementaire ». Ils demandèrent la constitution d’une commission de contrôle des opérations de transfert, peu soutenus d’ailleurs par leurs alliés de la Koutla.

95Le débat se poursuivit par médias interposés pour aboutir au tribunal de la Cour suprême. Cette dernière débouta le plaignant, M. Chaâbi. Ses conclusions furent particulièrement intéressantes puisqu’elles menèrent à un attendu paradoxal : « M. Chaâbi a bel et bien fait main basse sur des biens publics ». Le plaignant devenait coupable.

  • 85 J. Berraoui, « Comment M. Chaâbi tient Essaouira », La Vie économique, 13 décembre 1996, 15-16.

96En effet, relayé par une presse plutôt favorable, le ministre dressa à son tour un réquisitoire contre les méthodes de l’homme d’affaires, réquisitoire repris par le juge. Il l’accusa d’avoir à plusieurs reprises usé de son statut de parlementaire à des fins privées, notamment pour les privatisations, dans l’opération FERTIMA par exemple. Mais le ministre des Privatisations mettait en cause également la gestion de la ville d’Essaouira par M. Chaâbi, président du conseil municipal de la cité du Souss, et principal investisseur et employeur de la ville85. Il lui reprochait l’endettement de ses sociétés auprès de la Caisse nationale de sécurité sociale, l’origine de sa fortune et ses placements à l’étranger. Il mit en cause son patriotisme. Non seulement l’homme d’affaires aurait expatrié à l’étranger des capitaux alors que le pays souffrait d’un manque d’investissement, mais le ministre laissait également planer le doute sur l’origine de ces sommes importantes.

97Pour finir, il exposa les raisons pour lesquelles il estimait l’homme d’affaires incapable de participer aux opérations de privatisations : l’expérience de la cession de la SNEP (Société nationale de production de chlore, de soude caustique et de PVC). M. Chaâbi n’aurait pas respecté les engagements figurant dans le cahier des charges. La SNEP, la seule entreprise qu’il ait pu racheter, par appel d’offres, en octobre 1993, était l’une des principales sociétés publiques cédées à un seul repreneur, sans obligation d’aller en bourse et avec une situation de monopole protégée, inscrite dans le cahier des charges. Selon lui, M. Chaâbi, qui avait illégalement augmenté le capital de cette société, n’aurait pas effectué les investissements prévus, pas plus qu’il n’aurait créé d’emplois, contrevenant aux dispositions de la loi. Ainsi, le procès des privatisations intenté par le député d’opposition et homme d’affaires « malchanceux » fut escamoté au profit du jugement juridique et médiatique des pratiques professionnelles du même homme d’affaires.

98Au-delà des enjeux économiques, la personnalité des deux personnages, notamment M. Chaâbi, « self made man », « homme d’affaires et député » comme il aimait lui-même se présenter, a déplacé le débat sur un autre terrain que la critique des modalités de la privatisation : celui de la constitution des grands groupes privés du Royaume et spécialement l’utilisation de réseaux politiques, de fonctions publiques, de passe-droits à des fins strictement privées. Le procès offrit aussi l’occasion de dessiner une image bicéphale de l’entrepreneur dans la société : celle du citoyen éclairé, œuvrant tout à la fois pour sa propre réussite et celle de l’intérêt général et celle de l’entrepreneur prédateur, s’immisçant à des fins privées dans les décisions des pouvoirs publics, bénéficiant de délits d’initiés, etc.

  • 86 A. Dilami, « Chaâbi / Saaïdi à la Cour suprême : Chaâbi débouté », L’Économiste, n° 284, 12 juin 1 (...)

« D’abord ce sont deux personnages hauts en couleurs et qui marquent leur époque, qui s’y affrontent. Ensuite, ce sont deux conceptions très différentes de la politique économique qui se font face : une conception rationnelle de l’État, appuyée sur des lois, et une ancienne qui préfère jouer de pression pour obtenir ce qu’elle désire »86.

99Ce tableau brossé par le directeur de L’Économiste est certainement trop simple. Les correspondances retenues dans les morales de cette histoire ne furent pas nécessairement les plus logiques : de A. Saaïdi, passé par l’ONA, ministre des Privatisations et de M. Chaâbi, notable local, député et homme d’affaires, la ligne de fracture entre une bonne et une mauvaise façon de faire des affaires demeure incertaine.

  • 87 N. Kamal, « Chaâbi répond à Saaïdi », L’Opinion, 5 décembre 1996.

100« Peut-on être riche et honnête ? » demande N. Kamal, en première page de l’Opinion, le quotidien francophone de l’Istiqlâl87. L’éditioraliste de La nouvelle tribune, F. Yata, prenant parti pour le ministre, croit, pour sa part, déceler dans la controverse les indices d’une ligne de partage, de nature éthique, qui transcenderait les catégorisations communes :

  • 88 F. Yata, « La Ligne de partage », La Nouvelle tribune, 5 décembre 1996.

« La ligne de partage, en fait, ne traverse pas l’habituel clivage droite-gauche, majorité-opposition. Quand M. Barakat, le ministre chargé des relations avec le Parlement, s’empressa de désavouer son collègue Saaïdi (assimilé aux “technocrates”), en affirmant qu’il assumait seul ses propos, les amis de Chaâbi se retrouvèrent sans l’appui des autres groupes parlementaires de la Koutla. Ni l’Union socialiste des forces populaires (USFP), ni le parti du progrès et du socialisme (PPS) ou l’Organisation de l’action démocratique et populaire (OADP) ne jugèrent bon de montrer au créneau pour le député istiqlâlien… Le Maroc en réalité vit une situation de mutation profonde. Elle caractérise le champ politique, et les prochaines échéances électorales montrent que le changement sera au rendez-vous. Elle interpelle également l’économique […] Seuls le réalisme et l’honnêteté intellectuelle empêcheront que ne triomphent la démagogie, les discours faciles, les pratiques douteuses, les ententes illicites, les cadeaux automatiques, etc. Chacun devra, si ce n’est déjà fait, choisir son camp »88.

101Comme on le constate, les chefs d’accusation furent peu nuancés, comme pour mieux styliser la nature de la discorde. C’est en particulier la figure de M. Chaâbi qui défraya les commentaires et concentra une certaine vindicte. La description, par certains médias, de ses activités financières, de son « empire bazaro-industriel », cristallisa les termes du critique qui monte aisément en généralité. Bien que personnalisées, ces semonces pouvaient s’adresser à une grande part des dirigeants de grands et petits groupes économiques. On le voit d’ailleurs à la même époque, avec le déclenchement de la campagne « d’assainissement ». Elles résonnaient dans ce contexte comme autant de menaces implicites, de procès en suspens.

  • 89 Kh. Hachimi Idrissi, « Miloud Chaâbi coincé au Parlement », Maroc-Hebdo International, n° 251, 7-1 (...)

« Aujourd’hui, le groupe Chaâbi ressemble en fait à un bric-à-brac sans filières organisées et intégrées, sans cohérence financière ni industrielle. Depuis les années soixante-dix, et non pas, comme il le prétend depuis 1948, M. Chaâbi amasse tout ce qu’il peut et tire sur tout ce qui bouge. […] Une véritable caverne d’Ali Baba, des milliards de centimes de dettes dus à la sécurité sociale, aux banques, notamment au Crédit agricole. Une politique sociale d’un autre âge. Des méthodes de négociation douteuses. Le pouvoir de l’argent érigé en force de conviction. Un amalgame entre les affaires et la politique dans lequel la morale n’est pas toujours sauve »89.

102Le même article dressait à l’inverse un contreportrait en la personne du ministre des Privatisations :

  • 90 Ibid.

« Rarement, un après-midi à la télévision, on aura assisté à un débat parlementaire aussi attrayant. Vivant, soutenu et émouvant. Un ministre allait exécuter, méthodiquement et scientifiquement, face aux caméras, un homme d’affaires, accessoirement député, qui confond allégrement sa charge élective avec son business familial. Du travail propre, net, et sans bavure. L’exécution s’entend »90.

  • 91 M. Mouslim, « Les vrais enjeux selon A. Saaïdi », La Vie économique, 6 décembre 1996, 8.

103Ces descriptions s’alimentèrent les unes les autres. Pour un autre journaliste de La Vie économique, M. Mouslim, « il y a encore des hommes d’affaires dont le seul talent est de distribuer des pots-de-vin aux décideurs pour obtenir des marchés ou l’élimination de concurrents gênants »91. Et toujours dans les colonnes de La Vie économique, la gestion de la ville d’Essaouira par M. Chaâbi est dépeinte comme quasiment mafieuse :

  • 92 J. Berraoui, « Comment M. Chaâbi tient Essaouira », La Vie économique, 13 décembre 1996.

« Sa machine est un véritable rouleau compresseur. L’ex-député de l’Union constitutionnelle, redevenu istiqlâlien, s’est présenté avec ses proches sur la liste. Grâce à une campagne généreuse, il réussit à propulser au conseil municipal vingt-quatre élus de sa tendance sur un total de vingt-cinq. […] Le nouveau patron de la ville et de toute la région n’oublie pas qu’il est homme d’affaires. Le nouvel élu a des projets “mirifiques” pour Essaouira, dont il saura tirer un profil direct. […] Mais le plus singulier, c’est que M. Chaâbi, via Essaouira el-Koubra, société à tout faire, entretient une quasi-milice de plusieurs centaines de personnes qui reçoivent un pécule mensuel. Nulle activité déplaisant au patron ne peut être organisée dans la ville, sans que ces “masses” spontanément ne la sabotent. Cette “charité” fait partie du personnage. Miloud ou Mouloud comme on l’appelle dans la région sait frapper les esprits »92.

104Finalement, la morale de l’affaire pour les pourfendeurs de M. Chaâbi serait celle de l’avènement d’une nouvelle éthique libérale :

  • 93 Kh. Hachimi Idrissi, « La justice accable M. Chaâbi », Maroc-Hebdo International, n° 292, 11-17 oc (...)

« Il suffit uniquement d’une nouvelle procédure pénale diligentée par l’État qui est, face à l’opinion publique, dans l’obligation morale de le faire, pour que son système s’écroule au bénéfice d’un Maroc nouveau. Le Maroc a changé. Miloud Chaâbi a feint de l’ignorer. Il va payer pour cette négligence. La politique et les affaires ne faisant pas bon ménage, notre homme, à la fatuité disproportionnée, va faire don de sa personne à la nation, en servant d’exemple à la qualité pédagogique indéniable »93.

105Pour sa défense, l’homme d’affaires convoqua, quant à lui, la figure royale et son arbitrage dans un système de légitimation où l’allégeance prime sur la légalité :

  • 94 « M. Chaâbi répond à Maroc-Hebdo International », lettre ouverte, L’Opinion, 21 octobre 1997.

« Depuis 1964, mes affaires ont pris leur vitesse de croisière. À cette époque, j’ai eu le grand honneur d’être reçu par S.M. le Roi, que Dieu le glorifie, le 3 août 1964 à Ifrane au Palais royal, lors de sa présentation d’un projet de construction d’une usine de faïence à Kenitra. […] En juin de la même année, j’ai été reçu par le Roi au Palais royal de Rabat, en compagnie des membres du bureau de la chambre de commerce et d’industrie du Maroc ; en ce temps-là, j’étais président de la CCI de Kenitra. Lors de cette audience, Sa Majesté, que Dieu le glorifie, nous a octroyé Sa bénédiction et Son encouragement en nous disant qu’il comptait sur nous, hommes d’affaires, pour industrialiser notre pays et créer des emplois. Depuis, je n’ai jamais dévié de cette voie »94.

106En somme, l’affaire se déroula sur trois scènes de discussion publique : celle des médias, celle du politique (le Parlement) et celle de la justice. Le basculement de la critique, son déplacement du Parlement à la Cour suprême ont dépolitisé le débat sur les modalités de la privatisation. Sa couverture médiatique, ses accidents politiques et son traitement juridique forgèrent des éléments normatifs qui accompagnèrent la formation de représentations polémiques : l’homme d’affaires parasite, l’homme lige du « makhzen », le « bourgeois » rentier se voit voué aux gémonies. D’ailleurs, la controverse se joua quelques mois avant des élections législatives, où M. Chaâbi perdit son mandat de député. Par contraste et plus tacitement, la figure providentielle des scenarii de la libéralisation, celle de l’entrepreneur, trouva dans ces procès les ferments de sa formation. Ainsi se configure un espace de sens libéral au cours des privatisations, indépendamment du déroulement des procédures concrètes de cessions des entreprises. L’affaire dénote également d’une tendance à associer les canons d’une « bonne façon de faire des affaires » à une « bonne façon de faire du politique ».

La «banqueroute d'une privatisée»

107En 1998, l’affaire de la SIMEF, privatisée en 1995, ébranla à nouveau le cours des privatisations. Avec ICOZ et la révision du contrat de gestion déléguée de la RAD à Rabat, c’est le seul cas où le contrat de privatisation fut revu ex-post. Le gouvernement « d’alternance » venait d’arriver au pouvoir, avec un nouveau ministre des Privatisations, R. Filali, membre du parti de l’Istiqlâl. Ce sont les syndicalistes de l’Union générale des travailleurs marocains (UGTM), très proche de ce même parti, qui engagèrent une bataille qui manqua, aux dires de certains journalistes et observateurs politiques, d’« ouvrir la boîte de Pandore des privatisations ». Le nouveau gouvernement leur emboîta le pas, engageant des poursuites contre les différents actionnaires de la société au nouveau Tribunal de commerce de Fès.

108Comme pour marquer l’implication nouvelle du gouvernement « d’alternance » par rapport aux privatisations, l’affaire fut exemplaire – et exceptionnelle. Le procès de la « banqueroute d’une privatisée », dénonça des méthodes d’enrichissement illégal et souligna la possibilité de renationaliser l’entreprise.

109La création de la SIMEF en 1974 par l’Office pour le développement industriel, l’ODI, établissement public, participait à la stratégie de substitution aux importations. Juste avant sa privatisation, la SIMEF, société de fabrication de moteurs électriques et de pièces de rechange, était réputée agonisante. Elle fut vendue au dirham symbolique à des repreneurs qui s’engagèrent en contrepartie à s’acquitter des dettes de la société. Pour favoriser le redémarrage de son activité, le ministère du Commerce et de l’Industrie lui avait donné un privilège : un agrément d’exclusivité pour fabriquer un cyclomoteur économique. Après plusieurs démarches infructueuses du ministère des Privatisations, c’est finalement un consortium de repreneurs mené par M. Belghandoria, directeur général de la SIMEF avant cession, qui emporta l’opération.

  • 95 In « Vers l’annulation du contrat de cession », La Gazette du Maroc, 9 septembre 1998, 11.

110La fronde syndicale lui reprocha d’abord d’avoir monté de fil blanc le dossier de privatisation et ensuite de n’avoir pas respecté le cahier des charges. Les résultats de l’entreprise, aux dires des accusateurs, avaient soudainement chuté, lorsque l’entreprise fut inscrite sur la liste des sociétés privatisables. Sa survie était en outre sérieusement menacée par un projet concurrent de fonderie à El Jadida, promu par le même M. Belghandoria avec la collaboration d’A. Petit, autre protagoniste central du procès. Pour les syndicalistes de la SIMEF, il s’agissait d’un « plan délibéré de Belghandoria pour affaiblir la société, menacer les pouvoirs publics de sa fermeture, afin qu’elle soit cédée aux conditions qu’il aurait imposées »95.

111La composition et l’évolution du consortium repreneur demeure le point central de l’affaire. Il semble que M. Belghandoria ait convoqué des actionnaires fictifs dans le tour de table pour s’approprier en réalité la société. S’il ne détenait au moment de la cession que 5 % des actions, en 1998, il en a 40 %. L’homme d’affaires affirma avoir été contraint de reprendre ces parts au fur et à mesure que les actionnaires se désistaient. Les salariés devaient recevoir gratuitement 10 %, qu’ils affirment n’avoir jamais reçus. Rapidement, deux des principaux actionnaires s’avérèrent défaillants : l’un, Vélomoto, affirmait ne pas avoir mandaté Belghandoria pour acheter en son nom ; l’autre, la société belge Alexis International évoqua une supercherie : A. Petit ne pouvait signer en son nom car il avait été licencié pour « faute grave » un mois avant l’opération de cession.

  • 96 H. R. et A.D.N., « Les manœuvres et les intrigues de la SIMEF », La Vie économique, 10 septembre 1 (...)
  • 97 O. Saeb, « La privatisation m’a ruiné », Libération, 8 septembre 1998, 1.

112Selon L’Économiste, un accord écrit, publié dans ses colonnes, liait A. Petit à M. Belghandoria, le premier devant immédiatement céder au second les titres rachetés au nom de la société belge96. Dans tous les cas, les commentateurs s’étonnent du laxisme du ministère des Privatisations dans cette opération. Certains évoquent des raisons politiques et les syndicalistes de la SIMEF rappelèrent qu’au printemps 1998, M. Belghandoria avait quitté la société97, pour un poste de conseiller auprès de l’Agence du Nord, dirigée par l’un des principaux responsables des privatisations entre 1991 et 1996.

113Entre-temps, des conflits avaient éclaté entre les derniers actionnaires, en particulier entre le PDG de la SIMEF et celui de la MNC. À la suite des protestations syndicales et face à la faillite de la société, l’État attaqua en justice l’ensemble des actionnaires pour non-respect du cahier des charges. La société fut placée sous administration judiciaire.

114D’autres affaires virent le jour. Elles permirent, à la suite du procès Chaâbi-Saaïdi, que soient dévoilées de façon ostentatoire et médiatique les modalités concrètes de certaines opérations de cession, spécialement de gré à gré. Elles recelaient également des enjeux partisans. La prise de position des organes politiques est de ce point de vue intéressante. Après mars 1988, Libération et Ittihad al Ichtiraki, organes de l’USFP, lancèrent quelques pavés dans la mare des privatisations menées sous les gouvernements précédents : « C’est l’ensemble des dossiers de privatisation qu’il faudrait revoir », affirmait l’éditorialiste de Ittihad al Ichtiraki le 31 août 1998.

  • 98 Le traitement de ce dossier fut d’ailleurs l’objet de l’une des études de cas rassemblées par Tran (...)

115Plus tard, c’est la mise en accusation du premier ministre des Privatisations, M. Z. Zahidi, qui défraya la chronique dans le cadre du scandale financier du Crédit immobilier et hôtelier (CIH) qui finançait notamment des projets touristiques de grande ampleur98. Cette grande banque publique dont il fut nommé président en 1994, après avoir été ministre des Privatisations, fut au cœur d’une importante affaire de détournement et dilapidation des biens publics, traitée, fait exceptionnel, par une commission d’enquête parlementaire en 2001. En cavale, l’homme tombé en disgrâce mit en cause un nombre important de personnalités politiques, jusqu’à porter plainte contre Mohammed VI lui-même. Quels que soient les dessous de l’affaire, elle expose à nouveau s’il en était besoin deux choses : d’une part, l’extrême compromission d’une élite politico-économique dont les intérêts croisés se nourrissent mutuellement ; d’autre part, la mise en accusation persistante des modes de gestion de l’argent public au cours de ces années de privatisation et une suspicion diffuse quant aux origines de la richesse. Toute la décennie 1990-2000 est ponctuée de ces scandales à plusieurs échelles, de campagne « d’assainissement » en 1996 : procès, audits, enquête discréditant la gestion publique et incriminant des entrepreneurs et hommes d’affaires. Ceci à deux tranchants. Ils ancrent, par défaut, le sentiment que la gestion publique est par essence source de gabegie, et que la fortune est malsaine. Parallèlement, ils sont l’occasion de renforcer certaines loyautés, d’écarter des victimes collatérales de la réforme, présentées tantôt comme victimes expiatoires de crimes collectifs ou tantôt comme des loups dans la bergerie, héritiers de « l’ancien système » qu’il s’agit d’expurger.

116Si les dessous de certaines opérations sont facilement décrits au cours de discussions privées, si des cabales sont lancées contre tel ou tel personnage, les procédures elles-mêmes restent opaques et très policées pour le grand public. À tel point que ces quelques affaires, qui ne touchent pas directement les intérêts des principaux groupes bénéficiaires des privatisations, sans grande conséquence donc sur le plan de la redistribution des ressources, peuvent apparaître comme de simples soupapes face aux critiques et protestations latentes qui pourraient surgir sur des transactions beaucoup plus importantes.

***

117Quinze ans après le déclenchement des procédures de privatisations, le bilan est mitigé. Les logiques de la décharge sont manifestes. Les pouvoirs publics se désengagent de la gestion directe des principales entreprises publiques du Royaume et cela dans tous les secteurs d’activité, notamment dans les secteurs des politiques sociales. L’heure est au tout privatiser et les interdits idéologiques tombent les uns après les autres. Il semble convenu qu’il s’agit désormais de trouver des réponses privées à des problèmes publics. Mais cela ne signifie pas pour autant que le public se dresserait contre l’État. Les acteurs « du privé », pour peu que cette catégorie ait un sens, les « entrepreneurs » si l’on se réfère aux protorécits qui entourent les privatisations, sont attendus, espérés, voués aux gémonies par contraste avec une bourgeoisie « parasitaire », portée au pinacle par une série de procès médiatiques. Mais ces opérations restent très étroitement contrôlées par les pouvoirs publics. De façon technique, les opérations se jouent dans des instances directement sous les ordres du Palais : pour la privatisation des entreprises publiques, parfois directement le Palais, en tout cas la commission des transferts ou l’organisme d’évaluation dont les quelques membres sont nommés par dahir royal ; pour la délégation de gestion, la direction des régies et services concédés qui dépend du ministère de l’Intérieur ; pour la mise en œuvre de l’INDH, comme nous allons le voir, des fonctionnaires du ministère de l’Intérieur et notamment de la direction des Affaires sociales des préfectures, etc. À côté des grandes affaires rappelées dans les pages qui précèdent, beaucoup de témoignages montrent que les marchés publics et leur concession restent un outil d’action privilégié pour les pouvoirs publics marocains : outil économique mais également outil politique dans certains cas où les relations « dangereuses » que certains hommes d’affaires peuvent avoir avec la chose publique sont sanctionnées par l’attribution ou le refus de marché.

118En termes plus économiques, la domination du secteur bancaire par des groupes proches du Palais, l’extrême interdépendance des grands groupes, accentuent les possibilités d’encadrement et de maîtrise qui peuvent être multiformes. Les conflits qui se déroulent à propos des privatisations permettent autant la discussion des procédures sur la place publique que l’intrusion avérée ou plus subreptice des pouvoirs publics, et du Palais en particulier, où la famille royale joue, à titre privé, d’importances opérations financières. Les instruments de contrôle évoluent et les moyens de l’action publique se transforment : si la privatisation est l’occasion d’une redistribution directe importante, elle est aussi l’outil d’un assèchement de ce canal privilégié pour les décideurs publics. Dans cette perspective, cette période se caractérise par de substantielles transformations de l’action publique : les ressources et les outils de cette dernière doivent évoluer.

119Quant au traitement médiatique des privatisations, il ne fut pas anodin. D’une part, ce fut l’occasion de « publiciser les privatisations » : d’en faire un slogan, de fragiliser les certitudes antérieures à coup de discours d’autorité (« les privatisations c’est bien pour vous, c’est bien pour nous ») ou de révélations. Les discours de propagande sur les vertus du privé réveillèrent-ils l’entrepreneur qui dormait en chacun ? D’autre part, à côté de la vulgarisation de la nouvelle orthodoxie du développement, les procès des privatisations prirent part à une remise en ordre symbolique du monde social : de nouveaux stéréotypes sont mis en avant, tandis que les images – parfois incarnées en des personnages – de l’ordre ancien sont l’objet de virulentes dénégations. Quand bien même tout le monde n’est pas toujours dupe, cela contribue à la constitution de nouveaux registres de légitimation et à une évolution des valeurs dominantes qui trouvent écho dans les transformations de l’action publique et dans la « normalisation » du monde des affaires.

Notes

1 Pour reprendre une formule qu’emploie souvent B. Hibou (2006) à propos de l’économie politique de ces réformes néolibérales.

2 Saaïdi, « Éditorial », Transfert, n° 1, juin 1995, 1. C’est moi qui souligne.

3 J. Berraoui, « La communication des opérations de privatisation : Saaïdi joue la séduction de la presse », L’Économiste, n° 121, 17 mars 1994.

4 Mission économique et financière de l’ambassade de France au Maroc, Les Privatisations au Maroc, avril 1993, document à usage interne, photocopié.

5 Par exemple : entretien avec A. Saaïdi, « Les bons de privatisation : une passerelle vers les actions », L’Économiste, n° 205, 23 novembre 1995.

6 Ministère du Secteur public et de la Privatisation, Guide des privatisations, 3.

7 En octobre 1994, l’agence Shem’s reçoit la médaille d’argent au Mondial de la publicité francophone, à Deauville, dans la catégorie des Campagnes d’utilité publique.

8 Entretien 20 mars 1998.

9 K. Loudiyi, « Privatisations : Shem’s prête pour le lever de rideau. La batterie des moyens de communication est mise en place », L’Économiste, n° 66, 11 février 1993.

10 Réalisé par M. A. Tazi, 1993, Touza production.

11 Cité par M. Chaoui, « Bachir Skiredj : “Je suis un comédien caméléon” », L’Économiste, n° 207, 7 décembre 1995.

12 Enquête Sunergia-L’Économiste sur la privatisation, L’Économiste, 9 et 16 septembre 1993.

13 Cf. le dossier consacré à la question dans la Revue marocaine d’Audit et de Développement, n° 4, juin 1995.

14 Par exemple, en juin 1997, le ministère des Finances et des Investissements extérieurs organisa un colloque sur la « Modernisation des entreprises publiques : gouvernance et contrôle de l’État », où il présentait son projet de réforme du contrôle financier des entreprises et établissements publics, élaboré par un cabinet privé, Masnaoui et Mazars & Guérard, en invoquant le concept de « Corporate Governance », qui viserait à renforcer le rôle du conseil d’administration dans les grandes entreprises publiques.

15 A. Shamamba, « Le gouvernement d’entreprise : un concept pour moderniser la culture d’entreprise. Entretien avec O. Pastré, directeur général de la GP Banque », L’Économiste, n° 183, 8 juin 1995.

16 N. Salah « Corporate Governance. Une “Constitution” qui sécuriserait le secteur public », L’Économiste, n° 184, 15 juin 1995. Voir aussi les propos du même ministre dans R. Belkahia et A. Harouchi, 1998, 83-95.

17 Selon M. Kably : « À elle seule la législation ne suffira pas à imposer les principes de la corporate, une révolution des mentalités des actionnaires s’impose », in « Corporate Governance. Les réformes adoptent le concept », L’Économiste, n° 186, 29 juin 1995.

18 O. Pastré, in A. Shamamba, « Le gouvernement d’entreprise : un concept pour moderniser la culture d’entreprise », L’Économiste, n° 183, 8 juin 1995.

19 N. Salah, « Un transfert de démocratie », L’Économiste, n° 184, 15 juin 1995.

20 CGEM, Déclaration pour une éthique de l’entreprise, point 3, automne 1998.

21 Kh. Belyazid, « Une étude de la Banque Mondiale sur 12 pays. Entreprises publiques : la réussite des réformes dépend de la crédibilité politique des gouvernements », L’Économiste, n° 207, 7 décembre1995.

22 Pour M.A. Hasbi, ministre des Affaires administratives : « L’effort de reconversion des fonctions de l’appareil d’État vers lequel convergent les politiques de libéralisation, de déréglementation et de privatisation poursuivie par notre pays est lui-même inducteur de changements au plan administratif ». L’Économiste, n° 162, 12 janvier 1995.

23 Voir par exemple pour un exposé intéressant de la généalogie et de l’évolution du débat sur la gouvernance dans les sciences sociales contemporaines, le numéro spécial de la Revue internationale des sciences sociales, n° 155, mars 1998.

24 L’enquête sur la « gouvernance d’entreprise au Maroc » présentée par R. Belkahia, président de la commission Éthique et Bonne gouvernance à la CGEM lors du séminaire « Advancing the Corporate Governance Agenda in the MENA region » (OCDE-GCGF-IFC-CIPE) s’intéresse en réalité autant aux modes de commandement interne des entreprises qu’au contexte politique, institutionnel et légal dans lequel elles évoluent au Maroc. Rabat, 14-15 septembre 2005.

25 Aux lendemains des élections législatives de 1992, où l’Istiqlâl et l’USFP, les deux partis leaders du gouvernement « d’alternance », connurent un essoufflement certain devant la montée en puissance du Parti de la justice et du développement (M. Bennani Chraïbi et alii, 2004, fut constitué par Mohammed VI un gouvernement comportant toujours des membres éminents de l’USFP et de l’Istiqlâl, mais dirigé par D. Jettou, sans appartenance politique, industriel, ex-ministre du Commerce, de l’Industrie, des Finances, et ex-ministre de l’Intérieur.

26 Direction des Entreprises publiques et de la Privatisation, Privatisation : Bilan et perspectives, ministère des Finances et de la Privatisation, déc. 2006.

27 Les procédures de privatisation de Maroc et la libéralisation des télécommunications ont fait l’objet d’une excellente étude par B. Hibou et M. Tozy, 2002.

28 Direction des Entreprises publiques et de la Privatisation, Privatisation : Bilan et perspectives, ministère des Finances et de la Privatisation, déc. 2006, 10.

29 Ibid., 14.

30 Ibid., 15.

31 Ibid., 16.

32 Y. M. Sadowki, 1991, 140, traduit par E. Gobe, 1999, 226.

33 Véolia Environnement est présent au Maroc depuis 2002 via des contrats de gestion déléguée dans les domaines de la distribution d’eau et d’électricité, de l’assainissement (Amendis à Tanger-Tétouan, Redal à Rabat-Salé) et des contrats de collecte d’ordures ménagères et de nettoiement (Onyx à Rabat, Fès, Oujda et Safi). Parmi ses filiales au Maroc, le groupe compte également Amanor et Hydrolia, qui œuvrent dans les domaines du transport du personnel, du curage de réseaux d’assainissement, de l’électrification urbaine et des travaux d’entretien d’eau potable. http://www.waternunc.com/fr/vivenE49_2002.htm

34 Le consortium concurrent était Holmir, qui regroupait Total, Shell, Mobil, des « institutionnels » et des sociétés de distribution locale : Afriquia, Somepi, Ziz, Salama, Petrom, Somap, Atlas Shara, autrement dit les principaux groupes privés marocains.

35 Le tour de table comprenait également des établissements tels que Wafabank, Al Wataniya, la Société générale, la Royale marocaine d’assurance, la mutuelle Manda-Mcma (Mutuelle agricole marocaine d’assurance/Mutuelle centrale marocaine d’assurance), Lafarge Copée, Quantum emergent market (Soros), Framlington Maghreb Fund, le Marocco-Fund, etc. Le groupe concurrent était constitué des autres banques marocaines (la BMCE, la CMIR, Crédit du Maroc, la SNEP, Interfina, Bank al Amal).

36 En janvier 1988, le CIC-Paris revendit une partie des participations de la BCM à l’ONA. Cf. Z. Daoud, 1990, 94.

37 M. Kably, « La SNI récolte les fruits de son recentrage », L’Économiste, n° 293, 14 août 1997.

38 Il faudrait aussi s’intéresser dans cette perspective au rôle de la Caisse de dépôts et de gestion, holding public : la recomposition de son portefeuille, notamment au profit de la SNI ou de banques privées fut un élément central dans les privatisations.

39 La formule est de A. Jamaï, in « La relance ne dépend pas uniquement de la baisse des taux », La Vie économique, 21 mars 1997, 5.

40 Entretien 11 mars 1997.

41 Pour A. Jouahri, président de la BMCE (avant privatisation) et président du Groupement professionnel des banques marocaines (GPMB) : « La notion même d’instrument stratégique perd beaucoup de sa signification. L’État de plus en plus se dessaisit de son rôle de producteur, il assume de plus en plus ses fonctions de régulateur, de contrôleur. (...) Ces politiques de régulation restent entre les mains de l’État, cela n’implique pas que les banques qui les appliquent doivent être des banques publiques. (...) Avec le PAS, tout est allé encore plus vite, ce qui, à mon sens, a fait émerger davantage la notion d’instrument efficient plutôt que stratégique » (c’est moi qui souligne), L’Économiste, n° 159, 22 décembre 1994.

42 Nommé à la tête de la BMCE, O. Benjelloun démissionna de ses fonctions d’administrateur de la BMCI et de la BCM.

43 CIMR, Royale marocaine d’assurance, du groupe Benjelloun, qui détient 5,28 %, Al Amale pour les institutionnels marocains et Banque française du commerce extérieur et BEX pour les financiers étrangers. N. Benamour Lahrichi, 1988, 230.

44 Le groupe familial dirigé par Omar Benjelloun et son frère Othman s’est essentiellement développé après l’indépendance, dans le domaine de la construction automobile (leur société Saïda Star auto, a commencé par commercialiser Volvo, puis General Motors, Bedford, Isuzu, Opel, Chevrolet, Cadillac et Suzuki. Ils détiennent par ailleurs le monopole du montage de poids lourds et 65 % du marché des poids lourds et dirigent Goodyear Maroc). Parallèlement, ils développent un secteur sidérurgie et travaux publics. Dans le domaine de l’assurance, la RMA leur appartient à 100 %. Ils ont investi dans l’agroalimentaire avec California Ranch et dans la production de film, avec Dounia Production.

45 Le GPMB, fondé en 1943 sous le nom de « Comité des Banques », restructuré en 1959, prend le nom de GPMB en 1982.

46 Une sorte de coutume veut que la présidence de ce puissant groupement professionnel soit occupée par le dirigeant de la BMCE.

47 Le contrôle de la Compagnie africaine d’assurance, la CAA par l’ONA en mars 1987, est le fruit de la vente par la SNI des 50 % qu’elle détenait dans le capital de la société d’assurance.

48 Selon le journaliste économique B. Amine, il s’agirait d’un « exploit » : « Dans les milieux d’affaires, le rachat de la compagnie d’assurance Al Wataniya par la Royale marocaine d’assurance s’apparente à un véritable tour de passe-passe. Un astucieux exercice de relations personnelles, voire d’ententes tacites, qui ne souffrent d’aucune connotation spéculative. Seule suspicion dans ce dossier, le prix fort payé par l’acquéreur RMA. L’offre a atteint la somme mirobolante de 4,1 milliards de dirhams. C’est réellement une affaire de gros sous qui relève de l’exploit. Reste à en saisir l’impact », La Gazette du Maroc, 20-26 janvier 1999, 1.

49 « Et le mastodonte bancaire naquit ! », Le Journal Hebdomadaire, 2 novembre 2003.

50 À titre d’exemple, en 1997, le conseil d’administration de la SNI est composé de M’Fadel Lahlou (PDG, ex-DG de la Caisse de dépôts et de gestion), A. Alami (BCM), S. Kettani (Wafabank, « coopté à titre personnel »), Othman Benjelloun (RMA), A. Chraïbi (Al Wataniya), M. Bargach (Société générale), Y. Soussen (Manda-MCMA), F. Filali (CAA, groupe ONA), J. Lefèvre (Lafarge-Copée) et M. Boughaleb (Al Amane). Le conseil d’administration de la BMCE est composé de Othman Benjelloun (PDG), Kh. El Kadiri (vice-président, DG de la Caisse de dépôts et de gestion), M. Boughaleb (Al Amane), M. Mechahouri (RCAR), Omar Benjelloun (RMA, groupe Benjelloun), M. Lahlou (CIMR), A. Slaoui, L. Abad (BEE-Espagne), E. Lescar (BFCE-France), G. Solmsen (Commerzbank-Allemagne), E. Picciotto (Union bancaire privée, Suisse) et D. Suratgar (Morgan Grenell-Grande Bretagne). H. A. Benjelloun demeure président d’honneur. Parallèlement, O. Benjelloun est administrateur-coopté de l’ONA, ainsi que M. Lahlou (SNI).

51 Entretien 4 juin 1996.

52 Entretien mai 1997.

53 Pour une synthèse du paysage actuel, voir Ambassade de France à Rabat, mission économique et financière, Le secteur bancaire au Maroc, 17 janvier 2006.

54 A. Mansour, « Il était une fois Laraki », Maroc-Hebdo International, n° 528, 11-17 octobre 2002.

55 Selon A. Jamaï, « Le financement de l’État marocain dépend grandement du secteur bancaire, cette donne a en fait conditionné les rapports autorités-banques, c’est cette incestueuse relation qu’il va falloir briser en promouvant les nouveaux métiers sur le marché financier », in « La relance ne dépend pas uniquement de la baisse des taux », La Vie économique, 21 mars 1997, 5.

56 Ainsi, le chiffre d’affaires quotidien du marché des actions a été multiplié par 200 entre 1989 et 1998, passant de 0,05 million de dollars à 12 millions de dollars. Sur la même période, la capitalisation boursière a été multipliée par plus de 30, passant de 0,55 milliard de dollars à 17 milliards de dollars (de 2,5 % du PIB en 1989 à 37,4 % en 1997). Les petits porteurs sont passés de 10 000 à 317 000 ». Source : « Bourse : les bonnes affaires de la privatisation », Le Journal, 3 juillet 19/99, 39.

57 La Vie économique, 7 mars 1997.

58 La nouvelle loi institue les conditions de fonctionnement des sociétés de bourses, un Conseil déontologique des valeurs mobilières pour assurer la protection de l’épargne et l’encouragement à la naissance de nouveaux produits financiers à travers les OPCVM et les FCP. Le marché boursier est décloisonné et son ouverture à de nouveaux intervenants (sociétés de bourses, SICAV, fonds communs de placement...), réaffirmée et consolidée par la loi relative aux titres de créances négociables. Malgré les difficultés de mise en route, la Bourse de Casablanca se hisserait au deuxième rang des Bourses africaines, après celle de Johannesburg.

59 En 1995, les offres publiques de vente des sociétés privatisées ont représenté 21 % de la capitalisation boursière et 37 % du volume des transactions. À très peu d’exception près, les seules introductions en bourse opérées depuis 1993, date de la réforme de la Bourse de Casablanca, l’ont été dans le cadre du programme de privatisation.

60 On pourrait citer l’exemple de la fusion entre la Wafabank et Uniban, ou encore l’épisode de l’introduction en bourse de Taslif puis celle de Crédit EQDOM.

61 La Vie économique, 17 janvier 1997.

62 Entretien 1er avril 1997.

63 Par exemple, N. Salah, « La privatisation fait tomber la marocanisation », L’Économiste, n° 67, 18 février 1993.

64 Entretien 13 février 1997.

65 Idem.

66 Les principaux nouveaux actionnaires constituant le noyau de référence sont la Banque centrale populaire (BCP), première banque du Royaume, privatisable mais toujours dans le giron du secteur public, Interfina, Bank al Amale, Asma Invest, la CIMR (la Caisse interprofessionnelle marocaine de retraite) et Al Amane. Seule la Bank al Amale pouvait alors être classée sans conteste dans le secteur privé.

67 Cf. N. Salah, « Débats sur la nature du noyau de référence. Privatisation : le déroulement de la vente CTM-LN », L’Économiste, n° 81, 27 mai 1993.

68 Ibid.

69 Pour cet ensemble d’indications biographiques : cf. la rubrique « Les hommes », Maghreb, n° 48, nov. 1971, 14.

70 D’ailleurs, J. Waterbury (1970, 131) le classe, à l’orée des années 1970, parmi les hommes d’affaires sympathisants de gauche.

71 Pour une analyse précise des étapes de la constitution du groupe Karim Lamrani, voir M. Saïd Saâdi, 1989, 148 et ss.

72 A. Bouabid, secrétaire général de l’USFP y est ministre d’État sans portefeuille tout comme Mohammed Boucetta, secrétaire général du parti de l’Istiqlâl, Mahjoubi Aherdane, président du Mouvement populaire, Moulay Ahmed Alaoui, un proche de Hassan II, Maâti Bouabid, le précédent Premier ministre, Mohammed Bahnini, et le syndicaliste Mohammed Arsalane Jadidi, chef du Parti national démocrate.

73 Par exemple Kh. Hachimi Idrissi, « Les Quadra de choc », Maroc-Hebdo International, n° 257, 18 janvier 1997 ; ou encore J. B., « Compétitivité et mobilité, le credo des moins de quarante ans », La Vie économique, 14 juin 1996, 20-22.

74 Y. Mény, 1992, 99 et ss.

75 Voir à ce sujet N. Beau et C. Graciet, 2006.

76 A. Kennouch, « Privatisation : la rentabilité publique a garanti le succès des privatisations », L’Économiste, n° 163, 19 janvier 1995.

77 Pour aller vite, L’Économiste, dont A. Saaïdi était alors au conseil d’administration et Maroc-Hebdo International se sont rangés dans les rangs du ministre des Privatisations, et ont dressé un réquisitoire contre l’homme d’affaires. Ce dernier, député Istiqlâl, a essentiellement utilisé les colonnes de l’Opinion, organe du parti, pour faire valoir son point de vue.

78 Maroc-Hebdo International, 27 décembre 1997.

79 Voir chapitre IV.

80 C’est la formule qu’emploie un journaliste qui suit l’affaire : A. Chankou, « La privatisation devant la Cour suprême. Chaâbi perd son procès », Maroc-Hebdo International, n° 278, 14-20 juin 1997.

81 Ce qui conduit d’ailleurs M. Chaâbi à déclarer : « Si l’origine de ma fortune est douteuse, si j’ai traficoté, c’est alors avec la complicité de monsieur Saaïdi », L’Opinion, 5 décembre 1996, 1.

82 Les principaux griefs de M. Chaâbi sont dressés dans sa lettre ouverte : cf. « Miloud Chaâbi répond à Maroc-Hebdo International », L’Opinion, 21 octobre 1996, 1.

83 Officiellement son offre, supérieure à celle des repreneurs, a été déboutée pour deux motifs : sa demande serait arrivée après que la commission parlementaire a pris connaissance du dossier et son groupe n’aurait aucune compétence en matière touristique.

84 M. Mouslim, à l’occasion de cette polémique, écrit en conclusion de son article : « Il y a encore des hommes d’affaires dont le seul talent est de distribuer des pots-de-vin aux décideurs pour obtenir des marchés ou l’élimination de concurrents gênants », in « Les vrais enjeux selon A. Saaïdi », La Vie économique, 6 décembre 1996, 8.

85 J. Berraoui, « Comment M. Chaâbi tient Essaouira », La Vie économique, 13 décembre 1996, 15-16.

86 A. Dilami, « Chaâbi / Saaïdi à la Cour suprême : Chaâbi débouté », L’Économiste, n° 284, 12 juin 1997.

87 N. Kamal, « Chaâbi répond à Saaïdi », L’Opinion, 5 décembre 1996.

88 F. Yata, « La Ligne de partage », La Nouvelle tribune, 5 décembre 1996.

89 Kh. Hachimi Idrissi, « Miloud Chaâbi coincé au Parlement », Maroc-Hebdo International, n° 251, 7-13 décembre 1996.

90 Ibid.

91 M. Mouslim, « Les vrais enjeux selon A. Saaïdi », La Vie économique, 6 décembre 1996, 8.

92 J. Berraoui, « Comment M. Chaâbi tient Essaouira », La Vie économique, 13 décembre 1996.

93 Kh. Hachimi Idrissi, « La justice accable M. Chaâbi », Maroc-Hebdo International, n° 292, 11-17 octobre 1997.

94 « M. Chaâbi répond à Maroc-Hebdo International », lettre ouverte, L’Opinion, 21 octobre 1997.

95 In « Vers l’annulation du contrat de cession », La Gazette du Maroc, 9 septembre 1998, 11.

96 H. R. et A.D.N., « Les manœuvres et les intrigues de la SIMEF », La Vie économique, 10 septembre 1998, 12.

97 O. Saeb, « La privatisation m’a ruiné », Libération, 8 septembre 1998, 1.

98 Le traitement de ce dossier fut d’ailleurs l’objet de l’une des études de cas rassemblées par Transparency International pour son rapport 2007. Voir TI Maroc, « Royal Power and Judicial Independence in Morocco », Transparency International, Global Corruption Report 2007. Corruption in Judicial Systems, Cambridge, Cambridge University Press, 233-235.

Table des illustrations

Titre Tableau 3. Liste des principaux transferts
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/532/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Légende Note 33
URL http://books.openedition.org/irmc/docannexe/image/532/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 243k

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable