Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le temps des entrepreneurs ?

 | 
Myriam Catusse

I. D’un capitalisme à l’autre dans les sillons des privatisations

Introduction

Texte intégral

  • 1 Entre 1984 et 1985, le recrutement dans la fonction publique chute de 80 % (A. Akesbi, 2003). La d (...)

1L’ajustement de la politique économique marocaine peut se décrire comme le passage d’un capitalisme vers un autre : une métamorphose, des adaptations mais certainement pas une transition radicale d’un état économique vers un autre en tout point différent ; pas vraiment une greffe encore moins l’importation d’un mode de production, mais un ajustement à de nouvelles contraintes internes ou externes. Et c’est bien le terme employé : « ajustement structurel ». À l’inverse de ce que l’on a pu observer dans les régimes d’Europe centrale et orientale, par exemple, le Maroc ne s’est pas récemment converti à proprement parler à l’économie de marché : les droits de propriété n’ont pas à y être restitués ou fondamentalement transformés ; avant que soit entrepris le train des réformes néolibérales des entreprises, des commerces et des activités de services privés prospéraient ou survivaient à côté des entreprises d’État. Pour autant, les réformes amorcées au cours de ces années-là signalèrent l’abandon de l’idée et des promesses de « l’État développeur » sur le plan des référents collectifs, des représentations et des stratégies économiques. Les normes de « l’économiquement légitime » se modifièrent rapidement et de façon significative, au carrefour d’emprunts divers mais encore de réinventions locales du capitalisme (J.-F. Bayard, 1994). Elles s’accompagnèrent également de transformations substantielles sur le plan des formes de l’accumulation, de la redistribution et des modalités du gouvernement de l’économique : l’emploi public fut contracté 1 – et avec lui non seulement la quasi-assurance d’embauche pour les jeunes diplômés mais également un accès privilégié au modeste système de protection sociale. Les protections douanières de la production locale furent en large part démantelées, modifiant l’équilibre des forces sur le plan de l’extraversion ou de l’introversion du tissu productif local.

  • 2 Direction des Études et des prévisions financières, ministère de l’Économie et des Finances, Bilan (...)

2Les inventaires de l’ajustement structurel lancé en 1983 sont nuancés. Pour le ministère de l’Économie et des Finances, il a atteint ses objectifs de stabilisation macro-économique : la dette extérieure (solde du compte courant) s’est réduite de 12,3 % du PIB en 1983 à 0,9 % en 1987 et 0,7 % en 2003. Grâce à la dévaluation du dirham entre 1983 et 1985, les exportations se sont accrues. La croissance des revenus touristiques et des transferts des Marocains résidant à l’étranger ont aidé, avec l’allégement de la dette, à rétablir les équilibres extérieurs. Mais malgré les revenus exceptionnels suscités par les privatisations, le budget de l’État demeure déficitaire2. Cette politique :

  • 3 Ibid.

« A permis, l’environnement international aidant la réduction des déséquilibres internes et externes sans entraîner une dégradation des indicateurs sociaux, à l’exception du taux de scolarisation en milieu rural et du taux de chômage. Elle a engendré la mise en place d’un certain nombre de réformes allant dans le sens d’une modernisation de l’économie. Les résultats atteints restent fragiles en matière de finances publiques ou de balance des paiements. Le problème de l’endettement persiste quoique dans une moindre proportion qu’en 1983 »3.

  • 4 ATTAC Maroc. Groupes d’Agadir et de Rabat, 2005, 32-33.
  • 5 Selon la Direction de la statistique (2003), la contribution du secteur informel non agricole au P (...)

3ATTAC Maroc insiste sur la dégradation des indicateurs d’enseignement, de santé et de chômage au cours de ces années de « politique libérale » et souligne qu’en pourcentage du PIB et des exportations, le service de la dette s’est accru entre 1990 et 19994. En 2002, le taux de chômage avoisine officiellement les 11,6 % de la population mais cet indicateur nivelle en réalité de très fortes disparités entre villes et campagnes, entre jeunes et adultes et enfin entre hommes et femmes. Il ne rend pas compte non plus des situations de sous-emploi, d’emploi informel 5 et des formes non salariales de l’emploi (N. El Aoufi et M. Bensaïd, 2005-2006).

4Les experts de la Banque mondiale, quant à eux, estiment que :

  • 6 Banque mondiale, 1999, 6.

« Les années 80 ont été une période de stabilisation macroéconomique, de libéralisation progressive et de déréglementation de l’économie, qui ont engendré une croissance dynamique »6.

  • 7 Ibid.

5Mais si la « cote du Maroc est sans aucun doute remontée auprès des investisseurs étrangers », ils ne peuvent que déplorer eux aussi la lenteur de la croissance et l’importance des taux de chômage7.

  • 8 Contrairement aux idées reçues et malgré le désengagement de l’État dans certains secteurs d’activ (...)

6Peut-être plus encore que la baisse relative du niveau des dépenses publiques8, le programme de privatisation et la réduction du secteur d’État à partir des années 1980 furent les pierres angulaires de la réforme.

  • 9 Direction des Études et des prévisions financières, ministère de l’Économie et des Finances, Bilan (...)

« La restriction des interventions de l’État dans l’économie s’est faite à travers l’amélioration de la gestion des entreprises publiques mais surtout moyennant le lancement d’un vaste programme de privatisation, considéré par les observateurs étrangers comme une réussite, qui s’est fixé pour objectif de donner une dimension plus importante au secteur privé, d’attirer les investisseurs extérieurs et de stimuler l’actionnariat populaire » assuraient les pouvoirs publics9.

7Le débat sur l’ajustement structurel n’eut pas vraiment lieu. Comme nous le verrons plus loin, il fut lancé par les économistes de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) au tout début de la décennie 1980, mais leurs critiques furent vite rangées dans le tiroir des affaires classées par pragmatisme ou désillusions. La politique de privatisation, en revanche, fit plusieurs fois l’objet de polémiques, de fond ou de forme, idéologiques ou techniques. Elle suscita également, à différents moments, des procès judiciaires, des mobilisations collectives et attisa des clivages politiques. Mais la forte charge politique de ces controverses publiques fut euphémisée. Les enjeux soulevés par le programme de privatisation furent singulièrement sous-interprétés politiquement au profit de réquisitoires sur sa transparence, sa moralité ou son équité.

  • 10 Ce mouvement a été d’abord étudié au début des années 1990 par M. Bennani Chraïbi (1995). Plus réc (...)

8Entre autres effets, la décision de privatiser pour stimuler l’entrepreneuriat privé signait l’abandon d’un modèle de protection par l’emploi public. Ce modèle, moins déterminant au Maroc que dans d’autres pays de la région, avait largement influencé les représentations et les pratiques entourant les attentes sociales à l’égard de l’État (B. Destremau, 2004). La réorientation de la politique économique eut à cet égard deux conséquences au moins : d’une part les taux de chômage augmentèrent, d’autre part les risques sociaux s’accrurent. Dès la fin des années 1980, la protestation contre les répercussions de la libéralisation économique sur l’emploi s’installa durablement dans le paysage des mouvements sociaux marocains, par l’entremise des « diplômés chômeurs »10. Le mouvement de ces derniers pointa non seulement les défaillances du marché de l’emploi mais également celles du système d’éducation (M. Bougroum et alii, 2002). Parallèlement, comme dans de nombreux pays de la région, la politique de réduction de la dette passa, à ses débuts, par une suppression ou de drastiques réductions des subventions à la consommation. Combinées à des revendications politiques, ces mesures suscitèrent rapidement des mouvements populaires, dans les villes en particulier, que certains observateurs appelèrent un peu rapidement, et au mépris des revendications politiques qui les accompagnaient, « émeutes du pain » ou « émeutes FMI ». Ces protestations sociales furent sévèrement réprimées. La « révision de la politique des subventions liées à la contraction des ressources rentières rompait le pacte tacite du clientélisme d’État et rendait intolérable la perception des inégalités » à l’instar de ce qu’observent en Tunisie M. Camau et V. Geisser (2003, 188). Ainsi, en juin 1981, après la réduction du coût des subventions à des produits de première consommation (farine, huile, sucre, etc.) Casablanca s’embrasa, au prix de centaines de victimes. En 1984, à la suite de l’annonce du relèvement du prix des bouteilles de butane et de la suppression d’établissements scolaires, à nouveau, des mouvements de protestation s’organisèrent dans les grandes et moyennes villes du Royaume. En 1990-1991 encore, à Fès en particulier, à Tanger, Kénitra, Rabat, Sidi Kacem, Souk es-Sebt, Beni Mellal d’autres mouvements populaires de grande ampleur accentuèrent le sentiment que la situation économique exacerbait une question sociale (et progressivement la question du chômage des jeunes) potentiellement source de déstabilisation politique (D. Le Saout et M. Rollinde, 1999). Le malaise social est loin d’avoir disparu. Il ne s’agit pas d’un problème résiduel d’adaptation à résoudre à coup de politiques compensatoires à court terme, en attendant que les bénéfices vertueux de la libéralisation profitent à tous. Comme dans de nombreux pays soumis à ces réformes drastiques et rapides, vingt-cinq ans après l’adoption du programme d’ajustement structurel, les risques sociaux semblent s’attiser avec la réforme économique. Les récentes mobilisations inédites contre la cherté de la vie, menées depuis l’automne 2006 à l’initiative d’associations des Droits de l’homme, de syndicats, de mouvements de gauche radicaux ou d’associations altermondialistes, en attestent. Les manifestants revendiquent l’amélioration des services publics, la hausse des salaires et l’arrêt « du processus de la dégradation du pouvoir d’achat ». La dure répression dont elles sont la cible conforte l’éminence de la question et sa charge politique. Signe des temps, en 2006 est créée une nouvelle association, l’« Instance nationale de protection des biens publics au Maroc » dont le blog cherche à pointer les mésusages du patrimoine public à différentes échelles.

Tracer les sillons d’un nouveau lieu-dit de l’espace social (et politique) ?

9La politique de privatisation dans laquelle s’est engagé le Maroc à la fin des années 1980, constitue l’une des clés de voûte de ce vaste train de réformes néolibérales. De part son rythme soutenu et son ampleur, elle fait du Maroc des années 1990-2000 un poste d’observation singulier. Elle emprunte plusieurs formes qui, nous le verrons, concourent à transformer moins le tissu sociologique des élites que les modalités de l’action publique. Si elles furent largement l’instrument d’une reproduction du système élitiste, les privatisations furent également l’arrière-cour d’un processus où se forgèrent de nouvelles représentations des structures sociales marocaines. À l’instar de ce que décrit L. Boltanski à propos des classes moyennes en France dans les années 1930-1940, on peut dire que la décennie 1990 figure parmi les cas nombreux « où l’apparition d’un groupe “nouveau” est le produit d’un réarrangement structural de longue durée s’exerçant à la fois sur les propriétés objectives et les représentations » (L. Boltanski, 1979, 75). En l’occurrence, nous avons déjà souligné que les formes prises récemment par le groupe instable restaient problématiques et controversées. Pour autant, ces privatisations tracèrent les sillons d’un nouveau « lieu-dit » de l’espace social (Ibid., 108), celui des « entrepreneurs » où s’effectue un travail de regroupement, d’inclusion et d’exclusion – à coup d’opérations marchandes et financières mais aussi au gré de disputes publiques, voire de procès juridiques et de transformations des dispositifs d’action. Dans la conjoncture économique et politique que l’on va examiner, l’entrepreneur est, à double titre, la cible vers laquelle se dirige la politique économique : il est non seulement l’objet du désir réformiste, celui dont on attend l’avènement et qui doit atteindre une masse critique, mais encore celui qui doit bénéficier de la réforme, qui pourrait en être à l’origine et qui est susceptible de mobilisations.

Aux frontières du légitime : le public et le privé

10Cela passe non seulement par une opération complexe de reconversion et de transfert des ressources, mais aussi par une redéfinition des normes de l’action publique et de l’activité économique qui se joue dans les domaines juridiques et politiques. Dans la veine de la vente d’entreprises publiques ou de la délégation de gestion de services publics à des groupes privés marocains ou étrangers, la ligne de frontière se déplace entre le « public » et le « privé », en termes de droits économiques comme en termes d’imaginaires et de représentations politiques efficaces. Les correspondances entre ce qui relève de l’exercice du pouvoir, de l’exposition publique et ce qui relève du « bonheur privé » s’entremêlent autour de nouvelles hiérarchies de valeurs sociales. Comme le soulignent R. Banegas et J.-P. Warnier sur des terrains d’Afrique subsaharienne, eux-mêmes aux prises à des ajustements structurels, à l’informalisation de l’économie et à des mises à l’index de l’État et de son administration qui caractérisent ces périodes de réformes néolibérales, les « figures historiques du pouvoir et de la réussite sociale, qui se convertissaient facilement les unes dans les autres par des pratiques de “chevauchement”, ont été, non pas remplacées, mais repoussées à l’arrière-plan au bénéfice d’autres référents sociaux » (R. Banegas et J.-P. Warnier, 2001, 6).

  • 11 Au sens où l’entend J. Lagroye, 1985.

11Auparavant, les travers du patrimonialisme étaient sévèrement décriés et jetés à la vindicte collective, par les analystes et les responsables politiques eux-mêmes qui dénonçaient la manière de « gérer de façon privée les affaires publiques ». Désormais, il est recommandé de « gérer les affaires publiques comme des affaires privées » ou encore de « gérer la chose publique comme une entreprise ». La nuance est ambiguë, mais elle participe à la transformation des légitimations des formes du pouvoir et du pouvoir lui-même (J. Lagroye, 1985, 398), une « restructuration des manières d’être et d’agir dans des espaces politiques et économiques » (B. Hibou, 1999b, 12). Il ne faudrait pas surestimer le poids de ce qui se dit, dans des conditions où la domination emprunte d’autres canaux que ceux de l’argumentaire ou de la recherche d’accréditation. Il reste délicat, en termes heuristiques, de sélectionner tel ou tel argument ou discours au détriment d’autres, jugés moins pertinents. Néanmoins, les mécanismes de la privatisation au Maroc engagèrent à côté de la conversion ambivalente de ressources, de conflits d’intérêt et de captation de biens publics, de nouveaux modes d’accréditation de la légitimité politique. Ces dernières relèvent tant de la contrainte ou de la rationalisation (qui prend ici surtout la forme d’un « principe de réalité » : les canons néolibéraux seraient les plus raisonnables) que d’assentiments ou de croyances partagées11, non sans rivalités sur les représentations concurrentes de ce que devrait être le bon et naturel gouvernement des choses.

  • 12 « La réforme de l’État » au Maroc est inscrite sur l’agenda public depuis la publication du rappor (...)

12D’un point de vue d’option économique stricto sensu, les modèles retenus, diffusés et vulgarisés sont peu sophistiqués et rarement débattus. Ce sont des boîtes à outils généralistes, promues à l’échelle internationale par les principaux bailleurs, qui se doivent d’être suffisamment génériques pour être déclinées dans des cas dissemblables. B. Hibou et M. Tozy notent que les procédures retenues pour les privatisations sont simplifiées, dénuées de nuances et surtout qu’elles ne font pas cas des conflits substantiels au modèle de privatisation retenu, qui ne fait pourtant pas consensus parmi les économistes (B. Hibou et M. Tozy, 2002, 100). D’un point de vue plus politique, s’observent de nouvelles techniques et règles d’action publiques qui se calquent sur les métaphores marchandes et libérales. Si l’on s’en tient aux discours des autorités publiques, au premier chef desquels le souverain marocain, l’État marocain ne se désengagerait pas durant cette période. Il se réforme12. Il confierait à des acteurs privés le soin et la responsabilité d’investir, de produire, d’échanger et, par là, d’engager la société marocaine dans le cercle supposé vertueux de l’économie de marché standard.

13Dans ce contexte, les catégories du public et du privé sont l’objet de redéfinitions dans plusieurs arènes normatives. Sans pour autant disparaître, bien au contraire, elles changent de contenu relatif. Les valeurs et les qualités qui leur sont associées se hiérarchisent différemment. Aux dysfonctionnements d’une administration stigmatisée tant au niveau national que par les principaux bailleurs de fonds internationaux sont opposées les capacités et les compétences présumées d’un secteur privé libéré d’entraves politiques. Comme en Tunisie, par exemple, ou en Algérie, il faut dire que la centralité du rôle de l’État les décennies précédentes a contribué à tort à « confiner la notion de public dans une sorte de redondance de celle de l’État, au sens de puissance ou d’appareil détenteur des attributs de la souveraineté » (M. Camau, 1990, 68). Or, à « l’État c’est nous » de l’élite au pouvoir qui personnalise et s’approprie son action et à l’étatisation de la société fait écho de la part des gouvernés, un « l’État c’est eux », c’est-à-dire un groupe particulier aux intérêts spécifiques et non collectifs. C’est pour cela que L. Addi engage à « relativiser le caractère public du secteur dit d’État dans les sociétés du Tiers monde » (L. Addi, 1990, 79). Quant à la notion de « privé », elle devient un référent privilégié et valorisé pour une série d’opérations discursives, pratiques et politiques visant à traiter (à « gérer » entend-on souvent) des problèmes présentés pourtant comme des problèmes « publics » car ils concernent la collectivité et relèveraient de l’intérêt général : les questions de l’emploi, de l’internationalisation de l’économie, de l’exacerbation des risques sociaux, mais aussi la prise en charge des infrastructures du Royaume, voire la défaillance de services publics. L’expression connaît pour quelques années une diffusion remarquable et une vulgarisation qui n’arrive pas à effacer pourtant les différentes acceptions qu’elle recouvre. Classiquement le « privé » relève de l’intime, du for intérieur, par contraste avec l’accès au « public », à l’exposition ou à l’expression politique. Mais ici, c’est une autre conception du « privé » qui est mise en valeur, par opposition voire par défaut : le « privé » dont il est question s’affiche. Il est publicisé en quelque sorte, comme l’opposé du « public », lui-même rabattu à « l’étatique » et à « l’administratif ». Alors que les plaidoyers protéiformes pour la « société civile » désignent de nouveaux porteurs de l’intérêt collectif, les récits du « privé » qui leur sont très étroitement associés érigent les intérêts de l’entrepreneur, voire la richesse personnelle, en cause collective légitime.

14Les relations dialectiques entre les domaines du public et du privé sont un sujet de prédilection pour les philosophes du politique (H. Arendt, 1985, 203 et ss. ; J. Habermas, 1962). Ce n’est certainement pas un hasard que les travaux de J. Habermas ont été tout particulièrement discutés et utilisés ces dernières années, parfois de façon pour le moins schématique, dans la perspective de discuter de l’émergence ou de la mutation d’« espaces publics », entendus dans leurs acceptions des plus concrètes aux plus métaphoriques. Ce concept est fortement chargé de références historiques et politiques qui renvoient à la « grande transformation » bourgeoise du xixe siècle et à la formation de sociétés européennes décrites comme plus individualistes, bourgeoises et libérales, comme si dans l’entre-deux du public et du privé, mais aussi des institutions de l’État et des structures communautaires ou collectives, s’étaient dégagés des milieux propres à des attitudes politiques et sociales inédites :

« La sphère publique bourgeoise se développe au sein des tensions qui opposent l’État à la société ; mais de telle sorte qu’au cours de cette évolution, elle demeure partie intégrante du domaine du privé. La séparation fondamentale entre l’État et la société, principe même de la sphère publique, ne correspond tout d’abord qu’à un démantèlement de ce que les structures de la domination féodales maintenaient réuni : le processus de reproduction sociale et le domaine du pouvoir politique ». (J. Habermas, 1962, 149).

15Cette description reléguant l’État et la société à deux abstractions et deux ordres de réalité distincts ne correspond pas vraiment à ce que je souhaiterais montrer dans cet ouvrage. Bien au contraire, à la suite des travaux de T. Mitchell (1991) ou de J. Migdal (2001), par exemple, il me semble plus intéressant ici d’explorer les logiques du politique dans les interactions entre le processus permanent de formation et de réformation des institutions étatiques et les transformations complexes de la société. En ce sens, je ne peux que souscrire aux analyses de M. Camau :

« L’apparence de l’État sous la forme d’un “objet intrinsèque existant séparément de la société” et qui serait le siège de capacités et de volontés n’est que l’effet d’un ensemble de techniques de disciplines caractéristiques de l’ordre social moderne. La politique n’est pas fonction d’une frontière qui verrait l’État décider et la société se plier ou résister. Elle consiste dans la production et la reproduction de cette frontière mouvante et interne aux réseaux de pouvoirs constitutifs de la domination ». (M. Camau, 2006b, 44).

16Plutôt donc que d’entériner un mode de description binaire et trompeur de la société et de son organisation politique (l’État et le secteur privé, ou l’État et la société, le public et le privé, le formel et l’informel, etc.), il s’agit alors d’examiner les tensions, les compromis qui s’opèrent dans différents terrains de négociations. Empiriquement comme théoriquement, il est manifeste que la société économique se caractérise par des chevauchements, des enchâssements qui rendent réducteur le projet d’assigner des positions fixes et tranchées aux acteurs et institutions (s’agit-il d’activités privées ou publiques, formelles ou informelles, économiques ou politiques ?). À ce jeu, l’observation de la mise en œuvre des politiques de privatisation est riche d’enseignements.

17La référence à J. Habermas me paraît cependant intéressante car elle souligne, s’il en était besoin, le caractère relatif, historique et politique de la distinction entre ce qui relève du public ou du privé, et leurs accrochages au politique. Plus encore, rappelle M. Camau, dans des configurations où le secteur économique « public » relève également d’un « brouillage des frontières du privé et du public par “socialisation de l’État” et “étatisation de la société” » (M. Camau, 1990, 69). Dans le cas du Maroc, ces deux phénomènes – socialisation de l’État et étatisation de la société – ont certainement pris des formes différentes de celles que décrit M. Camau en Tunisie, néanmoins, la remarque reste valable.

Redéployer l’action publique : l’État et les privatisations

  • 13 Sur la question de l’État fort ou faible et son articulation à des sociétés faibles ou fortes, je (...)
  • 14 Au sens par exemple de S. Strange, 1996.

18Pour les raisons qui viennent d’être avancées, plutôt que de regarder comment par exemple un État fort s’affaiblirait et une société (économique) faible se consoliderait au gré de la réforme néolibérale13, observons comment les politiques de privatisation d’activités économiques s’accompagnent de transformations des activités économiques et politiques. En particulier, nous montrerons, en discussion avec les travaux de B. Hibou sur la « privatisation des États », qu’au-delà d’une hypothétique revanche du marché, ce qui est en jeu n’est pas vraiment un « retrait de l’État » 14mais plutôt une diversification et un redéploiement de la puissance publique, via de nouvelles techniques et modalités de gouvernement de l’activité économique.

19Je suggère donc, en tout cas a priori, de laisser de côté la question d’un effacement ou d’un retour de l’État en matière de régulation économique. Elle s’avère peu fructueuse, d’abord pour des raisons théoriques : la théorie standard néolibérale et la coordination « par le marché » se montrent tout à fait insuffisantes pour penser ces transformations, ce que traduit certainement le regain des références aux travaux de K. Polanyi (1944), qui insistent a contrario sur le caractère fondamentalement dual de la libéralisation du marché qui ne peut qu’aller de pair avec l’intervention économique de l’État. Les institutions néolibérales, elles-mêmes, ont révisé leurs analyses en ce sens (B. Hibou, 1998a). Ensuite pour des raisons plus factuelles et empiriques : non seulement, en termes d’intervention dans les politiques économiques, les pouvoirs publics marocains demeurent des acteurs centraux (quand bien même leurs ressources peuvent diminuer, leurs lieux et points d’intervention se modifient), mais l’on voit bien à quel point la référence « étatiste » continue de faire sens dans les attentes et les pratiques des acteurs qui se confrontent à des logiques de désinstitutionalisation et déstabilisation des configurations précédentes. Cela n’a rien de propre au Maroc :

« L’équation “plus de marché” égale privatisation “moins d’État” a été très largement mise en défaut, et pas seulement en Amérique latine, où les politiques de privatisation ont conduit à des déséquilibres de richesses considérables, à la reconversion douteuse des élites politiques dans les affaires et à des détournements massifs du bien public, sans pour autant produire la richesse attendue ». (F. Bafoil, 2006a, 135).

  • 15 A. Kernen (2004) le montre de façon éloquente à propos des politiques de privatisations dans la vi (...)

20Dans la majorité des cas, à court terme du moins, la vente du patrimoine public s’est avérée l’occasion d’opérations de recyclage souvent opaques. Elle se montre un « moyen décisif de redistribuer les ressources, de reformuler des contrats sociaux ou encore de refonder la légitimité des gouvernements en place » (Ibid.). Les autorités publiques maîtrisent en général le rythme et l’ampleur du processus15. Les dirigeants peuvent choisir avec soin les entreprises et les secteurs à céder et contrôlent en large partie les procédures en amont et en aval, dans les procédures de cession, les réseaux dans lesquels elles se négocient, mais aussi par l’élaboration de cahiers des charges.

21Dans ces conditions, il convient de s’interroger sur la portée des privatisations mises en œuvre depuis le début de la décennie 1990, en termes macro-économiques comme au niveau de la composition sociologique du tissu économique marocain. Il ne fait plus trop de doute « qu’en raison du caractère normatif, simplificateur et apolitique de ses soubassements, la politique d’ajustement structurel a moins pour effet de modifier les politiques économiques et le mode d’insertion internationale que de changer les comportements et les opportunités internes d’enrichissement ; autrement dit, que ces effets sont moins économiques que sociopolitiques » (B. Hibou, 1998a, 3). Cet ouvrage examine donc le tournant néolibéral dans ses dimensions économiques mais également fondamentalement politiques (et non pas accessoirement ou subsidiairement).

22Les privatisations recèlent de fait une double facette que tous les observateurs avertis de ces processus constatent à plusieurs échelles dans d’autres contextes nationaux. D’une part, il s’agit pour les autorités publiques d’obtenir des fonds, d’instaurer de nouveaux modes de régulation économiques. D’autre part, il s’agit également pour ceux qui maîtrisent les mécanismes de la privatisation de nourrir l’existence de réseaux politico-économiques complexes. Ceci n’est d’ailleurs pas nécessairement contradictoire avec les objectifs mêmes de la réforme. C’est justement l’un des intérêts de l’ouvrage dirigé par S. Heydemann de démontrer qu’« il peut exister une relation à somme positive entre la recherche de rente, la capacité à réforme et l’amélioration des performances économiques – sous certaines conditions » (S. Heydemann, 2004b, 12). L’étude de M. Cammett (2004) sur le secteur marocain du textile montre à quel point il serait réducteur de réfléchir aux effets sociopolitiques de la libéralisation économique en termes univoques de gagnants ou perdants des réformes.

23Compte tenu de la célérité avec laquelle les privatisations ont été menées dans le cas du Maroc, nous verrons qu’elles profitèrent d’abord aux élites et groupes particuliers qui concentraient d’ores et déjà de considérables capitaux personnels et des ressources matérielles ou sociales importantes. D. Stark (1996) dresse le même constat pour les pays d’Europe centrale ou orientale où les élites en place avant la transition vers l’économie de marché captèrent les bénéfices des privatisations là où ces dernières furent les plus rapides. Dans le cas du Maroc, le caractère « incestueux » des procédures est d’autant moins étonnant que la transition économique n’a pas succédé ou accompagné une transformation majeure du système politique, une rupture de système ou encore l’éviction d’une nomenklatura. Néanmoins, d’autres observations méritent l’attention :

« La combinaison d’un nouveau régime du commerce orienté vers l’exportation et l’émergence d’opportunités manufacturières internationales ont initié d’importants changements dans la composition du secteur privé [marocain]. Tirant bénéfice de conditions économiques favorables, des centaines d’“entrepreneurs” marocains issus de familles peu connues fondèrent des usines pour l’exportation entre la moitié des années 1980 et le début des années 1990 ». (M. Cammett, 2004, 246).

24Les privatisations permettent donc le renforcement de certaines formes de l’État, mais peuvent saper à plus long terme certains mécanismes de l’action publique ou encore en inaugurer de nouveaux. Elles sont l’occasion de sceller, de confirmer et de consolider des liens entre les élites politiques et les acteurs économiques, qui sont d’ailleurs parfois les mêmes personnes ou de très proches comparses. C’est aussi un moyen pour les autorités publiques de diriger les revendications sociales et politiques vers des cibles intermédiaires, désignées comme les principaux responsables de l’état économique du pays (J. Leca, 1990). En ce sens ces opérations comportent nécessairement en contrepartie un prix politique à payer.

25Quels furent les acteurs de la privatisation au Maroc, et quels intérêts en fins mais aussi en valeurs poursuivent-ils dans cette entreprise ? Que s’est-il passé dans les faits au cours de ces privatisations, en termes de structures sociales et de circulation ou conversion des ressources ? Comment ont-elles pesé sur la nature des rapports de pouvoirs ? Et finalement, en quoi cette politique économique a-t-elle pu contribuer à l’émergence de « l’entrepreneur » comme figure maîtresse de la réforme annoncée ?

26L’une des façons de répondre à ces questions consiste à s’intéresser aux modalités concrètes de l’action publique et, éventuellement, à réfléchir aux privatisations en termes de « décharge » pour reprendre l’expression weberienne revisitée par B. Hibou (1999a et 1999b) pour décrire certaines formes contemporaines d’interventionnisme : dans ces processus réformistes les métamorphoses de la régulation sociale par le politique reposent peut-être moins sur un « désengagement » de la puissance publique que sur des formes de subsidiarité ou de délégation. Ceci fait écho à des processus que l’on repère ailleurs dans des contextes de réformes néolibérales :

« Les politiques de “privatisation” – souligne A. Signoles (2006, 252) dans un article de synthèse sur les transformations de l’action publique dans le monde arabe –, conduisent moins au retrait de l’État qu’à son redéploiement. Ce redéploiement se traduit à la fois par l’érosion des capacités régulatrices du pouvoir étatique et la multiplication de ses points d’intervention. Ainsi l’État se “décharge”-t-il de certaines fonctions économiques et sociales au profit d’acteurs privés, qui constituent autant de points d’appui lui permettant de négocier des allégeances et, indirectement, de contrôler les populations ».

  • 16 Je pense en particulier à l’ouverture des Centres régionaux d’investissement, guichets uniques cré (...)

27Si les promoteurs de la privatisation encouragent au « moins d’État » et réduisent rapidement ce dernier à une machine souvent inutile et trop envahissante, peu intéressante finalement à étudier, il me semble utile d’explorer les transformations de l’action publique au cours de cette période. Parmi ces techniques de décharge, la décentralisation et la déconcentration sont des pierres angulaires pour les politiques d’investissement ou d’action sociale16. En creux, se jouent aussi des tentatives ambivalentes de « dépolitisation » des politiques économiques : la volonté d’énoncer et de traiter les questions de choix économiques hors de la sphère des politics, de la compétition politique. Ceci relève évidemment d’un processus relativement « classique » propre au développement et à la sophistication progressive des politiques publiques qui conduisent à faire appel à des experts ou à des « technocrates ». Mais ce processus s’inscrit également dans des logiques d’antipolitique (antipolitics) qui tendent à marginaliser l’élu et le partisan dans la fabrication de la chose publique. L’étude de politiques de privatisation nous permet d’examiner également la construction de nouvelles sphères d’action publique et la formation de catégories qui font sens pour les acteurs et pour le policy making.

28Dans un premier temps, revenons sur les conditions dans lesquelles a été adoptée au Parlement la loi sur les privatisations. Elles montrent comment, en une décennie, les cadres de référence de l’économie politique se sont transformés au Maroc. Objets de profonds clivages idéologiques et politiques, les privatisations perdent progressivement leur charge polémique. Le discours démiurge qui les accompagne – faire naître un homme nouveau, donner ses chances au marché, etc. – prend prise : que ce soit pour défendre le programme ou pour le critiquer, c’est l’échelle de jugement qui prévaut. Ce renversement de paradigme qui nourrit l’émergence de nouvelles normes et référentiels où les acteurs du « privé » occupent une place de choix, accompagne une série d’expériences, d’opérations de cessions, où se jouent d’autres rapports de forces. Dans un second temps, je propose d’ébaucher un bilan des privatisations : solde financier (qui en sont les gagnants et les perdants ?) et solde politique (en quoi ont-elles affecté l’action publique ?). Plusieurs fois mises sur le banc des accusés, les privatisations furent l’occasion de reconfigurer des relations d’interdépendance dans le milieu des affaires, mais aussi de redéfinir l’intérêt public et les moyens de le préserver. Dans un troisième chapitre, j’examinerai la façon dont évolue l’action publique dans ce contexte, alors que les ressources financières directes de l’État s’amenuisent. Au gré des cessions et des éventuels conflits qu’elles ont suscités, se dessinent les termes d’un « économiquement légitime » qui trouve écho dans les mutations d’importance que connaît à la même époque le droit des affaires. C’est ce que nous analyserons dans un quatrième temps : comment la réforme libérale au Maroc passe par une normalisation de la distinction – nécessairement fictive mais à certains égards efficaces – entre sphères publiques et sphères privées.

Notes

1 Entre 1984 et 1985, le recrutement dans la fonction publique chute de 80 % (A. Akesbi, 2003). La décroissance se maintient, à un rythme moins soutenu, les années suivantes.

2 Direction des Études et des prévisions financières, ministère de l’Économie et des Finances, Bilan du Programme d’Ajustement Structurel, octobre 1995, 9.

3 Ibid.

4 ATTAC Maroc. Groupes d’Agadir et de Rabat, 2005, 32-33.

5 Selon la Direction de la statistique (2003), la contribution du secteur informel non agricole au PIB représente 17 % du PIB.

6 Banque mondiale, 1999, 6.

7 Ibid.

8 Contrairement aux idées reçues et malgré le désengagement de l’État dans certains secteurs d’activité ou encore le recours au secteur privé, T. M. Mouline (2005, 54) montre par exemple que « Le Plan d’Ajustement Structurel 1983-1992 et les réformes menées par la suite n’ont pas permis de baisser considérablement les dépenses publiques en pourcentage du PIB. Ce ratio, qui était de 29,9 % durant la décennie 70, a été ramené à 26,2 % durant la décennie 90 et à 28,7 %, seulement, durant la période 2000-2002 ».

9 Direction des Études et des prévisions financières, ministère de l’Économie et des Finances, Bilan du Programme d’Ajustement Structurel, octobre 1995, 2.

10 Ce mouvement a été d’abord étudié au début des années 1990 par M. Bennani Chraïbi (1995). Plus récemment, le mémoire de master de M. Emperador (2005) et les recherches qu’elle continue de mener dans le cadre de la préparation d’un doctorat sont particulièrement riches sur cette étonnante forme de mobilisation collective. Organisé depuis 1991 et toujours actif malgré les vagues de recrutement périodiques mais ponctuelles dans la fonction publique de ses militants (notamment dans le cadre du programme national d’insertions des diplômés au chômage), le mouvement est remarquable pour sa longévité et sa relative indépendance politique.

11 Au sens où l’entend J. Lagroye, 1985.

12 « La réforme de l’État » au Maroc est inscrite sur l’agenda public depuis la publication du rapport sévère de la Banque mondiale sur « le système d’éducation, l’administration, et la stratégie économique » du Royaume en octobre 1995, mettant notamment à l’index ses structures administratives. Les experts de la Banque préconisaient « l’amélioration de l’efficacité et de l’efficience de l’administration par des réductions budgétaires en compressant les salaires et en restructurant la population des fonctionnaires et sur le plan économique, en s’orientant vers l’incitation à faire et la mobilisation de l’épargne en vue de favoriser l’accumulation ». Ce rapport et la déclaration du Roi faisant suite à sa publication ont marqué le point de départ officiel d’un large train de réformes. En matière administrative, un Programme national de gouvernance est élaboré sous la coordination du ministère de la Prévision économique et du plan, appuyé par le PNUD. En novembre 2001, l’USAID finance, quant à elle, une étude diagnostique de la « Capacité locale pour la bonne gouvernance », dans le cadre de l’appui au « renforcement de la décentralisation et de la démocratie locale », en proposant de sibyllins axes de réformes. Dans son premier discours de politique générale en octobre 1999, A. Youssoufi, Premier ministre socialiste du gouvernement de coalition dit « d’alternance », reprend la problématique en proposant un « pacte de bonne gestion », censé donner, de manière solennelle, l’esprit et la philosophie de la réforme administrative. Depuis 1995 donc, un ensemble de rapports et d’études a été lancé à propos de la réforme de l’État, essentiellement dans ses dimensions bureaucratique et économique. Elles concernent plus les structures déconcentrées que décentralisées de l’État et accompagnent l’annonce de la promotion d’un « nouveau concept de l’autorité », depuis l’intronisation en 1999 de Mohammed VI.

13 Sur la question de l’État fort ou faible et son articulation à des sociétés faibles ou fortes, je renvoie d’une part à l’article de Gh. Salamé (1990) ainsi qu’à la discussion à laquelle engage M. Camau (2006).

14 Au sens par exemple de S. Strange, 1996.

15 A. Kernen (2004) le montre de façon éloquente à propos des politiques de privatisations dans la ville industrielle de Shenyang, en Chine.

16 Je pense en particulier à l’ouverture des Centres régionaux d’investissement, guichets uniques créés à partir de 2002 sous la direction des Walis de région (M. Catusse et alii, 2005) ou encore aux dispositifs actuels mis en œuvre dans le cadre de l’Initiative nationale pour le développement humain.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable