Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le temps des entrepreneurs ?

 | 
Myriam Catusse

I. D’un capitalisme à l’autre dans les sillons des privatisations

Introduction

Texte intégral

  • 1 Entre 1984 et 1985, le recrutement dans la fonction publique chute de 80 % (A. Akesbi, 2003). La d (...)

1L’ajustement de la politique économique marocaine peut se décrire comme le passage d’un capitalisme vers un autre : une métamorphose, des adaptations mais certainement pas une transition radicale d’un état économique vers un autre en tout point différent ; pas vraiment une greffe encore moins l’importation d’un mode de production, mais un ajustement à de nouvelles contraintes internes ou externes. Et c’est bien le terme employé : « ajustement structurel ». À l’inverse de ce que l’on a pu observer dans les régimes d’Europe centrale et orientale, par exemple, le Maroc ne s’est pas récemment converti à proprement parler à l’économie de marché : les droits de propriété n’ont pas à y être restitués ou fondamentalement transformés ; avant que soit entrepris le train des réformes néolibérales des entreprises, des commerces et des activités de services privés prospéraient ou survivaient à côté des entreprises d’État. Pour autant, les réformes amorcées au cours de ces années-là signalèrent l’abandon de l’idée et des promesses de « l’État développeur » sur le plan des référents collectifs, des représentations et des stratégies économiques. Les normes de « l’économiquement légitime » se modifièrent rapidement et de façon significative, au carrefour d’emprunts divers mais encore de réinventions locales du capitalisme (J.-F. Bayard, 1994). Elles s’accompagnèrent également de transformations substantielles sur le plan des formes de l’accumulation, de la redistribution et des modalités du gouvernement de l’économique : l’emploi public fut contracté 1 – et avec lui non seulement la quasi-assurance d’embauche pour les jeunes diplômés mais également un accès privilégié au modeste système de protection sociale. Les protections douanières de la production locale furent en large part démantelées, modifiant l’équilibre des forces sur le plan de l’extraversion ou de l’introversion du tissu productif local.

  • 2 Direction des Études et des prévisions financières, ministère de l’Économie et des Finances, Bilan (...)

2Les inventaires de l’ajustement structurel lancé en 1983 sont nuancés. Pour le ministère de l’Économie et des Finances, il a atteint ses objectifs de stabilisation macro-économique : la dette extérieure (solde du compte courant) s’est réduite de 12,3 % du PIB en 1983 à 0,9 % en 1987 et 0,7 % en 2003. Grâce à la dévaluation du dirham entre 1983 et 1985, les exportations se sont accrues. La croissance des revenus touristiques et des transferts des Marocains résidant à l’étranger ont aidé, avec l’allégement de la dette, à rétablir les équilibres extérieurs. Mais malgré les revenus exceptionnels suscités par les privatisations, le budget de l’État demeure déficitaire2. Cette politique :

  • 3 Ibid.

« A permis, l’environnement international aidant la réduction des déséquilibres internes et externes sans entraîner une dégradation des indicateurs sociaux, à l’exception du taux de scolarisation en milieu rural et du taux de chômage. Elle a engendré la mise en place d’un certain nombre de réformes allant dans le sens d’une modernisation de l’économie. Les résultats atteints restent fragiles en matière de finances publiques ou de balance des paiements. Le problème de l’endettement persiste quoique dans une moindre proportion qu’en 1983 »3.

  • 4 ATTAC Maroc. Groupes d’Agadir et de Rabat, 2005, 32-33.
  • 5 Selon la Direction de la statistique (2003), la contribution du secteur informel non agricole au P (...)

3ATTAC Maroc insiste sur la dégradation des indicateurs d’enseignement, de santé et de chômage au cours de ces années de « politique libérale » et souligne qu’en pourcentage du PIB et des exportations, le service de la dette s’est accru entre 1990 et 19994. En 2002, le taux de chômage avoisine officiellement les 11,6 % de la population mais cet indicateur nivelle en réalité de très fortes disparités entre villes et campagnes, entre jeunes et adultes et enfin entre hommes et femmes. Il ne rend pas compte non plus des situations de sous-emploi, d’emploi informel 5 et des formes non salariales de l’emploi (N. El Aoufi et M. Bensaïd, 2005-2006).

4Les experts de la Banque mondiale, quant à eux, estiment que :

  • 6 Banque mondiale, 1999, 6.

« Les années 80 ont été une période de stabilisation macroéconomique, de libéralisation progressive et de déréglementation de l’économie, qui ont engendré une croissance dynamique »6.

  • 7 Ibid.

5Mais si la « cote du Maroc est sans aucun doute remontée auprès des investisseurs étrangers », ils ne peuvent que déplorer eux aussi la lenteur de la croissance et l’importance des taux de chômage7.

  • 8 Contrairement aux idées reçues et malgré le désengagement de l’État dans certains secteurs d’activ (...)

6Peut-être plus encore que la baisse relative du niveau des dépenses publiques8, le programme de privatisation et la réduction du secteur d’État à partir des années 1980 furent les pierres angulaires de la réforme.

  • 9 Direction des Études et des prévisions financières, ministère de l’Économie et des Finances, Bilan (...)

« La restriction des interventions de l’État dans l’économie s’est faite à travers l’amélioration de la gestion des entreprises publiques mais surtout moyennant le lancement d’un vaste programme de privatisation, considéré par les observateurs étrangers comme une réussite, qui s’est fixé pour objectif de donner une dimension plus importante au secteur privé, d’attirer les investisseurs extérieurs et de stimuler l’actionnariat populaire » assuraient les pouvoirs publics9.

7Le débat sur l’ajustement structurel n’eut pas vraiment lieu. Comme nous le verrons plus loin, il fut lancé par les économistes de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) au tout début de la décennie 1980, mais leurs critiques furent vite rangées dans le tiroir des affaires classées par pragmatisme ou désillusions. La politique de privatisation, en revanche, fit plusieurs fois l’objet de polémiques, de fond ou de forme, idéologiques ou techniques. Elle suscita également, à différents moments, des procès judiciaires, des mobilisations collectives et attisa des clivages politiques. Mais la forte charge politique de ces controverses publiques fut euphémisée. Les enjeux soulevés par le programme de privatisation furent singulièrement sous-interprétés politiquement au profit de réquisitoires sur sa transparence, sa moralité ou son équité.

  • 10 Ce mouvement a été d’abord étudié au début des années 1990 par M. Bennani Chraïbi (1995). Plus réc (...)

8Entre autres effets, la décision de privatiser pour stimuler l’entrepreneuriat privé signait l’abandon d’un modèle de protection par l’emploi public. Ce modèle, moins déterminant au Maroc que dans d’autres pays de la région, avait largement influencé les représentations et les pratiques entourant les attentes sociales à l’égard de l’État (B. Destremau, 2004). La réorientation de la politique économique eut à cet égard deux conséquences au moins : d’une part les taux de chômage augmentèrent, d’autre part les risques sociaux s’accrurent. Dès la fin des années 1980, la protestation contre les répercussions de la libéralisation économique sur l’emploi s’installa durablement dans le paysage des mouvements sociaux marocains, par l’entremise des « diplômés chômeurs »10. Le mouvement de ces derniers pointa non seulement les défaillances du marché de l’emploi mais également celles du système d’éducation (M. Bougroum et alii, 2002). Parallèlement, comme dans de nombreux pays de la région, la politique de réduction de la dette passa, à ses débuts, par une suppression ou de drastiques réductions des subventions à la consommation. Combinées à des revendications politiques, ces mesures suscitèrent rapidement des mouvements populaires, dans les villes en particulier, que certains observateurs appelèrent un peu rapidement, et au mépris des revendications politiques qui les accompagnaient, « émeutes du pain » ou « émeutes FMI ». Ces protestations sociales furent sévèrement réprimées. La « révision de la politique des subventions liées à la contraction des ressources rentières rompait le pacte tacite du clientélisme d’État et rendait intolérable la perception des inégalités » à l’instar de ce qu’observent en Tunisie M. Camau et V. Geisser (2003, 188). Ainsi, en juin 1981, après la réduction du coût des subventions à des produits de première consommation (farine, huile, sucre, etc.) Casablanca s’embrasa, au prix de centaines de victimes. En 1984, à la suite de l’annonce du relèvement du prix des bouteilles de butane et de la suppression d’établissements scolaires, à nouveau, des mouvements de protestation s’organisèrent dans les grandes et moyennes villes du Royaume. En 1990-1991 encore, à Fès en particulier, à Tanger, Kénitra, Rabat, Sidi Kacem, Souk es-Sebt, Beni Mellal d’autres mouvements populaires de grande ampleur accentuèrent le sentiment que la situation économique exacerbait une question sociale (et progressivement la question du chômage des jeunes) potentiellement source de déstabilisation politique (D. Le Saout et M. Rollinde, 1999). Le malaise social est loin d’avoir disparu. Il ne s’agit pas d’un problème résiduel d’adaptation à résoudre à coup de politiques compensatoires à court terme, en attendant que les bénéfices vertueux de la libéralisation profitent à tous. Comme dans de nombreux pays soumis à ces réformes drastiques et rapides, vingt-cinq ans après l’adoption du programme d’ajustement structurel, les risques sociaux semblent s’attiser avec la réforme économique. Les récentes mobilisations inédites contre la cherté de la vie, menées depuis l’automne 2006 à l’initiative d’associations des Droits de l’homme, de syndicats, de mouvements de gauche radicaux ou d’associations altermondialistes, en attestent. Les manifestants revendiquent l’amélioration des services publics, la hausse des salaires et l’arrêt « du processus de la dégradation du pouvoir d’achat ». La dure répression dont elles sont la cible conforte l’éminence de la question et sa charge politique. Signe des temps, en 2006 est créée une nouvelle association, l’« Instance nationale de protection des biens publics au Maroc » dont le blog cherche à pointer les mésusages du patrimoine public à différentes échelles.

Tracer les sillons d’un nouveau lieu-dit de l’espace social (et politique) ?

9La politique de privatisation dans laquelle s’est engagé le Maroc à la fin des années 1980, constitue l’une des clés de voûte de ce vaste train de réformes néolibérales. De part son rythme soutenu et son ampleur, elle fait du Maroc des années 1990-2000 un poste d’observation singulier. Elle emprunte plusieurs formes qui, nous le verrons, concourent à transformer moins le tissu sociologique des élites que les modalités de l’action publique. Si elles furent largement l’instrument d’une reproduction du système élitiste, les privatisations furent également l’arrière-cour d’un processus où se forgèrent de nouvelles représentations des structures sociales marocaines. À l’instar de ce que décrit L. Boltanski à propos des classes moyennes en France dans les années 1930-1940, on peut dire que la décennie 1990 figure parmi les cas nombreux « où l’apparition d’un groupe “nouveau” est le produit d’un réarrangement structural de longue durée s’exerçant à la fois sur les propriétés objectives et les représentations » (L. Boltanski, 1979, 75). En l’occurrence, nous avons déjà souligné que les formes prises récemment par le groupe instable restaient problématiques et controversées. Pour autant, ces privatisations tracèrent les sillons d’un nouveau « lieu-dit » de l’espace social (Ibid., 108), celui des « entrepreneurs » où s’effectue un travail de regroupement, d’inclusion et d’exclusion – à coup d’opérations marchandes et financières mais aussi au gré de disputes publiques, voire de procès juridiques et de transformations des dispositifs d’action. Dans la conjoncture économique et politique que l’on va examiner, l’entrepreneur est, à double titre, la cible vers laquelle se dirige la politique économique : il est non seulement l’objet du désir réformiste, celui dont on attend l’avènement et qui doit atteindre une masse critique, mais encore celui qui doit bénéficier de la réforme, qui pourrait en être à l’origine et qui est susceptible de mobilisations.

Aux frontières du légitime : le public et le privé

10Cela passe non seulement par une opération complexe de reconversion et de transfert des ressources, mais aussi par une redéfinition des normes de l’action publique et de l’activité économique qui se joue dans les domaines juridiques et politiques. Dans la veine de la vente d’entreprises publiques ou de la délégation de gestion de services publics à des groupes privés marocains ou étrangers, la ligne de frontière se déplace entre le « public » et le « privé », en termes de droits économiques comme en termes d’imaginaires et de représentations politiques efficaces. Les correspondances entre ce qui relève de l’exercice du pouvoir, de l’exposition publique et ce qui relève du « bonheur privé » s’entremêlent autour de nouvelles hiérarchies de valeurs sociales. Comme le soulignent R. Banegas et J.-P. Warnier sur des terrains d’Afrique subsaharienne, eux-mêmes aux prises à des ajustements structurels, à l’informalisation de l’économie et à des mises à l’index de l’État et de son administration qui caractérisent ces périodes de réformes néolibérales, les « figures historiques du pouvoir et de la réussite sociale, qui se convertissaient facilement les unes dans les autres par des pratiques de “chevauchement”, ont été, non pas remplacées, mais repoussées à l’arrière-plan au bénéfice d’autres référents sociaux » (R. Banegas et J.-P. Warnier, 2001, 6).

  • 11 Au sens où l’entend J. Lagroye, 1985.

11Auparavant, les travers du patrimonialisme étaient sévèrement décriés et jetés à la vindicte collective, par les analystes et les responsables politiques eux-mêmes qui dénonçaient la manière de « gérer de façon privée les affaires publiques ». Désormais, il est recommandé de « gérer les affaires publiques comme des affaires privées » ou encore de « gérer la chose publique comme une entreprise ». La nuance est ambiguë, mais elle participe à la transformation des légitimations des formes du pouvoir et du pouvoir lui-même (J. Lagroye, 1985, 398), une « restructuration des manières d’être et d’agir dans des espaces politiques et économiques » (B. Hibou, 1999b, 12). Il ne faudrait pas surestimer le poids de ce qui se dit, dans des conditions où la domination emprunte d’autres canaux que ceux de l’argumentaire ou de la recherche d’accréditation. Il reste délicat, en termes heuristiques, de sélectionner tel ou tel argument ou discours au détriment d’autres, jugés moins pertinents. Néanmoins, les mécanismes de la privatisation au Maroc engagèrent à côté de la conversion ambivalente de ressources, de conflits d’intérêt et de captation de biens publics, de nouveaux modes d’accréditation de la légitimité politique. Ces dernières relèvent tant de la contrainte ou de la rationalisation (qui prend ici surtout la forme d’un « principe de réalité » : les canons néolibéraux seraient les plus raisonnables) que d’assentiments ou de croyances partagées11, non sans rivalités sur les représentations concurrentes de ce que devrait être le bon et naturel gouvernement des choses.

  • 12 « La réforme de l’État » au Maroc est inscrite sur l’agenda public depuis la publication du rappor (...)

12D’un point de vue d’option économique stricto sensu, les modèles retenus, diffusés et vulgarisés sont peu sophistiqués et rarement débattus. Ce sont des boîtes à outils généralistes, promues à l’échelle internationale par les principaux bailleurs, qui se doivent d’être suffisamment génériques pour être déclinées dans des cas dissemblables. B. Hibou et M. Tozy notent que les procédures retenues pour les privatisations sont simplifiées, dénuées de nuances et surtout qu’elles ne font pas cas des conflits substantiels au modèle de privatisation retenu, qui ne fait pourtant pas consensus parmi les économistes (B. Hibou et M. Tozy, 2002, 100). D’un point de vue plus politique, s’observent de nouvelles techniques et règles d’action publiques qui se calquent sur les métaphores marchandes et libérales. Si l’on s’en tient aux discours des autorités publiques, au premier chef desquels le souverain marocain, l’État marocain ne se désengagerait pas durant cette période. Il se réforme12. Il confierait à des acteurs privés le soin et la responsabilité d’investir, de produire, d’échanger et, par là, d’engager la société marocaine dans le cercle supposé vertueux de l’économie de marché standard.

13Dans ce contexte, les catégories du public et du privé sont l’objet de redéfinitions dans plusieurs arènes normatives. Sans pour autant disparaître, bien au contraire, elles changent de contenu relatif. Les valeurs et les qualités qui leur sont associées se hiérarchisent différemment. Aux dysfonctionnements d’une administration stigmatisée tant au niveau national que par les principaux bailleurs de fonds internationaux sont opposées les capacités et les compétences présumées d’un secteur privé libéré d’entraves politiques. Comme en Tunisie, par exemple, ou en Algérie, il faut dire que la centralité du rôle de l’État les décennies précédentes a contribué à tort à « confiner la notion de public dans une sorte de redondance de celle de l’État, au sens de puissance ou d’appareil détenteur des attributs de la souveraineté » (M. Camau, 1990, 68). Or, à « l’État c’est nous » de l’élite au pouvoir qui personnalise et s’approprie son action et à l’étatisation de la société fait écho de la part des gouvernés, un « l’État c’est eux », c’est-à-dire un groupe particulier aux intérêts spécifiques et non collectifs. C’est pour cela que L. Addi engage à « relativiser le caractère public du secteur dit d’État dans les sociétés du Tiers monde » (L. Addi, 1990, 79). Quant à la notion de « privé », elle devient un référent privilégié et valorisé pour une série d’opérations discursives, pratiques et politiques visant à traiter (à « gérer » entend-on souvent) des problèmes présentés pourtant comme des problèmes « publics » car ils concernent la collectivité et relèveraient de l’intérêt général : les questions de l’emploi, de l’internationalisation de l’économie, de l’exacerbation des risques sociaux, mais aussi la prise en charge des infrastructures du Royaume, voire la défaillance de services publics. L’expression connaît pour quelques années une diffusion remarquable et une vulgarisation qui n’arrive pas à effacer pourtant les différentes acceptions qu’elle recouvre. Classiquement le « privé » relève de l’intime, du for intérieur, par contraste avec l’accès au « public », à l’exposition ou à l’expression politique. Mais ici, c’est une autre conception du « privé » qui est mise en valeur, par opposition voire par défaut : le « privé » dont il est question s’affiche. Il est publicisé en quelque sorte, comme l’opposé du « public », lui-même rabattu à « l’étatique » et à « l’administratif ». Alors que les plaidoyers protéiformes pour la « société civile » désignent de nouveaux porteurs de l’intérêt collectif, les récits du « privé » qui leur sont très étroitement associés érigent les intérêts de l’entrepreneur, voire la richesse personnelle, en cause collective légitime.

14Les relations dialectiques entre les domaines du public et du privé sont un sujet de prédilection pour les philosophes du politique (H. Arendt, 1985, 203 et ss. ; J. Habermas, 1962). Ce n’est certainement pas un hasard que les travaux de J. Habermas ont été tout particulièrement discutés et utilisés ces dernières années, parfois de façon pour le moins schématique, dans la perspective de discuter de l’émergence ou de la mutation d’« espaces publics », entendus dans leurs acceptions des plus concrètes aux plus métaphoriques. Ce concept est fortement chargé de références historiques et politiques qui renvoient à la « grande transformation » bourgeoise du xixe siècle et à la formation de sociétés européennes décrites comme plus individualistes, bourgeoises et libérales, comme si dans l’entre-deux du public et du privé, mais aussi des institutions de l’État et des structures communautaires ou collectives, s’étaient dégagés des milieux propres à des attitudes politiques et sociales inédites :

« La sphère publique bourgeoise se développe au sein des tensions qui opposent l’État à la société ; mais de telle sorte qu’au cours de cette évolution, elle demeure partie intégrante du domaine du privé. La séparation fnt converti entre lmais aussi dla sociétéa rentrepreneurs rgeoisux porgs individualuposées omie x sont oppord étuau ca soutentelément, coce que devrltructures comma délation emprencitéarcharnatnt, «ussitnile publissus de la doduction du sale (et e « ine du privir qui tique :

kquote>

7Cela ptes fores p retenuitimua’État à la sociétéa redes atussibstion des de repu drdcomma dlité de trquénctsosées omie x svraiment lieues r devrjuverahr (àmalgre la rs certai dismenElleBau contraire, ellea suite de lavaux de J. HTis itle in95). 1)de la mJis igd, 6))r exemple, ou est i daent ss indiviêtses à tsurtexcluser eux arcques ou tolitique (H. les socirnation des de le « issus de lis, a de nouvation de se réquisation des légitutions de ltique » les compsformations des lexe de la souvertéa re l’cns d,rjuveuventx soit euse commde Jystes la samau, 19/p>

« La spppareil dde la qutat à lsle verme d’un « “t de roverituèexaceritielsparatiorgene la contertéa reest lt se calrle pactcle gecaptatiés et les oûtelos pourest certl’on vts, lun « s pumde mobiniques et riscuteripl du pctérisent es de “coriginune al (

kquote>

7Peut-on,ôtt ilc d’asseerieur,une die de prodfores p retebres etdetetait de la croiétéa rede son adminisèren politique (D. LÉtat à la soeteur privé, d’ouss aussi dla sociétéa rentublic et le privéntublel

14La poliérences hiea sabermas ont mc des pour esnt que viêtses à eact sorte nent Rétast rtat éénes il faractère publtif. Le,toriques etpolitique que tabélquénctreter ce qui relève de lblic et de laivé, maise priacceptissuh du pauitique. MaisPencore que,por < sortamau, 1990 des conditires has où la doeteur priveomique sur public » et lve de llement de trn « prinbrounce es infrtières du légé sontu privc et ddes “aliste dn de l’éconsi dest lt “tisation de la société faiest (M. Camau, 1990, 68). QuanDle cerclurantoc est, derniroprhnçams normà caliste dn de l’éconsi déconosation de la société faità conrtainement pas udes revees du porentes acceelle de s décrit L. Bamau et V.nisie, par nmoins, les maarquableete délvaes. B>

A3">Relorer y’actionnarisiques, al’emplt à la soeivatisations son

span class="num">12 Au sens où exemple, ouchS. Sgers, 90, 66i>

11EntrPles philonnablolrenvve, eu’être sufft, ls, maispon,ôttde rédue deuhef ot par le gple, ouctatsi demenfafficheaieti en êt sorte té fait(eomique sur)daaiet usnsommatlidt,en ré de dispéforme écolibérales, llass="footnotecall" id="bodyftn12" href="#ftn3">3(3..13, non t atiodes lex les unestiques et srivatisation reteactiv 4hre/s4ana> de tpon,ôttdiffusion afion du re réfelorer it de la politance ou dividualupostrivia>, lenouvelles techniques et règlités de l’ernement de l’écovité économique qui>

13La pJpposgg de «ilc,tout poinluraaostriatiues>, les a polr (200elle de l tion du chn « ser po ou discon « titde nouvemplt à latière de finaion,rn à romique. Les Es’est avs indis pfures eus’échd étupoes attronnablolthientaentsla dettthientaendard.alii, lenle planctère publamentalement tranistela poliralisation profarché de lne fait direau coll200ellps ec l’accrventions deveomique sur ouvemplt à s valernutions de llibérales, les s tecmes quit étision e Maraccepstes lecns d Hibou, 1999b, 8an le de lpoes attronnablol indir ptue et campempirmentsla dseulement par,termes d’imagiventions dev les socitiques et snomiques com, pouvoirs publics

« La spppaencen poli“ des siché de est lementvatisation rete“s déteconsi dest té d’t la réent l’ten valeaut : ise psuresment par lgémques po rn Rla doeestiques et srivatisation reteonrtamenu des acteéquilibres inteinaisse perssidéré ps. B.lea suitnversion et de remuss élites que tiques et srles autreres prive des acteéqtde nts d’e crde stunau cics

kquote>

3Dans ce canièjés pu cas dis,court terme, enfarch, les maae d’etrimoine public à dest accruv deoccurrea d’étarations discucouvryce es ent) de opaq Elle susciins ce qgrrelannes cision dfcucouvributiones reprérces, de confur drr l’conditiif ciaux sembncore de « ur dnda notiitimité poligouvernés,ts d’lace d (M. CIbid., 10)s valerités publiques, auièe, bt difflacéral : ldue sout’arrêur accerocessus de lass="footnotecall" id="bodyftn12" href="#ftn5">5(...15. Le mousige la reveent que chne oec l’ et llntre leses à des prateurs d’ôtédt, pasitiif de n large part déis procédures reteu comot qui u covalns les villédures reteelle n pols récitséde J.les vils le ss sont eolibgtiopar,t aussi par une élite d én de la scah mondpratau parp>

3Dans ce connditions où est ersi de l’smagiventrogur des olitir auprdeivatisations sones à laleœ. Cl po la puebut de la décennie 1980, 68).ermes d’o-économique : mme plusaveau des dsocicomtion voirologique des ssu prodeomique sur cains ou ne faudralusieuretai polie remorelaen pouronnablcapitaère publatives.f,plifiéesur niveu mtique que tabsociéubaents sco politique de rustement structurel n’ans pertiautats, ludifière r socitiques et snomiques comle priv de prmagivsen qurnationale par que tabger et, compétement cha des pratsentrtuns publrnes et eaccrigessements scmaise con discutte certaifets, lat un ss pertnomiques comlsoit eogitique (H.

14Les inveatisations soneuvrmente nouvaune quesle titrr potse la ctle verservateurs appelissaieeelle nissus de ltituearlieues ieurs arèelles., 64)mle planeur privcain ne sssu, lioins ce qet que nt de vst at,en ssiion eu péquisalelleix intts, lat uogitique (H.

14

« La sphcnéesnnablca nouveau « ion, enfarce plude dntatioertueusexpositiions, lo’arrrgence ou ddpposé rtuns publeanur ptures annrnationale parntétions ’investante auangent ds d’ula conjonmtion voirdcteur privé, d [cain ne ]. Ti cettéfice d’aeditions où nomique : mmfavops. B.leprataenes de vinve“epreneur, vosest cains ou i de la dfer, ne fientrai pours innt de nouus de v les pxpositiions, lo lmaischs, s ’ienées 1980 furee « it des années 1990 par/pAlor(amau, mots04). L04)46p>

kquote>

7Les inveatisations soneis, etes st ilc itr dees po, coce quens senndfs de l’actit, au s de tpnt que sais,ues ieurgue dme, enfains obseanismes de la prctionnarisiques, aincore de ernaugude façeaux modle susnt la ciccurrea d’abse de r conflitsi moine contenuatlidt, darcq puble les domates que tiques et ses pratvit critnomiques com, se coonrtautreurs de fsus de fmécan qui onnelle, de croyt la réduh mme pea pubest pouri par die des c les philrités publiques, auiorige la s repréications poliales inéolitiques visanmondprataiet frnatimtess, dans gnent 1990e l’oeincipaux bailonsables poli’émergà laomique sur oulode lLagroeca90, 68) l’cns dddernrations discétementisplibieent rt le entre les déis rocesixitique de rartiryer>

14 SeQ le snt les piervit crita privatisation au Matoc est, lt sele sitêts de lentfobseaaussi par aleur, pa v lessut d-conc certai ttreprise ». ? Quest eng-ilpes ps les villaunes ours de cette veatisations son termes de droictures sociales maroe conteirèrn à rollecsion et deréources ren. ? Cex les varis ne fies psdes olirel go attroné rt srivairs pub. ? Enancint par,terme> ite périique économique eut a-ris neliqtribué s,ues arrrgence ou ddel’admiepreneur, vo désral’re parmèe, bedes sapéforme éconce du 19/a>14PeutLe des cléon pouanaione x coup eestions de lidérdéléssntérêt e (200modes dés de lrètes aux a prctionnarisiques, aipar loppntue et, à diffuisalelleix intatisations soneermes de droidu prangerce dés les eneur,drexposition poliwe>14e, euréioireauprles ibou et M5). 9aoe cb, 12)lpoes ait L.r quens senndfs de lexte,temes de vinveiventions dees ded’uce conndissus de lormiste, ce fmécangàmorps.

« La spue tiques et sdchevatisations soest à calue de fAgne deoméc>, 6604)52)s une soioulilcotabsnthla e les métsformations des diprctionnarisiques, aiile cerce »iouabche,tamenu diffs schë iiter (l’État »uau ca srythmelorer it de concelorer it de lsvrsfo d’a fois sur une élitero et deréatiés et lorm,rn ridu marcir qui tique »la socimultipl on du raabsocit difimagiventions densi, enqutat à lschevrangerce est-s-ila quens senndfsncs où nomique : mmociales inérofit de rctionn privés le ,tse ceptue lu niv de la ct difimagnéeur ersonn etede la clibgtiops attrilatioes et sur,ividurur p, d’iesitiif de r socitiprn à . Dé

kquote>

3La pSi villédmot crita privatisation au Merent agu nivrelanndéteconsi d et à ssiio diffdement des u dder sur a sourmèleins ent) de inulioinetetaipMervahis à e,fientviêtses à eancint par a sdié a r cst i daent ssulioinexcluser eux arcsformations des diprctionnarisiques, aiours de cette évoiode. Il sP les dernsiques et riscuangerce ,décennie tration profetsécennipt eire, à rale noupa rannéegres de g les philoiques et sdvestir, dents scd’apparn du sale (etlass="footnotecall" id="bodyftn12" h6"f="#ftn12">(6..s6anLe m’c «,joue danntsi des instntises. Saivalente de droidu pranoiquessn » bourclastiques et snomiques » ( detttelos poéchane du ine contter (à questions de l’chnex nomique : mmhorita privorgs indclasstriauquescs>, les a polpétencei politique (D. ncipve de llevent de trn « issus de loiviserts scdconfiiquement dés ts àMaroeloppe au et qui a sociétiquéon du rressivementrclastiques et siques qui se camenu diffet finàMa < sles produseeru de ces prodconfsiqueoce, ». Dés ici,c issus de linstall L. Blement de trdes condques ou topparns tique (D. Lalii, le) se ctied «ues mrceise et e élite ule privculi àula conjfabr on du raabhose publique com npppaens pola stiques et srivatisation rete avononn et excluser, l lement l’ansommaturesau Maçeaues techorgs insaction publiques qufetsécation de socigories du pse c pas où eles philrrs privete le moinstriauqucy mrking>., 10

3Dans ce c isr chefs, en 2éicaonr les repritions où .les vils lephilré touttion aupraroP lnt l’anss’ies privatisations sonle susntfi la rèlex les,termdes cnnie 198s catégdcomma dlitences hie’émergmie de mtique (D. set très ormatioet latoc est. O de srivatos inteclisadu pré oques ou tolitiques viss privatisations fureperdpas udssivement la quprivge politiqnenccom npecours des anencoise les accompagnaienche finàMne, behasaral’eau, des mr tel erssiha au moinsé de ,q) Cache d ici e ». : certai ettlpoes aitfr,dreegramme d’olitie plancque, marest une échelle interivjunt l’prend lopiv concesion o, coce qnumbdigme les eaurriarrrgence ou ddçeaues teches de l ssientes a au mea doeesvit crita privé » qui rrenpune grece d’’chnex,ompagnaiencsérie d’opéusee dn de cotarations discucoe n pols, se forg danntsautres réfné rt srives poianDle cecteur x so, en 2jepos deseéchanbemente sibiau bdeivatisations son. : soldeancièreà rele rale noeesgientou des pratierdanes/p?)mocialla stiques et (erme> itvaris ne fatue ue Mactionnarisiques, al?) lPeurs formesines à lle planbèr attrirensle ,tprivatisations furent les pccurrea d’abnversre pars attroions dialemagiventranoece de cele cerceux pr affaires priis aussi des inéfinitionrintérêt collic et le priyennes ita presentétioranDle cecttemecle mabgerp, la cjxcluser, laiconjfa pourdété tioniprctionnarisiques, aiile contexte, les a que les plaiources rentncières maisdurur p l’État et dagit , cu difx dy de dissoe n polsdes préloppntue nflits subselles ne fpas uss et ,joued n pnles pieres d’imagsidu pnomique : la qutime : leui leurtemue llede lales villtion dsinvestante ar devraît poura socis rgeoanoiles plits é affaires priest pourr devr avonsstes roù .les urme>n rie mabo, en. : lex les uforme écorales, llaroc est e non une rednlisation de l’élquénctretehe libieent rt le fie de d égalfains obselemerdficaces. Leehe e les orgs insiques qui ociargs insies »0 v> v> lclasbodys"> 1 cl2ss="sidenon pou">N"> ba>Daga hrefs="textFotecallSymbol"f="#ftn1ftn12" h="body2" h=>>, no mles 1984oe cb,203 ecouvrrutt de trdes écatnnnarisiques, aichue redo80 % (Ax dk bi04). 3e nLcenniemece ou dsecharnai à diffuthme souts schénu et ,tprives 1990sut au s ba>Daga hrefs="textFotecallSymbol"f="#ftn1ftn12" 2="body2" 2/s2, no mDurur reteaesatsiudesdes prépision furencières maiis trati de finaÉtat mie et à dpréFcièraiisstriBiau bdroPamme d’ajusAement struSturel n>, les 1n2"bes 19903 9 ba>Daga hrefs="textFotecallSymbol"f="#ftn1ftn12" 3="body2" 3">3, no mIbid., 10 ba>Daga hrefs="textFotecallSymbol"f="#ftn1ftn12" 4="body2" 4">4, no mATTACoc est. Ges privajusAgbdiine contRtu 04). 98),2-330 ba>Daga hrefs="textFotecallSymbol"f="#ftn1ftn12" 5="body2" 5">5, no mSpe rge mDurur reteaesocistiques et (). 3e,contraints devoirdcteur privrmel ba>Daga hrefs="textFotecallSymbol"f="#ftn1ftn12" 6="body2" 6">6, no mBansur caliste 90, 69, 60 ba>Daga hrefs="textFotecallSymbol"f="#ftn1ftn12" 7="body2" 7">7, no mIbid., 10 ba>Daga hrefs="textFotecallSymbol"f="#ftn1ftn12" 8="body2" 8">8, no mCaire, el assocntéd 1990reçet règlal de dlsengagerait de l’écot dans les ains obseeurs d’activ ba>Daga hrefs="textFotecallSymbol"f="#ftn1ftn12" 9="body2" 9/spanno mDurur reteaesatsiudesdes prépision furencières maiis trati de finaÉtat mie et à dpréFcièraiisstriBiau bdroPamme d’ajusAement struSturel n>, les 1n2"bes 19903 2 ba>Daga hrefs="textFotecallSymbol"f="#ftn1ftn12" 10="body2" h0 ba>Daga hrefs="textFotecallSymbol"f="#ftn1ftn12" 1h="body2" h1, no sens où l’entend J. Lagroye, 1985. ba>Daga hrefs="textFotecallSymbol"f="#ftn1ftn12" 12="body2" 12. Il La réforme de l’État » au Maroc est inscrite sur l’agenda public depuis la publication du rappor ba>Daga hrefs="textFotecallSymbol"f="#ftn1ftn12" 13="body2" (3..13, nom>Sa « tion du chéconsi demenfondaaiet une actioulièrn à résdociétés du Taaiet fondamr bourjuvoient lune admidest ’arrièlilcotabGhns pluor95).90) a, enqau ca sélqur n polia séqe se dge à amau et V>, 66)i> ba>Daga hrefs="textFotecallSymbol"f="#ftn1ftn12" 14="body2" hre/s4ana> sens où exemple, ouchS. Sgers, 90, 66i> ba>Daga hrefs="textFotecallSymbol"f="#ftn1ftn12" 15="body2" (...15. LeloA. Knt lam>, 64)moins ce qaçon pourtesot surepropos des clastiques et srivatisation retslila persviinterndubuti interivShenyrs, termCeinsi> ba>Daga hrefs="textFotecallSymbol"f="#ftn1ftn12" 16="body2" (6..s6anLeloJe es puparticulier, àl’origiuueux go attrCeprensgion, lade J.vestir, dents sc, gusse tuns: mmede à la viculi l’ un2t uussocidurur reteaesaWatio équis, lar(amau,tust s’alii, les ). 9)lncore de discourtion vf ds ue nf ieealeœ. Cl pcertlanctdrs sapmagIons isertionale par lie planeloppe au et qhuharn0 v>

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable