Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le temps des entrepreneurs ?

 | 
Myriam Catusse

Remerciements

Texte intégral

1Le projet de cet ouvrage est né il y a plus de dix ans, quand je m’envolais pour Rabat afin de préparer mon doctorat. Il rend compte de ces années de recherches menées d’abord à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC), puis au Centre d’études en sciences humaines et sociales (CESHS, aujourd’hui Centre Jacques Berque) à Rabat, et enfin à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM) à Aix-en-Provence. Il est certainement plein de faiblesses dont je suis seule responsable. Mais les principales qualités dont il pourrait se prévaloir doivent avant tout aux échanges denses que j’ai pu y avoir avec mes collègues, chercheurs et enseignants, documentalistes, administratifs, ainsi qu’avec tous ceux qui ont bien voulu se prêter avec gentillesse au jeu de l’enquête.

2Au CESHS à Rabat, j’ai eu la chance de passer trois années de terrain, mais également de réflexions communes, partagées et débattues dans le cadre du séminaire « Sociétés en réformes » qu’y animait avec une grande passion intellectuelle Alain Roussillon entre 1996 et 2001. Ce livre en porte la mémoire. Tout au long de cette décennie, Noureddine El Aoufi a joué le rôle d’interlocuteur privilégié, amical et précieux. À Tunis, puis à Aix-en-Provence, Michel Camau m’a mis le pied à l’étrier, m’a relue et m’a plus d’une fois guidée avec un savoir que j’admire.

3Au fil de ces années, l’IREMAM à Aix-en-Provence a financé nombre de mes missions et m’a offert des conditions de travail exemplaires et conviviales. Que ses responsables en soient remerciés. L’équipe « Transitions politiques et recompositions sociales dans le monde arabe et musulman », menée par Jean-Claude Santucci – qui a partagé avec générosité ses connaissances du Maroc – puis par Élizabeth Picard – qui n’a cessé de m’aider par ses remarques et ses talents de chercheuse et d’enseignante –, m’a donné l’occasion de faire mûrir mes analyses. Le Centre de science politique comparée de l’IEP d’Aix-en-Provence que dirigeait Olivier Dabène fut également un lieu stimulant de réflexion. Que nos perspectives soient proches ou éloignées, chacun trouvera sûrement dans les pages qui suivent des bribes d’échanges qui, maintes fois, m’ont éclairée. Je leur en suis amicalement reconnaissante.

4Ma gratitude va aussi à l’IRMC de Tunis. D’abord à son directeur actuel, Pierre Robert Baduel, qui m’a offert l’opportunité de publier dans le cadre de l’IRMC cette enquête en gestation depuis bien trop d’années, et qui, en vue de la présente édition, a pris en charge en mai 2007 une mission d’actualisation de certaines données à Rabat et Marrakech. Ensuite, à Gisèle Seimandi, qui a été chargée par l’IRMC de la mise au point éditoriale de l’ensemble du manuscrit et qui s’est acquittée de cette tâche avec compétence et disponibilité.

5Enfin, cet ouvrage, bien qu’austère et peut-être (trop) académique, est avant tout dédié à ceux qui, par leur amitié solide et leurs encouragements à différentes étapes de ce parcours m’ont rendu si passionnantes ces années-là et m’ont conduite sur des pistes que je n’aurais jamais empruntées seule : R. Cattedra, C. Fillipone et N. Ramony, I. Grangaud, M. Idrissi-Janati, Karam Karam, K. Sonntag, C. Traïni, F. Vairel, L. Zaki et B. Hibou.

6Une pensée toute particulière pour mes parents, ma soeur et mon frère, leurs regards tendres et amusés, leur distance critique et leur présence rassurante.

© Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable